Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 17/12/2013, 1:06 pm

C'est aberrant de constater que les noirs eux-memes sont auteur de leur Malheur et de leur assujestissement, quand ils sont les premiers a` accepter et louer tout ce qui est promu par l'homme blanc. Meffiez vous de tout noir applaudi par les blancs. Nelson Mandela comme tant de noirs qui atteignent le sommet ont avalise' la politique des interets et des concilaiabules avec les blancs. Et en cela la vraie liberte' des noirs et des africains n'a pas encore ete' atteinte en Afrique du Sud et surtout en Afrique entiere. Vu sa position avec son pays, l'Afrique du Sud après l'apartheid devrait etre un oasis pour les opposants et les africains nationaux, ca ne l'a pas ete' parce que mandela a signe' de ne pas toucher aux interest blancs et de ne pas toucher aux affaires geostrategiques des blancs en Afrique surtout sub-saherienne. Alors je ne vois pas en quoi certains noirs naivement appellent Mandela heros parce que les blancs appelent Mandela heros. Tant qu'on aura tous ces noirs qui se referent a` l'homme blanc pour appecier une chose ou pas, l'Afrique ne sera jamais libre.

Merci a` Mfumu Ntoto parce que cet un homme lucide et realiste, il voit des choses a` une autre dimension. Il a donne' aussi ses details sur la deception de Mandela aux peuples sud-africains et africains en general:





-Lettre ouverte d'un sud-africain a` Nelson Mandela:

Cher ancien président Nelson Mandela,

J’avais seulement 5 ans quand vous avez été libéré de prison. Je viens d’un milieu pauvre, comme tous les enfants noirs d’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid et j’ai été élevé par ma grand-mère. En 1994, l’Afrique du Sud a eu ses premières élections démocratiques, je me souviens que tout le monde, y compris ma grand-mère, était ravi à l’idée de pouvoir voter pour vous et pour le gouvernement de l’ANC. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant d’avoir pu voter en début d’Avril en 1994.

J’ai cru comprendre que vous aviez des rencontres secrètes entre 1985-1990 avec P. W. Botha (ancien président de 84-89) pour avoir un règlement négocié. Ceci nous a été révélé plus tard par le président de l’ANC, Oliver Reginald Tambo, se référant à vos réunions avec le régime colonial-apartheid dans les années 1980, années cruciales. Il avait déclaré: « Les prisonniers ne peuvent pas négocier leur liberté ». Tambo semblait perturbé sur le fait que des hautS cadres du parti, y compris vous, auraient pu avoir compromis l’organisation.

En 1990, avant que vous ne sortiez de prison vous aviez assuré vos partisans que la nationalisation des mines, des banques et des minéraux étaient vos objectifs premiers. Cette croyance avait formé la doctrine de base de l’ANC et avait même été inscrite dans un document connu sous le nom « Freedom Charter » (La Charte de la Liberté).

« La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, seront rendus au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple ». Disait « La Charte ».

Or il est apparu plus tard que vous et d’autres dirigeants de l’ANC vous étiez affairés à réinterpréter avec créativité l’un des engagements les plus forts contenus dans cette Charte, à savoir « une nationalisation des industries qui conforterait le monopole des capitaines d’industries blancs ».

LA NATURE DE LA TRAHISON

Lorsque vous négociez avec le Nationaliste De Klerk (ancien président 1984-89) avec l’intention d’obtenir un compromis qui garantit le maintien du pouvoir Blanc en Afrique du Sud et surtout le maintien des profits tirés des masses noires exploitées, et qui laisse le pouvoir entre les mains des capitalistes blancs dans un avenir prévisible. Comme il le disait fermement: « Je n’ai pas l’intention de négocier quoi que soit qui me fera quitter le pouvoir ». Bien au contraire, les négociations ont eu pour but d’empêcher la victoire des masses noires. De Klerk avait tendu un piège pour les noirs et nous avons été pris dans ce piège grâce à vous, M. Nelson Mandela. Vous le saviez bien que toute « négociation » faite avec le Diable DOIT, par défaut, nous conduire en Enfer! A vrai dire, vous vous êtes fait rouler dans la farine par les nationalistes et nous avec.

Echec du transfert du pouvoir lors des négociations

Les négociations ont porté sur deux aspects: l’un politique, l’autre économique. Quand vous négociez avec les Nationalistes, et à partir du moment où vous avez choisi de séparer le pouvoir politique et économique, là était votre plus grande erreur et c’est de là que la trahison du peuple Noir est partie. Le transfert de propriété des richesses et des terres est au cœur d’un transfert de pouvoir. Raison pour laquelle il a été CLAIREMENT stipulé dans la Charte de la Liberté. Mais vous, M. Nelson Mandela, avez choisi de l’ignorer.

Lors de vos négociations toute intelligentsia sud-africaine avait l’oeil rivé sur les tractations d’ordre politiques et négligeait l’aspect économique. Vous craigniez le fait que si les négociations politiques échouaient, il y aurait des manifestations de masse. Les gens n’étaient pas intéressés par les négociations économiques et lorsque les négociateurs économiques rendaient des comptes au peuple, les gens pensaient que c’était trop technique, du coup personne ne s’y intéressait par manque d’éducation. Mais vous, M. l’ancien président, vous étiez plus instruit que le peuple. Vous auriez dû le savoir que ces deux aspects du pouvoir étaient intimement liés. C’est là que nous avons raté à jamais l’occasion d’obtenir notre liberté totale et vous l’avez vendue aux Nationalistes.

=> Ici, Nationalistes, réfère au fait que le parti Blanc au pouvoir (Afrikaner National Party) ne voulait pas un éclatement de l’Afrique du Sud, même bien qu’ils pratiquaient ouvertement une ségrégation raciale. Comme quoi, on voit qu’un parti politique peut s’appeler « Nationaliste », mais en fait il ne vise qu’a la destruction de la Nation qu’il prétend pourtant défendre.

Poursuivons la lecture de la lettre…

Echec des négociations économique et nationalisation de la Banque Centrale Nationale de l’Afrique du Sud.

M. l’Ancien Président, votre mandat obtenu par le peuple était de vous assurer que les valeurs de la Charte soient mises en œuvre, y compris la nationalisation des actifs du pays. Mais au lieu de nationaliser les mines vous vous réunissiez régulièrement avec Harry Oppenheimer, ancien président de la géante compagnie minière anglo-américaine et De Beers, la 1ère compagnie Sud-africaine productrice de Diamant au monde, or ces deux compagnies étaient les symboles économiques même du régime de l’Apartheid.

Peu de temps après l’élection de 1994, vous avez même présenté le programme économique de l’ANC à Oppenheimer pour approbation et fait plusieurs révisions clés pour répondre à ses préoccupations, ainsi qu’à celles des autres grands industriels du pays. Honte à vous pour la vente de minéraux et des terres aux Impérialistes. Les résultats de ces réunions étaient que vous pourriez garder le pouvoir politique, mais l’or et les diamants de l’Afrique du Sud resteraient dans les mains des personnes qui la contrôlaient auparavant. Avez-vous oublié ce que la Charte de la Liberté disait ?

Je vous le rappelle : « La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, sera rendu au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple. »

Un des aspects les plus révélateurs de la transition économique a été la propriété de la Banque Centrale d’Afrique du Sud. Sans aucun doute l’institution la plus puissante du pays. Son sort nous a été expliqué par un homme d’affaire de Durban, Vishnu Padayachee, a qui vous aviez demandé de rédiger un document pour votre équipe de négociation sur les avantages et les inconvénients d’avoir une Banque Centrale autonome, gérée en totale autonomie par votre gouvernement.

Padayachee ne pouvait pas croire ce qu’il entendait : « Quelle question ?!!! Mais bien sûr que nous devons prendre contrôle de cette Banque ». Lui et son équipe ont rédigé et présenté le document avec des recommandations claires de ne pas autoriser la Banque Centrale à rester une institution autonome (!). Mais plus tard, il a révélé, que votre équipe de négociation: « N’avait pas le choix de faire une concession sur cette revendication pourtant centrale ».

M. Nelson Mandela, à l’époque, la Banque Centrale était une propriété privée appartenant aux Blancs et aujourd’hui elle compte quelque 650 actionnaires qui sont à 99% Blancs. Pourquoi avez-vous laissé cette Banque Centrale aux mains des mêmes Blancs impérialistes qui profitaient de l’Apartheid dans notre pays ?

Au cours des négociations que vous avez accepté et qui non seulement stipulait que la Banque Centrale devait être gérée comme une entité autonome au sein de l’Etat sud-africain, avec son indépendance inscrite dans la constitution Sud Africaine, mais en plus, elle serait dirigée par le même homme qui la dirigeait sous l’Apartheid: Chris Stals. Une autre figure de proue de l’Apartheid, le Ministre des Finances Derek Keyes, a également conservé son poste dans la nouvelle administration. M. Nelson Mandela comment avez-vous permis aux mêmes personnes qui nous ont opprimés d’être en charge de la Banque Centrale du pays ?

Padayachee a déploré qu’avec la perte de la Banque Centrale, « tout serait perdu en termes de transformations économiques ». C’est bien vrai: Tout a été perdu lorsque vous avez vendu la Banque Centrale, réserve de notre pays !!! L’un des engagements de la Charte était aussi la redistribution des terres, ce qui est devenu impossible à réaliser à cause d’une autre clause que vous avez inscrite dans la Constitution et qui protège la propriété privée.

Echec du mythe de la Nation arc-en-ciel !

Vous avez prêché ce mythe de la Nation arc-en-ciel au monde entier, or il n’existe pas; seulement dans votre tête. Réconciliation n’a signifié rien d’autre que « les Noirs doivent pardonner aux Blancs ce qu’ils leur ont fait pendant plus de 300 ans de dépossession, d’humiliation et de souffrance ». Je ressens une douleur indescriptible à chaque fois qu’un Sud-africain Blanc – à la boutique, dans un bar, à la Radio ou sur des forums en ligne – dit que : « Nous devons oublier le passé et nous tourner vers l’avenir. » C’est comme nous dire à nous, Noirs, que nous devons « oublier notre douleur et nos souffrances ». Et surtout venant de gens qui ont bénéficié de ce système raciste et ségrégationniste! Nous avons subi des injures et des abus racistes et nos agresseurs sont aujourd’hui parmi nous. Et vous voulez que tout aille bien ?!!

Vous et Desmond Tutu, un autre chantre de ce foutu mythe de la nation arc-en-ciel, avez passé sous silence notre douleur et notre peine – au grand soulagement des Blancs. Ces mêmes Blancs qui ne parviennent pas à reconnaître leur tort : notre douleur et notre souffrance – et surtout leur rôle en tant que principaux bénéficiaires de ce système. Vous étiez trop préoccupé à ne ne pas semer le trouble dans la mesure où les Blancs auraient été les principales victimes de représailles. C’est l’unique raison pour laquelle vous faites l’objet d’un véritable culte de la personnalité dans la communauté blanche, plutôt que dans la communauté noire, votre propre communauté.

Résultat des courses, les Blancs de ce pays croient que vous êtes la seule personne noire honorable tandis que le reste des Noirs, nous autres, sommes des corrompus, des criminels, des violeurs, des ivrognes et des bouffons incultes.

=>Eh oui !!! Voilà comment les Sud-africains ont été…, sans préservatifs et sans vaseline, par ces gens et surtout, par la faute de quelqu’un qu’on prenait comme l’un des nôtres.

L’article 94 de la Constitution Sud-Africaine qui garantit un « environnement LIBRE et JUSTE » pour tous les sud-Africains est encore un de vos mythes de la Nation arc-en-ciel: Les Noirs ne sont pas libres (sauf si vous décrivez la liberté comme étant la capacité d’être en mesure de voter et le fait de ne pas avoir à transporter un carte d’identité 24h/24 comme au temps de l’Apartheid). Nous ne sommes pas libres et il existe très peu de justice en Afrique du Sud! Tout cela, grâce à vous. Monsieur Nelson Mandela.

L’ETAT ACTUEL DE L’AFRIQUE DU SUD

Etes-vous conscient que les Noirs restent sans terres, sous-alimentés, sans abris, sous-employés et mal représentés dans les postes de cadres supérieurs? L’état de santé et d’éducation pour les noirs reste tel qu’il était, si ce n’est pire que durant l’Apartheid.

Vestiges de l’Apartheid et des structures économiques coloniales, la propriété et le contrôle restent intactes malgré l’acquisition du pouvoir politique dont vous rêviez tant. Etes-vous conscient que la liberté politique sans émancipation économique est vide de sens?

La crise de l’emploi est également définie selon des critères raciaux en raison du fait que, dans le troisième trimestre de 2010, 29,80% des Noirs étaient officiellement au chômage, contre 22,30% de métis, 8,60% d’Asiatiques et seulement 5,10% de blancs. Environ 12 millions de personnes vivent avec moins de 0,25$ par jour (!!!) , tandis que 16 millions de Sud-africains reçoivent des allocations sociales sur une population totale du pays de 50.59 millions.

En termes de répartition raciale du revenu par habitant, le niveau de revenu des Noirs et des personnes de couleurs (métis, indiens, chinois) en 2008 n’était que de 13% et 22% du revenu par habitant des Blancs, comparativement à 10,9% et 19,3% en 1993. L’écart de revenu pour les Indiens a diminué, le revenu par habitant indien en 2008 étant à 60% de celui des Blancs contre 42% en 1993.

=> Il faut savoir que sous l’Apartheid, les Blancs avaient établi une société de caste en Afrique du Sud, comme en Inde où il étaient aussi aux affaires. Elle se composait comme suit: les Blancs étaient au sommet de la pyramide des êtres humains, suivi des chinois qui étaient les plus blancs après eux, venaient ensuite des Indiens qui étaient moins noirs que les noirs, et enfin venait les Noirs à la fin de la pyramide. Mais comble des combles, il y avait des individus en dessous de ces noirs: Les Noirs non Sud-africains, les noirs des autres colonies Britanniques – Zimbabwe, Namibie, Nigeria, Ghana, etc – qui avaient été emmenés de force en Afrique du Sud pour construire le chemin de fer et toutes les infrastructures du pays.

Et avec ça, il y a certaines personnes qui vous diront que la colonisation et autres ségrégations raciales qui ont eu lieu dans l’Histoire étaient des accidents de parcours ??? Ce n’était pas des accidents, c’était des systèmes de pensée bien planifiés et bien étudiés. Ils avaient des gens qui travaillaient afin de perfectionner le système et le rendre optimal. Les Blancs ne nous ont pas fait du mal par accident, c’était un acte conscient et bien pensé (…).

En tout cas, terminons la lecture de cette lettre, désolé je sais que c’est très long, mais je suis sûr que vous sortirez d’ici plus instruits que la grande majorité de nos frères. Il faut souffrir pour s’instruire n’est-ce pas ? Ça fait près de 6h de temps que je suis en train de traduire et d’écrire ce texte en même temps, alors imaginez à quel point j’ai souffert; je souffre en ce moment pour sortir ce texte central pour notre culture Kamite].

En 1995, la médiane des dépenses par habitant parmi les Noirs était de R333 par mois par rapport à celui des Blancs qui était à R3443 par mois (1000 fois plus !!!). En 2008, les dépenses médianes par habitant pour les Africains étaient de R454 par mois par rapport R5668 par mois pour les Blancs.

Source: [Leibbrandt, M. et al. (2010), « Tendances de la Distribution des revenus et pauvreté en Afrique du Sud depuis la chute de l’Apartheid ».

L’économie n’a pas réussi à créer des emplois au rythme nécessaire pour réduire le chômage extrêmement élevé, et le système éducatif n’a pas réussi à faire en sorte que les dépenses publiques égalisé sur la scolarisation se traduise par une amélioration de l’éducation des enfants noirs pauvres.


-Reflexion finale de la lettre ouverte

Monsieur Nelson Mandela, la démocratie n’a pas apporté ce qui était promis, vous en tant qu’ancien président de l’ANC et du pays êtes le premier responsable de cette diversion. M. l’Ancien président qu’avez vous fait des Noirs ? Si ce n’est de poser la dernière brique de notre trahison suprême en vendant notre lutte afin de réaliser votre rêve de victoire politique. Votre rêve qui est devenu le pire cauchemar des Noirs dans notre pays.

Vous nous avez vendus en tant que nation noire pour un « Prix Nobel de la Paix » et c’est la raison pour laquelle il y a ce manque patant de prestation de services et ce manque de prestation de service tout court => en droit, ça s’appelle « Faux, usage de faux et tromperie ».

Notre Constitution tant saluée comme la meilleure du monde, vu qu’elle fut l’une des dernières écrites sur la planète (1990) ne favorise que les Blancs alors qu’elle opprime les Noirs. Merci pour rien M. Nelson Mandela. Merci d’avoir transformé les négociations de Kempton Park en une solution à huis-clos pour sauver le capital Blanc et le pouvoir de quelques-uns, et qui a conduit à une telle démocratie dans laquelle la souffrance de la majorité noire devrait se poursuivre.

J’ai un problème avec les gens qui donne un « statut messianique à Madiba » comme un Jésus noir quand nous savons tous que vous avez profondément trahi la nation noire.

Quand j’ai commencé cette lettre, je vous ai parlé de ma grand-mère qui est décédée avant d’avoir pu voter pour vous. Eh bien, je suis content qu’elle n’aie jamais voté pour vous, comme elle aurait voté pour un traître. Ce que vous avez fait est d’avoir continué le travail que le gouvernement de l’Apartheid avait commencé en laissant et creusant les trous de la pauvreté et de l’oppression profonde.

Avant de quitter cette terre, je voudrais que vous preniez vos responsabilités et présentiez des excuses pour vos actes et ce que vous avez fait aux noirs. Vous avez vendu notre terre aux impérialistes, si vous ne parvenez pas à vous excuser avant de mourir, cela signifie simplement que vous êtes un complice pour eux.

Lorsqu’enfin vous finirez par mourir, je vous souhaite de rencontrer des gens comme le Dr Verwoerd Hendrink et P. W. Botha et surtout, je vous souhaite d’avoir du bon temps avec eux et de rire de la façon dont les Noirs continuent de souffrir. Je n’ai que haine pour ce que vous nous avez fait.

Lettre écrite depuis un des trous de l’Enfer sombre et profond dans lequel vous avez laissé vos semblables Noirs.

Cordialement,

Un Sud-africain noir

Lettre ouverte parue dans un Journal Sud Africain.



-Mandela a devie' tous les points capitaux de la charte de liberte' qu'il avait signe'. recherchez la charte de la liberte' de l'Anvc et vous comprendrez:
Malcom X avait dit: "« Si vous ne faites pas attention, les médias vous feront aimer les oppresseurs et détester les opprimés »


-L'Afrique n'a pas encore de fils et de filles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 17/12/2013, 7:24 pm

regarder et bien voir a écrit:C'est aberrant de constater que les noirs eux-memes sont auteur de leur Malheur et de leur assujestissement, quand ils sont les premiers a` accepter et louer tout ce qui est promu par l'homme blanc. Meffiez vous de tout noir applaudi par les blancs. Nelson Mandela comme tant de noirs qui atteignent le sommet ont avalise' la politique des interets et des concilaiabules avec les blancs. Et en cela la vraie liberte' des noirs et des africains n'a pas encore ete' atteinte en Afrique du Sud et surtout en Afrique entiere. Vu sa position avec son pays, l'Afrique du Sud après l'apartheid devrait etre un oasis pour les opposants et les africains nationaux, ca ne l'a pas ete' parce que mandela a signe' de ne pas toucher aux interest blancs et de ne pas toucher aux affaires geostrategiques des blancs en Afrique surtout sub-saherienne. Alors je ne vois pas en quoi certains noirs naivement appellent Mandela heros parce que les blancs appelent Mandela heros. Tant qu'on aura tous ces noirs qui se referent a` l'homme blanc pour appecier une chose ou pas, l'Afrique ne sera jamais libre.

Merci a` Mfumu Ntoto parce que cet un homme lucide et realiste, il voit des choses a` une autre dimension. Il a donne' aussi ses details sur la deception de Mandela aux peuples sud-africains et africains en general:





-Lettre ouverte d'un sud-africain a` Nelson Mandela:

Cher ancien président Nelson Mandela,

J’avais seulement 5 ans quand vous avez été libéré de prison. Je viens d’un milieu pauvre, comme tous les enfants noirs d’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid et j’ai été élevé par ma grand-mère. En 1994, l’Afrique du Sud a eu ses premières élections démocratiques, je me souviens que tout le monde, y compris ma grand-mère, était ravi à l’idée de pouvoir voter pour vous et pour le gouvernement de l’ANC. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant d’avoir pu voter en début d’Avril en 1994.

J’ai cru comprendre que vous aviez des rencontres secrètes entre 1985-1990 avec P. W. Botha (ancien président de 84-89) pour avoir un règlement négocié. Ceci nous a été révélé plus tard par le président de l’ANC, Oliver Reginald Tambo, se référant à vos réunions avec le régime colonial-apartheid dans les années 1980, années cruciales. Il avait déclaré: « Les prisonniers ne peuvent pas négocier leur liberté ». Tambo semblait perturbé sur le fait que des hautS cadres du parti, y compris vous, auraient pu avoir compromis l’organisation.

En 1990, avant que vous ne sortiez de prison vous aviez assuré vos partisans que la nationalisation des mines, des banques et des minéraux étaient vos objectifs premiers. Cette croyance avait formé la doctrine de base de l’ANC et avait même été inscrite dans un document connu sous le nom « Freedom Charter » (La Charte de la Liberté).

« La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, seront rendus au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple ». Disait « La Charte ».

Or il est apparu plus tard que vous et d’autres dirigeants de l’ANC vous étiez affairés à réinterpréter avec créativité l’un des engagements les plus forts contenus dans cette Charte, à savoir « une nationalisation des industries qui conforterait le monopole des capitaines d’industries blancs ».

LA NATURE DE LA TRAHISON

Lorsque vous négociez avec le Nationaliste De Klerk (ancien président 1984-89) avec l’intention d’obtenir un compromis qui garantit le maintien du pouvoir Blanc en Afrique du Sud et surtout le maintien des profits tirés des masses noires exploitées, et qui laisse le pouvoir entre les mains des capitalistes blancs dans un avenir prévisible. Comme il le disait fermement: « Je n’ai pas l’intention de négocier quoi que soit qui me fera quitter le pouvoir ». Bien au contraire, les négociations ont eu pour but d’empêcher la victoire des masses noires. De Klerk avait tendu un piège pour les noirs et nous avons été pris dans ce piège grâce à vous, M. Nelson Mandela. Vous le saviez bien que toute « négociation » faite avec le Diable DOIT, par défaut, nous conduire en Enfer! A vrai dire, vous vous êtes fait rouler dans la farine par les nationalistes et nous avec.

Echec du transfert du pouvoir lors des négociations

Les négociations ont porté sur deux aspects: l’un politique, l’autre économique. Quand vous négociez avec les Nationalistes, et à partir du moment où vous avez choisi de séparer le pouvoir politique et économique, là était votre plus grande erreur et c’est de là que la trahison du peuple Noir est partie. Le transfert de propriété des richesses et des terres est au cœur d’un transfert de pouvoir. Raison pour laquelle il a été CLAIREMENT stipulé dans la Charte de la Liberté. Mais vous, M. Nelson Mandela, avez choisi de l’ignorer.

Lors de vos négociations toute intelligentsia sud-africaine avait l’oeil rivé sur les tractations d’ordre politiques et négligeait l’aspect économique. Vous craigniez le fait que si les négociations politiques échouaient, il y aurait des manifestations de masse. Les gens n’étaient pas intéressés par les négociations économiques et lorsque les négociateurs économiques rendaient des comptes au peuple, les gens pensaient que c’était trop technique, du coup personne ne s’y intéressait par manque d’éducation. Mais vous, M. l’ancien président, vous étiez plus instruit que le peuple. Vous auriez dû le savoir que ces deux aspects du pouvoir étaient intimement liés. C’est là que nous avons raté à jamais l’occasion d’obtenir notre liberté totale et vous l’avez vendue aux Nationalistes.

=> Ici, Nationalistes, réfère au fait que le parti Blanc au pouvoir (Afrikaner National Party) ne voulait pas un éclatement de l’Afrique du Sud, même bien qu’ils pratiquaient ouvertement une ségrégation raciale. Comme quoi, on voit qu’un parti politique peut s’appeler « Nationaliste », mais en fait il ne vise qu’a la destruction de la Nation qu’il prétend pourtant défendre.

Poursuivons la lecture de la lettre…

Echec des négociations économique et nationalisation de la Banque Centrale Nationale de l’Afrique du Sud.

M. l’Ancien Président, votre mandat obtenu par le peuple était de vous assurer que les valeurs de la Charte soient mises en œuvre, y compris la nationalisation des actifs du pays. Mais au lieu de nationaliser les mines vous vous réunissiez régulièrement avec Harry Oppenheimer, ancien président de la géante compagnie minière anglo-américaine et De Beers, la 1ère compagnie Sud-africaine productrice de Diamant au monde, or ces deux compagnies étaient les symboles économiques même du régime de l’Apartheid.

Peu de temps après l’élection de 1994, vous avez même présenté le programme économique de l’ANC à Oppenheimer pour approbation et fait plusieurs révisions clés pour répondre à ses préoccupations, ainsi qu’à celles des autres grands industriels du pays. Honte à vous pour la vente de minéraux et des terres aux Impérialistes. Les résultats de ces réunions étaient que vous pourriez garder le pouvoir politique, mais l’or et les diamants de l’Afrique du Sud resteraient dans les mains des personnes qui la contrôlaient auparavant. Avez-vous oublié ce que la Charte de la Liberté disait ?

Je vous le rappelle : « La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, sera rendu au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple. »

Un des aspects les plus révélateurs de la transition économique a été la propriété de la Banque Centrale d’Afrique du Sud. Sans aucun doute l’institution la plus puissante du pays. Son sort nous a été expliqué par un homme d’affaire de Durban, Vishnu Padayachee, a qui vous aviez demandé de rédiger un document pour votre équipe de négociation sur les avantages et les inconvénients d’avoir une Banque Centrale autonome, gérée en totale autonomie par votre gouvernement.

Padayachee ne pouvait pas croire ce qu’il entendait : « Quelle question ?!!! Mais bien sûr que nous devons prendre contrôle de cette Banque ». Lui et son équipe ont rédigé et présenté le document avec des recommandations claires de ne pas autoriser la Banque Centrale à rester une institution autonome (!). Mais plus tard, il a révélé, que votre équipe de négociation: « N’avait pas le choix de faire une concession sur cette revendication pourtant centrale ».

M. Nelson Mandela, à l’époque, la Banque Centrale était une propriété privée appartenant aux Blancs et aujourd’hui elle compte quelque 650 actionnaires qui sont à 99% Blancs. Pourquoi avez-vous laissé cette Banque Centrale aux mains des mêmes Blancs impérialistes qui profitaient de l’Apartheid dans notre pays ?

Au cours des négociations que vous avez accepté et qui non seulement stipulait que la Banque Centrale devait être gérée comme une entité autonome au sein de l’Etat sud-africain, avec son indépendance inscrite dans la constitution Sud Africaine, mais en plus, elle serait dirigée par le même homme qui la dirigeait sous l’Apartheid: Chris Stals. Une autre figure de proue de l’Apartheid, le Ministre des Finances Derek Keyes, a également conservé son poste dans la nouvelle administration. M. Nelson Mandela comment avez-vous permis aux mêmes personnes qui nous ont opprimés d’être en charge de la Banque Centrale du pays ?

Padayachee a déploré qu’avec la perte de la Banque Centrale, « tout serait perdu en termes de transformations économiques ». C’est bien vrai: Tout a été perdu lorsque vous avez vendu la Banque Centrale, réserve de notre pays !!! L’un des engagements de la Charte était aussi la redistribution des terres, ce qui est devenu impossible à réaliser à cause d’une autre clause que vous avez inscrite dans la Constitution et qui protège la propriété privée.

Echec du mythe de la Nation arc-en-ciel !

Vous avez prêché ce mythe de la Nation arc-en-ciel au monde entier, or il n’existe pas; seulement dans votre tête. Réconciliation n’a signifié rien d’autre que « les Noirs doivent pardonner aux Blancs ce qu’ils leur ont fait pendant plus de 300 ans de dépossession, d’humiliation et de souffrance ». Je ressens une douleur indescriptible à chaque fois qu’un Sud-africain Blanc – à la boutique, dans un bar, à la Radio ou sur des forums en ligne – dit que : « Nous devons oublier le passé et nous tourner vers l’avenir. » C’est comme nous dire à nous, Noirs, que nous devons « oublier notre douleur et nos souffrances ». Et surtout venant de gens qui ont bénéficié de ce système raciste et ségrégationniste! Nous avons subi des injures et des abus racistes et nos agresseurs sont aujourd’hui parmi nous. Et vous voulez que tout aille bien ?!!

Vous et Desmond Tutu, un autre chantre de ce foutu mythe de la nation arc-en-ciel, avez passé sous silence notre douleur et notre peine – au grand soulagement des Blancs. Ces mêmes Blancs qui ne parviennent pas à reconnaître leur tort : notre douleur et notre souffrance – et surtout leur rôle en tant que principaux bénéficiaires de ce système. Vous étiez trop préoccupé à ne ne pas semer le trouble dans la mesure où les Blancs auraient été les principales victimes de représailles. C’est l’unique raison pour laquelle vous faites l’objet d’un véritable culte de la personnalité dans la communauté blanche, plutôt que dans la communauté noire, votre propre communauté.

Résultat des courses, les Blancs de ce pays croient que vous êtes la seule personne noire honorable tandis que le reste des Noirs, nous autres, sommes des corrompus, des criminels, des violeurs, des ivrognes et des bouffons incultes.

=>Eh oui !!! Voilà comment les Sud-africains ont été…, sans préservatifs et sans vaseline, par ces gens et surtout, par la faute de quelqu’un qu’on prenait comme l’un des nôtres.

L’article 94 de la Constitution Sud-Africaine qui garantit un « environnement LIBRE et JUSTE » pour tous les sud-Africains est encore un de vos mythes de la Nation arc-en-ciel: Les Noirs ne sont pas libres (sauf si vous décrivez la liberté comme étant la capacité d’être en mesure de voter et le fait de ne pas avoir à transporter un carte d’identité 24h/24 comme au temps de l’Apartheid). Nous ne sommes pas libres et il existe très peu de justice en Afrique du Sud! Tout cela, grâce à vous. Monsieur Nelson Mandela.

L’ETAT ACTUEL DE L’AFRIQUE DU SUD

Etes-vous conscient que les Noirs restent sans terres, sous-alimentés, sans abris, sous-employés et mal représentés dans les postes de cadres supérieurs? L’état de santé et d’éducation pour les noirs reste tel qu’il était, si ce n’est pire que durant l’Apartheid.

Vestiges de l’Apartheid et des structures économiques coloniales, la propriété et le contrôle restent intactes malgré l’acquisition du pouvoir politique dont vous rêviez tant. Etes-vous conscient que la liberté politique sans émancipation économique est vide de sens?

La crise de l’emploi est également définie selon des critères raciaux en raison du fait que, dans le troisième trimestre de 2010, 29,80% des Noirs étaient officiellement au chômage, contre 22,30% de métis, 8,60% d’Asiatiques et seulement 5,10% de blancs. Environ 12 millions de personnes vivent avec moins de 0,25$ par jour (!!!) , tandis que 16 millions de Sud-africains reçoivent des allocations sociales sur une population totale du pays de 50.59 millions.

En termes de répartition raciale du revenu par habitant, le niveau de revenu des Noirs et des personnes de couleurs (métis, indiens, chinois) en 2008 n’était que de 13% et 22% du revenu par habitant des Blancs, comparativement à 10,9% et 19,3% en 1993. L’écart de revenu pour les Indiens a diminué, le revenu par habitant indien en 2008 étant à 60% de celui des Blancs contre 42% en 1993.

=> Il faut savoir que sous l’Apartheid, les Blancs avaient établi une société de caste en Afrique du Sud, comme en Inde où il étaient aussi aux affaires. Elle se composait comme suit: les Blancs étaient au sommet de la pyramide des êtres humains, suivi des chinois qui étaient les plus blancs après eux, venaient ensuite des Indiens qui étaient moins noirs que les noirs, et enfin venait les Noirs à la fin de la pyramide. Mais comble des combles, il y avait des individus en dessous de ces noirs: Les Noirs non Sud-africains, les noirs des autres colonies Britanniques – Zimbabwe, Namibie, Nigeria, Ghana, etc – qui avaient été emmenés de force en Afrique du Sud pour construire le chemin de fer et toutes les infrastructures du pays.

Et avec ça, il y a certaines personnes qui vous diront que la colonisation et autres ségrégations raciales qui ont eu lieu dans l’Histoire étaient des accidents de parcours ??? Ce n’était pas des accidents, c’était des systèmes de pensée bien planifiés et bien étudiés. Ils avaient des gens qui travaillaient afin de perfectionner le système et le rendre optimal. Les Blancs ne nous ont pas fait du mal par accident, c’était un acte conscient et bien pensé (…).

En tout cas, terminons la lecture de cette lettre, désolé je sais que c’est très long, mais je suis sûr que vous sortirez d’ici plus instruits que la grande majorité de nos frères. Il faut souffrir pour s’instruire n’est-ce pas ? Ça fait près de 6h de temps que je suis en train de traduire et d’écrire ce texte en même temps, alors imaginez à quel point j’ai souffert; je souffre en ce moment pour sortir ce texte central pour notre culture Kamite].

En 1995, la médiane des dépenses par habitant parmi les Noirs était de R333 par mois par rapport à celui des Blancs qui était à R3443 par mois (1000 fois plus !!!). En 2008, les dépenses médianes par habitant pour les Africains étaient de R454 par mois par rapport R5668 par mois pour les Blancs.

Source: [Leibbrandt, M. et al. (2010), « Tendances de la Distribution des revenus et pauvreté en Afrique du Sud depuis la chute de l’Apartheid ».

L’économie n’a pas réussi à créer des emplois au rythme nécessaire pour réduire le chômage extrêmement élevé, et le système éducatif n’a pas réussi à faire en sorte que les dépenses publiques égalisé sur la scolarisation se traduise par une amélioration de l’éducation des enfants noirs pauvres.


-Reflexion finale de la lettre ouverte

Monsieur Nelson Mandela, la démocratie n’a pas apporté ce qui était promis, vous en tant qu’ancien président de l’ANC et du pays êtes le premier responsable de cette diversion. M. l’Ancien président qu’avez vous fait des Noirs ? Si ce n’est de poser la dernière brique de notre trahison suprême en vendant notre lutte afin de réaliser votre rêve de victoire politique. Votre rêve qui est devenu le pire cauchemar des Noirs dans notre pays.

Vous nous avez vendus en tant que nation noire pour un « Prix Nobel de la Paix » et c’est la raison pour laquelle il y a ce manque patant de prestation de services et ce manque de prestation de service tout court => en droit, ça s’appelle « Faux, usage de faux et tromperie ».

Notre Constitution tant saluée comme la meilleure du monde, vu qu’elle fut l’une des dernières écrites sur la planète (1990) ne favorise que les Blancs alors qu’elle opprime les Noirs. Merci pour rien M. Nelson Mandela. Merci d’avoir transformé les négociations de Kempton Park en une solution à huis-clos pour sauver le capital Blanc et le pouvoir de quelques-uns, et qui a conduit à une telle démocratie dans laquelle la souffrance de la majorité noire devrait se poursuivre.

J’ai un problème avec les gens qui donne un « statut messianique à Madiba » comme un Jésus noir quand nous savons tous que vous avez profondément trahi la nation noire.

Quand j’ai commencé cette lettre, je vous ai parlé de ma grand-mère qui est décédée avant d’avoir pu voter pour vous. Eh bien, je suis content qu’elle n’aie jamais voté pour vous, comme elle aurait voté pour un traître. Ce que vous avez fait est d’avoir continué le travail que le gouvernement de l’Apartheid avait commencé en laissant et creusant les trous de la pauvreté et de l’oppression profonde.

Avant de quitter cette terre, je voudrais que vous preniez vos responsabilités et présentiez des excuses pour vos actes et ce que vous avez fait aux noirs. Vous avez vendu notre terre aux impérialistes, si vous ne parvenez pas à vous excuser avant de mourir, cela signifie simplement que vous êtes un complice pour eux.

Lorsqu’enfin vous finirez par mourir, je vous souhaite de rencontrer des gens comme le Dr Verwoerd Hendrink et P. W. Botha et surtout, je vous souhaite d’avoir du bon temps avec eux et de rire de la façon dont les Noirs continuent de souffrir. Je n’ai que haine pour ce que vous nous avez fait.

Lettre écrite depuis un des trous de l’Enfer sombre et profond dans lequel vous avez laissé vos semblables Noirs.

Cordialement,

Un Sud-africain noir

Lettre ouverte parue dans un Journal Sud Africain.



-Mandela a devie' tous les points capitaux de la charte de liberte' qu'il avait signe'. recherchez la charte de la liberte' de l'Anvc et vous comprendrez:
Malcom X avait dit: "« Si vous ne faites pas attention, les médias vous feront aimer les oppresseurs et détester les opprimés »


-L'Afrique n'a pas encore de fils et de filles

Je pourrais aussi dire que c'est aberrant de se faire une opinion sans chercher à connaitre la vraie histoire seulement pcq on a lu ça quelque part.

Mais la réalité est beaucoup plus complexe que ça. Oui il aurait pu resté radical et attendre que la situation change par magie pendant qu'il mourrait dans sa prison.  Oui il aurait pu faire comme Mugabe renier les accords et appauvrir son peuple. Oui il aurait pu faire comme Kadhaffi ou Sadam résister aux puissants jusqu'au jour ou il serait fait liquidé comme un chien. Oui il aurait pu devenir comme Castro etc ... Mais la politique est une histoire très complexe ... ou il faut avoir de la hauteur il faut savoir calculer de manière stratégique les victoires qu'on peut gagner qui peuvent se gagner d'abord partiellement au lieu de tout risquer ...

Moi je fais parti de ces gens qui applaudissent cet homme qui a utilisé les moyens pacifiques (marche, boycott) et aussi les moyens violents (bombes, terrorisme) et a su négocier un passage de pouvoir en douce déjouant les plans du puissant pouvoir raciste qui chercher à les piéger pour les écraser.

Le jeune Nfumu Ntoto devrait faire même le 1/20 ieme de ce que Mandela a fait pour avoir la credibilité de le juger. Il devrait passer ne fusse que 1 an en prison pour comprendre ce que veut dire 27 ans de prison.
Il devrait braver la police de Kabila par des marches et manifestations pour comprendre ce que Mandela a fait
Il devrait faire séjourner même 2 jours dans le maquis d'une guérilla pour comprendre ce que Mandela a fait dans sa guérilla
Il devrait prendre le pouvoir et accepter de céder son poste sans chercher un deuxième mandat alors qu'il en avait le droit pour comprendre le leadership de Mandela  

Mais notre Chef de la terre (Nfumu Toto) est loin de ça et il restera loin de ça  Wink

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 17/12/2013, 8:52 pm

Mandela c'était aussi ça

« Souvenez-vous de l’horreur d’où nous venons, avait-il demandé aux Sud-africains. N’oubliez jamais la grandeur de cette nation qui a surmonté ses divisions. Ne tombons jamais dans ces divisions destructrices».

Savoir Mandela en vie rassurait les migrants. D’autant que les menaces sont régulières. « Après la mort de Mandela, vous, les kwerekwere (« sales étrangers »), on va vous chasser d’ici », entendent-ils régulièrement.

Ce matin encore, un Sud-africain m’a dit qu’ils allaient commencer à nous chasser après l’enterrement de Mandela.

http://www.direct.cd/2013/12/15/apres-la-mort-de-mandela-les-congolais-de-yeoville-pleurent-un-protecteur.html

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 17/12/2013, 9:12 pm

Admin a écrit:
regarder et bien voir a écrit:C'est aberrant de constater que les noirs eux-memes sont auteur de leur Malheur et de leur assujestissement, quand ils sont les premiers a` accepter et louer tout ce qui est promu par l'homme blanc. Meffiez vous de tout noir applaudi par les blancs. Nelson Mandela comme tant de noirs qui atteignent le sommet ont avalise' la politique des interets et des concilaiabules avec les blancs. Et en cela la vraie liberte' des noirs et des africains n'a pas encore ete' atteinte en Afrique du Sud et surtout en Afrique entiere. Vu sa position avec son pays, l'Afrique du Sud après l'apartheid devrait etre un oasis pour les opposants et les africains nationaux, ca ne l'a pas ete' parce que mandela a signe' de ne pas toucher aux interest blancs et de ne pas toucher aux affaires geostrategiques des blancs en Afrique surtout sub-saherienne. Alors je ne vois pas en quoi certains noirs naivement appellent Mandela heros parce que les blancs appelent Mandela heros. Tant qu'on aura tous ces noirs qui se referent a` l'homme blanc pour appecier une chose ou pas, l'Afrique ne sera jamais libre.

Merci a` Mfumu Ntoto parce que cet un homme lucide et realiste, il voit des choses a` une autre dimension. Il a donne' aussi ses details sur la deception de Mandela aux peuples sud-africains et africains en general:





-Lettre ouverte d'un sud-africain a` Nelson Mandela:

Cher ancien président Nelson Mandela,

J’avais seulement 5 ans quand vous avez été libéré de prison. Je viens d’un milieu pauvre, comme tous les enfants noirs d’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid et j’ai été élevé par ma grand-mère. En 1994, l’Afrique du Sud a eu ses premières élections démocratiques, je me souviens que tout le monde, y compris ma grand-mère, était ravi à l’idée de pouvoir voter pour vous et pour le gouvernement de l’ANC. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant d’avoir pu voter en début d’Avril en 1994.

J’ai cru comprendre que vous aviez des rencontres secrètes entre 1985-1990 avec P. W. Botha (ancien président de 84-89) pour avoir un règlement négocié. Ceci nous a été révélé plus tard par le président de l’ANC, Oliver Reginald Tambo, se référant à vos réunions avec le régime colonial-apartheid dans les années 1980, années cruciales. Il avait déclaré: « Les prisonniers ne peuvent pas négocier leur liberté ». Tambo semblait perturbé sur le fait que des hautS cadres du parti, y compris vous, auraient pu avoir compromis l’organisation.

En 1990, avant que vous ne sortiez de prison vous aviez assuré vos partisans que la nationalisation des mines, des banques et des minéraux étaient vos objectifs premiers. Cette croyance avait formé la doctrine de base de l’ANC et avait même été inscrite dans un document connu sous le nom « Freedom Charter » (La Charte de la Liberté).

« La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, seront rendus au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple ». Disait « La Charte ».

Or il est apparu plus tard que vous et d’autres dirigeants de l’ANC vous étiez affairés à réinterpréter avec créativité l’un des engagements les plus forts contenus dans cette Charte, à savoir « une nationalisation des industries qui conforterait le monopole des capitaines d’industries blancs ».

LA NATURE DE LA TRAHISON

Lorsque vous négociez avec le Nationaliste De Klerk (ancien président 1984-89) avec l’intention d’obtenir un compromis qui garantit le maintien du pouvoir Blanc en Afrique du Sud et surtout le maintien des profits tirés des masses noires exploitées, et qui laisse le pouvoir entre les mains des capitalistes blancs dans un avenir prévisible. Comme il le disait fermement: « Je n’ai pas l’intention de négocier quoi que soit qui me fera quitter le pouvoir ». Bien au contraire, les négociations ont eu pour but d’empêcher la victoire des masses noires. De Klerk avait tendu un piège pour les noirs et nous avons été pris dans ce piège grâce à vous, M. Nelson Mandela. Vous le saviez bien que toute « négociation » faite avec le Diable DOIT, par défaut, nous conduire en Enfer! A vrai dire, vous vous êtes fait rouler dans la farine par les nationalistes et nous avec.

Echec du transfert du pouvoir lors des négociations

Les négociations ont porté sur deux aspects: l’un politique, l’autre économique. Quand vous négociez avec les Nationalistes, et à partir du moment où vous avez choisi de séparer le pouvoir politique et économique, là était votre plus grande erreur et c’est de là que la trahison du peuple Noir est partie. Le transfert de propriété des richesses et des terres est au cœur d’un transfert de pouvoir. Raison pour laquelle il a été CLAIREMENT stipulé dans la Charte de la Liberté. Mais vous, M. Nelson Mandela, avez choisi de l’ignorer.

Lors de vos négociations toute intelligentsia sud-africaine avait l’oeil rivé sur les tractations d’ordre politiques et négligeait l’aspect économique. Vous craigniez le fait que si les négociations politiques échouaient, il y aurait des manifestations de masse. Les gens n’étaient pas intéressés par les négociations économiques et lorsque les négociateurs économiques rendaient des comptes au peuple, les gens pensaient que c’était trop technique, du coup personne ne s’y intéressait par manque d’éducation. Mais vous, M. l’ancien président, vous étiez plus instruit que le peuple. Vous auriez dû le savoir que ces deux aspects du pouvoir étaient intimement liés. C’est là que nous avons raté à jamais l’occasion d’obtenir notre liberté totale et vous l’avez vendue aux Nationalistes.

=> Ici, Nationalistes, réfère au fait que le parti Blanc au pouvoir (Afrikaner National Party) ne voulait pas un éclatement de l’Afrique du Sud, même bien qu’ils pratiquaient ouvertement une ségrégation raciale. Comme quoi, on voit qu’un parti politique peut s’appeler « Nationaliste », mais en fait il ne vise qu’a la destruction de la Nation qu’il prétend pourtant défendre.

Poursuivons la lecture de la lettre…

Echec des négociations économique et nationalisation de la Banque Centrale Nationale de l’Afrique du Sud.

M. l’Ancien Président, votre mandat obtenu par le peuple était de vous assurer que les valeurs de la Charte soient mises en œuvre, y compris la nationalisation des actifs du pays. Mais au lieu de nationaliser les mines vous vous réunissiez régulièrement avec Harry Oppenheimer, ancien président de la géante compagnie minière anglo-américaine et De Beers, la 1ère compagnie Sud-africaine productrice de Diamant au monde, or ces deux compagnies étaient les symboles économiques même du régime de l’Apartheid.

Peu de temps après l’élection de 1994, vous avez même présenté le programme économique de l’ANC à Oppenheimer pour approbation et fait plusieurs révisions clés pour répondre à ses préoccupations, ainsi qu’à celles des autres grands industriels du pays. Honte à vous pour la vente de minéraux et des terres aux Impérialistes. Les résultats de ces réunions étaient que vous pourriez garder le pouvoir politique, mais l’or et les diamants de l’Afrique du Sud resteraient dans les mains des personnes qui la contrôlaient auparavant. Avez-vous oublié ce que la Charte de la Liberté disait ?

Je vous le rappelle : « La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, sera rendu au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple. »

Un des aspects les plus révélateurs de la transition économique a été la propriété de la Banque Centrale d’Afrique du Sud. Sans aucun doute l’institution la plus puissante du pays. Son sort nous a été expliqué par un homme d’affaire de Durban, Vishnu Padayachee, a qui vous aviez demandé de rédiger un document pour votre équipe de négociation sur les avantages et les inconvénients d’avoir une Banque Centrale autonome, gérée en totale autonomie par votre gouvernement.

Padayachee ne pouvait pas croire ce qu’il entendait : « Quelle question ?!!! Mais bien sûr que nous devons prendre contrôle de cette Banque ». Lui et son équipe ont rédigé et présenté le document avec des recommandations claires de ne pas autoriser la Banque Centrale à rester une institution autonome (!). Mais plus tard, il a révélé, que votre équipe de négociation: « N’avait pas le choix de faire une concession sur cette revendication pourtant centrale ».

M. Nelson Mandela, à l’époque, la Banque Centrale était une propriété privée appartenant aux Blancs et aujourd’hui elle compte quelque 650 actionnaires qui sont à 99% Blancs. Pourquoi avez-vous laissé cette Banque Centrale aux mains des mêmes Blancs impérialistes qui profitaient de l’Apartheid dans notre pays ?

Au cours des négociations que vous avez accepté et qui non seulement stipulait que la Banque Centrale devait être gérée comme une entité autonome au sein de l’Etat sud-africain, avec son indépendance inscrite dans la constitution Sud Africaine, mais en plus, elle serait dirigée par le même homme qui la dirigeait sous l’Apartheid: Chris Stals. Une autre figure de proue de l’Apartheid, le Ministre des Finances Derek Keyes, a également conservé son poste dans la nouvelle administration. M. Nelson Mandela comment avez-vous permis aux mêmes personnes qui nous ont opprimés d’être en charge de la Banque Centrale du pays ?

Padayachee a déploré qu’avec la perte de la Banque Centrale, « tout serait perdu en termes de transformations économiques ». C’est bien vrai: Tout a été perdu lorsque vous avez vendu la Banque Centrale, réserve de notre pays !!! L’un des engagements de la Charte était aussi la redistribution des terres, ce qui est devenu impossible à réaliser à cause d’une autre clause que vous avez inscrite dans la Constitution et qui protège la propriété privée.

Echec du mythe de la Nation arc-en-ciel !

Vous avez prêché ce mythe de la Nation arc-en-ciel au monde entier, or il n’existe pas; seulement dans votre tête. Réconciliation n’a signifié rien d’autre que « les Noirs doivent pardonner aux Blancs ce qu’ils leur ont fait pendant plus de 300 ans de dépossession, d’humiliation et de souffrance ». Je ressens une douleur indescriptible à chaque fois qu’un Sud-africain Blanc – à la boutique, dans un bar, à la Radio ou sur des forums en ligne – dit que : « Nous devons oublier le passé et nous tourner vers l’avenir. » C’est comme nous dire à nous, Noirs, que nous devons « oublier notre douleur et nos souffrances ». Et surtout venant de gens qui ont bénéficié de ce système raciste et ségrégationniste! Nous avons subi des injures et des abus racistes et nos agresseurs sont aujourd’hui parmi nous. Et vous voulez que tout aille bien ?!!

Vous et Desmond Tutu, un autre chantre de ce foutu mythe de la nation arc-en-ciel, avez passé sous silence notre douleur et notre peine – au grand soulagement des Blancs. Ces mêmes Blancs qui ne parviennent pas à reconnaître leur tort : notre douleur et notre souffrance – et surtout leur rôle en tant que principaux bénéficiaires de ce système. Vous étiez trop préoccupé à ne ne pas semer le trouble dans la mesure où les Blancs auraient été les principales victimes de représailles. C’est l’unique raison pour laquelle vous faites l’objet d’un véritable culte de la personnalité dans la communauté blanche, plutôt que dans la communauté noire, votre propre communauté.

Résultat des courses, les Blancs de ce pays croient que vous êtes la seule personne noire honorable tandis que le reste des Noirs, nous autres, sommes des corrompus, des criminels, des violeurs, des ivrognes et des bouffons incultes.

=>Eh oui !!! Voilà comment les Sud-africains ont été…, sans préservatifs et sans vaseline, par ces gens et surtout, par la faute de quelqu’un qu’on prenait comme l’un des nôtres.

L’article 94 de la Constitution Sud-Africaine qui garantit un « environnement LIBRE et JUSTE » pour tous les sud-Africains est encore un de vos mythes de la Nation arc-en-ciel: Les Noirs ne sont pas libres (sauf si vous décrivez la liberté comme étant la capacité d’être en mesure de voter et le fait de ne pas avoir à transporter un carte d’identité 24h/24 comme au temps de l’Apartheid). Nous ne sommes pas libres et il existe très peu de justice en Afrique du Sud! Tout cela, grâce à vous. Monsieur Nelson Mandela.

L’ETAT ACTUEL DE L’AFRIQUE DU SUD

Etes-vous conscient que les Noirs restent sans terres, sous-alimentés, sans abris, sous-employés et mal représentés dans les postes de cadres supérieurs? L’état de santé et d’éducation pour les noirs reste tel qu’il était, si ce n’est pire que durant l’Apartheid.

Vestiges de l’Apartheid et des structures économiques coloniales, la propriété et le contrôle restent intactes malgré l’acquisition du pouvoir politique dont vous rêviez tant. Etes-vous conscient que la liberté politique sans émancipation économique est vide de sens?

La crise de l’emploi est également définie selon des critères raciaux en raison du fait que, dans le troisième trimestre de 2010, 29,80% des Noirs étaient officiellement au chômage, contre 22,30% de métis, 8,60% d’Asiatiques et seulement 5,10% de blancs. Environ 12 millions de personnes vivent avec moins de 0,25$ par jour (!!!) , tandis que 16 millions de Sud-africains reçoivent des allocations sociales sur une population totale du pays de 50.59 millions.

En termes de répartition raciale du revenu par habitant, le niveau de revenu des Noirs et des personnes de couleurs (métis, indiens, chinois) en 2008 n’était que de 13% et 22% du revenu par habitant des Blancs, comparativement à 10,9% et 19,3% en 1993. L’écart de revenu pour les Indiens a diminué, le revenu par habitant indien en 2008 étant à 60% de celui des Blancs contre 42% en 1993.

=> Il faut savoir que sous l’Apartheid, les Blancs avaient établi une société de caste en Afrique du Sud, comme en Inde où il étaient aussi aux affaires. Elle se composait comme suit: les Blancs étaient au sommet de la pyramide des êtres humains, suivi des chinois qui étaient les plus blancs après eux, venaient ensuite des Indiens qui étaient moins noirs que les noirs, et enfin venait les Noirs à la fin de la pyramide. Mais comble des combles, il y avait des individus en dessous de ces noirs: Les Noirs non Sud-africains, les noirs des autres colonies Britanniques – Zimbabwe, Namibie, Nigeria, Ghana, etc – qui avaient été emmenés de force en Afrique du Sud pour construire le chemin de fer et toutes les infrastructures du pays.

Et avec ça, il y a certaines personnes qui vous diront que la colonisation et autres ségrégations raciales qui ont eu lieu dans l’Histoire étaient des accidents de parcours ??? Ce n’était pas des accidents, c’était des systèmes de pensée bien planifiés et bien étudiés. Ils avaient des gens qui travaillaient afin de perfectionner le système et le rendre optimal. Les Blancs ne nous ont pas fait du mal par accident, c’était un acte conscient et bien pensé (…).

En tout cas, terminons la lecture de cette lettre, désolé je sais que c’est très long, mais je suis sûr que vous sortirez d’ici plus instruits que la grande majorité de nos frères. Il faut souffrir pour s’instruire n’est-ce pas ? Ça fait près de 6h de temps que je suis en train de traduire et d’écrire ce texte en même temps, alors imaginez à quel point j’ai souffert; je souffre en ce moment pour sortir ce texte central pour notre culture Kamite].

En 1995, la médiane des dépenses par habitant parmi les Noirs était de R333 par mois par rapport à celui des Blancs qui était à R3443 par mois (1000 fois plus !!!). En 2008, les dépenses médianes par habitant pour les Africains étaient de R454 par mois par rapport R5668 par mois pour les Blancs.

Source: [Leibbrandt, M. et al. (2010), « Tendances de la Distribution des revenus et pauvreté en Afrique du Sud depuis la chute de l’Apartheid ».

L’économie n’a pas réussi à créer des emplois au rythme nécessaire pour réduire le chômage extrêmement élevé, et le système éducatif n’a pas réussi à faire en sorte que les dépenses publiques égalisé sur la scolarisation se traduise par une amélioration de l’éducation des enfants noirs pauvres.


-Reflexion finale de la lettre ouverte

Monsieur Nelson Mandela, la démocratie n’a pas apporté ce qui était promis, vous en tant qu’ancien président de l’ANC et du pays êtes le premier responsable de cette diversion. M. l’Ancien président qu’avez vous fait des Noirs ? Si ce n’est de poser la dernière brique de notre trahison suprême en vendant notre lutte afin de réaliser votre rêve de victoire politique. Votre rêve qui est devenu le pire cauchemar des Noirs dans notre pays.

Vous nous avez vendus en tant que nation noire pour un « Prix Nobel de la Paix » et c’est la raison pour laquelle il y a ce manque patant de prestation de services et ce manque de prestation de service tout court => en droit, ça s’appelle « Faux, usage de faux et tromperie ».

Notre Constitution tant saluée comme la meilleure du monde, vu qu’elle fut l’une des dernières écrites sur la planète (1990) ne favorise que les Blancs alors qu’elle opprime les Noirs. Merci pour rien M. Nelson Mandela. Merci d’avoir transformé les négociations de Kempton Park en une solution à huis-clos pour sauver le capital Blanc et le pouvoir de quelques-uns, et qui a conduit à une telle démocratie dans laquelle la souffrance de la majorité noire devrait se poursuivre.

J’ai un problème avec les gens qui donne un « statut messianique à Madiba » comme un Jésus noir quand nous savons tous que vous avez profondément trahi la nation noire.

Quand j’ai commencé cette lettre, je vous ai parlé de ma grand-mère qui est décédée avant d’avoir pu voter pour vous. Eh bien, je suis content qu’elle n’aie jamais voté pour vous, comme elle aurait voté pour un traître. Ce que vous avez fait est d’avoir continué le travail que le gouvernement de l’Apartheid avait commencé en laissant et creusant les trous de la pauvreté et de l’oppression profonde.

Avant de quitter cette terre, je voudrais que vous preniez vos responsabilités et présentiez des excuses pour vos actes et ce que vous avez fait aux noirs. Vous avez vendu notre terre aux impérialistes, si vous ne parvenez pas à vous excuser avant de mourir, cela signifie simplement que vous êtes un complice pour eux.

Lorsqu’enfin vous finirez par mourir, je vous souhaite de rencontrer des gens comme le Dr Verwoerd Hendrink et P. W. Botha et surtout, je vous souhaite d’avoir du bon temps avec eux et de rire de la façon dont les Noirs continuent de souffrir. Je n’ai que haine pour ce que vous nous avez fait.

Lettre écrite depuis un des trous de l’Enfer sombre et profond dans lequel vous avez laissé vos semblables Noirs.

Cordialement,

Un Sud-africain noir

Lettre ouverte parue dans un Journal Sud Africain.



-Mandela a devie' tous les points capitaux de la charte de liberte' qu'il avait signe'. recherchez la charte de la liberte' de l'Anvc et vous comprendrez:
Malcom X avait dit: "« Si vous ne faites pas attention, les médias vous feront aimer les oppresseurs et détester les opprimés »


-L'Afrique n'a pas encore de fils et de filles

Je pourrais aussi dire que c'est aberrant de se faire une opinion sans chercher à connaitre la vraie histoire seulement pcq on a lu ça quelque part.

Mais la réalité est beaucoup plus complexe que ça. Oui il aurait pu resté radical et attendre que la situation change par magie pendant qu'il mourrait dans sa prison.  Oui il aurait pu faire comme Mugabe renier les accords et appauvrir son peuple. Oui il aurait pu faire comme Kadhaffi ou Sadam résister aux puissants jusqu'au jour ou il serait fait liquidé comme un chien. Oui il aurait pu devenir comme Castro etc ... Mais la politique est une histoire très complexe ... ou il faut avoir de la hauteur il faut savoir calculer de manière stratégique les victoires qu'on peut gagner qui peuvent se gagner d'abord partiellement au lieu de tout risquer ...

Moi je fais parti de ces gens qui applaudissent cet homme qui a utilisé les moyens pacifiques (marche, boycott) et aussi les moyens violents (bombes, terrorisme) et a su négocier un passage de pouvoir en douce déjouant les plans du puissant pouvoir raciste qui chercher à les piéger pour les écraser.

Le jeune Nfumu Ntoto devrait faire même le 1/20 ieme de ce que Mandela a fait pour avoir la credibilité de le juger. Il devrait passer ne fusse que 1 an en prison pour comprendre ce que veut dire 27 ans de prison.
Il devrait braver la police de Kabila par des marches et manifestations pour comprendre ce que Mandela a fait
Il devrait faire séjourner même 2 jours dans le maquis d'une guérilla pour comprendre ce que Mandela a fait dans sa guérilla
Il devrait prendre le pouvoir et accepter de céder son poste sans chercher un deuxième mandat alors qu'il en avait le droit pour comprendre le leadership de Mandela  

Mais notre Chef de la terre (Nfumu Toto) est loin de ça et il restera loin de ça  Wink

Ca m'etonnerais de voir certains congolais defendre Mandela plus que meme les noirs sud-africains comme ce sud-africain qui realisent qu'ils ont ete' trahi naivement par ce monsieur de heros. Je crois que les gens ne lisent meme pas avant de repondre, car si on avait lu cette lettre ouverte de ce sud-africain, on devrait nous dire alors en quoi et sur quels points ce sudafricain a menti. C'etait ca qui devait etre la premiere preoccupation si on veut vraiment croire qu'on ne parle pas sous des emotions. C'est toutes les personnes lucides qui peuvent confirmer cette realite' qui est verifiable en Afrique du Sud. Esayez de faire les tours en Afrique du Sud et vous comprendrez de quoi ce sud-africain parle t il.

Mfumu Ntoto est de loin tres realiste et intellectuellement dans la politique pour mieux voir plus que la majorite' ici. D'ailleurs comme j'ai dit, c'est parce qu'on a pas suivi cette video. Si certains avaient suivi, ils se rendront compte qu'il a dit qu'il considere Lumumba ou Simon Kimbangu de vrais heros que Mandela. Il n'a pas parle' de lui Mfumu Ntoto. Je prefere encore ce dernier qui dit des verites' en face que Mandela qui a nourri l'hypocrisie des occidentaux. Sachez en passant que ce n'est pas Mandela qui a obtenu la liberation des noirs sud-africains mais plutot tous ces grands militants noirs comme les Steeve Biko que les blancs n'ont pas hesite' de tuer precipitamment. Mandela n'etait qu'un vieux prisonnier dans les dernieres annees 80 qu'on a utilise' comme les africains croient que l'age c'est la sagesse.

Je crois qu'on peut faire un effort de lire ce que les africains lucides parlent de Mandela, au lieu de se maintenir dans sa position entrain de refuser de comprendre le fond comme on veut nous le dire. Bon toutes fois chacun est libre de sa pensee'. Moi je trouve et je me felicite qu'on a quand-meme un petit nombre de noirs qui refusent ce dont le vrai noir Malcom X nous prevenait: faites attention a` l'hypocrisie des occidentaux et surtout faites attention aux noirs qui avalent passivement cette hypocrisie. Chacun a sa facon de voir les choses, mais l'avenir nous donnera raison. Ne nous etonnons pas pourquoi l'Afrique noire reste toujours la queue.

L'Afrique n'a pas encore de fils et de filles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 17/12/2013, 9:15 pm

Un congolais lucide ecrivit ceci bien avant:

En effet, après l'assassinat de Lumumba, le calcul des occidentaux visait la formation d'un bastion blanc d'exploitation des matières premières allant du Katanga jusqu'en Afrique du sud afin de prendre pied sur les richesses du Continent. Ce plan des années 60' était l'oeuvre du cabinet Eisenhower, alors Président des Etats-Unis, de la Couronne de Belgique, du Grandduché de Luxembourg et des pays du BENELUX.


Celui-ci n'a pas connu d'issue à cause de lahaine de l'homme blanc en Afrique du sud raciste. Il leur a été donc difficile de le réaliser en ce moment-là. C'est pourquoi ils avaient préparé le jeune Mobutu pour le besoin de la cause; àsavoir l'exploitation à moindre frais des richesses du Congo : et ils avaient réussi. Mais après 3 décennies, Mobutu, n'étant plus en odeur de sainteté avec ses maîtres de la CIA, et, du fait que la guerre froide, ayant pris fin, les occidentaux ont jeté leur dévolu sur Nelson Mandela commefutur pion de la réalisation de leur plan de former un bastion d'exploitation sur l'axe Lubumbashi - Johannesburg. C'est la raison pour laquelle ils avaient résolu à le faire libérer et le hisser à la magistrature suprême. Après l'avoir porté au pouvoir, ils vont commencer à le médiatiser pour préparer l'opinion nationale - en Afrique du sud à cause des extrémistes blancs, - ainsi que l'opinion internationale pour lui donner une forte personnalité mondiale. Deux choses ont milité à son choix: son âge et sa race.


* Son âge: la CIA et les occidentaux, sachant pertinemment bien que les Africains noirs s'attachent à la tradition d'âge comme étant le symbole de la sagesse, c'était l'homme indiqué, selon eux, de les amadouer. Cela tant au niveau national, en Afrique du sud ainsi que sur le plan international, en Afrique noire tout entière.


* Sa race: étant Noir, la personnalité de Mandela, pensaient-ils, allait susciter la nostalgie de ses frères de couleur qui croiraient à une "victoire" effective de leur lutte de plusieurs décennies.


Ils avaient réussi à manipuler tous les Africains pour célébrer le culte de personnalité de ce dernier, qui en fait, sert les intérêts des occidentaux." (1)


VOUS COMPRENEZ ALORS POURQUOI LES BLANCS CELEBRE ALORS SA MORT? C'EST DE LA MANIPULATION A GRANDE ECHELLE.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 17/12/2013, 9:16 pm

Vous avez raison regarder et bien voir
Nfumu Ntoto a raison
Ce sud-africain a raison
Tous les autres ne comprennent RIEN  Wink 

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 17/12/2013, 9:20 pm

Nelson mandela fut un traitre de la cause congolaise ( et ca m'etonnerait de voir les congolais louer cet homme); la verite' est tres dure et cachee':

http://www.teletshangu.com/Nelson-Mandela-fut-un-traitre-de-la-cause-congolaise-et-africaine-Coup-de-gueule-de-Patrick-Mbeko_a509.html


Un sage africain disait : " lorsque les Blancs glorifient un Noir, ce qu'il est ou a été à leur service". Fin de citation. Mandela fait-il exception à cette règle? Patrick Mbeko ne le pense pas. "S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?" écrit Patrick Mbeko qui souligne également le jeu négatif de Madiba contre la RD Congo.



L'Afrique du Sud a joué un rôle important dans toutes les guerres que connait notre pays, la RD Congo. En 1996, alors que le Rwanda préparait activement l'invasion du Zaïre, l'Afrique du Sud, de son côté, fournissait armes et munitions au régime de Kigali.

C'est d'ailleurs le premier pays à alimenter la machine de guerre du Rwanda après la levée de l’embargo – suite au génocide du printemps 1994 − par l’ONU en 1996. Et quand on demanda à Kader Asmal [président du Comité national sud-africain de contrôle des armes conventionnelles (NCACC) et ministre des Eaux et Forêts] pourquoi son pays armait-il le Rwanda? Réponse implacable: Le président Kagame a le droit de traquer ceux qui ont commis le génocide dans son pays, et d’ajouter sans détour : « Nous sommes arrivés à la conclusion que ces maniaques du génocide en exil au Zaïre constituent la première menace dans la région ». Pourtant, l’Afrique du Sud savait très bien que les revendications de Kigali n’étaient que fallacieuses. Nous avons réussi à nous procurer un document ultra-sensible sur les réelles motivations du Rwanda et de ses alliés occidentaux envers le Zaïre, dès août 1994; donc quelques semaines après la prise de pouvoir du FPR au Rwanda. Ce document que je reproduis en annexe dans mon bouquin à venir prouve si besoin en était encore que les choses sont loin de ce que racontent le régime de Kigali, ses alliés occidentaux et leurs médias de service. Bref.


Autre chose qu’il faut savoir: Pendant les négociations initiées par l’Afrique du Sud entre l'AFDL et le régime de Mobutu pour soi-disant parvenir à un cessez-le-feu, Mandela en coulisse faisait pression sur Kabila pour qu'il redonne aux multinationales sud-africaines, les concessions minières qu’elles exploitaient avant que la rébellion ne les cède à Jean-Raymond Boulle, le grand patron de l'AMFI, celui là même qui a mis à la disposition de l'AFDL, un jet et 50 millions $ pour l’effort de guerre.

Autre fait important: En août 1998, lorsque la guerre a éclaté − le Rwanda et l’Ouganda ayant décidé d’envahir pour une seconde fois la RDC −, l'Afrique du Sud a, encore une fois, ravitaillé les troupes rwando-ougandaises en armes et munitions. Et lorsque la SADC a volé au secours de Laurent Desiré Kabila pour contrer l’invasion des régimes précités, l'Afrique du Sud fut le seul pays à refuser de se joindre à la coalition formée par le Zimbabwe, la Namibie et l'Angola. Mugabe s'apercevant du double- jeu Sud-africain, traitera Mandela d'hypocrite.


Pour trouver une solution au conflit, des pourparlers sont organisés à Lusaka en Zambie. Entre-temps, le diplomate US Howard Wolpe, en toute discrétion, va rédiger ce qui servira de feuille de route à toutes les parties en conflit. C'est au cours d'une réunion secrète tenue au mois de juin 1999 à l'hôtel Livingstone de Pretoria qu’avaient été discutées les dispositions de l'accord de Lusaka. Présidaient cette réunion : Mandela et Thabo Mbeki. Participaient à cette rencontre : Museveni, Kagame et Buyoya. Après discussion, la mouture finale a été transmise à Bill Clinton, Madeleine Albright, Kofi Anan via l'Ambassade américaine à Prétoria. Des copies seront envoyées à Omar Bongo, en tant que doyen des chefs d'état et à Blaise Compaoré, à l'époque, président en exercice de l'OUA. Tous entérineront ce texte ne réalisant pas que l'Afrique du Sud de Mandela a servi de couverture à une opération ficelée en coulisse par les Américains.



Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa
Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa


Tout Congolais digne de ce nom sait aujourd’hui que l’accord global et inclusif issu des accords de Lusaka, a hypothéqué la souveraineté de la RD Congo. Lorsqu’Honore Ngbanda, le président national de l’Apareco, disait que personne parmi les congolais présents au pays de Mandela n’avait participé à l’élaboration de ce texte de malheur, il avait raison.


En clair, l’Afrique du Sud de Mandela a joué et continue de jouer le rôle de gendarme de la politique américaine dans la région. Ce pays ne souhaitait pas que les hostilités au Congo prennent fin. « On ne le dit pas assez, c’est Pretoria qui a financé, en grande partie, la guerre qui a commencé en 1998, soutint Paul Makela, Membre fondateur du parti présidentiel (PPRD) et ancien secrétaire général adjoint de la Commission préparatoire du Dialogue inter-congolais. C’est ce pays qui a fourni une importante logistique au RCD-Goma », le bras armé et politique du Rwanda au Congo.

Les autorités sud africaines ne voulaient pas que le Dialogue intercongolais se termine au détriment des intérêts de leur pays, c’est-à-dire, de leurs multinationales. Selon Mr. Makela, pour Pretoria, il n’était pas question de voir Etienne Tshisekedi accéder à la tête de l’Etat congolais. En revanche, le RCD devait continuer à jouer un rôle important. En 2010, j’ai reçu un petit document dans lequel il est clairement établi que les autorités sud-africaines encourageaient les autorités rwandaises à morceler le Kivu.


Nelson Mandela fut un traitre de la cause congolaise et africaine. Coup de gueule de Patrick Mbeko

Il faut également dire que durant les négociations secrètes qui ont conduit à sa libération, Mandela était en contact permanent avec William Casey, l’ancien patron de la CIA et ami du président Mobutu. D’aucuns se demandent par ailleurs si Mandela, pour être libéré, n’a-t-il pas accepté de ne pas bousculer l’ordre établi par le régime de l’apartheid qu’il avait combattu. A preuve, l’arrivée au pouvoir de l’ANC n’a rien changé dans la vie des noirs sud-africains, bien que quelques noirs se soient retrouvés dans des fonctions importantes au pays. Certains observateurs − dont moi −, croient que le forum pour la réconciliation nationale s’inscrivit dans cette même logique de ne pas s’attaquer ou de poursuivre en justice tous ces criminels blancs qui constituaient l’armature du pouvoir raciste de l’Apartheid.

Autant le dire, c’est une fausse paix qu’on a vendu aux Noirs de ce pays. Puisque « la réconciliation » n’a pas eu les résultats escomptés, disons le pays n’a jamais connu de véritable réconciliation : la RSA a connu des graves violences raciales durant les années 90. A dire vrai, Mandela a trahit le combat des millions des noirs Sud-africains, voire mêmes des Africains qui avaient aidé l’ANC durant son combat contre les tenants du régime de l’Apartheid. On aura beau vanté la bravoure de cet homme qui a réellement combattu l’Apartheid dans le passé, il sied tout de même de rappeler que sa libération est intervenue au moment où le monde venait de connaître des bouleversements majeurs dus à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du mur de Berlin. Le régime raciste sud-africain, bien que soutenu officieusement par les états occidentaux qui faisaient semblant de le critiquer, se devait de changer.

Il est clair à ce stade qu’il fallait un changement dans sa politique pour redorer son blason terni par son passé de régime raciste. Mandela devait sortir de prison; les noirs, majoritaires dans le pays, étaient assurés de remporter les élections libres, mais à pas à n’importe quel prix : Le pouvoir politique aux noirs, lequel pouvoir ne sera dans les faits que symbolique. Puisque le vrai pouvoir, c’est-à-dire, le pouvoir économique, restera aux mains des mêmes racistes blancs. Même au sein du premier gouvernement de l’ANC, il y avait des individus issus du régime de l’apartheid, dans les postes stratégiques; notamment le ministère des finances et la Banque centrale. Il est certain que le président Mandela a accepté de jouer le jeu, on ne peut dire autrement…


Le journaliste sud-africain Allister Sparks résuma la situation comme suit : « Avant de céder le pouvoir, la Parti nationaliste tient à l’émasculer. Il tente de négocier une sorte de troc en vertu duquel il renonce au droit de diriger le pays comme il l’entend en échange de celui d’empêcher les Noirs de le diriger comme ils l’entendent. » Rassool Snyman, militant antiapartheid de longue date décrivit à son tour la situation comme suit : « Ils ne nous ont jamais libérés. La chaîne que nous avions au cou, ils l’ont mise à nos chevilles. »


S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?

Patrick MBEKO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 17/12/2013, 9:47 pm

regarder et bien voir a écrit:Nelson mandela fut un traitre de la cause congolaise ( et ca m'etonnerait de voir les congolais louer cet homme); la verite' est tres dure et cachee':

http://www.teletshangu.com/Nelson-Mandela-fut-un-traitre-de-la-cause-congolaise-et-africaine-Coup-de-gueule-de-Patrick-Mbeko_a509.html


Un sage africain disait : " lorsque les Blancs glorifient un Noir, ce qu'il est ou a été à leur service". Fin de citation. Mandela fait-il exception à cette règle? Patrick Mbeko ne le pense pas. "S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?" écrit Patrick Mbeko qui souligne également le jeu négatif de Madiba contre la RD Congo.



L'Afrique du Sud a joué un rôle important dans toutes les guerres que connait notre pays, la RD Congo. En 1996, alors que le Rwanda préparait activement l'invasion du Zaïre, l'Afrique du Sud, de son côté, fournissait armes et munitions au régime de Kigali.  

C'est d'ailleurs le premier pays à alimenter la machine de guerre du Rwanda après la levée de l’embargo – suite au génocide du printemps 1994 − par l’ONU en 1996. Et quand on demanda à Kader Asmal [président du Comité national sud-africain de contrôle des armes conventionnelles (NCACC) et ministre des Eaux et Forêts] pourquoi son pays armait-il le Rwanda? Réponse implacable: Le président Kagame a le droit de traquer ceux qui ont commis le génocide dans son pays, et d’ajouter sans détour : « Nous sommes arrivés à la conclusion que ces maniaques du génocide en exil au Zaïre constituent la première menace dans la région ».  Pourtant, l’Afrique du Sud savait très bien que les revendications de Kigali n’étaient que fallacieuses. Nous avons réussi à nous procurer un document ultra-sensible sur les réelles motivations du Rwanda et de ses alliés occidentaux envers le Zaïre, dès août 1994; donc quelques semaines après la prise de pouvoir du FPR au Rwanda. Ce document que je reproduis en annexe dans mon bouquin à venir prouve si besoin en était encore que les choses sont loin de ce que racontent le régime de Kigali, ses alliés  occidentaux et leurs médias de service. Bref.


Autre chose qu’il faut savoir: Pendant les négociations initiées par l’Afrique du Sud entre l'AFDL et le régime de Mobutu pour soi-disant parvenir à un cessez-le-feu, Mandela en coulisse faisait pression sur Kabila pour qu'il redonne aux multinationales sud-africaines, les concessions minières qu’elles exploitaient avant que la rébellion ne les cède à Jean-Raymond Boulle, le grand patron de l'AMFI, celui là même qui a mis à la disposition de l'AFDL, un jet et 50 millions $ pour l’effort de guerre.

Autre fait important: En août 1998, lorsque la guerre a éclaté − le Rwanda et l’Ouganda ayant décidé d’envahir pour une seconde fois la RDC −, l'Afrique du Sud a, encore une fois, ravitaillé les troupes rwando-ougandaises en armes et munitions. Et lorsque la SADC a volé au secours de Laurent Desiré Kabila pour contrer l’invasion des régimes précités, l'Afrique du Sud fut le seul pays à refuser de se joindre à la coalition formée par le Zimbabwe, la Namibie et l'Angola. Mugabe s'apercevant du double- jeu Sud-africain, traitera Mandela d'hypocrite.


Pour trouver une solution au conflit, des pourparlers sont organisés à Lusaka en Zambie. Entre-temps, le diplomate US Howard Wolpe, en toute discrétion, va rédiger ce qui servira de feuille de route à toutes les parties en conflit. C'est au cours d'une réunion secrète tenue au mois de juin 1999 à l'hôtel Livingstone de Pretoria qu’avaient été discutées les dispositions de l'accord de Lusaka. Présidaient cette réunion : Mandela et Thabo Mbeki. Participaient à cette rencontre : Museveni, Kagame et Buyoya. Après discussion, la mouture finale a été transmise à Bill Clinton, Madeleine Albright, Kofi Anan via l'Ambassade américaine à Prétoria. Des copies seront envoyées à Omar Bongo, en tant que doyen des chefs d'état et à Blaise Compaoré, à l'époque, président en exercice de l'OUA. Tous entérineront ce texte ne réalisant pas que l'Afrique du Sud de Mandela a servi de couverture à une opération ficelée en coulisse par les Américains.



Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa
Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa


Tout Congolais digne de ce nom sait aujourd’hui que l’accord global et inclusif  issu des accords de Lusaka, a hypothéqué la souveraineté de la RD Congo. Lorsqu’Honore Ngbanda, le président national de l’Apareco,  disait que personne parmi les congolais présents au pays de Mandela n’avait participé à l’élaboration de ce texte de malheur, il avait raison.


En clair, l’Afrique du Sud de Mandela a joué et continue de jouer le rôle de gendarme de la politique américaine dans la région. Ce pays ne souhaitait pas que les hostilités au Congo prennent fin. « On ne le dit pas assez, c’est Pretoria qui a financé, en grande partie, la guerre qui a commencé en 1998, soutint Paul Makela, Membre fondateur du parti présidentiel (PPRD) et ancien secrétaire général adjoint de la Commission préparatoire du Dialogue inter-congolais. C’est ce pays qui a fourni une importante logistique au RCD-Goma », le bras armé et politique du Rwanda au Congo.

Les autorités sud africaines ne voulaient pas que le Dialogue intercongolais se termine au détriment des intérêts de leur pays, c’est-à-dire, de leurs multinationales. Selon Mr. Makela, pour Pretoria, il n’était pas question de voir Etienne Tshisekedi accéder à la tête de l’Etat congolais. En revanche, le RCD devait continuer à jouer un rôle important. En 2010, j’ai reçu un petit document dans lequel il est clairement établi que les autorités sud-africaines encourageaient les autorités rwandaises à morceler le Kivu.


Nelson Mandela fut un traitre de la cause congolaise et africaine. Coup de gueule de Patrick Mbeko

Il faut également dire que durant les négociations secrètes qui ont conduit à sa libération, Mandela était en contact permanent avec William Casey, l’ancien patron de la CIA et ami du président Mobutu. D’aucuns se demandent par ailleurs si Mandela, pour être libéré, n’a-t-il pas accepté de ne pas bousculer l’ordre établi par le régime de l’apartheid qu’il avait combattu. A preuve, l’arrivée au pouvoir de l’ANC n’a rien changé dans la vie des noirs sud-africains, bien que quelques noirs se soient retrouvés dans des fonctions importantes au pays. Certains observateurs − dont moi −, croient que le forum pour la réconciliation nationale s’inscrivit dans cette même logique de ne pas s’attaquer ou de poursuivre en justice tous ces criminels blancs qui constituaient l’armature du pouvoir raciste de l’Apartheid.

Autant le dire, c’est une fausse paix qu’on a vendu aux Noirs de ce pays. Puisque « la réconciliation » n’a pas eu les résultats escomptés, disons le pays n’a jamais connu de véritable réconciliation : la RSA a connu des graves violences raciales durant les années 90.  A dire vrai, Mandela a trahit le combat des millions des noirs Sud-africains, voire mêmes des Africains qui avaient aidé l’ANC durant son combat contre les tenants du régime de l’Apartheid. On aura beau vanté la bravoure de cet homme qui a réellement combattu l’Apartheid dans le passé, il sied tout de même de rappeler que sa libération est intervenue au moment où le monde venait de connaître des bouleversements majeurs dus à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du mur de Berlin. Le régime raciste sud-africain, bien que soutenu officieusement par les états occidentaux qui faisaient semblant de le critiquer, se devait de changer.

Il est clair à ce stade qu’il fallait un changement dans sa politique pour redorer son blason terni par son passé de régime raciste. Mandela devait sortir de prison; les noirs, majoritaires dans le pays, étaient assurés de remporter les élections libres, mais à pas à n’importe quel prix : Le pouvoir politique aux noirs, lequel pouvoir ne sera dans les faits que symbolique. Puisque le vrai pouvoir, c’est-à-dire, le pouvoir économique, restera aux mains des mêmes racistes blancs. Même au sein du premier gouvernement de l’ANC, il y avait des individus issus du régime de l’apartheid, dans les postes stratégiques; notamment le ministère des finances et la Banque centrale. Il est certain que le président Mandela a accepté de jouer le jeu, on ne peut dire autrement…


Le journaliste sud-africain Allister Sparks résuma la situation comme suit : « Avant de céder le pouvoir, la Parti nationaliste tient à l’émasculer. Il tente de négocier une sorte de troc en vertu duquel il renonce au droit de diriger le pays comme il l’entend en échange de celui d’empêcher les Noirs de le diriger comme ils l’entendent. » Rassool Snyman, militant antiapartheid de longue date décrivit à son tour la situation comme suit : « Ils ne nous ont jamais libérés. La chaîne que nous avions au cou, ils l’ont mise à nos chevilles. »


S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?

Patrick MBEKO

 

Frère regarder et bien voir,

Je te dirai ce que j'ai dit à mon jeune frère Patrick au téléphone ...


1. Il n’est pas juste d’imputer personnellement à Mandela toute la politique de l’Afrique du Sud qui est une politique qu’il a trouvée. Et surtout qu'il n’exerçait pas une gouvernance directe mais plutôt presque honorifique

2. Condamné Mandela d’avoir favorisé le renversement de la dictature de Mobutu peut être vu comme une erreur mais il s’agissait tout de même d’une dictature sanguinaire qui avait écrasé le peuple pendant 32 ans et nous subissons encore les conséquences de cette dictature. Et en plus, la majorité des congolais avaient souhaité le départ de Mobutu. Enfin, sur la question : La décision de faire partir  Mobutu est venue des puissances occidentales, l’Afrique du Sud comme l’Angola, l’Ouganda, le Rwanda et d’autres pays de la région ont aidé à cette chute et à comparer à l’Angola par exemple, le rôle de l’Afrique du Sud n’a pas été de la même ampleur.    

3. Le Zaire de Mobutu a longuement contribué à déstabiliser les pays de la région notamment son aide à Savimbi en Angola, l’influence sur Habyarimana au Rwanda, etc … ainsi donc une coalition contre lui était normal. En passant à un certain moment Mobutu aussi s’était trop rapproché de l’Afrique du Sud de l’apartheid qui justement aidait Savimbi contre Dos Santos.    

J’ai aussi dit à Patrick qu’il ne faut pas confondre être contre Mobutu à être contre les congolais, vers la fin de Mobutu c’était plutôt perçu contraire.

Enfin je terminerai par là … Mandela a évité à Mobutu l’humiliation en se fâchant contre Kabila dans le bateau parce qu’il lui manquait du respect    


Il existe plusieurs livres qui expliquent en détail ce triangle de la mort MOBUTU- SAVIMBI - AFRIQUE DU SUD DE L'APARTHEID.

En voici quelques suggestions de lecture


    La vision de la ligne panafricaine du congo – umoja
    La "liberation" de Lubumbashi : 1997
    La renaissance planetaire et la mondialisation du socialisme
    L'Afrique depuis 1935
    Mobutu et l'argent du Zaïre


Le temps me manque pour aller plus en détail mais je te conseillerai frère de faire comme Patrick que tu prends en référence c.a.d  … chercher, se documenter et quand on n’est pas certain il ne faut pas sauter aux conclusions … parler au conditionnel serait plus prudent.
Pour la petite histoire ... Patrick m'a donné raison à la fin de notre échange.  Wink  Tsipora peut en témoigner

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 17/12/2013, 11:15 pm

Admin a écrit:
regarder et bien voir a écrit:Nelson mandela fut un traitre de la cause congolaise ( et ca m'etonnerait de voir les congolais louer cet homme); la verite' est tres dure et cachee':

http://www.teletshangu.com/Nelson-Mandela-fut-un-traitre-de-la-cause-congolaise-et-africaine-Coup-de-gueule-de-Patrick-Mbeko_a509.html


Un sage africain disait : " lorsque les Blancs glorifient un Noir, ce qu'il est ou a été à leur service". Fin de citation. Mandela fait-il exception à cette règle? Patrick Mbeko ne le pense pas. "S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?" écrit Patrick Mbeko qui souligne également le jeu négatif de Madiba contre la RD Congo.



L'Afrique du Sud a joué un rôle important dans toutes les guerres que connait notre pays, la RD Congo. En 1996, alors que le Rwanda préparait activement l'invasion du Zaïre, l'Afrique du Sud, de son côté, fournissait armes et munitions au régime de Kigali.  

C'est d'ailleurs le premier pays à alimenter la machine de guerre du Rwanda après la levée de l’embargo – suite au génocide du printemps 1994 − par l’ONU en 1996. Et quand on demanda à Kader Asmal [président du Comité national sud-africain de contrôle des armes conventionnelles (NCACC) et ministre des Eaux et Forêts] pourquoi son pays armait-il le Rwanda? Réponse implacable: Le président Kagame a le droit de traquer ceux qui ont commis le génocide dans son pays, et d’ajouter sans détour : « Nous sommes arrivés à la conclusion que ces maniaques du génocide en exil au Zaïre constituent la première menace dans la région ».  Pourtant, l’Afrique du Sud savait très bien que les revendications de Kigali n’étaient que fallacieuses. Nous avons réussi à nous procurer un document ultra-sensible sur les réelles motivations du Rwanda et de ses alliés occidentaux envers le Zaïre, dès août 1994; donc quelques semaines après la prise de pouvoir du FPR au Rwanda. Ce document que je reproduis en annexe dans mon bouquin à venir prouve si besoin en était encore que les choses sont loin de ce que racontent le régime de Kigali, ses alliés  occidentaux et leurs médias de service. Bref.


Autre chose qu’il faut savoir: Pendant les négociations initiées par l’Afrique du Sud entre l'AFDL et le régime de Mobutu pour soi-disant parvenir à un cessez-le-feu, Mandela en coulisse faisait pression sur Kabila pour qu'il redonne aux multinationales sud-africaines, les concessions minières qu’elles exploitaient avant que la rébellion ne les cède à Jean-Raymond Boulle, le grand patron de l'AMFI, celui là même qui a mis à la disposition de l'AFDL, un jet et 50 millions $ pour l’effort de guerre.

Autre fait important: En août 1998, lorsque la guerre a éclaté − le Rwanda et l’Ouganda ayant décidé d’envahir pour une seconde fois la RDC −, l'Afrique du Sud a, encore une fois, ravitaillé les troupes rwando-ougandaises en armes et munitions. Et lorsque la SADC a volé au secours de Laurent Desiré Kabila pour contrer l’invasion des régimes précités, l'Afrique du Sud fut le seul pays à refuser de se joindre à la coalition formée par le Zimbabwe, la Namibie et l'Angola. Mugabe s'apercevant du double- jeu Sud-africain, traitera Mandela d'hypocrite.


Pour trouver une solution au conflit, des pourparlers sont organisés à Lusaka en Zambie. Entre-temps, le diplomate US Howard Wolpe, en toute discrétion, va rédiger ce qui servira de feuille de route à toutes les parties en conflit. C'est au cours d'une réunion secrète tenue au mois de juin 1999 à l'hôtel Livingstone de Pretoria qu’avaient été discutées les dispositions de l'accord de Lusaka. Présidaient cette réunion : Mandela et Thabo Mbeki. Participaient à cette rencontre : Museveni, Kagame et Buyoya. Après discussion, la mouture finale a été transmise à Bill Clinton, Madeleine Albright, Kofi Anan via l'Ambassade américaine à Prétoria. Des copies seront envoyées à Omar Bongo, en tant que doyen des chefs d'état et à Blaise Compaoré, à l'époque, président en exercice de l'OUA. Tous entérineront ce texte ne réalisant pas que l'Afrique du Sud de Mandela a servi de couverture à une opération ficelée en coulisse par les Américains.



Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa
Nelson Mandela reçu par le Maréchal Mobutu à Kinshasa


Tout Congolais digne de ce nom sait aujourd’hui que l’accord global et inclusif  issu des accords de Lusaka, a hypothéqué la souveraineté de la RD Congo. Lorsqu’Honore Ngbanda, le président national de l’Apareco,  disait que personne parmi les congolais présents au pays de Mandela n’avait participé à l’élaboration de ce texte de malheur, il avait raison.


En clair, l’Afrique du Sud de Mandela a joué et continue de jouer le rôle de gendarme de la politique américaine dans la région. Ce pays ne souhaitait pas que les hostilités au Congo prennent fin. « On ne le dit pas assez, c’est Pretoria qui a financé, en grande partie, la guerre qui a commencé en 1998, soutint Paul Makela, Membre fondateur du parti présidentiel (PPRD) et ancien secrétaire général adjoint de la Commission préparatoire du Dialogue inter-congolais. C’est ce pays qui a fourni une importante logistique au RCD-Goma », le bras armé et politique du Rwanda au Congo.

Les autorités sud africaines ne voulaient pas que le Dialogue intercongolais se termine au détriment des intérêts de leur pays, c’est-à-dire, de leurs multinationales. Selon Mr. Makela, pour Pretoria, il n’était pas question de voir Etienne Tshisekedi accéder à la tête de l’Etat congolais. En revanche, le RCD devait continuer à jouer un rôle important. En 2010, j’ai reçu un petit document dans lequel il est clairement établi que les autorités sud-africaines encourageaient les autorités rwandaises à morceler le Kivu.


Nelson Mandela fut un traitre de la cause congolaise et africaine. Coup de gueule de Patrick Mbeko

Il faut également dire que durant les négociations secrètes qui ont conduit à sa libération, Mandela était en contact permanent avec William Casey, l’ancien patron de la CIA et ami du président Mobutu. D’aucuns se demandent par ailleurs si Mandela, pour être libéré, n’a-t-il pas accepté de ne pas bousculer l’ordre établi par le régime de l’apartheid qu’il avait combattu. A preuve, l’arrivée au pouvoir de l’ANC n’a rien changé dans la vie des noirs sud-africains, bien que quelques noirs se soient retrouvés dans des fonctions importantes au pays. Certains observateurs − dont moi −, croient que le forum pour la réconciliation nationale s’inscrivit dans cette même logique de ne pas s’attaquer ou de poursuivre en justice tous ces criminels blancs qui constituaient l’armature du pouvoir raciste de l’Apartheid.

Autant le dire, c’est une fausse paix qu’on a vendu aux Noirs de ce pays. Puisque « la réconciliation » n’a pas eu les résultats escomptés, disons le pays n’a jamais connu de véritable réconciliation : la RSA a connu des graves violences raciales durant les années 90.  A dire vrai, Mandela a trahit le combat des millions des noirs Sud-africains, voire mêmes des Africains qui avaient aidé l’ANC durant son combat contre les tenants du régime de l’Apartheid. On aura beau vanté la bravoure de cet homme qui a réellement combattu l’Apartheid dans le passé, il sied tout de même de rappeler que sa libération est intervenue au moment où le monde venait de connaître des bouleversements majeurs dus à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du mur de Berlin. Le régime raciste sud-africain, bien que soutenu officieusement par les états occidentaux qui faisaient semblant de le critiquer, se devait de changer.

Il est clair à ce stade qu’il fallait un changement dans sa politique pour redorer son blason terni par son passé de régime raciste. Mandela devait sortir de prison; les noirs, majoritaires dans le pays, étaient assurés de remporter les élections libres, mais à pas à n’importe quel prix : Le pouvoir politique aux noirs, lequel pouvoir ne sera dans les faits que symbolique. Puisque le vrai pouvoir, c’est-à-dire, le pouvoir économique, restera aux mains des mêmes racistes blancs. Même au sein du premier gouvernement de l’ANC, il y avait des individus issus du régime de l’apartheid, dans les postes stratégiques; notamment le ministère des finances et la Banque centrale. Il est certain que le président Mandela a accepté de jouer le jeu, on ne peut dire autrement…


Le journaliste sud-africain Allister Sparks résuma la situation comme suit : « Avant de céder le pouvoir, la Parti nationaliste tient à l’émasculer. Il tente de négocier une sorte de troc en vertu duquel il renonce au droit de diriger le pays comme il l’entend en échange de celui d’empêcher les Noirs de le diriger comme ils l’entendent. » Rassool Snyman, militant antiapartheid de longue date décrivit à son tour la situation comme suit : « Ils ne nous ont jamais libérés. La chaîne que nous avions au cou, ils l’ont mise à nos chevilles. »


S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?

Patrick MBEKO

 

Frère regarder et bien voir,

Je te dirai ce que j'ai dit à mon jeune frère Patrick au téléphone ...


1. Il n’est pas juste d’imputer personnellement à Mandela toute la politique de l’Afrique du Sud qui est une politique qu’il a trouvée. Et surtout qu'il n’exerçait pas une gouvernance directe mais plutôt presque honorifique

2. Condamné Mandela d’avoir favorisé le renversement de la dictature de Mobutu peut être vu comme une erreur mais il s’agissait tout de même d’une dictature sanguinaire qui avait écrasé le peuple pendant 32 ans et nous subissons encore les conséquences de cette dictature. Et en plus, la majorité des congolais avaient souhaité le départ de Mobutu. Enfin, sur la question : La décision de faire partir  Mobutu est venue des puissances occidentales, l’Afrique du Sud comme l’Angola, l’Ouganda, le Rwanda et d’autres pays de la région ont aidé à cette chute et à comparer à l’Angola par exemple, le rôle de l’Afrique du Sud n’a pas été de la même ampleur.    

3. Le Zaire de Mobutu a longuement contribué à déstabiliser les pays de la région notamment son aide à Savimbi en Angola, l’influence sur Habyarimana au Rwanda, etc … ainsi donc une coalition contre lui était normal. En passant à un certain moment Mobutu aussi s’était trop rapproché de l’Afrique du Sud de l’apartheid qui justement aidait Savimbi contre Dos Santos.    

J’ai aussi dit à Patrick qu’il ne faut pas confondre être contre Mobutu à être contre les congolais, vers la fin de Mobutu c’était plutôt perçu contraire.

Enfin je terminerai par là … Mandela a évité à Mobutu l’humiliation en se fâchant contre Kabila dans le bateau parce qu’il lui manquait du respect    


Il existe plusieurs livres qui expliquent en détail ce triangle de la mort MOBUTU- SAVIMBI - AFRIQUE DU SUD DE L'APARTHEID.

En voici quelques suggestions de lecture


    La vision de la ligne panafricaine du congo – umojaLa "liberation" de Lubumbashi : 1997La renaissance planetaire et la mondialisation du socialismeL'Afrique depuis 1935Mobutu et l'argent du Zaïre


Le temps me manque pour aller plus en détail mais je te conseillerai frère de faire comme Patrick que tu prends en référence c.a.d  … chercher, se documenter et quand on n’est pas certain il ne faut pas sauter aux conclusions … parler au conditionnel serait plus prudent.
Pour la petite histoire ... Patrick m'a donné raison à la fin de notre échange.  Wink  Tsipora peut en témoigner

Admin, je reviendrais lire ta replique tres bientot a` mon retour. Merci

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Cavalier le 18/12/2013, 12:12 am

regarder et bien voir a écrit:C'est aberrant de constater que les noirs eux-memes sont auteur de leur Malheur et de leur assujestissement, quand ils sont les premiers a` accepter et louer tout ce qui est promu par l'homme blanc. Meffiez vous de tout noir applaudi par les blancs. Nelson Mandela comme tant de noirs qui atteignent le sommet ont avalise' la politique des interets et des concilaiabules avec les blancs. Et en cela la vraie liberte' des noirs et des africains n'a pas encore ete' atteinte en Afrique du Sud et surtout en Afrique entiere. Vu sa position avec son pays, l'Afrique du Sud après l'apartheid devrait etre un oasis pour les opposants et les africains nationaux, ca ne l'a pas ete' parce que mandela a signe' de ne pas toucher aux interest blancs et de ne pas toucher aux affaires geostrategiques des blancs en Afrique surtout sub-saherienne. Alors je ne vois pas en quoi certains noirs naivement appellent Mandela heros parce que les blancs appelent Mandela heros. Tant qu'on aura tous ces noirs qui se referent a` l'homme blanc pour appecier une chose ou pas, l'Afrique ne sera jamais libre.

Merci a` Mfumu Ntoto parce que cet un homme lucide et realiste, il voit des choses a` une autre dimension. Il a donne' aussi ses details sur la deception de Mandela aux peuples sud-africains et africains en general:  

regarder et bien voir,

Apres avoir LU ton commentaire ansi que La Lettre -Long - Metrage du Sud-Africain, VOICI MES IMPRESSIONS:

Je trouve que Vs deux etes entrain de Faire un Proces c ontre La Personne de Mandela Madiba  confused 

Je constate que Vs deux vivez dans un monde ideal, c-a-d deconnecte de la Realite du Monde Politique.

Mon Frere, Le Monde Politique est une guerre d'ordre Mental, Psychologique...Sais-tu Pourquoi Les Occidentaux ont de L'Admiration Pour Mandela  Question   Parce que Mandela avait compris leur Jeu...

Voici une des choses, un des Faits que Toi et Le redacteur de cette Lettre n'arrive pas a deceler...

Que Mandela ait signe ou non des accords avec LE POUVOIR IMPERIAL(MPR), ce Pouvoir allait toujours finir par realiser leurs desseins machiaveliques en sud Afrika...C'est La Raison du PLus Fort... Arrow 

Mandela l'avait  compris, sachez le bien que Mandela haissait amerement les Occidentaux, mais en bon Leader et excellent chess player, il s'etait defait de son ego, en s'humiliant pour signer des accords avecx eux dans le but d'eviter Le Genocide  Massif du Peuople Noir  de Sud Afrique...Il avait compris que d'une maniere ou d'une autre La Presence des Occidentaux sur le sol Sud Africain Beneficie aussi & beneficierait a Lon Terme aux Africains.

Tu dis que Mandela est percu comme etant un hero chez les Europeens...WRONG...Ca se voit que tu ne regardes ni ne vois bien cette affaire-CI Arrow ....Le Numero attribue a Mandela etait LE 46664, 666  etant le chiffre de La Bete...Ca ce n'est pas un Chiffre Heroique...Est-ce que MANDELA representait-il La Bete pour Les AFRIKANO  Question NON LA BETE C'EST EUX...MAIS POUR EUX MANDELA ETAIT SYSNONYME DE LA BETE QU'ILS AVAIENT PHYSIQUEMENT PLACE ENTRE LES 4 MURS...

As-tu remarque Le sourire mesquin de tous ces Leaders Occidentaux RECEMMENT EN AFRIQUE DU SUD  Question   QU'EST-CE QUE CA T DIT PERSONNELLEMENT  Question 

Mandela etait Leur ennemi, IL L'A TOUJOURS ETE...La Bete est de nature  Rancuniere, elle n'oublie pas...Mais C'est une Maitresse du deguisement... Suspect  What a Face 

Le Monde Politique est un Monde De GRANDES & GROSSES DECISIONS.  Si tu t'impliquais un jour dans Ce MONDE POLITIQUE tu te verrais oblige de rencontrer Les BIG MEN qui detiennent Le Pouvoir qui gere cette societe globale et rassures toi tes vues & opinions changereaient du coup.  Ce monde civilisationnel est gere comme une GRANDE ENTREPRISE...

Tous ces Grands Leaders Politques, Dirigeants des Pays, Ministres et autres sont des Fonctionnaires de Cette Entreprise Globale...Meme ceux la qui s'opposent aux Occidentaux, tels que Le President Mugabe ils sont tous des Employes de cette Grande Corporation Globale...Donc Na KUZU ils fetent ensemble, celebrent des galas ensembles,  juste pour dire qu'ils sont tous des Potes pour la plupart.


Nalingaki nayebisa Yo Maloba Maye po ososola ete, La Majorite de tous ces Leaders Politiciens du Monde toutes les races confondues, Pro OU Con-Occidentaux Jouent un role bien precis au service de cette GRANDE CORPORATION GLOBALE... Idea 


Soki O Comprerndre eloko oyo oko se permettre lisusu ya ko reflechir de la maniere ou tu t'es t'exprime ici te...Car ozo juger quelqu'un selon ce que tu comprends en dehors...Or Il faut O JUGER YE SELON CE QUI SE PASSE DERRIERE LES RIDEAUX... Idea 

Mandela a apporte sa GRANDE CONTRIBUTION DANS CETTE LUTTE DES NOIRS VIS-A-VIS DU SYSTEME IMMPERIAL, LE SYSTEME OPRESSEUR, C'est un systeme qui s'impose par L'Agression...Dis-moi, que doit faire une gazelle en presence de dix lions  Question 



UNE QUESTION:  QU'ATTENDIEZ-VOUS DE MANDELA  AU JUSTE Question 

Qd a mfumu toto, je crois ADMIN t'as deja bien repondu...

Quand a Moi Je trouve qu'il est devenu expert a la critique pour la critique, croyant que cette abilite fait de lui un Vrai Democrate...ALWAYS SEEKING VALIDATION...Troisieme Voix ango oyo alobelaka yango wana nde  Question 

La RDC a besoin des solutions Pratiques...PRAGMATISME...Mandela a deja montre Le Chemin a Suivre...Na Politique IL N'Y A QUE DES DESICIONS PRATIQUES QUI COMPTENT...MANDELA A DEMONTRE CELA...IL AVAIT COMMENCE SA LUTTE PAR LES ARMES MECHANIQUES OU MATERIELLES, MAIS A FINI AVEC LES ARMES MENTALES ET PSYCHOLOGIQUES...


LA GUERRE EST PSYCHOLOGIQUE D'OU FAUT S'ARMER PSYCHOLOGIQUEMENT...EZA NETI GAME YA TENIS... pirate 


Dernière édition par Cavalier le 18/12/2013, 12:51 am, édité 4 fois

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Libre Examen le 18/12/2013, 12:28 am

Monsieur RBV,

Vous nous instruirez et nous aiderez beaucoup si vous nous dressez un tableau récapitulatif et comparatif énumérant les demandes de ce que chaque parti voulait voir l'Afrique du Sud être. Comme ça nous pourrions voir très clairement tout ce que Nelson Mandela a concédé et tout ce qu'il n'a pas obtenu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  mongo elombe le 18/12/2013, 10:08 am

Nul n'est parfait n'est ce pas? Il a au moins èvitè les machettes et cie, la destruction du pays tala kaka na Centrafrique on détruit. Les sud africains occupent certains postes qu'ils n'auraient jamais occuppès.

On aurait dù détruire Soweto et offrir des logements dècents mais moi je ne m'inquiète pas eux savent se faire entendre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 18/12/2013, 1:59 pm

mongo elombe a écrit:Nul n'est parfait n'est ce pas? Il a au moins èvitè les machettes et cie, la destruction du pays tala kaka na Centrafrique on détruit. Les sud africains occupent certains postes qu'ils n'auraient jamais occuppès.

On aurait dù détruire Soweto et offrir des logements dècents mais moi je ne m'inquiète pas eux savent se faire entendre.
 like 

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  ndonzwau le 18/12/2013, 9:41 pm

J'avoue n'avoir pas (encore) lu le speech de RBV ni regardé la démonstration(?) de Mfumu Ntoto, le seul titre du sujet me suffit (pour le moment) de deviner derrière,  cette spécialité bien Africaine de l'esquive : cette incapacité à nous regarder, à nous remettre en question, cette prétention à tout comprendre surtout lorsqu'on convoque sur la scène du meurtre la nuisance de l'Occident et de s'interdire ainsi toute discussion entre nous, à écouter l'autre...
"Moi j'ai tout compris l'autre non" du moment que je mets en avant la culpabilité du pernicieux Blanc comme si ce n'était pas le Blanc qui vit mieux que le Noir et que ce dernier n'aurait pas s'il  était malin des leçons à en subtiliser pour le bien de sa Maison à moins que nous voulons rester dans la misère... Ainsi va la vie des Nations, des Civilisations avec des apports, des échanges mutuels...


Alors nous n'arrivons même pas à nous poser les questions d'évidence élémentaire !
Nous nous entre-tuons partout, sommes-nous contraints à le faire parce le Blanc nous y pousse ?
De Sekou-Touré à Mugabe, grands dénonciateurs du Blanc, nous voyons bien les malheurs qu'ils ont causés à leurs peuples mais nous nous précipitons à en vouloir à Mandela qui a su éviter les purges de nos dictateurs et la guerre civile sanglante pour son pays ?
Nous parlons de Mandela mais combien connaissent son réel itinéraire de vie, de la non-violence, à la violence nécessaire organisée, à la prison, aux négociations à la sortie et la Nation Arc-en-ciel  post apartheid via notamment la Commission Justice-Vérité-Réconciliation ?
Quel héritage peut-il avoir laissé aux Sudafricains et aux Africains en général et comment peuvent-ils mieux s'en servir ?


Questions élémentaires d’école s’il en est mais nous sommes incapables de nous en enrichir, seules nous occupent les rapides dénonciations sans minutieux inventaire des contextes et des objectifs atteignables, sans regards avisés aux manières de conduire nos pays de nos dirigeants en Afrique !
Voilà une part de notre malédiction africaine : jamais là où nous devons être pour construire notre Continent !!!
Il y’a pas loin derrière notre autre spécialité, celle de nous trouver, inconsciemment souvent, des boucs émissaires faciles !

A l'occasion de cette mort, je me suis hasardé à y réfléchir et en retiens deux constats et une conclusion qui peuvent expliquer nos rendez-vous manqués avec l'histoire des Grandes Nations et des Grands Hommes en ces derniers siècles en Afrique !

D’abord nous Africains aurions comme un différend à appréhender l’humanité avec les qualités humaines, l’héroïsme : nous intégrons difficilement qu’une personne réussisse surtout au plus grand niveau sans lui attribuer des pratiques magiques ! Aussitôt quelqu’un émerge parmi nous vite on le croit lié à des fréquentations surnaturelles !
J’y pense davantage dans le cas de Mandela qui est l’illustration de ce que la discipline, la réflexion, le travail personnel… peuvent produire ! Et comme en Afrique moins qu’ailleurs personne n’y est prophète, ses propres frères africains accourent pour lui dénier tout mérite propre !

Autre chose : je ne sais par quel complexe d’infériorité à rebours les Africains se sont mis en tête que tout dirigeant africain aimé des Occidentaux ne peut être qu’à leur solde, ne peut servir que leurs intérêts contre ceux de son continent…
Mandela célébré de par le monde, adulé par les puissants ne peut-être que leur valet, le traître par excellence à la Nation Africaine ! Pourquoi diable l’Afrique n’aurait pas droit comme ailleurs à engendrer des héros planétaires, nos hommes exceptionnels qui seraient honorés aussi par les Occidentaux ?
Ce sacré Bon Dieu aurait-il créé les Blancs si intelligents et si capables à retrouver leurs intérêts chez nous et les Noirs irrémédiablement impotents à chercher les leurs chez eux ou à côté d'eux ? Quel défaitisme, quelle auto-flagellation ?

Enfin à observer la vie de Mandela et le genre de reproches dont il est question ici, on découvre une autre curieuse caractéristique bien africaine, nous avons difficile à appréhender la nécessité  dans toute société, dans toute vie du compromis (politique), le rôle moteur qu’il joue dans l’avancée des crises inhérentes à tout peuple, de toutes les cultures, toutes les civilisations, des Nations… Les Africains ont souvent tendance à ne l’assimiler qu’à une compromission alors qu’il consiste à opérer des choix entre plusieurs options, plusieurs factions selon les contextes du moment !
Qu’on aime ou pas son choix, le refus d’une division sanglante du pays, l’option d’une Nation réconciliée, Mandela nous a offert l’illustration éclatante de l’expertise, du courage, du réalisme pour un compromis politique ; quoi d’autre d’ailleurs la politique sinon le choix du possible des souhaitables ?


Voyons-nous et voulons-nous nous en sortir de cette malédiction africaine faite de guerres partout, d’une régression continue dans tous les domaines de développement, des dirigeants cupides et qui comme le dit Obama se précipitent à aller rendre hommage à Mandela mais chez eux maltraitent leurs opposants ???
Voyons-nous cette malédiction  africaine où tous nous nous improvisons sur le Net analystes politiques prétendant avoir tout compris du moment que nous accusons le Blanc et Mandela leur valet(?) alors même qu'il a évité à son pays le chaos sanglant de la guerre civile ?
Sommes-nous si nuls pour ne pas voir que bien des autres Mandela(s)  auraient déjà largement sauvé leurs pays ?
Combien de temps allons-nous encore continuer dans cet aveuglement meurtrier ?

Je persiste et signe : en plein d'endroits, en beaucoup de moments et dans maints domaines, les Africains sont davantage coupables de leurs échecs que les Occidentaux, fût-ce déjà de ne pouvoir se donner tous les moyens de leur résister !




Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 19/12/2013, 12:27 am, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 18/12/2013, 11:43 pm

ndonzwau a écrit:J'avoue n'avoir pas (encore) lu le speech de RBV ni regardé la démonstration(?) de Mfumu Ntoto, le seul titre du sujet me suffit (pour le moment) de deviner derrière,  cette spécialité bien Africaine de l'esquive : cette incapacité à nous regarder, à nous remettre en question, cette prétention à tout comprendre surtout lorsqu'on convoque sur la scène du meurtre la nuisance de l'Occident et de s'interdire ainsi toute discussion entre nous, à écouter l'autre...
"Moi j'ai tout compris l'autre non" du moment que je mets en avant la culpabilité du pernicieux Blanc comme si ce n'était pas le Blanc qui vit mieux que le Noir et que ce dernier n'aurait pas s'il  était malin des leçons à en subtiliser pour le bien de sa Maison à moins que nous voulons rester dans la misère... Ainsi va la vie des Nations, des Civilisations avec des apports, des échanges mutuels...


Alors nous n'arrivons même pas à nous poser les questions d'évidence élémentaire !
Nous nous entre-tuons partout, sommes-nous contraints à le faire parce le Blanc nous y pousse ?
De Sekou-Touré à Mugabe, grands dénonciateurs du Blanc, nous voyons bien les malheurs qu'ils ont causés à leurs peuples mais nous nous précipitons à en vouloir à Mandela qui a su éviter les purges de nos dictateurs et la guerre civile sanglante pour son pays ?
Nous parlons de Mandela mais combien connaissent son réel itinéraire de vie, de la non-violence, à la violence nécessaire organisée, à la prison, aux négociations à la sortie et la Nation Arc-en-ciel  post apartheid via notamment la Commission Justice-Vérité-Réconciliation ?
Quel héritage peut-il avoir laissé aux Sudafricains et aux Africains en général et comment peuvent-ils mieux s'en servir ?


Questions élémentaires d’école s’il en est mais nous sommes incapables de nous en enrichir, seules nous occupent les rapides dénonciations sans minutieux inventaire des contextes et des objectifs atteignables, sans regards avisés aux manières de conduire nos pays de nos dirigeants en Afrique !
Voilà une part de notre malédiction africaine : jamais là où nous devons être pour construire notre Continent !!!
Il y’a pas loin derrière notre autre spécialité, celle de nous trouver, inconsciemment souvent, des boucs émissaires faciles !

A l'occasion de cette mort, je me suis hasardé à y réfléchir et en retiens deux constats et une conclusion qui peuvent expliquer nos rendez-vous manqués avec l'histoire des Grandes Nations et des Grands Hommes en ces derniers siècles en Afrique !

D’abord nous Africains aurions comme un différend à appréhender l’humanité avec les qualités humaines, l’héroïsme : nous intégrons difficilement qu’une personne réussisse surtout au plus grand niveau sans lui attribuer des pratiques magiques ! Aussitôt quelqu’un émerge parmi nous vite on le croit lié à des fréquentations surnaturelles !
J’y pense davantage dans le cas de Mandela qui est l’illustration de ce que la discipline, la réflexion, le travail personnel… peuvent produire ! Et comme en Afrique moins qu’ailleurs personne n’y est prophète, ses propres frères africains accourent pour lui dénier tout mérite propre !

Autre chose : je ne sais par quel complexe d’infériorité à rebours les Africains se sont mis en tête que tout dirigeant africain aimé des Occidentaux ne peut être qu’à leur solde, ne peut servir que leurs intérêts contre ceux de son continent…
Mandela célébré de par le monde, adulé par les puissants ne peut-être que leur valet, le traître par excellence à la Nation Africaine ! Pourquoi diable l’Afrique n’aurait pas droit comme ailleurs à engendrer des héros planétaires, nos hommes exceptionnels qui seraient honorés aussi par les Occidentaux ?

Enfin à observer la vie de Mandela et le genre de reproches dont il est question ici, on découvre une autre curieuse caractéristique bien africaine, nous avons difficile à appréhender la nécessité  dans toute société, dans toute vie du compromis (politique), le rôle moteur qu’il joue dans l’avancée des crises inhérentes à tout peuple, de toutes les cultures, toutes les civilisations, des Nations… Les Africains ont souvent tendance à ne l’assimiler qu’à une compromission alors qu’il consiste à opérer des choix entre plusieurs options, plusieurs factions selon les contextes du moment !
Qu’on aime ou pas son choix, le refus d’une division sanglante du pays, l’option d’une Nation réconciliée, Mandela nous a offert l’illustration éclatante de l’expertise, du courage, du réalisme pour un compromis politique ; quoi d’autre d’ailleurs la politique sinon le choix du possible des souhaitables ?


Voyons-nous et voulons-nous nous en sortir de cette malédiction africaine faite de guerres partout, d’une régression continue dans tous les domaines de développement, des dirigeants cupides et qui comme le dit Obama se précipitent à aller rendre hommage à Mandela mais chez eux maltraitent leurs opposants ???
Voyons-nous cette malédiction  africaine où tous nous nous improvisons sur le Net analystes politiques prétendant avoir tout compris du moment que nous accusons le Blanc et Mandela leur valet(?) alors même qu'il a évité à son pays le chaos sanglant de la guerre civile ?
Sommes-nous si nuls pour ne pas voir que bien des autres Mandela(s)  auraient déjà largement sauvé leurs pays ?
Combien de temps allons-nous encore continuer dans cet aveuglement meurtrier ?

Je persiste et signe : en plein d'endroits, beaucoup de moments et dans maints domaines, les Africains sont davantage coupables de leurs échecs que les Occidentaux, fût-ce déjà de ne pouvoir se donner tous les moyens de leur résister !




Compatriotiquement!
 like 

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 19/12/2013, 5:55 am

Mr l'Admin, je m'excuse pour ce retard mais je devais vous lire tous un a` un avant de repondre. Car on vient ici pour des echanges et non comme la plupart des intervenants qui ferment deja les oreilles d'avance refusant de preter ecoute a` toute autre perspective.

Bien-sur tu as bien repondu a` notre monsieur dans le sens que chasser Mobutu du pouvoir ne peut pas etre percu comme un mal en general. Dans ce sens tu as raison. Mais si on veut scinder l'idee' globale de Mr Mbeko, il veut dire que Mandela est aussi quelqu'un des concilliabules comme tout autre dirigeant, sa position n'etait pas tres claire vis a` vis du gouvernement congolais de l'epoque (ou carrement de Mobutu), et qu'en tant que quelqu'un des conciliabules (connaissant beaucoup derriere) ignorait-il vraiment ce qui etait derriere Laurent desire kabila? J'en doute fort. D'ou` Mr Mbeko se dit qu'il ne voit rien de neuf ou de special en l'homme Mandela. Sur ce point je ne crois pas qu'il a du tout tort. Bien que de ton cote' tu souleves le point que chasser Mobutu n'etait pas une si mauvaise action de la part de Mandela.

Mr wilco, apres l'implantation de l'Afdl et de toutes les autres rebellions qui s'en suivirent, nous entendions le nom de l'Afrique du Sud ou de grandes compagnies sud-africaines dans la maffia a` l'Est nourissant certains groupes rebelles ou en un mot causant la destabilisation de l'une de nos regions, pendant que Mandela en pouvoir ou en influence. Alors dans ce cas, en quoi au juste les congolais doivent honorer Mandela comme certains le font ici comme ci la RDC avait recu quelque chose de particulier de sa part? C'est cette manque de personalite' ou de dignite' dont nous decrions de la part des congolais: on fait du tres bon quand ce n'est pas necessaire. Et chercher a` paraitre tres bon quand ce n'est pas necessaire, est un signe de manque de personalite' et de manque de dignite'. Comment voir un congolais appeler Mandela un geant de l'afrique, dans quel sens? Qu'est ce que Mandela a fait de concret, de direct au peuple congolais ou africain? On honore quelqu'un quand cette personne vous defend directement ou prete sa vie pour vous. Mais quelqu'un qui a fait son combat a` sa facon pour son pays, et sorti de prison il a refuse' de s'ingerer dans toutes les oppressions des occidentaux contre l'Afrique sub-saharienne, et avec ca vous lui donnez le nom de geant ou autre? En tout cas moi je suis desole'. Il ne faut pas etre emotionnel mais savoir mettre chaque chose a` sa place et bien prononcer les mots qui conviennent. Bon la` c'etait mon point de vue et je me rejouis tres fort qu'il y ait certains congolais qui ont compris les choses de la meme maniere que moi comme les Mfumu Ntoto et autres.

Regarder et bien voir
Technology-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 19/12/2013, 5:59 am

@ Cavalier

Mon cher, tu es parmi ceux qui nous expliquent clairement et souvent comment ce monde est dirige' dans les tenebres, par des sectes ou loges. Et que sans des soulevements populaires de la part des africains, il n y aura pas de salut pour nous. Mais quand on vient maintenant dire que Mandela n'etait pas une personne a` compter sur lui depuis sa liberation, parce qu'il a joint ce cercle dont tu nous decries souvent, ou` est le mal ou le probleme en cela? Ne vois-tu pas qu'on devait s'appuyer sur ce point, a` moins que tu ne sois pas content sur la forme d'accusation portee' sur lui, et non les accusations en soi?

Bien-sur Cavalier, le monde wana eza na ba realites' n'ango que Mandela ne pouvait pas faire autrement que de s'y mettre dans le jeu. Alors on se souviendra de lui en quoi donc? On doit se souvenir de ceux qui ont ete' tues' en refusant ce jeu ou cette hypocrisie; ce sont ceux qui ont succombe' qu'on doit appeler heros et non Mandela qui est entre' dans la danse des interets comme c'est difficile de refuser (selon tes dires). Pendant que certains ou encore tres peu ont refuse' et ont succombe'. S'il faut honorer, on doit honorer ceux qui ont succombe' pour leur refus de se compromettre (s'il faut suivre la bonne logique); c'est ce que je trouve de plus simple.
Peut-etre nous avons le probleme des mots. Tu es autorise' de l'appeler un modele peut-etre dans le sens que tu appreciais sa facon de faire le jeu politique. Mais on ne doit pas se permettre de l'appeler heros ou geant de l'Afrique; qu'est ce qu'il a apporte' ou fait de concret? Si il a inspire' politiquement certains d'entre vous, appelez-lui donc votre modele, mais l'appeler geant africain, je crois que c'est un mot tres mal place' selon ma perception.

L'Afrique n'a pas encore de fils et de filles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 19/12/2013, 6:08 am

Ma reponse generale

Les congolais, nous devons quitter et abandonner beaucoup de mauvaises habitudes. Nous devons se comporter comme des adultes car ca fait deja honteux pour un pays a` problemes comme la RDC de decreter 72 heures de ferie' pendant que d'autres pays africains mieux economiquement que nous, ne se sont pas permis cette bonte' eronnee' lors de la nouvelle de la mort de Mandela. Rien que par ca, ca montre comment nous les congolais nous sommes tres sentimentaux dans nos actions et arguments, nous sommes un peu tres elogieux et ca` c'est une habitude a` abandonner.

Je vois que beaucoup d'intervenants collent a` Mandela plus que ce que la realite' pouvait lui donner ou lui coller. Essayer de lire bien les choses ou carrement demander aux sud-africains eux-memes, ils trancheront de la meme facon que moi, parce que jusque la` personne a contredit les realites ennoncees' de notre sud-africain de la lettre ouverte.

Sachez que :

-Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment

-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.

-La lutte armee' etait la methode decidee' par tous les noirs et toute l'Anc quand ils avaient compris que sans une lutte armee' en parallele avec une lutte diplomatique, rien ne sera obtenu. Donc la lutte armee' n'etait pas une fabrication de l'homme Mandela s'il vous plait, mais une decision de l'ensemble des leaders noirs.

-A`un moment Mandela est arrete', il restait le seul parmi les grands qui avaient succombe'. C'est ainsi que Mandela a commence' a` se presenter comme une figure a` part dans la scene.

-Donc juque la` Mandela n'avait rien fait de lui meme, il a contribue' avec les autres. Donc sur ce point la situation critique en Afrique du Sud n'est pas ainsi a` cause de Mandela, mais a` cause de l'accumulation de tous les evenements depuis jusqu'a` ce jour.

-C'est pourquoi j'ai dit que beaucoup collent a` Mandela certains eloges qui ne sont pas vraies.

-Mandela est en prison, dehors les noirs se rendent comptent que le pays doit leur revenir, il y a toujours des activistes en ebulition, des troubles par ci par la`, le monde en parle.
C'est ainsi que les blancs realiserent qu'a` un momemnt ca va barder (ils le savaient bien) et "si les noirs foutent tout en l'air c'est nous les blancs qui allons perdre. Alors il faudra composer avec les noirs comme ca ils pourront obtenir ce qu'ils veulent et nous maintenir ce que nous voulons." D'ou` comme l'homme Mandela s'etait deja fait une figure a` cette heure la` et avec l'age qui veut dire sagesse chez les africains, c'etait lui que les blancs avaient choisi pour faire des arrangements. Les blancs n'ont fait que la fuite en avant. Il ne faut jamais se dire que sans Mandela les noirs n'allaient pas recuperer leur pays. Ils allaient bien le recuperer tres bientot parce que les noirs etaient deja pres a` tout finir pour recuperer le pays. Les blancs en etant toujours malins se sont precipites' a` chercher des negotiations et des arrangements. Meffiez vous des actions des imperialistes comme on dit.

-Et inutile de vous repeter la suite, il y a eu des arrangements entre Mandela et les blancs. Je vous renvois a` lire la lettre ouverte ci-haut, elle detaille plus que moi sur ces arrangements qu'il y a eus entre Mandela et les blancs.

-L'un des arrangements qui me concernent est que mandela avait accepte' de ne pas s'ingerer dans les affaires geostrategiques des occidentaux en Afrique sub-saharienne.

Bon dites-mois maintenant en quoi Mandela doit etre considere' heros en afrique sub-saharienne? Lui qui a refuse' d'employer son pays pour influencer la liberation des peuples noirs contre les imperialistes a` cause du contrat signe', en quoi sera t il heros africain? Mes chers soyons commes des realistes et ne soyons pas pleins d'emotion. Il faut appeler chaque chose par son nom. Je pourrais accepter que vous disiez que vous appreciez le jeu politique de Mandela et vous le prennez comme votre modele en politique, c'est votre droit. Mais dire que c'est un geant ou heros, ces petites lignes rapides de l'histoire dont je vous ai faites part, vous les refuseront a` moins que vous me contrariez. Mais si vous dites que c'est faux ces lignes, ce serait injuste de votre part parce que les sud africains et meme la lettre ci haut ou meme Mfumu Toto affirment cela.

Pour finir heros veut dire celui qui s'eleve et defend quelqu'un pour lui remettre sa liberte' et ses droits, et souvent est tue' pour ca. Mandela ne l'a pas fait pour les africains a` sa sortie de prison, et en quoi il est heros africain? Essayez quand meme de peser des fois certains synonimes avant de les prononcer. Il peut etre heros pour les sudafricains mais pas pour les noirs africains ou encore moins pour les congolais car on ne l'a pas vu se battre pour nous a` faire tomber son sang pour les congolais, selon ma definition du mot heros. Mais meme pour les sud-africains je commence a` douter quand je decouvre certaines revelations comme dans cette lettre ouverte. Bon la` c'est ma perception des choses après une longue observation.

Regarder et bien vor
Technology polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Admin le 19/12/2013, 1:05 pm

Rgebv,

Je vous écris à la hâte car je dois prendre un vol pour Nairobi dans qlq heures mais en vous lisant je vois que vous n'avez pas la bonne information.
Juste pour vous donner une meilleure idée Mandela est devenu président en 1994 et dès 1996 soit 2 ans après, la gestion quotidienne du pays était entre les mains de Tabo Mbeki, Mandela quitte le pouvoir en 1999.

Associer de facto ce que vous appelez mafia sud-africaine dans l'est à Mandela c'est soit de la mauvaise foi soit une mauvaise lecture, je préfère pencher pour la 2ie hypothèse  

Vous avez aussi je crois un problème avec certains termes ou mot en français à connotation très péjorative et vous semblez ne pas vous en rendre compte ainsi donc vous considérez le fait d'honorer un Mandela serait un manque de personnalité et de dignité parce que Mandela aurait contribué à la chute de Mobutu.

Mais voyez vous...  même si je considère que Mobutu était un des pire dictateur en Afrique, je n'irai jamais jusqu'à vous traiter de manquer de personnalité ou de dignité ... manquer de personnalité signifie ko zala bilanda landa et le pire ... manquer de dignité en français ça veut dire manquer de respect de soi-même (o sila soni) en lingala et pourtant les autres comme moi avons pris le soin de vous expliquer en détail les raisons de nos positions avec nos propres réflexions ... j'aurais pu faire comme vous, reprendre des explications lues sur un site ... mais en vous donnant des explications basées sur un raisonnement avec des faits vérifiables et non des racontars, je peux vous dire que ça démontre que ce sont ni des bilanda landa ni des BATU Ba sila soin.

La réalité mon frère Mandela n'est pas le responsable des malheurs des congolais ... les responsables sont nos nombreux dirigeants surtout celui qui a régné en père fondateur le maréchal Mobutu, les responsables sont la CIA, les puissances occidentales qui ont le pouvoir tels des dieux qui décident qui doit être ou ne pas être président, ceux qui comme Bill Richardson sont venus dire à Mobutu de partir sinon son corps serait trainé dans les rues ... pendant que Mandela négociait une transition  en douceur entre LDK et Mobutu, les responsables c'est aussi les armées du Rwanda, Ouganda et de l'Angola qui ont copieusement écrasé les FAZ, les responsables c'est aussi la population congolaise dans sa majorité qui accueilli LDK en libérateur, les responsables c'est aussi LDK, Joseph Kabila, JP Bemba, Onosumba, Lumbala, Lubanga, avec leurs sponsors et commanditaires Kagamé, Mugabe, Dos Santos, Museveni qui ont mené des guerres qui ont couté la mort de plus de 8 millions de nos frères. La liste est longue ... vous pourrez même ajouté Tabu Lay membre du RCD le parti de Laurent Nkunda que nous avons tous salué la mémoire sans qu'on soit traité de manquer de dignité

Sur ce ... Joyeux temps des fêtes ... je reviendrai vous relire dans qlq jours si possible sinon ... à une autre discussion

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  ndonzwau le 19/12/2013, 4:53 pm

regarder et bien voir a écrit:Ma reponse generale

Les congolais, nous devons quitter et abandonner beaucoup de mauvaises habitudes. Nous devons se comporter comme des adultes car ca fait deja honteux pour un pays a` problemes comme la RDC de decreter 72 heures de ferie' pendant que d'autres pays africains mieux economiquement que nous, ne se sont pas permis cette bonte' eronnee' lors de la nouvelle de la mort de Mandela. Rien que par ca, ca montre comment nous les congolais nous sommes tres sentimentaux dans nos actions et arguments, nous sommes un peu tres elogieux et ca` c'est une habitude a` abandonner.

Je vois que beaucoup d'intervenants collent a` Mandela plus que ce que la realite' pouvait lui donner ou lui coller. Essayer de lire bien les choses ou carrement demander aux sud-africains eux-memes, ils trancheront de la meme facon que moi, parce que jusque la` personne a contredit les realites ennoncees' de notre sud-africain de la lettre ouverte.

Sachez que :

-Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment

-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.

-La lutte armee' etait la methode decidee' par tous les noirs et toute l'Anc quand ils avaient compris que sans une lutte armee' en parallele avec une lutte diplomatique, rien ne sera obtenu. Donc la lutte armee' n'etait pas une fabrication de l'homme Mandela s'il vous plait, mais une decision de l'ensemble des leaders noirs.

-A`un moment Mandela est arrete', il restait le seul parmi les grands qui avaient succombe'. C'est ainsi que Mandela a commence' a` se presenter comme une figure a` part dans la scene.

-Donc juque la` Mandela n'avait rien fait de lui meme, il a contribue' avec les autres. Donc sur ce point la situation critique en Afrique du Sud n'est pas ainsi a` cause de Mandela, mais a` cause de l'accumulation de tous les evenements depuis jusqu'a` ce jour.

-C'est pourquoi j'ai dit que beaucoup collent a` Mandela certains eloges qui ne sont pas vraies.

-Mandela est en prison, dehors les noirs se rendent comptent que le pays doit leur revenir, il y a toujours des activistes en ebulition, des troubles par ci par la`, le monde en parle.
C'est ainsi que les blancs realiserent qu'a` un momemnt ca va barder (ils le savaient bien) et "si les noirs foutent tout en l'air c'est nous les blancs qui allons perdre. Alors il faudra composer avec les noirs comme ca ils pourront obtenir ce qu'ils veulent et nous maintenir ce que nous voulons." D'ou` comme l'homme Mandela s'etait deja fait une figure a` cette heure la` et avec l'age qui veut dire sagesse chez les africains, c'etait lui que les blancs avaient choisi pour faire des arrangements. Les blancs n'ont fait que la fuite en avant. Il ne faut jamais se dire que sans Mandela les noirs n'allaient pas recuperer leur pays. Ils allaient bien le recuperer tres bientot parce que les noirs etaient deja pres a` tout finir pour recuperer le pays. Les blancs en etant toujours malins se sont precipites' a` chercher des negotiations et des arrangements. Meffiez vous des actions des imperialistes comme on dit.

-Et inutile de vous repeter la suite, il y a eu des arrangements entre Mandela et les blancs. Je vous renvois a` lire la lettre ouverte ci-haut, elle detaille plus que moi sur ces arrangements qu'il y a eus entre Mandela et les blancs.

-L'un des arrangements qui me concernent est que mandela avait accepte' de ne pas s'ingerer dans les affaires geostrategiques des occidentaux en Afrique sub-saharienne.

Bon dites-mois maintenant en quoi Mandela doit etre considere' heros en afrique sub-saharienne? Lui qui a refuse' d'employer son pays pour influencer la liberation des peuples noirs contre les imperialistes a` cause du contrat signe', en quoi sera t il heros africain? Mes chers soyons commes des realistes et ne soyons pas pleins d'emotion. Il faut appeler chaque chose par son nom. Je pourrais accepter que vous disiez que vous appreciez le jeu politique de Mandela et vous le prennez comme votre modele en politique, c'est votre droit. Mais dire que c'est un geant ou heros, ces petites lignes rapides de l'histoire dont je vous ai faites part, vous les refuseront a` moins que vous me contrariez. Mais si vous dites que c'est faux ces lignes, ce serait injuste de votre part parce que les sud africains et meme la lettre ci haut ou meme Mfumu Toto affirment cela.

Pour finir heros veut dire celui qui s'eleve et defend quelqu'un pour lui remettre sa liberte' et ses droits, et souvent est tue' pour ca. Mandela ne l'a pas fait pour les africains a` sa sortie de prison, et en quoi il est heros africain? Essayez quand meme de peser des fois certains synonimes avant de les prononcer. Il peut etre heros pour les sudafricains mais pas pour les noirs africains ou encore moins pour  les congolais car on ne l'a pas vu se battre pour nous a` faire tomber son sang pour les congolais, selon ma definition du mot heros. Mais meme pour les sud-africains je commence a` douter quand je decouvre certaines revelations comme dans cette lettre ouverte. Bon la` c'est ma perception des choses après une longue observation.

Regarder et bien vor
Technology polytechnique

Cher RBV,

En parcourant seulement vos lignes ci-dessus, qui connait bien la vie de Mandela voit de suite que vous en brodez un récit imaginaire sorti des rumeurs et des papiers ridiculement à charge !
Je vous conseillerais alors humblement, svp, svp, svp, de mieux vous renseigner : bien des biographies dont celle de sa main, bien des témoignages dont ceux de ses compagnons de prison, bien des analyses dont certaines des opposants internes et externes sont sur le marché, faites l'effort de les consulter et vous serez plus crédible à le dénoncer et non à partir des contre-vérités !


Je vous rappelle que Mandela est né en 1918 et emprisonné définitivement en 1964 après Rivonia, càd à 46 ans, 46 ans dont une partie il a agi et combattu l'apartheid pour s'en imposer comme l'un des grands leaders reconnu jusqu'à subir la prison, 46 ans où  l'Afrique du Sud noire et blanche a vécu des bouleversements et des malheurs répercutés à travers le monde...
Pendant ses 27 années d'emprisonnement la lutte a continué dehors mais aussi dans la prison notamment à Robben Island, devenue "l'Université Mandela" et d'où il refusa plus d'une fois la libération aux conditions de ses bourreaux...
Les négociations avec le pouvoir afrikaner commencées dans les dernières années de son emprisonnement (transféré à Pollsmor) qui piétinaient continuèrent à sa sortie en 1990 et furent âpres au point d'être suspendues plus d'une fois pendant ces 4 ans !

Pendant ce temps, le fondateur de "Umkhonto we Sizwe", la branche armée de l'ANC, ne s'embarrassa point d'anathèmes des puissances (capitalistes) occidentales pour aller remercier ses "amis de combat", leurs ennemis comme Castro, Kaddhafi... Vous aurez honte de vos propos si vous lisez l'éloge que fit le "lider maximo" à La Havane lors de sa visite en 1990 ou 91 ( son frère était encore là l'autre jour à Soweto) !
Entre-temps la "Charte de la Liberté" de l'ANC (dont nous parle notre virtuel jeune Sudafricain, pauvre innocent ignorant et intoxiqué qui a le bonheur ou le malheur de n'avoir jamais vécu sous le joug d'un de ses dictateurs sanguinaires de l'Afrique subsaharienne...) est devenue caduque par la force des évènements : d'inspiration communiste (on connait le lien dogmatique et pratique que noua l'ANC avec le Parti Communiste Sudafricain) avec le projet d'une économie administrée par l'Etat, elle souffrait de l'échec et l'effondrement du système communiste... L'ANC avait donc fini par adopter le système libéral, jusqu'à la caricature, me direz-vous : certains de ces virulents anti-capitalistes d'hier sont devenus aujourd'hui des millionnaires comme Ramaphosa ou d'autres autour de Zuma !
Personne ne nous dira jamais ce que la RSA aurait perdu si l'ANC avait persisté dans l'erreur de nationaliser les entreprises; regardez la Corée du Nord, Cuba et même le Venezuela...


Quant à la part de Mandela au Congo : en êtes-vous encore à vous illusionner que les plans anglo-américains de faire main-basse sur la Région des Grands Lacs et particulièrement sur le Zaïre/Congo attendaient le seul oui de Mandela pour être finalisés ?
Comme dans son pays, Mandela avait une idée de règlements de crises en Afrique fondée sur la concertation et le compromis plutôt que la confrontation, plutôt qu'en rajouter en plus de guerre et fondée sur la pleine responsabilité de ses dirigeants, êtes-vous sûr que les protagonistes dans la Guerre au Congo ont compris et suivi son message ? Naïf ou inadapté,c'était le sien, qu'il a apliqué dans son pays et lui a évité une confrontation sanglante dont on ne sait comment la Rsa en aurait survécu; notre virtuel jeune sudaf n'en aurait peut-être pas la force d'en parler aujourd'hui ! Sa religion, Mandela l'a assumé jusqu'à sa mort avec ses succès et ses ratés...
Souvenez-vous encore comment déjà en dehors des affaires, il tenta de sauver du sida son pays en proie à une dérive obscurantiste !
Et toujours cette fuite en avant avec les boucs-émissaires, quelle idée de rendre plus responsable Mandela même Président d'un Grand pays de la Région que ne sont coupables les dirigeants directs de ces pays ?

Encore une fois consultez les vraies sources, les documents sont là même si les évènements significatifs se sont déroulés en dehors de Mandela, déjà en dehors de l'administration directe bien avant son départ en 1999 (lui-même n'a pas manqué de dénoncer certains actes et positions de ces successeurs) ! Il était ainsi absent de toutes les tractations Congolaises qui ont eu lieu dans son pays !
Ecoutez et lisez par exemple les témoignages d'un Ngbanda qui l'a personnellement croisé et qui n'est pas toujours tendre avec lui et vous aurez tout le loisir de faire la part des choses !


Enfin je sais que vous êtes un militant et un théoricien de l'exclusif plus qu'un observateur du réel, cher RBV, et quoi que je dise votre religion est déjà faite sourde à ces rappels... Qu'à cela ne tienne, svp, svp, svp, faites un effort d'aller aux vraies sources, vous aurez au moins des bases objectives pour parler d'un Mandela réel, fabriqué ni par ses laudateurs ni par ses dénonciateurs; vous pourrez alors répandre votre thèse avec force en lieu d'une lettre virtuelle et exaltée d'un jeune sudaf !!!l



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 19/12/2013, 7:41 pm

ndonzwau a écrit:
regarder et bien voir a écrit:Ma reponse generale

Les congolais, nous devons quitter et abandonner beaucoup de mauvaises habitudes. Nous devons se comporter comme des adultes car ca fait deja honteux pour un pays a` problemes comme la RDC de decreter 72 heures de ferie' pendant que d'autres pays africains mieux economiquement que nous, ne se sont pas permis cette bonte' eronnee' lors de la nouvelle de la mort de Mandela. Rien que par ca, ca montre comment nous les congolais nous sommes tres sentimentaux dans nos actions et arguments, nous sommes un peu tres elogieux et ca` c'est une habitude a` abandonner.

Je vois que beaucoup d'intervenants collent a` Mandela plus que ce que la realite' pouvait lui donner ou lui coller. Essayer de lire bien les choses ou carrement demander aux sud-africains eux-memes, ils trancheront de la meme facon que moi, parce que jusque la` personne a contredit les realites ennoncees' de notre sud-africain de la lettre ouverte.

Sachez que :

-Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment

-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.

-La lutte armee' etait la methode decidee' par tous les noirs et toute l'Anc quand ils avaient compris que sans une lutte armee' en parallele avec une lutte diplomatique, rien ne sera obtenu. Donc la lutte armee' n'etait pas une fabrication de l'homme Mandela s'il vous plait, mais une decision de l'ensemble des leaders noirs.

-A`un moment Mandela est arrete', il restait le seul parmi les grands qui avaient succombe'. C'est ainsi que Mandela a commence' a` se presenter comme une figure a` part dans la scene.

-Donc juque la` Mandela n'avait rien fait de lui meme, il a contribue' avec les autres. Donc sur ce point la situation critique en Afrique du Sud n'est pas ainsi a` cause de Mandela, mais a` cause de l'accumulation de tous les evenements depuis jusqu'a` ce jour.

-C'est pourquoi j'ai dit que beaucoup collent a` Mandela certains eloges qui ne sont pas vraies.

-Mandela est en prison, dehors les noirs se rendent comptent que le pays doit leur revenir, il y a toujours des activistes en ebulition, des troubles par ci par la`, le monde en parle.
C'est ainsi que les blancs realiserent qu'a` un momemnt ca va barder (ils le savaient bien) et "si les noirs foutent tout en l'air c'est nous les blancs qui allons perdre. Alors il faudra composer avec les noirs comme ca ils pourront obtenir ce qu'ils veulent et nous maintenir ce que nous voulons." D'ou` comme l'homme Mandela s'etait deja fait une figure a` cette heure la` et avec l'age qui veut dire sagesse chez les africains, c'etait lui que les blancs avaient choisi pour faire des arrangements. Les blancs n'ont fait que la fuite en avant. Il ne faut jamais se dire que sans Mandela les noirs n'allaient pas recuperer leur pays. Ils allaient bien le recuperer tres bientot parce que les noirs etaient deja pres a` tout finir pour recuperer le pays. Les blancs en etant toujours malins se sont precipites' a` chercher des negotiations et des arrangements. Meffiez vous des actions des imperialistes comme on dit.

-Et inutile de vous repeter la suite, il y a eu des arrangements entre Mandela et les blancs. Je vous renvois a` lire la lettre ouverte ci-haut, elle detaille plus que moi sur ces arrangements qu'il y a eus entre Mandela et les blancs.

-L'un des arrangements qui me concernent est que mandela avait accepte' de ne pas s'ingerer dans les affaires geostrategiques des occidentaux en Afrique sub-saharienne.

Bon dites-mois maintenant en quoi Mandela doit etre considere' heros en afrique sub-saharienne? Lui qui a refuse' d'employer son pays pour influencer la liberation des peuples noirs contre les imperialistes a` cause du contrat signe', en quoi sera t il heros africain? Mes chers soyons commes des realistes et ne soyons pas pleins d'emotion. Il faut appeler chaque chose par son nom. Je pourrais accepter que vous disiez que vous appreciez le jeu politique de Mandela et vous le prennez comme votre modele en politique, c'est votre droit. Mais dire que c'est un geant ou heros, ces petites lignes rapides de l'histoire dont je vous ai faites part, vous les refuseront a` moins que vous me contrariez. Mais si vous dites que c'est faux ces lignes, ce serait injuste de votre part parce que les sud africains et meme la lettre ci haut ou meme Mfumu Toto affirment cela.

Pour finir heros veut dire celui qui s'eleve et defend quelqu'un pour lui remettre sa liberte' et ses droits, et souvent est tue' pour ca. Mandela ne l'a pas fait pour les africains a` sa sortie de prison, et en quoi il est heros africain? Essayez quand meme de peser des fois certains synonimes avant de les prononcer. Il peut etre heros pour les sudafricains mais pas pour les noirs africains ou encore moins pour  les congolais car on ne l'a pas vu se battre pour nous a` faire tomber son sang pour les congolais, selon ma definition du mot heros. Mais meme pour les sud-africains je commence a` douter quand je decouvre certaines revelations comme dans cette lettre ouverte. Bon la` c'est ma perception des choses après une longue observation.

Regarder et bien vor
Technology polytechnique

Cher RBV,

En parcourant seulement vos lignes ci-dessus, qui connait bien la vie de Mandela voit de suite que vous en brodez un récit imaginaire sorti des rumeurs et des papiers ridiculement à charge !
Je vous conseillerais alors humblement, svp, svp, svp, de mieux vous renseigner : bien des biographies dont celle de sa main, bien des témoignages dont ceux de ses compagnons de prison, bien des analyses dont certaines des opposants internes et externes sont sur le marché, faites l'effort de les consulter et vous serez plus crédible à le dénoncer et non à partir des contre-vérités !


Je vous rappelle que Mandela est né en 1918 et emprisonné définitivement en 1964 après Rivonia, càd à 54 ans, 54 ans dont une partie il a agi et combattu l'apartheid pour s'en imposer comme l'un des grands leaders reconnu jusqu'à subir la prison, 54 ans où  l'Afrique du Sud noire et blanche a vécu des bouleversements et des malheurs répercutés à travers le monde...
Pendant ses 27 années d'emprisonnement la lutte a continué dehors mais aussi dans la prison notamment à Robben Island, devenue "l'Université Mandela" et d'où il refusa plus d'une fois la libération aux conditions de ses bourreaux...
Les négociations avec le pouvoir afrikaner commencées dans les dernières années de son emprisonnement (transféré à Pollsmor) qui piétinaient continuèrent à sa sortie en 1990 et furent âpres au point d'être suspendues plus d'une fois pendant ces 4 ans !

Pendant ce temps, le fondateur de "Umkhonto we Sizwe", la branche armée de l'ANC, ne s'embarrassa point d'anathèmes des puissances (capitalistes) occidentales pour aller remercier ses "amis de combat", leurs ennemis comme Castro, Kaddhafi... Vous aurez honte de vos propos si vous lisez l'éloge que fit le "lider maximo" à La Havane lors de sa visite en 1990 ou 91 ( son frère était encore là l'autre jour à Soweto) !
Entre-temps la "Charte de la Liberté" de l'ANC (dont nous parle notre virtuel jeune Sudafricain, pauvre innocent ignorant et intoxiqué qui a le bonheur ou le malheur de n'avoir jamais vécu sous le joug d'un de ses dictateurs sanguinaires de l'Afrique subsaharienne...) est devenue caduque par la force des évènements : d'inspiration communiste (on connait le lien dogmatique et pratique que noua l'ANC avec le Parti Communiste Sudafricain) avec le projet d'une économie administrée par l'Etat, elle souffrait de l'échec et l'effondrement du système communiste... L'ANC avait donc fini par adopter le système libéral, jusqu'à la caricature, me direz-vous : certains de ces virulents anti-capitalistes d'hier sont devenus aujourd'hui des millionnaires comme Ramaphosa ou d'autres autour de Zuma !
Personne ne nous dira jamais ce que la RSA aurait perdu si l'ANC avait persisté dans l'erreur de nationaliser les entreprises; regardez la Corée du Nord, Cuba et même le Venezuela...


Quant à la part de Mandela au Congo : en êtes-vous encore à vous illusionner que les plans anglo-américains de faire main-basse sur la Région des Grands Lacs et particulièrement sur le Zaïre/Congo attendaient le seul oui de Mandela pour être finalisés ?
Comme dans son pays, Mandela avait une idée de règlements de crises en Afrique fondée sur la concertation et le compromis plutôt que la confrontation, plutôt qu'en rajouter en plus de guerre et fondée sur la pleine responsabilité de ses dirigeants, êtes-vous sûr que les protagonistes dans la Guerre au Congo ont compris et suivi son message ? Naïf ou inadapté,c'était le sien, qu'il a apliqué dans son pays et lui a évité une confrontation sanglante dont on ne sait comment la Rsa en aurait survécu; notre virtuel jeune sudaf n'en aurait peut-être pas la force d'en parler aujourd'hui ! Sa religion, Mandela l'a assumé jusqu'à sa mort avec ses succès et ses ratés...
Souvenez-vous encore comment déjà en dehors des affaires, il tenta de sauver du sida son pays en proie à une dérive obscurantiste !
Et toujours cette fuite en avant avec les boucs-émissaires, quelle idée de rendre plus responsable Mandela même Président d'un Grand pays de la Région que ne sont coupables les dirigeants directs de ces pays ?

Encore une fois consultez les vraies sources, les documents sont là même si les évènements significatifs se sont déroulés en dehors de Mandela, déjà en dehors de l'administration directe bien avant son départ en 1999 (lui-même n'a pas manqué de dénoncer certains actes et positions de ces successeurs) ! Il était ainsi absent de toutes les tractations Congolaises qui ont eu lieu dans son pays !
Ecoutez et lisez par exemple les témoignages d'un Ngbanda qui l'a personnellement croisé et qui n'est pas toujours tendre avec lui et vous aurez tout le loisir de faire la part des choses !


Enfin je sais que vous êtes un militant et un théoricien de l'exclusif plus qu'un observateur du réel, cher RBV, et quoi que je dise votre religion est déjà faite sourde à ces rappels... Qu'à cela ne tienne, svp, svp, svp, faites un effort d'aller aux vraies sources, vous aurez au moins des bases objectives pour parler d'un Mandela réel, fabriqué ni par ses laudateurs ni par ses dénonciateurs; vous pourrez alors répandre votre thèse avec force en lieu d'une lettre virtuelle et exaltée d'un jeune sudaf !!!l



Compatriotiquement!

Mr Ndonzuawu,

Je sais que tu excelles bien avec ton style d'ecrire et l'emmagasinage des vocabulaires francais que tu peux utiliser autant que tu veux. Mais les points et le message envoyes' sont les plus importants. Et ma seule tache c'est de capter ton message et de le comparer au mien, le casser ou l'approuver.

Tu t'es precipite' de me dire que je dois me renseigner d'avantage sur Mandela. Mais je te dirais que dans tout ce que tu viens de dire, tu n'as pas contredit ma courte histoire sur Mandela. Rien de ce que tu as dit revele de l'heroisme de ce monsieur seul: il a contribue' avec d'autres. Je doute tres fort de votre sincerite' si tu dois bouder ce petit recit que j'ai fait sur Mandela, car je ne l'ai pas fonde' de moi-meme, les sud-africains peuvent en temoigner. Ce qui se pase en toi est que tout simplement de part ta position, tu as beaucoup d'estime a` tors ou a` raison pour Mandela, tu lui accordes des evenements qu'il n'etait pas le seul a` operer. Renseigne toi tres bien sur des points cruciaux des evenements sud-africains, tu verras tres bien que Mandela s'est fait le nom en dernieres minutes, il y avaient des noirs plus militants que lui, je t'assure.

Au fait, le probleme entre moi et vous, et que vous vous embrouillez et a` force d'utiliser des vocabulaires interchangeablement, vous commettez de grandes gaffes dans le parler. Je te dis tres bien que Mandela peut etre un modele politique, donc vous appreciez son style de jeu politique ou diplomatique. Mais ce n'est pas un heros au sens propre du mot. Je vous ai donne' ma definition a` moi du mot heros et Mandela est tres loin de sy conformer. Voila` la seule dispute entre moi et vous. C'est pourquoi les africains doivent savoir bien utiliser les mots ou soit ils manquent de personalite', de dignite'. Quelqu'un qui n'a rien fait pour des congolais et pour des africains'; il s'est battu pour son afrique du Sud, il n'a pas obtenu ce qu'il devait obtenir de tres capital pour les sud-africains (a` mon gout) mais il a obtenu ce qu'il croyait d'importans pour son pays. Alors c'est simple, laissons les sud africains la tache de l'honnorer ou pas; mais pour nous les congolais et les africains, sur base de quoi devons nous louer Mandela? Soyons un peu serieux.

Les africains sont encore des enfants et ne sont pas respectes' parce qu'ils se comportent comme tels. La majorite' d'entre vous ne peuvent pas voir tout ca, c'est tout simplement vous etes tres prets et tres zeles' a` honorer le noir que les occidentaux honorent, et la` ce n'est pas mon genre. On va a` l'ecole pour ouvrir les yeux et peser les choses devant soi, et non pour etre un suiviste ou un complexe' devant les occidentaux.
Mandela est honore' par les occidentaux parce qu'il a tout fait pour que les noirs sud africains ne se vengent pas sur les blancs, il n'a pas touche' aux interets blancs en Afrique du sud, les blancs n'ont pas ete' destitues' de tout ce qu'ils aveient recolte' illegalement durant l'apartheid, et il ne s'est pas ingerer dans les affaires geostrategiques des occidentaux en Afrique noire. Donc l'afrique noire devait continuer son chemin Mandela en prison ou Mandela libre. C'est ainsi que les blancs le considerent "un grand homme" et ils se deplacent tous pour honorer leur soudainement converti marionnette qui vient de deceder. Et voila` on y voit des noirs comme sur ce forum qui avalent ca facilement. Pas moi en tout cas, je me demande au contraire en quoi il est geant d'Afrique? Repondez moi donc.

Ce n'est pas le francais, ni l'eloquence ni l'impressionisme ou la fausse pretention qui comptent sur cette terre ou devant le bon sens, cher monsieur. Mais c'est la realite', la valeur, et le poids de ce que tu dis en rapport avec la raison, qui comptent et qui peuvent changer les choses ou convaincre d'autres vers soi. Donc pour moi vous n'avez pas casser mes arguments, vous n'avez pas lu le sud-africain de la lettre ouverte (que vous minimisez deja, je dirais vainement) ni suivie la video de Mfumu Ntoto. Ce que vous venez de faire c'est tous simplement me repeter votre position. C'est votre choix.

Regarder et bien voir
Technology-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  ndonzwau le 19/12/2013, 11:02 pm

Mr RBV,

Ekomi sika falansé ?
Kasi falansé yango ezali munoko ya mbwa to kaka ya biso batu oyo elobaka pe makambo ya buanya ???
Ekomi epayi na yo nalobaka falansé kitoko po nabuka lokuta...
Ah ngaie Nzambe, tambola mikili oyoka masolo oyoka nainu te !!! Laughing  Laughing  Laughing 

-Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment
Complètement faux : comme dans toute guerre les "soldats inconnus" sont bien plus nombreux que ceux connus ! Dans les quelques uns connus, les leaders, encore vivants en 1964, beaucoup s'étaient exilés et ceux présents ont connu la prison comme Mandela qui a été arrêté de dizaines de fois avant Robben Island ! Au procès de Rivonia, il purgeait déjà une peine de 5 ans !
Quelques noms : A. LUTULI (Président de l'ANC et Nobel en 1960 pour sa lutte contre l'apartheid), O. TAMBO (son ancien condisciple et collègue et Président de l'ANC en exil de Londres), W. SISULU (emprisonné avec lui), BUTHELEZI, MBEKI père, Dr XUMA (pas Zuma), Dr MOROKA, KADESH...
Tous ces noms que je cite ici de mémoire sont connus de tous les Sudaf et figurent dans la moindre biographie de Mandela, bien sûr comme vous n'en avez jamais lue aucune, vous créez vos fables...


-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.
Faux : la stratégie de l'ANC était au début non-violente; le travail du cabinetTambo/Mandela fut entièrement voué à la défense des Noirs inculpés de droit commun et surtout "politiques" ! C'est de là qu'ils tirèrent leur leadership (Tambo étant devenu entre-temps Secrétaire G puis Président de l'ANC) ! C'est dans tous les manuels et les témoignages !

-La lutte armee' etait la methode decidee' par tous les noirs et toute l'Anc quand ils avaient compris que sans une lutte armee' en parallele avec une lutte diplomatique, rien ne sera obtenu. Donc la lutte armee' n'etait pas une fabrication de l'homme Mandela s'il vous plait, mais une decision de l'ensemble des leaders noirs.
Encore faux, vous affabulez ! C'est contre l'avis général de la hiérarchie et la tendance générale que Mandela va imposer et fonder en 60-61 Umkhonto we Sizwe, la branche armée de l'ANC, Mandela s'y prépara et prépara les membres (lui-même passa clandestinement quelques semaines en Algérie et certains furent envoyés à Cuba, Guinée (dont Mbeki père)), supervisa et participa activement aux actions de sabotage...
C'est donc Mandela le premier qui formalisa et planifia l'action armée de l'ANC, c'est ce qui l'amena au long emprisonnement en tête de tous les autres leaders ! Tout cela est connu et admiré de tous les Sudafs et de ceux qui se sont instruits !!!


-A`un moment Mandela est arrete', il restait le seul parmi les grands qui avaient succombe'. C'est ainsi que Mandela a commence' a` se presenter comme une figure a` part dans la scene.
Toujours faux ! Au procès de Rivonia 1963-64  qui scella son sort, tous les leaders actifs (MK) de l'ANC encore présents dans le pays étaient là derrière son leadership: Mandela, Sisulu, Mbeki père, Kathrada (encore vivant), Goldberg, Mlangeni, Motsoaledi, Mhlaba, Bernstein, Kantor, Naïr... Ils furent tous condamnés à vie; c'est dire !

-Donc juque la` Mandela n'avait rien fait de lui meme, il a contribue' avec les autres. Donc sur ce point la situation critique en Afrique du Sud n'est pas ainsi a` cause de Mandela, mais a` cause de l'accumulation de tous les evenements depuis jusqu'a` ce jour.
Comment pouvez-vous raconter des âneries pareilles ? Mandela fut le leader sudafricain qui fit basculer tout de la lutte contre l'aparheid : il s'imposa dans ce combat progessivement jusqu'à la fondation de MK, ensuite au procès décisif de Rivonia et de la prison il inspira toutes les résistances pour finir par devenir le premier Président Noir... Qui d'autre a cette stature en Afrique du Sud ? Citez m'en un seul !


Bon, je veux bien répondre à tous vos contes mais j'arrête là, j'en ai ma claque de trop de fables des gens qui veulent parler de ce qu'ils ne savent pas ! Si déjà vous vous mettiez en capacité d'écoute, vous avez déjà là de quoi remiser vos fantasmagories !
Mais je veux bien me sacrifier, RBV, pour d'autres enseignements sur l'histoire de Mandela à condition que vous appreniez d'abord à lire faute de ne savoir mieux écrire comme moi !
Ce qui n'est pas un péché à priori mais qui en devient un si vous ne l'invoquez que comme échappatoire pour ne pas comprendre ou ne pas répondre ! Ecrivez comme un pied, si vous voulez, mais ne me demandez de faire comme vous et surtout dites au moins quelque chose de sensé !

J'admets qu'on dénonce son choix pour privilégier celui de nos catastrophiques pays subsahariens mais pas à partir de contrevérités...
Qu'on constate que beaucoup reste encore à faire en Rsa, ou que Mandela a eu ses ratés est une chose mais de là à s'imaginer qu'il n'a rien fait ou que la Rsa serait mieux aujourd'hui avec le choix contraire, c'est de la magie gratuite pour les bébés !


Mon peuple pâtit déjà de son ignorance mais davantage de ses prétentions à tout connaître !!!
Assez de ses véléités d'expérimentations mortes-nées comme si on lui demandait de réinventer la roue : c'est déjà fait, un enseignement pour toute l'humanité, ne nous reste qu'à l'appliquer, à en tirer des leçons pour rouler à notre tour !!!





Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 20/12/2013, 6:41 pm

Admin a écrit:Rgebv,

Je vous écris à la hâte car je dois prendre un vol pour Nairobi dans qlq heures mais en vous lisant je vois que vous n'avez pas la bonne information.
Juste pour vous donner une meilleure idée Mandela est devenu président en 1994 et dès 1996 soit 2 ans après, la gestion quotidienne du pays était entre les mains de Tabo Mbeki, Mandela quitte le pouvoir en 1999.

Associer de facto ce que vous appelez mafia sud-africaine dans l'est à Mandela c'est soit de la mauvaise foi soit une mauvaise lecture, je préfère pencher pour la 2ie hypothèse  

Vous avez aussi je crois un problème avec certains termes ou mot en français à connotation très péjorative et vous semblez ne pas vous en rendre compte ainsi donc vous considérez le fait d'honorer un Mandela serait un manque de personnalité et de dignité parce que Mandela aurait contribué à la chute de Mobutu.

Mais voyez vous...  même si je considère que Mobutu était un des pire dictateur en Afrique, je n'irai jamais jusqu'à vous traiter de manquer de personnalité ou de dignité ... manquer de personnalité signifie ko zala bilanda landa et le pire ... manquer de dignité en français ça veut dire manquer de respect de soi-même (o sila soni) en lingala et pourtant les autres comme moi avons pris le soin de vous expliquer en détail les raisons de nos positions avec nos propres réflexions ... j'aurais pu faire comme vous, reprendre des explications lues sur un site ... mais en vous donnant des explications basées sur un raisonnement avec des faits vérifiables et non des racontars, je peux vous dire que ça démontre que ce sont ni des bilanda landa ni des BATU Ba sila soin.

La réalité mon frère Mandela n'est pas le responsable des malheurs des congolais ... les responsables sont nos nombreux dirigeants surtout celui qui a régné en père fondateur le maréchal Mobutu, les responsables sont la CIA, les puissances occidentales qui ont le pouvoir tels des dieux qui décident qui doit être ou ne pas être président, ceux qui comme Bill Richardson sont venus dire à Mobutu de partir sinon son corps serait trainé dans les rues ... pendant que Mandela négociait une transition  en douceur entre LDK et Mobutu, les responsables c'est aussi les armées du Rwanda, Ouganda et de l'Angola qui ont copieusement écrasé les FAZ, les responsables c'est aussi la population congolaise dans sa majorité qui accueilli LDK en libérateur, les responsables c'est aussi LDK, Joseph Kabila, JP Bemba, Onosumba, Lumbala, Lubanga, avec leurs sponsors et commanditaires Kagamé, Mugabe, Dos Santos, Museveni qui ont mené des guerres qui ont couté la mort de plus de 8 millions de nos frères. La liste est longue ... vous pourrez même ajouté Tabu Lay membre du RCD le parti de Laurent Nkunda que nous avons tous salué la mémoire sans qu'on soit traité de manquer de dignité

Sur ce ... Joyeux temps des fêtes ... je reviendrai vous relire dans qlq jours si possible sinon ... à une autre discussion

Mr Wilco, tu ne m'as pas lu, ce n'est pas grave, j'avais deja remarque' cette situation sur plusieurs intervenants.

Il n y a pas moyen que je te fasse une longue replique parce que tu ne m'as pas du tout lu. Je n'ai pas dit que Mandela est l'auteur du malheur congolais. Ici en tout cas tu n'as pas lu meme pas qulques lignes. J'ai dit que Mandela etait la` (a` un moment) pendant que les mechants s'organisaient pour balkaniser notre pays. Etre la` ne veut pas dire que c'est lui l'auteur, mais veut dire qu'il avait aussi des informations. Il n'a rien fait pour sa part ni approuver ou desapprouver, comme tu le soulignes que ce sont des choses qui le depassent. Alors en quoi il doit etre heros des congolais? Si il ne pouvait rien faire et rien changer, en quoi donc les congolais doivent le revenerer ou l'honorer? Voila` mon point c'est tres simple. C'est pourquoi j'ai dit que danser, parler, et faire des eloges a` Mandela, pour vous congolais, ca ne fait pas honore', ca fait enfantin et immature; si il faut danser, laisser les sud-africains le faire parce qu'il a travaille' pour eux (reste aussi a` verifier, car tout depend de l'interpretation de l'un et l'autre). Je ne m'adressais pas a` vous directement mais j'ai parle' dans mes premieres interventions d'une maniere generale que je deplore cette attitude des congolais.

Apres tout ca, depuis des rebellions ont commence' en 1998 jusqu'a` ce jour, nous avons entendu le nom de l'Afrique du Sud et des compagnies sud africaines cites' parmi ceux qui nourissent certains groupes armes' a` l'Est, parmi ceux qui sont dans des commerces illegaux de nos minerais et pour la plupart evadent nos controles, taxes et impots. Tout ca vous me dites que Mandela ne pouvait rien faire devant ces realites'. Alors en quoi nous les congolais nous devons le commemorer, cher Admin? C'est pourquoi j'ai dit que les congolais ne font pas preuve de dignite' dans plusieurs de leurs actions.

Je sais que nous avons tous un probleme serieux des vocaublaires, surtout pour quelques uns ici qui appelent tout le monde heros ou geant. Mais je voulais dire "manque de dignite et de personalite" d'une facon generale, parce que les congolais ne savent pas mettre chaque chose a` leur place. Pour quelqu'un qui n'a rien fait pour les congolais, pire son pays est cite' parmi ceux qui profitaient des troubles a` l'Est, vous vous permettrez a` l'appeler heros, a` meme decreter 72 heures de ferie' pour lui. Ata vous-memes , comment voulez-vous qu'on vous prenne au serieux? D'ou` ca peut s'interpreter comme manque de dignite' et de personalite'. je trouve les congolais tres emotionnels a` l'exces. Des pays africains qui sont mieux economiquement que nous ne se sont pas permis ce luxe de 72 heures de deuil nationale, mais la RDC le pays au plus bas de l'echelle d'Afrique se permet de tout bloquer pendant 72 heures. Donc je crois que devant cette action irrealistique, il y a de quoi a` dire que les congolais font preuve de manque de dignite' et de personalite', rien que sur ce point.

Regarder et bien voir
Technology-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  regarder et bien voir le 20/12/2013, 7:11 pm

@ Ndozuawu

Aie aie aie, monsieur tu t'amoindris sans te rendre compte. Ne t'inquiete pas, je vais aller avec toi doucement, retracer ce que tu viens de me repondre, comme ca je t'aurais aux mots. Ca se voit que tu es tres incapable de casser les arguments de l'autre ni de convaincre. La seule observation que j'ai faite est que je suis devant un prototype zairois toujours gonfle' croyant que ecrire ou parler le Francais est une finalite'. Chez moi je vois les choses contrairement, je me veux analytique et tres lucide. Ta fausse pretention te rend tres aveugle que tu n'as meme pas le temps de lire l'autre calmement. Tu es trop presse' de repondre, un defaut qui te plait on dirait. Un manquement tres grave si on veut vraiment utiliser les debats comme voie des solutions.

1)
RBV  -Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment[/quote]
Ndoz  Complètement faux : comme dans toute guerre les "soldats inconnus" sont bien plus nombreux que ceux connus ! Dans les quelques uns connus, les leaders, encore vivants en 1964, beaucoup s'étaient exilés et ceux présents ont connu la prison comme Mandela qui a été arrêté de dizaines de fois avant Robben Island ! Au procès de Rivonia, il purgeait déjà une peine de 5 ans !
Quelques noms : A. LUTULI (Président de l'ANC et Nobel en 1960 pour sa lutte contre l'apartheid), O. TAMBO (son ancien condisciple et Président de l'ANC en exil de Londres), W. SISULU (emprisonné avec lui), BUTHELEZI, MBEKI père, Dr XUMA (pas Zuma), Dr MOROKA, KADESH...
Tous ces noms que je cite ici de mémoire sont connus de tous les Sudaf et figurent dans la moindre biographie de Mandela, bien sûr comme vous n'en avez jamais lue aucune, vous créez vos fables...


*RBV     Quand tu cites les Buthelezi, Sisulu, Tambo et les autres, tu m'appuies dans ce que j'ai dit que Mandela n'etait pas le seul activiste contre l'Apartheid, n'est ce pas? Donc rectifiez les dires de plusieurs naïfs que Mandela a delivre' les noirs de l'Apartheid. C'est faux ces dires, ils etaient nombreux et vous devez le corriger. En quoi j'ai menti sur ce point?
*Je me repete encore, Mandela n'etait pas le plus militant de tous les activistes noirs. Ne comparez pas par exemple a` l'epoque Mandela a` Steeve Biko. Ce dernier fut de loin militant que Mandela. Les blancs n'ont pas hesite' de le faire taire. Biko sema du reveil de conscience a` la fierete' noire, il mettait reellement les blancs mal a` l'aise par sa capacite' ideologique sur les noirs de son epoque.
Sur ce, pourquoi commencez ton paragraphe avec l'affirmation que "c'est faux! ": Mandela etait il plus militant que Biko par exemple?Omoni sikoyo que tu te comportes comme un jeune garcon tres presse' de repondre sans pour autant saisir l'intention et surtout le point clef de son interlocuteur?

2)

RBV  
-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.
Ndoz   Faux : la stratégie de l'ANC était au début non-violente; le travail du cabinetTambo/Mandela fut entièrement voué à la défense des Noirs inculpés de droit commun et surtout "politiques" ! C'est de là qu'ils tirèrent leur leadership (Tambo étant devenu entre-temps Secrétaire G puis Président de l'ANC) ! C'est dans tous les manuels et les témoignages !

*RBV    Mais ou` est le contraire ici pour dire que "c'est faux". L'emploi de la violence est venu après comme tu le declares. Est ce que je l'ai refuse' dans mes phrases? Mandela etait dans la lutte politique au debut (j'ai dit methode juridique), les noirs activistes qui repondaient actions sur actions n'ont pas survecu comme les Biko qui prechaient que "ce pays est le notre nous allons le posseder." L'adoption de lutte armee' a commence' après le massacre de 1976 a` Soweto (si je ne me trompe pas). Depuis l'Anc adopta la lutte armee' car c'etait insupportable depuis l'evenement de 1976. Bon, ou` est sincerement la contradiction entre ce que j'ai dit et ce que tu as repondu pour t'ecrier "c'est faux!" ? Ozomona ndenge ozali ko se comporter lokola mukolo te? C'est vraiment dommage de telles agitations.

3)
Ndoz   [color=indigo][i]Comment pouvez-vous raconter des âneries pareilles ? Mandela fut le leader sudafricain qui fit basculer tout de la lutte contre l'aparheid : il s'imposa dans ce combat progessivement jusqu'à la fondation de MK, ensuite au procès décisif de Rivonia et de la prison il inspira toutes les résistances pour finir par devenir le premier Président Noir... Qui d'autre a cette stature en Afrique du Sud ? Citez m'en un seul !

*RBV  Pourquoi appelez ca anneries? Tu etales ton opinion sur un fait que tu attribues a` Mandela. Et que moi je ne l'attribue pas a` lui seul, ils etaient nombreux, a` mon avis. Et j'ai rappele' meme la memoire de Steeve Biko, et tu as cite' des illustres noms comme de O Tambo et consorts. Et maintenant tu te contredis pour tout assigner a` Mandela. Ca n'a pas de sens sincerement quand toi-meme tu viens de citer quelques illustres noms, tu ne trouves pas? Appeler mon opinion une annerie et la tienne non, je trouve ca c'est du language tres facile de ta part.

4)
Au reste de ce que tu me reponds pour t'ecrier seul a` la fin "c'est faux" etc.. ce meme inutile te suivre la`, je te dirais que okomi nakolandela makambo ya mike-mike comme un gamin, tout simplement parce que tu n'es pas capable de battre mes arguments. Ca demontre ta faiblesse quand tu fais recours aux petits details qui ne changent rien sur ce que je dis et ne renforcent en rien ce que tu dis.

Enfin, monsieur tu dois beaucoup t'exercer intellectuellement pour te debarasser du prototype zairois , ca te colle tres visiblement, et te rend moins credible. Et avec ca vous gonflez comme y en a plein chez les ex-zairois. C'est vraiment pitoyable si c'est ca "les instruits congolais". Tu as beaucoup a` apprendre dans la vie cher monsieur, fais un effort au lieu de rever dans de fausses pretentions.

Regarder et bien voir
Technology-polytechnique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  ndonzwau le 20/12/2013, 8:25 pm

regarder et bien voir a écrit:@ Ndozuawu

Aie aie aie, monsieur tu t'amoindris sans te rendre compte. Ne t'inquiete pas, je vais aller avec toi doucement, retracer ce que tu viens de me repondre, comme ca je t'aurais aux mots. Ca se voit que tu es tres incapable de casser les arguments de l'autre ni de convaincre. La seule observation que j'ai faite est que je suis devant un prototype zairois toujours gonfle' croyant que ecrire ou parler le Francais est une finalite'. Chez moi je vois les choses contrairement, je me veux analytique et tres lucide. Ta fausse pretention te rend tres aveugle que tu n'as meme pas le temps de lire l'autre calmement. Tu es trop presse' de repondre, un defaut qui te plait on dirait. Un manquement tres grave si on veut vraiment utiliser les debats comme voie des solutions.

1)
RBV  
-Dans la lutte contre l'apartheid, il y avait des noirs plus militants que Mandela, de loin meme. Ceux qui disaient que "le pays appartient aux noirs et nous devons le recuperer." Tous ces grands militants ont succombe' parce que leur ideologie et militantisme etaient tellement insupportables et influants que les blancs ne pouvaient pas les laisser vivre de peur d'exciter un mouvement populaire general a` un moment
Ndoz  Complètement faux : comme dans toute guerre les "soldats inconnus" sont bien plus nombreux que ceux connus ! Dans les quelques uns connus, les leaders, encore vivants en 1964, beaucoup s'étaient exilés et ceux présents ont connu la prison comme Mandela qui a été arrêté de dizaines de fois avant Robben Island ! Au procès de Rivonia, il purgeait déjà une peine de 5 ans !
Quelques noms : A. LUTULI (Président de l'ANC et Nobel en 1960 pour sa lutte contre l'apartheid), O. TAMBO (son ancien condisciple et Président de l'ANC en exil de Londres), W. SISULU (emprisonné avec lui), BUTHELEZI, MBEKI père, Dr XUMA (pas Zuma), Dr MOROKA, KADESH...
Tous ces noms que je cite ici de mémoire sont connus de tous les Sudaf et figurent dans la moindre biographie de Mandela, bien sûr comme vous n'en avez jamais lue aucune, vous créez vos fables...


*RBV     Quand tu cites les Buthelezi, Sisulu, Tambo et les autres, tu m'appuies dans ce que j'ai dit que Mandela n'etait pas le seul activiste contre l'Apartheid, n'est ce pas? Donc rectifiez les dires de plusieurs naïfs que Mandela a delivre' les noirs de l'Apartheid. C'est faux ces dires, ils etaient nombreux et vous devez le corriger. En quoi j'ai menti sur ce point?
*Je me repete encore, Mandela n'etait pas le plus militant de tous les activistes noirs. Ne comparez pas par exemple a` l'epoque Mandela a` Steeve Biko. Ce dernier fut de loin militant que Mandela. Les blancs n'ont pas hesite' de le faire taire. Biko sema du reveil de conscience a` la fierete' noire, il mettait reellement les blancs mal a` l'aise par sa capacite' ideologique sur les noirs de son epoque.
Sur ce, pourquoi commencez ton paragraphe avec l'affirmation que "c'est faux! ": Mandela etait il plus militant que Biko par exemple?Omoni sikoyo que tu te comportes comme un jeune garcon tres presse' de repondre sans pour autant saisir l'intention et surtout le point clef de son interlocuteur?

2)

RBV  
-Si Mandela a survecu l'apartheid surtout au debut, c'est parce que lui il utilisait la methode juridique. Il utilisait la constitutionalite', du genre le combat de Diomi et Tshisekedi, et proposait souvent un moyen de sortie aux blancs pour la satisfaction de tous le monde.
C'est ce qui a fait que Mandela survive et les plus grands militants de l'epoque que lui tuer.
Ndoz   Faux : la stratégie de l'ANC était au début non-violente; le travail du cabinetTambo/Mandela fut entièrement voué à la défense des Noirs inculpés de droit commun et surtout "politiques" ! C'est de là qu'ils tirèrent leur leadership (Tambo étant devenu entre-temps Secrétaire G puis Président de l'ANC) ! C'est dans tous les manuels et les témoignages !

*RBV    Mais ou` est le contraire ici pour dire que "c'est faux". L'emploi de la violence est venu après comme tu le declares. Est ce que je l'ai refuse' dans mes phrases? Mandela etait dans la lutte politique au debut (j'ai dit methode juridique), les noirs activistes qui repondaient actions sur actions n'ont pas survecu comme les Biko qui prechaient que "ce pays est le notre nous allons le posseder." L'adoption de lutte armee' a commence' après le massacre de 1976 a` Soweto (si je ne me trompe pas). Depuis l'Anc adopta la lutte armee' car c'etait insupportable depuis l'evenement de 1976. Bon, ou` est sincerement la contradiction entre ce que j'ai dit et ce que tu as repondu pour t'ecrier "c'est faux!" ? Ozomona ndenge ozali ko se comporter lokola mukolo te? C'est vraiment dommage de telles agitations.

3)
Ndoz   Comment pouvez-vous raconter des âneries pareilles ? Mandela fut le leader sudafricain qui fit basculer tout de la lutte contre l'aparheid : il s'imposa dans ce combat progessivement jusqu'à la fondation de MK, ensuite au procès décisif de Rivonia et de la prison il inspira toutes les résistances pour finir par devenir le premier Président Noir... Qui d'autre a cette stature en Afrique du Sud ? Citez m'en un seul !

*RBV  Pourquoi appelez ca anneries? Tu etales ton opinion sur un fait que tu attribues a` Mandela. Et que moi je ne l'attribue pas a` lui seul, ils etaient nombreux, a` mon avis. Et j'ai rappele' meme la memoire de Steeve Biko, et tu as cite' des illustres noms comme de O Tambo et consorts. Et maintenant tu te contredis pour tout assigner a` Mandela. Ca n'a pas de sens sincerement quand toi-meme tu viens de citer quelques illustres noms, tu ne trouves pas? Appeler mon opinion une annerie et la tienne non, je trouve ca c'est du language tres facile de ta part.

4)
Au reste de ce que tu me reponds pour t'ecrier seul a` la fin "c'est faux" etc.. ce meme inutile te suivre la`, je te dirais que okomi nakolandela makambo ya mike-mike comme un gamin, tout simplement parce que tu n'es pas capable de battre mes arguments. Ca demontre ta faiblesse quand tu fais recours aux petits details qui ne changent rien sur ce que je dis et ne renforcent en rien ce que tu dis.

Enfin, monsieur tu dois beaucoup t'exercer intellectuellement pour te debarasser du prototype zairois , ca te colle tres visiblement, et te rend moins credible. Et avec ca vous gonflez comme y en a plein chez les ex-zairois. C'est vraiment pitoyable si c'est ca "les instruits congolais". Tu as beaucoup a` apprendre dans la vie cher monsieur, fais un effort au lieu de rever dans de fausses pretentions.

Regarder et bien voir
Technology-polytechnique

Professeur Tournesol RBV, notre Maître,

Admin a écrit:Vous avez raison regarder et bien voir
Nfumu Ntoto a raison
Ce sud-africain a raison
Tous les autres ne comprennent RIEN  Wink 

C'est vrai que vous avez raison; moi aussi j'avoue être moins que rien, un bête zaïrois; je vois que je ne comprends rien !
Vous, vous êtes un immense polytechnicien; vous comprenez tout; comment voulez-vous que je sois à la hauteur de vous parler ?
Tous mes hommages quand-même au Sauveur de nous pauvres Zaïrois que vous êtes !



Compatriotiquemet

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les noirs toujours naifs a` la propagande occidentale; Nelson Mandela rejoignit la politique des blancs

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum