QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 28/8/2013, 6:32 am

http://www.mondialisation.ca/qui-se-bat-en-syrie/32048

QUI SE BAT EN SYRIE
Qui se bat en Syrie ?

Alors que la presse occidentale présente l’Armée syrienne libre comme une organisation révolutionnaire armée, Thierry Meyssan affirme depuis plus d’un an qu’il s’agit au contraire d’une formation contre-révolutionnaire. Selon lui, elle serait progressivement passée des mains des monarchies réactionnaires du Golfe à celle de la Turquie, agissant pour l’OTAN. Une telle affirmation à contre-courant requiert une démonstration argumentée…
_________________________

Depuis 18 mois, la Syrie est en proie à des troubles qui n’ont cessé d’augmenter jusqu’à devenir un vaste conflit armé ayant déjà causé la mort d’environ 20 000 personnes. S’il y a consensus sur ce constat, les narrations et les interprétations divergent au-delà.


Pour les États occidentaux et leur presse, les Syriens aspireraient à vivre à l’occidentale dans des démocraties de marché. Suivant les modèles tunisien, égyptien et libyen du « printemps arabe », ils se seraient soulevés pour renverser leur dictateur Bachar el-Assad. Celui-ci aurait réprimé les manifestations dans le sang. Alors que les Occidentaux auraient souhaité intervenir pour faire cesser le massacre, les Russes et les Chinois, par intérêt ou par mépris de la vie humaine, s’y seraient opposés.


Au contraire, pour tous les États qui ne sont pas vassalisés par les USA et pour leur presse, les États-Unis auraient lancé une opération contre la Syrie qu’ils planifiaient de longue date. D’abord par le truchement de leurs alliés régionaux, puis directement, ils auraient infiltré des bandes armées qui ont déstabilisé le pays, sur le modèle des Contras du Nicaragua. Cependant ceux-ci n’auraient trouvé qu’un très faible soutien intérieur et auraient été mis en déroute pendant que la Russie et la Chine aurait empêché l’OTAN d’anéantir l’armée syrienne et de renverser ainsi l’équation régionale.


Qui dit vrai ? Qui se trompe ?


Les groupes armés en Syrie ne défendent pas la démocratie,
ils la combattent


En premier lieu, l’interprétation des événements syriens comme un épisode du « printemps arabe » est une illusion car ce « printemps » n’a pas de réalité. C’est un slogan publicitaire pour présenter positivement des faits hétéroclites. S’il y a bien eu une révolte populaire en Tunisie, au Yémen et au Bahrein, il n’y en a pas eue, ni en Égypte, ni en Libye. En Égypte, les manifestations de rue se sont limitées à la capitale et à une certaine bourgeoisie, jamais, absolument jamais, le peuple égyptien ne s’est senti concerné par le spectacle télégénique de la place Tahrir [1]. En Libye, il n’y a pas eu de révolte politique, mais un mouvement séparatiste de la Cyrénaïque contre le pouvoir de Tripoli, puis l’intervention militaire de l’OTAN qui a coûté la vie à environ 160 000 personnes.


La station libanaise NourTV a connu un vif succès en diffusant une série d’émissions d’Hassan Hamade et Georges Rahme intitulée « Le printemps arabe, de Lawrence d’Arabie à Bernard-Henri Lévy ». Les auteurs y développent l’idée que le « printemps arabe » est un remake de la « révolte arabe » de 1916-1918 orchestrée par les Britannique contre les Ottomans. Cette fois, les occidentaux ont manipulé les situations pour renverser une génération de leaders et imposer les Frères musulmans. De fait, le « printemps arabe » relève de la publicité mensongère. Désormais, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, et Gaza sont gouvernés par une confrérie qui d’un côté impose un ordre moral, et de l’autre soutient le sionisme et la capitalisme pseudo-libéral, c’est-à-dire les intérêts d’Israël et des Anglo-Saxons. L’illusion s’est dissipée. Certains auteurs, comme le Syrien Said Hilal Alcharifi raillent désormais le « printemps otanien ».


Deuxièmement, les dirigeants du Conseil national syrien (CNS) comme les commandants de l’Armée syrienne libre (ASL) ne sont aucunement des démocrates, au sens qu’ils seraient favorables à « un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », suivant la formule d’Abraham Lincoln reprise dans la Constitution française.
Ainsi, le premier président du CNS fut l’universitaire parisien Burhan Ghalioun. Il n’était aucunement « un opposant syrien persécuté par le régime » puisqu’il venait et circulait librement dans son pays. Il n’était pas non plus un « intellectuel laïque » comme il le prétend, puisqu’il était le conseiller politique de l’Algérien Abbassi Madani, président du Front islamique du salut (FIS), aujourd’hui réfugié au Qatar.
Son successeur, Abdel Basset Syda [2], n’est entré en politique qu’au cours des derniers mois, et s’est immédiatement affirmé comme un simple exécutant des volontés états-uniennes. Dès son élection à la tête du CNS, il s’est engagé non pas à défendre la volonté de son peuple, mais à appliquer la « feuille de route » que Washington a rédigé pour la Syrie : The Day after.
Les combattants de l’Armée syrienne libre ne sont pas plus des militants de la démocratie. Ils reconnaissent l’autorité spirituelle du cheikh Adnan al-Arour, un prêcheur takfiriste, qui appelle à renverser et à tuer Bachar el-Assad non pour des motifs politiques, mais uniquement parce qu’il est de confession alaouite, c’est-à-dire hérétique à ses yeux. Tous les officiers identifiés de l’ASL sont sunnites et toutes les brigades de l’ASL portent des noms de figures historiques sunnites. Les « tribunaux révolutionnaires » de l’ASL condamnent à mort leurs opposants politiques (et pas seulement les partisans de Bachar el-Assad) et les mécréants qu’ils égorgent en public. Le programme de l’ASL est de mettre fin au régime laïque installé par le Baas, le PSNS et les communistes au profit d’un régime confessionnel sunnite pur.


Le conflit syrien a été prémédité par les Occidentaux


La volonté occidentale d’en finir avec la Syrie est connue et elle suffit largement à expliquer les événements actuels. Rappelons ici quelques faits qui ne laissent aucun doute sur la préméditation des événements [3].


La décision de faire la guerre à la Syrie a été prise par le président George W. Bush lors d’une réunion à Camp David, le 15 septembre 2001, juste après les attentats spectaculaires de New York et Washington. Il était prévu d’intervenir simultanément en Libye pour montrer la capacité d’action sur un double théâtre d’opération. Cette décision a été attestée par le témoignage du général Wesley Clark, ex-commandeur suprême de l’OTAN, qui y était opposé.


Dans la foulée de la chute de Bagdad, en 2003, le Congrès a adopté deux lois donnant instruction au président des États-Unis de préparer une guerre contre la Libye et une autre contre la Syrie (le Syria Accountability Act).


En 2004, Washington a accusé la Syrie de cacher sur son sol les armes de destruction massive que l’on ne parvenait pas à trouver en Irak. Cette accusation a fait long feu lorsqu’il a été admis que ces armes n’avaient jamais existé et n’étaient qu’un prétexte pour envahir l’Irak.


En 2005, après l’assassinat de Rafik Hariri, Washington a tenté d’entrer en guerre contre la Syrie, mais n’y est par parvenu car elle a retiré son armée du Liban. Les États-Unis ont alors suscité des faux témoignages pour accuser le président el-Assad d’avoir commandité l’attentat et ils ont créé un tribunal international d’exception pour le juger. Mais ils ont en définitive été contraints de retirer leurs fausses accusations après que leurs manipulations aient été mises à jour.


En 2006, les États-Unis ont commencé à préparer la « révolution syrienne » en créant le Syria Democracy Program. Il s’agissait de créer et de financer des groupes d’opposition pro-occidentale (comme le Mouvement pour la Justice et le Développement). Au financement officiel du département d’État s’est ajouté un financement secret de la CIA via une association californienne, le Democracy Council.


Toujours en 2006, les États-Unis ont sous-traité à Israël une guerre contre le Liban, dans l’espoir d’y impliquer la Syrie et de pouvoir intervenir. Mais la rapide victoire du Hezbollah a fait échouer ce plan.


En 2007, Israël a attaqué la Syrie, bombardant une installation militaire (Opération Orchard). Mais là encore, Damas a gardé son sang-froid et ne s’est pas laissé entraîné dans la guerre. Des vérifications ultérieures de l’Agence internationale de l’énergie atomique ont montré qu’il ne s’agissait pas d’un site nucléaire, contrairement à ce qui avait été affirmé par les Israéliens.


En 2008, lors de la réunion que l’OTAN organise annuellement sous le titre Groupe de Bilderberg, la directrice de l’Arab Reform Initiative, Bassma Kodmani, et le directeur de la Stiftung Wissenschaft und Politik, Volker Perthes, exposèrent brièvement au Gotha américano-européen les avantages économiques, politiques et militaires d’une possible intervention de l’Alliance en Syrie.


En 2009, la CIA a mis en place des outils de propagande à destination de la Syrie comme la chaîne BaradaTV, basée à Londres, et OrientTV basée à Dubai.


À ces éléments historiques, ajoutons qu’une réunion s’est tenue au Caire, la seconde semaine de février 2011, autour de John McCain, Joe Lieberman et Bernard-Henry Lévy, des personnalités libyennes comme Mahmoud Jibril (alors numéro 2 du gouvernement de la Jamahiriya) et des personnalités syriennes comme Malik al-Abdeh et Ammar Qurabi. C’est cette réunion qui donna le signal des opérations secrètes qui débutèrent à la fois en Libye et en Syrie (le 15 février à Benghazi et le 17 à Damas).


En janvier 2012, les départements US d’État et de la Défense constituèrent le groupe de travail The Day After. Supporting a democratic transition in Syria qui rédigea à la fois une nouvelle constitution pour la Syrie et un programme de gouvernement [4].


En mai 2012, l’OTAN et le CCG mirent en place le Working Group on Economic Recovery and Development of the Friends of the Syrian People, sous co-présidence allemande et émiratie. L’économiste syro-britannique Ossam el-Kadi y élabora un partage des richesses syriennes entre les États membres de la coalition, à appliquer le « jour d’après » (c’est-à-dire après le renversement du régime par l’OTAN et le CCG) [5].


Révolutionnaires ou contre-révolutionnaires ?


Les groupes armés ne sont pas issus des manifestations pacifiques de février 2011. Ces manifestations dénonçaient en effet la corruption et réclamaient plus de libertés, tandis que les groupes armés —nous l’avons vu plus haut— ressortent de l’islamisme.


Au cours des dernières années, une terrible crise économique a frappé les campagnes. Elle était due aux mauvaises récoltes, qui ont été à tort appréhendées comme des malheurs passagers alors qu’elles étaient la conséquences de changements climatiques durables. À cela se sont ajoutées des erreurs dans la mise en œuvre de réformes économiques qui ont désorganisé le secteur primaire. Il s’en est suivi un fort exode rural auquel le gouvernement a su faire face, et une dérive sectaire de certains paysans que le pouvoir a négligé. Dans de nombreuses régions, l’habitat rural n’était pas concentré en villages, mais dispersé sous forme de fermes isolées, personne n’a mesuré l’ampleur du phénomène jusqu’à ce que ses adeptes se regroupent.


En définitive, alors que la société syrienne incarne le paradigme de la tolérance religieuse, un courant takfiriste s’est développé en son sein. Il a fourni la base des groupes armés. Ceux-ci ont été richement financés par les monarchies wahhabites (Arabie saoudite, Qatar, Sharjjah).
Cette manne a suscité le ralliement de nouveaux combattants parmi lesquels on trouve des parents de victimes de la répression massive du sanglant coup d’État manqué des Frères musulmans, en 1982. Leur mobile est souvent moins idéologique que personnel. Il ressort de la vendetta.
De nombreux voyous et repris de justice appâtés par l’argent facile se sont ajoutés : un « révolutionnaire » est payé 7 fois le salaire moyen.
Enfin, des professionnels ayant combattu en Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie ou Irak ont commencé à affluer. Au premier rangs desquels les hommes d’Al Qaida en Libye, conduits par Abdelhakim Belhaj en personne [6]. Les médias les présentent comme des jihadistes, ce qui est inapproprié, l’islam ne concevant pas de guerre sainte contre des coreligionnaires. Ce sont avant tout des mercenaires.


La presse occidentale et du Golfe insiste sur la présence de déserteurs dans l’ASL. C’est certain, mais il est par contre faux qu’ils aient fait défection après avoir refusé de réprimer des manifestations politiques. Les déserteurs en question rentrent presque toujours dans les cas que nous avons précédemment cités. Au demeurant, une armée de 300 000 hommes a forcément parmi elle ses fanatiques religieux et ses voyous.


Les groupes armés utilisent un drapeau syrien à bande verte (au lieu de la bande rouge) et à trois étoiles (au lieu de deux). La presse occidentale le qualifie de « drapeau de l’indépendance », car il était en vigueur au moment de l’indépendance du pays, en 1946. En réalité, il s’agit du drapeau du mandat français qui resta en vigueur lors de l’indépendance formelle du pays (1932 à 1958). Les trois étoiles représentent les trois districts confessionnels du colonialisme (alaouite, druze et chrétien). Utiliser ce drapeau, ce n’est certainement pas brandir un symbole révolutionnaire. Au contraire, c’est affirmer vouloir prolonger le projet colonial, celui de l’Accord Sykes-Picot de 1916 et du remodelage du « Moyen-Orient élargi ».


Au cours des 18 mois d’action armée, ces groupes armés se sont structurés et plus ou moins coordonnés. En l’état actuel,la grande majorité sont passés sous commandement turc, sous le label Armée syrienne libre. De fait, ils sont devenus des supplétifs de l’OTAN, le quartier général de l’ASL étant même installé sur la base aérienne de l’OTAN à Incirlik. Les islamistes les plus durs ont formé leurs propres organisations ou ont rejoint al-Qaida. Ils sont sous le contrôle du Qatar ou de la branche sudeiri de la famille royale saoudienne [7]. De facto, ils sont rattachés à la CIA.


Cette constitution progressive, qui part de paysans pauvres pour se terminer avec un afflux de mercenaires, est identique à ce que l’on a connu au Nicaragua lorsque la CIA organisa les Contras pour renverser les sandinistes, ou que l’on avait connu à Cuba lorsque la CIA organisa le débarquement de la Baie des cochons pour renverser les castristes. Précisément, c’est de ce modèle que les groupes armés syriens se revendiquent aujourd’hui : en mai 2012, les Contras cubains ont organisé à Miami des séminaires de formation à la guérilla contre-révolutionnaire pour leurs homologues syriens [8].


Les méthodes de la CIA sont partout les mêmes. Ainsi les Contras syriens ont concentré leur action militaire d’une part sur la création de bases fixes (mais aucune n’a tenu, même pas l’Émirat islamique de Baba Amr), puis sur le sabotage de l’économie (destruction des infrastructures et incendie des grandes usines), enfin sur le terrorisme (déraillement de trains de passagers, attentats à la voiture piégée dans des sites fréquentés, assassinat de leaders religieux, politiques et militaires).


Par conséquent, la partie de la population syrienne qui pouvait avoir de la sympathie pour les groupes armés au début des événements, pensant qu’ils représentaient une alternative au régime actuel, s’en sont progressivement désolidarisés.


Sans surprise, la bataille de Damas a consisté à faire converger vers la capitale les 7 000 combattants dispersés dans le pays et des armées de mercenaires en attente dans les pays limitrophes. Des dizaines de milliers de Contras ont tenté de pénétré le pays. Ils se sont déplacés simultanément en nombreuses colonnes de pick-up, préférant traverser les déserts que prendre les autoroutes. Une partie d’entre eux a été stoppée par des bombardements aériens et a du rebrousser chemin. D’autres après s’être emparés de postes-frontière sont parvenus à la capitale. Il n’y ont pas trouvé le soutien populaire escompté. Au contraire, ce sont les habitants qui ont guidé les soldats de l’Armée nationale pour les identifier et les déloger. Au final, ils ont été contraints de battre en retraite et ont annoncé qu’à défaut de prendre Damas, ils prendraient Alep. Au demeurant, cela montre qu’ils ne sont ni des Damascènes en révolte, ni des Alepains, mais des combattants itinérants.


L’impopularité des groupes armés doit être comparée avec la popularité de l’Armée régulière et des milices d’auto-défense. L’Armée nationale syrienne est une armée de conscription, c’est donc une armée populaire, et il est impensable qu’elle puisse servir à une répression politique. Depuis peu, le gouvernement a autorisé la constitution de milices de quartiers. Il a distribué des armes aux citoyens qui se sont engagés à consacrer chaque jour 2h de leur temps pour défendre leur quartier, sous encadrement militaire.


Des vessies pour des lanternes


En son temps, le président Reagan rencontra quelques difficultés pour présenter ses Contras comme des « révolutionnaires ». Il créa pour cela une structure de propagande, le Bureau de la diplomatie publique, dont il confia la direction à Otto Reich [9]. Celui-ci corrompit des journalistes dans la plupart des grands médias US et ouest-européens pour intoxiquer le public. Il lança entre autres une rumeur selon laquelle les sandinistes disposaient d’armes chimiques et risquaient de les utiliser contre leur propre peuple. Aujourd’hui la propagande est dirigée depuis la Maison-Blanche par le conseiller de sécurité nationale adjoint chargé des communications stratégiques, Ben Rhodes. Il applique les bonnes vieilles méthodes et a ressorti contre le président el-Assad la rumeur des armes chimiques.


En collaboration avec le MI6 britannique, Rhodes a réussi a imposer comme principale source d’information des agences de presse occidentales une structure fantôme : l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Les médias n’ont jamais questionné la crédibilité de cette signature, alors même que ses affirmations ont été démenties par les observateurs de la Ligue arabe et par ceux des Nations Unies. Mieux, cette structure fantôme, qui n’a ni locaux, ni personnel, ni expertise, est également devenue la source d’information des chancelleries européennes depuis que la Maison-Blanche les a convaincues de retirer leur personnel diplomatique de Syrie.


Ben Rhodes a également organisé des spectacles pour journalistes en mal d’émotions. Deux tours operators ont été mis sur pied, l’un au cabinet du Premier ministre turc Erdogan et le second au cabinet de l’ex-Premier ministre libanais Fouad Siniora. Les journalistes qui le souhaitaient étaient invités à entrer illégalement avec des passeurs en Syrie. On offrait durant des mois un voyage depuis la frontière turque dans un village témoin situé en montagne. On pouvait y réaliser des séances photos avec des « révolutionnaires » et « partager le quotidien des combattants ». Puis, pour les plus sportifs, on pouvait depuis la frontière libanaise aller visiter l’Émirat islamique de Baba Amr.


Fort étrangement, nombre de journalistes ont observé eux-mêmes d’énormes falsifications, mais ils n’en ont tiré aucune conclusion. Ainsi, un célèbre reporter-photographe a filmé les « révolutionnaires » de Baba Amr brûler des pneus pour dégager de la fumée noire et faire accroire à un bombardement du quartier. Il a diffusé ces images sur Channel4 [10], mais a continué à affirmer qu’il avait été témoin du bombardement de Baba Amr relaté par l’Observatoire syrien des Droits de l’homme.


Ou encore, le New York Times a relevé que des photos et vidéos transmises par le service de presse de l’Armée syrienne libre et montrant de valeureux combattants étaient des mises en scène [11]. Les armes de guerre étaient en réalité des répliques, des jouets pour enfants. Le quotidien a néanmoins continué à croire en l’existence d’une armée de déserteurs de près de 100 000 hommes.


Selon un schéma classique, les journalistes préfèrent mentir que reconnaître qu’ils se sont fait manipuler. Une fois bernés, ils participent donc consciemment au développement du mensonge qu’ils ont découvert. Reste à savoir si vous, lecteurs de cet article, préférerez aussi fermer les yeux ou si vous déciderez de soutenir le peuple syrien contre l’agression des Contras.
________
http://www.youtube.com/watch?v=2yBwCj86wPc&feature=player_embedded#t=0
Damas, le volcan a été éteint - Thierry Meyssan le 23.7.2012


Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 28/8/2013, 6:40 am

http://www.mondialisation.ca/

Revenir en haut Aller en bas

Poutine ordonne une "attaque militaire massive" contre l'Arabie Saoudite en cas d'attaque sur la Syrie !

Message  until le 28/8/2013, 7:11 am

BREAKING NEWS - Poutine ordonne une "attaque militaire massive" contre l'Arabie Saoudite en cas d'attaque sur la Syrie !


     Putin Ordered A Massive Strike Against Saudi Arabia If West Attacks Syria

breaking news

Un "mémorandum d'action urgente" publié aujourd'hui dans le bureau du président Poutine pour les Forces armées de la Fédération de Russie ordonne une « attaque militaire massive» contre l'Arabie Saoudite dans le cas où l'Occident attaque la Syrie.

Selon des sources du Kremlin familiers avec cette extraordinaire « afin de guerre, » Poutine est devenu « furieux » après sa réunion du début Août avec le prince saoudien Bandar bin Sultan , qui a averti que si la Russie n’a pas accepté la défaite de la Syrie, l’Arabie saoudite ordonnera les terroristes tchétchènes  (qui sont dans leur contrôle) de causer la mort en masse et le chaos pendant le Jeux olympiques d’hiver qui se tiendra 7-23 Février 2014 à Sotchi, en Russie.

Le journal libanais As-Safir a confirmé cette menace étonnante contre la Russie en disant que le prince Bandar s’est engagé à protéger la base navale de la Russie en Syrie si le régime d’Assad est renversé, mais il a également fait allusion à des attaques terroristes par les tchétchènes contre les  Jeux olympiques d’hiver de la Russie à Sotchi s’il n’y a pas accord,  en déclarant: «Je ne peux vous donner une garantie pour protéger les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous « .

Prince Bandar a poursuivi en disant que les Tchétchènes opérant en Syrie étaient un outil de pression qui pourrait être mis en marche un arrêt. « Ces groupes ne nous font pas peur. Nous les utilisons dans le visage du régime syrien, mais ils n’auront pas de rôle dans l’avenir politique de la Syrie « .

London’s The Telegraph News Service further  a également signalé aujourd’hui que l’Arabie saoudite a secrètement offert la  Russie un accord de balayage pour contrôler le marché mondial  du pétrole et de sauvegarder les contrats de gaz de la Russie, si le Kremlin s’éloigne du régime Assad en Syrie, une offre que Poutine a répondu par dire  » Notre position sur Assad ne changera jamais. Nous croyons que le régime syrien est le meilleur orateur au nom du peuple syrien, et non pas ceux  mangeurs  du foie  » [Poutine a déclaré en se référant à des images montrant un rebelle djihadiste manger le cœur et le foie d'un soldat syrien], et que le prince Bandar en tourner averti qu’il peut y avoir  » ne peut échapper à l’option militaire « si la Russie refuse le rameau d’olivier.



Il est essentiel de noter, et comme nous l’avions déjà signalé dans  le rapport du 28 Janvier 2013 » plan Obama pour la troisième guerre mondiale étourdit la Russie, « les services de sécurité fédéraux ( FSB ) ont confirmé la validité des emails piratés libérés de la société de défense britannique basée, Britam Défense qui étonnamment a mis en garde le régime Obama se préparait à déclencher une série d’attaques contre la Syrie et l’Iran. Un mouvement d’experts de renseignement russes ont averti  que ça pourrait bien provoquer la Troisième Guerre mondiale.

Selon ce rapport FSB, Britam défense, une des plus grandes forces mercenaires privés dans le monde, a été la cible d’un « hack massif » de ses fichiers informatiques par un « état entité parrainée inconnu » le mois du janvier  passé,  qui a ensuite publié un certain nombre d’ e-mails critiques entre ses deux principaux dirigeants, fondateur Philip Doughty et son Directeur Business Development David Goulding.

Les deux e-mails entre Doughty et Goulding déclare que le régime Obama a approuvé une attaque «sous fausse bannière» en Syrie en utilisant des armes chimiques, et que Britam a été approuvé à participer  et à avertir l’Occident sur l’Iran, et que nous pouvons lire:

Email 1 : Phil, nous avons une nouvelle offre. Il s’agit de la Syrie à nouveau. Qataris proposer une affaire intéressante et jure que l’idée est approuvée par Washington. Nous devrons livrer un CW (arme chimique) à Homs (Syrie) […]. Ils veulent que nous déployions notre personnel ukrainien qui doit parler le russe et faire un enregistrement vidéo. Franchement, je ne pense pas que c’est une bonne idée, mais les sommes proposées sont énormes. Votre avis? Cordialement David

Email 2 : Phil, S’il vous plaît voir les détails ci-joints de mesures préparatoires concernant la question iranienne. Participation de Britam dans l’opération est confirmée par les Saoudiens.

Avec les événements les plus importants en spirale hors de contrôle en Syrie, et Independent de Londres Nouvelles Service signalent maintenant que le prince Bandar est  » pousse à la guerre » , le Ministère des Affaires étrangères russe Alexander Lukashevich a en outre averti l’Occident aujourd’hui en déclarant « , en tentant de contourner le Conseil de sécurité, une fois de plus à créer excuses infondées artificiels pour une intervention militaire dans la région sont marquées par de nouvelles souffrances en Syrie et des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord.  »

Sans se soucier des avertissements russes qui ont tombés dans l’oreille d’un sourd, cependant, le Premier ministre britannique David Cameron, ce matin, a rappelé le Parlement britannique est pour pour attaquer la Syrie et que le régime Obama annule brusquement leur réunion avec la Russie prévue pour demain pour  trouver un chemin vers la paix pour la Syrie , et l’Occident commence ses plans pour attaquer la nation syrienne  » dans quelques jours « .

Comme la Syrie elle-même a averti que s’elle est  attaquée par l’Occident, il y aura « chaos mondial », les peuples occidentaux eux-mêmes n’ont pas été informés du fait que le 17 mai 2013, Vladimir Poutine a ordonné les forces  militaires russes à  » agir immédiatement «   et se préparer pour une  guerre à grande échelle.

Et comme nous l’avions déjà expliqué en détail, la lutte sur la Syrie, dirigé par l’Arabie saoudite et le Qatar et leurs alliés occidentaux bichon, n’a qu’un seul objectif: briser la mainmise de la Russie sur le marché du gaz naturel :

« Le petit Etat riche en gaz du Qatar a passé autant que 3 milliards de dollars au cours des deux dernières années à soutenir la rébellion en Syrie, dépassant de loin tout autre gouvernement, mais est actuellement poussé de côté par l’Arabie saoudite en tant que principale source d’armes aux rebelles ».

Qatar [aussi] a proposé un pipeline de gaz du Golfe à la Turquie dans un signe de l’émirat envisage une poursuite de l’expansion des exportations du plus grand gisement de gaz au monde après la fin d’un programme ambitieux visant à plus que doubler sa capacité de production de gaz naturel liquéfié (GNL ).

Et dans ce qui est, peut-être, la cause la plus inimaginable pour commencer la troisième guerre mondiale sur la Syrie a été notée par le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch qui a dit la semaine dernière : «Nous recevons plus de nouvelles preuves que cet acte criminel était une provocation « , a t-il souligné. « En particulier, il ya des rapports qui circulent sur ​​Internet , et en particulier que les matériaux de l’incident et les accusations contre les troupes gouvernementales avaient été affichés pendant plusieurs heures avant l’attaque dite. Ainsi, il s’agissait d’une action planifiée à l’avance « .

http://www.wikistrike.com/article-breaking-news-poutine-ordonne-une-attaque-militaire-massive-contre-l-arabie-saoudite-en-cas-d-at-119741939.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 28/8/2013, 8:09 am

until a écrit:BREAKING NEWS - Poutine ordonne une "attaque militaire massive" contre l'Arabie Saoudite en cas d'attaque sur la Syrie !


     Putin Ordered A Massive Strike Against Saudi Arabia If West Attacks Syria

breaking news

Un "mémorandum d'action urgente" publié aujourd'hui dans le bureau du président Poutine pour les Forces armées de la Fédération de Russie ordonne une « attaque militaire massive» contre l'Arabie Saoudite dans le cas où l'Occident attaque la Syrie.

Selon des sources du Kremlin familiers avec cette extraordinaire « afin de guerre, » Poutine est devenu « furieux » après sa réunion du début Août avec le prince saoudien Bandar bin Sultan , qui a averti que si la Russie n’a pas accepté la défaite de la Syrie, l’Arabie saoudite ordonnera les terroristes tchétchènes  (qui sont dans leur contrôle) de causer la mort en masse et le chaos pendant le Jeux olympiques d’hiver qui se tiendra 7-23 Février 2014 à Sotchi, en Russie.

Le journal libanais As-Safir a confirmé cette menace étonnante contre la Russie en disant que le prince Bandar s’est engagé à protéger la base navale de la Russie en Syrie si le régime d’Assad est renversé, mais il a également fait allusion à des attaques terroristes par les tchétchènes contre les  Jeux olympiques d’hiver de la Russie à Sotchi s’il n’y a pas accord,  en déclarant: «Je ne peux vous donner une garantie pour protéger les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous « .

Prince Bandar a poursuivi en disant que les Tchétchènes opérant en Syrie étaient un outil de pression qui pourrait être mis en marche un arrêt. « Ces groupes ne nous font pas peur. Nous les utilisons dans le visage du régime syrien, mais ils n’auront pas de rôle dans l’avenir politique de la Syrie « .

London’s The Telegraph News Service further  a également signalé aujourd’hui que l’Arabie saoudite a secrètement offert la  Russie un accord de balayage pour contrôler le marché mondial  du pétrole et de sauvegarder les contrats de gaz de la Russie, si le Kremlin s’éloigne du régime Assad en Syrie, une offre que Poutine a répondu par dire  » Notre position sur Assad ne changera jamais. Nous croyons que le régime syrien est le meilleur orateur au nom du peuple syrien, et non pas ceux  mangeurs  du foie  » [Poutine a déclaré en se référant à des images montrant un rebelle djihadiste manger le cœur et le foie d'un soldat syrien], et que le prince Bandar en tourner averti qu’il peut y avoir  » ne peut échapper à l’option militaire « si la Russie refuse le rameau d’olivier.



Il est essentiel de noter, et comme nous l’avions déjà signalé dans  le rapport du 28 Janvier 2013 » plan Obama pour la troisième guerre mondiale étourdit la Russie, « les services de sécurité fédéraux ( FSB ) ont confirmé la validité des emails piratés libérés de la société de défense britannique basée, Britam Défense qui étonnamment a mis en garde le régime Obama se préparait à déclencher une série d’attaques contre la Syrie et l’Iran. Un mouvement d’experts de renseignement russes ont averti  que ça pourrait bien provoquer la Troisième Guerre mondiale.

Selon ce rapport FSB, Britam défense, une des plus grandes forces mercenaires privés dans le monde, a été la cible d’un « hack massif » de ses fichiers informatiques par un « état entité parrainée inconnu » le mois du janvier  passé,  qui a ensuite publié un certain nombre d’ e-mails critiques entre ses deux principaux dirigeants, fondateur Philip Doughty et son Directeur Business Development David Goulding.

Les deux e-mails entre Doughty et Goulding déclare que le régime Obama a approuvé une attaque «sous fausse bannière» en Syrie en utilisant des armes chimiques, et que Britam a été approuvé à participer  et à avertir l’Occident sur l’Iran, et que nous pouvons lire:

Email 1 : Phil, nous avons une nouvelle offre. Il s’agit de la Syrie à nouveau. Qataris proposer une affaire intéressante et jure que l’idée est approuvée par Washington. Nous devrons livrer un CW (arme chimique) à Homs (Syrie) […]. Ils veulent que nous déployions notre personnel ukrainien qui doit parler le russe et faire un enregistrement vidéo. Franchement, je ne pense pas que c’est une bonne idée, mais les sommes proposées sont énormes. Votre avis? Cordialement David

Email 2 : Phil, S’il vous plaît voir les détails ci-joints de mesures préparatoires concernant la question iranienne. Participation de Britam dans l’opération est confirmée par les Saoudiens.

Avec les événements les plus importants en spirale hors de contrôle en Syrie, et Independent de Londres Nouvelles Service signalent maintenant que le prince Bandar est  » pousse à la guerre » , le Ministère des Affaires étrangères russe Alexander Lukashevich a en outre averti l’Occident aujourd’hui en déclarant « , en tentant de contourner le Conseil de sécurité, une fois de plus à créer excuses infondées artificiels pour une intervention militaire dans la région sont marquées par de nouvelles souffrances en Syrie et des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord.  »

Sans se soucier des avertissements russes qui ont tombés dans l’oreille d’un sourd, cependant, le Premier ministre britannique David Cameron, ce matin, a rappelé le Parlement britannique est pour pour attaquer la Syrie et que le régime Obama annule brusquement leur réunion avec la Russie prévue pour demain pour  trouver un chemin vers la paix pour la Syrie , et l’Occident commence ses plans pour attaquer la nation syrienne  » dans quelques jours « .

Comme la Syrie elle-même a averti que s’elle est  attaquée par l’Occident, il y aura « chaos mondial », les peuples occidentaux eux-mêmes n’ont pas été informés du fait que le 17 mai 2013, Vladimir Poutine a ordonné les forces  militaires russes à  » agir immédiatement «   et se préparer pour une  guerre à grande échelle.

Et comme nous l’avions déjà expliqué en détail, la lutte sur la Syrie, dirigé par l’Arabie saoudite et le Qatar et leurs alliés occidentaux bichon, n’a qu’un seul objectif: briser la mainmise de la Russie sur le marché du gaz naturel :

« Le petit Etat riche en gaz du Qatar a passé autant que 3 milliards de dollars au cours des deux dernières années à soutenir la rébellion en Syrie, dépassant de loin tout autre gouvernement, mais est actuellement poussé de côté par l’Arabie saoudite en tant que principale source d’armes aux rebelles ».

Qatar [aussi] a proposé un pipeline de gaz du Golfe à la Turquie dans un signe de l’émirat envisage une poursuite de l’expansion des exportations du plus grand gisement de gaz au monde après la fin d’un programme ambitieux visant à plus que doubler sa capacité de production de gaz naturel liquéfié (GNL ).

Et dans ce qui est, peut-être, la cause la plus inimaginable pour commencer la troisième guerre mondiale sur la Syrie a été notée par le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch qui a dit la semaine dernière : «Nous recevons plus de nouvelles preuves que cet acte criminel était une provocation « , a t-il souligné. « En particulier, il ya des rapports qui circulent sur ​​Internet , et en particulier que les matériaux de l’incident et les accusations contre les troupes gouvernementales avaient été affichés pendant plusieurs heures avant l’attaque dite. Ainsi, il s’agissait d’une action planifiée à l’avance « .

http://www.wikistrike.com/article-breaking-news-poutine-ordonne-une-attaque-militaire-massive-contre-l-arabie-saoudite-en-cas-d-at-119741939.html
LE MONDE C L’ÉTERNEL RETOUR.  LA DIMENSION DE DIEU EST A SAISIR DANS NOS VIES

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 28/8/2013, 1:59 pm

http://www.algerie1.com/actualite/syrie-des-terroristes-entrain-de-tirer-des-obus-chimiques-video/

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  Admin le 28/8/2013, 4:03 pm

Ce billet est très clair, les groupes armées qui combattent Assad ne promettent pas la démocratie mais la charia ... Ils l'appliquent déjà dans les territoires sous leurs contrôles.  

Les chrétiens aussi pourtant présents sur ce territoire depuis le début de l’ère chrétienne sont tués par ces intégristes... plusieurs prêtres ont été tués dont un bien connu qui a été décapité simplement à cause de sa foi ... Bien entendu la presse occidentale en fait presque jamais écho.

Pendant ce temps en RDC quand les congolais se soulèvent comme les Enyele, les BDK ou dans les rues de Kinshasa, ils sont massacrés sans que personne ne vienne à leur secours. Les opposants sont en prison, leurs libertés de mouvements limités au bon vouloir du rais ... personne ne réagit ... 8 millions des congolais morts ne valent pas grand chose mais on nous dit qu'il faut protéger la population syrienne en encourageant des mercenaires intégristes jihadistes venus de l’Algérie, l'Afghanistan, de l'Egytpe, de la Tunisie ... Bon il y aura toujours des gens qui louangeront nos "dieux" et ils continueront ainsi a jouer avec le monde ...  

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 29/8/2013, 1:01 pm

A la veille de la guerre contre la Syrie : Kerry « à la manière de Colin Powell »

Hier, le secrétaire d’Etat américain John Kerry est apparu à la télévision nationale pour prononcer une longue déclaration mensongère visant à préparer l’opinion publique à une attaque imminente des Etats-Unis et de l’OTAN contre la Syrie. Il nous a fait du John Kerry « à la manière de Colin Powell. »

Le 5 février 2003, Powell, alors secrétaire d’Etat dans le gouvernement Bush, prononçait devant les Nations unies un discours tristement célèbre. Pendant deux heures, photos, cartes et bandes sonores à l’appui, le chef de la diplomatie américaine avait plaidé en faveur d’une guerre contre l’Irak. Il avait affirmé que les preuves qu’il présentait montraient que l’Irak disposait d’armes de destruction massive (ADM) qu’il était sur le point d’utiliser contre le monde.

Les médias et les politiciens des deux partis avaient acclamé la prestation de Powell en déclarant que l’ancien général avait apporté la preuve écrasante que l’Irak possédait d’énormes programmes d’ADM. Six semaines plus tard, les bombes pleuvaient sur l’Irak alors que débutait l’invasion américaine.

Le discours de Powell était un tissu de mensonges. Pas la moindre de ses affirmations relatives à un concentré d’uranium « yellowcake » (gâteau jaune) du Niger, à des tubes d’aluminium ou à des laboratoires mobiles d’armes n’était vraie. A l’époque, le WSWS avait écrit que le dossier en faveur de la guerre était « une farce diplomatique regorgeant de cynisme et de tromperie… fondée sur un mensonge colossal, à savoir que l’invasion imminente concernait des armes de destruction massive irakiennes et la menace présumée que Bagdad représentait pour la sécurité des Etats-Unis et la paix dans le monde. » Cela s’avéra effectivement être une farce diplomatique fondée sur un mensonge colossal.

Le discours prononcé dix ans plus tard par Kerry n’est pas moins malhonnête et pas moins cynique. En effet, en comparaison, la présentation de Powell était un chef-d’œuvre, riche en détails.

La totalité du dossier de Kerry contre le régime syrien consiste en une dénonciation morale générale des armes chimiques. En décrivant des « images bouleversantes » de victimes des présumées frappes à l’arme chimique contre Ghouta, il a dit : « Le massacre aveugle de civils, le meurtre de femmes, d’enfants et de passants innocents par des armes chimiques est d’une indécence morale. »

Le gouvernement des Etats-Unis ainsi que ses alliés en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne ne sont nullement en position de faire la leçon au monde sur « l’indécence morale » de la guerre chimique ou sur toute autre sujet. Une documentation complète des crimes de guerre et des atrocités commises par l’impérialisme américain et européen remplirait plusieurs volumes.

Washington a empoisonné des villes irakiennes entières avec de l’uranium appauvri et du phosphore blanc. Avant cela, les Etats-Unis avaient largué sur le Vietnam 75 millions de litres d’Agent orange, une arme chimique qui avait touché des millions de gens. Les Etats-Unis sont l’unique pays au monde à avoir utilisé l’arme nucléaire contre des villes sans défense, pas une fois mais deux fois, sur Hiroshima et Nagasaki. Avec les puissances impérialistes européennes, qui ont été les premières à utiliser du gaz toxique, ils sont collectivement responsables de la mort de millions de personnes.

Bien qu’il invoque l’« indécence morale » des tueries aveugles à l’arme chimique, le gouvernement Obama continue de financer la junte militaire égyptienne qui a massacré ces derniers mois des milliers de manifestants non armés qui étaient descendus dans la rue.

Kerry n’a pas été capable d’avancer le moindre fait, en dehors de ses propres allégations atroces, pour justifier l’affirmation que les forces du président syrien Bachar al-Assad avaient perpétré une attaque chimique à Ghouta.

Au lieu de cela, il a dit: « Notre compréhension de ce qui s’est déjà produit en Syrie repose sur des faits, informée par la conscience et guidée par le bon sens… Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie. De plus, nous savons que le régime détient ces armes. Nous savons que le régime à la capacité de le faire au moyen de roquettes. »

De tels arguments ne prouvent rien du tout. Bien que Kerry ait préféré le taire, ce n’est un secret pour personne que les milices de l’opposition qui sont soutenues par les Etats-Unis ont accès à des armes chimiques et qu’elles les ont utilisées. Des groupes de l’opposition ont affiché sur YouTube des videos où ils se vantent de leur capacité à fabriquer du gaz toxique. Des responsables de l’ONU ont déclaré à maintes reprises que des enquêtes menées en Syrie avaient montré que c’était des forces d’opposition et non le régime d’Assad qui étaient responsables des précédentes attaques chimiques.

La CIA, qui a été transformée en une organisation paramilitaire mondiale lourdement armée, a accès à de telles armes et pourrait facilement les rendre accessibles à l’opposition.

L’affirmation de Kerry selon laquelle les accusations qu’il porte contre la Syrie sont fondées sur « le bon sens » est fausse : le bon sens, appliqué à la situation en Syrie, laisse précisément penser le contraire.

L’opposition est en déroute car elle est en train de perdre la guerre ; son unique espoir est une intervention militaire massive de la part de ses partisans aux Etats-Unis, en Europe et au Moyen-Orient. L’attaque aux armes chimiques, précédemment décrite par le gouvernement Obama comme une « ligne rouge » à ne pas franchir, fournit le prétexte souhaité pour cette intervention.

Dans une autre déclaration remarquable, Kerry a reconnu par voie détournée que Washington n’a pas l’intention de fournir des preuves pour concrétiser les allégations proférées contre Assad. Il a déclaré, « comme Ban Ki-moon l’a dit la semaine passée, l’enquête de l’ONU ne déterminera pas qui a utilisé les armes chimiques, mais seulement si de telles armes ont été utilisées, une estimation qui est d’ores et déjà claire et nette pour le monde entier. » Ceci revient à dire, qu’indépendamment de ce que l’enquête apportera quant à l’identité des assaillants, Washington s’en servira comme prétexte pour attaquer le gouvernement syrien.

Après avoir exigé que la Syrie accorde un accès « illimité » pour enquêter sur la présumée attaque, Kerry répond à l’acceptation de cette demande par le gouvernement syrien en déclarant que cela n’a, de toute manière, pas d’importance vu que c’est arrivé « trop tard pour être crédible. » Toutes les demandes ne visent qu’à ouvrir la voie à la guerre. A part ouvrir le pays à l’occupation étrangère, il n’y a rien que le gouvernement syrien puisse faire pour satisfaire les ultimatums de l’impérialisme américain.

Quelques mois seulement après son discours de 2003 sur l’Irak, il était clairement apparu que Powell avait menti effrontément. Dans les mois à venir, Kerry, le manifestant d’antan contre la guerre du Vietnam, sera lui aussi pris dans le tissu de mensonges qui sous-tend la politique guerrière des Etats-Unis à l’encontre de la Syrie.

Alex Lantier

Article original, WSWS, paru le 27 août 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  regarder et bien voir le 29/8/2013, 1:12 pm

Cette histoire de Powell aux Nations Unies, lui avait fait tres mal au coeur, que le type avait decide' d'abandonner la politique active. Ce jour-la` il avait compris que les ministres et le president americain ne sont que des etiquettes. On l'a oblige' de dire des mensonges qu'il reconnaissait que c'etaient mensonges et il devait le faire. On l'avait traite' comme un petit gamin vu son rang.

Ah batu ya mokili kaka bongo. Quand d'autres se plaignaient que liberte' pe dignite' eza te dans la vraie politique a` moins que okota lisanga ya ba ndoki, lui Powell ne semblait pas comprendre. Azeli kaka akota na kati pour voir de toutes les couleurs. Les noirs aiment apprendre par des difficultes', c'est mieux d'apprendre au loin avec moins de douleurs.

L'Afrque n'a pas encore de fils et de filles.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  Mwana Ya Lola le 29/8/2013, 1:20 pm

regarder et bien voir a écrit:Cette histoire de Powell aux Nations Unies, lui avait fait tres mal au coeur, que le type avait decide' d'abandonner la politique active. Ce jour-la` il avait compris que les ministres et le president americain ne sont que des etiquettes. On l'a oblige' de dire des mensonges qu'il reconnaissait que c'etaient mensonges et il devait le faire. On l'avait traite' comme un petit gamin vu son rang.

Ah batu ya mokili kaka bongo. Quand d'autres se plaignaient que liberte' pe dignite' eza te dans la vraie politique a` moins que okota lisanga ya ba ndoki, lui Powell ne semblait pas comprendre. Azeli kaka akota na kati pour voir de toutes les couleurs. Les noirs aiment apprendre par des difficultes', c'est mieux d'apprendre au loin avec moins de douleurs.

L'Afrque n'a pas encore de fils et de filles.
Oui, c'est surtout un noir à qui on a fait faire le sale boulot.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 30/8/2013, 1:23 am

regarder et bien voir a écrit:Cette histoire de Powell aux Nations Unies, lui avait fait tres mal au coeur, que le type avait decide' d'abandonner la politique active. Ce jour-la` il avait compris que les ministres et le president americain ne sont que des etiquettes. On l'a oblige' de dire des mensonges qu'il reconnaissait que c'etaient mensonges et il devait le faire. On l'avait traite' comme un petit gamin vu son rang.

Ah batu ya mokili kaka bongo. Quand d'autres se plaignaient que liberte' pe dignite' eza te dans la vraie politique a` moins que okota lisanga ya ba ndoki, lui Powell ne semblait pas comprendre. Azeli kaka akota na kati pour voir de toutes les couleurs. Les noirs aiment apprendre par des difficultes', c'est mieux d'apprendre au loin avec moins de douleurs.

L'Afrque n'a pas encore de fils et de filles.
bien vu mon pote

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 30/8/2013, 1:04 pm

http://fr.news.yahoo.com/londres-ne-frappera-pas-en-syrie-obama-consulte-055355859.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  mongo elombe le 30/8/2013, 7:48 pm

Vv
http://youtu.be/9NyiHIWE_7s


Pour une fois il es dans le vrai le ZEMMOUR.



  1. Eric Zemmour: Kosovo, Mali, Libye, Syrie: On a déjà vu le film ...
    ► 2:59► 2:59
    www.youtube.com/w...
    Il y a 9 heures



  2. SYRIE. Éric Zemmour «La France fait du zèle pour ... - YouTube
    ► 0:43► 0:43
    www.youtube.com/w...
    Il y a 1 heure





Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  Troll le 31/8/2013, 12:07 am

..DAMAS ? BAGDAD BIS ?

Le Président de la Syrie se prepare á "subir" un bombardement intensif:arrow: Arrow selon RFI, les civils quittent la capitale et l´armée est entrain de deplacer ses centres de commandement:P Razz 

Assad sait très bien que le feu viendra du ciel...et á grande disctance..Ce que les technologies de la Guerre Froide comme les missiles anti-aériennes dont possede la Syrie ne sont plus..efficace contre des attaques plus complexes ou les bombes sont lancées de très loin et guidées par GPS:oops: Embarassed 

Attaque aérienne pour très bientôt:roll: WAIT AND SEE:arrow: 

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  mongo elombe le 31/8/2013, 1:08 pm

Osons le dire
« SYRIE : une déstabilisation orchestrée »


La désinformation à propos des évènements actuels de Syrie atteint de tels sommets que cinq des principaux journalistes de la chaîne Al Jazirah ont donné leur démission. Depuis la mort d’Hafez El Assad, c’est son fils Bachaar qui, bien malgré lui, a pris la relève et se trouve à la tête d’un régime dur mais laïc. Cet ancien dentiste londonien essaie de maintenir le pays dans la paix, mais il est devenu l’ennemi du clan Hariri au pouvoir au Liban, et celui des saoudiens et des islamistes soutenus par Ryadh, auquel les services secrets américains sont liés. Ainsi, une véritable révolution a pu s’orchestrer sous l’égide de l’ancien vice-président Abdel Halim Khaddam, qui ensanglante la Syrie aujourd’hui.
Certains journalistes plutôt lucides ont fait état de la présence de snipers, qui ont tué des personnes dans leur voiture ou en pleine rue, sans se rendre compte de la manipulation qui s’en est souvent suivie : les média faisaient croire ensuite que ces morts étaient dus à l’intervention de l’armée, ce qui a suscité des mouvements populaires de colère lors des enterrements.
Une religieuse carmélite, Mère Agnès-Mariam de la Croix, s’est donnée la peine de comprendre les ressorts de cette manipulation dont Wikileaks avait eu connaissance à l’avance. Nous donnons ci-après quelques extraits de la lettre qu’elle a envoyée, ainsi que les sources qui permettent de démonter l’intoxication. Le but poursuivi par une certaine collusion internationale est de renverser le dernier pouvoir laïc bien en place au Proche-Orient, auquel il faut dans une certaine mesure ajouter la Jordanie, qui est également menacée, sans parler de l’Egypte où le pouvoir  militaire navigue à vue.
 « … nous (les syriens) avons commencé petit à petit à nous rendre compte que ces chaînes n’informent pas ; elles cherchent à infléchir le cours des évènements par des moyens virtuels perfectionnés. Ce faisant elles représentent un totalitarisme d’un type nouveau qui manipule l’opinion publique. Il nous a été aisé de découvrir que les données médiatiques sont soumises à un subtil filtrage qui fausse leur sens. On les traite d’une manière sélective pour aboutir à une image donnée de la situation et, ce qui est pire, l’orienter insidieusement dans un sens voulu… Comme cela a été attesté sur l’excellent Blog Syria Comment de Joshuah Landis, on arrive à transmettre le contraire de ce qu’attestent les personnes interviewées. »
« Témoignage d’une institutrice : « Les manifestants que nous avons vu déferler le jour des Rameaux ne sont pas de Homs. Ils nous demandaient comment se diriger dans les rues. Beaucoup sont des gamins qui portent des sortes de pantoufles qu’ils égarent dans la rue. Ces adolescents se sont targués devant nous de « gagner de l’argent ». Ils ont fait état de sommes d’argent qui leur ont été distribuées pour participer à la manifestation. Pour quelques-uns c’était 500 livres syriennes la journée, pour d’autres c’était 1 000 livres syriennes. » Nous avons entendu nos voisins se répéter les uns les autres : « d’où viennent ceux-là et pourquoi doivent-ils s’exprimer chez nous à notre place ?». Les gens de Homs avaient peur et se barricadaient chez eux. Les manifestants étaient mal élevés, des Hardabasht. À 18 h 30 ils se sont arrêtés à l’église Saint Antoine des grecs-orthodoxes à Bab El Sbah et ont parlé insolemment avec les Pères Wahib Bitar et Tohmeh Tohmeh qui faisaient les prières des Rameaux. Ils les ont interrompu et leur ont intimé l’ordre de se dépêcher pour terminer. Du jamais vu en Syrie où la coexistence islamo-chrétienne est idéale… Les manifestants ont continué leur chemin, cassant des magasins, brûlant des pneus et molestant les passants. Ils proféraient des paroles vulgaires et insultantes. On a fait état de personnes assassinées, comme un général qui allait dans sa voiture faire des achats. On leur a tiré à bout portant puis on les a coupé en morceaux pour causer la plus grande frayeur au public… Mais les médias étrangers n’ont donné aucune importance à cet incident. Ils attribuent tout à des « coups montés » du régime. »
 « Ainsi, nous ne voyons dans ce « printemps arabe » qu’un acte hivernal impitoyable pour nous enrôler dans un nouveau façonnement qui plaise aux maîtres du monde. Et la preuve est à bout portant quand on sait qui finance quoi. »
Source complémentaire :
BLOG SYRIA COMMENT : http://www.joshualandis.com/blog/?p=9115
[Merci à Alain C.]

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  Mathilde le 1/9/2013, 5:03 pm



Syrie : si l’erreur est humaine, la persévérance est diabolique

inv
Sans mandat de l’ONU, cavalier seul au sein de l’Union européenne, sans l’aval du Parlement, ignorant superbement l’avis contraire de la majorité des Français (64 % aux dernières nouvelles), François Hollande maintient donc sa décision de coller aux basques de l’Oncle Sam en se lançant et en nous lançant aveuglément dans une opération absurde que nous n’oserions pas mener sans les États-Unis, et que les États-Unis pourraient parfaitement mener sans nous. Plaisant attelage que celui de l’éléphant et de la mouche du coche ! Nous allons faire de la figuration inintelligente et jouer les utilités dans un film dont le producteur, le réalisateur et le scénariste sont à Washington. Et cela pour tenir les promesses inconsidérées que le Président et le ministre des Affaires étrangères français ont prodiguées aux représentants d’une opposition dont nul ne sait exactement ce qu’elle représente, et parce que le Président américain se doit, sous peine de perdre la face, de respecter l’engagement solennel qu’il a pris de jouer les gendarmes en cas de franchissement de la « ligne rouge » par le conducteur syrien.


http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFZlpkyZFFpIfVWNgJ.shtml


 


Excellent George Galloway qui n'a pas peur de dire ces 4 vérités...  

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux

https://www.youtube.com/watch?v=1j32A3Fy8rA&feature=youtu.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  mongo elombe le 1/9/2013, 7:07 pm

Jouissif epanzamakita CAMERON croyait avoir gagné kiee azuiiiii.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  LORD MBAKAMA le 2/9/2013, 3:04 pm

BREAKING NEWS - La guerre en Syrie aurait commencé, un avion américain a été abattu par la DCA...
www.wikistrike.com
BREAKING NEWS Syrie: la DCA syrienne aurait abattu un avion F-22 Raptor et 4…


http://www.wikistrike.com/article-breaking-news---la-guerre-en-syrie-aurait-commence-un-avion-americain-a-ete-abattu-par-la-dca-syrien-119830464.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  regarder et bien voir le 2/9/2013, 3:17 pm

Kaka ndenge tolobaka, ba biloko oyo eza makambu ya ba forces invisibles cherchant les interets et les scarifices humaines. Ca ne depend meme pas des presidents, baza ba pions ya pamba. Il parrait qu'Obama sous plusieurs forces secretes sera oblige' de continuer cette ambition de chasser Assad: bientot le congres americain sera en vote d'opter ou non pour la guerre. Et Obama doit manifester que ceci est la meilleure option" faire la guerre contre Assad et non la Syrie. S'il ne manifeste pas cette instigation, il aura des problemes serieux avec ceux qui l'ont place' la`.

J'avais cru que c'etait une bonne nouvelle le refus du parlement anglais de ne pas faire la guerre. Mais les Etats Unis ne lachent pas la proie, c'est bientot le tour d'Obama de convaincre le peuple americain d'aller en guerre contre Asad. Donc en un mot le suspens continue.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUI SE BAT EN SYRIE ? Qui se bat en Syrie ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum