Fédération d'Afrique de l'Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 8:12 pm

La Fédération d'Afrique de l'Est est le nom est d'union politique proposée entre les États membres de la Communauté d'Afrique de l'Est, lesquels cinq États membres (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Ouganda) se fédéreraient en un unique État souverain.


La monnaie proposée pour l'union serait le schilling est-africain, qui doit devenir la monnaie commune des cinq pays dès 2012 ou plus tard.
Avec 1 820 664 km², la Fédération est-africain deviendrait la troisième nation la plus étendue d'Afrique et la seizième au niveau mondial.
Avec une population de 138 495 000 habitants, elle serait aussi le deuxième État le plus peuplé d'Afrique (après le Nigeria) et le onzième au niveau mondial. La densité de population serait de 70 hab./km².
Le FMI estime son PIB (PPP) à 131 772 000 $US, ce qui en ferait le quatrième plus important d'Afrique et le 55e au monde.
Le PIB par habitant serait de 1 036 $US.
La langue vernaculaire serait le swahili et la langue officielle serait l'anglais.
La capitale proposée est la ville tanzanienne d'Arusha, qui est proche de la frontière kenyane.
Arusha est l'actuel quartier général de la Communauté est-africaine.


La fédération des actuels États de la Communauté d'Afrique de l'Est en un unique État a été discutée, avec des premières estimation pour la fondation de la fédération en 2013.

En 2010, la CAE a lancé son propre marché commun pour les biens, le travail et les capitaux dans la région, avec le but d'une monnaie commune dès 2012 et une fédération politique totale en 2015.

Les présidents du Kenya et du Rwanda ont invité le Gouvernement autonome du Sud-Soudan à poser leur candidature à l'adhésion après l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, ce qui a été fait au mois de juillet.
Des analystes ont suggéré au pays les premiers efforts à réaliser afin d'intégrer la Communauté, comme le transport ferroviaire et le transport par canalisation de pétrole avec ceux du Kenya et de l'Ouganda.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  King David le 20/12/2012, 8:36 pm

link a écrit:La Fédération d'Afrique de l'Est est le nom est d'union politique proposée entre les États membres de la Communauté d'Afrique de l'Est, lesquels cinq États membres (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Ouganda) se fédéreraient en un unique État souverain.


La monnaie proposée pour l'union serait le schilling est-africain, qui doit devenir la monnaie commune des cinq pays dès 2012 ou plus tard.
Avec 1 820 664 km², la Fédération est-africain deviendrait la troisième nation la plus étendue d'Afrique et la seizième au niveau mondial.
Avec une population de 138 495 000 habitants, elle serait aussi le deuxième État le plus peuplé d'Afrique (après le Nigeria) et le onzième au niveau mondial. La densité de population serait de 70 hab./km².
Le FMI estime son PIB (PPP) à 131 772 000 $US, ce qui en ferait le quatrième plus important d'Afrique et le 55e au monde.
Le PIB par habitant serait de 1 036 $US.
La langue vernaculaire serait le swahili et la langue officielle serait l'anglais.
La capitale proposée est la ville tanzanienne d'Arusha, qui est proche de la frontière kenyane.
Arusha est l'actuel quartier général de la Communauté est-africaine.


La fédération des actuels États de la Communauté d'Afrique de l'Est en un unique État a été discutée, avec des premières estimation pour la fondation de la fédération en 2013.

En 2010, la CAE a lancé son propre marché commun pour les biens, le travail et les capitaux dans la région, avec le but d'une monnaie commune dès 2012 et une fédération politique totale en 2015.

Les présidents du Kenya et du Rwanda ont invité le Gouvernement autonome du Sud-Soudan à poser leur candidature à l'adhésion après l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, ce qui a été fait au mois de juillet.
Des analystes ont suggéré au pays les premiers efforts à réaliser afin d'intégrer la Communauté, comme le transport ferroviaire et le transport par canalisation de pétrole avec ceux du Kenya et de l'Ouganda.


Espérons que ça sera possible et prêt avant la fin de l'année 2012 car il ne reste plus que quelques jours.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 9:23 pm

Remodelage de l'Afrique sur fond d'une guerre inavouable entre puissances dites «civilisées»


Le génocide des Tutsi du Rwanda est une réalité indéniable. Mais aussi effroyable qu'il puisse paraître, ce génocide dans sa version officielle est à plusieurs égards contestable,et ne constitue que la partie visible de l'iceberg du plan planifié par Museveni.

Après avoir remonté aux sources du drame rwandais qui n’est en réalité qu’un des maillons de la chaîne dans le cadre d’une conflagration mondiale, nous démontrons, preuves à l’appui, pourquoi l’agression de l’Ouganda contre le Rwanda a été orientée dans un certain sens, celui de la reconnaissance du génocide des seuls Tutsi alors que celui-ci s'inscrit indiscutablement dans le plan d'une plus large extermination qui, initialement, visait plutôt les Hutu du Rwanda.

Un plan ambitieux d'une «guerre de libération régionale» ayant pour objectif de fédérer dix pays africains sous l'autorité du Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni. Réunifiés, ces 10 pays devaient former une région vitrine dénommée « Grande Région Unifiée » et devant disposer d’une « Armée Rouge de Réserve » comptant 2.000.000 hommes et prête à assujettir le reste de l’Afrique subsaharienne.

Ne tarissant pas d'éloges pour le chef de l'Allemagne nazie Adolf Hitler, Museveni entendait agir avec le soutien du Royaume-Uni et des Etats-Unis manifestement décidés à chasser la France de l'Afrique où ils espéraient en outre contrer l'influence des puissances émergentes comme la Chine et l'Inde et imposer un ordre politique, économique et militaire totalement anglo-saxon sur le continent africain.

On a acquis l'habitude trop simpliste d'analyser tout conflit qui se déroule en Afrique sous l'angle étroit de l'ethnisme et/ou du régionalisme. Ainsi plus de 7 millions de morts dans la RAGL en l'espace de 17 ans seraient à mettre sur le compte d'incessantes luttes ethniques et régionales dont le continent africain détiendrait le triste record! Des experts autoproclamés n'hésiteront pas à réduire la tragédie rwandaise à la résultante d'une haine atavique et séculaire entre les Hutu et les Tutsi en oubliant que, de l'aveu même du Ministre français des Affaires étrangères et européennes M. Bernard Kouchner, au Rwanda, la France s'est heurtée aux Belges, aux Anglais et aux Américains.

Le responsable français précise que cette confrontation se déroulait sur fond du jeu d'influences multiformes sur la RDC. Comment, dans un tel contexte, expliquer que près de 5 millions de Congolais tués en l'espace de 10 ans ne seraient que des dégâts collatéraux d'une guerre sans merci que se livreraient Hutu et Tutsi du Rwanda depuis des siècles?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 9:35 pm

Simplifier un continent jugé particulièrement complexe

Provoquée, alimentée et parfois portée à son paroxysme selon les intérêts des politiciens locaux eux-mêmes le plus souvent réduits à de simples pions entre les mains de leurs parrains étrangers, l'opposition Hutu-Tutsi constitue certes un créneau porteur en ce qui concerne le Rwanda et le Burundi. Mais la «guerre de libération régionale» chère aux Présidents Museveni et Kagame est autrement plus ambitieuse. Il faudra donc élargir ce créneau en assimilant les Hutu aux Bantous et les Tutsi aux Nilotiques en vue de mettre en place un schéma socioculturel pratiquement valable sur toute l'Afrique noire, un schéma aisément manipulable dans les dix pays à fédérer sous une entité solidement ancrée sur le modèle anglo-américain. Une précieuse longueur d'avance prise par les Anglais et les Américains par rapport à la France placée en position de bouc émissaire idéal s'agissant particulièrement du drame rwandais.

Car comment comprendre que, dans le contexte d'une mondialisation toujours plus franche,-d'aucuns diraient de plus en plus sauvage-, le politicien africain continue de manier les arguments de l'ethnisme et du tribalisme, faisant ainsi le bonheur de ceux qui ne regardent l'Afrique qu'à travers ses ressources naturelles et autres matières premières précieuses?

C'est pourtant ce qui se passe dans la RAGL où des peuples entiers sont menacés d'extermination par des puissances dites «civilisées» et du «monde libre» qui se battent pour le contrôle de cette région dont le cœur se trouve être la RDC décrite à juste titre comme un «scandale géologique».


Comment admettre que, sous la conduite des seigneurs de guerre formés et lourdement armés par des Etats donneurs de leçons dans les domaines de la démocratie et des droits de l'homme, nos peuples soient massacrés au nom des rivalités économiques et culturelles entre les mondes anglophone et francophone? C'est pourtant ce qui s'est passé au Rwanda et qui se poursuit en RDC et dans toute la région.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 9:46 pm

L'Ouganda agresse le Rwanda sous le couvert du FPR-


Contrairement à la thèse communément admise selon laquelle des soldats Tutsi membres de l'armée ougandaise auraient déserté pour attaquer le Rwanda, c’est plutôt l’Ouganda et non le FPR son instrument, qui prépara et mena la guerre contre le Rwanda à partir du 01 octobre 1990. Il s’agissait d’une véritable guerre d’agression menée par l’Etat ougandais contre l’Etat rwandais.

Une agression caractérisée mais simulée en «guerre de libération» qui s'appuyait sur des revendications légitimes de la diaspora rwandaise à l’époque majoritairement tutsi et qui, solidement parrainée par les Etats-Unis d'Amérique et le Royaume-Uni, allait embraser durablement la région de l'Afrique des Grands Lacs.
Dans un premier temps, le Président Habyarimana et son gouvernement vont d'ailleurs dénoncer une agression étrangère avant de souscrire, sous d'intenses pressions diplomatiques, à la formule plus convenant d'un conflit interne. Habyarimana se sera manifestement trompé d’adversaire car en lieu et place du FPR, c’est contre Museveni que sa contre-attaque aurait dû être la plus franche.

Il en serait ainsi devenu le deuxième leader africain, après le Négus éthiopien Hailé Sélassié, à recourir à l'opinion internationale pour dénoncer une agression conduite par plusieurs puissances coalisées. S'adressant en effet le 30 juin 1936 à Genève à la Société des Nations qui allait devenir l’ONU, le leader éthiopien dénonça avec force mais en vain, l'agression dont son pays était victime de la part de l'Italie mussolinienne. Certes l’histoire lui donnera raison mais pas assez tôt pour sauver de nombreuses vies humaines péries dans des circonstances tragiques comme ce sera le cas au Rwanda et dans la région de l'Afrique des Grands Lacs.

Fortement encadrés, financés et armés par des puissances étrangères, Yoweri Kaguta Museveni et Paul Kagame ont soigneusement conçu, planifié et déclenché la guerre rwandaise qui durera de 1990 à 1994. Avec le soutien de leurs alliés, ils ont incontestablement et largement contribué à la mise en place des conditions du génocide rwandais dans l'exécution duquel ils ont joué un rôle indéniable. Et comme si cela ne suffisait pas, ils ont impunément et durablement mis le feu à la région de l'Afrique des Grands Lacs.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 10:06 pm

Une guerre planifiée en deux phases, provisoire et définitive

Le cerveau d’un tel stratagème n’est personne d’autre que l’ancien Président tanzanien, Mwalimu Julius Kambarage Nyerere. Mais en sa qualité de leader de la «libération régionale» et planificateur de la guerre régionale, c'est Museveni qui va avaliser la proposition avant de la mettre en œuvre.

Sur demande de Museveni, Nyerere avait conçu ce plan transitoire en vue de suppléer à l’échec d'une série d’actions menées par des commandos de la NRA à l’intérieur du Rwanda. La guerre provisoire ne visait pas à porter le FPR/NRA au pouvoir. Il s’agissait d’abord d’une contrainte militaire sur le Rwanda pour ensuite contraindre militairement son représentant à un simulacre de négociations de paix dans l’un des pays complices de l’Afrique centrale, orientale ou méridionale, selon les termes de Nyerere, où toutes les conditions étaient réunies pour l’y assassiner.

Cette stratégie permettait de déjouer la sécurité intérieure trop serrée autour de Habyarimana et de l’assassiner pour déclencher la guerre définitive. L’assassinat devait par ailleurs mettre immédiatement fin au simulacre de négociations de paix et agir comme une force « détonateur » de l’effondrement de l’ordre politique au Rwanda.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 10:35 pm

Yoweri Kaguta Museveni l'anglo-saxon

Museveni est certes l'idéologue de la «guerre de libération» mais il ne pouvait agir seul et avait parfois besoin de couvrir ses arrières. Poussé par la dynamique du succès après sa prise de Kampala en 1986, il contribuera de façon déterminante à la création du FPR qui devait lui permettre de poursuivre sa «mission» au Rwanda et surtout en RDC. Car après la prise de Kampala, c’était le tour de Kigali, étape essentielle dans la conquête du grand Zaïre. Par ailleurs, on trouve derrière Museveni la fameuse «Alliance éprise de paix», en anglais «Peace Loving Alliance». Museveni avait reçu tous les pouvoirs de mettre en œuvre les pactes secrets dont le Royaume-Uni était l’instigatrice avec son fidèle allié américain.

Les Anglais avaient découvert Museveni du temps où il était intégré dans l’administration du président Milton Obote comme membre des services secrets en 1970. Après le coup d’état d’Id Amin Dada en 1971 sous l’égide des Anglais, Museveni fuit en Tanzanie. Nyerere quant à lui avait connu et soutenu Museveni lorsque, encore étudiant à l’Université de Dar es Salaam de 1967 à 1970, il rejoint les mouvements nationalistes radicaux et devient président du Front des étudiants africains révolutionnaires (USARF). Mais c’est au sein du Front de Libération du Mozambique (FRELIMO) que combat le pouvoir colonial portugais que Museveni s'entraine aux techniques de guérilla. Il revient en Ouganda en 1979, à la tête de la guérilla aidée par l’armée tanzanienne.

Peu après son accession au pouvoir, Museveni est reçu en octobre 1987 à la Maison Blanche par le Président Ronald Reagan. C’est à ce moment que naît l’alliance entre le Royaume-Uni, la Tanzanie et le Grand empire nilotique encore en gestation dans la Grande Région de l’Afrique de l’Est, appelée aussi l’Afrique allemande. Il s’agit d’un retour en arrière au fameux « Traité de l’éternelle amitié » que Karl Peters, fondateur de la colonisation allemande proposa aux africains en échange des terres de Bargash. Museveni partage les terres africaines entre les anglais et les américains, à l’instar du partage des mêmes terres entre les Français, les Anglais et les Allemands en 1885.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 10:44 pm

Une guerre inavouable entre puissances «alliées» et «civilisées»


Nous avons déjà évoqué la dimension internationale du conflit rwandais. Il convient toutefois d’y insister dans la mesure où le Rwanda en particulier et l’Afrique des Grands Lacs en général continuent de servir de théâtre à une dangereuse confrontation que les camps concernés ne semblent pas disposés à assumer au grand jour. C’est le cas des massacres qui ensanglantent actuellement le Kenya et qui ne sont pas étrangers aux plans de «libération régionale» si chers à Museveni. Nous y reviendrons plus loin.

Alors que porté à bout de bras par les Etats-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni, le régime Kagame tente désespérément d’imposer au monde une lecture réductrice de la tragédie rwandaise et régionale, il y a lieu de démontrer, preuves à l’appui, que ce qui a été présenté à l’opinion comme un conflit Hutu-Tutsi est en réalité une guerre indirecte mais particulièrement meurtrière qui a opposé le camp anglo-saxon mené par les Etats-Unis et le Royaume-Uni au camp francophone animé par la France.


Ainsi donc au moment où les troupes françaises s’interposaient entre les deux belligérants afin de les pousser à négocier une solution politique au conflit, les troupes américaines agissaient dans l’ombre notamment à partir de l’Ouganda. Tout en s’en faisant les champions, les Anglo-Saxons vont déstabiliser et neutraliser avec succès le processus de paix et de démocratisation enclenché en Afrique sous l'impulsion de la France avec notamment l'intervention remarquée de François Mitterrand au Sommet de La baule.

Le discours du Président français paraissait sincère mais les Américains et les Anglais vont en être les principaux fossoyeurs tout en s’en proclamant les avant-gardistes. Ils cherchaient visiblement à tirer profit des aspirations africaines au changement qui passait par la chute des dictateurs africains maintenus au pouvoir dans le contexte d'«une guerre impossible entre deux blocs, la paix improbable dans le monde». Les revendications africaines s’exprimaient le plus souvent contre la domination réelle ou supposée de la France sur son pré carré.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  link le 20/12/2012, 11:09 pm

Le Rwanda hypothéqué


le Rwanda avait déjà été hypothéqué au profit des Anglais et des Américains comme le prouvent plusieurs documents ultra confidentiels. Sous le code «INTERNAL SECURITY ORGINIZATION REF: 87630/SE/CODE 546», un document rend compte des résolutions de la réunion du 16 mars 1993 : «Les participants ont décidé d’adresser au FPR le plan politique et les propositions suivants en ces termes: Le plan a été proposé par le président Yoweri Kaguta Museveni et revu par Amama Mbabazi et Kayihura.

Le plan implique la compression du Rwanda en cinq plus grandes provinces et non plus le maintien intact des douze préfectures actuelles. Ces cinq provinces seront les provinces Nord, Sud, Est, et Ouest auxquelles s’ajoutera la province de Kigali. L’idée originale était initialement proposée par la Baronne Linda Chalker et les réunions précédentes n’avaient émis la moindre objection.
La situation sécuritaire au Rwanda après la guerre pourrait s’avérer pleine de défis et nous ne sommes
pas préparés a commettre des erreurs qui feraient tort à nos alliés occidentaux. Les 12 préfectures existantes sont trop ethniques. Copie pour information au FPR »

Quant à la position américaine vis-à-vis de l'inévitable victoire militaire du FPR, le rapport des services externes de renseignements (ESO officials) aux PPU, NRA et ISO officials précise les attentes ou la contrepartie de l’engagement américain en faveur du FPR : « AMERICAN POSITION : Le président Yoweri Kaguta Museveni a accepté l’implication américaine dans la gestion et les décisions politiques du prochain régime au Rwanda.
Tout changement d’avis de la part du FPR/APR pourrait conduire à un changement d'attitude de la part des Etats-Unis à l'égard du Rwanda voire y justifier de leur part une intervention plus directe».

Ces pactes secrets sont également assortis de plusieurs conditions insolites dont les principales sont les suivantes : «Le FPR/APR accepte des mesures politiques dictées directement de Washington; le FPR/APR accepte le principe de cooptation voire de fusion avec des personnes issues de l’opposition politique; le FPR/APR devra mettre en place un gouvernement de transition à base élargie à l’opposition au terme de sa victoire militaire et de l'anéantissement total du régime en place jugé plutôt pro belge et pro français; l’économie rwandaise devra être planifiée directement à partir des Etats-Unis; le café du Rwanda devra être vendu aux seules entreprises américaines ».


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération d'Afrique de l'Est

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:36 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum