Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  Tsippora le 30/4/2012, 10:03 pm

Le titre dit tout. La Communauté internationale est bien au fait de cette imposture mais préfère jouer le jeu, du moment que ses intérêts sont protégés. Entre temps, on se demande pourquoi la RDC traîne de la patte sur tous les palmarès internationaux, malgré sa prétendue croissance fulgurante et son inflation sous contrôle. Ils continuent donc à se servir allégrement dans les coffres de l'État tout en mettant en place des mesures pour contenter les bailleurs de fonds, sans se soucier du citoyen moyen dont le sort continue à se dégrader. À gouvernement fallacieux, croissance fallacieuse. Voilà le bilan de Matata Ponyo qui avait repris le flambeau à titre de ministre des Finances, pour maintenir le navire à flot tout en naviguant à vue.


RDC : Dix ans de croissance fallacieuse
(Un Monde Libre 30/04/2012)

Les performances accomplies en RDC, en termes de positivité des taux de croissance et de maîtrise du niveau d’inflation depuis début 2000, sont devenues un vrai motif de fierté pour les autorités politiques, qui sont dorénavant bons élèves des institutions de Bretton Woods. Ils ne jurent plus que par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) : atteindre des taux de croissance à deux chiffres et les maintenir pendant 8 ans pour réduire la pauvreté de 50 %. Mais peut-on réellement émettre des prévisions fiables de réduction de pauvreté sur base d’une croissance du type congolais ?

Selon la Banque Centrale du Congo (BCC), entre 2001 et 2011, le PIB et l’emploi ont connu des taux réels de croissance de 5,5 et de 5,85 respectivement. Les secteurs primaire, secondaire et tertiaire ont été multipliés par 7,23 ; 5,60 et 44190,58 avec des taux de croissance de 24,58 % ; 21,09 % et 228,21 % respectivement. L’Indice de Production Industrielle qui se rapporte au secteur dit secondaire (usines, chantiers, mines et carrières) a varié de 2,61 % par an.

Ces statistiques sont apparemment impressionnantes, mais regardons-les sous un angle différent : le PIB étant la somme des Valeurs Ajoutées (VA), considérons la structure de celles-ci. La VA se répartit essentiellement entre les salaires, les cotisations sociales, les impôts, et les profits, dont l’augmentation traduit celle du PIB, et la qualité celle de la croissance. Mais il ne sera question, ici, d’analyser que l’emploi et la part revenant aux entrepreneurs, ainsi que les effets d’entraînement.

La demande du travail est fonction de la production prévue par les entreprises. Le corollaire est qu’en période prospère l’emploi augmente, les prévisions restant positives, et la masse de salaire suit le même mouvement. En RDC, de 2001 à 2011, le taux de chômage n’est passé que de 90 % à plus de 70 %. En terme réel, le PIB a été multiplié à peine par 2, le PIB/tête par 1,26 et plus de 71 % des congolais vivent avec moins d’un dollar américain par personne par jour selon le rapport mondial sur le développement humain 2011.

La lenteur dans l’augmentation de l’emploi s’explique par le fait que la croissance ait été déclenchée et soutenue par le secteur tertiaire (qui a été multiplié par 44190,58), essentiellement constitué des sociétés télécommunication et des banques qui n’ont pas besoin d’une grosse main d’œuvre. L’évolution du secteur industriel qui engloutit un travail abondant, n’égale pas son potentiel alors que l’emploi est un déterminant fondamental de la pauvreté. Une croissance non créatrice d’emplois massifs dans une économie à taux de chômage très élevé biaise les prévisions de réduction de pauvreté.Un aspect autre important de la création de richesses intérieures est la part revenant aux entreprises, les profits. Malheureusement ces profits ne sont presque pas réinvestis dans l’économie. Il y a donc un effet d’optique dans cette « richesse-là ».
Selon la BCC, la RDC perd chaque année, autour de 10 % du PIB suite aux transferts vers le reste du monde. Mais il est fort plausible que l’économie congolaise a été transformée en une sorte de grenier où les investisseurs puisent pour réinvestir dans leurs pays d’origine. Et les richesses réinjectées dans l’économie ne représentent pas grand-chose par rapport à celles créées. Au regard de ces faits, nous sommes convaincus que les transferts vers le reste du monde sont de loin supérieurs à 10 %.

A présent parlons des effets d’entraînement. Supposons que suite à la production des sociétés étrangères installées dans un pays, le taux de croissance atteigne deux chiffres. Ces sociétés emploient une petite quantité de main d’œuvre dont les cadres sont étrangers et bien rémunérés, et les subalternes sont nationaux avec des salaires médiocres. La grande partie de leurs consommations intermédiaires est étrangère pendant qu’elles peuvent uniquement provenir de l’intérieur du pays, et pour tout couronner, leurs comptes bancaires sont logés à l’étranger, et la grande partie de ce qu’elles gagnent est rapatrié à leurs pays.

Dans leur incapacité à canaliser l’économie vers des objectifs bien définis, les autorités congolaises se contentent de l’installation d’une nouvelle société qui augmente le PIB, parce que dans ces conditions elles restent bons élèves des institutions de Bretton Woods, alors qu’elles devraient garantir les effets d’entraînement au sein de l’économie nationale. Une croissance qui n’occasionne presque pas d’effets d’entraînement et qui ne laisse que peu de moyens pour l’économie nationale biaise les prévisions de réduction de pauvreté.

Les réformes doivent donc être d’actualité en RDC s’il faut espérer une croissance plus introvertie. Avant tout, il convient de savoir que le libéralisme n’exclut pas l’orientation de l’économie vers un objectif. La canalisation de l’économie vers l’industrialisation sera un vrai moteur de création d’emplois massifs. L’amélioration des systèmes bancaire et financier est indispensable à la minimisation de la préférence des investisseurs vers l’étranger, ce qui pourra améliorer la disponibilité des ressources nécessaires au réinvestissement dans des secteurs à forte intensité de main d’œuvre. Et la mise en place d’un environnement favorable aux effets d’entraînement favorisera la croissance dans plusieurs secteurs. L’amélioration du cadre institutionnel économique propice à l’essor des PME à intensité en main d’œuvre doit préoccuper la RDC au premier degré.La croissance du type congolais est donc fallacieuse, elle manque de consistance. Elle est basée sur des secteurs non créateurs d’emplois massifs, qui n’occasionnent presque pas d’effet d’entraînement. Elle enrichit plus les investisseurs tout en occasionnant des rapatriements massifs des richesses vers leurs pays d’origine, et donc ne laissant que peu de moyens pour l’économie nationale. Avec une telle croissance la réalisation des OMD devient une illusion.


Auteur : Kayayima Muteba Franklin

Kyayima Muteba Franklin est économiste à l’Université de Kinshasa.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  regarder et bien voir le 30/4/2012, 10:20 pm

Il n y a rien de neuf, toloba toloba tolemba, on a plus le courage de se repeter, a` voir surtout la deuxieme grande partie Augmentation des capitaux:

http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t4212-les-exigences-economiques-sur-la-politique-en-vue-du-progres-et-de-developpement#86179

Selon Regarder et bien voir, Technologie-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  Admin le 30/4/2012, 10:54 pm

Concernant le point suivant:

Selon la BCC, la RDC perd chaque année, autour de 10 % du PIB suite aux transferts vers le reste du monde. Mais il est fort plausible que l’économie congolaise a été transformée en une sorte de grenier où les investisseurs puisent pour réinvestir dans leurs pays d’origine. Et les richesses réinjectées dans l’économie ne représentent pas grand-chose par rapport à celles créées. Au regard de ces faits, nous sommes convaincus que les transferts vers le reste du monde sont de loin supérieurs à 10 %.

C'est tellement vrai,il suffit de voir comment les vols vers Kinsasa sont remplis des ressortissants occidentaux!

Il y a aussi un autre point par rapport à ça. C'est que derriere ces investissements se cachent tout un système de blanchiment d'argent sale
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  Tsippora le 1/5/2012, 7:28 pm

Justement Admin, tout commence par l'État. Quand l'État n'existe pas, on se rabat sur des slogans pour se donner bonne conscience. Il est important que les Congolais comprennent que le problème ce ne sont pas les multinationales ou encore les investisseurs étrangers. C'est l'absence de règles et de lois et surtout, leur application rigoureuse et impartiale qui fait défaut. Quand on rajoute le manque de vision et l'incompétence des dirigeants qui jusqu'ici se sont démarqués par leur boulimie incontrôlable, on ne peut que se retrouver dans la situation actuelle qui consiste à gérer au jour le jour, à parer au plus urgent, sans planification. Le manque de légitimité fait en sorte que toutes les ressources de l'État sont dédiées à maintenir les alliances, les dicktats des bailleurs de fonds, même quand ces derniers sont contre-productives.

Admin a écrit:Concernant le point suivant:

Selon la BCC, la RDC perd chaque année, autour de 10 % du PIB suite aux transferts vers le reste du monde. Mais il est fort plausible que l’économie congolaise a été transformée en une sorte de grenier où les investisseurs puisent pour réinvestir dans leurs pays d’origine. Et les richesses réinjectées dans l’économie ne représentent pas grand-chose par rapport à celles créées. Au regard de ces faits, nous sommes convaincus que les transferts vers le reste du monde sont de loin supérieurs à 10 %.

C'est tellement vrai,il suffit de voir comment les vols vers Kinsasa sont remplis des ressortissants occidentaux!

Il y a aussi un autre point par rapport à ça. C'est que derriere ces investissements se cachent tout un système de blanchiment d'argent sale

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  Tsippora le 1/5/2012, 7:34 pm

En effet, Regarder et voir, j'adhère à entièrement à ton analyse. Ce que je constate c'est que l'État de droit est une condition sine qua none, incontournable pour le développement de ce pays. Aucune vision ne pourra se matérialiser sans cet important préalable.

regarder et bien voir 2 a écrit:Il n y a rien de neuf, toloba toloba tolemba, on a plus le courage de se repeter, a` voir surtout la deuxieme grande partie Augmentation des capitaux:

http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t4212-les-exigences-economiques-sur-la-politique-en-vue-du-progres-et-de-developpement#86179

Selon Regarder et bien voir, Technologie-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le bilan de Matata Ponyo et de son président: Croissance fallacieuse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum