Les ivoiriens de la diaspora ont voté

Page 17 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Aller en bas

Re: Les ivoiriens de la diaspora ont voté

Message  Arafat le 31/12/2010, 12:26 pm

Tonton Ricos a écrit: Depuis son arrivé au pouvoir en Cote d'Ivoire,il y a 10 ans,je n'ai jamais été un pro-Bagbo.
A contrario, j´ai toujours été pour Gbagbo depuis qu´il a tenu tête au général Guei qui voulait lui voler sa victoire en 2000. Je l´ai encore soutenu lorsqu´il avait refusé d´appliquer les accords de Marcoussis (qui lui imposaient le partage du pouvoir, un peu comme les accords de Sun City chez nous). Il avait declaré être le président élu légitimement par le peuple ivoirien et qu´il n´avait pas à partager le pouvoir avec les rebelles, malheureusement il a dû céder suite aux accords de Ouagadougou en 2007. Et maintenant que le peuple ivoirien a élu légitimement Ouattara, pouquoi lui Gbagbo veut-il jouer au général Guei en voulant confisquer le pouvoir?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ivoiriens de la diaspora ont voté

Message  mongo elombe le 31/12/2010, 12:28 pm

Elu légitiment?????? C'est comme kabila,élu légitimement par la CI Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ivoiriens de la diaspora ont voté

Message  mongo elombe le 31/12/2010, 12:44 pm


Crise ivoirienne : l’Afrique s’humilie



Je ne suis pas Ivoirien et je n’ai aucun intérêt en Côte d’Ivoire. Je n’ai donc pas voté pour Laurent Gbagbo ni pour son adversaire Alassane Ouattara. Cependant, comme observateur panafricain et analyste, je constate, depuis quelques semaines, que ce qui se passe dans ce pays est dangereux et présage d’un avenir incertain. L’imprudence et l’aveuglement des dirigeants africains face aux intérêts inavouables des puissances étrangères risque d’entraîner la Côte d’Ivoire mais aussi l’ensemble de la sous-région ouest-africaine dans la perdition.

Ce qui est aujourd’hui en cause, ce n’est ni le résultat des élections ni le respect de la légalité. Tout le monde s’appuie ou feint de s’appuyer sur ces deux éléments, apparemment objectifs, pour réclamer un changement de régime en Côte d’Ivoire. Ceci était prévisible ! Tous les clignotants signalaient depuis au moins cinq ans que ce pays s’acheminait vers une situation politique explosive. J’ai beaucoup de mal à croire que le président Laurent Gbagbo est le grand Satan tant décrié dans les médias et les capitales occidentales et que son adversaire est le grand messie tant attendu pour sauver l’ancienne colonie française désormais en proie à la violence.

Ce qui intrigue toute personne avisée des crises politiques en Afrique, c’est d’abord le silence convenu des géants économiques occidentaux qui opèrent massivement en Côte d’Ivoire et dont le chiffre d’affaires annuel avoisine plusieurs centaines de millions de dollars. Dans le climat de tension actuel, sont-ils favorables ou défavorables au camp de Gbagbo ou à celui de Ouattara ? Sont-ils totalement indifférents à un changement de régime en Côte d’Ivoire comme l’exigent les pays occidentaux ou participent-ils dans l’ombre au choix d’un des candidats ? Ce qui justifierait peut-être leur silence. En clair, sont-ils acteurs ou spectateurs impuissants d’une crise politique majeure dans un pays où ils se sont installés depuis un certain temps pour gagner de l’argent ?

Le second point de curiosité est fondé sur les réactions plus ou moins tardives et cacophoniques des Africains à travers la CEDEAO et l’Union Africaine. La première organisation menace de destituer le président sortant, au besoin en usant de la force, la seconde acquiesce et suit les recommandations ou les ordres des puissances étrangères demandant le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir au profit de son adversaire Alassane Ouattara. Ces deux institutions suivent visiblement les positions officielles de quelques dirigeants occidentaux qui réclament l’éviction de Laurent Gbagbo. Il y a comme un petit malaise lorsque l’on sait que ces institutions proclament régulièrement l’indépendance de l’Afrique et la souveraineté des Etats africains. Honnêtement, quel dirigeant africain actuellement au pouvoir, depuis plus d’une décennie, serait prêt à accepter le traitement qui est réservé à Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire en ce moment ?

En même temps que la CEDEAO et l’Union Africaine s’empressent de sanctionner Laurent Gbagbo et ses proches, comme le font déjà les Etats-Unis et l’Union Européenne, elles envoient aussi dans l’ordre ou dans le désordre des médiateurs en Côte d’Ivoire. Les résultats de ces multiples médiations sont, pour l’instant, impalpables et invisibles. Et pour cause ! Une médiation peut-elle réussir lorsque les initiatives des Africains interviennent accessoirement et en marge des décisions des grandes puissances au lieu de les précéder ? Le spectacle de ces va-et-vient « diplomatiques » infructueux des Africains à Abidjan est affligeant et humiliant pour la diplomatie africaine.

Le moins qu’on puisse dire est que les Africains, plutôt que d’assumer eux-mêmes la gestion de cette crise dont ils devraient avoir l’entière responsabilité, s’alignent et s’appuient davantage sur un agenda extérieur en affichant des positions très peu cohérentes et très peu indépendantes. En se soumettant trop facilement à la pression extérieure, les Africains donnent d’eux-mêmes l’image de personnalités faibles, très influençables et pas très autonomes dans leurs décisions. Ce qui peut accréditer les préjugés courants sur l’Afrique et sur les Africains. Peut-on combattre ces préjugés en essayant de donner au moins l’impression que les Occidentaux n’ont pas toujours raison dans les affaires africaines ? Peut-on faire valoir que la gestion occidentale de cette crise est violente, indélicate et relativement grossière ? Devant cet état de fait, il y a le vide et le suivisme africains. L’imagination et la créativité africaines ont-elles déserté l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique tout court ? J’ai du mal à le croire.

S’il s’agissait simplement d’un problème électoral en Côte d’Ivoire, pourquoi n’avoir pas proposé d’analyser tous les litiges électoraux de manière à lever toute équivoque sur le résultat final ? Pourquoi le point de vue de la CEDEAO est-il venu après celui de l’Occident alors que son expertise aurait dû primer par son efficacité et rassurer par sa sagesse ? Pourquoi avoir précipitamment entériné des résultats que l’on savait contestables et contestés dans la mesure où chaque camp se dit vainqueur de ces élections tout en accusant l’autre de fraude massive ? (Alassane Ouatara serait gagnant avec 54,1% d’après la commission électorale indépendante et Laurent Gbagbo l’emporterait à hauteur 52,6% d’après le Conseil constitutionnel).

Dans ces conditions, comment comprendre l’attitude de la CEDEAO et de l’Union Africaine qui ont d’abord privilégié des options moins diplomatiques face à ce qui apparaît comme une pression insupportable et gravissime des pays occidentaux sur un dossier de politique intérieure en Côte d’Ivoire ? Il est surprenant que personne n’ait éprouvé le besoin primitif de réagir aux déclarations tapageuses et intempestives du ridicule procureur Moreno-Ocampo (*).

A-t-on suffisamment pensé aux conséquences d’une décision hasardeuse sur les populations étrangères résidant en Côte d’Ivoire et sur l’ensemble de la sous région ? Quelle place accorde-t-on à la paix et à la sécurité des Ivoiriens dans cette affaire ? À en croire certains discours médiatique et politique, les Ivoiriens n’auront pas droit à la paix et encore moins à la sécurité si Gbagbo n’est pas évincé ou éliminé du pouvoir. Dans la même logique, l’ONU censée statutairement rester neutre ou du moins impartiale a aussi vite pris parti. Avant tout le monde, elle a affirmé dès le 3 décembre 2010, à travers son représentant et en pleine contestation des résultats, que Monsieur Alassane Ouattara était le président de la Côte d’Ivoire. A-t-elle facilité le dénouement de cette crise nationale ivoirienne ou l’a-t-elle compliqué ? Ce qui est étonnant est qu’immédiatement, la France et les Etats-Unis ont validé la position du représentant du secrétaire général de l’ONU Monsieur Young-Jin Choï sans prendre en compte la contestation des résultats par l’une ou l’autre des parties. Pourquoi agir de la sorte dans un contexte aussi tendu sur le plan politique ? Quel danger y avait-il à tout vérifier et à lever le doute sur les soupçons de fraude d’où qu’ils viennent ?

Il est difficile au moment où le consensus médiatique est total et que « la majorité » des pays puissants prétend avoir raison d’aller à contre-courant ou de poser des questions qui dérangent. Mon expérience de l’interminable crise des Grands Lacs africains m’autorise à douter sérieusement du fait que les élections sont véritablement la raison principale de l’attention que toutes les grandes puissances et l’ONU portent aujourd’hui à la Côte d’Ivoire. Je ne suis pas non plus convaincu que la transparence électorale ou l’alternance politique sont des arguments sérieux au sujet du contentieux qui oppose désormais ce qu’on appelle d’un côté « la communauté internationale » et le camp Ouattara à Laurent Gbagbo.

L’indifférence des pays occidentaux, tout comme celle des membres de la CEDEAO ou de l’Union africaine, à la fraude électorale en Afrique ou à la longévité politique outrancière de certains dirigeants africains est un fait qui n’appelle aucun commentaire désobligeant de ma part. Si ces principes étaient défendus avec acharnement dans toutes les élections africaines et s’ils étaient des vertus cardinales chez bon nombre de dirigeants qui sermonnent actuellement Laurent Gbagbo, tout le continent africain s’en féliciterait et les exemples seraient nombreux. Il me semble bien qu’évoquer les arguments sur le respect des résultats que très peu de gens connaissent d’ailleurs ou la transparence et l’alternance pour justifier ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire n’est pas suffisant et certainement pas convainquant.

J’ai à ce propos un petit souvenir qui éclaire certains comportements étranges que j’observe ici et là dans ce dossier. C’est en 1999 que j’ai rencontré à Washington un fonctionnaire de la Banque Mondiale, visiblement bien informé, qui me confia au cours d’un déjeuner que si Monsieur Alassane Ouattara ne devenait pas président en Côte d’Ivoire, il y aurait « le feu dans ce pays ». À l’époque, je ne compris pas exactement la teneur de ces propos. Peu après, il y eut un coup d’Etat de l’officier ivoirien Robert Guei puis une crise politique, des élections mouvementées et l’arrivée au pouvoir de Laurent Gbagbo.

La côte d’Ivoire, depuis cette période, vit au rythme de tensions incessantes et d’une guerre tantôt ouverte tantôt larvée entre les forces rebelles proches de Ouattara et les forces gouvernementales de Laurent Gbagbo. Quelques pays voisins de la côte d’Ivoire n’ont pas brillé dès le début de cette crise interne par leur neutralité absolue ni par leur impartialité admirable. Intérêts pécuniaires et calculs politiciens obligent ! Ce qui est dangereux aujourd’hui, ce ne sont ni les propos du fonctionnaire de la Banque Mondiale en 1999 ni le rôle joué par certains voisins de la Côte-d’Ivoire mais le parti pris immédiat de certains médias, de l’ONU, de l’Elysée et de la Maison Blanche et surtout l’alignement servile des Africains eux-mêmes à travers l’Union Africaine et la CEDEAO. Le comportement de ces derniers, entérinant de facto une décision prise visiblement avant ou contre « le choix des Ivoiriens », est regrettable.

Prendre parti très vite et sans aucune précaution élémentaire en faveur d’un candidat à l’élection présidentielle, que quelques observateurs honnêtes reconnaissent comme particulièrement serrée, a été très imprudent. « Imposer » un candidat dans un contentieux électoral interne de façon aussi brutale et agressive est plus que troublant et pas très « démocratique ». Parmi les dirigeants africains qui prennent d’ailleurs position soit dans le cadre de la CEDEAO soit au sein de l’Union Africaine, combien peuvent prétendre avoir remporté des élections en toute transparence ou en dehors de fraudes avérées ? Combien ont été intronisés et légitimés alors même que leurs adversaires, déprimés par l’ampleur de la fraude, ne comprenaient pas le mutisme des représentants de l’Union Européenne et autres observateurs étrangers présents dans le pays ? Combien d’observateurs africains et occidentaux m’ont avoué avoir été témoins ou complices impuissants de la tricherie organisée lors d’élections présidentielles en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest ?

Mon propos ici n’est pas de défendre un candidat contre un autre. Je crois simplement qu’un certain flou persiste sur les vrais résultats de cette élection, qu’il y a apparemment un réel problème d’impartialité dans cette affaire au point que toutes les menaces proférées contre un des deux candidats sont suspectes et disproportionnées par rapports à d’autres situations similaires. Il semble bien que les vraies motivations derrière cette situation ivoirienne sont volontairement tues au profit d’un tapage douteux sur la « légalité électorale ». Il apparaît clairement que les ingérences étrangères dans le dossier ivoirien sont flagrantes et nocives pour la paix, la sécurité et la souveraineté en Côte d’Ivoire.

Si personne ne veut revenir à la raison dans ce dossier, si personne, parmi les dirigeants africains qui ont pris fait et cause pour le discours dominant, n’accepte, par couardise, par opportunisme, par aveuglement ou pour des intérêts égoïstes, de questionner ce qui se passe aujourd’hui sous nos yeux, d’autres dirigeants africains risquent, à leur tour, de subir le même scénario et l’Afrique de l’Ouest risque bientôt d’être dirigée par des miliciens ou des « rebelles » et autres marionnettes à la solde d’intérêts extérieurs comme c’est déjà le cas en Afrique centrale. Ce processus engagé depuis le début des années 90 va s’étendre progressivement sous diverses formes dans une large partie du continent si les Africains continuent à somnoler sous leur beau soleil.

Faire l’impasse sur le contrôle des richesses de la Côte d’Ivoire et les raisons qui ont poussé à deux tentatives de coup d’Etat dans ce pays en 2002 et 2004, faire semblant de ne pas se souvenir des raisons qui ont conduit à la création d’une rébellion dans ce même pays, développer une amnésie sur le rôle des pays voisins dans le soutien apporté à la rébellion ivoirienne, à son financement et à son armement, ignorer volontairement toutes les pressions qui ont poussé à l’organisation d’élections dans un pays coupé en deux et contrôlé pour partie par des rebelles et pour l’autre par l’armée gouvernementale, faire fi de tout cela c’est ne pas vouloir comprendre ce qu’est en réalité le nouvel ordre mondial dans les relations internationales. Choisir l’autisme politique sur la crise ivoirienne c’est tourner le dos à l’avenir et vouloir soumettre les Africains à la loi du fusil, de l’instabilité, du banditisme politique, de la précarité chronique et du pillage.

Dire ceci n’a rien de défaitiste ou de fataliste, c’est simplement tenter d’apporter un peu de lucidité devant les nouvelles menaces qui visent tous les pays africains ayant des ressources économiques convoitées par l’Occident. Le dossier ivoirien rend tout observateur honnête sceptique à l’égard des discours pompeux sur la bonne gouvernance, le respect des droits de l’Homme, la transparence électorale et blablabla. Ce dossier est piloté en violation de tous les principes que prétendent aujourd’hui défendre ceux qui pérorent sur la légalité, l’Etat de droit, le respect des libertés publiques, etc.

Je l’ai déjà observé très attentivement dans la région des Grands Lacs, je le vois également au Soudan, pays riche en pétrole, qui sera coupé en deux en janvier 2011 et dont la CPI (Cour Pénale Internationale) veut aussi arrêter le chef de l’Etat en exercice. Les Africains de l’Ouest sont peut-être en train de subir leur premier baptême des régimes pro-rebelles. Il faut espérer qu’ils ne le regretteront pas.

CHARLES ONANA JOURNALISTE ET ECRIVAIN
(*) Cf. le dernier livre de Charles Onana : Al-Bashir Darfour, la contre-enquête, Paris, Editions Duboiris, 2010, 480 p. disponible en librairie et sur www.amazon.fr ou www.editionsduboiris.com


Kinshasa, 30/12/2010 (LP/MCN, via mediacongo.net)






Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ivoiriens de la diaspora ont voté

Message  lino le 31/12/2010, 5:02 pm

Le débat est arrivé aussi sur les plateaux télé de la RDC..