LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 13/10/2013, 9:43 pm

"Nord-Kivu : la Société civile dénonce des renforts rwandais et ougandais au M23
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/13/nord-kivu-la-societe-civile-denonce-des-renforts-rwandais-ougandais-au-m23/
La Société civile du Nord-Kivu a invité dimanche 13 octobre le chef de l’Etat, Joseph Kabila, et le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, à déclarer l’état de siège dans les territoires de Rusthuru, Masisi et Nyiragongo, dans le Nord-Kivu. Dans un mémorandum adressé à ces autorités, Omar Kavota, vice-président et porte-parole de cette structure, affirme que plusieurs militaires rwandais et ougandais ont rejoint depuis deux jours les positions du M23 dans ces territoires. Il demande aux autorités congolaises de déclencher une offensive armée contre cette rébellion.

Selon Me Omar Kavota, neuf camions remplis de militaires rwandais et ougandais, avec des munitions, sont arrivés jusque dans les positions du M23.
«La population congolaise nous alerte de partout. C’est pourquoi nous avons attiré l’attention du chef de l’Etat et du président de l’Assemblée nationale sur le fait que, vendredi dernier, neuf camions plein de militaires rwandais et ougandais ont franchi en pleine journée la frontière de Bunagana, trainant un char de combat et plusieurs roquettes jusque dans les positions du M23 de Kahunga, de Rumangabo et de Kitshanga», a-t-il expliqué.
Omar Kavota ajoute qu’un bataillon de l’armée rwandaise, en provenance du district rwandais de Rwengeri, a traversé la frontière jusqu’à Tshanzu, dans les positions du M23.
«Nous voudrions que le chef de l’Etat et le président de l’Assemblée nationale considèrent que l’heure est grave»,
a-t-il insisté.
La Société civile du Nord-Kivu avait déjà accusé, il y a une dizaine de jour, la rébellion du M23 d’avoir facilité une infiltration rwandaise de la RDC en accueillant plusieurs familles rwandophones dans la partie du territoire de Rutshuru qu’elle occupe, dans le Nord-Kivu.

Dans un communiqué de presse publié samedi 5 octobre, la société civile du Nord-Kivu parlait d’au moins mille familles rwandaises arrivées par vagues depuis le 29 septembre par Bunagana, Kibaya et Chanzu.
Omar Kavota avait expliqué que le M23 soumettait les plus jeunes membres de ces familles à une formation militaire obligatoire Tshunzu, «laissant croire à une nouvelle stratégie du Rwanda dans la poursuite de sa guerre d’agression et d’occupation.

Le M23 parlait alors de familles congolaises refuguiées au Rwanda qui retournaient chez elles.
De son côté, le gouvernement congolais avait exigé des explications du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugié s et des autorités rwandaises sur cette arrivée massive de populations en provenance du Rwanda.
Quant au gouverneur du Nord-Kivu, il avait affirmé que «ces supposés réfugiés» étaient «des militaires venus renforcer les rangs du M23 pour les prochaines offensives»."



"Vers une autonomie administrative du Masisi en RD Congo ?"
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/vers-une-autonomie-administrative-142092
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/un-complot-international-contre-la-141824


"Conférence des Nations unies du 9 octobre 2013
Activités des responsables de la Monusco
Activités de l’Equipe-pays
Situation militaire"

° http://radiookapi.net/nations-unies/conference-des-nations-unies/2013/10/09/conference-des-nations-unies-du-9-octobre-2013/
° http://radiookapi.net/files/Verbatim-Conf%C3%A9rence-de-presse-ONE-UN-Mercredi-9-Otobre-2013-FINAL.pdf

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/un-nouveau-rapport-de-enough-project-accable-le-m23-500-millions-de-dollars-us-des-minerais
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/11/rdc-lexploitation-de-lor-rapporte-aux-groupes-armes-500-millions-usd-chaque-annee-selon-enough-project/
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/13/nord-kivu-mary-robinson-condamne-les-tirs-du-m23-contre-helicoptere-de-la-monusco/
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/12/abdallah-wafy-nous-essayons-daccroitre-notre-presence-dans-les-parties-de-la-rdc-en-conflit/
Compatriotiquement!

PS

"Monusco : restructuration et redéploiement annoncé du personnel dans l’est de la RDC"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/14/abdallah-wafy-nous-essayons-daccroitre-notre-presence-dans-les-parties-de-la-rdc-en-conflit/
"Abdallah Wafy: «La restructuration de la Monusco se fait conformément à la résolution 2098 »"
° http://radiookapi.net/emissions-2/linvite-du-jour/2013/10/14/abdallah-wafi-la-restructuration-de-la-monusco-se-fait-conformement-la-resolution-2098/
"La décision de redéployer le personnel de la Monusco dans l’Est de la RDC bien accueillie"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/14/la-decision-de-redeployer-le-personnel-de-la-monusco-dans-de-la-rdc-bien-accueillie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 15/10/2013, 8:33 am

Voici un morceau d'anthologie du script détaillé de la Conférence de presse de notre Ministre Tchaku Mende qui évoquait aujourd'hui les dossiers chauds !de l'Est !
D'anthologie parce que consacré exclusivement au M23, sous de dehors d'une bravade dure, ce n'est qu'un concentré d'aveu d'impuissance inacceptablement inconsciente, un refrain de blabla qui dénonce mollement en suppliant presque la compréhension et l'assistance de la CI sans vraiment défier le M23 ! Comment de telles rodomontades simplement verbales sans sanctions dissuasives en vue ni forces de frappes sous le coude peuvent-elles inquiéter l'ennemi pourtant interpellé tout le long ? Pauvre pays !


"14 10 13 CONFERENCE DE PRESSE DU PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=2&newsid=195835&Actualiteit=selected
(...)
I. LES TIRS SUR L’HELICOPTERE DE LA MONUSCO : UN NOUVEAU CRIME DE GUERRE DU M23
(...)II. NÉCESSITÉ DE SANCTIONS DISSUASIVES ET CRÉDIBLES
II. RÉCIDIVISME ET IMPÉTINENCE DU M23
(...)
IV. KAMPALA ET LES CONCERTATIONS NATIONALES

Quelques contradictions ont émaillé ces derniers jours les pourparlers de Kampala entre le gouvernement de la RDC et le M23. Ces contradictions ont prolongé lesdits pourparlers au-delà des délais prévus. O a eu parfois l’impression que les éléments du M23 n’ont demandé ces pourparlers que pour gagner du temps. Le Gouvernement estime à ce jour avoir été jusqu’au bout de sa bonne foi en donnant tout ce qu’il était possible de donner sans sacrifier l’existence même de la RDC. Il a ainsi :
accepter de poursuivre les pourparlers au-delà de tous les délais prévus à cette fin,
accepter de prendre en charge toutes les dépenses des pourparlers aux frais du Trésor,
déférer à la demande des Chefs d’Etats de la CIRGL d’observer une retenue sur le théâtre des opérations militaires pendant la durée des pourparlers,
clarifier les détails de la réponse institutionnelle à la requête du M23 pour l’amnistie et l’intégration au sein des FARDC en fournissant des listes de personnes non éligibles d’où il ressort que le plus grand nombre des membres de ce groupe bénéficiera de l’amnistie et sera éligible, le cas échéant à l’intégration dans les FARDC aux conditions de tous les autres citoyens.
Nous estimons avoir fait notre part en remettant à la facilitation ougandaise les conclusions que nous inspiré les propositions du M23. Alors que nous attendons le document de synthèse intégrant nos vues et celles des éléments du M23. Dans une tentative peut–être un peu trop volontariste de réaliser cette synthèse, le facilitateur a provoqué notre émoi en explorant des pistes qui nous apparaissaient comme s’écartant des principes sur lesquels se fonde l’ordre constitutionnel en vigueur dans notre pays et le droit international. Nous n’en sommes pas encore arrivés à nous en formaliser au point de dénoncer la facilitation.
Depuis la réussite des Concertations Nationales au cours desquelles les Congolais ont démontré qu’ils avaient encore la capacité de trouver tout seuls les chemins de l’unité et de la cohésion, d’aucuns ne cessent d’interpeller le Gouvernement quant à l’opportunité de la poursuite des pourparlers de Kampala surtout après la forclusion du délai de 14 jours fixés par le Sommet de la CIRGL. Notre réponse définitive sera connue après la prochaine évaluation de ces pourparlers que nous mènerons ensemble avec ceux qui les avaient initié, à savoir les Chefs d’Etats de la CIRGL. Entretemps, la délégation du Gouvernement continuera à rechercher à un point de chute qui n’énerve ni la souveraineté, ni les lois de notre pays.

Il faut dire que nous partageons les préoccupations de ceux qui n’attendent plus grand chose de ces pourparlers après avoir entendu les propos mensongers, discourtois et méprisants tenus par deux responsables du M23, Messieurs René Abandi et Roger Lumbala, qui se trouvent être respectivement chef et chef adjoint de la délégation de ce groupe armé aux pourparlers de Kampala. Alors que les parties à ces pourparlers s’étaient engagés réciproquement ne pas compromettre les chances d’aboutissement de ces derniers par des déclarations intempestives aux médias, René Abandi, chef de la délégation rebelle a, livré dernièrement ce qu’il a appelé ses quatre vérités à l’excellente journaliste belge Colette Braeckman qui les a affichées dans la livraison du 08 octobre du quotidien Le Soir de Bruxelles. En fait de vérités, il a servi à l’opinion une énième version des raisons de la guerre menée par le M23, attribuant au Gouvernement congolais la responsabilité de toutes les turpitudes de ce dernier. Quant à son adjoint Roger Lumbala, la bienséance m’interdit de répéter ici les propos orduriers propres aux bas fonds des caniveaux, qu’il a prononcés envers le Chef de l'Etat.
Ces saillies médiatiques apparaissent à l’analyse comme des roulements de mécaniques pour servir une stratégie de diversion au moment où nos services viennent d’établir avec certitude que les mentors du M23 au Rwanda s’apprêtent à lancer une nouvelle offensive terroriste au Sud Kivu. C’est le lieu de rappeler aux uns et aux autres cette vérité indiscutable selon laquelle la tyrannie est toujours limitée par l'endurance des victimes. En ce moment où les Congolais se mobilisent pour consolider leur unité dans la lutte contre les agresseurs et leurs affidés, ceux qui, dans cette région des Grands Lacs, croient encore pouvoir rééditer les tristes exploits d’un certain Adolf Hitler en Autriche ou en Pologne au début de la seconde guerre mondiale ont du souci à se faire. La République Démocratique du Congo est déterminé à faire payer cher cette forfaiture.
Je vous remercie.
Lambert MENDE OMALANGA
Ministre des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté
Porte-parole du Gouvernement"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 15/10/2013, 9:28 pm

Analyse de la MPP de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba. Révisionnisme historique, marginalisation des forces vives congolaises et hypertrophie des structures de suivi :
encore un processus de paix sans paix pour les congolais ?




par mpp le 24 février 2013

http://democratiechretienne.org/2013/02/24/analyse-de-la-mpp-de-laccord-cadre-daddis-abeba-revisionnisme-historique-marginalisation-des-forces-vives-congolaises-et-hypertrophie-des-structures-de-suivi-encore-un-processus/





Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 15/10/2013, 11:41 pm

Mais à quoi joue ce pouvoir ?
Mende ne cesse d'improviser les tribunes pour clamer force dénonciations et même condamnations du Rwanda, à juste titre, à demander si pas supplier que les instances internationales passent à l'acte dans ce sens et en même temps le pays reçoit tout sourire une délégation parlementaire rwandaise...
Est-ce vraiment le moment ???

Comment notre Etat peut-il être ainsi crédible quand ce n'est pas son PR qui devise toutes dents dehors avec les "ennemis" rwandais et ougandais ce sont ses élus qui ne peuvent accorder leurs agendas au conflit grave du moment qui nous oppose à eux ? Kampala ne suffit-il pas pour l'heure ?
A quoi peut servir une rencontre à ce niveau sinon à une inutile distraction ?
Et personne pour dénoncer cet équivoque...


"LE PRESIDENT DU SENAT RWANDAIS N’ARRIVE PAS A S’EXPLIQUER DEVANT LES JOURNALISTES A KINSHASA.
° http://ikazeiwacu.unblog.fr/2013/10/15/le-president-du-senat-rwandais-narrive-pas-a-sexpliquer-devant-les-journalistes-a-kinshasa/
15 octobre 2013
Le président du sénat Rwandais Jean Damascène Ntawukuriyayo a été invité par monsieur Kengo wa Dondo le président du sénat de la Rdc. Ce lundi le 14 octobre, 2013, l’hôte rwandais a été reçu par le président du parlement monsieur Aubin Minaku.
À la sortie le président du sénat rwandais a été confronté à la presse, un exercice qui n’a pas été facile à ce monsieur vu la nature des questions.(...)"


"Des sénateurs congolais et rwandais discutent de la crise sécuritaire dans les Grands Lacs"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/15/des-senateurs-congolais-rwandais-discutent-de-la-crise-securitaire-dans-les-grands-lacs/

""Kabila" le pleurnichard accuse le M23 de préparer l’attaque du Sud-Kivu"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8378


° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/15/nord-kivu-bref-echange-de-tirs-entre-fardc-m23-kanyamahoro/
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/15/nord-kivu-julien-paluku-denonce-larrivee-rumangabo-de-80-jeunes-en-provenance-du-rwanda/
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/14/rdc-le-gouvernement-condamne-les-tirs-du-m23-contre-helicoptere-de-la-monusco/
° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=3420:kigali-soutient-la-creation-d-un-territoire-exclusivement-rwandais-en-rdc&catid=85:a-la-une&Itemid=472&lang=en



Compatriotiquement!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Mathilde le 16/10/2013, 10:18 am

Expliquez moi ceci...ne sommes nous pas sensés être envahit par les rwandais ? Pfffff Kiadi ... Wink Evil or Very Mad Twisted Evil Wink 





_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  mongo elombe le 16/10/2013, 10:42 am

Eza ndoto Mathy parceque dans un pays normal ekokiesalama te. Nos chers députes de la soi disant opposition elle était ou? Mpo na mbongo ils acceptent l'inacceptable sans faire comprendre a ce rwandais que sa place n'est pas la? Et KENGO na ye mpe azua retraite atondi te depuis MOBUTU?

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Mathilde le 16/10/2013, 11:04 am

mongo elombe a écrit:Eza ndoto Mathy parceque dans un pays normal ekokiesalama te. Nos chers députes de la soi disant opposition elle était ou? Mpo na mbongo ils acceptent l'inacceptable sans faire comprendre a ce rwandais que sa place n'est pas la? Et KENGO na ye mpe azua retraite atondi te depuis MOBUTU?

Sis
Et ça ne choque personne, le tshaku Mende reste muet ... mawa hein...Shame!!Kengo est un virus le pire de tous.....grrrrrrrrrrrrrrr:evil: Twisted Evil 
Mad Mad

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 25/10/2013, 4:29 pm

"Reprise des combats entre l'armée et le M23 dans l'est de la RDC
(AFP 25/10/2013 - 10:30)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/reprise-des-combats-entre-larmee-et-le-m23-dans-lest-de-la-rdc
GOMA, 25 octobre 2013 (AFP) - Des combats étaient en cours vendredi entre l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), quatre jours après la suspension des pourparlers de paix entre les deux parties. Les affrontements se déroulaient à Kanyamahoro, à environ 25 kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu frontalière du Rwanda et de l'Ouganda. Selon un officier supérieur de l'armée, ils se poursuivaient vers 09H15 (07H15 GMT). Une demi-heure plus tard, un habitant de la zone a indiqué entendre encore "des détonations d'armes lourdes qui continuent". Les deux camps s'accusent mutuellement d'avoir attaqué les premiers. "Ils nous ont attaqué", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l'armée au Nord-Kivu, indiquant simplement que les combats avaient commencé à 04H00 (02H00 GMT). "Les FARDC (Forces armées de la RDC) ont attaqué nos positions à 04H00 dans la zone de Kanyamahoro-Kibumba", a affirmé le porte-parole militaire des rebelles, Vianney Kazarama.

Une source de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), a indiqué que c'était la rébellion qui avait pris l'initiative. "Il ne s'agit pas d'une escarmouche", a ajouté la même source, semblant faire une distinction entre ce qui se passait là et les divers accrochages ayant perturbé la trêve observée (et globalement respectée) depuis fin août, lorsqu'une offensive menée par les FARDC avec le soutien de la brigade d'intervention de la Monusco avait fait reculer le front d'une quinzaine de kilomètres. Située sur un plateau à près de 1.800 mètres d'altitudes, Kibumba est un point haut fermant la zone contrôlée par le M23 plus au nord. Aucun combat n'était signalé sur le front au nord, dans la région de Mabenga, où l'armée a récemment déployé des renforts. Un officier de l'armée régulière a indiqué que la Monusco avait commencé à appuyer les troupes gouvernementales. "Nous soutenons avec une partie" des éléments de la brigade d'intervention, a confirmé la source de la Monusco sous le couvert de l'anonymat, "des hélicoptères sont prêts à appuyer (l'opération) si nécessaire".

Joint par téléphone, un défenseur des droits de l'Homme originaire de Kibumba, localité où se sont retranchés les combattants du M23 après l'offensive du mois d'août, a affirmé que les rebelles étaient "nombreux sur la colline de Hehu", à proximité des combats, et que des habitants fuyaient les affrontements en se dirigeant vers le Rwanda.
Lui-même a affirmé s'être déplacé vers la frontière, à Kabagana, et avoir vu des militaires rwandais "en train de rentrer (...) pour renforcer le M23". "Le mouvement s'est calmé", a-t-il dit à ce propos un peu plus tard, ajoutant : "Nous avons vu des hélicoptères de l'ONU. Ils sont en train de survoler Kibumba, mais (...) ils ne tirent pas".

Dans un communiqué, le porte-parole de la branche politique du M23, Amani Kabasha, a accusé le gouvernement de Kinshasa de se livrer à un "véritable sabotage du processus de paix de Kampala". Aucun porte-parole du gouvernement n'avait pu être joint en début de matinée pour répondre à ces allégations.
Les négociations de Kampala avaient repris le 10 septembre après plusieurs mois d'arrêt, sous la pression des chefs d'Etat de la région des Grands Lacs. Leur suspension dans la nuit de dimanche avait suscité de nombreuses craintes de voir un nouvel embrasement de violence au Nord-Kivu, riche province agricole et minière déchirée par la guerre depuis une vingtaine d'années.

Le Mouvement du 23 Mars (M23) contrôle une zone de quelque 700 kilomètres carrés limitrophe du Rwanda et de l'Ouganda, dans l'est de la RDC.
Parti en avril 2012 d'une mutinerie d'anciens rebelles intégrés dans l'armée congolaise, le M23 demande la pleine application de l'accord ayant régi leur incorporation en 2009, et défend plus généralement les droits des populations congolaises rwandophones, essentiellement tutsi.
L'ONU et Kinshasa accusent régulièrement le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le mouvement, ce que ces deux voisins de la RDC démentent.""



"Nord-Kivu: reprise des combats entre FARDC et rebelles du M23 à Kibumba
° http://radiookapi.net/regions/nord-kivu/2013/10/25/nord-kivu-reprise-des-combats-entre-fardc-rebelles-du-m23-kibumba/
Cette reprise des affrontements intervient alors que les discussions entre le gouvernement congolais et la rébellion sont suspendues à Kampala.(...)"

° http://www.rfi.fr/afrique/20131025-rdc-affrontements-entre-armee-le-m23-nord-kivu-fardc
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131025082814/joseph-kabila-rdc-fardc-nord-kivu-crise-au-kivu-rdc-reprise-des-combats-dans-l-est-sur-fond-de-polemique-a-kinshasa.html
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3704:les-fardc-et-le-m23-s-affrontent-a-kanyamahoro&catid=90:online-depeches&Itemid=468&lang=en


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 25/10/2013, 11:01 pm

Nord-Kivu - Les FARDC contrôlent le centre de Kibumba après avoir repoussé le M23
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/25/nord-kivu-les-fardc-controlent-le-centre-de-kibumba-apres-avoir-repousse-le-m23/
L'armée congolaise a pris le contrôle, vendredi 25 octobre en fin de matinée, du centre de Kibumba, un groupement totalement occupé par la rébellion du M23 avant le début des combats le même jour entre les deux forces dans le territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu. Une partie de cette localité reste cependant occupé par le M23, qui aurait entre-temps reçu des renforts, selon des sources sur place. Le bilan des combats, qui durent depuis 4h du matin, n'est pas encore connu. Mais des sources locales parlent de 3 blessés parmi les militaires et plusieurs parmi les rebelles. La population des groupements de Kibumba et Buhumba ont fui leurs villages.

Les combats à l'arme lourde et légère se sont intensifiés cet après-midi entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et la rébellion du M23 dans la colline de Hehu, entre Kibumba et la frontière avec le Rwanda.
Selon nos sources, les militaires contrôlent une bonne partie des groupements Kibumba et Buhumba, sur l'axe Goma-Rutshuru, après en avoir repoussé les rebelles.
Cependant, selon les mêmes sources, plusieurs centaines de combattants venus du coté de Kabuhanga, vers la frontière avec le Rwanda, auraient rejoint le M23, intensifiant ainsi les combats.
Aucun bilan officiel n'est encore disponible. Le porte-parole des FARDC au Nord-Kivu est resté injoignable cet après-midi.

Les habitants des groupements Kibumba et Buhumba ont fui leurs villages, certains vers Gasizi, à l'est, et d'autres vers Rugari, au nord. D'autres encore, qui avaient fui vers le Rwanda, seraient bloqués à Kitotoma, où les militaires rwandais ont bloqué la frontière.
Les combats entre les FARDC et le M23 ont repris cinq jours après la suspension des négociations de paix à Kampala (Ouganda), sous la facilitation ougandaise.
Les deux parties ne s'accordent pas sur la question de l'amnistie à accorder aux rebelles et leur intégration au sein de l'armée congolaise."



"Le Rwanda menace la RDC après un bombardement
°  http://www.jeuneafrique.com/actu/20131025T183056Z20131025T183042Z/le-rwanda-menace-la-rdc-apres-un-bombardement.html
Les soldats rwandais sont prêts à mener "une opération chirurgicale" en République démocratique du Congo si de nouveaux engins explosifs tombent au Rwanda, a mis en garde l'ambassadeur du pays auprès de l'ONU vendredi.
Vendredi, des engins explosifs sont tombés en territoire rwandais après la reprise des combats entre armée et rebelles du M23 en RDC, et un porte-parole de l'armée rwandaise a accusé l'armée congolaise de "viser des civils".
"S'ils ne mettent pas un terme à cela, nous agirons sans attendre et cela fera mal", a déclaré à l'AFP Eugène Richard Gasana après des discussions du Conseil de sécurité sur la situation. "Nous le ferons avec une précision laser, nous savons d'où cela vient".

Le Rwanda est actuellement membre du Conseil de sécurité et M. Gasana a expliqué avoir fait passer le message de son gouvernement auprès des 14 autres membres. Le Conseil a demandé une enquête sur l'origine des bombardements de vendredi, ont déclaré des diplomates.
"Nous leur demandons d'arriver à s'entendre. . . et de mener leurs combats loin de notre frontière. Nous avons déjà prévenu le gouvernement de Kinshasa", a poursuivi l'ambassadeur rwandais. "S'ils osent continuer, ça va faire mal", a-t-il ajouté, assurant que le Conseil avait reçu son message avec "beaucoup de compréhension".

De violents combats opposaient vendredi l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo, quatre jours après la suspension des pourparlers entre Kinshasa et la rébellion. Fin août déjà, plusieurs obus s'étaient abattus au Rwanda, provoquant une vive réaction de Kigali, qui avait menacé d'intervenir sur le sol congolais. L'ONU avait ensuite accusé le M23 d'être à l'origine de ces tirs.
Le Mouvement du 23 Mars (M23) contrôle une zone de quelque 700 kilomètres carrés limitrophe du Rwanda et de l'Ouganda, deux pays que Kinshasa et l'ONU accusent régulièrement de soutenir la rébellion, ce que Kigali et Kampala démentent."

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 26/10/2013, 1:17 am

ndonzwau a écrit:
Nord-Kivu - Les FARDC contrôlent le centre de Kibumba après avoir repoussé le M23
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/25/nord-kivu-les-fardc-controlent-le-centre-de-kibumba-apres-avoir-repousse-le-m23/
L'armée congolaise a pris le contrôle, vendredi 25 octobre en fin de matinée, du centre de Kibumba, un groupement totalement occupé par la rébellion du M23 avant le début des combats le même jour entre les deux forces dans le territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu. Une partie de cette localité reste cependant occupé par le M23, qui aurait entre-temps reçu des renforts, selon des sources sur place. Le bilan des combats, qui durent depuis 4h du matin, n'est pas encore connu. Mais des sources locales parlent de 3 blessés parmi les militaires et plusieurs parmi les rebelles. La population des groupements de Kibumba et Buhumba ont fui leurs villages.

Les combats à l'arme lourde et légère se sont intensifiés cet après-midi entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et la rébellion du M23 dans la colline de Hehu, entre Kibumba et la frontière avec le Rwanda.
Selon nos sources, les militaires contrôlent une bonne partie des groupements Kibumba et Buhumba, sur l'axe Goma-Rutshuru, après en avoir repoussé les rebelles.
Cependant, selon les mêmes sources, plusieurs centaines de combattants venus du coté de Kabuhanga, vers la frontière avec le Rwanda, auraient rejoint le M23, intensifiant ainsi les combats.
Aucun bilan officiel n'est encore disponible. Le porte-parole des FARDC au Nord-Kivu est resté injoignable cet après-midi.

Les habitants des groupements Kibumba et Buhumba ont fui leurs villages, certains vers Gasizi, à l'est, et d'autres vers Rugari, au nord. D'autres encore, qui avaient fui vers le Rwanda, seraient bloqués à Kitotoma, où les militaires rwandais ont bloqué la frontière.
Les combats entre les FARDC et le M23 ont repris cinq jours après la suspension des négociations de paix à Kampala (Ouganda), sous la facilitation ougandaise.
Les deux parties ne s'accordent pas sur la question de l'amnistie à accorder aux rebelles et leur intégration au sein de l'armée congolaise."



"Le Rwanda menace la RDC après un bombardement
°  http://www.jeuneafrique.com/actu/20131025T183056Z20131025T183042Z/le-rwanda-menace-la-rdc-apres-un-bombardement.html
Les soldats rwandais sont prêts à mener "une opération chirurgicale" en République démocratique du Congo si de nouveaux engins explosifs tombent au Rwanda, a mis en garde l'ambassadeur du pays auprès de l'ONU vendredi.
Vendredi, des engins explosifs sont tombés en territoire rwandais après la reprise des combats entre armée et rebelles du M23 en RDC, et un porte-parole de l'armée rwandaise a accusé l'armée congolaise de "viser des civils".
"S'ils ne mettent pas un terme à cela, nous agirons sans attendre et cela fera mal", a déclaré à l'AFP Eugène Richard Gasana après des discussions du Conseil de sécurité sur la situation. "Nous le ferons avec une précision laser, nous savons d'où cela vient".

Le Rwanda est actuellement membre du Conseil de sécurité et M. Gasana a expliqué avoir fait passer le message de son gouvernement auprès des 14 autres membres. Le Conseil a demandé une enquête sur l'origine des bombardements de vendredi, ont déclaré des diplomates.
"Nous leur demandons d'arriver à s'entendre. . . et de mener leurs combats loin de notre frontière. Nous avons déjà prévenu le gouvernement de Kinshasa", a poursuivi l'ambassadeur rwandais. "S'ils osent continuer, ça va faire mal", a-t-il ajouté, assurant que le Conseil avait reçu son message avec "beaucoup de compréhension".

De violents combats opposaient vendredi l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo, quatre jours après la suspension des pourparlers entre Kinshasa et la rébellion. Fin août déjà, plusieurs obus s'étaient abattus au Rwanda, provoquant une vive réaction de Kigali, qui avait menacé d'intervenir sur le sol congolais. L'ONU avait ensuite accusé le M23 d'être à l'origine de ces tirs.
Le Mouvement du 23 Mars (M23) contrôle une zone de quelque 700 kilomètres carrés limitrophe du Rwanda et de l'Ouganda, deux pays que Kinshasa et l'ONU accusent régulièrement de soutenir la rébellion, ce que Kigali et Kampala démentent."
Compatriotiquement!
PS
"Article publié le : vendredi 25 octobre 2013 à 23:19 - Dernière modification le : vendredi 25 octobre 2013 à 23:19
RDC : les affrontements entre l'armée et le M23 continuent
° http://www.rfi.fr/afrique/20131025-rdc-affrontements-armee-m23-continuent-monusco-kanyamahoro-kibumba-fardc-onu?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
Les forces gouvernementales et les rebelles du M23 s'affrontent dans l'est de la République démocratique du Congo. Les échanges de tirs ont commencé ce vendredi 25 octobre au matin. Les deux camps s'accusent mutuellement d'avoir déclenché les hostilités. Certains Congolais ont commencé à fuir vers le Rwanda voisin.

Pour la Monusco, il est encore trop tôt pour dire avec certitude qui a tiré la première balle. Sur cette ligne de front Kanyamahoro / Kibumba, les deux camps sont extrêmement proches à couteaux tirés. La mission de l’ONU au Congo a donc lancé une enquête pour déterminer qui a commencé.
Mais en attendant, sur le terrain les combats continuent. Avec la tombée de la nuit, ils ont baissé en intensité, après un coup de chauffe en fin d’après-midi, des tirs à l’arme lourde ont alors résonné.
Les positions, elles, ont très peu bougé. Selon un porte-parole de l’armée congolaise, les FARDC ont repoussé les rebelles du M23 de 800 mètres vers la frontière rwandaise.
Depuis, plus de mouvement majeurs, les deux adversaires s’échangent des tirs et consolident leur position.

La mission de l'ONU en renfort
La mission de l’ONU au Congo s’est positionnée en renfort juste derrière les forces armées congolaises. Avec un peu plus de 400 hommes et des hélicoptères qui ont survolé les combats mais qui n’ont pas tiré. Une façon de verrouiller l’accès à Goma, situé à une vingtaine de kilomètres plus au sud.
Difficile de dire de quoi la nuit sera faite et quelle est la stratégie des deux adversaires. Selon les observateurs, tout est encore possible : que les combats s’intensifient ou qu’ils s’arrêtent.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 26/10/2013, 1:34 pm

"RDC: la violence reprend le dessus sur le dialogue
° http://www.rfi.fr/afrique/20131026-rdc-violence-reprend-le-dessus-le-dialogue-entre-pouvoir-congolais-m23
Les combats entre l’armée congolaise et le mouvement du M23 ont repris le 25 octobre à l’aube. Les premiers du genre, après deux mois de trêve qui avaient permis la reprise de pourparlers de paix à Kampala. Encore une fois, le Rwanda accuse les FARDC d'avoir bombardé son territoire et a menacé devant l'ONU d'intervenir directement en territoire congolais.
Tous les observateurs s’accordent à le dire : les combats ininterrompus entre l’armée congolaise et le M23 marquent une rupture, après presque deux mois d’une paix relative. Ces combats sont sans précédent.
La Mission des Nations unies au Congo s’est d’ailleurs dite « extrêmement préoccupée » de cette reprise des hostilités, appelant les deux parties à revenir au plus vite à la table des négociations à Kampala. Car c’est cela la grande question désormais.

Ces combats annulent-ils toute possibilité de signer un accord de paix ? Ou au contraire, vont-ils donner un coup de pression aux deux parties sur la nécessité de trouver un accord politique plutôt que de résoudre le conflit par les armes ?
Toutes les options sont encore ouvertes, observait hier, optimiste, un diplomate. Tout dépend de la suite des combats dans les prochaines heures, s’ils s’intensifient ou s’ils s’arrêtent.
Jusqu’à nouvel ordre, les délégués du pouvoir congolais et de la rébellion du M23 ont toujours rendez-vous dimanche pour reprendre les pourparlers de paix à Kampala.

Réactions
Le M23 rend les FARDC responsables de la reprise des combats dans le Nord-Kivu. Le porte-parole du M23 Amani Kabasha accuse aussi l'ONU de double jeu. Les Nations unies qui, selon lui, poussent les deux camps à négocier tout en restant silencieuse sur les « velléités bellicistes de Kabila ».
Amani Kabasha
Porte-parole du M23
"La position de l'ONU est ambivalente. On ne sait plus exactement quel est son vrai rôle au Congo. Est-ce un rôle de maintien de la paix ou alors celui de faire la guerre?"
Écouter (01:05)Plus


Pour le Belge Steven Spittaels, chercheur à l'International Peace Information Service (Ipis), les combats de vendredi dans le Nord-Kivu ne marquent pas l'échec des pourparlers mais constituent en somme un moyen de pression utilisé pour renforcer les positions autour de la table des négociations.
Steven Spittaels
Chercheur à l'IPIS (International Peace Information Service)
Ce n'est pas un retour à la guerre à grande échelle. Mais plutôt une stratégie pour renforcer les positions autour de la table de négociations.
Écouter (00:38)Plus


■ REACTION : Le Rwanda menace de riposter

Devant le Conseil de sécurité, l’ambassadeur Eugène-Richard Gasana accuse l’armée congolaise d’avoir visé le Rwanda. Et le diplomate ne mâche pas ses mots : « Le Rwanda ne tolèrera plus le bombardement de son territoire. Nous lancerons des frappes chirurgicales. Il n’y aura pas d’autres avertissements. Nos soldats sont à la frontière. Ils sont prêts. »
Dans la salle du Conseil, l’atmosphère est glaciale. L’ambassadeur rwandais vient de faire une quasi déclaration de guerre à son voisin congolais.
Le chef des casques bleus Hervé Ladsous rappelle qu’à sa connaissance, un seul obus est tombé en territoire rwandais et qu’il est impossible pour l’instant d’affirmer s’il s’agit ou non d’un tir de l’armée congolaise.
La force de l’ONU, la Monusco, a été placée en état d’alerte avancé dans la crainte d’une escalade militaire."



"Poursuite des combats samedi en RDC entre l'armée et le M23 (armée, témoin)
(AFP 26/10/2013 - 08:49)

°  http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/poursuite-des-combats-samedi-en-rdc-entre-larmee-et-le-m23-armee-temoin
KAMPALAKINSHASA, 26 octobre 2013 (AFP) - Les combats entre l'armée congolaise et la rébellion Mouvement du 23 mars (M23) se poursuivaient samedi matin pour le deuxième jour consécutif dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), près de la frontière rwandaise, selon des sources concordantes. "Les combats ont repris à l'aube" à Kibumba, à environ 25 kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, a déclaré à l'AFP un officier supérieur de l'armée sous le couvert de l'anonymat. "Les affrontements continuent au niveau de Kibumba. Toute la nuit, c'était vraiment des détonations", a pour sa part affirmé à l'AFP un défenseur des droits de l'Homme déplacé par les combats et originaire de Kibumba. L'officier de l'armée a également annoncé l'ouverture d'un nouveau front samedi dans la région de Mabenga, sur le front nord de la zone sous contrôle du M23, et à environ 80 km au nord de Goma, où l'armée s'est récemment renforcée. "Il y a des troupes, des chars, des mortiers...", a-t-il précisé.

Le M23 a confirmé l'ouverture de ce nouveau front. L'armée a "lancé une nouvelle offensive sur l'axe Mabenga-Kahunga" samedi matin, a dit à l'AFP Bertrand Bisimwa, président politique du M23. "Ils essaient de voir s'ils peuvent faire une percée, mais c'est sans espoir", a-t-il ajouté.(...)




° http://www.jeuneafrique.com/actu/20131026T084617Z20131026T084556Z/rdc-poursuite-des-combats-entre-l-armee-et-le-m23.html
° http://www.jambonews.net/actualites/20131026-nouveaux-bruits-de-guerre-dans-le-nord-kivu/


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 27/10/2013, 1:16 am

"Nord-Kivu : les FARDC délogent le M23 de Kibumba
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/26/nord-kivu-les-fardc-delogent-le-m23-de-kibumba/
L’armée congolaise occupe depuis ce samedi 26 octobre en début d’après-midi la localité de Kibumba, située à 27 kilomètres au Nord de la ville de Goma, au Nord-Kivu. Le porte-parole des Forces armées de la RDC « FARDC » dans cette province, colonel Olivier Hamuli, qui a annoncé la reprise de cette localité, indique que les rebelles opposent encore une « petite résistance » sur la colline de Hehu à la frontière avec le Rwanda. L’officier congolais invite le M23 à déposer les armes.

En visite sur la plaine de Kibumba, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a affirmé être heureux de constater que « nos forces armées se comportent très bien ».
Il a fait savoir que les rebelles du M23 avaient tenté d’ouvrir un autre front du coté de Kahunga. « Heureusement, a-t-il souligné, que nos forces armées sont aujourd’hui en progression ».
Le gouverneur du Nord-Kivu a déclaré que le commandement des FARDC tenait à ce que toutes les entités encore sous contrôle des rebelles passent entre les mains des forces régulières.
Julien paluku a dit espérer que Kiwanja et Rutshuru passent à leur tour sous le contrôle de l’armée congolaise pour que la route entre Goma et Rutshuru soit rouverte.
« Comme ça on peut commencer à observer une vie qui reprend petit à petit, on peut commencer à observer un retour des déplacés vers leurs milieux d’origine comme je viens de le constater à Kanyaruchinya », a-t-il expliqué.

Retour à la table des négociations
Les combats entre les FARDC et le M23 ont repris le vendredi tôt dans la matinée à Kibumba. Ce sont les affrontements les plus violents depuis le mois d’août dernier. Ces combats ont lieu alors que les pourparlers de Kampala entre le gouvernement congolais et la rébellion sont suspendus.
Dans un communiqué conjoint publié le samedi 26 octobre, l’envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies dans la région des Grands Lacs et le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC ont appelé toutes les parties à observer un maximum de retenue et à reprendre les négociations.
« Les parties aux négociations ont intérêt à trouver immédiatement un accord sur les questions pendantes à Kampala », indiquent les deux personnalités.

Pour sa part, Bertrand Bisimwa, chef politique du M23, a déclaré que « le gouvernement doit comprendre que seuls les travaux de Kampala pourront ramener la paix ».
Dans un message à l’AFP, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, avait rejeté vendredi toute velléité belliciste: « Tout le monde sait qui sabote ces pourparlers [...] c’est le M23 au service d’un pays étranger qui compte sur la déstabilisation de la RDC pour faire main basse sur ses ressources ».
Les parties en discussions ne s’accordent pas notamment sur la question de l’amnistie des rebelles et leur réintégration dans l’armée. Kinshasa refuse d’amnistier les auteurs des crimes de guerre et contre l’humanité mais se dit prêt pour un traitement du dossier au cas par cas."

° http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20131026160617/#.UmveAoJPcSc.facebook
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/22/la-rdc-est-prete-poursuivre-les-pourparlers-de-kampala-selon-lambert-mende/


"RDC: l'armée annonce avoir repris aux rebelles du M23 la localité de Kibumba
° http://www.rfi.fr/afrique/20131026-rdc-fardc-forces-armees-congolaises-annoncent-avoir-repris-localite-kibumba-rebelles-m23-kiwanja
Pour la deuxième journée consécutive, les combats se sont poursuivis dans l'est de la RDC entre les rebelles du M23 et l'armée congolaise. Un nouveau front s'est ouvert à 70 kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu. Le M23 semble avoir reculé car, ce samedi 26 octobre au soir, les FARDC ont annoncé avoir pris le contrôle de la localité de Kibumba.

La localité de Kibumba, à 20 kilomètres au nord de Goma, a été prise par l’armée congolaise. La rébellion du M23 a donc été obligée de reculer de plusieurs kilomètres plus au nord dans la zone qu’elle contrôle toujours.
Kibumba, une ville très commerçante, tout près de la frontière rwandaise et donc stratégique, a été prise au prix d’intenses combats des deux côtés, ce samedi 26 octobre, toute la journée, avec des tirs de mortiers et l’intervention de chars.

Par ailleurs, bien plus au nord, à 70 kilomètres environ de Goma, des échanges de tirs ont eu lieu autour de la localité de Kiwanja, une large zone sous le contrôle du M23. Les forces armées congolaises affirment avoir pris des positions du M23 et surtout s’être positionnées face à Kiwanja et être face à un mouvement rebelle affaibli.
Selon un expert militaire, cette nouvelle offensive pourrait servir à diviser les forces du M23, l’attaquer par le nord et le sud pour tenter d’affaiblir la rébellion et à terme l’obliger à désarmer par la force et la faire reculer.
Ce samedi soir, avec la tombée de la nuit les combats se sont un peu calmés mais tous les observateurs s’attendent à de nouveaux assauts et d’intenses combats ce dimanche."



° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/26/nord-kivu-des-combats-entre-fardc-m23-mai-mai-signales-masisi/
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/26/nord-kivu-martin-kobler-condamne-de-graves-violations-des-droits-de-lhomme-masisi/
° http://www.izf.net/actualite-a-la-une-afrique?content=urn.newsml.afp.com.20131026.4a98bdf5.5c7f.47df.a3ec.3c42a8c158ca.html



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 27/10/2013, 10:32 am

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 27/10/2013, 10:58 am

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  mongo elombe le 27/10/2013, 1:34 pm

Kabila doit démissionner ils mentent aux congolais donc drcnews dit la vérité il faut écouter le journal de RFi de ce dimanche matin. Il y a probleme de désinformation. Dans quel but???

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Jim KK le 27/10/2013, 3:06 pm

Après Kibumba, les FARDC récupèrent la localité de Kiwanja    

http://radiookapi.net/actualite/2013/10/27/164591/

Après Kibumba, les Forces armées de la RDC (FARDC) ont récupéré, ce dimanche 27 octobre, la localité de Kiwanja, située à 70 km au Nord de Goma (Nord-Kivu). Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya affirme cette information mais n’avance pas encore le bilan de ces combats.

Selon des sources sur place, les populations ont accueilli les FARDC avec joie et se préparaient à des réjouissances populaires dans les heures qui suivent, après environ une année d’occupation rebelle.

La population de Kiwanja indique qu’aux dernières heures des combats, les rebelles du M23 se battaient en tenue civile avant de se retirer à 9 heures locales vers Bunagana, un poste frontalier avec l’Ouganda.

Le gouverneur du Nord-Kivu affirme la reprise de Kiwanja et indique que les forces régulières s’attellent au ratissage du milieu afin de s’assurer qu’il ne reste pas des rebelles cachés parmi la population.

La population attend toujours la fin de l’opération de ratissage pour mieux jubiler, selon des sources concordantes.
.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  KOTA le 27/10/2013, 5:05 pm

L’ANR A TOUJOURS SU QUE BOSCO TANGANDA, SULTANI MAKENGA ET D’AUTRES EX-GENERAUX « CONGOLAIS » ETAIENT RWANDAIS / DOC OFFICIEL DEPOSE AUX NEGOCIATIONS DE KAMPALA

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked 

https://docs.google.com/file/d/0B-dzsOjJZzgDeWlQdC1HTzJteU0/edit?usp=sharing


http://democratiechretienne.org/2013/10/27/lanr-a-toujours-su-que-bosco-tanganda-sultani-makenga-et-dautres-ex-generaux-congolais-etaient-rwandais-doc-officiel-depose-aux-negociation-de-kampala/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 27/10/2013, 10:57 pm

KOTA a écrit:L’ANR A TOUJOURS SU QUE BOSCO TANGANDA, SULTANI MAKENGA ET D’AUTRES EX-GENERAUX « CONGOLAIS » ETAIENT RWANDAIS / DOC OFFICIEL DEPOSE AUX NEGOCIATIONS DE KAMPALA

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked 

https://docs.google.com/file/d/0B-dzsOjJZzgDeWlQdC1HTzJteU0/edit?usp=sharing


http://democratiechretienne.org/2013/10/27/lanr-a-toujours-su-que-bosco-tanganda-sultani-makenga-et-dautres-ex-generaux-congolais-etaient-rwandais-doc-officiel-depose-aux-negociation-de-kampala/
Pour plus d'informations,voici les listes des "bannis" parmi les dirigeants du M23 établies par les NU et l'UE ainsi que beaucoup d'autres liens utiles à ce propos ! N'oubliez pas enfin de lire l'excellente analyse de Musavuli sur les ravages au Congo de l'impunité nationale et internationale !


"Mise à jour du 12 avril 2013
Liste des personnes et entités visées par les mesures
imposées aux paragraphes 13 et 15 de la résolution
1596 (2005) et reconduites au paragraphe 3
de la résolution 2078 (2012) du Conseil de sécurité"

° http://www.un.org/french/sc/committees/1533/pdf/list_french_new.pdf

"L 352/50 Journal officiel de l’Union européenne 21.12.2012 FR
DÉCISION 2012/811/PESC DU CONSEIL du 20 décembre 2012 modifiant la décision 2010/788/PESC concernant l’adoption de mesures restrictives à l’encontre de la République démocratique du Congo"

° http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2012:352:0050:0053:FR:PDF

° http://www.un.org/french/sc/committees/1533/experts.shtml
° http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=S/2012/843
° http://www.unhchr.ch/Huridocda/Huridoca.nsf/0/973ec5495ca28166c1256d900026f9f4?Opendocument

"RD Congo : Les États-Unis devraient pousser le Rwanda à cesser son soutien au M23
Il faut sanctionner les autorités rwandaises qui appuient les rebelles congolais auteurs d’exactions
21 NOVEMBRE 2012"

° http://www.hrw.org/fr/news/2012/11/21/rd-congo-les-tats-unis-devraient-pousser-le-rwanda-cesser-son-soutien-au-m23
"La situation des droits humains en République démocratique du Congo"
° http://www.hrw.org/fr/node/119171
° http://www.hrw.org/fr/news/2012/09/10/rd-congo-les-rebelles-du-m23-commettent-des-crimes-de-guerre
° http://www.hrw.org/fr/topic/international-justice/bosco-ntaganda
° http://www.hrw.org/fr/node/77161/section/4

"Kigali demande au Conseil de sécurité « la levée des sanctions contre certains membres du M23 »"
° lepotentielonline.com/.../7518-kigali-demande-au-conseil-de-securite-la-lev...
° http://www.icicemac.com/actualite/kigali-demande-au-conseil-de-securite-la-levee-des-sanctions-contre-certains-membres-du-m23-15264-189-1.html#.Um1d7NLIa4h

° http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=1612:kinshasa-emet-des-mandats-d-arret-internationaux-contre-runiga-et-3-chefs-militaires-du-m23-refugies-au-rwanda&catid=90:online-depeches&Itemid=468&lang=en
° http://www.digitalcongo.net/article/90918
° http://www.rfi.fr/actufr/articles/055/article_29312.asp
° http://radiookapi.net/emissions-2/dialogue-entre-congolais/2013/05/08/ce-soir-plus-de-500-combattants-du-m23-reintegres-au-sein-des-fardc/


"RD Congo : La mémoire courte et les ravages de l’impunité
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-la-memoire-courte-et-les-135533
L’arrivée annoncée de la brigade de l’ONU, chargée de neutraliser les groupes armées dans l’Est du Congo, fait craindre que les membres du M23 disparaissent dans la nature, avec la complicité des autorités rwandaises et congolaises, et qu’ils n’aient jamais à répondre de leurs crimes devant la justice, comme les autres « insurgés » avant eux. Un drame pour les victimes, car, dans un conflit, pour qu’on arrête définitivement de « tuer la population », il faut créer un tribunal pénal et engager des poursuites judiciaires systématiques. Les survivants de la Shoah ont pu souffler dès que les cadres nazis sont passés à la barre au procès de Nuremberg. Les massacres dans les Balkans ont cessé dès qu’il est apparu qu’aucun « tueur » n’était intouchable et que les menottes se refermaient sur les poignets de Slobodan Milosevic. Au Rwanda, la fin du massacre contre les Tutsis est devenue effective dès que la communauté internationale a entrepris de poursuivre systématiquement les « génocidaires hutus ».

Au Congo, rien de tout cela n’est en œuvre, ce qui donne à cette guerre, pourtant la guerre la plus meurtrière du monde, aujourd’hui, deux particularités atroces : la question de « justice pour les victimes » est systématiquement écartée des « négociations politiques » tandis que des « criminels notoires » sont élevés à de hautes fonctions dans les appareils d’Etat ou assurés de la totale impunité par les gouvernements de la région (RD Congo, Rwanda, Ouganda). Des criminels qui, assurés de ne courir aucun risque judiciaire, n’hésitent pas à reprendre les armes et à se livrer aux mêmes exactions contre les mêmes populations, et ça dure depuis 1996.
Ils sont pourtant parfaitement identifiés et figurent sur plusieurs listes dont celle des personnes visées par les sanctions de l’ONU[1] et de l’Union européenne[2]. (…)"




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 29/10/2013, 1:30 am

Ne boudons pas notre plaisir : voici une moisson de bonnes nouvelles qui  nous viennent de l'Est et quelques réflexions dont l'une m'intéresse davantage et que je vais mettre à part...

"RDC: l'armée congolaise impose un revers militaire au M23 dans le Nord-Kivu
° http://www.rfi.fr/afrique/20131028-rdc-armee-congolaise-impose-revers-militaire-m23-nord-kivu-fardc-kabila
C'est un revers militaire pour le Mouvement du 23 mars (M23) dans le Nord-Kivu, alors que l'armée congolaise poursuit sa progression. Ce lundi 28 octobre, les rebelles menacent de quitter les pourparlers de paix de Kampala.
Dans l’est du Congo, au quatrième jour de combats intenses, l’armée congolaise poursuivait une progression de plus en plus rapide vers le nord, infligeant revers sur revers au M23. Même si en fin d'après-midi il y a eu une accalmie.
Au nord du volcan Nyaragongo, plus rien ne semble vouloir arrêter l’armée congolaise. Depuis la reprise totale de la ville de Kibumba ce lundi matin, après de lourds combats pour faire sauter un dernier verrou des rebelles du M23 nichés dans la colline, tout s’est accéléré.
A midi, ce lundi 28 octobre, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) annonçaient avoir pris le contrôle de Rumangabo, à 40 kilomètres au nord de Goma. Une base militaire stratégique de l’armée aux mains des rebelles depuis plus d’un an.
En fin d’après-midi, les 30 kilomètres restants jusqu’à Rutshuru, prise la veille, étaient franchis. Selon l’armée, la route qui mène de Goma à Rutshuru est ouverte et sous contrôle.

Moins d'un millier de combattants du M23

En face, le M23 affiche de moins en moins de résistance. Les rebelles ne contrôlent plus que quelques centaines de kilomètres carrés près du Rwanda et de l’Ouganda. Et selon plusieurs estimations, ses combattants seraient moins d’un millier.
Face à ce nouveau rapport de force, la communauté internationale à une nouvelle fois tenté de rasseoir Kinshasa et le M23 à une table de négociations à Kampala, mais l’armée congolaise ne donne pas l’impression de vouloir s’arrêter en si bon chemin. Même si le ministre de la Défense de la RDC, Alexandre Luba Ntambo a affirmé « nous n'avons pas fini avec Kampala. »

Il a tout de même appelé ce lundi les rebelles du M23 à se rendre, affirmant que l'armée, qui les combat dans l'est du pays, ne reculerait devant rien pour défendre le territoire national. « Nous en appelons à des redditions volontaires, au désarmement » des rebelles, a -t-il déclaré à l'AFP. Interrogé sur ce que l'armée était prête à faire pour traquer le M23, le ministre indiqué qu'il n'y avait « pas de limite » en ce qui concerne la « défense des institutions et du territoire national », sans donner davantage de précisions."


"La RDC appelle les rebelles du M23 à se rendre
(AFP 28/10/2013 - 16:20)"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/la-rdc-appelle-les-rebelles-du-m23-se-rendre

"RDC : entre le feu et une issue politique difficile, le M23 doit choisir"
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131028165507/rdc-fardc-goma-kampala-crise-dans-le-kivu-rdc-entre-le-feu-et-une-issue-politique-difficile-le-m23-doit-choisir.html

Avancée des FARDC sur le terrain


"Martin Kobler : « C’est la fin de la cohabitation avec les groupes rebelles »"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/28/martin-kobler-cest-la-fin-de-la-cohabitation-avec-les-groupes-rebelles/

"Kibumba, Kiwanja, Rutshuru, des victoires congolaises"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/10/28/kibumba-kiwanja-rutshuru-des-victoires-congolaises/

"RDC: les rebelles du M23 "quasiment" finis en tant que force militaire"
° http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-RDC-les-rebelles-du-M23-quasiment-finis-en-tant-que-force-militaire.htm?&rub=6&xml=newsmlmmd.urn.newsml.afp.com.20131027.a16f8abf.3d7b.48ce.b3b8.7c588c369cb0.xml

"Nord-Kivu : "L'offensive de l'armée congolaise face au M23 n'est pas une surprise""
° http://www.france24.com/fr/20131028-rdc-armee-congo-nord-kivu-rwanda-kigali-fardc-m23-paix-onu-joseph-kabila

"Le Congo n'a "pas de limite" dans son combat contre le M23
° http://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-congo-n-a-pas-de-limite-dans-son-combat-contre-le-m23?id=8123432
Le ministre de la Défense de la RD Congo, Alexandre Luba Ntambo, a appelé lundi les rebelles du M23 à se rendre, affirmant que l'armée, qui les combat dans l'est du pays, ne reculerait devant rien pour défendre le territoire national.
"Nous en appelons à des redditions volontaires, au désarmement" des rebelles, a déclaréM. Luba Ntambo.(...)"



"RDC: l'armée poursuit son avancée dans l'Est, les rebelles en déroute
° http://www.izf.net/actualite-a-la-une-afrique?content=urn.newsml.afp.com.20131027.a16f8abf.3d7b.48ce.b3b8.7c588c369cb0.html
21:43 - 28/10/13
Kinshasa (AFP) - L'armée congolaise, épaulée par les Casques bleus, inflige depuis quatre jours revers sur revers aux combattants du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où les rebelles ne contrôlaient plus lundi qu'un réduit aux confins du Rwanda et de l'Ouganda.
"Presque toutes les positions du M23 ont été abandonnées hier", a déclaré le chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), Martin Kobler, par vidéo conférence au Conseil de sécurité de l'ONU, réuni en urgence à New York.
"Cela marque quasiment la fin militaire du M23", a-t-il ajouté.(...)"



"RDC : Le M23 lâché par Kigali ?
° http://www.afrikarabia.com/
Après trois jours de combats, l'armée congolaise a repris ce dimanche deux bastions rebelles : Kiwanja et Rutshuru. Les rebelles du M23 ont annoncé un retrait "sans combattre". Le Rwanda a-t-il décidé de ne plus soutenir le M23 ?(...)"



"La guerre du « Kivu » est-elle une guerre politique et économique ?
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-guerre-du-kivu-est-elle-une-142838
Selon le rapport officiel de l’ONU, le M23 est composé de congolais en majorité tutsis appuyés par le Rwanda. Le déclencheur de ce conflit armé est la création du mouvement M23 (1). Une force armée qui mène des combats à l’est de la RDC depuis le mois d’avril 2012 (2). Ainsi est-on en droit de s’interroger sur les motivations ayant conduit la création du M 23.On ne peut que se poser sérieusement la question " à qui profite cette guerre ".
Ce que revendiquent les rebelles du M 23(...)"


° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/le-kivu-au-coeur-des-tensions-dans-la-region-des-grands-lacs
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131028172416/kinshasa-rdc-fardc-goma-crise-dans-le-kivu-rdc-decouverte-de-fosses-communes-a-kimbumba-creation-d-une-commission-d-enquete.html
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-creation-dune-commission-denquete-apres-la-decouverte-de-fosses-communes[/b]



Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 29/10/2013, 3:56 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 29/10/2013, 2:26 am

"RD Congo : La reconquête militaire et les leçons du passé
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-la-reconquete-militaire-142824
Les évènements se sont accélérés ce week-end dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’armée nationale a repris du terrain face aux combattants du M23, malgré les renfortsdont ce mouvement a pu bénéficier de l’étranger. En l’espace de trois jours, les villes de Kibumba, Kiwanja et Rutshuru sont passées sous contrôle des FARDC. Dans la liesse populaire se lit l’espoir d’une fin victorieuse de la guerre. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et les scenarios d’un retournement de situation devraient être gardés à l’esprit. Le péril pourrait essentiellement venir des « pays voisins », comme par le passé. L’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a déjà annoncé que Kigali était prêt à lancer une opération dans l’Est du Congo. Le péril pourrait tout aussi venir des autorités congolaises elles-mêmes ou d’un acteur insoupçonnable : la « communauté internationale ».

En effet, ce conflit, qui dure depuis 1996, a connu tellement de rebondissements qu’aucune victoire, d’un côté comme de l’autre, n’est jamais à prendre pour un acquis définitif. 


Le péril rwandais

Pour des raisons diverses, l’armée rwandaise se bat déjà dans l’Est du Congo sous couvert du M23, mais il s’agit d’un engagement non officiel. On piaffe d’impatience à Kigali pour intervenir officiellement. Il faudrait pour cela un motif internationalement acceptable. En août dernier, l’armée rwandaise était aux portes de Goma, déployée dans la ville voisine de Gisenyi. Il s’agissait de riposter aux tirs d’obus qui avaient frappé le territoire rwandais et que Kigali attribuait à l’armée congolaise.
L’astuce n’avait pas marché puisque de hauts responsables de l’ONU avaient démenti que les tirs aient pu être le fait des soldats congolais. Ils provenaient des positions du M23, c’est-à-dire des unités rwandaises officieusement déployées au Congo. En d’autres termes, des soldats rwandais qui tirent sur leurs propres populations pour se procurer un motif légitime d’intervention dans l’Est du Congo.

C’estun machiavélisme dont la révélation a nettement ruiné la crédibilité internationale du régime actuel de Kigali. Mais il semble qu’il n’a pas encore élaboré un autre scenario puisque l’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a, à nouveau, parlé de tirs sur le territoire rwandais pour essayer de justifier une possible intervention des RDF dans l’Est du Congo.
Difficile de convaincre l’opinion internationale avec un stratagème comme celui-là. Mais dans une guerre, tout peut arriver. Un massacre médiatisé, par exemple, pourrait tout changer et ouvrir la voie à une intervention militaire étrangère. Au nom de la protection d’une « minorité en danger »… C’est le genre de« coup monté » dont une nation en guerre n’est jamais à l’abri. Encore moins face à un régime capable de tirer des obus sur sa propre population sans s’embarrasser de la présence d’une mission de l’ONU dans la région.

Le péril congolais

La hiérarchie de l’armée congolaise a encore beaucoup à démontrer pour mériter la confiance de la population. Plusieurs opérations militaires ont été compromises par la hiérarchie elle-même qui donnait des ordres contradictoires et démobilisait les troupes. A titre d’exemple, on peut rappeler, qu’en juillet 2012 les FARDC avaient réussi à repousser le M23 jusqu’à Bunagana. Des ordres contradictoires arrivèrent de Kinshasa entraînant l’arrêt des opérations. Le M23 en profita pour accumuler des renforts. Le 06 juillet 2012, les Congolais furent surpris par une offensive qui aboutit à la prise de Goma, quatre mois plus tard.

Cette hiérarchie-là, voire le régime tout entier de Joseph Kabila, n’offre aucune garantie sur le fait que les territoires repris aujourd’hui, par les soldats, au prix de leurs vies, ne seront pas perdus demain à l’instigation des individus haut-placés. Il est même arrivé que les soldats reçoivent l’ordre de se retirer d’une ville et d’abandonner leur propre population entre les mains improbables du M23. C’est ce qui s’est passé en mars dernier, justement, à Rutshuru et Kiwanja.
Les Congolais ont ainsi un vrai problème avec leurs autorités actuelles, et pas seulement.

Le péril de la « communauté internationale »

La communauté internationale au Congo, symbolisée par la Monusco, joue un jeu assez trouble. Ainsi en août dernier, alors que l’armée congolaise était au point d’en finir avec le M23, des voix s’étaient élevées pour obtenir un arrêt des combats et pour pousser les Congolais aux pourparlers de Kampala. Deux mois plus tard, ces pourparlers se révèlent avoir été orchestrés uniquement pour procurer du répit au M23 et lui permettre de se ressourcer militairement etfinancièrement. En tout cas, dès le départ, les revendications du groupe armé n’avaient aucune chance d’aboutir.
Le Congo ne peut pas prendre un nouveau risque politique et sécuritaire d’intégrer dans son armée des individus issus de mouvements armés, nombreux étant des combattants étrangers à la loyauté incertaine.

Par ailleurs, les membres du M23 étant impliqués dans des crimes imprescriptible, une éventuelle amnistie qui leur serait accordée serait un acte politique difficile à gérer par les autorités de Kinshasa. Dès lors, on ne comprend toujours pas ce que de nombreuses personnalités de la communauté internationale entendent par « solution négociée ».
Le patron de la Monusco, Martin Kobler, a encore répété à Kiwanja que la « seule solution » était politique, faisant échos au propos des responsables du M23 qui réclament le retour aux pourparlers de Kampala. Sous peine, ont-ils menacé, de mener une offensive généralisée contre le Congo. Une offensive qui serait, bien entendu, le fait des armées du Rwanda et de l’Ouganda. Derrière les deux pays, les Congolais le savent maintenant, opèrent des réseaux impliquant indirectement les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Ce qui amène à un autre péril : le temps et l’agenda international.

Surveiller l’agenda international

Les Congolais ont tout à craindre de l’agenda international. Les attaques contre le pays interviennent systématiquement pendant que l’opinion internationale est absorbée par une actualité « importante ». Les récents bombardements de la ville de Goma se sont produits fin août dans la fièvre internationale autour d’imminents bombardements de la Syrie par les Etats-Unis. Ce qui, au passage, a fini par trahir une évidente coordination opérationnelle entre les Etats-Unis et le M23 par Rwanda et Ouganda interposés.

Il faut également rappeler que la ville de Goma était tombée entre les mains du M23 pendant la réélection de Barack Obama et que l’offensive qui avait mené aux fameux accords du 23 mars 2009 avait été lancée durant la campagne présidentielle américaine de 2008.
Les Congolais devraient ainsi surveiller l’actualité américaine tout en gardant un œil sur leurs inquiétants« voisins de l’Est ».
Pour le moment, la plus grande menace à redouter se situe fin 2016, dans la foulée de la succession à la Maison Blanche. Il n’est pas, pour autant, exclu qu’un grand évènement médiatique ne se produise d’ici-là. Une « opportunité » dont Kampala et Kigali ne manqueraient pas de profiter pour mener une nouvelle opération au Congo et forcer les Congolais à se soumettre aux négociations avec le M23.
En définitive, s’il faut aujourd’hui reconnaître aux soldats congolais, longtemps humiliés et dénigrés, un incontestable sursaut de dignité, il ne faut pas perdre de vue les risques, bien réels, d’un dramatique retournement de situation.

Boniface MUSAVULI"




"RDC: une "poudrière" qui menace de provoquer une guerre régionale"
° http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1730894/2013/10/28/RDC-une-poudriere-qui-menace-de-provoquer-une-guerre-regionale.dhtml  


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 29/10/2013, 7:24 pm

"RDC : après la prise de Rumangabo, l’armée lance une offensive sur Tshanzu
° http://www.rfi.fr/afrique/20131029-rdc-apres-prise-rumangabo-armee-lance-une-offensive-tshanzu
En RDC, les soldats de l'armée régulière, épaulés par les casques bleus de l’ONU, infligent depuis près d'une semaine maintenant des revers aux combattants du M23, qui, pour le chef de la Monusco est « quasiment fini en tant que force militaire ». En effet, pour Martin Kobler les rebelles doivent se désarmer et revenir à la table des négociations. Sur le terrain, l'offensive se poursuit d’ailleurs toujours ce mardi 29 octobre 2013. Le front est désormais non loin de la base militaire stratégique de Rumangabo à une quarantaine de kilomètres au nord de Goma.

Rumangabo, c’est une ancienne base militaire un peu désuète construite sous la colonisation belge. Depuis un an, elle était devenue l’état-major du M23. Et selon des membres de la rébellion qui se sont rendus et que j’ai pu rencontrer ce matin, leur chef Sultani Makenga vivait il y a encore quelques jours dans l’une de ces jolies maisons qui se dressent sur les collines.
Aujourd’hui, plus rien. Les locaux ont été visiblement abandonnés à la hâte. Pour preuve, les importants stocks de munitions qui occupent trois bâtiments. Des dizaines de caisses en bois remplies de cartouches, de mitrailleuses venues de Russie, mais aussi des munitions, des lance-roquettes ou des grenades sont restées sur place.

Avancée des troupes vers la frontière ougandaise
L’armée congolaise s’est d’ailleurs largement servie dans ces stocks, pour pouvoir poursuivre l’offensive. Vers 12 heures, heure locale, les forces congolaises se sont attaquées à la localité de Tshanzu, à une dizaine de kilomètres de Rumangabo, à l’Est en direction de la frontière ougandaise. Tshanzu, dernière place forte du M23 et le véritable QG opérationnel de la rébellion. C’est là qu’arrivaient les armes et que résidait le gros des troupes.
Il est difficile de dire à l’heure actuelle si le M23 offre une résistance, mais sa position est en tout cas compliquée, au pied d’une colline, entourée d’une forêt très dense. Seule certitude, l’armée congolaise semble bien décidée à capitaliser sur son succès des deniers jours, et aller jusqu’au bout pour récupérer le contrôle de son territoire."




Le chef de la Monusco, Martin Kobler salue la foule et profite de ce moment de popularité de la Monusco après la libération de Kiwanja et des mois de désamour avec les Congolais.
Léa-Lisa Westerhoff/RFI

 

"RDC: traqués par l'armée, les rebelles du M23 se regroupent près de l'Ouganda
(AFP 29/10/2013 - 13:33)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-traques-par-larmee-les-rebelles-du-m23-se-regroupent-pres-de-louganda
Rumangabo (RD Congo) (AFP) - Les combattants du M23 se regroupaient mardi dans leur réduit montagneux près de la frontière ougandaise, traqués par les Forces armées de la République démocratique du Congo (RDC), ragaillardies par leur récents progrès contre les rebelles.
Signe du recul massif des rebelles, des habitants qui avaient fui commençaient à rentrer chez eux, et la circulation reprenait sur la route reliant Goma, la capitale du Nord-Kivu, à Rutshuru, 80 kilomètres plus au nord, a constaté un journaliste de l'AFP.(...)"



"RDC: le M23, en déroute, "capable de bien des surprises"
(AFP 29/10/2013 - 15:37)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-le-m23-en-deroute-capable-de-bien-des-surprises
KINSHASA, 29 octobre 2013 (AFP) - La rébellion du M23, bien qu'en déroute face aux troupes gouvernementales dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), "reste capable de bien des surprises", estime Fidel Bafilemba, chercheur pour l'ONG américaine Enough Project, qui milite pour le retour de la paix dans cette région.

Q: Le chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), Martin Kobler, explique que le M23 est "quasiment fini" militairement. Partagez-vous ce sentiment?
Pas du tout. Les frontières de la RDC sont très poreuses, et tant que les présidents [rwandais] Paul Kagame et [ougandais] Yoweri Museveni n'auront pas consenti sincèrement à une paix durable dans l'Est de la RDC et dans la région, le M23 peut être capable de bien des surprises, même s'il est poussé en dehors des frontières du Congo.
Avant de pouvoir dire que le M23 est totalement défait militairement, il y a encore du chemin à faire en terme de réforme du système sécuritaire congolais et des efforts diplomatiques à accomplir pour avoir un engagement sincère des présidents du Rwanda et de l'Ouganda. Le Rwanda et l'Ouganda n'ayant pas encore dit leur dernier mot, eux qui tiennent mordicus à l'amnistie générale et à l'intégration des officiers du M23 [dans l'armée congolaise] sans condition, Kinshasa n'est pas encore au bout de ses peines.
Q: Sur son site officiel le M23 dit s'être retiré volontairement de certaines positions: stratégie ou défaite réelle?
C'est tout simplement un front médiatique, dont le M23 a prouvé qu'il sait se servir. Se retirer volontairement de positions stratégiques pour des positions d'où on aurait du pain sur la planche pour lancer une contre-offensive signifie tout simplement être mis en déroute.

Q: Le ministre de la Défense a annoncé que l'armée n'avait "pas de limite" pour défendre l'intégrité territoriale de la RDC, mais que le pouvoir restait ouvert aux pourparlers de Kampala. Est-ce dans l'intérêt de Kinshasa de cesser les combats pour retourner à Kampala?
Kinshasa n'a pas malheureusement le dernier mot sur le processus de Kampala, et battre le M23 militairement reste compliqué. D'un autre côté, la pression interne de la population congolaise ne laisse pas trop de marge de manoeuvre [au président congolais] Joseph Kabila, qui risque d'être perçu comme un traître s'il ordonne encore une fois l'arrêt des combats.
Donc, tout en restant engagé dans le processus de Kampala, Kinshasa est obligée de continuer la pression militaire profitant du fait que le Rwanda et l'Ouganda ont du mal à soutenir massivement le M23 comme en novembre 2012, lorsque les rebelles, au sommet de leur puissance, avaient pris la ville de Goma.
Propos recueillis par Habibou Bangré



° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/lest-de-la-rdc-en-proie-une-myriade-de-groupes-armes-0





Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  mongo elombe le 30/10/2013, 9:13 am

http://www.congoone.net/


LES FARDC « GAGNENT », CONFUSION DES SENTIMENTS, MANIPULATION, COLÈRE ET REVOLTE
Diaspora
Écrit par Mufoncol Tshiyoyo
Mardi, 29 Octobre 2013 21:27

Joies ici, félicitations là-bas, ainsi que sentiment de fierté, et il y a de quoi avec 17 années d’humiliation et de chosification à la sauce Rwando-ougandaise et anglo-saxonne et alliés. Mais qui est celui ou celle qui ne se réjouirait de la « fin » d’une calamité quelconque surtout quand nos femmes, filles et enfants voire nos hommes se font tous régulièrement violés. Certains, parmi quelques thuriféraires du « régime », « intellectuels » me semble-t-il, ont même bravé le ridicule jusqu’à lancer un appel à la jeunesse congolaise qui se trouve à l’extérieur de rentrer combattre l’« adversaire » et s’attaquer par la suite à « Joseph Kabila ». L’appel en soi et son mode de présentation importent peu pour le moment sauf que le fait de dissocier le personnage de « Joseph Kabila » de l’adversaire que la jeunesse congolaise combat participe de la désinformation de notre peuple et de sa jeunesse. Et la désinformation est plus qu’une collaboration, elle est un crime.
Lire la suite...

-----/-----///

J'ai le même sentiment de colère avoir laisser volontairement nos compatriotes dans cette tragédie .

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  mongo elombe le 30/10/2013, 5:59 pm

Direct cd 


Il voulait cette photo. Il la voulait parce qu’elle symbolise tout. Elle représente au mieux la posture du nouveau représentant du secrétaire général de l’ONU en RDC :Moins bureaucrate, homme de terrain (proche de la population) et surtout chef militaire. Il la voulait parce que la MONUSCO (pas sa MONUSCO, d’ailleurs doublée de la brigade d’intervention) trainait depuis longtemps cette image de mastodonte au pied d’argile.
A Kinshasa, la population était dépitée de côtoyer ces « soldats » de la paix au Marché central et dans les boutiques chinoises. Dans les Kivu, plusieurs fois, les convois de la MONUSCO ont été lapidés. « Jusqu’à maintenant, on avait ici des casques bleus qui ont eu une certaine cohabitation avec le M23. Je suis arrivé ici il y a deux mois et demi et le M23 était là dans ce bâtiment, c’est la cohabitation. C’est la fin de la cohabitation maintenant avec les groupes rebelles », lâche t-il sur un ton de général d’armée, sur les ondes de Radio Okapi, le 28 octobre 2013, pour marquer la différence avec ses prédécesseurs et affirmer davantage sa posture de chef militaire.

Le jeu (je) de la proximité et de la responsabilité

Cet ancien directeur général de la culture et de la communication au Ministère allemand des affaires étrangères et Ambassadeur en Iraq et en Égypte a déjà gouté aux « bienfaits » de la communication en période de guerre et/ou dans les zones « tendues ». Depuis son arrivée en RDC, il joue le jeu (ou je, c’est selon) de la proximité avec la population et de la responsabilité – sa responsabilité comme patron de la MONUSCO et la responsabilité de la communauté internationale.

Un pied au Kivu, un doigt sur twitter

Alors que la twitosphère congolaise s’interroge sur le contraste de l’image d’un Kabila fêtant la cohésion nationale retrouvée (sic) à Kinshasa et d’un Kobler s’arrogeant le bain des foules villages après village, le patron de la MONUSCO prend des plus en plus de l’espace (au figuré comme au propre).

Après les récents succès des FARDC sur le M23 appuyé par Kigali, c’est une fois de plus lui qui déclare « presque » la fin de la guerre : « le M23 est quasiment fini en tant que force militaire» avant d’ajouter sur un ton ferme qu’ « Il faut maintenant rétablir l’autorité de l’Etat et le système judiciaires dans ces zones libérées », ce matin 29 octobre 2013. Conscient également des relations « difficiles » entre la coalition gouvernement- Monusco et la diaspora congolaise, Kobler a investi la twistosphère congolaise. Avec ses 1265 followers, il poste photos, informations, réactions, positions et répond aux questions même les plus improbables des twitos, pour la plupart « combattants ». 

Une fois de plus, il est étonnant de remarquer l’amateurisme avec lequel l’image du chef de l’Etat est gérée, surtout en cette période. Des millions dépensés pour les vacarmes à Kinshasa, des télévisions squattées matin et soir par des champions de la « visibilité », des boulevards jonchés par des Merci Kabila, alors qu’avec peu, ils peuvent faire plus. Ah j’avais oublié…toutes les occasions sont bonnes pour se remplir les poches, au nom de la cohésion nationale. Vous avez dit spindoctor?









Patient LIGODI

Consultant en management des #médias| #Journaliste | #Entrepreneur | #Formateur | Expert en #communication institutionnelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  ndonzwau le 31/10/2013, 7:20 pm

"RDC : l'armée attaque les derniers rebelles du M23 dans le Nord-Kivu
(AFP 31/10/2013 - 14:00)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-larmee-attaque-les-derniers-rebelles-du-m23-dans-le-nord-kivu
KINSHASA, 31 octobre 2013 (AFP) - L'armée congolaise a lancé une attaque jeudi matin contre les derniers rebelles du M23 retranchés sur les hauteurs du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), selon un témoin et une source onusienne. "Il y a des affrontements. Les militaires ont passé la nuit ici et ils sont montés au front", a indiqué un habitant de Jomba, localité située à un peu moins de 80 km au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, déplorant qu'une fillette ait déjà "été blessée par balle". "Les affrontements ont commencé à 09h15 (07h15 GMT). Ils [les soldats] sont en train de mener une opération de ratissage sur la colline", a indiqué ce témoin joint par téléphone de Kinshasa, et qui a souhaité garder l'anonymat. Vers 10h40 (08h40 GMT), on pouvait entendre très nettement derrière lui des échanges nourris d'armes légères. Selon cet habitant, les belligérants utilisaient aussi des armes lourdes. Une journaliste de l'AFP présente à quelques kilomètres de là, du côté ougandais de la frontière avec la RDC a indiqué entendre au loin des tirs de mortier.

Selon une source à la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), "on est dans une phase finale". Les Forces armées de la RDC (FARDC) "ont encerclé les positions du M23 résiduelles pour les déloger. L'opération est en cours", a-t-on ajouté de même source. Depuis la reprise, vendredi, des affrontements entre le Mouvement du 23 Mars (M23) et l'armée, la Monusco ne participe pas aux combats, mais elle fournit aux troupes gouvernementales un soutien en matière de renseignement, d'observation et de planification.
Jomba est à moins de cinq kilomètres de Bunagana, fief politique et dernière place forte du M23 reprise mercredi par l'armée, à la frontière avec l'Ouganda.
Les derniers rebelles du M23 étaient retranchés jeudi matin sur les collines agricoles de Chanzu, Runyonyi et Mbuzi proches de Bunagana et Jomba, à près de 2.000 mètres d'altitude.
Selon le chef coutumier du groupement (ensemble de localités) de Jomba, Vincent Mwabutsa -- joint par téléphone en Ouganda, où il est soigné-- l'armée congolaise contrôle "déjà les trois quarts" de ce territoire, à l'exception de quelques collines."



"RDC: l'armée s'empare de la dernière place forte des rebelles
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-armee-s-empare-de-la-derniere-place-forte-des-rebelles-527150cb3570f684030fc2a7
INTERNATIONAL La fin d'un long conflit?
L'armée congolaise a pris mercredi après-midi le contrôle de Bunagana, dernière place forte et fief politique du M23, dans l'est de la République démocratique du Congo, poussant les rebelles à se réfugier dans les collines alentours ou en Ouganda.(...)"

° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131031083123/rdc-fardc-bertrand-bisimwa-m23-nord-kivu-rdc-les-fardc-ont-pris-le-controle-de-bunagana.html
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3837:bunagana-le-dernier-verrou-du-m23-saute&catid=85&Itemid=472


"Nord-Kivu: les FARDC préparent une attaque contre les dernières positions du M23
° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/31/nord-kivu-les-fardc-preparent-une-attaque-contre-les-dernieres-positions-du-m23/
Des témoins rapportent qu’un important arsenal militaire est déployé autour des collines de Mbuzi, Chanzu et Runyonyi(...)"


° http://radiookapi.net/actualite/2013/10/31/nord-kivu-retour-progressif-des-deplaces-bunagana/
° http://www.rfi.fr/afrique/20131031-rdc-ouganda-refugies-m23-bunagana-kisoro


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA II GUERRE DE GOMA A COMMENCE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum