Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Admin le 10/5/2014, 4:14 pm

Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 10/5/2014, 4:38 pm

Quand on fait usage de faux comme l'a fait Kamerhe en annexant des documents confirmant le parcours academique de Joseph dans son livre "Pourquoi j'ai choisi Kabila", on est faussaire n'est-ce pas?

Je n'ai rien contre la personne, c'est le politicien vereux, sans scrupules, demagogue a souhait et populiste (par-dessus le marche) qui m'horripile. Quand on s'affiche publiquement, on doit s'attendre a la critique.

Il fait tout comme il faut mais ce n'est pas un homme INTEGRE. Il n'a pas la probite morale necessaire pour assumer les fonctions qu'il ambitionne, pas apres les vampires de son ancien clan.

Il semblerait que ce soit l'homme des Francais, on a qu'a lire la presse francaise pour s;en convaincre. N'en avons-nous pas assez de ces politiciens qui vont chercher leur legitimite a l'etranger?

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Admin le 10/5/2014, 4:56 pm

Tsippora a écrit:Quand on fait usage de faux comme l'a fait Kamerhe en annexant des documents confirmant le parcours academique de Joseph dans son livre "Pourquoi j'ai choisi Kabila", on est faussaire n'est-ce pas?

Je n'ai rien contre la personne, c'est le politicien vereux, sans scrupules, demagogue a souhait et populiste (par-dessus le marche) qui m'horripile. Quand on s'affiche publiquement, on doit s'attendre a la critique.

Il fait tout comme il faut mais ce n'est pas un homme INTEGRE. Il n'a pas la probite morale necessaire pour assumer les fonctions qu'il ambitionne, pas apres les vampires de son ancien clan.

Il semblerait que ce soit l'homme des Francais, on a qu'a lire la presse francaise pour s;en convaincre. N'en avons-nous pas assez de ces politiciens qui vont chercher leur legitimite a l'etranger?

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront
Ok je vois... tu es dans ton droit ... mais je me pose des questions... le fait d'avoir annexé un document faux de Joseph fait-il de lui l'auteur derrière cette falsification!? Pourquoi ne serait il pas victime de cette supercherie ?
Perso comme bcp des congolais, j'ai bien appuyé Tshisekedi même si j'étais au courant du rôle criminel qu'il avait joué sur la pendaison d'Evariste Kimba par exemple, ce crime odieux est bien plus grave que cette histoire du livre.

Soit ... il y aurait le candidat de la France (Kamerhe) et le candidat des Américains (Katumbi) ... c'est le jeu des puissances ça tjrs été le cas. En face d'eux il y aurait Kabila (s'il décide de faire un passage en force) ou son épouse ... Je ne crois pas que Kamerhe serait le moins intègre de ces présidentiables ... mais même là ... et je me répète ... RIEN empêche le candidat idéal champion d'INTEGRITE de se faire connaître .... rien alors la rien

Kamerhe va effectivement chercher des appuis en occident mais avant tout c'est dans son fief du Sud Kivu qu'il a été cherché le soutien.
Tu n'es pas sans savoir que la situation particulière de la RDC un pays sous tutelle de facto avec des troupes onusiennes, etc... ne peut se jouer qu'à l'intérieur du pays, il se joue aussi à l'extérieur ... même Tshiesekedi l'avait compris raison pour laquelle il avait parcouru plusieurs capitales occidentales

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  voisin4 le 10/5/2014, 9:16 pm

Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 


"Je ne crois pas ce peuple meurtri se fera avoir une fois de plus. J'espere que quand il va sonner l'heure du reveil des Congolais, il en profitera pour reconnaitre qu'il a commis un crime d'Etat en faisant usage de faux. Je crois bien que le code penal congolais prevoit une peine consequente pour ce genre de crimes, d'autant qu'il engage toute une nation (pour ne pas dire plusieurs generations de Congolais qui feront les frais de la gestion calamiteuse de Joseph et sa bande pendant des decennies). Ses origines m'indiferrent, ce qui me derange, c'est le mensonge, la fabrication, le crime qui a permis a Joseph de se creer une identite acceptable des Congolais, sans parler du fait que Kamerhe a fait preuve d'une compromission vile et sans limites en sillonant le pays pour vendre ce mensonge aux Congolais, particulierement a ceux de son patelin."


Ma Tsippo, je me suis permis de reprendre ici le passage ci-haut.
Juste une note (highlighted in purple) pour te dire combien ce fait de faire usage de faux est mm primordial.Gravissime.
Que peut-on esperer d'un etranger au poste le plus important d'une nation? Si cela s'averait verifiable( que VK ne soit pas congolais d'origine), quel a ete, a l'origine le but de cette falsfication?
Je continue a penser que les genies du laboratoire de mille collines doivent avoir prevu le scenario au cas ou l'idiot no2 serait oblige d'abandonner ce poste tant convoite.

Et je complete ce qui te derange Tsippo: ce qui arrive a mon peuple depuis 13 ans, n'est-il pas la consequence de cette fabrication d'un petit personnage aux origines aussi confuses que la confusion elle-mm? Et le faiseur de roi se nomme....Vital Kamehere.
Et VK a bien le profil du remplacant pour continuer leur plan. Deja il promet de verouiller les institutions et empecher tte poursuite contre son poulain. Ca s'annonce deja bien. VK ambitionne ce poste de pres, et promet une vraie democratie.
La question: Est-ce une prerogative du pres. d'une democratie d'assurer a un ex. une impunite? Bongo role ya ba institution e ko zala nini?

Qt au devolu des congolais sur le faussaire Kamehre Rwakanisigize, je puis t'assurer madame, que you are not alone to think this man, I mean VK is a fake, an usurper. He cheated before, and nothing in his say prevents him from lying again.
Cela fait bientot 5 ans qu'il sillonne le monde, fait des conferences, au frais de? D'ou lui vient donc cette soudaine fortune qui lui donne tant de mobilite?
Et cela fait autant de tps que la mme question lui est posee sur son precieux " Vital" qu'il a garde en defiant Mobutu.
N' etait-il pas si aise pour cet intello de brandir en ce moment-la, ses differents certificats, carte pour citoyen, titres et diplomes obtenus apres 1971 ( Zairinisation) pour taire cette" rumeur", non? les ecoles de kikwit sont administrees par les missionnaires et on connait ces gens-la pour leur serieux. Il ne l'a pas fait pcq il ne le pouvait pas. Voila.
Soki bo lobi ma Mongo aza angolaise,a ko loba na bino "boza na liboma?"' Pe a ko tinda bino na Mt-Amba, bo tala palmares ya ba annees wana. So simple and easy!

Sik'yo lokola masolo ekomi ndongo, document oyo VK ko produire, mm certifie conforme a l'original, to ndim'ango? keba na photoshop ya mikol'oyo!!!

To tika ba jeux de mains! Djo oyo na kombo ya Rwakanisigize a kosa peuple mobimba, azo kosa sik'oyo pe a ko kosa lisusu. Et le plan du messie-menteur-venu-d'ailleurs, de faire de mon pays ce qu'il veut, il peut le ramener chez lui.

Ns n'allons qd mm pas jetter notre devolu sur ce mr qui a sciemment menti a tte une nation pcq il n'ya pas d'autre candidat! Bongo Edingwe a za te? lol

To ko pona mwna mboka.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  ndonzwau le 10/5/2014, 9:30 pm

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Quand on fait usage de faux comme l'a fait Kamerhe en annexant des documents confirmant le parcours academique de Joseph dans son livre "Pourquoi j'ai choisi Kabila", on est faussaire n'est-ce pas?

Je n'ai rien contre la personne, c'est le politicien vereux, sans scrupules, demagogue a souhait et populiste (par-dessus le marche) qui m'horripile. Quand on s'affiche publiquement, on doit s'attendre a la critique.

Il fait tout comme il faut mais ce n'est pas un homme INTEGRE. Il n'a pas la probite morale necessaire pour assumer les fonctions qu'il ambitionne, pas apres les vampires de son ancien clan.

Il semblerait que ce soit l'homme des Francais, on a qu'a lire la presse francaise pour s;en convaincre. N'en avons-nous pas assez de ces politiciens qui vont chercher leur legitimite a l'etranger?

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront
Ok je vois... tu es dans ton droit ... mais je me pose des questions... le fait d'avoir annexé un document faux de Joseph fait-il de lui l'auteur derrière cette falsification!? Pourquoi ne serait il pas victime de cette supercherie ?
Perso comme bcp des congolais, j'ai bien appuyé Tshisekedi même si j'étais au courant du rôle criminel qu'il avait joué sur la pendaison d'Evariste Kimba par exemple, ce crime odieux est bien plus grave que cette histoire du livre.

Soit ... il y aurait le candidat de la France (Kamerhe) et le candidat des Américains (Katumbi) ... c'est le jeu des puissances ça tjrs été le cas. En face d'eux il y aurait Kabila (s'il décide de faire un passage en force) ou son épouse ... Je ne crois pas que Kamerhe serait le moins intègre de ces présidentiables ... mais même là ... et je me répète ... RIEN empêche le candidat idéal champion d'INTEGRITE de se faire connaître .... rien alors la rien

Kamerhe va effectivement chercher des appuis en occident mais avant tout c'est dans son fief du Sud Kivu qu'il a été cherché le soutien.
Tu n'es pas sans savoir que la situation particulière de la RDC un pays sous tutelle de facto avec des troupes onusiennes, etc... ne peut se jouer qu'à l'intérieur du pays, il se joue aussi à l'extérieur ... même Tshiesekedi l'avait compris raison pour laquelle il avait parcouru plusieurs capitales occidentales

Si on revenait sur terre, svp !
Nous sommes bien en politique, dans la discipline humaine où l'être humain s'exprime de façon presque autorisée vers les hauts et les bas des passions humaines : je voudrais voir de par le monde cet homme politique qui n'a jamais menti dans le cadre de sa "propagande"... Le bien ou le mal en politique n'est pas exactement le même qu'ailleurs !

Etre coupable ou complice d'un faux document comme Kamerhe (le faux diplôme) pour promouvoir la candidature de son "héros" d'alors, Kanambe, reste une faute morale grave mais moins préjudiciable accomplie lors d'une campagne politique; de plus ces manœuvres participaient d'une escroquerie où belges, américains, français... n'étaient pas les moins à blâmer : argent, personnel civil et militaire, logistique matérielle et diplomatique... nous avaient assiégés alors pour imposer la personne de "JK" à la tête du pays, ne l'oublions pas trop vite !
Je ne connais pas les détails de l'itinéraire personnel de Kamerhe : est-il le "faussaire" qu'on reproche en politique dans sa vie quotidienne; a-t-il un casier judiciaire lourd des crimes et délits ? Quel est cet homme politique Congolais qui peut nous assurer qu'il est blanc comme neige en politique ?

Comme dit Admin, nous sommes en mai 2014; d'ici avant la campagne 2016, le(s) leader(s) politique(s) qui croient valoir mieux que Kamerhe qui ne fait pas mystère de sa candidature ou simplement qui se voient capables de postuler se présenteront à nous et chacun pourra choisir mais aujourd'hui Kamerhe qui est là, fait preuve d'un savoir-faire politique que beaucoup apprécient...
Que certains le choisissent déjà, où est le problème, s'il s'en présente meilleur pour d'autres face à lui ils les choisiront,  mais ces anathèmes expéditifs, ces avis définitifs sur un homme qui a encore à nous prouver tout ce qu'il vaut en nous basant sur une analyse plus moraliste que politique, comme si nous étions convaincus à 100% qu'il fera toujours moins bien que ce que le pays peut attendre d'un PR...
Et personne ne peut raisonnablement reprocher à Kamerhe son passage en Europe (ou en Amérique); n'est-il pas le parcours obligé de tout prétendant avisé dans notre pays ?
Ailleurs, faisons peur-être confiance au peuple, si le scrutin est transparent et crédible, il choisira ou ne choisira pas en sa conscience Kamerhe et sera la meilleure réponse à toutes nos "spéculations" !


A propos, pour Ma Tsippo et les autres, j'ai dès le coup de gueule de Kerry posé une question à ce propos : qui voyez-vous ou qui voulez-vous qu'il succède à "JK"; je n'ai en l'occurrence pas vraiment besoin de pronostic mais d'appréciation argumentée de chacun selon ses valeurs et son expertise; voilà peut-être où nous pouvons mieux nous éclairer entre nous par les choix des uns et des autres !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 10/5/2014, 10:08 pm

Rechercher un article Nous écrire Radio Okapi
Saturday, May 10, 2014
Home» RDC» Politique»
RDC : Origines rwandaises de Vital Kamerhe (Suite)
09/05/2014 09:00:00KongoTimes!
Font size:
Vital KAMERHE LWA KANYINGINGYI

Les hommes politiques congolais semblent déjà entrés dans la phase d’effervescence en vue des élections prochaines en 2016. D’une part, les détenteurs du pouvoir d’occupation et sa clientèle politique qui ne finissent pas d’inventer des stratagèmes pour rester indéfiniment aux commandes de notre pays et, d’autre part, l’opposition politique dite institutionnelle ou non-institutionnelle qui s’enlisent dans ses contradictions. Ces deux camps s’activent déjà en coulisse et commencent à lancer leurs partisans et chantres sur le terrain.

Dans la diaspora congolaise. le landerneau des agents de propagande des uns et des autres rivalisent d’imagination extravagante et d’indécence dans le seul objectif non avoué de pouvoir accrocher quelques esprits crédules et naïfs à leur cause alors que le droit de vote nous ayant été retiré par le fait du prince. C’est le comble, s’il en est !

La semaine dernière, nous avons suivi, les uns avec étonnement et les autres avec curiosité, la sortie médiatique intempestive d’Abraham Luakabuanga, le responsable du site Code 243 devenu dorénavant le propagandiste patenté de monsieur Vital Kamerhe Rwakanyasigize aux Etats-Unis d’Amérique. Il s’y est érigé en procureur contre monsieur Honoré Ngbanda, le sésame qui ouvre aux nouveaux convertis à la Collaboration les portes de la mangeoire kanambiste. (Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=LPBgSRM4GZg).

Attifé de son costume de grand jour et d’inquisiteur, l’animateur Abraham Luakabuanga très emphatique a commencé par nous retracer lapidairement le parcours de Vital Kamerhe, son nouveau « protégé » dans les différents cabinets ministériels. Ensuite, il nous a dépeint de manière sombre ce qu’avait été le rôle des services de sécurité dans la nomination des ministres avant d’interpeller, avec tout le sérieux du monde, monsieur Honoré Ngbanda, ès qualité d’Administrateur général, en lui demandant officiellement, pour ne pas dire en le sommant, de fournir quelques informations relatives à Vital Kamerhe telles que collectées, selon ses propos, à l’époque par les services de sécurité. Je le cite : « Dans quelle nationalité était revêtu Vital Kamerhe pour avoir pu passer dans ces différents ministères… ? » (Voir la vidéo à partir de 5’20’’).

Emporté par sa logorrhée, Abraham Luakabuanga, tout « universitaire » qu’il est comme il aime à dire, confond pitoyablement un arrêté, un décret avec une ordonnance présidentielle. Il faut qu’il sache que le président de la république ne décide jamais par arrêté qui releve plutôt des prérogatives des ministres. Durant la IIème République, la nomination des ministres a toujours été sanctionnée par l’ordonnance présidentielle mais non par un décret qui, lui est un acte décisionnel, relevant normalement du pouvoir législatif, peut être pris par le président de la république seulement à la suite d’une circonstance spéciale et pendant l’intersession ou vacances de l’Assemblée nationale.

Dans son réquisitoire contre monsieur Honoré Ngbanda, l’ « inamovible » (selon ses détracteurs qui taisent volontairement les noms de ses prédécesseurs et successeurs à ce poste) Administrateur général des services de sécurité durant tout le régime de Mobutu, monsieur Abraham Luakabuanga passe sous silence le fait que son propre père, François Luakabuanga, ainsi que son propre frère, Médard Mulangala Luakabuanga ont occupé à plusieurs reprises d’importantes fonctions sous la IIème République. Son père fut gouverneur dans la province du Bas-Congo en 1967 et 1968. Son frère fut successivement ministre des mines et de l’énergie dans le gouvernement de Lunda Bululu et, entre 1990 et 1992, il fut tour à tour ministre du pétrole ; ministre de l’aménagement et des mines dans le gouvernement de Bernadin Mungul Diaka ; ministre de l’industrie et des PME dans le gouvernement de monsieur Nguz-a-Karl-i-Bond en même temps qu’Honoré Ngbanda comme ministre de la Défense nationale.

Compatriote Abraham Luakabuanga ne pouvait pas en tout cas ignorer les différents mécanismes qui interviennent lors de la nomination des ministres à cette époque étant donné que son propre frère avait exercé plusieurs fois les fonctions ministérielles. Est-ce ce dernier qui lui avait parlé de ce rôle à tout le moins étrange voire l’immixtion des services de sécurité qui n’a jamais été pratiquée même au niveau des nominations des ministres ? Le maréchal Mobutu qui connaissait mieux les hommes politiques zaïrois que les différents chefs des services (généralement plus jeunes que lui) au point qu’il n’avait pas besoin de fiches pour nommer des ministres. S’il nommait de nouvelles têtes, c’est parce qu’il avait eu l’occasion de les voir émerger par lui-même. Les Congolais-Zaïrois se souviennent que les nombreux remaniements ministériels étaient gardés secrets par Mobutu seul, jusqu'au moment de sa diffusion à la presse. Le père et le frère d’Abraham Luakabuanga, pour occuper les différents postes de responsabilité sous la IIème République, avaient-ils aussi bénéficié des «faveurs» de monsieur Ngbanda ? Abraham Luakabuanga a-t-il au moins pris soin de vérifier auprès de son frère Médard Mulangala Luakabuanga s’il avait au préalable envoyé la liste des membres de son cabinet ministériel à monsieur Honoré Ngbanda pour obtenir son «quitus» ? Et pourquoi ne reproche-t-il pas aussi à monsieur Ngbanda d’avoir donné «quitus», si c’était cela la pratique en vigueur, au dossier de son père ou de son frère ? A toutes ces questions, j'aimerais connaître la réponse d’Abraham Luakabuanga, lui dont toute la famille, en commençant par le père, a largement profité de la dictature de Mobutu qu’il répugne seulement aujourd’hui, et sur laquelle il crache.

Le témoignage de la mère de Vital Kamerhe épaissit le mystère…
D’autre part, dans son effort militant et inespéré de mystifier davantage le peuple congolais concernant la vraie origine de Vital Kamerhe, Abraham Luakabuanga a fait intervenir sa mère par le biais d’un reportage pour lui servir d’argument définitif. Nonobstant sa protestation à priori, monsieur Abraham Luakabuanga s’est bien maladroitement substitué aux instances officielles de l’Etat congolais qui délivrent la nationalité aux « nouveaux » Congolais. Le discours de la mère de Kamerhe, issue de la tribu Bushi, achoppe gravement sur les coutumes et les traditions des Bashi et épaissit encore le mystère autour de son fils. En définitive, cette dernière donne la signification des noms de son fils (Kamerhe signifie le dirigeant de la cour royal tandis que Lwa Kanyiginyi Nkingi signifiant celui qui tient le coup jusqu’à devenir le dirigeant des autres. En fait, un homme fort) avant d’affirmer de manière péremptoire que c’est elle qui les lui avait donnés. Or, selon la coutume des Bashi, elle n’en a pas le droit. Comme pour soulager sa conscience et mettre fin à ce lourd secret qui couvre l’origine de Vital Kamerhe, elle lâche tout simplement que seul Dieu sait pourquoi elle a donné ces nom et post-nom à son fils. (Voir vidéo à partir de 30’00’’)

Cette affirmation suscite légitimement de sérieux doutes étant donné que dans la nation bushi pratiquant le système patrilinéaire, seul le père donne le nom à sa descendance. Les enfants appartiennent au clan du père et aux aïeux masculins du côté paternel. La femme mushi n’a pas le droit, selon la coutume, de transmettre le nom de son clan à sa descendance (1). Pourquoi les différents « biographes » circonstanciels et encore plus la mère de Kamerhe ne parlent jamais de la famille du père de Kamerhe ni de ses ascendances du côté paternel ?

Sur ce, je demande officiellement à monsieur Abraham Luakabuanga, pour avoir effectué de recherche sur l’arbre généalogique des ascendants paternels de Vital Kamerhe Rwakanyasigize (son véritable post-nom rwandais), de fournir à l’opinion publique congolaise de plus amples détails sur la branche généalogique de la famille de son père biologique. Nous détenons de preuves que monsieur Constantin Kamerhe Kanyinginyi, le père de Vital Kamerhe était bel et bien un sujet rwandais du clan royal hutu des Banyiginya dans la préfecture de Cyangungu. C’est là, au Rwanda, que le beau-frère de Kamerhe, monsieur José Makila Sumanda était allé marier sa sœur (5è enfant de la famille). Il l’a reconnu publiquement ! Ce n’est pas non plus en soudoyant les griots congolais comme Abraham Luakabuanga que Vital Kamerhe arrivera à entuber, à embobiner le peuple congolais pour qu’il l’accepte comme Congolais d’origine. Cela ne s’achète pas !

Compatriote Abraham Luakabuanga doit savoir que le fait de seriner le mensonge est inutile car celui-ci ne se transformera jamais en vérité autant que les alchimistes du Moyen-âge réussissaient la mutation du bronze en or.

Paris, le 6 Mai 2014

José Yango W’Etshiko

Historien et Patriote-résistant

== / ==

Lire aussi:
A travers un journaliste : «Joseph KABILA» denonce les origines rwandaises de Kamerhe !
RDC : Les origines rwandaises de Vital KAMERHE
Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.

---------

Ndonzwau même toi tu peux présenter ta candidature pourquoi toujours les même? Avec aucun bilan?

N'importe qui mais de nationalité congolaise avec un CV vèrifiable.

On a bien vu LULA et WALESA être président et originaire de leurs pays respectifs.

Voisin 4 naboyi mba corrections ya lifalaçais kiee le français le colon me l'a imposé.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 10/5/2014, 11:58 pm

Admin je suis choquee et franchement sideree par ton commentaire. Admettons que Tshisekedi aie personnellement assassine M. Kimba, ce serait un acte criminel certes mais si tu n'arrives pas a voir la difference entre cette triste page de la dictature mobutiste (dont il ne peut etre tenu personnellement responsable sur le plan juridique) et la falsification de documents et la fabrication d'un parcours a un individu depourvu de la moindre competence qui ait pu le qualifier a prendre et garder le pouvoir pendant 13 ans, avec comme consequence le genocide silencieux de plus de 6 millions de Congolais (sans parler de sa gestion calamiteuse et criminelle), alors je n'ai rien a ajouter.

J'ai constate que les partisans de Kamerhe etaient obsedes par Tshisekedi et ne rataient aucune occasion de comparer les deux hommes. Laissons un peu ya Tshitshi de cote. Il est question de Kamerhe et de son parcours ici. Pas la peine de nous distraire avec des comparaisons sans fondements.

Le fait qu'il n'aie peut-etre pas ete au courant de la falsification ne le rend pas moins responsable des consequences de ce mensonge. Au contraire, ca demontre un manque de rigueur et de responsabilite de sa part car il a repete ce mensonge jusqu'a son expulsion et refuse obstinemment d'aborder le sujet aujourd'hui.

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Quand on fait usage de faux comme l'a fait Kamerhe en annexant des documents confirmant le parcours academique de Joseph dans son livre "Pourquoi j'ai choisi Kabila", on est faussaire n'est-ce pas?

Je n'ai rien contre la personne, c'est le politicien vereux, sans scrupules, demagogue a souhait et populiste (par-dessus le marche) qui m'horripile. Quand on s'affiche publiquement, on doit s'attendre a la critique.

Il fait tout comme il faut mais ce n'est pas un homme INTEGRE. Il n'a pas la probite morale necessaire pour assumer les fonctions qu'il ambitionne, pas apres les vampires de son ancien clan.

Il semblerait que ce soit l'homme des Francais, on a qu'a lire la presse francaise pour s;en convaincre. N'en avons-nous pas assez de ces politiciens qui vont chercher leur legitimite a l'etranger?

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront
Ok je vois... tu es dans ton droit ... mais je me pose des questions... le fait d'avoir annexé un document faux de Joseph fait-il de lui l'auteur derrière cette falsification!? Pourquoi ne serait il pas victime de cette supercherie ?
Perso comme bcp des congolais, j'ai bien appuyé Tshisekedi même si j'étais au courant du rôle criminel qu'il avait joué sur la pendaison d'Evariste Kimba par exemple, ce crime odieux est bien plus grave que cette histoire du livre.

Soit ... il y aurait le candidat de la France (Kamerhe) et le candidat des Américains (Katumbi) ... c'est le jeu des puissances ça tjrs été le cas. En face d'eux il y aurait Kabila (s'il décide de faire un passage en force) ou son épouse ... Je ne crois pas que Kamerhe serait le moins intègre de ces présidentiables ... mais même là ... et je me répète ... RIEN empêche le candidat idéal champion d'INTEGRITE de se faire connaître .... rien alors la rien

Kamerhe va effectivement chercher des appuis en occident mais avant tout c'est dans son fief du Sud Kivu qu'il a été cherché le soutien.
Tu n'es pas sans savoir que la situation particulière de la RDC un pays sous tutelle de facto avec des troupes onusiennes, etc... ne peut se jouer qu'à l'intérieur du pays, il se joue aussi à l'extérieur ... même Tshiesekedi l'avait compris raison pour laquelle il avait parcouru plusieurs capitales occidentales

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 11/5/2014, 12:03 am

Voisin 4, merci de me reprendre sur les origines de Kamerhe. S'il est Rwandais et qu'il ment, ce serait bien dans la nature du personnage, ayant fait du mensonge et de la fabrication une strategie politique. Je crois que selon la constitution congolaise, un candidat a la presidence doit etre de pere et de mere congolais....

voisin4 a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 


"Je ne crois pas ce peuple meurtri se fera avoir une fois de plus. J'espere que quand il va sonner l'heure du reveil des Congolais, il en profitera pour reconnaitre qu'il a commis un crime d'Etat en faisant usage de faux. Je crois bien que le code penal congolais prevoit une peine consequente pour ce genre de crimes, d'autant qu'il engage toute une nation (pour ne pas dire plusieurs generations de Congolais qui feront les frais de la gestion calamiteuse de Joseph et sa bande pendant des decennies). Ses origines m'indiferrent, ce qui me derange, c'est le mensonge, la fabrication, le crime qui a permis a Joseph de se creer une identite acceptable des Congolais, sans parler du fait que Kamerhe a fait preuve d'une compromission vile et sans limites en sillonant le pays pour vendre ce mensonge aux Congolais, particulierement a ceux de son patelin."


Ma Tsippo, je me suis permis de reprendre ici le passage ci-haut.
Juste une note (highlighted in purple) pour te dire combien ce fait de faire usage de faux est mm primordial.Gravissime.
Que peut-on esperer d'un etranger au poste le plus important d'une nation? Si cela s'averait verifiable( que VK ne soit pas congolais d'origine), quel a ete, a l'origine le but de cette falsfication?
Je continue a penser que les genies du laboratoire de mille collines  doivent avoir prevu le scenario au cas ou l'idiot no2 serait oblige d'abandonner ce poste tant convoite.

Et je complete ce qui te derange Tsippo: ce qui arrive a mon peuple depuis 13 ans, n'est-il pas la consequence de cette fabrication d'un petit personnage aux origines aussi confuses que la confusion elle-mm? Et le faiseur de roi se nomme....Vital Kamehere.
Et VK a bien le profil du remplacant pour continuer leur plan. Deja il promet de verouiller les institutions et empecher tte poursuite contre son poulain. Ca s'annonce deja bien. VK ambitionne ce poste de pres, et promet une vraie democratie.
La question: Est-ce une prerogative du pres. d'une democratie d'assurer a un ex. une impunite? Bongo role  ya ba institution e ko zala nini?

Qt au devolu des congolais sur le faussaire Kamehre Rwakanisigize, je puis t'assurer madame, que you are not alone to think this man, I mean VK is a fake, an usurper. He cheated before, and nothing in his say prevents him from lying again.
Cela fait bientot 5 ans qu'il sillonne le monde, fait des conferences, au frais de? D'ou lui vient donc cette soudaine fortune qui lui donne tant de mobilite?
Et cela fait autant de tps que la mme question lui est posee sur son precieux " Vital" qu'il a garde en defiant Mobutu.
N' etait-il pas si aise pour cet intello de brandir en ce moment-la, ses differents certificats, carte pour citoyen, titres et diplomes obtenus apres 1971 ( Zairinisation) pour taire cette" rumeur", non? les ecoles de kikwit sont administrees par les missionnaires et on connait ces gens-la pour leur serieux.  Il ne l'a pas fait pcq il ne le pouvait pas. Voila.
Soki bo lobi ma Mongo aza angolaise,a ko loba na bino "boza na liboma?"' Pe  a ko tinda bino na Mt-Amba, bo tala palmares ya ba annees wana. So simple and  easy!

Sik'yo  lokola masolo ekomi ndongo, document oyo VK ko produire, mm certifie conforme a l'original, to ndim'ango?  keba na photoshop ya mikol'oyo!!!

To tika ba jeux de mains! Djo oyo na kombo ya Rwakanisigize a kosa peuple mobimba, azo kosa sik'oyo pe a ko kosa lisusu. Et le plan du messie-menteur-venu-d'ailleurs, de faire de mon pays ce qu'il veut, il peut le ramener chez lui.

Ns n'allons qd mm pas jetter notre devolu sur ce mr qui a sciemment menti a tte une nation pcq il n'ya pas d'autre candidat! Bongo Edingwe a za te? lol

To ko pona mwna mboka.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 11/5/2014, 12:13 am

Mr Ndo, comme Ma Mongo, je crois que nous ferions mieux de regarder ailleurs. Le forfait est trop important, ses consequences si tragiques que le crime ne peut etre pardonne du revers de la main. Avoir choisi "Kabila" et accepter de lier son destin a cet ursupateur doit avoir un prix. Sinon, nous risquons de nous reveiller avec un autre imposteur a la tete de ce pays.

Pour le reste, je n'ai pas de favori, sauf pour le fait que je considere que nous ne devons plus faire de compromis sur les qualites morales de nos dirigeants. Le mensonge est chose courante en politique dites-vous? Je vous reponds que le mensonge a fait perdre le pouvoir a plus d'un dirigeant, les exemples sont legion!

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Quand on fait usage de faux comme l'a fait Kamerhe en annexant des documents confirmant le parcours academique de Joseph dans son livre "Pourquoi j'ai choisi Kabila", on est faussaire n'est-ce pas?

Je n'ai rien contre la personne, c'est le politicien vereux, sans scrupules, demagogue a souhait et populiste (par-dessus le marche) qui m'horripile. Quand on s'affiche publiquement, on doit s'attendre a la critique.

Il fait tout comme il faut mais ce n'est pas un homme INTEGRE. Il n'a pas la probite morale necessaire pour assumer les fonctions qu'il ambitionne, pas apres les vampires de son ancien clan.

Il semblerait que ce soit l'homme des Francais, on a qu'a lire la presse francaise pour s;en convaincre. N'en avons-nous pas assez de ces politiciens qui vont chercher leur legitimite a l'etranger?

Admin a écrit:
Tsippora a écrit:Apres un ancien chauffeur de taxi semi-lettre, voici que les congolais jettent leur devolu sur un faussaire. Vive la RDC Twisted Evil 
faussaire???  Rolling Eyes 

Tsipora,

1. D'abord les congolais n'ont pas encore voté, nous ne sommes qu'en mai 2014 si ma mémoire est bonne.
2. Rien empêche alors la absolument rien empêche le candidat idéal selon Tsipora de se présenter
Nous sommes à moins de 24 mois des élections ... ceux qui ont mieux à offrir, le peuple ne demande qu'à les connaître.
3. Entre temps, VK s'est exprimé, et il multiplie les sorties dans le cadre de sa pré-campagne, au lieu de critiquer le peuple pour rien, proposer plutôt un autre candidat pour donner justement le choix à ce peuple de décider.

Jusque là il y a Lumbala, Kamerhe et un certain Munkonkole (je crois) qui ont annoncé leurs intentions, il est donc normal que les gens s'expriment autour de ces candidats déclarés .... et soki Ba zo se joindre na VK mabe wapi?

J'entends dire que Moïse Katumbi aussi s'y intéresse ... perso je l'aime bien mais même s'il en était pas le cas, c'est au peuple de trancher. Ce peuple connaît mieux que Tsipora ou Admin ce qui est bien pour lui. Il suffit de voir les images de VK dans l'Est pendant la dernière campagne ou son dernier périple pour voir le soutien dont il bénéficie en RDC, n'en déplaise à Tsipora ce sont eux qui voteront
Ok je vois... tu es dans ton droit ... mais je me pose des questions... le fait d'avoir annexé un document faux de Joseph fait-il de lui l'auteur derrière cette falsification!? Pourquoi ne serait il pas victime de cette supercherie ?
Perso comme bcp des congolais, j'ai bien appuyé Tshisekedi même si j'étais au courant du rôle criminel qu'il avait joué sur la pendaison d'Evariste Kimba par exemple, ce crime odieux est bien plus grave que cette histoire du livre.

Soit ... il y aurait le candidat de la France (Kamerhe) et le candidat des Américains (Katumbi) ... c'est le jeu des puissances ça tjrs été le cas. En face d'eux il y aurait Kabila (s'il décide de faire un passage en force) ou son épouse ... Je ne crois pas que Kamerhe serait le moins intègre de ces présidentiables ... mais même là ... et je me répète ... RIEN empêche le candidat idéal champion d'INTEGRITE de se faire connaître .... rien alors la rien

Kamerhe va effectivement chercher des appuis en occident mais avant tout c'est dans son fief du Sud Kivu qu'il a été cherché le soutien.
Tu n'es pas sans savoir que la situation particulière de la RDC un pays sous tutelle de facto avec des troupes onusiennes, etc... ne peut se jouer qu'à l'intérieur du pays, il se joue aussi à l'extérieur ... même Tshiesekedi l'avait compris raison pour laquelle il avait parcouru plusieurs capitales occidentales

Si on revenait sur terre, svp !
Nous sommes bien en politique, dans la discipline humaine où l'être humain s'exprime de façon presque autorisée vers les hauts et les bas des passions humaines : je voudrais voir de par le monde cet homme politique qui n'a jamais menti dans le cadre de sa "propagande"... Le bien ou le mal en politique n'est pas exactement le même qu'ailleurs !

Etre coupable ou complice d'un faux document comme Kamerhe (le faux diplôme) pour promouvoir la candidature de son "héros" d'alors, Kanambe, reste une faute morale grave mais moins préjudiciable accomplie lors d'une campagne politique; de plus ces manœuvres participaient d'une escroquerie où belges, américains, français... n'étaient pas les moins à blâmer : argent, personnel civil et militaire, logistique matérielle et diplomatique... nous avaient assiégés alors pour imposer la personne de "JK" à la tête du pays, ne l'oublions pas trop vite !
Je ne connais pas les détails de l'itinéraire personnel de Kamerhe : est-il le "faussaire" qu'on reproche en politique dans sa vie quotidienne; a-t-il un casier judiciaire lourd des crimes et délits ? Quel est cet homme politique Congolais qui peut nous assurer qu'il est blanc comme neige en politique ?

Comme dit Admin, nous sommes en mai 2014; d'ici avant la campagne 2016, le(s) leader(s) politique(s) qui croient valoir mieux que Kamerhe qui ne fait pas mystère de sa candidature ou simplement qui se voient capables de postuler se présenteront à nous et chacun pourra choisir mais aujourd'hui Kamerhe qui est là, fait preuve d'un savoir-faire politique que beaucoup apprécient...
Que certains le choisissent déjà, où est le problème, s'il s'en présente meilleur pour d'autres face à lui ils les choisiront,  mais ces anathèmes expéditifs, ces avis définitifs sur un homme qui a encore à nous prouver tout ce qu'il vaut en nous basant sur une analyse plus moraliste que politique, comme si nous étions convaincus à 100% qu'il fera toujours moins bien que ce que le pays peut attendre d'un PR...
Et personne ne peut raisonnablement reprocher à Kamerhe son passage en Europe (ou en Amérique); n'est-il pas le parcours obligé de tout prétendant avisé dans notre pays ?
Ailleurs, faisons peur-être confiance au peuple, si le scrutin est transparent et crédible, il choisira ou ne choisira pas en sa conscience Kamerhe et sera la meilleure réponse à toutes nos "spéculations" !


A propos, pour Ma Tsippo et les autres, j'ai dès le coup de gueule de Kerry posé une question à ce propos : qui voyez-vous ou qui voulez-vous qu'il succède à "JK"; je n'ai en l'occurrence pas vraiment besoin de pronostic mais d'appréciation argumentée de chacun selon ses valeurs et son expertise; voilà peut-être où nous pouvons mieux nous éclairer entre nous par les choix des uns et des autres !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 11/5/2014, 12:38 am

Un petit rappel du parcours et du bilan de Kamerhe, gracieusete du GRARC. Bonne lecture.


Chers compatriotes,  Le GRARC, qui a pris la décision de ne plus laisser les congolais dans les ténèbres de l’ignorance, a décidé de vous présenter aujourd’hui un des rares spécimens de l’imposture dont les jongleries ont longtemps fait illusion, au point de séduire et de tromper même ceux d’entre nous qui ne sont pourtant pas dépourvus d’équilibre psychologique. Il s’agit de monsieur Vital Kamere ou Kamerhe Rwakanyasigize alias Lwa Kanyiginyi NkingiVital Kamerhere, en effet,est accusé par une grande majorité de Congolais, notamment ceux de Kikwit où il avait passé la majeure  partie de sa jeunesse, comme étant originaire du Rwanda. De ce fait, comme le souligne l’ambassadeur américain à Kinshasa (voire Wikileaks) et plusieurs diplomates occidentaux, il est un artiste, menteur, jongleur et manipulateur. Les mêmes qualificatifs dénoncés par tous ceux qui connaissent bien tous les Tutsi. En réalité, il est donc prudent de faire attention quand nous parlons d’un Rwandais et ou d’un Tutsi car il n’y a pas de différence par leur façon de percevoir  la vérité. C’est dire que toute leur existence socio-politico-économique est émaillée par les mensonges dépassant tout entendement du plus petit au plus grand en passant par les autorités publiques. C’est dans leur nature. Le mot « Kamere » est  qui signifie en Kinyarwanda : nature, habitude, comportement, alors qu’il n’existe pas dans la langue dont il se réclame : le « Shi ». Les ethnologues trouveront les matériaux permettant de rétablir la vérité dans un avenir proche pour le compte de l’histoire de la nation congolaise.

I.- NAISSANCE ET ETUDES :  Il est né un certain 4 mars 1959, à Cyangugu, au Rwanda, poste frontalier avec le Congo dans le Sud-Kivu. Sa grand-mère est Rwandaise et vit encore à Cyangugu et son cousin est le général de brigade rwandais Gratien KABILIGI. Fils de Constantin, arrêté le 18 juillet 1997 par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda et transféré à Arusha, en Tanzanie. Leur grand-père commun est M. KANYIGINYA du clan royal Hutu des Banyiginya de la Préfecture de Cyangugu. Le général Gratien KABILIGI est né à Rusunyi en décembre 1951 et il a fait ses études secondaires  au Collège St Paul à Bukavu, sous les bons soins de son oncle paternel Constantin KAMERE. Avant le génocide de 1994 au Rwanda, le général Kabiligi était commandant des opérations à Byumba, au Rwanda, avant de devenir commandant des opérations au Sud-Kivu pendant l’aventure de l’AFDL.  On retrouvera Vital Kamerhere dans les années 70 à Kikwit, dans le Bandundu avec son oncle, travaillant à l’Office des Routes pour les uns  et comme Assistant à l’I.S.P./Kikwit, pour les autres. Et lui, il est parti étudier à Kikwit Sacré/Cœur   plus précisément  à INDOBO (Institut St Jean-Bosco, des Frères Joséphites) de 1971 à 1975. Lui-même dira, à l’Institut St François Xavier (en maths et Physique), Institut Sadisana (ex ISFX).  Il quittera Kikwit pour Kananga, pour étudier  à l’Institut Mulemba de 1976 à 1980, pour avoir son diplôme d’Etat, en 1980. Il  mettra à son actif ce périple riche en découvertes pour apprendre à parler non seulement les quatre langues nationales du Congo (tshiluba, kikongo, swahili et le lingala) mais aussi le Kinyarwanda et le kirundi. Mais il ne saura se comparer à certains intellectuels congolais tels que le Professeur Mathieu Musey qui en parle et écrit couramment 11 langues et le Cardinal Monsengwo, 16 langues du monde et du Congo. Cette perfidie de polyglotte aurait facilité et en même temps justifié amplement le recrutement de Rwakanyasigize Kamere dans les services de renseignements rwandais afin d’infiltrer les institutions de notre pays.  Il ira s’inscrire à l’Université Nationale du Zaïre (UNIKIN) à Kinshasa, de 1980 à 1987 pour obtenir une Licence en Economie agricole (C’est sa spécialité) et il sera retenu comme assistant de 1987 à 1995. En 1995, il sera chargé des cours à l’IPN, en gestion financière.Il est marié à la fille de l’honorable BOJI, Mme Mamick Boji, une Mushi du Sud-Kivu, il est père de huit enfants. C’est sa femme qui est originaire du village Ngweshe, Secteur Bulwi, territoire de Walungu, district et province du Sud-Kivu. Par stratégie, il a endossé l’étiquette de « mushi » à la place de son épouse.

II.- Carrière politique :  1.- Sous Mobutu :1988-1989 : Il était coordinateur de la Cellule d’études et de planification de l’Enseignement supérieur et universitaire ;1989-1990 : Il fut conseiller dans le cabinet du Ministre des Mines et Energie (Mushobekwa Kalimba wa Katana ?) ;1991-1992 : Conseiller au cabinet du vice-premier ministre et ministre de l’Industries et PME et, en 1992-1993 : conseiller au cabinet du Ministre des PTT ;

2.- Sous la Transition :Il se dit président de la Jeunesse de l’USORAL. Je peux confirmer ici que cette structure n’avait jamais existé à l’USORAL (qui n’a été créée qu’après les négociations du Palais du Peuple). A l’USOR, il y avait le STOP (Secrétariat technique de l’Opposition radicale, avec souvent, Kibasa-Maliba, Jacques Matanda, José Otshudi Olengankoy etc…). Mais d’autres sources confirment qu’il militait en ce moment-là, au sein du FROJEMO (Front des Jeunes Mobutistes) qui, à l’époque, avait assassiné l’Editeur du journal NSEMO et Inspecteur des Finances, Adolphe KAVULA (conseiller financier de l’UDPS).  Il semble qu’il avait été directeur de cabinet de Loseke Tharcisse alors ministre de l’Environnement et du Tourisme de Tshisekedi dans le gouvernement issu de la Conférence Nationale Souveraine. Il reste à vérifier ! En 1994, il est dans la cellule de crise du cabinet du Premier ministre, Léon Lubicz alias Kengo wa Dondo et participera à certaines négociations. C’est donc depuis des années que le sieur Vital Kamerhere travaille en intelligence avec le Rwanda, son pays d’origine, jouant fidèlement une partition conçue et exécutée par les Maestro Paul Kagame et Hyppolite Kanambe.

3.- Sous l’AFDL ET « Joseph Kabila » : 1997-1998 : Il est directeur administratif (des ressources humaines) au Service National, au cabinet du général Denis Kalume , dans le cadre de la politique de l’autosuffisance alimentaire (Il avait le profil de l’emploi au vu de son diplôme, économie agricole !).Son comparse, Kikaya Bin Ramazani, dit de lui : « Sur ces entrefaites survient la guerre du 2 août 1998, le général Denis Kalume se voit confier des missions militaires. Kamere se retrouve tout naturellement dans les rangs des négociateurs de l’Accord de Lusaka. Voilà comment M. Kamerhe, à l’ombre du général Kalume, entre dans le pré carré de M’zee.  Charmeur notoire, pianotant sur les fibres swahiliphones, il parvient à contourner son chef direct et tente même de marginaliser M. Yerodia Abdoulaye Ndombasi pendant les négociations. L’audace va jusqu’à pousser Vital Kamerhe à signer des documents non-avalisés par ses supérieurs, ce qui a failli lui coûter la prison, n’eût été la clémence du président Laurent Désiré Kabila ». C’est à Lusaka qu’il sera découvert comme agent appartenant aux services secrets rwandais de Paul Kagame et de Ruberwa Azarias distribuant l’argent de la corruption aux délégués congolais. De retour à Kinshasa, il sera entendu sur procès-verbal au Comité National de Sécurité (sous Nono Lutula) pour ses activités subversives pro-rwandais à ces assises. Vital Kamerhe Rwakanyasigize sera ainsi démasqué comme sujet Rwandais infiltré au Congo depuis sa jeunesse.  1998-1999 : Il est directeur de cabinet au Ministère de la Reconstruction nationale, chez le général Kalume.

5.- LA MONUC ET LE CONGO :1999-2002 : Au moment de la signature de l’accord de siège entre la RDC et l’ONU pour la mise sur pied de la MONUC, il sera désigné Commissaire général adjoint du gouvernement auprès de la MONUC. Le titulaire est M. Léonard NTWAREMBA ONFRE. Gustave VANGU Mambweni, sera nommé aussi Commissaire général adjoint comme lui. A la recherche de la visibilité et voulant être de toutes les négociations, Vital Kamerhe va davantage pianoter sur les fibres swahiliphones pour supplanter son nouveau chef.  Son comportement de mouchard va desservir la cause nationale et annihile l’action de cette structure qui avait pour mission de gérer les relations entre le gouvernement et la MONUC. Vous remarquerez que dans son C.V. lancé sur son site, il ne parle que de lui, expert ( !) (Economie agricole ?!) dans la signature de certains accords avec la MONUC et les agresseurs, alors qu’il n’était qu’un adjoint de Léonard Ntwaremba et collègue de Vangu Mambweni qui a fini par être empoisonné ! (expert en co-rédaction, en co-signature ! n’étant ni politologue ni juriste !).2002-2003 : Il est nommé par « Joseph Kabila », en qualité de Commissaire général chargé de la Paix dans les Grands Lacs. A ce titre,  il prendra part aux négociations de Gaborone, Addis-Abeba, Pretoria, Luanda, Lusaka et SUN CITY (Afrique du Sud).

6.- DIALOGUE CONGOLO-RWANDAIS (D.I.C) :  « NOUS SOMMES TOUS LES ENFANTS DU RWANDA » A l’aube de l’étape préparatoire de ces pourparlers, un médiateur, mieux un facilitateur a été nommé en la personne de Sieur Ketumile Massire, ancien président du Botswana. Les invitations ont été lancées pour une première rencontre à Gaborone, en 2001 et ensuite, aux étapes d’Addis-Abeba, Luanda, Pretoria et Sun City I et II. Durant toutes ces étapes, Vital Kamerhere a toujours cherché à être à la pointe de toutes ces négociations, mais la charge revenait tour à tour à Léonard She Okitundu, Théophile Mbemba et Augustin Katumba Mwanke. Simple délégué, il voulait toujours s’attribuer le rôle prépondérant en s’autoproclamant , sans titre ,porte-parole de cette délégation.  Pour ce, dit encore Kikaya, il s’attire l’attention des médias en apparaissant toujours aux côtés de M. Azarias Ruberwa du RCD/Goma (Rwanda) et d’Olivier Kamitatu (Ouganda et MLC). On remarquera à Sun City, qu’au moment où ces deux « collabos » du Rwanda et Ouganda brillaient, Vital Kamerhere (économie agricole) se perdait dans un verbiage creux, sans substance, faisant du camp gouvernemental, celui qui communiquait très mal. Etait-ce une stratégie, une intelligence, une complicité pour faire triompher la cause des Rwandais ? Est-ce que ses autres compagnons avaient-ils tenu compte de ce qui s’était passé avec ce Monsieur à Lusaka ? au CNS ? ou est-ce par simple naïveté, incompétence ? (En dehors du juriste Okitundu, les autres n’étaient que des scientifiques .L’un, Théophile Mbemba, est chimiste et l’autre, Katumba Mwanke, ingénieur en mécanique ! Les affaires internationales n’étaient donc pas de leur compétence !  Faut-il vous dire que M. Vital Kamerhere, en ambitieux démesuré, réclamera à sa composante le poste de Vice-président de la République du fait que son frère Ruberwa était désigné de son côté aussi vice-président. C’est aussi pendant les travaux de Sun City, qu’un bureau d’études rwandais va le reconnaître comme un enfant du pays, le Rwanda. Et les documents fiables sortiront de ces assises, le taxant de RWANDAIS, fils du pays. Un article sortira d’ailleurs à Sun City, intitulé : « Nous sommes tous les enfants du Rwanda » et la délégation du Gouvernement (à cause de « Joseph Kabila » et de Kamerhe) et le RCD/GOMA. Mais il sera rappelé à l’ordre, et n’obtiendra que le poste de ministre à l’information en dernière instance, ayant joué au suicide ! 2003-2004 : Il va devenir, en dernière minute, ministre de l’Information et Presse. En effet, son nom ne figurait pas sur la liste à l’atterrissage dans la ville de Mbandaka où siégeait « la composante » gouvernement. Les bruits circulaient à Mbandaka de son suicide. « Joseph Kabila » va faire marche arrière et demander à Kikaya de lui laisser ce poste là. Il fera la remise-et-reprise avec le cabinet de son ami Kikaya Bin Karubi où travaillait sa petite sœur, la Rwandaise (l’épouse du gouverneur José Makila).

7.- A L’ASSEMBLEE NATIONALE : Le 31 mars 2004 : Le PPRD, Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement est créé,  soi-disant, d’obédience Social-démocrate. Et le 1er juillet 2004, il sera désigné, eu égard à ses arguments relatifs aux  4 langues nationales, le secrétaire général du PPRD. Des millions de dollars US seront débloqués pour qu’il implante le parti à travers tout le pays et surtout, pour relever le pari électoral en faisant campagne pour son maître, tout en écartant ses autres camarades du parti et les autres forces approchées, n’étant pas favorable à l’A.M.P. Le 10 mars 2006, dans le cadre de la campagne présidentielle et pour soutenir la candidature d’Hyppolite Kanambe alias « Joseph Kabila », il publie un livre : Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila ? C’est dans ce livre qu’il va livrer certains secrets et détails démontrant comment son président, Brutus, a participé minutieusement à l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, le 16 janvier 2001. Même s’il n’est pas dit quelque part, qu’il était complice ou en intelligence, dans cet odieux assassinat ! En juillet 2006, aux résultats des élections législatives, il est élu député national du P.P.R.D. du Sud-Kivu et en décembre de la même année, il est élu président du Bureau définitif de l’Assemblée nationale avec toutes les voix réunies de l’AMP et de l’opposition, alors qu’il ambitionnait de devenir le Premier ministre en lieu et place de Monsieur Antoine Gizenga. C’est pendant son règne en qualité de secrétaire général du PPRD et de la présidence de l’Assemblée nationale (cumul des fonctions) , qu’il va exclure les Congolais de la Diaspora du processus électoral. Pendant son mandat, il va jouer à l’équilibriste en favorisant de temps en temps l’Opposition dans certaines prises de position, au détriment de sa propre majorité. Il donne  l’impression de se venger de n’avoir pas été désigné Premier ministre. Il va refuser d’initier une démarche pour demander un Tribunal Pénal International pour le Congo, n’ayant aucune considération pour les 8 millions de morts congolais, crimes perpétrés pourtant par ses frères Rwandais dont il est complice. En revanche, sous son règne, monsieur Kamerhe a plutôt choisi d’accorder une amnistie collective à ces mêmes criminels tels que Nkund[abattoir de Mushaki], Jean-Bosco Ntaganda,Amisi alias Tangofort, etc. pour des crimes de guerre et contre l’humanité pourtant imprescriptibles ! C’est aussi pendant qu’il était au perchoir qu’une partie du Territoire de Kahemba avait été lâchée et cédée aux Angolais. C’est encore lui qui avait fait voter un moratoire de six mois, finalement à durée indéterminée, pour couvrir tous les députés (comme lui-même) non Congolais qui siègent au sein du parlement (problème de double nationalité, anti constitutionnel). C’est pendant qu’il était au pouvoir au Parlement que la pétition initiée pour déchoir « Joseph Kabila » de ses fonctions, constitutionnellement, pour haute trahison, avait été détournée ! Le fond de l’histoire est que Kamerhe n’a pas contesté « Kabila ». Il lui a plutôt sauvé la mise. Les Congolais ne doivent pas se laisser duper. En janvier 2009, lorsque Hyppolite Kanambe et Paul Kagame tous deux de l’I.T.P., changent de stratégie en ce qui concerne l’occupation de la province du Kivu en inventant l’opération « Umoja Wetu » (notre unité retrouvée de l’ITP dont les termes sont restés secrets jusqu’à ce jour) entre les restes des FARDC et l’APR pour, soi-disant, combattre les FDLR entre les 20 janvier et 27 février 2009, craignant d’être découvert et vomi par les Députés congolais pour haute trahison, il va publiquement s’opposer et critiquer « Joseph Kabila » sous prétexte que le Parlement n’avait pas été convié à ces accords. Un conflit d’intérêt éclata  ,et Kamerhere sera contraint sous la pression de Paul Kagame, de démissionner de la présidence de l’Assemblée Nationale ,moyennant une corruption de 200.000$, le 26 mars 2009, entraînant ainsi le départ de tout le bureau, Lutundula, Marc Mvwama, Bahati et consorts.

 IV.- WIKILEAKS :  L’ambassadeur américain à Kinshasa livra un portrait nuancé de Vital Kamerhere en ces termes : « Sa réputation de leader modernisateur démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité. Tous ces diplomates avec qui nous avons parlé s’accordent sur le constat que Kamerhere recourt fréquemment au mensonge pour s’assurer un gain politique ». Et le diplomate d’ajouter : Nos informateurs nous rapportent que son ambition de devenir un jour Président a compromis son jugement. Il est soupçonné d’avoir bloqué des enquêtes sur les allégations de détournements de sommes considérables (200 millions de $) lors de sa présidence à l’assemblée nationale, notamment des investissements pour construire un véritable Parlement au Congo.  Le 14 décembre 2010, il crée son propre parti : Union pour la Nation Congolaise ! Avec quelques fidèles du PPRD tels que Claudel Lubaya du Kasaï Occidental,Bertrand Ewanga de l’Equateur, Mme Odette Babandowa de la province Orientale, etc.Le 16 décembre 2010, en voyage de propagande à Goma, il dira à la population de cette ville : Je suis venu dire à la population de Goma que j’avais menti en 2006 » (Radio Okapi). C’est la preuve de ce qu’il fallait démontrer, « l’Ugegbe », la nature mensongère d’un Tutsi. V.- MORALITE : CRIMES SEXUELS :Quelle réputation habite ou entoure le sieur Vital Kamerhe auprès de ses proches collaborateurs ? Un véritable criminel sexuel, viol, tentative de viol, détournement des mineures, infidélité, etc. Au parlement, un scandale avait éclaté entre le président et son vice-président, M. Marc Mvwama au sujet de l’épouse de ce dernier. Vital s’était emparé de l’épouse de Marc sans gants ni bottines. Il a fallu à leur hiérarchie d’intervenir pour étouffer le scandale. Mais le divorce était d’ores et déjà consommé. Faut-il parler encore du divorce consommé de M. Didier Kinwani et son épouse à cause d’un « Mario » appelé Vital Kamerhe Rwakanyasigize ? En effet, l’épouse du diamantaire Didier flirtait avec lui et volait des graines de diamants pour les confier à sieur président Vital Kamerhe. Le scandale ayant éclaté, la femme avait été répudiée sur-le-champ. A-t-on encore le temps de parler de la pédophilie au Congo, du règne des « coca-cola » (filles mineures) de Koffi Olomide, Ngiama Werasson, Domingos, Félix Wazekwa, Féré, Ipupa, etc… Trop c’est trop. VI.- MANDAT D’ARRET INTERNATIONAL n°140 : A la suite de toutes ces révélations, le mandat d’arrêt international portant le N°140 sur les 400 mandats, faisant suite à la liste élaborée par les enquêtes menées par des chercheurs indépendants, sera lancé contre M. Vital Kamerhe Rwakanyasigize, alias Lwa Kanyiginyi Nkingi, en qualité d’idéologue, pour intelligence et complicité de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. En effet,  Wikileaks et les Américains nous disent qu’il était plusieurs fois chargé par Kanambe d’aller remettre des fonds, armes et munitions à son frère Laurent Nkund[abattoir de Mushaki], le génocidaire, recherché depuis plusieurs années déjà par la Cour Pénale internationale. Au surplus, dernièrement, le Colonel Richard BEIZA Bamulhiga de la Police Nationale congolaise, matricule n°38029/F confirmait, dans une déclaration remise à la Cour Pénale internationale de la Haye, depuis Kampala (Ouganda) où il s’était réfugié après avoir échappé à la mort à Kinshasa, l’implication non seulement de Hippolyte Kanambe dans les massacres de Bogoro et Nyankunde en Ituri (Province Orientale) en 2002, mais aussi du général Kisempia, le colonel Aguru, le Major Duku, tous chargés des opérations (massacres) sous la couverture du RCD/KML de Mbusa Nyamwisi. Sans oublier Samba Kaputo, Mbusa Nyamwisi lui-même et notamment le sieur Vital Kamerhe qui servait d’agent de liaison pour le compte du commandant Hyppo, en Ituri. Il nous  renseigne aussi qu’il était plusieurs fois chargé par Kanambe d’aller remettre les armes, munitions et de l’argent liquide chez le chef Kawa des Hema pour créer une nouvelle milice en Ituri, le PUSIC et en même temps il armait les Lendu de l’APC où il y a eu des massacres sans nom… Une véritable tragédie, des milliers voire millions des morts, signée Kanambe et Kamerhe au nom de l’International Tutsi Power.  Le colonel Richard Beiza dira en conclusion : « Ce que vous devez savoir c’est que le président Kabila est un sanguinaire et je suis en mesure de le confirmer et de le prouver car j’ai travaillé durant 5 ans dans les services secrets de la présidence. Et il n’hésite pas à sacrifier des vies humaines pour cela. Le cas de l’Ituri est bien un exemple pour illustrer sa façon de concevoir la gestion du pays. C’est assez triste que la Communauté internationale ne puisse pas comprendre que la RDC est dirigée par un Machiavel sanguinaire » (Interview du jeudi 21 avril 2011, sur Website lemillenaireinfoplus.com, copie adressée à la C.P.I).A la CENI, la Cour Suprême de Justice et le Procureur général de la République de se saisir de ce lourd dossier d’une nouvelle imposture, faux et usage de faux concernant le sieur précité, Vital Kamerhere.

VII.- CONCLUSION : 1.- Il est dit que l’une des sœurs de Vital Kamerhe travaillait dans le cabinet de Monsieur KIKAYA, alors ministre de l’Information et ne se cachait pas de dire tout haut qu’elle était Rwandaise de père et de mère. Dans ce cabinet là, le Directeur de Cabinet était un Rwandais, membre du Comité directeur du parti CEREA qui avait été invalidé à la C.N.S du fait d’être un parti des Étrangers (Tutsi rwandais) et qui avait été expulsé du Congo, en septembre 1996. Kikaya qui venait de dénoncer Kamerhere devrait nous éclaircir sur ce sujet précis.

2.- José Makila alors Député national et  élu Gouverneur de l’Équateur, auteur de la motion sur la double nationalité au Parlement, disait tout haut qu’il avait épousé coutumièrement la sœur de Kamerhere, sa femme, à Kigali, chez les parents de Kamerhere. Makila l’attendait au tournant pour le dénoncer publiquement comme étant un vrai Rwandais de père et de mère et un grand menteur, jongleur, artiste et dribbleur.

3.- On le verra lors des négociations de Lusaka, à l’Hôtel, la nuit, en train de distribuer des enveloppes venant du Rwanda et le texte rédigé au Rwanda aux délégués congolais pour qu’ils ne touchent pas au contenu de ce texte car ils seront nommés ministres dès leur retour à Kinshasa. Il sera interpellé par le Conseil National de Sécurité sous Nono Lutula, entendu sur procès-verbal. Il sera découvert que le Monsieur est un sujet Rwandais infiltré au Congo depuis son jeune âge. Il sera reconnu comme agent rwandais en intelligence avec le RCD/Rwanda (Ruberwa et Paul Kagame).

4.- Légèreté. Vital Kamerhere, président de l’Assemblée, a été l’auteur provocateur des divorces de son vice-président, Marc Mvwama et de l’homme d’affaires Didier KINWANI. Ce dernier a répudié sa femme depuis Paris pour l’avoir surprise en train de voler une bonne quantité de son diamant en faveur de Vital Kamerhe (avec preuve à l’appui) et le divorce a été consommé sur-le- champ.

5.- Dans son Curriculum Vitae, M. Vital oublie de mentionner qu’il a étudié à Kikwit par le simple fait qu’à Kikwit, il était bien connu comme un Rwandais et non un Congolais. Un de ses professeurs de l’INDOBO l’avait reconnu et recommandé, en 1992, lors d’une manifestation de la Congrégation des Frères Joséphites, à St Théophile dans la commune de Lemba, comme un sujet Rwandais qui parle nos quatre langues. Un exemple à suivre aux jeunes congolais de Kinshasa qui ne se contentent que du « Lingala ».

6.- Toujours dans son C.V., il ne veut pas dire qu’il a commencé à travailler chez Mushobekwa aux affaires étrangères, car on risque de l’associer à celui-ci, un Rwandais de souche comme lui. Il ne manque pas aussi d’avoir travaillé chez Mirindi Ruena (le neveu de Bisengimana Barthélemy), on risque de le découvrir en tant que  Rwandais comme Mirindi. Il ne mentionne pas aussi avoir été dans la cellule du cabinet Kengo wa Dondo en 1996-97. Sinon on va le taxer de Rwandais comme Kengo wa Dondo.

7.- VITAL KAMERHE ET LA GUERRE DE L’EST. L’ambassadeur américain le dit dans un langage diplomatique. Celui-ci l’accuse « d’attiser le feu du conflit dans les provinces déchirées par la guerre du Nord et du Sud Kivu ». L’ambassadeur américain, l’accuse encore diplomatiquement, « d’avoir acheminé de l’argent à KUND[ABBATOIR DE MUSHAKI] pour tenter de perturber Kabila ». Il n’est un secret pour personne que Laurent Kund[abattoir de Mushaki], ancien étudiant rwandais à l’Université de Kisangani (2ans de graduat en pédagogie), est un Lieutenant de l’APR/FPR prêté au RCD/Ruberwa.

8.- MENTEUR ET MANIPULATEUR NE. Le câble montre par ailleurs très bien comment les diplomates occidentaux à Kinshasa se réunissent régulièrement pour accorder leurs violons sur la situation intérieure congolaise. Lors de ces rencontres où ils recoupent les propos tenus par Vital Kamerhe à ses différents interlocuteurs, GARVELINK, l’ambassadeur américain à Kinshasa et ses homologues de la Troïka et  de la Communauté internationale (France, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, Canada, Espagne, Italie, Portugal, Japon, Chine, Russie etc.) croient pouvoir déceler « qu’il a clairement tenté de manipuler les ambassadeurs étrangers à son avantage ».

9.- MENSONGE.  Sur son C.V., ce menteur fait curieusement disparaître, 20 ans après, son prénom de Vital et refuse de reprendre RWAKANYASIGIZE pour éviter que cela se fasse rappeler le Kinyarwanda .Il opte pour le post-nom de Lwa KANYIGINYI Nkingi qui aussi n’est que celui de son grand-père M. KANYIGINYA du clan  royal des Hutu des Banyiginya de la préfecture de Cyangugu.

10.- JUSOR (Jeunesse de l’Union Sacrée de l’Opposition radicale). Tous les acniens membres de l’USOR,de l’USORAS et de l’USORAL sont formels : ils n’ont  jamais vu ni rencontré lors de leurs innombrables rencontres à Limete ou ailleurs dans les 24 communes de Kinshasa, un certain Vital Kamerhe Rwakanyasigize alias Lwa Kanyiginyi Nkingi comme président de la soi-disant Jeunesse de l’USOR, cellule qui n’existait même pas. Cette branche ou ce rôle-là était confié au STOP (Secrétariat Technique de l’Opposition radicale) à Olengankoy, Jacques Matanda, Tshiyoyo Mufwankol, Mme Martine Nole, Frédéric Masini, Eva Muakasa, Benjamin Mukulungu, Ndume, Badibanga, Ezuluwa, etc. Jamais entendu parler d’un certain Kamerhe à l’USOR, USORAS, USORAL, jamais, jamais. Quel gros mensonge ? Ce Rwandais Tutsi ou Hutu (c’est blanc bonnet, bonnet blanc), au nom de Vital Kamerhe est dangereux, voire très dangereux pour le Congo et les Congolais, pour le Sud-Kivu et le Kivu. Il y a lieu de le dénoncer haut et fort pour qu’il puisse disparaître définitivement du Congo, comme c’est le cas de ses frères, Rwamakuba Déogratias, Douglas, alias Bugera, BIZIMANA KARAMUHETO alias Bizima Karaha, Didier Kazadi, alias Dieudonné NYEMUREMIE alias Dieudonné Mbuyi, Idi Omar selon les circonstances. Ce dernier est né à Bujumbura en 1947. Il est bel et bien de nationalité burundaise, un repris de justice, condamné à mort, évadé et recherché dans son propre pays, le Burundi ,jusqu’à ce jour. Le GRARC demande aux Congolais de connaître et faire connaître la véritable identité de tous ceux qui vagabondent dans les couloirs du pouvoir d’occupation pour ne plus tomber dans nos erreurs du passé. Ainsi, aujourd’hui, il s’agit de Vital Kamerhe qui aspire lui aussi à la magistrature suprême dans notre pays .Mais, marchant sur les pas de «Joseph Kabila», il continue à éluder ces nombreuses questions que lui posent les Congolais : Aveu de culpabilité ? Paradoxalement, pour des situations à peu près similaires dans d’autres pays, tels que la France ou les Etats-Unis d’Amérique, les candidats à la magistrature suprême se font un devoir et même une fierté de produire pratiquement leur arbre généalogique (autant qu’ils le peuvent). C’est notamment le cas  du président américain, Monsieur Barack Hussein Obama, qui a été obligé de produire un acte de naissance authentique prouvant qu’il est bel et bien né sur le sol américain, en l’occurrence à Hawaï. L’actuel chef de l’Etat du pays le plus puissant de la planète s’est justifié sans tergiverser en produisant tout simplement le document demandé. Au Congo-Kinshasa toute question relative aux ascendants de certains candidats à la présidence de l’Etat ou de simples acteurs politiques, est devenue subitement un sujet tabou. Même certains observateurs étrangers, dont les Etats sont pourtant allés jusqu’à instituer des tests ADN pour vérifier la filiation ou établir la véritable identité des étrangers qui veulent s’établir sur leur territoire, s’insurgent lorsque les Congolais tentent tout simplement de mieux connaître ceux qui ont la prétention de devenir leurs dirigeants. N’est-ce  pas une préoccupation légitime ? Les cris au « scandale » et les atermoiements hypocrites de certains ne nous arrêteront pas. Notre peuple n’est pas xénophobe, il est simplement devenu plus exigeant et vigilant comme d’autres bien avant nous. Au vu des intentions avérées du Rwanda de noyauter nos institutions dans le but de déstabiliser  de piller et de balkaniser le Congo, cacher ses origines pour accéder à la magistrature suprême ou à d’autres fonctions stratégiques devient une affaire d’Etat. Vital Kamerhere n’a pas hésité à profiter du désespoir de toute une population particulièrement meurtrie qui le considérait comme l’un des leurs. Les viols, les massacres, la misère et toute la détresse des Kivutiens qui croyaient en lui ne l’ont pas empêché de mentir, y compris sur la véritable identité de « Joseph Kabila ». Ceci à la fois pour pouvoir atteindre des objectifs personnels, et parce que ses accointances avec Kigali ne lui permettent pas de faire autrement. Aujourd’hui les Congolais sont à nouveau prévenus, y compris par un diplomate américain via Wikileaks. Le portrait de Vital Kamerhere par l’ambassadeur américain, Monsieur GARVELINK n’est pas des plus sympathiques d’après celui-ci : « sa réputation de leader modernisateur, démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité ». Selon le diplomate, Kamerhere est un « menteur », un « manipulateur », et il évoque même des accusations de corruption à son encontre… Où sont passés les 200 millions de dollars américains destinés à construire une nouvelle assemblée nationale, mais vidés des caisses du parlement,  Le GRARC ne ménagera aucun effort afin de permettre aux congolais de mieux connaître tous ceux qui, tapis dans l’ombre de la congolité, servent en réalité les intérêts étrangers.

Thomas MBEMBELE
Président du GRARC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 11/5/2014, 1:09 am

http://www.congosynthese.com/news_reader.aspx?Id=5088

Mr KAMHERE fait son méa culpa sur le livre à la gloire de kabila un fin stratège botanga c'est long...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 11/5/2014, 1:30 am

Tsippo, attendons le démenti du sieur KAMHERE eza nsomo trop de rwandais infiltré RDC eza passoire avec la complicité de certains d'entre nous.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  ndonzwau le 11/5/2014, 10:03 pm

ndonzwau a écrit:
"Questions directes à Vital Kamerhe (*)
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8907
Agé de 55 ans, ancien président de l’Assemblée nationale étiqueté PPRD (parti présidentiel), Vital Kamerhe a repris sa liberté, en décembre 2010, après sa démission forcée en mars 2009 de la présidence du Bureau de la chambre basse du Parlement. Il lui a été reproché notamment d’avoir émis des «réserves» suite au déploiement des soldats de l’armée régulière du Rwanda (RDF) dans la province du Nord Kivu alors que les deux Etats étaient en «belligérance». En janvier 2011, «V.K», comme l’appellent ses proches, a créé son parti, «Union pour la Nation Congolaise» (UNC). Quatre années après sa rupture avec la «Kabilie», des voix continuent à s’élever pour reprocher à Kamerhe son opuscule «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila», publiée à la veille de l’élection présidentielle de 2006. Mercredi 7 mai, «Vital» était de passage à Bruxelles. Une occasion pour la rédaction de Congo Indépendant de lui poser quelques questions d’actualité brûlante. A savoir notamment le récent séjour kinois du secrétaire d’Etat américain John Kerry, les expulsions massives des ex-Zaïrois du Congo-Brazzaville et l’élection présidentielle de 2016. Au fil de l’entretien, il a lancé cette phrase : «Je dis mea culpa pour le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila». Twisted Evil  Rolling Eyes  Basketball  Basketball 

Comment allez-vous ?

Je me porte bien au plan physique, moral et spirituel. En revanche, je me porte mal parce que le Congo va mal ! Le pays est conduit dans la mauvaise direction par les gouvernants actuels. Le pays va droit en «enfer».
Qu’entendez par «enfer» ?
Je veux dire simplement que le Congo-Kinshasa est un paradis sur terre. Hélas, les gouvernements précédents et surtout celui de Joseph Kabila a fini par le transformer en enfer. A titre d’illustration, les deniers publics sont détournés, tous les biens de l’Etat sont devenus la propriété de Kabila et de sa famille biologique. Sans oublier les membres de son entourage. Le patrimoine minier de la Gécamines est bradé au profit d’un expatrié tandis que la MIBA (Minière de Bakwanga) est vidée de sa sève. Dans la Province Orientale, Kilo Moto a perdu ses mines d’or ; le minerai de fer est passé sous le contrôle d’un seul homme. Dans les provinces du Kivu, des bandes armées bénéficiant des complicités internes pillent le coltan. Au Bas-Congo, les habitants de la ville de Moanda continuent à croupir dans la misère sociale pendant que chaque parcelle est envahie par des installations de forage des sociétés pétrolières. La situation décrite ici est tout simplement inacceptable. Voilà pourquoi, nous nous sommes engagés dans un combat acharné pour la démocratie. L’objectif consiste à mettre fin à cet état de chose. Et ce, y compris par le recours à l’article 64 de la Constitution qui reconnait à chaque Congolais le droit de s’opposer à un individu ou groupe d’individus qui veulent exercer le pouvoir en violation de la loi fondamentale.

Que répondez-vous à ceux qui doutent de la sincérité de votre combat à cause de votre ouvrage «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila» ?
Je leur répondrai qu’Etienne Tshisekedi qui est notre «icône nationale» incontestée – le leader incontesté de l’opposition -, a été, à une époque de sa vie, le rédacteur du «Manifeste de la Nsele» avec Mobutu (Ndlr : projet de société du régime Mobutu publié en 1967). Avant leur rupture au début des années 70, on a vu Tshisekedi et le président Mobutu porter des «costumes» identiques en s’appuyant sur des cannes. Commettre une erreur est une chose mais demeurer dans l’erreur est impardonnable. Tshisekedi avec ses collègues parlementaires Ngalula Mpandanjila, Kyungu wa Kumwanza et d’autres ont eu le courage d’écrire au maréchal Mobutu la «Lettre des 13 parlementaires». C’était en décembre 1980. Ils ont signifié au chef de l’Etat qu’ils avaient jadis «adulé» qu’il conduisait le pays dans une direction contraire à celle qui était convenue. Contrairement à moi, les « 13 » avaient décidé non pas de quitter le Mouvement populaire de la révolution mais d’obtenir le droit d’y créer un «courant réformateur».
Votre démarche est donc différente...
Vous êtes en face de quelqu’un qui a écrit certes le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila» mais qui a quitté son ancienne famille politique pour rejoindre l’opposition. Je voudrais que les gens me jugent sur mes actes et mon discours. Si on devait faire un diagnostic de l’environnement politique congolais, je ne pense pas qu’on pourrait me classer parmi ceux restent inactifs ou muets face aux événements malheureux qui nous assaillent et les tentatives de révision de la Constitution. Mon parti et d’autres formations de l’opposition ont déjà organisé sept meetings pour fustiger la volonté du pouvoir de réviser la charte fondamentale. Je l’ai dit publiquement : «Pour que Kabila change la Constitution, il doit marcher sur mon cadavre». Je réitère cette déclaration.

L’opinion congolaise a suivi les tracasseries policières dont vous avez été l’objet pour vous rendre dans les deux Kivu. Comment avez-vous fait, cette fois, pour sortir sans heurts du territoire national ?
L’audace, le courage et la détermination. Il faut dire que je connais mes droits. Avant de prendre mon avion, j’ai été retenu à l’aéroport de Ndjili pendant 45 minutes au pied de l’avion par le fait d’un agent zélé de l’Agence nationale des renseignements (ANR).
Et alors ?
J’ai exigé la production d’un acte officiel interdisant ma sortir du territoire national. Il n’y avait aucun document. J’ai téléphoné à l’administrateur général de l’ANR, Kalev Mutond. Je dois avouer que celui-ci a réagi de manière prompte. C’est ainsi que j’ai prendre mon vol. J’en profite pour interpeller certains de nos compatriotes qui se croient en droit de tuer ou de combattre tous ceux qui ne pensent pas comme Kabila. Ces compatriotes se trompent en croyant ainsi plaire au «chef».

Quel sentiment éprouvez-vous ?
Je tiens tout simplement à relever que les faits que j’ai vécus à l’aéroport de Ndjili sont loin d’être nouveaux. Nous avons vécu des situations analogues à l’époque de Mobutu. Tous ceux qui ne pensaient pas comme Mobutu avaient {Honoré} Ngbanda et tous les sbires de l’époque à leurs trousses. Des manifestations pacifiques furent violemment réprimées. C’est le cas notamment de la marche des chrétiens du 16 février 1992. Les familles qui ont perdu des êtres chers n’ont pas oublié. Moi-même, je porte encore une cicatrice suite à cette répression sanglante. Je pense que les responsables de ces méfaits auront à faire leur mea culpa parce que le peuple lui n’a pas oublié. Je ne peux pas oublier ce que Ngbanda et les autres avaient fait contre nous. Aujourd’hui le même Ngbanda s’est érigé en « grand combattant » pour la démocratie et la liberté. C’est une très bonne chose. Reste que chacun de nous doit se repentir. En ce qui me concerne, je dis mea culpa pour le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila». Les «autres» devraient avoir le courage d’avouer leurs fautes.
Vous avez refusé de participer aux travaux des concertations nationales…
Effectivement ! C’était une manière de dire déjà «Non !» à une participation au gouvernement de Joseph Kabila. Nous disons : « Kabila doit partir !». Il doit partir parce qu’il a mal travaillé comme l’a dit par ailleurs l’ancien sous-secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, Herman Cohen.

Que répondez-vous à vos critiques qui allèguent que votre absence à ces concertations était due au refus du pouvoir de vous promettre le poste de premier ministre du futur gouvernement dit de « cohésion nationale »
Oh la la ! Ils ont déjà reparti les postes ?
Il semble que les négociations seraient en cours…
Pensez-vous franchement que le président Kabila ne m’a jamais proposé de poste depuis que j’ai quitté sa famille politique ? C’est le respect des principes qui m’a incité à ne pas prendre part à ce forum. Quels sont ces principes ? Il y a notamment l’Accord-cadre de paix signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba et la Résolution 2098 du Conseil de sécurité. Ceux qui ont suivi ma méthode de travail tant à la tête du ministère de l’Information qu’à l’Assemblée nationale connaissent le culte que je voue à la primauté du droit. Il était hors de question que nous participions à ces travaux qui présentaient les allures d’un congrès du parti présidentiel.
Quel est le but de votre séjour en Belgique ?
Je suis ici dans le cadre d’un «combat diplomatique».

Quel est, selon vous, les termes exacts du message dont était porteur le secrétaire d’Etat John Kerry auprès de «Joseph Kabila»?
Le chef de la diplomatie américaine était on ne peut plus clair. Je le cite de mémoire: «Je viens de rencontrer le président Kabila. Je crois qu’il a en tête qu’il ne briguera pas un autre mandat et qu’il ne modifiera pas la Constitution. C’est la position des Etats-Unis d’Amérique». Il ajoutait : «Le président Kabila est encore jeune. Il pourrait servir son pays ailleurs». L’envoyé spécial des Etats/Unis pour la région des Grands lacs, le sénateur Russel Feingold a été plus explicite devant la presse américaine en disant : «Nous sommes venus dire au président Kabila : pas de révision de la Constitution ; pas de prolongation ; pas de troisième mandat ; les élections doivent se tenir au plus tard 30 jours avant la fin du mandat présidentiel en cours fixé au 19 décembre 2016 à minuit.» Donc, Kabila ne se présentera pas en 2016.
Le porte-parole du gouvernement à Kinshasa ne semble pas avoir la même lecture des propos de John Kerry. Pour lui, l’Amérique ne serait pas opposé à un troisième mandat de «Kabila» mais plutôt à la révision des dispositions «non-révisables» de la loi fondamentale…
Comment pourra-t-il briguer un troisième mandat sans qu’on y touche aux articles non révisables de la Constitution dont l’article 220 qui interdit toute révision qui touche au nombre et à la durée des mandats présidentiels? Je me pose une question : le porte-parole du gouvernement a-t-il assisté aux entretiens entre Kabila et Kerry ? De quoi parle-t-il ? J’ai dit et continue à dire qu’il y a une vie après la présidence de la République. C’est ainsi qu’à l’issue de la convention de l’opposition, nous avons proposé au président sortant - l’actuel et ceux à venir - une loi portant statut d’ancien président de la République. Outre les avantages divers, ce texte devrait prévoir des immunités sauf pour les crimes contre l’humanité. Des crimes imprescriptibles.

D’aucuns soutiennent que la visite de John Kerry traduit la ferme volonté des Etats-Unis d’«accompagner» le processus électoral au Congo jusqu’à son aboutissement en 2016. Qu’en dites-vous ?
Je partage cet avis. L’Amérique l’a dit. D’ailleurs, un premier pas a été franchi avec l’octroi prochain d’un montant de 30 millions $US à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cet argent pourrait servir à la fiabilisation des listes et de la cartographie électorale.
L’opposition serait-elle en ordre de bataille ?
Absolument ! Les forces politiques de l’opposition sont occupées à rédiger notre « vision concertée et harmonisée » de concert avec la société civile. Nous rédigeons également un programme de gouvernement. Il ne suffit pas de dire : «ôtes-toi de là pour que je m’y mette». Les forces politiques et sociales doivent se présenter en alternative. Elles doivent décrire dès maintenant la configuration du «Congo de demain» qu’elles entendent promouvoir. C’est l’occasion de démontrer que nous sommes occupés à forger un «leadership rassembleur» à la tête du pays. Pour nous, l’opposition n’a pas le monopole de l’expertise encore moins du patriotisme. Des ressources humaines de qualité se trouvent non seulement dans les rangs de l’opposition et la société civile mais aussi dans la majorité actuelle. Il y a lieu de les identifier et de cheminer ensemble. La femme et les jeunes auront un grand rôle à jouer. Notre ambition est de redonner l’espoir à ce peuple pour démentir ceux qui murmurent «après nous, c’est le déluge !». Je voudrais inviter tous les citoyens congolais, toutes tendances confondues, à nous concerter afin de mettre sur pied un «Front commun pour la République». L’heure est venue de conjuguer nos énergies.

Concrètement, comment allez-vous procéder ?
Nous avons déjà amorcé des contacts à Kinshasa. Il nous reste à faire jonction avec la diaspora congolaise. L’objectif est de mettre en place un «Forum de la diaspora» pour parvenir à l’identification des opposants qui vivent à l’étranger. Ceux-ci devraient par la suite élaborer leur programme au regard des problèmes de l’heure. Il s’agit de définir avec les représentants des forces politiques et sociales une « stratégie diplomatique» commune. Le but ici est de mettre en échec toute tentative de Kabila et de {Apollinaire} Malumalu de rouler les forces vives dans la farine. Tout ceci constitue des idées à débattre même via Congo Indépendant. Je tiens à dire que je n’ambitionne nullement à présider ce Forum. Ce n’est pas l’affaire de Vital Kamerhe. Je laisse aux têtes pensantes de la diaspora à s’approprier ces propositions. La diaspora congolaise est devenue une force incontournable. L’heure n’est plus à mener des actions en ordre dispersé.


(*) : 1ère partie  "
Compatriotiquement


PS

Dans sa première mouture de l'entretien de Kamerhe, Congoindépendant avait signalé qu'elle était la 1ère partie; en y repassant je trouve celle-ci simplement complétée des questions qui manquaient ! Les voici !
En général, je regrette que cet entretien (et d'autres qu'il a livrés ici et là) n'ait donné lieu qu'à la critique de la personne de Kamerhe alors que ses réponses sont largement matière à discussion; il s'y trouve même une adresse explicite à l'endroit de la diaspora dont nous faisons partie pour la plupart qui participons activement à ce forum !
Il n'est pas trop tard, chers amis : il serait utile que nous commentions ces propos !


"(...)Revenons à votre refus de participer aux travaux concertations nationales…
Comme je l’ai dit précédemment, c’était une manière de dire déjà «Non !» à une participation au gouvernement de Joseph Kabila. Ce n’est pas tout. Il n’était pas question pour moi de participer à un colloque qui présentait les contours d’un «congrès de la majorité présidentielle» dans la mesure où 85% des participants provenaient de la «MP». Plus grave, les recommandations des fameuses concertations n’étaient pas opposables à Kabila. Quelle vaste blague ! Qui ignore que Kabila est le plus grand problème de notre pays. Tout a commencé avec les tricheries aux élections de novembre 2011 ? Voilà pourquoi nous avons conclu que ce forum n’était qu’une immense farce. J’ai dit à mes amis - en commençant par mon grand frère Kengo – ces quelques mots : «Vous êtes entrain de tomber dans un traquenard !». J’ai ajouté : «Vous n’aurez rien ! Le Monsieur (Ndlr : Joseph Kabila) a l’habitude de promettre. Les postes promis dans le cadre d’un gouvernement de cohésion nationale n’étaient qu’un appât». Vous connaissez autant que moi l’adage selon lequel « les promesses n’engagent que ceux qui y croient… ».
Pourquoi, selon vous, «Joseph Kabila» traîne-t-il les pieds à nommer les membres du «gouvernement de cohésion nationale» annoncé pour "bientôt" dans son allocution du 23 octobre 2013?
Je suis formel : Kabila ne mettra pas sur pied le gouvernement de cohésion nationale. Sauf s’il voulait me contredire après lecture de cette interview sur Congo Indépendant. Je persiste et signe : il n’y aura pas de gouvernement de cohésion nationale aussi longtemps qu’il n’aura pas obtenu des réformes constitutionnelles après adoption de la «feuille de route» de Monsieur l’abbé Malumalu. Je suis étonné d’apprendre que cette feuille est «parcellisée». Il n’est question que de l’organisation des élections locales, municipales et autres. Alors que la Commission électorale indépendante doit élaborer un projet de loi couvrant tout le cycle électoral. Malumalu n’a qu’à se référer à la proposition de loi initiée par le député national Delly Sessanga ainsi que le projet émanant du gouvernement. Au total, il y a trois textes de base. A quel texte va-t-on se référer. Il est de coutume que la Chambre basse applique le principe de l’antériorité. C’est le texte qui a été enregistré le premier qui doit être examiné. Nous allons voir si Aubin Minaku a assez de cran pour appliquer le règlement d’ordre intérieur de cette assemblée ou il va s’incliner, comme d’habitude, au diktat du président Kabila. C’est dommage qu’on puisse compromettre l’avenir d’un pays pour l’intérêt d’un seul homme. Pour nous, nous disons «Non!» à ces élections locales, municipales et urbaines maintenant. Elles devraient être organisées en 2017.

Pourquoi ?
Parce qu’il s’agit des consultations politiques pour le moins fastidieuses. Il faudrait sept mille bureaux de vote. Sans omettre des agents qu’il faudra engager et rémunérer. Si nous avons connu des difficultés avec deux cent bureaux de vote, à fortiori avec sept mille. Le risque est grand pour que le processus électoral sombre dans un enlisement total. D’autre part, vous savez autant que moi que les gouverneurs des provinces, les administrateurs de territoire, les chefs des groupements et des chefferies, les commandants de la police et de l’armée, les patrons de l’Agence nationale des renseignements à tous les échelons, sont les «hommes de Kabila». En tenant à tout prix à organiser d’abord le scrutin local, municipal et urbain, Malumalu tente de démontrer : «Vous ne vouliez plus de Kabila alors qu’il est encore populaire aux quatre coins du pays». Kabila pourrait ainsi brandir cette carte en Occident : «Vous m’empêchez de briguer un troisième mandat. Voilà mon peuple vient de se prononcer en ma faveur. Ces résultats valent plus qu’un référendum !». Nous demandons la fiabilisation des listes électorales. L’objectif est d’ajouter les électeurs omis et enlever les fictifs, les mineurs d’âge et les militaires. Ces opérations devront se faire avec le concours des représentants de l’opposition, de la société civile, la majorité au pouvoir et les experts de la Ceni. Sans omettre des experts étrangers. Nous demandons que les experts de l’Union africaine puissent s’impliquer en amont.
L’expérience récente au Mali démontre que l’Union africaine n’a pas les moyens de sa politique…
Nous avons des moyens mais nous voulons surtout un arbitrage neutre. C’est au niveau des listes électorales et de la cartographie qu’ont lieu les tricheries. Il faut qu’on révèle dès maintenant non seulement le nombre de bureaux de vote mais aussi leurs situations géographiques qu’on pourrait vérifier grâce aux GPS. Il est hautement souhaitable d’organiser une table-ronde afin de débattre de toutes les questions pendantes. Ce cadre devrait réunir les représentants de la Ceni, de l’opposition politique, de la société civile et de la majorité au pouvoir autour du chef de la Mission onusienne au Congo, Martin Köbler. Et ce, conformément à la lettre et l’esprit de la résolution 2098 du Conseil de sécurité. Monsieur Köbler sera secondé par les envoyés spéciaux Russ Feingold, Mme Mary Robinson et Koen Vervaeke. Sans oublier des ambassadeurs des pays comme l’Angola et l’Afrique du Sud. Nous aurons ainsi une feuille de route consensuelle et pourrions partir aux élections avec un esprit apaisé.

Si vous étiez à la tête de l’Etat congolais, comment auriez-vous réagi après les expulsions massives et violentes des ex-Zaïrois, comme on les appelle au Congo-Brazzaville ?
Je tiens d’abord à dire que chaque Etat est souverain sur son territoire. A ce titre, il est en droit d’expulser les étrangers qu’il estime en situation irrégulière. J’ajoute un bémol : chaque Etat est tenu de respecter le droit à la vie et à la dignité de la personne humaine. Sans omettre la procédure en matière de reconduction à la frontière. A travers son épouse «Mama Antoinette», le président Denis Sassou Nguesso a tissé des liens familiaux par alliance avec notre pays. Les autorités du Congo-Brazzaville nous mettent ainsi dans une situation plus qu’embarrassante à la suite des brimades infligées à nos concitoyens à Brazzaville. Nos «mamans» ont été dénudées, violées et tabassées. Des hommes et des jeunes gens ont été torturés. C’est une situation inacceptable ! Nous sommes en colère.
Qu’auriez-vous fait ?
Première mesure : Gel des relations diplomatiques et rappel de notre ambassadeur. Deuxième mesure : application de la réciprocité. Troisième mesure : envoi d’un émissaire auprès du président Denis Sassou Nguesso avec une lettre de protestation lui signifiant le caractère inadmissible de traitements infligés à nos compatriotes. Il s’agit aussi de lui rappeler l’hospitalité des Kinois chaque fois que les Brazzavillois cherchaient un refuge lors des conflits internes. J’ai la conviction que si nous étions à l’époque du maréchal Mobutu, celui-ci allait taper du poing sur la table. En réalité, Sassou Nguesso n’est pas le problème. Le problème, c’est d’abord Kabila. Que dit Kabila devant la situation que nous déplorons ? Pourquoi ne parle-t-il pas ? A-t-il peur du président Sassou Nguesso ? De quoi a-t-il peur ? Les gens meurent au Kivu lorsqu’ils reviennent de l’Ouganda dans des conditions inhumaines. Les gens meurent sur le lac au Kivu ou dans un accident de train à Kamina, au Katanga, il reste muet. On parle de 400 morts à Kamina. A Kikwit, il y a eu 23 morts à l’occasion de la commémoration du 40ème jour de la mort de King Kester Emeneya. Dans tous ces cas, il n’y a pas eu le moindre message à la Nation. Encore moins de deuil national. C’est une démonstration de mépris à l’égard du peuple congolais. J’ajouterai que Kabila et son entourage sont entrain de gouverner par défi.

Qu’auriez-vous dit à «Joseph Kabila» si vous l’aviez rencontré ?
Je lui aurais dit ceci : « Monsieur le Président ressaisissez-vous. Le M23 avait été défait à Goma. Vous avez attendu plusieurs mois avant de vous rendre au chevet de vos compatriotes du Nord Kivu qui ont vécu des horreurs innommables. Lors de votre passage au Kivu, vous n’avez pas pris la peine de parler avec la population. Je crois que la meilleure chose c’est bien la proposition que nous vous faisons : une loi portant statut d’ancien président de la République. Ainsi, vous laissez les Congolais qui ont la capacité, la volonté et l’audace sortir le Congo du "trou noir" pour qu’il entre de manière effective dans le concert des pays émergents à l’image du Brésil. Le Congo dispose de tous les atouts. C’est la volonté et le leadership qui lui font défaut».
Serez-vous candidat à l’élection présidentielle de 2016 ?
C’est trop tôt pour le dire. Nous sommes occupés à mettre en place un « leadership visionnaire et rassembleur ». Il n’est plus question de dire que tout le monde devrait s’aligner derrière un individu. Non ! Nous sommes ensembles. Chacun doit convaincre l’autre. Si les «amis» estimaient que j’ai les qualités requises, je me présenterais. Dans le cas contraire, j’accompagnerai celui qui aura réuni le consensus autour de son nom."

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8907  



Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 12/5/2014, 1:16 am, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 11/5/2014, 10:26 pm

Ma Mongo eza nde faiblesse d'esprit na sentimentalisme mutu ezo boma biso. Je maintiens ma position car je la trouve fondee. Je reconnais les qualites de Vital mais jamais au grand jamais je ne peux souhaiter ca pour mon pays. Les Americains ont dit de lui que c'etait l'un des hommes politiques les plus sophistiques du Congo et ils n'ont pas tort. Cependant, ses accointances rwandaises et sa fourberie le disqualifient automatiquement a mes yeux. Je tourne la page de ce sujet, mais il n'y a rien qui pourra me faire changer d'avis sur le personnage. J'ai appris a juger les gens sur leurs actes et non leurs paroles car dire qu'il regrette d;avoir ecrit le livre n'est pas une explication valable et minimise cyniquement son role dans le fiasco actuel.

mongo elombe a écrit:Tsippo, attendons le démenti du sieur KAMHERE eza nsomo trop de rwandais infiltré RDC eza passoire avec la complicité de certains d'entre nous.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Tsippora le 11/5/2014, 10:54 pm

Mr Ndo, sur papier, c'est le meilleur candidat. Dans les faits, a mon avis, apres Joseph, c'est la pire chose qui pourrait arriver a ce pays. Quand je repense au role nocif qu'il a joue dans la politique congolaise avant, pendant et apres la transition et le fait qu'il ait fabrique un passe, un present et un avenir a Joseph, je n'arrive pas a apprecier ses qualites, meme si je les lui reconnais.

J'aime ce qu'il dit a la fin de l'entrevue que vous avez postee, qu'il est pret a ceder la place a une personne qui serait mieux qualifiee pour prendre la tete de ce pays. Malheureusement, il n'est pas reconnu pour son honnetete...donc je demeure sceptique.


ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
"Questions directes à Vital Kamerhe (*)
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8907
Agé de 55 ans, ancien président de l’Assemblée nationale étiqueté PPRD (parti présidentiel), Vital Kamerhe a repris sa liberté, en décembre 2010, après sa démission forcée en mars 2009 de la présidence du Bureau de la chambre basse du Parlement. Il lui a été reproché notamment d’avoir émis des «réserves» suite au déploiement des soldats de l’armée régulière du Rwanda (RDF) dans la province du Nord Kivu alors que les deux Etats étaient en «belligérance». En janvier 2011, «V.K», comme l’appellent ses proches, a créé son parti, «Union pour la Nation Congolaise» (UNC). Quatre années après sa rupture avec la «Kabilie», des voix continuent à s’élever pour reprocher à Kamerhe son opuscule «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila», publiée à la veille de l’élection présidentielle de 2006. Mercredi 7 mai, «Vital» était de passage à Bruxelles. Une occasion pour la rédaction de Congo Indépendant de lui poser quelques questions d’actualité brûlante. A savoir notamment le récent séjour kinois du secrétaire d’Etat américain John Kerry, les expulsions massives des ex-Zaïrois du Congo-Brazzaville et l’élection présidentielle de 2016. Au fil de l’entretien, il a lancé cette phrase : «Je dis mea culpa pour le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila». Twisted Evil  Rolling Eyes  Basketball  Basketball 

Comment allez-vous ?

Je me porte bien au plan physique, moral et spirituel. En revanche, je me porte mal parce que le Congo va mal ! Le pays est conduit dans la mauvaise direction par les gouvernants actuels. Le pays va droit en «enfer».
Qu’entendez par «enfer» ?
Je veux dire simplement que le Congo-Kinshasa est un paradis sur terre. Hélas, les gouvernements précédents et surtout celui de Joseph Kabila a fini par le transformer en enfer. A titre d’illustration, les deniers publics sont détournés, tous les biens de l’Etat sont devenus la propriété de Kabila et de sa famille biologique. Sans oublier les membres de son entourage. Le patrimoine minier de la Gécamines est bradé au profit d’un expatrié tandis que la MIBA (Minière de Bakwanga) est vidée de sa sève. Dans la Province Orientale, Kilo Moto a perdu ses mines d’or ; le minerai de fer est passé sous le contrôle d’un seul homme. Dans les provinces du Kivu, des bandes armées bénéficiant des complicités internes pillent le coltan. Au Bas-Congo, les habitants de la ville de Moanda continuent à croupir dans la misère sociale pendant que chaque parcelle est envahie par des installations de forage des sociétés pétrolières. La situation décrite ici est tout simplement inacceptable. Voilà pourquoi, nous nous sommes engagés dans un combat acharné pour la démocratie. L’objectif consiste à mettre fin à cet état de chose. Et ce, y compris par le recours à l’article 64 de la Constitution qui reconnait à chaque Congolais le droit de s’opposer à un individu ou groupe d’individus qui veulent exercer le pouvoir en violation de la loi fondamentale.

Que répondez-vous à ceux qui doutent de la sincérité de votre combat à cause de votre ouvrage «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila» ?
Je leur répondrai qu’Etienne Tshisekedi qui est notre «icône nationale» incontestée – le leader incontesté de l’opposition -, a été, à une époque de sa vie, le rédacteur du «Manifeste de la Nsele» avec Mobutu (Ndlr : projet de société du régime Mobutu publié en 1967). Avant leur rupture au début des années 70, on a vu Tshisekedi et le président Mobutu porter des «costumes» identiques en s’appuyant sur des cannes. Commettre une erreur est une chose mais demeurer dans l’erreur est impardonnable. Tshisekedi avec ses collègues parlementaires Ngalula Mpandanjila, Kyungu wa Kumwanza et d’autres ont eu le courage d’écrire au maréchal Mobutu la «Lettre des 13 parlementaires». C’était en décembre 1980. Ils ont signifié au chef de l’Etat qu’ils avaient jadis «adulé» qu’il conduisait le pays dans une direction contraire à celle qui était convenue. Contrairement à moi, les « 13 » avaient décidé non pas de quitter le Mouvement populaire de la révolution mais d’obtenir le droit d’y créer un «courant réformateur».
Votre démarche est donc différente...
Vous êtes en face de quelqu’un qui a écrit certes le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila» mais qui a quitté son ancienne famille politique pour rejoindre l’opposition. Je voudrais que les gens me jugent sur mes actes et mon discours. Si on devait faire un diagnostic de l’environnement politique congolais, je ne pense pas qu’on pourrait me classer parmi ceux restent inactifs ou muets face aux événements malheureux qui nous assaillent et les tentatives de révision de la Constitution. Mon parti et d’autres formations de l’opposition ont déjà organisé sept meetings pour fustiger la volonté du pouvoir de réviser la charte fondamentale. Je l’ai dit publiquement : «Pour que Kabila change la Constitution, il doit marcher sur mon cadavre». Je réitère cette déclaration.

L’opinion congolaise a suivi les tracasseries policières dont vous avez été l’objet pour vous rendre dans les deux Kivu. Comment avez-vous fait, cette fois, pour sortir sans heurts du territoire national ?
L’audace, le courage et la détermination. Il faut dire que je connais mes droits. Avant de prendre mon avion, j’ai été retenu à l’aéroport de Ndjili pendant 45 minutes au pied de l’avion par le fait d’un agent zélé de l’Agence nationale des renseignements (ANR).
Et alors ?
J’ai exigé la production d’un acte officiel interdisant ma sortir du territoire national. Il n’y avait aucun document. J’ai téléphoné à l’administrateur général de l’ANR, Kalev Mutond. Je dois avouer que celui-ci a réagi de manière prompte. C’est ainsi que j’ai prendre mon vol. J’en profite pour interpeller certains de nos compatriotes qui se croient en droit de tuer ou de combattre tous ceux qui ne pensent pas comme Kabila. Ces compatriotes se trompent en croyant ainsi plaire au «chef».

Quel sentiment éprouvez-vous ?
Je tiens tout simplement à relever que les faits que j’ai vécus à l’aéroport de Ndjili sont loin d’être nouveaux. Nous avons vécu des situations analogues à l’époque de Mobutu. Tous ceux qui ne pensaient pas comme Mobutu avaient {Honoré} Ngbanda et tous les sbires de l’époque à leurs trousses. Des manifestations pacifiques furent violemment réprimées. C’est le cas notamment de la marche des chrétiens du 16 février 1992. Les familles qui ont perdu des êtres chers n’ont pas oublié. Moi-même, je porte encore une cicatrice suite à cette répression sanglante. Je pense que les responsables de ces méfaits auront à faire leur mea culpa parce que le peuple lui n’a pas oublié. Je ne peux pas oublier ce que Ngbanda et les autres avaient fait contre nous. Aujourd’hui le même Ngbanda s’est érigé en « grand combattant » pour la démocratie et la liberté. C’est une très bonne chose. Reste que chacun de nous doit se repentir. En ce qui me concerne, je dis mea culpa pour le livre «Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila». Les «autres» devraient avoir le courage d’avouer leurs fautes.
Vous avez refusé de participer aux travaux des concertations nationales…
Effectivement ! C’était une manière de dire déjà «Non !» à une participation au gouvernement de Joseph Kabila. Nous disons : « Kabila doit partir !». Il doit partir parce qu’il a mal travaillé comme l’a dit par ailleurs l’ancien sous-secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, Herman Cohen.

Que répondez-vous à vos critiques qui allèguent que votre absence à ces concertations était due au refus du pouvoir de vous promettre le poste de premier ministre du futur gouvernement dit de « cohésion nationale »
Oh la la ! Ils ont déjà reparti les postes ?
Il semble que les négociations seraient en cours…
Pensez-vous franchement que le président Kabila ne m’a jamais proposé de poste depuis que j’ai quitté sa famille politique ? C’est le respect des principes qui m’a incité à ne pas prendre part à ce forum. Quels sont ces principes ? Il y a notamment l’Accord-cadre de paix signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba et la Résolution 2098 du Conseil de sécurité. Ceux qui ont suivi ma méthode de travail tant à la tête du ministère de l’Information qu’à l’Assemblée nationale connaissent le culte que je voue à la primauté du droit. Il était hors de question que nous participions à ces travaux qui présentaient les allures d’un congrès du parti présidentiel.
Quel est le but de votre séjour en Belgique ?
Je suis ici dans le cadre d’un «combat diplomatique».

Quel est, selon vous, les termes exacts du message dont était porteur le secrétaire d’Etat John Kerry auprès de «Joseph Kabila»?
Le chef de la diplomatie américaine était on ne peut plus clair. Je le cite de mémoire: «Je viens de rencontrer le président Kabila. Je crois qu’il a en tête qu’il ne briguera pas un autre mandat et qu’il ne modifiera pas la Constitution. C’est la position des Etats-Unis d’Amérique». Il ajoutait : «Le président Kabila est encore jeune. Il pourrait servir son pays ailleurs». L’envoyé spécial des Etats/Unis pour la région des Grands lacs, le sénateur Russel Feingold a été plus explicite devant la presse américaine en disant : «Nous sommes venus dire au président Kabila : pas de révision de la Constitution ; pas de prolongation ; pas de troisième mandat ; les élections doivent se tenir au plus tard 30 jours avant la fin du mandat présidentiel en cours fixé au 19 décembre 2016 à minuit.» Donc, Kabila ne se présentera pas en 2016.
Le porte-parole du gouvernement à Kinshasa ne semble pas avoir la même lecture des propos de John Kerry. Pour lui, l’Amérique ne serait pas opposé à un troisième mandat de «Kabila» mais plutôt à la révision des dispositions «non-révisables» de la loi fondamentale…
Comment pourra-t-il briguer un troisième mandat sans qu’on y touche aux articles non révisables de la Constitution dont l’article 220 qui interdit toute révision qui touche au nombre et à la durée des mandats présidentiels? Je me pose une question : le porte-parole du gouvernement a-t-il assisté aux entretiens entre Kabila et Kerry ? De quoi parle-t-il ? J’ai dit et continue à dire qu’il y a une vie après la présidence de la République. C’est ainsi qu’à l’issue de la convention de l’opposition, nous avons proposé au président sortant - l’actuel et ceux à venir - une loi portant statut d’ancien président de la République. Outre les avantages divers, ce texte devrait prévoir des immunités sauf pour les crimes contre l’humanité. Des crimes imprescriptibles.

D’aucuns soutiennent que la visite de John Kerry traduit la ferme volonté des Etats-Unis d’«accompagner» le processus électoral au Congo jusqu’à son aboutissement en 2016. Qu’en dites-vous ?
Je partage cet avis. L’Amérique l’a dit. D’ailleurs, un premier pas a été franchi avec l’octroi prochain d’un montant de 30 millions $US à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cet argent pourrait servir à la fiabilisation des listes et de la cartographie électorale.
L’opposition serait-elle en ordre de bataille ?
Absolument ! Les forces politiques de l’opposition sont occupées à rédiger notre « vision concertée et harmonisée » de concert avec la société civile. Nous rédigeons également un programme de gouvernement. Il ne suffit pas de dire : «ôtes-toi de là pour que je m’y mette». Les forces politiques et sociales doivent se présenter en alternative. Elles doivent décrire dès maintenant la configuration du «Congo de demain» qu’elles entendent promouvoir. C’est l’occasion de démontrer que nous sommes occupés à forger un «leadership rassembleur» à la tête du pays. Pour nous, l’opposition n’a pas le monopole de l’expertise encore moins du patriotisme. Des ressources humaines de qualité se trouvent non seulement dans les rangs de l’opposition et la société civile mais aussi dans la majorité actuelle. Il y a lieu de les identifier et de cheminer ensemble. La femme et les jeunes auront un grand rôle à jouer. Notre ambition est de redonner l’espoir à ce peuple pour démentir ceux qui murmurent «après nous, c’est le déluge !». Je voudrais inviter tous les citoyens congolais, toutes tendances confondues, à nous concerter afin de mettre sur pied un «Front commun pour la République». L’heure est venue de conjuguer nos énergies.

Concrètement, comment allez-vous procéder ?
Nous avons déjà amorcé des contacts à Kinshasa. Il nous reste à faire jonction avec la diaspora congolaise. L’objectif est de mettre en place un «Forum de la diaspora» pour parvenir à l’identification des opposants qui vivent à l’étranger. Ceux-ci devraient par la suite élaborer leur programme au regard des problèmes de l’heure. Il s’agit de définir avec les représentants des forces politiques et sociales une « stratégie diplomatique» commune. Le but ici est de mettre en échec toute tentative de Kabila et de {Apollinaire} Malumalu de rouler les forces vives dans la farine. Tout ceci constitue des idées à débattre même via Congo Indépendant. Je tiens à dire que je n’ambitionne nullement à présider ce Forum. Ce n’est pas l’affaire de Vital Kamerhe. Je laisse aux têtes pensantes de la diaspora à s’approprier ces propositions. La diaspora congolaise est devenue une force incontournable. L’heure n’est plus à mener des actions en ordre dispersé.


(*) : 1ère partie  "
Compatriotiquement


PS

Dans sa première mouture de l'entretien de Kamerhe, Congoindépendant avait signalé qu'elle était la 1ère partie; en y repassant je trouve celle-ci simplement complétée des questions qui manquaient ! Les voici !
En général, je regrette que cet entretien n'ait donné lieu qu'à la critique de la personne de Kamerhe alors que ses réponses sont largement matière à discussion, il s'y trouve même une adresse explicite à l'endroit de la diaspora !
Il n'est pas trop tard, chers amis : il serait utile que nous commentions ces propos !


"(...)Revenons à votre refus de participer aux travaux concertations nationales…
Comme je l’ai dit précédemment, c’était une manière de dire déjà «Non !» à une participation au gouvernement de Joseph Kabila. Ce n’est pas tout. Il n’était pas question pour moi de participer à un colloque qui présentait les contours d’un «congrès de la majorité présidentielle» dans la mesure où 85% des participants provenaient de la «MP». Plus grave, les recommandations des fameuses concertations n’étaient pas opposables à Kabila. Quelle vaste blague ! Qui ignore que Kabila est le plus grand problème de notre pays. Tout a commencé avec les tricheries aux élections de novembre 2011 ? Voilà pourquoi nous avons conclu que ce forum n’était qu’une immense farce. J’ai dit à mes amis - en commençant par mon grand frère Kengo – ces quelques mots : «Vous êtes entrain de tomber dans un traquenard !». J’ai ajouté : «Vous n’aurez rien ! Le Monsieur (Ndlr : Joseph Kabila) a l’habitude de promettre. Les postes promis dans le cadre d’un gouvernement de cohésion nationale n’étaient qu’un appât». Vous connaissez autant que moi l’adage selon lequel « les promesses n’engagent que ceux qui y croient… ».
Pourquoi, selon vous, «Joseph Kabila» traîne-t-il les pieds à nommer les membres du «gouvernement de cohésion nationale» annoncé pour "bientôt" dans son allocution du 23 octobre 2013?
Je suis formel : Kabila ne mettra pas sur pied le gouvernement de cohésion nationale. Sauf s’il voulait me contredire après lecture de cette interview sur Congo Indépendant. Je persiste et signe : il n’y aura pas de gouvernement de cohésion nationale aussi longtemps qu’il n’aura pas obtenu des réformes constitutionnelles après adoption de la «feuille de route» de Monsieur l’abbé Malumalu. Je suis étonné d’apprendre que cette feuille est «parcellisée». Il n’est question que de l’organisation des élections locales, municipales et autres. Alors que la Commission électorale indépendante doit élaborer un projet de loi couvrant tout le cycle électoral. Malumalu n’a qu’à se référer à la proposition de loi initiée par le député national Delly Sessanga ainsi que le projet émanant du gouvernement. Au total, il y a trois textes de base. A quel texte va-t-on se référer. Il est de coutume que la Chambre basse applique le principe de l’antériorité. C’est le texte qui a été enregistré le premier qui doit être examiné. Nous allons voir si Aubin Minaku a assez de cran pour appliquer le règlement d’ordre intérieur de cette assemblée ou il va s’incliner, comme d’habitude, au diktat du président Kabila. C’est dommage qu’on puisse compromettre l’avenir d’un pays pour l’intérêt d’un seul homme. Pour nous, nous disons «Non!» à ces élections locales, municipales et urbaines maintenant. Elles devraient être organisées en 2017.

Pourquoi ?
Parce qu’il s’agit des consultations politiques pour le moins fastidieuses. Il faudrait sept mille bureaux de vote. Sans omettre des agents qu’il faudra engager et rémunérer. Si nous avons connu des difficultés avec deux cent bureaux de vote, à fortiori avec sept mille. Le risque est grand pour que le processus électoral sombre dans un enlisement total. D’autre part, vous savez autant que moi que les gouverneurs des provinces, les administrateurs de territoire, les chefs des groupements et des chefferies, les commandants de la police et de l’armée, les patrons de l’Agence nationale des renseignements à tous les échelons, sont les «hommes de Kabila». En tenant à tout prix à organiser d’abord le scrutin local, municipal et urbain, Malumalu tente de démontrer : «Vous ne vouliez plus de Kabila alors qu’il est encore populaire aux quatre coins du pays». Kabila pourrait ainsi brandir cette carte en Occident : «Vous m’empêchez de briguer un troisième mandat. Voilà mon peuple vient de se prononcer en ma faveur. Ces résultats valent plus qu’un référendum !». Nous demandons la fiabilisation des listes électorales. L’objectif est d’ajouter les électeurs omis et enlever les fictifs, les mineurs d’âge et les militaires. Ces opérations devront se faire avec le concours des représentants de l’opposition, de la société civile, la majorité au pouvoir et les experts de la Ceni. Sans omettre des experts étrangers. Nous demandons que les experts de l’Union africaine puissent s’impliquer en amont.
L’expérience récente au Mali démontre que l’Union africaine n’a pas les moyens de sa politique…
Nous avons des moyens mais nous voulons surtout un arbitrage neutre. C’est au niveau des listes électorales et de la cartographie qu’ont lieu les tricheries. Il faut qu’on révèle dès maintenant non seulement le nombre de bureaux de vote mais aussi leurs situations géographiques qu’on pourrait vérifier grâce aux GPS. Il est hautement souhaitable d’organiser une table-ronde afin de débattre de toutes les questions pendantes. Ce cadre devrait réunir les représentants de la Ceni, de l’opposition politique, de la société civile et de la majorité au pouvoir autour du chef de la Mission onusienne au Congo, Martin Köbler. Et ce, conformément à la lettre et l’esprit de la résolution 2098 du Conseil de sécurité. Monsieur Köbler sera secondé par les envoyés spéciaux Russ Feingold, Mme Mary Robinson et Koen Vervaeke. Sans oublier des ambassadeurs des pays comme l’Angola et l’Afrique du Sud. Nous aurons ainsi une feuille de route consensuelle et pourrions partir aux élections avec un esprit apaisé.

Si vous étiez à la tête de l’Etat congolais, comment auriez-vous réagi après les expulsions massives et violentes des ex-Zaïrois, comme on les appelle au Congo-Brazzaville ?
Je tiens d’abord à dire que chaque Etat est souverain sur son territoire. A ce titre, il est en droit d’expulser les étrangers qu’il estime en situation irrégulière. J’ajoute un bémol : chaque Etat est tenu de respecter le droit à la vie et à la dignité de la personne humaine. Sans omettre la procédure en matière de reconduction à la frontière. A travers son épouse «Mama Antoinette», le président Denis Sassou Nguesso a tissé des liens familiaux par alliance avec notre pays. Les autorités du Congo-Brazzaville nous mettent ainsi dans une situation plus qu’embarrassante à la suite des brimades infligées à nos concitoyens à Brazzaville. Nos «mamans» ont été dénudées, violées et tabassées. Des hommes et des jeunes gens ont été torturés. C’est une situation inacceptable ! Nous sommes en colère.
Qu’auriez-vous fait ?
Première mesure : Gel des relations diplomatiques et rappel de notre ambassadeur. Deuxième mesure : application de la réciprocité. Troisième mesure : envoi d’un émissaire auprès du président Denis Sassou Nguesso avec une lettre de protestation lui signifiant le caractère inadmissible de traitements infligés à nos compatriotes. Il s’agit aussi de lui rappeler l’hospitalité des Kinois chaque fois que les Brazzavillois cherchaient un refuge lors des conflits internes. J’ai la conviction que si nous étions à l’époque du maréchal Mobutu, celui-ci allait taper du poing sur la table. En réalité, Sassou Nguesso n’est pas le problème. Le problème, c’est d’abord Kabila. Que dit Kabila devant la situation que nous déplorons ? Pourquoi ne parle-t-il pas ? A-t-il peur du président Sassou Nguesso ? De quoi a-t-il peur ? Les gens meurent au Kivu lorsqu’ils reviennent de l’Ouganda dans des conditions inhumaines. Les gens meurent sur le lac au Kivu ou dans un accident de train à Kamina, au Katanga, il reste muet. On parle de 400 morts à Kamina. A Kikwit, il y a eu 23 morts à l’occasion de la commémoration du 40ème jour de la mort de King Kester Emeneya. Dans tous ces cas, il n’y a pas eu le moindre message à la Nation. Encore moins de deuil national. C’est une démonstration de mépris à l’égard du peuple congolais. J’ajouterai que Kabila et son entourage sont entrain de gouverner par défi.

Qu’auriez-vous dit à «Joseph Kabila» si vous l’aviez rencontré ?
Je lui aurais dit ceci : « Monsieur le Président ressaisissez-vous. Le M23 avait été défait à Goma. Vous avez attendu plusieurs mois avant de vous rendre au chevet de vos compatriotes du Nord Kivu qui ont vécu des horreurs innommables. Lors de votre passage au Kivu, vous n’avez pas pris la peine de parler avec la population. Je crois que la meilleure chose c’est bien la proposition que nous vous faisons : une loi portant statut d’ancien président de la République. Ainsi, vous laissez les Congolais qui ont la capacité, la volonté et l’audace sortir le Congo du "trou noir" pour qu’il entre de manière effective dans le concert des pays émergents à l’image du Brésil. Le Congo dispose de tous les atouts. C’est la volonté et le leadership qui lui font défaut».
Serez-vous candidat à l’élection présidentielle de 2016 ?
C’est trop tôt pour le dire. Nous sommes occupés à mettre en place un « leadership visionnaire et rassembleur ». Il n’est plus question de dire que tout le monde devrait s’aligner derrière un individu. Non ! Nous sommes ensembles. Chacun doit convaincre l’autre. Si les «amis» estimaient que j’ai les qualités requises, je me présenterais. Dans le cas contraire, j’accompagnerai celui qui aura réuni le consensus autour de son nom."

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8907  



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  ndonzwau le 12/5/2014, 12:11 am

Tsippora a écrit:Mr Ndo, sur papier, c'est le meilleur candidat. Dans les faits, a mon avis, apres Joseph, c'est la pire chose qui pourrait arriver a ce pays. Quand je repense au role nocif qu'il a joue dans la politique congolaise avant, pendant et apres la transition et le fait qu'il ait fabrique un passe, un present et un avenir a Joseph, je n'arrive pas a apprecier ses qualites, meme si je les lui reconnais.

J'aime ce qu'il dit a la fin de l'entrevue que vous avez postee, qu'il est pret a ceder la place a une personne qui serait mieux qualifiee pour prendre la tete de ce pays. Malheureusement, il n'est pas reconnu pour son honnetete...donc je demeure sceptique.

ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
"Questions directes à Vital Kamerhe (*)
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8907
(...)

PS

Dans sa première mouture de l'entretien de Kamerhe, Congoindépendant avait signalé qu'elle était la 1ère partie; en y repassant je trouve celle-ci simplement complétée des questions qui manquaient ! Les voici !
En général, je regrette que cet entretien (et d'autres qu'il a livrés ici et là) n'ait donné lieu qu'à la critique de la personne de Kamerhe alors que ses réponses sont largement matière à discussion; il s'y trouve même une adresse explicite à l'endroit de la diaspora dont nous faisons partie pour la plupart qui participons activement à ce forum !
Il n'est pas trop tard, chers amis : il serait utile que nous commentions ces propos !

(...)  

Compatriotiquement!


Soit, Ma Tsippo !
Perso, je reviendrai sans doute plus tard sur vos reproches de  la "personnalité" de Kamerhe  ou sur la problématique générale de notre idéal de la classe politique tout en vous prévenant une fois de plus sur le risque des aveux trop définitifs, sur les anathèmes trop basés sur le passif, le profil moral et psychologique des hommes (pour tout vous dire, j'aurais eu 20 ans de moins j'aurais peut-être réagi comme vous mais la vie est parfois meilleur apprentissage et donc l'actif toujours à venir; passons...)...

Svp, pourriez-vous faire un dernier effort de commenter plus explicitement les propos tenus par Kamerhe et ailleurs de nous donner votre avis sur celui (ceux) que vous auriez vu mériter de succéder à "JK"v ou plus profondément sur les coordonnées qui sont les vôtres pour présider au changement que nous attendons tous !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Admin le 12/5/2014, 2:53 am

C'est étonnant de voir des gens manipulés, trompés encore pire quand ils font le choix de se laisser manipulés et trompés... la haine aveugle  Wink

Les élections c'est en 2016, il reste encore du temps pour l'Udps et autres partis .... de nous présenter un candidat ... il ne faut juste pas qu'on nous fasse le coup de ce Kashala, (intègre, maboko Pembe) qui s'est fait connaître un mois avant les élections et a laissé croire qu'il pouvait gagner. En 2011, ce candidat propre et intègre appelait à soutenir Kabila après le hold-up électoral .... ah Congo PASI  pale . Non mieux vaut le diable que je connais que l'ange que je ne connais pas ... Moi je choisi déjà mon candidat VK, j'ai personnellement mené mon enquête et je choisi de lui faire confiance, ce ne sont pas des laboratoires à mensonges qui me feront changer d'avis  Laughing . Mais D'ici là j'attends voir les autres candidats ... tic tac tic tac ....
j'attends.

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 12/5/2014, 10:16 am

Adm c'est ton choix mais n'argumente pas avec un commentaire genre laboratoire de mensonge...

Moi je te pose juste une question depuis MOBUTU qu'à t'il fait de concret?

D'après toi si on ne l'avait pas éjecté du perchoir crois tu sincèrement qu'il serait devenu opposant?

Pour moi c'est du recyclage pour ne pas dire on prends les même et on continue avec le résultat qu'on connait.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Admin le 12/5/2014, 12:54 pm

mongo elombe a écrit:Adm c'est ton choix mais n'argumente pas avec un commentaire genre laboratoire de mensonge...

Moi je te pose juste une question depuis MOBUTU qu'à t'il fait de concret?

D'après toi si on ne l'avait pas éjecté du perchoir crois tu sincèrement qu'il serait devenu opposant?

Pour moi c'est du recyclage pour ne pas dire on prends les même et on continue avec le résultat qu'on connait.
Salut ME,
Oui c'est un laboratoire de mensonge ... il faut appeler le chat par son nom. Un mensonge est un mensonge.

Je vais répondre à tes questions...
J'ai apprécié  sa gestion démocratique du parlement.
Dès qu'il s'est retrouvé à la tête, j'ai apprécié son esprit d'ouverture qui avait commencé en rendant visite à la veuve Mobutu au Maroc. La main tendue à Bemba, etc... j'apprécie aussi la vision politico économique pour sortir le Congo de la misère, j'appuie ses idées.

D'abord, pour vouloir devenir président en RDC, je ne vois pas pourquoi il faut absolument être opposant. Je pourrais appuyer Moïse Katumbi même s'il est un proche de Kabila. Mais je crois qu'il a été éjecté du perchoir pcq il s'est opposé à la politique de Kabila.

Recyclage ? Ah ME, je suis loin d'être un devin donc je ne peux prédire qu'il sera comme l'autre. Personne ME, ne peut vraiment le savoir? Même si au final c'est pas lui qui passe rien nous garantie que le futur président ne nous montrera pas une autre face une fois au pouvoir.
Et je terminerai ME par te dire ... que moi aussi je veux voir ceux qui ont fait du concert depuis Mobutu, celui pour qui sa qualité d'opposant n'est pas remise en question par ME de sortir, de nous parler, de se faire connaître et faire connaître ses idées.  Tic tac tic tac j'attends toujours. Même ceux qui nous font des vidéos de mensonge peuvent se présenter ... pona nini congolais abanga pamba pamba ... Ils ont des idées? Ils aiment la RDC? Il faut regarder autour de nous ou au pays un autre politique et l'appuyer c'est tout ... je trouve ridicule de proposer le vide, le néant pour contrer Kamerhe .... c'est ridicule! Les kabilistes au moins souhaitent que Kabila modifie la constitution pour se représenter, les autres vont tjrs être là à mentir sur le net!? Congolais vraiment  Wink

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 12/5/2014, 1:40 pm

Adm,

Depuis le temps tu sais ce que je pense de tout ceux qui sont dans la mangeoire depuis SESSE je ne peux pas généraliser je t'ai toujours dis que parmi eux certain sont honnêtes mais ça ne se voit pas puisque noyés dans la masse.

Certains comme KENGO et consort pour moi ils ne font que se servir au détriment du pays en occident ils ne sont pas tous honnêtes mais certains font le minimum et d'autres le maximum.

Mon penchant pour KATUMBI vient du fait qu'il y a du concret côté football et certains actes CONCRET.

Comme quoi je ne suis pas contre tout les kanambistes.

Il y a d'autres gouverneurs où ministres mais ils sont transparents en actes quand à nos députés c'est inquiétants mais certains sont constants dans leurs discours en prenant le risque de dire ce qu'ils pensent.

Le critères il faut monto atanga pour moi un faut problème, il y a pleins depuis MOBUTU avec quel résultats? J'aime bien Mr MOKIA.

Je pourrai m'en foutre du Congo parceque j'ai grandi en occident mais je l'ai dans mon sang.

KAMHERE kaka maloba rien de concret depuis MOBUTU.

Voici pour KATUMBI ça c'est du concret.


https://www.google.fr/search?q=moise+katumbi+un+nouveau+complexe+en+constructio&ie=UTF-8&oe=UTF-8&hl=fr&client=safari

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  link le 12/5/2014, 2:19 pm

Il est difficile de comparer Moïse katumbi et vital kamerhe.

Moïse fais parti de l'exécutif et vital du législatif donc il y'a une grande différence entre ceux qui font les lois et ceux qui les applique au quotidien.
Pour ma part un Aubin minaku pourrais aussi faire l'affaire.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  mongo elombe le 12/5/2014, 2:37 pm

Kie Link je parle du concret et MINAKU c'est quoi son bilan CONCRET?

Pendant cette période, il occupe plusieurs fonctions dans divers cabinets ministériels à un rythme aussi accéléré que lors des successions de gouvernements éphémères de 1991. En 1993 il est directeur du cabinet du ministère de l’Environnement, Tourisme et Conservation de la Nature (Le Zaïre a eu deux gouvernements en 1993 : celui de faustin Birindwa, par l'ordonnance présidentielle du 2 avril 1993, et le gouvernement Tshisekedi remanié par le décret ministériel du 9 avril 1993). En 1994 il devient coordonnateur du Cabinet du Premier ministre Kengo Wa Dondo, dans le septième gouvernement de la transition de Mobutu (ordonnance du 6 juillet 1994). Enfin de 1994 à 1995 il est directeur de cabinet au ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire Mushobekwa Kalimba wa Katana au gouvernement remanié de Kengo wa Dondo[2]. Wikipedia.

En plus il a femme et enfants en Afrique du Sud...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Admin le 12/5/2014, 3:44 pm

Ah ME, on avance c'est déjà mieux  Very Happy 
Je n'ai aucun problème sur le fait que tu préfères Katumbi, je te l'ai dit aussi je ne vois pas d'un mauvais œil sa candidature (si ça se confirme)... Même si j'ai qlqs interrogations sur son rôle dans les pillages des mines au Katanga mais disons que ça va ... On peut faire avec.
Link a raison de soulever qu'on ne peut pas juger leurs actions également pour les raisons qu'il a bien élaborées.

L'important c'est de présenter une alternative mais quand on est pour le néant face à Kamerhe ou Kabila c'est un non sens ... La nature a HORREUR du vide!

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kamerhe interdit de quitter le territoire national, l’UNC demande des explications au gouvernement

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum