LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 30/11/2016, 4:16 am

" Un état criminel.
Comprendre et lutter contre la corruption institutionnalisée et la violence en RDCongo

Sasha Lezhnev – Octobre 2016
Deuxième volet de la série d’Enough Project sur les kleptocraties violentes en Afrique de l’Est et Afrique centrale

° https://www.yumpu.com/fr/document/view/56185132/un-etat-criminel


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 17/12/2016, 1:21 am



 [url=https://twitter.com/intent/tweet?text=Congo%E2%80%99s president has built a business empire. Is that why he won%E2%80%99t step][/url]


Boys mine for copper in a pit about 20 kilometers (12.4 miles) outside Lubumbashi, Democratic Republic of Congo. 
Photographer: Per-Anders Pettersson/Getty Images

With His Family’s Fortune at Stake, President Kabila Digs In
Joseph Kabila and his relatives have built a network of businesses that reaches into every corner of Congo’s economy. Is that why he won’t step down?

by Michael Kavanagh, Thomas Wilson, and Franz Wild
 15 décembre 2016 à 06:01 UTC+1

° https://www.bloomberg.com/news/features/2016-12-15/with-his-family-fortune-at-stake-congo-president-kabila-digs-in

In his only public speech this year, Joseph Kabila, president of the Democratic Republic of Congo, was defiant about his refusal to hand over power when his final term ends on Dec. 19. “I cannot allow the republic to be taken hostage by a fringe of the political class,” he told parliament last month as members cheered.
His presidency had brought peace and economic growth to Congo, the 45-year-old said, outlining reforms he’d made in telecommunications, mining, energy and banking. What he didn’t say is how some of his own family members are among the biggest beneficiaries of those changes—including his sister Jaynet and brother Zoe, who both listened from the front row as elected members of parliament. 
Together the Kabilas have built a network of businesses that reaches into every corner of Congo’s economy and has brought hundreds of millions of dollars to the family, a Bloomberg News investigation has found. The sprawling network may help explain why the president is ignoring pleas by the U.S., the European Union and a majority of the Congolese people to hand over power next week, though his advisers dispute this.



Kabila at parliament for his only public speech of the year on Nov. 15, 2016, in Kinshasa.
Photographer: Junior D. Kannah/AFP via Getty Images

Kabila’s refusal to step down threatens to thrust his country back into the kind of chaos that cost millions of lives after his father took power nearly two decades ago. It could also destroy the tenuous stability that attracted international investment—mainly from mining giants like Freeport-McMoRan Inc. and Glencore Plc—and turned Congo into Africa’s biggest producer of copper, tin and cobalt
In February, S&P Global Ratings lowered Congo’s investment outlook to negative amid rising political tensions. It affirmed that view in August. The last civil war destroyed the country’s copper industry, cutting production more than 96 percent by the time the conflict ended in 2003.

Since then, foreign investment has helped generate more than 100,000 jobs in mining and oil alone, tripled the size of the economy—and allowed the family’s empire to flourish. Over that period, Kabila and his siblings have assembled an international business network stretching across at least 70 companies, according to a Bloomberg News analysis of thousands of company documents and court filings as well as dozens of interviews with bankers, businessmen, miners, farmers and former government officials.
While Congolese law doesn’t prohibit politicians or their families from having business interests, the scope of that empire has only recently become visible, in publicly available corporate and government records that Congolese regulators have computerized and made searchable in just the past few years. Bloomberg News, with support from the Pulitzer Center on Crisis Reporting, traced the Kabilas’ interests by amassing an archive of hundreds of thousands of pages of corporate documents that shows his wife, two children and eight of his siblings control more than 120 permits to dig gold, diamonds, copper, cobalt and other minerals. 

Two of the family’s businesses alone own diamond permits that stretch more than 450 miles across Congo’s southwestern border with Angola. Family members also have stakes in banks, farms, fuel distributors, airline operators, a road builder, hotels, a pharmaceutical supplier, travel agencies, boutiques and nightclubs. Another venture even tried to launch a rat into space on a rocket. 




In Congo’s largely informal, cash-based economy where the family stakes are almost all in privately held companies, the exact value of the businesses isn’t known. The few figures available in publicly accessible documents show investments worth more than $30 million in just two companies. Estimated revenue for another company exceeds $350 million over four years—in a country where World Bank data show that nearly two-thirds of the 77 million people live on less than $1.90 per day. 
While some of the businesses are owned directly, the family also has dozens of joint ventures and shell corporations through which it holds stakes to varying degrees in all manner of industries. That creates a system so pervasive that even seemingly innocuous payments—such as rent paid by the UN for a police station—end up finding their way to the Kabila family, an analysis of the network shows. It can be a ham-handed operation: Perhaps in its eagerness to tap the country’s resource wealth, the family has sometimes driven away outside investment that would have made some of its members even more money.

Government spokesman Lambert Mende said he couldn’t comment on issues concerning the president's family, which he considered a private matter. When asked how Bloomberg News could direct questions to Kabila, he said the president does not talk to Western media. Theodore Mugalu, who handles the family’s personal affairs, didn't respond to a series of phone calls and text messages requesting comment. 
Kabila’s second term as president ends on Dec. 19, and the constitution bars him from running again. But the country’s electoral commission has delayed elections until at least April 2018, and a constitutional court that Kabila created last year has ruled he should stay on until a vote is held.

Publicly, Kabila says the delay has nothing to do with him and that an election will be called once voter-registration rolls are complete. Privately, he tells associates he’s staying put, says Francis Kalombo, one of his closest allies until he broke ranks last year. “He’s not going to do all that he’s doing, make all this effort, for one more year,” Kalombo said. “For him, it’s for life.”
Kabila’s chief diplomatic adviser, Barnabe Kikaya Bin Karubi, called the accusation false. “To say that he wants to stay in power because he wants to protect all these business deals, I think, is not proper,” Kikaya said in an interview in Paris. “He has said time and again what he wants to leave as a legacy to the Congo: a democratic process.”
Kikaya, who said he couldn’t comment on behalf of the president about his family’s affairs, nevertheless defended their right to conduct business. “The Congo is their country—they have to live, they have to have an income,” he said. “Whether their position as the first family makes things easy for them I think is normal. It’s normal, provided no laws are broken.
For most Congolese, the economy isn’t booming anymore. The government has had to revise down its growth forecast three times this year due to weak commodity prices. It’s now at 4.3 percent from an initial goal of 9 percent in the 2016 budget. 



Flares launched by police forces during a demonstration in Goma on Sept. 19, 2016. More than 40 people were killed in the Democratic Republic of Congo when clashes erupted ahead of a planned opposition rally.
Photographer: Mustafa Mulopwe/AFP via Getty Images

In September, Kabila’s security forces shot, hacked and burned pro-democracy protesters in Kinshasa, the capital, killing more than 40, a UN investigation into the events found. They poured gasoline onto the headquarters of the main opposition party, set it alight and threw fleeing civilians into the flames, the UN said.
On Dec. 12, the U.S. sanctioned Congo’s interior minister and its national intelligence agency administrator, saying that the Congolese government was undermining democratic processes and putting the long-term stability and prosperity of the country at risk. On the same day, the European Union imposed sanctions on seven police and military officials for their role in September’s violence and for “allegedly trying to obstruct a peaceful and consensual solution to the crisis in the DRC.”

Further violence and unrest could spill over Congo’s nine borders, drawing in neighboring countries as it did in wars between 1996 and 2003. And it would squander the $40 billion that international donors, led by the U.S., have spent in Congo in the last 16 years, mostly on a UN mission, humanitarian and development assistance, and debt relief. 
“We’re heading for a big, slow-motion crisis,” said Jean-Marie Guehenno, head of the International Crisis Group think tank, who knows Kabila from his eight years as the UN’s head of peacekeeping. “Why is he refusing to go? For the sake of power? To protect the family business? Probably a bit of both.”



Joseph Kabila grew up with his siblings in exile in Tanzania, the children of Laurent-Desire Kabila. Their childhood was modest but full of intrigue, as their heavyset, charismatic rebel father moved from country to country using fake passports and trying to gin up support for his fight against the U.S.-backed dictator Mobutu Sese Seko.
Laurent-Desire fathered at least 25 children with seven different women, according to a biography published by Belgian researcher Erik Kennes in 2003. Joseph, Jaynet and younger sister Sissy were born in Congo; Zoe, sisters Cecylia and Josephine in Tanzania; and younger brother Masengo and sister Gloria in Uganda, according to their declarations in corporate filings. Another brother, Francis Selemani Mtwale, was adopted as a child.

After their father became president in 1997 by overthrowing Mobutu with the help of a coalition of African governments, he immediately set about making money for his government—and for family and friends, according to Kennes’s biography. 
The places he’d fought in the bush as a young rebel became the names of commercial interests. Hewa Bora, the rebel base where his twins Jaynet and Joseph were born, became an airline, a fuel station, a farm and a mining site. Wimbi Dira, another rear base, gave its name to a second airline. 
But Laurent-Desire’s shakeup of the old economic and political order made enemies, and in 2001 he was assassinated by his own bodyguard. Within weeks, Joseph, Congo’s army chief at the time, was chosen as his successor. He was only 29.



A Republican Guard soldier patrols the streets of Kinshasa, Democratic Republic of Congo.
Photographer: Junior D. Kannah/AFP via Getty Images

Since then, the Kabila family’s businesses have grown with Congo’s developing economy.  And they now enjoy a perk of presidential power: the protection of the Republican Guard, an elite army unit that is supposed to protect Kabila himself. In July 2015, guard members accompanied his wife, Olive, after she had bought a cattle farm in the grassy hills of North Kivu. According to three laborers who were displaced, she demanded they remove their makeshift homes or watch soldiers destroy them. Olive didn’t respond to multiple phone calls and text messages sent to her assistant.
Many of the companies are run by Jaynet, Joseph Kabila’s twin sister. After their father’s death, documents show, she set up companies across Congo, as well as in the U.S., Panama, Tanzania and on the South Pacific island of Niue. Company filings show she is or has been a shareholder or director in at least 28 companies. In some, she controlled a majority of shares while in others she held minority stakes, the filings show. It’s unclear how many of those companies are still active.

The lack of transparency in some of the family’s dealings has hurt Congo’s economy. In 2012, the International Monetary Fund cut its half-billion dollar loan program with Congo after the government declined to publish contracts related to a 2011 deal for a copper mine known as Comide. One of the companies involved in the deal, Goma Mining, was at least 10 percent owned by the family and chaired by Kabila’s sister, Josephine, according to court records from 2013.
The family’s involvement in mining—diamonds, cobalt and copper—comes in part through a company called Acacia, which was majority-owned by Jaynet; younger brother Masengo; Joseph Kabila’s 16-year-old daughter, Sifa; and his financial assistant, Emmanuel Adrupiako, based on corporate records from September 2014. 
In the remote southern town of Tembo, people haven’t heard of Acacia or another family-controlled company called Kwango Mines that together hold 96 mining permits. But they seem to know who controls the diamonds in the river. “All the documents for this project are now in the hands of Jaynet Kabila, the twin sister,” said diamond trader Jauvin Manzaza, pointing to the wide Kwango River that tracks the border with Angola.




Kabila-controlled companies first arrived here in 1998, Manzaza said, armed with tractors and machinery to dig for diamonds 15 miles south of the town. In 2003, a company controlled by Selemani and Kabila’s younger brothers Zoe and Masengo sold more than $12 million of gems, export data show. Diamonds accounted for three-quarters of Congo’s export revenue that year, which also marked the end of the country’s civil war, attracting international diamond companies.
Once there, those firms found they had no choice but to negotiate with the Kabila clan, said Mike De Wit, head of exploration in Congo from 2003 to 2007 for the world’s largest diamond producer, De Beers. In 2006, De Beers signed an agreement to explore with permits belonging to a company controlled by Olive Lembe, a few months before she married the new president, De Wit said. That company is now called Olive Sifa Laurent, or Osifal for short, named after its shareholders: Olive, the couple’s daughter, Sifa, and 8-year-old son, Laurent-Desire. 




Incorporation documents for a company known as Osifal, owned by Kabila's wife and their two children. It has had interests from fuel to mining. Click to enlarge

“When Kabila came to power, he looked like an honest guy and business was actually doable, so that’s why De Beers went into there,” De Wit said in an interview. “With time, it became obvious that that wasn’t the case.“
De Beers confirmed the arrangement with Osifal in an e-mail, adding that it was terminated in 2008 because “there was no potential.” De Beers left Congo entirely in 2009 after it “concluded that the business operating environment was not one in which De Beers would be comfortable to operate in.”
Later, as the head of exploration for Toronto-listed Delrand Resources Ltd. (then known as BRC Diamond Core), De Wit had to negotiate with the family again. BRC had an option to pay approximately $350,000 for 55 percent of the rights to develop six Acacia licenses along the Kwango River and farther west. Then, according to De Wit, Jaynet decided to renegotiate.
“In one meeting they said, ‘Maybe we want $2 million’ and in the following meeting said, ‘Well, actually it’s worth $10 million,’ ” De Wit said of the negotiations.

Jaynet made it clear that she set the rules in Congo and wanted a contract where she was earning “big dollars,” De Wit recalled. “It was never enough,” he said. Delrand walked away from the agreement in 2014, recording a $3.1 million loss over the project.
Jaynet didn’t respond to multiple telephone calls and text messages requesting a response. Delrand Chief Executive Arnold Kondrat didn’t reply to voicemail messages requesting comment. 
Adrupriako, Kabila’s financial assistant, said in a telephone interview that Acacia couldn’t agree with Delrand over the ownership of the mining venture, and the project was abandoned. He said he hasn’t been involved with Acacia since 2005.
Today near Tembo, hulking machinery rusts in the tropical heat. Without major mining company investment, artisanal miners instead dig in the riverbed in search of diamonds.
“We stopped working the concession but we still control it,” said Major Freddy Kakudji, the ranking officer in the small group of Republican Guard soldiers left behind to patrol the river.



Men dive for diamonds in the Kwango River, south of Tembo, Democratic Republic of Congo, on Oct. 29, 2016.
Photographer: Thomas Wilson

Thirty miles to the south, men in restitched wetsuits dive for diamonds off the edge of a flotilla of 20 multicolored dinghies, scraping gravel from the riverbed. When Republican Guard soldiers come by, the divers hand over buckets of potentially gem-filled gravel as an informal tax. 
It’s unclear how much revenue diamonds generate for Kabila family businesses today. Congo’s diamond production has halved since 2005, overtaken by copper, cobalt and gold. 
Acacia turned its attention some 500 miles southeast of Tembo in 2010, when the prices of copper and cobalt, now Congo’s biggest exports, surged. The region, known as Katanga, is bursting with copper and other metals. Hundreds of thousands of men, desperate for work, use spades, picks and hammers to scrape ore out of the bottom of tunnels that at times descend more than 130 feet below ground.




Near the town of Luisha, about 4,500 diggers work an area of six mines that officially belong to state-owned miner Gecamines. Teams of four diggers each produce an average of about half a ton of copper and cobalt ore per day, according to a 2014 World Bank-funded report. 
Three of the mines are run by Acacia, the 2014 report said, even though Gecamines has never announced any partnership with the company. Soldiers on the sites force diggers to sell their minerals only to Acacia at below-market prices, according to the report, which was written by French consulting firm Sofreco for a World Bank program on improving governance in Congo’s mining sector. A Gecamines spokesman declined to comment for this story.

Inside a one-room, concrete tavern near one of the sites, two skinny diggers drank Kung Fu energy drinks and talked about the mines where they say they’ve worked for the presidential family under the supervision of Republican Guard soldiers. They asked that their full names not be used, for fear of retribution.
“Kansonga, Kateketa, Kanshinshi, Lupoto, Wisky,” said William, 37, recalling the names of mine sites. He snapped his fingers at the last name. “It was so dangerous there.”
At Wisky alone, more than 100 diggers died in cave-ins during a six-week period in late 2015, according to a report by Belgian magazine Moustique. William, who was drawn to the site by rumors the ore was nearly 25 percent cobalt, said the total number of dead was many multiples of that.





In the Congolese capital of Kinshasa, behind the reflecting windows of the BGFI bank, the Kabila family has built its most sophisticated investment: the country branch of a Gabon-based banking group.
BGFI in Congo is dominated by the presidential family. When the lender set up in the country in 2010, Kabila’s sister Gloria Mteyu took a 40 percent stake, then worth $10 million, according to company registration documents from that year. Gabon-based Groupe BGFI Bank SA, which has ventures in 11 countries, holds 60 percent.
In 2014, BGFI in Congo recapitalized, raising its share capital to $38 million, and Gloria maintained her 40 percent shareholding, according to corporate records from that year, the most recent available. Last December, the bank had $374 million in assets, making it Congo’s sixth-biggest lender. Gloria also has a stake in a new banking venture via a stake in Kwanza Capital, shareholding records show. BGFI loaned Kwanza $3.45 million in April, according to a term sheet reviewed by Bloomberg.



Models parade on the catwalk on July 26, 2013, on the first of three days of the first Fashion Week in Kinshasa.
Photographer: Aziz Tutondele/AFP via Getty Images

A 32-year-old fashion designer, Gloria said in a telephone interview that she returned to Congo in 2012 to launch Kinshasa Fashion Week after studying in New York, Milan and Paris.
Asked about her businesses, she said she was a private person and didn’t want to talk about ventures that weren’t related to fashion. She said she didn’t have a stake in BGFI. 
At a November press conference in Kinshasa, though, Abdel Kader Diop, deputy managing director of the Congo unit, said Gloria was a shareholder. An outside spokesman for BGFI in Gabon said the chief executive officer of the bank was too busy to comment for this story. 

BGFI’s Gabonese parent hired PricewaterhouseCoopers to audit BGFI in 2015. The audit found that the Congolese bank had failed to follow internal controls 19 times and paid middlemen for business without knowing who would ultimately receive the funds.
Jean-Jacques Lumumba, head of credit at the bank, found suspicious transactions soon after he started working there in 2014.
Lumumba discovered that the nation’s central bank—which isn’t allowed to make commercial loans—had lent a food distribution company $43 million and transferred the money to an account at BGFI. The food company’s incorporation documents show that it’s run by business partners of President Kabila, whose brother Selemani is the bank’s CEO.
Lumumba said he confronted Selemani in his boss’s office, where he found him sitting in front of a photo of Kabila and another of Selemani with some of the men involved in the transaction.

Selemani stared at him for a moment, then leaned back in his chair, allowing his jacket to fall behind the dark hilt of a pistol protruding from his pants. “Are you making problems for me?” Lumumba recalled him yelling. “You know I will deal with you if I have to. Just do as I tell you.” 
BGFI said in a statement that it has extended credit to the company but that the central bank never made such a loan. Reached on his mobile phone, Selemani hung up before he could be asked any questions. The central bank and the trading company also said no such loan was made, even though a record of the transfer is reflected in the bank statements that Lumumba, 30, took with him when he later fled Congo with his wife and children.
Reflecting on the U.S. penalties against Congolese military leaders, Lumumba contends they won’t hit those who are really keeping Kabila in power: the network of people running the private businesses of the family. “The U.S. is putting sanctions on the generals,” he says. “That won’t make a difference. If you want Kabila to pay attention, you have to target the financiers.”


Franz Wild is a Bloomberg News reporter in London, Thomas Wilson reports for Bloomberg News in Kinshasa. Michael Kavanagh’s reporting was funded in part by the Pulitzer Center on Crisis Reporting and in part by New York University’s Congo Research Group"



Compatriotiquement!




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 22/12/2016, 10:32 pm

"RDC : Jean-Jacques Lumumba, le lanceur d’alerte dont le clan Kabila se serait bien passé, se confie
° http://www.jeuneafrique.com/386150/politique/rdc-jean-jacques-lumumba-lanceur-dalerte-dont-clan-kabila-se-serait-bien-passe-se-confie/
° http://www.jeuneafrique.com/videos/386304/interview-exclusive-de-jean-jacques-lumumba/
Le petit-neveu du héros de l'indépendance congolaise, Patrice Lumumba, ancien cadre de banque à l'origine de l'affaire BGFI, a accordé une interview exclusive à Jeune Afrique.



Pour rencontrer Jean-Jacques Lumumba, il faut se plier à une procédure digne d’un film d’espionnage. Contact par des intermédiaires, rendez-vous fixés dans des lieux publics… Et lorsque qu’il finit par apparaître en chair et en os, quelque part en région parisienne, il refuse de livrer la moindre information sur son actuel lieu de résidence et son statut légal en Europe.
Même à des milliers de kilomètres de Kinshasa, sa ville natale, le petit-neveu du héros de l’indépendance congolaise, Patrice Lumumba, se comporte en homme traqué. C’est le cas depuis son arrivée en Europe, l’été dernier, et plus encore depuis le 29 octobre.

Ce jour-là, ses compatriotes découvrent son visage à la Une du quotidien belge Le Soir. Il a à peine trente ans, même si sa barbe dépigmentée le vieillit.

Documents compromettants

La raison de cette célébrité soudaine ? Cet ancien chef du département des engagements de la banque BGFI à Kinshasa venait de remettre des dizaines de documents internes compromettants à des journalistes belges.
Ces documents viennent à l’appui de ses accusations d’irrégularités de la part de la banque et de plusieurs de ses clients, souvent proches du président Joseph Kabila, comme les dirigeants de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ou encore le patron des patrons congolais, Albert Yuma. Le directeur général de la BGFI RD Congo, Francis Selemani Mtwale, est lui-même un « presque frère » du chef de l’État : il aurait été adopté par le père de ce dernier, l’ancien président Laurent-Désiré Kabila.
Tous ont démenti les accusations du Soir. Mais aux yeux de Jean-Jacques Lumumba, leurs arguments ne sont pas convaincants, comme il l’explique à Jeune Afrique dans une interview vidéo exclusive :


Interview exclusive de Jean-Jacques Lumumba par Jeuneafriquetv

Ennemi du régime Kabila

Comment Jean-Jacques Lumumba en est-il arrivé à devenir lanceur d’alerte ? Il y a, chez lui, un mélange de convictions et d’idéaux ; de désaccords, y compris sur le plan de sa rémunération, avec son ancien employeur ; de maladies dues au stress de son travail, qui lui ont valu plusieurs arrêts ; et enfin d’ambition. Mais, comme il l’explique, c’est surtout la crainte que l’on lui fasse porter le chapeau pour les irrégularités dont il a été témoin qui l’a poussé à agir.
Aujourd’hui, Jean-Jacques Lumumba ne perd plus une occasion de taper sur le régime Kabila, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans des articles de presse, comme dans la grande enquête que Bloomberg vient de consacrer à la fortune du clan présidentiel.
A-t-il des ambitions politiques ? Non, assure-t-il : il veut continuer de travailler dans la finance. Tant que le président Kabila sera en place, il lui sera difficile de retourner exercer dans son pays."


° http://www.jeuneafrique.com/mag/371863/politique/rd-congo-jean-jacques-lumumba-lanceur-dalerte-gene-bgfi-bank-lentourage-de-kabila/
° http://www.jeuneafrique.com/370468/politique/rdc-lumumba-papers-eclaboussent-bgfi-bank-lentourage-de-kabila/


"Jean-Jacques Lumumba, banquier congolais exilé et dénonciateur du système Kabila
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/22/jean-jacques-lumumba-banquier-congolais-exile-et-denonciateur-du-systeme-kabila_5053068_3212.html
En s’opposant à des manipulations bancaires, ce descendant du premier ministre assassiné, Patrice Lumumba, s’était attiré les foudres du pouvoir à Kinshasa.

En ce mois de décembre, le train de banlieue fend le brouillard et stoppe dans une gare sans âme de la banlieue d’une grande ville du cœur de l’Europe. Température négative, ciel bas et lourd, une ambiance grise d’où émerge une silhouette élancée qui requiert de ne pas citer le lieu où nous le rencontrons. C’est la prudence d’un banquier contraint, en juin, de fuir son pays, la République démocratique du Congo, après avoir refusé de couvrir ce qu’il dénonce comme des malversations financières dans l’entourage du président Joseph Kabila.

Quelques semaines auparavant, il avait en effet découvert d’étranges opérations bancaires au sein de la filiale congolaise de la BGFI. Jean-Jacques Lumumba avait intégré cet établissement en 2012, avec enthousiasme. La réputation de la banque, son implantation internationale et son réseau semblaient alors des gages de sérieux. En 2016, à peine trentenaire, il avait été promu directeur des engagements avec un confortable salaire à la clé. Son parcours suit l’évolution de l’établissement. En quelques années, la BGFI s’est fait une place dans la jungle bancaire congolaise, pointant dans le top 6 des établissements locaux. Au Congo, son directeur n’est autre que Francis Selemani Mtwale, un intime de Joseph Kabila dont la rumeur assure qu’il est son frère adoptif. Gloria Mteyu, la sœur cadette du chef de l’Etat, créatrice de mode et femmes d’affaires, porte 40 % des parts de la BGFI RDC.

Une ascendance prestigieuse

Jean-Jacques Lumumba n’est pas, non plus, un Congolais comme les autres. La légère dépigmentation qui barre le côté droit de son visage, blanchit son bouc et ses cils, donne au trentenaire d’un bon mètre quatre-vingt-dix, un aspect mystique. Mais c’est son patronyme qui le distingue. Patrice Lumumba, icône africaine de la décolonisation, premier premier ministre du Zaïre indépendant, assassiné en 1961, était son grand-oncle maternel. « Sa famille m’a élevé, entre Limete et Matonge, sourit Jean-Jacques Lumumba. Et du côté de mon père, nous avons des liens avec Simon Kimbangu [fondateur et prophète de la religion Kimbanguiste, une église chrétienne congolaise née au début du XXe siècle], je suis son arrière-petit-neveu ».

Un double patronage qui a guidé une enfance kinoise marquée par les descentes de police, le harcèlement des militaires de Mobutu Sese Seko, et le pillage des maisons familiales par des miliciens de Laurent-Désiré Kabila, craignant l’aura qui entoure encore le nom de Lumumba. Malgré cela, l’exil n’avait jamais fait partie de l’horizon de l’ancien élève de l’institut Jésuite Boboto, au cœur du quartier de la Gombe.
Ce sont finalement ses fonctions professionnelles qui le contraindront de s’enfuir. La BGFI est en effet une banque très politique qui héberge notamment les comptes de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI). C’est cette institution qui, faute de moyens pour recenser l’électorat, a demandé au président de reporter l’élection présidentielle aux calendes grecques et fournit à la majorité présidentielle l’argumentaire pour que Joseph Kabila se maintienne au pouvoir après l’expiration de son mandat, ce 19 décembre.

L’étrange prêt de la CENI

Bien que disposant de moyens financiers non négligeables - au moins 55 millions de dollars en mai 2016, selon les documents consultés par Le Monde Afrique - la CENI a obtenu, en mai toujours, un prêt à la BGFI de 25 millions de dollars, au taux de 8,5 % par an, agrémenté d’une commission d’arrangement de 0,5 %, d’une commission de notification de 2,5 % et de frais de dossier de 1 %. L’opération est d’autant plus étonnante que la CENI est mise à l’index par la banque centrale congolaise pour des impayées auprès de fournisseurs. Cela devrait lui interdire le recours à des prêts et à des décaissements. Pourtant, dès la mi-mai, 2 millions de dollars sont prélevés par la banque. Entre mai et septembre, 7,5 millions de dollars sont retirés par trois questeurs de la CENI pour payer leurs agents.

Directeur du recouvrement, Jean-Jacques Lumumba assure s’être opposé à ce prêt et aux décaissements qui ont suivi. « Cela a été le début de mes problèmes. Ces prêts et ces retraits étaient illégaux, en raison de la mise à l’index. C’est l’argent du peuple destiné aux élections qu’on me demandait de laisser passer ! J’ai alerté, en interne, mais le directeur général et son adjoint ont forcé l’opération et m’ont dit de l’assumer. »
Les pressions ont alors commencé. Francis Selemani et son adjoint lui demandent des explications sur cette opération et sur de précédentes remarques qu’il avait transmises au cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), auditeur de la banque. MM. Selemani et Diop n’ont pas répondu à nos sollicitations. « J’avais dénoncé l’étrange fonctionnement des comptes de certains clients, se rappelle Jean-Jacques Lumumba. Au moment où elles ne pouvaient plus honorer des prêts, le directeur général leur trouvait des fonds pour régler leurs engagements. Les prêts devenaient une façon de blanchir des fonds et de détourner de l’argent. J’ai compris qu’ils voulaient me faire porter le chapeau au cas où ces opérations deviendraient publiques. Alors comme j’avais des soucis de santé, je me suis mis en congé maladie. »

Une convalescence loin du pays, en Europe, où sa femme et ses jeunes enfants l’ont rejoint. Mais la pression ne retombe pas. « Les bruits qui me parvenaient de la banque étaient mauvais », raconte-t-il. Pour se protéger, Jean-Jacques Lumumba s’est donc ouvert à la presse. Celle de l’ancien colonisateur belge d’abord, le quotidien Le Soir, puis auprès des médias anglo-saxons, déclenchant en novembre un premier tourbillon médiatique.

Atteinte au secret défense

Au-delà de la CENI, d’autres opérations suspectes apparaissent. Les comptes de la Gécamines, l’ancien conglomérat minier public, ont été prélevés en deux fois de 2,7 millions de dollars pour des commissions portant sur le même emprunt. Autre exemple, un virement de la Banque centrale du Congo, sur un compte de la société de produits surgelés Egal, provoque un tweet rageur du directeur de cabinet adjoint du président Kabila. « Divulguer un des moyens du financement de la défense de son pays est une trahison. Le nom du héros national a été sali ». Est-ce à dire que la BGFI financerait, via un compte fictif, des achats d’armes alors que le pays est encore sous embargo de l’ONU ? (2) Contacté, M. Kambila n’a pas répondu à nos sollicitations. « Quand j’ai vu les réactions j’ai réellement pris la mesure de ce que j’avais découvert, souffle Jean-Jacques Lumumba. Et j’ai compris que je ne pourrais pas rentrer. »

Depuis, d’autres scandales ont explosé dans la presse anglo-saxonne. L’agence de presse Bloomberg a recensé les 77 sociétés, dont la BGFI, dans lesquelles la famille du président a des intérêts. Le New York Times lui a emboîté le pas. L’ancien banquier les suit depuis son exil, où il a repris des études de finances. « C’est une déferlante assez terrible, soupire un diplomate congolais, qui dénote l’état du système bancaire et judiciaire du pays ». Aucune enquête[/url] n’a été ouverte après les révélations de Jean-Jacques Lumumba, ni aucune procédure à son encontre depuis sa démission de la BGFI."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 9/1/2017, 1:49 am

""Comment Kabila a perdu près d’un million de dollars en payant le mauvais lobby à Washington!
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/01/08/kabila-a-perdu-plus-dun-million-de-dollars-payant-mauvais-lobby-a-washington.html
D'après le média américain Open Source Investigation (OSI), le Pouvoir de Kinshasa a engagé un lobby qui s'est finalement avéré très hostile au président élu Donald Trump, perdant au passage près d'un million de dollars américains.

D’après ce média américain spécialisé dans les investigations, la société américaine BGR,  spécialisée dans le lobbying et basée à Washington et le gouvernement congolais ont signé un contrat d’une valeur de 875 000 dollars US en septembre 2016.
« Dans une tentative désespérée de limiter les dommages causés par les sanctions américaines, le régime de Joseph Kabila a engagé la société de lobbying basée à Washington BGR Government Affairs en septembre 2016″, affirme le média américain dans un article publié sur son site (à lire ici en Anglais)

Citant le ministère américain de la Justice, ce média affirme que le contrat a été signé au nom du gouvernement du République démocratique du Congo par Barnabe Kikaya, conseiller principal diplomatique de Kabila. BGR et le gouvernement de la RDC « ont convenu d’une redevance initiale de 875 000 USD pour le travail jusqu’au 31 janvier 2017 ». Cliquez ici pour lire le document.

BGR Government Affairs fait partie du groupe BGR, l’un des principaux cabinets de lobbying aux États-Unis. « BGR est souvent embauché par les autocrates pour blanchir leurs régimes brutaux« , explique le média américain. Problème: BGR n’a pas pu livrer le service commandé par Kinshasa. 
En effet, toujours selon OSI, Ed Rogers, fondateur de la BGR et rédacteur de Washington Post s’est avéré par la suite être  l’un des plus féroces critiques de Donald Trump, président élu des Etats-Unis à la présidentielle de novembre dernier. Le lobbyiste engagé par Kinshasa est allé même jusqu’à affirmer que M. Trump était un « stupide menteur et raciste« , le traitant de tous les noms pendant la campagne électorale. A l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, Joseph Kabila se serait donc vu obligé de ne plus  compter sur  M. Rogers, relate  OSI. 

Au début du mois de décembre dernier, le gouvernement congolais  a créé une polémique en annonçant avoir engagé Cynthia McKinney, une ancienne parlementaire américaine, pour faire du « lobbying » en sa faveur à Washington. L’interessée avait fini par démentir cette information."


Kabila payed almost $1 million to the wrong Washington lobbyist
° http://www.opensourceinvestigations.com/dictatorship/kabila-payed-almost-1-million-wrong-washington-lobbyist/
The Washington-based lobbying firm BGR has failed to deliver for Joseph Kabila. In September 2016, BGR and the Congolese government signed a contract worth $875,000. Ed Rogers, BGR founder and a Washington Post writer has been one of Donald Trump’s fiercest critics. Kabila’s lobbyist has called Trump stupid liar and racist, described him as a combination of Jim Jones and Kim Kardashian, accused him of being Putin’s friend. Rogers’ friends in media and politics are Kabila’s toughest critics. Kabila shouldn’t count on Rogers – Sessions friendship.

 875,000 dollars from public funds to whitewash a brutal regime

In a desperate attempt to limit the damage caused by the US sanctions, Joseph Kabila’s regime hired the Washington-based lobbying firm BGR Government Affairs in September 2016. According to the US Department of Justice, the contract was signed on behalf of the Government of the Democratic Republic of Congo by Barnabe Kikaya, Kabila’s diplomatic senior advisor. BGR and the government of the DRC “have agreed to an initial fee of USD 875,000 for working through January 31, 2017”.


Click here to read the document FARA CONGO

Joseph Kabila is a dictator and dictators use public funds to pay for PR campaigns to justify their atrocities. BGR Government Affairs is part of the BGR Group, one of the top lobbying firms in the US. BGR is frequently hired by autocrats to whitewash their brutal regimes. Kabila’s major problem is that BGR has failed to deliver.
BGR chairman and co-founder is Ed Rogers, a “Republican mega-lobbyist” and a Washington Post writer. But, in addition to being a lobbyist, a Republican strategist and a Post blogger, Ed Rogers has also been one of Donald Trump’s fiercest critics. And, unfortunately for Ed Rogers’ clients, Donald Trump has won the presidential election.

Kabila’s lobbyist on Trump: stupid, liar, racist

Ed Rogers has used his Washington Post blog and his authority as a Republican political consultant to carry out some of the most violent attacks against Donald Trump, his family, campaign staff and supporters.
Rogers called Trump stupid (“too much of what he says makes no sense”, “he can’t filter what he says, he blurts out lies, and conspiracy fester in his mind”). Rogers called Trump a liar, talking about “Trump’s willingness or downright eagerness to avoid the truth” and concluding that “it’s clear that in Trump’s World, you’re expected to lie”. Rogers called Trump and his Southern supporters racists (“there is a racist appeal to Trump’s candidacy”, “Trump was sending a direct signal to racist voters”).

Rogers described Trump’s family role in the campaign as a “traveling family roadshow” and expressed concerns about transforming the presidency into “a family enterprise”. Rogers described Trump as incapable of being Presidential (“Trump can’t deliver”; “Trump is too flawed to seize the moment”, “Trump should not be considered a viable candidate for president of the United States”). Rogers asked Trump to “hide for a couple of weeks” and called on Republicans to abandon Trump (“soon Republicans may have the choice of going down with the ship or trying to decouple from the Trump campaign”).

Putin’s friend, a combination of Jim Jones and Kim Kardashian

Donald Trump is to politics what Kim Kardashian is to entertainment” – Rogers wrote on 24 August 2015, arguing that “having to articulate coherent policy proposals is a buzzkill for the Trump movement”.
On 14 June 2016, Rogers compared Trump with Jim Jones, the cult leader who led more than 900 followers in a mass suicide known as the Jonestown Massacre. (“Trump sounds like Jim Jones. Just add sunglasses and a little more slurred speech, and the similarities would be vivid”).
On July 27, Rogers accused Trump of being “Vladimir Putin’s friend”, and blamed him for “using Putin’s assets to spy on Trump critics”. In Rogers’ view “it is perfectly plausible Trump would turn to the Russians for information”. Kabila’s lobbyist imagined a “plausible and scary scenario” in which “one of Trump’s children goes to Moscow trying to raise capital or seal a deal and an extra envelope, containing the latest revelations that may be of interest to Dad back home, is handed over”. Rogers also accused Trump’s associates of “having ties to the Kremlin” and concluded that “there is enough evidence to suggest there is some collusion”.

Rogers’ connections worked against Kabila

Obviously his lobbyist’s anti-Trump campaign didn’t work in favour of Joseph Kabila. What about Ed Rogers’ media and political connections?
Washington Post was accused in the past of allowing opinion writer Ed Rogers to advocate for the positions and interests of his lobbying firm’s clients. But, at least for the DRC’s current crisis, Washington Post’s good reputation stands. The Post has accused Joseph Kabila of engineering artificial delays in the election process to extend his stay in power, asked him to step down and called on President Obama to “act on Congo before it’s too late”.
It is a fact that Rogers has used his Washington Post column to advocate for positions favoured by his energy and transportation clients. However he has never even mentioned Joseph Kabila or the DRC.

As for Ed Rogers’ Republican connections, OSI has already shown that prominent Republican congressmen have urged US President to “expand the scope of sanctions” and initiate “additional judicial investigations into kleptocratic activity by top DRC officials”. http://www.opensourceinvestigations.com
In fact, both Évariste Boshab and Kalev Mutond, who were added to the US Treasury blacklist on 12 December, were mentioned in the bipartisan Congressional letter sent to president Obama on 1 November.

Kabila shouldn’t count on Sessions’ help

Now Ed Rogers is telling Joseph Kabila not to worry because Trump’s nominee for US Attorney General Jeff Sessions is “an old friend” and will stop all ongoing investigations into Kabila’ s associates.
What the lobbyist doesn’t tell Kabila is that in his anti-Trump campaign he also thrashed “his friend” Jeff Sessions. Rogers has called Sessions a “Trump surrogate” willing to “go out and tell lies”, and to excuse “Trump’s poor gasp of civics and the dangerous attributes he would bring to the presidency”.

Kabila’s second mandate expires on 19 December. We already know for sure that he will remain in office beyond his Constitutional term. We also know for sure that 875,000 dollars have been wasted. No one in Washington supports Kabila. Not even his lobbyist."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  djino le 11/1/2017, 2:31 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 7/3/2017, 5:45 pm

"Affairisme :
La fratrie "Kabila" actionnaire dans la raffinerie d’or ougandaise?

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11546
 
 
La raffinerie d’or inaugurée à Entebbe, en Ouganda.

Deux semaines après l’inauguration de la première raffinerie d’or ougandaise à Entebbe, des analystes s’interrogent sur l’identité des actionnaires. D’aucuns suspectent d’ores et déjà la fratrie "Kabila" d’y avoir des intérêts. Le PDG de cette industrie Alain Goetz n’a pas usé des périphrases affirmant que la matière première proviendra du Soudan du Sud et de l’Est du Congo-Kinshasa. Selon certaines informations, Jaynet "Kabila" a des attaches familiales avec l’Ouganda. C’est dans ce pays qu’elle a accompli ses études primaires. "Joseph", lui, a passé plusieurs années dans le maquis de Ruwenzori dans le même pays. Pour avoir été les initiateurs, en octobre 1996, de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) qui porta Laurent-Désiré Kabila au pouvoir le 17 mai 1997 à Kinshasa, l’Ougandais Yoweri Museveni et le Rwandais Paul Kagame passent pour les mentors de l’actuel dirigeant congolais. Inutile de parler d’une "dette morale" que la fratrie a contracté vis-à-vis de ces satrapes qui considèrent le "Congo libéré" comme un "butin de guerre".

Vingt années après la joyeuse entrée des "Kadogos" à Kinshasa, les Congolais ont perdu la maîtrise de leur territoire national. C’est le cas particulièrement des régions qui jouxtent l’Ouganda et le Rwanda. 
Formée à partir des anciens combattants issus des anciens groupes armés nationaux et étrangers, l’armée congolaise est devenue une sorte de "ratatouille". L’armée regroupe en sein des desperados venus de plusieurs pays voisins. Rien d’étonnant que la force publique soit si incapable de défendre les frontières pour dissuader les agresseurs éventuels et mettre les trafiquants hors d’état de nuire. Pour la petite histoire, les soldats issus des mixages et autres brassages sont déployés au Nord-Est du pays.

Depuis le 21 février dernier, l’Ouganda compte sur son territoire une raffinerie d’or dénommée "Africa Gold Refinery". D’où proviendra la matière première?
Selon une dépêche de Reuters datée du même jour, le propriétaire de cette industrie en l’occurrence Alain Goetz a fait savoir que celle-ci utilisera l’or brut en provenance du Soudan du Sud et de l’Est du Congo. Une situation jugée alarmante par des organisations de défense des droits humains. Celles-ci redoutent que l’or vendu en fraude par les bandes armées puisse "financer" l’instabilité récurrente.

Depuis la mort mystérieuse du président Laurent-Désiré Kabila, il y a seize ans, la vie politique et économique au Congo dit démocratique est régentée par les trois têtes d’affiche de la fratrie "Kabila". Leurs prénoms sont bien connus : Joseph, Jaynet et Zoé. Les Congolais savent peu de chose sur le parcours de chacun d’eux. 
Selon certains "biographes", les jumeaux Joseph et Jaynet ont accompli leurs études primaires et secondaires dans le maquis de Hewa Bora ainsi qu’au Lycée français de Dar es-Salaam, en Tanzanie (voir notamment "Histoire du Congo - Les quatre premiers présidents du Congo", Célestin Kabuya Lumuna Sando, aux éditions Secco et la "Revue pour l’intelligence du monde" n°3 datée de juillet/août 2006". 

Cupide

Candidate aux élections législatives de 2011, Jaynet a dit le contraire sur les formulaires ad hoc de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante). On peut y lire notamment qu’elle n’a pas fait ses études primaires dans le maquis de Hewa Bora ou dans un Lycée français mais au "Green Valley Primary School" en Ouganda jusqu’en 1984. Elle aurait terminé ses études secondaires en mai 1992 à Irambo Secondary School en Tanzanie. Qu’en est-il de Joseph et de Zoé? Double mystère. 
Réputée avide d’argent, la fratrie "Kabila" se trouve au centre de chaque coup fumant susceptible de générer quelques milliers de dollars de plus. Des observateurs avertis jurent leurs grands dieux que le trio serait actionnaire dans Africa Gold Refinery. 

Tout commence le 2 mai 2014, lorsque Martin Kabwelulu Labilo, l’inamovible ministre congolais des Mines, inaugure ce qu’une dépêche de l’AFP présente comme "une des plus grandes mines d’or d’Afrique". La mine est située à Durba, Territoire de Watsa, dans l’actuel province du Haut-Uélé. "Joseph Kabila" devait être sur lieu. Il fut empêcher par le passage à Kinshasa du secrétaire d’Etat américain d’alors John F. Kerry. 
Ce gisement d’or est exploité par "Kibali Goldmines", une société détenue à 45% par la compagnie minière sud-africaine Rangold Resources. L’AngloGold Ashanti et l’Etat congolais détiennent respectivement 45 % et...10%. La mine est exploitable jusqu’en 2031. Les réserves sont estimées entre 10 millions et 18 millions d’onces.

"Caverne d’Ali Baba"

Depuis 2014, plusieurs banques ont implanté leurs succursales dans la localité de Durba qu’on ne peut même pas situer sur la carte du Congo. Des voyageurs signalent une forte présence étrangère. Il s’agit des étrangers venus principalement de l’Ouganda. 
Une route bien entretenue relie Dungu à Faradje via le territoire de Watsa. Cette route conduit jusqu’à Arua en Ouganda. Des bus font la navette entre Durba et cette ville ougandaise. L’Ouganda, un pays que la fratrie connait bien.

Des analystes croient savoir que la fratrie "Kabila" s’abrite derrière des investisseurs sud africains. En tout cas, nul ne sait à ce jour la destination donnée aux parts attribuées à l’Etat congolais. La comptabilité nationale ne contient aucune trace. "C’est le flou habituel que les financiers de la République rencontrent chaque fois que le président Joseph Kabila et sa famille sont impliqués dans un business". 

Selon des témoins, Jaynet "Kabila" était présente à Durba en mai 2014 lors de l’inauguration de cette mine. S’il est vrai que cette présence n’est ni immorale ni illégale, il n’en demeure pas moins vrai que l’Ouganda est un pays que Jaynet connait bien pour des raisons citées précédemment.
La raffinerie d’or inaugurée en Ouganda va générer des richesses et des emplois dans ce pays voisin pendant que le Congo-Kinshasa se cantonnera dans un rôle de vache à lait. Dans un entretien à Jeune Afrique n°2901-2902 datée du 14 août 2016, Zoé avait déclaré que sa famille n’est pas prête "à abandonner le pouvoir à n’importe qui". Voulait-il dire que le Congo-Kinshasa est devenu la caverne d’Ali Baba pour les initiateurs de l’AFDL?"

° http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/8662680.stm
° http://www.bbc.com/news/world-europe-24811420
° http://www.reuters.com/article/uganda-gold-idUSL8N1G61QA
° http://www.dailymail.co.uk/wires/afp/article-4249866/Uganda-gold-refinery-raises-alarm-conflict-minerals.html


"La fortune des Kabila: "Le loyer payé par l’Onu pour un bureau de police finit par trouver son chemin vers la famille"
° http://www.lalibre.be/actu/international/la-fortune-des-kabila-le-loyer-paye-par-l-onu-pour-un-bureau-de-police-finit-par-trouver-son-chemin-vers-la-famille-5852c9cdcd701e2eb2881a5c
INTERNATIONALUn an d’enquête dévoile la pieuvre qui rapporte "des centaines de millions".
Les internautes congolais ont partagé, durant toute la journée de jeudi, un article publié par le groupe américain spécialisé dans l’information financière, Bloomberg, dévoilant "le réseau d’entreprises" qui "a rapporté des centaines de millions de dollars à la famille" du président Joseph Kabila. Et ses auteurs de suggérer que cette manne pourrait expliquer pourquoi le chef de l’Etat congolais ne veut pas quitter le pouvoir à la fin de son dernier mandat légal, ce 19 décembre, malgré le risque de troubles.

Septante compagnies(...)"



"Dan Gertler, Glencore et la Gécamines de nouveau épinglés par Global Witness
° http://www.jeuneafrique.com/409141/economie/rd-congo-dan-gertler-glencore-gecamines-de-nouveau-epingles-global-witness/
D’après une enquête de l’ONG Global Witness, le géant anglo-suisse Glencore aurait versé plus de 75 millions de dollars à Dan Gertler, un homme d’affaires israélien proche du président Joseph Kabila. Des transactions qui auraient été faites au détriment de la principale société publique minière de RD Congo, la Gécamines.

“De 2013 à 2016, Katanga Mining, société cotée à la bourse de Toronto et détenue majoritairement par Glencore, a adressé des pas-de-porte [supplément de loyer] et d’autres paiements d’un total de plus de 75 millions de dollars à la société Africa Horizons Investment Limited (AHIL), détenue par Dan Gertler [via son groupe Fleurette, NDLR] et enregistrée dans les îles Caïmans », écrit l’ONG britannique dans un rapport.
« En vertu du contrat initial, ces paiements auraient dû être effectués à la Gécamines (Générale des carrières et des mines, propriété de l’État) », précise Global Witness.

Des accusations qui s’ajoutent à celles portées en novembre par l’ONG, qui avaient révélé que des royalties dues à la Gécamines dans le développement du projet minier Kamoto Copper Compagny (KCC, mine de cuivre et cobalt opérée par Glencore dans le Katanga) avaient finalement versés au très sulfureux milliardaire israélien.
Dans ce premier détournement présumé de revenus, l’ONG estimait les sommes indûment versées à la filiale de Dan Gertler à quelque 880 millions de dollars.

En 2013 et 2014, dans des déclarations publiques adressées à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, organisation suédoise visant la publication des revenus issus des ressources minières, pétrolières et gazières que la RDC a rejoint en 2014, Glencore avait indiqué avoir effectué des paiements à la Gécamines.

Un remboursement d’emprunt pour le groupe de Dan Gertler

Des paiements qui ont finalement été adressés à AHIL a reconnu Glencore dans un communiqué adressé à Reuterset également confirmés à l’AFP. « Les paiements de pas-de-porte pour 2013, 2014, 2015 et 2016 à Africa Horizons Investment Limited ont été effectués conformément à l’instruction de paiement de Gécamines » et « des accords tripartites de royalties entre KCC, Gécamines et AHIL ».
Les paiements ont également été confirmés par le groupe Fleurette de Dan Gertler qui conteste vertement les conclusions de Global Witness. Dans un communiqué, le groupe que contrôle l’homme d’affaires israélien explique que ces transferts de paiement (dus à la Gécamines et finalement payés à AHIL) interviennent en remboursement « partiel » d’un prêt de 196 millions de dollars consenti par Fleurette à la Gécamines.
Sollicités par Reuters, plusieurs responsables de la Gécamines étaient indisponibles pour commenter ces informations.

« Il est scandaleux que Glencore ait effectué des paiements à un ami du président congolais accusé de pots-de-vin et de corruption et qu’elle n’ait pas informé ses actionnaires ou le public de ces transactions », s’insurge de son côté l’ONG britannique. 
Le magnat israélien Dan Gertler a souvent été accusé par Global Witness d’avoir acquis dans des conditions opaques des concessions minières en RDC. Des opérations très lucratives, comme en atteste l’annonce le 13 février du rachat par Glencore de 905 millions d’euros de parts dans deux mines appartenant à Dan Gertler."



"Economie, entreprises et marchés :
RDC : un étrange transfert de royalties de la Gécamines à Dan Gertler

° http://www.jeuneafrique.com/374348/economie/rdc-etrange-transfert-royalties-de-gecamines-a-dan-gertler/
L’ONG britannique Global Witness estime dans un document rendu public mardi qu’un accord tripartite de janvier 2015 aurait fait perdre 880 millions de dollars de royalties initialement dues à la Générale des carrières et des mines. Et ce au profit d’une société immatriculée au îles Caïmans, filiale du groupe Fleurette de Dan Gertler.

C’est une nouvelle affaire minière qui émerge en RD Congo. Elle met encore une fois en cause une transaction entre un groupe minier international, la Générale des carrières et des mines (Gécamines, propriété de l’État), et l’homme d’affaires controversé Dan Gertler, proche du président Joseph Kabila.
Selon l’ONG britannique Global Witness, spécialisée sur les questions de transparence économique, la Gécamines aurait transféré en 2015 ses droits à percevoir des royalties sur le projet de Kamoto Copper Company (KCC), opéré par le suisse Glencore au sud de la RDC, à Africa Horizon Investment Limited, une société immatriculée au îles Caïmans, filiale du groupe Fleurette de Dan Gertler.
L’ONG a transmis à Jeune Afrique les pages d’un contrat régissant cet accord tripartite, signé le 22 janvier 2015 par Albert Yuma et Jacques Kamenga, respectivement Président du conseil d’administration et DG par intérim de la Gécamines, par Pieter Deboutte, le bras droit belge de Dan Gertler, ainsi que par Jeffrey Best, le CEO de KCC.

880 millions de dollars

Selon Global Witness, ce transfert représenterait environ 880 millions de dollars de royalties initialement dues à la Gécamines, équivalant à 2,5% des ventes futures du complexe minier katangais jusqu’à la fin de la vie du projet. Pour donner ce chiffre, l’ONG s’appuie notamment sur une estimation réalisée par le cabinet Golder Associates qui avait réalisé une évaluation des actifs de KCC en 2012.
Une estimation jugée exagérée par le groupe Fleurette. En réaction à la publication de Global Witness, le groupe de Dan Gertler met en avant la suspension depuis septembre 2015 et pour deux ans par Glencore du projet de KCC (dont il est aussi actionnaire minoritaire). Ce qui a eu pour conséquence la suspension des royalties versées. Et il affirme également – sans pour autant étayer ses propos par des documents – que le reversement des royalties à Africa Horizon cessera dès le début de l’année 2019 et ne court pas, comme l’affirme Global Witness, sur la durée entière de la vie du projet.
Cet étrange transfert à un tiers de royalties – rarissime dans le secteur minier – pose la question de la contrepartie financière obtenue par la Gécamines en échange. Albert Yuma, joint au téléphone le 14 novembre au soir, n’a pas souhaité répondre aux questions de Jeune Afrique."

° https://www.globalwitness.org/fr/press-releases/glencore-redirig%C3%A9-plus-de-75-millions-de-dollars-de-paiements-miniers-vers-un-ami-du-pr%C3%A9sident-congolais-%C3%A9clabouss%C3%A9-par-des-scandales-r%C3%A9v%C3%A8le-global-witness/
° http://www.rfi.fr/afrique/20170303-rdc-nouveau-rebondissement-affaire-miniere-impliquant-glencore-global-witness-gertl

En RDC, le géant minier Glencore soupçonné de malversations avec un proche de Joseph Kabila "
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/03/en-rdc-le-geant-minier-glencore-soupconne-de-malversations-avec-un-proche-de-joseph-kabila_5088746_3212.html


"TFM a produit 215.940 tonnes de cuivre 2016"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11539


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 13/3/2017, 6:31 am

"RDC : une plainte contre Joseph Kabila déposée à la CPI
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-une-plainte-deposee-contre-joseph-kabila-a-la-cpi/
Un collectif d’associations congolaises a déposé une plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) à l’encontre du président Joseph Kabila pour les exactions commises par ses services de sécurité. Une plainte jugée recevable par la CPI, même si aucune enquête ne vise pour l’instant le chef de l’Etat congolais.

Depuis 2012, de nombreuses plaintes sont régulièrement déposées devant la Cour pénale internationale (CPI) contre l’Etat congolais pour des violations répétées des Droits de l’homme. Vendredi 10 mars 2017, un collectif d’associations accompagné de plus de 200 Congolais de la diaspora ont déposé de nouvelles plaintes à la suite de la récente flambée de violence au Kasaï et de la découverte de fosses communes. Des plaintes jugées recevables par la Cour et qui seront désormais regroupées dans un même dossier avec les plaintes antérieures. Ce qui ne veut toutefois pas dire que la CPI engagera des poursuites. A la tête de cette action, l’association APRODEC, l’Association pour la promotion de la Démocratie et de Développement, ou la LICOF, la Ligue contre la Corruption et la Fraude que préside Oscar Rashidi qui répond aux questions d’Afrikarabia.

Afrikarabia : Sur quels éléments vous basez-vous pour déposer cette plainte à l’encontre du président congolais ?
Oscar Rashidi : C’est une plainte contre Joseph Kabila pour crime contre l’humanité, crimes de guerre et génocide. Des fosses communes ont été découvertes à Maluku en avril 2015, ou récemment au Kasaï après les massacres commis par l’armée contre les adeptes de Kamuina Nsapu. Ces tueries ont pour responsable le chef de l’Etat qui est censé protéger les civils alors que toutes ces exactions sont perpétrées par les forces de sécurité congolaises. C’est donc le chef de l’Etat qui doit répondre de ces actes. Nous avons également remarqué que des groupes de miliciens sont financés par le gouvernement congolais. Trop c’est trop. Et c’est pour cela que ces Congolais ont déposé des plaintes pour que Joseph Kabila puisse enfin répondre de ces actes.
Afrikarabia : Toutes ces accusations sont-elles documentées ?
Oscar Rashidi : Nous avons une documentation solide, avec des photos à l’appui. Et toutes ces plaintes déposées depuis plusieurs années seront désormais rassemblées, en accord avec la CPI, sous un même numéro de dossier.

Afrikarabia : Avez-vous reçu une réponse de la CPI ?
Oscar Rashidi : Ces plaintes ont été jugées recevables et seront désormais regroupées par ce collectif d’associations ce qui permettra d’assurer le suivi des affaires auprès de la CPI. Auparavant, il y avait trop de plaintes multiples… nous avons maintenant un numéro de dossier unique à la Cour pénale internationale.
Afrikarabia : Avez-vous espoir qui ces plaintes aboutissent ?
Oscar Rashidi : Je crois qu’il y a maintenant une forte mobilisation des Congolais contre le silence de la communauté internationale. Surtout auprès de la Cour pénale internationale qui a pour mission de poursuivre tous ces dictateurs qui sont aujourd’hui impunis. L’espoir est permis tout simplement parce que désormais la CPI a jugé recevable ces plaintes. Pour nous, nos documents sont convaincants et solides.
Afrikarabia : La RDC traverse une grave crise politique. Ces plaintes sont-elles en mesure de faire évoluer Joseph Kabila ?
Oscar Rashidi : Le dépôt de cette plainte est un signal fort contre le gouvernement de Kinshasa. Il faut que les autorités comprennent l’exaspération de la population congolaise. Les Congolais en ont assez de ces massacres de civils à l’infini. Les autorités doivent comprendre qu’il faut maintenant faire cesser ces massacres.

Afrikarabia : Certains présidents africains ont déjà été ciblés par la CPI sans résultat, comme le président soudanais Omar El Béchir. Le président Joseph Kabila peut-il vraiment être inquiété par la CPI ?
Oscar Rashidi : Nous dénonçons justement cette politique des deux poids deux mesures. Laurent Gbagbo avait commis ce genre d’exactions lors des élections en Côte d’Ivoire. La communauté internationale avait alors réagi rapidement et aujourd’hui Laurent Gbagbo est devant la CPI. C’est donc possible. Joseph Kabila a tué des millions de personnes, des enfants ont été massacrés… Il faut maintenant que la CPI sorte de son sommeil vis à vis de la situation en RDC.
Afrikarabia : Cette plainte peut-elle également sonner comme un avertissement pour les responsables des services de sécurité congolais, militaires ou policiers ?
Oscar Rashidi : Il y a un commanditaire qui est connu aujourd’hui, c’est Joseph Kabila, mais il utilise bien sûr ses forces de sécurité pour commettre les massacres. Les auteurs des tueries doivent bien évidemment être identifiés et sanctionnés. Avec le dépôt de ces plaintes, nous sommes persuadés que tous les responsables des services de renseignements et de sécurité peuvent maintenant être poursuivis. La pression est de plus en plus forte.

Afrikarabia : Les menaces de sanctions ciblées de l’Union européenne à l’encontre de hauts dignitaires congolais vont dans le bon sens selon vous ?
Oscar Rashidi : Il faut clairement aller au-delà de ces simples déclarations d’intention. Ces mesures ont insuffisantes jusqu’à ce jour. Une délégation de la FIDH est actuellement aux Etats-unis pour sensibiliser les américains à la situation congolaise et que des sanctions soient prises au plus haut niveau. Et nous profitons du dépôt de cette plainte à la CPI pour renouveler notre appel à tous les Congolais et toutes les organisations des droits de l’homme qui détiennent des preuves des exactions des autorités de Kinshasa ou de nouveaux éléments, à nous transmettre les documents pour les porter au dossier."


° www.apareco-rdc.com/.../372-mission-accomplie-en-hollande-des-congolais-ont-depose...

"RDC : La diaspora congolaise porte plainte contre «KABILA» à la CPI
° http://afrique.kongotimes.info/rdc/diaspora/3571-congo-diaspora-congolaise-porte-plainte-contre-kabila-cpi.html
Des Congolais de la Hollande, Belgique et France ont déposé leur plainte à la Cour Pénale Internationale (CPI) contre Joseph Kabila alias Hyppolyte Kanambe pour crimes contre l'humanité, massacres et violation des droits de l'homme. La plainte a été acceptée.(...)"

"La Diaspora Congolaise porte plainte contre J. Kabila à la CPI"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 15/3/2017, 7:39 pm

Eh oui, nous n'avons jamais succombé à la cécité coupable de quelques illusionnistes accordant à 'JK' un vernis autant fumeux qu'introuvable de "révolutionnaire nationaliste" dans le sillage de son brouillon révolutionnaire de père, LDK : il est notoirement le "commis traître à la Nation Congolaise installé par les rwandais à la tête du pays depuis l'assassinat de ce dernier par les étrangers ennemis dont les rwandais et les ougandais sont les exécutants régionaux" !
Bien des Congolais dont ceux compris dans le premier "conglomérat d'aventuriers" de triste mémoire ont servi et continuent à servir de complices, l'ennemi est donc aussi dans nos murs pas seulement aux Amériques et ailleurs mais les premiers coupables restent les ougando-rwandais qui occupent aujourd'hui notre pays avec leur "cheval de Troie", 'JK' à la tête qui se trouve comptable et coupable du "crime horrible de Tingi-Tingi qu'il a activement accompagné à côté de son ancien(!) maître Kabarebe le long de leur diabolique périple à travers le Congo en 1966-1967 avec les kadogos venus des "mille collines" !
A bon entendeur.............


"INVITÉ AFRIQUE
Massacre de Tingi Tingi (RDC) en 1997: Reed Brody témoigne"

° http://www.rfi.fr/emission/20170314-rwanda-rdc-tingi-tingi-reed-brody-onu-massacre-recit-cij
C'est un crime de masse qui est passé sous silence depuis 20 ans. Selon MSF, Médecins sans frontières, quelque 190.000 réfugiés hutus rwandais ont été massacrés dans les forêts de l'est du Congo-Kinshasa, notamment dans la clairière de Tingi Tingi. L'avocat américain Reed Brody a fait partie d'une équipe de 20 enquêteurs désignés par le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan qui s'est rendue sur place quelques mois plus tard. Aujourd'hui, Reed Brody est membre de la Commission internationale de juristes, basée à Genève. Il témoigne au micro de RFI.

RFI : Reed Brody, il y a vingt ans, le 1er mars 1997, le camp de réfugiés de Tingi-Tingi a été pris d’assaut par les rebelles de Laurent Désiré Kabila et l’armée rwandaise. Qu’est-ce qui s’est passé ce jour-là ?
Reed Brody 
: D’après nos informations, ce jour-là, des éléments des rebelles de Kabila et l’armée rwandaise sont entrés dans le camp, où il y avait 200 à 150 000 réfugiés hutus rwandais et ils ont tué sans discrimination ceux qui restaient. D’après nos informations, une bonne partie avait déjà quitté le camp, mais plusieurs centaines d’entre eux s’y trouvaient encore, y compris des malades qui ne pouvaient pas fuir. Et selon des témoins, les soldats auraient tué la plupart des victimes à coups de couteau.
La tuerie de Tingi-Tingi n’est que l’un des massacres de réfugiés hutus commis dans l’est du Congo pendant cette guerre. Est-ce qu’on a une idée, Reed Brody, du nombre de réfugiés massacrés entre février et mai 97 pendant l’avancée victorieuse des rebelles et de l’armée rwandaise ?
C’est très difficile de le savoir. Des estimations varient entre 100 000 et 300 000 et des charniers continuent même aujourd’hui à être découverts.

Ce que l’on sait quand même, je crois, Reed Brody, c’est qu’en octobre 96, au début de la guerre, le Haut-commissariat aux réfugiés avait dénombré plus d’un million 200 000 réfugiés hutus rwandais dans l’est du Congo et que 900 000 d’entre eux étaient rentrés alors au Rwanda. Il restait quelque 340 000 réfugiés qui s’étaient enfuis sur les routes vers l’ouest du Congo. Est-ce qu’on a une idée du nombre de survivants sur ces 340 000 personnes ?
Eh bien justement, non. Il faut voir qu’il y avait d’abord le génocide au Rwanda, où entre 500 et 800 000 personnes ont été massacrées. Les génocidaires ont été vaincus par le Front Patriotique Rwandais dirigé par Kagamé, et craignant des représailles, plus d’un million de Hutus rwandais ont fui le Rwanda pour se réfugier justement, dans l’est du Congo. Mais les réfugiés étaient accompagnés de génocidaires, notamment des milices Interahamwe qui ont pris le contrôle de ces camps et en ont profité pour lancer des attaques contre le Rwanda et contre les Hutus congolais. Le président Kagamé qui n’était pas à l’époque président, se plaignait de l’existence de ces milices à ces frontières et a fini par lancer des attaques. Or, face à ces attaques, une partie des réfugiés est rentrée au Rwanda et une autre partie est allée plus loin dans la forêt congolaise. Et c’est là où la traque de ces réfugiés a commencé. Des massacres ont été commis par les rebelles aidés par l’armée rwandaise de Kagamé.

Selon un rapport de Médecins Sans Frontières de mai 1997, les rebelles de Laurent-Désiré Kabila et l’armée rwandaise de Paul Kagamé ont mis alors en place une stratégie délibérée visant l’élimination de tous les réfugiés rwandais restants, y compris les femmes et les enfants.
C’est très possible. La plupart des corps qui ont été retrouvés c’était des femmes, des enfants, etc. Donc il est très possible que des Hutus aient été tués en tant que tels.
Un agent humanitaire de Médecins Sans Frontières qui était à Tingi-Tingi témoigne : « Nos cris vers la communauté internationale se brisaient sur des refus polis. On nous parlait de mauvaise image des réfugiés ».
Justement, il y avait ce grand problème politique : tout le monde était très content de voir le renversement de Mobutu, donc on ne voulait pas se poser de questions.
C’est-à-dire que ces 340 000 réfugiés Hutus rwandais qui fuyaient vers l’intérieur du Congo c’était tous des génocidaires, j’imagine, pour le régime rwandais, mais peut-être pas seulement pour le régime rwandais, aussi pour la communauté internationale ?
Non. Evidemment, il y avait une toute petite partie qui était des génocidaires. La grande partie de ces réfugiés était des civils hutus qui craignaient des représailles. Mais il faut voir le contexte. Il y avait à ce moment-là un nouveau leadership en l’Afrique centrale qui était vanté par les Etats-Unis et la communauté internationale. Il y avait Monsieur [Yoweri] Museveni, il y avait [Paul] Kagamé. Donc on voulait accueillir ces nouveaux leaders sans poser trop de questions.

Et ce même agent humanitaire de MSF dit : « On nous parlait aussi de pression américaine ».
e peux témoigner que c’était vrai. Nous, on voulait accéder à Tingi-Tingi et aux autres sites des massacres. Le gouvernement Kabila a refusé et j’ai été personnellement objet de pressions du gouvernement américain qui voulait qu’on dise qu’on a fait notre enquête, mais sans descendre sur le terrain. Et donc on avait des pressions du gouvernement américain pour enquêter seulement là où Kabila voulait qu’on enquête.
Donc il y avait des consignes du président Bill Clinton pour qu’on ferme les yeux sur le massacre de ces réfugiés hutus ?
Jusque-là je ne peux pas parler de Bill Clinton, mais ce que je peux dire c’est que l’ambassadeur sur place et même au département d’Etat, voulait qu’on puisse dire qu’il y a eu une enquête et que maintenant on peut [avancer].
Alors combien de morts au total ? Vous dites entre 100 000 et 300 000. Médecins Sans frontières parle de quelque 190 000 personnes tuées. Dix ans plus tard, en 2007, les Nations unies décident de faire une nouvelle enquête et en 2010 c’est la sortie du fameux rapport Mapping sur ces massacres. Quelle suite la communauté internationale a-t-elle donnée à ce dernier rapport ?
Justement, aucune. Et ça c’est le problème. Déjà en 98 notre équipe avait appelé les Nations unies à demander justice pour les victimes de ces crimes. Et Kofi Annan, quand il a présenté notre rapport devant le Conseil de sécurité, a demandé que les coupables de violation rendent des comptes. Mais en 98, comme douze ans plus tard, le Conseil de sécurité a enterré le rapport. Et en fait, quand je lis ce rapport Mapping, ce qui est triste c’est qu’on voit le cycle des massacres et l’impunité. Il y a un cycle où il y a des violations des droits de l’Homme et des vengeances alimentées chaque fois par l’impunité. Et ce qui est vraiment décourageant pour moi c’est de voir, douze ans après, les mêmes genres de massacres, les mêmes acteurs. Et cela continue. Et il n’y a pas une volonté politique de la part de la communauté internationale de passer à l’étape suivante qui est d’identifier les meurtriers et de les traduire en justice.
Et peut-on dire que de Bill Clinton à Barack Obama il y a des administrations américaines qui veulent regarder ailleurs ?
Je crois que les administrations américaines ont envie de soutenir le Rwanda et donc ne se soucient pas suffisamment de ces massacres."




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 14/4/2017, 2:47 am

"Les coûteux passeports biométriques de la RDC"
par David Lewis

° http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN17F1TH-OFRTP
KINSHASA (Reuters) - Novembre 2015. Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, est en visite au ministère des Affaires étrangères. Il esquisse un large sourire lorsqu’un ordinateur prend une photo de lui, puis ses empreintes digitales, pour le lancement du nouveau passeport biométrique équipé d’une puce, qui permet d’avoir plus de détails sur son identité.
Le président Kabila et ses conseillers ont vanté les mérites de ce passeport, affirmant officiellement qu’il allait permettre à chacun de circuler librement, dans un monde de plus en plus préoccupé par la sécurité. Mais en privé, les instigateurs de ce nouveau système ont une autre raison de se réjouir : c’est l’occasion d’empocher des centaines de millions de dollars sur le dos des plus pauvres.


Ce passeport est l’un des plus chers dans le monde. Il coûte à chaque Congolais qui en fait la demande 185 dollars - soit près de 175 euros. A titre de comparaison, le passeport français pour un adulte coûte 86 euros, soit moins de la moitié du prix d’un passeport congolais.
D’après les documents consultés par Reuters, le gouvernement de la RDC ne recevrait que 65 dollars sur les 185 payés pour chaque demande, soit 35% du prix.
L’essentiel des sommes versées par le citoyen congolais va directement à Semlex, une entreprise basée en Belgique, qui produit des documents de voyage (passeports, cartes d’identité,...) et à une petite société basée dans le Golfe persique.

PAS DE RÉPONSES AUX SOLLICITATIONS DE REUTERS
Cette société du Golfe, LRPS, reçoit 60 dollars pour chaque passeport fourni, d’après les documents officiels du marché conclu entre le gouvernement congolais et Semlex. LRPS est enregistrée à Ras el Khaïmah, dans les Émirats arabes unis, mais les détails concernant son propriétaire ne sont pas consultables. 
D’après une source proche dossier, une certaine Makie Makolo Wangoi, proche du président Kabila, serait propriétaire de LRPS.
Cette même source affirme que Mme Wangoi est allée aux Émirats arabes unis en juin 2015 afin de finaliser le transfert des parts de LRPS à son nom. Des documents relatifs à ce voyage et au transfert des parts montrent que Mme Wangoi détient LRPS, mais les preuves ne sont pas concluantes.
Reuters a envoyé ses questions à propos de LRPS directement à Mme Wangoi par e-mail, mais elles sont restées sans réponse.

La présidence congolaise n’a pas répondu non plus aux sollicitations, à propos du montage sur les passeports, et de l’identité du propriétaire de LRPS. De son côté, la société Semlex n’a pas souhaité faire de commentaire.
A la suite des différentes requêtes envoyées, un haut responsable de la sécurité congolaise a contacté Reuters et a affirmé qu’il communiquerait des réponses au nom de Joseph Kabila, Makie Makolo Wangoi, et les autres personnes déjà contactées.
Il s’est ensuite ravisé et a préconisé d’envoyer toutes les questions au PDG de Semlex, Albert Karaziwan, sans donner plus d’informations.
Albert Karaziwan n’a pas répondu aux e-mails, ni aux SMS qui lui ont été adressés. Ses avocats se sont refusé à tout commentaire, invoquant d’éventuelles poursuites judiciaires contre toute personne qui chercherait à diffuser des informations trompeuses dans l’affaire des passeports.
Reuters a donné la possibilité à Joseph Kabila et aux autres protagonistes présumés de l’affaire de réagir aux informations recueillies. Ils ne l’ont pas fait.

UN PRIX ÉTONNAMMENT ÉLEVÉ
Le prix étonnamment élevé du passeport congolais est pourtant démontré par une offre concurrente d’une entreprise belge sans rapport avec Semlex, Zetes. Dans ce document dont Reuters a pu prendre connaissance, Zetes souligne qu’en 2014, le plan gouvernemental de mise en place des passeports biométriques allait coûter 28,50 dollars pièce. Zetes a confirmé avoir fait cette offre.
Au fil du temps, les passeports biométriques à 185 dollars pourraient rapporter des centaines de millions de dollars aux sociétés LRPS et Semlex, détournant ces ressources d’un Etat instable et miné par la pauvreté. D’après l’ONU, le revenu annuel moyen au Congo n’excède pas 680 dollars par habitant.

L’État congolais a donc besoin de tous les fonds que le pays est capable de mobiliser mais il s’est déjà privé dans le passé de ressources au profit de grandes entreprises. Un rapport publié par l’Africa Progress Panel en 2013, montre que le Congo aurait perdu près de 1,3 milliard de dollars de recettes dans cinq contrats miniers depuis 2010, car les entreprises publiques ont "systématiquement" sous-évalué des actifs lors de la vente de concessions à des investisseurs.
Ces contrats impliquent des transactions complexes entre grandes entreprises mais dans l’affaire des passeports, l’État se prive de revenus prélevés directement sur des citoyens congolais.
Durant le règne de Kabila, certains de ses plus proches collaborateurs se sont beaucoup enrichis grâce aux intérêts détenus dans de nombreuses affaires dans le pays, d’après l’ONG anticorruption Global Witness.

En décembre, Bloomberg avait dévoilé une liste de 70 entreprises – dont LRPS ne faisait pas partie – qui avaient, selon l’agence de presse, des liens avec les membres de la famille de Kabila, dont Mme Wangoi.
Joseph Kabila n’a pas réagi à ces révélations, mais certains de ses proches collaborateurs ont nié le fait que le Congo ait pu avantager certains fonctionnaires ou hommes d’affaires, réputés proches du président.
Ils ont aussi justifié l’implication de membres de sa famille dans les affaires, expliquant qu’ils sont des citoyens comme les autres, en droit d’avoir des activités commerciales.
Joseph Kabila aurait dû quitter le pouvoir au mois de décembre dernier, mais les élections ont été retardées et ses opposants lui dénient toute autorité.

UN EXPERT EN SÉCURITÉ ET TECHNOLOGIES
Au cours des vingt dernières années, Semlex est devenu le principal fournisseur de pièces d’identité et de passeports pour de nombreux pays africains. Depuis son siège social, un bâtiment situé sur l’avenue Brugmann à Bruxelles, l'entreprise a fourni des clients aussi bien en Guinée-Bissau, en Afrique de l’Ouest, qu’au Kenya, à l’est, ou à Madagascar, dans l’océan Indien.
La signature d’un contrat avec le Congo – l’un des pays les plus peuplés du continent, avec quelque 70 millions d’habitants – était particulièrement intéressant pour l’entreprise.

Les documents consultés par Reuters – dont ceux concernant les accords entre Semlex et le gouvernement, ainsi que les accords entre des individus et des entreprises impliqués dans l’opération– montrent comment la signature d’un tel contrat a été organisée.
L’un des personnages clés dans cette affaire est le PDG de Semlex, Albert Karaziwan, qui a fondé l’entreprise en 1992 et qui la contrôle avec sa famille quasi intégralement.
Albert Karaziwan est un Belge d’origine arménienne, né à Alep, en Syrie. Il possède un château en Belgique et des intérêts dans l’immobilier et l’hôtellerie. Il intervient principalement dans les domaines des technologies et de la sécurité pour des gouvernements, en particulier en Afrique.
Entre octobre 2014 et juin 2015, Karaziwan a eu divers échanges avec les autorités congolaises, y compris à travers des courriers directement adressés à Kabila, d’après les documents consultés par Reuters.

Le 16 octobre 2014, Karaziwan a envoyé une première expertise de ce que pouvait coûter un passeport biométrique : entre 21.50 euros et 43 euros, précisant que sa société pouvait même les faire fabriquer dans sa propre usine, en Lituanie.
Cinq jours plus tard, Karaziwan a envoyé une autre lettre à Kabila. Cette fois-ci, il a invité deux hauts dirigeants proches du président congolais, Moïse Ekanga Lushyma et Emmanuel Adrupiako, à Dubaï pour discuter des termes du contrat.
Ekanga a dirigé l’organe gouvernemental en charge du programme de coopération sino-congolais portant sur plusieurs milliards de dollars.

DIFFERENDS AU SEIN DU GOUVERNEMENT
Adrupiako est, lui, un important conseiller financier qui travaille avec Joseph Kabila depuis 2001. Un responsable au fait de l’organisation de la présidence de Kabila décrit Adrupiako comme son "trésorier" officieux.
Au début du mois de novembre 2014, Semlex a affirmé qu’il pouvait fournir des passeports pour 50 dollars pièce, d’après des documents consultés par Reuters. Dans une lettre envoyée à Kabila le 13 novembre, le prix est pourtant passé à 120 dollars.
En mars 2015, Karaziwan était invité à Kinshasa, la capitale de la RDC, par le ministre des Affaires étrangères, afin de finaliser l’accord. A la fin du mois de mai, Semlex s’est vu proposer un contrat pour cinq ans par le ministère du Budget.
Au mois de juin 2015, Karaziwan, le ministre des Affaires étrangères congolais Raymond Tshibanda et le ministre des Finances Yav Mulang ont finalisé l’accord.

D’après l’un de ces contrats, une entreprise basée à Kinshasa – Mantenga Contacto Trading Limited - s’est vu attribuer 12 dollars pour chaque passeport délivré, en échange de la mise à disposition du personnel nécessaire pour la mise en œuvre du projet. Mantenga a pris acte des enquêtes de Reuters mais s’est refusé à tout commentaire.
Les trois entreprises Semlex qui ont signé ces accords ont, elles, reçu 48 dollars pour chaque passeport délivré.
Les 60 dollars restants sont allés dans les caisses du consortium. D’après un document consulté par Reuters, cet argent a été perçu par LRPS. En échange, l’entreprise devait contribuer aux tâches administratives, logistiques et aux relations avec le gouvernement congolais.

Lors des négociations, LRPS était représenté par Karaziwan, le patron de Semlex, d’après le contrat conclu entre Semlex et le gouvernement congolais.
Reuters n’a pas été en mesure de vérifier les statuts actuels de la société LRPS. Mais les statuts déposés devant les autorités de Ras el Khaïmah, aux Émirats arabes unis, montrent que l’entreprise a été créée le 14 janvier 2015, pendant que Semlex était en pleine négociation avec les représentants de Kabila sur les passeports biométriques.
Le document ne dit pas qui était le propriétaire de l’entreprise au moment de sa création. Mais un second document – relatif au transfert des actions – indique qu’au cours de l’année 2015, LRPS appartenait à un Français installé à Dubaï, Cedric Fevre, un partenaire en affaires de Karaziwan.
Toutefois, ce document informatisé n’est pas signé, mais les métadonnées qu’il contient montrent qu’il a été créé aux Émirats arabes unis en 2015 et imprimé le 25 juin de la même année. Le jour même où Cedric Fevre a transféré l’intégralité des 10.000 parts de LRPS à Mme Wangoi, d’après une source au fait du dossier.

UNE SOEUR DE KABILA ?
Une deuxième source, qui était au courant du contrat sur les passeports sans en avoir une connaissance de première main, a confirmé que Mme Wangoi était devenue la propriétaire de LRPS, après cette transaction.
La première personne, qui était en lien direct avec le dossier des passeports biométriques, affirme que les seules copies signées du transfert d’actions de LRPS sont entre les mains de Cédric Fevre et Mme Wangoi. Reuters n’a pas pu voir une copie signée. M. Fevre et Mme Wangoi n’ont pas répondu aux sollicitations de l’agence.
Le nom de Makie Makolo Wangoi n’est pas très connu en dehors de la famille de Joseph Kabila. Des registres de société montrent qu’elle est actionnaire dans plusieurs sociétés, avec d’autres membres de la famille Kabila.
Dans deux de ces sociétés basées au Congo - Shaba Impex Sprl et Shaboil Sprl – Mme Wangoi utilise un autre nom, celui de Makolo wa Ngoy Kabila, d’après les registres.

Deux proches du président Kabila affirment que Mme Wangoi est l’une des nombreuses sœurs du président congolais. Elle a été présentée comme telle dans l’enquête de Bloomberg sur les intérêts économiques de la famille du président. Une autre source – spécialiste du Congo et de la famille Kabila – a dit que Mme Wangoi pourrait aussi être une nièce du président.
Le contrat pour les passeports a une durée de cinq ans. Il ne stipule pas combien de passeports seront délivrés, mais ces dernières années, le Congo a délivré environ 2,5 millions de ses anciens modèles de passeports par an.

Une source en prise directe avec les opérations de Semlex, a affirmé que l’entreprise belge avait produit environ 145.000 nouveaux passeports biométriques à la fin janvier 2017, ce qui permettrait à LRPS d’empocher près de 9 millions de dollars.
Dans un autre document consulté par Reuters, Semlex reconnaît qu’elle pourrait fournir au Congo près de 2 millions de passeports par an en rythme de croisière. Ce qui signifie que l’entreprise belge pourrait recevoir jusqu’à 100 millions de dollars par an, et LRPS 120 millions de dollars.

DES ELECTIONS REPORTÉES SINE DIE
La RDC se trouve dans une impasse politique depuis le 19 décembre, date à laquelle le président Joseph Kabila a achevé son mandat mais a décidé de se maintenir au pouvoir.
L'élection présidentielle a été repoussée, officiellement en raison de difficultés logistiques et financières, et la Cour constitutionnelle a validité la décision de Kabila.
L'opposition congolaise se trouve grandement affaiblie depuis le décès de son chef de file, Etienne Tshisekedi, qui devait présider un conseil de transition chargé de veiller à ce que Kabila quitte effectivement ses fonctions avant la fin de l'année.
La formation de ce conseil avait été approuvée dans un accord conclu le 31 décembre sous l'égide de l'Eglise catholique.

Joseph Kabila a nommé la semaine dernière l'opposant Bruno Tshibala à la tête d'un gouvernement de transition chargé d'organiser une élection présidentielle à la fin de cette année.
Cette décision pourrait raviver les tensions au sein de l'opposition au chef de l'Etat après l'échec d'une médiation visant à mettre en oeuvre l'accord du 31 décembre dernier sur les modalités de son départ.
Que Kabila reste ou non à la tête du pays, cela n’empêchera pas LRPS à poursuivre son enrichissement grâce aux passeports délivrés par le Congo. L’article 14 du contrat mentionne que l’accord ne deviendra pas caduc, même en cas de "changement institutionnel" dans le pays.
(Hélène Dauschy pour le service français, édité par Marc Joanny)"
 


"RDC : la piste du scandale des passeports biométriques mène au clan Kabila"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/13/rdc-la-piste-du-scandale-des-passeports-biometriques-mene-au-clan-kabila_5110933_3212.html
Le passeport congolais est l’un des plus chers au monde. Une partie des recettes s’évapore dans une société offshore détenue par un proche du président, révèle Reuters.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, est en visite au ministère des affaires étrangères[. Il esquisse un large sourire lorsqu’un ordinateur prend une photo de lui, puis ses empreintes digitales, pour le lancement du nouveau passeport biométrique équipé d’une puce, qui permet d’avoir plus de détails sur son identité.
Le président Kabila et ses conseillers ont vanté les mérites de ce passeport, affirmant officiellement qu’il allait permettre à chacun de circulermonde de plus en plus préoccupé par la sécurité. Mais en privé, les instigateurs de ce nouveau système ont une autre raison de se réjouir : c’est l’occasion d’empocher des centaines de millions de dollars sur le dos des plus pauvres.
Ce passeport est l’un des plus chers au monde. Il coûte à chaque Congolais qui en fait la demande 185 dollars (soit près de 175 euros). A titre de comparaison, le passeport français pour un adulte coûte 86 euros. Mais d’après les documents consultés par Reuters, le gouvernement de la RDC ne recevrait que 65 dollars sur les 185 payés pour chaque demande, soit 35 % du prix.

Une société établie aux Emirats arabes unis

L’essentiel des sommes versées par le citoyen congolais va directement à Semlex, une entreprise, basée en Belgique, qui produit des documents de voyage (passeports, cartes d’identité…), et à une petite société basée aux Emirats arabes unis (EAU). Cette société du Golfe, LRPS, reçoit 60 dollars pour chaque passeport fourni, d’après les documents officiels du marché conclu entre le gouvernement congolais et Semlex. LRPS est enregistrée à Ras al-Khaïmah, aux EAU, mais les détails concernant son propriétaire ne sont pas consultables.
D’après une source proche du dossier, une certaine Makie Makolo Wangoi, proche du président Kabila, serait propriétaire de LRPS. Cette même source affirme que Mme Wangoi est allée aux EAU en juin 2015 afin de finaliser le transfert des parts de LRPS à son nom. Des documents relatifs à ce voyage et au transfert des parts montrent que Mme Wangoi détient LRPS, mais les preuves ne sont pas concluantes.

Reuters a envoyé ses questions à propos de LRPS directement à Mme Wangoi par e-mail, mais elles sont restées sans réponse. La présidence congolaise n’a pas répondu non plus aux sollicitations à propos du montage sur les passeports et de l’identité du propriétaire de LRPS. De son côté, la société Semlex n’a pas souhaité faire de commentaire.
A la suite des différentes requêtes envoyées, un haut responsable de la sécurité congolaise a contacté Reuters et a affirmé qu’il communiquerait des réponses au nom de Joseph Kabila, de Makie Makolo Wangoi et des autres personnes déjà contactées. Il s’est ensuite ravisé et a préconisé d’envoyer toutes les questions au PDG de Semlex, Albert Karaziwan, sans donner plus d’informations.
Albert Karaziwan n’a pas répondu aux e-mails ni aux SMS qui lui ont été adressés. Ses avocats se sont refusé à tout commentaire, invoquant d’éventuelles poursuites judiciaires contre toute personne qui chercherait à diffuser des informations trompeuses dans l’affaire des passeports.
Reuters a donné la possibilité à Joseph Kabila et aux autres protagonistes présumés de l’affaire de réagir aux informations recueillies. Ils ne l’ont pas fait.

Des centaines de millions de dollars

Le prix étonnamment élevé du passeport congolais est pourtant démontré par une offre concurrente d’une entreprise belge sans rapport avec Semlex, Zetes. Dans ce document dont Reuters a pu prendre connaissance, Zetes souligne qu’en 2014, le plan gouvernemental de mise en place des passeports biométriques allait coûte 28,50 dollars pièce. Zetes a confirmé avoir fait cette offre.[
Au fil du temps, les passeports biométriques à 185 dollars pourraient rapporter des centaines de millions de dollars aux sociétés LRPS et Semlex, détournant ces ressources d’un Etat instable et miné par la pauvreté. D’après l’ONU, le revenu annuel moyen en RDC n’excède pas 680 dollars par habitant.
L’État congolais a donc besoin de tous les fonds que le pays est capable de mobiliser, mais il s’est déjà privé dans le passé de ressources au profit de grandes entreprises. Un rapport publié par l’Africa Progress Panel en 2013 montre que la RDC aurait perdu près de 1,3 milliard de dollars de recettes dans cinq contrats miniers depuis 2010, car les entreprises publiques ont « systématiquement » sous-évalué des actifs lors de la vente de concessions à des investisseurs. Ces contrats impliquent des transactions complexes entre grandes entreprises, mais dans l’affaire des passeports, l’État se prive de revenus prélevés directement sur des citoyens congolais.

Durant le règne de Kabila, certains de ses plus proches collaborateurs se sont beaucoup enrichis grâce aux intérêts détenus dans de nombreuses affaires dans le pays, d’après l’ONG anticorruption Global Witness. En décembre, Bloomberg avait dévoilé une liste de 70 entreprises – dont LRPS ne faisait pas partie – qui avaient, selon l’agence de presse, des liens avec les membres de la famille de Kabila, dont Mme Wangoi.
Joseph Kabila n’a pas réagi à ces révélations, mais certains de ses proches collaborateurs ont nié le fait que la RDC ait pu avantager certains fonctionnaires ou hommes d’affaires réputés proches du président. Ils ont aussi justifié l’implication de membres de sa famille dans les affaires, expliquant qu’ils sont des citoyens comme les autres, en droit d’avoir des activités commerciales.
Joseph Kabila aurait dû quitter le pouvoir au mois de décembre dernier, mais les élections ont été retardées et ses opposants lui dénient toute autorité.

Des courriers directement adressés à M. Kabila

Au cours des vingt dernières années, Semlex est devenu le principal fournisseur de pièces d’identité et de passeports pour de nombreux pays africains. Depuis son siègesocial, un bâtiment situé sur l’avenue Brugmann, à Bruxelles, l’entreprise a servi des clients aussi bien en Guinée-Bissau qu’au Kenya ou à Madagascar. La signature d’un contrat avec la RDC – l’un des pays les plus peuplés du continent, avec quelque 70 millions d’habitants – était particulièrement intéressante pour l’entreprise.
Des documents consultés par Reuters – dont ceux concernant les accords entre Semlex et le gouvernement, ainsi que les accords entre des individus et des entreprises impliqués dans l’opération – montrent comment la signature d’un tel contrat a été organisée. L’un des personnages clés dans cette affaire est le PDG de Semlex, Albert Karaziwan, qui a fondé l’entreprise en 1992 et qui la contrôle avec sa famille quasi intégralement.

Albert Karaziwan est un Belge d’origine arménienne, né à Alep, en Syrie. Il possède un château en Belgique et des intérêts dans l’immobilier et l’hôtellerie. Il intervient principalement dans les domaines des technologies et de la sécurité pour des gouvernements, en particulier en Afrique. Entre octobre 2014 et juin 2015, M. Karaziwan a eu divers échanges avec les autorités congolaises, y compris à travers des courriers directement adressés à M. Kabila, d’après les documents consultés par Reuters.
Le 16 octobre 2014, M. Karaziwan a envoyé une première expertise de ce que pouvait coûter un passeport biométrique : entre 21,50 euros et 43 euros, précisant que sa société pouvait même les faire fabriquer dans sa propre usine, en Lituanie. Cinq jours plus tard, M. Karaziwan a envoyé une autre lettre à M. Kabila. Cette fois-ci, il a invité deux hauts dirigeants proches du président congolais, Moïse Ekanga Lushyma et Emmanuel Adrupiako, à Dubaï pour discuter des termes du contrat.
M. Ekanga a dirigé l’organe gouvernemental chargé du programme de coopération sino-congolais portant sur plusieurs milliards de dollars. M. Adrupiako est, lui, un important conseiller financier qui travaille avec Joseph Kabila depuis 2001. Un responsable au fait de l’organisation de la présidence de M. Kabila décrit Adrupiako comme son « trésorier » officieux.

« Le contrat aurait dû être rendu public »

Au début du mois de novembre 2014, Semlex a affirmé qu’il pouvait fournir des passeports pour 50 dollars pièce, d’après des documents consultés par Reuters. Dans une lettre envoyée à M. Kabila le 13 novembre, le prix est pourtant passé à 120 dollars.
En mars 2015, M. Karaziwan était invité à Kinshasa par le ministre des affaires étrangères afin de finaliser l’accord. A la fin du mois de mai, Semlex s’est vu proposer un contrat pour cinq ans par le ministère du budget. En juin 2015, M. Karaziwan, le ministre congolais des affaires étrangères, Raymond Tshibanda, et le ministre des finances, Yav Mulang, ont finalisé l’accord.
Semlex a accepté d’investir 222 millions de dollars dans le projet. Le gouvernement congolais prévoyait de facturer 185 dollars le passeport à ses citoyens, une forte augmentation par rapport au prix de 100 dollars du précédent passeport.

Le jour de la mise en service de ce nouveau passeport, M. Karaziwan, M. Tshibanda et des employés de Semlex ont pris la pose pour une photo que Reuters a pu voir : au milieu trône le président Kabila, esquissant un large sourire.
Quelques semaines plus tard, le premier ministre congolais de l’époque, Mapon Matata Ponyo, a écrit au ministre des affaires étrangères afin de se plaindre d’avoir appris la signature du contrat pour les passeports à travers la presse. Dans ce courrier – dont Reuters a pu prendre connaissance –, M. Matata Ponyo réclame plus de détails sur le contrat afin de vérifier s’il respecte les exigences de transparence. Il n’a jamais eu de réponse, a dit l’un de ses porte-parole.
Un haut fonctionnaire de l’Autorité congolaise de régulation des marchés publics affirme que le contrat pour les passeports aurait dû passer par un appel d’offres. « Cela ne s’est pas produit, a-t-il dit. C’était directement géré par le ministère des affaires étrangères. Le contrat aurait dû être rendu public. »

A chacun sa part

Le contrat signé le 11 juin 2015 mentionne que 65 dollars sur les 185 dollars que coûte un passeport seront reversés à l’Etat congolais. Les 120 dollars restants seront reversés à un consortium – dont font partie Semlex Europe, basé à Bruxelles, Semlex Monde, installé aux EAU, l’imprimerie Semlex en Lituanie et l’entité enregistrée aux EAU, LRPS.
Ces 120 dollars ont été de nouveau répartis, selon les termes de deux autres contrats également datés du 11 juin. D’après l’un de ces contrats, une entreprise basée à Kinshasa – Mantenga Contacto Trading Limited – s’est vu attribuer 12 dollars pour chaque passeport délivré, en échange de la mise à disposition du personnel nécessaire pour la mise en œuvre du projet. Mantenga a pris acte des enquêtes de Reuters mais s’est refusé à tout commentaire.
Les trois entreprises Semlex qui ont signé ces accords ont, elles, reçu 48 dollars pour chaque passeport délivré. Les 60 dollars restants sont allés dans les caisses du consortium. D’après un document consulté par Reuters, cet argent a été perçu par LRPS. En échange, l’entreprise devait contribuer aux tâches administratives, logistiques et aux relations avec le gouvernement congolais. Lors des négociations, LRPS était représenté par M. Karaziwan, le patron de Semlex, d’après le contrat conclu entre Semlex et le gouvernement congolais.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier les statuts actuels de la société LRPS. Mais les statuts déposés devant les autorités de Ras al-Khaïmah, aux EAU, montrent que l’entreprise a été créée le 14 janvier 2015, pendant que Semlex était en pleine négociation avec les représentants de M. Kabila sur les passeports biométriques. Le document ne dit pas qui était le propriétaire de l’entreprise au moment de sa création.
Mais un second document – relatif au transfert des actions – indique qu’au cours de l’année 2015, LRPS appartenait à un Français installé à Dubaï, Cédric Fevre, un partenaire en affaires de M. Karaziwan. Ce document informatisé n’est pas signé, mais les métadonnées qu’il contient montrent qu’il a été créé aux EAU en 2015 et imprimé le 25 juin de la même année. Le jour même où Cédric Fevre a transféré l’intégralité des 10 000 parts de LRPS à Mme Wangoi, d’après une source au fait du dossier.

Mme Wangoi, une proche de la famille Kabila

Une deuxième source, qui était au courant du contrat sur les passeports sans en avoir une connaissance de première main, a confirmé que Mme Wangoi était devenue la propriétaire de LRPS après cette transaction.
La première personne, qui était en lien direct avec le dossier des passeports biométriques, affirme que les seules copies signées du transfert d’actions de LRPS sont entre les mains de M. Fevre et de Mme Wangoi. Reuters n’a pas pu voir une copie signée. M. Fevre et Mme Wangoi n’ont pas répondu aux sollicitations de l’agence.
Le nom de Makie Makolo Wangoi n’est pas très connu en dehors de la famille de Joseph Kabila. Des registres de société montrent qu’elle est actionnaire de plusieurs sociétés, avec d’autres membres de la famille Kabila. Dans deux de ces sociétés basées en RDC – Shaba Impex SPRL et Shaboil SPRL –, Mme Wangoi utilise un autre nom, celui de Makolo wa Ngoy Kabila, d’après les registres.
Deux proches du président Kabila affirment que Mme Wangoi est l’une des nombreuses sœurs du président congolais. Elle a été présentée comme telle dans l’enquête de Bloomberg sur les intérêts économiques de la famille du président. Une autre source – spécialiste de la RDC et de la famille Kabila – a dit que Mme Wangoi pourrait aussi être une nièce du président.

Le contrat pour les passeports a une durée de cinq ans. Il ne stipule pas combien de passeports seront délivrés, mais, ces dernières années, la RDC a délivré environ 2,5 millions de ses anciens modèles de passeport par an.
Une source en prise directe avec les opérations de Semlex a affirmé que l’entreprise belge avait produit environ 145 000 nouveaux passeports biométriques à la fin janvier 2017, ce qui permettrait à LRPS d’empocher près de 9 millions de dollars.
Dans un autre document consulté par Reuters, Semlex reconnaît qu’elle pourrait fournir à la RDC près de 2 millions de passeports par an en rythme de croisière. Ce qui signifie que l’entreprise belge pourrait recevoir jusqu’à 100 millions de dollars par an, et LRPS 120 millions de dollars.

Joseph Kabila s’accroche au pouvoir

La RDC se trouve dans une impasse politique depuis le 19 décembre 2016, date à laquelle le président Joseph Kabila a achevé son mandat mais a décidé de se maintenir au pouvoir. L’élection présidentielle a été repoussée, officiellement en raison de difficultés logistiques et financières, et la Cour constitutionnelle a validé la décision de Kabila.
L’opposition congolaise se trouve grandement affaiblie depuis le décès de son chef de file, Etienne Tshisekedi, qui devait présider un conseil de transition chargé de veiller à ce que M. Kabila quitte effectivement ses fonctions avant la fin de l’année. La formation de ce conseil avait été approuvée dans un accord conclu le 31 décembre sous l’égide de l’Eglise catholique.
Joseph Kabila a nommé la semaine dernière l’opposant Bruno Tshibala à la tête d’un gouvernement de transition chargé d’organiser une élection présidentielle à la fin de cette année. Cette décision pourrait raviver les tensions au sein de l’opposition au chef de l’Etat, après l’échec d’une médiation visant à mettreen œuvre l’accord du 31 décembre dernier sur les modalités de son départ.
Que M. Kabila reste ou non à la tête du pays, cela n’empêchera pas LRPS de poursuivre son enrichissement grâce aux passeports délivrés par la RDC. L’article 14 du contrat mentionne que l’accord ne deviendra pas caduc, même en cas de « changement institutionnel » dans le pays."[/size]


"Scandale :
Passeport bio : le Congo-Kin saigné à blanc par "Kabila" et sa fratrie

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11652

 
"Joseph Kabila" en compagnie d’Albert Karaziwan, PDG de Semlex

Après les révélations faites par Jean-Jacques Lumumba sur les magouilles financières des "héritiers putatifs" de Mzee à la BGFI Bank et celles de l’Agence Bloomberg sur un réseau de 70 sociétés contrôlées par la "famille", le journaliste David Lewis de l’agence britannique Reuters livre les résultats d’une enquête. Il s’agit d’un réseau mis en place par "Joseph Kabila" pour détourner une part substantielle du produit de vente du passeport biométrique. Lorsque le ministère congolais des Affaires étrangères émet un passeport à 185 dollars, le trésor public n’encaisse que 65. Le reliquat est partagé entre plusieurs personnes: la société Semlex du Belge Albert Karaziwan et une certaine Makolo wa Ngoy Kabila, alias Makie Makolo Wangoi. Celle-ci serait sans doute un prête-nom.

Selon David Lewis, le contrat controversé entre le Congo-Kinshasa (ministère des Affaires étrangères) et Semlex a été négocié à Dubaï par Moïse Ekanga Lushyma et Emmanuel Adrupiako, respectivement responsable des "contrats chinois" et "directeur financier" à la Présidence de la République. Inutile de préciser qu’aucun appel d’offres n’a été lancé. La signature a eu lieu le 11 juin 2015 au ministère des Affaires étrangères sous Raymond Tshibanda.
Chaque fois qu’un passeport est délivré à 185 dollars, l’Etat congolais ne perçoit que la modique somme de 65 dollars. Imprimeur du passeport, la société Semlex - dont le siège est situé au n°384, avenue Brugman, 1180 Bruxelles - et la société "LRPS" enregistrée à Ras al-Khaïmah, aux Emirats Arabes Unis, se partagent le reliquat soit 120 dollars. Cette dernière "entreprise" appartiendrait à une certaine Makolo wa Ngoy Kabila, alias Makie Makolo Wangoi. Il s’agit manifestement d’un membre de la fratrie "Kabila".

Trahison

David Lewis vient de mettre à nu un cas scandaleux de surfacturation. Une surfacturation organisée par le premier magistrat du pays. C’est un cas de trahison. Sous d’autres cieux, la procédure d’impeachment serait déclenchée.
A la société Zetes qui proposait le passeport biométriques au prix unitaire de 28,50 dollars, le "raïs" a préféré Semlex du Belgo-Arménien Albert Karaziwan. Les correspondances étaient transmises directement à "Joseph Kabila". En personne.
Une première offre est adressée à la Présidence de la République mi-octobre 2014. Le prix unitaire oscillait entre 21,50 euros et 43 euros. Après des négociations avec Moïse Ekanga et Emmanuel Adrupiako à Dubaï, une nouvelle proposition est expédiée. Le prix unitaire passa à 50 dollars pièce. Le 13 novembre de la même année, le coût est revu une fois de plus à la hausse pour atteindre 120 dollars par passeport.

David Lewis de noter : "En mars 2015, M. Karaziwan était invité à Kinshasa par le ministre des Affaires étrangères [Ndlr: Raymond Tshibanda] afin de finaliser l’accord. A la fin du mois de mai, Semlex s’est vu proposer un contrat pour cinq ans par le ministère du budget. En juin 2015, M. Karaziwan, le ministre congolais des affaires étrangères, Raymond Tshibanda, et le ministre des finances, Yav Mulang, ont finalisé l’accord". Coût final du passeport : 185 dollars. L’ancien passeport ne coûtait "que" 100 €.
En 2014, la Cour de comptes du Congo-Kinshasa a reproché au gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo d’avoir affecté un milliard de dollars au financement de 191 projets non prévus dans le budget de l’Etat. Aucune explication n’a été fournie par les deux têtes de l’Exécutif. Récemment, les "communicateurs" de la mouvance kabiliste ânonnent que cet argent aurait servi au financement de la guerre. Ce genre d’agissements porte un nom en matière de finances publiques : détournement. Les sanctions sont gravissimes sauf au Congo-Kinshasa où règnent des "intouchables".

A travers l’enquête menée par le journaliste David Lewis, il se confirme que "Joseph Kabila" et sa fratrie ont mis en place un réseau mafieux au sommet de l’Etat. La fratrie "Kabila" est occupée à saigner le pays à blanc. "Kabila" avait pourtant fait, le 9 décembre 2006 et le 20 décembre 2011, le serment notamment de ne se "laisser guider que par l’intérêt général (...)"..."



"RDC: L'argent des passeports biométriques va à une proche de Kabila et une entreprise belge"
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-argent-des-passeports-biometriques-va-a-une-proche-de-kabila-et-une-entreprise-belge-58efb175cd70812a656a41ab?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

"RD Congo: l’argent des passeports siphonné par une entreprise belge?"
° http://www.lesoir.be/1482092/article/economie/2017-04-13/rd-congo-l-argent-des-passeports-siphonne-par-une-entreprise-belge

"Lu pour vous. Passeport Congolais, la grosse arnaque"
° http://www.cheikfitanews.net/2017/04/lu-pour-vous.passeport-congolais-la-grosse-arnaque.html


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  ndonzwau le 19/4/2017, 12:52 am

"RDC: où va l’argent des nouveaux passeports biométriques?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170418-rdc-polemique-autour-argent-presume-disparu-passeports-biometriques
Une enquête de l’agence de presse Reuters fait du bruit en RDC. Elle porte sur le prix des nouveaux passeports biométriques qui ont été mis en place depuis novembre 2015. Selon l'agence britannique, près de la moitié des recettes générées par la vente de ces nouveaux passeports s’évapore dans une société offshore détenue par un proche du président. Résultat, en RDC, de plus en plus de voix réclament que la justice congolaise se saisisse de cette affaire, dernier en date : le chef du Rassemblement de l'opposition, Félix Tshisekedi.

Un total de 185 dollars par passeport biométrique, c'est l'un des prix les plus élevés au monde, mais surtout, selon l'agence de presse Reuters, sur ces 185 dollars seuls 65, moins de la moitié donc, reviendraient dans les caisses de l'Etat. Où va le reste de l’argent ?
D'après le contrat signé par le gouvernement congolais et consulté par Reuters, pour chaque passeport fabriqué, 60 dollars seraient reversés à une société basée aux Emirats arabes unis. La LRPS détenue par une proche du président Joseph Kabila, Makie Makolo Wangoi. Enfin, 48 dollars reviendraient à Semlex, l'entreprise belge qui produit ces documents de voyage et 12 dollars à une société installée à Kinshasa.

Contrat non publié

Selon Reuters toujours, rien ne permettrait de justifier le prix élevé de ce passeport, car une entreprise concurrente, la société ZETES avait fait, en 2014, une offre de passeport biométrique à 28 dollars pièce. Autre élément qui pose problème l'absence d'appel d'offre publique ou de publication du contrat. Enfin, la demande du Premier ministre de l'époque de vérifier si le contrat respectait les exigences de transparence est restée à ce jour sans réponse.
Résultat, Reuters estime qu'« au fil du temps, les passeports biométriques à 185 dollars pourraient rapporter des centaines de millions de dollars aux sociétés LRPS et Semlex, détournant ces ressources d'un Etat instable et miné par la pauvreté »."



"Scandale des passeports : l’UDAO de Claudel Lubaya invite le PGR à ouvrir une enquête"
° https://actualite.cd/2017/04/17/scandale-des-passeports-ludao-de-claudel-lubaya-invite-le-pgr-a-ouvrir-une-enquete/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CRIMES DE "JOSEPH KABILA"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum