LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  ndonzwau le 12/12/2013, 5:00 am

"Nord-Kivu : la brigade d’intervention de la Monusco lance des opérations contre les FDLR"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/12/10/nord-kivu-la-brigade-dintervention-de-la-monusco-lance-des-operations-contre-les-fdlr/

Des militaires tanzaniens de la Brigade

La brigade d’interventions de la Monusco a lancé le lundi 9 décembre des opérations offensives contre les rebelles rwandais des FDLR dans la région de Kalembe à quelques centaines de kilomètres au nord de Goma (Nord-Kivu). Le commandant des forces de la Monusco, le général Dos Santos Cruz, l’a annoncé à Radio Okapi ce mardi 10 décembre.
Il a affirmé que ces opérations s’inscrivaient dans un vaste plan contre les groupes armés locaux et étrangers actifs dans la région. Selon lui, l’offensive lancée contre les FDLR a pour objectif de libérer la route Kitshanga-Kalembe-Pinga.
Le général Cruz a indiqué que la Monusco allait également renforcer son appui aux FARDC dans la traque contre les rebelles ougandais de l’ADF/NALU et des groupes armés locaux.
Le commandant des forces de la Monusco a ajouté que la mission onusienne avait pris des dispositions pour sécuriser la frontière entre la RDC et les pays voisins pendant ces opérations.

« Tout le monde sait que la présence des groupes armés le long de la frontière crée le problème avec les états voisins. Nous avons déjà intensifié les patrouilles et des observations le long de la frontière et nous planifions des actions contre toute position des rebelles le long de la frontière », a expliqué l’officier onusien.
La RDC et le Rwanda s’accusent mutuellement de se déstabiliser par rébellions interposées. Kinshasa accusait notamment Kigali de soutenir la rébellion du M23. De leur côté, les autorités rwandaises reprochent à leurs homologues congolaises de soutenir les rebelles rwandais des FDLR.
En novembre dernier, le patron de la Monusco avait déclaré qu’après le succès contre le M23, la priorité de la Monusco était de combattre les FDLR.
« On va cibler les FDLR parce que c’est notre priorité militaire à cet instant », avait-il insisté."


Le Phare titre « La Monusco répond enfin à Paul Kagame ».
° http://www.congoforum.be/upldocs/11%2012%2013.pdf
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/chasse-aux-fdlr-la-monusco-repond-enfin-kagame


"RDC: nouvelle offensive de l'armée et de la Monusco contre les FDLR
° http://www.rfi.fr/afrique/20131211-rdc-nouvelle-offensive-armee-monusco-fdlr-fardc-pinga-rebelles-rwanda-santos-cruz

Des soldats de la Monusco en patrouille autour de Goma, dans l'est de la RDC, le 6 octobre.

Les casques bleus ont lancé une offensive, mardi 10 décembre, contre les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dans l'est de la République démocratique du Congo. Une offensive annoncée depuis plus d’un mois. Après le démantèlement du M23, l’armée congolaise et l’ONU avaient promis que leur prochaine cible serait les FDLR. Une rébellion qui opère depuis plus de vingt ans sur le territoire congolais.


Après deux jours d’offensive, l’armée congolaise, appuyée par 200 militaires de la Monusco, a pris le contrôle de la piste qui mène de la localité de Kichanga à Pinga. Quelques accrochages se sont produits, mais il y aurait eu peu de combats, selon une source onusienne. Les miliciens des FDLR et des APCLS, un autre groupe armé posté le long de cet axe, ont pour la plupart fui.
Pour le commandant de la force de l’ONU, le général Carlos Alberto dos Santos Cruz, la réouverture de cette route était cruciale. « Cela faisait près de deux ans, a-t-il affirmé, que la population était très isolée du fait de la présence des FDLR et d’autres groupes armés associés postés le long de cette route ».

L’idée désormais est d’utiliser Pinga, à 90 kilomètres au nord-ouest de Goma, comme base, et cela pour poursuivre l’offensive contre les FDLR dispersés dans la région.
Et c’est là toute la difficulté de cette nouvelle opération. Les Forces démocratiques de libération du Rwanda sont éparpillées entre le Nord et le Sud-Kivu. Ils ne tiennent pas des positions fixes et se déplacent très facilement. Enfin, ces combattants hutus, originaires du Rwanda au départ, vivent depuis plus de vingt ans en terre congolaise et connaissent donc très bien le terrain. Autant d’éléments qui vont compliquer cette opération de désarmement forcée.

Général Carlos Alberto dos Santos Cruz
Commandant des forces armées de la Monusco.
"A partir de cette base à Pinga, nous allons étendre nos opérations tout autour pour neutraliser d’autres groupes dans la région..."
Écouter (00:40)Plus"



"RDC : la traque des FDLR est lancée
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131211122003/onu-fdlr-rdc-casques-bleus-crise-dans-le-kivu-rdc-la-traque-des-fdlr-est-lancee.html

Des éléments de la Brigade d’Intervention en patrouille entre Sake à Kibati. Des éléments de la Brigade d’Intervention en patrouille entre Sake à Kibati. © Clara Padovan/Monusco

La brigade d'intervention des Nations unies a lancé, mardi, une offensive contre les positions des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), actifs dans l'est de la RDC. Une opération qui sera menée conjointement avec l'armée congolaise.(...)"



° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/12/11/rdc-offensive-des-casques-bleus-contre-des-rebelles-hutu-rwandais_3529118_3212.html
° http://www.lemonde.fr/afrique/infographie/2013/11/20/les-forces-en-presence-dans-la-guerre-du-kivu_3517318_3212.html
° http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-RDC-offensive-de-l-armee-et-de-l-ONU-contre-les-rebelles-rwandais.htm?&rub=6&xml=newsmlmmd.urn.newsml.afp.com.20131211.99050cf1.f985.44f8.a8bd.3c0a77ddb1e0.xml  
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-offensive-des-casques-bleus-contre-les-rebelles-rwandais-fdlr-onu


Compatrriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  KOTA le 23/12/2013, 8:23 pm

Il sied de souligner qu'aucune suite n est donnée à la "traque" des FDLR ni des nombreux autres groupes armés qui écument en RDC....alors que l Onu veut delocaliser des troupes de la RDc au Sud Sudan  Shocked  Cool  Shocked  Cool  Exclamation

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  King David le 23/12/2013, 9:58 pm

La Monusco peut bien traquer les FDLR et autres bandes armées dans notre pays mais où se trouve notre souveraineté?
Je ne trouve pas normal que nos soldats qui ne sont pas capables d'assurer l'intégrité de notre pays, aillent en assurer sous d'autres cieux comme en RCA ou au Soudan du Sud.
Je soupçonne un jeu mesquin dans le chef de notre gouvernement et des puissances étrangères. Les soldats de la Monusco doivent préparer leur départ, ceci pour nous permettre l'organisation d'une armée et républicaine.

Tant qu'on y est, pourquoi ne pas transformer les brigades de la MONUSCO en Police de l'air et des frontières de la RDC.
C'est une honte que le deuxième pays le plus grand d'Afrique ne possède ni armée ni police.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  ndonzwau le 23/12/2013, 10:59 pm

"RDC : l'envoi de 850 soldats en Centrafrique diversement accueilli sur Twitter
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131223124730/bangui-rdc-fardc-centrafrique-centrafrique-rdc-l-envoi-de-850-soldats-en-centrafrique-diversement-accueilli-sur-twitter.html

Un soldat de l'armée congolaise en patrouille dans le Kivu. © AFP

Le gouvernement congolais a annoncé, samedi, son intention d'envoyer 850 soldats en Centrafrique voisine pour participer à la force de l'Union africaine déployée sur place (Misca). Une contribution diversement accueillie sur les réseaux sociaux, alors que le pays se trouve encore confronté à une situation sécuritaire précaire dans l'Est.
Pour Kinshasa, il s'agit d'un "apport important et utile" à la "stabilisation" de la situation sécuritaire en Afrique centrale. C'est ainsi que Joseph Kabila, le président de la RDC, a justifié sa décision d'autoriser, le 21 décembre, l'envoi de 850 soldats congolais pour prendre part à la Mission internationale de stabilisation de la Centrafrique (Misca).
"[Les] événements qui déstabilisent la Centrafrique sont une préoccupation constante pour la RDC", a souligné Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, rappelant, entre autres, "l’irruption de motivations ethniques ou identitaires" dans la crise centrafricaine, l'arrivée sur le sol congolais de près de 50 000 réfugiés centrafricains et la nécessité de protéger les frontières nationales.


Sur les réseaux sociaux, les avis divergent. Certains soutiennent l'initiative des autorités congolaises alors que d'autres, plus nombreux, considèrent que Kinshasa devait d'abord en finir avec les groupes armés qui pullulent dans l'est de la RDC.


Une "décision de prestige"
Élie Mutela, par exemple, relève qu'envoyer 850 soldats congolais en Centrafrique est un "acte démesuré et irresponsable." "Ce bataillon serait utile à Beni [territoire du Nord-Kivu en proie à la menace des hommes de Jamil Mukulu, un chef rebelle ougandais islamiste, NDRL] ou en Ituri pour traquer [les] forces négatives qui y opèrent".

Abondant dans le même sens, @d1a8y demande au gouvernement congolais de se pencher d'abord sur la question de l'ex-rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) qui serait en train de se régénérer depuis les pays voisins où ses ex-combattants se sont réfugiés après leur défaite militaire dans le Kivu.

De son côté, l’Association africaine pour la défense des droits de l’homme (Asadho), une ONG basée à Kinshasa, dénonce une "décision de prestige" prise par les autorités congolaises et qui traduit, selon elle, "le manque de projection au sein du gouvernement, dans la mesure où l’Est de la RDC est toujours en guerre".


"Expérience internationale"
Par ailleurs, le journaliste basé à Dakar Pla Muhigana a une position plus nuancée. S'il reconnaît que les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient déjà "fort à faire à la maison avec les FDLR, les Maï Maï, Nyatura, ADF-Nalu, Kata Katanga, et autres", il considère néanmoins que ce sera une " bonne occasion pour les FARDC d'acquérir une expérience internationale et surtout de prouver qu'elles ont vraiment changé.

L'armée congolaise s'est donnée une "marge de 15 jours" pour "affiner" son déploiement en Centrafrique."


"L’envoi des FARDC en Centrafrique : une décision de prestige, selon l’Asadho"
° http://radiookapi.net/actualite/2013/12/23/rdc-reactions-lenvoi-des-soldats-fardc-en-centrafrique/    

"Lambert Mende : « Nous envoyons nos militaires en RCA pour protéger nos deux provinces frontalières »"
° http://radiookapi.net/emissions-2/linvite-du-jour/2013/12/23/lambert-mende-nous-envoyons-nos-militaires-en-rca-pour-proteger-nos-deux-provinces-frontalieres/?utm_source=Feednanga&utm_medium=Share%20stats%20widget&utm_campaign=Feednanga%3A%20Most%20shared%20links

° http://radiookapi.net/actualite/2013/12/21/rdc-850-militaires-envoyes-pour-stabiliser-la-rca/


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  ndonzwau le 3/2/2014, 1:22 am

"Rwanda: le secrétaire exécutif par intérim des FDLR annonce la fin des hostilités
° http://www.rfi.fr/afrique/20140202-rwanda-fdlr-wilson-irategeka-annonce-fin-hostilites
Les FDLR cessent officiellement les hostilités contre le Rwanda, affirme le secrétaire exécutif par intérim des rebelles hutus rwandais. Selon le colonel Wilson Iratageka, le mouvement a officiellement déposé les armes depuis le 30 décembre dernier. Le groupe installé depuis plus de deux décennies dans l'est de la RDC est particulièrement ciblé ces derniers temps par la mission des Nations unies dans la région.

Après la neutralisation du M23 en RDC, la Monusco avait affirmé que la mise hors d'état de nuire des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) était une priorité. Dernièrement, les rebelles rwandais avaient envoyé plusieurs lettres aux casques bleus disant être prêts à déposer les armes, mais à condition notamment d'un dialogue avec Kigali.
Cette fois, le secrétaire exécutif par intérim, le colonel Wilson Irategeka, affirme que l'arrêt des hostilités est officiel.
« Les FDLR ont pris la décision de déposer les armes parce que chaque fois que Kigali voulait attaquer le Congo et piller les richesses de la RDC, il prétextait venir chercher les FDLR qui sont armés et pouvaient attaquer le Rwanda. Alors disons que pour donner la chance à la paix dans la région des Grands Lacs et que les FDLR puissent y participer, nous avons toujours sollicité la communauté internationale pour qu’elle incite Kigali à accepter les négociations avec les partis politiques d’opposition, dont les FDLR. »

Olivier Nduhungirehe est le représentant permanent adjoint du Rwanda aux Nations unies. Sur cette annonce de dépôt des armes, il demande à voir. Quant aux négociations avec les FDLR, c'est un non ferme et définitif.
« Nous, ce qui nous importe, c’est qu’ils déposent physiquement leurs armes auprès de la Monusco et qu’ils s’inscrivent donc dans le programme de rapatriement. Nous avons un centre de démobilisation au nord du pays qui accueille des FDLR. Et donc, s’ils disent qu’ils déposent les armes, qu’ils se présentent à la Monusco. S’ils refusent de le faire, la brigade d’intervention créée par la résolution 20-98 est chargée de neutraliser ces FDLR.
On a dit à plusieurs reprises qu’il ne pourra pas y avoir de négociations avec le FDLR qui était un mouvement génocidaire. Au Rwanda, on accepte de réintégrer les FDLR dans la société. Mais ceux qui ont commis des crimes, ceux qui ont commis des génocides, vont devoir répondre de leurs crimes devant la justice. »

Malgré ce dépôt des armes censé être officiel depuis le 30 décembre, une attaque dans le parc des Virunga, dans l'est de la RDC, le 13 janvier, avait tué un garde ainsi que trois assaillants présentés justement comme des FDLR. Sur cet incident, le colonel Wilson Irategeka déclare que ses hommes n'ont rien à voir et que les responsables sont des éléments armés envoyés par le pouvoir de Kigali."


° http://www.rfi.fr/afrique/20131205-rdc-fdlr-rwanda-etats-unis-feingold
° http://www.rfi.fr/afrique/20140117-rwanda-autorites-il-pourra-pas-y-avoir-dialogue-le-fdlr
° http://www.rfi.fr/afrique/20131213-rdc-onu-confiante-capacite-mettre-fin-fdlr
° http://www.rfi.fr/afrique/20131211-rdc-nouvelle-offensive-armee-monusco-fdlr-fardc-pinga-rebelles-rwanda-santos-cruz
° http://www.rfi.fr/afrique/20130527-ua-le-rwanda-negociera-pas-genocidaires-fdlr
° http://www.rfi.fr/afrique/20131205-rdc-fdlr-demandent-dialogue-inter-rwandais



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  Mathilde le 28/6/2014, 3:19 pm

HONNEUR AUX CRIMINELS.
VOICI CEUX QUI ONT ÉGORGÉ, VIOLÉ, ÉVENTRÉ ET ENGROSSÉ LES CONGOLAISES, ET VIOLÉ LES HOMMES AU CONGO. ILS NE SONT PAS EN PRISON MAIS ONT DROIT AU TAPIS ROUGE. (VISAS EN BONNE ET DUE FORME)
.
 Shocked  Shocked  Shocked  Shocked  Shocked  Shocked 


ITALIE: LA DELEGATION DES FDLR SEJOURNE DEPUIS HIER A ROME.

Une délégation des FDLR est à Rome ce jeudi 26 juin, sur invitation de la communauté religieuse Sant’Egidio qui avait déjà été médiateur en 2005. Sont également présents plusieurs envoyés spéciaux de la communauté internationale pour les Grands Lacs et le patron de la Monusco, Martin Kobler. Une réunion qui intervient alors que le processus de désarmement des rebelles hutus rwandais est officiellement en cours et qui n’est pas du goût de Kigali, qui accuse certains dirigeants de cette rébellion d’avoir participé au génocide de 1994.




D’abord, il y a cette demande d’Hervé Ladsous, le sous-secrétaire général des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, se prononçant pour une levée temporaire de l’interdiction de voyage du président par intérim des FDLR. Celui qui se fait appeler Victor Byiringiro est sous sanctions de l’ONU depuis 2010 en tant que responsable d’un groupe armé qui sévit à l’est de la RDC. Cette levée de l’interdiction de voyager était nécessaire pour qu’il puisse être lui aussi à Rome ce jeudi.

Mais mercredi, le comité de sanctions de l’ONU a décidé de rejeter cette demande après la levée de boucliers des autorités rwandaises. Depuis, elles ne décolèrent pas. Sur Twitter, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s’est indignée. « Ces individus et pays alliés à ces voyous qui ont commis le génocide au Rwanda en 1994 sont toujours à l’oeuvre aujourd’hui, quelle honte », s’est-elle exclamée ajoutant que le Rwanda n’avait pas changé de politique à l’égard des FDLR, ils doivent « abandonner les armes et l’idéologie du génocide et rentrer à travers le processus établi entre le Rwanda et l’ONU de démobilisation ». Car l’enjeu est là.

Si, côté onusien, on assure que l’objectif de la réunion est d’accélérer le processus de démobilisation amorcé, au total il y a eu 188 combattants désarmés selon l’ONU. Côté FDLR, on dit espérer que ces représentants de la communauté internationale accepteront de soutenir un dialogue rwandais inclusif avec Kigali, ne se limitant pas seulement aux rebelles hutus rwandais, mais élargi à tous les partis politiques en exil et réfugiés rwandais à travers le monde.



Source: RFI

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  Mathilde le 13/7/2014, 9:12 pm

Rwanda-RDC :Entretien exclusif avec le président des FDLR Victor Byiringiro


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  ndonzwau le 18/7/2014, 9:40 pm

"(...)Est, FDLR, Mary Robinson

Forum des As met en exergue le « niet de Kinshasa à la Monusco au sujet des FDLR ». Les combattants hutu rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr) sont désormais déclarés persona non grata sur le sol congolais.  
Cette position est celle du gouvernement congolais clairement exprimée mercredi 16 juillet par son ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, au cours d’une rencontre avec les ambassadeurs des Etats membres de la SADC et de la CIRGL. « Nos populations ont trop souffert… les populations de la sous-région ont trop souffert d’une guerre dont le prétexte principal est la présence des Fdlr sur le sol Rd congolais et nous n’en voulons plus », Rolling Eyes  Rolling Eyes  a martelé Raymond Tshibanda devant les ambassadeurs des pays de la SADC et de la CIRGL, les invitant à conjuguer les efforts en faveur du rapatriement de ces sujets rwandais, présents sur le sol congolais depuis plus exactement 20 ans et quelques trois mois.

Dans un communiqué, la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) exprime « ses vives inquiétudes en rapport avec la délocalisation programmée et imminente de plus de 1000 combattants rwandais des FDLR et de 4200 de leurs dépendants à Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale.
Point n’est besoin de rappeler et de souligner que la présence des FDLR et bien d’autres groupes armés nationaux et étrangers est à la base de pires atrocités et de nombreuses exactions dont des viols des femmes et des filles, des exécutions sommaires et extrajudiciaires, des enlèvements, des incendies des villages, des déplacements massifs et forcés des populations, l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres richesses de la RDCongo ainsi que d’autres atteintes aux droits humains et au droit international humanitaire.  
De son côté, le gouvernement rwandais a souvent été accusé de tirer profit de ladite présence des FDLR utilisées comme fonds de commerce pour envahir et déstabiliser directement ou indirectement l’Est de la République Démocratique du Congo et la région des Grands Lacs.  
Comme d’aucuns peuvent le constater, les combattants des FDLR se sont tellement distingués dans les exactions précitées qu’ils sont considérés comme des personnes non grata dans toutes les provinces de la RDCongo en commençant par le Nord-Kivu.  
Aussi, la VSV invite-t-elle les autorités rdcongolaises et la communauté internationale à prendre en considération les protestations des congolaises et congolais dont les dernières en date sont celles de la population de la Province Orientale s’insurgeant contre toute éventuelle relocalisation ou présence des FDLR à Kisangani ».

Tout cela n’a rien de vraiment nouveau. Mais VSV innove en soulevant la question de l’attitude du Rwanda et celle d’une relocalisation dans un pays tiers.  
« C’est ici l’occasion de rappeler à la Communauté internationale la nécessité du dialogue inter-rwandais, seule voie susceptible de permettre aux FDLR de retourner dans leur pays et de permettre à ceux qui sont accusés d’avoir pris part au génocide de se présenter devant la justice rwandaise.     
Cependant, en attendant le début de ce dialogue, la VSV réitère sa demande au gouvernement de la République Démocratique du Congo et à la communauté internationale de respecter la volonté de la population rdcongolaise qui ne veut plus de la présence des FDLR, en mettant tout en œuvre en vue de trouver rapidement pour les FDLR un autre pays d’accueil loin de la RDCongo et du Rwanda afin de permettre à ces deux pays de vivre dans la paix et de privilégier la politique de bon voisinage fondée sur de bonnes relations diplomatiques, politiques et économiques ».(...)"



"NATIONALITÉ : FDLR !
° http://forumdesas.org/spip.php?article1587
" Dis-moi, papa, les FDLR habitent quel pays ? " Question d’un ado kinois à son père. Anecdotique ? Sans doute. Mais, peut-être que derrière l’innocence de cette interrogation se cache un imaginaire collectif qui prend corps. Surtout dans une certaine frange juvénile des Congolais. Celle post-génocide rwandais qui ignore ou connaît très peu de choses sur les tenants et les aboutissants de ce que l’on appelle trivialement " la guerre de l’Est ".

Cette agression, pour bien nommer les choses, qui charrie depuis près de vingt ans, des termes ou des sigles comme FAR, Interahamwé, et surtout FDLR. C’est précisément ce dernier qui a la côte. C’est sous ce sigle devenu générique que l’on désigne ces " combattants hutus rwandais " désignés comme à la base du génocide de 1994.
Problème ? C’est que depuis cette tragédie, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Par la simple loi naturelle de la croissance, les 0- 10 ans d’alors ont entre 20 et 30 ans ! Par l’autre phénomène naturel de naissance, depuis 1994, de nouveau-nés ont été enregistrés dans ce Kivu hyper fertile et aujourd’hui, ils totalisent 25 ans ! Toute une génération !
Alors, héritent-ils tous du génocide commis par leurs géniteurs ? Sont-ils tous estampillés FDLR ? Plus fondamentalement, pourquoi devrions -nous mettre l’étiquette FDLR à tout hutu rwandais dont les parents se sont trouvés au " au mauvais endroit, au mauvais moment " ?
Voilà que de fil en aiguille FDLR sonne de plus en plus comme un peuple bien déterminé, mais en quête de territoire pour y vivre. Comble d’hypocrisie ou énième piège, la communauté internationale redemande à la RDC de recaser les FDLR. Cette même communauté internationale qui, en 1994, avait fait pression sur Kinshasa pour laisser entrer au Kivu des millions de Hutus Rwandais. Une coopération et une solidarité africaine que la RDC paie au prix d’un autre génocide sur son sol, doublé d’un pillage à vaste échelle de ses ressources naturelles.

Alors des apatrides, ces FDLR et tous leurs semblables ? Pas du tout. Les FDLR et leurs dépendants sont tous rwandais au même titre que ceux qui ont les rênes du pays. Ils ont vocation à rentrer dans leur patrie. Quitte à ce que ceux qui seront reconnus génocidaires soient punis selon la loi rwandaise. De cela, les Congolais n’en ont rien à cirer."



° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=199030&Actualiteit=selected
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=199039&Actualiteit=selected
° http://forumdesas.org/spip.php?article1590


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  ndonzwau le 25/9/2014, 4:23 pm

"25 09 14 ACP - F. Muamba : " Aucun élément des FDLR ne doit vivre sur le territoire de la RDC après le 2 janvier 2015"
 confused  confused Sad  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question silent  silent  silent
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=199621&Actualiteit=selected
Aucun élément des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda(FDLR) ne doit plus rester sur le territoire congolais, car l’ultimatum de six mois, en vigueur depuis le 2 juillet 2014 et qui a été adopté par les autres instances régionales, à savoir la CIRGL et la SADC, ne connaitra aucune prorogation, a déclaré M. François Muamba, coordonnateur national du Mécanisme de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, à l’issue de la quatrième réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région, tenue le 22 septembre au siège des Nations Unies, à New York aux Etats-Unis d’Amérique.
« Il faut que chacun comprenne, du côté des FDLR, que c’est la toute dernière chance qui leur est accordée, et qu’il y aura bientôt une évaluation qui sera faite pour constater que le 2 janvier 2015 on aura consommé les six mois d’ultimatum accordés », a-t-il ajouté soulignant que tous ceux qui n’auront pas déposé les armes vont être désarmés par la force. Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question


En ce qui concerne les éléments des FDLR qui soutiennent la thèse d’un débat politique ou d’une quelconque ouverture, a dit François Muamba, ce problème est une affaire  rwando-rwandaise et doit se  régler en dehors du territoire congolais, ajoutant que le Président du Zimbabwe, Robert Mugabe, qui préside la SADC, avait souhaité que la Communauté internationale prenne ses responsabilités face à cette situation. cyclops    « Les éléments des FDLR qui voudraient volontairement regagner le Rwanda le fassent, que ceux qui ne veulent pas regagner leur pays, aillent ailleurs ».
Pour M. Francois Muamba, cette prise de position de la RDC a été réaffirmée lors des travaux du comité de pilotage du MLS, « la RDC a fait valoir, par la bouche du Président Joseph Kabila, que tout ce que  nous fournissons  comme effort, c’est  dans le seul but que tous les engagements, notamment nationaux, puissent aboutir en faveur de la paix en RDC et dans la région », a-t-il conclu."



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRAQUE DES FDLR EST LANCÉE !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum