RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 24/6/2019, 2:39 pm

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Bemba, un des leaders officiels de LAMUKA, plateforme politique de l'opposition est de retour dans un contexte des tensions où le pouvoir en place a à dessein organisé le même jour un culte chrétien au stade des Martyrs et déplacé le meeting de Bemba à Ste Thérèse à Ndjili, planté quelques bâtons dans son parcours après une très longue immobilisation à l'aéroport, avec gaz lacrymogènes et quelques blessés au passage.
Il est donc clair que la décrispation politique proclamée n'est pas aussi complète comme d'ailleurs l'on empêche l'autre leader de Lamuka, Katumbi, à sillonner le pays comme il l'a prévu, il n'a foulé jusque que le sol du seul Lumbumbashi, interdit d'aller ailleurs. De même Mbusa, un autre leader de Lamuka a pris ses distances pour travailler avec Tshisekedi surtout pour son Nord Kivu destabilisé par l'insécurité et Ebola si pas pour un poste quelque part bien placé...
De bonne guerre ou avançant masqué le pouvoir fixe le cadre de son influence n'ayant cure des amitiés anciennes ou lui déclarées (Katumbi) !

Au sein de Lamuka lui-même tous ne parlent pas de la même voix : Fayulu reste radical réclamant toujours la vérité des urnes donc ne reconnaissant pas complètement le PR actuel tandis que Katumbi revendique toujours une proximité avec ce dernier dans une opposition qu'il qualifie de "républicaine, constructive".

Bemba a été accueilli par Fayulu et Muzitu, autre leader de Lamuka, par les cadres de son parti MLC et des centaines des sympathisants mais dans son meeting il semble avoir opté pour une position médiane quelque peu ambiguë : en même temps qu'il dénonce le fonctionnement du pouvoir en place (FCC-CACH) et promet même un mot d'ordre pour le 30 juin, date choisie par Fayulu pour des manifestations nationales de contestation, il ajoute (ou remplace) à la vérité des urnes, le combat de la défense du peuple, la défense de l’intérêt du peuple ».
Qu'est-ce donc tout cela et comment Bemba compte-il y arriver, convaincre et mobiliser son camp et le reste reste de la population pour ce combat de la défense du peuple, de l'intérêt du peuple ?

Alors, quelles chances a une opposition représentée par un Lamuka divisé de remplir sa fonction de contre-pouvoir officiel ?
Les leaders de Lamuka sont-ils encore capables de se réunir et de représenter un front uni ?
Aujourd'hui 'JK' et son FCC paradent en maîtres du jeu jusqu'à jouer crânement la provocation (cas des invalidations des élus de l'opposition) au risque d'embraser le pays, comment les en empêcher d'autant que pour cette opposition le premier adversaire c'est  bien 'JK' (et son camp), Tshisekedi et son CACH ne sont ciblés qu'en tant que complices consentants...
Les défis du pays restent donc importants et urgents, une opposition républicaine se doit d'y jouer un rôle majeur, voilà nos craintes devant un Lamuka fissuré.



"RDC: l’opposant Jean-Pierre Bemba de retour à Kinshasa
° http://www.rfi.fr/afrique/20190623-rdc-bemba-retour-kinshasa-lamuka-muzito-fayulu

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 000_1hr4cb_0 Jean-Pierre Bemba, chef du Mouvement pour la liberation du Congo (MLC), à son arrivée, ce dimanche 23 juin 2019, à l’aéroport de Kinshasa, reçu par Martin Fayulu (G), ancien candidat à la présidentielle de la coalition d’opposition Lamuka, le 23 juin 2019. © ALEXIS HUGUET / AFP

Jean-Pierre Bemba, opposant et ex-chef de guerre, est arrivé, ce dimanche 23 juin, à Kinshasa, pour son deuxième retour en République démocratique du Congo (RDC), en moins d’un an, après avoir été condamné puis acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) et avoir fait dix ans de prison.

Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa, en provenance de Bruxelles. C’est la première fois qu’il rentre dans son pays depuis août 2018.
7 heures 30, son avion atterri à l’aéroport de N’djili. À l’aéroport, il a été accueilli par les cadres de son parti, mais aussi par deux leaders de la coalition Lamuka dont Martin Fayulu et Adolphe Muzito, qui s’est confié à RFI. « Avec son arrivée, c’est un des généraux qui arrive et qui vient renforcer le front, véritablement. On se sent beaucoup plus forts encore », a-t-il souligné.
À la question de savoir ce qui va changer avec cette arrivée, Adolphe Muzito est persuadé que « c’est la grande mobilisation pour la vérité des urnes, pour la rupture », a-t-il dit avant d’ajouter que « le peuple a changé, a voté pour les changements et je pense que nous y travaillons et nous y travaillons plus nombreux pour améliorer la stratégie. Absolument.» Et il annonce pour « bientôt, une tournée d’ensemble à travers le pays pour remercier la population pour avoir choisi un des nôtres comme président de la République et nous nous battrons pour qu’il en soit ainsi ».

Parcours mouvementé jusqu'à Sainte-Thérèse

Au salon d’honneur de l’aéroport, Jean-Pierre Bemba prend des nouvelles et échange avec ses collaborateurs. Dehors, la mobilisation est d’abord timide. Aux abords des installations aéroportuaires, policiers et militaires se positionnent. C’est également le cas le long du boulevard Lumumba qui relie le centre-ville à l’aéroport. C’est à 12 heures que son cortège se dirige vers le terrain Sainte-Thérèse, lieu du meeting.
Progressivement, des milliers de personnes grossissent les rangs de ses militants pour ce parcours mouvementé et parsemé d’accrochages entre militants et forces de l’ordre. À certains endroits, aux gaz lacrymogènes de la police, les militants répondent par des projectiles. Après environ quatre heures de route, Bemba arrive à Sainte-Thérèse.

Rester mobiliser pour « le combat du changement »

Jean-Pierre Bemba remercie ses partisans, rappelle les principaux axes de son engagement politique, condamne le tribalisme, évoque l’insécurité dans l’est du pays, la corruption et demande à ses militants de rester mobilisés pour, dit-il, le « combat du changement ». Il constate que la situation du pays est alarmante. Il cite notamment le cas de l’insécurité. « J’ai consenti des sacrifices pour rétablir la paix en 2001 entre les Hemas et les Lendus. Maintenant, j’apprends que les violences ont repris », déclare-t-il.

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 2019-06-23t144849z_1626807697_rc11dca95aa0_rtrmadp_3_congo-politics_0
L'opposant Jean-Pierre Bemba salue ses partisans, avant la tenue d'une meeting à sainte-Thérèse, le 23 juin 2019. © REUTERS/Kenny Katombe  

Dans son discours, il prône également la bonne gouvernance et dénonce la corruption. Il s’attaque aussi aux arrêts de la Cour constitutionnelle qui ont invalidé une vingtaine de députés de Lamuka. « Ce qui se passe à la Cour constitutionnelle, est-ce que c’est normal ? Un député élu avec 47 000 voix est remplacé par quelqu’un qui a obtenu 200 voix aux élections, est-ce que c’est normal ? Insiste-t-il. Voilà ce qui détruit la crédibilité de notre pays. »
Jean-Pierre Bemba annonce également que les leaders de Lamuka se réuniront bientôt et donneront un mot d’ordre le 30 juin."


"RD Congo: tensions autour du nouveau retour de l’opposant Jean-Pierre Bemba à Kinshasa
° https://www.lesoir.be/232457/article/2019-06-23/rd-congo-tensions-autour-du-nouveau-retour-de-lopposant-jean-pierre-bemba

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! B9720040021Z.1_20190623205659_000+GKFDTMVTP.2-0
Les supporters de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa - Reuters

Des tensions ont éclaté dimanche à Kinshasa autour du cortège de l’opposant et ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba pour son deuxième retour en moins d’un an en République démocratique du Congo, après son acquittement en juin 2018 par la Cour pénale internationale (CPI).
Des inconnus ont lancé des pierres contre le cortège de M. Bemba à son arrivée près de la place d’un quartier populaire où des milliers de personnes sont venues l’écouter dans l’après-midi, a constaté un journaliste de l’AFP.
Un proche de M. Bemba a été légèrement touché à l’oreille, de même source.
Des incidents avaient aussi éclaté en marge de la procession de plusieurs heures de M. Bemba et de ses supporteurs entre l’aéroport de Ndjili et cette place, la place Sainte-Thérèse.
Des manifestants ont lancé des pierres et la police a riposté par des tirs de gaz lacrymogènes, a constaté un photographe de l’AFP qui a entendu plusieurs types de détonations et vu au moins un homme blessé à la jambe.
A sa descente le matin d’un jet privé en provenance de Bruxelles, M. Bemba avait été accueilli par Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l’élection présidentielle du 30 décembre dernier face à Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur par la commission électorale et la Cour constitutionnelle.

Un long exil

Lors de son premier retour d’exil le 1er août 2018, après onze ans d’absence, M. Bemba n’était resté que quelques jours en RDC, le temps de déposer sa candidature à l’élection présidentielle finalement invalidée par la commission électorale.
Il était alors rentré en Belgique d’où il a animé à distance la coalition Lamuka autour de la candidature de M. Fayulu avec un autre ténor de l’opposition, l’ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi.
Des divergences sont apparues depuis au sein de la coalition Lamuka. M. Fayulu incarne une opposition radicale et réclame la «vérité des urnes».

A son propre retour d’exil il y a un mois, Moïse Katumbi avait déclaré qu’il ne combattrait pas Félix Tshisekedi mais défendrait une «opposition républicaine et exigeante».
«Jean-Pierre Bemba est revenu prêter main forte à Martin Fayulu», a déclaré lors du meeting l’une de ses proches politiques, Eve Bazaiba.
Présent sur l’estrade aux côtés de M. Bemba, M. Fayulu a été ovationné par la foule qui a en revanche sifflé le nom de Moïse Katumbi, a constaté le journaliste de l’AFP.
«Donnez-nous des armes», ont scandé certains dans la foule à plusieurs reprises. «Nous sommes des démocrates. On veut avoir le pouvoir par les élections», a dit M. Bemba durant son meeting d’un peu plus d’une heure.

Pardon

Au moment même du meeting de M. Bemba, le président Tshisekedi participait à une «journée nationale d’action de grâce» en présence de plusieurs cultes religieux devant des milliers de personnes au stade des Martyrs, dans une autre commune de la ville.
Au nom de toutes les autorités anciennes comme présentes, je te demande pardon pour le sang des innocents qui a été versé intentionnellement ou par de simples erreurs», a déclaré le président Tshisekedi tout de blanc vêtu dans des propos rapportés par le site actualité.cd.

Candidat malheureux à la présidentielle de 2006 face à l’ancien président Joseph Kabila, l’ex vice-président Bemba a passé dix ans à la prison de la CPI pour des crimes commis pas ses troupes en Centrafrique, avant d’être acquitté et libéré en appel.
Il revient en RDC alors que le président Tshisekedi est lié par un accord de coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila, qui a gardé une large majorité au Parlement. Cet accord n’a toujours pas débouché sur la formation d’un gouvernement.
Les leaders de la coalition Lamuka ont prévu des manifestations dimanche prochain, jour de la fête de l’Indépendance, pour protester contre l’invalidation de l’élection d’une vingtaine de leurs députés par la Cour constitutionnelle.
«On ne veut pas de violences», a prévenu M. Bemba"


"APPELS SUR L’ACTUALITÉ
[Vos réactions] Jean-Pierre Bemba de retour dans le jeu politique congolais

° http://www.rfi.fr/emission/20190624-vos-reactions-jean-pierre-bemba-retour-le-jeu-politique-congolais
Jean-Pierre Bemba de retour à Kinshasa, acte 2. L’ex chef de guerre, acquitté par la CPI, rentre au pays alors que les tensions politiques sont reparties de plus belle après l’invalidation massive des députés de la coalition Lamuka. Comment l’opposant va-t-il se positionner face à Félix Tshisekedi ? On lance le débat."


"RDC: le retour de l’opposant Bemba à Kinshasa suscite des tensions"
° https://www.jeuneafrique.com/792958/politique/rdc-le-retour-de-lopposant-bemba-a-kinshasa-suscite-des-tensions/

° https://plus.lesoir.be/232456/article/2019-06-23/rd-congo-le-deuxieme-retour-de-jean-pierre-bemba
° https://information.tv5monde.com/info/rdc-nouveau-retour-kinshasa-pour-l-opposant-bemba-307709
° https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rdc-l-opposant-jean-pierre-bemba-est-de-retour-a-kinshasa?id=10253540



"RDC : « A la vérité des urnes, nous avons ajouté la lutte pour la défense de l’intérêt du peuple » Bemba
° https://actualite.cd/2019/06/24/rdc-la-verite-des-urnes-nous-avons-ajoute-la-lutte-pour-la-defense-de-linteret-du-peuple
Jean Pierre Bemba, président du Mouvement de libération du Congo (MLC) est rentré dimanche 23 juin 2019 à Kinshasa. Il a tenu à expliquer le combat de vérité des urnes né après les élections qui ont porté Félix Tshisekedi à la tête du pays.
"« A propos de vérité des urnes, nous avons entamé la lutte au lendemain des élections en demandant à la CENI de publier tous les procès-verbaux pour que nous sachions qui a gagné ou perdu les élections. C’était ça le combat de vérité des urnes. C’est pourquoi nous avons formé la plateforme politique Lamuka. Nous avons ajouté [Ndlr : à la vérité des urnes] le combat de la défense du peuple, la défense de l’intérêt du peuple, voilà là où nous en sommes », a expliqué l’ancien président congolais qui répondait à une question lui adressée au cours de son meeting populaire à la place Sainte Thérèse dans la commune de N’djili."
Une foule immense a accompagné le leader du MLC de l’aéroport de N’djili jusqu’au lieu du meeting.

Contexte
57 ans, Jean-Pierre Bemba Gombo est arrivé à Kinshasa, ce dimanche 23 juin. Il a été accueilli à l’aéroport international de Ndjili par les cadres de son parti, le MLC, dont Eve Bazaiba et Jacques Djoli. Certains leaders de la coalition Lamuka, dont il fait également parti, étaient présents tels que Martin Fayulu et Adolphe Muzito.
L’ancien sénateur était déjà rentré, en août 2018, pour la première fois au pays après son incarcération à la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas. Il s’était également rendu à Gemena pour s’incliner devant la tombe de son père. Pendant son court séjour, il avait également déposé sa candidature pour la présidentielle de décembre de la même année. Scrutin auquel il ne s’était pas finalement présenté parce que, le 24 août, son dossier avait été déclaré non recevable par la CENI suite à sa condamnation par la CPI pour subornation de témoins."


"RDC : La réponse de Bemba à la question d’une possible collaboration avec Tshisekedi – AUDIO
° https://actualite.cd/2019/06/24/rdc-la-reponse-de-bemba-la-question-dune-possible-collaboration-avec-tshisekedi-audio
L’opposant Jean-Pierre Bemba Gombo est rentré à Kinshasa ce dimanche 23 juin. C’est la première fois qu’il reviennent dans son pays depuis aout 2018. Il a été accueilli par des milliers de kinois et a tenu un meeting place Sainte-Thérèse, dans la commune de Ndjili. Après son speech, il a également répondu à quelques questions des militants. Parmi les intervenants, il y avait cette militante qui a demandé s’il était possibilité de voir Bemba s’associer à Félix Tshisekedi.
 « Nous avons dit que la démocratie, c’est le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple. La démocratie, c’est le respect de l’opinion. Si nous tous avons le même entendement, le respect des opinions des uns et des autres, je pense que tout ira bien dans ce pays. Le respect des libertés individuelles, le respect des opinions, je pense que cela sera un grand progrès pour le pays », a t-il dit.
Ecoutez cet extrait ici.
Il a également répondu à la question sur l’éventualité de passer par d’autres voies pour accéder au pouvoir.
« Nous sommes de démocrates. Le pouvoir vient du peuple, par les urnes. C’est le schéma qui nous allons suivre. Le pouvoir viendra du peuple », a t-il ajouté.
Moise Katumbi, qui se range dans l’opposition dite républicaine, avait annoncé que les principaux dirigeants de Lamuka iront rencontrer Félix Tshisekedi. Avant même la concrétisation de cette initiative, Mbusa Nyamwisi, un des six leaders a déjà rejoint le camp de la mouvance présidentielle. Pour sa part, Bemba a annoncé qu’un mot d’ordre sera donné le 30 décembre.
« Le 30 juin, Lamuka fera un communiqué. Le 30 juin, nous allons donner un mot d’ordre. Nous allons nous réunir, nous allons nous entendre également avec ceux qui sont en Europe. Nous allons élaborer un programme et nous allons vous le communiquer. Nous ne voulons pas que quand nous appelons à une marche pacifique qu’il y ait trouble », a t-il déclaré."


"Cour constitutionnelle : « Un député élu avec 47 000 voix est remplacé par quelqu’un qui a obtenu 200 voix, est-ce que c’est normal ? » (Bemba)"
° https://actualite.cd/2019/06/23/cour-constitutionnelle-un-depute-elu-avec-47-000-voix-est-remplace-par-quelquun-qui

"RDC-Bemba : « le 30 juin, nous allons donner un mot d’ordre »"
° https://actualite.cd/2019/06/24/rdc-bemba-le-30-juin-nous-allons-donner-un-mot-dordre

"Bemba: « je connais Fayulu depuis 24 ans, il ne peut pas avoir des idées de tribalisme »"
° https://actualite.cd/2019/06/24/bemba-je-connais-fayulu-depuis-24-ans-il-ne-peut-pas-avoir-des-idees-de-tribalisme

"RDC-ADF : La restauration de la paix à Beni est « une question de volonté et de détermination », croit Bemba"
° https://actualite.cd/2019/06/24/rdc-adf-la-restauration-de-la-paix-beni-est-une-question-de-volonte-et-de-determination

° https://actualite.cd/2019/06/23/retour-de-bemba-la-police-deplore-des-actes-de-vandalisme-perpetres-par-les-militants
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-53009_arrivee_de_bemba_eve_bazaiba_accuse_la_police_d_empecher_la_population_de_traverser_la_riviere_ndjili.html
° https://www.politico.cd/actualite/2019/06/24/arrivee-de-bemba-5-policiers-blesses-et-plusieurs-degats-materiels-signales-communique-de-la-police.html


Compatriotiquement !



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 24/6/2019, 3:34 pm


"RDC : quel espace politique pour Jean-Pierre Bemba ?
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-quel-espace-politique-pour-jean-pierre-bemba/
Le second de retour de l'opposant Jean-Pierre Bemba sonne le départ de la lutte pour le leadership de l'opposition. Un axe Bemba-Fayulu semble se dessiner.

Le contexte politique a bien changé depuis le premier retour triomphal de Jean-Pierre Bemba en août 2018 – voir notre article. A l’époque, des dizaines de milliers de Kinois étaient venus accueillir le chairman du MLC, tout juste acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), après avoir fait dix ans de prison. La libération surprise de l’ancien vice-président congolais à cinq mois de la présidentielle avait suscité l’espoir de nombreux congolais pour ravir la victoire au dauphin du président Joseph Kabila. Mais la candidature du chairman avait été retoquée par la Cour constitutionnelle, et c’est finalement Félix Tshisekedi qui occupe aujourd’hui la présidence congolaise après une victoire contestée. Aujourd’hui, le second retour de Jean-Pierre Bemba, après plusieurs mois d’exil, n’a pas déplacé les foules à Kinshasa. La faute à la police, qui, selon Eve Bazaïba, la secrétaire générale du MLC, a utilisé les gaz lacrymogènes pour éloigner les partisans de Bemba, faisant au moins trois blessés.

Trois gros poissons dans l'opposition

L’accueil timide réservé à Jean-Pierre Bemba est à l’image de la recomposition qui se profile au sein de l’opposition congolaise et de la coalition Lamuka, dont font désormais partie les trois principaux opposants congolais : Martin Fayulu, le candidat malheureux à la présidentielle, Moïse Katumbi, et maintenant, Jean-Pierre Bemba. Les Congolais semblent pour l’instant se satisfaire de la victoire contestée de Félix Tshisekedi, même s’ils ne sont pas dupes de la tricherie électorale et de l’alliance contre-nature entre Tshisekedi et Kabila. Mais pour s’opposer à la coalition FCC-CACH au pouvoir, il y a maintenant trois gros poissons sur les rangs, et Jean-Pierre Bemba devra trouver sa place entre Martin Fayulu et Moïse Katumbi.

Vers un axe Bemba-Fayulu

A l’heure où la coalition bat de l’aile (pour ne pas dire plus), le positionnement politique de Jean-Pierre Bemba est très attendu. Sera-t-il sur la ligne Katumbi d’une « opposition républicaine » et constructive, ou sur la posture plus radicale de Martin Fayulu, qui défend toujours sa victoire à la présidentielle et une opposition frontale ? Lors de son meeting de retour à Sainte-Thérèse, Jean-Pierre Bemba semble plutôt se caler dans les pas de Martin Fayulu, en prônant la poursuite du combat pour « la vérité des urnes » et en se montrant très offensif contre le pouvoir actuel « qui ne travaille pas pour les intérêts du peuple ». Un axe Bemba-Fayulu parait donc se profiler, alors que Moïse Katumbi souhaite déjà se lancer dans la présidentielle de 2023, en promettant de battre campagne à travers tout le pays.

2023 en ligne de mire

Dans un espace politique saturé, la voie médiane, à équidistance entre Fayulu et Katumbi, semble dessiner la nouvelle stratégie de Jean-Pierre Bemba pour revenir sur le devant de la scène. Le patron du MLC peut compter sur Martin Fayulu, venu l’accueillir à l’aéroport de Kinshasa, mais aussi sur Freddy Matungulu et Adolphe Muzito, tous fidèles à la coalition Lamuka. Mais il faudra aussi trouver un terrain d’entente avec le coordonnateur de Lamuka du moment, qui reste Moïse Katumbi pour encore quelques mois. Il faudra donc que Bemba, Fayulu et Katumbi clarifient rapidement leur positionnement au sein de Lamuka, quitte à claquer la porte du mouvement comme Mbusa Nwamwisi qui souhaite rejoindre le futur gouvernement. Les trois opposants devront enfin convaincre les Congolais de leur faire confiance. Jean-Pierre Bemba devra faire oublier son passé autoritaire d’ancien rebelle et prouver qu’il n’est pas un homme du passé. Martin Fayulu devra faire la preuve qu’il a les moyens de continuer la politique sans son mentor financier, Moïse Katumbi. Quant à Moïse Katumbi, il devra démontrer sa réelle popularité en dehors de son fief de Lubumbashi, et notamment à Kinshasa. Tous les acteurs de la bataille de la présidentielle de 2023 sont désormais en place."


"RDC: tensions autour du nouveau retour de l’opposant Bemba à Kinshasa
° https://afrique.lalibre.be/38026/rdc-tensions-autour-du-nouveau-retour-de-lopposant-bemba-a-kinshasa/
Des tensions ont éclaté dimanche à Kinshasa autour du cortège de l’opposant et ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba pour son deuxième retour en moins d’un an en République démocratique du Congo, après son acquittement en juin 2018 par la Cour pénale internationale (CPI). Des inconnus ont lancé des pierres contre le cortège de M. Bemba à son arrivée près de la place d’un quartier populaire où des milliers de personnes sont venues l’écouter dans l’après-midi, a constaté un journaliste de l’AFP.

Un proche de M. Bemba a été légèrement touché à l’oreille, de même source.
Des incidents avaient aussi éclaté en marge de la procession de plusieurs heures de M. Bemba et de ses supporteurs entre l’aéroport de Ndjili et cette place, la place Sainte-Thérèse.
Des manifestants ont lancé des pierres et la police a riposté par des tirs de gaz lacrymogènes, a constaté un photographe de l’AFP qui a entendu plusieurs types de détonations et vu au moins un homme blessé à la jambe.

A sa descente le matin d’un jet privé en provenance de Bruxelles, M. Bemba avait été accueilli par Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l’élection présidentielle du 30 décembre dernier face à Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur par la commission électorale et la Cour constitutionnelle.
Lors de son premier retour d’exil le 1er août 2018, après onze ans d’absence, M. Bemba n’était resté que quelques jours en RDC, le temps de déposer sa candidature à l’élection présidentielle finalement invalidée par la commission électorale.
Il était alors rentré en Belgique d’où il a animé à distance la coalition Lamuka autour de la candidature de M. Fayulu avec un autre ténor de l’opposition, l’ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi.

Des divergences sont apparues depuis au sein de la coalition Lamuka. M. Fayulu incarne une opposition radicale et réclame la « vérité des urnes ».
A son propre retour d’exil il y a un mois, Moïse Katumbi avait déclaré qu’il ne combattrait pas Félix Tshisekedi mais défendrait une « opposition républicaine et exigeante ».
« Jean-Pierre Bemba est revenu prêter main forte à Martin Fayulu », a déclaré lors du meeting l’une de ses proches politiques, Eve Bazaiba.
Présent sur l’estrade aux côtés de M. Bemba, M. Fayulu a été ovationné par la foule qui a en revanche sifflé le nom de Moïse Katumbi, a constaté le journaliste de l’AFP.

« Donnez-nous des armes », ont scandé certains dans la foule à plusieurs reprises. « Nous sommes des démocrates. On veut avoir le pouvoir par les élections », a dit M. Bemba durant son meeting d’un peu plus d’une heure.
Au moment même du meeting de M. Bemba, le président Tshisekedi participait à une « journée nationale d’action de grâce » en présence de plusieurs cultes religieux devant des milliers de personnes au stade des Martyrs, dans une autre commune de la ville.
Au nom de toutes les autorités anciennes comme présentes, je te demande pardon pour le sang des innocents qui a été versé intentionnellement ou par de simples erreurs », a déclaré le président Tshisekedi tout de blanc vêtu dans des propos rapportés par le site actualité.cd.

Candidat malheureux à la présidentielle de 2006 face à l’ancien président Joseph Kabila, l’ex vice-président Bemba a passé dix ans à la prison de la CPI pour des crimes commis pas ses troupes en Centrafrique, avant d’être acquitté et libéré en appel.
Il revient en RDC alors que le président Tshisekedi est lié par un accord de coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila, qui a gardé une large majorité au Parlement. Cet accord n’a toujours pas débouché sur la formation d’un gouvernement.
Les leaders de la coalition Lamuka ont prévu des manifestations dimanche prochain, jour de la fête de l’Indépendance, pour protester contre l’invalidation de l’élection d’une vingtaine de leurs députés par la Cour constitutionnelle.
« On ne veut pas de violences », a prévenu M. Bemba."


° https://www.politico.cd/en-off/2019/06/23/jean-pierre-bemba-rencontre-didier-reynders-avant-son-retour-en-rdc.html


"Masses populaires et peuple. Le Congo-Kinshasa refuse de relire son histoire (Part. 2)
- Par Jean-Pierre Mbelu

° http://www.ingeta.com/masses-populaires-et-peuple-part-2/
«Stades pleins», «meetings pleins», « aéroports pleins» et après ? «Et après ?» est la seule petite question que plusieurs compatriotes, adeptes de «la politique apparente» évitent de se poser. «Etre vu massivement» serait en train de devenir l’unique critère de l’évaluation instantanée des «rassemblements politiques congolais».
«Etre vu massivement et instantanément» semble marcher de pair avec le vide idéologique pouvant mobiliser les masses sur le court, moyen et long terme en vue de les transformer en masse critique capable de renverser les rapports de force.

Relire l’histoire des communautés d’Amérique latine

En dehors de Mobutu, «Président fondateur du MPR», personne n’a, à ce jour, mobilisé les masses congolaises comme monsieur Etienne Tshisekedi. Personne. Pourtant, il n’a pas réussi, au Congo-Kinshasa, à renverser les rapports de force afin de rendre à ce pays sa souveraineté réelle. Il est étonnant que la longévité d’Etienne Tshisekedi dans «l’opposition» et sa capacité de mobiliser les masses populaires ne puissent pas interpeller.
Ailleurs, en Bolivie, par exemple, les masses populaires transformées en peuple conscient de ses luttes historiques, de ses droits fondamentaux et en ses libertés fondamentales ont renversé les rapports de force en 2005 et donné le pouvoir (réel) à Evo Morales. Dans ce pays où les escadrons de la mort multipliaient les massacres et les assassinats, «les communautés se levèrent alors en masse. Elles chassèrent d’abord les commandos de l’armée, et finalement tous les représentants de l’Etat.» Elles créèrent «un front de résistance. Son nom : le Movimiento al socialismo (MAS). De ce mouvement insurrectionnel populaire, Evo Morales émergea rapidement comme l’un des dirigeants.» (J. ZIEGLER, 2008, p. 226)

Et la relecture de l’histoire de ces communautés montre comment elles s’inscrivent dans une longue tradition des luttes d’émancipation politique et de souveraineté. Une tradition transmise le soir autour du feu et à travers les livres archivés. L’enfouissement dans cette tradition a permis aux masses transformées en communautés responsables ayant renversé la pyramide hiérarchique de porter un des leurs au pouvoir. Avant Evo Morales, Hugo Chavez avait connu le même sort au Venezuela. Elu chef de l’Etat, il fut sauvé d’un coup d’Etat impérialiste par la masse critique ayant la connaissance et la conscience de l’histoire de son pays.

La lutte pour «l’alternance au pouvoir-os»

Quand on connaît ces expériences des pays latinos-américains et qu’on essaie de voir ce qui se passe au Congo-Kinshasa, on comprend que «le non-Etat» et «le non-pays» ait encore de longues années devant lui.
La lutte pour «l’alternance au pouvoir-os» aligne des chiffres en dollar pour faire rêver «les masses vues et instantanées» sans que les mécanismes de justice social et de contrôle citoyen soient proposés, connus et débattus.

La fabrication instantanée des masses est une lutte constante contre la mémoire historique collective. «Les poids lourds» autoproclamés n’ont pas grand-chose à leur proposer en marge de «Kabila dégage». «Les masses vues et instantanées» ne se racontent aucune histoire des luttes passées. Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, ABAKO, Mulele, Kalamba, Kamwina Nsapu, etc. ne sont presque pas évoqués comme «ancêtres» au cœur de la mémoire des luttes. Il n’y a rien.
Les questions liées au néocolonialisme et au néolibéralisme comme «paradigmes d’indignité et négatifs» ne sont pas abordées. Bref, la lutte pour «l’alternance au pouvoir-os» aligne des chiffres en dollar pour faire rêver «les masses vues et instantanées» sans que les mécanismes de justice sociale et de contrôle citoyen soient proposés, connus et débattus.

Nous avons des masses populaires

Tel est, me semble-t-il, le contexte où les masses populaires appauvries anthropologiquement sont mobilisées, comme des moutons, pour aller aux élections-pièges-à-cons. Dans ce contexte, pendant plus d’un mois, les tueries et les autres massacres orchestrés à travers le pays vont être ignorés au nom de «la campagne électorale» pour «les candidats providentiels».
Croire qu’il y a un peuple là où la connaissance et la conscience des luttes passées et présentes ainsi que celles de leurs enjeux manquent me semble être un leurre. Non. Là, nous avons des masses populaires.
Et quand le système fondé sur le mensonge systémique aura accompli ses œuvres d’intensification de violence et/ou de tricheries et de fraudes aux élections-pièges-à-cons, ces masses populaires converties en «moutons» pourront, peut-être, (re)avoir leurs pieds sur terre en attendant un prochain «envoûtement». Non. Les masses appauvries, abruties, soumises et assujetties n’ont pas de mémoire. Elles vivent au quotidien du «m’as-tu-vusme». Elles n’échappent pas au selfie massivement.

Croire qu’il y a un peuple là où la connaissance et la conscience des luttes passées et présentes ainsi que celles de leurs enjeux manquent me semble être un leurre. Non. Là, nous avons des masses populaires."
° https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/291118/rdc-masses-populaires-et-peuple



"ACTU EXPLIQUEE 23.06 : DEMONSTRATION DE FORCE A DISTANCE ENTRE F. TSHISEKEDI ET JP BEMBA"




"LE RETOUR DE J.P BEMBA, LES LEOPARDS, LE FCC A LA QUEUE LEULEU CHEZ J. KABILA"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 24/6/2019, 9:30 pm

"Jean-Pierre Bemba : " Nous allons continuer à défendre les intérêts du peuple "
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20450
* C’est en ces termes que s’est exprimé le leader du MLC lors du meeting d'hier à la Place Ste Thérèse après son retour au pays.
L'ancien vice-président de la RD Congo, Jean-Pierre Bemba, dit s'engager avec la plateforme LAMUKA, à continuer à défendre les intérêts du peuple congolais. Il l'a déclaré hier dimanche 23 juin, au cours d'un meeting tenu devant une foule nombreuse à la place Sainte Thérèse à N'djili, quelques heures après son retour à Kinshasa en provenance de la capitale belge, Bruxelles. "Nous ne pouvons pas laisser ce combat. Nous allons continuer à défendre les intérêts du peuple congolais", a déclaré Jean-Pierre Bemba Gombo.


Dans son adresse, le chairman du MLC a dénoncé la corruption qui mine même la société rd congolaise. Bemba qualifie ce mal de " cancer " que la RDC a contracté depuis son indépendance. Selon le vice-président honoraire de la RDC (2003-2006), la maladie gangrène même les institutions du pays.
Pour étayer ce qu'il dit, Jean-Pierre Bemba pointe du doigt ce qui se passe depuis quelques jours à la Cour constitutionnelle, à la suite des invalidations à la pelle des députés nationaux estampillés LAMUKA.
" La Cour constitutionnelle doit être crédible parce qu'elle contribue à renforcer la démocratie dans notre pays. Malheureusement, le cancer qui a atteint notre justice tend à détruire nos institutions. Voyez comment notre Assemblée nationale est constituée. Résulte-t-elle du souhait du peuple ? Voilà comment nous détruisons la crédibilité de notre pays. Si nous voulons être respectés à ici et ailleurs, nous devons être sérieux et crédibles. Ce qui se passe à la cour constitutionnelle est-il normal ? Un député élu avec 47 000 voix est remplacé par quelqu'un qui a obtenu 200 voix aux élections, est-ce que c'est normal ? Voilà ce qui détruit la crédibilité de notre pays ",s'est-il exprimé devant ses partisans.

Par ailleurs, le président national du Mouvement de libération du Congo (MLC), a expliqué à la foule que LAMUKA est avant tout une affaire du peuple et non de ses différents leaders. Aussi appelle-t-il ce peuple à faire bloc derrière LAMUKA pour défendre ses intérêts par des voies démocratiques. Pas tout.Jean-Pierre Bemba a aussi déploré le comportement des gouvernants qui utilisent le denier public, non pas dans l'intérêt du peuple, mais pour leurs propres intérêts. Pour l'orateur de la place sainte Thérèse, le temps est venu pour les Congolais de " goûter au miel de la bonne gouvernance et à un Etat de droit en RDC. "
En outre, Jean-Pierre Bemba a condamné les violences perpétrées dans la province de l'Ituri. L'ancien vice-président a appelé toutes les communautés de l'Ituri à ne pas céder à la manipulation, et à mettre fin aux violences et tueries.
" J'avais consenti d'efforts en 2001 pour rétablir la paix entre les Hema et les Lendu, en Ituri. J'apprends qu'il y a de nouvelles violences entre ces deux communautés, nos frères et sœurs meurent inutilement, à cause de la manipulation des individus au sein de ces communautés. Je demande à mes oncles Hema et Lendu de ne pas faire ce jeu, vous savez très bien que cela n'est pas votre volonté. Il s'agit des gens malintentionnés qui vous manipulent, cessez les violences ", a conseillé Jean-Pierre Bemba.

Le commandeur du MLC, alors chef de la rébellion du FLC (Front de libération du Congo), branche armée de son parti politique, avait organisé en 2001, au stade Amani de Bunia, une cérémonie de réconciliation des communautés (hema et lendu) qui s'affrontaient lors de la guerre civile qui, en 1999, avait fait environ 7000 morts.Plusieurs personnes ont déjà péri depuis mai dernier dans les violences en Ituri.
L'ancien Sénateur a évoqué également les violences meurtrières à Beni. " La situation est également difficile à Beni. Que l'armée soit vigilante. J'ai vécu à Beni et on avait réussi à repousser les ADF jusqu'au sommet du Ruwenzori. Il y a aussi Ebola, il faut la paix pour accélérer la riposte ",s'est-il exprimé.

IL A RAPPELÉ LA RAISON DE SON "COMBAT POLITIQUE".

" Mon combat n'a pas commencé aujourd'hui, vous le savez. Mon souci pour le peuple est intact. Mon souhait, c'est la paix, la justice. Que les gouvernants servent d'abord la population ", a-t-il fait savoir.
Jean-Pierre Bemba est arrivé hier dimanche à Kinshasa en provenance de Bruxelles. Le président du MLC a été accueilli, à sa descente d'avion, par un comité restreint composé des cadres de son parti et ceux de la coalition Lamuka. Puis Bemba aquitté l'aéroport pour Sainte Thérèse, accompagné de Martin Fayulu, Adolphe Muzito et d'autres cadres de Lamuka ainsi que du MLC.A Sainte Thérèse, il s'adressait à ses militants en direct pour la première fois depuis plus de 10 ans."
° https://lepotentielonline.net/2019/06/24/jean-pierre-bemba-mon-souci-pour-le-peuple-est-intact-mon-souhait-cest-la-paix-la-justice/
° https://cas-info.ca/2019/06/bemba-a-sainte-therese-mon-souci-pour-le-peuple-est-intact-mon-souhait-cest-la-paix-la-justice/

"J.P Bemba : « Que les gouvernants privilégient l’intérêt du peuple au détriment de leurs poches »"
° https://lepotentielonline.net/2019/06/24/j-p-bemba-que-les-gouvernants-privilegient-linteret-du-peuple-au-detriment-de-leurs-poches/


"[Invalidations, Corruption] RDC : Bemba gronde !"
° https://laprosperiteonline.net/2019/06/23/invalidations-corruption-rdc-bemba-gronde/
*Ancien de l’ICHEC, à Bruxelles,  époux de Lillian  Teixeira, Leader du Mouvement de Libération du Congo  et l’un des sociétaires patentés  de la coalition  Lamuka muée en plateforme politique, fils de Jeannot Bemba Saolona, frère de  Catherine et Jean-Jacques Bemba, Jean-Pierre Bemba Gombo, né le 4 novembre 1962 à Bokada sur les terres  de ses ancêtres dans l’Ex-Grand Equateur, plus précisément au Sud-Ubangi,  fustige véhément la corruption qui gangrène et érode la crédibilité des institutions   en RD. Congo. Lors de son meeting d’hier  sur la Place Sainte Thérèse de N’djili où il est arrivé après plus de quatre heures de bain de foule, le long du Boulevard Lumumba, il est revenu notamment,  sur les invalidations d’une vingtaine de Députés et Sénateurs sur la trentaine que compte la coalition  Lamuka. Il a, par ailleurs, condamné le tribalisme et l’insécurité dans l’Est et rappelé les grands axes de son engagement pour le renforcement de la démocratie et l’affirmation de l’Etat de droit en RD. Congo, en plein cœur de l’Afrique.

Comment un Député élu avec 47.000 voix peut-il être remplacé par celui qui, chiffres à l’appui, n’en aurait eu que quelque 200 ? S’est-il interrogé sur un ton ferme.
Bemba appelle ainsi à la crédibilité de la Cour Constitutionnelle parce qu’il considère que cela renforcerait la démocratie. Allusion faite à l’examen des recours en rectification des erreurs matérielles, tel qu’il se déroule actuellement devant la Chambre Spéciale instituée, conformément à la promesse de Benoît Lwamba à   Félix Tshisekedi, à l’issue d’une audience lui accordée, le 17 juin dernier à Kinshasa.
Mais, quand est-ce que les congolais goûteront au miel de la démocratie et d’un Etat de droit ?
Bemba estime, en effet, que l’heure est arrivée. Seulement, dit-il, qu’il faut de la volonté politique et de l’engagement de tous pour y arriver. C’est la raison pour laquelle, il a demandé à ses partisans de rester vigilants. Car, dans les tout prochains jours, ils seront mobilisés pour l’aboutissement heureux du combat pour le changement par des voies pacifiques.

Même s’il n’a pas,  expressis verbis, décliné son agenda, il s’est, néanmoins, contenté  d’affirmer l’unité de Lamuka, de ses programmes et ambitions.
Il s’est particulièrement dit  uni à tous les autres membres de la coalition avec lesquels, il promet, du reste,  de nouvelles actions décisives pour contraindre les autorités à travailler dans l’intérêt du peuple congolais.

Remake

Le 23 juin 2018, après plus de dix ans passés sous l’œil vigilant de son geôlier  commis à la surveillance de  sa  Cellule de Scheveningen de la CPI, à la Haye, Bemba revint  à Kinshasa avant de se rendre à Gemena, le lieu où il fit un aller-retour aux fins de d’y déposer sa gerbe de fleurs et de  s’incliner  devant la dépouille mortelle de Feu Jeannot Bemba Saolona, son père décédé alors qu’il purgeait encore  ses peines.
De retour dans la capitale, il déposa personnellement sa candidature sur la table de Nangaa à la CENI, pour confirmer son ambition visant  à briguer la magistrature suprême à l’issue de   la Présidentielle du 30 décembre  2018.

Malheureusement, le 24 août 2018, en raison de quelques raisons qu’il avait, lui-même, rejetées en bloc, la CENI déclara non recevable sa candidature, en même temps que celles de Muzito Adolphe et Antoine Gizenga Fundji, peu avant que ce dernier n’ait  tiré  sa révérence. Aujourd’hui, plus d’une année après, ce tout nouveau  retour du Chairman  au pays relance, selon ses proches,  des multiples champs de bataille pour les échéances à venir, à l’horizon 2023 alors qu’il n’abandonne pas, pour autant qu’il y demeure accroché jusqu’à la moelle  épinière,  la lutte titanesque et chevaleresque  pour le triomphe de la  vérité des urnes."



"Dans son allocution d’hier à la Place N’Djili Sainte Thérèse : Jean-Pierre Bemba moins bavard sur « La vérité des urnes »"
° http://www.latempete.info/37227-2/

"Ni “vérité des urnes”, ni “opposition républicaine” mais “combat pour la défense des intérêts du peuple” pour Bemba

° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2019/06/23/ni-verite-des-urnes-ni-opposition-republicaine-mais-combat-pour-la-defense-des-interets-du-peuple-pour-bemba.html
Il était attendu, le discours de Jean-Pierre Bemba, tantôt présenté comme l’arbitre du conflit entre Katumbi et Fayulu au sein de Lamuka ; ou encore comme l’allié de taille pour Martin Fayulu dans ce duel. Mais aussi pour comprendre l’homme qu’est devenu le président du MLC après 10 ans passés à la Cour pénale internationale. Eh bein, son premier meeting depuis les élections de 2006 a tenu toutes ses promesses.

Fayulu ou Katumbi?


Deux logiques s’affrontent dans la coalition politique de l’opposition congolaise depuis quelques temps : “l’opposition républicaine” de Moïse Katumbi et la “vérité des urnes” de Martin Fayulu. Jean-Pierre Bemba a été contraint de trancher sur cette question par un militant de Lamuka intervenu dans la partie de question réponse :
“Pour le combat de la vérité des urnes quand Lamuka était encore une plateforme électorale, nous avons demandé à la CENI de publier tous les PV pour savoir qui a gagné. Chose qui n’a pas été faite. Maintenant nous sommes une plateforme politique. Nous avons décidé de mener un combat pour la défense des intérêts du peuple. C’est à ce niveau que nous sommes“, a-t-il répondu
Et comment va se passer ce combat de la vérité des urnes? Son appel aux congolais à se lever le 30 juin pour répondre au mot d’ordre qui sera lancé dans quelques jours, en dit plus. Une position qui le rapproche un peu plus de Martin Fayulu que de Moïse Katumbi. La date du 30 juin en question a été du reste annoncée par Martin Fayulu, au nez et à la barbe du coordonateur en exercice de Lamuka Moïse Katumbi.

Avec Félix Tshisekedi, c’est le désamour

L’approche de Moïse Katumbi d’applaudir pour Félix Tshisekedi là où il faut l’applaudir et le condamner là où il faut le condamner, n’est pas du tout du goût du président du MLC. Du début à la fin de son speech, il n’a cité le nom du Chef de l’État congolais aucune fois. Martelant constamment sur “la légitimité des institutions” qu’il faut acquérir en RDC afin d’être respecté à l’extérieur.
Selon lui, l’illégitimité de Félix Tshisekedi qu’il s’est gardé de citer, serait même à la base des tueries à l’Est de la RDC, à l’invalidation des députés Lamuka, dans un parlement qui ne représente pas déjà la volonté du peuple congolais. Pour l’ancien vice président de la RDC, légitimité et crédibilité sont des conditions sine qua non à l’éradication de l’insécurité et de la corruption en RDC, .

La contestation

C’est clair ! Félix Tshisekedi a un opposant de taille. Lui qui est grandi dans l’opposition, doit s’apprêter à gérer un Jean-Pierre Bemba qui a gardé son sang combatif et prêt à en découdre dans la rue avec le nouveau président. Il n’entend pas être cautionner le deal politique signé entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi. Jean-Pierre Bemba pourra encore coincé Félix Tshisekedi dont l’accord politique avec l’ancien président Joseph Kabila ne lui laisse pas assez de marge de manœuvre pour faire mieux."



"RETOUR DE BEMBA : "DANS LAMUKA, IL N'Y A PAS DE TRIBALISME", KATUMBI DOIT CLARIFIER SA POSITION"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 25/6/2019, 2:11 pm

"RDC: les grands défis de Jean-Pierre Bemba après son retour au pays
° https://afrique.lalibre.be/38080/jean-pierre-bemba-le-pouvoir-ne-donne-pas-tous-les-droits/
L’opposant congolais Jean-Pierre Bemba Gombo est rentré à Kinshasa dimanche 23 juin. Il était absent du pays depuis août 2018. Ses premiers jours sur place ne devraient pas être de tout repos ; à côté des activités de la plateforme Lamuka, dont il est membre, il doit amorcer le travail de redynamisation de son parti, le MLC.

En l'absence de Jean-Pierre Bemba, le Mouvement de libération du Congo avait mis en place une structure dite intermédiaire appelée « 1+4 ». C’est avec ce dispositif que le MLC a affronté les deux précédents cycles électoraux.
Il s'agissait d'une direction collégiale pilotée par la secrétaire générale Eve Bazaiba, qui assurait l’intérim du président national, soutenue par quatre secrétaires généraux adjoints - d'où le nom, 4+1.
Déjà en juillet 2018, au cours d’un congrès, les cadres de cette formation politique avait notamment proposé la restructuration de certains organes du MLC qui devait, disaient-ils, reprendre sa place sur l’échiquier politique national.

Cap sur les prochaines élections

Pour sa part, Jean-Pierre Bemba est conscient de ces défis, clament ses proches, qui soutiennent que ces changements tant au niveau des structures que de leurs animateurs seront parmi les premières décisions qu’il va prendre.
Il faudra également combler le vide laissé par la mort, en janvier 2019 à Paris, de Raymond Ramazani Baya, ancien ministre des Affaires étrangères et ex-secrétaire général adjoint chargé de l’idéologie et des programmes du parti.
L’autre défi : vitaliser les structures chargées de préparer les prochaines échéances électorales. Revenu dimanche, M. Bemba a commencé à consulter. Lundi, il était déjà en réunion avec la secrétaire générale et ses adjoints."
° http://www.rfi.fr/afrique/20190622-rdc-retour-jean-pierre-bemba-tres-attendu-parti-mlc
° http://www.rfi.fr/afrique/20190623-rdc-bemba-retour-kinshasa-lamuka-muzito-fayulu


"INVITE AFRIQUE
Jean-Pierre Bemba (RDC): «Quitter Lamuka ? Ce serait irresponsable»

° http://www.rfi.fr/emission/20190625-rdc-jean-pierre-bemba-mlc-lamuka-presidentielle-2023
Jean-Pierre Bemba, le retour. Dimanche, après une longue absence, ce poids lourd de l'opposition congolaise est rentré à Kinshasa.  Sa stratégie ? Rester dans la coalition Lamuka et ne pas annoncer dès maintenant s'il sera candidat ou non en 2023... En ligne de Kinshasa, le président du MLC, le Mouvement de Libération du Congo, répond aux questions de RFI."
° https://actualite.cd/2019/06/25/bemba-propos-de-tshisekedi-je-ne-suis-pas-la-pour-applaudir-les-gens-sont-la-pour-faire
° https://actualite.cd/2019/06/25/bemba-propos-de-la-position-de-fayulu-sur-la-verite-des-urnes-je-comprends-son-attitude


"Les ponts sont coupés entre Jean-Pierre Bemba et Félix Tshisekedi
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2019/06/25/les-ponts-sont-coupes-entre-jean-pierre-bemba-et-felix-tshisekedi.html
Le président du Mouvement de Libération du Congo a accordé une interview à la radio française RFI ce 25 juin, revenant sur la politique de Félix Tshisekedi jusqu’ici, ses relations avec l’enfant de feu Étienne Tshisekedi et sa position par rapport à son pouvoir.

Si Moïse Katumbi a opté pour une opposition républicaine face à Félix Tshisekedi, consistant à “l’applaudir là où il faut applaudir” et le “critiquer là où il faut le critiquer”, il n’a fait que son choix. Mais pas celui de Lamuka ni de Jean-Pierre Bemba. ” Je ne suis pas là pour applaudir. Les gens ont été élus pour faire leur travail et ils doivent faire leur travail. Dans tout ce qui se fait, moi je dois défendre les intérêts de la population “, a déclaré le président du MLC ce matin.
Cependant, au cours de la même interview, Jean-Pierre Bemba a applaudi quand-même : “ Je pense que certaines choses ont été faites. Les prisonniers politiques ont été libérés. Je pense que ça se sont des choses pour les quelles on peut applaudir. Le retour de Moïse Katumbi, il faut aussi l’applaudir. Il faut le saluer. Mais c’est avant tout un droit”, a déclaré l’ancien vice-président de la RDC.

Dans son franc parlé, Jean-Pierre Bemba n’a pas caché des relations délétères entre lui et l’actuel président de la République. “La dernière fois que j’ai parlé à Félix Tshisekedi c’était lors de la réunion de Genève du 11 novembre 2018“, a-t-il affirmé.
Le président du MLC qu’Étienne Tshisekedi a visité à deux reprises lors de son incarcération à la CPI a dit regretté que “la désorganisation” des obsèques de ce dernier ait privé à ses collaborateurs l’opportunité de rendre les derniers hommages à l’opposant historique congolais, alors qu’au niveau de son parti, l’option a été levée de participer à ces funérailles. A ce stade, Jean-Pierre espère au moins obtenir l’autorisation de la famille d’Étienne Tshisekedi pour aller se recueillir sur sa tombe.
Mais, tout ça ne fait que traduire le fossé qui s’est creusé entre lui et le nouveau président de la RDC et fils d’Étienne Tshisekedi, depuis l’échec de la candidature unique à Genève. ” Je ne suis pas en contact avec lui, je n’ai pas de ses nouvelles. Nous pouvons dire que les ponts son coupés avec lui”, a confirmé Jean-Pierre Bemba."


"Jean-Pierre Bemba : « Le pouvoir ne donne pas tous les droits»
° https://afrique.lalibre.be/38080/jean-pierre-bemba-le-pouvoir-ne-donne-pas-tous-les-droits/

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Bemba0-690x450

Jean-Pierre Bemba, le président du MLC, le Mouvement de Libération du Congo, est de retour en RDC.
Ce dimanche 23 juin, l’ancien vice-président congolais, qui a passé dix ans dans les geôles de la Cour pénale internationale (CPI) avant d’être innocenté des accusations de crime de guerre et de crime contre l’humanité, a été accueilli par des dizaines de milliers de supporters venus de tout Kinshasa. « À chaque fois, c’est une surprise. J’ai le sentiment qu’ils étaient encore plus nombreux que lors de mon précédent retour du mois d’août 2018. Par le toit de la voiture, je peux voir la marée humaine qui accompagne notre cortège, je peux entendre mes compatriotes chanter, je peux les-entendre scander certains messages très clairs à l’égard de ceux qui ont le pouvoir. Les attentes du peuple congolais sont énormes », explique-t-il un peu plus de 24 heures après cette « joyeuse entrée »

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Bemba2-524x362
Ces milliers de supporters l’ont accompagné en rang serré jusqu’à l’esplanade de Sainte-Thérèse où Jean-Pierre Bemba a tenu un meeting dans lequel il a fustigé la corruption qui règne en maître en République démocratique du Congo.

Pourquoi avoir ciblé en particulier la corruption ?
 Parce que c’est un mal qui ronge tout, qui tue tout. Elle détruit le bon fonctionnement de la justice, elle gangrène toutes les couches du pouvoir, du gouvernement aux fonctionnaires, en passant par les enseignants et tous les corps publics. C’est invivable. Le pays ne peut pas progresser dans cette situation.
Lecteur vidéo
00:00
01:36

Vous pensez que le nouveau pouvoir en place lutte efficacement contre ce fléau ?
Jusqu’ici, on n’a pas vu grand-chose mais on va leur accorder le bénéfice du doute.
Vous évoquez notamment la justice. La Cour constitutionnelle vient d’invalider plusieurs de vos députés et sénateurs, c’est à eux que vous pensez ?
A eux et à d’autres, mais avouez que ce que nous sommes en train de vivre est surréaliste. Des candidats qui ont obtenu 40.000 voix sont soudainement invalidés au profit de candidats qui n’ont que 200 voix. On est dans un monde de fous.
Lors de votre meeting, dimanche, vous avez évoqué la vérité des urnes, c’est ce que vous réclamez toujours ?
Je suis un pragmatique, je ne vais pas mener un combat d’arrière-garde. Lamuka a mué d’une plateforme électorale en plateforme politique et nous allons continuer à mener le combat pour le bien du peuple congolais. La vérité des urnes doit être demandée. Six mois après les élections, les procès-verbaux des bureaux de vote n’ont toujours pas été publiés par une Commission électorale nationale indépendante qui n’a d’indépendante que le nom. Cette absence de publication permet aujourd’hui à la Cour constitutionnelle de rendre des décisions surréalistes. En ce sens, la question de la vérité des urnes est centrale. L’absence de chiffres officiels et indiscutables empoisonne le quotidien de tout le pays. Lamuka en continuant à revendiquer la vérité des urnes à tous les niveaux, pas seulement à la présidentielle, joue son rôle et défend les intérêts de la population congolaise. C’est elle qui a voté et c’est elle qui s’est fait voler son vote.

Un dialogue est-il possible avec le pouvoir en place ?
Dialoguer, ce n’est jamais mauvais. Je l’ai fait avec Joseph Kabila il y a plus de 15 ans. Mais il faut savoir de quoi il faut dialoguer. Il faut toujours mettre le bien du peuple au premier rang de nos préoccupations. Et il faut vous dire que ce n’est pas Jean-Pierre Bemba, seul,qui prendra la décision. Il faut un débat au sein de Lamuka et, surtout, il faut que Cach et le FCC soient décidés à dialoguer. Jusqu’ici, je n’ai jamais rien entendu de tel de leur part. Ils sont sur leur planète et ils sont surtout sourds aux appels de la population.
Donc pas de dialogue ?
Je n’ai pas le sentiment pour l’instant mais les choses peuvent changer.
Vous avez lancé un appel à la mobilisation le 30 juin. Qu’attendez-vous de ces marches pacifiques ?
Il faut que l’on se mobilise pour faire respecter nos droits. Bien sûr le FCC et Cach ont la majorité absolue des élus et la présidence mais ce n’est pas une raison pour abandonner le combat. Nous sommes dans notre droit et nous devons nous faire entendre pour qu’il soit respecté. Nous ne sommes pas des moutons, nous n’allons pas accepter de nous faire tondre sans réagir. Le 30 juin, Lamuka va mobiliser dans tout le pays. Nous devons réussir cette mobilisation pour montrer aux autres qu’ils ne peuvent pas tout faire. Pour montrer que le peuple est avec nous et pour dire à ceux qui sont aux pouvoir qu’ils n’ont pas tous les droits

Vous pensez que vous pourrez faire changer les choses malgré votre faible représentativité dans les institutions du pays ?
Il faut essayer, il faut qu’ils comprennent en face qu’ils doivent arrêter de léser le peuple congolais. On ne va pas avaler des couleuvres sans fin. Il faut contribuer, au côté de la population, a ce qu’il y ait une évolution. J’espère que la mobilisation aidera au réveil de la conscience de ceux qui ont décidé de gérer le pays.
Quel regard portez-vous sur les six premiers mois au pouvoir de Félix Tshisekedi ?
Je vais d’abord voir ce qu’il va faire.
Vous n’avez rien vu dans les six premiers mois ? Des travaux ont été lancés…
Quand vous lancez des travaux, vous les réceptionnez quand ils sont terminés… J’attends de voir. Mais peut-être que je suis aveugle.
Félix Tshisekedi a beaucoup voyagé durant ces six premiers mois…
Ça, c’est certain. Pour voyager, il a voyagé. Les Congolais ont-ils tiré un bénéfice de ces voyages ?

Toujours lors de votre meeting, vous avez parlé des violences entre Hema et Lendu. Une situation que vous connaissez bien, vous avez été confronté à ces mêmes violences quand vous étiez dans le maquis.
Exact. J’ai vécu les mêmes violences. Ce qui se passe là-bas est gravissime. Les gens meurent pour rien. C’est une manipulation par des individus qui cherchent à mettre le feu dans la région. Trois cents personnes au moins ont déjà péri. Quand j’ai dû intervenir, il y avait eu alors 7.000 morts en deux mois. Quand je vois ce qui se passe aujourd’hui, je crains un nouvel embrasement meurtrier. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. A l’époque j’avais dit aux Ougandais d’arrêter leurs bêtises et je me suis rendu sur place. J’ai contacté les leaders locaux et on a travaillé pendant trois jours et trois nuits non-stop pour faire taire les armes et nous y sommes parvenus. Il y a eu une grande cérémonie au stade de Bunia pour célébrer la réconciliation. Ce lundi, j’ai appris par nos militants du MLC de Bunia que des véhicules de l’armée congolaise avaient été brûlé par les ADF.

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Incendie-524x295

L’est du pays semble de nouveau très instable ?
Assurément. La situation est extrêmement fragile. La Monusco a répertorié 70 groupes armés dans la région. Certains parlent même d’une quarantaine de plus. Tout le monde constate, comme s’il s’agissait d’un fait acquis. Faut-il attendre de vivre une situation à la Somaliland avant de réagir. On a des responsables et bien qu’ils prennent leurs responsabilités.
Vous semblez très inquiet ?
On est face à une énorme bombe à retardement et il n’y a aucune action qui est prise. C’est effrayant. Ceux qui sont aux responsabilités ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas si ça explose.
Dernière question, ce retour au pays sera-t-il de longue durée ?
Beaucoup m’ont dit, dimanche, que cette fois je devais rester. Je vais les écouter. Le 30, je serai chez moi, dans le Sud-Ubangui, et je me déplacerai aussi dans tout l’ancien Equateur. Le 1er juillet, il y aura aussi des cérémonies d’hommage pour mon père qui est décédé il y a dix ans. Une messe sera dite par l’archevêque de Kinshasa Monseigneur Ambongo qui a bien connu mon père."


"Au milieu de Katumbi et Fayulu : Bemba se positionne dans l’angle de la mobilisation
° https://laprosperiteonline.net/2019/06/24/au-milieu-de-katumbi-et-fayulu-bemba-se-positionne-dans-langle-de-la-mobilisation/
Comme annoncé, Jean-Pierre Bemba Gombo n’a pas dérogé à la règle qui marque le retour de la plupart des hommes politiques congolais au pays. Arrivé le dimanche 23 juin vers 4h00, le Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), accueilli par Fayulu, Muzito et plusieurs cadres de son parti, a tenu un meeting de grande envergure, en présence d’une foule énorme, à la place Sainte Thérèse de N’djili. Cela, après une procession pendant près de quatre heures du temps, de l’aéroport de N’djili jusqu’au lieu où il s’est adonné à livrer clairement sa position quant aux enjeux de l’heure en RD. Congo. Un des leaders de la coalition Lamuka, Bemba Gombo a déclaré que le combat de cette plateforme politique se conjugue dans le sens de défendre les intérêts de la population, la démocratie, etc. Pour lui, la population se doit de se tenir prête et se mobiliser massivement à chaque fois qu’un appel lui sera lancé pour exiger le respect de ses intérêts...."


"La Nouvelle Société civile salue le “discours démocratique” de Jean-Pierre Bemba"

° https://www.politico.cd/encontinu/2019/06/25/la-nouvelle-societe-civile-salue-le-discours-democratique-de-jean-pierre-bemba.html

"Quand Jean-Pierre Bemba s’approprie des images du retour de Félix Tshisekedi"

° https://www.politico.cd/desintox/2019/06/24/quand-jean-pierre-bemba-sapproprie-des-images-du-retour-de-felix-tshisekedi.html


"Caricature: vérité...des intérêts du peuple"
° https://actualite.cd/index.php/2019/06/25/caricature-veritedes-interets-du-peuple

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Verite%CC%81%20kash



"Retour de Bemba : le MLC rejette des incidents malheureux survenus dimanche et déplore le caractère « orienté » du communiqué de la Police"
° http://www.congoindependant.com/retour-de-bemba-le-mlc-rejette-des-incidents-malheureux-survenus-dimanche-et-deplore-le-caractere-oriente-du-communique-de-la-police/

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 3/7/2019, 6:22 pm

Comme il s'annonçait depuis quelque temps, les tensions au sein de Lamuka ont culminé en des couacs encore plus ouverts notamment entre le camp de Katumbi et celui de Fayulu. On le sait, leurs stratégies divergent : opposition républicaine vs vérité des urnes et sans doute derrière, une lutte de leadership, de positionnement et d'ambitions dans l'opposition.

Cette fois le prétexte a d'abord été une vieille proposition de Fayulu pourtant connue de tous les leaders pour une sortie de crise à l'aide d'un "Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles (HCNRI)" dont Fayulu prendrait la direction tandis que Tshisekedi continuerait à être PR pendant une transition de deux ans avant des élections avec des règles reformées. Cela a suffi à braquer les proches de Katumbi (Kamitatu, Kalombo...) qui accusent Fayulu de réclamer la journée la "vérité des urnes" et la nuit de tendre la main à Tshisekedi.
Plus de surenchère qu'autre chose parce que non seulement le projet était quasiment public depuis trois mois mais aussi la vérité des urnes n'est pas que pour Fayulu mais une valeur démocratique défendue par tous même par Tshisekedi qui prévoit une révision du système électoral. Cas du vote indirect aux sénatoriales et gouvernorales dont on a découvert la corruption en plein jour mais qui va me dire qu'elle s'est arrêtée à ses portes et n'a pas servi dans le scrutin direct de la présidentielle et des législatives ?

Le second prétexte c'est un communiqué non signé par tous à l'issue de la marche du 30 juin à laquelle tous les leaders ont appelé et dont la gestion sécuritaire (police, gaz lacrymogènes, brutalités et même un mort à Goma), me semble-t-il, a été condamnée par tous.
C'est encore Fayulu qui est ici le coupable.

Au final une opposition divisée qui risque fort de ne pas être crédible à jouer le contre-pouvoir. A se demander si malgré les égos et les ambitions ces leaders se rendent bien compte qu'à terme leur compétition et leurs marchandages ne profiteront qu'à l'adversaire.
Pourquoi Katumbi et Fayulu ne se mettraient-ils pas autour d'une table pour discuter des suites de leurs divergences et au besoin statuer s'ils peuvent continuer à travailler ensemble ou pas au sein de Lamuka ? Et que disent les autres ?
Fayulu a l'occasion de conjuguer la vérité des urnes au futur, elle est à bout de souffle aujourd'hui, et Katumbi de prouver ses capacités de rassembleur, voilà où chacun gagnera une partie car la division de Lamuka ne profitera qu'à Tshisekedi qui est forcément devenu leur rival pour 2023 et peut-être même à 'JK'.

Que vont faire aujourd'hui en effet les leaders de Lamuka, plus personne pour souligner la répression dont leur marche a été victime, un retour aux méthodes anciennes honnies... Chacun va-t-il jouer sa partition ou vont-ils s'entendre pour réunir leurs forces tant on se doute bien que tous ont aujourd'hui à l'horizon les prochaines échéances électorales mais quelle est la meilleure stratégie ? Attendons leurs réponses à ce stade...



"RDC: nouveau coup de sang entre les camps Katumbi et Fayulu
° http://www.rfi.fr/afrique/20190702-rdc-nouveau-coup-sang-entre-camps-katumbi-fayulu

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Moise-katumbi-martin-fayulu_0
L'ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi (gauche), et l'opposant Martin Fayulu, ex-candidat de l'opposition à l'élection présidentielle de 2018 en RDC. © AFP/Fabrice Coffrini/Luis Tato

Les partisans de l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, dénoncent la publication par Martin Fayulu d’un communiqué sans son accord. Les deux hommes avaient pourtant signé un appel à manifester le 30 juin dernier. Ils s'opposent depuis des mois sur la stratégie à adopter face au président Félix Tshisekedi.

Olivier Kamitatu, directeur de cabinet de Moïse Katumbi, n'a pas digéré ce communiqué au nom de Lamuka, mais qui ne porte aucune signature de ses dirigeants. « Totalement anormal », a-t-il tweeté.
RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! A1F_45k-_normal

 Olivier Kamitatu Etsu  @OlivierKamitatu


Il est totalement anormal qu’une déclaration #Lamuka soit publiée sans l’aval des leaders et sans porter la signature d’aucun d’entre eux ! Mais au-delà de cette considération, la répression sanglante d’hier et les barbaries policières portent elles une signature bien connue ! https://twitter.com/ensemble_mk/status/1145740980114612231 …

Ensemble pour le Changement  @Ensemble_MK
RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 26d4Le dernier communiqué de #Lamuka a été publié avant la validation de tous les signataires.
Cette erreur - volontaire ou pas - est contraire au règlement de la coalition.
Les leaders déplorent & condamnent les événements d’hier mais n’ont pas signé cette déclaration. RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 26d4


244
19:21 - 1 juil. 2019
Apparemment, Olivier Kamitatu a vu rouge en lisant un autre tweet de Martin Fayulu qui propose une main tendue au président Félix Tshisekedi. Kamitatu ne mâche pas ses mots : en proposant un « dialogue » au président, Martin Fayulu tourne la page de son combat pour « la vérité des urnes », tranche-t-il, en fustigeant ce qu'il appelle « l'essoufflement d'un radicalisme stérile ». Et d'enfoncer le clou : « Le procès en diabolisation intenté stupidement contre Moïse Katumbi s'en trouve encore plus inqualifiable ».

Depuis, le communiqué à l'origine de cette montée de fièvre a été retiré du compte Twitter de Martin Fayulu, mais le mal était déjà fait. Est-ce pour éviter de mettre de l'huile sur le feu ? Aucun des principaux protagonistes n'a voulu s'exprimer pour le moment, même si les couteaux n'ont pas encore été remis dans leurs fourreaux.
« Il faut que Katumbi et Fayulu se mettent autour d'une table pour voir s'ils ont toujours envie de travailler ensemble », tranche un proche de l'ancien gouverneur, en accusant Martin Fayulu et son entourage d'être allés trop loin en s'en prenant publiquement à Moïse Katumbi.
Un des lieutenants de Martin Fayulu dénonce, de son côté, une tentative de « distraire » ses partisans de leur combat et de l'urgence du moment, à savoir « la dénonciation de la barbarie policière contre les manifestations populaires de lundi »."


"Martin Fayulu: est-ce le début de la fin ?
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2019/07/02/martin-fayulu-est-ce-le-debut-de-la-fin.html

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Cropped-fayulu-sad

Après la publication d’un document datant de 10 mai signé par Fayulu dans lequel l’intéressé propose une transition et la création d’un Haut Conseil des réformes institutionnelles dont lui-même sera le président et Felix Tshisekedi la président voici du pays, voici un autre document qui est venu troubler la quiétude au sein de la coalition Lamuka particulièrement le Mouvement d’Ensemble pour Le Changement de Moïse Katumbi.

En effet, Martin Fayulu a publié à ce jour un communiqué censé faire le compte rendu de l’organisation et du déroulement de la marche organisée par la coalition LAMUKA le dimanche 30 Juin dernier. Et ce document est attribué à Lamuka, donc à l’ensemble des leaders de Lamuka.
Or il s’avère que ce document a été publié unilatéralement par Martin Fayulu sans consulter le reste des leaders de cette plateforme notamment son coordonnateur Moïse Katumbi.

La plateforme de Moïse Katumbi l’a fait savoir en affirmant que “ce dernier communiqué a été publié avant la validation de tous les signataires.” apprends-t-on dans un tweet du Mouvement Ensemble pour le Changement.
“Cette erreur – volontaire ou pas – est contraire au règlement de la coalition.” a fait savoir cette plateforme politique de Moïse Katumbi. Il renchérit en disant que ” les leaders déplorent et condamnent les événements d’hier mais n’ont pas signé cette déclaration.” Fin de citation."


"RDCongo: Lamuka se délite un peu plus et le FCC tire les marrons du feu
° https://afrique.lalibre.be/38474/rdcongo-lamuka-se-delite-un-peu-plus-et-le-fcc-tire-les-marrons-du-feu/

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 000_1ee8xf_0-690x450

La coalition d’opposition Lamuka, qui avait soutenu Martin Fayulu à la présidentielle, continue à se déliter. Alors que l’UDPS se déchire, elle aussi, empêtrée dans les violations de son règlement d’ordre intérieur, seule la coalition kabiliste FCC (Front commun pour le Congo) semble tirer son épingle du jeu. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où c’est elle qui tire le plus de marrons du feu de ce début de cycle électoral. L’adage ne dit-il pas que « la victoire a cent pères, tandis que la défaite est orpheline »?

Les derniers jours semblent avoir planté quelques clous de plus dans le cercueil de l’unité de l’opposition. Celle-ci s’était faite, en 2018, sur le refus du maintien au pouvoir de Joseph Kabila. Elle avait volé en éclats lorsque, pour des questions d’ego, Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe avaient renié leur promesse quelques heures après l’avoir signée.
On sait le tour de passe passe qui avait vu la victoire électorale du candidat de Lamuka, Martin Fayulu, transformée en alliance entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, le premier obtenant la Présidence, le second tout le reste. Et c’est ce reste – considérable – qui permet au « Président honoraire » de maintenir l’unité dans le camp kabiliste, cimentée depuis toujours par l’appât du gain.

Conflits et défections

Il n’en va pas de même à l’UDPS, on le sait, déchirée par des dissensions internes qui ont repris avec virulence depuis que les militants de base ont compris que seul l’entourage de Félix Tshisekedi bénéficiera du peu de postes qu’il contrôle.
Et Lamuka achève aujourd’hui de se déliter. Après la défection de Tshisekedi et Kamerhe, ce sont les Katangais Gabriel Kyungu et Moïse Katumbi qui avaient pris leurs distances dès janvier, une fois que Tshisekedi avait été investi Président. Le premier franchement, conformément à son tempérament de tribun. Le second à la manière ondulante de l’entrepreneur qui hésite toujours à s’enfermer dans une position, afin de se ménager une issue.
Après que la Cour constitutionnelle eut refait l’unité lézardée de Lamuka en invalidant 24 députés d’opposition, le 11 juin, l’hémorragie avait repris avec Mbusa Nyamwisi, qui a « suspendu » sa participation à la coalition « pour être libre afin de travailler aux côtés de Félix Tshisekedi pour votre intérêt », a-t-il assuré ce lundi à la population de son Nord-Kivu natal, à Beni.

Egos et autoritarisme

Le délitement de Lamuka est apparu aussi lorsque seuls Martin Fayulu et Adolphe Muzito se sont montrés à la manifestation que ses cinq dirigeants avaient convoquée pour le 30 juin. Annoncée le 12 juin, il avait fallu au gouverneur kabiliste de Kinshasa 17 jours pour s’apercevoir qu’il ne convenait pas de manifester un jour de Fête nationale et d’interdire cette « marche pacifique » – avec l’approbation du président Tshisekedi, qui met de plus en plus facilement ses pas dans ceux du « Président honoraire ». La marche a été violemment réprimée.
Ensemble pour le Changement, la formation de Moïse Katumbi, a dénoncé lundi le communiqué de Lamuka diffusé dimanche soir pour protester contre cette répression, non pour ce qu’il disait mais parce que le texte n’en avait pas été validé ni signé par les cinq dirigeants de la coalition. Une manière solitaire de procéder que ses partenaires reprochent de plus en plus souvent à Martin Fayulu, qui semble confondre durablement la ferveur pour le candidat de l’opposition anti-Kabila qu’il était en 2018 avec une adulation pour sa personne.

L’arroseur arrosé

C’est d’un de ses alliés agacé que doit venir la « fuite » sur les réseaux sociaux d’une « proposition de sortie de crise » (notre photo) rédigée par M. Fayulu le 10 mai dernier, proposant une transition de 12 à 18 mois dirigée par M. Tshisekedi avant de nouvelles élections, transition durant laquelle l’opposant dirigerait une institution à créer chargée de réformer le pays.
Fayului a ainsi fourni à ses adversaires au sein de Lamuka de quoi lui faire – à leur tour – la leçon. « La journée, on envoie le peuple dans la rue se faire tuer et la nuit on négocie un poste pour lui seul à la tête d’une institution »,a ainsi cinglé Francis Kalombo, un proche de Moïse Katumbi. Et le porte-parole de ce dernier, Olivier Kamitatu, en a remis une couche: « En évoluant en franc tireur, Martin Fayulu tourne la page de la vérité des urnes. Son offre de dialogue avec Felix Tshisekedi consacre l’essoufflement d’un radicalisme stérile. Et le procès en diabolisation intenté stupidement contre Moïse Katumbi s’en trouve encore plus inqualifiable ».
La seule réponse du camp Fayulu, pour l’instant, est de dire que la proposition attaquée n’est pas neuve et « circule dans les canaux diplomatiques depuis des mois ». Un peu court.

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! IMG-20190702-WA0000-481x524

° https://afrique.lalibre.be/36160/rdcongo-violences-au-siege-de-ludps-rongee-par-les-rancoeurs/
° https://afrique.lalibre.be/31561/kyungu-se-rallie-a-tshisekedi-lopposition-lamuka-est-divisee/

'‘’Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles’’ : Lamuka, le clan Katumbi s’y oppose et tire sur Fayulu !"

° https://laprosperiteonline.net/2019/07/02/haut-conseil-national-des-reformes-institutionnelles-lamuka-le-clan-katumbi-sy-oppose-et-tire-sur-fayulu/

"En sollicitant le dialogue avec Tshisekedi, Fayulu “consacre l’essoufflement d’un radicalisme stérile” selon Kamitatu
° https://www.politico.cd/actualite/2019/07/02/en-sollicitant-le-dialogue-avec-tshisekedi-fayulu-consacre-lessoufflement-dun-radicalisme-sterile-selon-kamitatu.html
Le document en circulation sur les réseaux sociaux pour solliciter un dialogue avec Félix Tshisekedi et portant la signature de Martin énerve le camp Katumbi. Dans sa réaction , son directeur de cabinet Olivier Kamitatu note “la consécration de l’essouflement d’un radicalisme stérile de Martin Fayulu”
“En évoluant en franc tireur, Martin Fayulu tourne la page de la vérité des urnes. Son offre de dialogue consacre l’essoufflement d’un radicalisme stérile“, a-t-il écrit.


Ce qui désole chez Olivier Kamitatu, c’est ce procès d’intention fait à Moïse Katumbi, alors que le juge lui-même a commis l’infraction qu’il a voulu coller à un innocent :
“Et, le procès en diabolisation intenté stupidement contre Moïse Katumbi s’en trouve encore plus inqualifiable”, s’est-il désolé.
Il n’y a pas que Olivier Kamitatu, mais aussi Françis Kalombo. Il ne comprend pas comment le candidat commun de Lamuka tente de négocier à titre personnel avec les institutions pour le poste.
“La journée on envoie le peuple dans la rue pour se faire tuée et la nuit on négocie un poste(pour lui seul) à la tête d’une institution!!! La vérité des urnes à la Congolaise”, s’est t-il exclamé.
Françis Kalombo demande à la population Congolaise d’être vigilent.

Il sied de rappeler les deux cadres de Lamuka ont réagit par rapport à un document daté du 10 mai 2019 qui circule sur les réseaux sociaux et signé par Martin Fayulu, qui stipule que ce leader de Lamuka propose un plan de sortie de crise marquée par la création du Haut Conseil National des Réformes intitutionnelles(HCNR) dont lui même sera le président et Félix Tshisekedi président de la République pendant 18 mois, afin d’organiser des nouvelles élections."


Martin Fayulu : les précisions sur son plan de sortie de crise
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20611
* Contrairement à ce qu'avancent ses détracteurs, son offre du candidat LAMUKA à la présidentielle n'est pas secrète. Elle a été exposée à l'étranger comme au pays.
Ca vole bas entre Martin Fayulu et les proKatumbi. Ceux-ci accusent ouvertement celui qui était le porte-étendard de LAMUKA lors de la présidentielle du 30 décembre 2018 de négocier le pouvoir avec le Président Félix Tshisekedivia sa " Proposition de sortie de crise " en créant une institution dénommée le "Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles". Selon ce document, cette structure aura comme dirigeant Martin Fayulu lui-même.


Objectif, créer des conditions pour la tenue des élections générales pendant une période de 12 à 18 mois, étant donné que " la volonté du peuple n'est pas respectée. " Et pour cela, Martin Fayulu suggère de réformer la Commission électorale, la Cour constitutionnelle, la défense et la sécurité… Pendant ce temps, le pays sera dirigé par Félix Tshisekedi.
Pour leur part, les proches de Martin Fayulu sont formels. Il n'est pas dans une démarche solitaire pour négocier le pouvoir avec "celui qui est là non pas par la volonté populaire mais par un deal. " Pour eux, Martin Fayulu estime que puisque la voix du peuple n'a pas été entendue, qu'on crée des conditions pour que le peuple s'exprime à nouveau. " Il est dans son combat pour le retour de la légitimité populaire ".

Selon toujours les proches du " soldat du peuple ", les leaders de Lamuka étaient bel et bien au courant de cette proposition de sortie de crise. Puisque Fayulu en avait parlé en mars au Center for Strategic and International Studies aux USA et à Chatham House au Royaume uni en avril. La dernière fois que ce document a été discuté par les leaders de la coalition, c'est au cours de la rencontre du 27 avril dernier qui a vu la Coalition LAMUKA se muer en une plate-forme politique.
"La proposition de sortie de crise est connue des leaders de LAMUKA et circule dans les canaux diplomatiques depuis des mois. Elle a également été articulée publiquement en Avril 2019 à Center for Strategic and International Studies", a soutenu Martin Fayulu. Martin Fayulu répondait aux pro-Katumbi qui estiment qui voient autre chose derrière son plan de sortie de crise.

Cette proposition de sortie de crise de Martin Fayulu ne semble pas arranger tout le monde au sein de la plateforme LAMUKA, notamment les proches collaborateurs de Moïse Katumbi. Le premier à dégainer est Francis Kalombo. Celui-ci a, dans un tweet, dénoncé ce qu'il qualifie de double jeu de Martin Fayulu : "La journée on envoie le peuple dans la rue pour se faire tuer et la nuit on négocie un poste pour lui seul à la tête d'une institution !"
Ce n'est pas tout.Le Directeur de Cabinet de l'ex-Gouverneur du Katanga, Olivier Kamitatu, n'y est pas non plus allé avec le dos de la cuillère. Il estime que cette offre de dialogue du président de l'ECIDE met fin à son combat pour la vérité des urnes : "En évoluant en franc-tireur, Martin Fayulu tourne la page de la vérité des urnes. Son offre de dialogue avec Félix Tshisekedi consacre l'essoufflement d'un radicalisme stérile. Et, le procès en diabolisation intenté stupidement contre Moise Katumbi s'en trouve encore plus inqualifiable", lit-on sur son compte Twitter."
° https://lepotentielonline.net/2019/07/02/malgre-les-apparences-martin-fayulu-courtise-felix-tshisekedi/

"RDC: première dispersion d’une manifestation interdite sous Tshisekedi"
° https://afrique.lalibre.be/38368/rdc-tshisekedi-durcit-le-ton-envers-ses-ex-allies-de-lopposition/

"RDCongo: une télévision censurée aujourd’hui comme hier"
° https://afrique.lalibre.be/38410/rdcongo-une-television-censuree-aujourdhui-comme-hier/
° https://www.politico.cd/encontinu/2019/07/02/dossier-fermeture-rtvs-1-on-ma-dit-que-cette-chaine-sest-illustree-dans-les-appels-a-la-haine-felix-tshisekedi.html

° https://afrique.lalibre.be/38376/manifestations-interdites-en-rdc-heurts-a-goma-police-en-force-a-kinshasa/
° https://www.politico.cd/encontinu/2019/07/02/marche-de-lamuka-goma-john-murton-estime-que-les-policiers-responsables-devraient-faire-lobjet-dune-enquete.html
° https://afrique.lalibre.be/38332/rdc-la-manifestation-de-lamuka-interdite-un-recul/
° https://afrique.lalibre.be/38325/rdc-manifestation-dopposants-interdite-dimanche-a-kinshasa/

"La coordination Provinciale de Lamuka met en garde les éléments l’UDPS (Communiqué)"
° https://www.politico.cd/encontinu/2019/07/02/la-coordination-provinciale-de-lamuka-met-en-garde-les-elements-ludpscommunique.html

"RDC : 30 juin raté pour le pouvoir et l'opposition
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-30-juin-rate-pour-le-pouvoir-et-lopposition/
Le jour de la fête nationale congolaise avait été transformé en une journée test pour Félix Tshisekedi et l'opposition Lamuka. Mais le président congolais trébuche en interdisant et en réprimant la marche de l'opposition, alors que Lamuka échoue à mobiliser dans la rue...."

"Marche de Lamuka : où sont passés Bemba et Katumbi?"
° https://www.politico.cd/en-clair/2019/06/30/marche-de-lamuka-ou-sont-passes-bemba-et-katumbi.html

"Félix Tshisekedi conseille à Martin Fayulu d’amener sa proposition du HCNR au Parlement"
° https://www.politico.cd/encontinu/2019/07/02/felix-tshisekedi-conseille-a-martin-fayulu-damener-sa-proposition-du-hcnr-au-parlement.html


° https://www.politico.cd/encontinu/2019/07/03/jacquemain-shabani-a-marti-fayulu-le-temps-aura-suffi-pour-corriger-les-ambitions-des-uns-et-des-autres.html


"RDC : les scénarios d'une cohabitation à haut risque"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-les-scenarios-dune-cohabitation-a-haut-risque/


"Mike Mukebayi répond à Kalombo et Kamitatu: Ki mukala soki eleki, ekomaka mpe ridicule!"



"FAYULU FACE A MOISE KATUMBI FRANCIS K, OLIVIER K, QUI EST LEADER DE LAMUKA??"






Compatriotiquement !



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 13/7/2019, 1:51 am


"Un nouveau « leader » quitte Lamuka: Freddy Matungulu, administrateur à la BAD
° http://www.congoindependant.com/un-nouveau-leader-quitte-lamuka-freddy-matungulu-administrateur-a-la-bad/
RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Matungulu-freddy-27-4-2019

La nouvelle s’est répandue jeudi 11 juillet comme une « mauvaise blague ». C’est désormais officiel! Après Antipas Mbusa Nyamwisi, Freddy Matungulu Mbuyamu quitte le navire « Lamuka ». Il rejoint Abidjan où il va siéger, durant trois ans, parmi les administrateurs de la Banque africaine de développement (BAD). Fin juillet prochain, l’ancien ministre des Finances de feu Mzee Laurent-Désiré Kabila devait prendre en charge la Présidence tournante du présidium de cette coalition politique qui ne compte plus que quatre membres fondateurs. A savoir: Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Martin Fayulu et Adolphe Muzito. Un « petit fossé philosophique » semble séparer les deux premiers aux deux autres. Les premiers cités prônent le « pragmatisme » consistant en une « opposition constructive » à l’égard du président Felix Tshisekedi Tshilombo. Les seconds semblaient jusqu’au 12 mai dernier s’accrocher mordicus à « la vérité des urnes » sur l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Dans la soirée de jeudi, l’auteur de ces lignes a contacté, par écrit, Freddy Matungulu afin, dans un premier temps, d’obtenir l’authentification de l’information faisant état de sa désignation en qualité d’administrateur à la BAD. Et, dans un second temps, réaliser une brève interview. Pour toute réponse, l’ancien économiste au Fond monétaire international à Washington s’est contenté d’afficher un tweet diffusé par le média kinois « Top Congo » sur son compte Twitter.
On peut y lire ces mots: « Freddy #Matungulu administrateur #BAD ». « Sa candidature a été soutenue par la #RDC » reconnait un leader@_Lamuka [non-autrement identifié, Ndlr] qui ne sait pas dire « si sa fonction lui permettra d’être actif en politique ».
Réputé posé et très peu friand des envolées lyriques, Matungulu s’est muré dans un silence pour le moins étrange au moment où certains membres de la coalition Lamuka ne juraient que par « la vérité des urnes ». Quelle était sa position?

MUTISME

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Fayulu-madidi-300x225
Martin Fayulu

Depuis la signature de la Convention portant transformation de l’ancienne plateforme électorale – ayant porté Martin Fayulu à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 – en coalition politique, des observateurs avaient noté le « mutisme » éloquent que gardait « Freddy ». C’est à croire que l’homme était (déjà) soumis à un devoir de réserve. Par qui?
Les « cartésiens » d’estimer que Matungulu ne faisait que conformer son comportement aux « axes principaux » énumérés dans ladite Convention. Ces axes sont au nombre de quatre. Il est vrai que « la vérité des urnes » n’y figurait pas.
Les « réalistes », eux, avaient une lecture plus prosaïque. « Freddy Matungulu et Felix Tshisekedi ont des liens qui dépassent la sphère politique », soutiennent-ils. Et d’ajouter que Madame Matungulu serait la fille de Mbwakiem Nyaroliem, un vieux camarade de lutte à Etienne Tshisekedi wa Mulumba. « Cette situation mettait Freddy Matungulu dans l’embarras face à Felix Tshisekedi ».
Lors de la « manifestation pacifique » organisée le 30 juin dernier par Martin Fayulu, personne n’a vu l’ombre de Matungulu. Pire, celui-ci n’a fait aucune déclaration publique. Le « Président élu », comme d’aucuns aiment appeler le président de l’ECIDé, n’avait à ses côtés que l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito.

ACROBATIES DIALECTIQUES 

Dimanche 7 juillet, Matungulu Mbuyamu Ilankir est intervenu dans un débat, sur le thème « Les mutations politiques en RDC ». La rencontre était organisée par des membres de la diaspora congolaise des Etats-Unis d’Amérique à Charlotte (Caroline du Nord). On imagine que l’assistance piaffait d’impatience d’être fixée enfin sur la position de ce membre fondateur de Lamuka. Hélas, La prestation du « professeur » n’a guère répondu aux attentes.  
Au lieu d’aller droit au but, le « scientifique » qu’est censé être le « prof » Matungulu s’est livré à quelques contorsions voire des acrobaties dialectiques en commençant par donner lecture d’une tribune qu’il avait publiée in tempore non suspecto en… 2015! Le thème portait sur la nécessité de respecter la vérité des urnes afin de garantir « la légitimité au sommet de l’Etat ».

HAUT CONSEIL NATIONAL DE RÉFORMES INSTITUTIONNELLES

Dans son article, le Président de « Congo na Biso » plaidait pour « l’implication des citoyens dans le choix de leurs dirigeants ». C’est ici que « Freddy » est sorti du bois en soulignant que « cette position est conforme à la proposition de sortie de crise signée le 10 mai dernier par [Martin] Fayulu ». Il n’est pas allé par quatre chemins en clamant le « soutien » qu’il apporte « à la substance » de cette suggestion.
Selon Matungulu, la démarche entreprise par le « patriote Fayulu » [Ndlr: la création d’un Haut conseil national de réformes institutionnelles, HCNRI] « rappelle dans le fond l’impérieuse nécessité pour notre pays de mener des réformes susceptibles de permettre l’établissement au plus tôt d’un processus électoral respectueux du choix de l’électeur ». En français facile, la traduction serait comme suit: le combat pour « la vérité des urnes » est reporté aux prochaines consultations politiques.
Pour la petite histoire, Fayulu avait prévu d’être assisté au HCNRI par Freddy Matungulu et Adolphe Muzito. Il n’était manifestement pas au fait des tractations qui se déroulaient au niveau de la Présidence de la République.
Après le départ de Mbusa et de Matungulu, il ne reste plus que quatre « leaders » au sein de Lamuka. D’un côté, les « modérés » Bemba et Katumbi. De l’autre, les « radicaux » – ou prétendus tels – Fayulu et Muzito. Va-t-on assister à la naissance de deux ailes dissidentes de cette coalition lors de la réunion prévue le 20 juillet prochain à Lubumbashi?
Au moment de boucler ces lignes, un vent favorable a fait atterrir à notre « box » un communiqué de presse revêtu de la signature de Freddy Matungulu. « Fait à Abidjan », le texte est daté du 10 juillet 2019.

DÉBAUCHAGE?

L’intéressé y explique, en liminaire, que « le mandat triennal de la Banque Africaine de Développement » (BAD) pour le Burundi, le Cameroun, la République du Congo (Brazzaville), la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Tchad a pris fin le 30 juin 2019. « Ce mandat qui était porté par le Cameroun pendant les trois dernières années revient désormais à notre pays, la RDC, qui l’exercera au cours des trois prochaines ».

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Felix-signature-300x169
Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo

Matungulu d’aller à l’essentiel: « Soucieux de s’assurer de la bonne représentation de notre pays auprès de cette grande institution financière continentale, il a plu à SEM le Chef de l’Etat (sic!), Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de me désigner pour assumer le mandat confié à la RDC. (…)« . « J’ai répondu favorablement à l’appel et souhaite dire ma gratitude au Président de la République qui par cet acte d’ouverture, réaffirme sa volonté de privilégier l’intérêt supérieur de l’Etat et de rassembler les Congolais au-delà des clivages et affrontements politiques nuisibles à la nation ».
Quid de la participation du tout nouvel administrateur de la BAD dans les activités de la coalition Lamuka? La réponse tombe au dernier paragraphe du communiqué: « Ce nouvel engagement international me réimpose des devoirs de réserve. J’entends dès lors prendre une distance conséquente de mes activités politiques militantes y compris dans Lamuka (…)« .
A Charlotte, Freddy Matungulu – dont le savoir-faire en matière économique et financière ne peut être mis en doute -, n’avait pas manqué d’étonner le public venu l’écouter en déclarant que la coalition Lamuka était devenue un « état d’esprit ». Chacun pourrait épiloguer sur cette nomination aux allures de « débauchage ».


"RDC : Freddy Matungulu nommé par Félix Tshisekedi à la BAD
° https://afrique.lalibre.be/38826/rdc-freddy-matungulu-nomme-par-felix-tshisekedi-a-la-bad/
La plateforme Lamuka vient encore de perdre un de ses fondateurs. En effet, Freddy Matungulu a décidé de s’éloigner de la plateforme pour accepter un poste à la Banque africaine de développement, poste qui lui a été accordé par Félix Tshisekedi.

Avec cette nomination, impossible pour Freddy Matungulu de prendre la tête du présidium de Lamuka que devait lui céder à la fin de ce mois Moïse Katumbi. Après le départ d’Antipas Mbusa Nyamwisi, qui a déjà rejoint Kinshasa pour soutenir la démarche de Félix Tshisekedi, il s’agit d’un nouveau coup dur pour la plateforme de l’opposition.
« En même temps, ces débauchages coûtent chers à Félix Tshisekedi qui a promis un poste ministériel à Mbusa et cède un strapontin doré à Matungulu alors qu’il y avait des candidats pour ces postes dans la plateforme Cach. Pas sûr que cela soit bien vécu par les siens. D’autant que la prise n’est pas d’un poids politique très important. Matungulu ne représentait que lui. On est dans le symbolique », analyse un homme politique congolais.
Plus acerbe, un autre témoin fait remarquer que le soutien de Martin Fayulu a finalement trouvé sa vérité à la BAD plutôt que dans les urnes."


"RDC : Freddy Matungulu choisi par Félix Tshisekedi pour siéger à la BAD
° https://www.jeuneafrique.com/802315/politique/rdc-freddy-matungulu-nomme-a-la-bad-sur-proposition-de-felix-tshisekedi/
Sur proposition du président Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu a accepté de siéger au conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD), où il devrait occuper le poste d'administrateur pour le compte de la RDC.

C’est un leader de moins pour la coalition de l’opposition Lamuka, qui a porté la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle de décembre 2018. Freddy Matungulu Mbuyamu a répondu favorablement à la main tendue par Félix Tshisekedi, qui a proposé son nom comme administrateur de la Banque africaine de développement (BAD, pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois.
« J’ai répondu favorablement à l’appel et souhaite dire ma gratitude au président de la République », écrit dans un communiqué Freddy Matungulu. Il se félicite également de l’ouverture de Félix Tshisekedi qui, selon lui, « privilégie l’intérêt supérieur de l’État au-delà des clivages et affrontements politiques si nuisibles à la nation ».

Le mandat triennal d’administrateur de la BAD pour le Burundi, le Cameroun, la République du Congo, la RDC, la Centrafrique et le Tchad est arrivé à terme le 30 juin dernier. Le mandat revient désormais à la RDC, où Freddy Matungulu entend défendre au conseil d’administration de la BAD les intérêts de la RDC et des cinq autres pays d’Afrique centrale.
Le choix de Matungulu doit néanmoins encore être entériné par les ministres des Finances du Burundi, du Cameroun, Congo, de la Centrafrique et de la RDC, lors de l’Assemblée annuelle prévue en août prochain. Il devrait succéder au Camerounais René Obam Nlong, élu en 2016.
Le conseil d’administration de la BAD est composé de vingt membres, qui ne sont ni gouverneurs ni gouverneurs suppléants. Treize d’entre eux sont élus par les gouverneurs des pays membres régionaux et sept par les gouverneurs des pays membres non régionaux.

Matungulu prend ses distances avec Lamuka

Freddy Matungulu s’éloigne ainsi de la coalition Lamuka, expliquant que ce nouvel engagement international lui « réimpose des devoirs de réserve ». « J’entends prendre une distance conséquente de mes activités politiques militantes y compris dans Lamuka pour me consacrer en priorité à d’effort collectif », précise-t-il.
Avec cette brusque évolution, Freddy Matungulu ne devrait plus prendre les commandes de la coalition Lamuka. Il devait en effet succéder à Moïse Katumbi, dont la présidence tournante de trois mois arrive à terme le 31 juillet prochain.
Un vrai coup politique pour le président Félix Tshisekedi, qui réussit peu à peu à fragiliser ceux qui contestent toujours son élection. Avant Matungulu, un autre leader, Antipas Mbusa Nyamwissi, avait déjà quitté la coalition Lamuka pour aider les nouvelles autorités à la lutte contre l’insécurité et l’épidémie d’Ebola dans la partie est du pays.

« Lamuka ne disparaîtra pas tant que le peuple sera là, puisque la coalition est l’expression même de la volonté du peuple manifestée le 30 décembre 2018, réagit à Jeune Afrique Adolphe Muzito, l’un des quatre leaders restants de la coalition. Avant même de nommer ses compagnons de lutte au sein de la plateforme Cach (Cap pour le changement), il commence à recruter à Lamuka, qui incarne la légitimité nationale et internationale que Tshisekedi recherche. »
Une réunion du présidium de Lamuka se réunira toutefois le 24 juillet prochain à Lubumbashi, la toute première rencontre des quatre leaders dans le pays, où ils devraient éclaircir l’avenir de la coalition."
° https://7sur7.cd/2019/07/11/rdc-felix-tshisekedi-designe-le-lamuka-freddy-matungulu-administrateur-la-bad

"Au-delà des antagonismes politiques : Tshisekedi propulse Matungulu à la BAD
° https://lepotentielonline.net/2019/07/12/au-dela-des-antagonismes-politiques-tshisekedi-propulse-matungulu-a-la-bad/

"ANNONCE A LA BAD
Freddy Matungulu dans le filet de Fatshi

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20756

"Fayulu va-t-il enterrer la hache de guerre ou s’approprier LAMUKA ?
° https://lepotentielonline.net/2019/07/12/fayulu-va-t-il-enterrer-la-hache-de-guerre-ou-sapproprier-lamuka/


"Après le départ de Mbusa et de Matungulu, Lamuka restera dans l’opposition républicaine (Chérubin Okende)
° https://actualite.cd/index.php/2019/07/12/apres-le-depart-de-mbusa-et-de-matungulu-lamuka-restera-dans-lopposition-republicaine

"Chérubin Okende : “LAMUKA n’est pas une affaire d’un individu, mais une affaire de tous ceux qui s’engagent”"
° https://www.politico.cd/en-clair/2019/07/12/cherubin-okende-lamuka-nest-pas-une-affaire-dun-individu-mais-une-affaire-de-tous-ceux-qui-sengagent.html


"Matungulu à la BAD : « la décision n’a pas été prise en accord avec Lamuka » (Devos Kitoko)"
° https://topcongofm.net/matungulu-a-la-bad-la-decision-na-pas-ete-prise-en-accord-avec-lamuka-devos-kitoko/

"Coup dur pour Fayulu et Lamuka : Matungulu accepte l’offre de F. Tshisekedi pour la BAD"
° https://www.lephareonline.net/%ef%bb%bfcoup-dur-pour-fayulu-et-lamuka-matungulu-accepte-loffre-de-f-tshisekedi-pour-la-bad/

"RDC : la réunion des leaders de LAMUKA renvoyée au 24 juillet
° https://www.radiookapi.net/2019/07/12/actualite/politique/rdc-la-reunion-des-leaders-de-lamuka-renvoyee-au-24-juillet
° https://cas-info.ca/2019/07/rdc-la-reunion-des-opposants-prevue-le-20-juillet-a-lubumbashi-decalee-de-4-jours/


"RDC : hommages de Matungulu à Tshisekedi et adieux à Lamuka, après sa désignation comme administrateur à la BAD par le président"
° https://7sur7.cd/2019/07/11/rdc-hommages-de-matungulu-tshisekedi-et-adieux-lamuka-apres-sa-designation-comme
° https://cas-info.ca/2019/07/nomme-a-la-bad-lopposant-freddy-matungulu-ne-tarit-pas-deloges-sur-felix-tshisekedi/

° https://actualite.cd/2019/07/12/matungulu-la-bad-excellent-choix-selon-jacquemain-shabani-un-signal-fort-de-gouvernance
° https://lepotentielonline.net/2019/07/12/le-president-tshisekedi-et-le-senateur-kabila-deux-coqs-sur-le-meme-fumier/
° https://7sur7.cd/2019/07/12/kasai-central-nous-ne-pourrions-nous-retarder-sur-la-verite-des-urnes-cette-question-est


"Caricature: Mbusa, Matungulu..à qui le tour?"
° https://actualite.cd/index.php/2019/07/12/caricature-mbusa-matungulua-qui-le-tour

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Kash%20a%20qui%20le%20tour



"ACTU EXPLIQUEE 12.07 : RIFIFI AU FCC AVEC M. BAHATI + F. MATUNGULU A LA BAD GRACE A FATSHI"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 15/7/2019, 6:47 pm


"Malgré les départs, Bemba croit en l’avenir de Lamuka

° https://www.mediacongo.net/article-actualite-53993_malgre_les_departs_bemba_croit_en_l_avenir_de_lamuka.html
En dépit des départs d’Antipas Mbusa Nyamwisi et de Freddy Matungulu en plus des divergences de vue entre Katumbi et Fayulu, le président du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba continue à croire en l’avenir de Lamuka. Il l’a fait savoir le dimanche 14 juillet au cours d’un meeting qu’il a tenu à Mbandaka dans la province de l’Equateur où il séjour depuis le début de ce mois.
« Mais l’avenir est là parce que c’est une plateforme politique, nous allons défendre l'intérêt de la population », a-t-il notamment dit devant ces militants.


C’est du 24 au 26 juillet que l’avenir de Lamuka sera connu à la suite de la réunion du présidium de cette plateforme prévue à Lubumbashi. Convoqué par le coordonnateur de cette plateforme Moïse Katumbi, ces assises vont se tenir dans un contexte particulier. Lamuka vient de perdre deux de ses leaders, en l’occurrence Antipas Mbusa Nyamwisi qui se rallie à Félix Tshisekedi pour l’éradication de la maladie à virus Ebola et le rétablissement de la paix dans l’Est du pays et, Freddy Matungulu qui désormais, par le biais du président de république, va siéger au conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD).
Un autre aspect qui ne présage guère une atmosphère détendue lors de cette rencontre, c’est en effet les relations plutôt tendues entre Moïse Katumbi et Martin Fayulu."
° https://actualite.cd/2019/07/15/rdc-bemba-croit-en-lavenir-de-lamuka

° http://www.rfi.fr/emission/20190625-rdc-jean-pierre-bemba-mlc-lamuka-presidentielle-2023
° http://www.rfi.fr/afrique/20190625-rdc-congo-defis-jean-pierre-bemba-mlc-retour-pays-lamuka
° https://www.jeuneafrique.com/793201/politique/rdc-jean-pierre-bemba-se-demarque-de-laile-radicale-de-lamuka/
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2019/06/25/jean-pierre-bemba-dans-lamuka-il-y-a-des-positions-qui-peuvent-diverger-mais-nous-sommes-unis-sur-un-meme-objectif.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2019/06/05/bemba-et-fayulu-tentent-disoler-katumbi-au-sein-de-lamuka.html


"Ce qu'il reste de la plateforme Lamuka en RDC - Départ de Matungulu : est-ce la fin de Lamuka ?

° https://www.dw.com/fr/ce-quil-reste-de-la-plateforme-lamuka-en-rdc/a-49573757-0

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Lamuka-les-leaders_jpg_640_350_1

Lamuka, la coalition politique d'opposition en République démocratique du Congo, souffre de la nouvelle défection de l'un de ses leaders, Freddy Matungulu.
       
RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 47067927_303
Est-ce la fin de la coalition politique de l’opposition Lamuka, en République démocratique du Congo, après le départ d'un de ses leaders, Freddy Matungulu ?
Celui-ci a été en effet débauché par le président Félix Tshisekedi et nommé représentant de la RDC et des cinq pays de l'Afrique centrale auprès de la BAD, la Banque africaine de développement.
Dans le camp de Moïse Katumbi et celui de Martin Fayulu, c’est la consternation après la décision prise par Freddy Matungulu, alors que celui-ci s’apprêtait à diriger cette coalition.

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 49418343_404
Félix Tshisekedi rallie à lui des membres de l'opposition

Deux leaders sur six sont partis

En l’espace d’un mois, la coalition Lamuka a perdu deux de ses six leaders.
Le premier a été Antipas Mbusa Nyamwisi qui a rejoint Félix Tshisekedi pour participer aux efforts de pacification de l’est du pays, également touché par l’épidémie d'Ebola. 
Aujourd’hui, à la grande surprise de ses amis politiques, c’est Freddy Matungulu, réputé très proche de Martin Fayulu, qui quitte Lamuka.
Freddy Matungulu devrait prendre fin juillet les rênes de la plateforme.
A la place, il va retrouver le milieu économique international dont il connaît bien les rouages pour avoir déjà travaillé au Fonds monétaire international (FMI). 

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 47067951_404
Martin Fayulu

Ce départ suscite un grand étonnement dans l’entourage de Martin Fayulu et celui de Moïse Katumbi. Michael Tshibangu est un des proches de Moïse Katumbi. Pour lui, c'est "vraiment une surprise dans la mesure où il y a de cela deux semaines Freddy Matungulu faisait partie des personnes qui ont mobilisé la population pour réclamer la vérité des urnes le 30 juin, et lorsqu’on regarde ses commentaires contre le régime en place, qu'il considérait comme un régime illégitime, on ne peut qu’être surpris d’apprendre qu’il a accepté un poste qui lui a été offert par Tshisekedi. Donc son départ nous a surpris."

Un avenir à réinventer


Dans un communiqué, Freddy Matungulu, le président de Congo Na Biso (Notre Congo),son parti politique, dit prendre ses distances avec la politique active. Sa décision survient à 10 jours de la réunion de tous les leaders de Lamuka, à l’issue de laquelle Freddy Matungulu aurait dû prendre la présidence trimestrielle tournante. 

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! 47062731_401

Pour Israël Mutala, analyste politique, la réunion du présidium de Lamuka, prévue le 24 juillet à Lubumbashi, marquera sans doute un tournant dans l’avenir de cette plateforme.
"L’avenir de Lamuka est compromis de manière durable mais cela n’est pas irréversible, c’est-à-dire que son avenir dépendra de la capacité des leaders restants à se transcender. Donc il faudrait absolument que les quatre leaders restants puissent trouver une ligne qui rapproche l’aile dure (Fayulu) et l’aile des colombes (Katumbi). L’avenir de Lamuka est à réinventer."
Des divergences traversent actuellement la coalition Lamuka entre tenants de la contestation de la victoire de Félix Tshisekedi, autour de Martin Fayulu, et les partisans d'un rapprochement avec le pouvoir en place, prôné par Moïse Katumbi.
Lamuka n'a désormais plus que quatre dirigeants : Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito.


"Le rapprochement de certains leaders de Lamuka auprès de F. Tshisekedi gêne la coalition FCC-CACH
° https://lepotentielonline.net/2019/07/14/le-rapprochement-de-certains-leaders-de-lamuka-aupres-de-f-tshisekedi-gene-la-coalition-fcc-cach/
Le rapprochement de certains leaders de « Lamuka » auprès de Félix Tshisekedi commence à gêner la coalition FCC-CACH (Front commun pour le Congo et Cap pour le changement). Selon certaines indiscrétions, d’autres cadres du FCC estiment que ledit rapprochement influerait négativement sur le fameux « accord » conclu entre le FCC et le CACH afin de gouverner le pays.

En République démocratique du Congo, certains leaders de Lamuka, à l’instar d’Antipas Mbusa Nyamwisi et de Freddy Matungulu, ont exprimé ouvertement leur volonté de travailler avec le nouveau président de la République pour la bonne gestion du pays. Les deux ont répondu officiellement à la main tendue de Félix Tshiseked.
Toutefois, certains cadres du FCC entrevoient de graves « problèmes » que la coalition FCC-CACH connaîtra si le président de la République travaillait avec les opposants issus de Lamuka. D’après eux, le fait de rapprocher les cadres de Lamuka influerait négativement sur l’accord conclu entre les deux plateformes politiques.

Il s’agit d’une défection qui est intervenue dans un contexte difficile pour la principale coalition d’opposition, déjà tiraillée par des dissensions internes et qui peine à établir une ligne politique commune entre le combat pour la « vérité des urnes » de Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle, et la volonté de Moïse Katumbi de faire une « opposition républicaine ».
En plus, le président du MLC, Jean-Pierre Bemba, a affiché une volonté de s’inscrire dans une « opposition républicaine » à Félix Tshisekedi. Une stratégie similaire à celle de Moïse Katumbi, mais aux antipodes de celle de ses alliés les plus « radicaux » au sein de la coalition Lamuka.

Eu égard au choix porté par Félix Tshisekedi d’avoir proposé Freddy Matungulu pour siéger au Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD), les caciques du FCC semblent être divisés sur ce choix. Cependant, les cadres du CACH ont salué la volonté du chef de l’État d’avoir proposé le nom de Freddy Matungulu afin d’occuper le poste d’administrateur pour le compte de la RDC.
Entre-temps, le président Félix Tshisekedi et son partenaire Joseph Kabila ne s’accordent pas sur la formation d u gouvernement, rappelle-t-on."


"Billet. Freddy Matungulu à la BAD, privilégier ce qui nous unit"

° http://www.cheikfitanews.net/2019/07/billet.frederic-matungulu-a-la-bad-privilegier-ce-qui-nous-unit.html


"RDC: Les 5 erreurs politiques de Moïse Katumbi contre Lamuka !"
° https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/060619/rdc-les-5-erreurs-politiques-de-moise-katumbi-contre-lamuka

° https://www.mediacongo.net/article-actualite-53924_bad_freddy_matungulu_promet_de_defendre_les_interets_de_la_rdc.html
° https://lepotentielonline.net/2019/07/12/fayulu-va-t-il-enterrer-la-hache-de-guerre-ou-sapproprier-lamuka/
° http://www.cheikfitanews.net/2019/07/billet.crise-post-electorale-en-rd-congo-tardive-sortie-de-scene-de-martin-fayulu.html
° http://topcongofm.net/il-faut-reevaluer-la-majorite-parlementaire-afdc-a/
° https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/240319/la-verite-des-urnes-est-au-dela-de-la-personne-de-fayulu-cest-le-respect-du-peuple
° https://www.infordc.net/2019/07/12/rdc-entre-lamuka-et-la-bad-freddy-matungulu-privilegie-ses-interets/
° https://bisonews.com/la-reconnaissance-de-professeur-freddy-matungulu-a-legard-du-chef-de-letat/


"Moïse Katumbi regagne Lubumbashi, son conseiller spécial Salomon Kalonda toujours sans passeport"
° https://www.politico.cd/actualite/2019/07/14/moise-katumbi-regagne-lubumbashi-son-conseiller-special-salomon-kalonda-toujours-sans-passeport.html


"RDC : combien de temps Lamuka pourra-t-elle encore tenir ?
° https://www.jeuneafrique.com/802113/politique/rdc-combien-de-temps-lamuka-pourra-t-elle-encore-tenir/
La principale coalition d'opposition congolaise joue son avenir le 24 juillet. Alors que les tensions et divergences internes sont vives au sein de Lamuka, tiraillée par les ambitions présidentielles de ses quatre leaders, la réunion inédite convoquée par Moïse Katumbi à Lubumbashi pourrait bien marquer un tournant.

Quel avenir pour la coalition Lamuka ? La question devrait être tranchée le 24 juillet prochain. Moïse Katumbi, coordonnateur de cette plateforme jusqu’à la fin du mois, a convoqué à Lumumbashi cette réunion du présidium inédite. Il s’agira de la première organisée en RDC pour les leaders de cette plateforme (Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito), et celle-ci s’ouvrira dans un contexte de divergences, de tensions et de méfiance entre les sociétaires de Lamuka. Signe des dissensions qui secouent la coalition, cette réunion était initialement prévue le 20 juillet, mais a finalement été repoussée au 24, et il se pourrait même qu’elle ne se tienne que le 26 juillet, selon des indiscrétions de cadres de Lamuka.

Depuis quelques semaines, chacun des leaders de Lamuka déploie sa propre stratégie politique, avec notamment en toile de fond une volonté de se positionner dès à présent pour la présidentielle de 2023. Dernier événement en date, la défection le 12 juillet de Freddy Matungulu, proposé par Félix Tshisekedi comme administrateur de la Banque africaine de développement (BAD) pour le compte de la RDC. Fin juin, Antipas Mbusa Nyamwisi avait déjà quitté Lamuka, sans grande surprise.

Ambitions présidentielles

Pour Moïse Katumbi, si le rendez-vous sera l’occasion d’évaluer la situation politique du pays et de discuter du calendrier des activités à venir, elle devra surtout permettre de déterminer la..."


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  ndonzwau le 18/7/2019, 8:26 pm


"Réunion de Lamuka : Katumbi - Fayulu à l'heure de vérité !
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-54074_reunion_de_lamuka_katumbi_fayulu_a_l_heure_de_verite.html
La dernière réunion du présidium de Lamuka sous la coordination de Moïse Katumbi démarre le 24 juillet à Lubumbashi.
En marge de cette messe politique, Moïse Katumbi vient de mettre en place une cellule politique pour préparer les questions politiques qui feront l’objet de ladite réunion.
Cette cellule est composée de 2 délégués pour chaque sociétaire de Lamuka notamment, Chérubin Okende et Didier Molisho pour Moïse Katumbi, Eve Bazaiba et Jacques Lunguana pour Jean-Pierre Bemba, Jean-Claude Mwalimu et Jean-Félix Senga pour le compte de Fayulu, Kivuata et Kasongo Numbi représenteront Adolphe Muzito.

Freddy Matungulu qui devait occuper la présidence tournante de Lamuka en succession à Katumbi, n'est pas représenté dans cette cellule politique.
Le président de Congo na Biso a pris ses distances avec Lamuka en acceptant l'offre de Félix Tshisekedi de travailler au conseil d'administration de la Banque africaine de développement.
Outre la fin de la présidence de Katumbi après trois mois, cette rencontre de vérité devait clarifier l'opinion sur l'avenir de ce regroupement politique né à Genève pour soutenir la candidature de Fayulu à la présidentielle de décembre 2018 en République démocratique du Congo.
Moïse Katumbi et Martin Fayulu qui sont en guerre froide, feront-ils la paix de brave pour continuer la route ensemble ?
Rien n’est sûr. Surtout qu'on vient d'assister fraichement à des tirs à balles réelles entre les lieutenants de l'ex-gouverneur de l'ancienne province du Katanga et le candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre qui continuent à réclamer la vérité des urnes.

La sortie controversée de Martin Fayulu au journal Le Monde contre l'option levée par Moïse Katumbi d'abandonner le combat pour la vérité des urnes en vue d’une opposition républicaine au pouvoir de Félix Tshisekedi restera sans nul doute, la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Le plan de sortie de crise de Martin Fayulu relayé sur les réseaux sociaux a servi de prétexte aux fidèles de Katumbi de régler des comptes à leur allié d'hier.
Dans ce document, le président de l'Ecidé réclamait le fauteuil du Haut conseil de réforme institutionnelle à l'issue des discussions avec Félix Tshisekedi qui restera président.
La réunion du présidium éclairera certainement la lanterne de l’opinion sur la posture que devra adopter Moïse Katumbi qui subit la pression de son entourage, quitte à savoir si réellement Jean-Pierre Bemba assumera la présidence tournante de Lamuka pour combler le vide laissé par Matungulu."


"CONTRAIREMENT AUX RUMEURS
Martin Fayulu confirme sa présence à la réunion de LAMUKA à Lubumbashi

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20837
De folles rumeurs ont fait état du refus de Martin Fayulu de se rendre le mercredi 24 juillet prochain à la réunion du présidium à Lubumbashi. Et pour cause, le leader de l'Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (Ecidé) devait répondre à des obligations familiales qui correspondaient à cette date du rendez-vous du chef-lieu du Haut-Katanga. Mais, le démenti est venu du secrétaire général de l'Ecidé qui a confirmé la présence de Martin Fayulu à cette rencontre.
S'adressant à la presse hier mercredi 17 juillet, le secrétaire général de l'Ecidé, Devos Kitoko, a annoncé, à cet effet, que le président de son parti fera bel et bien le déplacement pour Lubumbashi pour la réunion du présidium. "Le président Martin Fayulu va prendre part à la réunion des leaders de LAMUKA qui se tiendra à Lubumbashi. Il y a un petit problème d'aménagement de calendrier et de temps, mais le principe est acquis, il sera là", a-t-il confirmé.

UN RENDEZ-VOUS NON CONCERTE

Martin Fayulu aurait proposé la date du lundi 29 juillet, pour cette rencontre étant donné que l'actuel président en exercice de Lamuka, dont le mandat s'achève le 27 juillet prochain, n'avait consulté personne avant de fixer cette date.
"Au-delà de la grande plateforme Lamuka, chaque leader est responsable de son regroupement politique avec son agenda. Il est donc souhaitable d'en informer les autres sociétaires de la plateforme par simple commodité", a fait remarquer Devos Kitoko.
Qu'à cela ne tienne, une équipe d'avance est à pied d'œuvre. Elle précédera de trois jours le leader de l'Ecidé à Lubumbashi pour préparer cette rencontre. Aussi, apprend-t-on, il est entre autres prévu que cette rencontre de Lubumbashi mette en place un nouveau calendrier pour les prochaines actions de Lamuka.

FAYULU EN TOURNEE AU PAYS APRES LUBUMBASHI

Après cette rencontre de Lubumbashi qui s'achève, sauf imprévu, le vendredi 26 juillet prochain, Martin Fayulu devra reprendre son bâton de pèlerin pour une nouvelle tournée dans le pays. Le président de l'Ecidé avait, en effet, suspendu sa tournée pour un déplacement en Italie, quelques jours avant le retour de Moïse Katumbi au pays.
"Déjà du 15 au 30 août, nous reprenons la tournée à travers le pays, précise Dévos Kitoko. Probablement, on va commencer par les provinces du Centre, les Kasaï. Nous irons ensuite dans l'ex province Orientale, précisément à Bunia, et probablement à Isiro. Nous serons dans le Sud-Kivu, nous allons visiter les villes d'Uvira et de Fizi qui n'avaient pas fait l'objet de sa tournée pendant la campagne électorale".
"Les tournées de Fayulu drainent une foule nombreuse, note le Secrétaire général de l'Ecidé. Il y a des conditions de sécurité qu'il faut négocier avec les autorités locales. Martin Fayulu a un devoir légitime de maintenir le contact avec la population. Il va expliquer à la population le contenu de sa démarche de sortie de crise".

DE "LA VERITE DES URNES "

Le Secrétaire général de l'Ecidé a avoué que Martin Fayulu Madidi n'a pas abandonné son combat ayant trait à "la vérité des urnes". Au cours de cette tournée, il sera entre autres questions d'expliquer à la population sa démarche de la sortie de crise.
Le patron de l'Ecidé avait proposé la création de l'institution dénommée Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles, "HCNRI", pour notamment résoudre "la crise de légitimité du pouvoir". Une proposition qui a été diversement interprétée dans différentes strates de la politique congolaise.
"Martin Fayulu va poursuivre ses tournées, rien ne le l'empêchera. Il est le président légitime. Il doit garder la flamme allumée, le contact avec son peuple, pour que les gens n'oublient pas que la fraude, la tricherie et le mensonge ne peuvent pas être tolérés comme mode d'accession au pouvoir", a conclu Devos Kitoko."


"Lamuka : Jean-Pierre Bemba pressenti à la tête de la Coordination
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-54050_lamuka_jean_pierre_bemba_pressenti_a_la_tete_de_la_coordination.html

"Une tournée à l’intérieur du pays en vue"
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20834

"RDC : le carré de fidèles sur lequel s’appuie Martin Fayulu
° https://www.jeuneafrique.com/mag/802740/politique/rdc-le-carre-de-fideles-sur-lequel-sappuie-martin-fayulu/

"Lamuka : Avant la fin de son mandat, Katumbi met en place une cellule pour préparer les "dossiers politiques""
° https://actualite.cd/2019/07/16/lamuka-avant-la-fin-de-son-mandat-katumbi-met-en-place-une-cellule-pour-preparer-les

° https://actualite.cd/2019/07/14/rdc-katumbi-de-retour-lubumbashi-en-prevision-de-la-reunion-de-lamuka
° http://www.rfi.fr/afrique/20190606-rdc-etudiants-combat-verite-urnes-continue-martin-fayulu
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-54043_elections_l_udps_lamuka_et_la_nsc_du_congo_rejoignent_le_clc_et_exigent_une_autre_equipe_a_la_cour_constitutionnelle_et_a_la_ceni.html
° https://www.dw.com/fr/martin-fayulu-revendiquer-la-v%C3%A9rit%C3%A9-des-urnes-cest-revendiquer-la-victoire-du-peuple/av-48048215


"Matungulu , un politicien comme les autres"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article20771


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS ! Empty Re: RETOUR DE JP BEMBA, LAMUKA ET LE PAYS !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum