JUSQUE-LA CÉLÉBRÉ COMME 'JOURNÉE DE LA LIBÉRATION', LE 17 MAI RESTE UN JOUR FÉRIÉ, CHÔMÉ ET PAYÉ MAIS DÉSORMAIS DÉDIÉ A LA "RÉVOLUTION ET AUX FORCES ARMÉES" ! MAIS QUE REPRÉSENTE AUJOURD'HUI POUR LES CONGOLAIS LE 17 MAI SURTOUT EN CES TEMPS DE CHANGEMENT?

Aller en bas

JUSQUE-LA CÉLÉBRÉ COMME 'JOURNÉE DE LA LIBÉRATION', LE 17 MAI RESTE UN JOUR FÉRIÉ, CHÔMÉ ET PAYÉ MAIS DÉSORMAIS DÉDIÉ A LA "RÉVOLUTION ET AUX FORCES ARMÉES" ! MAIS QUE REPRÉSENTE AUJOURD'HUI POUR LES CONGOLAIS LE 17 MAI SURTOUT EN CES TEMPS DE CHANGEMENT? Empty JUSQUE-LA CÉLÉBRÉ COMME 'JOURNÉE DE LA LIBÉRATION', LE 17 MAI RESTE UN JOUR FÉRIÉ, CHÔMÉ ET PAYÉ MAIS DÉSORMAIS DÉDIÉ A LA "RÉVOLUTION ET AUX FORCES ARMÉES" ! MAIS QUE REPRÉSENTE AUJOURD'HUI POUR LES CONGOLAIS LE 17 MAI SURTOUT EN CES TEMPS DE CHANGEMENT?

Message  ndonzwau le 17/5/2019, 5:29 pm

Jusque-là célébré comme 'journée de la libération' en référence à l’entrée à Kinshasa de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), coalition rebelle qui avait fait chuter le maréchal Mobutu, le 17 mai reste un jour férié, chômé et payé mais désormais dédié à "la Révolution et aux Forces Armées de la RDC  (FARDC)" ! Mais que représente vraiment aujourd'hui pour les Congolais le 17 mai surtout en ces temps de "changement" ???

Nous connaissons tous notre histoire et ce 17 mai 1997 où l'Afdl conduite par LDK faisait son entrée triomphale dans Kinshasa après sept mois de guerre partie de l'est du pays. L'AFDL prit alors possession du pays, mit fin au long règne de Mobutu, LDK devenait PR et le pays reprit le nom de République Démocratique du Congo à la place de Zaïre.  S'en suivirent des années ambigües et violentes qui dévoileront la réalité d'une invasion étrangère (notamment ougando-rwandaise), le "conglomérat d'aventuriers" qui composait la fumeuse Afdl était en fait commandé et animé par des officiers et kadogos rwandais à côté de quelques Congolais comme cautions dont LDK lui-même. Très vite ce dernier prendra conscience de l'escroquerie et renverra les Rwandais et autres chez eux. Et voilà le début d'une longue guerre coûteuse en millions de morts, pillage de nos richesses, viols de nos filles et femmes, déplacements internes des nôtres devenus réfugiés sur leurs propres terres, insécurité chronique de l'Est et imposition d'un pouvoir fantoche à la tête du pays. Une guerre génocide qui continue jusqu'à ce jour. LDK sera assassiné le 17 janvier 2001 et remplacé par "son fils" JK' le 26 janvier 2001 qui restera au pouvoir jusqu’au 24 janvier 2019, date de l’installation de l’actuel président, Félix-Antoine Tshisekedi.

Aujourd'hui des changement se murmurent, les héritiers de l'Afdl partis et ce PR sorti de l'opposition : une raison de plus de regarder à deux fois sur le 17 mai 1997, le début d'une occupation ruineuse plutôt que la libération qu'on nous a vantée ?!
Pour une immense majorité des Congolais le souvenir de l'Afdl du 1997 est celui d'un mouvement qui nous a apporté deux décennies de génocide et d'insécurité à l'Est, la libération n'a pas eu lieu mais au contraire une occupation étrangère a embauché des Congolais pour se servir et servir leurs commanditaires.

Pourquoi alors garder ce jour comme historique, pourquoi pas le conjuguer au passé comme ce fut pour le 24 novembre ou 20 mai mobutistes, qu'avons-nous encore à commémorer de ce 17 mai ?  
A vos avis !!!



"La journée du 17 mai sera bel et bien choméé"
https://actualite.cd/2019/05/16/rdc-la-journee-du-17-mai-sera-bel-et-bien-chomee

"La journée du 17 mai désormais célébrée en mémoire des Forces armées de la RDC"
° https://www.radiookapi.net/2019/05/17/actualite/securite/la-journee-du-17-mai-desormais-celebree-en-memoire-des-forces-armees

"La journée du 17 mai n'est désormais dédiée qu'aux soldats Congolais et non à l'entrée de l'AFDL"
° https://actu30.info/2019/05/17/rdc-la-journee-du-17-mai-nest-desormais-dediee-quaux-soldats-congolais-et-non-a-lentree-de-lafdl/


"RDC : doit-on célébrer le 17 mai sous l’ère Félix Tshisekedi ?
° https://laprosperiteonline.net/2019/05/16/rdc-doit-on-celebrer-le-17-mai-sous-lere-felix-tshisekedi/
«Les dates historiques d’une nation, ne devraient en aucun cas, sombrer dans les oubliettes, au contraire, elles doivent être célébrées pour toujours », a affirmé un acteur politique, tout juste à la veille de la commémoration de la date de 17 mai, qui symbolise l’entrée de l’Alliance des Forces Démocratiques de la Libération, conduite par Laurent-Désiré Kabila en 1997. Ce dernier, avec l’appui des Rwandais, Burundais, Ougandais et Cie,  n’avait-il pas réussi  à  précipiter la chute du régime dictatorial de Mobutu Sese Seko. Ainsi, c’est dans ce même pays que la population congolaise, autrefois zaïroise, célébrait chaque 20 mai, la création du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) fondé en 1967 par Mobutu.

A ce jour, le régime étant déchu, la date du 20 mai a totalement perdu sa valeur et n’est plus comptée parmi les journées fériées de la RD Congo. Qu’en est-il aujourd’hui ? Encore est-il que Joseph Kabila n’est plus au pouvoir, l’arrivée de Félix Tshisekedi,  va-t-elle mettre fin à la commémoration du 17 mai ? S’interrogent les uns, aux autres de répondre. Trois mois après avoir récupéré les arcanes du pouvoir, Félix Tshisekedi Tshilombo, ancien opposant radical au régime de Kabila, n’a pas touché à une date commémorative de l’almanach congolais. Tout est intact. Désormais, il est à ce stade, nécessaire de réfléchir sur la célébration de 17 mai. D’autant plus que, 22 ans après l’entrée de l’AFDL, cette année, la célébration n’est pas comme les autres.

Le pouvoir a changé de main. A en croire des analystes politiques, les élections qui se sont déroulées dimanche 30 décembre 2018, étaient supposées mettre fin au régime de l’AFDL, qui avait porté contre vents et marrée pendant 18 ans, Joseph Kabila. Cela étant quasiment fait, des doutes s’installent quant à la raison d’être de cette date. Pour rappel, autrefois, la journée  du 20 mai, qui marque la création du Mouvement populaire de la révolution,  était célébrée par tous. Ce parti unique dont tous les congolais étaient membres de droit dès leur naissance, avait maintenu Mobutu au pouvoir pendant une vingtaine d’années. Depuis la prise de pouvoir à Kinshasa par l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), le 17 mai 1997, cette date est marquée dans les annales de l’histoire du pays et est célébrée chaque année comme journée fériée. 22 ans durant, elle est marquée par des célébrations en mémoire des combattants de ce mouvement et de la fin de la dictature Mobutienne.
Alors que Laurent-Désiré Kabila ne va pas trop durer au pouvoir, assassiné au Palais de marbre, le 17 janvier 2001, remplacé par son fils, Joseph-Kabila, la date historique de 17 mai va connaître plus d’ampleur en termes de commémorations, pendant les règnes du ‘’Raïs’’. Maintenant que la République Démocratique du Congo vient de connaître sa première alternance pacifique au pouvoir qui a vu Félix-Antoine Tshisekedi être proclamé Président de la République, la donne ne va-t-elle pas changer ?  Est-ce encore important de célébrer la prise du pouvoir de l’AFDL, cela après sa disparition et le départ de Joseph Kabila ?
Les réponses vont dans tous les sens. A cette allure, avec la pérennisation de la célébration du 17 mai, il faudrait attendre, dans les touts prochains jours, mois ou années, pour que l’actuel homme fort du Congo puisse à son tour décréter la date du 1er février, un jour férié, en mémoire de son défunt père. A suivre…"


"Opinion : Que représente le 17 mai pour les Congolais ?
° https://afrique.lalibre.be/36495/opinion-que-represente-le-17-mai-pour-les-congolais/
Le 17 mai 1997, l’AFDL  (Alliance des Forces démocratiques pour la libération) de Laurent Kabila entrait à Kinshasa. Ce jour est commémoré en RDCOngo, mais que représente cette date pour les Congolais?

Au regard du bilan des dernières vingt-deux années, les Congolais sont écœurés et meurtri dans l’âme. L’entrée triomphale de Kabila et de l’AFDL suscita subitement beaucoup d’espoir pour les Congolais parce qu’elle mettait fin aux 32 ans de règne dictatorial de Mobutu. Malheureusement, la réjouissance des Congolais fut de courte durée. En pratiquement un quart de siècle de règne, ce mouvement qui se présentait en libérateur du peuple congolais s’avère en réalité être son bourreau.
Selon le dernier rapport de PNUD de 2018, le classement de l’indice de développement humain, la RDC est classée 41ème sur 53 pays d’Afrique et 176ème sur 189 pays dans le monde. En un quart de siècle pratiquement, le Congo n’arrive toujours pas à décoller.

Selon le rapport de la Banque Mondiale de 2017, 17.2% de la population congolaise vit sous le seuil de pauvreté, fixé à moins d’un dollar par jour (pauvreté absolue) et une vaste majorité de nos concitoyens vit avec un dollar par jour (pauvreté relative).
Selon plusieurs organisations de droits humains – Fidh, Oxfam, Amnesty International et Human Right Watch, pour ne citer que celles-là – les violations des droits de l’homme sont accablantes. La femme congolaise paye le plus lourd tribut de l’ère AFDL, violentée, humiliée et simplement détruite.
La multitude des groupes armes qui sévissent à l’est de la RDC depuis l’arrivée de l’AFDL est bien connue. Nous assistons à l’instauration de plusieurs petits Etats sur le territoire congolais (une sorte de Wild Wild West).

L’AFDL a réussi à se transformer, au fil des années, d’un mouvement politico-militaire en une machine politique qui se régénère à chaque fin de cycle. L’AMP (Alliance de la Majorité Présidentielle) d’abord, devenue la MP (Majorité présidentielle) a régné de 2006 à 2018, avant de faire place au FCC (Front commun pour le Congo). Après la débâcle du dernier scrutin électoral de 2018 qu’il a magistralement orchestrée, le FCC contrôle toute la nomenclature gouvernementale et devient plus fort que jamais.
Le projet des « cinq chantiers » annoncé par Joseph Kabila en 2006 et « la révolution de la modernité » qu’il proclamait en 2011 n’ont été que des slogans de campagne car rien n’a été fait et l’avenir du peuple congolais sombre plus que jamais dans le chaos.

La date fatidique du 17 mai retient que l’arrivée de l’AFDL en RDC reste gravée dans l’âme des Congolais comme un évènement malheureux, un accident de l’histoire qui nous coûte extrêmement cher. Il appartient désormais à tout Congolais de renouveler sa détermination de libérer son pays afin d’obtenir une véritable émancipation politique et socio-économique."


"Trahison, insécurité... Vous avez dit le 17 mai (Tribune)
° https://actualite.cd/2019/05/15/trahison-insecurite-vous-avez-dit-le-17-mai-tribune-du-professeur-voto
Le 17 mai 1997-le 17 mai 2019, voilà 22 ans, jour pour jour que les Congolais ont pris l'habitude de commémorer ce qu'ils ont appelé, la libération du Congo par l'Afdl, Alliance des Forces Démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre.
Mais, le 17 mai 2019 n'est pas comme les autres années. Car depuis un peu plus de cent jours, le pouvoir a changé de main en RDC. Les élections de décembre 2018 étaient censées mettre fin au régime de l'Afdl qui a porté le clan Kabila au pouvoir. Mais force est de constater que malheureusement, c'est comme si l'alternance tant souhaitée n'a pas lieu.


Le pouvoir de Félix Tshisekedi qui a remplacé celui des Kabila donne l'air d'une prolongation du pouvoir de ce dernier sur fond des arrangements, en compensation de la protection de la personne et des intérêts de son prédécesseur.
D'aucuns se posent des questions si le 17 mai 2019 sera un jour férié, chômé et payé comme les autres années. Et si tel était le cas, pourquoi cette date serait-elle commémorée ? Qu'allait-on alors commémorer ? Quel héritage laisse l'Afdl à la République ?
Déjà, même de son vivant, Laurent Désiré Kabila avait lui-même traité l'Afdl d'un conglomérat d'aventuriers. L'histoire lui donnera raison, car il était mieux placé pour le savoir, connaissant les circonstances de la création du mouvement ainsi que ses animateurs, même si on peut à juste titre le compter lui-même parmi ces aventuriers.

Ensuite, qu'est ce que les Congolais peuvent garder de l'Afdl ou de la fameuse libération. De la mémoire collective, on peut retenir deux ou trois choses.
Le 17 mai rappelle certes le départ de Mobutu. Mais à cela en conclure à une libération, c'est discutable.  Car, à considérer la suite des événements, c'est comme si le 17 mai a plutôt permis à une dictature d'en remplacer une autre. Le règne du clan Kabila n'a en rien fait oublier la dictature mobutienne. Au contraire, c'est une autre forme de dictature mêlée à l'affairisme d'une certaine oligarchie.
Quant à l'Afdl, elle restera de triste mémoire pour les Congolais. L'Alliance de Laurent Désiré Kabila, qui est restée au niveau du discours, sans un vrai contenu quant à  la libération, continue à rappeler deux faits importants dans l'histoire du Congo :

La trahison.

l'Alliance de Laurent Désiré Kabila avec les sujets rwandais et autres, a été concoctée sur fond de trahison de la République. La fin justifiant les moyens, Kabila père a promis le partage du pouvoir et une portion du territoire à ses alliés, à travers les fameux accords le Lemera. La preuve en a été donnée par la désignation d'un étranger en la personne du général James Kabarebe comme Chef d'Etat-Major de l'armée congolaise. Il n'y a pas meilleure preuve de trahison de la nation, pour ne citer que cet exemple. Avec l'avancée de l'Afdl, Paul Kagame en a appelé à la révision des frontières héritées de la colonisation entre la RDC et le Rwanda.
Même si Laurent Désiré Kabila a essayé de se rétracter après, c'était trop tard. Les accords sont les accords. Il en paiera lui-même chèrement le prix et les alliés, toujours insatisfaits, continuent à faire prévaloir leurs prétentions sur le Congo.

La guerre et l'insécurité.

Le terme Afdl évoque la guerre et l'insécurité en République Démocratique du Congo. Depuis l'avancée des troupes de l'Afdl en 1996 à partir de l'Est du Congo, le pays n'a plus connu la paix jusqu'à ce jour. Depuis bientôt près d'un quart de siècle, le Congo est quasiment sans paix. L'Afdl a occasionné la plus grande guerre africaine de l'histoire avec une dizaine de pays impliqués dans des opérations : la RDC, le Rwanda, l'Ouganda, le Burundi, l'Erythrée, l'Éthiopie, l'Angola, la Tanzanie, le Tchad, le Zimbabwe, etc. Sans compter les  rébellions : Le Rcd avec ses embranchements : Rcd KML, Rcd Lumbala, le M 23, le Cndp, etc., qui ne sont en réalité que des variantes de l'Afdl ; d'autres mouvements en réaction de l'Afdl comme le Mlc ; sans compter les groupes armés dont le nombre n'est connu de personnes et dont la plupart sont au service des alliés de l'Afdl.
Le mouvement de Laurent Désiré Kabila et ses amis a en outre occasionné l'arrivée de la mission des Nations Unies au Congo. La plus grande mission que l'ONU n'ait jamais connue. Plus de vingt mille hommes, avec une dépense journalière de plus d'un million de dollars, sans que la paix ne revienne au Congo, parce que la mission s'est transformée entre-temps en business pour les uns et les autres, au détriment des Congolais.
L'Afdl a officialisé l'enrôlement des enfants soldats dans les groupes armés sans que le monde s'en émeuve. On a vanté l'exploit des "Kadogo" alors que c'était un crime contre l'humanité et jusqu'aujourdhui, personne n'en parle. L'Afdl a occasionné le viol de plus de 40.000 femmes dans le Kivu et cette pratique, loin de s'arrêter, se poursuit sous le regard de la communauté internationale.

Je crois que les Congolais n'ont rien à commémorer le 17 mai, si ce n'est que repenser tous les maux que les fondateurs de l'Afdl ont causé à la République et dont les effets, loin de s'arrêter, continue à endeuiller des familles et des populations entières : personne ne saura le nombre des morts causés par l'aventure de l'Afdl sur plus de vingt ans et qui est loin de s'arrêter. D'aucuns parlent de cinq millions de morts, d'autres de 10 millions, d'autres encore plus, et ce n'est toujours pas fini. L'Afdl a occasionné et continue à entretenir le pillage de la République démocratique du Congo par ses alliés et ses animateurs : Des minerais frauduleusement exploités par les pays voisins et leurs complices nationaux à travers les groupes armés et des officiers congolais affairistes, membres de l'Afdl ; des parcs nationaux détruits, etc.
Les Congolais espéraient mettre fin à tous ces drames à travers les élections de 2018 qui pouvaient favoriser une alternance. Mais hélas. Ils ont l'impression que le régime Afdl a muté et s'est offert une autre carapace. Félix Tshisekedi a pourtant promis de déboulonner le système. Mais s'il y a un système à déboulonner, c'est le système afdlien dont fait partie le système Kabila. Il ne suffit pas de déboulonner le système Kabila qui n'est qu'un micro-système. Encore faudrait-il que Tshisekedi ait les moyens et la volonté de le faire. Car s'il fait lui-même partie du système, il lui sera impossible de le déboulonner de l'intérieur. Mais il faudrait mieux déboulonner le système Afdl pour sauver le Congo.

Malheureusement, on a l'impression que le pouvoir actuel, non seulement fait partie intégrante du système Kabila, mais bien plus s'intègre déjà aussi facilement au système Afdl. Les accointances avec le Rwanda, au point de considérer les millions de Congolais dont la mort est occasionnée par l'Afdl et ses alliés comme simplement des victimes collatérales du génocide rwandais, alors que tout le monde sait que le Congo est victime d'un projet machiavélique de son exploitation, sinon sa balkanisation, est encore une fois une preuve d'adhésion au système Afdl. La précipitation avec laquelle les portes du Congo sont ouvertes à Rwandair, au lendemain de la prise du pouvoir, sans des garanties de sécurité, connaissant le passé et les contentieux entre les deux pays soulève beaucoup de questionnements.

Le 17 mai 2019 est symboliquement, encore une fois, une occasion pour Tshisekedi de prouver aux Congolais qu'il y a volonté de rupture, car les Congolais n'ont rien à fêter en cette date, au contraire, que  de mauvais souvenirs."


"RD Congo : le jour où le destin du Zaïre a basculé
° https://www.lepoint.fr/afrique/rd-congo-17-mai-1997-le-jour-ou-le-destin-du-zaire-a-bascule-17-05-2017-2128105_3826.php
HISTOIRE. Ce 17 mai 1997, le règne de Mobutu a pris fin. Comme une tragédie classique, le basculement vers l'ère Kabila s'est opéré en cinq actes. Récit...."

° https://www.jeuneafrique.com/140072/politique/rdc-le-16-mai-1997-jour-de-la-chute-de-mobutu/
° https://www.congoplanete.com/news/3230/17-mai-fete-nationale-troupes-afdl-laurent-desire-kabila-mobutu-sese-seko.jsp
° https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/rd-congo-17-mai-jour-de-liberation-167507
° https://scooprdc.net/2019/05/17/17-mai-2019-le-m17-kikukama-dans-la-meditation/#.XN6fPqQ68l0


Compatriotiquement !



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

JUSQUE-LA CÉLÉBRÉ COMME 'JOURNÉE DE LA LIBÉRATION', LE 17 MAI RESTE UN JOUR FÉRIÉ, CHÔMÉ ET PAYÉ MAIS DÉSORMAIS DÉDIÉ A LA "RÉVOLUTION ET AUX FORCES ARMÉES" ! MAIS QUE REPRÉSENTE AUJOURD'HUI POUR LES CONGOLAIS LE 17 MAI SURTOUT EN CES TEMPS DE CHANGEMENT? Empty Re: JUSQUE-LA CÉLÉBRÉ COMME 'JOURNÉE DE LA LIBÉRATION', LE 17 MAI RESTE UN JOUR FÉRIÉ, CHÔMÉ ET PAYÉ MAIS DÉSORMAIS DÉDIÉ A LA "RÉVOLUTION ET AUX FORCES ARMÉES" ! MAIS QUE REPRÉSENTE AUJOURD'HUI POUR LES CONGOLAIS LE 17 MAI SURTOUT EN CES TEMPS DE CHANGEMENT?

Message  ndonzwau le 18/5/2019, 12:09 pm


"RDC: polémiques autour des célébrations du 17 mai
° http://www.rfi.fr/afrique/20190518-rdc-polemiques-autour-celebrations-17-mai
Le 17 mai 1997, l’AFDL de Joseph Kabila marche sur Kinshasa, mettant fin au règne du Maréchal Mobutu et ouvrant la voie au régime des Kabila et fils. Le 17 mai 2019, Félix Tshisekedi, président dont le parti a combattu cet héritage pendant plus de 30 ans, en préside la commémoration, en essayant de lui donner une tonalité nouvelle. Mais sans échapper à la polémique.

La présidence congolaise a bien essayé d’atténuer la charge symbolique que cette journée revêt dans l’histoire congolaise pour en faire non pas la commémoration de l’entrée de l’AFDL dans Kinshasa, ni celle de la « libération » comme c’était le cas officiellement autrefois, mais plutôt la journée de la « révolution et des forces armées congolaises ».
Dans son discours, le ministre de la Défense a d’ailleurs rappelé les épisodes marquants de l’histoire de cette armée de l’époque coloniale à aujourd’hui. Quant à Felix Tshisekedi, après avoir déposé une gerbe de fleurs sur le mémorial en l’honneur des soldats congolais morts au combat, il en a profité pour annoncer que désormais tous les retraités hauts gradés de l’armée recevraient une allocation de fin de carrière en cette journée du 17 mai. Depuis son élection, il avait souvent promis aux militaires une amélioration de leurs conditions de vie.

Mais cela n’a pas suffi à faire taire les critiques sur cette célébration. « S’incliner devant la mémoire de nos soldats, oui, mais le faire un 17 mai quelle abomination » s’exclame sur son compte twitter la Lucha, pour qui cette date représente « le mal absolu dans l’histoire du Congo ».


@luchaRDC
Tweets
...
LUCHA | RDC a retweeté Présidence RDC

« Journée de la révolution », vraiment?
S’incliner devant la mémoire de nos soldats, oui.
Mais le faire un #17mai, quelle abomination pour celui (@fatshi13) qui il n’y a pas longtemps semblait conscient du mal absolu que représente cette date dans l’histoire du Congo !

LUCHA | RDC ajouté,
@Presidence_RDC
#RDC #17Mai, journée de la révolution et des #FARDC
Le Chef de l’Etat s'est incliné devant le mémorial du soldat congolais. Il honore ainsi les dignes filles et fils qui ont payé le prix fort pour la nation et affirme le respect et la considération dûs à nos forces…
05:53 - 17 mai 2019]
17 Retweets
 
« Aucune révolution, ni libération n’a eu lieu le 17 mai », renchérit le mouvement citoyen VICI-RDC, qui demande que cette journée ne soit plus célébrée. Quand un observateur de la vie politique congolaise voit dans le geste du président Tshisekedi la volonté « de ne pas froisser l’ex-président Kabila, dont le parti le PPRD est l’héritier politique de l’AFDL ».      

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum