UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  djino le 7/12/2012, 6:31 pm

Kampala: le début des négociations entre le gouvernement de la RDC et le M23 reporté !

http://radiookapi.net/actualite/2012/12/07/kampala-le-debut-des-negociations-entre-le-gouvernement-de-la-rdc-le-m23-reporte/

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mathilde le 7/12/2012, 9:51 pm

ZACHARIE : Demande des armes pour aller combattre et entrer au Rwanda même à pied


Sad

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mwana Ya Lola le 8/12/2012, 11:02 am

http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-grand-congo-se-retrouve-merci-petit-voisin-rwandais-jean-yves-ollivier-568822.html?page=0,0


Si l’est du Congo est martyrisé, Joseph Kabila et la classe politique à Kinshasa n’en sont pas pour autant des victimes innocentes de leurs voisins orientaux. D’abord parce qu’il se trouve toujours un parti d’opposition dans la capitale congolaise – à présent c’est celui de Vital Kamerhe – qui ne demande qu’à monter dans les fourgons rwandais pour se faire conduire au pouvoir. Ensuite parce que Kabila-fils a de facto effrité le Congo en trois : l’est swahiliphone qu’il ne cesse de se disputer avec les Rwandais et les Ougandais ; Kinshasa et le « pays du fleuve » où le lingala sert de langue véhiculaire et où l’actuel chef de l’Etat n’a jamais été populaire ; enfin, le Katanga, la province méridionale du cuivre et du cobalt dont est originaire Joseph Kabila mais qu’il a bradée aux groupes miniers belges, canadiens et chinois.
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-grand-congo-se-retrouve-merci-petit-voisin-rwandais-jean-yves-ollivier-568822.html#aivWoPES6wYiI6Hj.99

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  djino le 9/12/2012, 12:29 am

Le Pire est à venir : La rencontre des Sorciers de Kampala va capoter et les armes vont parler !

Question : Le Général OLENGA peut il reéditer ce que Buza Mabé a fait ?

L'oppostion refuse de participer aux négociations de Kampala , Voici ce qu'elle dit :

"Dans une déclaration rendue publique, jeudi 8 décembre, ces parlementaires soutiennent que le dialogue de Kampala « n’a aucun fondement juridique et va à l’encontre de la constitution ». D’où leur refus d’y participer."

"Ils justifient également leur refus de participer au dialogue de Kampala par « l’obligation faite à la délégation parlementaire (Assemblée nationale et Sénat) de participer aux négociations comme simple observateur ou témoin ». « Un non-sens », selon eux."

Par contre , Deux députés de l’opposition, Christian Badibangi et François Mwamba, sont pourtant présents à Kampala pour assister aux discussions. Le premier justifie sa présence en Ouganda par son statut de député national. « Nous sommes là en tant que députés élus », explique-t-il, indiquant qu’il comptait jouer le rôle « d’observateur ».


http://radiookapi.net/actualite/2012/12/08/rdc-les-groupes-parlementaires-de-lopposition-desapprouvent-le-dialogue-avec-le-m23/

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mwana ya Congo le 9/12/2012, 10:53 am

Christian B etait fatigue de rester chommeur... fatigue lol alia ata mwa ndambu ya lar ya republic

djino a écrit:Le Pire est à venir : La rencontre des Sorciers de Kampala va capoter et les armes vont parler !

Question : Le Général OLENGA peut il reéditer ce que Buza Mabé a fait ?

L'oppostion refuse de participer aux négociations de Kampala , Voici ce qu'elle dit :

"Dans une déclaration rendue publique, jeudi 8 décembre, ces parlementaires soutiennent que le dialogue de Kampala « n’a aucun fondement juridique et va à l’encontre de la constitution ». D’où leur refus d’y participer."

"Ils justifient également leur refus de participer au dialogue de Kampala par « l’obligation faite à la délégation parlementaire (Assemblée nationale et Sénat) de participer aux négociations comme simple observateur ou témoin ». « Un non-sens », selon eux."

Par contre , Deux députés de l’opposition, Christian Badibangi et François Mwamba, sont pourtant présents à Kampala pour assister aux discussions. Le premier justifie sa présence en Ouganda par son statut de député national. « Nous sommes là en tant que députés élus », explique-t-il, indiquant qu’il comptait jouer le rôle « d’observateur ».


http://radiookapi.net/actualite/2012/12/08/rdc-les-groupes-parlementaires-de-lopposition-desapprouvent-le-dialogue-avec-le-m23/

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  djino le 10/12/2012, 5:47 pm

http://www.apareco-rdc.com/a-la-une/le-fil-de-linfo/1018-declaration-politique-de-lapareco-relative-aux-negociations-de-kampala.html

Kagamé et Museveni ne peuvent être à la fois « agresseurs » et « médiateurs », affraid autrement dit pyromanes et pompiers dans la crise qui endeuille la RDC

«Joseph Kabila» est le premier complice et agent des agresseurs de la RDC et n’a donc pas qualité d’engager ni de représenter le peuple congolais.. affraid affraid

Le M23 comme le CNDP et le RCD-Goma sont tous l’œuvre de Paul Kagamé et James Kabarebe pour infiltrer l’armée et les institutions politiques de la RDC en vue de sa balkanisation.

POUR TOUTES CES RAISONS :

L’APARECO rejette catégoriquement toute idée absurde d’une négociation dans l’un des pays agresseurs de la RDC, et dénonce toute manœuvre visant à ériger nos agresseurs en arbitre de leur propre acte d’agression.

Elle refuse toute initiative de regrouper les cadres politiques congolais ou des membres de la Société civile autour de « Joseph Kabila » car, celui-ci constitue plutôt la source première de la misère du peuple congolais en sa qualité d’agent et complice des pays agresseurs de la RDC.

L’APARECO estime que la nécessité de faire partir « Kabila » du pouvoir devrait constituer le dénominateur commun de tous les congolais, le préalable à toute possibilité de réconciliation entre le peuple congolais et sa classe politique dont « Kabila » a instrumentalisé une bonne partie pour assurer son maintien au pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mwana Ya Lola le 10/12/2012, 6:30 pm

Nous sommes entrain de nous faire humilier à Kampala. Il semblerait que le M23 a quitté la salle et conteste l'impartialité du négociateur ougandais car il serait d'une tribu proche des Nande congolais...

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  regarder et bien voir le 10/12/2012, 6:46 pm

Mwana Ya Lola a écrit:Nous sommes entrain de nous faire humilier à Kampala. Il semblerait que le M23 a quitté la salle et conteste l'impartialité du négociateur ougandais car il serait d'une tribu proche des Nande congolais...

Le M23 joue bien le jeu de cartes sur table. Il profite de toute opportunite' pour gagner du terrain ou se bien positionner. Cote' gouvernemental nombreux sont la` ne sachant meme pas les conciliabules qui eurent lieu entre Kabila et Cndp, ils viennent s'informer sur place, ah ba congolais complaisance et koboma biso pe toyokaka soni te. Du moins Kabila pouvait envoyer les congolais qui savent tres bien sur ses anciennes negotiations secretes avec le M23, a` mon avis. Mais comme au Congo on aime du bricolage, tout est faisable, je ne crois pas que lui Kabila a envoye' des gens qui maitrisent bien cette affaire depuis son debut.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  link le 10/12/2012, 9:15 pm

Kampala: comment parler … du non dit?

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2012/12/06/kampala-comment-parler-du-non-dit/

En réalité, le dialogue de Kampala s’annonce difficile parce que ce qui pourra être négocié sera sans importance ou sans objet et que le « non dit », par définition, ne pourra être exprimé ouvertement. Comment discuter de l’indicible, comment débattre du dessous des cartes : l’amnistie des crimes de guerre, la mise à disposition des ressources économiques, le retour des réfugiés parmi lesquels nombre de personnes non identifiées, le maintien d’une sorte d’administration parallèle, d’une « armée dans l’armée », non sujette aux lois de la république, la création, au Nord Kivu et peut-être au Sud, d’une zone de souveraineté partagée, au mépris de toutes les règles internationales, les va et vient des FDLR dont le nombre gonfle ou diminue au fil des relations entre Kigali et Kinshasa ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mwana Ya Lola le 10/12/2012, 9:22 pm

regarder et bien voir a écrit:
Mwana Ya Lola a écrit:Nous sommes entrain de nous faire humilier à Kampala. Il semblerait que le M23 a quitté la salle et conteste l'impartialité du négociateur ougandais car il serait d'une tribu proche des Nande congolais...

Le M23 joue bien le jeu de cartes sur table. Il profite de toute opportunite' pour gagner du terrain ou se bien positionner. Cote' gouvernemental nombreux sont la` ne sachant meme pas les conciliabules qui eurent lieu entre Kabila et Cndp, ils viennent s'informer sur place, ah ba congolais complaisance et koboma biso pe toyokaka soni te. Du moins Kabila pouvait envoyer les congolais qui savent tres bien sur ses anciennes negotiations secretes avec le M23, a` mon avis. Mais comme au Congo on aime du bricolage, tout est faisable, je ne crois pas que lui Kabila a envoye' des gens qui maitrisent bien cette affaire depuis son debut.

Il y avait principalement Kamhere, Katumba Mwanke et Numbi.

Pour des raisons évidentes, Kabila ne peut plus envoyer aucun d'eux négocier...

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  link le 10/12/2012, 9:59 pm

Soupçons de trahison après la débâcle de l'armée en RDC

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121210.REU2621/soupcons-de-trahison-apres-la-debacle-de-l-armee-en-rdc.html

S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, un officier des FARDC ayant participé aux combats se dit persuadé que la chute de Goma est due à ce qu'il qualifie de sabotage.

"Tous nos renseignements étaient transmis au M23", affirme-t-il, en assurant que pendant toute la durée des combats, "il y a eu d'intenses communications avec eux" en provenance des rangs gouvernementaux.

Cet officier se dit certain que le général Gabriel Amisi, alors commandant des forces terrestres, était en contact avec les rebelles. Cet officier a servi aux côtés de ce général sur le champ de bataille.

Les FARDC ayant pris la fuite, la Monusco a décidé de ne pas résister à l'avancée des rebelles. Vivement critiquée, l'Onu a répliqué qu'elle pouvait difficilement soutenir une armée soudainement envolée.

"Ils ont formidablement combattu le premier jour puis, pour des raisons que nous ne saisissons pas, ils ont tout simplement arrêté de combattre et sont partis", s'étonne Hiroute Guebre Sellassie, responsable de l'antenne locale de la Monusco.

"Tout à coup, nous avons reçu l'ordre d'arrêter", dit-il. "Cela n'avait pas de sens. Ça leur donnait seulement une chance de se regrouper et de former une force qui est ensuite allée prendre Goma."
Expert du Congo, Jason Stearns rappelle que "ce n'est pas la première fois qu'Amisi est accusé de saper l'armée. Il y a de forts soupçons parmi les officiers qu'il agit comme une cinquième colonne en faveur du Rwanda."


Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Mwana Ya Lola le 10/12/2012, 10:12 pm

link a écrit:Soupçons de trahison après la débâcle de l'armée en RDC

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121210.REU2621/soupcons-de-trahison-apres-la-debacle-de-l-armee-en-rdc.html

S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, un officier des FARDC ayant participé aux combats se dit persuadé que la chute de Goma est due à ce qu'il qualifie de sabotage.

"Tous nos renseignements étaient transmis au M23", affirme-t-il, en assurant que pendant toute la durée des combats, "il y a eu d'intenses communications avec eux" en provenance des rangs gouvernementaux.

Cet officier se dit certain que le général Gabriel Amisi, alors commandant des forces terrestres, était en contact avec les rebelles. Cet officier a servi aux côtés de ce général sur le champ de bataille.

Les FARDC ayant pris la fuite, la Monusco a décidé de ne pas résister à l'avancée des rebelles. Vivement critiquée, l'Onu a répliqué qu'elle pouvait difficilement soutenir une armée soudainement envolée.

"Ils ont formidablement combattu le premier jour puis, pour des raisons que nous ne saisissons pas, ils ont tout simplement arrêté de combattre et sont partis", s'étonne Hiroute Guebre Sellassie, responsable de l'antenne locale de la Monusco.

"Tout à coup, nous avons reçu l'ordre d'arrêter", dit-il. "Cela n'avait pas de sens. Ça leur donnait seulement une chance de se regrouper et de former une force qui est ensuite allée prendre Goma."
Expert du Congo, Jason Stearns rappelle que "ce n'est pas la première fois qu'Amisi est accusé de saper l'armée. Il y a de forts soupçons parmi les officiers qu'il agit comme une cinquième colonne en faveur du Rwanda."



Tango Four a-t-il pu trahir aussi longtemps sans que Kabila ne le sache ? Très peu probable !

Alors de deux choses l'une: soit Kabila sait et c'est un complice soit il sait mais il ne peut rien faire car il a peur. Mas peur de quoi ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  link le 10/12/2012, 10:33 pm

Mwana Ya Lola a écrit:
link a écrit:Soupçons de trahison après la débâcle de l'armée en RDC

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121210.REU2621/soupcons-de-trahison-apres-la-debacle-de-l-armee-en-rdc.html

S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, un officier des FARDC ayant participé aux combats se dit persuadé que la chute de Goma est due à ce qu'il qualifie de sabotage.

"Tous nos renseignements étaient transmis au M23", affirme-t-il, en assurant que pendant toute la durée des combats, "il y a eu d'intenses communications avec eux" en provenance des rangs gouvernementaux.

Cet officier se dit certain que le général Gabriel Amisi, alors commandant des forces terrestres, était en contact avec les rebelles. Cet officier a servi aux côtés de ce général sur le champ de bataille.

Les FARDC ayant pris la fuite, la Monusco a décidé de ne pas résister à l'avancée des rebelles. Vivement critiquée, l'Onu a répliqué qu'elle pouvait difficilement soutenir une armée soudainement envolée.

"Ils ont formidablement combattu le premier jour puis, pour des raisons que nous ne saisissons pas, ils ont tout simplement arrêté de combattre et sont partis", s'étonne Hiroute Guebre Sellassie, responsable de l'antenne locale de la Monusco.

"Tout à coup, nous avons reçu l'ordre d'arrêter", dit-il. "Cela n'avait pas de sens. Ça leur donnait seulement une chance de se regrouper et de former une force qui est ensuite allée prendre Goma."
Expert du Congo, Jason Stearns rappelle que "ce n'est pas la première fois qu'Amisi est accusé de saper l'armée. Il y a de forts soupçons parmi les officiers qu'il agit comme une cinquième colonne en faveur du Rwanda."



Tango Four a-t-il pu trahir aussi longtemps sans que Kabila ne le sache ? Très peu probable !

Alors de deux choses l'une: soit Kabila sait et c'est un complice soit il sait mais il ne peut rien faire car il a peur. Mas peur de quoi ?

Kabila ne la pas mis la par hasard, autant qu'il n'est pas tutsi par hasard, autant qu'il n'est pas ancien
du RCD par hasard. N'oublions jamais que joseph est certes jeune en âge, Mais est dans le bains depuis
1996. il connais tout ces gens AFDL, RCD, CNDP, M23, MAI-MAI et les sois-disant erreurs de casting
n'en sont jamais .

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Jim KK le 10/12/2012, 10:45 pm

Mwana Ya Lola a écrit:
link a écrit:Soupçons de trahison après la débâcle de l'armée en RDC

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121210.REU2621/soupcons-de-trahison-apres-la-debacle-de-l-armee-en-rdc.html

S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, un officier des FARDC ayant participé aux combats se dit persuadé que la chute de Goma est due à ce qu'il qualifie de sabotage.

"Tous nos renseignements étaient transmis au M23", affirme-t-il, en assurant que pendant toute la durée des combats, "il y a eu d'intenses communications avec eux" en provenance des rangs gouvernementaux.

Cet officier se dit certain que le général Gabriel Amisi, alors commandant des forces terrestres, était en contact avec les rebelles. Cet officier a servi aux côtés de ce général sur le champ de bataille.

Les FARDC ayant pris la fuite, la Monusco a décidé de ne pas résister à l'avancée des rebelles. Vivement critiquée, l'Onu a répliqué qu'elle pouvait difficilement soutenir une armée soudainement envolée.

"Ils ont formidablement combattu le premier jour puis, pour des raisons que nous ne saisissons pas, ils ont tout simplement arrêté de combattre et sont partis", s'étonne Hiroute Guebre Sellassie, responsable de l'antenne locale de la Monusco.

"Tout à coup, nous avons reçu l'ordre d'arrêter", dit-il. "Cela n'avait pas de sens. Ça leur donnait seulement une chance de se regrouper et de former une force qui est ensuite allée prendre Goma."
Expert du Congo, Jason Stearns rappelle que "ce n'est pas la première fois qu'Amisi est accusé de saper l'armée. Il y a de forts soupçons parmi les officiers qu'il agit comme une cinquième colonne en faveur du Rwanda."



Tango Four a-t-il pu trahir aussi longtemps sans que Kabila ne le sache ? Très peu probable !

Alors de deux choses l'une: soit Kabila sait et c'est un complice soit il sait mais il ne peut rien faire car il a peur. Mas peur de quoi ?


Kabila est très nuisible pour notre pays.
Il sait tout ce qui se passe. C´est lui le commandant suprême et c´est lui qui bloque toutes les reformes dans l´armée. Il n´a pas la volonté de reformer et de réorganiser notre armée. Sinon il aurait fait depuis très longtemps. Il veut le chaos. Notre pays est sans défense et nos populations sont à la merci de seigneurs de guerre nationaux et étrangers. Alors avec un président pareil, je ne vois vraiment pas comment le peuple peut continuer à compter sur lui. Son incapacité de diriger n´est pas à démontrer.



Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  link le 10/12/2012, 11:45 pm

Entretien avec Thierry Vircoulon, chercheur pour International Crisis Group




En RDC, des négociations s’ouvrent entre le gouvernement et les rebelles, mais ou peuvent-elles mener? Que veut le M23 et qui représente-t-il? Et surtout quelle est la situation du Nord-Kivu après ce nouvel épisode de violence? Pour en parler, nous recevons Thierry Vircoulon, chercheur pour l’organisation International Crisis Group et expert sur l’Afrique centrale.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Troll le 11/12/2012, 12:53 am

LA GUERRE SI IMPORTANTE

La guerre est la voie unique et incontournable pour la devenir de la RDC comme État..Si les congolais souhaitent éviter de devenir la Somalie ou pire le Soudan, faire une guerre violente et intensive au Kivu est la solution ultime Like a Star @ heaven

Nous ne pouvons pas esperer garder le Congo comme État en contournant cette exigeance ou en croyant que des "negociations", des motions, des rencontres internationales peuvent garantir l´existence du Congo comme État

LA GUERRE, COMME PAR HASARD "SADC"

Ceux du M23..n´ont pas jugés utile de venir aux "negociations" ce lundii comme par hasard après l´annonce de la SADC..où Museveni était invité Le message de la SADC..bien que diplomatique annonce surtout la "guerre" On dirait la reprise de ce qui se passe au Mali où les pays de la région se sont decidés d´utiliser la force Bien, que les congolais doivent se mefier des "effets d´annonces", la SADC indique disposer de 4 000 hommes, de la logistique de l´Afrique du Sud..et tente de rassembler 100 millions de dollars pour financer la Force Neutre

On dirait que le M23 attend le retour de Museveni ..pour en savoir plus sur la suite..car si la SADC devrait intervenir, ces "4000 hommes" ne seront pas des touristes militaires comme ceux de la MONUSCO..car ne dependront pas de l´ONU où les pays membres permanents doivent decider sur les militaires de l´ONU

OUT SOURCING DE LA GUERRE AU CONGO

Au fond, les 4000 hommes de la SADC, ne sont que la démonstration du "out sourcing"..Rassurez-vous, la RDC peut obtenir dix fois plus que 100 millions de dollars dans n´importe quelle banque sur la planète..s´il faut financer une guerre..Au fond, ce n´est pas une question d´argent..car les minerais du Kivu peuvent constituer la "garantie" que les industries de défense via les banques peuvent exiger de la SADC ..
Faut-il faire venir des Tanzaniens, des Angolais, des Zambiens..ou des Angolais..pour se battre contre le Rwanda (USA? ) au Kivu?

CETTE GUERRE INCONTOURNABLE

Le message du M23 á l´ ouverture de la rencontre contient surtout et avant tout les "accusations" des trois pays voisins: FDD, FDLR, LRA..ect. Oui, le M23 est aussi une forme d´out sourcing de l´Ouganda, Rwanda et Burundi qui accusent ouvertement les congolais de maintenir une zone de non État au Kivu et á l´Est de la RDC où peuvent survivre des organisations armées opposées aux régimes dans ces trois pays voisin.
Quelque soit l´analyse que les congolais font de la situation, cette "petite vérité" est la base d´une solution militaire lol! Ce que le concept "Force Neutre" dans sa mission "primaire" vise á combattre toutes les milices au Kivu..ce qui signifie une action militaire massive et intensive avant tout contre une seule milice..comme démonstration..Les nombres des miliciens liquidés servirait á lancer un message aux autres pour qu´ils deposent les armes

C´est ici que se pose le facteur de la "crédibilité" de la Force Neutre..dont la qualité des équipements, la qualité des troupes..et ce qu´on appele en anglais "rule of engagement" vont servir de message militaire

Ce n´est pas un hasard que Museveni soit l´invité de la SADC, car étant le parrain dans ces trois pays voisins..le message s´adresse aussi á lui autant qu´á Kagame

LE FACTEUR KANAMBE

La guerre victorieuse au Kivu repose sur le facteur "Kanambe" qui vient de perdre son "jocker" Amisi Tango Gabriel..En effet, Joé joue aussi sa dernière carte..Il lui sera très compliqué de recommencer sa trahison si des acteurs puissants comme la RSA ou l´Angola se trouvent engagés militairement sur le terrain..En effet, Joé aura du mal á donner des ordres de "pause", "trève"..ect une fois qu´une operation militaire lancée.
La guerre passe aussi par Kanambe..pour le meilleur et le pire..sinon comment croyez-vous que le M23 peut obtenir l´amnistie pour des crimes que la justice internationale va sanctioner, comment obtenir une armée dans une armée au Kivu où les Rwamdophones vont obtenir des grades et le privilège de ne servir au Kivu .. La guerre inévitable chemin pour la RDC

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  KOTA le 11/12/2012, 2:44 am

Soupçons de trahison après la débâcle de l’armée en RDC / REUTERS


par mpp le 10 décembre 2012

Soupçons de trahison après la débâcle de l’armée en RDC



Créé le 10-12-2012 à 18h30- Mis à jour à 18h30
Nouvel Observateur






par Jonny Hogg et Ed Stoddard

GOMA, République démocratique du Congo (Reuters) – La déroute de l’armée congolaise à Goma a laissé bien des observateurs perplexes. Certains évoquent même, au-delà des facteurs structurels tels que la corruption ou le manque de discipline, une possible collusion entre des membres de l’état-major et les rebelles du M23.


Le gouvernement a ouvert une enquête mais n’est pas encore parvenu à la moindre conclusion. Le seul fait que des soupçons de trahison existent illustre cependant l’absence de cohésion d’une armée contrainte d’absorber des vagues successives de milliers de rebelles à chaque accord de paix conclu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans les heures qui ont précédé la chute de Goma aux mains des rebelles le 20 novembre, des témoins ont pu voir des soldats congolais ivres et terrorisés errer dans les rues ou se cacher derrière des portes.

Pendant onze jours, le M23 a occupé la ville, infligeant l’un de leurs plus cuisants revers aux Forces armées de la RDC (FARDC), pourtant l’une des plus fournies d’Afrique en effectifs, avec 150.000 membres théoriquement soutenus par 17.000 casques bleus de la Mission de l’Onu pour la stabilisation du Congo (Monusco).

S’exprimant sous le sceau de l’anonymat, un officier des FARDC ayant participé aux combats se dit persuadé que la chute de Goma est due à ce qu’il qualifie de sabotage.


<BLOCKQUOTE>
« Tous nos renseignements étaient transmis au M23″, affirme-t-il, en assurant que pendant toute la durée des combats, « il y a eu d’intenses communications avec eux » en provenance des rangs gouvernementaux.

</BLOCKQUOTE>
Cet officier se dit certain que le général Gabriel Amisi, alors commandant des forces terrestres, était en contact avec les rebelles. Cet officier a servi aux côtés de ce général sur le champ de bataille.

Dans l’entourage de Gabriel Amisi, on répond que le général « rejette catégoriquement » ces accusations.

Vêtu d’un boubou coloré et sandales aux pieds, Gabriel Amisi a reçu Reuters chez lui à Kinshasa. Il a refusé d’évoquer ces soupçons. L’un de ses collaborateurs a dit que le général avait reçu l’ordre du président Joseph Kabila de ne pas s’exprimer.

Connu sous le surnom de « Tango Four », son ancien code d’identification à la radio, Gabriel Amisi a été suspendu le 22 novembre après la publication d’un rapport d’experts de l’Onu l’accusant d’avoir vendu des armes à des groupes responsables de la mort de civils.

Porte-parole de l’armée, le colonel Olivier Hamuli considère que « plusieurs facteurs » expliquent la débâcle à Goma. « Quant à savoir s’il y a eu trahison de la part du général Amisi, je ne peux répondre ni oui ni non », ajoute-t-il.

CONTRASTE

Le parcours de ce général est symptomatique des difficultés de l’armée congolaise et de l’absence de tout contrôle sur l’est de la RDC, dont les richesses du sous-sol attisent les convoitises des puissances régionales sur fond de conflits ethniques.

Durant la guerre civile de 1998-2003, qui a fait des millions de morts et impliqué plusieurs pays de la région des Grands Lacs, Gabriel Amisi était l’un des chefs militaires du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), un groupe rebelle soutenu par le Rwanda. A ce titre, il a alors combattu aux côtés de nombreux hommes constituant désormais le M23.

Ce dernier est en grande partie composé d’anciens rebelles, intégrés dans un premier temps dans l’armée avant de reprendre les armes en accusant le gouvernement de ne pas respecter un accord conclu le 23 mars 2009.

Pour le colonel Olivier Hamuli, la défaite à Goma est « compréhensible » puisque « nous combattions l’armée rwandaise ».

Des experts mandatés par l’Onu ont affirmé que le Rwanda avait créé, formé et équipé le M23 et avait directement appuyé son offensive sur Goma, ce que Kigali qualifie de « fiction ».

Les rebelles du M23 se sont retirés de Goma le 1er décembre après une médiation des Etats voisins. Mais personne ne semble douter, en RDC et à l’étranger, de la capacité du M23 à reprendre la ville à sa guise.

Les journalistes de Reuters qui ont couvert les combats ont été frappés par le contraste entre la qualité des armements des rebelles, vêtus d’uniformes impeccables, et l’apparence négligée des soldats gouvernementaux, dont certains n’étaient chaussés que de sandales.

Les rebelles ont montré aux journalistes les baraquements abandonnés par l’armée à Goma, des bâtiments délabrés aux sols jonchés de détritus couverts de mouches, près desquels des plants de marijuana poussent au milieu de cultures de maïs.

« Vous voyez dans quelles conditions vit l’armée congolaise. Quelle genre d’armée est-ce là ? », interroge Amani Kabasha, porte-parole adjoint du M23.

Il n’empêche, tout cela n’explique pas la rapidité de l’effondrement de l’armée aux yeux des observateurs.

Les FARDC ayant pris la fuite, la Monusco a décidé de ne pas résister à l’avancée des rebelles. Vivement critiquée, l’Onu a répliqué qu’elle pouvait difficilement soutenir une armée soudainement envolée.

<BLOCKQUOTE>
« Ils ont formidablement combattu le premier jour puis, pour des raisons que nous ne saisissons pas, ils ont tout simplement arrêté de combattre et sont partis », s’étonne Hiroute Guebre Sellassie, responsable de l’antenne locale de la Monusco.
</BLOCKQUOTE>
« CINQUIÈME COLONNE »


L’officier accusant Gabriel Amisi de trahison dit se souvenir d’un exemple marquant au début de la défense de Goma, lorsque le général a ordonné à ses hommes de cesser les combats alors qu’ils venaient d’infliger de lourdes pertes au M23 à Kibumba, à 30 km au nord de la ville.

« Tout à coup, nous avons reçu l’ordre d’arrêter », dit-il. « Cela n’avait pas de sens. Ça leur donnait seulement une chance de se regrouper et de former une force qui est ensuite allée prendre Goma. »

Rejetant ces accusations, l’entourage de Gabriel Amisi à Kinshasa réplique qu’il était difficile de combattre des rebelles bénéficiant, selon lui, d’un appui de l’autre côté de la frontière, qui passe dans les faubourgs de Goma.

« Nous n’avions pas l’ordre d’attaquer le Rwanda, même si on se faisait tirer dessus de là-bas », a dit le collaborateur du général, en son nom. « Quand on voyait le moral de nos hommes, tout le monde s’enfuyait dans tous les sens. C’est alors que nous avons compris que nous ne pourrions pas tenir Goma. »

Malgré les démentis du Rwanda, un journaliste de Reuters présent à Goma durant l’occupation rebelle a croisé plusieurs combattants ne parlant pas les dialectes locaux. L’un d’eux a même déclaré : « Je suis rwandais, un soldat, nous sommes là pour aider le M23. Nous sommes nombreux et beaucoup arrivent chaque jour. »

<BLOCKQUOTE>
Expert du Congo, Jason Stearns rappelle que « ce n’est pas la première fois qu’Amisi est accusé de saper l’armée. Il y a de forts soupçons parmi les officiers qu’il agit comme une cinquième colonne en faveur du Rwanda. »

</BLOCKQUOTE>
L’intégration des rebelles dans l’armée congolaise favorise la création de chaînes de commandement informelles fondées sur des fidélités passées.

Chefs militaires du M23, Sultani Makenga et Bosco Ntaganda, recherché pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI), ont ainsi été promus à des grades élevés de l’armée après la fin de la rébellion de Laurent Nkunda (2004-2009). Ils ont maintenant entraîné leurs hommes dans une nouvelle insurrection.

« Alors que la désertion est considérée comme la plus grave forme d’indiscipline dans les autres armées, au lieu de cela en RDC les unités et les commandants qui désertent sont généralement accueillis à nouveau dans l’armée et sont même souvent récompensés avec de meilleures places lors de leur réintégration », déclare Maria Eriksson Baaz, chercheuse à l’Institut nordique sur l’Afrique, basé en Suède.

C’est « très démoralisant » pour les soldats, ajoute-t-elle.

En l’absence d’une réforme de l’armée, les soldats congolais se comportent souvent plus comme des prédateurs que comme des protecteurs.

Près de Goma, les habitants de Minova affirment que pendant trois jours, des milliers de soldats en retraite ont bu, tiré, pillé et violé.

Un habitant, Mbogos Simwerayi, se souvient : « Tout le monde a souffert de l’armée ici. »

Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  KOTA le 11/12/2012, 4:15 pm

COMMUNIQUE LE LA MPP SUR LA CRISE DE LEGITIMITE QUI FRAPPE LA RDC ET SES IMPLICATIONS DIRECTES SUR LE CONFLIT QUI FRAPPE L’EST DE LA RDC

COMMUNIQUE LE LA MPP SUR LA CRISE DE LEGITIMITE QUI FRAPPE LA RDC ET SES IMPLICATIONS DIRECTES SUR LE CONFLIT QUI FRAPPE L’EST DE LA RDC




COMMUNIQUE LE LA MPP SUR LA CRISE DE LEGITIMITE QUI FRAPPE LA RDC ET SES IMPLICATIONS DIRECTES SUR LE CONFLIT QUI FRAPPE L’EST DE LA RDC


La République Démocratique du Congo est frappée par une grave crise de légitimité qui trouve ses origines dans la fraude électorale massive et le bourrage des urnes qui ont caractérisé les élections présidentielles et législatives de novembre 2011, cautionnées par un Commission Electorale partisane.


L’absence de crédibilité de ces élections avait provoqué une importante réaction populaire réprimée dans le sang au mois de décembre 2011 et janvier 2012. Par la suite, le président sortant Joseph Kabila, prêtant serment dans un camp militaire sécurisé craignant la réaction populaire, a continué à suivre la logique néfaste de placer les forces politiques et sociales congolaise acquises au changement devant le « fait accompli » d’un « putch politique et administratif », tout en réprimant les droits civils et politiques ainsi que les droits de l’homme des citoyens congolais.

L’échec de sa gouvernance depuis une décennie a été à la base du rejet de sa candidature de la part de la majorité des congolais, qui ont voté massivement en faveur de S.E. Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

L’échec de la politique sécuritaire du président sortant, en particulier, est à la base de la débâcle militaire des forces armées congolaises face à la rébellion de « proxy » dite M23 qui, en se prévalant ouvertement de complicité à l’intérieur de l’Etat-major Militaire et même au plus haut niveau de l’Exécutif issu de la fraude électoral, a pu prendre le contrôle d’une partie du territoire nationale dont la capitale provinciale du Nord Kivu, presque sans combat.

En plus de cette complicité interne, due à la faiblesse et à la duplicité de la gouvernance kabiliste, plusieurs rapports des Nations Unis ont donné des éléments de preuve du soutien du Rwanda et de l’Ouganda à la « rébellion de proxy M23 » laquelle, manifestement, est utilisée comme couverture d’une agression de la RDC de la part de ses voisins membres de la CIRGL, Communauté Internationale de la Région des Grands Lacs.

Dans ce contexte politico-militaire, la Majorité Présidentielle Populaire, MPP en sigle, tient à souligner ce qui suit:

1. Les pourparlers de Kampala entre l’exécutif de M. Kabila issu de la fraude électorale et la « rébellion de proxy M23 » ne peuvent donner aucune solution tant aux problèmes régionaux qu’aux problèmes nationaux de la République Démocratique du Congo, car les deux interlocuteurs des discussions dites de paix sont tous les deux dépourvus de toute légitimité pour parler et engager le peuple congolais ;

2. L’organisation de ces pourparlers sous l’égide de l’Ouganda les place sous une médiation partisane, à cause de l’implication directe dans le conflit tant de l’Ouganda que de son allié régionale rwandais : il est aberrant qu’au moment où plusieurs rapports des Experts de l’Onu publient des documents circonstanciés mettant en exergue l’implication de forces armées rwandaises et ougandaises, le président sortant Joseph Kabila se plie passivement à accepter la médiation de ces deux pays dans le conflit qui frappe le Nord et Sud Kivu, faisant apparaitre ce même conflit tantôt comme une agression internationale et tantôt comme une mutinerie interne sans implications internationales. Ce jonglage continu de la communication et de la diplomatie ne fait qu’accroitre l’incapacité de la RDC à bien se faire représenter et défendre ses intérêts, reproduisant curieusement sur le plan des rapports internationaux et diplomatiques la logique militaire néfaste dite des « replis stratégiques » qui ont permis au M23, sur le plan militaire, de contrôler la ville de Goma et d’autres localité de la RDC avant elle presque sans combattre ; sur le plan diplomatique, le jonglage entre les accusations d’agression et le retrait par la suite de ces accusations dans des sommets régionaux, ont placé la RDC dans l’impossibilité de se défendre convenablement prenant à témoin la communauté internationale et le Conseil de sécurité de l’ONU.

3. Il sied de souligner le choix opportuniste des délégués du M23 à Kampala d’évoquer la crise de légitimité qui frappe la RDC afin élargir l’assiette de discussion et se tailler ainsi un plus grand espace de négociation de pouvoir. La MPP tient à souligner que les pourparlers de Kampala n’ont ni la crédibilité ni la compétence à établir un « ordre institutionnel nouveau ».

4. De plus, l’échec annoncé de ces négociations, vu le manque de sérieux qui les caractérise sur le plan la représentativité des délégations présentes et l’absence de cadre crédible de discussion, ne fera que confirmer le « statu quo » qui risque d’être sanctionné par le déploiement d’une force dite neutre, à l’intérieur du territoire national .

5. La MPP exprime la crainte que l’échec annoncé de ces pourparlers ne soit prévu à dessein afin de confirmer la reconnaissance de l’administration M23, dans le temps et dans l’espace, sur une partie du territoire national, dans l’objectif, qui n’est plus caché, d’en faire un territoire « autonome » placé sous l’égide politique et militaire des pays des Grands Lacs impliqués activement dans le conflit qui frappe le Nord et le Sud Kivu depuis des années.

Dans ce contexte caractérisé par une trahison interne des intérêts supérieurs du peuple congolais, il ne reste à la nation congolaise qu’une prise de conscience collective de la nécessité de reprendre le contrôle de son destin, mettant un terme l’usurpation de pouvoir qui gangrène les fondations de l’Etat congolais.

La MPP soutient la nécessité immédiate de l’organisation d’un vrai Dialogue National, sous l’égide d’une médiation neutre, ayant comme objet principal à son Ordre du Jour la solution de la crise de légitimité qui frappe actuellement la RDC.

C’est seulement après la mise en place d’un ordre institutionnel légitime que le Congo Démocratique pourra rétablir l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire nationale, car un gouvernement de « Vichy » illégitime ne pourra jamais trouver des solutions de long terme pour une paix durable sur l’ensemble de son territoire national.

Vérité et Justice pour le Congo,

Le Peuple d’Abord,

Fait à Kinshasa, le 11/12/2012

Pour la Majorité Présidentielle Populaire, MPP,

Son Porte-Parole,

Eugène DIOMI NDONGALA

http://majoritepresidentiellepopulaire.org/2012/12/11/communique-le-la-mpp-sur-la-crise-de-legitimite-qui-frappe-la-rdc-et-ses-implications-directes-sur-le-conflit-qui-frappe-lest-de-la-rdc/


Dernière édition par KOTA le 13/12/2012, 4:01 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Congomoko le 11/12/2012, 6:47 pm

djino a écrit:


QUEL PAYS MON DIEU, QUELS FANFARONS,

Kabila dicte tout maintenant de Kingakati, obligeant ses ministres à se contredire, à dire des inepties, il fait taire Ponyo au palais du peuple, oblige Amisi à ne pas parler.
Kabila est coupable.


http://www.romandie.com/news/n/_RDC_couacs_au_gouvernement_sur_l_arrestation_de_presumes_soldats_rwandais84111220121606.asp

KINSHASA - L'armée congolaise avait arrêté en novembre au moins une dizaine de soldats rwandais ainsi que des rebelles congolais du mouvement M23 avant qu'ils ne s'emparent de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a déclaré à l'AFP mardi le porte-parole du gouvernement congolais.Le ministre de l'Intérieur Richard Muyej Mangez a cependant contredit cette affirmation mardi matin.

En revanche, le ministre de l'Intérieur, Richard Muyej Mangez, a assuré mardi matin à l'AFP: cela ne se vérifie pas, je ne sais pas d'où est venue cette information. Il n'y a pas eu une telle situation.Chaque fois qu'il y a des arrestations en ce sens, nous nous référons à la commission permanente de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, médiatrice de la crise à l'est) qui a la responsabilité de les ramener chez eux, a-t-il souligné.

Au niveau de la Monusco, nous ne sommes pas au courant de ces arrestations, a également déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Mission de l'ONU

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Troll le 12/12/2012, 12:13 am

Congomoko a écrit:
djino a écrit:


http://www.romandie.com/news/n/_RDC_couacs_au_gouvernement_sur_l_arrestation_de_presumes_soldats_rwandais84111220121606.asp

KINSHASA - L'armée congolaise avait arrêté en novembre au moins une dizaine de soldats rwandais ainsi que des rebelles congolais du mouvement M23 avant qu'ils ne s'emparent de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a déclaré à l'AFP mardi le porte-parole du gouvernement congolais.Le ministre de l'Intérieur Richard Muyej Mangez a cependant contredit cette affirmation mardi matin.

En revanche, le ministre de l'Intérieur, Richard Muyej Mangez, a assuré mardi matin à l'AFP: cela ne se vérifie pas, je ne sais pas d'où est venue cette information. Il n'y a pas eu une telle situation.Chaque fois qu'il y a des arrestations en ce sens, nous nous référons à la commission permanente de la CIRGL What a Face Surprised Shocked (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, médiatrice de la crise à l'est) qui a la responsabilité de les ramener chez eux, a-t-il souligné.

Shocked UN MINISTRE

Qui affirme sans courir le risque de se retrouver en prison pour HAUTE TRAHISON que les soldats Rwandais qui agressent la RDC peuvent retourner chez eux via la CIRGL Laughing Franchement, le Congo esttombé très bas

Comment des militaires qui font la guerre contre le Congo, qui deplacent des milliers des congolais, qui tuent des soldats congolais..peuvent tout simplement "rentrer chez eux" une fois capturés pendant la guerre

Le pire est que le Parlement ne bouge pas..ne convoque pas ce drôle de ministre..pour le revoquer et l´envoyer en prison

Au niveau de la Monusco, nous ne sommes pas au courant de ces arrestations, a également déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Mission de l'ONU

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE NOUVELLE GUERRE AIGUE A L'EST ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum