Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Page 20 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 21/6/2016, 8:05 pm

Pour nous le petit peuple, la CPI reste notre seul et ultime recours. Elle fait même très peu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 21/6/2016, 8:24 pm

Troll a écrit:Cool IMPRESSION (S)

La toute première impression...On croyais que c´était le Rwanda ou l´Ouganda qui était jugé devant la CPI Shocked Shocked La liste des "crimes de guerre" dont parlent les juges de la CPI sont conformes aux crimes dont sont auteurs les dirigeants rwandais et ougandais..dont les pays ont envahis le territoire congolais plusieures fois...et dont les crimes restent impunis Surprised

L´autre impression étrange...comme le souligne la RFI..la CPI n´a pas trouvée les "auteurs" de ces crimes..de guerre, comme si JP Bemba était en "guerre contre la RCA", c´est comme si JP Bemba a tout simplement été l´auteur d´une INVASION de la RCA, et ainsi son armée a pillées, violées, massacrées les centrafricains Surprised Surprised

Et pourtant la longue liste des "chefs de guerre" centrafricains dont un certain Bozize..circulent librement malgré les crimes contre leur propre pays dont ils sont auteurs*

La dernière impression est le M23 dont les dirigeants sont LIBRES, tous LIBRES ..tout comme les FDLR dont certains leaders sejournent en Europe..non loin de la CPI Mad
La liste de ces crimes de guerre correspond parfaitement aux exactions des FDLR, mais pourquoi le procureur de la CPI n´a jamais eu le temps de poursuivre le M23 ou les FDLR ?


La CPI sera toujours moins credible au Congo..et en cas d´alternance, la suggestion serait de recolter des signatures des parlementaires et des citoyens congolais pour quitter la CPI tout simplement @

Non seulement quitter la CPI pour les signataires Africains du Traité de Rome et pour le Congo est un pas que beaucoup n'auront le courage de franchir mais aussi si il est un acte symboliquement fort, il n'empêche en aucune façon que la CPI n'inculpe et ne condamne les coupables des crimes graves (génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre, crimes d'agression) qu'ils soient signataires ou pas !

Le seul combat qui vaille consisterait pour l'Afrique soit de décider de quitter tous la CPI selon une décision de l'UA comme l'envisageaient certains chefs d'Etat, soit d'obtenir de la CPI de cesser son deux poids deux mesures à la tête du client faible ou excommunié par les puissants et à l'ordre de ces derniers...
Combat difficile car aussitôt suspect d'échapper à la justice internationale pour se dédouaner de ses crimes, car aussitôt apparaîtront des pressions extérieures décisives sur certains et des dissensions provoquées au sein des Africains eux-mêmes...

Mais il n'est pas impossible qu'on y arrive si d'autres prétextes s'accumulent où les "pauvres et faibles" Africains continueront à être seuls l'objet des poursuites de cette CPI...


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 21/6/2016, 8:33 pm

Ceux qui veulent continuer à faire qu'il n'y a pas eu des victimes en Centre-Afrique peuvent toujous continuer à soutenir que c'est un complot de la CPI.

S'in'y abait pas eu des victimes, personne ne peut affirmer que J.P. Bemba se serait de toute façon retrouver à la CPI parce que te était le plan de la CI.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 21/6/2016, 9:27 pm

Libre Examen a écrit:Pour nous le petit peuple, la CPI reste notre seul et ultime recours. Elle fait même très peu.
Libre Examen a écrit:Ceux qui veulent continuer à faire qu'il n'y a pas eu des victimes en Centre-Afrique peuvent toujous continuer à soutenir que c'est un complot de la CPI.

S'in'y abait pas eu des victimes, personne ne peut affirmer que J.P. Bemba se serait de toute façon retrouver à la CPI  parce que te était le plan de la CI.

C'est un idéal que 99,50% d'Africains qui sont le petit peuple nourrissent à raison mais la pénible réalité est que jusque-là le petit peuple du Congo combien victime de ses bourreaux internes et étrangers n'a bénéficié de l'attention de cette "chère" CPI...
Comme si cette justice internationale sévissait "à la tête du client et selon les ordres des puissants" :un os dur à avaler, je présume même pour vous qui se veut représentant attitré de ce petit peuple, LE !!!

Un complot, peut-être pas, disons un concours de circonstances malheureux pour les millions des victimes privées de justice même en Centrafrique où des criminels internes n'ont été inquiétés jusque-là et ailleurs, volontiers dans notre Congo où un génocide continue à décimer une dizaine de millions de victimes au su et au vu de cette généreuse CI curieusement absente à appliquer ses nobles recettes de justice...

Je crois aux valeurs démocratiques et humaines qui peuvent guider la justice internationale mais sûrement pas à l'équité de ses actes : Bemba a été certes condamné parce que quelque part au moins coupable de négligence criminelle mais sûrement pas à la hauteur de ses actes réels que la CPI a surestimés à dessein, à tort ou à raison d'ailleurs, là n'est pas mon problème aujourd'hui...
C'est vrai, nous ne pouvons raisonnablement dédouaner nos concitoyens africains de leurs propres crimes mais ignorer que "Carnages, Guerres secrètes des grandes puissances, Stratégie du chaos et de mensonge, etc etc..." sont hélas passés par là serait une insuffisance impardonnable et fort préjudiciable à l'avenir...
Selon les temps, les domaines, les "affaires", la culpabilité des puissances occidentales à côté de la nôtre ne fait aucun doute; Bemba dans un camp et un moment favorables n'aurait pas été jugé de la même façon, j'en reste convaincu...  

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Troll le 21/6/2016, 9:34 pm

Sad Surprised 8 ANS

Hem, 8 ans Surprised Pendant 8 ans, devant les juges de la CPI..on a vu plus des congolais être condamnés... 8 ans, Shocked

Les crimes des invasions du Congo par le Rwanda et l´Ouganda, les FDLR, les LRA, le M23, les expulsions des congolais de Brazza ou d´Angola

Le "petit peuple" en RDC se demande chaque jour pour quelle raison cette justice INTERNATIONALE ne le concerne pas ? Surprised

Il n´ya eu des viols et des "crimes de guerre" qu´en RCA ? Les victimes congolais de Kagame, Museveni, Sasou Ngueso ou Dos Santos se demandent pourquoi JP serait plus "criminel" que ceux qui ont massacrés, violés, pillés des millions des congolais

Le petit peuple congolais sera sans doute plus proche du "petit" JP ..ce soir, subissant l´INJUSTICE INTERNATIONALE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 21/6/2016, 9:44 pm

En 2005, J.P.. Bemba menaçait d'envoyer ses hommes contre les manifestants qu'il qualifiait de fauteurs de troubles. Y'a-t-il quelqu'un qui se doute de comment ses hommes allaient agir envers les manifestants.

J.P. Bemba a vécu dans une culture où tout chef, où toute personne qui détient un pouvoir peut commettre ou faire commettre des crimes impunément sans considération aucune de la dignité humaine.

Au moins nous avons la CPI avec tous ces manquements pour de temps en temps nous rendre justice.

Est-ce que la sanction prononcée contre J.P. Bemba est injuste ?  Je n'en sais rien. Mais il n'y aura aucune sanction qui pourra rendre justice aux victimes.


Dernière édition par Libre Examen le 23/6/2016, 1:53 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Troll le 21/6/2016, 9:46 pm

Libre Examen a écrit:Ceux qui veulent continuer à faire qu'il n'y a pas eu des victimes en Centre-Afrique peuvent toujous continuer à soutenir que c'est un complot de la CPI.

S'in'y abait pas eu des victimes, personne ne peut affirmer que J.P. Bemba se serait de toute façon retrouver à la CPI  parce que te était le plan de la CI.

LES VICTIMES EN RCA Sad ?

Vous n´avez qu à regarder la télé..Vous apprendrez que des militaires francais sont accusés des crimes de viol...il n´ya pas si longtemps...et Hollande ne sera jamais convoqué devant la CPI..ni ces militaires francais:drunken:

Les crimes en RCA? Vous n´avez qu´á visiter le Nord de la RDC où des milliers des centrafricains sejournent dans les camps de refugiés:drunken: et ils sont là depuis moins de 8 ans:sunny: Ce n´est pas JP qui les a fait venir au Congo certainement

Les noms des généraux, "chefs de guerre" centraficains...figurent bien dans les rapports de l´ONU sur les crimes de guerre depuis quelques années:sunny: albino Mais AUCUN d´entre eux n´a jamais fait l´objet d´un "procès" devant la CPI:drunken:

La CPI nous apprend que JP est auteur des "viols et des pillages" en RCA affraid affraid Pendant des années, les prof de la faculté de droit de l´UNIKIN nous ont cassés les têtes á Maluku en insistant que le "crime", l´infraction est personnel..Vous ne pouvez pas condamner un père parce que son fils a volé la vache d´autrui..Vous ne pouvez pas condamner un "chef" militaire quand les noms des militaires auteurs de viol ou de pillage existent dans les archives de l´ONU drunken

Pendant 8 ans, la CPI n´a pas fait un petit effort pour retrouver les noms de ces militaires congolais sunny ?
Well, les crimes en RCA valent plus que les crimes en RDC..monsieur Librexamen l´affirme entre les lignes Ne sont victimes que ces pauvres femmes ou filles centrafricaines violées par JP Bemba Sleep

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 21/6/2016, 9:50 pm

Troll a écrit:
Libre Examen a écrit:Ceux qui veulent continuer à faire qu'il n'y a pas eu des victimes en Centre-Afrique peuvent toujous continuer à soutenir que c'est un complot de la CPI.

S'in'y abait pas eu des victimes, personne ne peut affirmer que J.P. Bemba se serait de toute façon retrouver à la CPI  parce que te était le plan de la CI.

LES VICTIMES EN RCA Sad  ?

Vous n´avez qu à regarder la télé..Vous apprendrez que des militaires francais sont accusés des crimes de viol...il n´ya pas si longtemps...et Hollande ne sera jamais convoqué devant la CPI..ni ces militaires francais:drunken:

Les crimes en RCA? Vous n´avez qu´á visiter le Nord de la RDC où des milliers des centrafricains sejournent dans les camps de refugiés:drunken: et ils sont là depuis moins de 8 ans:sunny: Ce n´est pas JP qui les a fait venir au Congo certainement

Les noms des généraux, "chefs de guerre" centraficains...figurent bien dans les rapports de l´ONU sur les crimes de guerre depuis quelques années:sunny: albino Mais AUCUN d´entre eux n´a jamais fait l´objet d´un "procès" devant la CPI:drunken:

La CPI nous apprend que JP est auteur   des "viols et des pillages" en RCA affraid affraid Pendant des années, les prof de la faculté de droit de l´UNIKIN nous ont cassés les têtes á Maluku en insistant que le "crime", l´infraction est personnel..Vous ne pouvez pas condamner un père parce que son fils a volé la vache d´autrui..Vous ne pouvez pas condamner un "chef" militaire quand les noms des militaires auteurs de viol ou de pillage existent dans les archives de l´ONU drunken

Pendant 8 ans, la CPI n´a pas fait un petit effort pour retrouver les noms de ces militaires congolais sunny ?
Well, les crimes en RCA valent plus que les crimes en RDC..monsieur Librexamen l´affirme entre les lignes Ne sont victimes que ces pauvres femmes ou filles centrafricaines violées par JP Bemba Sleep

Merci Sir Troll. Vous me rassurez. Vous ne niez pas qu'il y a eu crimes en Centre-Afrique.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 22/6/2016, 1:40 am

Pour des raisons qui les regardent certains s'entêtent à juger ou plus exactement à "préjuger" Bemba non pour ce qu'il a fait exactement en Centrafrique à travers sa "milice" que ce procès n'a pu nous débrouiller de manière transparente et exhaustive mais pour ce qu'ils croient qu'il est !
Tant mieux pour les victimes de Bemba s'ils y trouvent quelque réparation à leurs préjudices, tant pis pour Bemba de s'être maladroitement trouvé au mauvais endroit au mauvais moment et de le payer si chèrement mais cela n'empêche que ses droits à se défendre ont été gravement grevés par la toute puissance de cette CPI...

Je me permets de vous afficher ci-dessous un bref plaidoyer pour Bemba combien légitime et très juste publié par BAW sur son site www.congoindependant.com  :


"Parodie de justice :
"CPI : JP Bemba Gombo condamné à 18 ans de prison

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10908


L’ancien vice-président de la République Jean-Pierre Bemba Gombo lors d’une audience à la CPI.

Huit ans après l’arrestation de Jean-Pierre Bemba Gombo et son transfert à La Haye, la Cour pénale internationale a enfin rendu son verdict à l’issue d’un procès pour le moins inique. Et ce pour au moins trois raisons majeures.


Primo : la Cour n’a pas fait éclater la vérité sur ce qui s’est réellement passé à Bangui entre 2002 et 2003 en répondant à la question fondamentale de savoir qui a été responsable de quoi.

Secundo: les observateurs les plus impartiaux peinent à comprendre que le leader du MLC - qui n’est pas exempt de reproches - se retrouve seul à la barre pendant que les dirigeants centrafricains au moment des faits sont absouts sur intervention de la France de Nicolas Sarkozy. Alors même que la plainte que la Cour de cassation de la RCA a déposée en date du 11 avril 2006 auprès de la CPI est intitulé «Etat centrafricain contre Ange Félix Patassé».
Outre l’ancien président centrafricain, plusieurs personnes sont mentionnées comme co-accusés. Il s’agit notamment de : Jean-Pierre Bemba Gombo, Martin Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine, Victor Ndoubabe, Paul Barril et Lionel Gane-Befio et le général Ferdinand Bombayake, ancien chef d’état-major de l’armée centrafricaine. Pourquoi, Bemba se retrouve seul au prétoire? Où est passé ce beau monde?

Tertio : ancien procureur et ministre de la Justice du satrape gambien Yahya Jammet, la procureure près la CPI Fatou Bensouda a usé des méthodes propres aux dictatures africaines en pratiquant des écoutes téléphoniques illégales des conversations entre l’accusé Bemba et les membres de son équipe de défense. Un "avocat-fantôme" congolais a été embauché par la procureure pour traduire les conversations en lingala. L’identité de cet avocat est bien connu.

On espère que l’équipe de défense de Bemba Gombo va immédiatement, comme annoncé, faire appel contre cette décision qui n’a rien à envier à celle d’une justice de république bananière.
On apprenait lundi 20 juin, via une dépêche de l’AFP, que l’équipe de défense de "JPB" est décidée à introduite un pourvoi en cassation. En attendant les prochains "rounds", Jean-Pierre Bemba reste pour le moment un parfait bouc émissaire qui devrait passer encore dix ans de sa vie en prison."



Comatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 22/6/2016, 2:30 am

Se rend-t-on compte qu'il y a des gens qui ont perdu leurs vies ? Des enfants qui ont perdu leurs parents, et qui n'ayant péus aucun support ont perdu à leur tour leurs vies ?

Se rend-t-on comptw des implications de ces crimes ? Les considère-t-on un seul instant ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 22/6/2016, 4:17 am

Libre Examen a écrit:Se rend-t-on compte qu'il y a des gens qui ont perdu leurs vies ? Des enfants qui ont perdu leurs parents, et qui n'ayant péus aucun support ont perdu à leur tour leurs vies ?

Se rend-t-on comptw des implications de ces crimes ? Les considère-t-on un seul instant ?

En démocratie et en droit positif, accusateurs, accusés et victimes ont des droits sinon il n'y aurait pas de tribunal sur cette Terre des Hommes, jamais de procès et on embastillerait les (présumés) coupables pour la seule défense de la veuve et de l'orphelin victimes de l'arbitraire des bourreaux...
Ainsi donner des droits à la défense ne peut signifier en refuser aux victimes, c'est simplement établir dans une société civilisée les différentes responsabilités, la mesure des culpabilités !

Ne nous asseoir que sur nos bons sentiments bien à propos ici pour les victimes centrafricaines ne peut donc nous autoriser à refuser le droit à Bemba présumé coupable à un procès équitable, à se défendre de ses actes ! Ou l'on accepte que le procès de Bemba est sans reproches auquel cas on célèbre sans discussion le verdict qui rend justice aux victimes ou l'on en doute, alors on regrette qu'on ne lui ait pas donné les chances et les droits de se défendre de façon équitable...
Alors ceux qui en douteraient auraient-ils le droit de contester ce procès ou pas pour vices sur l'équité ? C'est aussi simple !
C'est cela aussi "défendre les droits de vos adversaires" !  

Le reste ne serait qu'une plongée dans un monde fictif angélique ou déifié encore plus dangereux où l'on enfermerait le premier individu coupable sans procès, un monde manichéen où le bien et le mal seraient tranchés au couteau, une sorte de paradis sur terre où les pécheurs seraient envoyés de suite en un enfer terrestre sans jugement, sans pardon, sans espoir de repentir de leur part !
En sommes-nous là ?


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 22/6/2016, 4:39 am

ndonzwau a écrit:
Libre Examen a écrit:Se rend-t-on compte qu'il y a des gens qui ont perdu leurs vies ? Des enfants qui ont perdu leurs parents, et qui n'ayant péus aucun support ont perdu à leur tour leurs vies ?

Se rend-t-on comptw des implications de ces crimes ? Les considère-t-on un seul instant ?

En démocratie et en droit positif, accusateurs, accusés et victimes ont des droits sinon il n'y aurait pas de tribunal sur cette Terre des Hommes, jamais de procès et on embastillerait les (présumés) coupables pour la seule défense de la veuve et de l'orphelin victimes de l'arbitraire des bourreaux...
Ainsi donner des droits à la défense ne peut signifier en refuser aux victimes, c'est simplement établir dans une société civilisée les différentes responsabilités, la mesure des culpabilités !

Ne nous asseoir que sur nos bons sentiments bien à propos ici pour les victimes centrafricaines ne peut donc nous autoriser à refuser le droit à Bemba présumé coupable à un procès équitable, à se défendre de ses actes ! Ou l'on accepte que le procès de Bemba est sans reproches auquel cas on célèbre sans discussion le verdict qui rend justice aux victimes ou l'on en doute, alors on regrette qu'on ne lui ait pas donné les chances et les droits de se défendre de façon équitable...
Alors ceux qui en douteraient auraient-ils le droit de contester ce procès ou pas pour vices sur l'équité ? C'est aussi simple !
C'est cela aussi "défendre les droits de vos adversaires" !  

Le reste ne serait qu'une plongée dans un monde fictif angélique ou déifié encore plus dangereux où l'on enfermerait le premier individu coupable sans procès, un monde manichéen où le bien et le mal seraient tranchés au couteau, une sorte de paradis sur terre où les pécheurs seraient envoyés de suite en un enfer terrestre sans jugement, sans pardon, sans espoir de repentir de leur part !
En sommes-nous là ?


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Oui bien sûr J.P. Bemba a eu cette mauvaise fortune de subir un procès injuste. Il en sort avec une condamnation tout aussi injuste de 18 ans d'emprisonnement. Mais il y a des victimes qui ne vivront jamais les 18 ans.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  piélé de dongo le 22/6/2016, 7:00 am

Dualisme ou immaturité congolais, d'un côté ils applaudissent et bavent par ce que Tshisekedi fait une conclave en Belgique et remet le compte rendu en Renders et de l'autre côté ils décrient les occidentaux parce que JP Bemba a eu un procés par CPI qui le condamne alors que tout le monde s'attendait à cette condamnation. Mawa plein. Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Mathilde le 22/6/2016, 10:26 am

Malgré l'adversité et le verdict, le sourire de Madame Liliane est un élément qui indique que quelque chose de bien va arriver!

La Foi est une ferme assurance des choses qu'on espère et une démonstration de celles que l'on ne voit pas
!






_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Imperium le 22/6/2016, 5:43 pm

Troll a écrit:Sad Surprised  8 ANS

Hem,  8 ans Surprised  Pendant 8 ans, devant les juges de la CPI..on a vu plus des congolais être condamnés... 8 ans, Shocked  

Les crimes des invasions du Congo par le Rwanda et l´Ouganda, les FDLR, les LRA, le M23, les expulsions des congolais de Brazza ou d´Angola

Le "petit peuple" en RDC se demande chaque jour pour quelle raison cette justice INTERNATIONALE ne le concerne pas ? Surprised

Il n´ya eu des viols et des "crimes de guerre" qu´en RCA ? Les victimes congolais de Kagame, Museveni, Sasou Ngueso ou Dos Santos se demandent pourquoi JP serait plus "criminel" que ceux qui ont massacrés, violés, pillés des millions des congolais

Le petit peuple congolais sera sans doute plus proche du "petit" JP ..ce soir, subissant l´INJUSTICE INTERNATIONALE

ET OU SERONT LES PYGMES DE MAMBASA?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 23/6/2016, 3:03 am

piélé de dongo a écrit:Dualisme ou immaturité congolais, d'un côté ils applaudissent et bavent par ce que Tshisekedi fait une conclave en Belgique et remet le compte rendu en Renders et de l'autre côté ils décrient les occidentaux parce que JP Bemba a eu un procés par CPI qui le condamne alors que tout le monde s'attendait à cette condamnation. Mawa plein. Shocked

Ni dualisme ni immaturité, mon cher Piélé; pragmatisme, réalisme pour plus d'efficacité selon moi, au moins deux fers au feu !

Simplement, parce que contrairement à vous, nous ne sommes pas aussi naïfs pour ne pas faire le constat évident des relations internationales qui ne sont nulle part basées pas sur un manichéisme béat idéologique entre un "blanc" tout méchant et un "noir" tout candide, elles se conjuguent d'abord en quêtes d’intérêts respectifs à rechercher pas à pas, au cas par cas…
Simplement parce que nous ne nous illusionnons pas d'un idéalisme fictif pour ne pas voir que ceux qui prétendent ne pas dépendre de l’extérieur ne sont pas ceux qui crient plus fort à l’anti-impérialisme, ces derniers comme "JK" doivent leur présence, pillent le pays et font leurs affaires en sous-main avec ces mêmes étrangers, les Panama papers vous en ont révélé au moins un bout; les vrais combattants pour la souveraineté sont en effet ceux qui se bousculent sur le terrain de la compétition mondiale forts de leurs réussites nationales…  
Ouvrez ainsi le bon œil et vous verrez sans peine ce que le Congo de "JK" serait devenu sans la présence étrangère ! La réalité est bien éloignée de votre idéal fantasmé…

Nous savons, nous, faire la différence entre les exigences souveraines réalistes qui n’écartent pas de collaborer avec l’étranger par exemple lorsque nous avons besoin de bouter dehors une autocratie mortifère comme celle devant nous et les exigences souveraines de principe sur lesquelles nous ne pouvons transiger comme réclamer un procès juste pour Bemba à la CPI…
Vos frères et sœurs au pays sont victimes d’une petite puissance ougando-rwandaise bien africaine qui veut défendre ses intérêts en s’asseyant sur les nôtres sans que la justice internationale ne pointe un doigt accusateur, voulez-vous que nous arrêtions alors de réclamer justice pour eux…
Ce serait bien irréaliste car le marché des intérêts est volatile : demain avec plus de maîtrise de notre pays, nous deviendrons meilleurs partenaires des Occidentaux au détriment de ceux qu’ils soutiennent aujourd’hui… La bonne défense de notre souveraineté ne procédant ainsi jamais d’un refus ou d’anathèmes bêlants sur l’extérieur mais de notre capacité à assurer nous-mêmes la bonne gestion de notre pays…

Ainsi les Congolais de l’opposition sont allés à Genval/Belgique se parler parce c’est là où ils ont momentanément trouvé les meilleures conditions pour le faire ; on n’a pas besoin de se déplacer pour trahir ; bien des complices traîtres agissent tranquillement contre leur pays pour les étrangers à partir du Congo, vous le savez bien… Quand bien même ce serait le cas, nous le dénoncerions autant...
Reynders, faux problème : ils se sont réunis dans son pays sans que celui-ci ne s’embarrasse des scrupules par rapport au régime de "JK", ça valait un merci de convenance, ils ne lui ont remis que leur document élaboré librement par eux-même, le même que vous avez lu partout; et puis si Reynders était tant cas négligeable pour le raïs pourquoi lui a-t-il envoyé aussitôt Tshibanda ?

Bemba a été victime d'un procès inique non pas parce qu’il est un Noir mais parce qu’il est un Noir bois mort à sacrifier à partir des jeux de pouvoir internes et du dehors, dont on veut faire un exemple pour une justice internationale en peine de preuves et nous ne pouvons nous refuser de le défendre parce que cette justice ne serait qu’à la solde des puissants…  
Nous n'en sommes pas dupes et cette parole déterminée plus qu'une simple preuve de solidarité concitoyenne fait valablement office d'acte de résistance; elle n’est pas anodine !



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Arafat le 23/6/2016, 8:22 am

J´espère qu´il y aura une remise de peine en ayant déjà executé le 3/4 . Ce qui revient à dire JP Bemba pourrait eventuellent être liberé dans 4 ans (disons 4 ans et demi). Mad Mad Mad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Troll le 23/6/2016, 10:02 am

Imperium a écrit:
ET OU SERONT LES PYGMES DE MAMBASA?

Surprised Shocked

Il n´ya pas si longtemps, VOUS avez marchés pour "fêter" l´anniversaire de Kanambe..quand le reste du Congo était entrain de marcher pour soutenir les congolais de BENI Mad Surprised

Imperium devrait se demander...pourquoi tous les leaders du M23 sont libres, pourquoi Nkundabatware est libre, pourquoi le Rwanda et l´Ouganda ne se trouvent pas devant une justice internationale..

Mieux? Pour quelle raison il n´existe pas un Tribunal International Penal pour la RDC Mad


Mister Imperium a des choses á apprendre sans doute?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Imperium le 23/6/2016, 1:34 pm

Suspect
Libre Examen a écrit:En 2005, J.P.. Bemeba menaçait d'envoyer ses hommes contre les manifeztants qu'il qualifiait des fauteurs de troubles. Y'a-t-il quelqu'un qui se doute dw commwnt ses hommes allaient agir envers les manifestants.

J.P. Bemba a vécu dans une culture où tout chef, où toute personne qui détient un pouvoir peut commettre ou faire commettre des crimes impunément sans co sidération aucune de la dignité humaine.

Au moins nous avons la CPI avec tous ces manqueéents pour de temps en temps nous rendre justice.

Est-cevque la sanction prononcée contre J.P. Bemba est injuste ?  Je n'en sais rien. Mais il n'y aura aucune sanction qui pourra rendre justice aux victimes.
Suspect Suspect Suspect Suspect

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Libre Examen le 23/6/2016, 1:59 pm

J’espère que les mêmes personnes présenteront la même défense qu’elles présentent pour J.P. Bemba, lorsque, comme on l’espère, viendra le tour de Joseph Kabila, Paul Kagame, Yoweri Museveni, Nkunda Batware, ce qui pourrait encore inclure J.P. Bemba, et d’autres de RCD comme Lambert Mende ou Ntambwe Mwanba.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Troll le 23/6/2016, 3:55 pm

Libre Examen a écrit:J’espère que les mêmes personnes présenteront la même défense qu’elles présentent pour J.P. Bemba, lorsque, comme on l’espère, viendra le tour de Joseph Kabila, Paul Kagame, Yoweri Museveni, Nkunda Batware, ce qui pourrait encore inclure J.P. Bemba, et d’autres de RCD comme Lambert Mende ou Ntambwe Mwanba.

HEUREUSEMENT


...que les crimes des Commissaires Généraux fondateurs du MPR sont (dèjà) effacés de la memoire des (certains) congolais Shocked

Nos "parents" pendus publiquement ..devant l´actuel stade des Martyrs..ne vont jamais beneficier d´une quelconque défense.... Tous les congolais "victimes" des coups d´Etat du Groupe de Binza, Mulele decoupé vivant, ..les étudiants..massacrés..Enfin, TOUS les victimes du MPR, victimes économiques, financiers,...n´auront pas la chance des centrafricains.. Mad Ils sont dèjà oubliés par ceux qui tentent de "modifier" les pages de l´histoire du Congo Embarassed

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 27/10/2016, 8:33 pm

Après le Burundi, la Gambie et l’Afrique du Sud qui demandent leur sortie de la CPI, le Congo à démocratiser risque d’être le quatrième pays africain à le réclamer !
Et c’est une bonne nouvelle ?
Oui et non dirais-je parce que curieusement ce sont essentiellement les pouvoirs qui méritaient raisonnablement d’être poursuivis par cette justice internationale qui réclament leur sortie, celui de « JK » serait dans le même cas… Oui et non parce que ce n’est pas exactement le principe de la justice internationale représenté par la CPI censée pallier à l’impunité que s’accordent certains potentats chez-eux qui est en cause mais son fonctionnement…

En l’occurrence le mode de recrutement laissé à la volonté des pays ôte à la CPI, « l’universalité » dont elle aurait dû jouir, mutatis mutandis maints Etats échappent à sa juridiction quand bien même la Cour aurait la capacité de les atteindre via le Conseil de Sécurité mais là encore le droit de véto dont disposent les cinq grandes puissances de l’ONU les protègent du moment où ces Etats jouiraient de leur complicité…
Aussi la CPI, curieusement aujourd’hui présidée par une Gambienne, ancienne ministre de Justice du tyran local qui demande à en sortir, a eu la faiblesse néo-impérialiste un peu à la solde des puissants de ne sévir que sur les plus faibles, les Africains… Et pas la dernière autre incongruité, le Kenya qui était le premier à porter la fronde à l’UA contre la CPI n’a pas été le premier à exiger sa sortie ; qu’est-ce donc ?

Selon les règles, les Etats signataires de ce « Traité de Rome » ont bien le droit de réclamer leur retrait et les nôtres en bénéficieront donc mais la vraie solution à la crise que la CPI se tape en Afrique, c’est de rendre son fonctionnement plus démocratique et non plus toujours jouir d’une toute puissance dans ses décisions mais aussi qu’il y’ait une réforme au niveau du Conseil de Sécurité : soit on y élargit le droit de véto à des représentants d’autres continents soit on y interdit le droit de véto s’agissant des revendications de la CPI en rapport aux crimes graves commis dans le monde ; on y accroitrait ainsi les droits de la CPI, lui accordant ainsi une réelle « universalité » ; les plus puissants Etats y perdant ainsi un peu de leurs capacités de domination…

"Politique de terre brûlée :
«Kabila» envisage le retrait du Congo-Kinshasa de la CPI

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11264
Prenant pour modèles de référence le Burundais Pierre Nkurunziza et le Rwandais Paul Kagame, le président sortant « Joseph Kabila » envisage « très sérieusement » le retrait du Congo démocratique du Statut de Rome portant création de la Cour pénale Internationale. Une étude serait en cours. L’arrestation du secrétaire général adjoint de l’UDPS Bruno Tshibala, dimanche 9 octobre, a servi de test pour le pouvoir kabiliste. Cette interpellation a été l’occasion de jauger la capacité d’indignation de cette formation politique. Hormis un communiqué larmoyant du secrétaire national adjoint en charge de la Communication Augustin Kabuya exigeant « sa libération sans conditions », rien ne s’est passé. Bien au contraire. Selon une source proche de la Présidence de la République, d’autres arrestations visant des personnalités de premier plan du Rassemblement seraient imminentes. « L’objectif est de neutraliser les ténors de l’opposition radicale et étouffer dans l’oeuf les actions programmées le 19 décembre prochain, date de l’expiration du dernier mandat du président Joseph Kabila », confie la source.

« Le président Joseph Kabila n’a plus rien à perdre ni à gagner ». Dans un entretien téléphonique d’une trentaine de minutes, une source proche de la Présidence de la République a confié à l’auteur de ces lignes quelques bribes d’information sur la stratégie de « Joseph Kabila » pour garder le pouvoir. Contre vents et marées. Et ce à une cinquantaine de jours de l’expiration de son second et dernier mandat (19 décembre 2016).

Retrait du Statut de Rome

Le 18 octobre dernier, les « dialogueurs » réunis à la Cité de l’Union Africaine sous la facilitation d’Edem Kodjo ont signé l’accord politique issu du «dialogue». Le texte s’articule sur 25 articles.
«Conformément à la Constitution, le Président de la République en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu», peut-on lire à l’article 17.
Cette stipulation constitue un chef d’oeuvre de malhonnêteté intellectuelle. «Chef d’œuvre de malhonnêteté intellectuelle ou pas, cet arrangement politique entre la majorité et une partie de l’opposition légitime le maintien du président Joseph Kabila à la tête de l’Etat », résume notre interlocutrice.

Au fil de la conversation, on apprendra que « Joseph Kabila » a pris la résolution de retirer le Congo-Kinshasa de la Cour pénale internationale. Le motif reste mystérieux. Après le Burundi de Pierre Nkurunziza et l’Afrique du Sud de Jacob Zuma, la République mal nommée « démocratique » du Congo pourrait être le troisième Etat africain à annoncer son retrait du Statut de Rome. « Le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba et le directeur du cabinet présidentiel Néhémie Mwilanya Wilondja travaillent d’arrache-pied pour concrétiser cette option », glisse la source.
Sur le plan théorique, le premier alinéa de l’article 127 du Statut de Rome reconnait à tout « Etat Partie » le droit de se retirer moyennant une notification écrite adressée au secrétaire général de l’Onu. Le retrait prend effet une année après la date de la notification. « Le retrait n’affecte en rien la poursuite de l’examen des affaires que la Cour avait déjà commencé à examiner avant la date à laquelle il a pris effet », lit-on dans le deuxième alinéa.

«Kabila» qui faisait preuve d’excès de zèle dans la « coopération » avec la CPI se méfierait désormais de cette juridiction internationale. « Le président Joseph Kabila est conscient de la haine féroce que le personnel politique congolais et certains milieux de la communauté internationale nourriraient à son endroit. Il se moque du statut de sénateur à vie qui est offert aux anciens chefs d’Etat. Il ne croit pas que ce strapontin pourrait empêcher son transfert devant un tribunal international », fait-il remarquer.

Contrer la dérive dictatoriale

Lundi 24 octobre, le facilitateur Edem Kodjo a remis à « Joseph Kabila » un exemplaire de l’accord politique. L’ancien "Premier" togolais était accompagné de quelques « dialogueurs » issus tant de la majorité que de l’opposition. A en croire Kodjo, le président sortant aurait qualifié ce document d’«accord d’historique». Des observateurs ont néanmoins noté que le « raïs » ait attendu cinq jours avant de recevoir la délégation conduite par le Facilitateur.
En attendant la date fatidique du 19 décembre prochain, « Joseph Kabila » serait, semble-t-il, décidé à vendre chèrement sa peau. « Au moment où nous parlons, les services ont été instruits d’asseoir le pouvoir du chef de l’Etat à la lumière de cet accord. Cela implique la neutralisation au propre comme au figuré de certains leaders du Rassemblement qui gène le pouvoir en place». Quelques noms ? «Vous ne pensez pas que je vais vous fournir des noms au risque de me griller. Je crois que vous le savez autant que moi que l’arrestation de Joseph Olenghankoy n’est plus qu’une question d’heures… ». La source de conclure : « Le président Joseph Kabila en veut à mort aux têtes d’affiche du G7 qui lui ont fait perdre son fief du Katanga. Privé de fief et du soutien des maîtres du monde, il ne compte plus désormais que sur la force.»

Selon des observateurs, l’explication de l’opiniâtreté de « Joseph Kabila » à s’accrocher au pouvoir d’Etat devrait être recherchée du côté du Rwanda et de l’Ouganda. Au motif que ces deux voisins ont été les initiateurs de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) qui avait porté LD Kabila au pouvoir le 17 mai 1997. Ancien bras droit de James Kabarebe qui commandait les troupes rwandaises au Congo, "Joseph Kabila" est un pur produit "Made in AFDL".
Lors du décent dialogue politique, des analystes ont constaté la montée en puissance de l’ancien vice-président Azarias Ruberwa et du sénateur Moïse Nyarugabo, deux personnalités très proches du régime de Kigali. Kagame serait manifestement au nombre de ceux qui conseillent à son homologue congolais de tenir bon. «Tant que Joseph Kabila est à la tête du Congo, le potentat rwandais peut dormir de ses deux oreilles », entend-on dire.

A côté de la résistance citoyenne incarnée par des groupes de pression (Lucha, Filimbi, ACAJ, IRDH etc.) des voix commencent à s’élever pour exhorter les leaders de l’opposition à examiner la possibilité de lancer la lutte armée. Objectif : contrer la dérive dictatoriale. "



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 15/11/2016, 5:11 pm

Fatou Bensouda, Procureure de la CPI aurait-elle été sonnée plus qu’elle nous chante par la cascade de pays africains dont sone pays, la Gambie dirigée par un tyran abominable dont elle fut Ministre de la Justice et qui promut sa candidature, qui décident de sortir du Traité de Rome comme leur permettent ses lois ?
On n’en est pas loin au vu de l’enquête inédite qu’elle engage sur des crimes de guerre qui auraient été commises par l’armée américaine en Afghanistan… Suivez son interview ci-dessous, pour qui sait décrypter, un réel embarras traverse toute son attitude plus que ne veulent assurer ses propos curieusement laconiques !


Une CPI à la solde des puissants dont les Usa qui ne l’ont pas signée et dont aucun citoyen n’a jamais inquiété par une justice internationale ; voilà où Mme Bensouda et sa CPI confirment entre les lignes que le reproche des Africains de ne poursuivre que les faibles et bannis africains a tout son sens…
Attendons voir jusqu’où elles assumeront ce véritable crime de lèse-majesté contre l’hyperpuissance américaine et osons espérer que d’Israël à l’Europe d’autres charges seront portées contre d’autres crimes graves commis par des pays jusque-là intouchables…


" Fatou Bensouda : "La CPI n'est pas en crise"
° http://www.france24.com/fr/20161110-fatou-bensouda-cpi-gambie-afrique-sud-burundi-crimes-guerre-droit-international
Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI), revient sur le retrait de trois pays africains de la juridiction : le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie. Elle estime que la Cour ne traverse nullement une "crise", mais qu’elle se trouve face à de nouveaux "défis".
Par Marc PERELMAN "




" La CPI soupçonne l'armée américaine de crimes de guerre en Afghanistan "
° http://www.france24.com/fr/20161115-cpi-cour-penal-internationale-soupconne-armee-americaine-crimes-guerre-afghanistan
Le bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a annoncé disposer d'indices laissant penser que des crimes de guerre ont été commis par les forces américaines en Afghanistan et dans des prisons secrètes en 2003 et 2004.

Les forces armées américaines sont dans le viseur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. La procureure de la CPI estime, en effet, que les forces armées américaines et la CIA pourraient avoir commis des crimes de guerre en Afghanistan en torturant des détenus, particulièrement en 2003 et 2004. La magistrate doit décider "de façon imminente" si elle demande ou non l'ouverture d'une enquête.
Dévoilant lundi soir les résultats d'un long examen préliminaire sur les atrocités commises dans le pays depuis mai 2003, la procureure Fatou Bensouda
 affirme "avoir une base raisonnable permettant de croire" que les forces armées américaines, l'agence de renseignement CIA, auraient commis des crimes de guerre.[/size]





[ltr]
Voir l'image sur Twitter
[/ltr]






 Suivre
Int'l Criminal Court @IntlCrimCourt
[ltr]Le Procureur #CPI présente son rapport annuel sur les activités menées en 2016 en matière d’examen préliminaire https://www.icc-cpi.int//Pages/item.aspx?name=pr1252&ln=fr …[/ltr]




21:57 - 14 Nov 2016

Pour la première fois, la procureure de la CPI a détaillé les accusations de "tortures et mauvais traitements apparentés, commis par les forces armées américaines déployées en Afghanistan et dans des centres de détention secrets de la CIA, principalement en 2003-2004".

"Pas des cas isolés"

Dans son rapport annuel sur ses examens préliminaires, l'étape préalable à l'ouverture d'une enquête, la procureure affirme que des membres des forces armées américaines auraient infligé "à au moins 61 détenus des actes de torture, traitements cruels, des atteintes à la dignité de la personne sur le territoire afghan".
"Au moins 27 détenus" auraient subi les mêmes traitements, infligés par des membres de la CIA en Afghanistan, mais aussi sur les territoires d'autres pays, comme la Pologne, la Roumanie et la Lituanie. Le bureau estime disposer de "motif raisonnable pour croire" que les forces américaines ont torturé des prisonniers en Afghanistan mais aussi dans des lieux de détention de la CIA en Pologne, en Lituanie et en Roumanie, où auraient été transférés des suspects capturés en Afghanistan.
La procureure assure que ces allégations "ne concernent pas seulement quelques cas isolés". Elle estime qu'il existe des motifs raisonnables pour croire que ces crimes "ont été commis en application d'une ou plusieurs politiques visant à obtenir des renseignements au travers de techniques d'interrogatoire s'appuyant sur des méthodes cruelles ou violentes destinées à servir les objectifs américains dans le conflit en Afghanistan".

Le rapport signale également des violations des droits de l'homme imputées aux insurgés taliban et aux forces gouvernementales afghanes.
Des soldats américains un jour sur le banc des accusés ? Très peu probable
Après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et à Washington, la CIA avait reçu l'autorisation de l'administration du président George W. Bush d'utiliser les méthodes d'interrogations dites "améliorées", dont la technique du "waterboarding", qui consiste à simuler une noyade. La CIA n'a pas utilisé ces méthodes depuis décembre 2007 et le président Barack Obama les a interdites en janvier 2009. Le président élu Donald Trump a néanmoins affirmé avant sa victoire électorale être favorable au recours à de telles techniques.
La procureure affirme qu'elle statuera très vite sur une demande d'autorisation d'ouverture d'enquête sur ces crimes présumés commis par les forces armées et la CIA, mais aussi par les talibans et les forces gouvernementales afghanes.
Si elle est autorisée à le faire, il s'agira de l'une des enquêtes les plus complexes et les plus controversées de l'histoire de la Cour, fondée en 2002 pour juger les pires crimes de l'humanité. Mais Washington n'ayant pas ratifié le Statut de Rome, traité fondateur de la Cour, il est très peu probable que des soldats américains se trouvent un jour sur le banc des accusés.
Aves AFP et Reuters"


[size=16]" L’armée américaine menacée par une enquête sur les crimes de guerre commis en Afghanistan "

° https://www.letemps.ch/monde/2016/11/15/larmee-americaine-menacee-une-enquete-crimes-guerre-commis-afghanistan

" La CPI veut enquêter sur les prisons secrètes de la CIA en Europe "
° http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/11/15/les-forces-americaines-auraient-commis-des-crimes-de-guerre-en-afghanistan_5031163_3216.html

" L’armée américaine aurait commis des crimes de guerre en Afghanistan "
° http://www.ledevoir.com/non-classe/484686/l-armee-americaine-aurait-commis-des-crimes-de-guerre-en-afghanistan


Compatriotiquement![/b][/i][/color]


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  ndonzwau le 18/11/2016, 4:50 pm

PS

" La Russie inflige un nouveau coup dur à la CPI
° http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/11/17/la-russie-inflige-un-nouveau-coup-dur-a-la-cpi_5032713_3214.html
Moscou entend retirer sa signature du traité établissant la Cour, lui reprochant son manque d’indépendance (…)"

"CPI : Washington critique Moscou mais rejette l’autorité de la cour
° http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/cpi-washington-critique-moscou-mais-rejette-l-autorite-de-la-cour-18-11-2016-6344406.php
Les Etats-Unis ont beau critiquer la Russie qui menace de quitter la Cour pénale internationale (CPI), ils n'acceptent pas non plus l'autorité de cette juridiction qui a évoqué cette semaine une enquête contre leurs militaires et espions en Afghanistan.
Tout en accusant Moscou de perpétrer des actes "inexcusables" en "violation du droit international" en Syrie, Washington a rejeté cette semaine des résultats préliminaires dévoilés par la procureure de la CPI Fatou Bensouda sur d'éventuels "crimes de guerre" qu'auraient commis en Afghanistan dans les années 2000 des soldats américains et agents de la CIA.
Comme la Russie, les Etats-Unis avaient signé le 17 juillet 1998 le Statut de Rome créant la CPI, mais aucune des deux grandes puissances ne l'a jamais ratifié.
Après plusieurs pays africains ces dernières semaines - Afrique du Sud, Burundi et Gambie - Moscou a porté un nouveau coup à la Cour en annonçant son intention de retirer sa signature du traité fondateur.
Washington avait critiqué la décision des pays africains car, bien qu'elle ne soit pas partie au Statut de Rome, la diplomatie américaine soutient les enquêtes de la Cour pour les "crimes de guerre et de génocide".
La département d'Etat a d'ailleurs laissé poindre son ambivalence en déplorant, à demi-mot, la décision russe. (…)"


" «Ne partez pas !» : la CPI appelle la Russie et d'autres pays à ne pas se retirer du statut de Rome "
° https://francais.rt.com/international/29057-desavouee-par-russie-cpi-lance-appel-ne-partez-pas
Après l'annonce par Moscou de son intention de ne pas ratifier le traité fondateur de la Cour pénale internationale, la quinzième Assemblée de la CPI s'est ouverte sur des appels à ne pas abandonner cette juridiction «unique».
Le président de l'Assemblée des Etats parties au Statut de Rome, Sidiki Kaba, a ouvert la réunion à La Haye par «un message solennel» destiné à la Russie et à plusieurs pays africains ayant décidé de quitter la Cour pénale internationale (CPI) : «Ne partez pas !»
Après l'Afrique du Sud et le Burundi en octobre, le 14 novembre, la Gambie a officiellement notifié son retrait de la CPI auprès des Nations unies. Ce retrait doit prendre effet un an après la réception de cette notification. La raison principale motivant une telle décision serait que la CPI s'est concentrée jusqu'à maintenant essentiellement sur des cas africains. Le Soudan a quant à lui lancé un appel à tous les pays africains à quitter la CPI.(…)"


" CPI : Défendre les principes fondamentaux de la Cour
Lors de leur assemblée annuelle, les États parties ne doivent pas compromettre les principes de la justice face au risque de nouveaux retraits(…)"

° https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/16/cpi-defendre-les-principes-fondamentaux-de-la-cour

"Note d’information de Human Rights Watch pour la quinzième session de l’Assemblée des États parties de la Cour pénale internationale
° https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/15/note-dinformation-de-human-rights-watch-pour-la-quinzieme-session-de-lassemblee-des
Les 123 Etats parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) se réuniront à La Haye du 18 au 26 novembre 2015 lors de la session annuelle de l'Assemblée des États parties (AEP). La session de l’Assemblée offre une opportunité aux Etats parties de la CPI de faire progresser un débat sérieux sur l’ensemble des défis auxquels la CPI est confrontée pour mener à bien son mandat, qui est de rendre justice pour les atrocités de masse et de prendre des décisions qui doteront la CPI des outils nécessaires pour répondre à ces défis. Cette note d’information fournit des recommandations aux Etats parties de la CPI dans les domaines suivants : (a) la réponse à la crise de la CPI en matière de capacité ; (b) l’importance accordée à l’impact de la CPI pour les victimes et les communautés affectées ; (c) les points additionnels à l’ordre du jour demandés par les gouvernements du Kenya et de l’Afrique du Sud ; (d) le plan d’action sur les stratégies d’arrestation ; (e) l’abstention de contacts non essentiels avec les personnes soumises à un mandat d'arrêt émis par la CPI ; et (f) la nécessité urgente de contributions volontaires au Fonds destiné à financer les visites des familles des détenus indigents. (…)"

" La RDC dénonce une « justice à sens unique » de la CPI mais promet de ne pas quitter cette COUR"
° https://actualite.cd/2016/11/16/rdc-denonce-justice-a-sens-unique-de-cpi-promet-de-ne-quitter-cette-cour/

"Ban Ki-moon que l’Afrique du Sud reconsidérera sa décision de se retirer de la Cour pénale internationale
° http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=38361#.WC7x5PnhDIU
24 octobre 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a regretté la décision du gouvernement sud-africain de se retirer du Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI)
« (M. Ban) a rappelé le rôle important joué par l'Afrique du Sud dans la mise en place de la CPI, y compris en tant que l'un des premiers signataires du Statut de Rome », a déclaré lundi son porte-parole dans une déclaration à la presse. « Il espère que l'Afrique du Sud reconsidérera sa décision avant que son retrait ne prenne effet », a-t-il ajouté.
Pour le Secrétaire général, la CPI est essentielle aux efforts mondiaux pour mettre fin à l'impunité et prévenir les conflits. « Il est confiant que les États membres continueront à renforcer davantage la Cour, contribuant ainsi à dissuader de futures atrocités à travers le monde », a dit son porte-parole. « Il espère également que les États qui peuvent avoir des préoccupations en ce qui concerne le fonctionnement de la Cour cherchent à résoudre ces questions à l'Assemblée des États Parties au Statut de Rome », a-t-il indiqué.
Le Président de l'Assemblée des États Parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, Sidiki Kaba, a également regretté cette décision et a invité l'Afrique du Sud à reconsidérer sa position.(…)"


"La présidente de la CPI courbe l'échine et supplie l'Afrique !!!!!

° http://www.abidjanactu.com/La-presidente-de-la-CPI-courbe-l-echine-et-supplie-l-Afrique-_a5712.html

ABIDJANACTU.COM « Le mois prochain, la Cour va organiser une rencontre à Addis-Abeba pour y mener des discussions approfondies avec les États parties du continent africain de même qu’avec des représentants de la Commission de l’Union africaine. Nous espérons pouvoir tenir plusieurs autres événements l’an prochain, afin de poursuivre notre objectif de renforcement du dialogue et de la coopération, de même que de fournir un support aux juridictions nationales lorsque nécessaire »: tels sont les propos tenus ce 16 novembre par la juge argentine Fernandez Silvia De Gurmendi, présidente de la CPI, lors de la présentation de son rapport annuel à l’Assemblée des États parties.

Il faut le dire tout net, un retrait massif des pays africains du Statut de Rome consiste, selon des puristes, à vider la CPI de sa substance.  C’est pour cette raison que la présidente de la CPI a même affirmé que la Cour qu’elle dirige n’a pas été créée contre certaines personnes ou au détriment de certains pays, ou encore de certaines régions du monde. Silvia a tout de même rappelé qu’en 2009, l’Assemblée des Etats Parties avait décidé de mettre en place un bureau de liaison au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba. « La Cour a mené des négociations à cet égard. Malheureusement, ces efforts n’ont pas porté fruit, l’Union africaine ayant décidé à sa quinzième session ordinaire en juillet 2010 de rejeter pour l’instant le projet d’ouvrir un bureau de liaison de la CPI. Je formule l’espoir que l’Union africaine pourra reconsidérer cette décision et permettra la finalisation de nos démarches. Je n’ai aucun doute qu’une relation plus étroite entre la CPI et l’Union africaine, facilitée en cela par un bureau de liaison de la CPI, contribuera de façon importante à un dialogue constructif et renforcera les efforts internationaux, régionaux et nationaux dans la lutte contre l’impunité » a-t-elle ajouté.
A l’en croire, l’ouverture d’un bureau liaison à Addis-Abeba permettra de tirer parti des quatre séminaires conjoints organisés par la Cour et l’Union africaine depuis 2011 au siège de l’Union. "



"(…).P.I. : les prémices de la C.P.A.

La Russie qui retire sa signature de la Cour pénale internationale (CPI), continue d’alimenter les commentaires en Afrique. Ainsi, au Congo, le journal Les Dépêches de Brazzaville l’estime-t-il, les pays africains ont eu « raison de tirer la sonnette d’alarme sur cette institution et même de commencer à la déserter ». Ce quotidien congolais estime encore que la C.P.I. va devoir, « sinon fermer ses portes à plus ou moins brève échéance, du moins changer radicalement ses méthodes ou encore sa conception même du droit international qui rappelle fâcheusement l’époque coloniale ». Qui plus est, « l’institution n’a aucune crédibilité quoi qu’elle en dise et quoi que prétendent les “experts” chargés de la défendre dans les médias occidentaux »], bucheronne le confrère brazzavillois, et, selon lui, « l’Union Africaine serait sage de se retirer effectivement de la C.P.I. […] et de s’attacher à créer sur son propre sol […] une Cour pénale africaine qui serait réellement indépendante », préconise Les Dépêches de Brazzaville.

En Algérie aussi, le coup de tabac qui cingle sur la CPI passionne la presse locale. Témoin le quotidien El Watan  qui souligne ainsi que, dans « le cas des pays africains qui ont décidé de la quitter, les choses sont claires. Les dirigeants africains reprochent le “deux poids deux mesures ”d’une cour“ néocolonialiste” ». Et s’il n’a pas échappé à El Watan que le président de l’Assemblée des Etats parties au statut de Rome a encouragé les trois pays africains ayant récemment annoncé leur retrait de la CPI à rester, en leur lançant ce cri « Ne partez pas ! », Sidiki Kaba, « vu la tournure prise par les événements, à de faibles chances d’être entendu », estime El Watan ."
° http://www.rfi.fr/emission/20161118-rdc-etienne-tshisekedi-burkina-kabila-constitution-justice-cpi-cpa-ua-algerie



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sénateur JP Bemba serait arrêté.

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:33 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 20 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum