ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  Mathilde le 19/12/2013, 3:03 am

KENYA M12: KAMERHE CRIE AU SCANDALE . Pour l'UNC et alliés: Kinshasa a déshonoré et humilié le peuple congolais



Le débat continue de faire rage autour des déclarations signées à Nairobi par le gouvernement congolais représenté par son ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda, et les rebelles du M23, conduites par leur porte-parole, Bertrand Bisimwa.


Après les Forces Acquis au Changement de Martin Fayulu, la Coalition pour le Vrai Dialogue (CVD), une synergie des Forces socio- politiques avec l'Union pour la Nation Congolaise(UNC) de Vital Kamerhe en tête, vient de sortir du bois.
Au cours d'un point de presse animé hier lundi 16 décembre au siège de l'UNC sur l'avenue de l'Enseignement, le coordonateur de la Coalition pour le Vrai Dialogue et secrétaire Général de l'UNC, Jean Bertrand Ewanga a fustigé ce deal entre Kinshasa et les rebelles du M23 dans la capitale kenyane qu'il considère comme la prémonition de la balkanisation de la République Démocratique du Congo planifiée par les officines occultes.
Le Secrétaire Général de l'UNC a accusé le gouvernement de haute trahison pour avoir signé cet accord qu'U dissimule par la simple déclaration.
Pour ce proche de Kamerhe, le vrai dialogue national devient incontournable pour sauver la patrie de nouveau en danger.
Ewanga a saisi également l'occasion pour annoncer une caravane de paix dans les tout prochains jours qui sera conduite par son autorité morale Vital Kamerhe accompagnés des membres de la CVD dans les territoires de l'Est pour réaffirmer l'intangibilité et l'intégrité territoriale de la RDC qui ne sont pas négociables.
Eric Wemba

Mesdames et Messieurs de la presse,


La Coalition pour le Vrai Dialogue, (CVD) en sigle, s'est réunie ce mardi 17 décembre à son siège pour analyser la situation générale du pays. Elle s'est penchée plus particulièrement sur la signature le 12 courant à Nairobi, des déclarations entre d'une part le gouvernement congolais représenté par son ministre des Affaires étrangères en la personne de monsieur Raymond TSHIBANDA et de l'autre les rebelles du M23 représentés par leur porte- parole Bertrand BISHIMWA.
La CVD tient à dire aux Congolaises et Congolais que le devoir sacré de mémoire pour un peuple l'oblige à rappeler qu'il y a à peine quelques semaine, le gouvernement congolais, par la voie de son ministre de l'information et porte-parole, en l'occurrence Monsieur Lambert Mende, avait, après la victoire militaire des FARDC sur les éléments du M23, annoncé à l'opinion nationale et claironné sur tous les toits du monde que le gouvernement ne signera jamais d'accord avec le M23 qui est une force négative, un groupe criminel et terroriste.
Au moment où la population congolaise endeuillée n'a pas encore fini de pleurer ses morts et de sécher ses larmes, au moment où les blessés de guerre n'ont pas encore fini de panser leurs plaies et, surtout au moment où les femmes congolaises victimes de viols massifs n'ont pas encore vu leurs bourreaux subir la force de la Loi, la CVD exprime sa profonde indignation en même temps que le peuple congolais tout entier de voir que le même gouvernement congolais représenté par son Ministre des affaires étrangères, s'est précipité le 12 décembre 2013, à Nairobi, à signer avec le M23 des déclarations mettant fin aux hostilités à l'Est de la République Démocratique du Congo.
La CVD tient à alerter l'opinion nationale sur la nature de ce énième engagement. En effet, subtilement présenté sous forme des déclarations signées séparément, ces engagements pris par la RDC ne sont en définitive que des accords qui se classent sous le régime des traités et accords internationaux prévu aux articles 213 à 217 (Titre VI) de la Constitution de la RD Congo.
A ce propos, l'article 215 de notre Constitution stipule : « Les traités et accords internationaux régulièrement conclus ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve pour chaque traité ou accord, de son application par l'autre partie.

Mesdames et Messieurs de la Presse,


La CVD dénonce ces accords qui reprennent la quasi-totalité des revendications du M23 contenues dans l'accord du 23 mars 2009, lesquels accords sont à la base des guerres à répétition contre le Congo et de la mort de plus de plusieurs millions de Congolais.
Avec la signature de ces engagements, le Gouvernement congolais a, pour des raisons inavouées, permis au M23 et ses parrains rwandais et ougandais de revenir en force.
C'est dire que ce que le M23 et ceux qui le soutiennent recherchaient armes à la main par la guerre, ils l'ont obtenu et vont le récupérer progressivement et malicieusement par la grâce de ces, engagements pris par la RDC à Nairobi.
La CVD condamne donc la signature de ces engagements de la honte pris par le gouvernement le 13 décembre à Nairobi dans l'unique objectif de flouer la population congolaise. Elle refuse de cautionner toute démarche tendant à hypothéquer sous une forme ou une autre l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation, la paix et la sécurité des congolais ainsi que le destin national de tout un peuple.

Aucun pays au monde n'accepterait de se soumettre comme le gouvernement congolais vient de le' faire à Nairobi, en signant des accords mal dissimulés sous l'étiquette de simples déclarations avec un gouvernement qualifié de force négative. Par cet acte, le gouvernement congolais a déshonoré et humilié le peuple congolais devant la face du monde. Par conséquent, il s'est mis en situation de ne plus ni mériter la confiance du peuple ni être pris au sérieux par personne, même pas par les instigateurs des guerres à répétition qui dévastent l& Congo depuis des décennies.
Fallait-il continuer à négocier avec une organisation criminelle en débandade ? Quel avantage le gouvernement congolais tire-t-il en allant jusqu'à signer ces accords avec le M23 vaincu militairement?
Cette attitude du gouvernement prouve à suffisance que la victoire annoncée des FARDC sur les éléments du M23 n'était qu'un leurre, de la poudre aux yeux des congolais. Elle a tout l'air d'un match joué d'avance et gagné à la complicité de l'arbitre dont les desseins sont insondables.

Mesdames et Messieurs de la Presse,


Car, à ce jour et grâce à la signature de ces engagements par le gouvernement congolais, e M23 et ses mentors Rwando-Ougandais sont les plus grands gagnants qui en sortent avec des victoires suivantes
1. L'amnistie en faveur de tous éléments du M23 prévue par ces engagements vient consacrer une fois de plus la culture de l'impunité.
Elle est prévue sans aucune évocation pour les populations congolaises victimes des affres de la guerre, d'une quelconque possibilité de porter plainte et d'obtenir réparation pour les dommages qu'elles ont subis de la part du M23,
2. Le gouvernement congolais a pris l'engagement de reconnaître le M23 en tant que «parti politique légitime ». Politiquement, ce groupe qualifié de force négative, va devenir un parti politique sans doute e la majorité présidentielle pour augmenter le nombre de ses membres en plus du RCD et du CNDP de NKUNDA BATUARE. Le peuple congolais n'est pas dupe !
Tous ces malheurs proviennent de l'AFDL qualifié en son temps par Mzee Laurent Kabila d'un conglomérat des aventuriers.
3. Les membres du M23 auront donc à occuper des postes ministériels au sein du gouvernement dit de cohésion nationale, dans les entreprises publiques et les services de sécurité. C'est la prime à la guerre que le gouvernement congolais s'est évertué à accorder à tous ceux qui prennent les armes pour massacrer notre peuple.

4. Le Rwanda et l'Ouganda, principaux soutiens du M23, ne sont pas obligés de livrer les criminels de guerres qui ont trouvé refuge dans ces deux pays. En signant ces engagements, la RDC n'a même pas la certitude que les auteurs de viols et crimes graves de guerre qui sont protégés par le Rwanda et l'Ouganda seront extradés, sachant très bien que le Rwanda et l'Ouganda qui les protègent ont déjà fait savoir qu'ils ne les extraderont jamais.
Ce faisant, le gouvernement congolais a manqué d'exiger au titre de préalable à toute discussion, comme l'arrestation, l'inculpation et l'extradition des auteurs de crimes de guerre et primes contre l'humanité.
5. Le transfèrement sans sélection de 1500 éléments du M23 cantonnés en Ouganda dont la prise en charge est assurée tous ces jours par le gouvernement congolais,'
6. Le gouvernement congolais s'est engagé à payer toute la facture des biens détruits et spoliés par les éléments du M23 pendant et dans les zones d'hostilité.
Grâce à ces engagements, Le M23 sera impliqué dans l'organisation du retour des réfugiés en lieu et place du HCR, de la MONUSCO, du Ministre de l'intérieur et du Gouvernorat.

Les populations congolaises qui ont subi les atrocités de la guerre sont obligées par cet accord d'accepter l'arrivée massive et l'entrée par la grande porte de leurs agresseurs, Ils sont obligés de cohabiter avec les mêmes personnes qui les ont martyrisées.
Le danger d'infiltration des étrangers rwandais est imminent avec en sous la carte de la balkanisation tel que joue l'Envoyé Spécial des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs, Monsieur Russel Feingold.
La CVD tient à informer la population congolaise que cette panoplie d'avantages obtenus par le M23 grâce aux accords de Nairobi présente.de nombreuses conséquences négative pour la RDC.
En effet, l'implication du M23 dans l'opération du retour des réfugiés au Congo entraine l'infiltration des sujets rwandais et ougandais avec comme conséquence faire la surpopulation dans les zones convoitées par le Rwanda, l'Ouganda.
Il en résultera sûrement des étincelles et des problèmes de cohabitation avec les populations congolaises autochtones qui vont générer des conflits qui amèneront les forces obscures à réclamer l'auto-détermination de ces territoires et, en définitive, la balkanisation de la RDC.

Mesdames et Messieurs de la presse,

Fort de ces informations et de notre analyse, la CVD considère que la victoire militaire des FARDC sur le M23 devient à cause des signatures de Nairobi un cadeau empoisonné, Par cette démarche, le gouvernement congolais a trompé et humilié notre peuple pour faire la part belle au M23 et à ses soutiens, rwandais et ougandais. Le pays est en péril, C'est un acte de la haute trahison !
Profondément attachée à l'intégrité territoriale de la RDC qui n'est pas négociable, à la paix, à la sécurité et aux valeurs démocratiques, La CVD dénonce la faiblesse du gouvernement et l'absence criante d'un leadership clairvoyant, capable de présider aux destinées du Congo et du peuple congolais.
De ce qui précède, la CVD estime que, pour relever le défi de l sauvegarde de l'intégrité territoriale du pays de la sécurité des populations, de la paix et du développement en RDC et gérer avec efficience les questions des groupes armés, du processus électoral, du retour des réfugiés, de la réforme de l'armée, de la réforme de la police, de la justice, de la lutte contre la corruption et du respect des droits humains.
Etant donné qu'au point 08 de l'Accord, les parties ont pris l'engagement pour la réconciliation nationale, cela prouve à suffisance qu'ils ont rejoint la CVD qui ne cesse de réclamer un Vrai dialogue national, gage d'une véritable cohésion nationale.
Il ya donc impérieuse nécessité d'un vrai dialogue, autour d'une table, l'accompagne ment de la communauté internationale conformément à l'Accord d'Addis-Abeba et à la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Pour ce faire, la CVD lance un appel aux Chefs d'Etat de la Région pour qu'ils travaillent, dans le respect de l'intangibilité de nos frontières respectives, pour le développement économique en vue du bien- être de nos populations.
La CVD saisit cette occasion pour annoncer aux populations du Nord et du SUD-KIVU ainsi que pelles de la Province Orientale, que la caravane de la paix prévue par son Autorité morale, l'honorable Vital KAMHERE aura bien lieu dans les tout prochains jours.
Le Président Vital KAMERHE qui conduira cette caravane dans toutes ces provinces et sera accompagné des leaders de la CVD ainsi que ceux de la plate-forme «Sauvons la RDC ».

Fait à Kinshasa, le 17 décembre 2013

POUR LA CVD
LE COORDONNATEUR


http://congosynthese.com/actu.aspx?Id=3101#IKT7QTeAxd7IQjPB.99

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  ndonzwau le 19/12/2013, 3:18 am

"Pour l’UNC et alliés: Kinshasa a déshonoré et humilié le peuple congolais
(Le Phare - 18/12/2013 )

° http://7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=53639:-pour-lunc-et-allies-kinshasa-a-deshonore-et-humilie-le-peuple-congolais&catid=24:le-phare
Le débat continue de faire rage autour des déclarations signées à Nairobi par le gouvernement congolais représenté par son ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda, et les rebelles du M23, conduites par leur porte-parole, Bertrand Bisimwa.
Après les Forces Acquis au Changement de Martin Fayulu, la Coalition pour le Vrai Dialogue (CVD), une synergie des Forces socio- politiques avec l’Union pour la Nation Congolaise(UNC) de Vital Kamerhe en tête, vient de sortir du bois.

Au cours d’un point de presse animé hier lundi 16 décembre au siège de l’UNC sur l’avenue de l’Enseignement, le coordonateur de la Coalition pour le Vrai Dialogue et secrétaire Général de l’UNC, Jean Bertrand Ewanga a fustigé ce deal entre Kinshasa et les rebelles du M23 dans la capitale kenyane qu’il considère comme la prémonition de la balkanisation de la République Démocratique du Congo planifiée par les officines occultes.
Le Secrétaire Général de l’UNC a accusé le gouvernement de haute trahison pour avoir signé cet accord qu’U dissimule par la simple déclaration.
Pour ce proche de Kamerhe, le vrai dialogue national devient incontournable pour sauver la patrie de nouveau en danger.(...)"



"Lambert Mende : «Le M23 a été mis à sa place»
° http://radiookapi.net/actualite/2013/12/18/lambert-mende-le-m23-ete-mis-sa-place/
«Le gouvernement n’a pas déshonoré la République. Le M23 a été mis à sa place», a déclaré mercredi 18 décembre le ministre de la Communication et medias, Lambert Mende. Il réagissait aux critiques formulées 24 heures plus tôt par la Coalition pour le vrai dialogue. Cette plate-forme de l’opposition coordonnée par le député Martin Fayulu a accusé le gouvernement congolais d’avoir déshonoré et humilié la RDC en «faisant le lit du M23», l’ancienne rébellion. Pour le ministre Lambert Mende, de telles critiques sont irrationnelles.

«Dire que le gouvernement a déshonoré et humilié la RDC avec la signature de ces deux déclarations est tout simplement insensé. De quel peuple congolais parle-t-on», a-t-il interrogé.
Pour Lambert Mende, cette déclaration de l’opposition est d’autant plus fausse que les populations de l’Est de la RDC, qui ont subi les affres de la guerre, ont démontré leur soutien au chef de l’Etat lors de sa dernière visite dans cette région.(...)"

Désolé du chevauchement que je n'ai remarqué qu'après !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  King David le 19/12/2013, 5:01 pm

Mr Ndo, Vous vous ( vous nous aussi) demandez ce qu'il faut faire pour sortir le pays du gouffre, je n'en sais pas plus que vous, mais néanmoins donner quelques pistes:

1.- D'abord le changement de mentalités surtout pour nos hommes politiques en refusant de se faire soudoyer par Kanambe pour déstabiliser leur propre pays.

2.- Refuser par tous les moyens disponibles de faire échec à la politique par des manifestations. L'exemple de l'annulation du concert est frappant. La France de Hollande avait politisé l'affaire, les combattants qu'on les aime ou pas) ont continué la lutte et à la veille du jour fatidique, le concert a été annulé. On avait comment Kinshasa officiel s'était investi pour le maintien du concert.

3. Si la lutte pacifique ne peut pas aboutir, à mon grand regret, il faudra recourir à la force, aux armes. Ici aussi, l'exemple de Roger Lumbala, qui est aujourd'hui ministrable ne le serait pas devenu s'il était resté député à Kinshasa. Il faut se battre pour gagner quelque chose. La manne ne descendra plus sur terre.

Il est évident que la lutte ne sera pas facile. Kanambe s'est assuré de blinder son pouvoir en presque vendant tout notre patrimoine à l'Occident en échange de son maintien au pouvoir malgré ses insuffisances intellectuelles et morales.

Revenir en haut Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  ndonzwau le 24/12/2013, 1:51 am

"NAIROBI BRISE L’ÉLAN DE LA COHÉSION NATIONALE
° http://www.lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=4934:nairobi-brise-l-elan-de-la-cohesion-nationale&catid=85&Itemid=472
Les divisions gagnent la classe politique

Finie la détente observée dans la classe politique au sortir des concertations nationales. Finis aussi les hommages nationaux, toutes tendances politiques confondues, qui ont suivi la victoire militaire des Forces armées de la RDC sur les ex-rebelles du M23. L’élan de la cohésion nationale vient d’être brisé par l’Opposition et la majorité en procédant à une lecture sélective des engagements de Nairobi.

Après une trêve de courte durée, les dissensions ont repris de plus belle dans la classe politique. L’escalade verbale a repris son droit de cité entre l’Opposition et la Majorité. Les tirs croisés sont tels que l’élan de la cohésion nationale né des concertations nationales est en voie de connaître un arrêt brutal.
La hache de guerre vient d’être déterrée.  
En cause, les dissensions apparues avec la signature à Nairobi le 12 décembre 2013 des engagements bouclant les pourparlers engagés depuis décembre 2012 à Kampala entre Kinshasa et les ex-rebelles du M23.

Les tirs croisés
L’Opposition est sortie de sa torpeur pour dénoncer, dans une déclaration rendue publique le 17 décembre par la Coalition pour le vrai dialogue (CVD), les engagements qui « déshonorent », selon elle, la République démocratique du Congo. L’Opposition crie à l’imposture. Elle relève qu’une fois de plus, Kinshasa s’est fait rouler comme, a-t-elle rappelé, dans bien d’autres accords signés antérieurement.
« Avec la signature de ces engagements, relève la CVR, le gouvernement congolais a, pour des raisons inavouées, permis au M23 et ses parrains rwandais et ougandais de revenir en force ». « C’est dire, poursuit-elle, que ce que le M23 et ceux qui le soutiennent recherchaient armes à la main par la guerre, ils l’ont obtenu et vont le récupérer progressivement et malicieusement par la grâce de ces engagements pris par la RDC  à Nairobi ».  Selon la CVR, « à ce jour et grâce à la signature de ces engagements par le gouvernement congolais, le M23 et ses mentors rwando-ougandais sont les plus grands gagnants ».

La réplique de la Majorité au pouvoir (MP) ne s’est pas fait attendre. Sur un ton sévère, la MP a ouvertement fustigé l'irresponsabilité, le manque de sérieux et de patriotisme dont a fait preuve l’Opposition. Dans une déclaration rendue publique jeudi dernier, le porte-parole de la MP a, au contraire, salué la signature de la Déclaration de Nairobi. Sébastien Luzanga a rassuré que la Déclaration de Nairobi consacrait plutôt la victoire tant militaire, politique que diplomatique du gouvernement sur cet ancien groupe M23.
Il a balayé d’un revers le pessimisme affiché par la CVD. « En effet, chacun des articles de la Déclaration du 12 décembre vise à consolider une paix chèrement acquise au prix du sang et à sceller une véritable réconciliation, en respectant les engagements pris dans le cadre de l'accord-cadre d'Addis-Abeba du 25 février 2013 et les recommandations de la Résolution 2098 du Conseil de sécurité des Nations unies », a soutenu Luzanga.
Le gouvernement  a abondé dans le même sens, par la  bouche de son porte-parole Lambert Mende.  « Le gouvernement n’a pas déshonoré la République. Bien au contraire, le M23 a été mis à sa place », a déclaré le ministre des Médias, Relations avec le Parlement et Initiation à la nouvelle citoyenneté, tout en qualifiant« d’irrationnelles et d’insensées » les critiques de l’Opposition.

Mauvais présage
Le paysage politique congolais est en ébullition. Alors que la cohésion nationale ne faisait plus l’ombre d’aucun doute – du reste consolidée par la victoire militaire des FARDC sur le M23 – les engagements contenus dans la déclaration de Nairobi ont remis en cause tous les acquis des concertations nationales. Dans la mesure où cette déclaration n’a pas reçu le même enthousiasme de part et d’autre.
Boniface Musavuli, analyste sur le site AgoraVox, est plutôt inquiétant sur les chances de la RDC de sortir indemne du cycle lancé depuis Nairobi. « C’est un avenir plutôt incertain dont le Congo hérite, paradoxalement, après la signature des engagements de Nairobi avec le M23. L’inquiétude vient s’ajouter à l’incertitude lorsqu’on apprend, d’une fuite du dernier rapport des experts de l’ONU, que le M23 se reconstitue et a même entrepris de recruter à nouveau au Rwanda et en Ouganda ».
Dans ces conditions, la formation d’un gouvernement de cohésion nationale, où sont censés se retrouver la Majorité, l’Opposition et la Société civile, s’avère un exercice extrêmement difficile. Les fissures qui se sont révélées marqueront sans doute la configuration de ce gouvernement.
Ainsi, au lieu de maintenir la flamme de la cohésion nationale qui est apparue avec les concertations nationales, Nairobi a élargi davantage le fossé de la division, ravivant les tensions, encore en veilleuse, dans la classe politique."



"RD Congo – M23 : Ce que les Congolais ont « quand-même » gagné
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-m23-ce-que-les-congolais-145398
Les « engagements de Nairobi » entre le gouvernement de la RDC et le M23 ont laissé un goût amer dans le pays, que résume la formule : « qui perd gagne ». La dignité, qu’un peuple humilié croyait retrouver dans le sacrifice de ses soldats, dépérit. Il y a pourtant quelque chose de« réconfortant » dont les Congolais n’auraient pas encore pris toute la mesure. En effet, les mystères des guerres à répétition sont maintenant levés. Les « agents de l’ombre », qui opéraient derrière les « combattants rwandais », ont enfin tombé les masques. En volant au secours du M23, les parrains occidentaux de Kampala et Kigali se sont placés en première ligne, et ne peuvent plus se dérober. Au prochain coup de feu dans le Kivu, le Congolais moyen sait maintenant sur qui porter tout de suite les regards.


En effet, l’énergie avec laquelle l’Ouganda (Museveni), les Etats-Unis (Russ Feingold) et les Britanniques(Mary Robinson[1]) se sont employés à « sauver le M23 », a fini par révéler au grand jour que ces pays ont énormément investi dans les « combattants rwandais », et qu’ils sont à présent incapables de les laisser tomber. Même lorsque ces combattants avaient déguerpi du territoire congolais et que leur structure politique s’était disloquée.
Jusqu’à présent, pour avoir une idée assez précise de l’implication des grandes puissances dans les guerres contre le Congo, il fallait mener des recherches et parcourir des ouvrages. Après l’acharnement des Américains et des Britanniques à sauver, à tout prix, le noyau dur du M23, même le Congolais de la rue découvre que derrière de sinistres individus comme Sultani Makenga se cachaient de respectables « grandes démocraties » occidentalesElles essayent à présent de les mettre à l’abri de poursuites judiciaires[2],[3], le procès des personnages comme ceux-là risquant de prendre les allures duProcès de Nuremberg et éclabousser les grandes « icones de la démocratie[4] » et de la civilisation occidentale.

Les coups de fils qui ont crevé l’abcès
Tout est parti des coups de fil[5] passés par le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, et du ministre britannique des affaires étrangères, William Hague, au Président rwandais Paul Kagamé le menaçant de sanctions financières s’il maintenait son soutien au M23. Les deux diplomates, par ce geste, venaient de crever, sur la place publique, la bulle des mensonges de Kigali, qui continuait de nier, les yeux dans les yeux, tout soutien au M23. On n’en pouvait plus de cette affligeante formule : « l’ONU et Kinshasa accusent le Rwanda de soutenir le M23, ce que le Rwanda nie ». Les temps changent
L’« homme fort de Kigali », d’ordinaire arrogant dans ses réactions, s’est subitement replié sur lui-même et, depuis, s’enferme dans un silence de mort, au point d’avoir abandonné ses soldats aux abois, à la merci de l’offensive des FARDC et de la brigade d’intervention de la Monusco.
C’est dire à quel point le régime de Kigali vit dans une dépendance désespérée, financière notamment, vis-à-vis de ses « maîtres » de Londres et Washington. Mais c’est aussi la preuve que sans l’appui de Londres et Washington, le Rwanda n’aurait jamais entrepris de tirer un seul coup de feu contre le Congo.
Même panique du côté de Kampala où l’autre parrain du M23, Yoweri Museveni, a dû faire des pieds et des mains pour sauver ce qui reste de son image en s’accrochant, comme il a pu, sur le fauteuil de « médiateur international ». On lui sent une palpable fébrilité lorsque l’« homme des Britanniques », se retrouve à Paris, en France, au sommet sur la paix en Afrique. Il est encore plus fébrile lorsqu’il fait clôturer les pourparlers de Kampala à Nairobi à l’ombre des célébrations du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Kenya.
Ainsi l’histoire retiendra que deux « petits pays » enclavés et dépourvus de ressources autonomes en quantité ont pu sauvagement martyriser des millions de Congolais, dix-sept ans durant, grâce à l’aide des Américains[6],[7] et des Britanniques[8] qui, un jour, décidèrent de passer deux coups de fil, et pas seulement. Les parrains iront directement s’impliquer pour liquider une aventure meurtrière (M23) qui commençait à échapper à tout contrôle[9].
Les Américains, par Russ Feingold, et les Britanniques, par Mary Robinson, vont s’engager avec une insoupçonnable énergie, officiellement pour la paix, mais en réalité pour faire disparaître un allié devenant de plus en plus embarrassant[10]. Le flagrant aveu de complicité de longue date avec les individus qui agressent le Congo, massacrent des populations civiles, violent et pillent depuis deux décennies.

Les masques tombent
A Nairobi, les masques sont donc tombés devant la face du monde, et ça, au moins, c’est une victoire pour le peuple congolais, assommé depuis des années par des mensonges politico-médiatiques. Ça n’a jamais été « la révolte des Banyamulenge ». Ni la guerre pour protéger les « Tutsis congolais ». Le Rwanda de Kagamé n’a jamais été une puissance militaire que par la dissimulation des puissances occidentales derrière un « petit pays » pour mettre le Congo à genou« Il n’y a jamais eu de rébellion », pour reprendre la formule de Keith Harmon Snow[11]. C’était des armées étrangères qui agressaient le Congo avec des appuis qui remontaient jusqu’à Londres et Washington.
Ce fut, depuis le début, une guerre internationale contre le Congo pour mettre ses gisements miniers en coupe réglée, voire liquider une partie de sa population pour assurer l’implantation des populations rwando-ougandaises. Et deux « grandes démocraties », Washington et Londres, auront été associées au grand massacre qui coûta la vie à plus de six millions de Congolais.
Personne ne sait vraiment si cette guerre est finie, mais, au moins, les Congolais ont maintenant pu démêler le vrai du faux et portent pour de bon un regard lucide sur les dessous des cartes. La prochaine fois qu’on entendra un coup de feu dans l’Est du Congo, il faudra que le gouvernement de Kinshasa vérifie l’efficacité de ses diplomates accrédités à Londres, Washington, New York, et, accessoirement, Bruxelles.

Boniface MUSAVULI

[1] Mary Robinson, ancienne Présidente de l’Irlande, est l’envoyée spéciale du Secrétaire Général de l’ONU pour la région des grands lacs. Ses prises de position répétées en faveur des membres du M23 fini par trahir son penchant pour les intérêts des régimes de Kampala et de Kigali, parrainés par Londres et Washington.
[2] Pendant ce temps, à Kinshasa, un député national a été arrêté et envoyé à la Cour Pénale Internationale pour une affaire objectivement banale. Le « deux poids deux mesures  » dans toute sa splendeur… Le député Fidèle Babala, proche de Jean-Pierre Bemba (MLC) a été interpelé dimanche 24 novembre à son domicile, à 2h00 du matin. Il a été rapidement transféré à la CPI. L’élu congolais est suspecté d’avoir produit de faux témoignages dans l’affaire « [url=http://www.icc-cpi.int/fr_menus/icc/press and media/press releases/Pages/966.aspx]Procureur contre Jean-Pierre Bemba [/url] ».
[3] Barack Obama a demandé que des poursuites judiciaires soient engagées contre les responsables du M23. Mais il doit s’agir d’une prise de position juste pour la forme. En effet, les victimes des mouvements ancêtres du M23, que sont le CNDP de Laurent Nkunda, le RCD et l’AFDL n’ont jamais obtenu justice, leurs bourreaux étant toujours protégés par l’Ouganda, le Rwanda et même la RDC.

[4] Penser seulement que Paul Kagamé, parrain du M23, a pour conseillers de respectables personnalités comme Bill Clinton et l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair (…).
[5] http://www.telegraph.co.uk/news/wor...
[6] L’aide des Etats-Unis et du Royaume-Uni à Paul Kagamé commence bien avant sa prise du pouvoir à Kigali. Au Congo, des forces spéciales américaines ont pris part aux combats aux côtés des troupes rwandaises durant la première guerre du Congo. Voir Patrick MBEKO, Le Canada dans les guerres en Afrique centrale – Génocides & Pillages des ressources minières du Congo par Rwanda interposé, Le Nègre Editeur, 2012, pp. 226 et svts.
[7] Les Américains ont construit, depuis juillet 1994, une base sophistiquée de collecte de renseignements électromagnétiques (SIGINT) sur le Mont Karisimbi et une base militaire bien fournie dans le Bugesera. Le personnel militaire des États-Unis aurait été vu dans certains quartiers de Kigali entrain de former la police rwandaise et les contrôleurs du trafic aérien de la Force aérienne rwandaise. Des instructeurs US, israéliens et britanniques participent également à la formation de l'armée rwandaise et de la Garde présidentielle dans les bases militaires de Gako et Gabiro. La firme KBR (Kellogg Brown and Root) a construit les bases militaires de Ntendezi et Bugarama près de Cyangugu à la mi-1994. À l'époque, KBR était une filiale d'Haliburton et détenait le contrat LOGCAP (Logistics Civil Augmentation Program) du ministère américain de la Défense. Pour l'année 2009, le Rwanda a reçu plus de 20 millions de dollars d'équipements militaires des États-Unis. Voir Patrick MBEKO, op. cit. p. 230Kagamé n’a pas pu intervenir autant de fois au Congo à l’insu du gouvernement américain.

[8] Des commandos britanniques ont été signalés dans les rangs des maquisards du FPR durant la conquête du Rwanda, longtemps avant la prise de Kigali. Voir Pierre Péan, Carnages – Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éditions Fayard, novembre 2010, p. 259 et svts.
[9] L’affaire des 300 tonnes de munitions et d’armes lourdes découvertes début novembre, sur la colline de Chanzu, n’a pas encore révélé tous ses mystères. Selon le porte-parole des FARDC dans la province du Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli, les munitions trouvées sur la colline de Chanzu pouvaient permettre au M23 de mener des opérations pendant plus de 10 ans. Les armes et munitions proviendraient de Russie et d’Ukraine, ce qui donnait à la guerre du M23 une dimension inattendue, leurs parrains étant plutôt des alliés des Etats-Unis et du Royaume-Uni. Aussi, l’Est du Congo étant toujours sous embargo, en application des Résolutions 1493(2003) et 1533(2004) du Conseil de sécurité de l’ONU, le M23 n’a pas pu se procurer une quantité aussi impressionnante d’armes sans bénéficier des complicités au-delà des pays de la région.
[10] En essayant tout de même de faire aboutir ses revendications. Le Congo va devoir réintégrer les combattants du M23 en application des engagements de Nairobi du 12 décembre dernier.

[11] Pour Keith Harmon Snow, correspondant de guerre, cinéaste et professeur de journalisme américain, les combattants du M23 ne sont pas des « rebelles congolais » mais des soldats rwandais et ougandais.https://groups.google.com/forum/# !t..."


"RD Congo – Nairobi : En chiens de faïence"
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-nairobi-en-chiens-de-145319

"Les Congolais, des moutons de Panurge qu’on amène à l’abattoir !"
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/les-congolais-des-moutons-de-145297




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  Libre Examen le 25/12/2013, 1:38 am

Il y aura toujours deux types d'ententes. D'un côté, des ententes comme celle issue des concertations nationales et de l'autre, comme celle signée entre le gouvernement et le M23.

Revenir en haut Aller en bas

Re: ENFIN LA SIGNATURE D'UN PEACE DEAL ENTRE LE GOUV ET M23- CE N'EST PLUS UNE DECLARATION

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum