Message au compatriote

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  NgongaEbeti le 2/5/2013, 8:35 pm

C'est vrai que les italiens sont racistes et xenophobes, mais voire meme des parlementaires tenir a haute voix, et en ces temps mdernes, des propos aussi indignes, racistes et insultants (a la maniere de nos chers "combattants" Laughing qui malheureusement ne reservent leur hargne que pour leurs compatriotes congolais Mad Mad Twisted Evil ) c'est vraiment choquant!

C'est a se demander si cette femme ne se pose pas des questions sur son choix. Car travailler dans ce genre de conditons ne doit absolument pas etre facile. Que Dieu la protege et la guide!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  Mathilde le 3/5/2013, 9:36 am

NOUS INVITONS TOUS NOS AMIS QUI LUTTENT CONTRE LA XENOPHOBIE DE SIGNER CETTE PETITION ET DE FAIRE SUIVRE DANS LES RESEAUX QUE VOUS CONTROLEZ....
DISONS NON CONTRE LE RACISME SOUS TOUTES SES FORMES


MERCI D'AVANCE!






https://www.change.org/petitions/fuori-borghezio-dal-parlamento-europeo-iostoconcecilekyenge?utm_campaign=friend_inviter_chat&utm_medium=facebook&utm_source=share_petition&utm_term=permissions_dialog_false

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  Mathilde le 10/5/2013, 10:39 pm

ITALIE : la ministre Cécile Kyenge essuie de nouvelles insultes racistes



Un groupuscule italien d’extrême droite, Forza Nuova, a exposé une banderole raciste et insultante envers la ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge. Italo-Congolaise, celle-ci fait l’objet d’attaques nauséabondes de la part de l’extrême droite depuis sa nomination au gouvernement, le 28 avril.
« Kyenge, retourne au Congo », pouvait-on lire sur une banderole accrochée dans la nuit du 8 mai devant le siège du Parti Démocrate (PD), dont elle est membre, à Macerata, dans le centre de l’Italie, près de la côte adriatique. Un acte qui porte la signature de Forza Nuavo, un groupuscule italien d’extrême droite.
« On ne peut pas vendre au rabais la citoyenneté italienne à des éléments étrangers à notre culture, comme on ne peut pas obliger les citoyens à applaudir un modèle de société multiraciale comme celui de la banlieue parisienne », ont ajouté plus tard les membres de Forza Nuavo dans un communiqué.
Le péché de Cécile Kyenge ? Être la première femme noire de l’histoire de l’Italie à accéder au rang de ministre. Ses détracteurs lui reprochent également de vouloir ouvrir un débat sur le droit de la citoyenneté basé sur le droit du sol.
« Ce n’est pas eux qui vont m’arrêter », a réagi Cécile Kyenge, 49 ans, arrivée en Italie en 1983 de la République démocratique du Congo. « Je veux susciter un débat et non imposer un modèle », a-t-elle ajouté.
“Actions de fascistes”
De nombreuses voix se sont élevées pour défendre la ministre de l’Intégration, nommé le 28 avril, qui se dit « noire et fière de l’être ». Nichi Vendola, leader du parti SEL de gauche et président des Pouilles, une région du sud, a dénoncé « les misérables actions des fascistes » contre Cécile Kyenge qui a déjà été victime d’insultes racistes provenant de groupes d’extrême droite ou de membres du parti populiste et xénophobe de la Ligue du Nord.
Le célèbre footballeur italien d’origine ghanéenne, Mario Balotelli, s’est dit prêt à participer à une campagne contre le racisme, lancée par Cécile Kyenge.
Dix jours plus tôt, Mario Borghezio, ancien sénateur italien, affirmait publiquement : « Je suis raciste, je ne l’ai jamais nié. La ministre Kyenge doit rester chez elle, au Congo. C’est une étrangère dans ma maison. Qui l’a dit qu’elle est italienne ? Sa nomination a été une grande connerie. » Un « choix de merde, un éloge à l’incompétence (…) Kyenge a la tête d’une femme au foyer », avait-il ajouté.
Les principaux dirigeants du pays et la presse italienne prennent en revanche la défense de la ministre. « Cécile Kyenge est fière d’être noire et nous sommes fiers de l’avoir dans notre gouvernement comme ministre de l’Intégration », avaient déjà affirmé, dans un communiqué conjoint, le chef du gouvernement, Enrico Letta, et son adjoint, Angelino Alfano.
(AFP)


http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130509155449/

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 11/5/2013, 4:54 pm

RDC : le gouvernement autorise les commerces à ouvrir 24h/24
Le ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Modeste Bahati, a annoncé le vendredi 10 mai que les magasins, boutiques ainsi que toutes les acticités économiques pourront désormais fonctionner jour et nuit sans interruption. « Nous avons décidé qu’on ne peut plus obliger les gens à fermer...


http://www.africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=737776&no_categorie=

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 20/5/2013, 11:24 pm

Territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu: attaque du M23 contre les Fardc a MUTAHO, début de la tentative de s'ouvrir la route sur Goma
La Coordination provinciale de la Société civile du Nord-Kivu n'est ni prophète de malheur, ni structure alarmiste. C'est seulement une structure sérieuse, indépendante, proche de la population et bien informée par elle sur l'évolution de la situation sécuritaire de la province.
Elle joue constamment son rôle de chien de garde en alertant les autorités et l'opinion tant nationale qu'internationale sur le danger qui guette au quotidien la population.
Ceux qui ont lu et prêté attention sur nos publications du week-end dernier savent que l'attaque du M23 contre les positions des Fardc a Muhato(Groupement de Kibati, a 14 km de Goma) n'est pas une surprise.
En effet, c'était vers 4 heures locales, lorsque les rebelles du M23 ont lancé leurs assauts sur les troupes loyalistes. Ces affrontements de forte intensité se sont poursuivis jusqu'à la mi-journée de ce lundi 20 mai 2013.
N'eut été l'usage par les Fardc de 3 hélicoptères de combats pour piloner le M23, les rebelles auraient déjà le contrôle de Kanyatsi (en Groupement de Mudja), voire Mugunga (à Goma).

Quoi qu'il en soit, bien que les éléments du M23 soient mis en déroute pour perdre le contrôle de Muhato et se rétracter dans le parc de Virunga, ces rebelles continuent à s'entêter et à bénéficier du soutien important de l'armée rwandaise.
Vers 17 heures le soir ce lundi, un officier supérieur de l'armée rwandaise, le Colonel Bingira vient de franchir la frontière de Gasizi pour venir aux cheveux du Colonel Mboneza (Commandant du M23 en Territoire de Nyiragongo).
Cet officier rwandais vient de s'installer avec ses troupes et ceux du M23 venus de Rutshuru, dans la localité de Rwibiranga (en Groupement de Buhumba), à 2 km du chef-lieu du Territoire de Nyiragongo.
Le M23 a annoncé à certains paysans de Kibumba et Buhumba qu'il occupera d'ici quelques heures Mugunga (Quartier rural de Goma, mais très stratégique sur le plan militaire) afin de couper la liaison entre les militaires Fardc basés a Goma de leur état major de Bweremana (à 60 km de la Ville, à la frontière avec le Sud-Kivu).
Depuis ce soir, l'armée rwandaise a déployé à la frontière ses troupes pour être au coté du M23. Ces troupes sont notamment concentrées a Njerima, Kamboni et sur la Colline de Muti, en Secteur de Kyanzarwe, dans le District de Rubavu au Rwanda, c'est du coté nord de Kibumba et Buhumba.
Toujours dans le même Secteur et même District, d'autres troupes rwandaises sont concentrées à Rutagara, Rwashungwe et Biahi au sud de Kibumba et Buhumba.
Pire encore, le M23 commence à enrôler de force des jeunes dans son mouvement en localité de Kigaramba, en Groupement de Kibumba.
La Société civile qui en a marre de cette situation s'étonne de voir que la Brigade des Nations Unies traîne les pieds pour traquer cette force négative qui déstabilise au quotidien la paix et la sécurité au Nord-Kivu.
Notre structure rappelle qu'à la suite de cette nouvelle aventure du M23, des milliers de personnes sont déplacées ce moment à Mugunga (à Goma) où elles traversent une situation humanitaire déplorable.
L'ONU doit mettre fin à ce désastre. C'est cela l'attente majeure de la Société civile du Nord-Kivu, à la prochaine visite en RDC de M. Ban Ki-Moon.
Me Omar Kavota, Vice-président et Porte-parole de la Société civile du Nord-Kivu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  mongo elombe le 21/5/2013, 12:13 am

L'ONU doit mettre fin à ce désastre????? Josso oooo la RDC a un président où bien comment a t'il fait pour les Bundia kongo, les Eyele et consort? Pourquoi au Kivu il attends des résolutions de l'onu puisque la moniki Very Happy a des armes??

Jossooooo mais ton RAIS attends quoi exactement les chars qui sont à kin et sa garde armée jusqu'au dents atinda bango kuna où qu'il reproduise ce qu'il afait pour mater les Eyele et autres.

Soki babeti yo mbata tu appelles au secours où tu te défends donc tu n'éssaie rien et tu appelles au secours et on continue à te battre NSOMO....

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 21/5/2013, 9:45 pm

Territoire de Nyiragongo: quatre bataillons de l'armée rwandaise mis à contribution pour affronter les Fardc
Ces bataillons déjà déployés sur la zone opérationnelle de KIBUMBA sont repartis sur terrain de la suivante:
-Le 1er Bataillon est basé a' KANZANZA(laves) près du village qui avait bénéficié l'aide de l'EPER Suisse, pour ceux qui connaissent ce milieu;
-Le 2e Bataillon est basé a KANYANJA. Celui-ci est commis a la distraction de lancement des bombes aux
FARDC proches a Mutaho;

-Le 3e Bataillon éparpillé dans le parc national des Virunga aurait pour mission de surveiller le mouvement des FDLR et les empêcher de se mêler dans la dense; enfin,

-Le 4 e Bataillon est en direction vers MUJA, via le parc, pour tenter ce soir d'y déloger les
FARDC et couper la Ville GOMA de la Cité SAKE (Masisi) par MUGUNGA.

La Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu estime que la MONUSCO, la CIRGL et le Gouvernement Congolais mettrons en profit ces informations pour défier l'aventure du M23 et du RWANDA. La sécurité de la population en dépend.

Me OMAR KAVOTA, Vice-président et Porte-parole de la Société Civile du Nord-Kivu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  mongo elombe le 21/5/2013, 9:49 pm


Par AFP




Des combats entre la rébellion du M23 et l’armée se poursuivaient mardi près de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, à la veille de la visite du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, mercredi à Kinshasa, première étape d’une tournée dans la région des Grands lacs.

Les combats à l’arme lourde se déroulent à une dizaine de kilomètres de Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu où Ban est attendu jeudi avec sa délégation. Selon le gouvernement congolais, les affrontements, qui ont éclaté lundi, ont déjà fait 19 morts et 27 blessés.

«Le bilan des combats de ce lundi 20 mai fait état de 15 éléments tués et 21 blessés lors des combats (...) parmi les pseudo-mutins du M23 tandis que les forces gouvernementales ont enregistré 4 morts et 6 blessés», a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa.

Le M23 a démenti ce bilan. Lundi, «deux officiers» des Forces armées de la RDC ont été tués et «plusieurs» militaires blessés, tandis que le M23 a recensé dans ses rangs «deux blessés seulement», a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23.

Lambert Mende a confirmé que les combats - qui avaient fait plusieurs centaines de déplacés lundi, selon l’ONU - se poursuivaient mardi dans la même zone. Comme lundi, l’armée et le M23 s’accusent mutuellement d’avoir lancé les hostilités.

Des experts de l’ONU accusent le Rwanda et l’Ouganda de soutenir le M23, ce que ces deux voisins de la RDC réfutent. En vertu d’un accord-cadre de l’ONU signé fin février à Addis-Abeba, 11 pays africains, dont le Rwanda et l’Ouganda, s’engager à ne soutenir aucun groupe armé dans l’est congolais.

Mais M. Mende a affirmé que le M23 est soutenu par des «supplétifs étrangers» venus d’un pays qu’il n’a pas nommé, et que «des armes lourdes et plusieurs caisses de munitions en provenance de l’extérieur ont été récupérées dans deux positions avancées de l’ennemi passées sous contrôle des forces régulières».

Le M23 a aussi démenti ces accusations.

Dans sa tournée, le secrétaire-général de l’ONU sera accompagné par le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, par Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations Unies dans les Grands lacs et par Hervé Ladsous, chargé des opérations de maintien de la paix à l’ONU.

Cette visite dans la région des responsables des Nations unies et de la Banque mondiale intervient en plein déploiement à Goma de la brigade d’intervention de l’ONU, ayant pour mission de combattre et désarmer les groupes armés de l’est congolais - M23 en tête.

Cette brigade doit renforcer la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco), forte de 17.000 hommes et chargée de la protection des civils. Dotée d’un mandat offensif, elle sera composée de 3.000 soldats tanzaniens, malawites et sud-africains.

«Vu ce qui se passe, je pense que nous devons accélérer le déploiement pour qu’ils soient pleinement à pied d’oeuvre le plus tôt possible», a déclaré mardi Ban Ki-Moon depuis le Mozambique.

Un test et un signal du M23

«C’est un test et un signal», a dit mardi à l’AFP un diplomate occidental. Le M23 veut ainsi éprouver l’armée gouvernementale et rappeler, avant que la brigade soit en place, qu’il a des capacités de nuisance, précise cette source.

Après Goma, Ban Ki-moon poursuivra sa tournée au Rwanda et en Ouganda. Ultime étape de son voyage: Addis-Abeba, siège de l’Union Africaine.

Présents depuis 1999 en RDC, les soldats des Nations Unies n’ont jamais réussi à imposer la paix dans l’est du pays, déstabilisé par les différents groupes armés qui y prolifèrent depuis les troubles qui ont suivi le génocide rwandais de 1994 et la chute du régime Mobutu en 1997.

Fin novembre 2012, le M23 avait occupé Goma une dizaine de jours, infligeant une humiliante défaite à l’armée gouvernementale soutenue par la Monusco. En février, Ban s’est personnellement investi dans la signature, difficile, de l’accord-cadre d’Addis Abeba.

Pour la RDC, cet accord est particulièrement contraignant et Ban qui doit rencontrer mercredi le président Joseph Kabila, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo et les présidents des deux assemblées devrait le leur rappeler.

Il prévoit une refonte des services de sécurité, une réorganisation de l’armée ou encore la décentralisation politique - sujet délicat dans l’est du pays, plus proche économiquement et sociologiquement des capitales voisines Kigali et Kampala que de Kinshasa.

Le président de la Banque Mondiale devrait, selon une source diplomatique, annoncer à l’occasion de cette visite un plan d’intégration régional de 1,2 milliard de dollars pour favoriser l’éradication des groupes armés - motivés essentiellement par le profit d’extractions minières artisanales, de coupes illégales de bois et de trafics en tous genres.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Depuis les 4 mois de Kampala kabila en tant que chef des armées a fait quoi?? Ah j'oubliai la brigade arrive...........Mawa. Comme dirait Kamhere babeti yo mbata oza kolela au lieu de se défendre oza kozela baya kobundela yo remawa.




T

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 21/5/2013, 9:50 pm

GOMA: Des preuves irréfutables que le Rwanda et l'Ouganda accompagnent le M23 les affrontements en cours
Il est clair, alors clair comme l'eau de roche que KIGALI est engagée dans les affrontements déclenchés il y a peu a MUTAHO, proche de GOMA.

Certaines preuves sont a ce stade irréfutables:

-A KIBATI (KIBUMBA), 3 chars du M23 sont positionnés a l'endroit dit 3 Antennes. Un de ces chars était pris de Fardc a NDOSHO l'an passé et les 2 autres sont purement RDF;

-Ce mardi, une réunion a été tenue a GISENYI, sous la présidence du Général RUVUSHA (de la RDF). Dans cette réunion, les scénarios de dernière minute sont montés pour faciliter la chute de Goma de GOMA avant l'arrivée de BAN-KI MOON.
Au sortir de cette réunion, le Général RUVUSHA a décidé que 2autres Bataillons soient âpretés pour venir appuyer ceux qui sont déjà sur terrain.

Par ailleurs, nous apprenons de l'entrée, l'après-midi de ce mardi 21 mai, a BUNAGANA (Rutshuru) rentrés d'un bataillon de l'armée ougandaise (UPDF).

Ce bataillons de militaires Ougandais vient combler le vide laissé par le M23 en Territoire de RUTSHURU pour renforcer les lignes de fronts en Territoire de NYIRAGONGO.

Partant de ces éléments, il s'observe clairement que les deux Etats voisins violent manifestement l'Accord-Cadre signé a Addis-Abeba, en février dernier.

Notre Structure prend en témoins la MONUSCO et la CIRGL face a cette nouvelle agression.

Me OMAR KAVOTA, Vice-président et Porte-parole de la Société Civile du Nord-Kivu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  mongo elombe le 21/5/2013, 9:57 pm

Jossoooo on a un président où bien?? Rwanda na monoko mais le kabila a sù quoi faire pour les enyele, budia kongo et consort na Kivu il attends de l'aide extérieur bizzarre????

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 22/5/2013, 1:22 pm

mongo elombe a écrit:Jossoooo on a un président où bien?? Rwanda na monoko mais le kabila a sù quoi faire pour les enyele, budia kongo et consort na Kivu il attends de l'aide extérieur bizzarre????

Mère Mongo la situation et différente car Kabila se bas contre le M23 le Rwanda, l’Ouganda et la communauté international ( impérialiste: américain et Angleterre), c'est ce que je pense qui a attiré Roger Lumbala a intégré le M23 car il y voyait une victoire assuré et un moyen de prendre le pouvoir.
Pour les enyelés la situation je croix était différente car il n'y avait pas de soutien de pays étrangère il les rebelles ne pouvaient pas se réfugié au Congo voisin ni en Centrafrique donc pas de base arrière en plus la MONUSCO était intervenu militairement et enfin les américains et anglais était silencieux dans ce problème.
donc une situation totalement différente.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 25/5/2013, 6:13 pm

Chers compatriotes,

FARDC eye kanda mabe. Le M23, dans sa manoeuvre d'intimider Ban Ki Moon, avait tenté une action sur Kibati. Mais c'est sans compter que le Chef de l'Etat l'avait dit: toute nouvelle forme de tentative d'agressions contre la RDC sera suicidaire. Dans notre réplique, le M23 a enregistré 41 morts et 58 blessés, tous des chefs de commandement. Le colonel rwandais, chef des opérations affecté par Kigali a aussi trouvé la mort. Son corps traîne encore et les rwandais sont en difficulté pour venir le récupérer. Cette nuit, nos avions de chasse ont détruit leurs réserves de carburant ainsi que leurs munitions.. Et pour attire l'attention de la communauté internationale, ces rwandais de malheur tentent de soulever les banyamulenge à Bukavu qui ont refusé pour la plupart d'entrer dans ce jeu. Toutefois, le Président de l'Assemblée nationale a déjà pris de l'avance: il alerte dès ce matin la communauté internationale de cette manoeuvre du Rwanda. Basakanaki mingi, nanu esili te. Mais ce qui est surprenant, la presse internationale qui est connue pour s'intéresser aux affaires congolaises brille par un silence coupable pour expliquer ces faits. Bako koka détermination ya ba congolais te.

BRAVOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO A NOS FARDC. Matche eza bien. Batikela biso Innocent Kabila, pardon.

Bon début de week-end

L'humble et serviable Papy TAMBA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 25/5/2013, 6:57 pm

LA SITUATION SECURITAIRE DU NORD-KIVU
Tenue à Kinshasa le 25 mai 2013

Mesdames et Messieurs de la Presse, Bonjour et Merci d’avoir répondu à notre invitation.
Nous avons souhaité vous entretenir ce jour, pour tenter d’honorer notre promesse tenue en décembre dernier, selon laquelle nous devrions nous efforcer, à la limite de nos moyens, de venir vers vous en vue de partager sur l’évolution de la situation à l’Est, particulièrement du Nord-Kivu.
Notre Coordination a jugé opportun, au regard du contexte de l’heure, nous envoyer ici enfin de fixer l’opinion sur certains aspects de l’actualité à la une dans notre Province.

Avant tout, permettez-moi de commencer, par vous présenter les salutations de mon Collègue, Cher THOMAS D’AQUIN MUITI, Président de notre Coordination, qui devrait être avec nous. Il n’est pas venu avec nous, pour que nous ne fassions pas l’impression de fuir le M23 en abandonnant nos compatriotes, sur la ligne de front. Mr THOMAS et toute l’équipe de la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu sont tout à fait de cœur avec nous. Merci d’accueillir leurs salutations amicales et fraternelles.

Nous avons préféré axer notre entretien avec la presse sur trois points à savoir:
-Notre Message de remerciement et de reconnaissance au Gouvernement, par rapport au contexte du moment;
-Un aperçu sur la Situation Sécuritaire qui prévaut en ces jours au Nord-Kivu ; et,
-La lecture de la Société Civile du Nord-Kivu sur la visite de BAN KI-MOON.

I. DES REMERCIEMENTS AU GOUVERNEMENT CENTRAL :

La Société Civile du Nord-Kivu nous a chargé de venir présenter ses remerciements au Gouvernement Congolais pour deux gestes :

1) La réplique appropriée à la provocation des rebelles du M23 : La frappe des FARDC ayant mis en déroute l’ennemi a prouvé cette fois que nos le Gouvernement a été comme jamais au par-avant à nos coté dans les moments difficiles. Les militaires aguerris de l’armée loyaliste nous ont confirmé avoir reçu l’ordre ferme d’imposer la puissance de feu aux agresseurs ; ce qui manquait, il y a quelques mois. Il n’y a plus eu de commandement infiltré et le résultat sur terrain a honoré la République ;
2) L’interpellation, la suspension, voire l’arrestation ici à Kinshasa de certains Officiers traitres ayant servi d’infiltrés pour le compte des étrangers au sein des FARDC, faisant l’image de notre armée la plus faible du monde. Aujourd’hui, on commence à voir que notre armée peut aussi surprendre les forces étrangères.
Les Forces vives du Nord-Kivu encouragent le Gouvernement à rester sur cette lancée, à demeurer constamment prudent et attentif, en vue de mériter toujours le soutien et la confiance du peuple, surtout que l’épisode n’est pas encore terminé.
Nous comptons parvenir formellement ce message de Nord-Kivutiens aux autorités Gouvernementale de ce pays.

II. DE LA SITUATION SECURITAIRE AU NORD-KIVU

Au niveau de la Société Civile du Nord-Kivu, tout en étant sereins et prudents, nous réalisons que la situation sécuritaire au tour de GOMA reste encore tendue et imprévisible. Cela en dépit d’une calmie relative qui s’observe sur la ligne de front. La Province traverse, sur le plan sécuritaire, des menaces de divers ordres.

A coté de la menace du M23 toujours perceptible sur la Ville de GOMA (1), il y a aussi émergence d’un mouvement terroriste en Territoire de BENI (2).

1) Des menaces sur la Ville de GOMA :

Tel que nous ne cessions de le soutenir, les récentes attaques contre les positions des FARDC ont été minutieusement préparées par le M23 et le régime de KAGAME. Nous en avions d’ailleurs alerté toutes les Autorités, la MONUSCO et la CIRGL sur ce qui était entrain de s’organiser. Vous (les journalistes) pouvez être nos témoins.

Les attaques déclenchées depuis la localité de MUTAHO, à environs 13km de GOMA, à partir de 4h de lundi 20 mai 2013, puis celles de BUJOGA (14km) le matin mardi comme de mercredi suivants ont connu la participation en hommes, en armes et munitions des militaires rwandais de la RDF. Notre Coordination dispose des preuves irréfutables quant à ce. Nous pouvons citer :

- La traversée par la frontière de GASIZI de 4 Bataillons de la RDF coordonnées par le Colonel BINGIRA (officier régulier de la RDF) pour combattre au coté du M23 en Groupement de KIBUMBA (Territoire de NYIRAGONGO). Le mardi 21 mai, en pleine journée, plus de 300 militaires ont franchi vers 11h la frontière, marchant en pieds dans toute localité de KINGARAMBE (en Groupement de KIBUMBA) pour atteindre le marché des légumes (KUMBOGA) de KIBUMBA d’où ils ont été évacués en véhicules jusqu'à la ligne de front.
Quant au déploiement de 4 Bataillons : Si le 1er Bn était basé à KANZANZA (laves), le 2e était à KANYANJA (celui-ci était commis au lancement des bombes sur les positions FARDC, voire sur les civils de MUGUNGA et de NDOSHO pour semer panique, demoralisation et déstabilisation) ; le 3e Bn éparpillé dans le parc avait pour mission de surveiller tout éventuel mouvement des FDLR et enfin, le 4e était orienté vers MUJA pour tenter un débordement par le Parc, en vue de couper la route GOMA-SAKE au niveau de MUGUNGA.

- La dotation du M23 par le Rwanda de 2 chars de combats, qui sont jusqu’ici visibles au niveau de 3 Antennes, à KIBATI ;
- La mort sur la ligne de front (le mercredi 22 mai) de deux officiers-RDF, un Commandant Bataillon et un Commandant Compagnie, dont le corps ont été acheminés immédiatement au RWANDA.
En ces jours de trêve unilatéralement décrétée par le M23, ce mouvement qui était déjà en déroute se reconstitue par de nouveaux renforts de l’armée Rwandaises. C’est pourquoi nous en attirons encore l’attention des Autorités Politiques et militaires pour qu’on ne soit pas distrait. Si on s’en dort, l’ennemi peut toujours surprendre. Nous avons des informations qu’il s’apprête à recommencer, si pas ce dimanche, alors d’ici lundi.
Aussi, nous avons des informations selon lesquelles, vendredi dernier (vers 5h), 2 Camions et 5 Jeeps pleins de militaires-RDF ont de nouveau traversé par BUGINA, entre KARISIMBI et VISOKE (avant d’atteindre KIBUMBA) et d’autres sont entrés la nuit de vendredi à ce samedi 25 mai 2013, pour venir en appui au M23.
Par ailleurs, certaines sources nous ont dit ce matin qu’une certaine infiltration des agresseurs du M23 serait observée sur la Colline de KABATI, sur la route SAKE-KITCHANGA. Les assaillants se seraient faufilés en passant par le parc, en ce moment de trêve. C’est pour quoi nous avons dit que l’épisode n’était pas terminé.

L’ennemi utilisant plusieurs stratagèmes pour tromper certains naïfs, nous devons rester vigilants et avertis : vous verrez que lorsqu’il est inefficace sur le champ de bataille, il recourt à l’instrumentalisation de certains fils et filles de communautés pour crier haine ethnique et détourner l’attention des uns et des autres (Cas de ce qui s’est produit jeudi et vendredi derniers au Sud-Kivu).
Il tente toujours de répéter bêtement l’histoire : rappelez-vous de la machination qu’il avait faite à GATUMBA (lors du Gouvernement 1+4) ou encore de ce qu’il a tenté faire récemment à KITSCHANGA infiltrant certains militaires du 812e Régiment du Colonel MUDAHUNGA. Bref, il n’invente plus rien et ses méthodes sont connues. Les Patriotes Congolais doivent ouvrir les yeux et ne plus se laisser faire.

Nous ne saurons finir ce point sans mentionner que certains Elus Nationaux comme provinciaux, jouent à la fois double jeux pour trahir la nation. S’ils ne cessent pas leur démarche de caméléon, nous nous obligerons de venir les démasquer. Ils sont cités notamment : dans l’armement de l’ennemi, la distribution des armes aux jeunes ou aux membres de leurs communautés pour venir se cacher dans les hémicycles.
Il y a peu, des caches d’armes ont été découvertes à NGUNGU, à MWESO et on apprend que certains civils ont célébré la distribution des armes à KAZINGA (dans le Territoire de MASISI) ; quand nous suivons de prêt la situation, les fournisseurs de ces marchandises dangereuses figurent parmi certains Députés du Nord-Kivu qui vivent paisiblement ici à KINSHASA ou à GOMA. Chers Elus, il est temps qu’on bâtisse ensemble et ce, sans hypocrisie.
Le Président de l’Assemblée Nationale devait être attentif à ces plaintes.

2) De l’émergence d’un mouvement terroriste en Territoire de Beni :

Ce mouvement aussi dangereux que le M23, se construit progressivement sous l’étiquète « ADF/NALU ».
C’est en réalité un réseau terroriste mettant en contribution des Ougandais, Soudanais, Somaliens, Libyens, Ethiopiens, Kenya, Tanzaniens, Rwandais, Burundais, Pakistanais, Indiens,…bref de gens de divers horizons, des intégristes connectés au grands réseaux terroristes africains et asiatiques.
Cachés dans la vallée de SEMULIKI, ces terroristes recrutent de jeunes musulmans à travers l’extérieur ou les autres provinces du pays (comme missionnaires dans des mosquées), trompant qu’ils vont leur faciliter des études dans des Etats islamiques développés.
Cette méthode ne donnant plus suffisamment grand nombre d’un coup, ils se voient dans l’obligation de kidnapper ou d’enlever des civils qu’ils détiennent en otages, pour une vie terroriste. Une fois dans leurs bases (NADUI, TSUTSUBO,…) en plein parc de Virunga, entre les Collectivités de BENI-MBAU et WATALINGA, les victimes sont soumises aux formations de diverses natures. Les premières étapes commencent généralement par l’apprentissage accéléré de l’arabe, l’idéologie musulmane intégriste, la formation militaire ou l’espionnage et enfin,…, imaginons.
Un danger pouvant déstabiliser l’Afrique, le Monde couve en Territoire de Beni.

Certes que d’aucuns d’entre-vous se posent la question : où amène-t-on les civils enlevés en Collectivités de BENI-MBAU, de RWENZORI ou de WATALINGA? Voilà la réponse. C’est-à-dire, la bonne majorité de ces compatriotes sont conduites dans des bases terroristes en émergence dans le Territoire de Beni.
Aujourd’hui, environs 500 civils sont enlevés en Secteur de Beni-Mbau. Notre Structure a formellement documenté 300cas. Les derniers cas en date remontent de la nuit de mercredi à jeudi 23mai courant (entre 20 et 22h), lorsque 15 civils dont 3femmes et 8filles mineurs ont été enlevés au Quartier KITAHURA, en pleine Agglomération de MBAU (Chef-lieu du Secteur de BENI-MBAU), à moins de 100 mètres du Camp militaire, sous le regard impuissant des FARDC. (Nous estimons que le Gouvernement, la hiérarchie militaire poursuivra le commandant Bataillon de MBAU pour sa passivité et son abstention coupable).

III. NOTRE LECTURE SUR LA VISITE DE BAN KI-MOON :

Nous estimons que la visite du Secrétaire Général des Nations-Unis est un réconfort et un espoir vers la paix. BAN KI-MOON a été lui-même le Grand Témoins des souffrances infligées injustement aux Congolais par le RWANDA et l’OUGANDA à travers le M23.

Il a réalisé que ces deux Etats voisins signataires de l’Accord-cadre dont il est initiateur, jouent au malin et violent de manière flagrante leurs engagements. Ces Etats poursuivent à cœur-joie leurs velléités déstabilisatrices en mettant à mal la paix et la sécurité de l’Est du pays.
Nous avions remis notre remis notre Correspondance au SG.de l’ONU en lui demandant d’aider le peuple congolais à retrouver la paix, à reconstruire leur Etat, à soutenir la reforme de nos forces et services de sécurité.
Nous attendions tout de même voir BAN KI-MOON appuyer sur la gâchette pour que la Brigade d’intervention se mette en œuvre aussitôt. Mais lorsqu’il a annoncé son opérationnalisation pour un ou deux mois, nous étions malheureux. Nous avons regretté profondément, considérant le contexte du moment, les menaces des agresseurs à s’emparer de GOMA et ses environs.

Quoi qu’il en soit, nous avons toujours encouragé notre Gouvernement à ne compter que sur lui-même et son peuple d’abord avant tout recours extérieur. L’option militaire, à la question du M23 est à privilégier, afin que nos agresseurs apprennent à nous respecter. Nous voudrions bien coopération entre Etats, mais nous pensons que cette coopération ne doit pas reposer sur peur du voisin ; elle doit plutôt se fonder sur l’amour et l’intérêt de vivre ensemble, comme bons voisins.

Si les Nations Unies nous laissent un ou deux mois, il faut qu’elles sentent que nous sommes capables de défier le provocateur.
Nous appelons ainsi tous les patriotes Congolais à soutenir le Gouvernement et, particulièrement les FARDC dans le combat contre les agresseurs. Il est temps que nous puissions aider nos militaires qui sont sur la ligne de front afin qu’ils conservent toujours l’avantage sur l’ennemi et qu’ils fassent la fierté de cette grande nation, jusqu'à libérer la population et le Territoire sous administration criminelle des agresseurs. Oublions sur ce qui nous a séparé avant et protégeons notre nation est en danger !
Mesdames et Messieurs de la Presse, merci pour votre attention soutenue.

Me OMAR KAVOTA, Vice-président et Porte-parole de la Société Civile du Nord-Kivu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 30/5/2013, 7:50 pm

CORRUPTION ET PILLAGE ORGANISE EN RDC - MOISE KATUMBI GOUVERNEUR DU KATANGA ET PRESIDENT DE TP MAZEMBE MIS A NU PAR SON PROCHE COLLABORATEUR

Lubumbashi, le 27 mai 2013
Objet : Dénonciation

A Monsieur Georges KAPIAMBA
Président de l’ACAJ
Kinshasa/Gombe
Monsieur le Président,
Je viens par la présente vous informer de la corruption qui se déroule en République Démocratique du Congo par Monsieur Moise KATUMBI CHAPWE.
Je préfère pour le moment ne pas vous donner ma véritable identité pour ma sécurité et si je trouve que vous combattrez ce système, je ne fournirai aucun effort pour me présenter à vous. Pour le moment je préfère que vous puissiez m’appeler NDAWA LIKIO Germain.
Pourquoi je vous écris cette lettre ?
En effet, le 22 mai 2013 étant au stade Mazembe et collaborateur direct de Moise KATUMBI, non pas seulement j’ai été humilié publiquement mais aussi j’ai eu honte pour moi et ma famille de la manière dont celui-ci nous a tous traité devant les supporters de notre équipe le « Tout-puissant MAZEMBE », et par ailleurs j’ai été scandalisé de voir comment il utilise la revue « Jeune Afrique » pour vouloir améliorer l’image du sanguinaire, violateur des droits de l’homme, Monsieur Gabriel KYUNGU wa KUMWANZA, président de l’assemblée provinciale du Katanga dans un article de « Jeune Afrique » intitulé « le Katanga au-delà des mines ».
En lisant cet article, je me suis résolu d’aider ma province ainsi que mon pays en dénonçant la corruption que Monsieur KATUMBI a instauré en République Démocratique du Congo et j’ose croire, Monsieur le Président Georges KAPIAMBA, que vous allez mener des investigations pour dénoncer ce que je vous aurai informé. C’est pourquoi ma lettre que je vous adresse ce jour n’est pas une confidence elle sera aussi envoyée en copie à d’autres personnes.
Les preuves de corruption que je vais dénoncer maintenant parfois ont été remises aux intéressés par moi-même ou par Moise KATUMBI lui-même et vous allez comprendre pourquoi Moise KATUMBI CHAPWE n’a jamais été inquiété et bénéficie du soutien des hommes politiques congolais et étrangers.
Voici ses méthodes de corruption :
1. La corruption dans la presse
- Sur le plan national
Au niveau national son point focal est le journal « Le Potentiel » à qui il remet 20.000 $ US par le biais du sénateur MUTINGA qui à son tour utilise Monsieur Willy KABWE avec comme objectif d’améliorer son image sur le plan national ; ensuite Willy KABWE contacte d’autres éditeurs pour qu’ils ne publient pas tous ce qu’il (Moise KATUMBI) cause comme dégât dans la province du Katanga parfois via Frédéric KINKUMBA.
La Télévision Digital Congo
L’homme orchestre est Fréderic KINKUMBA a qui on remet 12.000 $ Us chaque mois pour impressionner les congolais des autres provinces et ceux de l’étranger pour ne pas ternir l’image de Moise KATUMBI CHAPWE et surtout pour ses ambitions de 2016.
C’est pour cela que Frédéric KITENGIE KINKUMBA contacte d’autres chaines de télévision dont Molière TV pour bien soigner son image.
La Radio okapi Katanga
Jean NGANDU reçoit occasionnellement des sommes entre 2000 et 5000 $ US pour étouffer la vérité sur son comportement et en complicité avec le numéro 1 de la MONUSCO, Monsieur GYRANE NDIAY
- Sur le plan international
Il utilise Collette BRACHMAN à qui il remet 100.000 Euros pour que son image soit enrichie en Belgique pour éviter que les services judiciaires ne s’occupent de lui.
- La revue « Jeune Afrique »
Moise KATUMBI a compris qu’il fallait corrompre et mettre beaucoup d’argent dans la revue « Jeune Afrique » pour se faire non pas seulement un nom mais aussi pour ne pas ternir son image. Non pas seulement il verse des sommes colossales aux journalistes de « Jeune Afrique »mais aussi il rachète le double de la publication pour distribuer gratuitement à Kinshasa et surtout au Katanga. Le journaliste de « Jeune Afrique »qui est venu nous rejoindre à Londres sait combien il a touché pour son interview.
- En France
Il veut utiliser un site des congolais pour améliorer son image ; il a payé 100.000 Euros pour que les combattants viennent à lui pour combattre TSHISEKEDI en 2016.
2. Le Football
- Constant OMARI de la FECOFA
Celui-ci touche 10.000 $ chaque mois sans compter les avantages de billets d’avion et le séjour dans les hôtels luxueux à l’étranger.
- ISSA AYATOU de la CAF
Il touche 50.000 $ Us pour cautionner toutes les bêtises de Mazembe. C’est ainsi que Moise KATUMBI se permet parfois d’intimider ou de corrompre les arbitres.
- SIP BLATERRE de la FIFA
A lui on amène l’argent liquide jusqu’à 1.000.000 euros occasionnellement comme récompense il est à ce jour membre du comité stratégique de la FIFA.
- Les équipes congolaises dont MUNGANO, SANGA BALENDE, etc
Moise KATUMBI remet aux dirigeants de ces équipes la somme de 1.000 $ et aux joueurs la somme de 200 à 300 $ Us pour que Mazembe gagne.
- YAV TSHIBAL vice-gouverneur de la province du Katanga et président de la Linafoot
Celui-ci a une cagnotte de 11.000 $ chaque mois pour jouer le jeu de Moise KATUMBI CHAPWE.
3. Les autorités congolaises
- AUBIN MINAKU, Président de l’Assemblée nationale
Lors de son récent séjour dans la province du Katanga il a reçu la somme de 2.000.000 $ Us de Moise KATUMBI CHAPWE et chaque fois qu’il a un besoin, il n’hésite pas de lui téléphoner et celui-ci lui envoie pas moins de 100.000 $ Us.
- KYUNGU WA KUMWANZA
Il est devenu millionnaire avec le détournement de l’argent de rétrocession dans les entités territoriales. Avec sa complicité, KYUNGU a aidé Moise KATUMBI à détourner plus de 100.000.000 $ Us dont lui-même a perçu la somme de 37.000.000 $ en plus il lui a acheté de camions trucks y compris des sous-traitances dans les mines.
- KALEV, le numéro 1 de l’ANR
Chaque fois qu’il a besoin de l’argent, il reçoit sans problème. Ainsi, tous les dossiers sécuritaires avant d’être soumis au chef de l’Etat passent par Moise KATUMBI CHAPWE.
- MATATA MPONYO
Il a reçu 5.000.000 $ Us pour que Moise KATUMBI fasse tout ce qu’il veut dans la province et ce dernier a récupéré son argent dans l’opération vente de farine.
- Le Procureur Général de la République, KABANGE NUMBI
Il perçoit chaque mois 30.000 $ Us indirectement par la voie d’un avocat-général de la République qui était au Katanga. C’est la raison pour laquelle tous les dossiers judiciaires contre Moise KATUMBI sont étouffés.
- Premier Président de la Cour Suprême de Justice, Gérôme KITOKO KIMPELE
Il a perçu 2.000.000 $ Us lors des contentieux électoraux pour que nos candidats soient validés à la Cour Suprême de Justice et chaque fois qu’il a besoin d’argent, il n’hésite pas d’envoyer l’un de ses frères qui est magistrat pour contacter Moise KATUMBI CHAPWE.
- L’inspecteur général NDONGO de la police judiciaire
Ce monsieur est venu dans le dossier de l’honorable MUYAMBO, NGUBE-NGUBE, etc et a touché 50.000 $ Us pour faire un faux rapport et brouiller les pistes
- LA MONUSCO-KATANGA
Monsieur Gyrane NDIAY, le numéro 1 de la Monusco a perçu plus d’1.000.000 $ Us pour étouffer le dossier de la carrière de Karajipopo où les creuseurs ont été inhumés vivant, Monseigneur NGUBE-NGUBE, MUYAMBO, Bakata katanga, etc.
- OFIDA
Monsieur KALEND MUHIYA, Le numéro 1 de l’OFIDA, c’est l’homme qui favorise la fraude pour le compte du gouverneur et Monsieur KALEND encaisse 1.000.000 $ Us chaque mois en investissant dans l’immobilier à Kinshasa et Lubumbashi pour effacer les traces.
- La Société Civile du Katanga
Je leur remets personnellement de l’argent pour faire de fausses déclarations et j’aide Grégoire MULAMBA du CDH allié de l’Honorable MUYAMBO à construire une maison. Messieurs MUTEBA, Freddy...

Qui est chargé de lancé des procédures d’enquête pour connaitre la vérité qui pourrait l’innocenté ou le condamné?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  henrija1 le 30/5/2013, 10:23 pm

VOILA TOUT CE QUE JE DETESTE CHEZ LES CONGOLAIS: TOUJOURS SALIR LES GENS PAR DES GROS MENSONGES, PROPAGER DES RUMEURS MENSONGIERES POUR FAIRE PERDRE TOUT CREDIT A SON ADVERSAIRE POLITIQUE. IL FAUDRA UN JOUR VOTER UNE LOI CONTRE CETTE BASSESSE D'ESPRIT.

MANOEUVRE DIFFAMATOIRES. COMMENT PEUT-ON ÊTRE AUSSI STUPIDE POUR DONNER DES CHIFFRES AUSSI FARFELUS! AH CONGOLAIS!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 6/12/2013, 12:01 am

Djo Malanga Esabe
un avion civil immatriculé D045F32 à Dodoma en Tanzanie aurait atterri aux petites heures du matin ce jeudi 5 décembre à la base aérienne 107 Villacoublay « Sous-Lieutenant René Dorme » de l'Armée de l'air française au Sud-Ouest de Paris en provenance de Kindu en RDC via Addis-Abeba en Ethiopie.

Identifié dans les airs comme un avion transportant une partie de la délégation tanzanienne devant assister au Sommet sur la Sécurité de Paris de ce 6 décembre, grande fut la surprise des militaires français de découvrir plus de 123 hommes en uniformes congolais ! Interrogé par les services français au sol, le chef de cette troupe congolaise répondant au nom de Colonel M.N a signifié, visas à l’appui, feuille de route dument signée par le ministre à la Défense congolais et e-mail de confirmation de l’Ambassadeur de France s’adressant au Ministre de la Défense de France et au patron de la Direction Générale des Services Extérieurs Français (DGSE), à ces derniers qu’ils étaient autorisés à débarquer en France pour assurer la sécurité du Président Kabila en séjour à Paris ces deux jours de sommet en décembre.

Après vérification auprès de différents services et intervention expresse de Didier Reynders, ministre des Affaires Etrangères belge auprès de son homologue français, bloqués sur le tarmac militaire depuis 6 h 30’, la brigade mixte Garde Républicaine ( une unité de protection de Kabila) – 321ème Unité de Réaction Rapide formé par la Belgique a pu être libérée et partiellement désarmée vers 10 heures, seuls une cinquantaine ont eu leur port d’arme confirmés par les autorités françaises.

Cette exception aurait été accordée à la RDC après un lobbying intense des autorités congolaises auprès de la compagne du Président français Valérie Treiweler, visiteuse régulière de l’hopital de Panzi à Bukavu, devenue amie de Olive Kabila et de Yamina Benguingi, ministre de la Francophonie française. Pour beaucoup ce geste de bonne volonté de François Hollande après son affront comportemental lors du Sommet de la Francophonie à Kinshasa en octobre 2012.

Si cette information se vérifiait, la présence d’une garde militaire aussi importante d’un pays africain en France n’aurait d’équivalent que celle de la grande époque de la « Françafrique » òu Omar Bongo débarquait avec plus de 300 gardes armés dans le très chic Palace Hotel Meurice de Paris.

Un visa spécial et une dérogation spéciale français de 96 heures auraient été remis à ces militaires dont certains auraient participé à la bataille face au M23, rébellion pro-rwandaise défaite, afin d’assurer la sécurité du chef d’Etat congolais.

Jean-François Sérillon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 6/12/2013, 1:16 am

En tournée dans la région des Grands Lacs, l'envoyée spéciale de l'ONU a appelé la RD Congo à négocier avec la rébellion du M23. Pas sûr que le gouvernement, fort de sa récente victoire militaire, l'écoute.

Sa précédente visite dans la région des Grands Lacs datait d'un peu plus de deux mois. Un laps de temps suffisant pour que Mary Robinson puisse observer de nombreux changements lors de sa nouvelle tournée, entamée le 25 novembre. La rébellion rwandophone du Mouvement du 23-Mars (M23), qui faisait l'objet de toutes les attentions il y a peu, a été repoussée manu militari hors du territoire congolais début novembre. Un épilogue guerrier que l'Irlandaise n'avait ni anticipé ni souhaité. "Clairement, Mary Robinson était contre l'utilisation de la force", assure une source congolaise au coeur du dossier.

Appelant sans relâche à la négociation depuis sa nomination au poste d'envoyée spéciale du secrétaire général de l'ONU dans la région des Grands Lacs, en mars, Robinson a adopté une attitude qui tranche avec celle du chef des Casques bleus, l'Allemand Martin Kobler, dont les troupes ont soutenu l'armée congolaise, y compris avec des moyens aériens. Cette position avait valu à Robinson les louanges de Bertrand Bisimwa, le chef politique du M23, ainsi qu'une méfiance tenace de l'opinion congolaise. Sans pour autant faire d'elle une alliée du Rwanda, où sa dernière visite, le 26 novembre, est passée inaperçue dans la presse.

Pourquoi s'est-elle refusée à appuyer clairement Kinshasa ? Pour ne pas trop exposer les Casques bleus, réticence dont les Nations unies sont coutumières ? "Cette explication ne tient pas : le mandat de l'ONU était très clair et autorisait l'emploi de la force, balaie notre source congolaise. Robinson a tout simplement trop cru en la parole du Rwanda et de l'Ouganda", deux pays accusés d'avoir soutenu la rébellion mais qui nient farouchement ces accusations.

Mary Robinson peut difficilement être taxée de naïveté pro-rwandaise.

Pourtant, Mary Robinson peut difficilement être taxée de naïveté pro-rwandaise. À la tête de l'Irlande de 1990 à 1997, elle fut certes le premier chef d'État à se rendre dans le pays après le génocide. Mais, très vite après sa nomination au poste de haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme (1997-2002), alors que Kigali était aux prises avec une rébellion hutue largement constituée de génocidaires, elle s'est attiré les foudres du gouvernement rwandais pour l'avoir rendu coresponsable des atrocités en cours.

Première femme présidente d'Irlande

Tout au long de sa vie politique, Mary Robinson, 69 ans, a été animée par la volonté de défendre les droits des citoyens et des minorités. Au prix, s'il le faut, de la souveraineté des États. Avant de devenir la première femme présidente d'une Irlande alors très conservatrice, cette avocate spécialiste des libertés fondamentales avait fait condamner son propre pays par la Cour européenne des droits de l'homme à propos du statut des enfants nés hors mariage. En 1995, elle avait proposé de faire entrer la "sécurité humaine" parmi les principes cardinaux des Nations unies, à l'égal de la souveraineté nationale.

Or la RDC, forte de sa victoire militaire, ne veut pas entendre parler d'un "accord" qui placerait l'État sur un pied d'égalité avec une rébellion. Au cours de sa visite, Mary Robinson a évité d'employer le terme. Mais elle n'a pas cessé d'appeler à conclure les "négociations".

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Grands Lacs | RDC - Mary Robinson : faites l'accord, pas la guerre ! | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook
http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2760p016.xml0/?fb_action_ids=10202466242564743&fb_action_types=og.recommends&fb_ref=.Up-Z8jg0HSM.like&fb_source=other_multiline&action_object_map=[437148539718533]&action_type_map=[%22og.recommends%22]&action_ref_map=[%22.Up-Z8jg0HSM.like%22]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 8/12/2013, 4:45 pm

Triomphe des FARDC, « une victoire totale du peuple congolais»

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  joss0 le 8/12/2013, 9:45 pm

Crise en Centrafrique : Kabila autorise l’envoi de 850 militaires et policiers congolais à Bangui

(PARIS)- Le Congo-Kinshasa va envoyer dans les prochains jours entre 750 et 850 militaires et policiers en Centrafrique dans le cadre de l’effort régional de pacification pour mettre fin au conflit qui déchire ce pays. Le président Joseph Kabila a annoncé cette décision à son homologue français et d’autres dirigeants de la région au cours d’un mini-sommet sur la Centrafrique tenu au palais de l’Elysée à Paris en marge du sommet Afrique-France. ‘‘La République centrafricaine est à la porte de notre pays. Ce qui se passe à Bnagui, a des conséquences chez nous. La RDC a donné son accord pour participer à l’effort du rétablissement de la paix et la sécurité en Centrafrique dans le cadre des efforts qui sont menés par l’ensemble des états d’Afrique centrale. On va envoyer entre 750 ou 850 militaires et policiers compris’’, a indiqué Raymond Tshibanda, le ministre congolais des Affaires étrangères. Près de 70 mille réfugiés centrafricains sont arrivés à l’Equateur du coté congolais suite à la flambée des violences de ces derniers temps. Pour le chef de la diplomatie congolaise, cette situation risque de se retourner contre la RDC si des dispositions sécuritaires ne sont pas prises pour mettre fin à ce regain des violences à Bangui. ‘‘Nous ne pouvons pas rester indifférent face à la détérioration de la situation sécuritaire en Centrafrique. On doit agir aux cotés des autres pays de la région’’, a ajouté Tshibanda. Le gouvernement congolais a instruit l’ambassadeur de Kinshasa à Bangui de suivre de très près la situation sécuritaire de ressortissants congolais. ‘‘ Jusque-là, on n’a reçu aucune indication sur la perte d’un de nos concitoyens habitant à Bangui ou ailleurs en Centrafrique. Nous espérons qu’il en sera ainsi jusqu’à la stabilisation de la situation. Sinon les instructions ont été données à notre mission diplomatique sur place pour suivre de très près la situation de nos frères et sœurs’’, a précisé le chef de la diplomatie congolaise. A Zongo, la cité jumelle de Bangui, la situation économique devient difficile avec l’arrivée massive des réfugiés centrafricains. ‘‘Déjà, les congolais qui vivent dans cette partie, ont difficile à nouer les deux bouts du mois et l’arrivée des réfugiés perturbe toujours la vie. Nous nous sentons interpeller. Nous ne pouvons que prendre de précautions pour sécuriser nos frontières et éviter que ca déborde coté congolais parce que cela risque de répercussions négatives sur notre pays’’, a conclu le ministre congolais des Affaires étrangères.

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=53318%3Acrise-en-centrafrique--kabila-autorise-lenvoi-de-850-militaires-et-policiers-congolais-a-bangui&catid=1%3A7sur7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  NgongaEbeti le 9/12/2013, 6:04 am

joss0 a écrit:Crise en Centrafrique : Kabila autorise l’envoi de 850 militaires et policiers congolais à Bangui

(PARIS)- Le Congo-Kinshasa va envoyer dans les prochains jours entre 750 et 850 militaires et policiers en Centrafrique dans le cadre de l’effort régional de pacification pour mettre fin au conflit qui déchire ce pays. Le président Joseph Kabila a annoncé cette décision à son homologue français et d’autres dirigeants de la région au cours d’un mini-sommet sur la Centrafrique tenu au palais de l’Elysée à Paris en marge du sommet Afrique-France. ‘‘La République centrafricaine est à la porte de notre pays. Ce qui se passe à Bnagui, a des conséquences chez nous. La RDC a donné son accord pour participer à l’effort du rétablissement de la paix et la sécurité en Centrafrique dans le cadre des efforts qui sont menés par l’ensemble des états d’Afrique centrale. On va envoyer entre 750 ou 850 militaires et policiers compris’’, a indiqué Raymond Tshibanda, le ministre congolais des Affaires étrangères. Près de 70 mille réfugiés centrafricains sont arrivés à l’Equateur du coté congolais suite à la flambée des violences de ces derniers temps. Pour le chef de la diplomatie congolaise, cette situation risque de se retourner contre la RDC si des dispositions sécuritaires ne sont pas prises pour mettre fin à ce regain des violences à Bangui. ‘‘Nous ne pouvons pas rester indifférent face à la détérioration de la situation sécuritaire en Centrafrique. On doit agir aux cotés des autres pays de la région’’, a ajouté Tshibanda. Le gouvernement congolais a instruit l’ambassadeur de Kinshasa à Bangui de suivre de très près la situation sécuritaire de ressortissants congolais. ‘‘ Jusque-là, on n’a reçu aucune indication sur la perte d’un de nos concitoyens habitant à Bangui ou ailleurs en Centrafrique. Nous espérons qu’il en sera ainsi jusqu’à la stabilisation de la situation. Sinon les instructions ont été données à notre mission diplomatique sur place pour suivre de très près la situation de nos frères et sœurs’’, a précisé le chef de la diplomatie congolaise. A Zongo, la cité jumelle de Bangui, la situation économique devient difficile avec l’arrivée massive des réfugiés centrafricains. ‘‘Déjà, les congolais qui vivent dans cette partie, ont difficile à nouer les deux bouts du mois et l’arrivée des réfugiés perturbe toujours la vie. Nous nous sentons interpeller. Nous ne pouvons que prendre de précautions pour sécuriser nos frontières et éviter que ca déborde coté congolais parce que cela risque de répercussions négatives sur notre pays’’, a conclu le ministre congolais des Affaires étrangères.

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=53318%3Acrise-en-centrafrique--kabila-autorise-lenvoi-de-850-militaires-et-policiers-congolais-a-bangui&catid=1%3A7sur7
Ne soyons pas surpris que certains trouvent des raisons pour critiquer cette decision.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  zobattants le 9/12/2013, 8:24 am

NgongaEbeti a écrit:
joss0 a écrit:Crise en Centrafrique : Kabila autorise l’envoi de 850 militaires et policiers congolais à Bangui

(PARIS)- Le Congo-Kinshasa va envoyer dans les prochains jours entre 750 et 850 militaires et policiers en Centrafrique dans le cadre de l’effort régional de pacification pour mettre fin au conflit qui déchire ce pays. Le président Joseph Kabila a annoncé cette décision à son homologue français et d’autres dirigeants de la région au cours d’un mini-sommet sur la Centrafrique tenu au palais de l’Elysée à Paris en marge du sommet Afrique-France. ‘‘La République centrafricaine est à la porte de notre pays. Ce qui se passe à Bnagui, a des conséquences chez nous. La RDC a donné son accord pour participer à l’effort du rétablissement de la paix et la sécurité en Centrafrique dans le cadre des efforts qui sont menés par l’ensemble des états d’Afrique centrale. On va envoyer entre 750 ou 850 militaires et policiers compris’’, a indiqué Raymond Tshibanda, le ministre congolais des Affaires étrangères. Près de 70 mille réfugiés centrafricains sont arrivés à l’Equateur du coté congolais suite à la flambée des violences de ces derniers temps. Pour le chef de la diplomatie congolaise, cette situation risque de se retourner contre la RDC si des dispositions sécuritaires ne sont pas prises pour mettre fin à ce regain des violences à Bangui. ‘‘Nous ne pouvons pas rester indifférent face à la détérioration de la situation sécuritaire en Centrafrique. On doit agir aux cotés des autres pays de la région’’, a ajouté Tshibanda. Le gouvernement congolais a instruit l’ambassadeur de Kinshasa à Bangui de suivre de très près la situation sécuritaire de ressortissants congolais. ‘‘ Jusque-là, on n’a reçu aucune indication sur la perte d’un de nos concitoyens habitant à Bangui ou ailleurs en Centrafrique. Nous espérons qu’il en sera ainsi jusqu’à la stabilisation de la situation. Sinon les instructions ont été données à notre mission diplomatique sur place pour suivre de très près la situation de nos frères et sœurs’’, a précisé le chef de la diplomatie congolaise. A Zongo, la cité jumelle de Bangui, la situation économique devient difficile avec l’arrivée massive des réfugiés centrafricains. ‘‘Déjà, les congolais qui vivent dans cette partie, ont difficile à nouer les deux bouts du mois et l’arrivée des réfugiés perturbe toujours la vie. Nous nous sentons interpeller. Nous ne pouvons que prendre de précautions pour sécuriser nos frontières et éviter que ca déborde coté congolais parce que cela risque de répercussions négatives sur notre pays’’, a conclu le ministre congolais des Affaires étrangères.

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=53318%3Acrise-en-centrafrique--kabila-autorise-lenvoi-de-850-militaires-et-policiers-congolais-a-bangui&catid=1%3A7sur7
Ne soyons pas surpris que certains trouvent des raisons pour critiquer cette decision.
Ils sont tout simplement des aigris virtuels... je ne les considere plus.
Kala te le sieur Catilina de la france viendra intervenir...Ye alingaka se raison....
Ils critiquent tout ce qui bouge...Je ne serai pas surpris síls disaient que la coiffure de Madame Olive Kabila est moche.... et qu' elle( cette coiffure) derange la cohesion nationale Sad Sad 
Mawa na bango... la caravane de la paix et de líntegrite du territoire fait son chemin....
Bakozala bongo pe bakotikala boye... Mbula na mbula boyE....
Kabila trop fort!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  zobattants le 9/12/2013, 8:33 am

joss0 a écrit:Etienne. Kiza alias etienne kabila



N'est ressemble- t- il pas a Bosco Tanganda???Asuka wapi type oyo?? Na prison ya Buluwo???

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  Arafat le 9/12/2013, 9:42 am

NgongaEbeti a écrit:
joss0 a écrit:Crise en Centrafrique : Kabila autorise l’envoi de 850 militaires et policiers congolais à Bangui

(PARIS)- Le Congo-Kinshasa va envoyer dans les prochains jours entre 750 et 850 militaires et policiers en Centrafrique dans le cadre de l’effort régional de pacification pour mettre fin au conflit qui déchire ce pays. Le président Joseph Kabila a annoncé cette décision à son homologue français et d’autres dirigeants de la région au cours d’un mini-sommet sur la Centrafrique tenu au palais de l’Elysée à Paris en marge du sommet Afrique-France. ‘‘La République centrafricaine est à la porte de notre pays. Ce qui se passe à Bnagui, a des conséquences chez nous. La RDC a donné son accord pour participer à l’effort du rétablissement de la paix et la sécurité en Centrafrique dans le cadre des efforts qui sont menés par l’ensemble des états d’Afrique centrale. On va envoyer entre 750 ou 850 militaires et policiers compris’’, a indiqué Raymond Tshibanda, le ministre congolais des Affaires étrangères. Près de 70 mille réfugiés centrafricains sont arrivés à l’Equateur du coté congolais suite à la flambée des violences de ces derniers temps. Pour le chef de la diplomatie congolaise, cette situation risque de se retourner contre la RDC si des dispositions sécuritaires ne sont pas prises pour mettre fin à ce regain des violences à Bangui. ‘‘Nous ne pouvons pas rester indifférent face à la détérioration de la situation sécuritaire en Centrafrique. On doit agir aux cotés des autres pays de la région’’, a ajouté Tshibanda. Le gouvernement congolais a instruit l’ambassadeur de Kinshasa à Bangui de suivre de très près la situation sécuritaire de ressortissants congolais. ‘‘ Jusque-là, on n’a reçu aucune indication sur la perte d’un de nos concitoyens habitant à Bangui ou ailleurs en Centrafrique. Nous espérons qu’il en sera ainsi jusqu’à la stabilisation de la situation. Sinon les instructions ont été données à notre mission diplomatique sur place pour suivre de très près la situation de nos frères et sœurs’’, a précisé le chef de la diplomatie congolaise. A Zongo, la cité jumelle de Bangui, la situation économique devient difficile avec l’arrivée massive des réfugiés centrafricains. ‘‘Déjà, les congolais qui vivent dans cette partie, ont difficile à nouer les deux bouts du mois et l’arrivée des réfugiés perturbe toujours la vie. Nous nous sentons interpeller. Nous ne pouvons que prendre de précautions pour sécuriser nos frontières et éviter que ca déborde coté congolais parce que cela risque de répercussions négatives sur notre pays’’, a conclu le ministre congolais des Affaires étrangères.

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=53318%3Acrise-en-centrafrique--kabila-autorise-lenvoi-de-850-militaires-et-policiers-congolais-a-bangui&catid=1%3A7sur7
Ne soyons pas surpris que certains trouvent des raisons pour critiquer cette decision.
On peut, cher ami Mokili Ngonga comprendre cette décision d´autant plus que la RCA c´est la porte à côté et il va de soi que la situation qui y perdure peut aussi avoir des répercussions néfastes pour la RDC. Je ne pense pas que le président de la république aurait pris une telle décision s´il s´agissait du Bukina Faso ou de l´Ethiopie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Message au compatriote

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum