LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  Mathilde le 7/7/2012, 12:30 am

LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA - Les frasques inédites d’un gouverneur atypique


Du gâchis. Cinq ans de gâchis pour la ville de Kinshasa. Le malheur de la capitale de la RD-Congo, c’est d’avoir accepté un gouverneur nommé André Kimbuta Yango. Au moment de faire les comptes, pas le moindre résultat à afficher au compteur de l’habitué de chez Mort-Mort (le féticheur le plus célèbre de la ville de Kinshasa). Plutôt que de s’occuper de ses administrés, Ya André dit «le haut sommet» (un surnom digne des gangs) a passé son temps à multiplier des frasques autour desquelles des anecdotes de tous genres se racontent. Des anecdotes plus authentiques les unes que les autres. Si les sceptiques doutent un instant, ils se laissent tout de suite convaincre au regard de l’image du personnage.
L’anecdotique gouverneur fait le plus parler de lui chez Muguylaguyla, le temple de Zaïko Langa-Langa chaque week-end. Les gens qui viennent ici cherchent plus à voir Kimbuta que les déhanchements légenfaires de Nyoka Longo. Une fois, le gouv’ s’est même déchaussé, question de donner plus de souplesse à ses mouvements de jambes. Lorsqu’il s’y met comme cela, c’est pour être compté parmi les derniers à quitter le concert vers les quatre heures du matin. Certains diront qu’il a le droit de se divertir. Oui, se divertir mais pas au point de s’exhiber comme un vulgaire monsieur chaque week-end après avoir passé toute la semaine à écumer tous les pubs de Kinshasa. S’amuser mais pas devenir le pilier du cabaret en compagnie du cortège officiel jusqu’à des heures indues. Le problème, Kimbuta n’a jamais pris la dimension d’une fonction qu’il dit ne devoir à personne d’autre qu’à lui-même. Même pas à Joseph Kabila. Ses proches affirment qu’il aime répéter que «poste oyo ya gouverneur ezali cop ne ngai moko» (ce poste, c’est ma propre thune). A son cabinet, à l’Hôtel de ville, il n’y met jamais les pieds avant 11 heures, rapportent des agents. Retard habituel dû à un rythme de vie indécrottable de noctambule. S’il est là plus tôt, c’est qu’il a un rendez-vous. Cette fois-là, il a rendez-vous avec la députée MLC Eve Bazaïba.
Celle-ci commence à s’impatienter alors qu’un quart d’heure est passé depuis l’heure convenue. Un appel et le gouverneur promet d’être là avant dix minutes. Le voilà qui débarque pour prendre son visiteur à la main lui-même.
Et de l’autre main, il se tape le front pour dire « ban… biloko oyo tomelaka, epesi ngai retard » (je m’en veux à cette herbe qui m’a mis en retard). Cette herbe est l’un des clichés qui collent le gouverneur à la peau, déjà du temps qu’il était président de la coordination de l’AS Vita Club. Mêmes les groupes des enfants qui vivent des exhibitions acrobatiques dans les terrasses kinoises le caricaturent dans cette posture. Allez-y faire un tour chez Mombonda ya Gécamines ou la terrasse Dajmani, sur Inga, a Bandalungwa, vous vous en régalerez. A la série d’anecdotes. Un jour, alors ministre du Budget, Adolphe Muzito, s’offre une visite d’inspection dans certaines communes kinoises, histoire de vérifier si le gouverneur rétrocède aussi aux entités décentralisées. Quelques jours plus tard, une réunion des gouverneurs de provinces se tient autour du même Muzito, dans son cabinet, sur la rétrocession aux provinces. Kimbuta a une façon bien particulière d’exprimer son mécontentement. Séance tenante, il vocifère au maître des céans que «biloko wana nalingi yango te». Sur ces entrefaites, le voilà debout pour quitter la salle. Il a fallu des supplications instantes de ses collègues pour lui rappeler que c’est à sa demande que cette réunion a été convoquée. Cet épisode signe la brouille entre les deux hommes jusqu’au jour où devenu Premier ministre, Muzito envoie, un week-end, deux de ses conseillers pour une raison d’Etat chez Kimbuta, à sa résidence. Les deux émissaires le surprennent en compagnie de ses collaborateurs les plus intimes dont Godard Motemona, ministre provincial de l’Intérieur suspendu depuis plusieurs semaines, sur décision du gouverneur. Kimbuta congédie les siens et aux envoyés de Muzito, il leur livre une scène insolite, selon des témoignages concordants. Il leur demande d’aller dire à son pangi (son frère du Bandundu) qu’il n’a rien contre lui et que d’ailleurs, ils peuvent faire énormément des choses ensemble. Il eur fait la confession de son appartenance au PALU.
Appel est fait à Motemona pour en donner la certification. « Dites-leur Godard, où est-ce que je garde toujours ma carte PALU», interroge-t-il son lieutenant. «Dans la chaussette», répond celui-ci. Et celle du PPRD? «Dans la poche de la Chemise», ajoute Motemona. A Kimbuta de commenter : «celle du PPRD, je la garde toujours bien visible dans la poche de ma chemise blanche pour que le président Joseph Kabila la remarque à chaque fois qu’il me reçoit en audience». La meilleure s’est passée à l’aéroport de N’Djili pendant que le gouverneur s’apprêtait à recevoir Nicolas Sarkozy lors de sa visite à Kinshasa. Meilleur puisque ce spectacle a été diffusé en direct et tous les téléspectateurs en ont été témoins. Ce jour-là, Kimbuta avait dû vraisemblablement marcher là où il y avait de la poussière avant d’embarquer sur la banquette arrière de sa Jeep. Quoi de plus normal pour lui que de sortir un mouchoir pour épousseter ses chaussures. Le comble, c’est qu’il l’a fait en public et s’est servi, par la suite, du même tissu pour s’essuyer le visage. Décidément, cette journée était riche en bourdes pour Kimbuta. Au Palais de la nation, sous la rotonde, il tombe sur un groupe des journalistes qui l’ovationnent aux cris de gouv’. Les confrères sont effarés d’entendre leur interlocuteur leur demander de lui montrer le chemin des toilettes avant qu’il ne les arrose. Ça lui pressait tant. En 2008, Kimbuta aura été plus remarqué que les stars africaines comme Salif Keita ou Meiway venus se produire au FIET -Festival des étoiles de Serge Kayembe au GB. Le patron de la ville avait pour rôle de procéder à l’inauguration de la manif. Il y est arrivé visiblement éméché. La preuve, lorsqu’il prend la parole devant le public, la langue lui colle au palais. «Veuillez-vous élever», lance-t-il en présence des reporters de «CONGONEWS» au lieu de dire «veuillez-vous lever».

Un appel pour observer une minute de silence en mémoire de Michaël Jackson décédé quelques jours auparavant. Dans le public, des voix se font entendre pour associer également la mémoire de Sans souci Mokili Ngonga. Pour un moment aussi solennel, Kimbuta choisit de le trivialiser en se demandant, à haute voix, s’il fallait une ou deux minutes pour les deux illustres disparus. Toute la société des gens présente à la manifestation s’en est sentie choquée comme il s’était agi d’une profanation. Et son bilan? Tout ce qu’il a entrepris a foiré. A commencer par sa tristement célèbre RIMMOKIN -Régie immobilière de Kinshasa-morte dans l’œuf. Pourtant des tiers avaient souscrit et libéré leurs promesses. Comme la SONAS qui ne s’est jamais fait rembourser ses près de 700.000 dollars versés pour la construction des maisons des agents et cadres. La RETRANSKIN, également à pertes et profits. Le premier lot des bus n’ont roulé que l’espace d’une saison. Ces quincailleries destinées à la casse en Europe ont débarqué à Kinshasa sans aucune pièce de rechange, même pas un pneu de rechange. Les Kinois les avaient surnommées «nakolala wapi» pour leurs pannes répétées, une façon de prévenir que quiconque emprunte cet engin n’a qu’à se prémunir pour passer la nuit à mi-chemin. La Poubelle-Kin s’est transformée en des dépotoirs publics dont le contenu n’est jamais évacué avant plusieurs jours. En moyenne, deux décharges publiques par commune. De quoi contraindre les Kinois à faire des centaines de mètres avec les immondices sur la tête. Kimbuta s’était tant vanté de l’éclairage public. Depuis, les chaussées kinoises se sont replongées dans le noir, à l’exception de quelques unes. Le rond-point des Huileries laissé à l’abandon. Dans sa politique très tape l’oeil, Kimbuta avait décidé de sa démolition sans étude préalable de faisabilité. La DGRK est devenue un véritable tonneau de Danaïdes, un puits sans fond. Ses recettes sont logées dans un compte autre que celui prévu par la loi. Le plus grand mérite de Kimbuta est d’avoir réussi à mettre ses députés provinciaux dans sa poche. Et pour cela, il se flatte qu’il accomplira son mandat jusqu’à son terme. Au grand dam des Kinois.
Paul MULAND
http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=34690:les-coulisses-de-la-ville--kimbuta-les-frasques-inedites-dun-gouverneur-atypique&catid=6:congonews

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  KOTA le 11/7/2012, 2:53 pm

LES VOYAUX QUI NOUS GOUVERNENT, A TRAVERS LES MENSONGES, LA DEBOCHE, LA TRAQUE DES ADVERSAIRES POLITIQUES, LES ASSASSINATS POLITIQUES ET LE MUSELEMENT DE LA PRESSE












Les journalistes Mike Mukebayi et John Tshingombe de Congo News aux arrêts













Mercredi, 11 Juillet 2012 08:37
6 Commentaires
Envoyer





Les journalistes Mike Mukebayi et John Tshingombe croupissent dans les geôles du casier judiciaire. La publication par Congo News de l’article intitulé «Les frasques d’un gouverneur atypique» serait la cause de leur malheur. Interpellés depuis 11 heures hier mardi 10 juillet, les deux journalistes ne se doutaient de rien de ce qui allait leur arriver. Jusqu’au moment de boucler la présente édition, les deux confrères continuent de croupir dans les geôles de la police judiciaire des parquets à Gombe communément appelé Casier judiciaire. Que reproche-t-on aux confrères ? Jusque-là, leur avocat le député Serge Mayamba indique que l’article : «Les frasques inédites d’un gouverneur atypique» serait la cause des malheurs de ces deux journalistes.

Cette arrestation est irrégulière dans la mesure où, les inspecteurs judiciaires ont agi visiblement sous la pression politique. En effet, la loi sur l’exercice de la liberté de la presse prévoit des poursuites contre l’auteur de l’article, le cas échéant le directeur de publication. Nulle part il n’est prévu l’arrestation ou la détention de l’Editeur ou directeur d’un organe de presse pour des délits de presse commis à travers les colonnes. L’acharnement sur le directeur de publication et le directeur de l’organe de presse sont la preuve de l’existence d’une main invisible.

Il est incompréhensible que chaque fois qu’il s’agit des journalistes, l’arrestation et la détention deviennent la règle. C’est de manière systématique que les magistrats ou des inspecteurs judiciaires privent les journalistes de leur liberté. Le gouvernement qui est invité à promouvoir réellement la démocratie et l’Etat de droit avant la tenue du 14ème Sommet de la Francophonie a du pain sur la planche.

«Les frasques inédites d’un gouverneur atypique», cet article publié par Congo News étale des secrets de polichinelle. L’arrestation de ces deux confrères enlèvera-t-elle de la mémoire collective des Kinois les anecdotes connues des habitants de la capitale ? C’est là toute la question ! Et pourtant, la loi oblige les journalistes à corriger, à travers ses colonnes, tous les torts causés à des tiers. Le gouverneur Kimbuta aurait choisi l’autre voie, celle de la justice. «Pourvu que le traitement auprès de instances judiciaires soient égal pour toutes les parties et les droits de la défense protégés», note un journaliste de Congo News.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  lino le 14/7/2012, 7:49 pm



Droit de réponse de Kimbuta


A monsieur le Directeur de Publication du Journal «Congo News»
Boulevard du 30 juin, galeries Albert, 3è niveau, local 5, à Kinshasa/ Gombe
Concerné : Droit de réponse
Monsieur le Directeur,

En ma qualité de conseil de Monsieur André Kimbuta, Gouverneur de la ville de Kinshasa, je me fais le devoir de vous adresser la présente à l’effet de vous demander, conformément à l’article 40 in fine de la loi n° 96-002 du 22 juin 1996 fixant les modalités d’exercice de la liberté de la presse,

d’insérer, sur les colonnes de votre prochain numéro, le présent droit de réponse à la même place et dans les mêmes caractères que l’article à la une de votre bihebdomadaire d’informations générales n°480 du vendredi 6 juillet 2012 intitulé « les coulisses de la ville. Kimbuta, les frasques inédites d’un gouverneur atypique », repris dans votre parution n°481 du mardi 10 juillet 2012. En effet, il ressort de l’article décrié que son auteur qui attribue à mon client des comportements et propos de nature à porter atteinte à son honneur et sa dignité, s’est résolu à nuire à sa personne en faisant, à sa manière, le bilan de son mandat à l’hôtel de ville. Si non, pour quelle raison introduirait-il son article en disant, je le cite : « Du gâchis. Cinq ans de gâchis pour la ville de Kinshasa », fin de citation.

Loin d’être objectif, ce prétendu bilan, au regard de la légèreté qui le caractérise, ne saurait emporter la conviction de tout lecteur sensé qui n’aura aucune difficulté à dénicher l’intention malveillante de son auteur de nuire à la personne du gouverneur de la ville de Kinshasa. Si non, pourquoi reprendre le même article sur deux parutions successives? A ce sujet, sans pouvoir revenir sur les insinuations couchées sur les colonnes de votre numéro sus visé dans le seul but de caricaturer négativement l’Autorité publique qu’est mon client, ce dernier tient à vous faire savoir qu’il répond, conformément à la loi, de la gestion de la ville devant l’institution compétente en la matière. Néanmoins, il conviendrait de noter que la création des régies provinciales citées dans l’article qui a provoqué le présent droit de réponse est une idée géniale de son concepteur que toutes les autres provinces du pays ont fait leur, notamment en ce qui concerne les régies financières, pour la mobilisation des ressources propres nécessaires à la réalisation de leurs programmes. Doit-on considérer cette initiative comme étant un gâchis ?
Au demeurant, mon client n’entend pas, en sa qualité d’Autorité publique, revenir sur des questions sur lesquelles l’Exécutif Provinciale de la ville de Kinshasa a déjà apporté la lumière qu’il faut à l’opinion publique à travers les élus du peuple en réponse à différentes questions orales et écrites. Certes, il est de votre droit de critiquer l’action d’une personne revêtue de l’autorité publique, mais il est également de votre devoir de vous interdire des affirmations et autres insinuations de nature à nuire à son image. Votre noble métier vous impose d’informer et de former la population dans la vérité et le respect des autres. Le faire autrement constitue une violation fondamentale des règles éthiques liées au métier de journaliste.
Ainsi, tout en vous demandant de rappeler ce croissant principe à l’auteur de l’article en cause, je vous informe que mon client se le droit d’initier une plainte auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication sans préjudice d’une action judiciaire.
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de ma parfaite considération.
Me TATUKILA NGOMA, Avocat

http://www.afriqueredaction.com/article-droit-de-reponse-tardif-de-kimbuta-108134780.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  lino le 14/7/2012, 7:51 pm

Le parquet libère 2 journalistes incarcérés pour un article sur « les frasques inédites » du gouverneur de Kinshasa

Le parquet de grande instance de Kinshasa Kalamu a libéré mercredi 11 juillet Mike Mukebayi Nkoso et John Tshingombe Lukusa, respectivement éditeur responsable et directeur de publication du journal « Congo News », interpellés depuis le mardi 10 juillet. Il est reproché aux deux journalistes des imputations dommageables à l’endroit du gouverneur de la ville-province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, dans un article intitulé « Les coulisses de la ville : Kimbuta, Les frasques inédites d’un gouverneur atypique».

L’article paru dans Congo News la semaine dernière et signé par Paul Muland relatait des anecdotes sur ce que l’auteur estime être des errements du gouverneur de Kinshasa en poste depuis 2007. Des errements qui expliquent en partie, selon l’article, l’absence des résultats du gouverneur Kimbuta.

En fin d’article, l’auteur critique « la mauvaise gestion » des projets initiés par le gouverneur Kimbuta depuis sa prise de fonction notamment la RIMMOKIN, la régie immobilière de Kinshasa, la RETRANSKIN, la régie de transport public de Kinshasa et la DGRK, la direction générale des recettes de Kinshasa.

http://radiookapi.net/actualite/2012/07/11/kinshasa-le-procureur-general-de-la-republique-promet-de-liberer-les-2-journalistes-arretes/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  Mathilde le 14/7/2012, 8:24 pm





PAYS AUX RESSOURCES IMMENSES MAIS AUX RESPONSABLES INCOMPETENTS, CORROMPUS, SANS VERTU, VOLEURS, TRICHEURS ET ANTI VALEURS. KIMBUTA ET BUSHAB DANSENT PENDANT QUE LES FONCTIONNAIRES SONT IMPAYES, PAS D'ELECTRICITE, PAS D'EAU, ALORS LES MOUTONS CONGOLAIS QUI CROIENT AUX TINTINS COMME çA, COMMENT POUVEZ VOUS SOUTENIR UNE TELLE BANDE DE VOYOUS ???? BRAVO AUX COMBATTANTS POUR LA CHASSE DE CES SOTS

100nkjb il y a 3 mois

hereusement ba combattants babimaki pona kosilisa buzoba oyo, ya kobinaka pambala pambala, mboka mobimba musala kaka kobina, basi, na masanga, merci ba combattants ndenge bosilisi buzoba oyo ya kobinaka neti ba zoba

kokongaliema il y a 6 mois

Pendant qu'on danse a Kinshasa, l'Est du pays brule, il n'y a pas d'eau, pas d'electricite, les gens ont faim, les maladies font rage. Mawa!!

muktech il y a 6 mois

ridicule et honteux!!! kobina na kobina na bonka oyo MAWA

lelongeify il y a 6 mois

n'importe quoi

junekanyi il y a 6 mois

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  link le 21/5/2013, 12:27 pm

LE GOUVERNEUR ANDRÉ KIMBUTA KINSHASA A L'HEURE DE LA MODERNITÉ 1/3





Revenir en haut Aller en bas

Re: LES COULISSES DE LA VILLE : KIMBUTA -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum