RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Page 23 sur 25 Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24, 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Troll le 5/10/2013, 7:12 pm

Razz ET MAINTENANT, "9" SYMBOLIQUE

9..recommendations..citées par Radio Okapi, tout un symbole, car "9" est la fin d´un cycle et le début d´un autre cycle..Pour le cas du Congo, le "cycle" de l´AFDL risque de prendre fin avec l´application de ces recommendations:D 

Ce que "maintenant"33cc][b]il s´agit de "materialiser" la preparation de l´après Joé KanambeIdea Idea 
En attendant les "decisions importantes" que Joé Kanambe annonce, il ya deux Points utiles á lire et Explorer..

1. Recensement

Les recensements et l´identification des congolais ont pour but ultime la preparation des élections transparentes et démocratiques dans deux ans..quand Kanambe ne sera plus candidat...Laughing Laughing ..
Il est utile et important que l´opposition y compris la societé civile puissent-être impliquées dans le processus de recensement..Ce que le "consensus" obtenue lors des concertations devrait aboutir á un dialogue permanent entre la majorité au pouvoir et les deux autres forces du pays.
Associer l´opposition et la societé civile au processus de recensement...et pourquoi pas l´ONU..serait une garantie pour la transparence et la preparation des élections futures.
Techniquement, la RDC aura besoin d´un apport exterieur..pour proceder au recensement..et un calendrier obtenue par consensus afin d´avoir tout le processus informatisé dans une Banque des donnés où toute les composantes du Congo peuvent accèder librement:arrow: 

2. La Constitution

Les prophèties sur la modification de la Constitution ayant été démontrées fausses, voyons si Joé Kanambe va s´engager á "proteger et garantir" l´application de cette constitution en affirmant explicitement et publiquement qu´il assiume son dernier mandat clown clown 

Ce n´est pas un hasard qu´une delegation du Conseil de Sécurité sejourne á Kin...Joé Kanambe devrait montrer qu´il respect son engagement surtout quand on lui a laissé "gerer" ces consultations sans implication de l´ONU:star: Like a Star @ heaven 

Waiiiit, zela..to zela message ya Kanambe..cyclops cyclops cyclops cyclops 

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 5/10/2013, 10:51 pm

OMG Shocked Shocked 

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Troll le 6/10/2013, 1:48 am

  SOPEKA...

Moto ya boloko a sengaka immeuble te:nonono: asengaka bomengo te:nonono:  A sengaka kaka liberté...comme chante Fally:lol!: 

  Moto aza na nzala a sengaka kaka..nguba na lipa...

La liberation des prisoniers politiques est sans doute la chose la plus importante...Wait if..Kanambe va le laisser libre:heat:  

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 6/10/2013, 3:20 pm

Tokomi wapi: clôture des concertations et négociations à Kampala,..CONGOMIKILI


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Troll le 6/10/2013, 8:53 pm

Surprised Surprised   F Mwamba

C´est le secret defense...2 fronts même avec la bridage Africaine de la SADC, faire face á deux fronts, faire deux guerres en même temps:hair:    
Entre les lignes, F Mwamba devoile ce que les analystes militaires ont peur le plus: deux guerres entre la RDC et l´alliance Rwanda/Ouganda...

Ce que avec l´occupation de Mahagi pendant quelques jours, Museveni a envoyé un signal fort: vous faites la guerre contre Kagame, l´Ouganda peut occuper l´Ituri...et vous n´allez pas vous en sortir.
Ce que l´Ouganda possede 12 Sukhoi 30 Mk2 d´orgines Russes..des avions de combat capables d´atteindre Kisangani et Goma..or ni l´ONU ni la RDC ne possedent sur le terrain d´une suprematie aérienne:hair:   Ces Sukhoi peuvent detruire les hélico de combat de la MONUSCO en vol..en quelques secondes:dancer: 
Pire, l´Ouganda possede aussi du "punsch" avec des chars qui peuvent renverser les FARDC en quelques heures de combat:heat:  

Kagame n´a pas croisé les bras, quand ces hommes ont été vaincus á Kibati, les chars étaient á quelques mettres de Goma:heat:  

GAGNER DU TEMPS...

Sagesse de guerre, gagner du temps pour renforcer les FARDC..et obtenir une puissance de feu plus respectable de la part de la SADC?
WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 6/10/2013, 9:03 pm

A l’examen attentif de 9 recommandations principales issues des concertations, annoncées par son Praesidium (° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/05/rdc-joseph-kabila-cloture-les-concertations-nationales/  ), on constate que seules 3 sont nouvelles et pertinentes, pouvant représenter un réel acquis de ce forum, selon moi, si elles étaient mises en application diligemment  ! Les Concertations auront au moins servi à ça… Maigre (ou suffisant) actif au bilan ?

Il s’agit d’abord du recensement : bien sûr il était logique et attendu mais c’est la première fois qu’il est revendiqué si officiellement, si solennellement !
Ensuite c’est la libération des prisonniers politiques : c’est un aveu de leur existence et donc de la crise politique que le pouvoir dénie officiellement mais c’est une première marche vers la cohésion nationale tant chantée !
Enfin c’est l’attention portée au dossier de JP Bemba : plus qu’une victoire du Mlc (et des "Equatoriens" ?), c’est une marque de responsabilisation de l’Etat qui doit s’occuper de tous ses nationaux sans exclusive et va aussi vers la cohésion nationale !

Paradoxalement ces 3 actifs qui sont un réel bénéfice pour le pays, offrent comme une bouée, accordent quelque part une marge de manœuvre à celui qui est (était ?) son principal fossoyeur, Kanambe ! Le recensement peut lui permettre de manipuler légalement la date des prochaines élections ; la libération des prisonniers politiques et l’attention à Bemba lui ajoutent une image supplémentaire d’un "petit père de la Nation" et lui amènent quelques partisans de plus !
Comme quoi le shadow cabinet de Bemba et de Kanambe est diaboliquement performant ; comme quoi la démocratie, la transparence, la bonne gouvernance… seront toujours plus efficaces et resteront le meilleur argument électoral de tout leader politique…

Il y’a d’autres recommandations qui n’ont pas été annoncées surtout les moins bonnes (c'est tactique), attendons donc les résolutions finales que va proclamer le Chef pour produire un jugement davantage fondé mais d’ores et déjà je suis convaincu que ses résultats, y compris l’ouverture politique qui aura forcément lieu, ne conduiront pas au changement de mode de gouvernance indispensable au pays en dehors d’un apaisement cosmétique passager…
Voilà  mon humble avis !



"RDC: les concertations nationales concluent à la nécessité de profondes réformes
° http://www.rfi.fr/afrique/20131006-rdc-concertations-nationales-concluent-necessite-reformes-profondes
Les concertations nationales se sont achevées hier, samedi 5 octobre, à Kinshasa. La synthèse des travaux a été remise au président Joseph Kabila en présence de la délégation du Conseil de sécurité et des responsables de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco). Les rapports des différents groupes thématiques recommandent la transformation profonde de la société congolaise. Et le président Kabila a promis d'y répondre dans un bref délai.

C’est des mains de Aubin Minaku, le président de l'Assemblée nationale, accompagné de son collègue du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo, que Joseph Kabila a reçu la synthèse des travaux des concertations nationales.
Grande satisfaction du président de la République qui a annoncé par la même occasion des mesures importantes dans un bref délai, mesures qui seront avant tout politiques : « Face aux enjeux de l’heure, vous estimez qu’il ne faut pas sacrifier les impératifs de la pacification et du développement accéléré du pays sur l’autel d’une orthodoxie démocratique qui voudrait que la majorité tienne la minorité éloignée de la gestion de la chose publique. »

« Dépasser les clivages »
Et comment les participants aux concertations ont-ils interprété la réaction du chef de l’Etat ? François Muamba, chargé du suivi des accords pour la paix dans les Grands lacs : « L’amour du pays n’est pas que dans un camp. [Il faut] que nous puissions dépasser nos clivages souvent superficiels et habituels, pour faire de la gouvernance de la République démocratique du Congo l’affaire de tout le monde. »
Le député de la majorité Henri-Thomas Lokondo annonce déjà un gouvernement d’ouverture. Bernadette Nkoy Mafuta, sénatrice du Mouvement de libération du Congo (MLC) conseille elle la prudence : « Une bonne décision mais dans l’application, voyons ce que le président va nous donner le jeudi quand il appellera le Congrès. »"



"05 10 13 - Pari gagné de la diaspora aux concertations nationales
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=195712&Actualiteit=selected
Qui l'aurait cru ? En effet, certains membres de notre communauté  à  l'étranger ont stigmatisé la participation de la diaspora Congolaise aux concertations  nationales.  Pourtant, les délégués des Congolais de l'étranger viennent de prouver le contraire, en faisant siennes les principales revendications de l' ensemble de la diaspora sans distinction aucune d'opinion politique, religieuse et autres, comme le démontrent les différentes résolutions retenues dans les cinq différents groupes thématiques:
 
Recommandations pour la diaspora aux Concertations nationales
1-Faire bénéficier aux Congolais ayant acquis d’autres nationalités, des facilités administratives pour leur retour et séjour au pays en attendant l’adoption et l’application de l’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine.
2- Prendre des mesures nécessaires en vue de permettre aux Congolais de l’étranger d’user de leur droit constitutionnel de vote.
3-Inviter le gouvernement à prévoir dans l’équipe gouvernementale un vice-ministre chargé des congolais de l’étranger au ministère des affaires étrangères.
4 – Supprimer le visa de séjour en République démocratique du Congo à l’égard des étrangers d’origine congolaise et de leurs dépendants.
5- Renforcer et refonder la communication avec les Congolais de l’étranger a travers nos ambassades et service appropriés.
6- Assurer la coopération avec des pays étrangers pour des poursuites judiciaires à l’encontre des délits ciblés contre les personnalités congolaises en séjour à l’étranger.
7- Sensibiliser les Congolais de l’étranger sur les opportunités actuelles au pays et encourager leur participation à la modernisation du pays.
8-Garantir les facilités administratives en matière douanière et fiscale en cas d’investissement dans le pays.
9- Créer et renforcer les mécanismes d’encadrement de leur retour au pays à travers un ministère ou  une coordination pour une gestion efficace.
Roland Ngoie Kiloka
Pour la diaspora congolaise aux Concertations Nationales"



"L’OPPOSITION ABSENTE AUX CONCERTATIONS NATIONALES S’INSURGE CONTRE « TOUTE TENTATIVE DE COUP D’ETAT INSTITUTIONNEL »"
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3211:l-opposition-absente-aux-concertations-nationales-s-insurge-contre-toute-tentative-de-coup-d-etat-institutionnel&catid=90:online-depeches&Itemid=468&lang=en


"RDC: une partie de l'opposition sceptique sur les conclusions des concertations nationales
° http://www.rfi.fr/afrique/20131005-rdc-une-partie-opposition-sceptique-sur-conclusions-concertations-nationales
En République démocratique du Congo, les concertations nationales, doivent se refermer ce samedi 5 octobre. La cérémonie de clôture officielle est prévue, en présence de Joseph Kabila. Le président congolais doit recevoir le rapport final de ces assises, et s'exprimer jeudi prochain devant le Congrès, à ce sujet. Si certains se demandent comment les conclusions des concertations vont être mises en œuvre concrètement, la frange de l'opposition qui a boycotté les rencontres, n'y voit pas de nouveautés.

Avant même la remise du rapport final de ces concertations, les couloirs du Palais du peuple bruissaient de rumeurs sur la liste de membres du futur « gouvernement de large ouverture ». Le Premier ministre Matata Ponyo restera-t-il? Les poids lourds du PPRD et certains ralliés de longue date obtiendront-ils les places qu'ils convoitent? Combien de postes pour l'opposition qui a participé à ces concertations.
« Ce sont des supputations », assure Michel Bongongo, co-modérateur de l'atelier sur la gouvernance. Pour le sénateur de l'UFC, l'important, ce sont « les pistes de solution consensuelles » qui ne demandent qu'à être traduites en « véritables mesures ». Un vent de changement, c'est ce qu'il attend, lui, du discours du chef de l'Etat, jeudi prochain devant le Congrès.

Du côté de l'opposition qui a boycotté, on estime qu'il n'y a rien de neuf dans les recommandations proposées. C'est une manière, dit-elle, pour Joseph Kabila de s'acheter une légitimité après l'élection contestée de 2011, de donner l'impression d'un consensus au Congo. Mais pas sur tout, explique le professeur Tshilumbu Kantola de l'UDPS : « C'est une manoeuvre politique qui lui servira à se maintenir au pouvoir en appliquant des mesures qui prendront du temps, comme celle d'un nouveau recensement ».
Pour l'UDPS, l'objectif visé par le président Kabila à travers ces concertations est de repousser la présidentielle et donc la fin de son second et dernier mandat, comme le prévoit la Constitution.

A noter qu'une délégation du Conseil de sécurité des Nations unies est en visite à Kinshasa. Ses membres devraient rencontrer les autorités congolaises, et des représentants de la Monusco, la force onusienne."



° http://www.jeuneafrique.com/actu/20131005T160949Z20131005T142117Z/rdc-apres-le-dialogue-kabila-promet-des-mesures-importantes.html



Compatriotiquement !

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  KOTA le 8/10/2013, 11:21 am

LLB: L’espace politique de Kabila ne s’en trouve pas élargi, juge le Pr Jean Omasombo /MARIE FRANCE – CROS

par mpp le 8 octobre 2013

llb-81013
llb logo
http://democratiechretienne.org/2013/10/08/llb-lespace-politique-de-kabila-ne-sen-trouve-pas-elargi-juge-le-pr-jean-omasombo-marie-france-cros/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 9/10/2013, 12:06 am

Ndeko Elyezer : Concertations eko mema élection na 2022 (RDCONGOINFOS)


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 9/10/2013, 1:07 am

"Le dialogue national a échoué
http://www.lalibre.be/actu/international/le-dialogue-national-a-echoue-52522d003570458368c16db4
INTERNATIONAL L’espace politique de Kabila ne s’en trouve pas élargi, juge le Pr Jean Omasombo.
Congo-Kinshasa Entretien Marie-France Cros

Avec une semaine de retard, les concertations nationales voulues par Joseph Kabila, pour "rétablir davantage la cohésion nationale" (voir "La Libre" du 4 septembre), se sont terminées samedi. Lors de la cérémonie de clôture, le chef de l’Etat a annoncé qu’il convoquait pour jeudi un Congrès des deux assemblées du Parlement pour débattre de projets de loi fondés sur les recommandations des participants au dialogue national, qui n’ont pas été rendues publiques. "Je vais soumettre ce rapport et réunir les deux Chambres pour montrer au pays ce qui a été accompli, afin que nous avancions sur ces mesures importantes", a-t-il dit, sans donner plus de détails.
Rappelons que les dirigeants d’opposition, qui contestent la validité de l’élection présidentielle de 2011, ont refusé de prendre part à ces concertations. Nous avons demandé au politologue Jean Omasombo (Musée d’Afrique centrale de Tervuren et université de Kinshasa) d’analyser les résultats de cet exercice.


A quoi ont servi ces concertations ? Pas à grand-chose, au vu des résultats, si ce n’est d’insister sur l’application de la décentralisation, sur la création d’un gouvernement d’union nationale, sur le rapatriement de la dépouille de Mobutu… La montagne a accouché d’une souris ? Oui, parce que l’exercice était mal engagé. Dès avant l’ouverture de ce forum, il y a eu une large opposition à ce qu’il aboutisse à modifier la Constitution, parce qu’en juin dernier, le secrétaire général du parti présidentiel, Evariste Boshab, avait publié un livre plaidant dans ce sens. Cela avait été compris comme une préparation à l’autorisation, pour le chef de l’Etat, de briguer un troisième mandat. Joseph Kabila a été, du coup, obligé de mettre ce point de côté. Mais il a refusé de promettre, comme le demandait l’opposition pour participer aux concertations - qu’elle a finalement largement boycottées - qu’il n’y aurait pas de modification dans ce sens. C’est vrai, mais il n’a pas non plus plaidé en sa faveur, alors qu’il n’aurait pas pu argumenter sur le thème : la Constitution actuelle a été dictée dans un contexte de sortie de guerre qui n’est plus de mise aujourd’hui.

Le coprésident des concertations, Léon Kengo, a, lui, créé la surprise en annonçant que le forum se terminerait par la formation d’un gouvernement d’union nationale… Il voulait montrer à Kabila qu’il pouvait attirer dans l’orbite de la majorité présidentielle une partie au moins de l’opposition. Il l’avait déjà fait en 1993-1994, et était parvenu, ainsi, à prolonger le pouvoir de Mobutu. Mais seul le parti de Bemba a accepté. Cette preuve de charisme se serait ajoutée à son autorité - élément qui manque dans le camp Kabila - et au fait qu’il est écouté par la communauté internationale. Mais sa proposition a provoqué la panique dans le camp présidentiel et au Katanga (NdlR : province d’origine du Président), qui craignent que Kengo, plus rusé et près de quarante ans plus vieux que Kabila, arrive à lui ravir le pouvoir et à déplacer son centre vers l’Ouest.

Donc, au total, Joseph Kabila se retrouve, après les concertations, au même point qu’avant. Il doit trouver comment concrétiser la décentralisation prévue par la Constitution, alors qu’au Katanga, le président de l’Assemblée provinciale, Gabriel Kyungu, a déjà refusé celle-ci si l’accroissement prévu des ressources provinciales (NdlR : 40 % des rentrées retenues à la source) ne l’accompagne pas. Il doit aussi changer son gouvernement de technocrates - mais qui choisir comme Premier ministre ? Reconduire Matata ? Prendre Kengo ? Ce serait se mettre en danger. Et l’ancien gouverneur de la Banque centrale, Jean-Claude Masangu, aujourd’hui "chômeur", réclame le poste au nom des Lubakat (Luba du Katanga) et du Katanga. Choisir le Kasaïen Boshab, parce qu’il dirige le PPRD, parti du Président et officiellement le plus important ? Le choix n’est pas évident…

Bref, la patate chaude est à nouveau dans les mains du chef de l’Etat. Joseph Kabila est donc dans une impasse ? Les concertations ne l’ont pas aidé - et pas à cause de l’opposition. Il voulait élargir son espace politique, ce qu’il n’a pas obtenu. Aujourd’hui, il n’a plus d’excuses. Il ne peut plus se retrancher derrière sa jeunesse, sa virginité politique et l’espoir d’une démarcation par rapport à la gestion de ses prédécesseurs. Depuis son élection en 2006, il peine à se trouver un style, une apparence, un langage. Il ne possède pas la verve oratoire pugnace et persuasive d’un Lumumba, ni le charisme et l’autorité d’un Mobutu ni la richesse supposée d’un Tshombé. Ce n’est donc que par son action politique qu’il devrait être reconnu. Maintenant, il doit se décider."



"SASSOU NGUESSO INVITÉ AU CONGRÈS À KINSHASA APRÈS AVOIR REÇU LES RECOMMANDATIONS DES CONCERTATIONS NATIONALES
° http://www.lepotentielonline.com/
Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, est  invité par son homologue Joseph Kabila de la RD Congo à se rendre à Kinshasa pour assister à son message à la Nation devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès sur les recommandations des Concertations nationales                               Les présidents de l’Assemblée nationale Aubin Minaku et du Sénat Léon Kengo wa Dondo, membres du présidium, lui ont remis le même dimanche 06 octobre 2013 à Brazzaville une copie des recommandations des Concertations nationales auxquelles ont participé plus de 800 délégués de toutes les couches sociales de la RD Congo du 7 septembre au 5 octobre.(...)"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8361


'(...)Politique

Il est bien sûr largement question des « retombées » des concertations nationales, notamment de l’engagement, pris par Joseph Kabila, de rompre avec la « démocratie classique », au profit de la fameuse « démocratie consensuelle », laquelle veut que la Majorité partage la gestion des affaires publiques avec l’Opposition.  
Sur ce sujet, Le Phare titre « Non à la République des "4x4" » (Les « 4x4 » sont des véhicules que se procurent les dignitaires pour faire face à la voirie urbaine déficiente. NdlR ).
Le Phare note que tous ceux qui ont eu à exercer des mandats ministériels depuis la chute de Mobutu, donnent l’impression d’avoir travaillé pour leur confort personnel, laissant des millions de compatriotes dans l’incertitude du lendemain. Finalement, la cohésion nationale tant vantée s’apparente à la mise en place d’un nouveau syndicat des profiteurs de la République.  

Le Palmarès s’intéresse au gouvernement Matata où, à en croire ce journal, le sauve-qui-peut est perceptible depuis que le samedi 5 octobre, le chef de l’Etat a mis fin à toutes les illusions et fait clairement comprendre qu’un chambardement s’annonce au gouvernement. Pour se sauver, certains ministres s’affairent et remuent ciel et terre. Au niveau de la Majorité, on assiste à un véritable branle-bas de combats. Beaucoup refusent de continuer à rester au garage et à l’Opposition, on attend avec impatience cette ouverture.

L’Avenir relève quelques points de convergence entre Minaku et Kengo. En dépit de leur appartenance à des familles politiques différentes, les deux co-présidents des Concertations nationales sont tous deux des anciens magistrats réputés par la rigueur dans le travail, souligne ce confrère.

La Prospérité écrit aussi sur l’après concertations nationales: « Après les Concertations Nationales : Badibanga, Mvuemba, Busa, Diongo… parlent de non-dits ! ».  
La tenue et la fin des concertations nationales sont loin de faire l’unanimité au sein de la sphère politique du pays. Si, pour les uns, ces assises avaient été un moment historique au cours duquel la Majorité, l’Opposition et la Société civile ont, après tout calcul, su se faire une peau neuve avec des surprises attendues, pour ce jeudi 10 octobre, pour d’autres, par contre, elles auraient été simplement un gâchis.
D’ailleurs,  le groupe parlementaire de Samy Badibanga, UDPS et alliés, ainsi que d’autres sociétaires du refus de la participation à ce forum convoqué par Joseph Kabila sont sortis de leurs réserves, lundi 7 octobre. Leurs critiques, au nombre de cinq au total,  sont plus qu’acerbes.  A lire leur déclaration, il y a lieu de découvrir la face cachée de l’iceberg. Les signataires de cette déclaration espèrent que tôt ou tard, un dialogue, celui qu’ils qualifient, eux,  comme étant  le vrai, se tiendra à Kinshasa ou sur un autre terrain neutre sous la médiation internationale, pour régler les problèmes résiduels parmi ceux qui furent à l’origine de la crise politique aux effets néfastes aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, sans oublier le Centre et le Sud de la RDC.

Processus électoral

Eviter un problème, ce n’est pas le résoudre. Il faut rappeler que les concertations ont fait suite aux élections du 28/11/11, mais que l’on n’en pas parlé, ce qui laise le probl !me pendant. Ces élections du 28/11/11 ont été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. Ce fait à lui seul suffirait à en « plomber » gravement la crédibilité. Elles ont, par-dessus le marché, été entachées de fraudes et de manipulations à un point tel qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus[1]. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli. Rien d’étonnant, donc, à ce que le problème reparaisse.

Le Phare titre «  Suite du processus électoral : Apollinaire Malu-Malu consulte ».  
Le président de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) Apollinaire Muholongu Malumalu s’est lancé, depuis hier lundi 7 octobre, dans une campagne d’explication auprès des Congolais sur le travail de son organisation. C’est la raison des concertations qu’il mène actuellement, et qui dureront trois jours, soit du lundi 7 au mercredi 9 octobre 2013. Placées sous le vocable « Cadres de concertation », les consultations du président de la CENI ont démarré avec les organisations de la société civile. Pour la journée d‘hier lundi 7 octobre, deux catégories sociales étaient au rendez-vous.  
Dans l’avant-midi, Apollinaire Malumalu a conféré avec les leaders des organisations de la société civile, notamment ceux de défense des droits humains, des jeunes et autres groupes spécifiques. Muholongu Malumalu n’était pas seul. Tous les membres du bureau de la CENI étaient présents.

Dans l’après-midi, c’était le tour des confessions religieuses. Comme dans la matinée, tout a tourné autour de la suite du processus électoral. Après le mot du président de la Commission électorale, suivi de la présentation des membres du bureau, la parole était accordée aux interlocuteurs désireux de poser des questions sur la marche du processus. Il n’y a pas eu de tabou. Les intervenants étaient libres de s’exprimer ou faire la lumière sur dossiers qui leur paraissaient flous. La suite du processus électoral qui s’est arrêté après l’organisation de la présidentielle et des législatives nationales comme ce fut le cas en 2006, les dispositions prises en vue d’éviter la répétition des tripatouillages enregistrés lors des élections passées, le pouvoir organisateur prendra-t-il en compte les vingt-six provinces décidées par la Constitution pour les élections à venir alors qu’elles ne sont pas encore installées, le recensement général des Congolais, la question des réfugiés et déplacés, etc. ont constitué l’échantillon des préoccupations lui soumises.  
Ce mardi 8 octobre, dans la matinée, Malumalu et ses collaborateurs conféreront avec les leaders des organisations féminines autour du vocable « Genre et élections ». Dans l’après-midi, le bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante échangera avec les autorités traditionnelles et coutumières mieux identifiées sous l’appellation de chefs coutumiers. Le mercredi 9 octobre, les concertations se clôtureront avec les responsables des partis politiques.

Pourquoi a-t-on amorcé une telle démarche, deux jours après la clôture des Concertations nationales au Palais du peuple ? Dans l’entourage du président de la CENI, on fait savoir qu’il fallait profiter de la présence dans la capitale d’un bon nombre de représentants de différentes catégories sociales venues des provinces participer au forum politique. Motif : expliquer aux Congolais ce que fait la CENI ou mieux le niveau de préparation du processus électoral, ainsi que la façon dont elle compte s’y prendre pour l’organisation des élections futures.(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=195762&Actualiteit=selected  
         
Je suis de ceux qui penseraient qu'il est caricatural d'affirmer que les "Concertations" ont échoué; je dirais plutôt pour ma part que leurs résultat ont été insuffisants, meilleurs que ce qui était prévisible d'un forum relativement verrouillé par le pouvoir mais moindres si il s'était agi d'un "réel dialogue national" !
Mon antienne est connue : c'est moins la CI (Accord d'Addis, résolution 2098) et la Guerre de l'Est qui ont obligé le régime au dialogue mais son échec global ou plutôt la situation nationale et internationale provoquée par ce dernier qui l'a rendu indispensable ! Cette crise dont l'échec à l'Est est une malheureuse illustration (rappelez-vous les manifestations de colère de la population à chaque fois qu'elle sent revenir la duplicité; cas des rumeurs sur l'exfiltration du Colonel Ndala...), appelait urgemment un début de solution, une voie de sortie...

Sur ce, le pouvoir s'est arrangé tant bien mal jusqu'à faire du "Dialogue" des "Concertations" mais n' a pu éviter d'être bousculé par la parole qui s'y est libérée quand-même, témoin de l'exaspération générale face au catastrophique bilan devant eux... Dans ce sens aucun Congolais ne pense, comme veut le clamer le pouvoir, que la persistance de la tragédie de l'Est l'aurait été si ce dernier avait mieux géré la situation; la remise de comptes à zéro pour un nouveau départ a sa préférence...
Attendons les conclusions finales jeudi de notre petit-roi mais d'ores et déjà je suis convaincu qu'elles témoigneront de ce coup de semonce et quelques mesures obligées seront au moins ânonnées en guise d'un début de réforme de sa gouvernance !
En arrière-fond se déroule un tour subtil (intelligent et/ou diabolique) où notre Commandant Hyppo joue (pour l'Histoire donc sa sortie glorieuse ou pour sa prolongation(?)) à effacer son histoire calamiteuse... Réussira-t-il ?


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 9/10/2013, 11:15 am

Est-ce que les congolais vont accepter encore un gouvernement de transition ?..CONGOMIKILI



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 10/10/2013, 1:50 am

"Concertations nationales: Minaku est satisfait
Evil or Very Mad Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Twisted Evil 
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/10/08/concertations-nationales-minaku-est-satisfait/
« Les 900 délégués invités à Kinshasa ont respecté les délais impartis, se sont contentés du per diem qui leur était proposé, soit 50 dollars par jour, ont rappelé leur attachement à la Constitution sans vouloir la modifier… »
Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et co- organisateur, avec le président du Sénat Kengo wa Dondo, des « concertations nationales » qui viennent de se terminer à Kinshasa, ne cache pas sa satisfaction, même si deux ténors de l’opposition, Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe, ont refusé de participer à ce vaste débat citoyen. M. Minaku rappelle que si Etienne Tshisekedi « évolue depuis deux ans en dehors du schéma constitutionnel », une vingtaine d’élus issus de son parti (UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social) ont participé aux travaux et il estime que Vital Kamerhe, «doit encore donner des gages d’intransigeance, étant lui-même issu de la majorité présidentielle à laquelle il a contribué avant de passer à l’opposition. »
Entendant respecter la Constitution existante, « les délégués » rappelle M. Minaku, « ne prévoient pas de modification à ce stade, même si, depuis la rédaction du texte fondamental, certains articles laissent la voie ouverte au changement. » Autrement dit, les spéculations selon lesquelles la Constitution actuelle serait modifiée afin d’ouvrir la voie à un troisième mandat pour le président Kabila ne se sont pas –encore ?- confirmées.

Durant un mois, les délégués se sont réunis en « groupes thématiques » et les propositions finales, parfois qualifiées de « déclaration de bonnes intentions » préconisent une meilleure gouvernance et un renforcement du rôle de l’Etat, l’organisation d’élections municipales, provinciales te sénatoriales et la mise en œuvre d’un recensement à l’échelle du pays. Les délégués ont également demandé que soient rapatriées les dépouilles du président Mobutu, inhumé au Maroc, et de l’ancien leader du Katanga sécessionniste Moïse Tshombe. L’exercice débouchera-t-il sur un remaniement du gouvernement actuel, sur une ouverture à des personnalités issues de l’opposition, sur le remplacement du Premier Ministre actuel, Matata Monyo, considéré comme un technocrate et qui compte beaucoup d’adversaires dans l’entourage du président Kabila ? Prudent, Aubin Minaku refuse d’anticiper sur le discours que prononcera jeudi le chef de l’Etat et qui devrait annoncer des changements au niveau de l’équipe gouvernementale.
Initialement, l’exercice des concertations nationales avait pour objectif de renforcer la cohésion nationale face à la guerre menée à l’Est du pays par le mouvement rebelle M23, que le Rwanda est accusé de soutenir.
Sur ce point aussi, Aubin Minaku se déclare satisfait, « tous les délégués, quelle que soient leur région d’origine, ont trouvé un terrain d’entente et se sont sentis pleinement Congolais. Les pesanteurs du début ont été rapidement surmontées… »

Comme on le lira dans l’interview exclusive que nous a accordé René Abandi, chargé des relations extérieures du M23 et porte parole des rebelles, l’un des points d’achoppement des négociations toujours enlisées à Kampala demeure la réintégration des militaires mutins. Abordant cette question délicate, les délégués, à Kinshasa, ont conclu que les seuls qui devraient être exclus de l’amnistie et de la réintégration sont les insurgés visés par des mandats d’arrêt ou des sanctions internationales (ce qui ne concerne que quelques dizaines de chefs militaires et politiques). Aubin Minaku confirme que les autres militaires rebelles pourraient être réintégrés « à condition de remplir les conditions requises pour appartenir à une armée moderne et républicaine », allusion au fait que beaucoup de combattants issus des groupes armés n’ont qu’un niveau d’éducation très bas…
Il se confirme donc que c’est surtout la pression internationale, désireuse de mettre fin au cercle vicieux de l’impunité et des rébellions à répétition, qui empêche les négociateurs congolaise de sortir de la crise en concédant une amnistie aux mutins du M23 et surtout à leurs chefs récidivistes.
Si une quarantaine de cas individuels représentaient le dernier des obstacles à surmonter à Kampala, une solution devrait pouvoir être trouvée rapidement. Mais à Kinshasa, les participants à la concertation nationale ont aussi exprimé leur attachement à l’unité du pays et exigé une police et une armée républicaines, c’est à dire échappant à l’emprise d’intérêts catégoriels ou ethniques…"



"(...)Post-concertations

(Sous peine de ne rien comprendre à ce qui se passe, il faut garder en mémoire que la RDC n’est pas confrontée avec une crise  de ses institutions, mais avec une crise de légitimité de ceux qui en occupent les postes de commande. Cela aurait dû être le principal sujet des « concertations », mais il a été soigneusement évité.  Tout cela remonte aux élections du 28/11/11. Il faut rappeler que celles-ci ont été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. (...)NdlR)

Le Potentiel
annonce la visite d’un émissaire de Kabila chez Etienne Tshisekedi dans le cadre des efforts visant la cohésion nationale. En effet, le chef de la Maison civile du président Kabila Théodore Mugalu a été aperçu à Limete où il a échangé longuement avec le président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi. A la sortie de cette audience, il n’y a eu aucune déclaration faite à la presse. Mais on croit savoir que la cohésion nationale a figuré dans le menu de leur entretien.

La Prospérité  « Congrès des décisions importantes : Joseph Kabila et Denis Sassou Nguesso ce jeudi au Palais du Peuple ! »  et pense que l’opinion sera bientôt fixée.
Le présidium des concertations nationales a séjourné Brazzaville du dimanche 6 au lundi 7 octobre 2013. Aubin Minaku et Léon Kengo étaient porteurs d’une invitation au Président Denis Sassou Nguesso pour qu’il participe à la cérémonie d’ouverture du Congrès du Parlement de la RDC, annonce ce quotidien. Reçu par le Président Sassou, le présidium a annoncé, au sortir de l’audience, que la date du jeudi 10 octobre prochain a été choisie par le protocole d’Etat, pour que Joseph Kabila s’adresse à la nation. Tous les états-majors politiques sont suspendus à cette adresse.

Remaniement gouvernemental

Le Phare
 titre à la Une: « Gouvernement de large ouverture : Complot contre Matata : pourquoi ? », Il se pose une avalanche de questions ce matin. se demande si la RDC a besoin d’un nouveau Premier ministre et d’un nouveau gouvernement. Que reproche-t-on à l’actuel Premier ministre dans un Etat aux moyens précaires et où les antivaleurs telles que la corruption et l’impunité sont érigées en mode de gestion ? Quel est cet oiseau rare qui va apporter aux Congolais des remèdes miracles au moment où les indicateurs socio-économiques présumés « verts » sur papier n’ont pas d’impact sur le vécu quotidien des citoyens ? That is the question. Ces questions font l’objet de discussions après les concertations qui ont implicitement opté pour un gouvernement de large ouverture nationale, affirme ce journal.

Forum des As lui aussi titre sur ce sujet : « Gouvernement d’ouverture : passe d’armes chez les politiciens ».
Ce quotidien note que depuis que Joseph Kabila a confirmé dans son discours de clôture des Concertations nationales samedi dernier au Palais du peuple la formation d’un gouvernement de large ouverture, les commentaires contrastés vont bon train. Dans la classe politique, chacun affûte son arme. Ce n’est pas pour tirer sur l’adversaire politique, mais pour se positionner par rapport à la nouvelle redistribution des cartes de l’ère post-concertations, affirme le quotidien.  
Forum des As fait savoir qu’il y a aussi des tirs croisés sur cette ouverture aux forces politiques et sociales de la nation autres que l’actuelle majorité au pouvoir dans la gestion de la République. Ces tirs viennent tout aussi bien d’une certaine frange de l’opposition tout comme, chose étonnante, de celle de la majorité « kabiliste ». Ces groupes estiment que le gouvernement d’ouverture prêché par Joseph Kabila viole les principes démocratiques d’une majorité qui applique son programme pendant toute la législature et une opposition qui fait le contrepouvoir en attendant l’alternance, indique Forum des As.

Pour La République, « Matata Ponyo ne tombera pas ! ». Augustin Matata, qui n’a pas encore déçu de par ses actions, bénéficie de bonnes considérations de tout le monde, voire de ses détracteurs, note ce journal. Pour ceux qui pensent à un élargissement de l’équipe gouvernementale, la question serait de renforcer Matata Ponyo avec des hommes suffisamment outillés, prêts à mettre leurs intelligences au service de la nation.

La Prospérité signale que Matata Ponyo est au front aux Etats-Unis. Le Premier ministre a foulé le sol américain mardi 8 octobre 2013. A la tête d’une forte délégation gouvernementale, il va notamment conférer avec des membres du gouvernement américain, des représentants des grandes organisations multilatérales ainsi que des opérateurs économiques.(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=195773&Actualiteit=selected


"08 10 13 – Discours de clôture des concertations nationales du président Joseph Kabila"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=2&newsid=195760&Actualiteit=selected


"RDC : gouvernement de large ouverture, le MLC « pas prêt »"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/09/rdc-gouvernement-de-large-ouverture-le-mlc-pas-pret/



"Mémorandum des FAC pour le Dialogue national"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8360


° http://radiookapi.net/emissions-2/dialogue-entre-congolais/2013/10/07/ce-soir-joseph-kabila-cloture-les-concertations-nationales/
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/congres-des-decisions-importantes-kinshasa-joseph-kabila-et-denis-sassou-nguesso-ce-jeudi
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/jeudi-de-tous-les-enjeux-sauve-qui-peut-au-sein-de-lequipe-matata
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8366

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  KOTA le 10/10/2013, 12:16 pm

LE FAMEUX CONGRES EST REPORTE AU ...15/10/2013 ...SANS AUCUNE EXPLICATION....Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 10/10/2013, 9:58 pm

"RDC : une coalition d’opposants continue de réclamer un « vrai dialogue »
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/10/rdc-une-coalition-dopposants-continue-de-reclamer-vrai-dialogue/
Cinq jours après la fin des concertations nationales, un groupe d’opposants réunis au sein de la Coalition pour le vrai dialogue (CVD) continue de réclamer la tenue d’un « vrai » dialogue entre le président Joseph Kabila, des opposants et des groupes armés. Le porte-parole de cette structure, Steve Mbikayi, estime que la tenue des discussions entre Joseph Kabila, Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe est nécessaire pour mettre fin à « la crise politique » que connaît le pays.
« Il y a eu dans ce pays trois grandes opinions qui se sont dégagées après 2011. Il y a l’opinion tshisekediste, il y a l’opinion kabiliste, il y a l’opinion kamerhiste. Ce sont là les grandes opinions qui sont dégagées après les élections de 2011 », a-t-il déclaré mercredi 9 octobre à Radio Okapi.

A l’issue de la présidentielle de 2011, Joseph Kabila était arrivé en tête avec (48,95%) devant Etienne Tshisekedi (32,33%) et Vital Kamerhe (7,74%). Mais les deux derniers contestent la réélection de Joseph Kabila.
Pour Steve Mbikayi, ces trois personnalités doivent associer à leurs discussions les groupes armés pour mettre fin aux conflits armés dans l’Est du pays.
« Nous pensons que pour qu’il y ait harmonie, cohésion nationale, il faut une table ronde autour de laquelle seront assis la nouvelle majorité présidentielle actuelle, l’opposition congolaise, mais aussi les groupes pour qu’on puisse tirer de ces groupes, les Congolais qui sont là-bas pour qu’on puisse faire un front commun du pays contre l’agression étrangère », a expliqué le porte-parole de la CVD.

Les concertations nationales, initiées par le chef de l’Etat Joseph Kabila pour créer la cohésion nationale, se sont clôturées samedi 5 octobre. Des recommandations ont été formulées au chef de l’Etat qui doit les présenter devant le parlement réuni en congrès.
Mais ces assises ont été boycottées par certains opposants.
« Au palais du Peuple, aux concertations, il n’y avait qu’une seule opinion, celle de Kabila et qui est contestée par l’opinion de Tshisekedi et celle de Kamerhe. Donc, c’est une minorité qui était là-bas. Il faudra absolument qu’on puisse se rencontrer, discuter, nous mettre d’accord pour regarder dans la même direction », a déclaré Steve Mbikayi.
L’acte créant la CVD a été signé jeudi 12 septembre par des formations politiques de l’opposition politique notamment l’UNC de Vital Kamerhe, le RCD-KML de Mbusa Nyamwisi, le PT de Steve Mbikayi, l’UPC de Thomas Lubanga et l’UDEMO de Nzanga Mobutu ainsi que certaines organisations syndicales."



"RDC : Joseph Kabila dans le piège des Concertations nationales
° http://www.afrikarabia.com/
Le président congolais peine à conclure les Concertations nationales, ouvertes le 7 septembre dernier. Joseph Kabila devait annoncer ce jeudi devant le Congrès "d'importantes décisions". La réunion a été reportée au 15 octobre prochain faute de solutions politiques.

Lancées début septembre par le président Joseph Kabila, les Concertations nationales devaient déboucher sur une solution à la crise congolaise et créer la cohésion nationale autour du chef de l'Etat. Après 1 mois de forum, et en l'absence des grands partis d'opposition, les résultats sont maigres. Joseph Kabila avait promis lors de la clôture des Concertations, "des mesures importantes pour le pays" dans les plus brefs délais. Le Congrès (Assemblée nationale et Sénat) devait se réunir ce jeudi pour écouter les propositions du président congolais, mais la réunion a été reportée au 15 octobre.
Le président Kabila peine donc à trouver la porte de sortie qui lui permettrait d'engranger les bénéfices politiques de ces Concertations, taillées sur mesure pour "re-légitimer" son autorité et recomposer sa majorité présidentielle. Car l'objectif affiché de ce forum, la cohésion nationale, cache mal la volonté cachée du Chef de l'Etat de se représenter aux élections de 2016 en modifiant la Constitution avec l'aide d'une majorité élargie.

Mais les Concertations n'ont pas apporté les effets escomptés. Rien de neuf n'a été proposé dans ce "catalogue de bonnes intentions" qui ne fait que révéler la propre impuissance de Joseph Kabila à mener à bien ses réformes en RDC. En vrac, les propositions des forums thématiques se sont résumés dans la nécessité d'appliquer (enfin) la décentralisation, dans la possibilité de créer un gouvernement d'union nationale et dans le rapatriement de la dépouille de Mobutu, dont on se demande bien comment il pourrait aider la RDC à sortir de la crise politique et sécuritaire.  
La "réussite" des concertations va donc se focaliser autour de la création d'un gouvernement d'union national et d'un nouveau partage du pouvoir. Le président du Sénat, Kengo wa Dondo avait cru bon s'avancer en proposant l'idée et en s'imaginant déjà à la primature. Mais l'équation semble plus complexe et Joseph Kabila n'a pas encore décidé. Quel nouveau Premier ministre lui permettrait d'obtenir les plus belles prises dans l'opposition ? Si le remplacement de l'actuel Premier ministre Matata Ponyo semble pour l'instant acquis, le nom du remplaçant ne s'impose pas. Kengo a trop précipité sa candidature, Boshab ne représenterait pas l'ouverture promise... reste l'ancien gouverneur de la Banque centrale du Congo, Jean-Claude Masangu, qui pourrait se fondre dans le costume de l'économiste-techno que Matata Ponyo avait avantageusement endossé.

Pris au piège de concertations sans consensus politique, Joseph Kabila paie avant tout ses multiples hésitations politiques et stratégiques. Le président a trop souvent joué la carte des rébellions, puis du Rwanda, avant se retourner contre eux. Les fragiles alliances à géométrie variable de la majorité présidentielle n'inspire plus confiance. Résultat : le président Kabila se retrouve coincé avec un spectre politique trop étroit.
Condamné à ouvrir sa majorité, Joseph Kabila cherche toujours la solution. Tentatives de la dernière chance : la visite d'un conseiller du président Kabila à "l'irréductible" opposant Etienne Tshisekedi, dont on doute de l'efficacité et le rapprochement avec le MLC, l'ennemi d'hier, qui cherche désespérément à préparer le retour de son chairman, Jean-Pierre Bemba, toujours en prison à La Haye. L'équation est délicate et visiblement, Joseph Kabila a encore besoin d'un peu de temps."



"(...)Suivi des Concertations nationales

Le Potentiel
titre à la Une« Sassou incertain, le Congrès décalé ».(° http://www.lepotentielonline.com/  ) Annoncé pour ce jeudi 10 octobre, le Congrès attendra encore sa convocation par Joseph Kabila, Celui-ci  avait promis de rendre compte à la nation de sa compréhension des recommandations des concertations nationales devant le Parlement. Sauf imprévu de dernière minute, ce rendez-vous pourrait avoir lieu le mardi 15 octobre prochain.
Ce quotidien signale toutefois qu’il lui revient de Brazzaville que le Président Denis Sassou Nguesso serait aux abonnés absents suite à un calendrier chargé. Du coup, un os s’insère dans l’engrenage avec comme conséquence l’incertitude sur la présence de l’accompagnateur désigné au Congrès convoqué pour la circonstance aux fins d’annoncer de grandes décisions.

La Prospérité annonce : « L’épée reste suspendue : Kabila va parler mardi prochain ! ».
Ce journal note que le suspense n’est pas fini et que tous ceux qui, de loin ou de près, s’attendaient à des mesures importantes annoncées, du reste, à la plénière du 5 octobre dernier, devront encore prendre leur mal en patience. En effet, le discours de Kabila a été postposé à mardi 15 octobre 2013. Un changement d’agenda présidentiel  de dernière minute se serait, semble-t-il,  glissé au programme initialement fixé pour ce jeudi 10 octobre au palais du peuple, à Lingwala. L’on évoque également des impératifs dus aux dispositions protocolaires concernant, par exemple, certains hôtes de marque invités, pour la circonstance, au Congrès de deux chambres du Parlement congolais, explique La Prospérité.
Le journal indique que cette  séance qui  se veut historique, telle que l’aurait imaginée son initiateur, continuera à cristalliser, tout ce week-end, l’attention des politiciens qui, dans leurs laboratoires, tentent de conjecturer sur ce que pourrait être le contenu des mesures attendues. Décidément, Kabila aura réussi à faire rêver  la classe politique, toutes tendances confondues, grâce à la magie des concertations nationales, affirme La Prospérité.

(Il est fort probable que les « problèmes d’agenda » de Sassou ne sont qu’un prétexte. La temporisation règne en maîtresse dans cete affaire depuis le début, il y a dix mois ! Ce rôle d’accompagnateur attribué à Denis Sassou Nguesso a servi à désamorcer une revendication de l’Opposition qui réclamait une médiation «neutre » et même une délocalisation hors de RDC. Il va de soi qu’un membre du « syndicat des présidents mal élus » n’est en rien « neutre » dans la question qui devait être fondamentale et qui a été sans cese éludée : celle des élections NULLES du 28/11/11. Celles-ci ont été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. (...) NdlR)

En tous cas, le Premier Ministre est en train d’exhiber sa « stature internationale » à létranger. Africanews voit déjà les investisseurs américains sur le sol congolais. Car ce serait l’une des missions du Premier ministre Augustin Matata en lobbying aux USA. En effet, Matata Ponyo a fait le déplacement des Etats-Unis pour prendre notamment part à un forum qui se tient à Chicago le 9 octobre. Des partenaires étrangers et délégués des puissants groupes financiers de la planète y prendront part. Au menu : les affaires et des contacts au plus haut niveau.
Occasion pour le Premier ministre congolais de rendre compte des progrès réalisés dans le domaine du climat des affaires et de lancer une vaste opération marketing en faveur du pays.

JKK //ETwM

La Prspérité précise, au sujet de la visite que le chef de la Maison civile du chef de l’Etat, Théodore Mugalu, a effectué mardi 8 octobre à la résidence de M. Etienne Tshisekedi, que selon le secrétaire général de l’UDPS Bruno Mavungu, il n’est pas exclu de voir Kabila et Tshisekedi se parler.Cependant, en cette phase d’évolution politique en RDC, une rencontre au sommet entre les deux personnalités est à écarter, selon Bruno Mavungu.

Forum des As titre « Kabila-Tshisekedi : des signes du rapprochement » et parle lui aussi de la visite du patron de la maison civile du Président Kabila, l’ambassadeur Théodore Mugalu dans « l’antre » d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, chef charismatique de l’UDPS, le mardi 8 octobre, comme un signe de rapprochement entre Joseph Kabila et l’opposant.
Ce journal fait remarquer que sa présence sur Pétunias a valeur de symbole quand on connait les nuages qui existent entre Etienne Tshisekedi et Joseph Kabila depuis les élections de novembre 2011 dont le chef de l’UDPS a rejeté les résultats en se proclamant Président de la République.
Pour ce journal, cette conversation entre l’envoyé spécial du Président Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi est un indice de décrispation du climat entre les deux partis, tout comme  le fait que cette visite intervienne juste après les Concertations nationales. Le quotidien rappelle que Joseph Kabila a fait lever, il y a quelques jours,  les barrières policières autour de la résidence du Lider Maximo de l’UDPS que son parti et l’Opposition assimilaient à une résidence surveillée.  

(Qu’attendre d’une rencontre entre deux conspirateurs ennemis ? Le pouvoir en place a déjà donné des signes évidents de sa volonté d’abuser de sa prépondérance. Il est manifeste que des expressions sonores comme « cohésion nationale » ou « respect de l’ordre constitutionnel » signifient en réalité « reconnaissance du pouvoir établi » et « acceptation des ‘résultats électoraux’ de 2011 ».  
Il y a en RDC une crise liée, non aux institutions, mais à ceux qui en occupent les postes à responsabilité. Et cela, tout simplement, parce que la Constitution repose sur l’idée que lesdits postes auront des titulaires désignés par des élections honnêtes, et qu’elles ne l’ont pas été. Mais précisément, dans le vocabulaire de la Majorité, « pas de crise institutionnelle » veut dire « pas de remise en question de la mascarade électorale ».
Un « dialogue » qui ne se baserait pas sur l’acceptation de la réalité, à savoir que les élections de 2011 ont été NULLES, qu’il n’y aura JAMAIS de résultats électoraux acceptable sans recensement national et sans une CENI dépolitisée ne sera jamais qu’un achat à grand spectacle, par la distribution de postes lucratifs, de complices supplémentaires pour ce coup d’état dont le principal ressort consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli  
Les distorsions du langage ne sont cependant pas le privilège du camp gouvernemental. Si celui-ci parle de « l’ordre institutionnel » ou « constitutionnel » pour défendre ses postes usurpés, pour une partie de l’Opposition « vérité des urnes » se prononce « Tshisekedi président » alors que RIEN ne peut sortir d’une élection NULLE. Proclamer la victoire d’un candidat, quel qu’il soit, c’est tenter le même coup de force que l’on reproche à JKK, à ceci près que, ne disposant pas comme lui de la force, on ne tombe pas dans le crime, mais dans le ridicule.
Une autre partie de l’opposition acceptera sans doute un « replâtrage » par application de la « Loi de l’Entrecôte ». L’obstination des uns et la vénalité des autres empêcheront une remise en question fondamentale des « élections à corps électoral inconnu » et permettront une soi-disant « concertation » qui n’aboutira qu’à un statu quo, c'est-à-dire au maintien de la même situation pour les élections de 2016. NdlR)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=195800&Actualiteit=selected
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 11/10/2013, 12:33 pm

Ecoutez attentivement Minaku répondre sur les "Concertations Nationales" !

"Invité Afrique RFI
Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale congolaise (RDC)

° http://www.rfi.fr/emission/20131011-aubin-minaku-president-assemblee-nationale-congolaise-rdc  
Écouter (05:16) Ajouter à ma playlist Télécharger Embed

« Je n'ose pas devancer le président de la République dans ses prérogatives constitutionnelles. Mais il a clairement dit que l'ouverture politique, prônée par lui depuis sa prestation de serment, sera mise en œuvre davantage. »


Au Congo-Kinshasa, c'est la semaine prochaine, peut-être mardi, que le président Joseph Kabila devrait annoncer, devant les deux chambres réunies en Congrès, des mesures en faveur de l'ouverture politique.
Le chef de l'Etat congolais va-t-il s'inspirer des recommandations faites par les concertations nationales, qui se sont achevées la semaine dernière ?
Le président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, qui est aussi le secrétaire général de la majorité présidentielle, a coprésidé ces concertations nationales."



"Concertations nationales : L’essentiel noyé dans l’accessoire"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8370            



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 12/10/2013, 12:32 am

"LA COHÉSION NATIONALE SANS RÉCONCILIATION EST UNE CHIMÈRE
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3356:la-cohesion-nationale-sans-reconciliation-est-une-chimere&catid=90:online-depeches&Itemid=468&lang=en
L’exemple le plus éloquent d’un dialogue réussi au Congo-Kinshasa est la Table Ronde de Bruxelles, au cours de laquelle les pères de l’Indépendance, transcendant leurs divergences, avaient constitué un front commun contre le colonisateur belge et arraché le souveraineté internationale du pays avec une rapidité inespérée.
De même, en ce moment où le pays lutte pour accéder à un véritable Etat de droit démocratique, le Mouvement Congo Paradis (MCP) a jugé impérieux d’émettre son point de vue dans un souci d’objectivité et un élan de patriotisme afin de contribuer à un développement politique positif pour notre nation.(…)"



LE JOUR LE PLUS LONG
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3354:le-jour-le-plus-long&catid=98:apostrophe&Itemid=511&lang=en
Dans son discours de clôture des travaux des concertations nationales, le président de la République a promis d’annoncer les grandes décisions aux deux chambres du Parlement réunies en congrès. En fait de décisions, les politicailleurs s’attendent prioritairement à la formation d’un « gouvernement de cohésion nationale ». Déjà, des caïmans du régime et des opposants débauchés pour le besoin de la cause passent des nuits d’insomnie. Les uns et les autres attendent le jour « J », le jour le plus long.(…)"


"PRENDRE SON DESTIN EN MAINS
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3353:prendre-son-destin-en-mains&catid=93:edito&Itemid=509&lang=en
L’après concertations nationales ne doit pas être égal à l’avant concertations. Même si plusieurs messes du genre ont déjà été célébrées en République démocratique du Congo. Cette fois-ci ou jamais, les Congolais, les vrais, attendent le changement tant rêvé depuis l’indépendance en 1960. Ils sont impatients de vivre dans un nouveau monde épris de paix et de justice distributive.(…)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  KOTA le 14/10/2013, 9:21 pm

RDC: ENIEME REPORT SINE DIE DU CONGRES ET DU DISCOURS DE KABILA INITIELLEMENT ANNONCE POUR DEMAIN 15/10 LE DOUTE S INSTALLE DANS L OPINION

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 15/10/2013, 12:20 am

"GOUVERNEMENT D’OUVERTURE : LE CYCLE INFERNAL
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3393:gouvernement-d-ouverture-le-cycle-infernal&catid=85:a-la-une&Itemid=472&lang=en
A chaque crise équivaut un gouvernement réunissant « tout le monde ». Ce cycle, caractéristique de la transition mobutienne, a la peau dure. Les Concertations nationales proposent, curieusement, de ressusciter ce mode de désignation des animateurs des institutions, qui les a vidées de leur substance.  Davantage affaiblies par « des combines et conciliabules », le contrat de confiance entre le souverain primaire et les animateurs des institutions fond comme neige au soleil au fil de temps. Puis recommence la crise avec son cortège de malheurs et de misères. Ce énième gouvernement « inclusif » consacre le cycle infernal.(...)"

"14.10.13 La Prospérité - Réexaminant l’interview de Minaku à rfi : Samy Badibanga contre-attaque !"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=195814&Actualiteit=selected


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 15/10/2013, 8:36 pm

To komi wapi na ba kolo mabele, ba chefs coutumiers sur les concertations ,..CONGOMIKILI


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 16/10/2013, 1:32 am

"CONCERTATIONS NATIONALES
RDC : polémique autour du discours prévu par Kabila devant le Parlement réuni en congrès

° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131015153207/rdc-jospeh-kabila-unc-constitution-congolaiserdc-polemique-autour-du-discours-prevu-par-kabila-devant-le-parlement-reuni-en-congres.html
À la fin des "concertations nationales" tenues début septembre à Kinshasa entre la majorité au pouvoir, certains partis d'opposition et la société civile, le président congolais Joseph Kabila a déclaré, le 5 octobre, qu'il annoncerait dans un bref délai des "mesures importantes" devant le Parlement réuni en congrès. Mais, les avis divergent sur l'opportunité de réunir les deux chambres dans ces conditions. Explications(...)"


"Forum des As : Mystère autour du rendez-vous de Joseph Kabila au Congrès »"
° http://radiookapi.net/revue-de-presse/2013/10/15/forum-des-mystere-autour-du-rendez-vous-de-joseph-kabila-au-congres/

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 17/10/2013, 8:20 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  djino le 18/10/2013, 10:31 am




Voici la «bombe» que KANAMBE réserve aux Congolais : Very Happy 

KENGO vice-président de la République,

MINAKU 1er Ministre et

RUBERWA Vice-1er Ministre en charge de la Défense et Sécurité !


http://www.studiortb.com/publicite/f-l-a-s-h-voici-la-bombe-que-kanambe-reserve-aux-kengo-vice-president-de-la-republique-minaku-1er-ministre-et-ruberwa-vice-1er-ministre-en-charge-de-la-defense-et-securite-congolais

A vérifier !!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Mathilde le 18/10/2013, 11:18 am



http://banamikili.skyrock.com/

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  ndonzwau le 18/10/2013, 2:22 pm

C'est le retour de Ruberwa, la bombe, pas celui de Kengo !!!

Si le scénario ci-dessous se réalise, la bombe à retardement qui va davantage imploser le pays, c'est la (nouvelle) présence de Ruberwa à la Défense (il fut déjà lors du 1+4, le Vice-Président à la Défense) qui va hypothéquer la construction d'une armée républicaine forte !

Si vu de Belgique la DH souligne un retour de Kengo, pour le Congo, l'os c'est Ruberwa, le premier infiltré rwandais qui a plombé notre armée (et notre pays !) en la mitant à toutes ses commandes des rwandophones et rwandais !
La liste est longue (tout le monde en connait les noms !); elle explique largement l'impuissance organisée de notre armée à l'Est !!!
Et ce n'est point de la xénophobie, c'est de la vigilance souveraine et républicaine : nous ne pouvons confier les clés de la Défense de notre territoire et de nos frontières à des hommes qui notoirement revendiquent allégeance et loyauté au voisin "ennemi", qui à midi se réclament Congolais et à minuit rwandais; c'est le cas de Ruberwa(nda) !!!

Alerte à toutes les forces politiques et sociales du pays d'empêcher cette grave forfaiture !!!
° http://www.dhnet.be/actu/monde/le-retour-de-kengo-525f81bd3570225c19f07ac5
djino a écrit:Voici la «bombe» que KANAMBE réserve aux Congolais : Very Happy 

KENGO vice-président de la République,

MINAKU 1er Ministre et

RUBERWA Vice-1er Ministre en charge de la Défense et Sécurité !


http://www.studiortb.com/publicite/f-l-a-s-h-voici-la-bombe-que-kanambe-reserve-aux-kengo-vice-president-de-la-republique-minaku-1er-ministre-et-ruberwa-vice-1er-ministre-en-charge-de-la-defense-et-securite-congolais

A vérifier !!
Mathilde a écrit:

http://banamikili.skyrock.com/




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Troll le 18/10/2013, 4:38 pm

Evil or Very Mad Evil or Very Mad KATANGA YETUclown clown clown clown 

L´analyste d´APARECO n´inclue pas un facteur incontournable du pouvoir au Congo; les katangaisSuspect clown Suspect 

L´actuel ministre de la défense est "mulubakat". tandis que celui de l´interieur est "lunda"..Tous les deux sont du Katanga..Vous retrouverez la même configuration dans les services de renseignement, la police et l´armée:roll: 

Alors, ceux qui vont lire ceci devraient réflechir un peu et trouver une explication "acceptable": Les katangais ont-ils renconcés au pouvoir?

Franchement, voir les katangais ceder les deux ministères qui contrôlent la défense et la sécurité interieure de la RDC..est un facteur sensible quand les congolais..tous les congolais sont entrain d´éliminer tout simplement l´influence destructive du Rwanda au Kivu:nonono: 

..Hem:lol!: Kengo est le "vice-président" de la RDC selon la Constitution...Tant qu´il n´y aura pas élection des nouveaux senateurs..Kengo étant président du Senat est le vice-président..Ce que la Constititution indique que le Président du Senat dirige le Congo au cas où le Président de la République en fonction ne peut pas finir son mandat..Le Président du Senat organise les élections présidentielles anticipées et dirige le pays jusqu´á l´entré en fonction du nouveau Président de la République

Les élections des nouveaux senateurs, c´est pas demain..surtout quand l´application de l´article de la Constitution qui exige la création des nouvelles provinces ne semble pas être une priorité..pour toute la classe politique..   lol! lol! 

Ce que les nouveaus senateurs doivent (aussi ) élus dans les provinces...selon la Constitution....et ne peuvent avoir un mandat que conformement á la configuration prevue par la Constitution:lol!:   

"Vice-Président"..mais selon quelle constitution:coffee:  Bon,,,to bosana te "facteur katangais" Nous ne parlerons pas de Ruberwa quand dans les rangs de l´armée, tous les tutsiphones sont tout simplement considerés comme des traitres..   Pire, les concertations ont recommandées que les membres de l´armée doivent servir loin de leur province d´orgine.. Connaissez-vous le cas des "tutsis de Minembwe au Sud Kivu qui réfusent de servir loin du Kivu:hair:  

WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : le président Kabila annonce un dialogue inter-congolais pour "début 2013"

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:53 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 23 sur 25 Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24, 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum