ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  ndonzwau le 3/11/2013, 7:03 pm

A Léo certains doivent être particulièrement sous le choc après l'assassinat de deux envoyés spéciaux de RFI au Mali !

En effet ceux des franco-Congolais qui ont parfois fréquenté les cercles consulaires français au Zaïre- Congo fin années 1990 début 2000 y ont peut-être croisé comme moi Ghislaine DUPONT qui est restée longtemps correspondante de RFI à Léo avant d'être déclarée personna-non-grata et RFI fermée un moment, sous l'ordre du pouvoir de Kanambe ! Vers la fin du règne de Mobutu, elle avait déjà eu affaire à lui !
Sous des dehors gentillets, elle était une vraie baroudeuse passionnée par l'Afrique (et le Congo), toujours à la recherche obstinée de l'info et bravant les pouvoirs pour la révéler !

RIP
Nos sincères condoléances à sa famille et à celle de son compagnon d'infortune, à RFI et à la France !







Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  ndonzwau le 4/11/2013, 12:21 am

"Ghislaine Dupont, la voix qui faisait trembler le Congo-Kinshasa
° http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=52051:ghislaine-dupont-la-voix-qui-faisait-trembler-le-congo-kinshasa&catid=1:7sur7
(KINSHASA)- La nouvelle de la mort de Ghislaine Dupont a bouleversé le Congo politique, le Congo économique et le Congo social. La battante était devenue presque comme la météo dans un pays où seule la Rfi passe comme la bible. A Kinshasa, on se réveille avec Rfi et on dort avec Rfi. Seule Rfi dit la vérité et surtout notre admirable Ghislaine du pont, avait tranché après les élections de 2006, Boniface Kanga, un sexagénaire habitant la commune populaire de Masina, dans la partie Est de Kinshasa.

Avant qu’elle se brouille totalement avec Kinshasa, Ghislaine Dupont informait réellement sur ce qui se passe en Rd-Congo. De la vraie situation aux fronts dans l’Est où l’armée combat les rebelles en passant par la maffia minière au Katanga, dans les deux Kasaï, les deux Kivu, le Maniema et la province orientale, sans oublier les violations des droits de l’homme et surtout les nombreux chaos électoraux. Tout alors tout sortait de la bouche de cette tigresse toujours d’un air imperturbable. ‘‘Eh Ndeko- entendez mon frère, qu’est-ce que Ghislaine a dit, je ne l’ai pas suivi ce matin parce que je suis revenu d’une fête très tard la nuit ’’, demandait un acteur politique de la mouvance présidentielle. Ghislaine était devenue la première radio du pays si bien que le matin à Kinshasa, les gens s’appelaient au téléphone pour se demander qu’est-ce que Ghislaine a dit aujourd’hui ou soit tu as suivi ce que Ghislaine a dit ce matin. La voix de Dupont était la voix des sans voix au Congo-Kinshasa. Les politiciens congolais comme les activistes de la société civile ne pouvaient pas commencer leur manifestation sans que la dame de fer soit là. ‘‘On traine mon Dieu, pourquoi on ne commence pas ? On attend Ghislaine du pont. C’est clair, on ne peut pas commencer sans qu’elle n’arrive’’, nous disait toujours un syndicaliste de l’administration publique. Pour lui, quand Ghislaine parle, la situation est décantée.

A l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication-Ifasic, l’une de meilleures écoles de journalisme en Afrique centrale, beaucoup de travaux pratiques dans le cours de la radiotélévision ont été dirigés sur sa touche dans les reportages. ‘‘ Enregistrez un reportage de Ghislaine Dupont ce soir ou demain matin, on va débattre de ça. Vous allez me dire l’angle choisi dans le reportage, la durée, la description, ses interviewés et surtout si c’était un commentaire à trou’’, rappelait un professeur de RTV à l’Ifasic. Toujours à l’Ifasic, le séminaire d’actualité lui était presque consacré. Qui a suivi l’actualité, demande le professeur. Un étudiant répond moi professeur. Ghislaine du pont a dit que … non, rétorque un autre, Ghislaine a fait état de … et c’était comme ça presque toutes les fois. Ghislaine était devenue la marque déposée de Rfi si bien qu’à la place de la radio mondiale, on parle de Ghislaine Dupont. Le sérieux dans le travail a fait de cette dame, l’incontournable voix du Congo et sa perte est énorme, a déploré Kalenga, un membre de l’Udps d’Etienne Tshisekedi. A Kinshasa, la nouvelle de sa mort s’est rependue très vite. ‘‘Ghislaine Dupont est morte. Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes toi. Cesses de telles blagues’’, a tonné un opposant congolais à l’annonce de la nouvelle.

Après vérification, il a fondu en larmes. Les journalistes congolais étaient sous le choc pour leur collègue avec qui ils ont travaillé ensemble pendant longtemps. ‘‘Pourquoi cette cruauté ? si Ghislaine était restée ici au Congo, elle n’allait pas mourir parce qu’on avait vraiment besoin d’elle ’’, a déclaré Toto, un journaliste d’un quotidien de Kinshasa. ‘‘J’appréciais la richesse des papiers de Ghislaine Dupont, son ton, ses infos très fouillées. Bref, elle était un model pour nous’’, a laissé entendre Bienvenu Loko, un journaliste de l’Equateur. De l’assassinat de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon à Kidal au nord Mali, les journalistes doivent retenir que le métier d’informer est périlleux mais l’obligation de dire la vérité et de rapporter les faits sur terrain nous imposent de continuer à prendre des risques pour sauver l’humanité. La presse ne doit pas reculer face à la cruauté des lâches terroristes, a indiqué Désiré Kazadi, un activiste congolais de défense des droits de journaliste. Le combat de la vérité va se poursuivre contre les mauvais dirigeants, les monarques et tous ceux  qui pensent taire la voix des millions de gens, a ajouté Muhindo, un journaliste de Beni. La Radio France internationale mérite éloges pour avoir osé toujours envoyer ses journalistes dans les terrains les plus difficiles, afin de permettre aux millions de personnes de comprendre les réalités des autres parties du monde."

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  ndonzwau le 4/11/2013, 8:38 pm

"La mort de Ghislaine Dupont : Cathérine Nzuzi wa Mbombo rend hommage à la disparue
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8422
 
Cathérine Nzuzi wa Mbombo Tshianga 
Ancien gouverneur de province, ancien président du parti MPR-fait privé et ministre dans le gouvernement de transition (2003-2006), Catherine Nzuzi wa Mbombo qui a été emprisonnée sous le régime de Laurent-Désiré Kabila s’incline devant la mémoire de la journaliste Ghislaine Dupont du RFI. Une copie du message de condoléances adressé à la rédaction de Radio France internationale a été transmise à CIC. Rédaction Congo Indépendant.(…)"


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  ndonzwau le 5/11/2013, 3:44 pm

"La mort de Ghislaine Dupont : Mende fait couler quelques larmes de crocodile
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8430
 
La journaliste Ghislaine Dupont

Dans une lettre datée du 4 novembre 2013, le ministre congolais des Médias, Lambert Mende Omalanga, toute honte bue, a présenté à Marie-Christine Saragosse, président de France Médias, les «condoléances» du gouvernement de Kinshasa suite à l’assassinat des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon de RFI. Dieu seul sait le psychodrame politico-médiatique qui a opposé ce média français et les «petits soldats» de «Joseph Kabila» en l’occurrence Mende et son prédécesseur Henri Mova Sankayi. L’enjeu portait sur l’accréditation de «Ghislaine» comme envoyée spéciale de Radio France internationale à quelques mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2006. La journaliste était une sorte de "poil à gratter" et "d’empêcheuse de tricher en rond" pour les hommes du "raïs".


«Chaque être humain a un rendez-vous fixé avec la mort», aurait dit la princesse Achraf, la sœur de l’ex-Shah d’Iran. Quarante-huit heures après la mort violente des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon à Kidal, au Mali, le ministre des Médias, Lambert Mende Omalanga, a pris sa plus belle plume pour adresser le plus officiellement du monde les «condoléances» du gouvernement congolais au président de France Médias-Monde, Marie-Christine Saragosse. Amnésie?

"c’était une grande professionnelle..."
Le ministre Mende écrit en liminaire que «c’est avec consternation» que le gouvernement congolais a appris la mort des deux journalistes de RFI qu’il qualifie d’«ignoble assassinat».
Comme il fallait s’y attendre, Mende de rappeler, avec une gêne évidente, que Ghislaine Dupont «a longtemps travaillé» au Congo «en qualité d’envoyée spéciale» de RFI. Et d’ajouter sous la forme d’une confession : «En dépit de nos controverses avec elle concernant essentiellement le pessimisme que nous estimions parfois excessif sur les tribulations de l’histoire de notre pays à l’aube de la Troisième République, il ne fait l’ombre d’aucun doute pour nous que c’était une grande professionnelle douée de capacités avérées pour le journalisme d’investigation». Tiens! Tiens! Voilà une reconnaissance qui arrive un peu tard. Mende Lambert de conclure que «le gouvernement congolais condamne cet acte terroriste».

Pour la petite histoire, Ghislaine Dupont de RFI a littéralement «accompagné» les combattants de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre) dès fin octobre 1996 à Uvira jusqu’à leur «joyeuse entrée» un certain 17 mai 1997 à Kinshasa. A l’époque, elle était "adulée" par Laurent-Désiré Kabila, le nouveau maître du pays. En bon bantou, ce dernier n’a pas manqué de penser à tort que la Française était anti-Mobutu et pro-Kabila. Alors qu’en bon journaliste, la Française ne faisait que son «boulot» qui consiste à rapporter des faits et des opinions présentant de l’intérêt. Et ce dans le respect de la vérité.

Après plusieurs reportages critiques sur la «mauvaise gestion» de l’armée au Sud Kivu et la situation sécuritaire à l’Est sous le successeur de Mzee, la journaliste est prise en grippe. Elle est accusée de chercher à déstabiliser le pouvoir de Kinshasa. La suspicion est montée d’un cran à quelques mois de la tenue du premier tour de l’élection présidentielle. La RFI avait chargé son journaliste de couvrir le scrutin présidentiel, en qualité d’envoyée spéciale à Kinshasa. Une déclaration de guerre. Les zélateurs de la «Kabilie» virent rouge. Ils s’y opposèrent fermement. Alors PDG de RFI, Antoine Schwartz avait même écrit à «Joseph Kabila». En vain.

Dans un article daté du 20 juin 2006, Jean-Pierre Tuquoi, écrit ces mots dans le quotidien «Le Monde» : «Le fait est que Ghislaine Dupont, spécialiste de la RDC, où elle se rend fréquemment depuis des années, agace parfois les autorités par sa couverture du Congo-Kinshasa. Au printemps, en réponse à l’un de ses articles, le ministre de l’information (Ndlr : Henri Mova Sakanyi) avait publié une lettre ouverte où il faisait un rapprochement entre RFI et la radio des génocidaires rwandais Mille Collines».

L’objectif était clair : empêcher cette journaliste dérangeante de couvrir l’élection présidentielle de 2006. «Le statut de l’envoyée spéciale de RFI, ajoutait Tuquoi, est devenu une affaire politique dans une RDC qui fait laborieusement l’apprentissage de la démocratie. Le cas a été évoqué en conseil des ministres, où siègent des hommes qui se sont combattus les armes à la main pendant des années». Dès mai 2006, Mova avait retiré l’accréditation de la journaliste.

Affaire Ndeze
Pour l’anecdote, en septembre 2008, l’attaché de presse du gouverneur du Nord Kivu, le même, est arrêté à Goma par des éléments de l’Agence nationale de renseignements (ANR). Son nom : Pierre Ndeze. L’homme est suspecté d’être l’informateur de... Ghislaine Dupont. Les coordonnées de la journaliste auraient été trouvées dans son téléphone portable. Quelques jours auparavant, "Ghislaine" avait annoncé que «Joseph Kabila» avait échappé à un attentat à Sake. A l’époque, la guerre faisait rage entre l’armée congolaise et les combattants du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) de Laurent Nkunda. Dans un communiqué daté du 2 octobre 2008, la « VSV » relevait notamment que « M. Pierre Ndeze serait soupçonné par l’ANR d’être la source d’information de la journaliste Ghislaine Dupont de Radio France Internationale (RFI) qui a fait état sur les antennes de RFI d’une attaque armée du cortège du président Joseph Kabila lors de sa tentative de visite à Sake, Nord-Kivu où trois (3) de ses gardes corps auraient été tués par balles par des combattants armés du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP)».

Après Mova, Lambert Mende a poursuivi la même politique de refus de donner les facilités pour permettre à la journaliste de RFI de fonctionner. C’est à croire qu’il suffit de casser le thermomètre pour que la fièvre (mauvaise gouvernance) disparaisse comme par enchantement. Inutile de rappeler que sur décision du ministre Mende, en date du 10 juin 2009 les émissions de RFI à destination du Nord-Est du Congo furent interrompues. Au grand dam des organisations tant nationales qu’internationales.

Dans une lettre datée du 19 juin 2009 adressée à "Joseph Kabila", le Comité de protection des journalistes (CPJ), dont le siège se trouve à New York, écrivait au numéro un Congolais pour lui signifier le caractère arbitraire de cette mesure. «Nous sommes alarmés par la décision du gouvernement de la RDC de suspendre indéfiniment les diffusions en modulation de fréquence (FM) de Radio France Internationale (RFI) dans les villes de Bunia et Bukavu situées à l’est du pays, écrivait-il. Nous vous demandons ainsi d’user de votre influence pour annuler cette décision qui, selon nous, prive les résidents de cette partie de la RDC d’accès à diverses sources d’information sur le conflit dans leur région.» «Nous reprochons à RFI d’inciter les militaires à désobéir, à se révolter, à créer des troubles dans les casernes, alors que notre pays est en guerre», répliquait Mende dont l’hommage posthume rendu à la regrettée Ghislaine Dupont pue la duplicité et laisse un arrière-goût de «larmes de crocodile»..."
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  ndonzwau le 5/11/2013, 8:50 pm

"Le Congo pleure Ghislaine Dupont
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/11/04/le-congo-pleure-ghislaine-dupont/
« C’était une dame de fer…Rien ne la démontait, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle aimait le Congo… A toute la profession, nous présentons nos condoléances…» Les messages se multiplient, on ne parle que de cela, peut-être plus encore que de la guerre à l’Est : l’assassinat de Ghislaine Dupont au Mali a profondément choqué l’opinion congolaise, qui s’était en quelque sorte « approprié » la journaliste de RFI. Durant une dizaine d’années, la voix au timbre un peu métallique, les questions directes, les commentaires sans concessions de la reporter avaient autant marqué les esprits qu’indisposé le pouvoir. Jugée trop critique, voire agressive à l’égard du chef de l’Etat après les premières élections de 2006, Ghislaine Dupont avait même été décrétée indésirable à Kinshasa et le ministre de l’Information Lambert Mende n’avait pas hésité à couper le signal de la « radio mondiale ».

Depuis lors, RFI est revenue à Kinshasa, le sommet de la francophonie ayant marqué son recours en grâce. Quant à Ghislaine Dupont, elle avait été dirigée vers l’Afrique de l’ Ouest et plus particulièrement vers le Mali. Mais, se souvenant de sa rigueur professionnelle, de son intransigeance, nombreux étaient les Congolais qui avaient continué à l’appeler, désireux de la tenir au courant au cas où elle voudrait revenir dans ce pays qu’elle avait profondément aimé…Aujourd’hui ils la pleurent comme un membre de la famille et Lambert Mende le répète « c’était une très grande professionnelle… »

C.B

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  KOTA le 5/11/2013, 9:25 pm

Il faut la rappelled la phrase qui avait coute a Ghislaine Dupont une fatwa a vie de la part du gouvernement Kabila.
Elle avait dit ceci: "Joseph Kabila, arrive au Congo sur le pick-up de James Kabarebe......"
fut cette phrase a lui empeché de remettre son pied en RDC, un pays qu'elle aimait profondement Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  KOTA le 5/11/2013, 9:25 pm

Il faut la rappeller la phrase qui avait coute a Ghislaine Dupont une fatwa a vie de la part du gouvernement Kabila.
Elle avait dit ceci: "Joseph Kabila, arrivé au Congo sur le pick-up de James Kabarebe......"
fut cette phrase a lui empeché de remettre son pied en RDC, un pays qu'elle aimait profondement Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ASSASSINAT DE GHISLAINE DUPONT ET CLAUDE VERLON JOURNALISTES DE RFI À KIDAL AU MALI ! G DUPONT UNE AMIE DU CONGO !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum