ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  ndonzwau le 5/2/2012, 2:03 am

"Elections 2012 : Nous avons échoué
(Claude BUSE Misambo - Dia - 02 Février 2012)

A quelque chose, malheur est bon ! Les élections qui viennent de se passer nous jettent
une vérité à la figure : nous avons échoué ! Tous ! Non pas un échec de chiffres, mais
nous n’avons pas pu bien faire les choses. Les élections ont été la célébration, à leur
paroxysme, de nos turpitudes, nos insuffisances, nos pratiques de corruption, etc. Tous
ces éléments auxquels nous nous sommes accommodés comme acteurs, auteurs et/ou
victimes. Attendant toujours que ce soit notre tour d’être vainqueurs.Les élections qui
viennent de se passer me rappellent la délibération aux sessions d’examen dans nos
universités, bien illustrés par l’Université de Kinshasa, la mère de toutes. Avec des points
sexuellement transmissibles, du favoritisme pour enfants de professeurs, du tribalisme et
du clientélisme… 10 ans après Mobutu, on n'a jamais pu harmoniser, par exemple, le
calendrier académique dans différents départements, facultés d'une seule et même
université... Nous pensons toujours que la corruption, la tricherie, n’arrivent ou ne sont
que le fait destinés aux autres… Jusqu’à ce que cela nous arrive à nous !
Nous avons créé une société de profitage, de bénéficiaires bénévoles, une société de
mensonge, de chance éloko pamba, etc.

Les députés du Parlement – Pprd-Mlc – pensaient se partager le gâteau, préparer un
renouvellement de mandat… Ils ont levé le principe d’un Bureau de la CENI à vocation
politique. Et ils n’ont pas confié l’organisation des élections à la société civile comme on
l’aurait voulu… Mal leur en prit avec l’arrivée de l’Udps…
La CENI est la conséquence de ce Parlement de profiteurs qui se sont partagé les moyens
de l'Etat, les postes, les primes... La CENI, une bâtarde prématurée ou précipitée, née en
retard, tout son travail ne sera qu’à peu près, la classe politique se contentera par
consensus de passer l’éponge sur tous les dysfonctionnements et les imperfections de
date, de matériel, etc. Jusqu’à ce que le jour J on se rende compte que tout était dans
l’imperfection : repérage, listes, principe d’action…. Puis la grande déflagration, avec en
arrière-fond l’appel du leader maximo à ne rien respecter : si on considère déjà comme
légitime le droit de corriger un homme en uniforme et en arme même dans le camp et
devant femme et enfants… que peut-on faire devant des civils? Tout a été foutu en l’air !
Malheureusement, jusqu’à ce jour il n’y a aucun mea culpa. Tout le monde pense bien
faire. Tout le monde pense avoir bien agi. Même le pasteur président de la CENI ne
pense pas pouvoir demander pardon ne fut-ce qu’à cause de « ses » collaborateurs dont
les fautes leur ont valu l’emprisonnement pour défaillance. Le pasteur président ne pense
pas que le manque de professionnalisme qui a caractérisé le scrutin mérite des excuses.
Des excuses à toutes ces personnes arrivées de très bonne heure et qui ont dû, sous la
pluie, déambuler de Bureau en Bureau pour chercher leurs noms introuvables sur des
listes avant de se faire permettre d’élire, deux heures plus tard, et qui entendent qu’il y a
tripatouillage !

Et la série continue : tricherie, accusation sans preuve, tripatouillage. Pendant ce temps,
les uns, sur la Rtnc, profèrent injures, propos délictueux, mensonges, imputations
dommageables, menaces, traînant dans la boue tout celui qui n’entre pas dans leur cadre
idéologique (si seulement on peut parler ainsi)… Ailleurs on pense à la violence aveugle,
sans objectifs précis, sans cibles précises… Si la frustration est réelle, la solution ne
semble pas toujours recouvrer sa pertinence par rapport à ce qui devait être pensé
comme efficacité… Là encore nous continuons à traîner, mieux, à entretenir notre échec !"



"Le parti de Kabila a perdu 45% de ses sièges
(Nouvel Obs’ / AP - le 02-02-2012 )

KINSHASA (AP) — Le parti du président congolais Joseph Kabila a perdu 45% de ses
sièges à l'Assemblée nationale lors des élections de novembre dernier, entachées
d'irrégularités selon des observateurs locaux et internationaux.
Le président conserve cependant la majorité au Parlement, où les partis le soutenant ont
remporté environ 260 sièges sur 500, contre plus de 300 dans la précédente législature,
selon les chiffres définitifs publiés jeudi.
Un décompte de l'Associated Press montre que le Parti du peuple pour la reconstruction
et la démocratie (PPRD) de Kabila a remporté au moins 61 sièges, contre 111
auparavant. Le mouvement d'opposition d'Etienne Tshisekedi a obtenu 41 sièges.
Les résultats publiés jeudi ne comprennent pas les 17 sièges dans le sud et l'est du pays
où la commission électorale a annulé les élections en raison de violences et de fraudes.
La Cour suprême du Congo a fait savoir qu'elle avait reçu 30 appels contre les résultats
des élections législatives. Certains dirigeants de l'opposition ont jugé inutile de déposer
un recours auprès d'une cour à la solde de Kabila.
Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero a plaidé
pour la "transparence" dans le traitement des recours, rappelant que "de nombreuses
irrégularités ont (...) été constatées".
"La France réitère son souhait que des enseignements soit tirés des dernières élections,
et que les correctifs nécessaires soient apportés avant les prochains scrutins. Les
élections provinciales et locales seront un enjeu important pour la consolidation du pays",
a-t-il souligné"



"Au Congo, Kabila écrase l'opposition sur fond
de tueries post-électorales

(MEHDI MEDDEB - Mediapart - 02 février 2012)
Kinshasa, de notre envoyé spécial

Dimanche 21 janvier, l'opposant Etienne Tshisekedi tente de sortir de chez lui pour
rendre visite à sa famille. En vain. Un cordon de policiers congolais l’en empêche. « Nous
sommes maintenant entourés par une dizaine de barrages qui interdisent toute entrée
vers la résidence du président de l’UDPS, explique le secrétaire général de l'Union pour la
démocratie et le progrès social. Notre président, Etienne Tshisekedi est clairement en
résidence surveillée. » Jacquemain Shabani craint maintenant le pire pour son chef.
Persuadé d’avoir été spolié lors de l’élection présidentielle couplée aux élections
législatives du 28 novembre 2011, Etienne Tshisekedi s’est autoproclamé président élu,
dénonçant des « fraudes et tricheries, un véritable hold-up électoral ». Ce jeudi 2 février,
la commission électorale a annoncé les résultats quasi-définitifs des élections législatives.
Le parti de Joseph Kabila et ses formations alliées ont obtenu la majorité absolue avec
environ 260 sièges sur les 500 de l'Assemblée nationale, et l'opposition autour de 110.
Ces législatives sont considérées comme «nulles» par Tshisekedi.

Isolé dans sa résidence, « le Sphinx de Limété » tente depuis « de bousculer le
pouvoir », et le président en titre, Joseph Kabila. Incapable de mobiliser ses troupes,
harcelées et traquées par les forces de Kabila, Tshisekedi vient d’annoncer la formation
de son gouvernement, et qu’il procéderait par ordonnances. Extravagant.
« Ces annonces en tout cas déstabilisent le régime en place, explique le numéro deux de
l’UDPS. En représailles, la répression s’intensifie. » Une étape aurait été franchie avec
« des massacres en préparation » sans que Jacquemain Shabani en apporte la moindre
preuve.
La répression actuelle n’en verse pas moins dans le tribalisme. « Il est clair que parmi les
personnes enlevées, arrêtées, un certain nombre provient des rangs de l’UDPS ou du
Kasaï, région d’origine de Tshisekedi, indique Anneke Van Woudenberg, enquêtrice à
Human Rights Watch. Mais les Kassaïens sont loin d’être systématiquement pris pour
cible. »
Depuis l’annonce de la victoire de Joseph Kabila, sa garde rapprochée, la très redoutée
garde républicaine, opère dans la plus grande discrétion. « La GR, ce sont des escadrons
de la mort, raconte un militant qui préfère garder l’anonymat. Ils ciblent les quartiers où
des opposants sont minoritaires. Ils les prennent et on n'entend plus parler d’eux. »
En un mois et demi la répression a fait des dizaines de victimes, rien que dans la
capitale. Les enlèvements, les disparitions forcées, les arrestations arbitraires se
multiplient. Profitant de l’incertitude post-présidentielle, la « GR » n’hésite pas à semer le
terreur. « Il y a une chasse aux sorcières qui s’organise, affirme Dolly Ibefo Mbanga,
président de « la Voix des Sans-Voix ». « Les Congolais sont enlevés. Tous les jours, on
vient me voir pour me signaler une disparition à Kinshasa. »
Le président de « la Voix des Sans-Voix » cite au téléphone les noms des disparus, et
dénonce une impunité totale. « Combien d’arrestations sommaires, combien de
détentions illégales dans des camps militaires à Kinshasa ? Et je ne vous parle même pas
des exactions dans les autres provinces, dans le Katanga, au Kasaï oriental toujours en
état de siège, ou encore à Bukavu. » Interpellé sur ces exactions, le ministre congolais
de la justice a promis l’ouverture d’une enquête dont les conclusions sont connues
d’avance.

Car il va sans dire que les institutions du pays sont à la botte de Kabila, soucieux de
régler au plus vite ses comptes avec son principal opposant, après une réélection dont
tout le monde ou presque a dénoncé les fraudes. Les observateurs sont unanimes. De la
mission de l’Union européenne à la Fondation Carter, jusqu’à la très influente Eglise
catholique congolaise, tous ont critiqué ce scrutin présidentiel.
La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a en dénoncé « des tricheries
avérées et vraisemblablement planifiées ». Habituellement très mesurée, la CENCO a
appelé la commission électorale (Céni) à rectifier les « graves erreurs » ou à
« démissionner ». Dans ce concert de condamnations, il y a une fausse note : les voisins
de la RDC et les chancelleries occidentales ont fait preuve d’un silence coupable.
« Jusqu’au jour du vote, aucun diplomate n’a officiellement et publiquement appelé au
report des élections qui allaient droit dans le mur, précise Jean-Claude Willame, alors que
rien n’était prêt. »

Rendre inaudible l’opposant « historique »
Les Nations unies savaient dix jours avant la présidentielle que c’était infaisable, et n’ont
rien fait. « Depuis, seules quelques chancelleries ont désapprouvé officiellement, réagit le
spécialiste belge de la RDC. Mais c’est hypocrite. » Dans un pays qui a connu deux
guerres ces vingt dernières années, et dont la stabilité est toute relative, les diplomates
ont laissé faire pour ne pas voir la région de nouveau s’embraser au risque de produire
l’inverse.
« La communauté internationale fait preuve de faiblesse, renchérit Anneke Van
Woudenberg. En privé, certains diplomates disent qu’ils désapprouvent les exactions,
mais en public, personne ne dit rien. Du coup, le clan Kabila se sent encore plus libre
d’étouffer tranquillement l’opposition. Empêcher Tshisekedi de s’exprimer dans la presse,
l’interdire de se déplacer est la tactique observée. L’arrêter en ferait un martyr. »
La stratégie du pouvoir s’attache à rendre inaudible l’opposant « historique » – l’homme
qui a toujours dit non à Kabila mais pas tout le temps à Mobutu. « Il est surtout le
président de son jardin », raille un Kinois. Car Etienne Tshisekedi se voit coupé de ses
relais médiatiques, et les atteintes à la liberté de la presse ont pris des proportions
inquiétantes. Isolé, quasi réduit au silence, Tshisekedi laisse pourtant perplexe.

« Les Congolais sont pris entre la peste et le choléra, d’après Jean-Claude Willame.
Tshisekedi est une personnalité polémique et qui divise. Il surestime son rôle de chef de
l’opposition. » C’est tout le drame de la RDC, coincée entre un dirigeant vorace et
revanchard, et un quasi-octogénaire charismatique, populiste, et dont les appels à la
mobilisation ne sont guère suivis. « Les Congolais ont peur de l’affrontement, notent
plusieurs observateurs. Ils savent qu’en face, ce sont des balles réelles qui les attendent
dans les rues. »
« Si le mécontentement est grand, observe le professeur émérite de l’université
catholique de Louvain, on est très loin encore d’un printemps congolais. » Dans un pays
classé bon dernier sur l’échelle du développement des Nations unies, la priorité numéro
un reste en effet la survie.

Face à l’impératif de se débrouiller au jour le jour, l’UDPS ne se démobilise pas pour
autant. Jeudi 26 janvier, le parti appelait ses « combattants » (surnom des militants) à
accompagner le « Vieux » jusqu’au Palais présidentiel. Nouvel échec. Les forces de
l’ordre l’ont empêché de sortir de son quartier. Et ses militants ont été dispersés, la
presse interdite d’accès. Kabila tient dans sa main l’opposant de 79 ans, réduit à des
gesticulations contre-productives faute de mieux. Il est loin le temps où des milliers de
supporters accueillaient leur héros de retour d’exil. « Avec les résultats des législatives
prévient Anneke Van Woudenberg, on redoute des conflits locaux. Cela a déjà commencé
dans le Nord-Kivu où certaines populations instrumentalisent leur défaite et désignent
une autre ethnie comme responsable. »
Dans les provinces de l’équateur ou dans l’est, les affrontements entre groupes armés et
les militaires congolais ont provoqué la mort de dizaines de personnes, les Nations unies
déplorant déjà le déplacement de 170.000 personnes ! Même si aucun diplomate n’ose
prononcer officiellement le mot « crise », le pays traverse bel et bien une crise électorale
dont l’escalade en tueries menace le pays. Interrogé par Mediapart, le Quai d’Orsay se
borne à condamner des « violences ». Très peu présente en RDC, la France fait un voeu
pieux cachant piteusement une neutralité mal assumée. Au risque que la RDC se remette
à brûler."

° http://www.congoforum.be/upldocs/04%2002%2012.pdf

Compatrioquiment!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  ndonzwau le 7/2/2012, 12:33 am

"REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE LUNDI (CongoForum)
° http://www.congoforum.be/upldocs/06%2002%2012.pdf
L’actualité présentée dans les journaux kinois est abondante mais, une fois de plus,
presque exclusivement postélectorale. Il est vrai que la presse a à commenter une
conférence de presse de Lambert Mende ! Il est question notamment de la convocation
de la nouvelle Assemblée nationale, de la reconnaissance ou non par les USA des
résultats électoraux, de l’invisibilité persistante de JKK, de diverses affaires judiciaires à
connotation politique…
(...)
Quant à la controverse autour de la reconnaissance de la réélection du président Joseph
Kabila, c’est Le Palmarès qui signale en manchette également un certain embarras
constaté au Département d’Etat pour se prononcer sur la question. Selon Le Palmarès:
« Présidentielle 2011. Réélection de J. Kabila : Hillary Clinton bloquée par la Belgique ! ».
Ce journal explique en sous-titre que : « A propos de la présidentielle du 28 novembre
2011, la Belgique a déjà tranché en faveur de la RDC et de son Président réélu. Cette
position de l’ancienne métropole met le chef de la diplomatie américaine en difficulté. Le
Département d’Etat (américain), quoique le souhaitant, n’arrive pas à décrédibiliser la
réélection de J. Kabila. La jurisprudence internationale établissant que la voix d’une
ancienne métropole est prépondérante ». (Les USA bloqués par la Belgique, c’est
l’histoire marseillaise de la sardine qui avait obstrué l’entrée du Vieux Port ! Et d’abord, il
n’existe rien, dans le droit international, qui puisse s’appeler « reconnaissance d’une
élection » pour la simple raison que l’on ne reconnait que les états, non les régimes ou
les gouvernements. Tout au plus peut-on rompre les relations diplomatiques avec un état
à cause du comportement de son gouvernement. C’est d’ailleurs une solution discutable,
puisque c’est surtout avec les interlocuteurs avec lesquels on pourrait être en conflit qu’il
importe de dialoguer ! Ensuite, s’il y a eu une règle de politesse (beaucoup plus qu’une
jurisprudence, terme qui supposerait un tribunal qui n’existe pas, chargé des statuer sur
ces actes juridiques qui n’existent pas non plus) qui voulait que l’on consultât les excolonisateurs,
pour la simple raison qu’ils disposaient en général de plus de
connaissances et d’experts que les autres, cette situation a changé au fil des ans et les
Américains ont aujourd’hui leurs propres africanistes. Quant à l’idée d’une Belgique
faisant preuve d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, elle ferait rire n’importe quel
Belge, sachant que la position de son pays a toujours été celle d’un alignement servile
sur Washington.
Loin d’avoir été un obstacle pour les Etats-Unis, les prises de position du gouvernement
belge ont toujours été à double sens, de façon à ne pas avoir d’ennuis avec ses
partenaires, de quelque manière que le vent tourne.
La fameuse lettre d’André Flahaut qui, le 1° décembre, félicitait les Congolais pour la
tenue des élections, n’était qu’une modeste fleurette dans une vaste gerbe de louange
qui a suivi le vte et qui s’adressait à la population et aux agents de base de la CENI, pour
leur courage et leur travail dans des conditions dont la dureté avait étonné tous les
observateurs. Une lettre du 1° décembre ne pouvait concerner un dépouillement à peine
commencé. C’est l’utilisation de cette lettre quinze jours plus tard par un journal
congolais qui lui a donné un (faux) sens qu’elle n’a pas.
Les « félicitations » de Di Rupo sont un chef d’oeuvre de double sens. Si JKK reste en
place, il pourra toujours dire qu’il l’a félicité. Mais il le félicite pour sa « reconduction »,
non pour sa réélection, ce qui le garantit contre les ennuis si l’on venait à s’apercevoir
que JKK n’a pas été réélu. Si cela contient un message à l’intention de la « communauté
internationale » c’est : « Je tire mon épingle du jeu en disant « oui » et « non » en même
temps. Faites ce que vous voulez ».
Reste l’intempestive déclaration de Reynders sur les irrégularités qui « ne modifient pas
l’ordre des candidats ». Elle ne pourrait être infirmée ou confirmée que par un
recomptage, ou son équivalent : la publication complète des PV de dépouillement des
bureaux.
On peut certes déplorer que la position belge ne soit pas plus énergique et se borne à
s’aligner sur le « consensus mou » qui est de règle dans les relations internationales,
mais elle n’a en rien « bloqué » qui que ce soit dans ne « reconnaissance » elle-même
inexistante. En clair : la déclaration de Mende est une vaste fumisterie. NdlR)
"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  mongo elombe le 7/2/2012, 11:45 am

http://radiookapi.net/actualite/2012/02/06/contentieux-electoraux-engouement-la-cour-supreme-de-justice/


La soupe doit être bonne, ils ne font rien pour le pays mais pour leurs intérêts mba courage.

Revenir en haut Aller en bas

LA SOCIETE CIVILE PREND POSITION

Message  KOTA le 9/2/2012, 6:18 pm

LES FORCES VIVES DE LA RDC ECRIVENT A BAN KI-MOON

Publié le 9 février 2012by democratiechretienne.org


Lettre au SG-ONU

Plate-forme de la Société Civile dotée de la Personnalité Juridique

Arrêté Ministériel N°125/CAB/MIN/J&DH/2011 du 11 Avril 2011

Organisations Membres :

LINELIT

Ligue Nationale pour les Elections Libres et Transparentes

LIFCE

Ligue des Femmes Congolaises pour les Elections

LIFDED

Ligue des Femmes pour le Développement et l’Education à la Démocratie

CDCE / RHODECIC

Cadre de Concertation de la Société Civile pour l’Observation des Elections

CAFCO

Cadre Permanent de Concertation de la Femme Congolaise

CSA

Chaîne de Solidarité Agissante

CJR1325

Centre d’Etudes sur la Justice et Résolution 1325

CJPC/UNIKIN

Commission Justice et Paix Catholique / UNIKIN

CC

Cause Commune

CONAFED

Comité National Femme et Développement

NSCC

Nouvelle Société Civile du Congo

RECIC

Réseau d’Education Civique du Congo/Kinshasa

REGED

Réseau Gouvernance Economique et Démocratie

RENOSEC

Réseau National pour l’Observation et la Surveillance des Elections au Congo

PIECE

Programme Islamique d’Education Civique et Electorale

UNAF

Union Nationale des Femmes

OSCE

Observatoire de la Société Civile pour les Elections

JPE

Journalistes pour les Elections

FFBGD

Forum des Femmes pour la Bonne Gouvernance

ROC

Réseau d’Observation des Confessions Religieuses

FENAPHACO

Fédération Nationale des Associations des Personnes Vivant avec Handicap du Congo

CSSSC

Comité Suivi Symposium de la Société Civile

ROCFAD

Réseau des Organisations Francophones d’Appui au Développement Local

CNONGD

Conseil National des Ong de Développement

CENADEP

Centre National d’Appui au Développement et à la Participation Populaire

PRODDES

Promotion de la Démocratie et des Droits Economiques et Sociaux

Kinshasa, le 07 Février 2012

A Son Excellence Monsieur Ban Ki-Moon

Secrétaire Général des Nations Unies/New York

Objet : Lettre de la Société Civile Congolaise

au S.G des Nations Unies sur la

Crise Post-Electorale en RDC

Monsieur le Secrétaire Général,

Au moment où votre Représentant Spécial en RDC du Congo s’apprête à vous présenter son rapport périodique, il nous a paru utile de vous faire part de l’évaluation par la Société Civile congolaise de la situation post-électorale comme elle prévaut actuellement. La situation générale du pays est caractérisée par une profonde crise sur les plans politique et institutionnel, socio-économique ainsi que sur le plan des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Néanmoins, nous voulons mettre l’accent sur le plan politique, plus particulièrement en ce qui concerne la crise post-électorale. Il sied en effet d’informer à votre déférente connaissance que les congolais vivent une situation bicéphale à la tête du pays : « D’une part, un président légal mais non légitime et un autre président légitime mais non légal. »

Notre conclusion est que si une attention particulière n’est pas portée sur cette situation, la paix et la sécurité peuvent être sérieusement affectées pour de longues années à venir, non seulement en RDC, mais aussi dans la sous-région. Il ne serait pas exagéré de parler d’une future IIe Guerre africaine où plusieurs armées africaines se confronteront. Dès leurs origines, les Nations Unies sont une institution sur laquelle reposent la paix et la sécurité des populations et des nations. C’est dans ce cadre que se situe la mission actuelle de la MONUSCO que le peuple congolais apprécie à sa juste mesure. Au moment où les crises financières poussent à l’austérité et bousculent les économies mondiales, il suffirait aujourd’hui de consacrer un peu plus de ressources financières et en hommes en vue d’un effort supplémentaire pour éviter de faire face demain à une situation qui deviendra incontrôlable et plus coûteuse.

Point n’est besoin de revenir aux graves constats du chaos et à l’ampleur incommensurable de la fraude qui ont caractérisé la préparation, l’organisation, le dépouillement et la proclamation/publication des résultats de élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011 en RDC. Le manque de crédibilité de ces élections a été reconnue par tous les observateurs : l’Union européenne, le Centre Carter, les observateurs nationaux, les observateurs de l’Eglise Catholique, pour ne citer que ceux-là.

<BLOCKQUOTE>
Le fait est qu’aujourd’hui la grande majorité du peuple congolais ne se reconnait pas dans les résultats publiés comme étant ceux des votes auxquelles ils ont pris part. Les témoins ne reconnaissent pas la grande partie des procès-verbaux officiels d’aujourd’hui comme étant ceux sur lesquels ils avaient apposé leur signature.
</BLOCKQUOTE>
Les résultats de ces élections -présidentielles et législatives- sont aujourd’hui contestés par les principaux partis de l’opposition et par plusieurs candidats, y compris certains membres des partis de la coalition gouvernementale. La Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, a fait tilt à sa mission d’organiser les élections libres, transparentes et crédibles et ne mérite plus, de ce fait, la confiance des acteurs politiques et de la population congolaise.

La Conférence Nationale des Évêques Catholiques du Congo (CENCO) par sa Déclaration de l’assemblée plénière extraordinaire de janvier 2012 et la Société Civile ont lancé un appel en vue d’un dialogue national. Jusqu’à ce jour, malgré la gravité et l’ampleur de la situation, la MONUSCO s’est bornée à des voeux, appelant à ne pas recourir à la violence et à poursuivre les revendications par les canaux institutionnels, c.à.d. les cours et tribunaux connus pour leur manque de neutralité et de transparence.

On ne peut pas enfermer les uns en résidence surveillée, leur demandant de suivre une procédure caduque, pendant que d’aucuns envisagent déjà de mettre en place le processus de la mise en place des institutions résultant des élections frauduleuses. Profitant de la présentation du rapport du Représentant du Secrétaire général, nous vous proposons de saisir cette occasion pour lancer une initiative efficace en vue de sortir de la crise post-électorale la RDC. A cette fin, nous soumettons à votre attention les propositions ci-après de la Société Civile congolaise :

Le Conseil de Sécurité/le Secrétaire général doivent :

Accorder à la MONUSCO le mandat d’observation électorale et de certification des résultats;

Obtenir au préalable la mise sur pied d’un nouveau Bureau crédible et intègre à la CENI en remplacement de la vieille équipe en fonction actuellement et y inclure la société civile ;

Appliquer toute solution aux élections présidentielles et législatives sans les séparer ;

Exiger la divulgation par la CENI de l’ensemble des PV tels qu’affichés le soir du scrutin ;

Demander clairement et fortement au gouvernement de garantir la libre expression démocratique du peuple congolais, notamment la liberté de manifester ;

Obtenir pour l’ONU le mandat d’observation électorale et de certification des résultats ;

Décider entre les 2 options ci-après :

1. recompter les votes;

2. organiser un deuxième tour de vote pour les présidentielle et législatives qui sera combiné avec les élections locales et provinciales. Celles-ci pourraient avoir lieu dans un délai de 6 mois ; plutôt qu’en mars 2012 pour ne pas bâcler encore les opérations ;

Protéger les principaux responsables de l’opposition au moyen d’un cordon de sécurité fait de gardiens armés sélectionnés de commun accord avec les personnes à protéger. Plus spécifiquement, la sécurité de M. Etienne Tshisekedi doit être assurée par un contingent de l’ONU;

Assurer la liberté de mouvement et d’expressi

on de tous les responsables politiques.

Fait à Kinshasa, le 07 Février 2012

ANNEXE

Les membres signataires

LINELIT : Ligue Nationale pour les Elections Libres et Transparentes

LIFCE : Ligue des Femmes Congolaises pour les Elections

LIFDED : Ligue des Femmes pour le Développement et l’Education à la Démocratie

CDCE / RHODECIC : Cadre de Concertation de la Société Civile pour l’Observation des Elections

CAFCO : Cadre Permanent de Concertation de la Femme Congolaise

CSA : Chaîne de Solidarité Agissante

CJR1325 : Centre d’Etudes sur la Justice et Résolution 1325

CJPC/UNIKIN : Commission Justice et Paix Catholique / UNIKIN

CC : Cause Commune

CONAFED : Comité National Femme et Développement

NSCC : Nouvelle Société Civile du Congo

RECIC : Réseau d’Education Civique du Congo/Kinshasa

REGED : Réseau Gouvernance Economique et Démocratie

RENOSEC : Réseau National pour l’Observation et la Surveillance des Elections au Congo

PIECE : Programme Islamique d’Education Civique et Electorale

UNAF : Union Nationale des Femmes

OSCE : Observatoire de la Société Civile pour les Elections

JPE : Journalistes pour les Elections

FFBGD : Forum des Femmes pour la Bonne Gouvernance

ROC : Réseau d’Observation des Confessions Religieuses

FENAPHACO : Fédération Nationale des Associations des Personnes Vivant avec Handicap du Congo

CSSSC : Comité Suivi Symposium de la Société Civile

ROCFAD : Réseau des Organisations Francophones d’Appui au Développement Local

CNONGD : Conseil National des Ong de Développement

CENADEP : Centre National d’Appui au Développement et à la Participation Populaire

PRODDES : Promotion de la Démocratie et des Droits Economiques et Sociaux

LE : Ligue des électeurs

SYECO : Syndicat des enseignants du Congo des

CJC : Coalition de la Jeunesse Congolaise

AC : Les anges du Ciel

ASADHO : Association africaine de Défense des droits de l’Homme

VSV : Voix de sans voix

PAROUSIA :

SOFEPADI/FFC :

JRCI :

CROUND/KIN :

OCEAN :

FGTK :

CFPD :

RFAD :

AFARD-RDC :

http://democratiechretienne.org/2012/02/09/les-forces-vives-de-la-rdc-ecrivent-a-ban-ki-moon/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Mathilde le 10/2/2012, 12:34 am

Revue de presse du 9 fév: Le peuple a voté , et la CENI a fabriqué, Tous sauf André Kimbuta


http://congomikili.com/revue-de-presse-du-9-fev-le-peuple-a-vote-et-la-ceni-a-fabrique-tous-sauf-andre-kimbuta.html

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  ndonzwau le 10/2/2012, 4:06 am

Tshisekedi, Kengo, Kamerhe : le choix du chef de l’Opposition s’impose
Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° http://www.lepotentiel.cd/2012/02/tshisekedi-kengo-kamerhe-le-choix-du-chef-de-l%E2%80%99opposition-s%E2%80%99impose.html

"(...)(Flash back explicatif : l’idée d’un statut spécifique pour une « Chef de l’Opposition »
date de 2006 et de la « sortie de scène » de JP Bemba. L’on avait alors eu un cycle
électoral complet, y compris les provinciales et les sénatoriales. L’élection des Sénateurs
avait permis de « repêcher » quelques « grosses pointures » qui n’avaient pas pris part
aux législatives, notamment Bemba. Cette fois, les candidats à la Présidentielle, qui de ce
fait n’étaient pas candidats députés, n’ont donc pas été élus, et comme les provinciales,
donc aussi les sénatoriales sont encore à venir, ils n’ont pu être « repêchés ». Si Kengo
garde son titre de Sénateur, Tshisekedi et Kamerhe restent des citoyens ordinaires.
NdlR) (...)"

° http://www.congoforum.be/upldocs/09%2002%2012.pdf


"Le duo «Kufuor–Moka» : une mission aux contours flous"
Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° http://www.lepotentiel.cd/2012/02/le-duo-%C2%ABkufuor%E2%80%93moka%C2%BB-une-mission-aux-contours-flous.html


"REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI (CongoForum)
°http://www.congoforum.be/upldocs/09%2002%2012.pdf
La RDC ne connaît toujours pas la vérité des urnes et ignore même si elle a toujours un
« Président ma élu », celui-ci n’ayant pas donné signe de vie depuis le 5 janvier. Il y a
cependant des journaux pour se demander, sur le mode interrogatif, si le pays est en
crise ! Les signes en ce sens sont pourtant nombreux ? Sans crise pourquoi y aurait-il
une mission de médiation Kufuor/ Moka ? Pourquoi l’embarras du choix dont sont
victimes les députés élus de l’Udps, entre l’Assemblée nationale et le mot d’ordre de
Tshisekedi ? Pourquoi la séquestration de Tshisekedi et les violences contre Shabani ? Et
l’on peut se poser les mêmes questions à propos des violences, des pillages et de
l’immunité dans l’Est.(...)"


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  KOTA le 10/2/2012, 5:05 pm

Marie-France Cros de La Libre Belgique: “Le processus électoral est une catastrophe




Un pays divisé. Un Président disparu (on ignore où Joseph Kabila se trouve depuis son départ, le 5 janvier, pour sa ferme katangaise) après sa proclamation contestée comme vainqueur de la présidentielle.

Une population dont plus de la moitié est ulcérée par l’ampleur de la tricherie électorale, tandis que le reste redoute des violences. La perte de plusieurs millions de bulletins de vote. Une Assemblée nationale non crédible et un Sénat dont l’élection indirecte est renvoyée sine die avec le report non daté des élections provinciales. Une communauté internationale que son silence ennuyé devant l’énormité du scandale a dépouillée d’une grande partie de la confiance que lui vouaient les Congolais.



<BLOCKQUOTE>
Le processus électoral conduit par la Commission ad hoc dirigée par le pasteur Ngoy Mulunda est une catastrophe.

</BLOCKQUOTE>


Et c’est bien celle-ci qui doit être critiquée et non “les Congolais”. Ces derniers ont rempli leur devoir électoral avec une remarquable maturité, utilisant leur vote pour sanctionner ceux qui n’ont pas rempli leurs promesses de 2006 et surveillant les agents électoraux – ce qui a permis de découvrir de larges pans de la fraude organisée.

Combien d’électeurs, ailleurs, seraient restés en alerte quelque 24 heures durant pour préserver la vérité des urnes ?



Les voix se sont multipliées pour déclarer les scrutins non crédibles : les observateurs nationaux et internationaux, l’Eglise, la société civile Toutefois, si toutes les solutions proposées pour remettre le Congo sur la voie légale s’entendent sur l’absolue nécessité de remplacer le bureau de la Commission électorale, on diverge sur la suite (recomptage des voix, nouvelles élections – mais sur quelle base constitutionnelle ? .) et aucune mesure suggérée ne connaît un début de mise en œuvre.



La Belgique et l’Union européenne avaient sévèrement jugé l’absence de crédibilité de la présidentielle congolaise, réclamant plus de sérieux pour les législatives.

<BLOCKQUOTE>
On sait aujourd’hui qu’il n’en est rien, après que les efforts internationaux pour assister la Commission électorale congolaise ont tous été rejetés. Et que fait la communauté internationale ? Elle demande plus de sérieux pour le scrutin provincial, déjà remis sine die !
</BLOCKQUOTE>


Force est de constater que ceux qui ont les moyens d’agir préfèrent le pourrissement au risque d’une prise de position claire. Sans voir que ne rien faire leur sera compté comme un choix politique lorsque les élections congolaises seront devenues un cas d’école.



In La Libre Belgique du 10 février 2012

http://democratiechretienne.org/2012/02/10/marie-france-cros-de-la-libre-belgique-le-processus-electoral-est-une-catastrophe/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Admin le 10/2/2012, 6:49 pm

Maryse Riziki, la présidente de ce collectif de femmes a déclaré à ce sujet:

«On n’a pas respecté la loi. Au moment des compilations, il y a eu des résultats dont on n’a même pas tenu compte. On ne nous a pas donné les résultats des PV que nous avons eus dans les différents bureaux de vote. Nous ne savons pas où on a eu ces résultats là. Les noms des députés ne reflètent pas la vérité. Notre justice est partiale. C’est pourquoi nous demandons à la communauté internationale d’intervenir pour qu’il y ait annulation de ces élections».

http://radiookapi.net/actualite/2012/02/10/rdc-les-femmes-de-lunc-reclament-de-nouvelles-elections/
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Troll le 11/2/2012, 3:53 pm

168 sur 169 CIRCONSCRIPTIONS Cool Shocked

Quand même, ata vous même, c´est étrange que Ngoy Mulunda et Ndjoli continuent á tenir et font face aux accusations..quand la CSJ (qui n´existe que de nom Very Happy ) indique qu´une majorité moins une conscription..recele des accusations de fraudes, de tricheries et une implication directe de la CENI.

Selon Radio Okapi,..168 circonscriptions..168 Rolling Eyes Sad seraient une démonstration implicite du chaos et ..de l´absence de crédibilité des résultats de la CENI.

Nous n´attendons RIEN de la CSJ..qui n´est que la main prolongée de la CENI..En effet, la CSJ et la CENI travaillent main dans la main pour légaliser la fraude et la tricherie.

UDPS..40 SIÈGES

L´UDPS renonce aux 40 sièges des deputés qu´offre Ngoy Mulunda..en effet, Tshitshi est logik avec sa stratégie: sa victoire conditione la participation de son parti dans les institutions de la RDC Suspect clown
Juridiquement parlant, ni la CSJ ni surtout la CENI ne peuvent s´opposer á cette decision de l´UDPS et pire, légalement parlant..ils ne peuvent pas aussi "remplacer" ces parlementaires de l´UDPS.
Conclusion, si le parlement entre en fonction, il y aura 40 deputés de moins.. Twisted Evil Twisted Evil

LEGITIMER ET LEGALISER.. REPRENDRE LES ELECTIONS Question

La CSJ va sans doute tenter de se sauver la face en decidant d´annuler certains résultats et en decidant de faire reprendre les élections dans quelques circonscriptions...rien que pour la facade..
Si la CSJ était "impartiale", elle devait annuler tout le processus électoral tout simplement..et exiger des nouvelles élections plus transparentes..vu le nombre des accusations contre la CENI No affraid

Or, ni Kanambe ni surtiut ses proches du PPRD n´entendent "recommencer" des élections qui remettraient en cause leur victoire "fabriquée" par Ngoy Mulunda..

L´ONU qui recoit les accusations n´a jamais été pour une "certification", decision qui pourtant pouvait garantir la crédibilité de ces élections..Nous sommes pessimiste quand á une intervention de l´ONU.

Nous savons tous que la seule exigeance des USA/UE/ONU est avant tout tout reject d´une approche revolutionaire où les électeurs congolais descendront dans la rue..pour obtenir des élections crédibles et transparentes sunny

Maintenant que l´UDPS a pris son option et la CSJ se retrouve avec 168 circonscriptions où elle doit soit soutenir Ngoy Mulunda..en validant sans état d´âme les resultats de la CENI..soit sauver le peu d´honneur que ces juges mercenaires possedent encore affraid la RDC se dirige certainement vers le chaos..juridique et politique affraid

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  KOTA le 11/2/2012, 5:20 pm

En RDC, la Cour suprême de justice sous le «flot» des recours des candidats aux législatives
Evariste Boshab (G) Fait partie des personnalités ayant déposé un recours auprès de la Cour suprême. RFI/Bruno Minas





Par RFI

Plusieurs recours en annulation ont été enregistrés à la Cour suprême de justice de Kinshasa. Parmi les dernières requêtes annoncées par le greffe, figurent celles visant l'élection du président de l’Assemblée nationale Evariste Boshab, le secrétaire général de la mouvance présidentielle Aubain Minaku, et le gouverneur du Kasaï-Oriental Ngoyi Kasanji. De nombreuses requêtes opposent aussi des membres d’un même parti politiques ou des partis de la même tendance.




Chez certains, la bière a coulé à flots au milieu des danses et d’une musique tonitruante. Chez d’autres, ce sont des cultes d’action de grâce qui ont été célébrés. En tout cas, les candidats déclarés élus aux législatives n’ont pas lésiné sur les moyens pour manifester leur victoire. Mais à quelques jours de la cession destinée à la validation des mandats, la Cour suprême de justice est envahie par des recours.

Et ils sont nombreux, les candidats qui s’estiment lésés. Fait troublant : ces contestations et autres recours en annulation, sont parfois enregistrés au sein d’un même parti politique, à l’exemple du PPPD (Parti du peuple pour la paix et la démocratie), un parti satellite du PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie).

Des alliés comme le PALU (Parti lumumbiste unifié), le MSR (Mouvement social pour le renouveau), la SCOD et le PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie) pour la mouvance présidentielle, se contestent aussi mutuellement l’élection de tel ou tel autre candidat. Une situation que l’on retrouve également côté opposition, entre des partis comme l’UNC et l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social).





http://www.rfi.fr/afrique/20120211-rdc-cour-supreme-justice-recours-candidats-legislatives-Evariste%20Boshab-

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  lino le 11/2/2012, 10:15 pm

DEMISSION EN CASCADE
EDITO JULES KIDINDA



Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  mongo elombe le 12/2/2012, 12:19 pm

Le président de la Banque mondiale refuse de contribuer au budget de la RDC à cause du manque de "contre-pouvoirs"


Le président de la Banque mondiale Robert Zoellick a affirmé jeudi qu'il s'opposait à l'idée de contribuer au budget général de la République démocratique du Congo (RDC), qu'il a citée comme un exemple de pays où les contrôles démocratiques lui semblent insuffisants.

Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale s'est montré très sceptique sur les "contrôles démocratiques", ainsi que sur le manque de "contre-pouvoirs" en RDC dans une conférence à à Pittsburgh (Etats-Unis) diffusé sur internet. Il a donc décidé de stopper la contribution de la Banque mondiale au budget général du Congo, tout en précisant que les programmes sur la nutrition, l'éducation, le Sida ou le paludisme continueraient à être soutenus.

La suite sur médiacongo.........

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Mathilde le 15/2/2012, 4:14 pm


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Mathilde le 15/2/2012, 7:19 pm


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  SpirituS le 6/3/2012, 11:57 am

Je viens d'apprendre que le vieux Eugène Ndongala a été évacué en Europe pour des soins médicaux, semble t-il qu’il soit empoisonné?
Peux-tu nous en dire plus?

SpirituS

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Mathilde le 6/3/2012, 5:20 pm

Rencontre ce lundi 5 mars de la CENCO avec le président Tshisekedi
Le but de LA VISITE était simplement d'écouter la position des principaux protagonistes. La délégation a commence a Kingakati puis Limete puis chez Kamerhe.
Il faut noter que la police n'a pas autorise le passage de la barrière au cameraman de la délégation afin qu'il n'y ait pas d'images de la rencontre de Limete contrairement a Kingakati. Mais par un heureux hasard quelqu'un a pu quand même filmer.



_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  ndonzwau le 6/3/2012, 6:39 pm

Enfin des bonnes nouvelles de Léo selon moi, on les aurait voulues très tôt
mais ainsi va la vie...


Le Lider Maximo qui s'entretient avec les ambassadeurs européens (il devrait chercher
à voir aussi le Yankee et le chef de la Monusco et autres) et comme je l'avais souhaité aussi
de vive voix ici,; il reçoit les Evêques catho, il devrait itensifier tous ses dialogues...
Enfin un conclave de l'opposition, que j'espère cette fois plus sérieux...
On peut esperer qu'il en sortira un meilleur entendement de la situation et des actes conséquents...


Mfumu Kota,

Sans vous inviter à dévoiler des secrets qui n'ont pas lieu à être dévoilés ici, pourriez-vous
nous en dire plus ?
J'aurais voulu aussi que vous me disiez si vous avez quelques autres commentaires, au delà
de votre approbation que je vois logique sur la profession de foi de notre Sphinx que je viens
de lire (voir ci-dessous)
En effet pour moi c'est une perle, je veux dire une mine d'enseignements sur le pour et le contre
d'un positionnment et surtout d'une stratégie politiques...
Merci par avance !


"L’UDPS face à l’Assemblée nationale –
Etienne Tshisekedi met les points sur les « i »/LE PHARE

° http://democratiechretienne.org/2012/03/06/ludps-face-a-lassemblee-nationale-etienne-tshisekedi-met-les-points-sur-les-i-le-phare/
Le président national de l’union pour la démocratie et le progrès social, Etienne Tshisekedi qui se considère toujours comme le président élu et légitime de la République Démocratique du Congo n’a jamais donné un quitus à quiconque de siéger à l’hémicycle du palais du peuple. C’est à l’issue d’un entretient qui a duré quatre heures avec le président de la Démocratie Chrétienne, Eugène Diomi Ndongola vendredi 2 mars dans sa résidence sur la rue Pétunias que le Sphinx a réaffirmé sa décision d’annuler les élections législatives du 28 novembre. Il a ainsi tranché sur la polémique qui divise son parti concernant la participation ou non des élus de l’Union pour la démocratie et le progrès social au parlement.
Le président de l’UDPS a mis en garde tous ceux qui utilisent abusivement son nom pour participer aux travaux d’une assemblée composée dans sa grande majorité des députés nommés par les officines du régime en place en RDC de mèche avec les responsables de la Ceni. Tshisekedi a promis de porter incessamment un cinglant démenti dans une déclaration publique sur les allégations selon les quelles, il aurait donné son aval aux députés de l’opposition de participer à l’actuelle Assemblée nationale qu’il juge illégitime. Le Lider Maximo a confirmé à son interlocuteur que les députés de l’UDPS et de l’opposition qui participent à cette assemblée, le font à titre individuel et non à son nom. Convaincu que la constance est la clé qui a permis à son parti de déboulonner le régime dictatorial de la deuxième République, Tshisekedi refuse de se dédire pour ne pas légitimer les résultats frauduleux publiés par la Ceni, lesquels ne reflètent pas la vérité des urnes. L’opposant historique a rappelé que dans sa longue lutte pour l’instauration d’un Etat de droit et la démocratie, il a connu déjà ce genre de trahison de certains de ses compagnons de‘lutte qui avaient choisi d’abandonner le combat pour le confort matériel. Pour le président de l’UDPS, tous les opposants qui ont opté pour cette assemblée ont simplement lâché le combat pour le rétablissement de la vérité des urnes au profit de leurs intérêts personnels. Il a conseillé à Diomi de rester ferme dans sa position car la lutte pour atteindre les objectifs nobles comme celui du bien être de la population exige beaucoup de sacrifices. Il s’est dit convaincu que la volonté du changement que le peuple congolais appelle de tous ses voeux en dépit du hold-up électoral du 28 novembre est de loin prioritaire que les émoluments et les gros Cylindrés qu‘on peut obtenir en acceptant de participer à cette assemblée qu’il estime être la caisse de résonance du pouvoir actuel. Le même vendredi, Etienne Tshisekedi a, au cours d’un dîner avec Ingrid Rudin, secrétaire adjoint chargé de la formation du parti socialiste suédois, réaffirmé sa position sur le tripatouillage des résultats des élections par la Commission Electorale Nationale Indépendante. Pour lui, la solution à la crise post-électorale que connaît la RDC passe inéluctablement par le rétablissement de la vérité des urnes.
Eric WEMBA "


"LES EVEQUES CHEZ LE PRESIDENT ETIENNE TSHISEKED"I
° http://democratiechretienne.org/2012/03/06/les-eveques-chez-le-president-etienne-tshisekedi/

° http://democratiechretienne.org/2012/03/02/le-president-tshisekedi-a-recu-hier-lambassadeur-dallemagne-et-de-suede/

"Comme Mobutu, Kabila veut tester Tshisekedi à la primature
(Direct.cd 06/03/2012)"

Twisted Evil Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Question Question Question Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Evil or Very Mad
° http://www.africatime.com/rdc/popup.asp?no_nouvelle=657053

Compatriotiquement![b]

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  ndonzwau le 7/5/2018, 7:05 pm

Prochains scrutins prévus au Congo pour le 23 décembre prochain !
Auront-ils effectivement lieu ?
Peut-être mais une promesse parait d'ores et déjà difficile à tenir, en raison d'un déficit d'organisation ou de volonté (politique) ou alors d'un complot délibéré ?

Les Congolais de l'Etranger risquent de déchanter et d'attendre pour bien plus tard leur (première) participation aux élections de leur pays...


"RDC: les Congolais de la diaspora pourront-ils voter aux prochaines élections?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180507-rdc-congolais-diaspora-pourront-ils-voter-prochaines-elections

"RDC : l’enrôlement des Congolais de l’étranger « techniquement difficile », selon la CENI"
° https://www.radiookapi.net/2018/05/06/actualite/politique/rdc-lenrolement-des-congolais-de-letranger-techniquement-difficile

"RDC : L’enrôlement de la diaspora risquerait d’avoir un impact sur le respect du calendrier électoral"
° https://actualite.cd/2018/05/06/rdc-lenrolement-de-la-diaspora-risquerait-davoir-un-impact-sur-le-respect-du-calendrier-electoral/

"Incertitudes autour de l’enrôlement des congolais de l’étrangers"
° http://www.kinshasatimes.cd/incertitudes-autour-de-lenrolement-des-congolais-de-letrangers/

"Elections 2018 : L’enrôlement des Congolais de l’étranger hypothétique !"
° http://www.latempete.info/29293-2/

"RDC-PRÉSIDENTIELLE : LE RECENSEMENT DE LA DIASPORA "SERA DIFFICILE"
° https://www.actualite-news.com/fr/international/afrique/5285-rdc-presidentielle-recensement-de-la-diaspora-sera-difficile

"Elections en RDC : les difficultés pour enrôler les Congolais de l’étranger, une stratégie pour reporter les élections, selon Sessanga"
° https://www.radiookapi.net/2018/05/07/actualite/politique/elections-en-rdc-les-difficultes-pour-enroler-les-congolais-de

"CENI : coup monté contre la diaspora ! - Le Phare "
° https://www.radiookapi.net/2018/05/07/actualite/revue-de-presse/le-phare-ceni-coup-monte-contre-la-diaspora

"Jean-Pierre Alumba : « Le non-enrôlement des Congolais de l’étranger risque de renforcer l’animosité entre la diaspora et les institutions de la RDC »"
° https://www.dworaczek-bendome.org/v2/2018/05/07/jean-pierre-alumba-le-non-enrolement-des-congolais-de-letranger-risque-de-renforcer-lanimosite-entre-la-diaspora-et-les-institutions-de-la-rdc/

° https://actualite.cd/2018/05/07/rdc-lenrolement-des-congolais-de-letranger-est-techniquement-possible-selon-la-ceni/
° https://politiquerdc.net/elections-rdc-enrolement-de-la-diaspora-un-prochain-obstacle-pour-la-presidentielle-du-23-decembre/
° http://www.mediacongo.net/article-actualite-38062.html



"RDC : Le CLC redoute deux scénarios qui pourront plomber le processus électoral"
° https://actualite.cd/2018/05/01/rdc-le-clc-redoute-deux-scenarii-qui-pourront-plomber-le-processus-electoral/

° http://www.cheikfitanews.net/2018/05/bart-de-wever-j.kabila-ne-veut-ni-organiser-les-elections-ni-abandonner-le-pouvoir.html
° http://www.cheikfitanews.net/2018/04/bruxelles.la-diaspora-congolaise-et-la-societe-civile-ne-considerent-plus-j.kabila-comme-president.html
° http://www.rfi.fr/afrique/20180506-rdc-opposition-appel-respect-etapes-calendrier-electoral-audit-fichiers
° http://www.rfi.fr/afrique/20180503-rdc-audit-fichier-electoral-pourrait-etre-repousse
° https://afrique.lalibre.be/18783/rdc-et-si-kabila-preparait-la-candidature-de-kabila/
° https://7sur7.cd/new/diaspora-la-coalition-des-congolais-pour-la-transition-sans-kabila-en-atelier-du-11-au-12-mai-prochain/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ELECTIONS: ECHOS DU CONGO

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum