LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 1/11/2013, 9:40 pm

Tous les envoys speciaux ainsi que les delegues du gouvernement de la RDC sont deja a Kampala en ce moment

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 3/11/2013, 3:43 pm

"RDC : nouvelle offensive de l'armée contre les derniers bastions du M23
° http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20131103103404/fardc-kivu-m23-lucien-bahuma-crise-au-kivu-rdc-nouvelle-offensive-de-l-armee-contre-les-derniers-bastions-du-m23.html
03/11/2013 à 10:34
L'armée congolaise a lancé dimanche matin une nouvelle offensive contre les dernières positions des rebelles du M23 sur quelques collines de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué à l'AFP le général Lucien Bahuma, commandant de la 8e région militaire congolaise.

"Nous sommes en train de pilonner Mbuzi [...], après l'artillerie vient l'infanterie", a indiqué le général, joint par téléphone depuis Kiwanja, ville située à une vingtaine de kilomètres des combats et d'où l'on entendait au loin depuis 10H00 (08H00) GMT des détonations rapprochées d'armes lourdes. "On est en train de récupérer les collines. Ca tire au niveau des montagnes de Ntamugena, Mbuzi et Runyonyi. Les rebelles sont en train de fuir", a affirmé à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, un capitaine des Forces armées de la RDC (FARDC) à l'arrière.
Le Mouvement du 23 Mars (M23) a été mis en déroute par l'offensive lancée le 25 octobre par les FARDC dans la province du Nord-Kivu, qui correspond à la 8e région militaire de la RDC. Depuis la prise mercredi, de leur fief politique, Bunagana, les rebelles ne contrôlent plus que quelques collines proches de cette ville située à la frontière avec l'Ouganda, à 80 km au nord de Goma, la province du Nord-Kivu."



"Duplicité :
Le Nord Kivu «libéré» : «Joseph Kabila» n’a aucun mérite!"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8412

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Jim KK le 3/11/2013, 11:53 pm

RDC: les trois ingrédients du succès militaire contre le M23

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-les-trois-ingredients-du-succes-militaire-contre-le-m23

KINSHASA, 3 novembre 2013 (AFP) - L'absence de réaction du Rwanda, le soutien de l'ONU et les nets progrès de l'armée congolaise expliquent le succès de la dernière offensive militaire de Kinshasa contre le M23, dont la quasi-défaite militaire ne résout pas toutes les questions posées par cette rébellion. Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont parvenues en quelques jours à déloger le M23 de la quasi-totalié du territoire qu'il occupait dans le Nord-Kivu (Est du pays), et la rébellion a ordonné dimanche une "cessation immédiate des hostilités".

Les Nations unies accusent régulièrement le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la RDC, de soutenir le M23, mouvement essentiellement tutsi né après une mutinerie en avril 2012. Or, "il y a eu une grosse pression de la diplomatie anglo-saxonne sur [le président rwandais Paul] Kagame pour lui demander de ne pas bouger", indique un diplomate à Kinshasa.

"Le secrétaire d'Etat John Kerry et d'autres responsables ont régulièrement fait part de notre inquiétude à plusieurs dirigeants de la région, dont le président Kagame, à propos du soutien aux groupes armés comme le M23", a indiqué à l'AFP un responsable du département d'Etat à Washington.

La pression diplomatique "a eu raison, au moins temporairement, de la détermination de Kigali, qui a finalement lâché le M23", indique Thierry Vircoulon, directeur du projet Afrique centrale de l'International Crisis Group, dans un entretien avec l'AFP à Nairobi.

Les Ougandais aussi ont été "mis en garde" et ils ont effectivement "renforcé leurs contrôles à la frontière pour que les combattants [rebelles] ne passent pas" par chez eux, note un expert militaire à Kinshasa.

Pour M. Vircoulon, le succès de l'offensive gouvernementale est dû à "un soutien de la Monusco [Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC, NDLR], la réduction de la corruption dans les unités concernées, un changement de commandement et une coordination étroite [de l'armée] avec la Monusco en termes de planification des opérations".

"Symbiose" entre l'armée et la Monusco

Selon un expert militaire qui connaît bien les missions de l'ONU, "une certaine symbiose" s'est établie entre l'armée et la Monusco depuis l'arrivée de son nouveau chef, l'Allemand Martin Kobler, en août, remplaçant "l'incompréhension et la méfiance" qui régnaient jusque-là et qui avaient conduit à l'occupation de Goma, la capitale du Nord-Kivu, par le M23 en novembre 2012.

La Monusco n'a pas participé aux combats ayant permis aux FARDC de reprendre du terrain, mais elle a déployé rapidement ses patrouilles dans les zones libérées pour protéger les civils, ce qui a aussi permis à l'armée d'assurer ses arrières.

La Mission fournit "des rations de combat aux unités en opération et c'est considérable car les soldats savent ainsi qu'ils n'auront pas le ventre creux en se couchant", note l'expert des missions de l'ONU. Elle a "aidé grâce à des relevés aériens, des photos, du renseignement", ajoute un diplomate.

Selon l'expert militaire à Kinshasa, les victoires de l'armée sont la preuve que les Congolais, ont su tirer parti d'"une série de leçons durement apprises".

Ils ont "retiré du Nord-Kivu plus d'une centaine d'officiers qui ne faisaient pas leur travail ou étaient incompétents", ils ont "amélioré les communications" et "le paiement des unités sur le terrain ainsi que les systèmes de ravitaillement" et "font monter au front les meilleures unités, formées par les Sud-Africains, les Belges et les Chinois", explique cet expert, et "tout ça fait qu'évidemment ça change".


Le M23 est l'énième avatar d'une rébellion tutsi dans le Nord-Kivu, où il dispose encore d'une certaine assise populaire. Plusieurs spécialistes estiment qu'il pourrait bien renaître sous une autre forme si le gouvernement congolais ne prend pas sa part des engagements de l'accord-cadre régional d'Addis-Abeba.

Dans ce traité signé en février par onze pays africains pour ramener la paix dans l'est de la RDC, meurtri par vingt ans de guerre, la RDC promet de promouvoir la démocratisation et le désarmement de toutes les milices, notamment celles qui harcèlent les populations tutsi.

"Les autorités de Kinshasa se retrouvent désormais en position [...] de force", relève M. Vircoulon, vont-elles en "profiter" pour mettre en oeuvre [ces] réformes"?

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 4/11/2013, 4:08 pm

"RDC: reprise des hostilités entre l’armée et le M23 après un court cessez-le-feu
° http://www.rfi.fr/afrique/20131104-rdc-reprise-hostilites-entre-armee-le-m23-apres-court-cessez-le-feu
L’armée congolaise n’est plus qu’à 1 km de Chanzu, l'un des derniers bastions rebelles.
En RDC, la trêve demandée par la rébellion du M23 n’aura eu lieu que sur le papier. L’offensive de l’armée congolaise contre les derniers bastions du M23 a repris ce lundi matin 4 novembre, les cinq envoyés spéciaux des Nations unies se disent inquiets et mettent la pression pour que les deux parties cessent les hostilités.


L’encre de l’appel à l’arrêt des combats n’aura pas eu le temps de sécher. Hier, le M23 a demandé la cessation des hostilités. En face, le gouvernement congolais a parlé d’un premier pas, saluant l’initiative. Ce lundi matin pourtant, les tirs à l’arme lourde de l’armée congolaise ont repris en direction de la colline de Chanzu, l'un des derniers bastions du M23. La colline de Mbuzi, elle, aurait été prise. En face, les rebelles ont tiré des obus de mortiers. Ces derniers ont fait au moins quatre morts et dix blessés parmi les civils, ont indiqué des sources militaires. La population de Bunagana a une fois de plus trouvé refuge en Ouganda.

La tension monte
Sur le terrain, la tension a donc de nouveau grimpé d’un cran ce matin avec de violents échanges de tirs à moins de 10 km de la frontière ougandaise. Résultat, dans un communiqué, les cinq envoyés spéciaux de la communauté internationale se sont inquiétés de cette nouvelle escalade. Ils appellent le M23 à aller plus loin que le cessez-le-feu et déclarer la fin de leur rébellion.

Pas de suspension
Ils demandent également à ce que l’armée congolaise suspende son offensive militaire. Mais sur le terrain, dans l’immédiat, personne ne semble prêt à entendre cet appel à la retenue. Depuis hier, l’armée congolaise n’est plus qu’à 1 km de Chanzu, là où se retranchent depuis cinq jours maintenant les commandants militaires du M23 et leurs escortes, 200 à 300 rebelles, selon les sources."



"RDC: les rebelles du M23 attaqués à l'arme lourde dans les montagnes de l'Est
(AFP 04/11/2013 - 07:59)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-larmee-attaque-les-dernieres-positions-du-m23-dans-lest-rebellion
° http://www.izf.net/actualite-a-la-une-afrique?content=urn.newsml.afp.com.20131104.5cd47994.ddfa.4551.a41c.76b152cbe5f6.html  
09:46 - 04/11/13
BURAY, 4 novembre 2013 (AFP) - Les rebelles du M23 ont affirmé lundi matin que l'armée avait repris ses attaques "à l'arme lourde" contre leur dernier réduit dans les montagnes de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).


La direction du Mouvement du 23 Mars, qui avait annoncé dimanche un cessez-le-feu unilatéral, "regrette la poursuite des attaques à l'arme lourde conduites en ce moment" par les Forces armées de la RDC (FARDC), écrit la rébellion dans un communiqué daté de Chanzu, l'une des dernières collines tenues par la rébellion. Dimanche, l'armée avait pilonné pendant huit heures environ les positions du M23, situées à environ 80 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, et les combats s'étaient même intensifiés après la publication, en début d'après-midi de l'ordre de cessez-le-feu de la direction de la rébellion.

A Buray, à 26 km à l'ouest de Bunagana, ancien fief des rebelles à la frontière avec l'Ouganda, un soldat a indiqué lundi vers 07h30 GMT à des journalistes de l'AFP que "de violents échanges de tirs [étaient] en cours entre armée et M23 dans la zone de Bunagana". Affirmant arriver de cette localité, un homme croisé sur un taxi-moto, a indiqué que les chars de l'armée tiraient sur la colline de Chanzu à partir de Bunagana et que le M23 répondait par des tirs de mortiers.
"Des obus sont tombés sur des maisons, il y a des blessés", a-t-il dit. Au même moment, deux camions et trois chars de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco) passaient en direction du théâtre des opérations. "



"RDC : le M23 pilonne BUNAGANA malgré son cessez-le-feu
° http://radiookapi.net/actualite/2013/11/04/rdc-le-m23-pilonne-bunagana-malgre-son-cessez-le-feu/
Le Mouvement du 23 mars (M23), dont les combattants sont confinés sur quelques collines à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda, pilonne depuis 7 heures 30 locales la cité de Bunagana (Nord-Kivu) malgré l’appel à l’arrêt des hostilités militaires lancée dimanche 3 novembre par son président Bertrand Bisimwa depuis Kampala où il se trouve en pourparlers de paix avec le gouvernement congolais.
Les obus lancés par les rebelles du M23 depuis les hauteurs de Chanzu ont fait au moins quatre morts et dix blessés parmi les civils, ont indiqué des sources militaires. La population de Bunagana a une fois de plus trouvé refuge en Ouganda.
Pendant ce temps, les Forces armées de la RDC poursuivent leurs opérations contre les positions rebelles à Chanzu, Mbuzi et Runyonyi, derniers bastions des rebelles qui ont subi d’importants revers ces dernières semaines, renseignent ces sources. (…)"


° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/larmee-congolaise-accuse-le-m23-de-bombarder-une-ville
° http://www.jeuneafrique.com/actu/20131104T075335Z20131104T075304Z/rdc-les-rebelles-du-m23-attaques-a-l-arme-lourde-dans-les-montagnes-de-l-est.html
° http://www.rfi.fr/afrique/20131104-rdc-le-gouvernement-salue-annonce-cessez-le-feu-m23
Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 4/11/2013, 8:53 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 4/11/2013, 8:06 pm

Rolling Eyes 
"lundi, novembre 04, 2013 Heure locale: 16:51
RDC : poursuite des combats dans l'Est entre les FARDC et le M23

° http://www.lavoixdelamerique.com/content/article/1782941.html
Le ministre congolais de l'Information, Lambert Mende, a déclaré au service anglais de la VOA, lundi, que les rebelles doivent s'engager à mettre en œuvre une série de mesures visant à démobiliser leurs combattants.

Les troupes congolaises et les rebelles du M23 ont poursuivi, lundi, leurs affrontements près de la frontière ougandaise, malgré les appels à un cessez-le-feu du chef du groupe rebelle.
Les Nations Unies et les autorités congolaises disent que quatre civils ont été tués par  les bombardements dans la ville frontalière congolaise de Bunagana. Celle-ci a été reprise par des soldats congolais la semaine dernière, mais certains rebelles seraient toujours positionnés dans les collines avoisinantes.
Dimanche, le chef du M23, Bertrand Bisimwa, a dit qu'il veut conclure un accord de cessez-le-feu pour permettre la poursuite des négociations de paix avec le gouvernement à Kampala.

Toutefois, le ministre congolais de l'Information, Lambert Mende, a déclaré au service anglais de la VOA, lundi,  que les rebelles doivent s'engager à mettre en œuvre une série de mesures visant à démobiliser leurs combattants.
Le M23 doit clairement annoncer, non pas un cessez-le-feu, mais la fin de la rébellion armée qu’il a lancée il y a 20 mois, a déclaré M. Mende, ajoutant: « c’est la première chose qui doit être faite. »
Faisant état des récents gains de l'armée sur le terrain,  le ministre Lambert  Mende a fait savoir que les combats seront terminés dans quelques jours.

Le groupe rebelle du M23 est constitué de combattants qui avaient rejoint l’armée congolaise à la suite d’un accord de paix de 2009, mais  qui ont, plus tard, fait défection après s'être plaints de mauvais traitements.
Dans une interview accordée au service anglais de la VOA, le leader du M23, Bertrand Bisimwa, a fait savoir que les rebelles se battent pour la sécurité. « Dans la partie orientale du Congo, il y a beaucoup de groupes, des groupes étrangers, qui tuent, qui violent, et nous ne pouvons pas continuer à accepter cela », a-t-il déclaré.
Les Nations unies font pression sur les deux parties pour qu’elles s'entendent sur un accord de paix, dans le cadre des efforts visant à stabiliser la RDC"



"RDC: l'armée a repris Mbuzi, une des trois dernières positions du M23
(AFP) – Il y a 4 heures

° http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hz9ASTaRXXquDtR2hkZoKTizmCGg?docId=5cd47994-ddfa-4551-a41c-76b152cbe5f6  
Ntamugenga (RD Congo) — L'armée congolaise a pris lundi la colline de Mbuzi, une des dernières positions des rebelles du M23 retranchés dans les montagnes de l'Est de la République démocratique du Congo, alors que la communauté internationale appelait les deux belligérants à la retenue.
"Victoire, victoire", vers 13H00 (11H00 GMT), un détachement de soldats gouvernementaux posté à Ntamugenga laisse éclater sa joie en chantant. Ils viennent de recevoir un message radio indiquant que les fantassins ont atteint la crête de la colline de Mbuzi et qu'ils progressent vers le sommet.
De ce point tout proche des combats, à environ 80 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, deux journalistes de l'AFP entendent les détonations des obus tirés par les rebelles et l'armée, qui attaque sur plusieurs fronts.

Quelques minutes plus tard, un haut responsable ayant requis l'anonymat annonce: l'armée a "conquis totalement le collectif montagnard de Mbuzi".
"On attaque Chanzu et Mbuzi, et après Runyonyi", avait indiqué plus tôt un officier des Forces armées de la RDC (FARDC), faisant référence aux trois collines agricoles, à près de 2.000 mètres d'altitude, où sont repliés les derniers rebelles depuis la chute mercredi de leur dernière place forte, la localité, toute proche, de Bunagana, à la frontière avec l'Ouganda.
"On ne peut pas arrêter [...] il ne reste que quelques collines à conquérir", avait-il ajouté.
Dimanche, la rébellion avait décrété un cessez-le-feu unilatéral, qui n'avait pas freiné l'offensive de l'armée. Dans un communiqué, le M23 "regrette" lundi "la poursuite des attaques à l'arme lourde" conduites par les FARDC.
En face, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, exige dans un communiqué que le M23 fasse "une annonce claire, nette et sans ambiguïté de la fin la rébellion armée".

Face à la "nouvelle explosion de violence entre le M23 et l'Etat congolais", les envoyés de la communauté internationale pour la région des Grands Lacs appellent à l'apaisement, alors que doit s'ouvrir dans l'après-midi à Pretoria un sommet régional africain consacré à la situation en RDC.
"Les envoyés spéciaux pressent le M23 de renoncer à la rébellion comme il en est déjà convenu" et "exhortent [...] le gouvernement de la RDC à se maîtriser et à ne pas lancer de nouvelle opération militaire à ce stade", indiquent-ils dans un message signé du chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco), Martin Kobler, de Mary Robinson, envoyée spéciale de l'ONU pour les Grands Lacs, et de ses homologues de l'Union africaine, Boubacar Diarra, de l'Union européenne, Koen Vervaeke et du gouvernement américain, Russel Feingold.

Blocage à Kampala
La communauté internationale presse aussi "les deux parties de mener à bien le processus politique" devant leur permettre de résoudre leur conflit par un accord.
Mais les discussions qui ont lieu tant bien que mal entre les deux parties à Kampala, capitale de l'Ouganda, depuis décembre bloquent toujours sur les mêmes points, comme celui de l'amnistie dont pourraient bénéficier les rebelles.
Le M23 est né d'une mutinerie, en avril 2012, d'anciens rebelles, essentiellement tutsi, intégrés dans l'armée trois ans plus tôt après un accord de paix.
Le Mouvement semble avoir été lâché par le Rwanda et l'Ouganda, les deux pays accusés par les Nations unies de le soutenir, et qui ont fait l'objet d'intenses pressions diplomatiques, notamment américaines, pour que cela cesse.
Selon Innocent, un habitant de Bunagana ayant fui dans la matinée, les FARDC ont commencé à tirer des obus tôt lundi à partir de collines surplombant la localité.
"Les rebelles répliquent et beaucoup de bombes sont tombées sur Bunagana", a-t-il indiqué, affirmant que la veille, la localité s'était "vidée" à cause des combats.
Une porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a indiqué dans la matinée que "jusqu'à 10.000 personnes pourraient être en train de passer en Ouganda" à cause des bombardements sur Bunagana.
Selon le colonel Paddy Ankunda, porte-parole du ministère de la Défense ougandais, "des obus sont tombés sur le territoire ougandais" mais on n'a "dénombré aucun blessé pour l'instant" à cause de ces tirs"

° http://radiookapi.net/actualite/2013/11/04/rdc-larmee-reprend-au-m23-la-colline-de-mbuzi/
° http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-armee-congolaise-poursuit-son-offensive-contre-le-M23-2013-11-04-1055524

"RDC : au moins quatre personnes tuées par un obus tombé à Bunagana
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131104120427/rdc-fardc-kivu-m23-crise-dans-le-kivu-rdc-au-moins-quatre-personnes-tuees-par-un-obus-tombe-a-bunagana.html
04/11/2013 à 12:04
Le cessez-le-feu annoncé dimanche par la direction politique du Mouvement du 23-Mars (M23) ne produit pas d'effet sur le terrain. Les rebelles, retranchés dans les hauteurs de Rutshuru, ont tiré ce lundi des obus à Bunagana. Le bilan provisoire fait état de quatre morts parmi les civils. Quelques plus tard, l'armée a pris le contrôle de la colline de Mbuzi, une de trois dernières positions tenues par le M23.

Mis à jour le 04 novembre 2013 à 17 heures 23.

Vingt-heures après l'annonce de la "cessation des hostilités" par le chef politique du Mouvement du 23-Mars (M23), la rébellion semble plutôt passer à la contre-offensive. Depuis les collines de Tshanzu, Mbuzi et Runyoni où ses combattants se sont retranchés, "le M23 pillone la localité de Bunagana, son ancien fief, depuis 7 heures du matin", affirme une source onusienne au Nord-Kivu.(...)"

Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 4/11/2013, 11:08 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Mathilde le 4/11/2013, 8:44 pm

Une tres bonne analyse a lire...


Etudier les victoires des FARDC
« On croit mourir pour la patrie : on meurt pour les industries » A. France


Les FARDC semblent avoir remporté rapidement plusieurs victoires sur le M23. Mais pourquoi maintenant ? Il semble que leurs salaires et leur nourriture ont été améliorés. De Kinshasa, elles n'ont plus eu des ordres contradictoires. Mais pourquoi la RDC doit-elle absolument négocier avec cette milice rwandaise qualifiée par « la communauté internationale » de « force négative ». Il semble que selon la même « communauté internationale », la victoire militaire ne suffit pas. Mais pourquoi la victoire militaire a-t-elle suffit au Rwanda, en Irak, en Libye et au Mali ? En posant ces petites questions et en essayant d'user sérieusement de notre entendement, nous estimons les victoires de FARDC semblent être trop belles pour être réelles. Ce n'est qu'une hypothèse. Nous allons l'étayer tout au long de cet article.

Plusieurs d'entre nous sont contents d'apprendre que les FARDC soient en train d'en découdre avec le M23. Certains estiment que cette guerre doit être menée au cœur des pays l'ayant provoquée : le Rwanda et l'Ouganda.

Cette approche de la guerre de basse intensité imposée à la RDC par certains Etats profonds occidentaux et beaucoup plus particulièrement les Etats profonds (ou gouvernements parallèles) anglo-saxons travaillant en réseau avec les nègres de service africains nous paraît simpliste. Elle est fondée sur une lecture fantaisiste de notre histoire de trois dernières décennies. L'instrumentalisation de « nouveaux leaders de la renaissance africaine » que sont Museveni et Kagame (et leurs clans) par les anglo-saxons ne devraient pas en faire les acteurs majeurs de l'holocauste congolais. Non. Bien qu'ayant leur responsabilité historique et juridique dans « le génocide congolais », ces messieurs (et leurs clans) ne sont que des marionnettes des anglo-saxons et de certains patrons des multinationales décidés à avoir accès aux ressources du sol et du sous-sol congolais à n'importe quel prix. N'empêche que nous puissions rappeler que forts de leur rôle des « démocrates en développement », ces messieurs ont créé, avec l'appui de leurs parrains, plusieurs milices (AFDL, RCD, MLC, CNDP, M23, etc.) au sein desquelles les réseaux congolo-ougando-rwando-burundais ont été très efficaces dans l'entretien du « chaos organisé » en RDC.

Pourquoi ce chaos est-il organisé ? Pour une raison simple : pour que les ressources du sol et du sous-sol congolais soient exploitées à vil prix et les populations congolaises utilisées comme main-d'œuvre servile ou chassées des terres que les réseaux susmentionnés vendent aux multinationales comme carrés miniers quand ils ne les occupent pas eux-mêmes comme domaines privés. Pour dire les choses autrement, ces réseaux d'élite de prédation travaillent à l'imposition du modèle élitiste néolibéral dans la sous-région de l'Afrique centrale avec tout ce que cela implique comme conséquences. Et les deux conséquences les plus redoutables sont la guerre de tous contre tous et l'ensauvagement (ou plutôt la naissance de l'idéologie de la tolérance culturelle à la violence et au meurtre).

Ces réseaux qui se font et se défont au gré des caprices de leurs parrains et/ ou des alliances contre-nature qu'ils nouent entre eux ont fini par tout théâtraliser : la guerre, la mort, la politique, les relations diplomatiques, le vote au suffrage universelle, la démocratie, etc.

Présentement, nous assisterions à la théâtralisation de la guerre. Les Etats profonds anglo-saxons et « les cosmocrates » auraient intimé à leurs marionnettes l'ordre d'arrêter la guerre de basse intensité imposée à la RDC tout en leur demandant de maintenir ce pays dans son état de « non-Etat ». Les négociations ou les pourparlers avec la milice rwandaise du M23 pourrait servir à cela. Encore une fois, les institutions congolaises vont être infiltrées par une bonne partie de cette milice pour leur affaiblissement.

Il est curieux que plusieurs compatriotes ayant lu l'une des dernières interviews de l'envoyé spécial US (Russel Feingold) en Afrique centrale (à la RFI ) n'ait pas relevé le fait que ce monsieur tout en affirmant l'amitié existante entre son pays et le Rwanda soutient que le pays des mille collines, en tant qu'Etat souverain, ne peut pas négocier avec les rebelles des FDLR. Et que la RDC , elle, devait poursuivre les pourparlers de Kampala. Car, pour lui, la solution militaire est insuffisante. Il faut à la RDC une solution politique : négocier avec la milice rwandaise du M23 et arriver à un accord. Il est clair que dans l'entendement de ce monsieur, contrairement au Rwanda, la RDC n'est pas un pays souverain. Il est un pays sous tutelle des Etats profonds anglo-saxons. Ceux-ci lui dictent la ligne de conduite à tenir. (D'ailleurs, ils font la même chose avec le Rwanda même s'ils ne présentent de manière rhétorique comme un pays souverain.) En d'autres mots, l'Afrique centrale est une propriété anglo-saxonne aux mains de quelques « kapita médaillés ». Pour preuve, il a suffit que ce monsieur parle pour que tous ces « kapita médaillés » et leurs futurs substituts reprennent en chœur ses thèses : « Oui. Il n'y a pas de victoire militaire à cette guerre. Nous devons retourner aux pourparlers de Kampala. Nous devons aller aux élections en 2016. »

Mais est-il possible d'étudier le devenir de la guerre de basse intensité en RDC sans avoir une vue large sur ce qui se passe aujourd'hui à travers le monde ? La banqueroute des USA ou l'échec de leur politique martiale, par exemple ?

Il est un fait que les guerres ont appauvri les USA et « l'exceptionnalisme américain » paraît rétrograde dans un monde de plus en plus polycentré. Ils peuvent encore soutenir un « chaos organisé » mais pas une guerre de grande ampleur en Afrique centrale. Certaines opinions publiques américaines, britanniques et congolaises ne veulent plus de ce « génocide congolais » permanent. Aussi, l'Afrique du Sud, membre du Brics, comme certains alliés des USA se rapprochent de plus en plus de la RDC , un pays où la présence chinoise suscite des peurs et des appréhensions. Il n'est pas exclu que tous ces éléments militent en faveur d'un certain changement de stratégie.

De plus en plus, une certaine présence britannique en RDC donne à penser. Il est possible qu'un certain Etat profond britannique travaille au retour sur le devant de la scène politico-économique congolaise des Congolais(es) pur jus mais « pervertis ».

Bref, disons qu'il n'y avait pas de guerre entre la milice rwandaise du M23 (travaillant en réseau avec quelques congolais à et la RDC. Non. Cette milice participe d'une guerre d'agression et de basse intensité fomentée par les Etats profonds anglo-saxons au profit des multinationales. Le paysage international change. Les élites néolibérales anglo-saxonnes varient ou diversifient leurs stratégies. Les FARDC n'ont remporté aucune victoire. Il y a eu théâtralisation de la guerre. Nos populations tenues en marge de toutes les informations nécessaires à la compréhension de ce théâtre ont applaudi. Malheureusement, la RDC n'est pas encore sortie de l'auberge. Presque toutes ses terres ont été vendues comme carrés miniers. Son pétrole et son gaz ne lui appartiennent presque pas. Ses forêts sont détruites.

Les nouveaux prédateurs se sont distribué une bonne partie de terres non-vendues aux multinationales pour deux ou trois décennies. (A suivre)

Mbelu Babanya Kabudi
Dimanche, 03 Novembre 2013

http://apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/1410-etudier-les-victoires-des-fardc.html?fb_comment_id=fbc_267638986694191_875621_267756446682445#f3bc1e4104

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Amara le 4/11/2013, 11:10 pm

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/democraticrepublicofcongo/10417909/DR-Congo-M23-rebels-close-to-defeat-after-US-and-Britain-urge-Rwanda-to-stay-out.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Admin le 5/11/2013, 10:03 am

La défaite du M23 n'a rien d'étonnant ... sans l'appui du Rwanda le M23 ne peut pas faire face aux FARDC ... les dieux de ce monde ont stoppé Kagamé cette fois ci, ce qui a causé la débâcle du M23. Plusieurs officiers Rwandais Tutsi ont lâché le M23 et sont sous la protection de l'état congolais, ils sont à Kinshasa et à Lubumbashi.

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Arafat le 5/11/2013, 11:07 am

Admin a écrit:La défaite du M23 n'a rien d'étonnant ... sans l'appui du Rwanda le M23 ne peut pas faire face aux FARDC ... les dieux de ce monde ont stoppé Kagamé cette fois ci, ce qui a causé la débâcle du M23. Plusieurs officiers Rwandais Tutsi ont lâché le M23 et sont sous la protection de l'état congolais, ils sont à Kinshasa et à Lubumbashi.
J´ai beaucoup rigolé hier en apprenant sur LCI que le M23 "exigeait" un cessez le feu immédiat. Very Happy Very Happy Very Happy 

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  mongo elombe le 5/11/2013, 11:28 am

http://www.congomikili.com/lambert-mende-le-m23-doit-mettre-ses-troupes-a-la-disposition-des-fardc/


Totologie eleka MENDE, j'ai honte de ce qu'il dit? Leurs place en prison en attente de procès de la part d'un gagnant c'est une insulte au peuple congolais. Honte a lui.


Je commence a croire a l'hypothèse que le M23 a abandonné ses positions et tout ça du théâtre et je me pose la question dans quel but? Ils continuent  a négocier pourquoi?

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Troll le 5/11/2013, 11:50 am

Shocked CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L´HUMANITÉ, L´EXCEPTION "TUTSI"Question Evil or Very Mad 

Bémol, nous n´avons aucun respect pour les propos de Mende...il doit bien savoir que la chute du M23 peut-être sa propre chute:P Razz Razz Razz Quand les officiers Tutsiphones disent pour une fois la vérité sur les fosses communes, vielles fosses communes qui datent de l époque où la RCD-Goma de Ruberwa controlait le Kivu:P Razz Mende doit sentir le vent froid de l´histoire venir lecher son visage et sa memoire de temps en temps:star: 

GOMA...BUNAGA..DES EXCEPTIONS "TUTSIS"Question 

Avant d´aller au fond des histoires des fosses communes qui risquent de terroriser Ruberwa..et Kagame, les crimes de guerre dont sont auteurs les leaders du M23 qui n´ont pas hésités á tirer des obus sur la ville de Goma et très recement la cité de Bunagana:P Shocked sont des crimes de guerre.
Tirer sur des populations civiles est une violation de la Convention de Geneve...et pire, un crime contre l´Humanité..quand un Mende ose dire que ces criminels de guerre peuvent rêver de devenir des membres des FARDC..et beneficier d´une amnestie qui va effacer leurs crimes contre des civils congolais:o Shocked Shocked Shocked 

Cette fois ici, voyons si les Tutsis sont une "exception" sur cette planète..voyons si Bosco Ntanganda sera le seul et unique Tutsiphone qui sera sacrifié et ses amis peuvent beneficier d´une absolution éternelle..
Les évêques Catholiques congolais disaient que ces Tutsiphones sont des éternels crimineles:evil: Evil or Very Mad avec raison...et ces "negociations" semblent être une voie pour leur accorder l´impunité une fois de trop....


WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 5/11/2013, 12:12 pm

FLASH: LE M23 ANNONCE LA FIN DE LA REBELLION/COMMUNIQUE OFFICIEL



http://democratiechretienne.org/2013/11/05/flash-le-m23-annonce-la-fin-de-la-rebellioncommunique-officiel/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Arafat le 5/11/2013, 12:14 pm

mongo elombe a écrit:http://www.congomikili.com/lambert-mende-le-m23-doit-mettre-ses-troupes-a-la-disposition-des-fardc/


Totologie eleka MENDE, j'ai honte de ce qu'il dit? Leurs place en prison en attente de procès de la part d'un gagnant c'est une insulte au peuple congolais. Honte a lui.
C´est une forme d´amnestie deguisée et ça sera en contradiction avec ce qu´avait declaré le président de la république lors de son discours devant le congrès. Le président avait dit ceci : "Dans ce domaine, la recommandation cardinale des Concertations nationales est celle de l’éradication des groupes armés. J’y souscrits sans réserve et affirme que ces groupes, quels qu’ils soient, n’ont d’autre choix que de déposer les armes et se rendre, ou d’y être contraint par la force."

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  LORD MBAKAMA le 5/11/2013, 1:44 pm


ENFIN très beau pour être vrai avec ce coup de théâtre KAMPALAIS:
Le M23 proclame la fin de sa rébellion en RDC (source agence Reuters)
Comme il le veut, ce triumvirat AMERICANO-BELCO FRANCO-ANGLAIS MET EN DEBANDADE OU EN MARCHE LE CLUB SYNDICALISTE KABILISTE ET LE M23 SON GARANT D'EXPLOITATION ILLICITE DE MINERAIS DE L'EST SELON CES INTÉRÊTS IMMÉDIATS. çA AU MOINS NOUS LE SAVONS, NOUS NE SOMMES PAS BMW JUSQU’À CE POINT Là QUAND MEME ? SUIVEZ :

KINSHASA (Reuters) - Le mouvement du M23 a proclamé mardi la fin immédiate de sa rébellion dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et exprimé sa volonté de parvenir à une solution pacifique avec le gouvernement après 20 mois de crise.

Le M23, composé d'anciens militaires qui avaient été réintégrés à l'issue d'une précédente rébellion, est acculé à la frontière ougandaise à la suite d'une offensive des forces armées de RDC appuyées par une brigade d'intervention de l'Onu.

Le gouvernement congolais a même affirmé mardi que l'armée avait vaincu les rebelles.

"Le chef d'état-major et les commandants de toutes les unités principales (de la rébellion) sont priés de préparer les troupes au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration selon des termes à convenir avec le gouvernement du Congo", déclare Bertrand Bisimwa, chef de l'aile politique du M23, dans un communiqué.

Cette annonce répond à une exigence formulée quelques heures plus tôt par les dirigeants africains de la région réunis à Pretoria, en Afrique du Sud.

A l'issue de ce sommet commencé lundi soir, les dirigeants des pays des Grands Lacs et de l'Afrique australe ont déclaré dans un communiqué qu'un accord de paix pourrait être signé dans l'est de la RDC "à condition que le M23 effectue une déclaration publique par laquelle il renonce à la rébellion, à la suite de quoi le gouvernement effectuerait une déclaration publique d'acceptation".

"Cinq jours plus tard, un accord serait officiellement signé", ajoutent-ils dans ce communiqué signé en leur nom par la présidente du Malawi, Joyce Banda, et le président de l'Ouganda, Yoweri Museveni.

Le gouvernement de Joseph Kabila a pour sa part affirmé mardi que l'armée congolaise avait pris aux premières heures de la journée deux positions du M23 présentées par l'état-major comme les derniers bastions des rebelles dans l'est de la RDC.

"Tshanzu et Runyoni ont été pris par l'armée vers 03h00 (00h00 GMT). De nombreux combattants du M23 se rendent", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende. "Militairement, c'est terminé."
Lu pour vous par LORD MBAKAMA l'homme du devoir
Pete Jones; Bertrand Boucey pour le service français

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 5/11/2013, 2:43 pm

"RDC: le M23 met un terme à sa rébellion dans l'est du pays
° http://www.rfi.fr/afrique/5min/20131105-le-gouvernement-congolais-annonce-une-victoire-totale-le-m23
Le porte-parole du gouvernement congolais a déclaré, ce mardi matin 5 novembre, que les FARDC ont obtenu « une victoire totale » sur le M23, avec la prise des collines de Chanzu et Runyonyi. Dans la foulée, le mouvement rebelle a annoncé qu'il mettait « un terme à sa rébellion ». Les deux parties étaient pourtant tombées d'accord pour arrêter les combats, il y a moins de 48 heures. La cessation des hostilités n'a en fait jamais été d'actualité.

La confirmation est venue de trois sources militaires, entre autres un général sur le terrain, et le porte-parole de l’armée congolaise. Les deux collines verdoyantes, Chanzu et Runyonyi, dernières places fortes du M23, ont été reprises par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ce mardi 5 novembre, un peu avant l’aube, vers 3 h (TU). D’après le porte-parole de l’armée, Olivier Hamouli, qui s'est confié à RFI, un commando spécial serait parvenu à brûler un dépôt de munitions à Chanzu, cette nuit.
Les derniers rebelles - une centaine d’éléments - auraient alors choisi de prendre la fuite, « faute de munitions », nous dit le porte-parole de l’armée. Les uns ont fui vers le Rwanda, les autres vers l’Ouganda.
Mais une autre source militaire bien informée affirme que le M23 aurait, en fait, choisi de prendre la fuite avant l’assaut final de l’armée congolaise et de tout brûler avant de partir, dont le dépôt de munitions et une quarantaine de voitures.

Le M23 reconnaît sa défaite
Seule certitude, ce mardi matin, tout est calme. Vers 5 h 30, six tirs à l’arme lourde ont résonné dans les collines. Depuis, plus rien. Le général de l’armée congolaise serait à l’heure actuelle sur place, pour constater la victoire des FARDC. Une victoire obtenue de haute lutte, après 12 jours d’une offensive marquée par des combats intenses.
Quelques heures après l'annonce du porte-parole du gouvernement congolais, le M23 a annoncé qu'il mettait un terme à sa rébellion. La direction du M23 « annonce qu'elle a décidé à dater de ce jour de mettre un terme à sa rébellion et de poursuivre, par des moyens purement politiques, la recherche des solutions aux causes profondes qui ont présidé à sa création », indique le communiqué des rebelles.
Plus de 3000 soldats étaient engagés dans la bataille face à quelques centaines de rebelles. Attendue depuis des semaines, cette victoire sonne en tout cas pour l’armée congolaise, et tout le pays, comme la revanche tant attendue sur une rébellion qui était parvenue à prendre Goma il y a un an.

Les combats ont duré toute la journée de lundi
« C'est impossible d'arrêter de tirer », expliquait, lundi, un rebelle du M23. « L'armée nous tire constamment dessus et c'est comme ça depuis dimanche. » Même son de cloche du côté des FARDC, qui accusent le M23 d'avoir volontairement bombardé le centre-ville de Bunagana, tuant des civils. Bombardement qui aurait incité l'armée à répliquer. « Ils ont violé le cessez-le-feu », s'accuse-t-on de part et d'autre, à Kampala, où se déroulaient des pourparlers.

Pourtant, selon l'envoyé spécial des Etats-Unis pour les Grands lacs, l'annonce d'un cessez-le-feu par le M23 n'était pas suffisante pour le gouvernement congolais. Kinshasa estime, selon lui, qu'il faut que le mouvement rebelle annonce qu'il renonce à la lutte armée. Ce qui, de sources concordantes, figure déjà dans le texte sur lequel les deux parties se sont mises d'accord.
Alors, comment expliquer ce quiproquo ? « Pourquoi signer un accord, quand on est si près d'obtenir la victoire totale ? », répond un spécialiste de la région. « Jamais Kinshasa n'a été aussi près d'aboutir et, surtout, avec un tel soutien de la Monusco », ajoute-t-il. Si les hélicoptères et les chars de la mission onusienne sont intervenus, c'est officiellement pour protéger les civils. « Ils nous soutiennent, c'est tout ce qui compte », commente simplement une source militaire congolaise.

Rencontre diplomatique au sommet à Pretoria
Sur le plan diplomatique, les dirigeants d'une quinzaine d'Etats de la région se sont retrouvés, lundi 4 novembre à Pretoria, en Afrique du Sud, pour un sommet conjoint de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), sur la crise congolaise. Le président congolais, Joseph Kabila, était présent. Le Rwanda était en revanche représenté par sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. Au cœur des débats : la question du renoncement du M23 à la lutte armée.
La rencontre - trois heures de discussions à huis clos - devait permettre de faire un point sur la situation dans l’est de la RDC. Un point sur la situation militaire, alors que des combats avaient repris il y a une semaine entre l’armée congolaise et les rebelles du M23. Mais un point, également, sur les discussions en cours entre les deux parties dans la capitale ougandaise. D’après le communiqué de fin de sommet, le gouvernement congolais et les rebelles du M23 étaient tombés d’accord sur les onze points qui étaient en discussion à Kampala, sans préciser lesquels.

Le communiqué ajoutait qu’un accord pouvait désormais être signé, à condition cependant que le M23 annonce publiquement qu’il renonce à la rébellion. Après quoi, le gouvernement congolais accepterait publiquement et, cinq jours plus tard, une signature officielle de cessez-le-feu pourrait avoir lieu. Voilà ce qui a été accepté par les deux parties à Kampala. C'était avant l'annonce de la victoire totale des FARDC.


■ REPORTAGE: A Chengero, l'un des derniers villages meurtris par les combats

Ils sont une cinquantaine. Un petit nombre de personnes, qui pressent le pas sur la route. Femmes et enfants, un matelas, une valise ou un grand baluchon sur la tête. Tous fuient les obus qui se sont écrasés sur leurs villages, un peu plus tôt.
« La bombe est tombée au niveau de l'école vétérinaire et ça a fait beaucoup de morts là-bas. Je ne sais pas combien. Tout le monde a couru dans toutes les directions. J'ai perdu de vue deux de mes enfants, je ne sais pas où ils sont », raconte Meriem, qui tient un enfant par la main.
Cédric a, lui aussi, fui au plus vite. « Moi, j’ai pris mes habits, et puis j’ai couru. J’ai laissé mes parents. Je ne sais pas où sont mes parents. Nous, nous ne voulons pas la guerre. Nous voulons la paix. »

Villages bombardés
Un peu plus haut, le village de Chengerero a été déserté. Ici et là, un impact d’obus de mortier. Sur la route, un homme recroquevillé sur lui-même est mort sur le coup. Un cortège porte une victime, dans une natte en pagne.
Tout à coup, des coups de feu retentissent. Une nouvelle attaque. Les tirs viennent des collines où se sont retranchés des éléments du M23. Toute la journée de lundi, une douzaine d’obus de mortier se sont écrasés sur des villages près de la frontière ougandaise.
Postée le long de la route qui mène à ces localités, l’armée congolaise a répliqué, tout comme la brigade d'intervention de l’ONU, et ses chars, postés plus haut dans les collines."
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-le-m23-annonce-mettre-un-terme-sa-rebellion
° http://www.france24.com/fr/20131105-rdcongo-gouvernement-rebellion-nord-kivu-m23-armee?ns_campaign=highlights&ns_source=google_news&ns_mchannel=autopromo&ns_fee=0&ns_linkname=20131105_rdcongo_gouvernement_rebellion_nord_kivu_m23
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131105082739/kinshasa-rdc-fardc-bertrand-bisimwa-crise-dans-le-kivu-rdc-le-gouvernement-annonce-la-victoire-totale-sur-le-m23.html
° http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2013/11/131105_congo_m23_end_rebellion.shtml
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Hiro-Hito le 5/11/2013, 3:07 pm

Wilco, panza mpoke
Admin a écrit:La défaite du M23 n'a rien d'étonnant ... sans l'appui du Rwanda le M23 ne peut pas faire face aux FARDC ... les dieux de ce monde ont stoppé Kagamé cette fois ci, ce qui a causé la débâcle du M23. Plusieurs officiers Rwandais Tutsi ont lâché le M23 et sont sous la protection de l'état congolais, ils sont à Kinshasa et à Lubumbashi.

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Troll le 5/11/2013, 4:18 pm

Arrow Arrow Le secret de la victoire rapide au Kivu ?

Il doit exister des informations militaires secrètes dont les medias ne parlent pas sur cette blitzkrieg d´une semaine au Kivu:roll: Suspect 
Vous ne lirez pas quelque part quel système d´artillerie la Brigade Africaine utilise..bien que certains sites Internet parlent des canons G6 de Denel que l´armée Sud Africaine utilise au Kivu ( www.africandefence.net )Idea 

Ce site www.africandefence.net ..cliquez sur Central Africa annonce avec le titre "Rooivalk attackt helicopters perform well in first combat action against M23sunny  que la Brigade Africaine beneficie d´une puissance de feu plus que respectable sur le terrain.
En effet, l´action des deux Rooivalk SudAf a eu un impact psychologique très important sur le M23..car tirant des roquettes de 70 mm et pire, ces hélico de combat ont été en action malgré le mauvais temps..avec des Brouillards á 2000 m d´altitude:sunny: 

Voici le Rooivalk "combat proven" ..et le marketing de cette machine commence par le Congo qui peut sans doute étudier de plus près ces performances..et pourquoi pas planifier son achat via le deal d´Inga où l´Afrique du Sud va importer l´électricité pendant des années:sunny: 

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 5/11/2013, 4:26 pm

Hiro-Hito a écrit: Wilco, panza mpoke

Admin a écrit:La défaite du M23 n'a rien d'étonnant ... sans l'appui du Rwanda le M23 ne peut pas faire face aux FARDC ... les dieux de ce monde ont stoppé Kagamé cette fois ci, ce qui a causé la débâcle du M23. Plusieurs officiers Rwandais Tutsi ont lâché le M23 et sont sous la protection de l'état congolais, ils sont à Kinshasa et à Lubumbashi.
C'est vrai Wilco que si je vous ai bien compris et si vos propos sont exacts; c'est bien plus grave au (nouveau) royaume tustiphile de Milles Collines, bien plus grave que ce que je savais jusque-là des tentatives dans le Rwanda actuel à défier le puissant, autocrate, sectaire, psychorigide (et psychopate ?) Kagame !
Ses opposants (j'en avais parlé ici, voir
° http://ikazeiwacu.unblog.fr/2013/11/04/letter-from-the-north-state-secrecy-the-congo-war-chronicle-part-3/ ou même le gentil (centriste) ° http://www.jambonews.net/ ) auraient bien raison de signaler des graves divergences internes rwandaises dues notamment à l'entêtement pathologique de Kagame quant à son projet expansionniste vers le Congo...

Vous vous imaginez : des officiers rwandais chargés d'encadrer le M23 auraient en signe de protestation ultime déserté et se seraient mis sous la protection de l'Etat Congolais ? C'est bien ce vous nous dites ?
Je n'ai jamais entendu et espéré  rien de tel; dites-nous en plus si vous pouvez !!!


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 6/11/2013, 1:52 am

"RDC : l’armée congolaise à Chanzu, ancien fief du M23
° http://www.rfi.fr/afrique/20131105-rdc-armee-congolaise-chanzu-ancien-fief-m23
Le mouvement du M23 a proclamé, ce mardi 5 novembre au matin, la fin immédiate de sa rébellion dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et exprimé sa volonté de parvenir à une solution pacifique à la crise. Le gouvernement de Kinshasa a annoncé de son côté que l'armée avait pris le contrôle de la dernière grande base des rebelles. « Les derniers rebelles ont fui pour la plupart vers le Rwanda », a ajouté le ministre de la Communication. Et à Chanzu, ancienne place forte du M23, ce sont désormais les soldats congolais qui paradent.

Chanzu, l’ancienne place forte du M23, est une colline à plus de 2 000 mètres d’altitude, un petit sommet qui surplombe des centaines d’autres collines. C’est là, que le M23 a démarré sa rébellion il y a vingt mois, c’est là aussi qu’il avait établie sa base opérationnelle. Littéralement une paillote au sommet juste à côté d’un hôtel éternellement en construction.
C’est là que résidait encore il y a quelques heures le chef militaire du M23, Sultani Makenga. Ce midi, c’est un soldat congolais qui porte son chapeau un autre a récupéré une guitare électrique. Plus essentiel, tout autour, dans les contreforts de la colline, cinq importantes caches d’armes cachées sous terre ont été découvertes, une quantité d’artillerie effarante, le M23 en a brûlé une partie avant de prendre la fuite, l’odeur de la poudre est toujours suspendue dans l’air.

Ce mardi matin, pour l’armée congolaise, la prise de la ville de Chanzu, avait tout de la chasse au trésor, car les rebelles, une centaine environ, ont fui juste après avoir brûlé un maximum de munition et une quarantaine de voiture. Une vingtaine d’entre eux, ce sont rendus. Partout des soldats se promènent certains avec des missiles antichar, d’autres avec des cartouches et des grenades, comme autant de trésors de guerre. Tous se délectent de ce moment, se félicitent et chantent : « La guerre est finie, la guerre est finie, Sultani Makenga est fini ».


Analyse : pourquoi le M23 a-t-il rendu les armes ?

Le M23 a cédé à la pression diplomatique. Ce qu'exigeait le gouvernement congolais, c'est que le mouvement du 23-Mars annonce publiquement la fin immédiate de sa rébellion. C'était déjà inscrit dans les textes sur lesquels les deux partis s'étaient mis d'accord à Kampala : une déclaration publique pour pouvoir proclamer la victoire, quel que soit l'accord signé dans quelques jours. C'est du moins ce qu'espère la communauté internationale.
Sur le terrain, les troupes du M23 étaient aussi sous forte pression après l'offensive des FARDC, retranchées sur deux ou trois collines autour de Bunagana, leur dernière place-forte tombée la semaine dernière aux mains du gouvernement. Hier, ce sont les hélicoptères et les chars de la Monusco qui sont entrés en action au côté de l'armée congolaise.

Alors que le président du M23 annonce la fin de la rébellion et que ses troupes se préparent au désarmement, les commandants du M23 et leurs escortes, ce qui restait des troupes rebelles après l'offensive, ont évacué leurs positions à la faveur de la nuit. Des positions qui ont été reprises ce mardi matin par l'armée. « Ils sont toujours au Congo », assure l'un des représentants de la délégation du M23 aux pourparlers de Kampala."

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-larmee-defait-les-rebelles-du-m23-une-victoire-militaire-historique
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-larmee-congolaise-va-sattaquer-incessamment-aux-rebelles-rwandais-fdlr-ministre


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 6/11/2013, 9:09 am

CLOSING STATEMENT SUMMIT ICGLR/SADC IN PRETORIA / COMMUNIQUE FINAL DU SOMMET DE PRETORIA CIRGL/SADC
par mpp le 5 novembre 2013

Document
Pretoria — 1. Communique – Joint Summit of the Southern African Development Community (SADC) and the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR) was held in Pretoria, South Africa on 04 November, 2013:
2. Joint Summit was co-chaired by Her Excellency Dr Joyce Banda, President of the Republic of Malawi and Chairperson of SADC and His Excellency Yoweri Museveni, President of the Republic of Uganda and Chairman of the ICGLR.
3. Joint Summit was attended by the following Heads of State and Government or their representatives:
DRC – H.E. Joseph Kabila Kabange
Kenya – H. E. Uhuru Kenyatta
Lesotho – Rt. Hon. Motsoahae Thomas Thabane
Malawi – H.E. Dr. Joyce Banda
Namibia – H.E. Hifikepunye Pohamba
South Africa – H.E. Jacob Gedleyihlekisa Zuma
Tanzania – H.E. Jakaya Mrisho Kikwete
Uganda – H. E. Yoweri Museveni
Zimbabwe – H. E. Robert Gabriel Mugabe
Swaziland – Dr. Vincent Mhlanga, Acting Prime Minister
Angola – Hon Georges Rebelo Pinto Chikoti, Minister for External Relations
Botswana – H.E. Kenny Kapinga – High Commissioner to the Republic of South Africa
Burundi – H.E. Gabriel Nizigama, Minister for Public Security
Congo Republic – H.E. Charles Richard Mondjo, Minister at Presidency in charge of National Defence
Mauritius – H.E. Mr. M.I. Dossa – High Commissioner to the Republic of South Africa
Mozambique – H.E. Alberto Vaquina, Prime Minister
Rwanda – Hon. Louise Mushikiwabo, Minister of Foreign Affairs
South Sudan – H.E. James Wani Igga, Vice President of the Republic
Sudan – H.E. Mr. Salah Wanasi, State Minister of Foreign Affairs
Zambia – Hon. Wynter Kabimba, Minister of Justice
4. Joint Summit was also attended by the Executive Secretaries of SADC and the ICGLR, Dr. Stergomena Lawrence Tax and Prof. Ntumba Luaba, respectively.
5. Joint Summit was also attended by the AU Commissioner for Peace and Security representing the Chairperson of the African Union Commission and the representative of the UN Secretary General’s Special Envoy to the Great Lakes Region.
6. Joint Summit received and adopted the report of the Joint SADC/ICGLR Ministerial Meeting on the Implementation of the Framework for Peace, Security and Cooperation for the DRC and the Region, including the status of Deployment of the Intervention Brigade (IB) and the recent conflict between the FARDC and M23.
7. Joint Summit urged all signatories to the Peace, Security and Co-operation Framework for the DRC and the Region to implement commitments made towards implementation of the Agreement.
8. Joint Summit commended the Republics of Malawi, South Africa and the United Republic of Tanzania for deploying their troops under the auspices of MONUSCO in the eastern DRC.
9. Joint Summit commended H.E. Yoweri Museveni, President of the Republic of Uganda and Chairperson of the ICGLR for his efforts in facilitating the Kampala Dialogue.
10. Joint Summit noted that all the 11 issues under discussion in the Kampala Dialogue had been agreed upon and that the parties would sign an agreement on condition that the M23 makes a public declaration renouncing rebellion, after which the Government would make a public declaration of acceptance. Five days after this is done, then a formal signing of the agreement would be done.
11. Joint Summit commended the Government of the DRC for its efforts in ensuring that the Framework for Peace, Security and Cooperation for the DRC and the Region is implemented by all stakeholders in the country.
12. Joint Summit commended the FARDC and Intervention Brigade (IB) for recapturing M23 strongholds and restoring of government control.
13. Joint Summit urged MONUSCO/IB to maintain its enforcement mandate and capability with regard to uprooting all negative forces in the eastern DRC.
14. Joint Summit commended the UN Secretary General’s Special Envoy to the Great Lakes Region, H.E. Mrs Mary Robinson and the Technical Support Committee (TSC) for the progress made towards the implementation of the Framework for Peace, Security and Cooperation for DRC and the Region.
15. Joint Summit recalled that the Technical Support Committee (TSC) had started its work in Nairobi, Kenya in June 2013 and has developed Benchmarks and Indicators of Progress for the International and Regional Commitments under the Peace, Security and Co-operation Framework Agreement for DRC and the Region.
16. Joint Summit urged SADC and ICGLR Member States to honour the implementation of the benchmarks and indicators of the Framework for Peace, Security and Cooperation for DRC and the Region.
17. Joint Summit urged SADC and ICGLR Member States to handover negative forces to their countries of origin within the spirit of the UN Framework for Peace, Security and Cooperation for DRC and the Region.
18. Joint Summit directed the two Secretariats to harmonise and synergize the work of ICGLR and SADC in the implementation, monitoring and evaluation of the Peace, Security and Cooperation Framework, as well as to establish a mechanism for Ministers of Defence and Foreign Affairs and International Cooperation to meet every six months to review progress leading to a Joint SADC/ICGLR Annual Summit of Heads of State and Government.
19. Joint Summit strongly condemned the recent act of terrorism in Kenya and expressed condolences to the government and people of Kenya following the death of more than 67 people and destruction of property.
20. Joint Summit strongly condemned the recent acts of violence being perpetrated by the RENAMO in the Republic of Mozambique and urged RENAMO to stop acts of violence forthwith.
21. Joint Summit noted the devastation caused by the recent flooding in South Sudan and expressed appreciation for the support received so far from the neighbouring countries and the International Community.
22. Joint Summit expressed its appreciation to the Government and people of the Republic of South Africa for the warm hospitality extended to all delegates and facilities placed at their disposal.
Done
Pretoria, Republic of South Africa
04 November, 2013
H.E. Dr Joyce Banda
President of the Republic Malawi and Chairperson of SADC
H.E. Yoweri Museveni
President of the Republic of Uganda  and Chairperson of ICGLR
Dr. Stergomena L. Tax, Executive Secretary, SADC Secretariat
Prof. Alphonce Ntumba Luaba, Executive Secretary,  ICGLR Secretariat

http://democratiechretienne.org/2013/11/05/final-statement-summit-icglsadc-in-pretoria-communique-final-du-sommet-de-pretoria-cirglsadc/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Troll le 6/11/2013, 11:59 am

clown  THE WINNER TAKES IT ALL..pas d´accord, un simple communiqué 

  R Lumbala continue á faire son show, mais la réalité est si simple: Les congolais n´ont plus l´intention de signer un "accord" ni reconnaitre les "11 Points"..
Si simple, ce que le M23 ne répresente plus rien, pas de territoire ni des capacités militaires..nada, rien:dancer: Alors signer un "accord" avec une organisation terroriste..C´est comme si en 1945, les alliés signaient un accord avec les Nazis   

Sur RFI, R Lumbala parle de la "Communauté internationale" qui devrait faire pression sur la RDC..en oubliant que les congolais n´ont plus á faire á Kampala:coffee:  Le M23 ne doit pas devenir un parti politique au Congo:nonono:  Á cause avant tout de ses liens avec le Rwanda et l´Ouganda.

Pire, comment accorder un statut politique á une organisation terroriste auteur des crimes de guerre et des crimes contre l´Humanité 
Les quelques 300 militaires du M23 ne méritent même pas une intégration dans l´armée...    Et ceux qui semble-t-il se retrouvent au Rwanda devraient se dire que les congolais ont le droit de faire pression..pour obtenir l´application de l´Accord d´Addis-Abeba qui interdit aux pays signataires d´heberger des milices terroristes sur leur territoire..

La RDC a aussi l´option de recourir á la CPI pour obtenir les transferts devant la justice des leaders du M23 qui se trouvent au Rwanda et en Ouganda:girlscream:  

R Lumbala "refugié politique" et bientôt recherché par la justice internationale   

 
The winner takes it all comme chantait le groupe ABBA suèdois...   

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Hiro-Hito le 6/11/2013, 3:26 pm

Cher Troll, le problem avec votre posting ce n'est pas sa pertinence mais plutot votre style (une confirmation au lieu d'une opinion perso), qd vous dites "Les Congolais n'ont pas l'intention de signer..." (n'eut-il pas fallu q vous disiez, "moi je pense" ou une autre facon d'attenuer votre affirmation?) dites nous un peu, Vous parlez du citoyen lambda ou de ceux qui dirigent et qui sont a Kampala? C'est depuis longtps q nazo tuna, qcqi reste encore sur la liste des desiderata du M23? et aujourd'hui avec ce developpement, on comprend qu'il y qlqch.
Qd vous parlez d'un status politique q le M23 ne meriterait pas, Runiga fait partie de ql groupe, CNDP ou M23? po epa na nga, M23 = CNDP

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 6/11/2013, 4:14 pm

"RDC: à Chanzu, les FARDC célèbrent leur victoire contre le M23
° http://www.rfi.fr/afrique/20131106-rdc-chanzu-fardc-celebrent-leur-victoire-contre-le-m23

A Chanzun, le 5 novembre 2013, des soldats du M23 surveillent des prisonniers suspectés d'avoir combattu dans les rangs du M23.

Chanzu, la dernière place forte du M23, a été reprise ce mardi 5 novembre. Une victoire obtenue de haute lutte après 12 jours d’offensive et de combats intenses. Plus de 3 600 soldats étaient engagés dans la bataille face à quelques centaines de rebelles. Reportage.


Avec la prise de Chanzu, le M23 a signé sa mort militaire. Sur la colline verdoyante, quartier général de la rébellion, il ne restait qu’une quarantaine de voitures calcinées et des tonnes de munitions, abandonnées dans leur fuite par les rebelles.
Ce sont désormais les forces congolaises qui occupent les lieux, déployées partout sur la colline, pas peu fières d’avoir remporté une victoire totale sur une rébellion qui les avait humiliées il y a un an en s’emparant de Goma pendant quelques jours. Sur les visages rieurs des combattants, on peut lire le bonheur de la victoire. On se sert les mains, on se félicite. L’armée congolaise profite visiblement de ce moment d’autosatisfaction.


Officiers (à gauche, le colonel Mamadou) et membres de l'armée congolaise se félicitent de cette victoire historique sur le m23.

Un symbole

Chanzu. Tout un symbole. Depuis cette colline qui surplombe toutes les autres, le groupe rebelle, pendant 20 mois, a malmené l’armée congolaise, de défaites en coups durs. Alors aujourd’hui, les soldats victorieux paradent.
Dans des cachots, 69 prisonniers ont été retrouvés, certains très amaigris. Selon eux, Sultani Makenga et son escorte auraient vidé les lieux à minuit la nuit précédente. En revanche, aucune information n’a percé sur leur destination. L’armée congolaise songe au Rwanda et à l’Ouganda, à moins de 10 km de là.
Cette offensive de douze jours aura fait au total une vingtaine de victimes côté FARDC et une centaine de blessés. Douze civils ont également péri dans les échanges de tirs. Cette offensive aura permis à l’armée loyaliste de reprendre l’intégralité du territoire qu’occupait le M23 et de consacrer la première grande victoire militaire du pays depuis son indépendance en 1960."



"RDC : le M23 veut exister politiquement après avoir été vaincu militairement
° http://www.rfi.fr/afrique/20131105-rdc-m23-veut-exister-politiquement-apres-avoir-ete-vaincu-militairement-sultani-makenga-monusco-fdlr
L’armée congolaise a obtenu, mardi 5 novembre, une victoire historique en battant la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23) dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Après cette défaite sur terrain, le M23 se retrouve en position fragile. En déroute, il annonce avoir renoncé à la lutte armée et dit vouloir se transformer en parti politique. Le M23 espère toujours conclure un accord politique avec Kinshasa mais, pour le gouvernement congolais, cet accord n'est plus d'actualité.

Vaincu militairement, le M23 sera-t-il écrasé politiquement ? L'ex-mouvement rebelle, qui a renoncé mardi à la lutte armée et qui annonce vouloir devenir un mouvement politique, a cédé à toutes les exigences de Kinshasa. Cependant, le M23 veut - coûte que coûte - obtenir la signature, à Kampala, d'un accord politique traitant notamment des questions de démobilisation et d'amnistie de ses combattants.
Mais, pour Kinshasa, cet accord n'est plus d'actualité. Le gouvernement congolais annonce vouloir signer une simple déclaration et affirme déjà que son contenu sera très différent de ce qui a été discuté à Kampala. « Nous sommes allés à Kampala pour écouter les griefs de nos compatriotes qui sont au M23. Ça ne leur donnait aucune légitimité. On ne peut pas, étant une force négative, signer des accords avec un gouvernement. Je pense que tous nos partenaires de la communauté internationale sont d’accord avec ce point de vue et c’est donc une simple déclaration qui sera signée, pas un accord », a ainsi déclaré Lambert Mende Omalanga, le porte-parole du gouvernement congolais.

« Je dirais que le contenu de cette déclaration est différent des propositions que le M23 avait amenées sur la table et qui faisaient en quelque sorte de lui une sorte d’Etat dans cette partie de l’est de la RDC, chose que nous avons toujours refusée. Je pense que leur infortune sur le terrain militaire les a poussés à devenir un peu plus raisonnable, et c’est une bonne chose », a conclu le porte-parole du gouvernement.
Le M23 va-t-il devoir boire le calice jusqu'à la lie ? Et si oui, quelles en seront les conséquences ? Les centaines de combattants qui se sont rendus à la Monusco (la force des Nations unies au Congo) seront-ils considérés, par Kinshasa, comme des prisonniers de guerre ou seront-ils démobilisés ?

Quel sort pour les combattants en fuite ?
Autre question : qu'en sera-t-il des deux à trois cents combattants partis avec leur chef Sultani Makenga de l'autre côté de la frontière ? Si leur sort n'est pas réglé sur le papier, ne risquent-ils pas de constituer une menace à moyen terme ?
Et puis enfin, le vide laissé par le M23 ne va-t-il pas laisser libre champ aux rebelles hutu rwandais des FDLR (les Forces démocratiques de libération du Rwanda) ? Kinshasa a d'ores et déjà prévu cette éventualité en affirmant que les FDLR étaient désormais les prochaines cibles des forces congolaises.

Roger Lumbala, vice-président de la délégation du M23 à Kampala, joint par RFI, affirme que seul un accord politique permettra de régler définitivement la question de l’ex-mouvement rebelle du Nord-Kivu. L’aile politique du M23 attend de la communauté internationale qu’elle pousse Kinshasa à respecter ses engagements. « La communauté internationale a sorti un communiqué aujourd’hui disant qu’il faut respecter les onze points qui étaient déjà adoptés », a ainsi rappelé Roger Lumbala. Et d'affirmer : « Si le gouvernement veut saboter les actions qui sont menées par la communauté internationale, c’est à la communauté internationale de juger le comportement du gouvernement de Kinshasa. »
Pour lui, le M23 n’est pas mort. « En fonction des articles qui ont été déjà adoptés, le M23 va se transformer en parti politique. Donc, la vie du M23 continue », a encore assuré Roger Lumbala."



"RD Congo : "Il n’y aura probablement pas d’accord politique avec le M23""
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/11/05/rd-congo-il-n-y-aura-probablement-pas-d-accord-politique-avec-le-m23_3508694_3212.html


"RDC: le Nord-Kivu "calme" après la défaite du M23"
° http://www.jeuneafrique.com/actu/20131106T104904Z20131106T104828Z/rdc-le-nord-kivu-calme-apres-la-defaite-du-m23.html


"LE M23 DOIT RÉPONDRE DE SES CRIMES
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3973:le-m23-doit-repondre-de-ses-crimes&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Après sa capitulation

Après plus d’une semaine de combats, le M23 a fini par capituler, incapable de tenir tête à l’offensive musclée des FARDC. Dans un communiqué diffusé hier mardi 5 novembre depuis Kampala par son président, Bertrand Bisimwa, ce groupe armé classé force négative a pratiquement jeté l’éponge. Cette cessation des hostilités permet de mettre en branle le processus judiciaire qui devra établir les responsabilités des membres du M23 dans les crimes commis dans l’Est(...)"



"RDC : Un nouveau scénario s'écrit au Kivu
° http://www.afrikarabia.com/
Les rebelles du M23 ont annoncé mardi 5 novembre la fin de leur mouvement après la victoire militaire de l’armée congolaise. Thierry Vircoulon, d'International Crisis Group (ICG), analyse les nouveaux changements intervenus dans la région au terme de 18 mois de conflit.

Le M23, c'est fini. La rébellion a annoncé ce mardi matin "mettre un terme" à son mouvement, après avoir été chassée par l'armée congolaise de ses dernières positions militaires. Les rebelles du M23 occupaient depuis plus d'un an, 700 km2 de territoire au Nord-Kivu et s'étaient emparés brièvement de la ville de Goma fin 2012. Thierry Vircoulon, responsable du programme Afrique centrale d'International Crisis Group (ICG) décrypte pour nous le dénouement de cette crise.(...)"



"RDC : Sultani Makenga ou la stratégie jusqu'au-boutiste du M23"
Sultani Makenga, le chef militaire du M23. © AFP
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131105121729/rwanda-kinshasa-rdc-fardc-crise-dans-le-kivu-rdc-sultani-makenga-ou-la-strategie-jusqu-au-boutiste-du-m23.html


° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-chanzu-tombee-larmee-savoure-sa-victoire-sur-le-m23
° http://radiookapi.net/actualite/2013/11/06/martin-kobler-nous-devons-mettre-fin-la-guerre-afin-tout-le-monde-en-rdc-jouisse-des-richesses-naturelles/
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3972:mende-confirme-une-harmonisation-de-vues-sur-11-clauses-de-la-declaration-de-kampala&catid=85&Itemid=472
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/11/04/kinshasa-se-rejouit-de-la-blitzkrieg-a-la-congolaise/
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-une-victoire-militaire-a-143271
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3971:le-chant-du-cygne-pour-le-m23&catid=85&Itemid=472


"Après la défaite militaire du M23, la Monusco «va s’en prendre aux autres groupes armés»
° http://www.rfi.fr/afrique/20131106-apres-defaite-militaire-m23-monusco-va-s-prendre-autres-groupes-armes
Le M23 a proclamé, mardi 5 novembre, la fin immédiate de sa rébellion dans l’est de la RDC et affirme vouloir parvenir à une solution, tandis que le gouvernement congolais a proclamé une « victoire totale » sur le mouvement du 23-Mars. Lundi, la Monusco, la force des Nations unies, avait envoyé ses hélicoptères et ses chars contre les positions du M23. Abdallah Wafy, représentant du secrétaire général de l'ONU en charge des opérations dans l'est du Congo, numéro 2 de la Monusco, revient sur cette implication que beaucoup considèrent comme décisive(...)"




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 6/11/2013, 8:39 pm


Eugène Diomi Ndongala
il y a environ une minute

Cette guerre a commence en 1996 avec l Afdl après / RCD/ Cndp/ M23: sans pressions et un processus diplomatique cohérent elle risque de recommencer.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 6/11/2013, 8:43 pm

"06/11/13/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MERCREDI (CongoForum)
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=196174&Actualiteit=selected
Une victoire, ça se fête, et la presse congolaise ne manque pas de le faire. L’actualité y est dominée par la débâcle militaire du M23 qui dans un communiqué a annoncé avoir mis un terme à la rébellion. Si le M23 est dissous, on ne voit plus trop à quoi peuvent servir les pourparlers de Kampala, puisque le gouvernement n’y a plus d’interlocuteur. L’on comprend donc mal les appels persistants à « conclure » ces négociations qui ont toujours été dépourvues de sens. Mais on se pose aussi des questions : où sont passés les derniers combattants du M23 ? Que va-t-il se passer maintenant ?

Victoire


Les journaux parus ce matin à Kinshasa consacrent la plupart de leurs manchettes à la victoire des Forces armées de la RDC sur les rebelles du M23, qui par ailleurs trouvent aussi de larges échos dans les médias étrangers. Pour éviter des répétitions lassantes, voici un résumé de ce qui s’y dit..
Les rebelles du M23 occupaient depuis plus d'un an, 700 km2 de territoire au Nord-Kivu et s'étaient emparés brièvement de la ville de Goma fin 2012. La rébellion a annoncé ce mardi matin "mettre un terme" à son mouvement, après avoir été chassée par l'armée congolaise de ses dernières positions militaires. Les derniers combattants du Mouvement du 23 Mars ont été délogés pendant la nuit des deux dernières positions qu'ils occupaient dans les montagnes du Nord-Kivu, frontalières du Rwanda et de l'Ouganda. Le gouvernement congolais a proclamé de une "victoire totale" contre un dernier carré de 200 à 300 rebelles qui ne tenaient plus depuis la veille que deux collines Runyonyi et Chanzu, hauteurs verdoyantes à environ 80 km au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu. Plusieurs experts estiment que cela marque la première véritable victoire militaire du pays depuis son indépendance en 1960.
En une dizaine de jours, l'armée loyaliste a repris l'intégralité du territoire qu'occupait le M23. Tout ce temps, la force des Nations unies au Congo (Monusco) lui a fourni un précieux soutien en matière de logistique et de renseignement, puis un appui offensif décisif lundi dans les dernières heures de la bataille des collines.

La victoire a été fêtée dans la capitale, où fleurissent depuis plusieurs jours des panneaux publicitaires géants "FARDC Eloko ya makasi" ("Forces armées de la RDC: quelque chose de plus fort") et où près de deux mille femmes en blanc ont manifesté mardi leur soutien et leur gratitude aux militaires.  
Les FARDC connaissent une forme de "renaissance". Il n’est plus question de débâcle, pillages, viols, corruption... Pendant les offensives de ces derniers jours, au contraire, le comportement des militaires semble avooir été, à ce que nous savons, tout à fait professionnel. Il y a eu un changement de commandement. Le général Gabriel Amisi, qui commandait les forces armées dans l'Est du pays, a été suspendu et "éloigné" à Kinshasa (mais non encore puni). La corruption semble avoir également été stoppée dans ces unités, qui soudainement se sont trouvées approvisionnées, nourries et payées, ce qui pourrait être une conséquence de la « bancarisation » de Matata Ponyo. Malgré toutes ces années de "sur-place" dans la réforme de l'armée, à partir du moment où l'Etat veut remettre de l'ordre dans certaines unités de l'armée, c'est possible ! La question est maintenant de savoir si ce modèle peut s'étendre à l’ensemble de l'armée congolaise.

La direction du M23 « annonce qu’elle a décidé à dater de ce jour de mettre un terme à sa rébellion et de poursuivre, par des moyens purement politiques, la recherche des solutions aux causes profondes qui ont présidé à sa création », indique un communiqué signé du chef de la branche politique du mouvement, Bertrand Bisimwa. « A cet effet », tous les chefs militaires de la rébellion «sont priés de préparer les hommes des troupes au processus de désarmement, démobilisation et réinsertion sociale dont les modalités sont à convenir avec le gouvernement » de la RDC, ajoute ce bref communiqué.  
L’ONU et Kinshasa avaient exigé dimanche et lundi que le M23 annonce publiquement la fin de sa rébellion, conformément à l’engagement qu’avaient pris, selon eux, les négociateurs du M23 à Kampala, la capitale ougandaise, où les deux belligérants discutent bon an mal an depuis décembre. (...)"
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:35 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum