APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Aller en bas

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Empty APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Message  Troll le 4/1/2020, 10:04 pm

LE CARDINAL AMBONGO POUR LA DEFENSE DU CONGO !

Ceux qui ont escamotés le message de MUZITO vont avoir du mal á refaire la même chose avec ce speech percutant du Cardinal AMBONGO Idea En effet, la classe politique congolais garde curieusement silence face aux propos de MUZITO.. Rolling Eyes
On peut comprendre la cause.. Ce que MUZITO aime les débats.. venir le contredire peut enfoncer n´importe quel acteur politique Embarassed Le sujet est aussi explosif quand la mission militaire de l´ONU est impopulaire… mais le gouvernement ne semble pas avoir influencé le renouvellement de ce mandat Rolling Eyes

MUZITO a trouvé quelqu´un d´autre pour faire entendre son message: Un cardinal catholique qui n´a pas peur de dire ce qu´il pense Idea

https://www.jeuneafrique.com/877226/politique/rdc-fridolin-ambongo-demande-larret-de-larrive-de-ressortissants-des-pays-voisins-dans-lest/

BALKANISER LE CONGO EN AUGMENTANT LA PRESENCE RWANDAISE AU KIVU

Le message est explicite et AMBONGO prend son temps pour expliquer comment tous les pays voisins planifient la partition du Congo en faisant massacrer les NANDE.. et en faisant venir leurs populations clandestinement au Kivu afin de s´emparer des terres congolaises !

LA SOLUTION EST MILITAIRE

Comme MUZITO, AMBONGO n´écarte pas la solution militaire car comment assurer la protection de notre peuple, de notre territoire, de notre frontière sans capacité militaire:?: Plus que jamais, AMBONGO demande que tous les congolais se mobilisent pour soutenir les FARDC. Même si nous sommes infiltrés, le % des congolais dans l armée depasse largement celui des rwandais !Twisted Evil

FELIX AU FRONT

Felix qui assure vouloir se battre pour le Kivu doit se retrouver reconforté par MUZITO et AMBONGO. Son option militaire au Kivu ne suffit pas, il doit encourager ceux qui disent tout haut que TOUS les pays voisins sont une menace pour le Congo !

FAIRE VOTER UNE LOI AU PARLEMENT

Nous ne cessons de dire depuis des années que l´une des parades consiste á proposer une LOI qui interdit la présence des refugiés, des demandeurs d´asile et des opposants militaires ou civiles étrangers au Kivu pendant 50 ans Idea sunny Cette loi contraindre l´ONU á ne jamais faire venir des ressortissants des pays voisins au Congo sous pretexte des demandes d´asile ou pour des raisons humanitaires.

LE RECENSEMENT PLUS QUE JAMAIS PRIORITAIRE !

L´autre parade est l´application de ce recensement que les congolais attendent depuis 20 ans.. study FELIX doit commencer ce projet au Kivu et le plus vite que possible. Tous ces étrangers doivent quitter le territoire congolais sans condition !
Troll
Troll


Revenir en haut Aller en bas

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Empty Re: APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Message  Troll le 5/1/2020, 7:26 pm

L´ARMEE LANCE (AUSSI) LE MEME MESSAGE What a Face What a Face No

https;//actualite.cd/2020/01/05/rdc-beni-les-fardc-evoquent-un-plan-de-balkanisation-et-des-ambitions-secessionistes What a Face What a Face

Quand vous lisez ceci, KAMERHE est en mission pour EXPLIQUER á KAGAME pourquoi les leaders militaires, religieux et politiques congolais accusent le Rwanda et declarent la guerre contre KAGAME @ silent
Troll
Troll


Revenir en haut Aller en bas

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Empty Re: APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Message  ndonzwau le 13/1/2020, 6:10 pm

Une preuve de plus au crédit de la vérité de Muzitu, un vulgaire secret de Polichinelle selon lequel "le Rwanda influe sur notre pays et représente une priorité politique et sécuritaire pour notre pays" ? Plus grave, la paix en vue à l'Est se fait davantage aux conditions et à l'avantage du Rwanda plutôt que selon les nécessités de notre pays : sont d'abord visés non tous les groupes armés mais d'abord les FDLR et leurs alliés actuels (les opposants à Kagame)...
En effet comme s'il en était un dirigeant officiel, le secrétaire d’État rwandais aux affaires étrangères nous revient pour se mêler une fois de plus sans le moindre scrupule de la gestion du Congo jusqu'à adresser un message de soutien aux FARDC qui s'occupent bien de leurs frères ennemis FDLR. Se permettrait-il un tel culot si nous étions un pays fort et souverain avec des dirigeants lucides et couillus ? Pauvre pays !!!

Entre-temps qui ignore que les FDLR sévissent au Congo depuis 25 ans et que leur chasse par les prétendus impitoyables Rwandais jusqu'à s'introduire au Congo n'a pu les neutraliser et qui ignore que les FDLR étaient devenus pour le Rwanda de Kagame un alibi pour faire leurs courses mafieuses dans notre pays ?
Dommage qu'il y'ait encore beaucoup de Congolais jusqu'au sommet de l’État à ne pas comprendre la ruse combien dangereuse pour notre pays de ces Rwandais ! Comment nos dirigeants en sont-ils arrivés à accepter l'interférence du Rwanda dans nos affaires comme un "fait accompli" contre lequel nous ne disposerions d'aucune riposte ?



"Balkanisation: Le secrétaire d’Etat Rwandais aux affaires étrangères tacle Ambongo et Bokundua et clame son soutien aux FARDC - 13 janvier 2020
° https://actualite.cd/2020/01/13/balkanisation-le-secretaire-detat-rwandais-aux-affaires-etrangeres-tacle-ambongo-et

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Rwanda_0

Olivier Nduhungirehe, secrétaire d'État rwandais aux Affaires étrangères, s’est à nouveau exprimé au sujet de la thèse de la balkanisation de la RDC par sa partie Est. Il a réagi à l’article publié sur ACTUALITE.CD sur le communiqué des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dénonçant « un accord » qui serait signé entre Kinshasa et Kigali pour, disaient -ils, exterminer les « réfugiés hutus rwandais ».
« Évidemment, il ne manquait plus que les génocidaires #FDLR, qui terrorisent les congolais à l'est de la RDC depuis 1994, de profiter de la brèche qui leur a été ouverte par des politiciens et hommes d'église irresponsables », a t-il réagi sur Twitter.
Il termine son tweet par un message de « soutien » à l’Armée congolaise: « Mais grâce aux FARDC, les jours des FDLR sont comptés ».
APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO UYi6l18x_normal
Amb. Olivier J.P. Nduhungirehe  @onduhungirehe
Évidemment, il ne manquait plus que les génocidaires #FDLR, qui terrorisent les congolais à l'est de la RDC depuis 1994, de profiter de la brèche qui leur a été ouverte par des politiciens et hommes d'église irresponsables!
Mais grâce aux FARDC, les jours des FDLR sont comptés. https://twitter.com/actualitecd/status/1216402859874570244 …

ACTUALITE.CD  @actualitecd
#RDC / #Rwanda : Depuis les forêts congolaises , les #FDLR dénoncent un "accord" conclu entre Paul Kagame et Félix Tshisekedi
https://actualite.cd/2020/01/12/rdc-rwanda-depuis-les-forets-congolaises-les-fdlr-denoncent-un-accord-conclu-entre-paul …
Vendredi dernier, Félix Tshisekedi s’était également exprimé au sujet de la « balkanisation du Pays", il avait rassuré que « tant qu’il sera à la tête de l’Etat, la balkanisation n’aura pas lieu. Il a dit sa détermination de ne laisser partir aucun m² du territoire national tant qu’il présidera aux destinées de ce Pays ».
Ce n’est pas la première fois qu’Olivier Nduhungirehe s’exprime sur la thématique de la balkanisation."

Pour le secrétaire d'État rwandais aux Affaires étrangères, la balkanisation de la RDC fait partie des « théories du complot aussi vieilles que ridicules »


"Rwanda : « grâce aux FARDC, les jours des FDLR sont comptés », Kigali s’accroche et fulmine contre des « hommes d’église irresponsables » en RDC -  13 janvier 2020
° https://actualite.cd/index.php/2020/01/13/rwanda-grace-aux-fardc-les-jours-des-fdlr-sont-comptes-kigali-saccroche-et-fulmine-0
Le secrétaire d'Etat au ministère rwandais des affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe, a estimé, lundi 13 janvier, que « les jours des FDLR sont comptés » grâce aux forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) qui se disputent, avec les groupes armés locaux, la neutralisation de certains leaders de cette rébellion rwandaise dans la province du Nord-Kivu, l’an dernier.

Réagissant sur Twitter au communiqué des FDLR qui dénonçaient "énergiquement", le week-end, un "accord" qui aurait été conclu entre le président congolais Félix Tshisekedi et son homologue rwandais Paul Kagame pour "coaliser FRD, FARDC et groupes armés pour massacrer les réfugiés rwandais à l'Est de la RDC sous l'œil complaisant de la Communauté internationale via la MONUSCO », Olivier Nduhungirehe s’en est allé contre les « génocidaires » et des « politiciens et hommes d’église irresponsables » 

Pour le diplomate Rwandais « il ne manquait plus que les génocidaires FDLR, qui terrorisent les congolais à l'est de la RDC depuis 1994, de profiter de la brèche qui leur a été ouverte par des politiciens et hommes d'église irresponsables ».
Sans les citer, le secrétaire rwandais pestait notamment contre les propos des responsables des deux importantes confessions religieuses en République démocratique du Congo (RDC) et de l’ancien premier ministre Adolphe Muzito.
Tous ont dernièrement soutenu, la thèse selon laquelle la RDC est sous menace d’une balkanisation ficelée par les pays voisins notamment le Rwanda.  
Le cardinal Fridolin Ambongo était allé loin, en demandant au Rwanda, à l’Ouganda et au Burundi de « cesser » de « déverser » leurs populations dans l’Est de la RDC.
Olivier Nduhungirehe avait déjà réagi aux propos du cardinal Ambongo : « Que le bon Cardinal se tranquillise. Non seulement le Rwanda (un pays ayant une gouvernance, une économie et un réseau d'infrastructures bien solides) ne peut "déverser" ses citoyens en RDC, mais surtout, les FARDC sont en train de faire un excellent travail en les rapatriant ».

A Adolphe Muzito qui prône une « guerre contre le Rwanda, l’occuper et l’annexer à la RDC », le diplomate avait appelé à « faire un bel exploit » de rétablir sa « raison » et occuper son « cerveau ».
Pour les FDLR, le « souci majeur des envahisseurs de la RDC dont le gouvernement rwandais est de perpétuer leur plan d'occupation de la RDC (ou sa balkanisation à défaut) qu'ils rêvent depuis les années 1990 ».
Les rebelles rwandais ont fait de la récupération. Dans leur communiqué, ils disent réitérer leur « engagement ferme » dans sa lutte contre « ces visées inavouées »."

"Balkanisation: “C’est une obsession dangereuse pour créer un certain malaise entre les deux pays” ( Vincent Biruta, Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda ) - 8 janvier 2020"
° https://www.politico.cd/en-off/2020/01/08/balkanisation-cest-une-obsession-dangereuse-pour-creer-un-certain-malaise-entre-les-deux-pays-vincent-biruta-ministre-des-affaires-etrangeres-du-rwanda.html



" RDC / Rwanda : Depuis les forêts congolaises , les FDLR dénoncent un "accord" conclu entre Paul Kagame et Félix Tshisekedi - 12 janvier 2020
° https://actualite.cd/2020/01/12/rdc-rwanda-depuis-les-forets-congolaises-les-fdlr-denoncent-un-accord-conclu-entre-paul

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Fardc_sud_kivu_jpg_640_350_1
 
Retranchées en République démocratique du Congo depuis 1994, les rebelles huti rwandais ont condamné "énergiquement", ce week-end, un "accord" qui aurait été conclu entre le président congolais Félix Tshisekedi et son homologue rwandais Paul Kagame.  
Lequel accord consiste à "coaliser FRD, FARDC et groupes armés pour massacrer les réfugiés rwandais à l'Est de la RDC sous l'œil complaisant de la Communauté Internationale via la MONUSCO", disent les FDLR dans un communiqué signé par leur nouveau porte-parole et commissaire à l'Information, Cure Ngoma.

Le mouvement anti - Kigali rappelle que le "souci majeur des envahisseurs de la RDC dont le gouvernement rwandais est de perpétuer leur plan d'occupation de la RDC (ou sa balkanisation à défaut) qu'ils rêvent depuis les années 1990".
Les FDLR qui disent réitérer leur "engagement ferme" dans sa lutte contre "ces visées inavouées", appellent la Communauté Internationale, en particulier les pays de la Sous-région de leur "emboîter le pas".
"les FDLR déplorent amèrement l'attitude de la MONUSCO caractérisée par sa passivité et/ou son insouciance de protéger les réfugiés rwandais en RDC en danger de mort lors des opérations de ces soi-disant forces coalisées alors que cela s'inscrit dans sa mission de protection de la population sans discrimination", indique le même communiqué.
Les FDLR réitèrent , par le même communiqué, leur appel "pressant" à la Communauté Internationale de faire "pression au régime de Kigali d'accepter le dialogue hautement inclusif avec ses opposants pour trouver ensemble la solution au problème rwandais essentiellement politique pour qu'une paix durable règne au Rwanda, en RDC et dans la Région des Grands Lacs Africains".

Formée vers les années 2000,  cette rébellion est composée des  Hutu rwandais réfugiés dans l'est de la RDC après le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994 et qui a fait plus de 800.000 morts, selon l'ONU.
Qui les accusent de commettre des atrocités contre les civils dans les zones sous leur contrôle dans l'est de la RDC, de recruter des enfants dans leurs rangs et de pillages des villages et d'exploitation du bois et de l'Or.
Leur capacité des frappes et nombre de leurs combattants encore actifs restent incertain.  Kigali accuse les combattants des FDLR de toujours de mener des attaques sur son territoire, notamment celle qui a frappé le district de Rubavu ( Ouest du Rwanda ) en décembre 2018.  
En plus de la mort de son leader mondial, en Allemagne (en avril 2019), la rébellion est fortement affaiblie depuis l'arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir.
Plusieurs de ses hauts dirigeants ont soit été abattus dans des opérations inédites, soit capturés et rapatriés au Rwanda. Il faut dire aussi que les FDLR ont été affaiblis par des dissensions internes depuis 2010."


Le president Félix Tshisekedi consacre l’Est de la RDC en Champ de bataille aux pays voisins
° https://benilubero.com/le-president-felix-tshisekedi-consacre-lest-de-la-rdc-en-champ-de-bataille-aux-pays-voisins/

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO File_nkunda-joseph-kabila-james-kabarebe-paul-kagame
Joseph Kabila, Paul Kagame, Laurent Nkunda et James Kabarebe

Le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda et cette fois-ci la Tanzanie sont désormais invités officiellement par le gouvernement de Felix Tshisekedi à venir faire la démonstration de leurs forces sur l’ex-Kivu et l’Ituri. Manipulé par son patron du pouvoir, le président sortant, Félix, prestant comme acteur inconscient, envisage engager la R.D. Congo dans un cataclysme d’événements qui transformeront bientôt l’est du pays en une poudrière, au risque de rebondir les troubles sur les pays voisins directs, et de manière à rendre ingouvernable toute l’Afrique centrale.

Scénario: il faut une force régionale pour une opération conjointe contre les groupes armés à l’est du pays…
La stratégie militaire de l’Etat-major des FARDC, avec le consentement du gouvernement en place à Kinshasa, a adopté, en accord avec les pays voisins de l’est de la RD Congo, le plan d’une opération conjointe ayant la finalité d’éradiquer les groupes armés aussi bien nationaux qu’étrangers toujours actifs dans l’est de la RD Congo. De ce fait, le Rwanda,le Burundi, l’OUganda et la Tanzanie sont invités à expédier le plus prochainement possible leurs forces respectives pour envahir l’est de la RD Congo au nom d’un besoin de restaurer l’ordre et la paix dans la sous-région.
Là dessus, il convient de remarquer d’emblée l’aveu évident du pouvoir congolais de son incapacité à assumer personnellement sa responsabilité de garant de sécurité non seulement de ses populations et de leurs biens, mais aussi, et pire encore, celle du territoire national.

Le plan d’une telle opération prévoit un calendrier pressant et serré en sorte qu’une réunion de mise au point entre les partenaires est fixée déjà aux 24 – 25 octobre 2019, à Kinshasa, en vue de matérialiser le programme selon lequel:
– Du 15 novembre au 15 décembre 2019, les troupes des pays partenaires devraient marquer leur arrivée en RD Congo et mettre en place les dispositifs opérationnels requis.
– Du 17 décembre 2019 au 15 mars 2020, les FARDC et les troupes invitées des pays voisins passeraient dans l’exécution proprement dite de l’opération conjointe planifiée.
– Du 17 mars au 15 mai 2020, l’éradication des groupes armés supposée terminée, les forces partenaires du gouvernement congolais passeraient à la phase de Stabilisation des zones ayant connu les affrontements, à la surveillance des frontières communes et enfin finiraient par le désengagement de leurs troupes après avoir attesté un aboutissement satisfaisant des opérations conjointes ayant été menées.

Le tout se planifie comme si une opération militaire est soumettable à une loi d’automatisme, en sorte que ce que l’armée congolaise n’a pas réussi pendant plus de 25 ans, ni avec l’appui des milliers des contingents des forces Onusiennes (forces mondiales) pendant plus de 20 ans, encore moins avec l’appui des incursions et des invasions répétées des mêmes pays voisins aujourd’hui officiellement invités à revenir sur la scène, serait possible d’être conclu dans un petit intervalle de six mois.

Paradoxe et confusion : qui est l’ennemi, qui ne l’est pas?
Le gouvernement congolais et les pays de la sous-région feignent manifester de la compassion envers le peuple congolais. Pourtant, les congolais ne cesseront de dénoncer les armes de crocodile dont ils font preuve. En effet, le malheur du peuple congolais dû aux violences et insécurité de tous genres ne relèvent nullement de l’incapacité du gouvernement congolais et ses partenaires, mais du manque de bonne volonté.

Responsabilité repréhensible du gouvernement congolais…
Les autorités au pouvoir en République Démocratique du Congo manipulent les groupes armés aussi bien nationaux qu’étrangers au gré du besoin de conservation ou de pérennisation de leur pouvoir.
De ce fait, l’histoire a témoigné que le pouvoir en place a toujours promptement réduit au silence total tout groupe armé dans lequel il n’avait aucun intérêt. Les traques acharnées ayant anéanti les “ENYELE” en Equateur, les BUNDU DIA KONGO” au Bas-Congo, les Mai-mai APCLS dans Masisi etc. en sont autant d’illustrations.

Par contre, tous les groupes armés qui continuent à marquer leur pérennisation dans le temps et l’espace ne sont que des agents partenaires du pouvoir en place. Ceci est autant vrai pour plusieurs groupes armés autochtones qu’étrangers. Les preuves de dotation et de manipulation du gouvernement congolais ne font que surabonder quotidiennement en faveur des FDLR, des Mai-mai NDC/Rénové, des NYATURA, des faux ADF et égorgeurs de Beni, des assaillants de Djugu et Irumu en Ituri, autant que ce genre de collaboration hypocrite fut attesté autrefois en faveur des “faux” rébellions du CNDP et du M-23 au Kivu. Il en va de même de la fameuse rébellion de la LRA immigrée au nord de la RD Congo sur invitation de Kinshasa en 2006 et du phénomène “Mbororo” qui asphyxie davantage les populations congolaises dans toute l’ex-province Orientale.
Il est donc clair que le gouvernement congolais ne saurait combattre pour anéantir ses propres partenaires, ces groupes armés sur lesquels il appuie son pouvoir. Telle est la raison de la prolongation indéterminée des activités des groupes armés dans l’est du pays.

Responsabilité répréhensible des pays de la région traité aujourd’hui en “partenaires” par Kinshasa
L’ancre et les salives ont finalement beaucoup coulé au cours de ces dernières décennies pour faire état de la présence sur le territoire congolais des rébellions de ses voisins, en l’occurrence de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi, mais aussi du Sud Soudan. Aussi, les opinions internationales en furent-elles amenées à qualifier à tort la RD Congo du bastion de déstabilisation de la région de l’Afrique centrale. Malheureusement, le comportement ambivalent des autorités au pouvoir à Kinshasa ont constamment contribué à soutenir cette thèse erronée.
Or la pure vérité reste le fait que les pays voisins de la RD Congo ont délibérément pris plaisir à soutenir eux-mêmes la pérennisation de leurs rébellions en RD Congo pour trouver un alibi valable pouvant justifier leur cupidité à multiplier les invasions dans ce pays, uniquement dans le but d’y poursuivre le pillage des ressources naturelles.

Le cas du Rwanda:
Le Rwanda n’a jamais souhaité l’éradication totale du phénomène de la rébellion des FDLR dans l’est de la RDC. Il a bien sûr déployé d’énormes efforts pour les affaiblir, voire les anéantir, au point que depuis plusieurs années déjà les FDLR ne représentent pas une menace militaire contre le régime de Kigali.
Comme si cela ne suffisait pas, Kigali est allé au-delà de l’imaginable, en créant des faux FDLR ayant pour mission de commettre des crimes les plus odieux contre les populations congolaises en vue de ternir radicalement l’image de ce mouvement devant les opinions mondiales, et ainsi trouver tous les motifs valables pour leur fermer tout espace du dialogue politique.

C’est dans ce cadre qu’il existe un record scandaleux de nombre des ex-FDLR qui, après avoir opté pour le rapatriement volontaire, furent aussitôt récupérés et recyclés par le pouvoir de Paul Kagame pour être renvoyés vers la RDCongo en mission spéciale (massacre, pillage, intégration des groupes armés, Kidnapping etc.)
Par ailleurs, il existe de nos jours à l’est de la RD Congo de nombreux groupes armés apparemment autochtones, mais manipulés, dotés et orientés par Kigali soit directement (le cas de Guidon, chef des Mai-mai NDC/Rénové) soit indirectement (cas des NYATURA qui sont dotés et manipulés par Joseph Kabila et Paul Kagame en passant par le biais des leaders politiques du milieu, tels que Mr Eugène Serufuli et les autres).
Qui donc serait trop naïf pour croire que les troupes rwandais aujourd’hui invitées officiellement par le régime de Felix viendraient effectivement combattre des tels si beaux alliés?
Qu’on ne veuille ou pas, le Rwanda de Paul Kagame n’a qu’une ambition: envahir et occuper l’est de la RD Congo. Il ne viendra nullement anéantir ses alliés (les groupes armés évoqués ci-dessus), mais il compte plutôt s’appuyer sur eux pour parvenir à la réalisation de ses objectifs.

Voilà arrivée l’heure du cauchemar le plus inattendu: une poudrière à nos portes. Naïveté ou complicité du président Félix?
Le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, pour ne se limiter qu’à ces trois, reviennent en RD Congo dans un contexte radicalement différent de celui de l’époque de l’AFDL et du RCD. Autrefois, ils étaient des alliés soudés par un même sentiment dans leur intervention militaire conjuguée. Cependant, actuellement, ils reviennent en RDC comme des rivaux et antagonistes à la recherche d’un champ de bataille neutre pour épargner leurs territoires respectifs des dégâts de leurs affrontements militaires éventuels.

Le Rwanda et l’Ouganda couve un conflit réel
Un conflit froid entre Kigali et Kampala a déjà conduit une fois à la fermeture de frontière de leurs pays au début de cette année. Des grands secrets politiques et diplomatiques ont été révélés par la suite, jusqu’à faire croire à la détermination de Kigali à renverser le régime en place à Kampala.
Le général ougandais Kallé Kaihura, alors patron national de la Police ougandaise en paya le prix par une arrestation ferme, après avoir été prouvé complice du coup rwandais et même meneur que Kigali aurait choisi pour renverser le président Museveni au pouvoir. Kagame a décidé de nuire à l’Ouganda parce que ce dernier a changé sa vision sur la RDC qu’il ne regarde pas désormais comme une proie à piller, mais comme un partenaire à relever pour participer activement au développement collectif de la sous-région

Dès lors, pour éviter qu’un tel conflit entraine des dégâts matériels directs sur le territoire rwandais, Kigali ne cesse de préparer l’invasion de l’Ouganda à partir de l’est de la RD Congo. A cet effet, Kigali a solidement implanté ses forces en RDC sous trois couleurs:
– D’abord au sein des FARDC. La gestion de l’armée congolaise est tenue indirectement par Kigali, quand on analyse sa chaine de commandement et même sa composition (faite des ex-RCD/Goma, ex-CNDP, ex-M23) dans toutes les zones stratégiques. Cette catégorie de militaire est spécialement déployée dans l’est de la RDC (Kivu-Ituri) pour couvrir la présence des troupes rwandaises et surtout pour protéger les intérêts de Kigali.
– Ensuite, il y a 7 bataillons organiques de l’armée rwandaise déployés au Nord-Kivu et qui opèrent déjà en tenues des FARDC. Ils contrôlent les axes ci-après: Mayi-Moya – Eringeti – parc de Mont Hoyo en cheval sur le nord de Beni et le sud de l’Ituri, Oicha – Mbau – Kamango jusqu’à la frontière avec l’Ouganda, une base importante à Lume sur la route de Kasindi, forêt de Kasindi-Port, Tamugenga – Kahunga – Runyoni – Rumangabo – Karisimbi – Rugari – Bwito (en territoire de Rutshuru); Kibumba-Nyiragongo; ville de Goma – Mugunga – Sake; et tout Masisi qu’ils ont adopté comme lieu de transit de leurs troupes en déploiement vers le grand-Nord-Kivu et l’Ituri.
– Enfin, Kigali dispose des nombreux groupes armés satélites dans la région de l’est de la RDC, partant du Sud-Kivu jusqu’en Ituri; en l’occurrence les Gumino, les Mai-mai Malaika, les Rasta, les Nyatura, le NDC/R, les Mai-mai de l’axe Kalunguta – Kabasha sur la route de Butembo-Beni, les Mai-mai de l’axe Bulongo – Lume – Kasindi-Port sur la route Beni – Kasindi, les assaillants de Djugu connus sous le nom de CODECO et qui travaillent avec les ex-M23, les faux ADF ou les MTN égorgeant les civils dans la région de Beni etc.
Si donc, il y a opération conjointe dans l’est de la RDC, il y a lieu de prévenir que toutes ces forces négatives, sous l’influence et surtout la motivation financière de joseph Kabila, tourneront le canon contre l’UPDF pour aider a la réalisation du complot de Kabila-Kagame contre kampala.

Le Rwanda et le Burundi aussi se regardent en ennemi…
C’est une réalité confirmée au Sud-Kivu, où Kigali soutient ouvertement les rebelles Burundais contre Bujumbura et vice-versa. Si, présentement la situation sécuritaire dans les hauts-plateaux du Sud-Kivu s’est empirée jusqu’à atteindre une catastrophe jamais expérimentée dans cette région, c’est surtout à cause des mains invisibles de ces deux pays voisins qui tentent, chacun pour sa part, d’exploiter les groupes armés actifs sur place pour frayer le chemin pouvant conduire à nuire à son voisin à partir de l’est de la RD Congo.
Maintenant que Félix invite officiellement ces deux antagonistes à une soi-disant opération conjointe, n’est-ce pas là une façon de sacrifier la région congolaise où leurs troupes se croiseront à un champ de bataille sans merci, non pas au profit des congolais, mais pour satisfaire l’appétit de leur orgueil respectif qui les pousse à la rivalité?

CONCLUSION
Le président Felix Tshisekedi semble ignorer la portée de l’aventure qu’il cherche à engager par la convocation d’une opération conjointe qui croisera des pays antagonistes sur le territoire congolais.
C’est une situation qui transformera l’est de la RDC en une véritable poudrière. La conjuration qui en ressort contre l’Ouganda est de nature à entrainer de préjudices incalculables pour la sous région. En effet, la stabilité et l’hospitalité de l’Ouganda aident des millions de réfugiés originaires des pays de la sous-région à retrouver l’espoir de vivre. Ce sont des réfugiés en provenance du Sud-Soudan, de l’Erythrée, de la Somalie, de la R.D. Congo, du Burundi, du Rwanda.
Il est nécessaire d’insister sur le fait que le Rwanda est en conflit avec le Burundi et l’Ouganda, qu’il provoque aussi déjà la Tanzanie. Dans cette condition, on ne saurait permettre que ces quatre pays fassent semblant de pouvoir venir en RDC pour conjuguer leurs forces contre les forces négatives soutenues par les uns contre les autres pour raison des intérêts égoïstes inavoués, et tout ceci au risque des mêmes conséquences néfastes contre les populations congolaises vivant dans des conditions désastreuses depuis plusieurs années."


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Empty Re: APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Message  ndonzwau le 15/1/2020, 1:38 am

Hier 13 janvier, Fayulu s'est payé une conférence de presse au cours de laquelle la fameuse question de la "balkanisation" est devenue quasiment le sujet essentiel de son adresse. Mais encore ... ?

Mais encore en commençant par dire ce que nous savons ou comprenons de la balkanisation de notre  pays.
La "balkanisation" d'un Etat, c'est le morcellement de celui-ci en plusieurs États plus petits souvent alors volontiers hostiles les uns envers les autres pour la justifier ou l'accepter. En l'occurrence le projet de balkanisation du Congo dont nous parlons davantage ces jours-ci est majoritairement récusé par les Congolais, c'est dire qu'il y'a beaucoup de chances qu'il soit commandité de l'extérieur ou à peine par certains de ses enfants fossoyeurs diaboliques de leur propre pays pour leurs profits immédiats.

Sinon tout observateur attentif de l'histoire de notre pays n'ignore pas que du premier lendemain de l'accession à la souveraineté à aujourd'hui, ce projet du démembrement du Congo a été et est celui de beaucoup de chancelleries et de laboratoires politiques, de Bruxelles à Washington, pour mieux assurer leur emprise et ainsi l'exploiter plus aisément. Il n'y a qu'à se souvenir des propos publics d'un Herman Cohen ou d'un Sarkozy si on ne peut être capable de dénicher ce qu'il y'avait et surtout tous ceux qui étaient et sont derrière l'entreprise de la fameuse AFDL...
C'est donc d'abord un vieux plan "capitalistique" et de domination géopolitique des puissances occidentales pour lequel ils n'ont pas hésité à utiliser et à 'intéresser' des sous-traitants locaux et régionaux comme le Rwanda et l'Ouganda.

C'est aussi et surtout dans le contexte des Congolais qui le refusent, un plan mafieux avec l'objectif de le piller des abondantes richesses naturelles de son vaste territoire en profitant et en provoquant des faiblesses de gestion qui sont les siennes. En leur temps, Lumumba, Mobutu ont revendiqué activement et vigoureusement l'unité et l'intégrité de leur pays. Tshisekedi dit aujourd'hui la même chose et croyons-le pour le moment sur parole mais et c'est à quoi, à le voir faire, certains comme Fayulu ne croient pas. C'est aussi ce qui explique largement les craintes qui se font de plus en plus jour ces derniers temps. Elles partent des manières tellement inefficaces qu'on les juges délibérées, de gérer l'insécurité de l'Est où les populations autochtones sont attaquées, déplacées et en cours d'être remplacées par les étrangers.

Une crainte apparue en fait dès 1994-97 avec le génocide rwandais et ses contrecoups d'une invasion politique et économique meurtrière du Congo venant de l'Est... Tous ces cris sont somme toute une prudente alerte responsable et souveraine qu'il nous faut bien armer notamment par une unité renouvelée des Congolais entre eux et une gouvernance encore meilleure de notre pays !

Merci de lire attentivement les textes des deux premiers liens infra qui ne manquent pas d'expliciter la réalité d'une balkanisation du Congo...



"MARTIN FAYULU: "KABILA ET TSHISEKEDI ONT UNE MISSION DE BALKANISATION DE LA RDC""



"Congoforum - Dialogue : "Au sujet de la "balkanisation""
° https://www.congoforum.be/fr/2020/01/14-01-20-revue-de-la-presse-congolaise-de-ce-mardi-dialogue/
« Tous ces discours partent de l’hypothèse que les tribulations de l’Est congolais seraient des questions de possession ou d’acquisition de terrain. C’est poser le problème à la façon des paysans car, en agriculture, on a vite fait le tour des moyens d’augmenter les rendements et acquis la certitude que le meilleur et le plus sûr est d’augmenter la superficie de ses champs ou de ses pâturages.
Le fait que l’adversaire présumé soit toujours décrit comme un « Tutsi rwandais » n’arrange en rien les choses, car il renvoie à un long passé de conflit entre pasteurs et agriculteurs. A l’époque précoloniale, la vache était au Rwanda le bien le plus précieux, la vraie richesse, celle qui donne du prestige.
Il y a certainement encore, au Rwanda, des Tutsi d’âge vénérable, confits en vénération pour les valeurs ancestrales, qui pourraient rêver d’annexions de terrain en vue d’avoir plus de pâturages où faire paître plus de vaches. Soit ! Mais ces vieillards n’occupent plus le haut du pavé.
D’abord, n’oublions pas que le FPR qui fut à l’œuvre dans le changement de régime de 1994 était un mouvement de Tutsi de la diaspora rwandaise en Ouganda, essentiellement anglophone et militaire. Ils ont en général sur la possession de troupeaux aumailles des vues qui ne sont plus celles de leurs grand pères.

Kagame lui-même est furieusement moderniste. Son rêve au départ était de faire du Rwanda le « Singapour africain ». Un rêve qui est aujourd’hui un peu fané, mais qui est tout de même fort éloigné des hectares de pâturages pour des milliers de vache du rêve tutsi « classique ». Ce ne sont pas les pâtures qui l’intéressent au Congo, mais les minerais qu’il y a dessous.
Certes, des incursions terroristes dans un pays voisin permettent de créer l’atmosphère de terreur voulue pour forcer les gens au travail et cela permet aussi un fructueux trafic, à coup de lingots ou de camions, suivant la nature plus ou moins précieuse du métal.
Mais quand les activités prennent un tour industriel, qu’on vise à la permanence, qu’on établit des installations officielles durables comme la fameuse « bourse aux matières premières de Kigali , il faut recourir à d’autres méthodes que celles du genre « banquet des fraudeurs » et tenter de se donner au moins les apparences de la légalité.
L’annexion serait le pire des moyens, surtout en Afrique, où « l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation » fait toujours partie du credo politique standard. Mais il faut considérer aussi que l’annexion coûterait très cher.
En effet, dans la mesure où son « progressisme », sa fascination décomplexée pour le business à l’américaine, font partie de son personnage qui est construit pour plaire aux USA, il lui faut aussi afficher une volonté de développement, un souci de bien-être social destiné à prouver, outre Atlantique, que le « rwandan way of life » ressemble autant que possible à « l’american way of life ».
Il en découle que les Rwandais jouissent d’un minimum, fût-il modique et symbolique, de protection sociale, telle que la garantie d’un salaire minimum, du respect de normes contre les risques d’accidents de travail, etc. Au Congo, tout cela n’existe pas ou n’est pas appliqué ou encore est esquivé moyennant quelques « enveloppes » bien placées.

Dans l’hypothèse où le Rwanda annexerait une partie de la RDC, il lui faudrait bien sûr prétendre qu’il ne fait que reprendre ce qui était à lui. (Reportez vous, si nécessaire, au discours de Pasteur Bizimungu sur les limites « historiques » du Rwanda. Il fait preuve d’une imagination très vaste, c’est le cas de le dire…). Il faudrait donc accorder à ces kivutiens que l’on prétendra bien sûr « rwandais depuis toujours », ces droits que tout le monde a dans le Rwanda « moderne, éclairé et bien dirigé ».
Outre une augmentation considérable du coût de la main d’œuvre, il faudrait aussi affronter les dépenses nécessaires pour aligner les infrastructures en tous genres au niveau de celles du Rwanda. Le niveau de vie rwandais n’a rien de pharamineux, mais il est fatalement plus dispendieux que l’état de délabrement et d’abandon où l’incurie congolaise laisse les territoires et populations concernées. Or, comme il s’agirait d’annexer à peu près en totalité les deux Kivus, on peut considérer que l’opération reviendrait à doubler l’étendue actuelle du Rwanda. L’annexion forcerait à renoncer à tous les avantages de la situation actuelle ; le travail forcé, gratuit ou payé des clopinettes, l’absence de toutes dépenses sociales, fiscales ou d’infrastructure, dont, dans l’état actuel des choses, le Congo seul est censé être responsable. La conclusion est simple : Mission impossible !
Le seul défaut de l’économie de pillage, d’esclavage et de contrebande est son illégalité. Il faut, à toute force, pouvoir prétendre « qu’on n’a rien vu ». Un exercice difficile à réussir alors que l’EAX a pignon sur rue à Kigali ! En outre, bien que Kagame soit la vedette, au point que l’on ne voit que lui, le pillage est collectif. Il n’y a pas de doute que Museveni y participe, que Nkurunziza est au moins payé pour ne rien voir et l’on imagine quel grouillement doit agiter le panier à crabe de pirates de la finance et de principules orientaux qui complètent cette mafia. Les chances de voir éclater un jour une querelle pour le partage du butin sont importantes.
Il faudrait donc trouver une formule qui permette de légaliser la situation existante (pas les massacres, bien sûr, mais l’exploitation des richesses congolaises) et de leur donner la sécurité sous le parapluie de la loi. Or, il se fait que ce moyen existe !

Il se fait que l’Afrique s’est montrée imaginative et féconde dans la création d’organisations internationales régionales. Leur fonctionnement est souvent intermittent et leur efficacité sujette à caution, mais elles existent. Et, compte tenu de son emplacement et de son étendue, la RDC fait partie de la plupart de celles qui ne sont pas spécifiques au Nord, à l’Est et à l’Ouest du continent.
Toutes ces organisations, évidemment, ont parmi leurs objectifs « le développement, la prospérité, et l’amélioration du climat des affaires ». Il faut bien entendu comprendre qu’il s’agit du développement des affaires des riches, de la prospérité de ceux qui ont de l’argent, et d’un climat aussi favorable que possible à toutes les formes de corruption.
Il suffirait que l’une ou l’autre de ces organisation évolue dans le même sens que l’Union Européenne, pour que le tour soit joué.
L’UE a remarquablement réussi l’exploit de rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, de démanteler les protections sociales et de s’inscrire dans une mondialisation sans frein. Elle permet d’employer en Belgique ou au Portugal un ouvrier roumain ou polonais en le payant comme dans son pays d’origine, en toute légalité. D’autre part, la libre circulation des personnes et des marchandises autorise de promener produits et main d’oeuvre à travers l’Union pour produire uniquement aux endroits les plus intéressants et avec la main d’ouvre la moins exigeante.
Il suffirait qu’un « Marché commun des Grands Lacs » fonctionne avec de telles régles pour que les Congolais soient définitivemennt les dindons de la farce. En toute légalité. Il conviendrait donc de se montrer extrêmement prudent et soupçonneux devant toutes les  suggestions « d’intégration régionales »."


"Gare à la balkanisation de fait ! - 14 janvier 2020
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article23561
Pas un seul centimètre carré du territoire rd congolais ne sera aliéné. Comme ses prédécesseurs, Félix-Antoine Tshisekedi n'est pas soluble dans la balkanisation. En tout cas, il a dit mille fois ces derniers temps.

Recevant le Cardinal Ambongo hier, le chef de l'Etat a renouvelé ce qui, au fond, constitue la quintessence de son serment constitutionnel prêté voici un an. Rassurant pour les Congolais. Eux qui ne manquent la moindre occasion pour prouver qu'ils tiennent à l'intégrité de leur territoire comme à la prunelle de leurs yeux. En particulier, depuis le déclenchement -au milieu des années 90 - du cycle d'agressions drapées dans des rébellions-business dont l'objectif ultime est la partition du pays. Les commanditaires, les sous-traitants et les exécutants locaux s'en cachent à peine. Problème, une chose est de s'opposer au saucissonnage de la RDC, une autre est de trouver le véritable antidote à la balkanisation. Car, une virée dans le Congo profond ou réel -c'est selon-, renseigne que ce vaste pays est désarticulé. Des provinces frontalières sont davantage adossées aux pays voisins qu'elles ne sont connectées au reste de la RDC. Ce qui crée une dépendance économique et donc sociale de nombre de régions vis-à-vis des pays environnants. Dans nombre de contrées frontalières, les attributs de souveraineté congolaises résistent difficilement à l'emprise du voisinage. Même dans les transactions, les devises des pays voisins ont supplanté le franc congolais. En vertu de la sacro-sainte loi de l'intérêt, certains de voisins de la RDC profitent de cette donne pour tenter de faire main basse sur certaines portions de terres rd congolaises.

Une véritable hypothèque sécuritaire sur le très lointain pouvoir central basé à Kinshasa. Lointain géographiquement, administrativement et économiquement. Il est donc plus que temps que les dirigeants rd congolais créent enfin les conditions d'une connexion du pays de manière à faciliter la nécessaire articulation de l'économie nationale. C'est comme provinces connectées aux autres régions de la RDC que par exemple le Nord et Sud Kivu, l'Ituri…vont pouvoir commercer avec l'Ouganda et le Rwanda. Si Kinshasa ne colmate pas ces grosses brèches, certains de voisins- en commençant par les mêmes- risquent de finir de s'y engouffrer. Et la balkanisation de fait sera consommée. Un "multi agressé" averti en vaut 80 millions de Rd congolais."



"RDC : Fayulu charge Kabila d’entreprendre la balkanisation du pays, le “taux de réalisation a déjà atteint 70%” - 13 janvier 2020
° https://actualite.cd/2020/01/13/rdc-fayulu-charge-kabila-dentreprendre-la-balkanisation-du-pays-le-taux-de-realisation

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO WhatsApp%20Image%202020-01-13%20at%2017.54.03

Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle de 2018 s’est une nouvelle fois attaqué à Joseph Kabila qu’il considère toujours comme le vrai dirigeant depuis les élections dernières. Il a, au cours d’une conférence de presse ce lundi 13 janvier, accusé l’ancien président de la république d’entreprendre la balkanisation du pays.
D’après Fayulu, cette mission de balkanisation est facilitée par Félix Tshisekedi, actuel chef de l’Etat. Le président de l’Ecidé précise, d’après ses calculs, que le pays est déjà balkanisé à 70%.

« Je dis et je le répète, Kabila est venu avec une mission de balkaniser le pays. Il est venu avec une mission de fragiliser ce pays. Et voilà, il a pris Félix Tshisekedi pour continuer sa mission. Dans l’évolution de la balkanisation, sur l’échelle de 100, Kabila avait déjà fait 55%, Félix Tshisekedi dans cette année qui vient de se passer a déjà fait 15%, donc nous sommes déjà à 70% de l’échelle de la balkanisation », a déclaré Martin Fayulu.
Le débat sur l’unité de la RDC est sur plusieurs langues depuis un certain temps. D’après Fayulu, cette balkanisation est machinée grâce à la « malignité de Kabila et ses stratèges qui sont ici et ailleurs ».
Lors de sa tournée fin décembre dernier dans la région de Beni-Butembo pour réconforter les populations victimes des massacres depuis cinq ans, le Cardinal Fridolin Ambongo avait redouté aussi un plan de balkanisation du pays.
 « On ne peut pas banaliser ce qui se passe ici à l'Est du pays. Et je crois que mon travail comme le travail de l'Eglise, c'est de réveiller la conscience de l’humanité, de nos dirigeants et de la communauté internationale que ce qui se passe à Beni n'est pas isolé du plan de Balkanisation de notre pays », avait expliqué le Cardinal Fridolin Ambongo dans une interview accordée à ACTUALITE.CD à Butembo."

"Fayulu : "Si Kabila, dans l'évolution de la balkanisation sur l'échelle de 100 avait déjà fait 55%, Félix Tshisekedi en une année a fait 15%" - 13/01/2020
° https://www.7sur7.cd/2020/01/13/fayulu-si-kabila-dans-levolution-de-la-balkanisation-sur-lechelle-de-100-avait-deja-fait


"RDC : M. Fayulu appelle le peuple à se soulever contre le complot de balkanisation - janvier 14 2020
° https://congoprofond.net/rdc-m-fayulu-appelle-le-peuple-a-se-soulever-contre-le-complot-de-balkanisation/
Au cours d’une conférence de presse organisée le lundi 13 janvier 2020, Martin Fayulu a abordé plusieurs sujets sur la situation politique de la RDC, dont la balkanisation du pays, les relations entre la RDC et le Rwanda et réagi aussi à la position des autres membres de la coalition Lamuka sur la marche d’indignation du 17 janvier.

Le président de l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (EciDé), Martin Fayulu, a appelé l’élite congolaise à prendre ses responsabilités face aux multiples complots de ” Balkanisation ” dont est victime la République Démocratique du Congo (RDC). Le candidat malheureux à l’élection du 30 décembre 2018 qualifie les 26 provinces de la RDC d’une stratégie mise en place par Joseph Kabila pour accélérer le processus de la balkanisation du pays.
Précipitamment, Kabila, sachant ce qu’il voulait, a tout fait pour qu’on arrive aux 26 provinces. Ces dernières ont été créées pour fragiliser et mieux balkaniser la RDC. Aujourd’hui, la plupart des Congolais commencent à s’interroger sur leurs origines. Je suis kinois, né à N’djili; en grandissant, les problèmes des tribus ne se posaient pas dans notre pays. Tout s’est fait à dessein pour nous séparer“, a -t-il accusé Kabila.

Martin Fayulu pointe du doigt le Rwanda, qui développe des stratégies pour séparer les peuples du Kivu par le tribalisme et de s’accaparer le monopole de commerce avec Goma. Il évoque le cas de l’Ituri. Pour lui, les Rwandais ont installé la séparation entre les Hema et les Lendu.
« Le Congo est en train de connaître une balkanisation à deux étapes. D’abord, économique et puis, physique. Aujourd’hui, les gens de Goma font plus le commerce avec le Rwanda qui tente à les désorienter de Kinshasa”, a-t-il Insinué.

Appel à la marche d’indignation et à l’élite de faire preuve de maturité

Martin Fayulu Madidi constate que l’élite congolaise se cantonne dans des discussions inutiles. L’élite congolaise doit quitter sa zone de confort pour apporter des solutions face à ce danger qui guette la RDC. Il n’admet pas la passivité que cette couche savante de la population congolaise entretient face à cette situation.
L’an dernier, lors de son adresse à la nation du 30 janvier 2019, Martin Fayulu avait appelé à une marche de deuil et d’indignation.
“Le 17 janvier 2020, jour du martyr de notre héros national, je vous invite à une marche de deuil et d’indignation sur toute l’étendue du pays et dans la diaspora. Deuil, pour pleurer nos frères et sœurs tués à Beni et ailleurs. Indignation, pour exprimer notre désapprobation au plan de balkanisation de notre pays. Ce jour-là, soyons tous des Lumumba. Bandeau blanc au tour de la tête, déterminés et en marche pour sauver notre patrie en danger”, condamné la passivité de l’élite qui, selon lui, est préoccupée par des discussions inutiles.

Quant à la position des autres membres de la coalition “Lamuka” qui n’ont pas jusque-là réagi à la marche, Fayulu les tacle indirectement: “Je suis le président élu, j’ai un contrat avec le peuple, je l’ai décrété. Celui qui pense qu’il ne va pas marcher, qu’il reste à la maison“, a-t-il conclu. Un message clair envoyé à Katumbi et Bemba qui ne soutiennent pas la marche du duo Fayulu-Muzito."

"Lamuka: Fayulu tacle Bemba et Katumbi"
° https://ouraganfm.com/?RDC-Fayulu-tacle-Bemba-et-Katumbi
Martin Fayulu a réagi lundi à Kinshasa à la position des autres membres de la coalition Lamuka qui ne se sont pas prononcés sur cette marche.

L’ancien candidat à la présidentielle passée de la coalition Lamuka rappelle qu’il est président élu. Il n’a de contrat qu’avec le peuple.
"Je suis le président élu, j’ai un contrat avec le peuple, je l’ ai décrété. Celui qui pense qu’il ne va pas marcher qu’il reste à la maison", a-t-il conclu.
Un message clair envoyé à Katumbi et Bemba qui ne soutiennent pas la marche du duo Fayulu-Muzito.
Lors de son adresse à la nation du 30 janvier 2019, Martin Fayulu avait appelé à une marche de deuil et d’indignation.
"Le 17 janvier 2020, jour du martyr de notre héros national, je vous invite a une marche de deuil et d’indignation sur toute l’etendue du pays et dans la diaspora. Deuil, pour pleurer nos frères et sœurs tués à Beni et ailleurs. Indignation, pour exprimer notre désapprobation au plan de balkanisation de notre pays. Ce jour-là, soyons tous des Lumumba. Bandeau blanc au tour de la tête, déterminés et en marche pour sauver notre patrie en danger", avait-il appelé."



"Balkanisation : Mutamba répond à Fayulu et dénonce sa « stratégie surannée de s’attirer la sympathie en citant Kabila » - 14 janvier, 2020
° https://cas-info.ca/2020/01/balkanisation-mutamba-repond-a-fayulu-et-denonce-sa-strategie-surannee-de-sattirer-la-sympathie-en-citant-kabila/


"AU COURS D’UNE AUDIENCE ACCORDÉE HIER A FRIDOLIN AMBONGO
Félix Tshisekedi : "Aucune portion de la RDC ne sera rayée de la carte" - 14 janvier 2020

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article23563
"Aucune portion du territoire national congolais ne sera rayée de la carte géographique du pays", assure formellement Félix Tshisekedi au cours d'une audience hier lundi avec le Cardinal Fridolin Ambongo.

Le chef de l'Etat a saisi cette occasion pour réaffirmer sa détermination à lutter efficacement contre toutes les forces négatives qui sèment la désolation dans la partie Est de la RDC. Aussi a-t-il rappelé les dernières prouesses des FARDC qui ont démantelé le quartier général des FDLR. Un exploit qui, affirme-t-il, renforce sa conviction de rétablir le plus rapidement la quiétude dans cette partie de la RDC. Le cardinal Fridolin Ambongo a, au cours de l'entretien, fait part au chef de l'État de son constat après sa visite de compassion dans la province du Nord-Kivu, principalement à Beni et à Butembo. Le prélat catholique a, au terme de cette conversation, salué la détermination du Chef de l'État à trouver une solution aux tueries à répétition dont sont majoritairement victimes les populations civiles de la partie Est de la RDC. Il a, en même temps, loué l'engagement des FARDC dans l'éradication des forces négatives qui traumatisent ce coin du pays. Le Président Félix-Antoine Tshisekedi a, par ailleurs, évoqué son prochain voyage au Vatican. Il a indiqué que les préparatifs de cette mission officielle auprès du pape François sont déjà en cours. Pour la petite histoire, le chef de l'État congolais avait déjà rencontré, en aparté dans la Basilique Saint Pierre, le Saint Père à l'occasion du consistoire de la création de 13 cardinaux dont l'Archevêque Ambongo. Les deux personnalités avaient convenu de se retrouver pour une entrevue dans le cadre d'une visite officielle. C'est sans nul doute dans ce cadre qu'il faut inscrire ce voyage qui, selon la presse présidentielle, interviendra dans les prochains jours."

"Non à la balkanisation : le ferme engagement de F. Tshisekedi - 13 janvier 2020
° https://lepotentielonline.net/2020/01/13/non-a-la-balkanisation-le-ferme-engagement-de-f-tshisekedi/
La persistance des tueries en série dans le territoire de Beni (Nord-Kivu) a ravivé la polémique autour du vieux projet de balkanisation de la République. De passage à Beni, le cardinal Fridolin Ambongo y a remis une couche. A sa manière. Tout comme les FARDC qui ont rompu leur devoir de réserve en dénonçant haut et fort l’existence d’un projet de balkanisation du pays. En Conseil des ministres, le vendredi 10 janvier 2020, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a pris l’engagement de se battre jusqu’au bout pour faire échouer ce projet – en tout cas s’il en existe un.
Le Potentiel[...]"


"Seth Kikuni à l’opposition : « L'anti-Kabilisme comme idéologie par défaut n'est plus crédible » - 14.01.2020
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-62360_seth_kikuni_a_l_opposition_l_anti_kabilisme_comme_ideologie_par_defaut_n_est_plus_credible.html

"Balkanisation de la RDC: « C'est Kabila qui est le maître d'œuvre », Martin Fayulu - 13.01.2020
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-62307_balkanisation_de_la_rdc_c_est_kabila_qui_est_le_maitre_d_uvre_martin_fayulu.html


"RDC : Martin Fayulu dénonce un plan de balkanisation à deux étapes, "économique et physique"
- 13/01/2020

° https://7sur7.cd/2020/01/13/rdc-martin-fayulu-denonce-un-plan-de-balkanisation-deux-etapes-economique-et-physique

"RDC : Fayulu appelle à une conférence internationale sur la balkanisation - 13/01/2020
° https://7sur7.cd/2020/01/13/rdc-fayulu-appelle-une-conference-internationale-sur-la-balkanisation

"Insécurité dans l’Est : Fayulu plaide pour une nouvelle conférence internationale sur la RDC
14.01.2020

° https://ouraganfm.com/?Insecurite-dans-l-Est-Fayulu-plaide-pour-une-nouvelle-conference-internationale


"AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE TENUE HIER A KINSHASA
M. Fayulu :"le 17 janvier, nous allons marcher, quoiqu’il arrive" - 14 janvier 2020

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article23562
° https://cas-info.ca/2020/01/marche-du-17-janvier-fayulu-tacle-ngobila-et-linvite-a-soccuper-dabord-de-la-proprete-de-la-ville/
° https://7sur7.cd/index.php/2020/01/13/fayulu-sur-linterdiction-de-la-marche-du-17-janvier-que-g-ngobila-aille-travailler-au
° https://actualite.cd/2020/01/14/rdc-fayulu-met-en-garde-ngobila-contre-toute-interdiction-de-la-marche-dindignation
"Lamuka : la marche du 17 janvier confirmée ! - 14 janvier 2020
° https://laprosperiteonline.net/2020/01/14/lamuka-la-marche-du-17-janvier-confirmee/
"Marche du 17 janvier: Pas de chevauchement avec la cérémonie officielle (Lamuka)
14.01.2020

° https://www.mediacongo.net/article-actualite-62348_marche_du_17_janvier_pas_de_chevauchement_avec_la_ceremonie_officielle_lamuka.html
° https://laprosperiteonline.net/2020/01/12/marche-projetee-de-lamuka-le-17-janvier-muzito-et-fayulu-se-positionnent-deja-en-victimes/


"Face-à-face Félix Tshisekedi-Fridolin Ambongo au Palais de la Nation - 13.01.2020
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-62308_face_a_face_felix_tshisekedi_fridolin_ambongo_au_palais_de_la_nation.html
° https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/01/13/rdc-le-president-felix-tshisekedi-recoit-le-cardinal-fridolin-ambongo.html
° https://actualite.cd/2020/01/13/cardinal-ambongo-je-retiens-la-determination-du-chef-de-letat-trouver-une-solution-la


"Ambongo et la « balkanisation »: Kabuya répond au Cardinal et l’accuse de « haine contre la famille Tshisekedi » - 13 janvier, 2020
° https://cas-info.ca/2020/01/ambongo-et-la-balkanisation-kabuya-repond-au-cardinal-et-laccuse-de-haine-contre-la-famille-tshisekedi/


"Fayulu : "Pourquoi ça fait des années et des années que Ruberwa est toujours ministre de la Décentralisation?" - 14/01/2020
° https://7sur7.cd/2020/01/14/fayulu-pourquoi-ca-fait-des-annees-et-des-annees-que-ruberwa-est-toujours-ministre-de-la


"Dans l’Est de la RDC, la Monusco infiltrée par des Islamistes? 14 janvier 2020
° https://www.politico.cd/grand-angle/2020/01/14/dans-lest-de-la-rdc-la-monusco-infiltree-par-des-islamistes.html


"Insécurité à l’Est : Le président Félix Tshisekedi doit-il lancer un dialogue ? - La Prospérité - 10.01.2020
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-62165_insecurite_a_l_est_le_president_felix_tshisekedi_doit_il_lancer_un_dialogue.html


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO Empty Re: APRES MUZITO, VOICI LE CARDINAL AMBONGO

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum