UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  ndonzwau le 3/7/2013, 3:21 am

"RDC : une forte tension observée ce matin à la prison de Makala
° http://radiookapi.net/actualite/2013/07/02/rdc-une-forte-tension-observee-ce-matin-la-prison-de-makala/
Des dizaines d’éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) et de la Police nationale congolaise ont été déployés mardi 2 juillet dans la matinée pour étouffer une tension observée à la prison de Makala à Kinshasa. Les habitants des quartiers situés dans le voisinage immédiat ont entendu des coups de feu. Les forces de l’ordre ont aussi lancé du gaz lacrymogène pour mater un soulèvement de détenus, créant une panique dans les quartiers environnants.
Jusqu’après 9 heures (heure locale), la tension était toujours forte à la prison centrale de Makala. Tout le périmètre de ce pénitencier était quadrillé. Personne ne pouvait accéder à la prison ni trainer dans ses environs.
Des policiers munis d’armes à feu et des lance-roquettes faisaient la patrouille en dehors de la prison tandis qu’à l’intérieur des dizaines de soldats FARDC accompagnés de certains officiers militaires tentaient de rétablir l’ordre.

Difficile de dire à l’heure actuelle avec certitude ce qui est à la base de cette tension. Mais des sources proches de cet établissement carcéral indiquent qu’il s’agit d’une révolte des détenus contre des mesures prises par l’actuel directeur de la prison, un colonel des FARDC. Des mesures que les détenus estiment qu’elles violent les droits des prisonniers, soulignent les mêmes sources.
Des sources officielles parlent d’un «simple contrôle de routine». Aucune balle n’a été tirée, selon elles. Seul le gaz lacrymogène a été utilisé, précisent-elles.
C’est pour la deuxième fois en l’espace de deux semaines qu’un soulèvement des prisonniers est signalé à la prison centrale de Makala."


"RDC : mutinerie à la prison de Makala, la situation reste confuse
° http://www.rfi.fr/afrique/20130702-rdc-mutinerie-prison-makala-situation-reste-confuse
En République démocratique du Congo, ce mardi 2 juillet, une mutinerie secoue la prison centrale de Makala, près de Kinshasa. Selon plusieurs témoins, des tirs ont été entendus sur place, la police et l’armée se sont déployées près du bâtiment où la situation reste très confuse.

Tout a commencé vers 4 heures du matin, avec l’arrivée à la prison de militaires et de policiers lourdement armés. Selon plusieurs sources, les forces de l’ordre et de sécurité ont eu pour mission de transférer des détenus, 16 au total, vers la prison militaire d’Ondolo, qui se trouve également dans la capitale.
D’autres détenus, en nombre assez important, se sont ralliés au groupe visé, pour empêcher qu’ils sortent de la prison centrale de Makala. Vers 7 heures, les policiers et les militaires ont alors usé de la force. Ils ont lancé des grenades lacrymogènes. Des coups de feu ont été entendus pendant longtemps.
Quand la tension a baissé, une ambulance a franchi la porte de la prison et n’en est pas encore ressortie à la mi-journée. Certaines sources parlent de morts et de blessés, mais aucun bilan n’est pour l’instant disponible."


"Kinshasa : Des prisonniers abattus ou blessés à la Prison de Makala
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8114
En l’espace de deux semaines, la Prison centrale de Makala est secouée par une révolte - mutinerie ? - de ses six mille prisonniers qui peuplent ce lieu carcéral dont la capacité d’hébergement est de 1.500 personnes. Selon des sources, la décision du nouveau directeur de cette maison d’arrêt restreignant le droit de visite serait la cause de l’agitation ambiante. Depuis le mois de février 2001, les personnalités suspectées de participation à l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila - et condamnées à l’issue d’une parodie de procès - sont surveillées 24 heures sur 24 par des éléments de la garde prétorienne de "Joseph Kabila". C’est le cas notamment de : colonel Eddy Kapend Irung (aide de camp), Nono Lutala (Conseiller spécial en matière de sécurité), Georges Leta Mangasa (Adg de l’ANR) etc. A Makala, d’aucuns les appellent "les prisonniers personnels du raïs". Et ce pour dire que leur sort dépend de la "bienveillance" du successeur de Mzee. Notons que l’"ordre" au sein de cette prison est assuré par des "vieux condamnés". Ambiance.

Le nouveau directeur de la prison centrale de Makala - un colonel de l’armée congolaise, proche de la Présidence de la République - aurait-il de la "poisse"? Depuis sa prise de fonction, mi-juin dernier, une "atmosphère explosive" règne dans ce pénitencier. L’homme entend prendre le contrepied de son prédécesseur muté à Goma. Aussi, a-t-il entrepris des "réformes" à la hussarde au point de restreindre le droit de visite des détenus dans un pays où ceux-ci, pour manger et se soigner, dépendent de la compassion des parents et amis.

Droit de visite en cause
Un précédent. Le dimanche 16 juin, des militaires de la garde présidentielle ont suscité l’émoi en tirant en l’air à balles réelles. Il semble qu’ils voulaient "disperser" les familles venues nombreuses apporter de la nourriture et autres effets personnels à leurs proches. "Les soldats ont fait preuve d’une brutalité injustifiée et indigne d’une armée professionnelle et disciplinée, commente un témoin. Ils ont arraché les colis des mains des visiteurs dont certains ont été délestés de leurs GSM". "Le nouveau patron de la prison de Makala a manifestement reçu mission de mâter les prisonniers", ajoute cette source. Questions : Qui lui a confié cette mission?
Jusqu’il y a peu, les prisonniers recevaient leurs visiteurs les mercredi, vendredi et dimanche de 10h à 15h. Le contact se déroulait au niveau du parloir. Le nouveau patron du lieu n’est pas de cet avis. Il veut "innover". Il a, par conséquent, suspendu "jusqu’à nouvel ordre" tout droit de visite. Sans fournir la moindre explications aux principaux intéressés. Des sanctions sont prévues à l’encontre de "récalcitrants". Or ces visites constituent une question de vie et de mort pour les embastillés.

Détenus transférés à Ndolo
"Nouvelle révolte à Makala". C’est la nouvelle qui s’est répandue, ce mardi 2 juillet. On apprenait également que des éléments de la garde prétorienne de "Joseph Kabila" ont fait irruption, aux environs de 4 heures du matin, dans l’enceinte de cette maison d’arrêt. Objectif : extraire un condamné à mort nommé Katende qui y assumait la "fonction" de "Kapita général" pour le compte du directeur sortant. L’homme devait être transféré à la prison militaire de Ndolo.
Au cours de la journée, on pu entendre une autre version. Selon certaines sources, des militaires de la garde présidentielle, avaient reçu mission de "sortir" une vingtaine de détenus de Makala afin de les transférer à la prison militaire de Ndolo. C’est généralement à l’aube que les "bourreaux" du régime viennent extraire des personnes à amener à l’échafaud. Craignant le pire pour leurs "camarades", les prisonniers ont organisé une "résistance". Le face à face a duré plusieurs heures. Des tirs à balles réelles ont été entendus. Certaines sources riveraines de la prison assurent avoir été incommodées par l’usage abusif de gaz lacrymogène. D’après celles-ci, il y aurait plusieurs victimes. Au moment où ces lignes sont couchées, aucun bilan n’était rendu public.
A Kinshasa, les officiels minimisent les faits en parlant d’un "banal contrôle". Et qu’aucune balle n’a été tirée. "Faux, assure un témoin. Des coups de feu ont été entendus dans le voisinage durant plusieurs heures. D’ailleurs, une ambulance est entrée à la prison. Vous n’allez pas me dire que le véhicule était venu livrer des bibles aux prisonniers", tempête-t-il. L’homme se dit formel : "Il y a eu, sans aucun doute, des morts et des blessés".

"Les prisonniers personnels du raïs"
Construite pour héberger plus ou moins 1.500 pensionnaires, la prison centrale contiendrait aujourd’hui pas moins de 6.000 bagnards. La grande majorité des détenus n’a jamais été présentée à un magistrat pour connaître les faits qui lui est reprochée. C’est le cas notamment des militaires des Forces armées zaïroises. Estimés à près de 2.000, ces hommes et femmes ont été privés de liberté généralement du fait de leur appartenance à la province de l’Equateur, la région d’origine du défunt président Mobutu Sese Seko. Il y aurait aussi des Kivutiens. Ils ont été rejoints en ce lieu digne d’un mouroir par les 30 condamnés à mort dans l’affaire, non élucidée à ce jour, de l’assassinat de LD Kabila. C’est le cas notamment d’Eddy Kapend, de Nono Lutula et de Georges Leta Mangasa.
Dans ce Congo démocratique où le régime kabiliste souffre d’une sorte de "complotite aigue", plusieurs personnes dont la culpabilité est loin d’être démontrée de manière probante croupissent à Makala. Ces détenus sont devenus les "prisonniers personnels du raïs". La solution à leur problème dépend de la "magnanimité" de "Joseph Kabila". "J’ai eu à constater essentiellement que cette prison héberge plusieurs prévenus qui n’ont jamais été présentés à un magistrat-instructeur, confie un ancien pensionnaire. Certains d’entre eux sont emprisonnés depuis 2003 ou 2005 sans avoir fait l’objet d’une inculpation. Ils ignorent les faits qui leur sont reprochés. Au fil des conversations, j’ai appris que certains sont accusés en termes très vagues de participation à un mouvement insurrectionnel".

A Makala, les prisonniers sont "suivis médicalement" par quelques sœurs religieuses. Celles-ci leur prodiguent des soins les plus rudimentaires. Les plus nantis sont aidés par des parents et amis. S’agissant de la nourriture, il n’ y aurait point de petit-déjeuner. Un "plat du jour" infecte, dénommé "vunguré", y est servi. Il est préparé à base de haricots et du maïs. Les détenus sont soumis à une mort lente mais sûre. Faute d’une alimentation variée et riche en matière nutrutive. Le général Yav Nawej est décédé dernièrement par manque de soins appropriés. L’homme a emporté sa part de vérité. Lui et les autres ex-dignitaires du régime de LD Kabila constituent sans aucun doute des témoins gênants pour "Joseph Kabila". Pour la première fois dans l’histoire du Congo-Zaïre, une prison relevant de la direction des affaires pénitentiaires du ministre de la Justice voit atterrir à sa tête un officier des Forces armées de la RD Congo. Une telle décision ne peut émaner que de l’homme qui se prend pour l’Etat congolais : "Joseph Kabila". Celui-ci exerce un pouvoir sans limite, soumis à aucun contrôle.
Dans un documentaire réalisé par Arnaud Zajtman et Marlène Rabaud, l’ex-condamné à mort Marc-Antoine Vumilia - qui s’est évadé l’année dernière de la prison de Makala -, raconte ses dix années passées dans ce sinistre pénitencier congolais. Images à l’appui, Vumilia a montré comment les "vieux détenus" élevés au rang de "gardien de prison", pour le compte du directeur, usent et abusent de leurs "prérogatives". Ces "gardiens" n’hésitent pas à infliger des sévices corporelles assimilables à la torture aux pensionnaires les plus précarisés. Vumilia a eu, en conclusion, ces mots : «La prison centrale de Makala est organisée à l’image du pays. C’est-à-dire sur la base de la corruption, de l’hypocrisie et de la violence». Question : Y a-t-il un ministre de la Justice dans ce Congo dit démocratique?"


"02 07 13 CongoForum: Révolte et violences à Makala.
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=194567&Actualiteit=selected
Nous apprenons de source sûre qu'ne nouvelle révolte, la deuxième depuis le remplacement du directeur de la prison, a eu lieu à Makala aujourd’hui 2 juillet 2013.
L’armée est entrée dans l’enceinte de la prison, cernant le pavillon des condamnés à mort afin d’en extraire le “commandant général” Katende (à savoir le kapo en chef qui, avec son comité, assure la gestion quotidienne de la prison pour le compte des autorités pénitentiaires) et le transférer à la prison militaire de Ndolo, de façon à “asseoir” l’autorité du nouveau directeur.
Une fouille généralisée a eu lieu. Des détenus ont été brutalisés.

Affaire à suivre"  
 
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  Mathilde le 3/7/2013, 4:45 pm

RDC: nombreuses zones d'ombre autour de la mutinerie de Makala


Des policiers congolais et des soldats de l'ONU montent la garde après la mutinerie, à la prison de Makala à Kinshasa, le 2 juillet 2013.
FP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH
Par RFI
Coup de chaud, mardi 2 juillet, à la prison centrale de Makala, à Kinshasa. Des tirs ont été entendus. La police est intervenue. Il reste encore de nombreuses zones d'ombre autour de ce qui s'est passé. Les versions divergent notamment sur les raisons de cette agitation.

Le calme est revenu à la prison centrale de Makala. Il n'y a pas eu de mort, seulement des blessés, selon le commandant de la police d’intervention rapide. Mais d'autres sources font état d'un mort parmi les policiers et d'un prisonnier grièvement blessé.

La police affirme avoir mené l’opération pour rechercher des armes blanches dans des cellules de la prison. Des machettes et diverses autres armes blanches auraient ainsi été récupérées, surtout chez les grands criminels.

Mais d’autres sources qui s’étaient confiées à RFI ont affirmé que l’opération des forces de l’ordre et de sécurité avait pour objectif de permettre le transfert à la prison militaire d’Ondolo de certains détenus, au total seize, épinglés comme « dangereux » par la nouvelle direction de la prison. Affecté à la prison de Makala, lors de la dernière permutation de responsables des centres pénitentiaires, le nouveau directeur, un officier militaire, a revu tout le système de gestion de la prison.


TAGS: RDC
FICHE PAYS :

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  ndonzwau le 3/7/2013, 6:04 pm

"03.07.13 La Prospérité - Prison Centrale de Makala : situation sous contrôle !"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=194586&Actualiteit=selected

"ECHAUFFOURÉES À LA PRISON CENTRALE DE MAKALA : LE GOUVERNEMENT AU BANC DES ACCUSÉS
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=988:echauffourees-a-la-prison-centrale-de-makala-le-gouvernement-au-banc-des-accuses&catid=85:a-la-une&Itemid=472  
Qu’est-ce qui s’est passé mardi matin à la Prison centrale de Makala ? La question est sur toutes les lèvres. Le sujet fait le menu de toutes les conversations. Mais, jusque-là, l’on a du mal à comprendre ce qui s’est réellement passé à la PCM. Le mystère est bien gardé au niveau des instances officielles. La Voix des sans voix a plaidé pour une enquête immédiate afin de rétablir la vérité.(...)"

"Des coups de feu à Makala. Wivine Mumba lève l’équivoque. Il s’agissait d’une fouille pour débarrasser la prison des armes blanches "
° http://www.groupelavenir.cd/spip.php?article51566

"Vive tension à l'ex-prison de Makala
"Tirs de balles hier au CPRK

° http://www.latempete.cd/component/content/article/1-nation/1572-vive-tension-a-lex-prison-de-makala.html
A la base, la résistance farouche d'un condamné à mort qui s'opposait à son transfert à la prison de Ndolo. Après beaucoup d'efforts, le fameux Katende a fini par être maitrisé  et le calme a été rétabli(...)"

° http://radiookapi.net/revue-de-presse/2013/07/03/le-potentiel-echauffourees-la-prison-centrale-de-makala-le-gouvernement-au-banc-des-accuses/
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  ndonzwau le 4/7/2013, 12:20 am

"Kinshasa: retour au calme à la prison de Makala après un soulèvement
° http://radiookapi.net/actualite/2013/07/03/kinshasa-retour-au-calme-la-prison-de-makala-apres-soulevement/
Le calme est revenu ce mercredi 3 juillet matin à la prison centrale de Makala à Kinshasa, après une forte tension observée la veille. Un groupe de prisonniers s’étaient révoltés contre le transfèrement ailleurs du détenu chargé de la sécurité interne décidé par le nouveau directeur de la prison. Des tirs d’armes légères et des gaz lacrymogènes ont été entendus mardi jusqu’au delà de 18h00 locales. Plusieurs blessés ont été signalés parmi les prisonniers .
Les informations fournies à Radio Okapi par des sources officielles de la prison centrale de Makala font état des «plusieurs armes blanches et objets prohibés saisis par les forces de l’ordre », après une fouille généralisée.

Selon les mêmes sources, le détenu Katende et ses compagnons chargés de la sécurité interne ont été extraits de cette maison carcérale et transférés, mardi même, à la prison militaire de Ndolo, toujours à Kinshasa.
Ces détenus, appelés «Kapita» de la prison, sont accusés d’incitation à la haine et à la révolte contre le nouveau directeur de la prison et son administration.
Leur transfèrement n’a pas enchanté les autres prisonniers, membres du comité de sécurité. D’où, leur révolte qui a durée pratiquement toute la journée.
Des sources proches de la prison de Makala renseignent que les forces de l’ordre ont tiré à balle réelle pour dissuader les révoltés. Des policiers munis d’armes à feu et de lance-roquettes patrouillaient autour de la prison. A l’intérieur, des dizaines de soldats FARDC, accompagnés de certains officiers militaires, tentaient de rétablir l’ordre.
Selon les autorités carcérales, quelques prisonniers légèrement blessés ont été immédiatement soignés. La population environnante témoigne avoir observé les véhicules des cliniques mobiles faire des navettes vers la prison centrale de Makala.
Depuis mercredi matin, la situation est redevenue normale et les visites à la prison centrale de Makala ont repris."



03 07 13 CongoForum - Situation à Makala - Affaire Yangambi-Dossier Eric Kikunda - Extrême urgence !
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=194604&Actualiteit=selected
Eric Kikunda, venant d’être “arrêté” par des militaires, à l’intérieur même de la prison de Makala et conduit vers une destination inconnue, ses proches de diffuser le projet de lettre à l’Ambassadeur de Belgique qu’il venait de rédiger ce matin même

Monsieur l’Ambassadeur


J’ai bien reçu votre dernier message et vous remercie pour votre soutien et vos encouragements
Je voudrais cependant, à l'occasion des derniers événements qui se sont produits à la prison de Makala, attirer votre attention et celle du Ministère belge des Affaires étrangères sur la situation suivante:
- je ne bénéficie plus de la protection, toute relative, à l'intérieur de la prison, que m'assuraient (à la demande de l'ancien directeur, soucieux de ne pas déplaire à l'Ambassade de Belgique) M. Katende et les membres de son « comité »
- la « destitution” du comité Katende et les derniers incidents de Makala qui en ont résulté ont, semble-t-il, été commandités (ou, à tout le moins, manipulés) par l’ancien député Adolphe Onusumba, ami proche du général Mukuntu et par mon ancien tortionnaire, le colonel Mukalay, qui, bien qu'interné à Makala dans le cadre de l'affaire Chebeya, reste en contact permanent avec son ancien supérieur de la Commission mixte sécuritaire, le général Mukuntu

Il me semble, dès lors, nécessaire
- que des initiatives soient prises par les autorités belges pour garantir ma sécurité à la prison de Makala avant même la tenue de l'audience du 8 juillet prochain;
- que les autorités belges insistent auprès des autorités congolaises de façon à ce que  nous soyons notifiés à temps et que l’audience du 8 juillet ait effectivement lieu à la date prévue

Je vous prie d'agréer, Monsieur l'Ambassadeur, l'assurance de mes salutations respectueuses.

Eric KIKUNDA"
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  Mathilde le 6/7/2013, 12:27 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  KOTA le 7/7/2013, 9:26 pm

LES ENLEVEMENTS NOCTURNES A LA PRISON DE MAKALA A LA BASE DES VIOLENCES DU 02/07/2013 : STOP AUX  TORTURES AU CPRK CONTRE LES PRISONNIERS


Plus de 300 policiers des forces d’intervention rapide (PIR) ont débarqué à 4h00 du matin à la prison CPRK.

Ils ont commencé par prendre d’assaut le pavillon des prisonniers politiques qui ont été malmenés et dépouillés de tous les biens de valeur qui possédaient.

Par la suite la situation est devenue explosive quand les policiers de la Pir se sont attaqués aux autres prisonniers - il y a parmi eux plus de 1000 militaires détenus sans procès depuis plusieurs années - et face à la résistance de ceux-ci, il y a eu des jets généralisés de gaz lacrymogènes dans certaines cellule et beaucoup de prisonniers ont été blessés.


Il y a eu au moins un mort - confirmé par la monusco -mais le véritable bilan des violences de ce matin au CPRK reste à déterminer car la direction de la prison a interdit même à la mission des nations unies de mettre pied dans la prison pendant et après les évènements. On sait qu’il y a eu des tirs à balles réelles dans la prison et plus de 50 prisonniers  - le numéro exact n’est pas encore précisé - ont été conduits par les policiers de la PIR dans vers une destination inconnue. Selon les "autorités" à la prison militaire de Ndolo mais personne ne pourra le dire avec certitude.

Les familles des prisonniers ont été empêchées d'amener des médicaments et de la nourriture aux prisonniers pendant toute la journée. Tous sont restés sans manger et sans boire pour ceux qui n’avaient pas de réserves d'eau et de nourriture. Les malades n’ont pas été soignés.


C’est un déferlement de violence à l’état pur qui a eu lieu ce matin au CPRK  dont la raison échappe à toute logique, pour le moment. Cela coïncidé avec l’arrivée d’un  officier militaire à la direction de la prison depuis quelques mois. C'est déjà le second cas de violence gratuite contre les familles de détenus (il y a 3 semaines) et contre les détenus ce matin.

Dans un contexte incontrôlable comme l’actuel, la vie des prisonniers politiques est particulièrement exposée.

La situation est encore très tendue.


Si les enlèvements nocturnes des  prisonniers continuent, il y a un risque réel de mutinerie généralisée et incontrôlable.

Fait à Kinshasa, le 02/07/2013

Marc Mawete


MISEA A JOUR: SELON LES DERNIERES INFOS 12 PRISONNIERS SERAIENT MORTS A LA SUITE DE LEURS BLESSURES http://wp.me/p18AQh-1GR

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE RÉVOLTE/MUTINERIE A LA PRISON DE MAKALA !?!

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:03 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum