QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  link le 30/3/2012, 6:13 am

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Il faut se dire les VRAIES choses …

En réalité, l'argent, l'intimidation, les brimades physiques ont eu raison de tous les opposants sauf le plus irréductible de tous Étienne Tshisekedi lui-même qui quittera cette terre la tête bien haute. Dans ses défauts, dans ses erreurs, il restera le plus GRAND sinon le moins petit ! Tel est mon avis. Pris isolé, je le jugerai sévèrement mais à coté de ses pairs il est d'une classe à part !

La raison du plus fort est toujours la meilleure nous allons le montrer tout à l'heure disait LaFontaine …
Tshisekedi est en résidence surveillé. Tout déplacement lui est impossible. Le dernier rapport de l'ONU est encore là pour instruire les sceptiques … sinon demandez à Jachemin Shabani qui a goûté à ce que les kabilistes savent bien faire. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, allez visiter Chialupa dans sa cellule à Makala.
Si ce n'est pas la mort, c'est la prison ou d'autres tortures et sinon il y a encore les billets verts ... une des méthode préférée des kabialistes.

Du coté du peuple : La peur, le manque de détermination que l’opposition n'a pas su transcender à fini par contraindre les quelques courageux à une autre chose que laquelle le congolais excelle la "RESILIENCE".

Les politiciens de youtube surtout ceux de la 5ieme colonne restent des champions du numérique, comme pour les narguer, Kabila se pavane librement à Kinsahsa souvent lui-même au volant et les vitres baissées en plus. S'ils ont des doutes, qu'ils demandent aux chégués ou les témoins du caillassage de Tungulu.

Que voulez-vous ? C'est chacun dans son chacun comme disent mes amis ivoiriens !
Quelques remarques en vrac, si vous permettez, Wilco,

1° Sortons vite de cette psychose surfaite où l'on voit partout un acharnement quasi-factice envers Tshisekedi ; cette perception est trop orientée selon moi : un moyen objectif vous êtes calé en informatique et en plus Administrateur, prenez 100 interventions ici, je ne crois pas que vous en trouverez plus de 5 qui s'époumonent à condamner spécifiquement le Lider Maximo !
On connait les irréductibles anti dont on ne peut rien attendre d'objectif sur Ya Tshistshi; tous les autres le font avec mesure, réalisme et souvent argumentaire ! Le vrai problème est aileurs selon moi : ce que vaut de central Tshisekedi, les autres sont encore ses subalternes...
Bref; pour moi cette "défense ampoulée pro" dessert plus Tshisekedi que ne veulent leurs auteurs : un certain sentimentalisme émerge vite à ses dépens...

2° Il n'y a aucun doute pour moi : Tshisekedi est un héros national éprouvé pour son courage, ses convictions, sa volonté et sa longue lutte à s'attaquer à l'arbitraire de nos dictateurs depuis Mobutu jusqu'à Kanambe, à vouloir installer la démocratie, l'Etat de droit; ses sacrifices personnels en témoignent...
Mon seul hic c'est sa capacité douteuse à adapter les moyens de son combat à son objectif ! C'est d'ailleurs souvent l'objet des critiques à son égard ici..

3° En face d'un tel leadeship quoi exiger du leader et de ceux secondaires de l'opposition !
Les coups lui sont facilement assénés, ses "accolytes" épargnés à tort et à raison! Mais c'est tout à son honneur !

4° Il n'y a pas non plus de doute que la majorité des Congolais lui reconnaissent cette qualité et ce rôle et lui-même l'a assumé en se proclamant "Président élu" : quoi d'autre que son peuple attende de lui à tort ou à raison des moyens pour jouer son rôle !
Même si l'on sait la difficulté de la tâche notamment avec toute la repression dont il fait l'objet ! Les moeurs d'une dictaure sont connues ! Mais est-ce nouveau, non prévisible ? Quelles précautoins suffisantes a-t-il prises à cet effet ? J'ai perso fait de nombreuses "prévisions" avant et après...
Bref il semble bien à la suite qu'on s'en est pas donné suffisamment les moyens avant et après ?

5° Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital selon moi ! Parlons-en !


Compatriotiquement!

Mr nzondwau,

Bref; pour moi cette "défense ampoulée pro" dessert plus Tshisekedi que ne veulent leurs auteurs : un certain sentimentalisme émerge vite à ses dépens...

Oui c'est vrai je ressent de l'affection pour ce monsieur parce que j'ai peut être compris qu'il se bat contre un système (néocolonialisme) qu'il ne pourras jamais faire tomber et ce au détriment, de sa famille, de sa santé et d'une partie de sa carrière qui aurais peut être faite de gloire d'argent et de pouvoir comme l'on eu tant de mobutiste resté dans le système.

Combien de nationaliste en Afrique avant lui ou pendant lui on payé de leur vie pour combattre ce système d’imperialisme et de néocolonialisme
qui détruit l’Afrique? combien y sont arrivé même le gentil Mandela c'est coucher comprenant que les forces était inégale.

Qui ne connais pas la force de ceux qui on tué lumumba écarté kasa-vubu soutenue Mobutu pendant 32 ans pendant que le zaîre s'enfonçais dans l'enfer et ensuite soutenue m'zee avant de le tué pour leur avoir résisté sans oublier au passage de nous imposer sont sois disant fils joseph.

On sais tous que kabila n'est pas a lui tout seul le problème du Congo il n'est que l'iceberg visible d'ou il catalyse nos rancœurs et nos frustration de voir notre beau pays ne pas avancé mais ce qui est sur il n'est pas seul dans cette merde des congolais de toute ethnies confondu dans le gouvernement a l'assemblé au sénat jusqu'au gouvernement provinciaux participe a cette danse macabre.

soyons réaliste seul ceux qui on placé joseph kabila a ce poste pourront l'en faire partie même pour un coup d’État il faut encore la bénédiction de c'est même personne c'est un jeux pipé d'avance.

Tshisekedi savait qu'il battrais kabila aux élections et que malgré ça la présidence ne lui serais jamais servie sur un plateau il a pensé le congolais
prêt pour s'enlever les chaines mais seul une minorité la suivie et a quel prix ?

Mr nzondwau croyez moi que peut importe les stratégie,Tshisekedi ne peut rien faire a part mettre kabila mal a l'aise et pour cela il lui faut être encore plus radicale que jamais et comme d'habitude subir les critiques et quolibet et peut être qu'avec cette crise dont le mérite encore une fois lui reviens, On pourras en sortir quelques bonne chose ou des avancé pour nos institution.

En conclusion SOYEZ INDULGENT tshitshi a compris qu'il na que a rester tranquille dans sont jardin a limité et laisser sont ombre planer sur cette crise après tout vous en connaissez vous des vieillard de 80 pige qui se ballade tout les jours ( LOL).




Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Troll le 30/3/2012, 12:12 pm

[quote="link"]
Tshisekedi savait qu'il battrais kabila aux élections et que malgré ça la présidence ne lui serais jamais servie sur un plateau il a pensé le congolais prêt pour s'enlever les chaines mais seul une minorité la suivie et a quel prix ?

En conclusion SOYEZ INDULGENT tshitshi a compris qu'il na que a rester tranquille dans sont jardin a limité et laisser sont ombre planer sur cette crise après tout vous en connaissez vous des vieillard de 80 pige qui se ballade tout les jours ( LOL).

NIX

Vous vous trompez mr Link

C ´était une "majorité" des congolais qui a votée en faveur de Tshitshi..et non une "minorité"

à propos des viellards, quel âge avait Wade qui se balladait recement dans les rues de Dakar ?

Don´t give upp
Cette histoire continue Arrow Neutral

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Admin le 30/3/2012, 4:23 pm

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Il faut se dire les VRAIES choses …

En réalité, l'argent, l'intimidation, les brimades physiques ont eu raison de tous les opposants sauf le plus irréductible de tous Étienne Tshisekedi lui-même qui quittera cette terre la tête bien haute. Dans ses défauts, dans ses erreurs, il restera le plus GRAND sinon le moins petit ! Tel est mon avis. Pris isolé, je le jugerai sévèrement mais à coté de ses pairs il est d'une classe à part !

La raison du plus fort est toujours la meilleure nous allons le montrer tout à l'heure disait LaFontaine …
Tshisekedi est en résidence surveillé. Tout déplacement lui est impossible. Le dernier rapport de l'ONU est encore là pour instruire les sceptiques … sinon demandez à Jachemin Shabani qui a goûté à ce que les kabilistes savent bien faire. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, allez visiter Chialupa dans sa cellule à Makala.
Si ce n'est pas la mort, c'est la prison ou d'autres tortures et sinon il y a encore les billets verts ... une des méthode préférée des kabialistes.

Du coté du peuple : La peur, le manque de détermination que l’opposition n'a pas su transcender à fini par contraindre les quelques courageux à une autre chose que laquelle le congolais excelle la "RESILIENCE".

Les politiciens de youtube surtout ceux de la 5ieme colonne restent des champions du numérique, comme pour les narguer, Kabila se pavane librement à Kinsahsa souvent lui-même au volant et les vitres baissées en plus. S'ils ont des doutes, qu'ils demandent aux chégués ou les témoins du caillassage de Tungulu.

Que voulez-vous ? C'est chacun dans son chacun comme disent mes amis ivoiriens !
Quelques remarques en vrac, si vous permettez, Wilco,

1° Sortons vite de cette psychose surfaite où l'on voit partout un acharnement quasi-factice envers Tshisekedi ; cette perception est trop orientée selon moi : un moyen objectif vous êtes calé en informatique et en plus Administrateur, prenez 100 interventions ici, je ne crois pas que vous en trouverez plus de 5 qui s'époumonent à condamner spécifiquement le Lider Maximo !
On connait les irréductibles anti dont on ne peut rien attendre d'objectif sur Ya Tshistshi; tous les autres le font avec mesure, réalisme et souvent argumentaire ! Le vrai problème est aileurs selon moi : ce que vaut de central Tshisekedi, les autres sont encore ses subalternes...
Bref; pour moi cette "défense ampoulée pro" dessert plus Tshisekedi que ne veulent leurs auteurs : un certain sentimentalisme émerge vite à ses dépens...

2° Il n'y a aucun doute pour moi : Tshisekedi est un héros national éprouvé pour son courage, ses convictions, sa volonté et sa longue lutte à s'attaquer à l'arbitraire de nos dictateurs depuis Mobutu jusqu'à Kanambe, à vouloir installer la démocratie, l'Etat de droit; ses sacrifices personnels en témoignent...
Mon seul hic c'est sa capacité douteuse à adapter les moyens de son combat à son objectif ! C'est d'ailleurs souvent l'objet des critiques à son égard ici..

3° En face d'un tel leadeship quoi exiger du leader et de ceux secondaires de l'opposition !
Les coups lui sont facilement assénés, ses "accolytes" épargnés à tort et à raison! Mais c'est tout à son honneur !

4° Il n'y a pas non plus de doute que la majorité des Congolais lui reconnaissent cette qualité et ce rôle et lui-même l'a assumé en se proclamant "Président élu" : quoi d'autre que son peuple attende de lui à tort ou à raison des moyens pour jouer son rôle !
Même si l'on sait la difficulté de la tâche notamment avec toute la repression dont il fait l'objet ! Les moeurs d'une dictaure sont connues ! Mais est-ce nouveau, non prévisible ? Quelles précautoins suffisantes a-t-il prises à cet effet ? J'ai perso fait de nombreuses "prévisions" avant et après...
Bref il semble bien à la suite qu'on s'en est pas donné suffisamment les moyens avant et après ?

5° Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital selon moi ! Parlons-en !


Compatriotiquement!

Cher ndonzwau,

Je ne pense pas qu'une "défense ampoulée pro" comme vous le dites dessert plus Tshisekedi que ne le fait la position contraire c.a.d des “attaques répétitives anti Tshisekedi”, je pense également qu'il y a aussi un certain sentimentalisme dans le caractère de ces attaques.

Je suis d'accord avec vous que s'il n'a pas pu atteindre son but c'est aussi à cause d'un certain manque de flexibilité dans ses stratégies.

Pour moi, il a fait dans les règles, il a sillonné l'occident pour s'attirer si pas leur faveur du moins leur neutralité et il a tablé à tort sur la capacité du soulèvement du peuple et ceci ne s'est pas produit. Là dessus d'ailleurs il me semble que tout reste encore possible, il suffit de voir comment Kimbuta annule tout rassemblement aux stades (match de foot, culte de l’église catholique). Un sénateur au pays me confiait dernièrement que le pouvoir cherche à aller vite dans la normalisation car la psychose de la crise peut à tout moment faire exploser le peuple, il veulent vite qu'on revienne au temps où Werrason et JB remplissaient les stades, histoire de dormir le peuple me disait-il.

Maintenant pour revenir à notre sujet ! Ton point 5 "Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital"

J'avais déjà répondu à la question en disant d'abord que j'étais partagé sur la question …
Partagé entre la stratégie du boycott que Tshisekedi choisit d'emprunter et celui qui consiste à accepter un partage du pouvoir avec Kabila.

Pour le boycott,
Je disais que cette stratégie de l'Udps pourrait s’avérer payant car en acceptant la situation avec un Kabila président, ça finira par valider cette tricherie en la rendant credible … on oublira meme qu'il y a eu tricherie.

Pour un partage du pouvoir,
J'avais dit que sous des conditions dont l'inviolabilité pourrait être garantie par des puissances occidentales (les vrais patrons de Kabila), Tshisekedi devrait accepter un gouvernement inclusif. On l'a vu au Kenya ou au Zimbabwe par exemple.
C'est pour cette raison que j'ai souhaité voir l'Udps prendre part aux discussions dans la perspective claire d'un partage équitable du pouvoir. UNC et le MLC ne sont pas de taille à exiger ce partage car ils n'ont pas le poids de Tshisekedi … ni sur le score obtenu, encore moins sur le poids politique qu'ils représentent à l’extérieur … Remarquez que ces négociations veulent un peu dire "négocier avec les puissances occidentales" car elles sont dictées par elles.

Lorsque l'ONU nous dresse le tableau des exactions !
Lorsque l'UE nous dit que ces élections n'étaient pas crédibles !
Quand la presse belge n'a même pas le droit de voir Tshisekedi !

Je me dis alors que Tshisekedi a raison de rester RADICAL.

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 30/3/2012, 7:06 pm

Admin a écrit:
ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Il faut se dire les VRAIES choses …

En réalité, l'argent, l'intimidation, les brimades physiques ont eu raison de tous les opposants sauf le plus irréductible de tous Étienne Tshisekedi lui-même qui quittera cette terre la tête bien haute. Dans ses défauts, dans ses erreurs, il restera le plus GRAND sinon le moins petit ! Tel est mon avis. Pris isolé, je le jugerai sévèrement mais à coté de ses pairs il est d'une classe à part !

La raison du plus fort est toujours la meilleure nous allons le montrer tout à l'heure disait LaFontaine …
Tshisekedi est en résidence surveillé. Tout déplacement lui est impossible. Le dernier rapport de l'ONU est encore là pour instruire les sceptiques … sinon demandez à Jachemin Shabani qui a goûté à ce que les kabilistes savent bien faire. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, allez visiter Chialupa dans sa cellule à Makala.
Si ce n'est pas la mort, c'est la prison ou d'autres tortures et sinon il y a encore les billets verts ... une des méthode préférée des kabialistes.

Du coté du peuple : La peur, le manque de détermination que l’opposition n'a pas su transcender à fini par contraindre les quelques courageux à une autre chose que laquelle le congolais excelle la "RESILIENCE".

Les politiciens de youtube surtout ceux de la 5ieme colonne restent des champions du numérique, comme pour les narguer, Kabila se pavane librement à Kinsahsa souvent lui-même au volant et les vitres baissées en plus. S'ils ont des doutes, qu'ils demandent aux chégués ou les témoins du caillassage de Tungulu.

Que voulez-vous ? C'est chacun dans son chacun comme disent mes amis ivoiriens !
Quelques remarques en vrac, si vous permettez, Wilco,

1° Sortons vite de cette psychose surfaite où l'on voit partout un acharnement quasi-factice envers Tshisekedi ; cette perception est trop orientée selon moi : un moyen objectif vous êtes calé en informatique et en plus Administrateur, prenez 100 interventions ici, je ne crois pas que vous en trouverez plus de 5 qui s'époumonent à condamner spécifiquement le Lider Maximo !
On connait les irréductibles anti dont on ne peut rien attendre d'objectif sur Ya Tshistshi; tous les autres le font avec mesure, réalisme et souvent argumentaire ! Le vrai problème est aileurs selon moi : ce que vaut de central Tshisekedi, les autres sont encore ses subalternes...
Bref; pour moi cette "défense ampoulée pro" dessert plus Tshisekedi que ne veulent leurs auteurs : un certain sentimentalisme émerge vite à ses dépens...

2° Il n'y a aucun doute pour moi : Tshisekedi est un héros national éprouvé pour son courage, ses convictions, sa volonté et sa longue lutte à s'attaquer à l'arbitraire de nos dictateurs depuis Mobutu jusqu'à Kanambe, à vouloir installer la démocratie, l'Etat de droit; ses sacrifices personnels en témoignent...
Mon seul hic c'est sa capacité douteuse à adapter les moyens de son combat à son objectif ! C'est d'ailleurs souvent l'objet des critiques à son égard ici..

3° En face d'un tel leadeship quoi exiger du leader et de ceux secondaires de l'opposition !
Les coups lui sont facilement assénés, ses "accolytes" épargnés à tort et à raison! Mais c'est tout à son honneur !

4° Il n'y a pas non plus de doute que la majorité des Congolais lui reconnaissent cette qualité et ce rôle et lui-même l'a assumé en se proclamant "Président élu" : quoi d'autre que son peuple attende de lui à tort ou à raison des moyens pour jouer son rôle !
Même si l'on sait la difficulté de la tâche notamment avec toute la repression dont il fait l'objet ! Les moeurs d'une dictaure sont connues ! Mais est-ce nouveau, non prévisible ? Quelles précautoins suffisantes a-t-il prises à cet effet ? J'ai perso fait de nombreuses "prévisions" avant et après...
Bref il semble bien à la suite qu'on s'en est pas donné suffisamment les moyens avant et après ?

5° Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital selon moi ! Parlons-en !


Compatriotiquement!

Cher ndonzwau,

Je ne pense pas qu'une "défense ampoulée pro" comme vous le dites dessert plus Tshisekedi que ne le fait la position contraire c.a.d des “attaques répétitives anti Tshisekedi”, je pense également qu'il y a aussi un certain sentimentalisme dans le caractère de ces attaques.

Je suis d'accord avec vous que s'il n'a pas pu atteindre son but c'est aussi à cause d'un certain manque de flexibilité dans ses stratégies.

Pour moi, il a fait dans les règles, il a sillonné l'occident pour s'attirer si pas leur faveur du moins leur neutralité et il a tablé à tort sur la capacité du soulèvement du peuple et ceci ne s'est pas produit. Là dessus d'ailleurs il me semble que tout reste encore possible, il suffit de voir comment Kimbuta annule tout rassemblement aux stades (match de foot, culte de l’église catholique). Un sénateur au pays me confiait dernièrement que le pouvoir cherche à aller vite dans la normalisation car la psychose de la crise peut à tout moment faire exploser le peuple, il veulent vite qu'on revienne au temps où Werrason et JB remplissaient les stades, histoire de dormir le peuple me disait-il.

Maintenant pour revenir à notre sujet ! Ton point 5 "Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital"

J'avais déjà répondu à la question en disant d'abord que j'étais partagé sur la question …
Partagé entre la stratégie du boycott que Tshisekedi choisit d'emprunter et celui qui consiste à accepter un partage du pouvoir avec Kabila.

Pour le boycott,
Je disais que cette stratégie de l'Udps pourrait s’avérer payant car en acceptant la situation avec un Kabila président, ça finira par valider cette tricherie en la rendant credible … on oublira meme qu'il y a eu tricherie.

Pour un partage du pouvoir,
J'avais dit que sous des conditions dont l'inviolabilité pourrait être garantie par des puissances occidentales (les vrais patrons de Kabila), Tshisekedi devrait accepter un gouvernement inclusif. On l'a vu au Kenya ou au Zimbabwe par exemple.
C'est pour cette raison que j'ai souhaité voir l'Udps prendre part aux discussions dans la perspective claire d'un partage équitable du pouvoir. UNC et le MLC ne sont pas de taille à exiger ce partage car ils n'ont pas le poids de Tshisekedi … ni sur le score obtenu, encore moins sur le poids politique qu'ils représentent à l’extérieur … Remarquez que ces négociations veulent un peu dire "négocier avec les puissances occidentales" car elles sont dictées par elles.

Lorsque l'ONU nous dresse le tableau des exactions !
Lorsque l'UE nous dit que ces élections n'étaient pas crédibles !
Quand la presse belge n'a même pas le droit de voir Tshisekedi !

Je me dis alors que Tshisekedi a raison de rester RADICAL.
Au risque de nous repeter; bien sûr que nous sommes d'accord sur beaucoup des points !

1° Lorsque je mets en garde sur la défense stéreotypée, je pense exactement à ce sentimentalisme dont vous parlez de ceux qui l'attaqueraient répétivement ! Sincèrement je ne crois pas que c'est le cas sauf bien sûr les fanatiques kanambistes connus ! Sinon ce que je sens parfois autour de moi; ce que des gens qui applaudissent sur tout ce que décide Tshisekedi sont vite catalogués et souvent à raison ! C'est là où ils peuvent le desservir... On y voit un culte inconditionnel plutôt qu'un appui raisonné; cela risque de paraître facilement comme le combat d'un groupe alors qu'l doit être celui de la majorité des Congolais...

2° Sa radicalité est nécessaire pour montrer surtout à la CI le rejet massif et légitime des Congolais mais pour être stratégiquement payante, elle nécessite d'offir quelque part une prise où le dialogue doit commencer et d'autre part un délai à bien négocier car au delà, on peut risquer le hors-système qui a été le sien avant... Jusqu'où alors; c'est un peu là où je me pose des questions mais je ne desepère pas que demain Ya Tshitshi offre cette prise où il sera mieux pris en compte...

3° Sinon c'est vrai, tout n'est pas perdu quant à une possible réaction du peuple : un pretexte imprévisible peut toujours embraser la population déjà traumatisée !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Tsippora le 30/3/2012, 7:30 pm

Mr Ndo, quand en face on a affaire à des fanatiques aveugles, experts en djalelo, à qui sert une critique sévère et permanente de Tshitshi??? Est-ce bien constructif? Je ne sais pas quel milieu vous fréquentez mais dans mon entourage (40 ans et moins), la grande majorité est profondément pro-Tshisekedi et je vous dis tout de suite que les baluba ne forment même pas le tiers de ce groupe - pcq c'est encore de cela qu'il est malheureusement question. SVP ne pensez surtout pas que votre réalité est universelle!

Parlant de main tendue, comment concevoir que le président Tshisekedi et les "députés" de l'Udps soient ouverts au dialogue quand on le maintient prisonnier? Que dire de ces images où des journalistes belges ont été empêchés de voir le président à sa résidence de Limete? Je ne sais pas pour vous mais moi ça me révolte qu'on puisse concevoir une quelconque ouverture de la part du vieux, alors que Joseph se montre intransigeant, qu'il nargue l'opposition et fait des déclarations qui démontrent clairement qu'il agira en fonction de ses seuls intérêts, car pour lui, il n'y a pas de crise de légitimité.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fuMi1i5nGjw

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 30/3/2012, 10:31 pm

Tsippora a écrit:Mr Ndo, quand en face on a affaire à des fanatiques aveugles, experts en djalelo, à qui sert une critique sévère et permanente de Tshitshi??? Est-ce bien constructif? Je ne sais pas quel milieu vous fréquentez mais dans mon entourage (40 ans et moins), la grande majorité est profondément pro-Tshisekedi et je vous dis tout de suite que les baluba ne forment même pas le tiers de ce groupe - pcq c'est encore de cela qu'il est malheureusement question. SVP ne pensez surtout pas que votre réalité est universelle!

Parlant de main tendue, comment concevoir que le président Tshisekedi et les "députés" de l'Udps soient ouverts au dialogue quand on le maintient prisonnier? Que dire de ces images où des journalistes belges ont été empêchés de voir le président à sa résidence de Limete? Je ne sais pas pour vous mais moi ça me révolte qu'on puisse concevoir une quelconque ouverture de la part du vieux, alors que Joseph se montre intransigeant, qu'il nargue l'opposition et fait des déclarations qui démontrent clairement qu'il agira en fonction de ses seuls intérêts, car pour lui, il n'y a pas de crise de légitimité.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fuMi1i5nGjw
Ne confondons rien : je ne parle pas du soutien apporté à Tshisekedi plutôt qu'au pouvoir mais de sa stratégie ! Une large majorité le soutient bien sûr mais beaucoup n'en restent pas moins reservés quant à ses façons de lutter; à tort ou à raison ils lui reprochent une radicalité pas toujours pragmatique qui ne donne pas prise à une sortie qui serait aussi gagnante pour lui, de même qu'ils reprochent un entourage qui ne le conseillerait pas assez dans ce sens; comme s'il était dans une bulle d'où il ne perçoit pas bien les réalités du terrain !

En passant où est Shabani; seulement malade ? Si vous analysez finement les avis de Moleka (et Shabani), vous verrez qu'ils ne sont pas toujours supeposables à ceux d'un Mubake...
Sinon bien sûr que toute critique permanente, systématique parait peu objective et peu fructueuse comme l'est le culte qu'on peut voir autour de lui!

Pour moi la crise de légitimité est là depuis 2006 même si elle est plus flagrante aujourd'hui; les violations du pouvoir sont quotidiennes, il n'y a aucune ambiguité là dessus ! Et je regrette que l'opposition même l'Udps exploite peu les violations du pouvoir pour les dénoncer plus vigoureusement !
Quant à la "prison" de Tshisekedi c'est la première violiation qu'elle ne peut cesser de dénoncer bien fort jusqu'à sa libération comme elle est la première condition préalable à toute "négociation !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Admin le 30/3/2012, 10:37 pm

Ndonzwau je vous avouerai que je suis ravi de voir "de découvrir" que nos positions ne sont pas si éloignés.

Si vous me permettez... je vous retourne la question. Qu'auriez-vous fait si vous étiez Tshisekedi?

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Troll le 30/3/2012, 11:02 pm

[quote="Admin"]
Maintenant pour revenir à notre sujet ! Ton point 5 "Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital"


Pour un partage du pouvoir,
J'avais dit que sous des conditions dont l'inviolabilité pourrait être garantie par des puissances occidentales (les vrais patrons de Kabila),
… Remarquez que ces négociations veulent un peu dire "négocier avec les puissances occidentales" car elles sont dictées par elles.

Ndenge o lobi mr l´Admn.
Madame Kasavubu le disait entre les lignes: Il faut negocier avec les occidentaux..point besoin de venir en Europe ou aux USA, les ambassadeurs sont á Kin pour cela Like a Star @ heaven
Nous avons affirmé une fois que ceux de l´opposition devraient "associer" et "inclure" les occidentaux dans ce "deal" sous la forme d´un Gouverneur de la Banque Centrale designé par eux, et des généraux de l´OTAN qui peuvent mettre en marche les réformes de l´armée (les deux propositions rendront l´armée "neutre" tout comme la gestion financière "neutre et transparente)
Il faut sans doute inclure la "certification" pour la suite du processus électoral. sunny


Lorsque l'ONU nous dresse le tableau des exactions !
Lorsque l'UE nous dit que ces élections n'étaient pas crédibles !
Quand la presse belge n'a même pas le droit de voir Tshisekedi !

La peur est le commencement de la sagesse..
100 JOURS.. pale Suspect Suspect Suspect

sunny pas de gouvernement, bo zo kamwa te Rolling Eyes Question Ba za na majorité, ba za na pouvoir pe ba chars na balala..mais ba zo koka ko former gouvernement te Suspect

Mr l´Admn likambo oyo, esili nanu te..

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  regarder et bien voir le 30/3/2012, 11:31 pm

[quote="Troll"]
Admin a écrit:
Maintenant pour revenir à notre sujet ! Ton point 5 "Que faire donc aujourd'hui ? C'est notre challenge capital"


Pour un partage du pouvoir,
J'avais dit que sous des conditions dont l'inviolabilité pourrait être garantie par des puissances occidentales (les vrais patrons de Kabila),
… Remarquez que ces négociations veulent un peu dire "négocier avec les puissances occidentales" car elles sont dictées par elles.

Ndenge o lobi mr l´Admn.
Madame Kasavubu le disait entre les lignes: Il faut negocier avec les occidentaux..point besoin de venir en Europe ou aux USA, les ambassadeurs sont á Kin pour cela Like a Star @ heaven
Nous avons affirmé une fois que ceux de l´opposition devraient "associer" et "inclure" les occidentaux dans ce "deal" sous la forme d´un Gouverneur de la Banque Centrale designé par eux, et des généraux de l´OTAN qui peuvent mettre en marche les réformes de l´armée (les deux propositions rendront l´armée "neutre" tout comme la gestion financière "neutre et transparente)
Il faut sans doute inclure la "certification" pour la suite du processus électoral. sunny


Lorsque l'ONU nous dresse le tableau des exactions !
Lorsque l'UE nous dit que ces élections n'étaient pas crédibles !
Quand la presse belge n'a même pas le droit de voir Tshisekedi !

La peur est le commencement de la sagesse..
100 JOURS.. pale Suspect Suspect Suspect

sunny pas de gouvernement, bo zo kamwa te Rolling Eyes Question Ba za na majorité, ba za na pouvoir pe ba chars na balala..mais ba zo koka ko former gouvernement te Suspect

Mr l´Admn likambo oyo, esili nanu te..

C'est exacte, il faudra composer avec les blancs. Les nouveaux opposants doivent exercer tous les dyanmismes certes, mais ils doivent avoir une priorite' speciale celle de convaincre les occidentaux dans leur camp. Au Congo avec toutes nos divisions et egocentrismes, les occidentaux sont encore tres forts et decident sur beaucoup.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 31/3/2012, 2:17 am

ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
link a écrit:Mr nzondwau,

voici peut être un début de réponse:

Assemblée nationale Bureau définitif : la première vice-présidence à l'Opposition !

http://7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=31047:assemblee-nationale-bureau-definitif--la-premiere-vice-presidence-a-lopposition-&catid=23:le-palmares

La disposition a fait grand débat à l'Assemblée nationale. La participation de l'Opposition au bureau définitif de la Chambre basse a été consignée sous forme, de principe clair dans le Règlement intérieur. La stipulation de ce principe voudrait que la représentation au bureau définitif se fasse sur la base du poids de chaque parti sans référence à l'appartenance politique.

Sur cette base, la présidence du bureau définitif doit revenir au parti alignant le plus grand nombre des sièges. La première vice-présidence reviendra ainsi à la deuxième force parlementaire de l'hémicycle et non de la Majorité. Dans l'état actuel des choses, c'est au Pprd et à l'Udps que doit revenir la palme.

Cette répartition des responsabilités sur la base, d'un principe, froid a suscité des vives réactions, au point de faire bloquer la machine parlementaire. Heureusement que le président de la Commission chargée de rédiger le Règlement intérieur a proposé une voie de sortie très sage.

Il appartient désormais à la Cour suprême de justice de départager les protagonistes de la chambre basse du parlement. Car, si tout se passe suivant le principe retenu dans le Règlement intérieur, l'Opposition va se taper la première vice-présidence de l'Assemblée nationale, à travers l'Udps. Elle se tapera aussi le poste stratégique de secrétaire rapporteur à travers le MLC et celui de rapporteur adjoint ou de questeur à travers l'UNC.

Cette ouverture inquiète un grand nombre d'élus de la Majorité. Ceux-ci redoutent un coup de force à mi-parcours de la législature de la part des délégués de l'Opposition à la Chambre basse.

je crois que ce sera un bon mécanisme de contrôle de la gestion de l’État où l'opposition ne fera plus de la figuration mais sera bien plus active. Parce que dans nos pays d’Afrique,c'est important que l'opposition ait toujours son mot à dire.
Mes excuses, Mr Link : je ne sais pourquoi je n'avais lu ni votre pertinente intervention ni ne m'étais enquis sur cette constitution du bureau définitif de l'AN...

Vous avez tout à fait raison selon moi : à lire ce que vous nous affichez là, c'est un bon début de réponse à la constitutionalisation d'une démocratie effective à l'AN et partant dans le pays avec cette officialisation d'une opposition présente à son bureau ! Le branle bas contre de la Majorité (volontiers autocrate) en témoigne !
J'espère juste que la CS avalisera le principe pertinent et bien légitime de l'organisation du bureau au prorata des élus de chaque parti...

Je m'en vais de ce pas consulter tout là dessus et suivrai attentivement le sort que reservera la CS à cette juste proposition...
Compatriotiquement!

"L’Avenir - Assemblée nationale – CSJ :
Le Règlement intérieur passe, Cependant l’article 22 écarté

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=185902&Actualiteit=selected
La Cour suprême de justice vient de déclarer conforme à la Constitution le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Toutefois, son article 22 qui parle de la composition du Bureau a été écarté par les hauts magistrats parce que qualifié de discriminatoire et en violation de l’article 13 de la Constitution.
*Quel résultat attendrait-on d’un Bureau où deux ou trois membres sont de l’opposition ? En réalité, l’opposition aura tendance à freiner le travail, d’autant plus qu’au finish, il appartiendra à la majorité de faire un bilan, et non le contraire. Il est donc sage que ceux qui ont gagné les élections, soit la majorité présidentielle, soit en même temps ceux qui vont gérer le Bureau de l’Assemblée nationale.(...)
Compatrioquement!
"(...)Politique / ROI

Assemblée nationale-CSJ : Le bras de fer évité de justesse », écrit L'Avenir.
Hier à l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le bras de fer a été évité de justesse entre la Chambre basse et la Cour suprême de justice, et ce, au sujet de l’article 22 du projet du Règlement intérieur qui a été rejeté par la Haute cour. Comme il fallait s’y attendre, après le rejet de cet article, il revenait à l’Assemblée nationale de se conformer à cet arrêt, faute de quoi on tomberait facilement en un bras de fer entre les deux Institutions appelées du reste à travailler en parfaite collaboration. Ainsi, sa reformulation permet une représentativité de toutes les forces politiques en présence à l’Assemblée nationale.
De quoi s’agissait-il ?. Voici : tout en déclarant conforme à la Constitution le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale le lundi 26 mars dernier, la Cour suprême de justice avait néanmoins rejeté l’article 22 de ce même Règlement intérieur, parce que jugé discriminatoire et en violation de l’article 13 de la Constitution de la République. Selon l’article 22 du Règlement intérieur, le Bureau devait être constitué des membres issus de la majorité et de l’opposition politique de l’Assemblée nationale. « A cet effet, les groupes parlementaires de l’opposition politique jouissent d’un droit de représentation proportionnelle à leur poids numérique au sein de l’Assemblée nationale, aussi bien au niveau du Bureau que des commissions permanentes … » Cet article a été jugé discriminatoire et en violation de l’article 13 de la Constitution qui stipule : « Aucun Congolais ne peut, en matière d’éducation et d’accès aux fonctions publiques ni en aucune autre matière, faire l’objet d’une mesure discriminatoire, qu’elle résulte de la loi ou d’un acte de l’exécutif, en raison de sa religion, de son origine familiale, de sa condition sociale, de sa résidence, de ses opinions ou de ses convictions politiques, de son appartenance à une race, à une ethnie, à une tribu, à une minorité culturelle ou linguistique ».

Le Potentiel précise à ce sujet : « La plénière de l’Assemblée nationale a adopté l’article 22 de son Règlement intérieur suivant la reformulation proposée par la Cour suprême de justice. La démarche a pour but de conformer cette disposition à la Constitution de la République. «Sans préjudice des dispositions de l’article 23 du présent Règlement intérieur (RI), le bureau est constitué en s’efforçant de reproduire en son sein la configuration de l’Assemblée nationale …» Ainsi est libellé l’article 22 du Règlement intérieur de la Chambre basse du Parlement, adopté en plénière hier jeudi 29 mars. La reformulation de l’article 22 du RI adoptée dans une ambiance de contestation entre députés de la Majorité et ceux de l’Opposition est l’œuvre de la Haute cour. Celle-ci n’a pas trouvé conforme à la Constitution la disposition initiale votée le 16 mars par les élus du peuple. Expliquant l’arrêt rendu par la Cour suprême de justice, le président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale, Timothée Kombo Nkisi, a fait remarquer que la disposition exceptée péchait par son caractère discriminatoire, violant ainsi l’article 13 de la Constitution de la République. «Sans préjudice des dispositions de l’article 22 du présent Règlement intérieur, le bureau est constitué de membres issus de la Majorité et de l’Opposition politique de l’Assemblée nationale…». Timothée Kombo Nkisi n’a pourtant pas réussi à faire passer la proposition du bureau, celle portant précision sur la prise en compte de la Majorité, de l’Opposition et des non inscrits membres de l’Assemblée nationale. Du coup, des voix se sont élevées pour exiger un débat au regard de l’enjeu de cette représentation au bureau définitif. La tension a débouché sur des conciliabules. Le député Jean-Lucien Bussa est revenu à la charge en exigeant la prise en compte des prescrits de la loi portant statut de l’Opposition. Selon lui, la reformulation proposée par le bureau était la meilleure dans la mesure où elle intégrait une contrainte majeure, celle de l’article 11 de la Loi n°07/008 du 4 décembre 2007 portant Statut de l’Opposition politique en RDC. Le député national Lambert Mende Omalanga (CCU/Majorité) s’est voulu rassurant en indiquant que la Majorité prenait l’engagement de respecter la configuration de l’Assemblée nationale au sein du bureau de cette institution. Intervention qui a eu l’avantage de mettre fin à la surchauffe observée. »

Les députés ont adopté l’article 22 de ce règlement qui posait problème. Cet article stipule à présent que « le bureau définitif est constitué en s’efforçant de reproduire en son sein la configuration politique de l’Assemblée nationale ». Une innovation qui ouvre le bureau aux indépendants et aux non alignés. (Radio Okapi)

(Le problème que pose toujours et partout la composition du Bureau, c’est de parvenir à représenter la diversité d’une assemblée nombreuse dans un ensemble beaucoup plus petit. Le casse-tête est d’autant plus difficile à résoudre que l’Assemblée est fractionnée en multiples petits groupes et comporte de nombreux « électrons libres », ce qui est le cas de l’actuel Parlement de RDC. Mini-partis et indépendants y pullulent. Il ne faut pas oublier non plus que les députés UDPS qui siègent sont menacés de se retrouver « indépendants » si leur parti les expulse. Une solution fréquemment utilisée dans d’autre Parlements est de regrouper mini-partis et indépendants en un « groupe technique ». C’est peut-être à cela que songeait Lambert Mende.NdlR)


Au chapitre du « comique politique », il faut signaler que Tryphon Kin Kiey Mulumba, aujourd’hui député de la MP, a fait une violente sortie sur les ondes de Radio Okapi contre la présence au bureau des indépendants et non-alignés. Cela ne manque pas de sel quand on se rappelle que l’Honorable Tryphon a commencé sa carrière politique, en 2006, comme… député indépendant(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=185984&Actualiteit=selected

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Troll le 31/3/2012, 11:20 am

[quote="Admin"]



Un sénateur au pays me confiait dernièrement que le pouvoir cherche à aller vite dans la normalisation car la psychose de la crise peut à tout moment faire exploser le peuple, il veulent vite qu'on revienne au temps où Werrason et JB remplissaient les stades, histoire de dormir le peuple me disait-il.

Mais Admn

Beta lisolo ya Wera, JB, Koffi et les autres á qui on interdit de jouer maintenant dans les stades par "peur" d´une révolution affraid affraid
Ces pauvres musiciens avaient fait un mauvais choix..

Depuis 100 jours, ils ne peuvent même plus se produire et gagner de l´argent dans un stade á Kin..ils ne peuvent plua venir en Europe où le radicalisme des combattants n´est pas negociable..

Beta lisolo oyo..

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  congolaisdebout le 31/3/2012, 4:43 pm

Chers compatriotes,
Je passe parfois lire vos nombreuses et souvent instructives contributions sur ce forum. Il est émouvant de constater comme nous aimons tous, envers et contre tout, malgré nos divergences, notre cher Congo. Il est vrai que je participe peu au forum, faute de temps et aussi, car je préfère essayer d’influer autrement sur la situation actuelle.

Mais, à la question de savoir que faire maintenant ? Je vais contribuer au débat en répondant humblement ceci :

Dans le cas de Tshisekedi. Il n’a pas l’impérium et dans le contexte actuel, attendra longtemps pour l’avoir. C’est illusoire de croire en un changement de cap si les conditions actuelles sont maintenues. Il faut donc créer les conditions d’un chamboulement du rapport des forces. Ainsi, je pense que le Vieux Tshikas devrait reconnaître que même s’il se considère comme le gagnant aux élections (et, tout porte à croire que tel fut le cas), le système et les institutions en place aujourd’hui ne permettent pas de voir éclore la vérité des urnes suite aux élections de novembre 2011 (Présidentielles et Législatives). Donc, cela ne sert à rien de se vautrer dans une fonction hypothétique de « Président élu » car, il a (un peu naïvement ???) participé à des élections dans un système corrompu, il s’est fait avoir et doit reconnaitre le fait que selon les règles du système en place, il n’est pas le gagnant car un autre a été déclaré élu officiellement. Maintenant, tout en continuant à critiquer le caractère non véridique des résultats officiels des élections, il doit changer de stratégie.
Ainsi, sans se prononcer directement, Tshisekedi doit identifier quelques uns de ses proches alliés et collaborateurs (pas plus de 3 personnes) qui vont annoncer une volonté de dialogue avec le pouvoir en place mais sans engager directement Tshisekedi en première ligne, dans un premier temps. Le discours à tenir doit être +ou- celui-ci : En nous basant sur la réalité du terrain et des rapports des forces internes et externes, même si nous ne sommes pas d’accord avec les résultats officiels des élections (comme plusieurs observateurs crédibles d’ailleurs), nous devons reconnaitre la situation de fait. Nous disons donc que le Chef de l’État actuel, celui qui a l’impérium est un usurpateur et nous sommes en fait dans une dictature.
Mais, comme nous voulons avant tout le bien de notre peuple et, en tant que proches du leader national Tshisekedi (et Président réellement élu), nous sommes conscients des intérêts suprêmes de notre Nation et sommes donc prêts à les favoriser coûte que coûte.
Ainsi, nous sommes disposés, sous conditions, à entamer des négociations avec le pouvoir en place pour sortir de cette impasse et redonner un peu d’espoir d’un avenir meilleur à notre peuple. Si les conditions préalables à tout début de négociations sont remplies, nous nous engageons à obtenir le ok de Tshisekedi pour des négociations formelles et globales. Les conditions préalables sont les suivantes :

1)La libération de tous les prisonniers politiques ou d’opinion dont X, Y, Z (cités des noms)

2)La fin de la mise en résidence surveillée de fait du Président Tshisekedi

3) La garantie par la MONUSCO de la sécurité de Tshesekedi à travers un détachement mixte « Monusco/Police Nationale Congolaise »

4)L’identification par le Chef de l’État actuel de personnalités mandatées pour entamer d’éventuelles négociations formelles et globales avec Tshisekedi.

5) La libération des médias d’État dont le RTNC pour donner la place à l’expression de la pluralité des opinions dont, celle émise par Tshisekedi et son camp.
6)La non obstruction des déplacements internes et externes des leaders de l’opposition.

7)La dissolution de la CENI en vue de la mise en place prochaine, après les négociations, d’une nouvelle structure avec un mode de fonctionnement revu en tenant compte des carences constatées lors des dernières élections.

8)L’implication de la Monusco comme garants avec l’UA durant les futures négociations qui devront se tenir en RDC. Comme facilitateurs, inclure des représentants des communautés religieuses dont la CENCO et des représentants des USA-UE et Belgique, Angola et Afrique du Sud.
Nous lançons un appel à la communauté africaine et internationale et aux dirigeants des communautés religieuses du pays, pour qu’elles pèsent de tout leur poids en vue de forcer le pouvoir actuel à entrer dans la voie de négociations sincères.


Si le pouvoir accède à ces conditions préalables, les négociations pourront commencer sans tabou. Elles devront essentiellement se concentrer sur la meilleure manière de crédibiliser les prochaines élections locales (nouvelle CENI), d’assurer dorénavant une gouvernance plus vertueuses du pays avec des postes clés entre les mains de personnalités crédibles et non partisanes (ex. : l’ancien Ministre Matungulu ou un autre à la tête de la Banque Centrale), d’accélérer la reforme de l’Armée et des services de sécurité pour les rendre plus républicains et plus professionnels, de la Justice aussi, etc.
Tshisekedi et son camp n’entreraient pas forcement dans un Gouvernement après les négociations mais, ils encourageraient l’entrée de personnalités crédibles et réputées non partisanes pour assumer quelques postes clés (l’exemple du poste de Gouverneur de la BCC).

Au niveau du Parlement, ceux des députés de l’UDPS et alliés qui y siègent seront libres de continuer à le faire et, pourront essayer d’y jouer un rôle positif pour l’intérêt du pays.

En attendant la tenue des élections locales auxquelles l’UDPS va participer avec ses alliés, leur rôle entretemps, se limitera à exercer une opposition constructive dans le cadre d’une vigilance à observer sur l’exécution par le Gouvernement des recommandations issues des négociations et qui toucheront plusieurs domaines de la vie nationale. Ces recommandations seront contenues dans un document signé par JOKA et Tshisekedi et seront exécutoires (si besoin, l’Assemblée devra voter des lois pour faciliter la prise en compte de certaines recommandations). En échange, Tshisekedi acceptera le pouvoir de fait et jouera un rôle d’opposition constructive mais intransigeante sur les principes notamment démocratiques et de justice.

Si par contre, le pouvoir refuse de réaliser ces préalables aux négociations, alors, Tshisekedi devra s’adresser solennellement à la Nation et prendre la communauté africaine et internationale à témoin et déclarer que désormais, par tous les moyens, il s’engage à lutter contre le régime en place et appelle tous les patriotes à mettre fin au pouvoir dictatorial qui dirige la RDC. Il a , comme on l’aura vu, tout essayé pour parvenir à un compromis sans compromissions mais, le pouvoir en place est manifestement autiste. L’avenir de notre Nation étant en jeux, il n’a plus le choix que de s’engager sur tous les fronts. Même s’il doit y laisser sa vie, advienne que pourra. Que tous les patriotes, notamment ceux qui sont encore actifs au sein des institutions se déterminent et s’activent pour mettre hors d’État de nuire ce régime dictatorial. Ce sera alors le temps du combat final, sur tous les fronts.

Ceci est mon avis en quelques lignes, ce n’est qu’une ébauche perfectible d’un plan d’action de sortie éventuelle du statu quo. Son but est de proposer une piste de solution pour le bien du pays, une solution opérationnelle et aussi, cette approche permettra de faire taire ceux qui pensent que rien de constructif ne peut venir du camp Tshisekedi qui, pour eux, reste juste radical et jusqu’au-boutiste.

Il faut s’avoir évoluer, s’adapter au contexte mais sans perdre son âme. D'autres grands leaders l'ont fait. Ici, l’essentiel est de mesurer à quel point le peuple souffre tant, que notre pays est descendu plus bas que terre, que toute amélioration est donc la bienvenue mais, dans le sens de faire des petits pas progressifs pour parvenir à un meilleur Congo demain.


Commençons donc dès maintenant, avec tous les fils et les filles de bonne volonté, à oeuvrer pour que des petits pas dans la bonne direction soient faits et que ces avancées deviennent quasi irréversibles.

Pour ce qui est des élections présidentielles et législatives, tirons les leçons de 2011 et, en améliorant déjà le système lors des élections locales à venir, préparons-nous sérieusement pour 2016 afin de ne plus se faire avoir. 5 ans, ça passe assez vite, le camp Tshisekedi peut profiter de ce nouveau contexte, après les négociations donc, pour mieux se structurer, identifier les nouveaux leaders, organiser un congrès du renouveau et bâtir des alliances à long terme avec d’autres partis pour ratisser large et présenter dans 5 ans un programme complet à la Nation, avec des leaders qui auront eu le temps de bien se faire connaître du peuple et de préparer sérieusement le futur programme de gouvernement pour le renouveau du Congo. Tshisekedi, dans 5 ans ne sera probablement pas en mesure d’être candidat à la Présidence mais, il aura ainsi balisé le terrain, dans les principes mais aussi dans la pratique, pour donner au peuple des nouveaux leaders très engagés mais surtout, dotés d’un programme bien préparé pour gouvernement autrement et mieux ce pays. Ce sera le dernier acte majeur que fera le Vieux Tshikas pour laisser au pays un héritage important mais surtout utile pour l’avenir, non pas simplement dans les symboles mais, dans la pratique, avec des hommes et des femmes plus jeunes qu’il aura mis en orbite pour diriger demain et relever le Congo!.

Au plaisir de lire vos réactions.

Salut patriotique,
CD

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Admin le 31/3/2012, 5:27 pm

Congolaisdebout,

Je pense honnêtement que vous a donné la meilleure proposition car objective, réaliste et surtout réfléchie.

Merci!

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  KOTA le 31/3/2012, 7:19 pm

CONGOLAIS DEBOUT,

EN FIN DES COMPTES, LES NEGOCIATIONS SERVIRAIENT A QUOI, A PART RECONNAITRE KANMBE COMME PRESIDENT?



A QUOI BON ENTAMER UNE NEGOCIATION - TELLE QUE VOUS LA PREFIGUREZ - ALORS QUE SON ABOUTISSEMENT SERAIT - CONCRETEMENT - RECONNAITRE UN POUVOIR ILLEGITIME ET SE POSITIONNER COMME OPPOSITION EXTRA-INSTITUTIONNELLE?

FRANCHEMENT, SI CELA DOIT ETRE LE CADRE DE NEGOCIATION, CA NE SERVIRAIT A RIEN DE NEGOCIER...Cool

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Libre Examen le 31/3/2012, 8:33 pm

congolaisdebout a écrit:Chers compatriotes,
Je passe parfois lire vos nombreuses et souvent instructives contributions sur ce forum. Il est émouvant de constater comme nous aimons tous, envers et contre tout, malgré nos divergences, notre cher Congo. Il est vrai que je participe peu au forum, faute de temps et aussi, car je préfère essayer d’influer autrement sur la situation actuelle.

Mais, à la question de savoir que faire maintenant ? Je vais contribuer au débat en répondant humblement ceci :

Dans le cas de Tshisekedi. Il n’a pas l’impérium et dans le contexte actuel, attendra longtemps pour l’avoir. C’est illusoire de croire en un changement de cap si les conditions actuelles sont maintenues. Il faut donc créer les conditions d’un chamboulement du rapport des forces. Ainsi, je pense que le Vieux Tshikas devrait reconnaître que même s’il se considère comme le gagnant aux élections (et, tout porte à croire que tel fut le cas), le système et les institutions en place aujourd’hui ne permettent pas de voir éclore la vérité des urnes suite aux élections de novembre 2011 (Présidentielles et Législatives). Donc, cela ne sert à rien de se vautrer dans une fonction hypothétique de « Président élu » car, il a (un peu naïvement ???) participé à des élections dans un système corrompu, il s’est fait avoir et doit reconnaitre le fait que selon les règles du système en place, il n’est pas le gagnant car un autre a été déclaré élu officiellement. Maintenant, tout en continuant à critiquer le caractère non véridique des résultats officiels des élections, il doit changer de stratégie.
Ainsi, sans se prononcer directement, Tshisekedi doit identifier quelques uns de ses proches alliés et collaborateurs (pas plus de 3 personnes) qui vont annoncer une volonté de dialogue avec le pouvoir en place mais sans engager directement Tshisekedi en première ligne, dans un premier temps. Le discours à tenir doit être +ou- celui-ci : En nous basant sur la réalité du terrain et des rapports des forces internes et externes, même si nous ne sommes pas d’accord avec les résultats officiels des élections (comme plusieurs observateurs crédibles d’ailleurs), nous devons reconnaitre la situation de fait. Nous disons donc que le Chef de l’État actuel, celui qui a l’impérium est un usurpateur et nous sommes en fait dans une dictature.
Mais, comme nous voulons avant tout le bien de notre peuple et, en tant que proches du leader national Tshisekedi (et Président réellement élu), nous sommes conscients des intérêts suprêmes de notre Nation et sommes donc prêts à les favoriser coûte que coûte.
Ainsi, nous sommes disposés, sous conditions, à entamer des négociations avec le pouvoir en place pour sortir de cette impasse et redonner un peu d’espoir d’un avenir meilleur à notre peuple. Si les conditions préalables à tout début de négociations sont remplies, nous nous engageons à obtenir le ok de Tshisekedi pour des négociations formelles et globales. Les conditions préalables sont les suivantes :

1)La libération de tous les prisonniers politiques ou d’opinion dont X, Y, Z (cités des noms)

2)La fin de la mise en résidence surveillée de fait du Président Tshisekedi

3) La garantie par la MONUSCO de la sécurité de Tshesekedi à travers un détachement mixte « Monusco/Police Nationale Congolaise »

4)L’identification par le Chef de l’État actuel de personnalités mandatées pour entamer d’éventuelles négociations formelles et globales avec Tshisekedi.

5) La libération des médias d’État dont le RTNC pour donner la place à l’expression de la pluralité des opinions dont, celle émise par Tshisekedi et son camp.
6)La non obstruction des déplacements internes et externes des leaders de l’opposition.

7)La dissolution de la CENI en vue de la mise en place prochaine, après les négociations, d’une nouvelle structure avec un mode de fonctionnement revu en tenant compte des carences constatées lors des dernières élections.

8)L’implication de la Monusco comme garants avec l’UA durant les futures négociations qui devront se tenir en RDC. Comme facilitateurs, inclure des représentants des communautés religieuses dont la CENCO et des représentants des USA-UE et Belgique, Angola et Afrique du Sud.
Nous lançons un appel à la communauté africaine et internationale et aux dirigeants des communautés religieuses du pays, pour qu’elles pèsent de tout leur poids en vue de forcer le pouvoir actuel à entrer dans la voie de négociations sincères.


Si le pouvoir accède à ces conditions préalables, les négociations pourront commencer sans tabou. Elles devront essentiellement se concentrer sur la meilleure manière de crédibiliser les prochaines élections locales (nouvelle CENI), d’assurer dorénavant une gouvernance plus vertueuses du pays avec des postes clés entre les mains de personnalités crédibles et non partisanes (ex. : l’ancien Ministre Matungulu ou un autre à la tête de la Banque Centrale), d’accélérer la reforme de l’Armée et des services de sécurité pour les rendre plus républicains et plus professionnels, de la Justice aussi, etc.
Tshisekedi et son camp n’entreraient pas forcement dans un Gouvernement après les négociations mais, ils encourageraient l’entrée de personnalités crédibles et réputées non partisanes pour assumer quelques postes clés (l’exemple du poste de Gouverneur de la BCC).

Au niveau du Parlement, ceux des députés de l’UDPS et alliés qui y siègent seront libres de continuer à le faire et, pourront essayer d’y jouer un rôle positif pour l’intérêt du pays.

En attendant la tenue des élections locales auxquelles l’UDPS va participer avec ses alliés, leur rôle entretemps, se limitera à exercer une opposition constructive dans le cadre d’une vigilance à observer sur l’exécution par le Gouvernement des recommandations issues des négociations et qui toucheront plusieurs domaines de la vie nationale. Ces recommandations seront contenues dans un document signé par JOKA et Tshisekedi et seront exécutoires (si besoin, l’Assemblée devra voter des lois pour faciliter la prise en compte de certaines recommandations). En échange, Tshisekedi acceptera le pouvoir de fait et jouera un rôle d’opposition constructive mais intransigeante sur les principes notamment démocratiques et de justice.

Si par contre, le pouvoir refuse de réaliser ces préalables aux négociations, alors, Tshisekedi devra s’adresser solennellement à la Nation et prendre la communauté africaine et internationale à témoin et déclarer que désormais, par tous les moyens, il s’engage à lutter contre le régime en place et appelle tous les patriotes à mettre fin au pouvoir dictatorial qui dirige la RDC. Il a , comme on l’aura vu, tout essayé pour parvenir à un compromis sans compromissions mais, le pouvoir en place est manifestement autiste. L’avenir de notre Nation étant en jeux, il n’a plus le choix que de s’engager sur tous les fronts. Même s’il doit y laisser sa vie, advienne que pourra. Que tous les patriotes, notamment ceux qui sont encore actifs au sein des institutions se déterminent et s’activent pour mettre hors d’État de nuire ce régime dictatorial. Ce sera alors le temps du combat final, sur tous les fronts.

Ceci est mon avis en quelques lignes, ce n’est qu’une ébauche perfectible d’un plan d’action de sortie éventuelle du statu quo. Son but est de proposer une piste de solution pour le bien du pays, une solution opérationnelle et aussi, cette approche permettra de faire taire ceux qui pensent que rien de constructif ne peut venir du camp Tshisekedi qui, pour eux, reste juste radical et jusqu’au-boutiste.

Il faut s’avoir évoluer, s’adapter au contexte mais sans perdre son âme. D'autres grands leaders l'ont fait. Ici, l’essentiel est de mesurer à quel point le peuple souffre tant, que notre pays est descendu plus bas que terre, que toute amélioration est donc la bienvenue mais, dans le sens de faire des petits pas progressifs pour parvenir à un meilleur Congo demain.


Commençons donc dès maintenant, avec tous les fils et les filles de bonne volonté, à oeuvrer pour que des petits pas dans la bonne direction soient faits et que ces avancées deviennent quasi irréversibles.

Pour ce qui est des élections présidentielles et législatives, tirons les leçons de 2011 et, en améliorant déjà le système lors des élections locales à venir, préparons-nous sérieusement pour 2016 afin de ne plus se faire avoir. 5 ans, ça passe assez vite, le camp Tshisekedi peut profiter de ce nouveau contexte, après les négociations donc, pour mieux se structurer, identifier les nouveaux leaders, organiser un congrès du renouveau et bâtir des alliances à long terme avec d’autres partis pour ratisser large et présenter dans 5 ans un programme complet à la Nation, avec des leaders qui auront eu le temps de bien se faire connaître du peuple et de préparer sérieusement le futur programme de gouvernement pour le renouveau du Congo. Tshisekedi, dans 5 ans ne sera probablement pas en mesure d’être candidat à la Présidence mais, il aura ainsi balisé le terrain, dans les principes mais aussi dans la pratique, pour donner au peuple des nouveaux leaders très engagés mais surtout, dotés d’un programme bien préparé pour gouvernement autrement et mieux ce pays. Ce sera le dernier acte majeur que fera le Vieux Tshikas pour laisser au pays un héritage important mais surtout utile pour l’avenir, non pas simplement dans les symboles mais, dans la pratique, avec des hommes et des femmes plus jeunes qu’il aura mis en orbite pour diriger demain et relever le Congo!.

Au plaisir de lire vos réactions.

Salut patriotique,
CD
congolaisdebout,

Joseph Kabila a tout ce qu'il faut pour travailler dans l'INTERET SUPERIEUR du Congo sans Tshisekedi. Qu'il le fasse et nous lui en saurons gré.

Pourquoi tient-on, pourquoi veut-on absolument voir Tshisekedi avaliser la tricheire ? Serait-ce là encore une de ces occasions ratées que Tshisekdi ne veut pas saisir comme certains ne cessent de l'évoquer à la moindre occasion ?

Eh bien toutes ces occasions ratées par Tshisekedi ont toujours été saisies par d'autres Congolais au nom toujours de l'INTERET SUPERIEUR du Congo. Nous avons toujours insisté pour que l'on nous dise ce que ces Congolais ont fait de ces occasions par Tshisekdei et qu'ils ont saisies sans qu'on nous y réponde.

Que l'on nous fasse donc pas croire que les choses ne marchent pas parce que Tshisekedi refuse d'avaliser des élections qu'il juge frauduleuse, parce que Tshisekedi refuse de se corrompre.

Congolais debout, ça pourrait être un mot d'ordre.

Qu'il soit donc entendu de tous : Tshisekedi n'empêche en rien Joseph Kabila de travailler pour l'intérêt supérieur de la nation. C'est faux de présenter les choses de cette façon.




Dernière édition par Libre Examen le 31/3/2012, 9:51 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Troll le 31/3/2012, 8:53 pm



Mister Kota

Prenez votre temps pour nous aider á comprendre le sens et le but ultime des negociations quand la fraude est reconnue par tous
Croyez-vous sincerement qu´on peut recommencer les élections? Même Tshitshi n´opte pas pour cette option..
Croyez-vous qu´on peut annuler la pretation de serment de Joseph et recommencer avec une autre de Tshitshi devant la CSJ ?

Soyez realiste en nous aidant á comprendre...le sens des negociations au Congo et surtout le but ultime..sans oublier les possibilités réelles d´atteindre ce but

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  regarder et bien voir le 31/3/2012, 10:17 pm

congolaisdebout a écrit:Chers compatriotes,
Je passe parfois lire vos nombreuses et souvent instructives contributions sur ce forum. Il est émouvant de constater comme nous aimons tous, envers et contre tout, malgré nos divergences, notre cher Congo. Il est vrai que je participe peu au forum, faute de temps et aussi, car je préfère essayer d’influer autrement sur la situation actuelle.

Mais, à la question de savoir que faire maintenant ? Je vais contribuer au débat en répondant humblement ceci :

Dans le cas de Tshisekedi. Il n’a pas l’impérium et dans le contexte actuel, attendra longtemps pour l’avoir. C’est illusoire de croire en un changement de cap si les conditions actuelles sont maintenues. Il faut donc créer les conditions d’un chamboulement du rapport des forces. Ainsi, je pense que le Vieux Tshikas devrait reconnaître que même s’il se considère comme le gagnant aux élections (et, tout porte à croire que tel fut le cas), le système et les institutions en place aujourd’hui ne permettent pas de voir éclore la vérité des urnes suite aux élections de novembre 2011 (Présidentielles et Législatives). Donc, cela ne sert à rien de se vautrer dans une fonction hypothétique de « Président élu » car, il a (un peu naïvement ???) participé à des élections dans un système corrompu, il s’est fait avoir et doit reconnaitre le fait que selon les règles du système en place, il n’est pas le gagnant car un autre a été déclaré élu officiellement. Maintenant, tout en continuant à critiquer le caractère non véridique des résultats officiels des élections, il doit changer de stratégie.
Ainsi, sans se prononcer directement, Tshisekedi doit identifier quelques uns de ses proches alliés et collaborateurs (pas plus de 3 personnes) qui vont annoncer une volonté de dialogue avec le pouvoir en place mais sans engager directement Tshisekedi en première ligne, dans un premier temps. Le discours à tenir doit être +ou- celui-ci : En nous basant sur la réalité du terrain et des rapports des forces internes et externes, même si nous ne sommes pas d’accord avec les résultats officiels des élections (comme plusieurs observateurs crédibles d’ailleurs), nous devons reconnaitre la situation de fait. Nous disons donc que le Chef de l’État actuel, celui qui a l’impérium est un usurpateur et nous sommes en fait dans une dictature.
Mais, comme nous voulons avant tout le bien de notre peuple et, en tant que proches du leader national Tshisekedi (et Président réellement élu), nous sommes conscients des intérêts suprêmes de notre Nation et sommes donc prêts à les favoriser coûte que coûte.
Ainsi, nous sommes disposés, sous conditions, à entamer des négociations avec le pouvoir en place pour sortir de cette impasse et redonner un peu d’espoir d’un avenir meilleur à notre peuple. Si les conditions préalables à tout début de négociations sont remplies, nous nous engageons à obtenir le ok de Tshisekedi pour des négociations formelles et globales. Les conditions préalables sont les suivantes :

1)La libération de tous les prisonniers politiques ou d’opinion dont X, Y, Z (cités des noms)

2)La fin de la mise en résidence surveillée de fait du Président Tshisekedi

3) La garantie par la MONUSCO de la sécurité de Tshesekedi à travers un détachement mixte « Monusco/Police Nationale Congolaise »

4)L’identification par le Chef de l’État actuel de personnalités mandatées pour entamer d’éventuelles négociations formelles et globales avec Tshisekedi.

5) La libération des médias d’État dont le RTNC pour donner la place à l’expression de la pluralité des opinions dont, celle émise par Tshisekedi et son camp.
6)La non obstruction des déplacements internes et externes des leaders de l’opposition.

7)La dissolution de la CENI en vue de la mise en place prochaine, après les négociations, d’une nouvelle structure avec un mode de fonctionnement revu en tenant compte des carences constatées lors des dernières élections.

8)L’implication de la Monusco comme garants avec l’UA durant les futures négociations qui devront se tenir en RDC. Comme facilitateurs, inclure des représentants des communautés religieuses dont la CENCO et des représentants des USA-UE et Belgique, Angola et Afrique du Sud.
Nous lançons un appel à la communauté africaine et internationale et aux dirigeants des communautés religieuses du pays, pour qu’elles pèsent de tout leur poids en vue de forcer le pouvoir actuel à entrer dans la voie de négociations sincères.


Si le pouvoir accède à ces conditions préalables, les négociations pourront commencer sans tabou. Elles devront essentiellement se concentrer sur la meilleure manière de crédibiliser les prochaines élections locales (nouvelle CENI), d’assurer dorénavant une gouvernance plus vertueuses du pays avec des postes clés entre les mains de personnalités crédibles et non partisanes (ex. : l’ancien Ministre Matungulu ou un autre à la tête de la Banque Centrale), d’accélérer la reforme de l’Armée et des services de sécurité pour les rendre plus républicains et plus professionnels, de la Justice aussi, etc.
Tshisekedi et son camp n’entreraient pas forcement dans un Gouvernement après les négociations mais, ils encourageraient l’entrée de personnalités crédibles et réputées non partisanes pour assumer quelques postes clés (l’exemple du poste de Gouverneur de la BCC).

Au niveau du Parlement, ceux des députés de l’UDPS et alliés qui y siègent seront libres de continuer à le faire et, pourront essayer d’y jouer un rôle positif pour l’intérêt du pays.

En attendant la tenue des élections locales auxquelles l’UDPS va participer avec ses alliés, leur rôle entretemps, se limitera à exercer une opposition constructive dans le cadre d’une vigilance à observer sur l’exécution par le Gouvernement des recommandations issues des négociations et qui toucheront plusieurs domaines de la vie nationale. Ces recommandations seront contenues dans un document signé par JOKA et Tshisekedi et seront exécutoires (si besoin, l’Assemblée devra voter des lois pour faciliter la prise en compte de certaines recommandations). En échange, Tshisekedi acceptera le pouvoir de fait et jouera un rôle d’opposition constructive mais intransigeante sur les principes notamment démocratiques et de justice.

Si par contre, le pouvoir refuse de réaliser ces préalables aux négociations, alors, Tshisekedi devra s’adresser solennellement à la Nation et prendre la communauté africaine et internationale à témoin et déclarer que désormais, par tous les moyens, il s’engage à lutter contre le régime en place et appelle tous les patriotes à mettre fin au pouvoir dictatorial qui dirige la RDC. Il a , comme on l’aura vu, tout essayé pour parvenir à un compromis sans compromissions mais, le pouvoir en place est manifestement autiste. L’avenir de notre Nation étant en jeux, il n’a plus le choix que de s’engager sur tous les fronts. Même s’il doit y laisser sa vie, advienne que pourra. Que tous les patriotes, notamment ceux qui sont encore actifs au sein des institutions se déterminent et s’activent pour mettre hors d’État de nuire ce régime dictatorial. Ce sera alors le temps du combat final, sur tous les fronts.

Ceci est mon avis en quelques lignes, ce n’est qu’une ébauche perfectible d’un plan d’action de sortie éventuelle du statu quo. Son but est de proposer une piste de solution pour le bien du pays, une solution opérationnelle et aussi, cette approche permettra de faire taire ceux qui pensent que rien de constructif ne peut venir du camp Tshisekedi qui, pour eux, reste juste radical et jusqu’au-boutiste.

Il faut s’avoir évoluer, s’adapter au contexte mais sans perdre son âme. D'autres grands leaders l'ont fait. Ici, l’essentiel est de mesurer à quel point le peuple souffre tant, que notre pays est descendu plus bas que terre, que toute amélioration est donc la bienvenue mais, dans le sens de faire des petits pas progressifs pour parvenir à un meilleur Congo demain.


Commençons donc dès maintenant, avec tous les fils et les filles de bonne volonté, à oeuvrer pour que des petits pas dans la bonne direction soient faits et que ces avancées deviennent quasi irréversibles.

Pour ce qui est des élections présidentielles et législatives, tirons les leçons de 2011 et, en améliorant déjà le système lors des élections locales à venir, préparons-nous sérieusement pour 2016 afin de ne plus se faire avoir. 5 ans, ça passe assez vite, le camp Tshisekedi peut profiter de ce nouveau contexte, après les négociations donc, pour mieux se structurer, identifier les nouveaux leaders, organiser un congrès du renouveau et bâtir des alliances à long terme avec d’autres partis pour ratisser large et présenter dans 5 ans un programme complet à la Nation, avec des leaders qui auront eu le temps de bien se faire connaître du peuple et de préparer sérieusement le futur programme de gouvernement pour le renouveau du Congo. Tshisekedi, dans 5 ans ne sera probablement pas en mesure d’être candidat à la Présidence mais, il aura ainsi balisé le terrain, dans les principes mais aussi dans la pratique, pour donner au peuple des nouveaux leaders très engagés mais surtout, dotés d’un programme bien préparé pour gouvernement autrement et mieux ce pays. Ce sera le dernier acte majeur que fera le Vieux Tshikas pour laisser au pays un héritage important mais surtout utile pour l’avenir, non pas simplement dans les symboles mais, dans la pratique, avec des hommes et des femmes plus jeunes qu’il aura mis en orbite pour diriger demain et relever le Congo!.

Au plaisir de lire vos réactions.

Salut patriotique,
CD

Monsieur je crois que je t'ai deja fait l'observation qu'il faut parler de grandes lignes d'actions et pas du tout de petits details. Dans ce sens il y a un compatriote, Vununu, qui a parle' ce que tu dis mais le sien d'une maniere politiquement correcte et realiste: http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t5608-kabila-doit-eviter-l-erreur-fatale

En te lisant c'est comme si tu me disais de prendre de medicament pour mon soin(on s'arrette la`), mais ce n'est pas realiste de me preciser la couleur de gobelet dans lequel il faut prendre de l'eau, boire le medicament dans la cuisine ou au salon, le boire debout ou assis. C'est mieux que tu me dises seulement bois de medicament, la maniere de le faire deprendra de moi(c'est un peu ca la presentation de tes ecrits). Tu as ecrit exactement ce que ce compatriote a dit, mais le sien est presente' comme un article avec de grandes lignees d'actions, c'est comme ca qu'on fait de proposition en politique, je l'ai apprecie'.

En bref, ce que toi et ce compatriote nous dit est que le vin est deja tire', il faut le boire, il reste maintenant a` l'opposition d'accepter les realites, de s'assembler, de travailler dynamiquement, et en ayant de la malice ou dans un bon terme de tactique; et ce n'est qu'avec ceci qu'on pourra esperer quelque chose de mieux au prochain mandat.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 31/3/2012, 10:27 pm

congolaisdebout a écrit:Chers compatriotes,
Je passe parfois lire vos nombreuses et souvent instructives contributions sur ce forum. Il est émouvant de constater comme nous aimons tous, envers et contre tout, malgré nos divergences, notre cher Congo. Il est vrai que je participe peu au forum, faute de temps et aussi, car je préfère essayer d’influer autrement sur la situation actuelle.

Mais, à la question de savoir que faire maintenant ? Je vais contribuer au débat en répondant humblement ceci :

Dans le cas de Tshisekedi. Il n’a pas l’impérium et dans le contexte actuel, attendra longtemps pour l’avoir. C’est illusoire de croire en un changement de cap si les conditions actuelles sont maintenues. Il faut donc créer les conditions d’un chamboulement du rapport des forces. Ainsi, je pense que le Vieux Tshikas devrait (............................................................................................................)

Au plaisir de lire vos réactions.

Salut patriotique,
CD
Cher CD,

C'est comme si vous me l'arrachez de la bouche mais en plus avec votre sens du détail, votre proposition ressemble beaucoup à mon préambule à ce sujet (en passant c'est ce que je voulais répondre à Wilco : avant, de m'embarquer à faire d'autres additifs, je voulais l'inviter à relire mon introduction car elle me semblaait déjà représenter une bonne réponse...) !

Mr CD a eu sa sagesse et sa perspicacité habituelles pour prévoir la suite : que faire si le pouvoir ne souscrit aux conditions essentielles posées par l'opposition ?
J'y avais pensé et a peu près dans les mêmes termes. seulement à tort j'avais cru que cela méritait quelque discrétion : mais à lire Mr CD, je me rends compte qu'il n'y a rien là d'un secret-défense !
Largement d'accord avec vous et toutes mes félicitations pour votre proposition détaillée, cher ami CD !

Il reste un point sur lequel j'ai une proposition parallèle : la nécessité des garanties extérieures pour assurer la bonne conformité d'un contrat est indiscutable mais honnêtement je ne vois pas malgré sa bonne volonté et son respect possibles pour sa parole et la lettre dans ce cas, la Monusco bien remplir ce rôle ! Oui pour la sécurité de Tshisekedi ayant des moyens pour sur place mais bien reservé pour la régulation d'un éventuel contrat ! Son passé quasi-complice avec le pouvoir et les mauvaises relations par exemple d'un Meece avec Tshikedi plaident contre malgré sa présence officielle au pays en tant qu'organe de l'Onu !
Moi j'avais pensé à une institution parallèle assez légère de la CI d'appui à la démocratie, un peu un mini CIAT qui aurait les pouvoirs officiels et dont la composition serait discutée entre opposition et majorité; d'ailleurs un peu dans le sens de la volonté et de l'appel qu'avait lancé Tshisekedi au lendemain des élections en invitant la CI à venir nous aider à regler la crise !

A plus pour d'autres échanges; je relirai un peu mieux vos propositions entre-temps !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Libre Examen le 3/4/2012, 12:46 am

lino a écrit:Tshisekedi sollicite le soutien financier des con battants via un guichet unique....
bobanda kotinda mbongo mensuellement au lieu de blablater bêtement et de marcher inutilement .
ça va vous aider à réfléchir sur l'issue de votre combat utopique...



J'ai fait ma contribution et on m'a renvoyé des coordonnées pour que je puisse entrer sur le site et vérifié que ma contribution a été bien reçue. Ca donne confiance. La réponse est signee Tshisekedi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 15/4/2012, 11:28 pm

"BOURRAGES DES URNES ET FRAUDES ÉLECTORALES EN RD CONGO.
ET APRES ?


° http://www.cheikfitanews.net/article-bourrages-des-urnes-et-fraudes-electorales-en-rd-congo-et-apres-103329212.html
Une conférence de presse sur les dernières élections chahutées en RD Congo, s’est tenue le jeudi 12 avril 2012 à l’horloge du Sud de Bruxelles.
Sous la modération de l’abbé Jean-Pierre Mbelu analyste politique, elle a été animée par trois acteurs et témoins de ces élections :
1. Honorable Ale
xis MUTANDA, Député de l’UDPS, Ancien Secrétaire Général de l’UDPS
2. Dr Tharcisse LOSEKE, Membre Fondateur de l’ECiDé et Mandataire du Président Etienne Tshisekedi à l’extérieur de la RDC ;
3. Monsieur Babi Balukuna, journaliste, candidat député (arrêté durant la campagne électorale)
Quoique très tardifs, les témoignages poignants des trois orateurs ont concordé et confirmé une chose:
Pour se maintenir au pouvoir et avoir sous sa botte différentes institutions et animateurs, Joseph Kabila le président sortant a conçu, planifié et exécuté un large plan de bourrages d’urnes et de fraudes généralisées à tous les niveaux.
Les différents rapports de l’ONU et de l’Union européenne venus tous aussi tardivement, ont confirmé cela.
La véritable question qui se pose aujourd’hui aux Congolais est celle-ci : « Et après ? »

Des questions de la presse ainsi que de l’intervention des participants, un certain nombre de constantes sont apparues :
L es partis de l’opposition, UDPS en tête, doivent faire une autocritique sur leur campagne électorale.
Il y a eu des failles dans la planification et la mobilisation des moyens tant humains que financiers. Cela doit être corrigé.
Il y a eu et il y a encore des failles dans le mode de concertation entre partenaires politiques. L’UDPS, parti phare des forces du changement ayant son lot.
Il y a eu et il y a encore des failles dans la communication. Autant faute de moyens que faute d’anticipation, face à une machine de tricherie qu’on voyait pourtant avancer.


Conséquences ?
Les institutions officielles de la RD Congo sont aujourd’hui confisquées par de tricheurs, faussaires, et autres aventuriers.

« Et après ? »
Le pouvoir étant un rapport de forces, les partis, associations et personnalités militant pour le changement en RD Congo doivent se remobiliser, innover et parvenir à terme à inverser le rapport de forces
Parmi les stratégies, il y a l’interconnexion entre elles.

À l’étranger, après une mobilisation via un recensement minimum, mobiliser ensuite les moyens financiers pour soutenir l’engagement de la population en RD Congo, créer un véritable lobbying congolais."


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  KOTA le 16/4/2012, 11:50 am

...Parmi les stratégies, il y a l’interconnexion entre elles.

dixit Ndonzau...



Et bien cela relevera de l actualite....Cool restez a l ecoute...Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  ndonzwau le 17/4/2012, 8:09 pm

Je dois vous avouer une certaine psychorigidité ou plutôt une négligence à ne consulter que la rubrique "Actualités, vie et société" et j'avais un peu plus de temps ce jour et ai parcouru la sous-rubrique "Elections" où je viens de découvrir une perle !
Que Ma Tsippo et les autres me permettrent de reprendre leurs interventions ici car elles correspondent à des réponses à ce sujet; c'est un peu de redondance mais ce n'est pas mal de les avoir devant nous pour en discuter aussi ici !


Tsippora a écrit: ° http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t5653-et-si-tshisekedi-avait-prepare-son-echec
C'est une question qui soulève beaucoup de passions pcq les infos préliminaires diffusées peu après les élections donnaient le président Tshitshi gagnant avec une très forte avance sur son concurrent. Sa "défaite" officielle a alors été plus difficile à avaler, d'autant que plusieurs médias occidentaux avaient relayé l'information comme quoi il y aurait possiblement alternance suite aux élections.

Nous avons débattu de la stratégie de l'Udps et alliés très longuement et vous pouvez consulter les archives du forum pour vous faire une idée de nos discussions.

Mon opinion personnelle est que l'Udps en effet, n'était pas préparé à battre campagne, s'étant prononcé qq mois seulement avant l'échéance électorale. De fait, leur priorité n'était visiblement pas dans la stratégie mais dans la mobilisation populaire et surtout, la mobilisation de fonds. Ils semblent ne pas avoir tenu compte des autres acteurs, jusqu'à la toute dernière minute. Leur position intransigeante n'a pas aidé l'opposition (ou ceux qui se positionnaient comme tels), bien au contraire, cela a divisé même la population (surtout dans la diaspora car au pays, les autres leaders ne suscitaient pa autant d'engouement que le Sphinx de Limete). Tout ce qui divise des alliés naturels les affaibli.

Le président Tshitshi s'est révélé comme le politicien qui incarnait les aspirations de la population, même s'il n'a pas su faire preuve d'habileté politique dans ses relations avec les autres politiciens, incluant Joseph. J'aurais souhaité le voir moins radical, et plus homme d'État, rassembleur et prêt au compromis afin de répondre au souhait des Congolais de se débarrasser définitivement de Joseph et sa clique.

saint a écrit:En se souvenant de la maniere dont le Sphinx de Limete est entré en campagne électorale, il y a de quoi à se poser des questions:

- Voulat-il vraiment prendre part à ces elections ou il a été forcé?
- Il n'a pas voulu, sinon il a été incapble de demontrer sa capacité de leader pour réunir autour de lui un grand nombre de partis politiques
- Manque des strategies ou incapacité de planifier et diriger? manque d"avions, affiches insuffisantes, manque des moyens... Et pourtant il a eu 5 ans de preparation.

Pour ne citer que ces realités, il y a de quoi à se poser des questions, si il n'est pas à mesure de diriger son parti, l'UDPS, ou à planifier une campagne électorale, sera-t-il à mesure de diriger la RDC?

je soumet cette reflexion et je demande une discussion objective, sans partisanne...

Tsippora a écrit: Laughing Lino, tika nayo, le jour où tu critiqueras Joseph, mbula ya mabanga eko beta Razz Laughing Sérieusement Lino, ki fanatisme nayo etiaka méchant mabe Evil or Very Mad

Admin, ce n'est pas la première fois que je dis ça. Cependant, je me sens souvent obligée de défendre Tshisekedi malgré moi car souvent, je trouve qu'on lui impute tous les maux, à tort et à travers, sans discernement. cela ne veut pas dire que je ne suis pas consciente de ses erreurs ni de ses faiblesses. Beaucoup de gens dans ce forum prennent un malin plaisir à les ressasser et ça devient frustrant car entretemps, ceux qui ont accepté de jouer le jeu ne semblent pas être tenu aux mêmes standards.

Concrètement, l'opposition devrait prendre le relais du combat historique et monumental qu'a mené le président Tshisekedi et en faire la pierre angulaire de son action politique au sein de ces institutions illégitimes. On ne les a pourtant pas vus ni entendus. Où est passé le Lula Congolais? Où sont ces jeunes qui voulaient s'émanciper de la politique jusqu'au-boutiste de ya Tshitshi? Ils sont invisibles et inaudibles, écrasés par la dictature kanambienne. L'opposition parlementaire échouera si elle n'a pas un leader qui canalisera l'apport des uns et des autres et mettra à l'agenda les dossiers prioritaires et surtout, saura imprimer la marque de l'opposition comme une alternative préférable au pouvoir délétère de Joseph.

Ils sont encore en train de négocier de meilleures conditions pour leur participation aux institutions actuelles et se réveilleront qd Joseph aura décidé de changer la constitution pour se représenter en 20169 Evil or Very Mad Twisted Evil

Admin a écrit:Tsipora moi aussi je salue cette analyse très objective de la situation.
Je suis d'accord à 100% là dessus ceci m’emmène justement à ma préoccupation du moment.

Qu'attend donc l'opposition pour commencer déjà à travailler pour 2016 ?

Quand je parle de l'opposition dans la perspective de 2016, je soustrais tshisekedi … et cela pour 2 raisons principalement
la 1ere son age
la 2ime je crois qu'il doit resté dans la logique du vainqueur mais si cette victoire ne s'est pas disons concrétisée. Si l'histoire a retenu Lumumba mais a souvent renvoyé Kasa-Vubu dans les oubliettes, je crois que la postérité retiendra le nom de Tshisekedi pour bien plus longtemps que certains présidents de la RDC.

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Admin le 17/4/2012, 9:03 pm


Voilà celui qui a compris! Comme je le disais c'est maintenant qu'il faut commencer à preparer 2016.
Il sait qu'il lui faut des appuis à l'exterieur. Bravo VK!


Vital Kamerhe n’a plus donné de la voix depuis plusieurs semaines. Ce n’est pas à dire qu’il est inactif. Bien au contraire. Le leader de l’UNC a plutôt pris une distance pour consacrer le plus clair de son temps à tisser sa toile à l’international. L’homme est désormais entre deux avions.

Revenu de Johannesbourg, la semaine dernière, le revoilà qui a embarqué le 16 avril à destination d’Addis-Abeba, en Ethiopie, où Kamerhe est invité à prendre la parole lors d’une conférence sur le leadership en Afrique organisée à l’initiative de l’épouse Mandela, Gracia Machel au nom de l’organisation MINDS, Mandela institute for development and strategy.

L’invité de marque de la conférence qui durera du 17 au 18 avril est l’ancien président sud-africain, Thabo Mbeki. Bien d’autres dirigeants et personnalités africaines y sont convies. Les conférenciers réfléchiront sur la culture africaine, notamment quels sont les éléments de cette culture à mettre à profit pour un nouveau leadership en Afrique.

http://direct.cd/2012/04/17/vital-kamerhe-sur-scene-avec-lepouse-de-nelson-mandela/

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  regarder et bien voir le 17/4/2012, 9:20 pm

La lecon laquelle j'ai retenue sur tout ce qui s'est passe' est que ce sont des occidentaux qui placent au pouvoir dans ce pays. Avec cette theorie, quoique je prefererais voir Diomi futur president, je supporterais Vital Kamerhe parce qu'il peut convaincre les occidentaux, tandis que Diomi restera percu comme nationaliste. Je suis pret connaissant cette theorie a` soutenir Vital Kamerhe sans blague, car c'est quand meme un intelectuel il pourra faire mieux et il aura l'aval des occidentaux.

Mais seulement le monde nous ramenent les memes evenements. On arrivera encore au point que tous les opposants doivent imperativement s'assembler en block derriere kamerhe et que tous les congolais acquis au changement seront oblige's a` lui faire confiance. Est ce que ce sera le cas? Avec les actualites d'aujourd'hui je peux douter mais rien est impossible. Ce sera le tour maintenant de Kamerhe ou d'un autre opposant de demontrer qu'il est flexible et ouvert que Tshisekedi, sinon la deception va continuer.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Admin le 17/4/2012, 9:34 pm

regarder et bien voir 2 a écrit:La lecon laquelle j'ai retenue sur tout ce qui s'est passe' est que ce sont des occidentaux qui placent au pouvoir dans ce pays. Avec cette theorie, quoique je prefererais voir Diomi futur president, je supporterais Vital Kamerhe parce qu'il peut convaincre les occidentaux, tandis que Diomi restera percu comme nationaliste. Je suis pret connaissant cette theorie a` soutenir Vital Kamerhe sans blague, car c'est quand meme un intelectuel il pourra faire mieux et il aura l'aval des occidentaux.

Mais seulement le monde nous ramenent les memes evenements. On arrivera encore au point que tous les opposants doivent imperativement s'assembler en block derriere kamerhe et que tous les congolais acquis au changement seront oblige's a` lui faire confiance. Est ce que ce sera le cas? Avec les actualites d'aujourd'hui je peux douter mais rien est impossible. Ce sera le tour maintenant de Kamerhe ou d'un autre opposant de demontrer qu'il est flexible et ouvert que Tshisekedi, sinon la deception va continuer.
Diomi, Fayulu, Vuemba etc ont tous du potentiel mais ils semblent manquer d'ambition.
Ils doivent d'abord commencer par se faire connaître en dehors de Kinshasa. Ils sont pour la plupart connus qu'à Kinshasa et dans leurs régions d'origine (Bas-Congo, Bandundu, etc..).

Il faut après chercher à avoir des appuis au niveau de l'Afrique. Beaucoup des leaders africains aujourd'hui ont une influence non négligeable vis-a-vis des puissances occidentales. Il faut avoir des amis surtout dans les pays démocratiques. Ghana, Sénégal, Afrique du Sud, Bénin, etc..

Parallèlement il faut chercher des appuis en occident dans la politique comme dans le milieu des affaires.

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE AUTRE BONNE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION POLITIQUE ???

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:57 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum