VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 28/4/2012, 5:23 am

"Naissance de trois nouveaux groupes parlementaires
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7254
Trois nouveaux groupes parlementaires ont été présentés à l’Assemblée nationale au cours de la plénière présidée du mercredi 25 avril par Aubin Minaku, le président du Bureau.
Il s’agit du MLC et alliés avec 32 membres, du PALU et alliés avec 30 membres et de l’UNC et alliés avec 34 membres.(...)"


° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7252


"RDC: le gouvernement vexé par la parution d'un rapport au vitriol sur le manque de démocratie"
° http://www.rfi.fr/afrique/20120427-rdc-kinshasa-gouvernement-asadho-droits-homme-luzolo-bambi-lessa

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=122778&id_edition=100106
° http://radiookapi.net/actualite/2012/04/27/rdc-le-gouvernement-invite-lasadho-reconnaitre-ses-efforts-pour-ameliorer-la-situation-des-droits-de-lhomme/

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 4/5/2012, 12:39 am

"RDC : Joseph Kabila peut-il changer ?
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2676p022-027.xml0/joseph-kabila-premier-ministre-gouvernance-rdcrdc-joseph-kabila-peut-il-changer.html
Après une transition prometteuse puis un très décevant premier mandat, le chef de l'État congolais Joseph Kabila est dans l'obligation de rebondir. Pour faire oublier sa réélection plus que contestable et répondre, enfin, aux priorités de la RDC, minée par la misère, la corruption et la violence.

Joseph Kabila a finalement tranché, le 19 avril en soirée : « Le président de la République, vu l'urgence et la nécessité, ordonne que soit nommé Premier ministre, chef du gouvernement, M. Matata Ponyo Mapon. » Les « refondateurs », qui plaidaient pour une décrispation et une ouverture politique afin de sortir par le haut de la sombre séquence présidentielle et corriger le tir après un très décevant premier mandat, l'ont emporté. « Le signal est sans appel. Cette nomination va renverser la tendance dans la gouvernance du pays », se réjouissait, le lendemain, l'un des plus proches collaborateurs de celui qui, au ministère des Finances depuis février 2010, a su rétablir les équilibres économiques de la RDC, mettre de l'ordre dans les finances publiques, et obtenir une substantielle annulation de la dette. Originaire du Maniema, Matata Ponyo Mapon (47 ans), est l'homme de la rigueur, de la discipline et des bonnes relations avec les partenaires traditionnels.
De gros atouts pour ce technocrate, ancien cadre de la Banque centrale, qui faisait figure de favori, face aux faucons qui soutenaient l'ex-président de l'Assemblée nationale et secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) Évariste Boshab, la clé de voûte d'un régime vacillant. Un nouveau départ pour Joseph Kabila ? Éventuellement. Après l'élection présidentielle de novembre dernier, qui l'a reconduit dans ses fonctions tout en le fragilisant en raison du déroulement d'un scrutin apocalyptique, il semble, en tout cas, vouloir reprendre la main. Mais il part de loin. Car jusqu'ici, il a donné l'impression d'avoir surtout mené une vie sous influence.
Avec son père Laurent-Désiré, il a subi les affres du campement de brousse sur les rives du lac Tanganyika dans les années 1970, d'un exil en Tanzanie sous un nom d'emprunt pour échapper aux sbires du maréchal Mobutu la décennie suivante, avant de devoir interrompre ses études de droit entamées en Ouganda pour rejoindre, dans les montagnes du Masisi, le Mzee parti à la conquête de Kinshasa, avec le soutien des parrains d'alors, le Rwandais Paul Kagamé et l'Ougandais Yoweri Museveni. Nous sommes en 1996, Joseph a 25 ans.

"Poli mais effacé"
"À force d'emprise sur un exécutif évanescent, Katumba était devenu tout-puissant."

La prise de pouvoir, le 17 mai 1997, transforme ce conquistador au pied levé en militaire de carrière poursuivant son apprentissage aux côtés du protecteur et ami, le chef du corps expéditionnaire rwandais, James Kabarebe. « Ils habitaient ensemble, le second avait de l'ascendant sur le premier », témoigne un voisin de l'époque à Kinshasa. « Kabila était accessible, sympathique et poli, mais effacé », ajoute-t-il. Après une formation express de six mois à l'académie militaire de Pékin, Joseph Kabila est rappelé par son père en juillet 1998 pour mener la deuxième guerre congolaise, engagée cette fois contre les anciens alliés.
En novembre 2000, le jeune général est pris en tenailles par les troupes rwandaises dans la forêt katangaise de Pweto. Un brillant banquier ayant travaillé en Afrique du Sud avant d'être catapulté par le Mzee gouverneur du Katanga, en avril 1997, lui sauve la mise en dépêchant sur place un hélicoptère. Augustin Katumba Mwanke entre de plain-pied dans l'histoire de son pays. Il ne quittera plus ni son protégé, ni les avant-postes de la scène politique congolaise. On connaît la suite. Partis du Katanga en avion, les deux hommes se posent en urgence sur l'aéroport kinois de N'Djili, durant la nuit du 16 janvier 2001, quelques heures après l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila. Le lendemain, le fils hérite de la charge paternelle. Le 21 janvier, le gouverneur fait sa première apparition publique lors des funérailles nationales. Plus rien ne les séparera jusqu'à la mort de ce Mazarin congolais dans un banal accident d'avion qui s'est écrasé en bout de piste, le 12 février à Bukavu.

Pourquoi ces rappels biographiques ? « Car Joseph Kabila est resté au fond de lui ce maquisard, furtif, méfiant, voire craintif, mais terriblement réactif et pragmatique. Il observe en retrait les situations qui se présentent à lui, mais tranche dans le vif dès qu'il y a une ouverture », résume un ancien diplomate en poste à Kinshasa transformé pour l'occasion en psychologue après de nombreux entretiens en tête-à-tête avec le chef de l'État. « Les relations entre Kabila et Katumba étaient à l'image de notre président incapable d'exercer à lui seul un leadership. Solitaire et silencieux, il n'est pas en mesure d'insuffler une dynamique. C'est donc Katumba qui faisait ce travail. Il décryptait les rares consignes présidentielles, les expliquait aux échelons inférieurs et évaluait les résultats obtenus », ajoute un opérateur économique congolais habitué des bureaux du Palais de la nation.

Raspoutine katangais
Cette carence a rendu le chef de l'État « tributaire » de son mentor, devenu au fil du temps l'âme damnée du régime, le « dircab » officieux tirant absolument toutes les ficelles, une sorte de Raspoutine katangais faisant et défaisant les carrières, prononçant les disgrâces et ordonnançant le bal des courtisans. À force d'emprise sur un exécutif évanescent, Katumba était tout-puissant. Les observateurs hâtifs évoquaient l'existence d'un gouvernement parallèle. Ne fallait-il pas plutôt parler d'un État dans l'État fonctionnant en totale autonomie et, plus grave, tournant hors budget et donc finalement exempté de tout contrôle ?
« Kabila était devenu le prisonnier de Katumba », analyse un visiteur du soir littéralement éjecté de la présidence pendant trois ans, qui a aujourd'hui de nouveau l'oreille du chef. La raison de cette mise à l'écart aussi brutale qu'irrévocable : des rivalités dans les affaires. Présent selon toute vraisemblance dans les mines, le pétrole, l'immobilier et la gestion des entreprises publiques, Katumba - avec son acolyte, l'homme d'affaires israélien Dan Gertler - « avait tissé sa toile d'araignée », explique un ancien proche collaborateur du chef de l'État durant la transition (2001-2006), lui aussi satellisé pour cause de désaccord à propos du PPRD. « Je voulais en faire une formation présidentielle avec une assise idéologique, explique notre interlocuteur. Katumba a préféré se constituer une écurie à sa main et manigancer des alliances avec des partis satellites pour constituer une majorité disparate et sans cohérence. » Cette politique de gribouille a produit tous ses effets à l'occasion des catastrophiques élections présidentielle et législatives de novembre 2011.

Horizon incertain
Les aboyeurs et les laudateurs tournant autour de Joseph Kabila ne l'ont pas mis en garde. Il suffisait pourtant de mettre le nez dehors pour comprendre que l'horizon était incertain. Premier avertissement : l'arrivée triomphale après trois ans d'exil de l'opposant historique Étienne Tshisekedi, en décembre 2010. Des dizaines de milliers de Kinois escortent pendant plusieurs heures le Sphinx de Limete de l'aéroport de N'Djili jusqu'à son domicile. « La magie Tshisekedi fonctionnait toujours. Même nous, nous avons été surpris », se souvient l'un des plus proches compagnons du président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Samy Badibanga. Quelques semaines avant ce retour à Kinshasa, Tshisekedi avait clairement affiché ses intentions dans Jeune Afrique. « Cette fois, j'irai jusqu'au bout », avait-il déclaré, anticipant ainsi sur sa candidature à l'élection présidentielle et une victoire plausible dont les contours pouvaient déjà se dessiner. « Son immense popularité reposait en partie sur un rejet de la majorité sortante et une très forte désespérance sociale », précise un diplomate européen.

Nausée
De fait, la liste des griefs relève d'un inventaire à la Prévert. Les Congolais n'ont quasiment rien vu des Cinq Chantiers promis en 2006 (infrastructures, santé et éducation, eau et électricité, logement, emploi), si ce n'est les 7 km de routes bitumées à Kinshasa, dont l'imposant boulevard du 30-Juin. On ne compte plus les coupures d'eau et d'électricité dans une ville tentaculaire où s'entassent plus de 10 millions d'habitants, où le choléra a dernièrement fait son apparition dans certains quartiers littéralement laissés à l'abandon, où il n'y a pas de travail, où les frais annuels d'inscription à l'école primaire s'élèvent à 200 dollars (153 euros) alors qu'un salaire mensuel de base ne dépasse pas les 100 dollars...
Ajoutons à cela l'insécurité persistante dans l'est du pays, où plus de 1,7 million de personnes sont contraintes à un exode permanent pour fuir les violences innommables commises aussi bien par des groupes armés que par des éléments des troupes dites régulières estampillées Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ; l'absence totale d'infrastructures dans les autres provinces ; l'exportation illégale de minerais pour plusieurs dizaines de millions de dollars chaque année ; l'enrichissement vertigineux de certains ministres pouvant se faire construire des immeubles après seulement quelques mois aux affaires ; la rapacité des députés s'arrogeant un salaire mirobolant de 6 000 dollars par mois... Cette impression d'immense gâchis donne au mieux le tournis, au pire la nausée. Bref, Kabila n'avait pas de bilan et disposait, qui plus est, d'une assise électorale incertaine.

Dernières citadelles
"Kabila n'a pas voulu voir et a préféré laisser faire ses faucons lors de la présidentielle."

Kinshasa lui était hostile depuis toujours et il n'y avait aucune raison pour que cela change. Sans être grand clerc, il était évident qu'Étienne Tshisekedi devait faire le plein des voix dans les deux Kasaïs. Le candidat Vital Kamerhe allait mordre dans son fief des deux Kivus et Léon Kengo wa Dondo prendre son dû dans l'Équateur... Le Katanga, le Maniema - et le Bandundu grâce à l'accord de gouvernement avec le Parti lumumbiste unifié (Palu) du Premier ministre sortant, Adolphe Muzito - restaient finalement les dernières citadelles. « Kabila aurait dû être alerté, il ne l'a pas été. Il n'a pas de conseillers politiques, il n'a que des agitateurs qui lui garantissent seulement des gains à court terme », explique un analyste politique onusien. « Parler de régime Kabila est un abus de langage. L'édifice est très fragile et repose uniquement sur des luttes d'influence entre différentes personnalités se battant pour des prébendes et des rentes de situation. Mais il n'y a aucune solidité, aucune unité, seulement des marchandages, des calculs et des alliances de circonstance », analyse un diplomate européen en poste à Kinshasa depuis une dizaine d'années.
Kabila n'a pas voulu voir et a préféré laisser faire ses faucons, seuls capables dans ces conditions de maintenir à flot cette frêle embarcation. Le fidèle pasteur Daniel Ngoy Mulunda a été envoyé en mission à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). « Il a pris toutes les dispositions pour que son camp puisse l'emporter », résume un fonctionnaire international. « Avec Ngoy Mulunda, nous savions que nous allions à la catastrophe, car il n'avait aucune expertise électorale et n'apportait aucune garantie d'indépendance », ajoute un diplomate. Au sein du marigot politique, Katumba et le président de l'Assemblée nationale d'alors, Évariste Boshab, sont à la manoeuvre et obtiennent des parlementaires à l'échine souple la réduction à un seul tour de l'élection présidentielle, en janvier 2011. Concernant l'appareil sécuritaire, en première ligne, le ministre de l'Intérieur, Adolphe Lumanu, le chef de la garde républicaine, Banze Lubunji, et le patron de l'Agence nationale de renseignements (ANR), Kalev Mutondo, sont chargés de verrouiller l'affaire. À la tribune, le ministre de la Communication, Lambert Mende, lance les anathèmes contre les opposants, les journalistes récalcitrants, Radio France Internationale... et Jeune Afrique, qui décrit les dérives d'un système glissant progressivement vers l'autocratie et la prédation. « Kabila y a vu une campagne de dénigrement », explique l'un de ses ministres au sujet de la couverture Kabila : Mobutu light, de fin janvier 2011. Dénigrement, certainement pas. Prémices d'une chronique d'un fiasco annoncé, plus vraisemblablement.

Déficit de légitimité
Réélu dans les conditions que l'on sait, le chef de l'État souffre aujourd'hui d'un grave déficit de légitimité. Accusations étayées de fraudes, irrégularités en pagaille, désordre indescriptible lors de la compilation des résultats... pour tous les observateurs indépendants, il est impossible de dire qui a véritablement remporté ce scrutin. Les plus lucides dans le camp présidentiel l'admettent à demi-mot. Cette incertitude nécessite un sérieux recentrage politique. « Les lacunes organisationnelles ne peuvent être niées », avance prudemment Léonard She Okitundu, l'ancien directeur de cabinet à la présidence. « Kinshasa, où la vie est très difficile, nous est hostile. Il faut donc répondre à cette urgence en organisant un sommet social », assure-t-il en insistant également sur la « nécessaire amélioration de la bonne gouvernance pour faire revenir les investisseurs » et la « légitime préoccupation des droits humains pour ne pas prêter le flanc à la critique ». Cela ressemble presque à une feuille de route post-Katumba.
Okitundu n'est pas le seul à tenir ce discours. « L'écurie des modérés » estime avoir le vent en poupe. Leur première victoire est sans conteste la nomination à la primature de Matata Ponyo Mapon. Les arbitrages pour la composition de la nouvelle équipe gouvernementale seront également riches d'enseignement. Le gouverneur de la Banque centrale depuis 1997, Jean-Claude Masangu, a bien du mal à masquer ses ambitions après avoir sponsorisé l'élection de plusieurs dizaines de députés. L'ex-ministre des Infrastructures et ancien négociateur du contrat chinois de 2007, Pierre Lumbi, est officiellement le conseiller spécial du président en matière de sécurité, mais son influence grandissante est beaucoup plus large.

Revue de casting
"Kabila a deux rendez-vous : le Sommet de la francophonie en octobre et la fin de son mandat en 2016."

« Kabila n'a pas le choix. Il doit élargir sa base politique et rééquilibrer son entourage », résume notre visiteur du soir de nouveau en cour. Pour lui, pas de doute, le « boss » va changer. L'allure du prochain gouvernement sera observée de très près par une communauté internationale prête à tourner la page de la présidentielle à condition d'obtenir des gages d'ouverture. Mais au-delà de cette revue de casting, qui devrait aussi toucher les bureaux du Palais de la nation, les deux capitales les plus impliquées dans une ligne coercitive à l'égard de Kabila, Paris et Washington, ont fixé trois priorités pour entrevoir un début de normalisation avec Kinshasa. La réforme de la Ceni suppose un « lâchage » de Daniel Ngoy Mulunda. L'amélioration des conditions de vie des Congolais nécessite la mise au travail d'un gouvernement compétent et affairé. Enfin, les avancées sur les questions sécuritaires dans l'est du pays exigent une profonde réforme de l'armée. Sur ce dernier point, le chef de l'État a semble-t-il décidé d'accélérer le mouvement. Après la défection de plusieurs officiers, des ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) intégrés début 2009 au sein des FARDC, il s'est rendu à Goma (Nord-Kivu) du 9 au 12 avril. De là-bas, il a supervisé la reddition de la plupart d'entre eux et a déclaré vouloir « arrêter et juger au pays » leur chef, le général Bosco Ntaganda, poursuivi pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI). Plus qu'un geste de bonne volonté.
« Kabila a deux rendez-vous dans le viseur », résume un diplomate. Le premier est le Sommet de la Francophonie, à Kinshasa en octobre 2012 (voir ci-dessous). « L'absence de chefs d'État lors de son investiture, excepté le Zimbabwéen Robert Mugabe, l'a profondément affecté. Pour avoir plus de visiteurs dans six mois, il doit briser son isolement. » Le deuxième rendez-vous est plus lointain, mais encore plus important : 2016 et la fin de son deuxième et dernier mandat, selon la Constitution. Sauf à vouloir modifier cette disposition, ce qui semble hasardeux aujourd'hui, il doit d'ici là s'assurer la meilleure protection qui soit pour un ex-président qui aura 45 ans lorsqu'il franchira la porte de sortie du Palais : un bilan présentable. De quoi ensuite envisager une « retraite paisible » avant de « revenir », selon une confidence faite à certains de ses visiteurs. Mais pour cela, Kabila n'a pas le choix. Il doit changer.
Par Philippe Perdrix, envoyé spécial à Kinshasa"

Les refondateurs
Leur point commun : convaincre Joseph Kabila de revoir la gouvernance du pays. Leur nouveau chef de file : Matata Ponyo Mapon (photo, © Baudoin Mwamda pour J.A.), nommé Premier ministre le 19 avril. Au ministère des Finances depuis février 2010, il a presque doublé le budget de l'État (7 milliards de dollars, soit 5,3 milliards d'euros) et obtenu des bailleurs de fonds une annulation de la dette pour plus de 9 milliards de dollars. Un bilan apprécié au Palais. « Tout ce que j'ai réalisé, c'est avec le soutien du chef de l'État. Sans lui, je n'aurais pas tenu », expliquait Matata il y a peu, reconnaissant s'être fait de nombreux adversaires dans les ministères habitués à piocher dans les caisses du Trésor public sans trop justifier l'utilisation des fonds. Jean-Claude Masangu, le gouverneur de la Banque centrale, Pierre Lumbi, l'ancien ministre des Infrastructures, Olivier Kamitatu, le ministre du Plan, Léonard She Okitundu, l'ex-directeur de cabinet à la présidence, font aussi partie de cette « écurie ». Leurs alliés de circonstance au sein de l'opposition, Léon Kengo wa Dondo, le président du Sénat et candidat à la présidentielle, et François Muamba, l'ancien bras droit de Bemba, sont prêts à jouer l'ouverture... La composition du nouveau gouvernement indiquera la marge de manoeuvre de ces refondateurs.

Le clan Kabila
C'est avant tout la famille, dont l'influence réelle transcende les courants politiques : « maman » Sifa, la mère de Kabila, Jaynet (photo, © B.B.), la soeur jumelle, et Zoé, le frère cadet - tous deux élus à l'Assemblée nationale. L'ambassadeur Théodore Mugalu, le chef de la « maison civile », est écouté, mais il voyage beaucoup. Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda est un confident, mais son travail à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé des traces...

Les faucons
Politiques ou militaires, ce sont les gardiens du temple. Ils sont puissants, mais orphelins depuis la mort d'Augustin Katumba Mwanke : Évariste Boshab (photo, © D.R.), secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et ancien président de l'Assemblée nationale, Adolphe Lumanu, ministre de l'Intérieur, Kalev Mutondo, patron de l'Agence nationale de renseignements (ANR), Banze Lubunji, commandant de la garde républicaine...

Sommet de la francophonie à Kinshasa : y aller ou pas...
Si François Hollande et Nicolas Sarkozy s'opposent sur à peu près tout avant le second tour de la présidentielle française, ils sont d'accord sur un point : ni l'un ni l'autre n'est partant pour aller au 14e Sommet de la francophonie, prévu du 12 au 14 octobre à Kinshasa. Depuis les élections calamiteuses du 28 novembre en RDC, les photos de la visite officielle de Sarkozy à Kinshasa, en mars 2009, ont subitement disparu du site officiel de l'Élysée. Si le président sortant est réélu le 6 mai, « il ne garantit pas d'aller à Kinshasa, confie l'un de ses conseillers. Cela dépendra des avancées en matière de démocratie et de droits de l'homme de la part du président Kabila ». Si Hollande gagne, la menace est encore plus sérieuse, vu les prises de position du candidat socialiste sur la démocratie en Afrique. Bref, à ce sommet, la France pourrait n'être représentée que par un second couteau.
Si Sarkozy ou Hollande boycotte Kinshasa, le Premier ministre canadien, Stephen Harper, risque également de bouder le sommet. L'histoire va-t-elle se répéter ? En novembre 1991, à la suite d'un massacre d'étudiants commis par le régime Mobutu, François Mitterrand avait fait déplacer le 4e Sommet de la francophonie de Kinshasa au Palais de Chaillot, à Paris. À l'époque, le message de Mitterrand à Mobutu avait été transmis... par le président sénégalais Abdou Diouf, l'actuel secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie.
Christophe Boisbouvier


"RDC : Aubin Minaku, un président d'Assemblée contesté
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2676p022-027.xml4/opposition-joseph-kabila-boycott-mlcrdc-aubin-minaku-un-president-d-assemblee-conteste.html
Le nouveau président de l'Assemblée congolaise, Aubin Minaku, a été élu lors d'un vote boycotté par l'opposition. Qui est bien décidée à lui rendre la tâche très difficile...
« La prochaine session parlementaire donnera le ton, elle indiquera si la crise avec le pouvoir s'aggravera ou si une décrispation peut être envisagée », expliquait Samy Badibanga, de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), début avril. La réponse est venue, le 12 du même mois, avec l'élection d'Aubin Minaku (46 ans) à la présidence de l'Assemblée nationale congolaise. Seul candidat en lice, l'ancien secrétaire général de la Majorité présidentielle (MP) et député dans le Bandundu (Ouest) depuis 2006 a obtenu 343 voix sur 349 votants, soit une confortable majorité.

Problème : l'opposition, qui revendique environ 120 députés, notamment emmenée par l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba et l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, n'a pas participé au vote après avoir bruyamment quitté l'hémicycle. La raison : ses candidats officiels pour les postes de deuxième vice-président et de rapporteur adjoint ont été retoqués par le camp présidentiel, en mesure de débaucher des opposants plus malléables. Signalons que manquent toujours à l'appel une bonne vingtaine de députés - sur les 500 sièges à pourvoir. Si on ajoute à cela le divorce consommé au sein même de l'UDPS entre un « président élu », Étienne Tshisekedi, silencieux mais toujours ferme sur sa ligne de boycott des « institutions illégitimes », et les 33 députés qui, eux, ont décidé de siéger à l'Assemblée... nous avons une situation plus que confuse. Comme on pouvait le craindre, en raison d'élections « non crédibles », selon la mission d'observation électorale de l'Union européenne, toutes les institutions sont aujourd'hui fragilisées. Bon orateur et fin connaisseur du personnel politique, Aubin Minaku saura-t-il ramener un peu de sérénité ? Son passé aux côtés et au service d'Augustin Katumba Mwanke ne plaide pas en sa faveur. Mais le fait qu'il soit originaire du Bandundu et son intelligence tactique devraient permettre à ce jeune baron du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de renouer quelques fils du dialogue...
Par Philippe Perdrix et Aimée Nseya"

http://www.jeuneafrique.com/photos/002052012153410000000hemicycleimprobable.jpg


"Renforcer la République"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7267

"Belgolaise: un vrai roman d’espionnage
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7266
Le procès de la Belgolaise commence ce mercredi. La saga mêle blanchiment, détournement et menaces sur fond de trafic d’armes financé par le diamant. (...)"

"7sur7 - Composition du gouvernement, Boshab accuse le coup et se retrouve à l’hôpital"
° http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=32653:composition-du-gouvernement-boshab-accuse-le-coup-et-se-retrouve-a-lhopital-&catid=1:7sur7

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 8/5/2012, 3:33 am

"RDC : Matata Ponyo veut développer les infrastructures de base et redynamiser les secteurs de production"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/07/rdc-matata-ponyo-veut-developper-les-infrastructures-de-base-redynamiser-les-secteurs-de-production/
° http://www.africatime.com/rdc/popup.asp?no_nouvelle=668818


"(...)Politique

L’Avenir
présente une rétrospective de l’activité de la Chambre : « Assemblée nationale.
Sept commissions permanentes mises en place ».
Il indique que « Sept commissions ont été constituées et réparties en groupe tenant
compte du profil ainsi que de la configuration politique au sein de la chambre basse du
Parlement. Au cours de la même plénière, 31 députés ont fait leur entrée à l’hémicycle
du Palais du Peuple en remplacement de 32 élus invalidés ».
En rapport avec la donne électorale, Le Potentiel titre: « Contentieux électoraux : des
erreurs matérielles constatées dans les arrêts de la Cour Suprême de Justice (CSJ) ».
De son côté Le Palmarès signale une réaction du président de la Commission électorale
nationale indépendante face aux arrêts de la Cour suprême de Justice. L’article s’intitule :
« Vers un bras de fer aux conséquences incalculables. Ngoy Mulunda très fâché contre la
Cour Suprême ! ». Dans le sous-titre il indique: « Un connaisseur interrogé au sujet de
l’invalidation de trois membres de famille de Ngoy Mulunda : les frères et nièces du
Président de la CENI n’ont-ils pas les mêmes droits électoraux que tous les Congolais ?
L’affaire Vicky Katumwa fait jaser… ».

La Percée revient lui aussi sur la palpitante chronique de la CENI pour annoncer que :
« Taxé de sournois et de menteur. Ngoy Mulunda vomi par Joseph Kabila ». (Comme
dirait Calimero « C’est trop injuste ». Ayant annoncé des résultats électoraux n’ayant rien
à voir avec ce que les électeurs avaient mis dans les urnes, Ngoy est certainement
menteur. Mais peut-on le traiter de « sournois » ? Un sournois vous attaque par derrière
et manque de franchise. Ngoy a dit les choses très ouvertement. Il a dit qu’il y aurait des
élections et il y en a eu. Il n’avait jamais dit vous en connaîtriez les résultats ! Il a dit
qu’il écouterait les observations. Il les a écoutées et, sans rien de sournois, a dit bien
ouvertement qu’on pouvait se les mettre où je pense et qu’il ne changerait pas d’un iota.
Sournois, lui ! Allons donc ! Ah ! Les gens sont méchants ! NdlR)

Sur ce fumeux dossier des élections New Trends titre sur une situation crispante pour
certains leaders de l’opposition: « Roger Lumbala : Delly Sesanga, Jean Lucien Busa,
Thomas Luhaka, Clément Kanku et Christian Badibangi sont tous dans l’antichambre de
la majorité présidentielle ».(...)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 9/5/2012, 3:26 am

"RDC: le Premier ministre présente son programme d'action pour le pays"
° http://www.rfi.fr/afrique/20120508-rdc-premier-ministre-ponyo-pprd-aubin-minaku-kinshasa
Reconstruire le pays. C'est l'essentiel du programme d'action présenté par le Premier ministre de la RDC, Augustin Matata Ponyo, et son gouvernement ce lundi à l'Assemblée nationale. Le chef du gouvernement a déclaré sa volonté de mettre fin au désordre qui règne dans le pays, de restaurer la paix et de relancer l'économie.

Le Premier ministre reconnaît lui-même que beaucoup de choses sont à faire au Congo Kinshasa. Matata Ponyo se propose alors de faire revenir la paix dans l’Est, de préserver l’intégrité territoriale, d’assainir les milieux d'affaires et la gestion des finances publiques, de promouvoir la justice et les droits humains.

Pour améliorer les conditions de vie des Congolais, le chef de l’exécutif met en avant la redynamisation des principaux secteurs productifs, l’agriculture et l’industrie : « Le gouvernement s’appuiera sur les opportunités du développement du secteur agricole. En ce qui concerne le secteur industriel, le gouvernement s’engage à observer une des missions essentielles dans ce domaine, celle des cahiers, des conditions favorables à l’éclosion du secteur industriel… ».

Programme ambitieux et prétentieux selon le président de l’Assemblée nationale, le PPRD Aubin Minaku (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), l’opposition trouve à redire dans cette démarche de Matata Ponyo. Mais le débat à l’Assemblée nationale n’est qu’une simple formalité."

° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/07/rdc-matata-ponyo-veut-developper-les-infrastructures-de-base-redynamiser-les-secteurs-de-production/

"La traversée congolaise : avancer ou reculer, vivre ou périr
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=122934&id_edition=100111
Le peuple congolais chemine vers un tournant décisif de son histoire. Les élections passées, il faut impérativement traverser vers l’autre rive, celle de la reconstruction du pays. Pour cela, on devra s’armer de toutes les forces libératrices et exorciser tous les démons de séparation et de découragement afin qu’advienne «la révolution congolaise».(...)"

"La Prospérité - Matata : Alain Lubamba avance une série de pistes d’actions !"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186730&Actualiteit=selected

"RDC : Les membres de l’opposition dénoncent l’acharnent du pouvoir contre leurs partisans"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/08/rdc-les-membres-de-lopposition-denoncent-lacharnent-du-pouvoir-contre-leurs-partisans/


"(...)Parlement

Dans son article intitulé : Le grand oral de Matata à l’Assemblée nationale, Le Potentiel note que le programme d’action du gouvernement pour le quinquennat 2012-2016, s’articule en quatre axes dits stratégiques, à savoir la nécessité de construire un Etat efficace, l’impératif de développement des infrastructures de base, l’amélioration du cadre de vie et les conditions sociales de la population, et le renforcement du capital humain et l’éducation à la citoyenneté.
Il note que même si ce programme bénéficie d’avance du soutien de la Majorité présidentielle, il en est ressorti d’autres questions qui ont fait l’unanimité, à l’instar du fait que ce programme reste muet sur la question de la rétrocession des recettes aux provinces, et celles-ci à leur tour aux Entités territoriales décentralisées, ainsi que la fixation sur la suite du processus électoral.
Dans un autre article publié par Le Potentiel: « Programme quinquennal 2012-2016 : les six défis de Matata Ponyo », le confrère relève qu’au bout de son mandat, l’ambition de l’actuel locataire de l’Hôtel du conseil est de donner à la RDC la chance de financer son développement par des ressources propres. C’est 48 milliards USD de ressources qu’il vise de mobiliser pour l’Etat en 2016.

AfricaNews se penche sur l’ « Inventaire des engagements de Matata Ponyo ». Ce journal signale que le gouvernement Matata rêve de réhabiliter et moderniser, d’ici 2016, environ 17.000 km linéaires de routes dont près de 2.000 km revêtues et 15.000 en terre. La construction de la première phase du port en eau profonde de Banana d’ici 2016 est également envisagée comme la modernisation des aéroports de Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani et Goma.
Au chapitre de l’amélioration du cadre de vie de la population, le gouvernement se propose d’augmenter les investissements publics dans le secteur de l’eau, environ 2% du PIB par an de 2013 à 2016. Il se propose aussi, entre autres, d’encourager les initiatives privées et le partenariat public-privé dans la construction des logements sociaux et construire, à cet effet, 30.000 logements sociaux d’ici 2016.

Sous le titre : « Feu vert au gouvernement Matata », le groupe parlementaire « Terre d’Avenir » donne le ton, L’Avenir rapporte qu’en sa qualité de président du groupe parlementaire « terre d’Avenir », le député Pius Muabilu – également patron de ce journal - estime que la polémique suscitée autour de la nomination d’un ministre délégué à la Primature chargé des Finances n’a pas sa raison d’être. Pour lui, le fait que ce ministère soit rattaché à la Primature rassure et le chef de l’Etat a vu loin. D’autant plus que ce ministère, loin d’être une création à la congolaise (le sens de « à la congolaise » n’est pas précisé, mais on peut subdorer qu’il ne doit pas signifer grand-chose de bn ! NdlR) permettra au Premier ministre d’avoir un œil sur la mobilisation des ressources pour le bien-être des Congolais.

« Matata Ponyo accusé de fausse manœuvre », affiche à la Une Le Palmarès. Ce journal fait remarquer que le Premier ministre a transmis à la représentation nationale une synthèse de son programme au lieu d’un document complet, détaillé et explicite. Dès transmission de cette synthèse, Matata a promis de faire suivre les détails après. Les députés, rapporte le confrère, se plaignent de devoir d’abord adopter un programme avant d’en découvrir tous les contours. Mais pour raison de discipline et d’urgence, la Majorité parlementaire va s’y résoudre.

Le Phare note qu’à l’opposé de leurs collègues de la Majorité, les députés de l’opposition n’ont pas été tendres à l’égard du nouveau locataire de l’Hôtel du conseil. Les hostilités ont été ouvertes par les députés du groupe parlementaire de l’UNC, Bitakuira, Mayo et Lusenge ont tour à tour dénoncé le manque de volonté politique de l’actuelle équipe de marquer la rupture avec le passé.

L’Observateur titre: «Matata Ponyo promet d’améliorer les conditions de vie des Congolais».
Dans son éditorial, ce quotidien rapporte que le Premier ministre a indiqué les choix opérés pour créer les conditions susceptibles de faire de la RDC un pays émergent au cours des années à venir. Mais le confrère note que pour atteindre cet objectif, la RDC doit passer par le retour au respect des règles, des standards, des normes, de l’éthique… « Bref, il faut améliorer la gouvernance, opérer une révolution de la modernité », estime L’Observateur.

De son côté, La Prospérité souligne : « Matata a 24 heures pour convaincre ! »
Ce journal note que près de 311 élus du peuple ont pris part à la plénière de lundi où l’équipe gouvernementale et son programme ont été présentés. Organisés en groupes parlementaires, poursuit le journal, les députés nationaux ont décortiqué les différentes articulations du programme d’action du gouvernement. Plusieurs questions touchant à l’économie, l’emploi, le social, la sécurité, l’éducation, la révision constitutionnelle, la justice, les élections à venir, la décentralisation, les infrastructures, les mines et hydrocarbures, les télécommunications ont été soulevé. La Prospérité. souligne que de l’avis du plus grand nombre, ce programme a été suffisamment enrichi et estime que le gouvernement est appelé à respecter les urgences en trouvant les moyens extrabudgétaires pour faire un saut qualitatif par la mise en place d’un plan audacieux d’emprunt, l’incitation des investissements privés dans les missions publiques, l’engagement avec intelligence, technicité et prudence de la garantie d’Etat pour stimuler les emprunts économiquement viables. Ce faisant, le programme mérite d’être adopté quand bien même les députés affirment attendre encore sa mise en œuvre, conclut La Prospérité.(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186731&Actualiteit=selected

Notre pauvre Matata, notre nouveau PM, dans sa candeur de presque débutant et dans son objectivité de technocrate reconnait "que beaucoup de choses sont à faire au Congo Kinshasa. ", parle "infrastructures" indispensables dans notre pays, il aurait du ajouter démocratisation à côté de l'instauration de l'Etat, pacification, droits et libertés partout, emploi, exigence productive, conditions sociales...
C'est que le Congo démocratique n'est nulle part, que les fameux cinq chantiers ne sont qu'un vaste enfumage et que les autosatisfactions stéréotypées de notre Président à chaque discours une inacceptable escroquerie !

Se donnera-t-il les moyens ou lui en donnera-t-on pour faire mieux ???
Osons l'espérer mais le chantier s'annonce rude et immense, il faut bien de l'expertise, du courage et du temps qu'un mandat de cinq ans n'est pas trop long...


Compatriotiquement!


Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  KOTA le 9/5/2012, 10:29 am

Notre pauvre Matata, notre nouveau PM, dans sa candeur de presque débutant et dans son objectivité de technocrate reconnait "que beaucoup de choses sont à faire au Congo Kinshasa. ", parle "infrastructures" indispensables dans notre pays, il aurait du ajouter démocratisation à côté de l'instauration de l'Etat, pacification, droits et libertés partout, emploi, exigence productive, conditions sociales...
C'est que le Congo démocratique n'est nulle part, que les fameux cinq chantiers ne sont qu'un vaste enfumage et que les autosatisfactions stéréotypées de notre Président à chaque discours une inacceptable escroquerie !



CELA S APPELLE "DEGRE ZERO DE LA POLITIQUE"...Twisted Evil

http://democratiechretienne.org/2012/05/08/rdc-le-degre-zero-de-la-politique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 10/5/2012, 5:08 pm

"RDC: la députée Jaynet Kabila recommande à Matata Ponyo de recenser la population"
lol! lol! lol! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing lol! lol! lol!
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/10/rdc-la-deputee-jaynet-kabila-recommande-matata-ponyo-de-recenser-la-population/
Elle est plutôt bien conseillée car c'est là un problème essentiel du pays pour toute administration qui se veut un tant soit peu objective et pour toute politique qui se veu souveraine !

Le hic c'est qu'est-ce que ça signifie dans la bouche d'une "Kanambe"; quelles idées at-elle derrière la tête ? Est-ce pour les besoins intéressés des prochaines élections (sénatoriales, locales) où l'on incorporerait des populations implantées exprès dans l'Est en provenance des pays voisins ou pour un véritable recensement souverain qui chercherait plutôt à nous compter, nous véritables Congolais ?
Dans quel délai prévoit-elle ce récensement et sur quel financement (j'ai vu une évaluation de 170 Millions de dollars) car je suppose qu'avant de poser la question, elle y a planché ?
Et selon quelles modalités ? Le recensement seul ou aussi le redéploiement des capacités de l'Etat civil, ce qui pose le préalable des besoins et une logistique davantage importants mais aussi peut-être une revisitation de la loi sur la nationalité...

C'est donc un vaste chantier et je serais bien curieux de suivre en direct son interpellation et les réponses qui lui ont été faites ! Quelqu'un peut-il nous trouver la vidéo de cet exploit et dans quelle langue s'exprime notre héroîque Princesse qui commence plutôt sur les chapeaux des roues son mandat ! Kiekiekieeeeee............

Cmpatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  Admin le 10/5/2012, 10:43 pm

ndonzwau a écrit:
"RDC: la députée Jaynet Kabila recommande à Matata Ponyo de recenser la population"
lol! lol! lol! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing lol! lol! lol!
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/10/rdc-la-deputee-jaynet-kabila-recommande-matata-ponyo-de-recenser-la-population/
Elle est plutôt bien conseillée car c'est là un problème essentiel du pays pour toute administration qui se veut un tant soit peu objective et pour toute politique qui se veu souveraine !

Le hic c'est qu'est-ce que ça signifie dans la bouche d'une "Kanambe"; quelles idées at-elle derrière la tête ? Est-ce pour les besoins intéressés des prochaines élections (sénatoriales, locales) où l'on incorporerait des populations implantées exprès dans l'Est en provenance des pays voisins ou pour un véritable recensement souverain qui chercherait plutôt à nous compter, nous véritables Congolais ?
Dans quel délai prévoit-elle ce récensement et sur quel financement (j'ai vu une évaluation de 170 Millions de dollars) car je suppose qu'avant de poser la question, elle y a planché ?
Et selon quelles modalités ? Le recensement seul ou aussi le redéploiement des capacités de l'Etat civil, ce qui pose le préalable des besoins et une logistique davantage importants mais aussi peut-être une revisitation de la loi sur la nationalité...

C'est donc un vaste chantier et je serais bien curieux de suivre en direct son interpellation et les réponses qui lui ont été faites ! Quelqu'un peut-il nous trouver la vidéo de cet exploit et dans quelle langue s'exprime notre héroîque Princesse qui commence plutôt sur les chapeaux des roues son mandat ! Kiekiekieeeeee............

Cmpatriotiquement!
Gracieuseté de César Ngadi
http://www.rdcongoinfos.com/?p=1431
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  mongo elombe le 11/5/2012, 11:52 am

http://radiookapi.net/actualite/2012/05/10/rdc-matata-ponyo-adolphe-muzito-procedent-la-remise-reprise/




Matata Ponyo a indiqué, de son coté, que son mandat s’inscrivait dans la continuité et la consolidation des acquis du gouvernement précédent. Very Happy Very Happy WOLOOOOOOOOOOOOOO


Si quelqu'un peut m'éclairer sur ce qu'il y a eu comme acquis du gouvernement précédent???


Quand à la Janet plus on est des fous plus on s'amuse kieeeeeee

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 12/5/2012, 10:29 am

Admin a écrit:
ndonzwau a écrit:
"RDC: la députée Jaynet Kabila recommande à Matata Ponyo de recenser la population"
lol! lol! lol! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing lol! lol! lol!
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/10/rdc-la-deputee-jaynet-kabila-recommande-matata-ponyo-de-recenser-la-population/
Elle est plutôt bien conseillée car c'est là un problème essentiel du pays pour toute administration qui se veut un tant soit peu objective et pour toute politique qui se veu souveraine !

Le hic c'est qu'est-ce que ça signifie dans la bouche d'une "Kanambe"; quelles idées at-elle derrière la tête ? Est-ce pour les besoins intéressés des prochaines élections (sénatoriales, locales) où l'on incorporerait des populations implantées exprès dans l'Est en provenance des pays voisins ou pour un véritable recensement souverain qui chercherait plutôt à nous compter, nous véritables Congolais ?
Dans quel délai prévoit-elle ce récensement et sur quel financement (j'ai vu une évaluation de 170 Millions de dollars) car je suppose qu'avant de poser la question, elle y a planché ?
Et selon quelles modalités ? Le recensement seul ou aussi le redéploiement des capacités de l'Etat civil, ce qui pose le préalable des besoins et une logistique davantage importants mais aussi peut-être une revisitation de la loi sur la nationalité...

C'est donc un vaste chantier et je serais bien curieux de suivre en direct son interpellation et les réponses qui lui ont été faites ! Quelqu'un peut-il nous trouver la vidéo de cet exploit et dans quelle langue s'exprime notre héroîque Princesse qui commence plutôt sur les chapeaux des roues son mandat ! Kiekiekieeeeee............

Cmpatriotiquement!
Gracieuseté de César Ngadi
http://www.rdcongoinfos.com/?p=1431

J'ai presque eu pitié d'elle, la pauvre(?), on la voit lire un texte dont elle ne comprend pas grand chose dans un français très élémentaire !
En vérité, je m'attendais à mieux (selon mes info que je ne peux divulguer ici...)
Je devrais m'en désoler et en je m'en désole : mais où nous mène-t-on dans ce pays ?
Je ris jaune avec Ma Mongo : "plus on est fou plus on s'amuse" mais jusque quand, jusque'où ???

Car en effet, elle a un mérite, c'est d'avoir été bien conseillé mais pourquoi proposer le recensement en une motion préjuridictionnelle qui si j'ai bien compris n'exige pas de débat alors qu'il aurait été judicieux d'en discuter... Et pourquoi elle; n'importe quel député peut-il ainsi s'improviser pour fermer la porte au débat et sur n'importe quel sujet ?
J'aurais bien voulu en savoir plus sur cette question préjudictionnelle lors du débat d'investiture du programme de gouvernement si quelqu'un en sait plus...

Ensuite, on peut penser ce qu'on veut et bien de mal sur cette autocratie, on ne peut pas ne pas reconnaître qu'elle se présente souvent plus maligne, plus outillée pour dérouler son plan; que fait l'opposition à part dénoncer mollement les manigances du pouvoir ? Ne peut-elle pas vraiment s'organiser pour élever sa voix même à l'AN ???

Enfin, comme je le disais plus haut : quel plan a cette majorité derrière la tête en proposant de but en blanc un recensement qui s'imposait depuis belle lurette et sur lequel elle s'assoyait jusque là ?


Compatriotiquement!

PS

Lisons ou relisons l'article ci-dessous : l'opposition parlementaire commencerait à s'organiser; elle veut introduire une loi de la double nationalité; dénonce un projet du pouvoir à abroger la loi de deux mandats uniques successifs; pense qu'avec la présence de l'AN et du gouvernement, le temps d'obtenir la libération du Lider Maximo est arrivé... Des mots, des mots pendant qu'en face ils agissent jusque quand ???

"«Joseph Kabila» tenté par la «Présidence sans limitation de mandat»?
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7279
Président du conseil national de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), Alain Mbaya a présidé, mercredi 9 mai, dans un hôtel bruxellois, une réunion avec des membres de la représentation au Benelux du parti cher à Vital Kamerhe. Candidat «malheureux» aux élections législatives du 28 novembre dernier, Mbaya a annoncé notamment la volonté de sa formation politique - dont les députés siègent à l’Assemblée nationale - d’initier une proposition de loi tendant à l’instauration de la double nationalité pour répondre à une "préoccupation" des Congolais de l’étranger. Dans le registre politique, l’orateur a déclaré sans fioritures que la «majorité présidentielle» "cherche" à amender l’article de la Constitution qui limite le nombre du mandat du président de la République à deux.
Près de six mois après les consultations politiques chaotiques du 28 novembre 2011, les partis d’opposition semblent être sur le point de terminer le «travail de deuil» commencé au lendemain du «hold-up électoral» commis par «Joseph Kabila». Signe de temps. Les réunions politiques commencent à reprendre timidement. Histoire de restructurer les formations politiques avant d’engager de nouvelles batailles.

Porte-parole de l’Opposition(...)"

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 15/5/2012, 4:35 am

CongoNouveau - 50 députés « étrangers » identifiés au Palais du Peuple
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186867&Actualiteit=selected
Elu député national en 2006 dans la circonscription de Gemena, dans la province de l’Equateur, José Makila Sumanda avait défrayé la chronique en soulevant l’épineuse question sur la double nationalité de certains acteurs politiques congolais. Jugé sensible à l’époque pour ne pas briser la cohésion nationale chèrement acquise- le problème avait été étouffé dans l’oeuf. Réélu, José Makila promet de remettre le dossier sur la table.
(...)«Pour mettre fin aux intentions de nos amis de la Majorité Présidentielle d‘exercer le pouvoir par la force, nous allons faire appel à la disposition constitutionnelle qui donne le pouvoir à tout Congolais de s ‘opposer à celui qui veut confisquer le pouvoir», a-t-il révélé. En pratique, il a fait savoir que tous les partis de l’Opposition sont en concertation pour mener des actions de rue dans les jours qui viennent. «Ceux qui croient ou qui comptent sur la division de l’Opposition congolaise, seront surpris cette fois-ci» prévient José Makila.
L’ancien gouverneur de l’Equateur s’est également longuement attardé sur la situation de guerre qui prévaut dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. Pour lui, la plupart de personnes qui tirent les ficelles dans l’ombre par rapport à cette situation se trouvent Kinshasa. «Je suis en train de récolter des éléments d’informations sur la guerre de l’Est», a indiqué José Makila, avant d’ajouter qu’il fera exploser la bombe le jour où il prendra la parole au Palais du Peuple.
(...)Reste à savoir si José Makila, malgré ses assurances, réussira là où il avait échoué il y a cinq ans."


° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186869&Actualiteit=selected
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/14/rdc-jed-freedom-journalist-denoncent-la-degradation-de-la-liberte-de-presse/
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/13/rdc-la-vsv-demande-aux-membres-du-gouvernement-de-declarer-leurs-patrimoines-la-cour-constitutionnelle/
° http://www.slateafrique.com/86777/rdc-l%E2%80%99armee-toute-impunite

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 17/5/2012, 6:09 pm

"(...)Gouvernement

Le Palmarès
titre aussi : « Matata Ponyo menacé par la guerre de l’Est », ce qui nous fournit ne transition toute faite.
Dans ses 100 premiers jours de grâce, Matata sera essentiellement évalué par rapport à la solution apportée à la crise de l’Est, note ce journal qui ajoute que «Le pacte social passe avant tout par la sécurisation des populations vulnérables de l’Est. Par rapport à la structuration de son programme, Matata doit impérativement revoir sa copie ». En prenant ses fonctions en tant que Premier ministre, Matata était mentalement préparé contre tous les défis majeurs, sauf la guerre. Même si au moment où le Chef de l’Etat a jeté sur lui son dévolu, l’Est tanguait, la situation ne paraissait pas vraiment préoccupante, précise Le Palmarès.

Au sujet du soutien de la Banque mondiale pour la mise en œuvre du programme du Gouvernement congolais, Le Potentiel titre « Matata rassuré du soutien de la Banque mondiale ».
Le Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, vient de recevoir un soutien de taille dans ses nouvelles fonctions de chef du gouvernement. Il s’agit de la Banque mondiale qui s’est ouvertement engagée, par son directeur des opérations en RDC, à l’accompagner dans cette «aventure exaltante» de réduire la pauvreté par la relance de l’appareil économique congolais.

L’Avenir écrit « Salubrité, phénomènes « Kuluna » et « Esprit de mort » : Matata face aux -24 bourgmestres, le gouvernement arrête un train de mesures ».
Selon le journal, le Premier ministre Matata Ponyo veut traduire en acte la volonté du chef de l’Etat qui veut que le pays affiche un certain standard dans la propreté comme c’est le cas dans d’autres pays. Quant au phénomène « Kuluna », des propositions seront faites au niveau du gouvernement pour arriver à des solutions intégrées. Elles insisteront beaucoup sur la réinsertion de ces jeunes gens, conclut ce journal, citant le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui avait lui aussi pris part à cette réunion."

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186918&Actualiteit=selected

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  Admin le 17/5/2012, 6:56 pm

ndonzwau a écrit:
CongoNouveau - 50 députés « étrangers » identifiés au Palais du Peuple
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186867&Actualiteit=selected
Elu député national en 2006 dans la circonscription de Gemena, dans la province de l’Equateur, José Makila Sumanda avait défrayé la chronique en soulevant l’épineuse question sur la double nationalité de certains acteurs politiques congolais. Jugé sensible à l’époque pour ne pas briser la cohésion nationale chèrement acquise- le problème avait été étouffé dans l’oeuf. Réélu, José Makila promet de remettre le dossier sur la table.
(...)«Pour mettre fin aux intentions de nos amis de la Majorité Présidentielle d‘exercer le pouvoir par la force, nous allons faire appel à la disposition constitutionnelle qui donne le pouvoir à tout Congolais de s ‘opposer à celui qui veut confisquer le pouvoir», a-t-il révélé. En pratique, il a fait savoir que tous les partis de l’Opposition sont en concertation pour mener des actions de rue dans les jours qui viennent. «Ceux qui croient ou qui comptent sur la division de l’Opposition congolaise, seront surpris cette fois-ci» prévient José Makila.
L’ancien gouverneur de l’Equateur s’est également longuement attardé sur la situation de guerre qui prévaut dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. Pour lui, la plupart de personnes qui tirent les ficelles dans l’ombre par rapport à cette situation se trouvent Kinshasa. «Je suis en train de récolter des éléments d’informations sur la guerre de l’Est», a indiqué José Makila, avant d’ajouter qu’il fera exploser la bombe le jour où il prendra la parole au Palais du Peuple.
(...)Reste à savoir si José Makila, malgré ses assurances, réussira là où il avait échoué il y a cinq ans."


° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186869&Actualiteit=selected
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/14/rdc-jed-freedom-journalist-denoncent-la-degradation-de-la-liberte-de-presse/
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/13/rdc-la-vsv-demande-aux-membres-du-gouvernement-de-declarer-leurs-patrimoines-la-cour-constitutionnelle/
° http://www.slateafrique.com/86777/rdc-l%E2%80%99armee-toute-impunite
Compatriotiquement!
Jusque là on peut dire que l'opposition parlementaire fait tout de même un travail visible
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 18/5/2012, 3:04 pm

"RDC : le député Fidèle Babala réclame une enquête sur le patrimoine de Joseph Kabila et des ministres
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/18/rdc-le-depute-fidele-babala-reclame-une-enquete-sur-le-patrimoine-de-joseph-kabila-des-ministres/
Dans une motion présentée à la plénière du mercredi 16 mai à l’Assemblée nationale, le député de l’opposition Fidèle Babala demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour surveiller la déclaration écrite du patrimoine du chef de l’Etat congolais Joseph Kabila et des membres du gouvernement, conformément à l’article 99 de la constitution.
Cet article est ainsi libellé :
« Avant leur entrée en fonction et à l’expiration de celle-ci, le Président de la République et les membres du Gouvernement sont tenus de déposer, devant la Cour constitutionnelle, la déclaration écrite de leur patrimoine familial, énumérant leurs biens meubles, y compris actions, parts sociales, obligations, autres valeurs, comptes en banque, leurs biens immeubles, y compris terrains non bâtis, forêts, plantations et terres agricoles, mines et tous autres immeubles, avec indication des titres pertinents. […]
Faute de cette déclaration, endéans les trente jours, la personne concernée est réputée démissionnaire.
Dans les trente jours suivant la fin des fonctions, faute de cette déclaration, en cas de déclaration frauduleuse ou de soupçon d’enrichissement sans cause, la Cour constitutionnelle ou la Cour de cassation est saisie, selon le cas. »


Fidèle Babala affirme que la Cour constitutionnelle n’est pas maîtresse de l’action en ce qui concerne le contrôle du patrimoine des ministres et du président de la République. Selon lui, le Parlement aussi a le pouvoir de contrôler les ministres, indiquant que sa démarche a pour objectif de lutter contre l’enrichissement illicite.
« C’est pour faire savoir à nos ministres et Premier ministre qu’ils sont des gestionnaires des biens d’autrui. Les gens pensent que [quand on entre au gouvernement] c’est l’occasion de s’enrichir », explique le député du MLC, pour qui les dirigeants politiques doivent avoir « la culture de rendre compte à la population ».
Fidèle Babala déclare que les Premiers ministres Gizenga et Muzito ainsi que les membres de leurs gouvernements respectifs « doivent pouvoir expliquer à la population tous les biens qu’ils ont acquis par rapport aux émoluments que la République leur a payé ».

Il affirme, en outre, que le code pénal prévoit plusieurs sanctions en cas de détournement des deniers publics notamment la saisine des biens acquis illicitement et la privation du droit d’exercer les fonctions publiques pendant au moins dix ans.
La semaine dernière, l’ONG La voix des sans voix (VSV) avait formulé une demande similaire. La VSV invitait les membres du gouvernement récemment nommé à déposer devant la cour constitutionnelle la déclaration de leur patrimoine familial « pour éviter que le revenu national profite seulement à une poignée de personnes »."


° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/17/rdc-les-deputes-interpellent-le-gouvernement-sur-les-expulsions-massives-des-congolais-de-langola/

"Forum Des As - Majorité et Opposition se disputent le contrôle des commissions"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186958&Actualiteit=selected

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186952&Actualiteit=selected
° http://www.africatime.com/rdc/popup.asp?no_nouvelle=671135

Compatriotiquement!


Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 19/5/2012, 3:45 am

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=186965&Actualiteit=selected
"(...)L’argent des politiques

Tant dans la diaspora qu’en RDC même, aussi bien au Parlement que dans la presse, il est beaucoup question de l’argent des hommes politiques. Outre l’intérêt de la chose, parce que dans tout les monde, mettre « politique » et « argent » dans la même phrase déclenche n ricanement qui n’est pas loin du sanglot, l’actualité s’y prête du fait des mesure ostensibles de restrictions prises par divers gouvernements européens. Voici ce que cela donne chez les Congolais de Belgique (blog de Cheik Fita).
« À peine arrivé au pouvoir, François Hollande, le nouveau Président Français a réduit son salaire brut. Nicolas Sarkozy et François Fillon touchaient un salaire brut mensuel de 21 000 euros. Pour Hollande et Ayrault ce sera 14 000.
Le salaire des ministres français lui passe de 14 000 à 9 940.
En Belgique, le Premier ministre et les vice-premiers touchent aujourd’hui 17.500 euros mensuels brut.
Et en RD Congo?

Sauf erreur de source, en 1960, le Premier Ministre Lumumba avait un salaire de 90.000 francs congolais, et l’huissier de la fonction publique 15.000 FC, soit une tension salariale de 1/6.
Par la suite, que gagnait mensuellement le Maréchal Mobutu?
Et son successeur Joseph Kabila? Pourquoi en Belgique et en France les salaires des dirigeants ne sont pas un mystère? Pourquoi le sont-ils en RD Congo? Le salaire du Président provient directement de la caisse de l’état. La caisse de l’état est alimentée par les différentes taxes et autres impôts, fruits de la sueur du front de chacun des citoyens du pays. Même en RD Congo, malgré la grande désarticulation de l’état, celui-ci n’a d’autres sources de recettes que le travail des citoyens, leurs consommations.
Supprimez les citoyens, l’état tombe en faillite, et les dirigeants deviennent désargentés.
Pourquoi en occident, les dirigeants sont-ils enclin à publier leurs salaires à l’intention de tous les citoyens, et pourquoi cela n’est-il pas le cas dans nos « républiques » du tiers-monde?

Parce qu’en occident, d’une part, le dirigeant est conscient que son pouvoir vient du peuple, du citoyen, et d’autre part, le citoyen sait que c’est lui qui choisit les dirigeants et les paie.
Dans nos pays sous-développés par contre, les dirigeants se considèrent comme au dessus des autres citoyens, au point de croire qu’ils n’ont pas de compte à rendre aux plus petits.
De leur côté, les citoyens n’ont pas encore intériorisé l’idée selon laquelle c’est eux qui donnent le pouvoir et que c’est le fruit de la sueur de leur front qui rétribue les dirigeants.
La conséquence de cet état de choses est plus catastrophique: ayant pris goût au pouvoir et s’en étant pratiquement enivré, les dirigeants de nos pays poussent leur cynisme trop loin:
- Ils ne veulent plus partir du pouvoir,
- Ils s’y cramponnent. Malheureusement de très mauvaise manière. Quand ils veulent bien organiser des élections, non seulement ils puisent l’argent de leur campagne dans la caisse de l’état, en fait dans la poche de chaque citoyen, pire, en cas d’échec, ils trichent. Et quand la tricherie est grotesque, découverte, et dénoncée, ils menacent et tuent parfois. Avec quoi? Avec des armes. Des armes achetées avec quel argent? Avec l’argent puisé dans la caisse de l’état, autrement dit, puisé dans la poche de chaque citoyen.
Nous les citoyens congolais, sommes-nous tous suffisamment conscient de cela ?
Par distraction ou par ignorance, n’engraissons-nous pas nos bourreaux … Avec le fruit de la sueur de notre front? »

Dans une motion présentée à la plénière du mercredi 16 mai à l’Assemblée nationale, nous dit Radio Okapi, le député de l’opposition Fidèle Babala (MLC) « demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour surveiller la déclaration écrite du patrimoine du chef de l’Etat congolais Joseph Kabila et des membres du gouvernement, conformément à l’article 99 de la constitution ».
On a bien sûr objecté que cette surveillance était déjà prévue ce serait une des compétences de la Cour Constitutionnelle.
(Que penser des constatations suivantes :
1. Les résultats des élections devraient être vérifiés par la Cour Constitutionnelle.
2. Les patrimoines des élus devraient être surveillés par la Cour Constitutionnelle.
3. On n’a jamais trouvé le temps de créer la Cour Constitutionnelle.
Vous devinez sans peine les conclusions que certains en tirent ! Ah ! Les gens sont si méchants ! NdlR)"(...)"



"RDC : les avions qui ne remplissent pas les conditions de navigabilité bientôt interdits de vol
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/18/rdc-le-ministre-des-transports-annonce-limmobilisation-des-avions-qui-ne-remplissent-pas-les-conditions-de-navigabilite/

"Lancée lundi en Afrique du Sud
Fibre optique : la RDC non partante

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123179&id_edition=100117
Mauvaise élève, la RDC ne pourrait se connecter à la fibre optique qu’au mois d’août prochain. Alors que cette technologie de pointe a été lancée lundi dernier en Afrique du Sud. Tous les autres pays du consortium WACS nous devancent sur l’accès à l’Internet à haut débit et au moindre coût. Because. A Kinshasa, des maffieux ont eu raison des autorités en retardant l’avancement des travaux. Ce jour, ils se frottent les mains et rient sous cape pour avoir réussi leur coup. Le chef de l’Etat devrait sanctionner tous ces récidivistes impénitents d’autant que le manque à gagner est énorme.(...)"

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123174&id_edition=100117
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123153&id_edition=100117
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123152&id_edition=100117
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/18/rdc-enfant-sur-quatre-est-malnutri-selon-rapport-du-pam/

"L'ambassade congolaise à Paris insolvable
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120518183457/france-diplomatie-rdc-impayesl-ambassade-congolaise-a-paris-insolvable.html
La représentation diplomatique de la République démocratique du Congo en France semble avoir des difficultés à gérer ses comptes et doit une somme importante à son propre avocat.(...)"

"RDC : le business plan d'Augustin Matata
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2679p018.xml0/gouvernement-joseph-kabila-premier-ministre-cenirdc-le-business-plan-d-augustin-matata.html
Après cinq mois perdus en querelles électorales, le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo veut mettre le nouveau gouvernement au travail. Et ce ne sont pas les chantiers qui manquent...(...)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 24/5/2012, 6:06 pm

"RDC: Amnesty international accuse militaires, policiers et groupes armés de violer les droits humains"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/24/rdc-amnesty-international-accuse-militaires-policiers-groupes-armes-de-violer-les-droits-humains/

"Rejet de la notion de mise sur pied d’une commission de contrôle parlementaire"
° http://www.digitalcongo.net/article/84007

"Patrimoine des ministres : l’heure du déballage
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123330&id_edition=100122
Des membres du gouvernement sortant, dont les fonctions ont pris fin, se trouvent présentement sur le grill à la suite de l’option levée mercredi à l’Assemblée nationale d’entendre bientôt le directeur du fisc sur leur actuel patrimoine familial, comparé à celui déclaré avant l’entrée en fonction. «En cas de déclaration frauduleuse ou de soupçon d’enrichissement sans cause» avéré, la Cour constitutionnelle ou la Cour de cassation est saisie», stipule la Constitution.(...)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 26/5/2012, 3:06 am

"La Tempête des Tropiques - Contrôle parlementaire à l'Assemblée nationale Gizenga et Muzito dans le collimateur des députés"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=187094&Actualiteit=selected


"(...)Gouvernement sortant
(...)
(Qu’elle soit prononcée en français, en russe, en hébreux ou en lingala, une phrase où
figurent à la fois les mots «ministre », « pognon » et « désintéressement » amène chez
la plupart des gens un rictus ironique et méchant qui n’est pas loin du spasme
douloureux. A tort ou à raison, le désintéressement des politiciens est une chose à
laquelle on ne croit pas. Mais, bien entendu, si ce préjugé est général, il se manifeste
avec plus ou moins d’acuité selon que la tension entre les revenus les plus élevés et les
plus faibles, dans le pays concerné, est forte. Au Congo, il inspire donc les réflexions les
plus acerbes.
Il faut dire que, si la RDC s’est aligné sur la plupart des autres états pour ce qui est
d’exiger une déclaration de patrimoine pour les présidents et ministres à l’entrée et à la
sortie de leurs fonctions, elle a imposé à cette formalité des modalités croquignolettes qui
sont de nature à encourager plus qu’à dissiper les soupçons. Jugez plutôt : cela consiste
dans le dépôt, à la CSJ d’enveloppes fermées qu’elle ne peut en aucun cas ouvrir.
Seul le fisc est autorisé à le faire, s’il y a lieu… et l’on peut tout de même supposer
qu’aucun ministre prévaricateur n’est bête au point de faire deux mensonges différents,
l’un au fisc, l’autre à la CSJ !
Cela se corse encore du fait que des soupçons très lourds pèsent sur l’équipe Muzito.
Quand le Parlement a voulu en débattre, il en a été empêché par une émeute visiblement
organisée par le PALU qui, pour l’occasion, avait fait venir du Bandundu des autocars de
« manifestants musclés ». Ce débat n’a jamais été repris. Curieux, non ?
Circonstances aggravante : le gouvernement Muzito est ce « bon élève du FMI » qui a
obtenu des allègements et des remises de dettes considérables. Le bon peuple en a
déduit que « le temps du « social » allait enfin arriver ». Il attend toujours … Mais il se
défend difficilement de l’impression que s’il n’en a rien vu, c’est que certains autres en
ont vu beaucoup trop.
Pourquoi avoir choisi un débat à la Chambre plutôt qu’une Commission d’Enquête
parlementaire ? Certes, « il n’existe pas de disposition réglementaire qui prévoit
l’institution d’une commission » de vérification de la déclaration de patrimoine. Mais une
Commission peut toujours être instituée. C'est un des outils au service du contrôle
parlementaire du gouvernement. La création d'une commission d'enquête suit souvent un
problème grave et ayant eu une forte résonance dans l’opinion publique – ce qui est le
cas ! Elle pourrait être chargée, entre autres, de reprendre l’examen des faits qui
devaient faire l’objet des débats autrefois interrompus. Mais une telle commission a des
pouvoirs similaires ceux d’un juge d’instruction. Elle peut convoquer des témoins, qui
seront tenus de dire la vérité, perquisitionner, saisir des documents… Voudrait-on
l’éviter ? Si oui, pourquoi ? NdlR)(...)"

° http://www.congoforum.be/upldocs/25%2005%2012.pdf

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 28/5/2012, 12:56 am

"RDC: une ONG réclame des poursuites contre les anciens ministres qui n’ont pas déclaré leurs patrimoines"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/26/rdc-une-ong-reclame-des-poursuites-contre-les-anciens-ministres-qui-nont-pas-declare-leurs-patrimoines/

"Kinshasa : traque des vendeurs ambulants, le gouvernement invite la police à éviter les dérapages"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/26/kinshasa-traque-des-commercants-ambulants-le-gouvernement-invite-la-police-eviter-les-derapages/

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 28/5/2012, 1:25 am

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
ndonzwau a écrit:
"RDC: la députée Jaynet Kabila recommande à Matata Ponyo de recenser la population"
lol! lol! lol! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing lol! lol! lol!
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/10/rdc-la-deputee-jaynet-kabila-recommande-matata-ponyo-de-recenser-la-population/
Elle est plutôt bien conseillée car c'est là un problème essentiel du pays pour toute administration qui se veut un tant soit peu objective et pour toute politique qui se veu souveraine !

Le hic c'est qu'est-ce que ça signifie dans la bouche d'une "Kanambe"; quelles idées at-elle derrière la tête ? Est-ce pour les besoins intéressés des prochaines élections (sénatoriales, locales) où l'on incorporerait des populations implantées exprès dans l'Est en provenance des pays voisins ou pour un véritable recensement souverain qui chercherait plutôt à nous compter, nous véritables Congolais ?
Dans quel délai prévoit-elle ce récensement et sur quel financement (j'ai vu une évaluation de 170 Millions de dollars) car je suppose qu'avant de poser la question, elle y a planché ?
Et selon quelles modalités ? Le recensement seul ou aussi le redéploiement des capacités de l'Etat civil, ce qui pose le préalable des besoins et une logistique davantage importants mais aussi peut-être une revisitation de la loi sur la nationalité...

C'est donc un vaste chantier et je serais bien curieux de suivre en direct son interpellation et les réponses qui lui ont été faites ! Quelqu'un peut-il nous trouver la vidéo de cet exploit et dans quelle langue s'exprime notre héroîque Princesse qui commence plutôt sur les chapeaux des roues son mandat ! Kiekiekieeeeee............

Cmpatriotiquement!
Gracieuseté de César Ngadi
http://www.rdcongoinfos.com/?p=1431

J'ai presque eu pitié d'elle, la pauvre(?), on la voit lire un texte dont elle ne comprend pas grand chose dans un français très élémentaire !
En vérité, je m'attendais à mieux (selon mes info que je ne peux divulguer ici...)
Je devrais m'en désoler et en je m'en désole : mais où nous mène-t-on dans ce pays ?
Je ris jaune avec Ma Mongo : "plus on est fou plus on s'amuse" mais jusque quand, jusque'où ???

Car en effet, elle a un mérite, c'est d'avoir été bien conseillé mais pourquoi proposer le recensement en une motion préjuridictionnelle qui si j'ai bien compris n'exige pas de débat alors qu'il aurait été judicieux d'en discuter... Et pourquoi elle; n'importe quel député peut-il ainsi s'improviser pour fermer la porte au débat et sur n'importe quel sujet ?
J'aurais bien voulu en savoir plus sur cette question préjudictionnelle lors du débat d'investiture du programme de gouvernement si quelqu'un en sait plus...

Ensuite, on peut penser ce qu'on veut et bien de mal sur cette autocratie, on ne peut pas ne pas reconnaître qu'elle se présente souvent plus maligne, plus outillée pour dérouler son plan; que fait l'opposition à part dénoncer mollement les manigances du pouvoir ? Ne peut-elle pas vraiment s'organiser pour élever sa voix même à l'AN ???

Enfin, comme je le disais plus haut : quel plan a cette majorité derrière la tête en proposant de but en blanc un recensement qui s'imposait depuis belle lurette et sur lequel elle s'assoyait jusque là ?


Compatriotiquement!

PS

Lisons ou relisons l'article ci-dessous : l'opposition parlementaire commencerait à s'organiser; elle veut introduire une loi de la double nationalité; dénonce un projet du pouvoir à abroger la loi de deux mandats uniques successifs; pense qu'avec la présence de l'AN et du gouvernement, le temps d'obtenir la libération du Lider Maximo est arrivé... Des mots, des mots pendant qu'en face ils agissent jusque quand ???

"«Joseph Kabila» tenté par la «Présidence sans limitation de mandat»?
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7279
Président du conseil national de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), Alain Mbaya a présidé, mercredi 9 mai, dans un hôtel bruxellois, une réunion avec des membres de la représentation au Benelux du parti cher à Vital Kamerhe. Candidat «malheureux» aux élections législatives du 28 novembre dernier, Mbaya a annoncé notamment la volonté de sa formation politique - dont les députés siègent à l’Assemblée nationale - d’initier une proposition de loi tendant à l’instauration de la double nationalité pour répondre à une "préoccupation" des Congolais de l’étranger. Dans le registre politique, l’orateur a déclaré sans fioritures que la «majorité présidentielle» "cherche" à amender l’article de la Constitution qui limite le nombre du mandat du président de la République à deux.
Près de six mois après les consultations politiques chaotiques du 28 novembre 2011, les partis d’opposition semblent être sur le point de terminer le «travail de deuil» commencé au lendemain du «hold-up électoral» commis par «Joseph Kabila». Signe de temps. Les réunions politiques commencent à reprendre timidement. Histoire de restructurer les formations politiques avant d’engager de nouvelles batailles.

Porte-parole de l’Opposition(...)"

"RDC - La députée congolaise déterminée à compenser le déficit en nombre par
la qualité à l’Hémicycle

DIA (agence catholique d’information) - 23 Mai 2012 09:15

° http://www.dia-afrique.org/index.php?option=com_content&view=article&id=910
° http://www.congoforum.be/upldocs/26%2005%2012.pdf
Kinshasa, le 23 mai 2012 - (D.I.A.) - A l’Assemblée Nationale, au cours de la plénière du
mercredi 09 mai dernier, après la réaction du Premier Ministre aux questions des
députés, l’Honorable Jaynet Kabila sollicite et obtient du Président de la séance une
motion préjudicielle. Vu la qualité de l’interpellatrice qui n’est autre que la sœur jumelle
du Chef de l’Etat, le moment est solennel et il n’est pas sans rappeler un autre où le
souffle de tout un peuple fut suspendu à l’apparition de son frère sur l’écran de la
Télévision nationale à l’occasion de sa première adresse à la nation le 27 janvier 2001.(...)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 31/5/2012, 1:16 am

"Fraude minière en RDC: une enquête démasque 59 compagnies fictives"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/29/fraude-miniere-en-rdc-une-enquete-demasque-59-compagnies-fictives/
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120530121201/mines-ong-joseph-kabila-rdcrdc-plusieurs-milliards-de-dollars-en-biens-miniers-detournes-selon-une-ong.html

"RDC : une ONG dénonce le "cambriolage" des ressources minières par des sociétés fictives"
° http://www.jeuneafrique.com/actu/20120529T182120Z20120529T182118Z/rdc-une-ong-denonce-le-cambriolage-des-ressources-minieres-par-des-societes-fictives.html

"RDC : le MLC réclame des poursuites judiciaires contre les anciens ministres soupçonnés d’enrichissement illicite"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/30/rdc-le-mlc-reclame-des-poursuites-judiciaires-contre-les-anciens-ministres-soupconnes-denrichissement-illicite


"RDC : 114, nouveau numéro vert pour dénoncer les abus des policiers"
° http://radiookapi.net/actualite/2012/05/29/rdc-linspection-generale-de-la-police-lance-le-numero-vert-le-114/

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  ndonzwau le 5/6/2012, 12:16 am

"RDC: le gouvernement se donne 6 objectifs à atteindre en 100 jours
° http://radiookapi.net/actualite/2012/06/02/rdc-la-feuille-de-route-du-gouvernement-matata-vise-6-domaines-du-secteur-public-dans-100-jours/
(...)Parmi les six secteurs concernés par la feuille de route du gouvernement, on compte le domaine :
-de la gestion du budget et des finances
-de la défense et de la sécurité
-de la politique, diplomatique et judiciaire
-de la modernisation des infrastructures de base
économique et de la gestion des ressources naturelles
-du social et de l’amélioration des conditions de vie des populations (...)"


"Matata : «La feuille de route du gouvernement nous met tous à l’épreuve de la gouvernance»
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_edition=&id_article=123610
Répondant à l’appel du chef de l’Etat, le Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, a présenté le week-end les grandes lignes de la feuille de route du gouvernement pour la période 2012-2016. A court terme, le gouvernement cible six actions dans différents secteurs de la vie nationale.(...)"

"Diplomatie congolaise : sortir des sentiers battus"
° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123618&id_edition=100130

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=187270&Actualiteit=selected

"Pour avoir mis le Katanga sur la voie du progrès et du développement
Moïse Katumbi poussé à se présenter aux élections provinciales de 2013"

° http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=123619&id_edition=100130

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=187270&Actualiteit=selected

"Chantier inachevé
° http://www.lepotentiel.com//afficher_article_archive.php?id_article=123554&id_edition=100129&yearID=2012&monthID=06&dayID=02
La formation d’une armée républicaine, professionnelle et dissuasive reste au cœur de toutes les préoccupations des Congolais. Des dirigeants aux simples citoyens, l’urgence de doter la République de ce précieux instrument de protection des citoyens et des frontières nationales s’impose, alors que l’Etat s’efforce, par ce temps de crise, de défendre l’intégrité de son territoire dans sa partie Est.(...)"

° http://www.rfi.fr/afrique/20120601-rdc-kinshasa-parlementaires-s-emparent-rapport-polemique-monusco

Compatriiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: VISAGES ET FONCTIONNEMENT DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum