20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Message  KOTA le 17/4/2013, 8:15 pm

Le Palais du peuple a été envahi ce weekend par les supporters kabilistes, venus manifester contre la motion de censure qui devrait être engagée contre le gouvernement Matata. Nous avons également constaté que cette manifestation minutieusement préparée, trop bruyante, festive et qui s'en est pris particulièrement aux députés dits de l'opposition n'a été ni soumise à une autorisation préalable du gouverneur Kimbuta ni "encadrée" par des escadrons du colonel Kanyama et des chars de la Garde républicaine.

Comme quoi, le pluralisme politique en RDC c'est uniquement le PPRD avec les partis satellitaires qui tournent autour de la mangeoire du raïs. Cette constellation des politiciens "alimentaires" forme ce qu'ils appellent dans leur jargon "majorité présidentielle" et ce, pour faire croire à leur maître qu'il est populaire dans ce pays.

Tous les autres partis politiques, mouvements et associations, qui se tiennent à l'écart de l'orbite de ce système "démocratorial" sont simplement considérés comme des "révoltés", des "rebellés" et traités comme tels.


et AU MEME TEMPS AU BANDUNDU:

20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations : bit.ly 12lwxSE #RDC





12 DRC activists get 20 years' sentence each for planning protest march www.timeslive.co.za

A court in the Democratic Republic of Congo on Tuesday sentenced 12 rights activ...ists to 20 years in prison each for planning a march to protest high water and electricity bills and mismanagement of their province.

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Message  mongo elombe le 21/4/2013, 10:36 pm



Les peines de défenseurs des droits fortement réduites en appel

Douze défenseurs congolais des droits de l'Homme qui avaient été condamnés à 20 ans d'emprisonnement pour avoir préparé une manifestation dans la province de Bandundu (ouest de la République démocratique du Congo), ont vu leur peine considérablement réduite vendredi soir, à l'issue d'un procès en appel.
«Ils ont été condamnés à un maximum de un an de servitude pénale principale. Quelques-uns ont été condamnés à six mois de prison, les autres à un an», a déclaré à l'AFP Jean-Claude Katende, président de l'Association africaine de défense des droits de l'Homme (Asadho).

Mais M. Katende a ajouté: «Pour nous, cette peine n'est pas juste! Le fait qu'on ramène la peine de 20 ans à une année maximum montre que les faits n'étaient pas fondés».

... [ lire ]
Bandundu, 20/04/2013 (AFP / MCN)

)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Est ce qu'il y a une justice en RDC donc on donne des peines pour le plaisir et on réduit quand on veut mawa na mawa. Mba relâcher bango.



.

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Message  mongo elombe le 23/4/2013, 5:10 pm

Voici où mène l'excès de zèle azuiiiiiiiiii amibebiseli mpe mosala n'importe quoi.


RDC: le juge à la main leste de Badundu a été suspendu-RFI

avril 19, 2013, | Denière mise à jour le 19 avril, 2013 à 9:27 | sous Lu sur le web. Mots clés:




Le 12 avril dernier, un juge a condamné neuf activistes à 20 ans de prison pour avoir voulu organiser une manifestation qui, finalement, n’avait même pas eu lieu. Le juge en question a été suspendu de ses fonctions, ce jeudi 18 avril, et risque désormais des sanctions. Les ONG de défense des droits de l’homme, qui avaient dénoncé un procès expéditif, ont fait part de leur satisfaction.

Le verdict rendu par le juge du Tribunal de grande instance de Bandundu, chef-lieu de la province du même nom, avait surpris et surtout choqué les associations de défense des droits de l’homme.

Comment était-il possible, au terme d’un procès expéditif, de condamner neuf personnes à 20 ans de prison et trois autres à deux ans, sur la base de l’intention qu’elles avaient d’organiser une manifestation de protestation, dont on prédisait qu’elle serait violente ?
Laquelle manifestation n’a d’ailleurs pas eu lieu. Lire la suite sur rfi.fr















Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Message  KOTA le 23/4/2013, 6:10 pm



« L’ACAJ dénonce le harcèlement judiciaire contre le député DIOMI NDONGALA et 12 défenseurs des droits de l’homme en RDC»/ACAJ 23/04/2013

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 11/ACAJ/2013
« L’ACAJ dénonce le harcèlement judiciaire contre le député DIOMI NDONGALA et 12 défenseurs des droits de l’homme en RDC»

<blockquote>Kinshasa-Paris, le 23 avril 2013 – L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) est très préoccupée par le climat de persécution dont sont victimes le député Eugène Diomi Ndongala, président du parti Démocratie Chrétienne (DC), et 12 défenseurs des droits de l’homme de Bandundu.

</blockquote>Le député Eugène Diomi Ndongala est poursuivi pour «prétendu viol et entretien d’un mouvement insurrectionnel dénommé imperium ».Le 08 avril 2013, il a été nuitamment enlevé par la police, conduite par le colonel Kanyama, détenu d’abord dans un lieu secret, et le lendemain conduit au Parquet général de la République (PGR) où il sera finalement informé de l’existence d’un mandat d’arrêt émis contre lui depuis le 18 janvier 2013.
Cette arrestation arbitraire est équivaut à un enlèvement non du fait qu’elle a été effectuée la nuit, soit aux environs de 22h 30, à l’aide de violence et sans mandat, mais surtout en absence, dans le dossier au Parquet général de la République, d’un quelconque mandat de comparution préalable.
Le 16 avril 2013, la Cour Suprême de Justice, statuant sur la validité de sa détention, a rendu une ordonnance l’assignant en résidence surveillée.
<blockquote>L’ACAJ rappelle que cet enlèvement intervient après plusieurs autres actes irréguliers posés contre lui tant par le PGR que la police tels que : l’occupation du siège de son parti politique Démocratie Chrétienne (DC) sans motif valable; la perquisition sans mandat et pillage de ses biens s’y trouvant; l’ouverture des poursuites pénales contre lui sans l’autorisation préalable de l’Assemblée nationale; la violation de son droit à la présomption d’innocence par le PGR en tenant une conférence de presse au cours de laquelle il avait allégué des accusations contredisant celles contenues dans son propre réquisitoire daté 19 juillet 2013 adressé à l’Assemblée Nationale.

</blockquote>Le 18 janvier 2013, son Attaché de presse, M.Verdict NKOBA MITUNTIA, ainsi que 3 militants de la plate-forme politique Majorité Présidentielle Populaire (MPP) : M. Stallone KATUMBA MUMPOY, KATUMBA François, KABUNGANA Marie-Josée, ont été enlevés nuitamment de leurs domiciles et conduits vers une destination inconnue par des agents de sécurité. Ils n’ont réapparu en public que lors de leur présentation, par le Ministre de l’intérieur, à la presse comme faisant partie d’un « groupe »,que le député DIOMI NDONGALA aurait entretenu, pour renverser le régime en place.
Aussi, l’ACAJ dénonce la condamnation de 12 défenseurs des droits de l’homme de Bandundu, intervenue à l’issue d’un procès injuste et inéquitable depuis le premier jusqu’au deuxième degré.
<blockquote>Elle relève que tant dans le cas du député DIOMI NDONGALA que celui de 12 défenseurs des droits de l’homme de Bandundu, la justice a été instrumentalisée par le Gouvernement.

Elle dénonce cet état de chose et recommande à la justice de garantir les droits et libertés fondamentaux de citoyens, et au Gouvernement de faire libérer le député DIOMI NDONGALA, son attaché de presse, les membres de son parti DC et les 12 défenseurs des droits de l’homme.

</blockquote>Fait à Kinshasa, le 23 avril 2013
ACAJ
Pour tout contact :
Me Georges Kapiamba, Président national
Téléphone : 099 540 45 14
Email :kapiambag@gmail.com
<p id="yui_3_7_2_1_1366726258806_5157"><p id="yui_3_7_2_1_1366726258806_5156">






Me Georges Kapiamba Avocat
Président de l’Association Congolaise
pour l’Accès à la Justice (ACAJ)
Téléphones: + 243 99 540 45 15- 81 404 36 41
[email=Email%3Akapiambag@gmail.com]Email:kapiambag@gmail.com[/email]

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20 ans de prison pour 12 activistes congolais accusés d'avoir planifié des manifestations alors que les hooligans du PPRD peuvent même envahir le parlement et menacer l opposition sans rien craindre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum