"Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Arafat le 10/10/2009, 11:52 pm

Les deputés de l´opposition (presque la totalité) ont quitté l´hémicycle suite au rejet de la motion deposée par le groupe des chrétiens démocrates de l´honorable Gilbert Kiakwama. Avaient-ils raison d´agir de la sorte? quand on veut jouer à la démocratie, on doit d´abord commencer par en respecter les règles.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  mongo elombe le 10/10/2009, 11:58 pm

Le budget MUZITO l'avait présentée sans l'opposition lue sur médiacongo où radio okapi et il n'y a pas que l'opposition qui est mécontente, une partie du Pprd aussi pour ce qu'il y a de démocratie en RDC......et comme oppodition une farce.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Hiro-Hito le 11/10/2009, 3:46 pm

Au moins ils travaillent ensemble

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 12/10/2009, 3:03 am

ARAFAT a écrit:Les deputés de l´opposition (presque la totalité) ont quitté l´hémicycle suite au rejet de la motion deposée par le groupe des chrétiens démocrates de l´honorable Gilbert Kiakwama. Avaient-ils raison d´agir de la sorte? quand on veut jouer à la démocratie, on doit d´abord commencer par en respecter les règles.
Je me perds un peu dans cette affaire lorsqu'on semble insinuer que les régles démocratiques
que les élus ont eux-mêmes acceptées ne seraient pas respectées de la part de certains !!!

Qu'une majorité plus godillot que convaincue de sa bonne cause rejette la motion de
l'opposition, c'est la règle souvent en toute latitude... Qu'elle ait toujours raison parce
qu'elle est légalement majoritaire, ce n'est pas toujours certain et qui sait peut-être même ici...
Que l'opposition institutionnalisée forcément minoitaire s'en désole jusqu'à quitter
l'hémicycle, c'est tout aussi légitime : qu'épidermiquement, stratégiquement elle le fasse,
je n'y vois rien d'antidémocratique pour autant qu'elle n'aille pas jusqu'à contester la règle
démocratique du vote majoritaire contre le minoritaire,
elle ne fait que manifester son dépit,
son indignation; ça se voit partout même dans les démocraties éprouvées...

Autre chose est de se demander si cette motion était la bonne à ce moment, si
l'opposition a bien joué en vidant les lieux...

Je dirais juste sur le peu que j'en ai vu, qu'il y a du côté de l'opposition beaucoup
de faux semblants et surtout des ratés au moment où il fallait préceder la fameuses motion,
comme si elle voulait quelque peu se rattrapper de ses faux pas antérieurs...
Quant à la majorité, elle, elle a tort moralement de ne s'accrocher qu'à sauver sa majorité
sans investir sur le fond des préalables à un bon fonctionnement gouvernemental !
Il vaudrait mieux qu'à un moment, si elle entend travailler vraiment pour le bien de ce pays,
qu'au delà de ses accointances partisanes, elle sanctionne un bon coup le mauvais travail
du gouvernement !


Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 12/10/2009, 5:32 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 12/10/2009, 6:34 am

"170 contre 169
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87297&id_edition=4806
Cet affichage n’est nullement l’Indice pour le développement humain, IDH. Bien que là aussi, la RDC occupe la 178ème place sur 183 pays, une place peu enviable et qui interpelle les bonnes consciences. Il s’agit ici du résultat de vote qui a sanctionné la question prise en délibéré relative à la procédure à adopter quant à la priorité des points à examiner par l’Assemblée nationale. Notamment l’examen du Projet du Budget 2010. A l’issue du vote intervenu, 170 députés se sont prononcés pour l’examen du projet du Budget 2010 et 169 contre.
Ces derniers tenaient avant tout à ce que le gouvernement présente l’état de l’exécution du budget 2009 avant que ne soit examiné le projet du Budget 2010.

Au terme de ce vote, l’Opposition a claqué la porte, accusant le bureau de l’Assemblée nationale d’avoir manipulé les résultats du vote. Qu’à cela ne tienne, ce sont là des pratiques parlementaires.
Mais c’est plutôt le résultat de ce vote qui intéresse de nombreux observateurs. Tenez. Au sein de l’Assemblée nationale, l’AMP et alliés sont majoritaires avec 350 députés sur les 500. Donc 350 voix si tous sont dans l’hémicycle.
Il se fait que lors du dernier vote intervenu samedi 10 octobre à l’Assemblée nationale, il y a eu 339 votants dont 170 se sont prononcés pour et 169 contre. La différence est seulement d’une seule voix. Le projet du budget 2010 est donc passé par le chas de l’aiguille pour être examiné. Autrement dit, il était purement et simplement rejeté.

Une autre leçon à tirer, c’est qu’il y a quelque chose qui ne marche plus au sein de la majorité présidentielle. Des partenaires et alliés ne parlent plus le même langage, n’accusent plus la même cohésion, la même solidarité. En plus de cela, des « motions » contre les membres du gouvernement pleuvent à l’Assemblée nationale depuis un certain temps. Ce qui s’annonce houleux et intéressant à la fois lors des séances qui seront consacrées à l’examen de ce projet du budget déjà contesté. C’est dire que dès le départ, plusieurs députés de la majorité ont voté pour l’Opposition. Frustration ? Réalisme politique ? Sentiment national ? Sens de responsabilité ?...
Il revient maintenant à l’AMP de tirer toutes les conséquences qui s’imposent. Nul n’ignore que depuis quelques temps, des voix discordantes se font entendre. L’on réclame un débat au sein de cette majorité. Un appel a même été lancé à l’endroit du président de la République pour qu’il procède au réajustement institutionnel et nomme de nouveaux animateurs.

Dans le même ordre d’idées, toujours au sein de l’AMP, plusieurs partenaires reprochent au Premier ministre de n’avoir pas accompli les misions qui lui ont été assignées par le président de la République. Des séances d’évaluation ont eu lieu au sein de l’AMP et le rapport transmis au président de la République pour qu’il décide en toute responsabilité, seul devant sa conscience.
En attendant, c’est ce score de 170 contre 169 qui continue à susciter de nombreux commentaires. Comme si l’AMP commençait à perdre le contrôle de tous ses partenaires et alliés. Ce sont là des signaux forts qui ne trompent pas. Il faut savoir lire les signes de temps. Pour réagir vite et bien. "



"Adolphe Muzito devant une plénière à moitié vide
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87348&id_edition=4806
Le Premier ministre Adolphe Muzito a présenté le projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 devant une plénière de l’Assemblée nationale à moitié vide. Le samedi 10 octobre, les députés de l’opposition ont séché la séance à la suite d’une motion d’ordre qui n’est pas passée à cause d’un vote qu’ils qualifient de « contestable ». Avec 169 voix pour et 170 voix contre la motion, la majorité est visiblement divisée de l’intérieur.

Le samedi 10 octobre 2009, la majorité n’a pas parlé le même langage à la chambre basse du Parlement. Le Premier ministre Adolphe Muzito n’a présenté son projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 que grâce à une voix de différence entre la majorité et l’opposition à la suite d’une motion d’ordre déposée par Gilbert Kiakwama du groupe parlementaire Chrétiens démocrates. Avec 169 voix pour et 170 voix contre la motion, la majorité est visiblement fragilisée et divisée de l’intérieur..."




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Arafat le 12/10/2009, 12:34 pm

Mais c’est plutôt le résultat de ce vote qui intéresse de nombreux observateurs. Tenez. Au sein de l’Assemblée nationale, l’AMP et alliés sont majoritaires avec 350 députés sur les 500. Donc 350 voix si tous sont dans l’hémicycle.
Il se fait que lors du dernier vote intervenu samedi 10 octobre à l’Assemblée nationale, il y a eu 339 votants dont 170 se sont prononcés pour et 169 contre. La différence est seulement d’une seule voix. Le projet du budget 2010 est donc passé par le chas de l’aiguille pour être examiné. Autrement dit, il était purement et simplement rejeté.
Personne dans la majorité ne s´attendait à cette motion de procédure, vu que le vice de procédure que posait la motion de défiance au premier ministre était déjà reglée lors de la reunion des présidents des groupes et a été ainsi reportée à mercredi. Pourquoi d´autres deputés de la majorité ont-ils seché cette séance au point de n´être qu´à 179?

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  lino le 12/10/2009, 2:54 pm

ARAFAT a écrit:
Mais c’est plutôt le résultat de ce vote qui intéresse de nombreux observateurs. Tenez. Au sein de l’Assemblée nationale, l’AMP et alliés sont majoritaires avec 350 députés sur les 500. Donc 350 voix si tous sont dans l’hémicycle.
Il se fait que lors du dernier vote intervenu samedi 10 octobre à l’Assemblée nationale, il y a eu 339 votants dont 170 se sont prononcés pour et 169 contre. La différence est seulement d’une seule voix. Le projet du budget 2010 est donc passé par le chas de l’aiguille pour être examiné. Autrement dit, il était purement et simplement rejeté.
Personne dans la majorité ne s´attendait à cette motion de procédure, vu que le vice de procédure que posait la motion de défiance au premier ministre était déjà reglée lors de la reunion des présidents des groupes et a été ainsi reportée à mercredi. Pourquoi d´autres deputés de la majorité ont-ils seché cette séance au point de n´être qu´à 179?
L'absenteisme est un fléau mm chez les députés européens au point que les voix se levent parmis l'opinion publique pour que les députés soient payés en fonction des heures passées à l'hemicicle.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 12/10/2009, 6:38 pm

"Assemblée Nationale, présentation du budget 2010 : Victoire volée à l’Oppositon:
Déclaration de l’opposition politique

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=5020
Conformément à la résolution de la Pléniére de l’Assemblée nationale relative à l’état d’exécution du Budget de l’Etat pour l’exercice 2009, nous députés de l’Opposition, avons exigé par motion d’ordre, un débat préalable sur cette question.
Ce débat aurait eu pour avantage, d’une part, d’éclairer l’opinion publique sur la manière dont le Gouvernement a exécuté ce Budget et, d’autre part, d’enrichir les discussions sur le Projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010.
Il sied de rappeler que cette demande est conforme aux prérogatives constitutionnelles du Parlement qui consistent notamment à controler la gestion du Gouvernement.
Dans le cas d’espèce, le gouvernement ayant bénéficié d’une enveloppe budgétaire d’environ 5 milliards de dollars américains pour l’année 2009, la Représentation nationale exige qu’il lui soit rendu compte de la manière dont cette enveloppe a été utilisée.

L’opinion retiendra que cette exigence est une amorce logique et légale du débat budgétaire de la session de septembre 2009.
Il est déplorable de constater que, malgré le soutien majoritaire des députés nationaux au débat préalable sur l’état d’exécution du Budget 2009, aux fins de voir le gouvernement rendre compte de sa gestion à notre peuple, à travers ses représentants, le Bureau de l’Assemblée nationale, en violation flagrante des textes règissant notre Institution, ait éludé ce débat en passant directement au débat sur le Projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 par le biais d’un vote contestable.
Face à cette attitude anti démocratique, les députés nationaux respectueux de la lègalité expriment leur désapprobation à la décision du Bureau, en suspendant leur participation aux discussions sur le Projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 jusqu’à l’ouverture du débat préalable sur l’état d’exécution du Budget 2009.
Fait à Kinshasa, le 10 octobre 2009.
Pour les Groupes Parlementaires de l’ Opposition,
Hon. Lisanga Bonganga/O.D.R ; Hon. Gilbert Kiakwama kia Kiziki/ C.D.; Hon. François Muamba/ M.L.C. "



"Budget 2010 : l’opposition continue son boycott"
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25047&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst

"Assemblée nationale : l’opposition crie à la tricherie et claque la porte"
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25036&da=&hi=0&of=4&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Arafat le 12/10/2009, 7:21 pm

L’opinion retiendra que cette exigence est une amorce logique et légale du débat budgétaire de la session de septembre 2009. Il est déplorable de constater que, malgré le soutien majoritaire des députés nationaux au débat préalable sur l’état d’exécution du Budget 2009, aux fins de voir le gouvernement rendre compte de sa gestion à notre peuple, à travers ses représentants, le Bureau de l’Assemblée nationale, en violation flagrante des textes règissant notre Institution, ait éludé ce débat en passant directement au débat sur le Projet du Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 par le biais d’un vote contestable.
Je ne vois pas en quoi ce vote devrait être qualifié de contestable, il me semble que cela avait été clair : le président Boshab pose la question suivante "Que ceux qui sont pour la motion se lèvent" on a commencé alors le comptage....., ensuite "Que ceux s´opposent à la motion se lèvent et s´ensuit le comptage....mais avant la proclamation finale des résultats, certains deputés retardataires ont fait parvenir leur vote par une petite note, serait-ce là qu´eût lieu le trucage dont parle l´opposition?

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 12/10/2009, 11:56 pm

D'abord à voir de loin sans connaître tous les détails chiffrés, il est difficile d'invoquer
ici l'absentéisme pour expliquer le scrutin serré d'autant qu'il est logique de compter
les absents à gauche comme à droite et de plus il est confirmé que quelques députés de
la majorité ont aussi voté avec l'opposition et auraient d'ailleurs vidé l'hémicycle avec eux !

Ensuite sur le principe, on ne peut pas d'emblée contester la logique prônée par
l'opposition selon laquelle d'une part une motion contre le gouvernement devrait
chronologiquement preceder tout examen car au cas où elle serait votée, elle viderait
de son opportunité toute poursuite de l'examen d'un gouvernement alors démissionnaire
et d'autre part l'examen préalable de l'exercice en cours pourrait fournir bien de
renseignements sur le décodage du budget à venir !

Enfin, il y a tout à être suspicieux d'un scrutin où une seule voix départage les votants,
on ne pécherait pas trop à soupçonner une manoeuvre de dernière minute à la marge
pour récuperer une voix; c'est semble-t-il ce qui s'est passé ; ce n'est peut-être pas
vraiment illégal mais c'est à la limite de ce qui moralement peut interpeller !
L'opposition faute d'obtenir un nouveau vote aura au moins appris la ficelle
des manoeuvres et subtilités électorales !


Compatriotiquement!


PS "Examen du projet du budget 2010
Assemblée nationale : rendez-vous manqué !

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87381&id_edition=4807
Le rendez-vous d’hier lundi 12 octobre entre le Premier ministre Adolphe Muzito et l’Assemblée nationale n’a pas eu lieu. Le débat général sur le projet de Budget de l’Etat pour l’exercice 2010 a été encore reporté sine die. Faute d’un consensus au sein de la Chambre basse entre les députés de la Majorité et ceux de l’Opposition, le Bureau a suspendu la plénière, le temps de trouver un compromis dans la conférence des présidents des groupes parlementaires par rapport à l’exigence de l’opposition d’examiner d’abord la reddition des comptes 2009. Ce, dans le but de « préserver l’unité nationale », a indiqué le président de l’Assemblée nationale, Evariste Boshab. Pourquoi a-t-on passé le week-end sans convoquer la conférence des présidents, s’interroge une certaine opinion ?... "

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 13/10/2009, 11:17 pm

"Assemblée nationale : l'opposition revient aux affaires
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25064&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
La plénière de mardi à l’Assemblée nationale a été consacrée au débat général sur le projet du budget 2010 et sur l’évaluation de l’exécution du budget 2009. C’est le résultat d’un compromis survenu entre majorité et opposition et qui a permis le retour des députés de l’opposition et quelques uns de la majorité qui avaient suspendu leur participation, a constaté radiookapi.net..."



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Hiro-Hito le 13/10/2009, 11:28 pm

ndonzwau a écrit:"Assemblée nationale : l'opposition revient aux affaires
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25064&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
La plénière de mardi à l’Assemblée nationale a été consacrée au débat général sur le projet du budget 2010 et sur l’évaluation de l’exécution du budget 2009. C’est le résultat d’un compromis survenu entre majorité et opposition et qui a permis le retour des députés de l’opposition et quelques uns de la majorité qui avaient suspendu leur participation, a constaté radiookapi.net..."



Compatriotiquement!

Enfin le resultat du vote va ds la toilette.
Attendons q Arafat nous mette les videos

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 14/10/2009, 1:52 am

Hiro-Hito a écrit:
ndonzwau a écrit:"Assemblée nationale : l'opposition revient aux affaires
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25064&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
La plénière de mardi à l’Assemblée nationale a été consacrée au débat général sur le projet du budget 2010 et sur l’évaluation de l’exécution du budget 2009. C’est le résultat d’un compromis survenu entre majorité et opposition et qui a permis le retour des députés de l’opposition et quelques uns de la majorité qui avaient suspendu leur participation, a constaté radiookapi.net..."

Compatriotiquement!

Enfin le resultat du vote va ds la toilette.
Attendons q Arafat nous mette les videos
En fait, encore faut-il se donner un peu la peine de suivre, c'est qu'on a jetté le fameux
vote suspect dans les chiottes, comme vous dites, HH...
Et c'est pour reconnaître son caractère délictuel ou pour revenir à la palabre africaine
où l'on essaie de ne pas trop taper sur les différends en famille !
C'est ça "la grande famille" d'aisés honnorable fera que l'xamen du budget en cours sera
plus "gentil" et à la discussion du prochain on prodiguera maintes recommandations dont
aucun gouvernement ne tiendra compte...
Et qu'est devenue la fameuse motion de défiance ???


"Examen du Rapport d’exécution du Budget 2009 et projet de Budget 2010
Le gouvernement accusé de violation de la Loi financière

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87470&id_edition=4808
Tout est rentré dans l’ordre à l’Assemblée nationale. Hier mardi, c’était la bonne. Les députés ont repris le cours normal de leurs séances, procédant à l’examen du rapport d’exécution du Budget 2009 avant de s’attarder sur le projet de Budget 2010. Dans cette première manche, les députés sont passés à l’offensive, acculant pratiquement le gouvernement. Il est accusé de violation de la Loi financière au regard de l’exécution du Budget 2009. Quant au projet de Budget 2010, les avis sont partagés avant que n’intervienne le vote attendu pour déclarer recevable ou non le projet de ce budget. Mais auparavant, le Premier ministre devrait répliquer et chercher surtout à convaincre..."


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  mongo elombe le 15/10/2009, 8:53 am

*Il est monté sur ses quatre chevaux hier, à la tribune de la Chambre basse du Parlement, pour donner son appréciation du Budget 2010. L’élu de Kabinda a, à cette occasion, dénoncé la mal gouvernance qui caractérise l’Exécutif National dans les domaines des Recettes exceptionnelles, des interventions économiques, de la Réforme du Portefeuille de l’Etat, du dédoublement de l’Administration Publique etc. Katanga Mukumadi Yamutumba, Professeur de son état, s’est plaint également de la situation qu’il juge peu enviable de Muzito, le Premier Ministre, qui se trouve, à la tête d’un Gouvernement composé essentiellement des Ministres intouchables qui sont, pour la plupart, des chefs des partis politiques ou des membres influents n’obéissant qu’à des forces politiques obscures et échappant, de ce fait, à son contrôle. Ce qui réduit considérablement son pouvoir, faisant de lui, un Premier Ministre « aux mains et aux pieds liés ». Cet état des choses, affirme-t-il, reste à la base de nombreux dysfonctionnements rendant quasiment ingouvernable les affaires de l’Etat. La cohésion de l’équipe gouvernementale, estime ce Député de l’Opposition, n’est que mirage et fiction. Il a, particulièrement, relevé cinq cas. Au fond, il se dit ahuri lorsqu’il considère ce qu’il appelle « confusion » autour de la vente des participations de Cilu ou Cinat. Dans la téléphonie cellulaire mobile, il évoque le cas de CCT où les intérêts de l’Etat ne sont pas bien sauvegardés. Ce n’est pas tout. Katanga constate, par ailleurs, un désordre dans les interventions économiques de l’Etat, il dénonce le retard dans la réforme du portefeuille de l’Etat et des Régies financières sans moyens concrets, pour atteindre le but. Enfin, le cas des retraites et pensions des travailleurs ainsi que la cacophonie à la Fonction Publique, avec l’augmentation des agents fictifs, pour des intérêts sordides, ont retenus son attention. Dans son allocution, il critique, conseille et recommande, en exigeant du Gouvernement des comptes et explications. Déclaration de l’Honorable Katanga Mukumadi Yamutumba Timothée à l’occasion de la présentation du budget 2010 Honorable Président, Honorables Membres du Bureau Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Avant d’attirer l’attention du Premier Ministre sur quelques interrogations majeures suscitées par le budget 2010 du Gouvernement de la République, permettez-moi toutefois de lui présenter mes félicitations les plus sincères quant au dépôt, dans le délai requis, du Projet de Loi Budgétaire 2010. De prime abord, je me fais fort de rappeler que la présentation du Budget à l’Assemblée nationale n’est ni un exercice protocolaire ni encore moins une séance académique. Il s’agit de requérir l’approbation et l’appui de la Représentation nationale sur un effort de traduction d’une volonté à la fois politique et nationale de la part du Gouvernement, de résorber au mieux que possible la misère et la pauvreté en RD. Congo. En outre, je voudrais rappeler également que si la présentation du Budget à l’Assemblée nationale reste un exercice normal et démocratique pour une bonne gestion de la chose publique, il n’en demeure pas moins que dans le cadre de la mission assignée à chaque institution de la République en général et au rôle dévolu au Parlement en particulier, elle donne l’opportunité de dire la vérité. Une vérité, comme l’avait si bien dit le Président Sarkozy du haut de cette tribune, que l’on se doit de dire à un ami qu’on aime et respecte. Honorable Président, Honorables Membres du Bureau, Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, A travers mon propos de ce jour, je voudrais m’appesantir sans complaisances sur la mal gouvernance dont fait montre depuis plusieurs mois déjà le Gouvernement de la République. En effet, alors que sur le plan social entre autre, le Pays vit une des crises la plus sombre de son histoire, le Gouvernement de la République se comporte comme si l’intérêt n’était en aucun cas la raison de son existence. Tenez, afin d’asseoir mon propos, je m’en vais relever quelques cas. 1. Recettes exceptionnelles : Vente des participations CILU et CCT Premier Cas : CILU et CINAT ? Sur le Budget qui nous a été présenté, il est indiqué un montant de 38.376.000.000 FC soit 45 042 253 $ tant pour CILU que pour CCT. Ce qui suscite quelques interrogations : 1° S’agit-il bien de Cilu ou de Cinat ou se trouverait-on tout simplement devant une confusion ? 2° Pourquoi cette vente prêtant à confusion car non repartie et non distincte des actions de l’Etat dans Cilu ou Cinat et CCT ? S’il s’agit de CILU ou CINAT, quel est le coût réel de la vente, pour ce qui est de l’année dernière, des 51% des actions de la CINAT quand on sait que l’Etat congolais détient dans cette entreprise cimentière une participation majoritaire de 91,7% et qu’une action (1%) se vendait alors à 1,45 millions de dollar us soit plus ou moins 45 millions de dollar pour 31%, 10% étant réservés aux congolais et aux travailleurs. Dans les documents sous examen, il est indiqué pour CILU 12.792.000.000 de francs congolais soit 15.014.084 $US. Donc, il y a lieu de clarifier cette situation confuse. Deuxième cas : la société de téléphonie cellulaire CCT Etant donné qu’il y a confusion dans l’évaluation de la vente des participations (38.376.000.000 FC soit 45 042 253 $) de l’Etat congolais dans CILU et CCT, quelle est la part qui revient à CCT ? Notons que cette société est évaluée actuellement par certains experts entre 165.000.000 $ et 260.000.000$. Et que la part revenant à l’Etat congolais sur la vente des ses 49% de ses actions devrait se situer à environ 127.000.000$. Toutefois il y a lieu de tenir compte des engagements financiers de la société et des emprunteurs garantis par l’Etat. Ainsi donc, dans le cadre d’une mission d’information lui confiée en date du 31 janvier 2009 auprès de la société CCT-SARL, la délégation des Députés nationaux avait eu à constater que certaines révélations contenues dans les déclarations faites par certains hauts cadres concernés par ce dossier démontraient à suffisance que la gestion des intérêts de l’Etat dans les sociétés d’économie mixte était confiée à des responsables qui n’étaient pas à la hauteur de leur tâche. C’est ici le lieu de rappeler que la société CCT-SARL a été créée dans le cadre de la coopération entre notre pays et la République populaire de Chine en vue de mettre sur le marché des télécommunications un service à la portée du plus grand nombre possible des congolais. En outre, il apparaît malheureusement que les intérêts de l’Etat dans cette société où il détient 49% du capital social ne sont pas convenablement sauvegardés. En effet, les mandataires représentants l’Etat- actionnaire n’ont pas de pouvoirs réels, dans la mesure où, d’après les dires de ces derniers, la partie chinoise se comporte comme si CCT-SARL était sa propriété exclusive. Il y a une grande opacité dans la gestion, sans parler de la discrimination dont les travailleurs congolais sont victimes notamment sur le plan de la rémunération. A la constitution de CCT-SARL, l’apport de l’Etat congolais (Licence) était évalué à 4.800.000 $US. Après un complément de 3.750.000$US, il a atteint la valeur de 8.550.000$US, alors qu’à ce jour, il est fixé à 55.000.000$US. L’intérêt de notre pays exige la réévaluation imminente de cet apport pour lui conférer une position confortable dans l’actionnariat, et avoir ainsi la possibilité de préserver l’esprit qui a dicté la création de cette société. Or, tel ne semble pas être le cas actuellement. En effet, devant le désengagement de l’actionnaire ZTE de CCT-SARL, la position du Ministère du Portefeuille ne préconise pas le rachat par l’Etat congolais, des actions de celui-ci conformément aux statuts de la société, ainsi que le stipulent les articles 12 et 13. En clair, l’option du recours au droit de préemption par l’Etat congolais a été superbement ignorée ! En fait, contrairement aux instructions lui données par le Premier Ministre, avec entre autre la mise en place d’un Comité interministériel composé du portefeuille, des PTT et des Finances afin de privilégier la préférence nationale, le Ministère du Portefeuille, sans avis préalable de deux autres ministères concernés et sans même chercher à s’appuyer sur les observations de l’OCPT (Lettre de l’ADG de l’OCPT) qui reste pourtant l’organe technique du gouvernement, décidé, en faisant preuve de précipitation, de demander à l’actionnaire ZTE de rechercher un repreneur par le recours à la procédure d’appel d’offres international. Il y a eu là, manifestement rupture totale avec l’idéal révolutionnaire de feu Président Laurent Désiré KABILA qui, justement, voulait voir l’Etat congolais jouer le rôle de régulateur dans le secteur des télécommunications. En effet, les entreprises multinationales qui pourront éventuellement entrer dans le capital de CCT-SARL n’ont aucune préoccupation sociale. Car, une fois dans l’entreprise, elles chercherons à en avoir le contrôle et procéderont, pour cela, à une augmentation du capital social dans les proportions supérieures à la capacité financière de notre pays, ce qui, à coup sûr, entraînera son éviction de l’actionnariat de la société. Dès lors, les puissances d’argent auront la main mise totale sur le marché des télécommunications qui pourtant, en plus de son caractère stratégique, figure parmi les secteurs porteurs de notre économie. Honorable Président, Honorables Membres du Bureau, Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Vous l’aurez constaté avec moi, j’espère, que des graves contradictions ont été mises à nue entre les options levées par le Premier Ministre et la réaction du Ministère du Portefeuille qui du reste était et est resté silencieuse quant à une évaluation correcte des parts de l’Etat congolais. En fait, face à la nécessité de clarifier les conditions dans lesquelles s’organisait la vente des actions restées obscures notamment : -l’utilisation de prêt d’Etat à Etat rétrocédés ; -le crédit commercial de 105.000.000 de dollar ; -l’évaluation des équipements fournis par ZTE corporation en contrepartie de prêt et crédit ; -l’inventaire des équipements fournis ; -la réception desdits équipements ; -l’implantation des ces équipements à travers le pays ; -le sort du solde desdits crédits ; -les états financiers de trois dernières années de CCT-SARL ; -le bilan général avant désengagement ZTE ; -les audits contradictoires sur la valeur actualisée avant désengagement. Dès lors, comment notre auguste Assemblée peut admettre l’inscription au budget d’un montant relatif à la vente des actions CCT sans que toutes ces interrogations trouvent réponse. Votre mission recommande la mise en place par l’ECOFIN d’une commission d’enquête ainsi que les recours aux questions orales et écrites avec débat. En d’autres mots comment peut-on accepter de prendre en compte des prévisions budgétaires sur des recettes exceptionnelles liées à une société de télécommunication dont les parts de l’Etat ont été sous évaluées et surtout sur une vente qui aurait due au préalable, du fait de sa mission parlementaire, recevoir le quitus de l’Assemblée Nationale. TROISIEME CAS : INTERVENTIONS ECONOMIQUES / CAS DU SECTEUR CIMENTIER A titre de rappel, Honorable président, Honorables Membres du Bureau, Auguste Assemblée, pour relancer ce secteur, le Gouvernement n’avait prévu dans son budget 2009 qu’une intervention économique de l’ordre de 100.000.000 des Francs Congolais par cimenterie soit l’équivalent de 169.500$ US par cimenterie (Katanga, Lubudi, Kisangani et Kimpese). Pour 2010 le Gouvernement prévoit 250.000.000 de Francs Congolais soit le montant 293.427$ US pour chacune de cimenterie précitée. Il se dégage dès lors et vous conviendrez avec mois qu’il n’y a aucune volonté politique de relancer le secteur cimentier. Et pourtant dans vos recommandations que le Gouvernement n’a pas voulu prendre en compte, il avait été question entre autre de procéder préalablement à une évaluation correcte de la Cinat avant d’ouvrir son capital, de faciliter l’implantation des nouvelles unités industrielles cimentières là où les études les permettent, d’entamer le projet de construction d’une nouvelle ligne de production par la cimenterie de Lukala, de relancer les usines de ciment propriété de la Gécamines, d’encourager les négociations entre la Gécamines et le groupe Forrest avec des partenaires étrangers en faveur de la CimentKat/Lubudi, etc… 2. REFORME DU PORTEFEUILLE DE L’ETAT Honorable Président, Honorables Membres du Bureau, Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Cette reforme votée au Parlement sous formes de quatre lois ayant été du reste promulguées par le Président de la République en date du 7 juillet 2008 n’a vu le décret portant sur les mesures de son application être signé par le Premier Ministre que huit mois plus tard soit le 24 avril 2009 ! En outre, contrairement à ce qui est prévu par les articles 23, 24 et 25 qui stipulent que dans un délai de trois mois à dater de la signature dudit décret, les Ministres des secteurs d’activités concernés préparent les textes régissant les services dont question à l’article 23, il est signalé, malheureusement, que cinq mois après aucun texte ni statuts n’ont été adoptés et publiés ! 3. Du Cas des Régies Financières Honorable Président, Honorable Membres du Bureau, Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Alors que depuis plusieurs années la réforme de ces régies financières a été annoncée, pourquoi la disponibilisation des moyens ad hoc ainsi que la mobilisation des recettes ressemblent tout juste à un chapelet de bonnes intentions et que chaque fois que des mesures sont prises, celles-ci restent lettre morte et prennent souvent le chemin du frigo ? En outre, dans le cadre de cette mobilisation des recettes, une motion avait déjà été adoptée dans ce sens. Mais là où il faudrait tout de même s’interroger, c’est ce à quoi servent les contrats signés avec certains partenaires extérieurs ? Dans le cas de l’Ofida par exemple, on ne voit pas très bien, face aux contraintes auxquelles il est soumis de la part de la CTC son partenaire (7.500.000 $ de pas de porte, rétrocession de 20 % des recettes, salaires exorbitants payés aux agents de la CTC, etc.), comment cette régie financière peut remplir sa mission avec efficacité. C’est pourquoi une évaluation de ce contrat s’impose de toute urgence dans le cadre de la motion présentée par l’Honorable Jean- Claude Vuemba le 09 juin 2009. 4. Du Problème des Retraites et des Pensions Honorable Président, Honorable Membres du Bureau, Honorable Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Du fait de sa précarité dans notre pays, une retraite est considérée souvent comme une punition et non pas comme une gratification. Elle constitue de ce fait un véritable calvaire tant pour les militaires, les civils et autres hauts fonctionnaires de la République mis à la retraite et de facto contraints à l’indigence et à la misère. Il s’agit notamment de 284 officiers supérieurs et subalternes et de plusieurs Secrétaires généraux mis à la retraite par vagues successives, etc. Alors que les retraités sont à considérer comme des compatriotes ayant donné le meilleur d’eux-mêmes pour la Patrie, la non ventilation des arriérés des retraités relève d’une politique gouvernementale d’irresponsabilité et de non reconnaissance du travail réalisé en faveur du pays. Aussi est-il nécessaire et utile de demander des éclaircissements, dans le cadre du nouveau budget, sur la part réelle réservée aux anciens et nouveaux retraités ! Autrement dit, je voudrais demander au Premier Ministre la réalité de la ventilation des arriérés des civils et militaires tant sous la IIè que sous la IIIè République. Sans oublier, bien entendu leur programmation dans l’exercice du présent budget ! Honorable Président, Honorables membres du bureau, Honorables Députés Chers collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement En effet, depuis plusieurs mois, on assiste à la multiplication des comités de pilotage dans différents ministères et autres organismes publics ; ceci au détriment de la réhabilitation de la Fonction Publique. En effet, il existe à ce jour 22 programmes multisectoriels d’appui à la RDC. Avec pour corollaire, l’existence au sein de chaque ministère concerné d’un comité spécifique de pilotage ! Ce qui porte préjudice au ministère du plan, avec notamment le fond de contrepartie, qui devrait s’occuper desdits programmes ! C’est aussi le cas de l’ANAPI chargée entre autre d’une part de recevoir les projets d’investissements régis par des lois particulières, de les analyser et de décider de l’agrément de ceux relevant du code des investissements ou d’émettre des avis techniques sur les autres et d’autres part d’assurer la promotion des investissements tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Avec la multiplication des comités de pilotage, ces institutions nationales sont complètement paralysées du fait de l’existence de ces services concurrents ! Si Monsieur le Premier Ministre peut nous apporter des éclaircissements à ce sujet et surtout sur le manque criant de renforcement des institutions nationales. Honorable Président, Honorables Membres du Bureau, Honorables Députés et Chers Collègues, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, En Guise de conclusion, permettez-moi, de souligner un fait majeur inducteur de la mal gouvernance dont je venais de parler. Il s’agit de la situation du Premier Ministre. Une situation peu enviable car ce dernier se trouve à la tête d’un Gouvernement composé essentiellement des Ministres intouchables. En réalité ceux-ci, qui sont pour la plus part d’entre eux des chefs des partis politiques ou des membres influents desdits partis obéissent à des forces politiques obscures et échappent de ces faits au contrôle du Premier Ministre. Ce qui réduit considérablement le pouvoir de ce dernier, faisant de lui un Premier Ministre «aux mains et aux pieds liés». Sans chercher à dédouaner le Chef du Gouvernement quant à sa responsabilité dans cette mal gouvernance, il faut reconnaître aujourd’hui que cet état de chose reste à la base des nombreux dysfonctionnements rendant le Gouvernement quasiment ingouvernable. Ici, la cohésion de l’équipe gouvernementale n’est que mirage et fiction. En émettant le souhait de voir le Premier Ministre apporter des éclaircissements sur toutes les zones d’ombre susmentionnées afin de rendre son budget recevable, je voudrais terminer avec ces propos de Mr Sarkozy : «Quand on aime sa Patrie, on est convaincu que l’on est le Premier acteur de son Histoire. Et quand on aime sa Patrie, on se pose constamment cette question : suis-je en train de servir les intérêts de mon pays ? J’ai dit et je vous remercie.

==========================================================================================================================================================

Au moins un qui dit ce qu'il pense malheureusement les autres se tairont et personne pour le soutenir mawa plein. Lue sur le site la prospérité RDC.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 15/10/2009, 2:56 pm

"Budget 2010 : 5,3 milliards USD, des lacunes et des irrégularités relevées
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25085&da=&hi=0&of=2&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
En principe c’est ce jeudi que se clôture le débat général sur le projet de budget 2010. Selon les députés, ce projet de 5,3 milliards de dollars, contient des lacunes et irrégularités. Le vote intervient ce vendredi après les réponses du Premier ministre Adolphe Muzito aux préoccupations des députés, rapporte radiookapi.net..."

"Assemblée nationale
Budget 2010 : déséquilibre dans la répartition des ressources !"

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87524&id_edition=4809

"Ambitions de nain"
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87528&id_edition=4809

"La grenouille"
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87529&id_edition=4809



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  mongo elombe le 15/10/2009, 3:03 pm

Les ambitions de construire au cœur de l’Afrique un pays naturellement voué à être la locomotive du continent se sont estompées. Elles sont sacrifiées sur l’autel du positionnement et du repositionnement politique. L’amélioration du vécu quotidien du souverain primaire n’est plus une priorité encore moins une préoccupation. Il est demandé à celui-ci de patienter, de serrer la ceinture sur un ventre davantage affamé. Alors que ses représentants se la coulent, en attendant de monter de nouveaux plans de séduction pour 2011.



Petit extrait du titre de potentiel que Ndonzwau a mis, c'est vraiment triste de voir que ces gens là sont soi disant élus pour le peuple et s'enfoutent pas mal.

Congolais okolamuka mokolo nini obengana bango nionso.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 15/10/2009, 11:06 pm

"Assemblée nationale - Session budgétaire septembre 2009 :
Allocution du Premier ministre à l’occasion de la présentation
du Projet du Budget de l’Etat pour l’Exercice 2010 "

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=5035


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Arafat le 15/10/2009, 11:14 pm

ndonzwau a écrit:"Assemblée nationale - Session budgétaire septembre 2009 :
Allocution du Premier ministre à l’occasion de la présentation
du Projet du Budget de l’Etat pour l’Exercice 2010 "

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=5035


Compatriotiquement!
La vidéo est sur la page d´accueil

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  ndonzwau le 17/10/2009, 11:51 pm

"Assemblée nationale
Budget 2010 : Muzito passe

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=87647&id_edition=4811
Les jeux sont faits. L’Assemblée nationale a rendu son verdict en déclarant recevable le projet du Budget 2010. Il a fallu, pour parvenir à ce résultat, que la majorité joue serrée. L’Assemblée nationale a donc jugé recevable le projet du budget 2010, moyennant amendements. Le texte est envoyé à la commission économico financière pour un examen approfondi. Serait-ce la fin du cauchemar ?..."
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25123&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
° http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25120&da=&hi=0&of=3&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst


Coùpatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

La MAJORITÉ renvoie l'OPPOSITION à l'ÉCOLE !

Message  *CNMM le 18/10/2009, 1:58 pm

*CNMM a écrit:
La "RATIONNALITÉ" du Député PPRD Pius MUABILU
donne une pédagogique correction de sémantique juridique à
L'"ÉMOTIVITÉ" du député Clément KANKU (MLC/Jean-Pierre BEMBA GOMBO)
--------
Imaginer qu'une pareille "OPPOSITION" puisse devenir une "alternative" à la direction de l'État ;
et qu'elle soit amenée à enganger Ma Patrie, La RDC, dans des négociations avec des parties tièrces !
J'en tremble de frayeur ...

Vous avez dit : MÉDIOCRITÉ ou VANITÉ ...

Lisez plutôt :

Théodore NGANGU/MMC a écrit:
Assemblée Nationale : la motion KANKU évacuée pour vice de procédure

RDC-Kinshasa, 17/10/2009 / Politique
La motion incidentielle de Pius MUABILU a changé le cours du débat. 327 députés ont rejeté la motion KANKU contre 69 Députés favorables à la motion et 44 abstentions.
La motion de défiance initiée par le Député Clément KANKU contre le Premier ministre Adolphe MUZITO a été rejetée samedi par la plénière de l’Assemblée Nationale après le débat suscité par la motion incidentielle de l’honorable Pius MUABILU.

En effet, après le speech du Président de l’Assemblée Nationale, Evariste BOSHAB sur la méthode de travail à suivre lors du débat, la parole a été accordée au député Clément KANKU pour procéder à la lecture du texte de sa motion.
Ce dernier a expliqué les raisons qui ont motivé cette motion, notamment la nécessité d’évaluer le gouvernement 8 mois après la prise de fonction de M. Adolphe MUZITO en qualité de Chef de Gouvernement.

Clément KANKU a accusé le Premier Ministre de n’avoir rien fait pour répondre aux attentes de la population.
Il a relevé la recrudescence des actes de violences, l’expulsion des Congolais dans les pays frontaliers, la grogne sociale dont le fait culminant est la grève de médecins sans compter la flambée de prix, le recul dans le domaine des libertés fondamentales etc.
Bref, au regard de ce tableau sombre, clément KANKU a invité le Premier Ministre à rendre le tablier.

C’était sans compter avec le député Puis MUABILU qui est intervenu avec une motion incidentielle.
Le Député PPRD de TSHANGU a fait savoir qu’au regard du statut constitutionnel du Premier Ministre, Chef de Gouvernement, il eut fallu en lieu et place de la motion de défiance, une motion de censure qui réuni 125 signatures soit I/4 de l’effectif de Députés.
La motion de Puis a donné lieu à un débat avant de la soumettre au vote.

Il a l’issue du vote, le décompte a donné 327 voix pour l’adoption de la motion de Puis Muabilu, 69 voix contre et 44 absentions.
La motion de Clément KANKU a ainsi été rejeté car il n' y a pas matière à débattre a souverainement décidé la plénière.

Théodre Ngangu/MMC
http://www.digitalcongo.net/article/61832


Radio Okapi a écrit:
Adolphe MUZITO (PaLU) : la motion de défiance rejetée
Kinshasa | Samedi 17 Octobre 2009 à 13:14:28
Hits :
Adolphe MUZITO ne tombera pas.
En tout pas à la suite de la motion de défiance qui planait sur lui à l’initiative du Député de l’OPPOSITION Clément KANKU BUKASA (MLC/Jean-Pierre BEMBA GOMBO) appuyée par une cinquantaine de ses collègues de la même OPPOSITION à l’Assemblée Nationale.


Cette motion vient d’être rejetée ce samedi par la MAJORITÉ des Députés, en plénière, après une motion incidentielle du DÉPUTÉ PPRD, Pius MUABILU, rapporte Radio Okapi.
Adolphe MUZITO à la tribune de l'Assemblée Nationale
Comme lors de la session de mars dernier avec la motion d'interpellation,

la motion de défiance contre le Premier Ministre MUZITO vient donc d'être rejetée pour vice de forme.

[ "La MAJORITÉ (par Pius MUABILU/PPRD/AMP & PaLU)
botte le cul aux vaines PRÉTENTIONS ARRONGANTES de
L'OPPOSITION (via Clément KANKU/MLC/Jean-Pierre BEMBA GOMBO & Consorts) "


DIXIT *CNMM]

Selon le Député Pius MUABILU (PPRD), Clément KANKU (MLC/Jean-Pierre BEMBA GOMBO) a pêché par la forme en introduisant une motion de défiance contre le Premier Ministre, en lieu et place d’une motion de censure, qui, si elle devait être votée par la majorité absolue, entrainerait la chute, non seulement du Premier Ministre lui-même, mais aussi de tous les membres de son Gouvernement.


Donc, puisque tel était l’objectif de la motion initiée par le député de l’OPPOSITION KANKU (la déchéance du Premier Ministre et son Gouvernement),

il aurait fallu que sa motion soit une motion de censure et non de défiance, a soutenu le Député MUABILU dans sa motion incidentielle.
La faille était donc trouvée.

La motion du patron du Groupe de presse RTGA a vite été soumise à un vote à main levée.
Comme un seul homme, la majorité, à quelques exceptions près, s’est levée pour dire oui à cette motion.
Ce qui revenait à dire que la motion contre le Premier Ministre Adolphe MUZITO, de Clément KANKU, était rejetée, et elle ne sera pas soumise au vote à bulletin secret.
C’était une page tournée.

Mais pour l’auteur de la motion rejetée, ce n’est qu’une partie remise.
Selon des sources proches de l’AMP, il y aurait, la veille, un rappel à l’ordre au sein de la plate-forme, parce que le chef de l’Etat, l’autorité morale de la famille politique, n’aurait pas accepté la déchéance de son Premier Ministre, surtout par une motion issue de l’OPPOSITION.


La discipline du groupe l’a donc emporté, même si au sein de cette plate-forme, certains membres reconnaissaient la pertinence de la motion de Clément KANKU.

Par ailleurs, le Palais du Peuple était pris d'assaut par plusieurs centaines de militants du PaLU, Parti Lumumbiste Unifié, le parti du Premier Ministre MUZITO, venus apporter leur soutien inconditionnel au successeur d'Antoine GIZENGA.

Des bus de transport en commun étaient mobilisés à cet effet, mais aussi, certains de ces militants ont dû faire le pied de leurs lieux d'habitation jusque dans l'enceinte de l'édifice chinois de la commune de Lingwala pour le besoin de la cause.

http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25123&da=&hi=0&of=4&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst
-------


"BOZALI BANA !
Dixit AKON

"TOLEKA"
Dixit Elodie MOBUTU alias MONGO ELOMBE

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  link le 16/1/2013, 12:50 am

La RDC élabore son programme économique sans l’appui du FMI

http://radiookapi.net/economie/2013/01/15/la-rdc-elabore-son-programme-economique-sans-lappui-du-fmi/

«L’une de plus fortes recommandations que nous avons prises, c’est de bâtir un programme macro-économique tout à fait autonome. Nous ne sommes pas en programme avec le Fonds monétaire international, mais nous continuons de fonctionner sur une base saine de gestion macro-économique sur le budgétaire et monétaire.»


«Nous n’avons pas besoin aujourd’hui d’avoir en face de nous le Fonds monétaire international pour bâtir un programme. Nous avons des experts congolais qui savent le faire. Et nous avons donc convenu de formuler un programme autonome.»

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Incident" à l´assemblée nationale lors de la présentation du budget par le PM

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum