Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  SpirituS le 14/3/2012, 2:31 pm

Thomas Lubanga est la première victime de la machine des racistes impérialistes blanc à la solde des sionistes contre les africains noir. Cette CPI est un tribunal de la honte. Il aurait pu être jugé au Congo pas au pays de ces buveurs du lait de vaches et fumeur d'opuim noitoir et racistes:arrow: !

SpirituS



CPI: l'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga reconnu coupable
Mercredi, 14 Mars 2012 12:08

L'ancien chef de milice de République démocratique du Congo (RDC) Thomas Lubanga a été reconnu coupable mercredi de crimes de guerre, pour avoir utilisé des enfants soldats, par la Cour pénale internationale (CPI) qui rendait son premier jugement.
"La chambre a conclu à l'unanimité que l'accusation a prouvé au delà de tout doute raisonnable que Thomas Lubanga est coupable des crimes de conscription et d'enrôlement d'enfants de moins de quinze ans et les a fait participer à un conflit armé", a déclaré le juge britannique Adrian Fulford qui a lu un résumé du jugement lors d'une audience publique à La Haye.
Une peine sera prononcée ultérieurement, a précisé le juge.
Vêtu d'habits traditionnels et d'un chapeau blancs, M. Lubanga est resté impassible lors de la lecture du jugement, échangeant seulement un bref sourire avec son épouse, assise au premier rang de la galerie du public, à la fin de l'audience. L'actrice américaine Angelina Jolie assistait au jugement dans les rangs du public.
Le procès du fondateur et dirigeant présumé de l'Union des patriotes congolais (UPC) et ex-commandant des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) s'était ouvert le 26 janvier 2009 et achevé le 26 août 2011. Transféré à La Haye en 2006, Thomas Lubanga avait plaidé non coupable.
Régie par le Statut de Rome entré en vigueur en 2002, la CPI, entrée en fonction en 2003, est le premier tribunal pénal international permanent chargé de juger les auteurs présumés de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.
AFP


Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Tonton Ricos le 14/3/2012, 3:37 pm


Comme tu le dit Spiritus, ce tribunal a été mis en place,pour écarter les dirigeants des pays d'Afrique,qui ne se plient pas à leur desiderata,surtout dans les pays qui possèdent les matières premières stratègiques.
Et pourtant,les trois temoins qu'ils avaient fait venir de la prison de Makala,avaient tous mis en cause Hyppo Kanambe,comme la personne qui financait le recrutement des enfants soldats.Mais de cela,la CPI n'en a meme pas tenu compte et les trois temoins sont menacés d'etre expulser vers la RDC.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  mongo elombe le 14/3/2012, 6:56 pm

Eh oui l'otan peut tuer qui en parle, qui les jugent? Ses morts là ne comptent pas....... Aucun pays africain ne peut juger un occidentaux mais eux peuvent avec où sans notre consentement et certains applaudissent.......

La cpi une honte pour moi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Troll le 15/3/2012, 1:33 am

Smile Razz RESTONS CHEZ NOUS

Laissons l´OTAN qui ne recrute pas des enfants..et essayons de rester chez nous Twisted Evil

"KADOGO"

Le procureur de la CPI "borgne" ou "aveugle" quand il s´agit des crimes et de la justice au Congo..n a jamais eu le temps de retracer ce crime de "recrutement des enfants" sunny

On possede pourtant des images, des vdeos, des photos des "enfants-soldats" de l´AFDL marchant dans les villes du Congo..et surtout dans les grandes villes: Goma, Kisangani, Kinshasa Like a Star @ heaven Suspect Suspect

Ne fallait-il pas "juger" TOUS ceux qui ont recrutés les enfants dans les guerres du Congo... Question L´un des "Commandants" des Kadogo est actuellement "Président de la RDC"
Cette culture d´armée composée des enfants soldats importée du Rwanda Suspect ce procureur qui ne juge que selectivement Sad

KADOGO, un terme que la CPI ne souhaite ni entrendre parler, ni surtout aborder

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  ndonzwau le 15/3/2012, 5:02 am

Ce qui est insuportable dans la (seule) condamnation de Lubanga et d'autres qui viendront ce n'est
pas qu'il ne soit pas coupable même à son niveau mais qu'il est d'abord coupable parce que
des parrains, des commanditaires, des "financeurs" l'y ont poussé et l'ont aidé et armé et
ceux-là présents aujourd'hui dans les hautes sphères politiques Congolaises, rwandaises,
ougandaises ne sont pas inquiétés !

La CPI est ainsi ce tribunal politique et par conséquent impuissante dans son voeu pieux de
punir les crimes graves car obligée de ne s'acharner que sur des fusibles, des seconds couteaux
ou des déchus pour chercher à prouver sa nécessité en faisant l'exemple plutôt que d'aller au fond
des coupables !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  KOTA le 15/3/2012, 3:40 pm

CHERS AMIS DU FORUM,

QUEL SERA - SELON VOUS - LA NATURE DE L EFFET LUBANGA SUR LE PROCES BEMBA?

LE FAIT D AVOIR DEJA CONDAMNE UN CONGOLAIS SERA UN MOTIF QUI FACILITERA OU BIEN RENDRA PLUS DIFFCILE LA CONDAMANATION DE BEMBA?

VOS OPINIONS M INTERESSENT...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Admin le 15/3/2012, 4:06 pm

KOTA a écrit:CHERS AMIS DU FORUM,

QUEL SERA - SELON VOUS - LA NATURE DE L EFFET LUBANGA SUR LE PROCES BEMBA?

LE FAIT D AVOIR DEJA CONDAMNE UN CONGOLAIS SERA UN MOTIF QUI FACILITERA OU BIEN RENDRA PLUS DIFFCILE LA CONDAMANATION DE BEMBA?

VOS OPINIONS M INTERESSENT...
Hélas je pense le contraire. Si Lubanga un "petit poisson" ne s'en tire pas ... Bemba le "gros poisson" n'aura aucune chance.
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Arafat le 15/3/2012, 4:35 pm

Mais non Admin, leurs cas ne sont pas similaires et je ne pense pas que la condamnation meritée de Thomas Lubanga puisse influer sur le cas Bemba.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Admin le 15/3/2012, 5:10 pm

Arafat a écrit:Mais non Admin, leurs cas ne sont pas similaires et je ne pense pas que la condamnation meritée de Thomas Lubanga puisse influer sur le cas Bemba.
Vois-tu Arafat ... Je ne crois pas à cette justice! Je crois pour ma part que tout est POLITIQUE raison pour laquelle je ne tiens pas compte vraiment de l'aspect purement juridique car instrumentalisé.
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Arafat le 15/3/2012, 5:26 pm

Un véritable imbroglio juridique toutes ces histoires de la CPI, dans l´entre-temps Thomas Lubanga vient d´écoper d´une peine de 30 ans et la CPI veut maintenant la tête de Bosco Ntanganda.
http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2012/03/120315_ocampo_lubanga.shtml

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  SpirituS le 15/3/2012, 5:37 pm

Admin a écrit:
Arafat a écrit:Mais non Admin, leurs cas ne sont pas similaires et je ne pense pas que la condamnation meritée de Thomas Lubanga puisse influer sur le cas Bemba.
Vois-tu Arafat ... Je ne crois pas à cette justice! Je crois pour ma part que tout est POLITIQUE raison pour laquelle je ne tiens pas compte vraiment de l'aspect purement juridique car instrumentalisé.

je suis 100% avec toi sur cette note Admin.
Entre temps Moreno Ocampo declare que le monde est devenue moins primitif avec la condanation de Lubaka.....'Wereld is minder primitief na veroordeling Lubanga' Dit zei de hoofdaanklager van het Internationaal Strafhof (ICC), Luis Moreno Ocampo....!!!! Exclamation
Soki soni ezalaka na makolo mbele misusu lokola ba Moreno ba koma ba nkoka Twisted Evil

SpirituS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Troll le 15/3/2012, 11:59 pm

HELAS

L´Admn a largement raison le procès de Lubanga n´a pas été correct..ce que même les temoins ont mis le procureur dans une position drôle quand ils temoignaient en "faveur" de Lubanga..
Vous vous souvenez que les juges voulaient liberer Lubanga une fois et recherchaient un pays qui pouvait lui accorder asile Question

L´Admn a raison d´être pessimiste..

Abou Amar Arafat..ce procureur n´aura pas Ntanganda..parce que c´est lié..Bosco a été cité dans le procès de Lubanga parce qu´il a été celui qui acheminait les armes en provenance du Rwanda..comme on souhaite pas toucher Kagame, Museveni et Kanambe..comment croire que Ntanganda sera devant la CPI?..

La CPI avant tout pour juger les congolais? Voyez la campagne contre Kony..vous serez surpris de decouvrir des ONG qui defendent son cas..
comme si les crimes de Kony au Congo ne doivent pas figurer..dans un procès What a Face Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Tsippora le 16/3/2012, 12:19 am

Troll, vous avez mis le doigt sur le bobo. Mais savez-vous quoi? Pour que ce tribunal ait quelque crédibilité, il devra composer avec les ong qui depuis qq années déjà se font de plus en plus critiques de cette protection dont se prévalent Kagame et son ami Museveni, et y répondre. Ils ont encore besoin de ces deux criminels, mais soyez sûrs que le moment venu, ils seront lâché comme de vulgaires hors-la-loi.

Voici un article intéressant qui, quoique très critique de Lubanga, met en exergue des faits qui ont été ignorés par la CPI dans le chef d'accusation, par complaisance et surtout, par intérêt:


http://www.rue89.com/2012/03/15/thomas-lubanga-juge-coupable-justice-internationale-ambigue-230246

Thomas Lubanga a commis bien d'autres méfaits durant sa carrière de chef politique et de chef de guerre :

  • collaboration et intelligence avec des puissances étrangères occupant son pays,
    pillages des ressources naturelles,
    incitation à la haine tribale,
    massacres à caractère ethniques à l'encontre des communautés lendu et ngiti d'Ituri,
    assassinats de religieux et d'agents humanitaires, etc...


En outre, La Cour Pénale Internationale ne s'est aucunement intéressée à tous ceux qui ont « fabriqué » et utilisé Thomas Lubanga durant cette terrible décennie allant de 1996 à 2006 : les chefs d'État ougandais et rwandais, certains politiciens importants de République Démocratique du Congo ainsi que certaines compagnies tant nationales que multinationales.


Troll a écrit:HELAS

L´Admn a largement raison le procès de Lubanga n´a pas été correct..ce que même les temoins ont mis le procureur dans une position drôle quand ils temoignaient en "faveur" de Lubanga..
Vous vous souvenez que les juges voulaient liberer Lubanga une fois et recherchaient un pays qui pouvait lui accorder asile Question

L´Admn a raison d´être pessimiste..

Abou Amar Arafat..ce procureur n´aura pas Ntanganda..parce que c´est lié..Bosco a été cité dans le procès de Lubanga parce qu´il a été celui qui acheminait les armes en provenance du Rwanda..comme on souhaite pas toucher Kagame, Museveni et Kanambe..comment croire que Ntanganda sera devant la CPI?..

La CPI avant tout pour juger les congolais? Voyez la campagne contre Kony..vous serez surpris de decouvrir des ONG qui defendent son cas..
comme si les crimes de Kony au Congo ne doivent pas figurer..dans un procès What a Face Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  ndonzwau le 16/3/2012, 12:43 am

"Thomas Lubanga : Coupable ou bouc émissaire idéal?
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7173
La Cour pénale internationale (CPI) a enfin rendu son tout premier verdict en dix années d’existence. Elle a, mercredi 14 mars 2012, reconnu, l’ex-chef milicien Thomas Lubanga Dyilo, 51 ans, coupable de «crimes de guerre» pour avoir - entre septembre 2002 et août 2003 - enrôlé dans sa milice et envoyé au front des jeunes gens de moins de 15 ans. Lubanga va disposer d’un délai d’un mois pour interjeter appel contre une décision judiciaire qui suscite un vrai malaise. La valeur probante de certains témoignages à charge est sujet à caution. Des témoignages faits sous l’anonymat sous prétexte de protéger les "renseignants". Et pourtant le phénomène «enfant soldat» ou «Kadogo» ne procède nullement d’une génération spontanée. Il s’agit d’un fait à insérer dans le cadre de la crise régionale née à la suite d’une part de l’intervention des troupes rwando-ougandaises au Zaïre (1996-1997) et de l’autre de l’affrontement armé commencé en août 1998 après la rupture entre le président Laurent-Désiré Kabila et ses ex-mentors ougandais et rwandais. Coaccusé de Lubanga dont il était le numéro 2, le «général» Bosco Ntaganda, bénéficie de l’impunité en dépit d’un mandat d’arrêt lancé par la CPI à son encontre en 2006. Justice internationale à deux vitesses?


«La chambre a conclu à l’unanimité que l’accusation a prouvé au-delà de tout doute raisonnable que Thomas Lubanga est coupable des crimes de conscription et d’enrôlement d’enfants de moins de quinze ans et les a fait participer à un conflit armé. Une peine sera prononcée ultérieurement». C’est la déclaration faite mercredi 14 mars par le juge britannique Adrian Fulford au cours d’une audience publique à La Haye. Peine maximale encourue par l’accusé : trente ans de prison ou la réclusion à perpétuité.

Comment est-on arrivé là ? En réalité, l’affaire Lubanga n’est qu’une des pièces du puzzle que l’ancien secrétaire d’Etat US, Madeleine Albright, avait appelé "la première guerre mondiale africaine".
Tout commence en juillet 1994. Après la prise du pouvoir à Kigali par les troupes du FPR (Front patriotique rwandais), les soldats des ex-Forces armées rwandaises et les miliciens interahamwe ont trouvé refuge dans les provinces zaïroises du Kivu. Prenant prétexte des incursions menées sur le sol rwandais par les fugitifs, l’Armée patriotique rwandaise (APR) a lancé, à partir du mois de septembre 1996, des attaques contre les camps des réfugiés implantés dans cette partie du Zaïre d’alors. Pour camoufler cette opération constitutive d’agression, les nouveaux dirigeants rwandais ont mis sur pied une «rébellion zaïroise» dite la «rébellion des Banyamulenge» ou encore la «rébellion des Tutsi zaïrois». «Les Banyamulenge ont pris les armes pour reconquérir leur citoyenneté zaïroise», disait-on. Mi-octobre de cette même année, le mouvement prend un nom : «Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre» (AFDL). Fin octobre, le lumumbiste André Kisase Ngandu est présenté comme le «chef militaire» du mouvement. Il est aussitôt supplanté par un "revenant" politique en la personne de Laurent-Désiré Kabila. Celui-ci prend successivement le titre de porte-parole et de président de l’AFDL. Kisase et Kabila servaient en fait de «caution».

Les «Kadogo»
Après sept mois de «guerre» menée par une coalition des armées africaines conduite principalement par les troupes rwandaises et ougandaises, LD Kabila est installé au pouvoir suprême le 17 mai 1997 à Kinshasa. Après l’entrée des troupes de l’AFDL dans la capitale, les Kinois découvrent pour la première le phénomène «enfant soldat» ou «Kadogo». En 1986, Yoweri Museveni, alors chef rebelle, avait recruté plusieurs milliers d’enfants dans la NRA (National resistance army) pour s’emparer du pouvoir en Ouganda. Les rebelles du FPR, anciens alliés de Museveni, ont fait usage de la methode.
Dans sa marche victorieuse l’AFDL conçue par le Rwanda et l’Ouganda ont enrôlé plusieurs milliers d’enfants de moins de quinze ans. «Moto asimbi mandoki batunaka mbula na ye te !», chantait l’artiste musicien Kofi Olomide. Traduction littérale : «On ne demande jamais son âge à celui qui porte une arme». Une allusion à peine dissimulée à ces enfants soldats qui paradaient avec leur AK47 dans la capitale congolaise. Dans une interview accordée au quotidien américain «Washington Post», en juillet 1997, Paul Kagame, alors vice-président de la République et ministre rwandais de la Défense, déclarait avec la suffisance qu’on lui connait que toutes les opérations militaires menées au Congo-Zaïre ont été «conçues et exécutées» à partir de Kigali. A preuve, le chef des opérations n’était autre que son bras droit, James Kabarebe, alors colonel. Kabarebe avait pour chauffeur et aide de camp un certain commandant "Hyppolite", alias "Joseph Kabila".
Comme tous les parrains, les chefs d’Etat du Rwanda et de l’Ouganda se sont crus en droit de se comporter en pays conquis en régentant les affaires congolaises. Les soldats rwandais, eux, prenaient plaisir à humilier et à brimer les Congolais. Outre le racket et les spoliations, ils avaient rétablir la "chicotte". Au grand dam de la population. C’est la rupture de la «coopération militaire» entre Kinshasa, Kigali et Kampala. Une rupture qui est scellée le 2 août 1998 lorsque le régime rwandais met sur pied une nouvelle «rébellion congolaise» dénommée «Rassemblement congolais pour la démocratie» (RCD). La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, va servir de siège. Les "natifs" Arthur Z’Ahidi Ngoma, Ernest Wamba dia Wamba, Adolphe Onosumba Yemba vont se succéder à la tête de ce mouvement jouant, chacun à son tour, le rôle de «caution congolaise». Des marionnettes ayant pour mission de servir de masques à l’appétit expansionniste de Kagame.

Et voici Thomas Lubanga
Fin novembre 1998, Jean-Pierre Bemba Gombo dont la famille est rackettée par les "libérateurs" créé le MLC (Mouvement de libération du Congo). En 1999, le RCD est secoué par des contradictions internes. Suite à des querelles internes, Wamba dia Wamba quitte le RCD originel. Il fonde le RCD-Kisangani (RCD-K). Grâce à l’appui des "services" ougandais, il s’installe à Kisangani le chef-lieu de la Province Orientale. Une région riche en ressources naturelles et en minerais notamment dans le district de l’Ituri. Wamba est rejoint par d’autres dissidents. C’est le cas notamment d’Antipas Mbusa Nyamwisi et de Roger Lumbala. A la page 162 de son ouvrage «Le choix de la liberté», Bemba note : «Des divisions internes au sein du RCD/K ont favorisé sous le couvert de la constitution d’une armée, la création des milices mono-ethniques relevant de chaque leader». Sous la bannière ougandaise, Mbusa et Lumbala vont lancer respectivement le RCD-K/ML et le RCD-National.
Dans l’Ituri, il y règne un vieux conflit communautaire entre les membres des tribus Lendu (agriculteurs) et Hema (éleveurs). Chaque communauté a désormais sa milice. Hema, licencié en psychologie, Lubanga se met au service des Ougandais. Ceux-ci l’aident à «monter» en juillet 2001 une milice dénommée «Union des patriotes congolaises» (UPC). Les officiers de Museveni vont attiser la haine entre les Hema (apparentés aux Tutsi hima) et les Lendu. Lubanga n’était pas seul. Il avait pour «lieutenants» notamment Bosco Ntaganda et Franck Bwambale Kakolele. Le chef de l’UPC entretenait des «relations privilégiées» avec Mbusa. Le même. Après avoir servi les Ougandais, Lubanga change d’alliance. Il se met au service du RCD-Goma, le mouvement «rebelle» pro-rwandais. L’enjeu ici n’était rien d’autre que l’occupation du terrain pour se ruer sur les diamants et les mines d’or de l’Ituri. En 2000, les troupes rwandaises et ougandaises vont se livrer à une guerre sanglante à Kisangani pour le contrôle de cet immense territoire.

Procès non-équitable
Après les travaux du dialogue inter-congolais, fin 2002, qui a donné naissance au gouvernement de transition dit «1+4», Mbusa et Lubanga ont amorcé un rapprochement avec «Joseph Kabila». En recompense, l’ancien chef milicien devait être intégré dans le haut commandement des Forces armées de la RD Congo. Patatras ! En février 2005, neuf Casques bleus du Bangladesh sont tués en Ituri. Qui les a abattu ? Pourquoi ? Les meurtres sont imputés aux miliciens de l’UPC. Lubanga est accusé d’en être le commanditaire. A la demande du Conseil de sécurité des Nations unies, le chef milicien est arrêté dans un grand hôtel à Kinshasa. L’homme séjournait dans la capitale congolaise où il attendait sa nomination à un poste. Le 19 mars 2005, il est transféré en catimini à La Haye à bord d’un avion militaire français. A l’insu des autorités judiciaires congolaises. Question : Thomas Lubanga est-il poursuivi pour le meurtre des Casques bleus onusiens ou pour avoir enrôlé et envoyé au front des enfants mineurs?

Mercredi 14 mars 2012, la CPI a reconnu Lubanga «coupable de crimes de guerre». Coupable, sans doute. Lubanga est-il pour autant l’unique responsable du recrutement d’enfants soldats en Ituri? Où sont les officiers rwandais et ougandais qui assuraient la "formation" et l’encadrement? Pourquoi le «général» Bosco Ntaganda, alias «terminator», continue-t-il à humer l’air frais à Goma alors qu’un mandat d’arrêt a été émis à sa charge depuis 2006? Pourquoi Mbusa n’a-t-il pas été entendu devant la CPI au titre de «témoin»? Des questions qui restent sans réponses.
La Justice internationale doit sanctionner sévèrement les recruteurs d’enfants soldats. Reste que la condamnation prochaine de Thomas Lubanga à 30 ans de prison ou à la réclusion à perpétuité n’anoblit guère l’idée que chacun est en droit de se faire de cette justice internationale. Une justice qui doit être juste et impartiale. Dans le cas Lubanga, la CPI n’a été ni juste, ni impartiale. Ni équitable. En s’acharnant sur un «second couteau», le procureur Luis Moreno-Ocampo et les juges de cette haute juridiction ont choisi la facilité. Ils ont choisi de vaincre sans péril en épargnant les «chefs» et en envoyant un bouc émissaire idéal à l’«échafaud». Les magistrats de la CPI triomphent sans gloire. C’est dommage !"


"Thomas Lubanga jugé coupable : justice internationale ambigüe
(Rue 89 15/03/2012)[/i]

° http://www.africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=659284&no_categorie=UNE

"La Cour pénale internationale à la recherche de crédibilité
(Le Nouvel Observateur 15/03/2012)"

° http://www.africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=659218&no_categorie=UNE

"Verdict du procès de Thomas Lubanga :
La CPI a enfin une proie à se mettre sous la dent

(L'Observateur Paalga 15/03/2012)"

° http://www.africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=659197&no_categorie=UNE

"Les limites du verdict contre Thomas Lubanga"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/03/14/les-limites-du-verdict-contre-thomas-lubanga/
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/03/13/thomas-lubanga-devant-la-cpi-un-cas-decole/

"Procès Lubanga : un cas d’école"
° http://lepotentiel.com//afficher_article.php?id_article=121538&id_edition=10070

"(...)Lubanga

Forum des As
consacre sa Une au verdict rendu mercredi par les juges de la Cour pénale internationale reconnaissant Thomas Lubanga coupable de crimes de guerre pour avoir enrôlé dans sa milice de l’Ituri des enfants de moins de 15 ans. FdA estime que quels que soient les reproches qu’on peut faire à la CPI, cette juridiction a le mérite de servir d’exemple. Notamment, précise l’éditorialiste, à tous ceux qui se servent des enfants ou du sang humain pour assouvir leur soif de pouvoir ou pour leur confort personnel.

Aux antipodes de FdA, Le Phare rapporte que « La décision des juges de la CPI reconnaissant Thomas Lubanga coupable d’enrôlement des enfants de moins de quinze ans n’a pas soulevé l’enthousiasme au sein des masses congolaises ».
Ce quotidien explique que la déception vient du caractère sélectif des personnes à sanctionner. En revisitant les charges retenues contre Lubanga, poursuit le journal, beaucoup de gens constatent que les mêmes faits étaient commis entre 1998 et 2003 par des compatriotes, qui sont aujourd’hui aux affaires. Le Phare écrit encore: « Des Ong réclament l’arrestation de Bosco Ntaganda accusé des mêmes crimes que Lubanga ». Ce général des Fardc est un ex-rebelle congolais recherché par la Cpi pour les mêmes crimes dont son ancien chef Thomas Lubanga a été reconnu coupable, indique ce journal. Il est visé par un mandat d’arrêt de la Cpi émis depuis 2006 pour l’enrôlement d’enfants soldats.
Selon Le Phare, il y a plein des sénateurs, députés, ministres, gouverneurs de province, officiers supérieurs de l’armée et de la police…, qui devraient se trouver dans le même box que Thomas Lubanga. Et cela, si et seulement si la CPI avait pris le soin d’élargir le cercle des suspects, renchérit Le Phare sous le titre : « Enfants soldats, violences sexuelles, pillages des minerais…, la RDC malade de ses Lubanga ».

« L’Upc perd tout espoir : la Cpi inculpe Thomas Lubanga pour crimes de guerre », titre Le Palmarès.
D’après ce journal, dix ans après sa création, la Cpi vient de rendre son premier verdict, un seul procès achevé depuis 2002. Lubanga est reconnu coupable pour avoir enrôlé des enfants soldats dans sa bande armée des Forces patriotiques de libération du Congo (Fplc).

(Ces réactions mitigées correspondent assez bien à ce qui s’est dit et écrit dans le monde. On pourra s’en rendre compte dans la RP de samedi. Les ONG de défense des Droits de l’Homme se réjouissent parce qu’avec ce premier verdict de la CPI, cette jeune institution a joué sa crédibilité. Les journalistes et l’opinion publique soulignent les imperfections de la CPI : lenteur, caractère incomplet du « panel » des accusés, etc…
Pour Dismas Kitenge, Président du Groupe Lotus et Vice-Président de la FIDH, “Le procès Lubanga et ce verdict ont un potentiel dissuasif important sur la commission de crimes internationaux dans le pays, et en particulier sur l’utilisation des enfant soldats. Ce verdict contribuera à consolider la légitimité de la Cour, indispensable à l’exercice d’un réel pouvoir préventif”.
Paul Nsapu, secrétaire général de la Fédération internationale des droits de l’homme, réagit: «ce verdict est un signal fort aux responsables des crimes internationaux qui ne sont pas à l’abri des poursuites. La FIDH ainsi que les autres partenaires internationaux continueront à faire pression sur le gouvernement congolais que cette l’impunité et qu’il livre tout ceux qui sont impliqués dans des crimes commis sur le sol congolais.»
Anneke Van Woudenberg, chercheuse principale de Human Rights Watch en RD Congo, se félicite: «le verdict d’aujourd’hui est une victoire, importante et énorme pour les enfants qui ont été enrôlés comme soldats, pour les victimes de l’Ituri, pour la justice et pour les Congolais. Thomas Lubanga doit payer pour les actes qu’il a commis. Il est temps que son co-accusé Bosco Ntanganda, qui vit à Goma, au Nord-Kivu, avec la complicité de quelques autorités de la région, soit aussi livré à la CPI. Ce verdict est un bon exemple de lutte contre l’impunité en RDC.»
Jusqu’à présent, 14 affaires sont en cours devant la CPI, dont quatre en phase de procès. Sept enquêtes ont été ouvertes dans le contexte des situations en Uganda, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Darfour (Soudan), Kenya, Libye et en Côte d’Ivoire. Le procès d'un autre congolais, Jean-Pierre Bemba doit reprendre prochainement. NdlR)(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=185602&Actualiteit=selected


"RDC : Thomas Lubanga premier coupable de la CPI
pour crimes de guerre"

° http://www.rfi.fr/afrique/20120315-rdc-thomas-lubanga-reconnu-coupable-crimes-guerre-cpi


Procès Lubanga : le verdict de la CPI diversement accueilli en RDC"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/03/14/proces-lubanga-le-verdict-de-la-cpi-diversement-accueilli-en-rdc/
° http://radiookapi.net/actualite/2012/03/14/rdc-la-cpi-reconnait-thomas-lubanga-coupable-de-crimes-de-guerre/
° http://radiookapi.net/actualite/2012/03/15/human-rights-watch-invite-la-cpi-enqueter-sur-le-financement-de-la-milice-de-thomas-lubanga/


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Admin le 10/7/2012, 4:18 pm

La sentence vient de tomber. comme il a déjà purgé 6 ans, Il pourra sortir en 2020, il a 51 ans il aura 59 ans à sa sortie.


"Thomas Lubanga est condamné à une peine totale de 14 ans d'emprisonnement", a déclaré le juge Adrian Fulford, lors d'une audience publique à La Haye, en précisant que le temps passé en détention provisoire par celui-ci depuis 2006 serait déduit.

http://africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=681833&no_categorie=
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  ndonzwau le 11/7/2012, 3:54 pm

"CPI : redresser la barre
° http://www.lalibre.be/actu/international/article/749196/cpi-redresser-la-barre.html
Ce devait être un grand jour: celui du premier jugement de la première Cour pénale internationale permanente (CPI). Mais c’est un jour de déception.
Déception parce que le seigneur de la guerre congolais Thomas Lubanga n’est condamné qu’à 14 ans de prison pour crime de guerre dans un conflit qui a fait 60 000 morts. Et pour cause: le procureur argentin Luis Moreno Ocampo, trop pressé, n’avait inculpé l’accusé que de recrutement d’enfants-soldats, soit un seul des nombreux crimes qui lui sont imputés.

Parce que ce jugement, en conséquence, ne favorisera pas la réconciliation en Ituri (voir en pp 12-13).
Parce que M. Moreno Ocampo a pareillement bâclé l’accusation contre le chef politique des FDLR, groupe terroriste issu des anciens génocidaires rwandais, Callixte Mbarushimana - obligeant les juges à le libérer.
Parce que le co-accusé de Lubanga, son chef militaire Bosco Ntaganda, n’a jamais été livré par le président Joseph Kabila qui, s’il n’avait pas usage du premier, utilisait le second comme chef de ses opérations militaires au Kivu - où il est aujourd’hui à l’origine d’une nouvelle rébellion.
Parce que Moreno Ocampo ne poursuit que des Africains (et la Colombie ? Et la Birmanie ?), provoquant l’opposition ouverte de l’Union africaine à la CPI, alors que les Etats africains sont très nombreux à souscrire à ses statuts.

La lourde tâche de crédibiliser la CPI pèse désormais sur celle qui a succédé à l’Argentin, la Gambienne Fatou Bensouda. Qui doit redresser la barre d’urgence."


° http://radiookapi.net/actualite/2012/07/11/rdc-le-gouvernement-salue-la-condamnation-de-thomas-lubanga-la-cpi/

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thomas Lubanga reconnu coupable par le tribunal Sioniste nomé la CPI...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum