UN ILLUSTRE AINE TROP MECONNU : PANDA FARNANA !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UN ILLUSTRE AINE TROP MECONNU : PANDA FARNANA !

Message  ndonzwau le 15/6/2012, 4:28 am

"Panda Farnana sur la RTBF‏
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=4&newsid=187411&Actualiteit=selected
Ce dimanche (10/O6/2012) à 22h10, sur La Une, la RTBF diffusera un film évoquant la vie de Paul Panda Farnana. Voici le texte de présentation que diffuse la RTBF.

« A travers la vie et les écrits de Panda Farnana, premier intellectuel Congolais à avoir été diplômé de l'enseignement supérieur belge en 1909, le film propose une réflexion sur les débuts du colonialisme tant en Belgique qu'au Congo. Panda Farnana, un Congolais qui dérange dresse le portrait d'un personnage atypique, à cheval entre deux mondes, celui de la Belgique et du Congo. Un film de Françoise Levie.

Ce documentaire retrace la vie et l'oeuvre de Panda Farnana grâce à des documents inédits et des scènes d'évocation tournées au Congo. Il raconte la trajectoire exceptionnelle d'un personnage qui est en passe de devenir une légende nationale au Congo.Elevé par une femme belge célibataire et artiste, Louise Derscheid, Paul Panda Farnana est le premier congolais à avoir obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur en Belgique au début du 20e siècle. Nommé agronome, il retourne au Congo en tant que premier fonctionnaire belge à la peau noire. Il y subit un véritable apartheid et doit renoncer peu à peu à ses différents postes pour cause de harcèlement. Il rentre en Belgique en 1914 et, à l'annonce de la guerre, s'engage comme volontaire. Il est fait prisonnier et emmené en captivité en Allemagne jusqu'à la libération en 1918. Les années passées, tant au Congo que dans les camps allemands, le poussent à vouloir améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Pendant dix ans, il va consacrer toute son énergie à réclamer l'égalité entre les blancs et les noirs par l'éducation et la responsabilisation des chefs, sous les attaques virulentes de la presse coloniale. A travers Panda, le film explore les causes qu'il défend : abolition du travail forcé, importance de l'éducation pour tous dissociée de la religion, admission des Noirs au sein des instances décisionnelles de la colonie et en représentation internationale, respect élémentaire des droits de l'homme.

Panda Farnana meurt quelques mois après son retour au Congo, à l'âge de 42 ans, empoisonné par les gens de son village. En 1930, peu de temps après la mort de Panda Farnana, le gouverneur général Tilkens interdit à la population indigène de venir faire des études en Belgique. Il faudra attendre 1956 avant que Thomas Kanza devienne le premier Congolais universitaire en Belgique ».



"Un Congolais qui dérange, un film qui dérangera
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/06/08/un-congolais-qui-derange-un-film-qui-derangera/
A elles seules, les dates créent la stupéfaction : c’est en 1909, alors que le Congo était encore l’Etat indépendant, propriété privée de Léopold II, que Paul Panda Farnana, originaire du Bas Congo, obtint son diplôme d’enseignement supérieur et sortit de l’école d’agriculture de Vilvorde !

Envoyé en Belgique pour veiller sur un petit Blanc qui mourut durant la traversée, il avait été adopté par une pianiste belge, Lise Derscheid, fervente admiratrice de Tolstoï, et surtout, persuadée, comme son maître à penser, de l’égalité entre les hommes. « Tante Lise » comme l’appellera jusqu’au bout le jeune Paul adoptera le petit garçon venu du Congo, lui fera suivre des études et lui conseillera de mettre ses compétences au service de son pays d’origine, croyant ainsi, de bonne foi, œuvrer au développement de la colonie.
Méticuleusement consignées par la documentation de l’époque, les mésaventures du premier intellectuel congolais seront multiples et prévisibles : engagé par l’administration coloniale comme commis de troisième classe, il tente de former des Congolais, essaie de les alphabétiser, de leur ouvrir l’esprit. Mais sans cesse, -nous sommes dans les années 20- il se trouve confronté à l’étroitesse d’esprit, et surtout au racisme d’une administration, d’une société belge qui ne peut même pas concevoir qu’un « indigène » ait mené à bien des études scientifiques et qu’il veuille, de bonne foi, transmettre ses connaissances à ses compatriotes. La vie, trop courte, -il mourra dans la trentaine-, de Paul Panda Farnana est un roman : souhaitant défendre la Belgique, il s’engage volontairement dans la guerre de 14-18 et se retrouve prisonnier en Allemagne. Au retour, il entend promouvoir l’éducation de ses compatriotes et multiplie les lettres aux journaux ; il se lie avec le mouvements pour l’avancement des gens de couleur aux Etats Unis, dont W.E.B. Dubois et participe à un congrès africaniste en Belgique. Pour la Sûreté belge de l’époque, c’en est trop : un Congolais qui réfléchit, qui écrit, qui manifeste, c’est hautement suspect et le jeune agronome est poussé à retourner dans son village d’origine où il trouvera la mort, empoisonné. Après sa mort, le pouvoir colonial, instruit par cette expérience, interdira aux coloniaux d’envoyer de jeunes Congolais étudier en métropole et il faudra attendre la fin des années 50 pour voir apparaître Thomas Kanza, le premier universitaire congolais.

Mêlant les photos d’archives, le reportage de terrain, la reconstitution historique, la cinéaste Françoise Levie a réalisé un travail saisissant. Malgré quelques tautologies, ce film sensible et rigoureux permet de saisir la densité du racisme de l’époque, de mesurer à quel point Paul Panda Farnana fut un précurseur incompris, par les Belges et aussi par les Congolais. Mais ce film fait aussi froid dans le dos, car, illustrant les aptitudes du jeune homme, son dévouement à la Belgique, ses qualités intellectuelles, il permet de mesurer l’immensité du gâchis qui a consisté à priver d’éducation supérieure des générations entières de Congolais, à mutiler l’esprit d’un peuple. Par quel terme faut il désigner le génocide de l’intelligence ? Cette question court tout au long du film de Françoise Levie et, même si le temps a passé, elle devrait hanter les consciences. Car aujourd’hui encore au Congo, l’éducation demeure le plus précieux, le plus hasardeux des biens. Combien de millions de Panda Farnana n’ont-ils pas été sacrifiés ?

{Le choc est que dans ma prime enfance j'ai fait connaissance dans le "village" de mon père d'une sorte de SDF qui parlait français couramment mieux que les notables colonisés; du moins il me semblait à l'époque, et qui m'avait pris en affection me prédisant les lendemains "révolutionnaires" très prochains que seul lui même semblait prévoir...
Je me souviens jusqu'à ce jour certaines de ses phrases "prophétiques" alors presqu'incompréhensibles de ma petite caboche et je suis sûr pas plus des adultes...
Il avait vécu presque la même expérience d'un "rien" colonisé que son "maître" colon avait à l'époque (fin 1940-milieu des années 1950) amené en Belgique dont il était revenu déraciné de tout, de lui-même, de l'environnement ambiant; un fou éveillé errant sans rives qui le tiennent ! Aucun diplôme que je sache comme Panda; abandonné à son dépaysement total, son milieu originaire aussi interloqué que lui-même pour ne plus lui offir qu'un gîte aussi itinérant qu’évanescent !
Passons; c'est un champ sociologique et psychiatrique difficile à labourer ici...

Le berceau du kimbanguisme n'était pas très éloigné et je me souviens de leurs cohortes qui allaient alors à leurs rencontres de prières et plus à K, le hônni pour ma famille "légaliste catholique évoluante"... L'indépendance "surprise" le précedait d'à peine quelques années...

Ce n'est pas exactement le même parcours, le même contexte mais je vous avoue que j'ai mis longtemps à véritablement comprendre tout ça et surtout à l'exorciser... Le souvenir du siège de la grande "parcelle" et de la maison de mon grand-père grand notable coutumier et "chef de clan", avec leurs langages, leurs prières par ses "neveux (et nièces)" acquis au kimbanguisme revenus de leur longue réléguation pour la plupart du Mayi Ndombe m'a longtemps hanté, persécuté et mon vieux M longtemps intrigué et interpellé...

Vous en rirez peut-être mais même avec mon itinéraire et mon bagage, il a fallu cette longue expérience d'exil pour mieux comprendre et tenter d'exorciser tout ça...
Dans ce sens, notre Panda Farnana est peut-etre le premier "ancêtre" illustre de ce que peut être la diaspora Congolaise : rendons-lui hommage et servons-nous encore mieux de son parcours pathétique mais combien instructif pour mieux nous situer et mieux agir pour notre pays à notre place bien meilleure que la sienne...

Avons-nous des suites sur ses "descendants" plus ou moins directs ou pas en Belgique ou au Congo ?
Je n'ai pas encore vu le récit mais çela me tarde; ce serait un bon fil à accrocher pour la suite...
A plus !!!

PAUL PANDA FARNANA :UN ILLUSTRE AINE A DÉCOUVRIR POUR LUI TÉMOIGNER NOTRE HOMMAGE ET LUI OFFRIR NOTRE SUITE EN TANT QU’ÉCLAIREUR PATRIOTIQUE ET COURAGEUX POUR NOS IMPÉRATIFS DE SOUVERAINETÉ ET DE LIBÉRATION !!!
PANDA FARNANA, UN HÉROS CONGOLAIS !!!
}


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN ILLUSTRE AINE TROP MECONNU : PANDA FARNANA !

Message  ndonzwau le 17/7/2012, 2:52 pm

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Juste un mot pour dire que les belges ont tout fait pour effacer de notre histoire cet homme.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Panda_Farnana

Admin, il y a 1 mois j'ai placé ici un sujet sur lui : il nous était rappelé à notre mémoire à l'occasion d'un documentaire sur la télé belge !

Compatriotiquement!
Admin a écrit:
ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Intéressante émission!
Il y a en plus, je crois, près d'une heure de documentaire que je n'ai pas encore vu !
Nous sommes la diaspora, Panda Farnana est le premier de la diaspora qui s'est levé, c'est en d'autres temps plus difficiles; raison de plus de nous sentir aujourd'hui, malheureusement, plus faibles que lui !


Compatriotiquement!
Il faut un monument ou même le nom d une rue en sa mémoire
Je crois c'est un de ces nombreux héros méconnus qui mérite à plus d'un titre les honneurs de la nation !

1° Il fut quasiment le premier "intellectuel" moderne (au sens européen du terme) de notre pays, un intellectuel engagé; très méritant alors qu'il était bien isolé et combattu en des temps difficiles de l'apogée du colonialisme...
2° Il fut le premier "universitaire" (plus au sens Congolais du terme) et non Thomas Kanza comme l'enseigne l'historiographie habituelle...
Ça ne lui donne peut-être pas des mérites particuliers car l'occasion lui fut donnée malgré lui d'avoir été amené en Europe en ces temps reculés mais je m'imagine qu'il lui fallut quand même un courage particulier et quelques qualités propres pour obtenir d'y arriver...

3° Il fut presque le premier "citoyen politique" moderne du pays, quasi contemporain de Kimbangu !
(Je m'excuse au près des croyants mais pour moi Simon KIMBANGU fut peut-être un "homme béni, une espèce de thaumaturge moderne", il est d'abord un "nationaliste, un humaniste, un politique", son bagage et le contexte ne lui permettaient qu'un langage "religieux, spirituel" pour porter ses revendications nationalistes, bien politiques (en bon apprenti-pasteur protestant comme le fut mon grand-père à la même époque); la preuve il connut la prison 30 ans durant jusqu'à sa mort...)...
4° Il fut peut-être l'une des premières victimes parmi nos "politiciens modernes" : sa mort eut lieu dans des conditions obscures; on n'a pas de preuves mais ce n'est pas impossible qu'il fut victime du colonialisme directement ou par des réactions "autochtones" à son statut !

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN ILLUSTRE AINE TROP MECONNU : PANDA FARNANA !

Message  ndonzwau le 20/9/2012, 6:05 pm

Il y a une rubrique "Lectures" sur notre forum; hélas j’ai le tort de me limiter à la rubrique "Actualités, société"... Permettez alors que je ne vous fasse part qu’en coup de vent de ce livre qui est devenu un best-seller d’abord en Belgique flamande et maintenant françophone depuis sa traduction française et bien sûr au-delà chez tous les Congolais, ses amis et ceux qui s’intéressent un tant soit peu à notre pays : «Congo, une histoire» du Belge David Van Reybrouck, chez « Actes Sud » !

Perso, je ne l’ai pas encore lu mais on en dit beaucoup de bien ! C’est une histoire romancée du Congo !
"Le livre du Congo, un essai total écrit comme un roman.
De la préhistoire aux premiers chasseurs d’esclaves, du voyage de Stanley missionné par Léopold II à la décolonisation, de l’arrivée de Mobutu puis de Kabila à l’implantation industrielle d’une importante communauté chinoise, ce livre retrace, analyse, conte et raconte 90 000 ans d’histoire : l’Histoire d’un immense pays africain au destin violenté.(...)"


Je ne peux à mon tour que vous inviter tous à le lire et au besoin de venir en parler ici !
La presse, surtout belge mais pas que, en a beaucoup parlé et continue à en parler...
Voici un florilège de ces dépêches !


"Congo : David Van Reybrouck a répondu à vos questions"
° http://www.lesoir.be/debats/chats/2012-09-19/congo-david-van-reybrouck-a-repondu-a-vos-questions-938590.php

"Congo, en français dans le texte"
° http://www.lesoir.be/debats/chroniques/2012-09-20/congo-en-francais-dans-le-texte-938723.php

"Congo, le roman vrai d'un pays
° http://www.slateafrique.com/94379/culture-litterature-sortie-en-francais-du-roman-congo
Evénement: la traduction en français de «Congo, une histoire» du Belge David Van Reybrouck, rend ce livre accessible aux premiers concernés."

"Congo l'intégrale"
° http://www.lesoir.be/culture/livres/2012-09-10/congo-l-integrale-936857.php
° http://www.lesoir.be/mediastore/_2011/septembre/du_1_au_10/page_20120908_05CK1C.pdf

"L’épopée fantastique de Van Reybrouck au Congo"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/09/10/lepopee-fantastique-de-van-reybrouck-au-congo/

“Congo. Une Histoire”, Un Succès Belge!"
° http://www.lecongolais.cd/congo-une-histoire-un-succes-belge/

"L’incroyable succès de "Congo"
Un entretien de Guy Duplat"

° http://www.lalibre.be/culture/livres/article/759694/l-incroyable-succes-de-congo.html

° http://www.20minutes.fr/livres/1001992-congo-histoire-david-van-reybrouck-chez-actes-sud-arles-france
° http://www.davidvanreybrouck.com/sommaire_francais.php
° http://www.courrierinternational.com/article/2011/01/13/l-incroyable-triomphe-de-congo
° http://blogs.mediapart.fr/blog/emmanuel-rionde/170912/congo-une-humanite
° http://www.laprocure.com/congo-histoire-david-van-reybrouck/9782330009304.html
° http://www.cwb.fr/programme/congo-une-histoire

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN ILLUSTRE AINE TROP MECONNU : PANDA FARNANA !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum