LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  link le 25/5/2014, 10:43 pm

Cavalier,

Si tu ne met pas le rôle de l'économie dans ton raisonnement ? C'est comme essayé de comprendre l'effets sans en comprendre la cause.

L'esclavagisme, le colonialisme, et aujourd'hui le néocolonialisme n'ont pour but que le profit financier des occidentaux au depent des africains donc la cause est principalement économique.

Et de cette prédation nous africains en subissons les effets multiple comme les guerres, l'instabilité,la famine, les maladies .............

Les inteletuel africains des années 50 se sont appropriée ce concept de descendant d'esclave qui est l'afrocentrisme pour en faire du panafricanisme et remarque bien que la plupart ont fais des études d'histoire, d'anthropologie mais jamais d'économiste.

N'ayant jamais été esclave je n'ai pas à rechercher qui je suis !
N'ayant jamais été coloniser je n'ai pas à me décoloniser !

Par contre en tant qu'africains d'aujourd'hui je subis le néocolonialisme et les effets qui en découle et mon questionnement est d'en comprendre les mécanismes.

Donc définissons le néocolonialisme: Le néocolonialisme est principalement fondé sur des politiques commerciales, économiques et financières qui de facto permettent un contrôle de pays du tiers-monde, ayant une similitude avec le colonialisme traditionnel. Les anciennes puissances colonisatrices tentent par ces moyens de maintenir leur présence dans ces pays, notamment en ce qui concerne l'accès aux matières premières.

Un des premier instrument utiliser dans le néocolonialisme à été de nous endetté à des taux d'intérêts d'usuriers dans des projets surévaluée cela sans transfert de technologie et sans rentabilité prouver.

Une fois surendetté et étant dans l'impossibilité de rembourser les dettes contracter, nos créanciers nous impose par divers moyens, un contrôle sur nos ressources pourtant essentiel à notre développement.

À cela s'ajoute l'impossibilité d'accéder à d'autre source de financement étant donner que la plupart de nos ressources serve déjà à payer les anciennes dettes contractée. Avec pour conséquence le manque d'investissement étatiques dans les infrastructures productrice de valeur ajoutée comme le réseau routier, ferroviaire, fluvial, aérien.

À ce manque de moyens financier étatique il sens suis aussi pour l'administration publique qui est la premier structure organisatrice d'un pays la désorganisation avec comme conséquence les salaires impayé et sont lot de corruption, les détournement pour se constituer les avantages que l'emploi ne procure plus, ..........

Ce que tu dois comprendre c'est que la misère crée une mentalité que l'on ne peut reconstruire que par l'inverse et non par un concept.

Donc si les africains n'arrive pas à se développer? c'est pas a cause d'un quelconque problème mental ou identitaire comme le pense les élites intellectuel africaine.c'est complètement faux.

Il faut que tu sache que si tout les pays au monde sont endettée ?ce n'est pas pour rien. Tout pays à besoin de capitaux pour se développer contrairement à ce que tu pense. D'ailleurs le pays le plus développer au Monde les état-unis est aussi le plus endettée.









































































Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 26/5/2014, 6:13 pm

Link,

Sais-Tu Qui sont Les Noirs qui haissent Les Occidentaux Le Plus & en contraste Les Noirs que Occidentaux estiment Le Plus Question 

Les Noirs qui haissent Les Occidentaux Le Plus sont ceux la meme qui sont contre L'Afroncetrisme, ceux la qui en face d'un Blanc se montrent concicliants & doux...C-A-D Les Uncle Thoms, Sambo et Bountyz...Les Occidentaux le savent tres bien que ces Noirs sont les pires et ils n'ont aucun respect envers eux...Car ils sont tous des HYPPO-CRITES, qui font souvenbt preuve de FAUSSE MODESTIE...Car ces Noirs la ressemblent exactement aux Occidentaux...Car Les Occidentaux sont Masteurs en HYPPOCRYLOGIE... Idea 

Mais Les Occidentaux de vue font croire qu'ils haissent LES AFRICANOLOGUES AFROCENTRIKO-PANAFRICANISTES, mais Ils ont un Grand Respect Pour ceux LA...Car du Moins eux sont FOR REAL... sunny 


OK.... Arrow 






_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 27/5/2014, 12:00 am

ndonzwau a écrit:
Cavalier a écrit:
Troll a écrit:(...) 
(...) 

Certaines discussions (ou sujets) ici semblent patiner à l'infini sans en apercevoir le tracé et encore moins d'en entrevoir le bout !
Attention Mister Cavalier...  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing 

A mon avis, le problème des discussions sur ce sujet et certains autres c'est d'abord que beaucoup consciemment ou souvent inconsciemment s'improvisent professeurs ex-cathedra, théoriciens avisés en prenant parfois appui sur des analyses et opinions qu'ils n'ont pas suffisamment digérées ni contextualisées...
Soyons sérieux : peut-on croire qu'un seul d'entre-nous, lucide, responsable, patriote, honnête... puisse embrasser le cœur et l'esprit tranquilles un Obama, un Poutine, un Xijping, un Hollande, un Cameron, une Merkel... si l'un d'eux vient nous distribuer des pilules de mort qui vont tuer les nôtres parce qu'on aurait une passion folle pour celui-ci, celle-là ?
C'est là où s'arrête ou devait surgir la bonne conscience individuelle et de groupe qui est censée départager ceux qui tuent sans le savoir et d'autres qui le font en toute conscience et certains marginaux ou faibles qui le font parce que forcés !

Arrêtons donc les anathèmes compulsifs et regardons-nous bien et regardons bien autour de nous !
Sinon on en arrive comme je lis souvent à mélanger le porc et le mouton, détonnant : amalgames approximations et parfois même contre-vérités courent nos papotages...
On voit même les interlocuteurs dire en fait la même chose mais s'attaquer publiquement car l'angle de vue de celui-ci et celui-là est par avance différent, figé ou encore "en hommage" à son idéologie et parfois par simple esprit ou passion de contradiction, de "disputation"...
C'est quoi l'impérialisme et quoi l'anti-impérialisme ?
(...)

Tenez : les mêmes qui pourfendent opinions et analyses d'un bord vont eux-même baser leur argumentation sur celles de l'autre : "potonage" indéfini, des montagnes des pages ne sortira point une idée claire, on monologue plus qu'on dialogue...
(...)
On défend les pratiques des Chinois contre celles des Yankees en Afrique ou vice-versa mais
- quelqu'un a-t-il bien saisi qu'au delà des nuances, de modalités pratiques et des cultures, Chinois et Américains sont dans le capitalisme (c'est d'ailleurs débile de sembler ne pas voir présent le capitalisme, d'Etat et même privé à l'intérieur de la Chine et dans ses opérations extérieures);
- qu'ils se situent tous les deux à un autre niveau du nôtre celui des "puissants" et "les loups ne vont pas commencer à se manger entre eux";
- que la logique de l'économie de marché surtout transnationale aboutit à aggraver les rapports de forces; à terme qu'on soit à Pékin, Washington, Moscou ou Paris... on charrie un degré d'impérialisme, une domination sur des partenaires plus faibles n'en déplaise aux "bons sentimentalistes" rêveurs; (que fait ou veut faire Moscou en Ukraine ?)...

Pour finir, c'est bien de prendre conscience des plans de domination sur nous qui peuplent les tiroirs de Washington ou NY mais c'est mieux de ne pas ignorer que Pékin ou Moscou ne vont pas venir pour autant nous semer des cadeaux et surtout c'est autrement mieux de comprendre que pour les Africains le réel défi n'est pas de ressasser ad nauseam les complots extérieurs mais de trouver comment mieux les combattre...
Et là dessus, les successives lignes sur ce sujet et d'autres ne m'ont pas encore assez convaincu qu'on en est, comme on l'aurait souhaité, au delà des incantations, des postures...
Bon courage à tous !


Compatriotiquement!


Tant pis de me répéter : je crois vraiment qu'on s'enferme trop dans des postures, des slogans... comme si on faisait exprès d'être spectateur alors que c'est le reproche essentiel que nous devrions faire à notre histoire...
La seule bonne recette aujourd'hui : porter une parole programmatique et pragmatique qui dessine noir sur blanc ou plutôt avec toutes les couleurs les tracés que nous avons à faire chacun à sa place, que nous devons respecter à la lettre !



En effet :
- que le néocolonialisme occidental bien planifié nous domine et nous pille sous toutes les formes, politiques, économiques, technologiques, militaires, culturelles...
- que ce n'est pas tant d'aides extérieures dont l'Afrique a besoin mais de s'organiser, de compter sur toutes ses ressources historiques, spirituelles, humaines, matérielles...
- que son "mental" a échoué à un moment de l'histoire au point d'empêcher l'avènement d'un homme et d'un Etat modernes Africains gagnants qui puissent rivaliser avec le reste du monde...
- que "l'économique" est aujourd'hui plus qu'hier une arme pour son développement...
- etc, etc, etc........;
qui d'entre nous en doute encore dans le fond ???
Il nous faut donc regarder nos immobilismes et régressions avec de loupes neuves !!!


Ainsi lorsque le Pr Obenga (mes excuses je n'ai pas eu le temps de l'écouter mais ai lu quelques passages de son entretien transmis par Cava) affirme que :
- il nous faut nous écarter radicalement de l'Occidental qui ne vient pas chez nous par amitié mais pour nous imposer sa vision, coloniser notre mental pour atteindre ses intérêts mais n'oublions pas dans le même temps que les Négro-Africains de la diaspora (surtout ceux transplantés aux Amériques) puis de l'intérieur déclinent (intellectuellement !) ce constat et prononcent ce discours depuis plus d'un siècle mais n'ont pas pour autant réussi à vraiment nous libérer; pourquoi ?
- outre notre asservissement spirituel l'un des facteurs en cause, ce sont nos politiciens (la politique doit décider, dit-il) qui s'occupent de leurs intérêts personnels au lieu de l'intérêt général... Mais pourquoi bien trop peu de nos politiciens ont suivi ces "enseignements" ?
Heureusement que j'ai vu il y'a quelques années le Pr Obenga lancer un appel solennel mais quasi désespéré à la jeunesse africaine lui enjoignant d'apprendre son histoire et de privilégier son continent au lieu de chercher à émigrer en Europe, mais quels moyens lui prêtait-ils pour tenir quotidiennement sur notre continent où la misère les asphyxie; et lui-même qu'a-t-il fait auprès des politiciens chez lui au Congo pour mieux conduire l'intérêt général ?
- un autre facteur, c'est comprendre que les Occidentaux sont bel et bien nos ennemis et que nous devons rompre avec eux pour les amener notamment à nous respecter enfin… Soit mais comment faisons-nous concrètement : fermer de suite leurs ambassades, quitter l’Onu, l’OMS, le FMI, la BM, l’OMC….? Voilà des réponses pratiques sur lesquelles j'aurais voulu qu'on planche sur ce sujet !

Notre ami Cavalier et d’autres avec lui emboîtent le pas au Pr Obenga et montent au créneau :
l’Afrique n’a pas besoin d’aides externes pour bâtir son développement; mais où se situent-ils : dans l’idéal de ce que nous aurions du faire depuis deux siècles ou 60 ans ou proposent-ils de le faire maintenant ? Et comment alors ? En refusant toutes les aides bilatérales et multilatérales, celles de l’Unicef, MSF… et autres, celles des diverses associations humanitaires de tout niveau…? En remboursant celles qu'on nous a déjà accordées ?
Encore une fois voilà sur quoi discuter !
C’est notre "mental" qui pêche mais ne s’embrouille-t-on pas ici à mélanger biologie, psychologie, collectivité, individu, histoire, présent ? Pour moi il faut souhaiter des évolutions positives de nos mentalités, les facteurs culturels expliquant en effet une part de notre histoire d'échec, d'hier et d'aujourd'hui mais où les situons-nous dans notre vie quotidienne et surtout comment arriver à les influencer alors qu’il s’agit d’un processus de long terme ? Nécessité encore d'un plan concret, d'une bonne méthodologie !
L’économique, cher à notre ami Link,serait la clef de notre développement ; je ne doute pas de son importance mais qu’y met-on concrètement : des programmes, les finances, les hommes capables de le comprendre et de le pratiquer  ?


Voilà, à mon avis, des pistes trop absentes des discussions sur ce sujet alors qu’à toutes les pages on fustige le blanc de nous piller, de nous dominer ou encore qu’on n’a pas besoin de lui…
Des mots encore beaucoup de mots; n’avons-nous pas plutôt à attendre des actes et ici des programmes bien ciblés et calibrés ?
Je confesse avoir peu lu de ce sujet mais cela a suffi à m’inspirer cette réflexion rapide !
S’il nous faut prendre impérativement connaissance de diverses infos, opinions et analyses qui démontrent la nocivité active des adversaires ou partenaires occidentaux, nous ne devons pas pourtant nous en laisser inondés impuissants sans réagir et cela par une pédagogie pratique, des programmes structurés pour y répondre !
C’est la seule façon de ne pas nous condamner à rester spectateurs de notre propre histoire !
Voilà le sens de mon propos : comment tenter de devenir concrètement acteurs de notre destin, on ne le lit pas assez dans ce sujet; paroles, paroles, paroles contre paroles...
Paroles uniquement à charge contre un "bouc émissaire" ?




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 27/5/2014, 8:56 pm



_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 27/5/2014, 9:25 pm


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  link le 27/5/2014, 10:08 pm

Ndonzwau,

Voilà ou je suis en désaccord avec Cavalier

Je comprends et je suis d'accord que l'histoire dois être réécrite de manière partiel et partisane pour en dégager les aspect reluisant plutôt que les aspect négatifs ou non reluisant à des fins pédagogiques pour les générations futures. Mais cette réécriture dois se faire une fois le ventre rassasier et pas autrement.

Comment enseigner à un jeune africains le ventre affamé les grandeurs passer de sa civilisations ? Ne dit on pas ventre affamé n'a point d'oreille ? Donc commençons par étudier les moyens de rassasier sont ventre et ce moyen passe par l'économie ou la macro économie.








Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 28/5/2014, 3:52 pm

Cavalier a écrit:

Enfin enfin un signe de sagesse de votre part cher Cavalier : quand on n'a rien de consistant à répondre, vaut mieux la fermer au lieu de continuer à rouler trop fort les tambours pour rien surtout que comme "la cigale ayant..." on se trouve fort dépourvu à l'heure d'explications sérieuses...  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
 
Et tout le monde sait que c'est pas bon signe un récipient qui charrie bruits sur bruits... Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes 

Nous allons enfin respirer !
Sans façons, cher Cava...
A plus !      



Compatriotiquement!
 



link a écrit:Ndonzwau,

Voilà ou je suis en désaccord avec Cavalier

Je comprends et je suis d'accord que l'histoire dois être réécrite de manière partiel et partisane pour en dégager les aspect reluisant plutôt que les aspect négatifs ou non reluisant à des fins pédagogiques pour les générations futures. Mais cette réécriture dois se faire une fois le ventre rassasier et pas autrement.

Comment enseigner à un jeune africains le ventre affamé les grandeurs passer de sa civilisations ? Ne dit on pas ventre affamé n'a point d'oreille ? Donc commençons par étudier les moyens de rassasier sont ventre et ce moyen passe par l'économie ou la macro économie.

Cher Link,

Ce n'est pas que quiconque de nous tous ait toute raison et l'autre tort, c'est que dans vos(nos) on monologue plus qu'on dialogue faute de fixer des termes clairs du débat d'où et pour lesquels chacun base ses arguments !

L'économie doit nous créer les moyens de vivre (pas que survivre, le ventre creux par exemple dont vous parlez...) et travailler; qui peut en douter ?
Mais encore que l'homme qui doit créer ces richesses ait non seulement les capacités intellectuelles mais aussi le bon état "psychologique" pour appréhender le bénéfice de l'acte !
On ne va pas demander à un "dépressif" d'avoir la "volonté" alors que son mal c'est justement de souffrir de ne pas en avoir; alors on cherche des traitements pour lui donner fût-ce un début de volonté !

Je pense donc que les Africains connaissent assez le "pourquoi" de leurs catastrophes du moins ce n'est tant le fait de l'ignorer (je parle 'abord de ceux qui dirigent ou doivent diriger...) qui les handicape mais de se trouver les "comment"...
C'est pourquoi je m'insurge contre certains qui redécouvrent la roue en proclamations tout azimut des diagnostics sensationnels (par ailleurs souvent partiaux et partiels) comme si depuis près d'un siècle ils n'étaient pas connus : comment en tenir compte pour enfin avancer contrairement au passé ?
Voilà notre défi actuel et cette méthodologie et cette pédagogie ne sont pas très présentes dans vos discussions !

C'est mon avis et tiens à le défendre devant tous !


Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 28/5/2014, 8:31 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 28/5/2014, 5:44 pm





Dernière édition par Cavalier le 28/5/2014, 5:56 pm, édité 2 fois

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 28/5/2014, 5:45 pm





_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 28/5/2014, 5:54 pm



_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 28/5/2014, 6:26 pm

L'Ancetre de Arrow  Laughing  Very Happy  Hi hi hi, YE YO Arrow 


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 29/5/2014, 11:31 pm

DAMBISA MOYO ON WHY AID TO AFRICA HAS BEEN A DISASTER

DAMBISA MOYO POURQUOI L'AIDE EN AFRIQUE A ETE UN DESASTRE Exclamation  What a Face 

OVER THE PAST 60 YEARS AFRICA HAS RECEIVED OVER 1 TRILLION DOLLAR$$$ OF AID... Arrow 



_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Admin le 30/5/2014, 12:19 am

Cavalier a écrit:DAMBISA MOYO ON WHY AID TO AFRICA HAS BEEN A DISASTER

DAMBISA MOYO POURQUOI L'AIDE EN AFRIQUE A ETE UN DESASTRE Exclamation  What a Face 

OVER THE PAST 60 YEARS AFRICA HAS RECEIVED OVER 1 TRILLION DOLLAR$$$ OF AID... Arrow 


Voici là une femme exemplaire!
Je vais chercher ce livre!

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 30/5/2014, 1:53 pm

Admin a écrit:
Cavalier a écrit:DAMBISA MOYO ON WHY AID TO AFRICA HAS BEEN A DISASTER

DAMBISA MOYO POURQUOI L'AIDE EN AFRIQUE A ETE UN DESASTRE Exclamation  What a Face 

OVER THE PAST 60 YEARS AFRICA HAS RECEIVED OVER 1 TRILLION DOLLAR$$$ OF AID... Arrow 


Voici là une femme exemplaire!
Je vais chercher ce livre!

Kiekiekie, Admin, le monde est petit comme on le dit parfois ! Laughing  Laughing  Laughing 

Je viens de retrouver ce livre dans ma bibliothèque : acheté à Bordeaux le 12 novembre 2009; ansi que je l'ai annoté à l'époque !

Je me souviens non seulement des conditions de mon séjour à Bordeaux à l'époque mais aussi comment j'avais pris connaissance du livre : en lisant dans les pages "Livres" de jeudi du "Monde" ou de "Libération" ! On y annonçait même que la jeune et brillante auteure devait passer à Paris venant de Londres pour présenter son livre, lors de la sortie de la version française...
Je me fis une réflexion à l'époque en comparant Dambisa Moyo à Axelle Kabou, une jeune franco-camerounaise qui 10 ans plus tôt avait commis un livre aussi célèbre à "L’Harmattan" qui avait autant si pas plus fait parler, "Et si l'Afrique refusait le développement ?"

"Dambisa Moyo, L'aide fatale. Les ravages d'une aide inutile et de nouvelles solutions pour l'Afrique,  JC Lattès 2009"

Qu'on en parle encore aujourd'hui avec tant d'ardeur traduit bien le calvaire de l'Afrique : une marche à pas de caméléon ?
Mais on y arrivera mieux peut-être avec la nouvelle venue, la Chine.... kiekiekie  Laughing  Laughing 
Perso, je suis optimiste; mais d'abord nous regarder et pas toujours regarder des boucs émissaires étrangers; et il y'a tant de jeunes et moins jeunes en Afrique même et dans la diaspora qui se démènent avec beaucoup de mérites !
Kiekiekie  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing 



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 30/5/2014, 2:33 pm

PS

En voici une excellente recension !



Published on Libre Afrique (http://www.libreafrique.org)

Accueil > Dambisa Moyo : L'aide fatale"

Dambisa Moyo : L'aide fatale
° http://www.libreafrique.org/print/731

Dambisa Moyo [1] Guillaume Vuillemey [2] Aide internationale [3] Corruption [4] Développement [5] Revues [6]



image/jpeg icondambisa_moyo_image03.jpg [7]

Peu de sujets sont aussi tabous que celui de l’aide au développement. Mettre en cause le bien-fondé des milliards d’euros déversés chaque année en Afrique est sacrilège pour la grande majorité des dirigeants politiques occidentaux. Pourtant, une économiste zambienne – Dambisa Moyo – vient de publier un ouvrage à charge, désormais disponible en français aux éditions JC Lattès, dénonçant non seulement l’inefficacité de l’aide mais aussi ses conséquences néfastes. Elle appelle de ses vœux un modèle de développement fondé sur le commerce et le marché.
Au cours des cinquante dernières années, le montant total de l’aide au développement transférée des pays riches vers l’Afrique s’élève à plus d’un trillion de dollars (mille milliards). Ceci inclut des dons directs ainsi que des prêts à taux réduits. A l’heure actuelle, l’aide représente environ 15% du PIB de l’Afrique. Ceci a-t-il permis de faire reculer la pauvreté ? Non, répond l’auteur.

Au contraire, l’aide au développement encourage la corruption et permet à des régimes de se maintenir artificiellement. En raison des montants importants qu’elle engage, elle attise des convoitises et peut aviver des tensions ethniques, pouvant parfois conduire à la guerre civile. Sur le plan économique, l’aide nuit à la compétitivité des secteurs productifs, réduisant leur capacité à exporter. Elle contribue aussi au maintien de secteurs publics pléthoriques qu’il conviendrait de réformer en profondeur.
Ce n’est donc pas un hasard si, selon l’auteur, entre 1970 et 1998, c’est-à-dire durant la période au cours de laquelle l’aide au développement était au plus haut, la pauvreté a augmenté de 11% à 66%. Au fond, l’aide souffre d’un défaut essentiel : elle détruit les incitations à évoluer, à se réformer et à se développer. Pour autant, leur suppression n’aggraverait-elle pas la situation ? Au contraire, il s’agit d’une condition essentielle pour que l’Afrique trouve le chemin d’une croissance durable.

A la base de cette idée se trouve un constat simple : tous les pays qui ont connu un développement important, que ce soit en Europe, en Amérique ou en Asie, doivent leurs performances non pas à l’aide extérieure mais à leur capacité à créer des richesses. « Il y a trente ans, rappelle Dambisa Moyo, le Malawi, le Burundi et le Burkina Faso disposaient d’un revenu par habitant supérieur à celui de la Chine ». Depuis des années, la Chine connaît une croissance soutenue, parce qu’elle a réussi à gagner en compétitivité et à attirer à elle des investissements étrangers. Ce n’est pas encore le cas de nombreux pays africains.
La moitié de l’ouvrage offre des solutions possibles pour l’Afrique. Première piste de l’auteur: s’ouvrir au commerce extérieur et aux investissements directs étrangers. A l’heure actuelle, l’Afrique ne représente que 1% des échanges mondiaux alors qu’elle est proche d’un marché de taille, le marché européen. Une réelle insertion dans le commerce international suppose un contexte politique et juridique stable, ainsi que des droits de propriété garantis.

Autre piste : supprimer les subventions massives que les gouvernements américains et européens accordent à leurs agriculteurs. . Les paysans africains pourraient ainsi accéder aux marchés mondiaux et vivre de leur production ce qui serait beaucoup plus efficace que de leur octroyer des aides au développement.
Enfin, plutôt que de se financer par des prêts à taux réduits, l’économiste suggère que les Etats africains se financent par émissions d’obligations sur les marchés de capitaux. Ceci les pousserait à respecter une discipline plus stricte : ils devraient convaincre les investisseurs de leur solidité financière.

Derrière l’ensemble des propositions avancées par Dambisa Moyo transparait une priorité unique : le respect des droits de propriété. Selon elle, cette recette fonctionne, ainsi que l’illustre le cas du Botswana, qui fait figure d’exception en Afrique. Entre 1968 et 2001, la croissance moyenne y a été de 6,8% en raison des politiques favorisant la liberté économique : ouverture des marchés à la concurrence internationale, politique monétaire non inflationniste, pression fiscale modérée. Il n’y a donc pas de fatalité concernant l’Afrique. Avec précision et clarté, Dambisa Moyo montre la voie à suivre pour permettre un réel développement.

Dambisa Moyo, L'aide fatale : Les ravages d'une aide inutile et de nouvelles solutions pour l'Afrique, éditions JC Lattès 2009 [8].Une revue de livre de Guillaume Vuillemey - Le 24 septembre 2009.

Guillaume Vuillemey est analyste à l'Institut économique Molinari [9].

Source URL: http://www.libreafrique.org/Vuillemey_Moyo_aide_FR_240909
Links:
[1] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/208
[2] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/88
[3] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/322
[4] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/282
[5] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/264
[6] http://www.libreafrique.org/taxonomy/term/534
[7] http://www.libreafrique.org/files/dambisa_moyo_image03.jpg
[8] http://www.amazon.fr/Laide-fatale-nouvelles-solutions-lAfrique/dp/2709633604/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1253801811&sr=8-1
[9] http://www.institutmolinari.org/
 




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 30/5/2014, 5:53 pm

Admin a écrit:

Voici là une femme exemplaire!
Je vais chercher ce livre!
Tout a Fait,

Je n'ai pas encore lu son bouquin, mais Je trouve qu'elle n'est pas la seule a en conclure ainsi... Idea 

Il y a une chose qu'on doit eviter de confondre...

D'un Cote: Arrow 

Etre dependant des aides sous forme des dettes

& De L'Autre: Arrow 

Contracter des dettes de temps a autre...


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  link le 30/5/2014, 10:58 pm

Cavalier,

"Dambisa Moyo, L'aide fatale. Les ravages d'une aide inutile et de nouvelles solutions pour l'Afrique, JC Lattès 2009"

Voilà une femme réaliste qui a parfaitement compris que le problème du développement Africains est Économique et non mental comme le pense les charlatans panafricaniste.

Première piste de l’auteur: s’ouvrir au commerce extérieur et aux investissements directs étrangers.



Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 31/5/2014, 1:00 am

link a écrit:Cavalier,

"Dambisa Moyo, L'aide fatale. Les ravages d'une aide inutile et de nouvelles solutions pour l'Afrique,  JC Lattès 2009"

Voilà une femme réaliste qui a parfaitement compris que le problème du développement Africains est Économique et non mental comme le pense les charlatans panafricaniste.

Première piste de l’auteur: s’ouvrir au commerce extérieur et aux investissements directs étrangers.

Je ne voulais pas le signifier directement à notre ami Cavalier pour ne pas attiser quelque polémique inutile étant donné sa tendance à la "publicité" qui est la marque de son "originalité" (c'est sa signature !)...  Laughing  Laughing  Laughing 

Exactement, Mister Link, Dambisa Moyo, qu'il a promue (comme d'habitude dans sa fougue à vendre ses "découvertes" qui n'en sont pas pour les avisés, il ne prend jamais le temps de les digérer), prône quelque part le contraire de ses professions de foi trop hâtives : c'est une femme qui a les pieds sur terre  qui ne s'embarrasse pas des théories complotistes mais fait ses affaires après avoir été dans le public qu'elle connaît et qu'elle fustige...
Quand elle dénonce l'aide, c'est l'aide publique internationale déversée à perte sur l'Afrique mais dans le cadre de son entrepreneuriat privé, qui n'a pas eu besoin d'un crédit ici et là ? Et Cava confond allègrement tout ça...

Elle défend bien l'économique plutôt qu'un nébuleux culturalisme càd le contraire des pages idéologiques et "publicitaires" de Mr Cavalier qui découvre la lune qui est sur nos têtes bien avant notre naissance
Je blaguais; kiekiekieeeeee  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 31/5/2014, 8:02 pm








_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 31/5/2014, 8:25 pm

LET'S GET BACK ON COURT ROOM...BACK ON TOPIC  Exclamation  Razz 


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  mongo elombe le 1/6/2014, 12:46 pm

Des aides, des prêts tout ceux que des français veulent soi disant faire nous congolais sommes capable pourquoi s'occuperait t'il du social? En quoi ça les concerne? Ne sommes nous pas un pays souverain comme l'a si bien dit KABILA?

Le partenariat ça n'existe pas? Quand au secteur de l'eau potable on voit comment ça se passe en Afrique de l'ouest des coupures choses qui n'arrivent pas chez eux. Mawa.



L’exploitation des richesses congolaises continue à préoccuper les partenaires de la RDC. En ce qui la concerne, la France compte accompagner le pays dans une approche visant à exploiter de manière durable les richesses congolaises. La République française, à travers l’Agence française de développement (AFD), s’est engagée à aider la République démocratique du Congo à endiguer la spirale de la pauvreté et à exploiter de façon durable ses richesses. C’est ce qu’a révélé une publication de cette agence, portant sur « un partenariat renouvelé au service d’un développement durable ». Cette publication s’inscrit dans le cadre de la semaine française qui se tient depuis le mardi 27 mai à l’Institut français à Kinshasa, situé dans la commune de Gombe.

Dans ce document, l’Agence française de développement précise qu’elle intervient en République démocratique du Congo dans des secteurs de concentration. Notamment l’éducation, la formation professionnelle, la santé, la forêt et l’environnement. Dans les secteurs hors concentration, l’AFD renseigne qu’elle intervient dans des domaines relatifs à l’eau, à l’assainissement et au développement durable et productif, dans le cadre d’un partenariat signé entre le deux pays en mars 2007.

Cette intervention, précise le document, vise à améliorer les services sociaux de base, à faciliter l’accès des agences économiques au circuit financier et à renforcer les facteurs de production. L’Agence française de développement intervient dans les secteurs public et privé, à travers sa filiale Proparco. Pour cela, elle dispose d’une large palette d’outils financiers pour des subventions d’appui aux politiques publiques et de fonds d’études, de préparation des projets et de renforcement des capacités pour financer, notamment, l’assistance technique.

L’AFD dispose également de prêts à moyen terme et à longs termes à consentir aux entreprises privées, de prêts concessionnels à accorder aux établissements financiers. Elle garantit des emprunts en devise, des apports en fonds propres et des subventions du Fonds français pour l’environnement, des contrats de développement, de désendettement et des appuis aux organisations non gouvernementales.

L’AFD est présente en République démocratique du Congo depuis 1976, avec, néanmoins, une période d’interruption d’activités de 1991 à 2003, due à une longue période de crises politiques. L’agence a repris ses activités fin 2003-début 2004, après une interruption de treize ans. Avec des moyens limités, compte tenu de la dimension du pays et de l’ampleur des besoins, l’AFD s’est concentrée sur quelques objectifs dans son programme d’activités.

Notamment la contribution à améliorer les services sociaux de base directement au profit des populations, l’apport d’une coopération technique pour construire les bases de politiques publiques, en particulier dans les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’exploitation des forêts et de la gestion de l’environnement.

L’AFD s’est également concentrée à appuyer l’amélioration de l’environnement économique, en particulier en favorisant l’extension du crédit et du micro-crédit bancaires. En 10 ans, les engagements ont représenté environ 62 millions d’euros sur les secteurs de l’éducation et de la formation professionnelle, de la santé, de l’eau, de la forêt et de l’appui au secteur privé.

Dans les 3 ans à venir, l’AFD changera d’échelle en RDC. D’abord et principalement avec le Contrat de désendettement et de développement (C2D) signé le 10 juillet 2013 qui représente un engagement de 106 millions d’euros dans les secteurs de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’accès à l’eau potable et un appui à la gouvernance financière mené en collaboration étroite avec le SCAC de l’ambassade de France.

Olivier Kaforo/Le Potentiel


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 3/6/2014, 8:48 pm

mongo elombe a écrit:Des aides, des prêts tout ceux que des français veulent soi disant faire nous congolais sommes capable pourquoi s'occuperait t'il du social? En quoi ça les concerne? Ne sommes nous pas un pays souverain comme l'a si bien dit KABILA?

Le partenariat ça n'existe pas? Quand au secteur de l'eau potable on voit comment ça se passe en Afrique de l'ouest des coupures choses qui n'arrivent pas chez eux. Mawa.




L’exploitation des richesses congolaises continue à préoccuper les partenaires de la RDC. En ce qui la concerne, la France compte accompagner le pays dans une approche visant à exploiter de manière durable les richesses congolaises. La République française, à travers l’Agence française de développement (AFD), s’est engagée à aider la République démocratique du Congo à endiguer la spirale de la pauvreté et à exploiter de façon durable ses richesses.

Dans ce document, l’Agence française de développement précise qu’elle intervient en République démocratique du Congo dans des secteurs de concentration. Notamment l’éducation, la formation professionnelle, la santé, la forêt et l’environnement.

Cette intervention, précise le document, vise à améliorer les services sociaux de base, à faciliter l’accès des agences économiques au circuit financier et à renforcer les facteurs de production.

L’AFD dispose également de prêts à moyen terme et à longs termes à consentir aux entreprises privées, de prêts concessionnels à accorder aux établissements financiers. Elle garantit des emprunts en devise, des apports en fonds propres et des subventions du Fonds français pour l’environnement, des contrats de développement, de désendettement et des appuis aux organisations non gouvernementales.



L’AFD s’est également concentrée à appuyer l’amélioration de l’environnement économique, en particulier en favorisant l’extension du crédit et du micro-crédit bancaires. En 10 ans, les engagements ont représenté environ 62 millions d’euros sur les secteurs de l’éducation et de la formation professionnelle, de la santé, de l’eau, de la forêt et de l’appui au secteur privé.

Dans les 3 ans à venir, l’AFD changera d’échelle en RDC. D’abord et principalement avec le Contrat de désendettement et de développement (C2D) signé le 10 juillet 2013 qui représente un engagement de 106 millions d’euros dans les secteurs de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’accès à l’eau potable et un appui à la gouvernance financière mené en collaboration étroite avec le SCAC de l’ambassade de France.

Olivier Kaforo/Le Potentiel



Soeur mONGO eLOMBE,

Ma Lecture de la situation est La SuivanteArrow 

Petit a Petit Les Occidentaux commencent a reajuster leurs tirs...  Car La CHINE Les a pris par surprise, offrant des DEALS Bcp plus interessants et plus benefiques aux Africains...

Lorsque J'avais declare a propros de La Recente Visite du Secretaire d'Etat Ricain, John Kerry en
RDC vers debut Mai, que C Monsieur John Kerry etait venu quemander, car ce sont ces gens la qui viennent mendier en AFRIQUE pour le compte de leurs Pays...Mais ils formulent ca comme si c'etait l'inverse...

Ils ont besoin de nos ressources Minerales et viennent avec des propositions bidon comme si leur intention est d'aider Vraiment Le Peuple
Congolais Basketball 

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Dan66 le 5/6/2014, 3:39 am

« Les prochaines années seront marquées par l’émergence du triangle Chine-Inde-Afrique »

En animant une conférence-débat organisé hier au conseil économique social et environnemental (Cese) par le Bem sur  « Chine-Inde-Afrique : les nouveaux économiques », Jean-Joseph Boillot, professeur agrégé en sciences économiques et sociale a laissé entendre que ce « triangle » représente 80 % du Pib mondial.
« Les 10 et 20 prochaines  années seront très clairement marquées par l’émergence du triangle Chine-Inde-Afrique. Cet ensemble forme un système et représente 80 % du Pib mondial », a révélé, hier, le professeur d’économie Jean-Joseph Boillot. Selon lui, la Chine a changé de stratégie lorsqu’elle a su, en 1980, qu’elle est suffisamment  forte pour aller toute seule se faire respecter en dehors de ses frontières. C’est la même chose qui s’est passée avec l’Inde  qui a opéré, la même année,  un changement fondamental. Et cet exercice est en train de se passer en Afrique à travers les sommets de l’Union africaine, ajoute-t-il. « L’Afrique ne se pose plus en victime du 17e ou 18e siècle ou en régime économique fermé, mais comme un des géants du monde au 21e siècle. Elle  a un potentiel important en termes de richesses en ressources humaines et en matières premières, mais cela ne suffit pas. Il faut trouver une bonne voie », a estimé l’économiste. Il note  qu’il y a, dans ce triangle Chine-Inde-Afrique, des synergies qui vont se produire et qui  donneront  probablement l’élément d’un jeu à somme positive à la fois pour ces « trois continents », mais aussi pour le reste du monde.
Pour le Pr Boillot, la Chine va continuer de prendre de l’importance, de se  mûrir  et de s’affirmer sur le plan technologique. L’Inde fait encore 6 à 7 % de croissance par an. Et  sur le plan technologique, ce pays va continuer à marquer le monde. « Un nouveau virus est arrivé et elle s’appelle volonté de la croissance et du développement », a-t-il ajouté, faisant référence à l’Afrique. L’importance de ce triangle, c’est que si l’Afrique n’a pas regardé la place libre, elle  peut être tentée de s’asseoir à la place des autres », a-t-il relevé.
Il souligne que la Chine a pris de l’ascendant dans un certain nombre de secteurs et monte en gamme. Alors, « il faut que l’Afrique comprenne qu’elle ne peut pas s’asseoir tout de suite sauf dans certains secteurs abandonnés par la Chine parce qu’elle n’a pas les matières premières ». Cette situation, soutient-il, est  la même avec l’Inde qui occupe une place majeure dans les technologies de l’information et de la communication. A son avis, la stratégie africaine dans ce triangle doit consister à prendre le meilleur de la Chine et de l’Inde. « Il faut  aussi que l’Afrique arrête de laisser partir les matières premières non transformées vers la Chine ou vers l’Inde. Pour la Chine, c’est lui rendre service, parce que ce pays est déjà pollué. Et pour l’Inde, cela va la pousser à implanter des industries en Afrique », a préconisé le chercheur.
http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=40200%3Apr-jean-jesoph-boillot-economiste-l-les-prochaines-annees-seront-marquees-par-lemergence-du-triangle-chine-inde-afrique-r&catid=51%3Aeconomy&Itemid=63

Je ne sais pas si j'ai placé l'article au bon endroit mais je crois qu'il apportes quand même d'autres éléments.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  ndonzwau le 5/6/2014, 4:14 pm

Dan66 a écrit:
« Les prochaines années seront marquées par l’émergence du triangle Chine-Inde-Afrique »

En animant une conférence-débat organisé hier au conseil économique social et environnemental (Cese) par le Bem sur  « Chine-Inde-Afrique : les nouveaux économiques », Jean-Joseph Boillot, professeur agrégé en sciences économiques et sociale a laissé entendre que ce « triangle » représente 80 % du Pib mondial.
« Les 10 et 20 prochaines  années seront très clairement marquées par l’émergence du triangle Chine-Inde-Afrique. Cet ensemble forme un système et représente 80 % du Pib mondial », a révélé, hier, le professeur d’économie Jean-Joseph Boillot. Selon lui, la Chine a changé de stratégie lorsqu’elle a su, en 1980, qu’elle est suffisamment  forte pour aller toute seule se faire respecter en dehors de ses frontières. C’est la même chose qui s’est passée avec l’Inde  qui a opéré, la même année,  un changement fondamental. Et cet exercice est en train de se passer en Afrique à travers les sommets de l’Union africaine, ajoute-t-il. « L’Afrique ne se pose plus en victime du 17e ou 18e siècle ou en régime économique fermé, mais comme un des géants du monde au 21e siècle. Elle  a un potentiel important en termes de richesses en ressources humaines et en matières premières, mais cela ne suffit pas. Il faut trouver une bonne voie », a estimé l’économiste. Il note  qu’il y a, dans ce triangle Chine-Inde-Afrique, des synergies qui vont se produire et qui  donneront  probablement l’élément d’un jeu à somme positive à la fois pour ces « trois continents », mais aussi pour le reste du monde.
Pour le Pr Boillot, la Chine va continuer de prendre de l’importance, de se  mûrir  et de s’affirmer sur le plan technologique. L’Inde fait encore 6 à 7 % de croissance par an. Et  sur le plan technologique, ce pays va continuer à marquer le monde. « Un nouveau virus est arrivé et elle s’appelle volonté de la croissance et du développement », a-t-il ajouté, faisant référence à l’Afrique. L’importance de ce triangle, c’est que si l’Afrique n’a pas regardé la place libre, elle  peut être tentée de s’asseoir à la place des autres », a-t-il relevé.
Il souligne que la Chine a pris de l’ascendant dans un certain nombre de secteurs et monte en gamme. Alors, « il faut que l’Afrique comprenne qu’elle ne peut pas s’asseoir tout de suite sauf dans certains secteurs abandonnés par la Chine parce qu’elle n’a pas les matières premières ». Cette situation, soutient-il, est  la même avec l’Inde qui occupe une place majeure dans les technologies de l’information et de la communication. A son avis, la stratégie africaine dans ce triangle doit consister à prendre le meilleur de la Chine et de l’Inde. « Il faut  aussi que l’Afrique arrête de laisser partir les matières premières non transformées vers la Chine ou vers l’Inde. Pour la Chine, c’est lui rendre service, parce que ce pays est déjà pollué. Et pour l’Inde, cela va la pousser à implanter des industries en Afrique », a préconisé le chercheur.
http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=40200%3Apr-jean-jesoph-boillot-economiste-l-les-prochaines-annees-seront-marquees-par-lemergence-du-triangle-chine-inde-afrique-r&catid=51%3Aeconomy&Itemid=63

Je ne sais pas si j'ai placé l'article au bon endroit mais je crois qu'il apportes quand même d'autres éléments.

Cher Mr Dan66,

Permettez-moi une question !
Qu'est-ce qui dans le texte vous a emballé exactement ?
Nous informer ou mieux nous rappeler que le "triangle Chine-Inde-Afrique" a toutes les chances de devenir un pôle incontournable du développement mondial est louable de votre part...

Mais
pour moi les réels nouveaux éléments que nous apportent ces justes affirmations ou que je retiendrais volontiers c'est bien plus : "(...)« L’Afrique ne se pose plus en victime du 17e ou 18e siècle ou en régime économique fermé, mais comme un des géants du monde au 21e siècle. Elle  a un potentiel important en termes de richesses en ressources humaines et en matières premières, mais cela ne suffit pas. Il faut trouver une bonne voie », a estimé l’économiste.(...)
«(...)L’importance de ce triangle, c’est que si l’Afrique n’a pas regardé la place libre, elle  peut être tentée de s’asseoir à la place des autres », a-t-il relevé. (...)
« il faut que l’Afrique comprenne qu’elle ne peut pas s’asseoir tout de suite sauf dans certains secteurs abandonnés par la Chine parce qu’elle n’a pas les matières premières ».(...)
« Il faut  aussi que l’Afrique arrête de laisser partir les matières premières non transformées vers la Chine ou vers l’Inde. Pour la Chine, c’est lui rendre service, parce que ce pays est déjà pollué. Et pour l’Inde, cela va la pousser à implanter des industries en Afrique », a préconisé le chercheur."


Je me satisfait de la confirmation savante des espoirs que l'Afrique doit légitimement nourrir mais privilégie ses conseils non moins savants sur les efforts qu'elle doit accomplir pour mieux les confirmer...
En effet l'Afrique n'a pas manqué dans son histoire des rdv prometteurs mais plutôt de n'avoir pu les exploiter à bon escient...



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Cavalier le 5/6/2014, 8:58 pm

Dan66 a écrit:
Selon lui, la Chine a changé de stratégie lorsqu’elle a su, en 1980, qu’elle est suffisamment  forte pour aller toute seule se faire respecter en dehors de ses frontières. C’est la même chose qui s’est passée avec l’Inde  qui a opéré, la même année,  un changement fondamental.

Et cet exercice est en train de se passer en Afrique à travers les sommets de l’Union africaine, ajoute-t-il. « L’Afrique ne se pose plus en victime du 17e ou 18e siècle ou en régime économique fermé, mais comme un des géants du monde au 21e siècle. Elle  a un potentiel important en termes de richesses en ressources humaines et en matières premières, mais cela ne suffit pas. Il faut trouver une bonne voie », a estimé l’économiste.


Je ne sais pas si j'ai placé l'article au bon endroit mais je crois qu'il apportes quand même d'autres éléments.
Tres Pertinent Article & Merci de L'Avoir Partage avec Nous, Dan66 Exclamation 

La Partie que Je trouve plus Interessante c'est premierement ce qui est DIT SOUS LE PARAGRAPHE SUIVANT: Arrow 


Selon lui, la Chine a changé de stratégie lorsqu’elle a su, en 1980, qu’elle est suffisamment  forte pour aller toute seule se faire respecter en dehors de ses frontières. C’est la même chose qui s’est passée avec l’Inde  qui a opéré, la même année,  un changement fondamental.

Ici on voit bien que La Chine s'etait decidee Il y a Trente Quatre Ans...Elle avait change de Strategie car Elle s'etait rendue compte de Sa Force de Sa Valeur en tant que Nation...Elle avait fait son Devoir a Domicile, Un Travail Interne qui consistait a faire une auto-evaluation, une auto critique & Observant ce que Les Nations dites Developpees fesaient, La Chine s'est dite qu'Elle aussi etait Capable d'en faire autant ou Mieux...

Et La Chine a servi d'exemple a L'Inde...

Et Deuxiement ce qui est declare a travers  Le Paragraphe Ci-Apres: Arrow 





Et cet exercice est en train de se passer en Afrique à travers les sommets de l’Union africaine, ajoute-t-il. « L’Afrique ne se pose plus en victime du 17e ou 18e siècle ou en régime économique fermé, mais comme un des géants du monde au 21e siècle. Elle  a un potentiel important en termes de richesses en ressources humaines et en matières premières, mais cela ne suffit pas. Il faut trouver une bonne voie », a estimé l’économiste.
Ici on voit Quomment La Chine & aussi L'Inde servent des modeles Pour L'Afrique...Qui se dit, mais si La Chine et L'Inde, hier, appeles des Pays Sous-Developpes, sont Capables de pareilles Prouesses, Pourquoi Pas Moi Question 

C'EST-A-DIRE LA CHINE AINSI QUE L'INDE ONT BRISE LE MYTHE DE LA SUPERIORITE DES OCCIDENTAUX SOUS LES YEUX DE L'AFRIQUE...

Car L'Afrique a vu que son Maitre Feodal qu'est L'Occident n'a plus L'Importance qu'Elle lui Octroyait...L'Afrique cregnait l'Europe, la croyant Invincible...Ah Ils sont alles a La Lune, ils ont fait des voitures, des Avions, des Navires et autres gagdets Techonoliques sophistiques...Hmmm Hmmm Ils sont en vance de plusieurs millenaires...

Mais La Chine et L'Inde qui avaient pris la petite route ont retrouve Les Occidentaux sur L'Autoroute qui est en plein embouteillage...

Le mot cle ici c'est Changement, en Anglais " SHIFT " du Point de vue de La Pensee...L'Afrique ne se comporte plus en victime...C'est un Shift de Mentalite, c'est -a-dire La Proie qui etait poursuivi par son predateur, essouffle, Elle se dit Non, mais pourquoi est-ce que Je peur de cette bete...Elle tourne vers Le Predateur et se met a le poursuivre, Le role est inverse...


Voila Pourquoi Je ne cesse de CLAMER HAUT & PHORT QUE LE PROBLEME DE L'AFRIQUE A TOUJOURS ETE D'ORDRE MENTAL, D'ORDE PSYCHOLOGIQUE...LA MENTALITE D'UN AGRESSEUR, D'UN PREDATEUR C'EST CELLE LA QU'IL FAUT ADOPTER...

Car Un agresseur, Un Predateur, dicte Le Ton LORS D'UNE BATAILLE...Il ne le subit pas...Quand on dicte Le ton a tant qu'un Pays, en Tant qu'Une Nation, on cree ses propres termes, car on est libre, on ne subit pas les termes imposes par autrui, oh DemocraTIE, Oh Republique, Oh Pays Du Tiers Monde...Tout ca c'est pour creer des propheties qui vont etre accomplies par les pays qui vont les subir en les accpetants...

C'EST AU FAIT CE QU'EST ENTRAIN DE DECLARER L'EXCELLENT PROPHESSEUR THEOPHILE OBENGA...

Un Pays qui dicte Le Ton, peut se creer sa Propre image, on peut beau le taxer des pays sous-developpes, Il se dirait Non, Je suis Plutot Un Pays Richissime, Un Pays Coutmier, Une Ethnie Prospere, Une Tribu Multiculturelle...Une Maat-Maaggik...  sunny 

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE PROFESSEUR THEOPHILE OBENGA: L'AFRIQUE A-T-ELLE BESOIN DES AIDES???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum