Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 9/9/2014, 9:50 am

Kerwin-Analyse du jour : Félix Tshisekedi declare que Tshisekedi sera opérationnel en fin Septembre.



J.Cadet-Analyse du jour : Félix declare que Tshisekedi sera opérationnel en fin Septembre
.




_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 10/9/2014, 8:55 pm

Kerwin Analyse : Félix Tshisekedi annonce une tournée nationale.




Joel Cadet Analyse : Félix Tshisekedi annonce une tournée nationale
.



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 12/9/2014, 9:20 pm

Kerwin Analyse : Affaire Start Times, Kabila contredit Kinkey Mulumba et met fin à la polémique.





_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 19/9/2014, 9:19 am

Kerwin - Analyse du jour : La bombe des Evêques Catholique depuis Rome.



Joel Cadet - Analyse du jour : La bombe des Evêques Catholique depuis Rome.



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 20/9/2014, 1:06 pm

Kerwin - Analyse : Analyse du jour : Lambert Mende répond aux Evêques Catholiques. CONGOMIKILI




_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 23/9/2014, 6:00 pm

Kerwin-Analyse du jour : Martin Fayulu accuse Vital Kamerhe et Bruno Mavungu de trahison.






_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 4/10/2014, 4:01 pm


Eliezer Ntambwe
.

1 hr ·
Na Mboka na biso,ba konzi bazua ko wangana makambu nionso lokola kosala politique,ba oyo ba lobaka vérité bamonaka bango lokola danger pona mboka.
Lelo Gouvernement Burundais elobi que ba militaires na bango bazali na mabele ya Congo,eloko toloba il y à plus de 6 mois lelo na sud Kivu a une cinquantaine de kilomètre de Bukavu.
Mutuna: nini ekomisi mabele ya Congo lokola mabele ezanga mukolo nango po basakanaka na biso boye?
Pour qui Bakonzi ya Mboka oyo ya ngay bazali kosala musala?




_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  ndonzwau le 4/10/2014, 6:40 pm

Mathilde a écrit:
Eliezer Ntambwe
.

1 hr ·
Na Mboka na biso,ba konzi bazua ko wangana makambu nionso lokola kosala politique,ba oyo ba lobaka vérité bamonaka bango lokola danger pona mboka.
Lelo Gouvernement Burundais elobi que ba militaires na bango bazali na mabele ya Congo,eloko toloba il y à plus de 6 mois lelo na sud Kivu a une cinquantaine de kilomètre de Bukavu.
Mutuna: nini ekomisi mabele ya Congo lokola mabele ezanga mukolo nango po basakanaka na biso boye?
Pour qui Bakonzi ya Mboka oyo ya ngay bazali kosala musala?





"Militaires burundais à Uvira : Bujumbura confirme, Kinshasa dément
° http://radiookapi.net/actualite/2014/10/04/militaires-burundais-uvira-bujumbura-confirme-kinshasa-dement/
L’armée burundaise confirme la présence de ses troupes dans la région d’Uvira, au Sud-Kivu. Son porte-parole, le Colonel Gaspard Baratuza, a déclaré vendredi 3 octobre à la presse locale que ces militaires se trouvent sur le sol congolais pour aider les Forces armées de la RDC (FARDC) à combattre les groupes rebelles retranchés dans les hauts plateaux d’Uvira. Mais l’armée congolaise nie toute présence d’armée étrangère sur son sol pour des opérations conjointes. Ces derniers mois, plusieurs témoignages avaient fait état de la présence de militaires burundais à Uvira.

Le porte-parole de l’armée burundaise ne donne pas l’effectif des troupes burundaises sur le sol congolais. Mais il affirme que le nombre de ces militaires n’est pas très élevé.
Le Colonel Gaspard Baratuza ajoute que ces troupes ne devraient inquiéter personne, expliquant qu’elles opèrent dans un cadre légal d’échange d’information entre le Burundi et la RDC pour préserver la paix et la sécurité.
La société civile de Kiliba accuse ces militaires burundais de commettre des exactions contre les civils. Une accusation rejetée par le porte-parole de l’armée burundaise.

Démenti des FARDC

De son côté, le ministère congolais de la Défense nationale indique avoir appris «avec stupéfaction qu’il y aurait sur le sol congolais, aux alentours de la cité de Kiliba, dans le Sud-Kivu, la présence des militaires d’un pays voisin».
«Il n’existe actuellement aucun accord avec un quelconque pays voisin autorisant des opérations militaires conjointes sur le sol congolais», a déclaré sur la télévision publique le porte-parole des FARDC, le général Kasonga, avant d’ajouter :
«Cela n’est pas à confondre avec des rencontres bilatérales localisées d’échanges d’informations entre les commandants des unités voisines au niveau de nos frontières. Cela ne doit pas non plus être confondu avec des patrouilles synchronisées qui peuvent être menées simultanément de part et d’autre de nos frontières. Chaque partie opérant sur son territoire».

La Mission des Nations unies pour le Congo (Monusco) ainsi que les gouvernements burundais et congolais avaient toujours officiellement démenti la présence d’hommes en armes et en uniformes militaires burundais dans l’est du Congo.
Et pourtant, affirmait RFI dans un article publié le 1er octobre dernier, ils sont bien là, dans la plaine de la Ruzizi (Sud-Kivu.
Citant plusieurs sources, le média français évoque l’existence d’un accord secret entre Kinshasa et Bujumbura pour permettre à l’armée burundaise de mener des opérations contre des rebelles. Une explication qui ne correspond pas vraiment à la réalité du terrain."



"RDC: le mystère de la présence des forces burundaises à Kiliba"
° http://www.rfi.fr/afrique/20141001-rdc-le-mystere-presence-forces-burundaises-kiliba/

"RDC: l’ONU confirme la présence de l’armée burundaise à Kiliba
° http://www.rfi.fr/afrique/20141002-rdc-onu-confirme-presence-armee-burundaise-kiliba/
La mission des Nations unies au Congo (Monusco) confirme la présence d'un détachement de l'armée burundaise dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), basé à Kiliba, dans le Sud-Kivu. RFI s'était rendu sur place, il y a quelques semaines, et avait constaté cette présence d'hommes en armes et en uniformes burundais. Une présence démentie par les gouvernements congolais et burundais ainsi que, dans un premier temps, par la mission des Nations unies au Congo. Joint par RFI, le général Abdallah Wafy, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU en RDC, confirme la présence de ces troupes burundaises.

Général Abdallah Wafy
Représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU en RDC.
Écouter
« Je pense que vous faites allusion à la présence de ce détachement de l’armée burundaise qui se trouve au pont de Kiliba, dans la région d’Uvira », a déclaré, à RFI, le général Abdallah Wafy. « Nous ne sommes pas restés silencieux ; nous avons constaté la présence de ces militaires burundais et, à ce que je sache, cette présence n’est pas si nouvelle que cela », ajoute-t-il. Selon le représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU en RDC, depuis quelques années, l’armée burundaise et les FARDC, l’armée congolaise, font des opérations conjointes dans le cas de la sécurisation de leurs frontières communes. « Vous savez aussi qu’il y a la présence des FNL sur les hauts plateaux, dans la région d’Uvira », précise le général Abdallah Wafy.  

confused  confused  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  lol!  lol!

La gêne de la Monusco

Depuis des mois, les gouvernements burundais et congolais démentent cette présence. Ce qui, selon plusieurs sources onusiennes, explique pourquoi la Monusco avait dans un premier temps démenti l'information. Depuis la déclaration de l'ONU, le gouvernement congolais persiste et signe. « Nous avons une coopération sous forme d'échanges de renseignements », a expliqué à RFI Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement congolais. « Il est possible que des observateurs de la Monusco soient tombés sur une réunion », précise-t-il ajoutant que pour ses réunions, les officiers burundais venaient accompagner de leurs escortes. « Mais la Monusco ne vous a pas dit qu'il y avait des militaires en garnison en RDC pour combattre les FNL de manière permanente, cela est faux », insiste Lambert Mendé. Contacté par RFI, les autorités burundaises n'ont pas encore réagi à l'information.

Les témoignages se multiplent

RFI avait constaté il y a quelques mois cette présence d'hommes en armes et en uniformes burundais. De nombreuses organisations de la société civile de part et d'autres de la frontière ont régulièrement témoigné de cette présence. Des militaires burundais ont été signalés pour la première fois en 2011. Au départ, ils étaient une centaine. Aujourd'hui, ils seraient entre 700 et 900 selon les sources. Cette présence a été particulièrement médiatisée au Burundi au premier trimestre 2014. L'opposition, la société civile et la presse privée burundaise dénonçaient la présence d'entraînement de jeunes en uniformes militaires burundais sous couvert de cette présence de l'armée régulière.
C'est pour avoir affirmé cela que Pierre Claver Mbonimpa, figure de la société civile au Burundi, a été arrêté et accusé d'atteinte à la sécurité de l'Etat. La Monusco, qui avait envoyé des missions sur place à l'époque, dit ne pas être en mesure de confirmer ou d'infirmer ces informations. L'ONU dit simplement ne pas avoir constaté de tels entraînements. Quant aux exactions contre la population locale, évoquées par la société civile congolaise, la Monusco dit ne pas disposer d'information. « Nous n’avons pas eu vent d’exactions commises par ces militaires burundais dans cette région », a déclaré à RFI le général Abdallah Wafy.

Que font ces militaires burundais?

Des sources de part et d'autres de la frontière évoquaient un accord secret pour permettre un droit de poursuite contre les rebelles burundais se revendiquant des FNL. Ce groupe armé se trouve sur les moyens plateaux du territoire d'Uvira alors que les militaires burundais sont , eux, à Kiliba dans la plaine de la Ruzizi. Depuis près d'un an, les soldats burundais n'ont pas fait d'opérations contre le groupe rebelle qui, lui, en revanche, a attaqué à plusieurs reprises le contingent burundais dans la plaine depuis janvier. Le gouvernement congolais a d'ailleurs fait savoir qu'il n'y avait pas d'opérations conjointes des armées burundaise et congolaise contre les groupes armés. Ce sont les FARDC et surtout les MaÎ-Maï qui de temps à autre s'accrochent avec les rebelles burundais.
La dernière grosse opération congolaise dans leur secteur « Kamilisha Usalama »[Renforcer la paix], date de septembre 2013. « Quant à l’absence d’opérations contre les FNL, vous le savez, nous-mêmes, au niveau de la Monusco, nous avons mandat d’appuyer les FARDC. Une fois que les préparatifs seront fin prêts, alors nous allons tous contribuer à soit désarmer volontairement ces éléments soit à engager la pression militaire pour qu’ils puissent désarmer », a ajouté le général Abdallah Wafy, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU en RDC.

Surveillance de la frontière en question

Les armées burundaise et congolaise font-elles des patrouilles conjointes de surveillance de frontière, comme le prétend la Monusco? Pas vraiment non plus. Selon plusieurs sources, les FARDC, dont la présence est minime à Kiliba, n'ont pas le droit de pénétrer dans la zone militaire burundaise, se plaignent de ne pas pouvoir fouiller les véhicules des officiers burundais et évoquent de possibles trafics. Selon le dernier rapport final du groupe d'experts des Nations unies sur le Congo en 2013, le trafic de minerais, notamment, à destination du Burundi serait en hausse, particulièrement en ce qui concerne la production d'or dans le Sud-Kivu. Information démentie par les deux gouvernements à la sortie du rapport."

Pourquoi "JK" et son Gouvernement mentent-ils si éhontément et si stupidement sur la présence d'une armée étrangère (burundaise) sur notre sol alors que l'évidence saute aux yeux de tous les observateurs ? Veulent-ils nous cacher un autre bradage de nos terres, une exploitation minière mafieuse ? Impuissants même face au Burundi ??? Ont-ils perdu toute dignité, tout honneur pour céder  la souveraineté de notre territoire au premier voisin venu ? Quelle honte pour le pays !!!

Souvenez-vous que la dissidence de Kamerhe est partie de l'entrée unilatérale  et secrète (à l'insu du Parlement) de l'armée rwandaise; les Congolais l'ont aussi pour la plupart dénoncée et regrettée... Comment feraient-t-ils autrement; non seulement c'est un déni de notre souveraineté et un aveu d'impuissance mais qui pouvait croire et tolérer qu'une puissance ennemie arrive raisonnablement à pacifier l'Est de notre pays dont de plus l'instabilité était devenue son fonds de commerce, sa raison d'occuper et de piller notre pays ? La preuve n'a pas tardé : le passage de l'armée rwandaise n'a arrêté ni l'instabilité chronique (le M23) ni éradiqué les Fldr...

La vérité est qu'encore ici Kanambe a honteusement en toute illégalité et en tout déni de notre souveraineté conclu un accord secret avec le Burundi pour que plus politiciennement son armée puisse combattre ses ennemis rebelles, et cela en secret et à l'abri du Rwanda (et la Tanzanie ?) à qui cela déplairait mais alors pourquoi la Monusco de son côté le démentait-il jusqu'ici ? Les mobiles sont peut-être autrement plus complexes d'autant que depuis un an personne n'y a vu des actions effectives contre les rebelles burundais mais bien quelques exactions contre nos populations; attendons voir...

Plus généralement c'est que notre pouvoir est fantoche, faible, impuissant à faire respecter sa souveraineté (voir le cas de la délimitation des frontières avec le Rwanda) et dans ces conditions quand bien même il prendrait des décisions pertinentes et ferait des actions utiles, il est acculé à les criminaliser comme ce secret défense idiot qui ne trompe personne alors qu'en le faisant dans la transparence démocratique, il y aurait peut-être un intérêt souverain dans un accord temporaire d'opération conjointe pour éradiquer l'insécurité dans le coin...
Pauvre pays !



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  ndonzwau le 6/10/2014, 5:36 pm

"KILIBA/SUD-KIVU
SOLDATS BURUNDAIS EN RDC : LA CONFUSION EST TOTALE !

° http://forumdesas.org/spip.php?article2200
* La Monusco confirme, Kinshasa dément et Bujumbura reconnaît la présence de son armée.
Une affaire qui est sur toutes les lèvres et qui fait monter la tension dans la population du Sud-Kivu est la présence des soldats burundais à Kiliba, territoire d’Uvira à quelque 20km de la frontière. Ils y ont installé leur PC avancé, bivouaquent imperturbablement et commettent des exactions donc des violations des droits de l’homme sur les habitants, selon des rapports des Ongd et des structures de la Société civile locales.


Ces soldats sont en grand nombre, à en croire les mêmes sources qui précisent par ailleurs qu’ils ont justifié leur présence à Kiliba par un Accord secret signé entre les deux gouvernements, c’est-à-dire la RDC et le Burundi. Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Pourtant dans un premier temps, Kinshasa et Bujumbura ont, chacun de leur côté, rejeté purement et simplement ces informations les qualifiant de totalement fausses et infondées.
Même la Monusco qui est bien implantée dans le secteur a donné la main au feu qu’il n’y a pas un seul soldat burundais à Kiliba. Cependant un officier des Casques bleus parlant sous anonymat  Question  Question a, lui, confirmé cette présence des soldats burundais en avançant que le commandement de la Monusco préférait s’aligner sur la position des deux gouvernements.  Laughing  Laughing
Vendredi dernier, revirement total. C’est le général Abdallah Wafi, Représentant spécial adjoint chargé des Opérations à l’Est de la RDC lui-même en personne qui a éventré le boa sur « Rfi », la radio mondiale. Il soutient qu’à la Monusco, ils ne sont pas du tout resté silencieux sur cette question.

DES OPERATIONS CONJOINTES Question  Question  Question

Le problème est d’abord de savoir si la présence des soldats burundais est mauvaise. Ils sont là depuis des années Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  pour des opérations conjointes avec les Fardc contre les rebelles burundais du FNL qui opèrent sur le territoire congolais. Comment alors qu’on sait que cela fait plus d’un an que les FNL n’ont jamais été inquiétés par qui que soit ?
Wafi estime que là il s’agit de la responsabilité de tous y compris la Monusco. Quant aux tracasseries et exactions perpétrées par des soldats burundais présents à Kiliba sur les Congolais, Abdallah Waffi en a été saisi par la Société civile mais aucune enquête n’a été menée pour étayer ces accusations.  Question  Question
Réplique immédiate et spontanée le même jour sur le même média par le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mede Omalanga qui apporte un cinglant démenti aux propos du Représentant spécial adjoint de la Monusco. Il n’y a pas un seul militaire burundais sur le territoire congolais plus précisément à Kiliba, a-t-il dit. Laughing  Laughing  Laughing  
Il pense que le général Wafi fait la confusion avec des officiers burundais qui viennent pour des réunions d’échange des renseignements avec leurs homologues de la RDC. La troupe, non. Samedi, c’est le porte-parole de l’armée burundaise qui s’exprime sur les ondes de la radio onusienne « Okapi ».
Il confirme lui la présence des soldats burundais sur le territoire congolais suite à un Accord signé par les deux gouvernements en rapport avec la traque contre les rebelles des FNL. Il n’a cependant pas donné les effectifs de ce contingent burundais déployé en RDC, il est resté vague se bornant à alléguer qu’ils ne sont pas en grand nombre.
Pour ce qui est de diverses exactions sur la population congolaise commises par ces militaires burundais présents à Kiliba, le porte-parole de l’armée burundaise dit ne pas en avoir eu connaissance, donc pour lui c’est faux, il n’y a pas eu de pareils cas.

DEMENTI DU GENERAL KASONGA DES FARDC

Nouveau démenti du côté de la RDC par la même voie. Pas par la bouche du porte-parole du gouvernement central, mais par le général de Brigade Richard Kasonga, porte-parole des Fardc. Faux et archifaux.  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
Il rejette ces affirmations du Burundi et souligne qu’il n’y a pas un seul Accord à ce jour signé entre les deux gouvernements pour autoriser la présence des militaires burundais en RDC. Pas un seul. Ce qui n’exclut pas, renchérit-il, qu’il y ait des mouvements des troupes synchronisés entre les deux pays, mais pas la présence de soldats burundais.
Avec cette sortie du bois du général Kasonga qui remet les pendules à l’heure, la confusion est totale. C’est à ne rien comprendre. Un fouillis qu’il faut démêler. Le Burundi reconnaît lui-même la présence de ses soldats à Kiliba en Rdc en évoquant un Accord que la RDC, l’autre partie, méconnait.

C’est simple, que Bujumbura produise cet Accord qui est en sa position afin de mettre fin à la polémique qui est en passe de virer à un litige entre les deux pays. Si cet Accord est une affabulation comme on le soutient à Kinshasa, la conséquence est grave dès lors que toute présence militaire non autorisée des soldats burundais en RDC devient une agression en règle.  Laughing  Laughing  Laughing
Dans ce cas, avant la saisine des instances régionales et internationales, la RDC doit d’abord bouter hors du territoire national ces forces burundaises qui en fait occupent bien Kiliba et commettent effectivement des exactions contre les populations civiles. Ces Burundais se comportent comme en terrain conquis sans titre ni droit en plein 21ème siècle. Bizarre. "

Ce journaliste ne manque pas d'humour pour ne pas dire qu'il est complètement nul ou alors payé pour soutenir quoique puisse débiter son Gouvernement bien irresponsable...
Pourquoi ferait-il davantage foi à un Gouvernement qui dément la présence des soldats burundais alors que lui-même semble la confirmer contre l'avis du Burundi qui cite un Accord secret ?
Croit-il convaincre si stupidement sinon maladroitement  la population à qui il s'adresse qui en a vu bien d'autres notamment un Accord Secret qui a vu l'entrée de l'armée rwandaise ?
Que de rigolos cyniques dans ce pays ?


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 14/10/2014, 9:59 am

Joel Cadet - Analyse du jour : André Kimbuta ménacé à Bruxelles par des combattants




_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 15/10/2014, 8:21 pm

Kerwin - Analyse du jour : des prêtres Catholiques payent les frais a Lodja.






_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  ndonzwau le 16/10/2014, 1:22 am

Mathilde a écrit:Kerwin - Analyse du jour : des prêtres Catholiques payent les frais a Lodja.





"Piste glissante !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=4350
Il n’y a pas de deux, sans un, dit-on.  Ce qui s’est passé à Lodja n’étonne point, outre mesure. C’était prévisible. Le décor est déjà planté.  Et, d’ailleurs, ce n’est que le début de l’incompréhension tant que les Evêques et les autorités congolaises  n’auront pas la même  approche, quant à la problématique de la révision constitutionnelle.  Il en sera ainsi, désormais.  Et, c’est  tout à fait  normal en toute société démocratique. Mais ceci ne doit nullement occulter l’idée que tous : Evêques, acteurs  politiques, toutes tendances confondues,   ont le devoir sacré de protéger le Congo et son peuple, en dépit de divergences de vue sur un tel ou un tel autre sujet, fut-il celui de la révision constitutionnelle.

En effet, en lisant la mise au point des Evêques via le Secrétaire Général de la CENCO, M. l’Abbé Léonard Santedi, quelques  aspects sautent aux yeux. D’abord, l’appel au calme, même si les opinions sont diamétralement opposées. Puis, le respect de la liberté d’expression qui, du reste, est  garantie dans la Constitution. Et, enfin, le rappel des fidèles à la prière pour la nation. Au passage, la mise au point fustige tout  un tas de choses. Des incidents de Lodja, elle en parle autrement. Santedi en a  profité, pour dénoncer des jeunes non catholiques qui, pense-t-il, auraient été  manipulés à des fins  burlesques.  Manipulés par qui ou pourquoi ? C’était à quelle occasion ? Et, dans quelles circonstances ? Là-dessus, il n’en dit mot. Toutefois, l’on peut  comprendre, entre les lignes et ce, en  toute extrapolation  dosée, que   la descente de certains jeunes dits catholiques membres de la Majorité Présidentielle chez le Nonce Apostolique, à Kinshasa,  n’en serait pas moins visée.  Comme quoi, personne n’a de monopole en matière de  dénonciation.   Chacun, usant de ses droits, peut toujours  pointer son doigt accusateur sur ceux qui ne partagent pas ses  convictions.  Voilà pourquoi la démocratie établit des règles. Elle trace les voies et fixe les bornes à respecter. Sinon, à tête ivre ou simplement baissée,  certaines gens chercheraient à  danser, avec des hauts talons,  sur une piste, pourtant,  glissante.

C’est le cas de le dire, au regard de l’évolution en dents de scie observée, depuis un certain temps,  dans les milieux politiques. Tenez ! Autrefois, lors des concertations nationales, des espoirs d’une cohésion se firent sentir. Si bien qu’à un moment donné, il y aura bientôt, un an, les gens ne voyaient plus venir des contradictions majeures  à la suite de la non-application des résolutions de   ces concertations nationales. Un temps après, juste lorsqu’on pensait que les choses iraient vite, l’attente du gouvernement  de cohésion a perduré jusqu’en cette période où le débat sur la révision fait rage. D’où, les priorités des faiseurs des rois ont littéralement changé. Puisque cette affaire leur a servi de tamis, de filtre ou passoire, pour reconnaître les leurs. Du coup, la révision constitutionnelle est devenue comme le plus grand commun diviseur.  Elle crée des inimitiés et sème des dissensions hystériques.  Alors que dans certains cercles ouatés, elle resserre les liens. Plus on se rapprochera des échéances  dites fatidiques, mieux les deux blocs se compacteront et se durciront.  L’unique crainte, peut-être, est que  cet  antagonisme croissant  ne soit pas, plus tard,   un ‘’faux-vrai’’  prétexte, pour justifier des échauffourées.  "




Dépêche DESC – Révision de la Constitution : Premières victimes à Lodja, le fief de Lambert Mende
° http://desc-wondo.org/depeche-desc-revision-de-la-constitution-premieres-victimes-a-lodja-le-fief-de-lambert-mende/[/i]


 
Des sources DESC à Lodja informent que les chrétiens catholiques de la paroisse Saint-Désiré de la mission catholique de Lodja, Diocèse de Tshumbe, au Sankuru dans la province du Kasaï Oriental ont été victimes d’actes  d’agression physique par un groupe de jeunes lors du premier culte des messes dominicales célébré comme d’habitude entre 5h 30  à 8h 30mn, ce dimanche 12 octobre 2014 à Lodja.

A l’origine des faits, la lecture par le prêtre officiant du jour, Monsieur l’Abbé Ignace, curé de la paroisse saint-Désiré de Lodja, de la lettre des Evêques du Congo adressée à leurs  fidèles, sur la position de la Commission épiscopale nationale du Congo (CENCO), relative à l’opposition du clergé catholique de la RDC, du changement et/ou révision de la constitution du pays et soutenant par ailleurs l’alternance au pouvoir dans l’Ex-Zaïre.
Selon nos sources, à la fin de la lecture de la lettre des évêques par le prêtre, suivie de  quelques explications, un groupe de jeunes bien identifié à un mouvement politique de la majorité présidentielle, présent dans l‘église, s’est mis à hurler et à proférer des insultes à l’officiant de la messe ainsi qu’aux Bonnes Sœurs présentes à la messe. La célébration a été immédiatement interrompue, car ce groupe de jeune était spontanément rejoint par un autre groupe, qui a fait irruption à la cathédrale, s’attaquant physiquement, non seulement aux les responsables de l’Eglise Catholique mais aussi sur les autres fidèles.

Ce groupe a poursuivi ses attaques jusqu’au couvent des Sœurs et à la Procure situés à une trentaine de mètres du lieu du culte.
Le bilan provisoire de cette expédition punitive fait état de plusieurs meubles et locaux de prêtres saccagés. la SœurHenriette Komba, à la fois préfet du Lycée Lokenye et Sœur dirigeante du couvent est grièvement blessée. Mais son état de santé est jugé stable. Un autre groupe s’est attaqué à la paroisse Nganga dans le même territoire, à environ 10 km du centre ville Lodja.
L’ordre a été ramené par l’intervention de la police ainsi que quelques notables Catholiques qui se sont interposés entre les casseurs et les victimes.
Une autre attaque serait intervenue le même dimanche après-midi… mais nous n’avons pas encore de précisions sur cette dernière. Selon nos sources, les Prêtres et Sœurs sont dans la peur…Nos sources  sur terrain s’activent à nous fournir des plus amples détails dans les heures qui suivent.

Le groupe de jeunes mis en cause a été identifié par les sources de DESC comme une milice à la solde du parti Convention des congolais unis (CCU), du ministre congolais des Médias et Communications, le porte-parole du Gouvernement et du président Kabila, Lambert Mende. Il s’agit d’un parti politique membre de la majorité présidentielle, bien connu à la place de Lodja pour des actes de vandalisme à l’égard des citoyens de la ville.

Ce n’est pas la première fois que les jeunes désœuvrés instrumentalisés par M. Mende s’illustrent négativement dans le Sankuru

En effet, l’Histoire, à travers plusieurs écrits ainsi que les archives du pays, renseignent qu’il existe un vieux conflit intracommunautaire datant des années 19660 au Sankuru, opposant les Atetela catégorisés par les colons Belges, d‘ESWE (habitants de la savane), à ceux dits d’EKONDA (habitants de la foret). Pourtant, en réalité tous les six territoires qui constituent le district (futur province du Sankuru) possèdent chacun d’immenses savanes et d’énormes étendues de forêts. De ce fait, cette caractéristique savane-forêt n’a été qu’une pure invention coloniale pour opposer les uns aux autres comme ils le firent au Rwanda entre les Tutsi et les Hutu. De plus, ce conflit, précise les mêmes sources, n’est pas le fait « des communautés », car les Atetela font partie d’une même communauté ethnique « ANKUTSHU AN’AMONGO »[1].
Ce conflit est plutôt le fait des acteurs politiques en quête de leadership politique pour leur positionnement personnel après la disparition subite du Grand leader Lumumba. Ainsi recourent-ils à raviver ce conflit chaque fois que la RDC arrive à un tournant politique majeur (élections, …) au niveau national ou local. C’est ainsi que ces politiciens répartissent le territoire de Lodja, Kole et une partie de Lomela comme étant la région de la foret, tandis que les territoires de Katako-Kombe, Lubefu et Lusambo sont classées comme région de la savane. Ce clivage savane-foret va depuis lors condamner le Sankuru au sous-développement jusqu’à nos jours et alimenter des tensions qui feront des milliers de morts à ce jour.



En 2005, l’année préélectorale, les leaders politiques, en vue de la compagne électorale à venir, ont installé chacun ses propres stations radios qui distillaient à longueur des journées des messages d’appels à la haine, à l’instar des radios de mille collines de triste mémoire au Rwanda. En outre, l’actuel ministre des Communications et Médias, porte-parole du gouvernement, chargé des Relations avec le parlement et de l’Initiation à la Nouvelle citoyenneté, alors premier rapporteur du Sénat de transition, Lambert Mende Omalangaoriginaire du territoire de Lodja, a déclaré publiquement en dialecte Otetela au stade Patrice Emery Lumumba de Lodja, devant la population de cette cité ce qui suit :« …dengiya amboleka. Ambokoka vo totshikeka ngelo neda ndo sho tamboshidiya ekanda…(qu’il est temps qu’on nous laissent la place ici car nous aussi nous avons finis les études). Il a, à cet effet, créé des slogans qui expriment clairement la division, la haine et la xénophobie, entre autres : On ne peut pas vendre tout un palmier à cause d’une bouteille d’huile, et tant d’autres.
Le ministre Mende, qui s’est de surcroit surnommé en dialecte Otetela : « Nyama solo, Etshuka h’oke dja, h’ok’edinga » (Un félin  suffoquant… moellon d’un rocher insensible à la fumée et au feu…) a, de par ses propos et ses ambitions politiques démesurées, inauguré une décennie d’instabilité, de crimes impunis, de peur et d’incertitudes pour des milliers de ressortissants de Katako-Kombe, Lubefu et Lusambo vivant à Lodja.

Promoteur de la Radio Télé Losanganya (RTL),  Monsieur Mende procéda d’une part, à la création et à la consolidation des milices dont l’écurie NGELO, et ELOLA terroir et inondation), est dirigée par le lieutenant Okitode la détection militaire anti patrie (Démiap, service de reseignement militaire des FARDC), originaire de Lodja, dont Mende sollicita en coulisse et obtint l’affectation et le maintien à Lodja afin d’assurer la formation clandestine de cette milice. En dehors de cette milice multicellulaire, Mende a également mis en place une notabilité appeléeNorelo, Notabilité rénovée de Lodja, qui terrorise et paralyse tous les services de l’Etat à Lodja, et dont il confia  de surcroît la gestion de sa chaîne  de radio et la libre antenne. Les ressortissants de Katako, Lubefu et Lusambo ont à leur tour formé une notabilité appelée Unikalu, unité de katako et Lubfu, pour contrer toute attaque venant de l’autre camp
Le gouverneur de la province , Ngoy Kasanji, a effectué plusieurs missions au centre du Congo afin de ramener le calme dans cette partie du territoire national où l’impunité règne suite aux actes de violences et meurtres de ces jeunes…protégés pourtant par le contexte politique lié aux alliances politiques entre le régime de Kinshasa et le leadership de Lodja.

Enfin, si les incidents de ce dimanche marquent la première réponse du régime de Kinshasa à l’égard de l’Eglise Catholique, pourtant plus stable que les institutions politiques en RDC, les jours avenirs seront très critiques pour l’ensemble des congolais. Car toucher à l’église catholique dans un pays comme la RDC, c’est toucher à plus de 65% du système de santé et d’éducation et social du pays.
Afin d’éviter que la fin du mandat du président Kabila prévue en décembre 2016 ne débouche sur des conflits communautaires à grande échelle au Sankuru à l’instar du Rwanda, DESC constitue dès à présent une documentation judiciaire visant à faire traduire auprès des instances pénales nationales et internationales des personnes suspectées de se livrer à des progroms punissables de crime contre l’humanité. Nous faisons ainsi un appel à témoins à toutes les victimes directes ou indirectes de ces faits inqualifiables d’une autre époque et à toute personne disposant des preuves et indices de culpabilité pour nous aider à constituer un dossier pénal à charge des personnes à base de ces actes.

1] http://desc-wondo.org/le-sankuru-au-bord-dun-conflit-intra-communautaire-devastateur-t-tshaombo/




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  djino le 16/10/2014, 12:02 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  djino le 17/10/2014, 3:12 pm



Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 21/10/2014, 10:00 am

Analyse du jour : Martin Kobler confirme et endosse le rapport de l’opération Likofi. CONGOMIKILI



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 22/10/2014, 10:03 am

Kerwin - Analyse du jour : Révélations d’un proche du Rais sur la révision constitutionnelle.









_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 23/10/2014, 9:55 am

Kerwin-Analyse du jour : Révision constitutionnelle, Le Dr Mukuege s'en mêle.




Joel Cadet-Analyse du jour : Révision constitutionnelle, Le Dr Mukuege s'en mêle
.



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 24/10/2014, 4:57 pm

Kerwin -Analyse du jour : Les collaborateurs de Scott Campbell menacés



Joel Cadet -Analyse du jour : Les collaborateurs de Scott Campbell menacés
.



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  djino le 30/10/2014, 1:31 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 5/11/2014, 11:12 am

Kerwin-Analyse du jour : Moïse Katumbi victime d’un empoisonnement à la Vynica.


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  KOTA le 6/11/2014, 2:01 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  KOTA le 6/11/2014, 2:18 pm

DEVOIR DE MEMOIRE : 12 ans après cette déclaration demeure prophétique:





[size=32]DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE
[/size] FRONT POUR LA SURVIE DE LA DEMOCRATIE-DEMOCRATIE CHRETIENNE ,
F.S.D/DC





ADRESSE DU COORDONNATEUR DU F.S.D
EUGENE DIOMI NDONGALA NZOMAMBU
A LA PLENIERE DU DIALOGUE INTERCONGOLAIS
SUN CITY
AFRIQUE DU SUD, 8 MARS 2002

Excellence Monsieur le Facilitateur du Dialogue Inter Congolais,
 
Chers Compatriotes,


En ce jour historique pour le Congo, au nom de tous les délégués du FRONT POUR LA SURVIE DE LA DEMOCRATIE-DEMOCRATIE CHRETIENNE, je me fait le devoir de me joindre à vous tous pour souhaiter la pleine réussite de ce FORUM POLITIQUE SOUVERAIN représentatif de la nation congolaise toute entière.

Particulièrement, je tiens à remercier son Excellence Monsieur Tabou MBEKI, Président de la République d'Afrique du Sud, son Gouvernement et le grand peuple Sud Africain, pour l'hospitalité qu'ils offrent au Dialogue Inter Congolais et pour leur disponibilité à œuvrer pour la paix en Afrique Centrale.


Egalement, il est de mon devoir de féliciter Son Excellence Ketumile MASIRE et son bureau pour l'énorme travail abattu en vue de l'organisation des négociations politiques Inter Congolaises.


Conscients de leur part de responsabilité face à l'avenir du Congo, les délégués du FSD aux assises du Dialogue Inter Congolais renouvellent, à cette occasion, leur engagement d'œuvrer pour l'avènement  de la paix durable  et de la Démocratie pluraliste et représentative dans notre pays, le Congo,  qui depuis 1996 est secoué par l'enchainement de conflits armés on ne peut plus sanglants et humiliants pour la NATION Congolaise toute entière. La  crise multiforme que connaît notre pays est aussi due au fait que les congolais ont refusé de dialoguer.

Ceux qui détiennent le pouvoir par la force des armes et sans mandat formel, ont toujours évité tout débat sérieux  avec ceux qui s'opposent à leur politique.



C'est ainsi que depuis 1960, le couple POUVOIR - OPPOSITION  n'a jamais harmonieusement  travaillé dans l'intérêt suprême du peuple congolais.



C'est ainsi que, de leur côté, les gouvernés ne se sont jamais sentis conscientisés et interpellés par la manière dont le Congo a été géré, laissant, de ce fait, les dirigeants autoproclamés détruire notre patrimoine commun.



Sans que cela ne soit une excuse pour ses instigateurs, la guerre  actuelle ne serait donc qu'une conséquence tragique de cette conception  "FEODALE " du pouvoir d'Etat et d'une carence chronique de LEGITIMATION DU POUVOIR.

Faut - il rappeler que le blocage du processus de démocratisation coïncide avec l'avènement du régime AFDL?



C'est pourquoi, le FSD  estime qu'il est nécessaire de relancer le processus de démocratisation  et s'atteler immédiatement  à soigner les maux chroniques qui frappent notre société:
le tribalisme, la corruption à grande échelle, les agissements  les mentalités contraires au développement et la négation du droit à la libre expression politique.



Fondé et entré en action en plein régime d'interdiction des activités politiques, le FRONT POUR LA SURVIE DE LA DEMOCRATIE a bravé la répression et la dictature pour revendiquer un véritable débat national devenu, grâce à l'Accord de Cessez-le feu de Lusaka, une réalité qui nous réunit en ce moment en Afrique du Sud.



Chers Compatriotes, d'autres peuples avant nous, confrontés aux mêmes difficultés, ont été capables de se réconcilier grâce à la mise en place de structures de concertation ayant abouti à la réconciliation nationale.



Dans cette optique, le FSD estime que la réconciliation national entre les fils et les filles du Congo demeure la voie obligée  à parcourir  pour arriver  à la RENAISSANCE de notre beau pays, basée sur la refondation de ses institutions étatiques et l'affirmation du droit du peuple congolais  à l'auto-détermination  sur l'ensemble du territoire national.

La tragédie des guerres congolaises d'une libération toujours factice, réside dans l'abandon à des forces étrangères alliées du contrôle d'une partie du territoire national ainsi que l'exploitation de nos ressources humaines et naturelles.

Le changement  d'ordre politique  qui est à l'ordre du jour du Dialogue Inter Congolais, permettra l'éclosion d'une véritable Démocratie Participative, à même de transformer le QUASI - ETAT  actuel en  ETAT en part entière, moderne, ouvert  aux impératifs de la  globalisation et qui ne sera plus l'OTAGE des stratégies sécuritaires des pays voisins.

ORDRE POLITIQUE NOUVEAU, parce que désormais, le pouvoir d'Etat  devra être perçu et vécu comme une charge, une responsabilité écrasante et plus jamais comme instrument de domination des masses.

Nous tous, délégués des différentes composantes du Dialogue Inter Congolais, partageons cette responsabilité commune.

Néanmoins, chers compatriotes, il nous incombe le devoir de reconnaître que le Congo présente d'autres réalités, tout aussi importantes  et qui ont rendu possible la tenue du Dialogue Inter congolais:




  • les Congolais forment une NATION UNIE  dans sa volonté de préserver l'intégrité territoriale du pays et l'inviolabilités de ses frontières;

 

  • les Congolais souhaitent ardemment la paix durable et un Dialogue franc, sans entrave ainsi qu'une chance de mettre en place leurs institutions politiques démocratiques, de se doter d'un gouvernement représentatif qui réalisera leur aspiration au développement économique et à la tenue d'élections libres et transparentes à brève échéance, ainsi que d'un Parlement de Transition, détenteur du pouvoir législatif, chargé de faire de la République Démocratique du Congo un Véritable Etat de droit, ayant à ses côte un magistrature indépendante.


Les éléments de la solution de la crise multidimensionnelle dont souffre le Congo sont, donc, déjà disponibles et leurs piliers fondamentaux sont les suivants:

1.le respect de l'Accord de Cessez-le feu de Lusaka et des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de l'ONU;

2. la volonté politique, exprimée par les congolais, de renoncer  à la prise et à la conservation du pouvoir par la force, après une guerre meurtrière qui se terminera sans vainqueurs ni vaincus;

3.la participation active de l'opposition politique et de la société civile à l'établissement d'un NOUVEL ORDRE POLITIQUE.

Le Dialogue Inter Congolais nous offre le cadre institutionnel pour restituer à l'Etat son rôle et sa fonction de civilisation et, parallèlement,  rallumer l'espoir  du peuple congolais d'un futur meilleur.

Voilà pourquoi le FRONT POUR LA SURVIE DE LA DEMOCRATIE  prend l'engagement solennel d'entretenir les débat essentiellement sur les voies et les moyens susceptibles de restituer à l'Etat Congolais ses lettres de noblesse et au peuple congolais, son rôle fondamental de souverain primaire.

Le défi à relever est de lors double:



  •  rendre possible la PARTICIPATION EFFECTIVE DES CITOYENS  A LA GESTION DE LA RES PUBLICA;

 

  • RETABLIR L'AUTORITE DE L'ETAT SUR TOUTE L'ETENDUE DE LA RDC EN GARANTISSANT L'EFFECTIVITE DES RESOLUTIONS DU DIALOGUE INTER CONGOLAIS.


Et pour éviter qu'au terme de ce processus , la RDC ne devienne un îlot de Démocratie - pour laquelle nous luttons - entouré de régimes totalitaires dont la politique  REPRESSIVE exercée sur leurs oppositions continuera à déverser dans notre pays des réfugiés, des groupes armés et des conflits, il faudra exporter la culture du Dialogue au delà des frontières de la République Démocratique du Congo, cela devant faire expressément l'objet de la Conférence pour la paix en Afrique Centrale, à l'issue de laquelle il sera signé un Accord de Paix  formel entre les pays belligérants et l'Etat Congolais représenté à cet occasion, par les institutions issues du Dialogue Inter Congolais.

Ce qui est essentiel pour le FSD, c'est l'occasion historique offerte par ce Forum Politique Souverain, aussi bien aux belligérants qu'aux autres composantes sociales, de se retrouver, de se regarder les yeux dans les yeux en vue d'essayer de répondre ensemble à la seule et véritable question qui compte , à ce stade de notre histoire commune:

"QU'AVONS-NOUS FAIT ET QUE VOULONS - NOUS FAIRE DE CE GRAND ET BEAU PAYS QUI EST LE CONGO?"

C'est cela, nous semble-t-il, la finalité fondamentale du Dialogue Inter Congolais et elle exprime l'écrasante dimension de notre responsabilité envers la NATION CONGOLAISE, au service de laquelle  toutes les parties congolaises sont indistinctement appelées à œuvrer.

Cher Compatriotes,
nous tous,  dans cette salle, n'avons ni de chefs ni d'alliés militaires à qui nous devons rendre de comptes.



Que nos seules guides soient notre conscience et les intérêts supérieurs du peuple Congolais, puisqu'à la fin des travaux des assises historiques du Dialogue Inter Congolais, le seul et unique garant  des résolutions qui nous allons adopter sera le  peuple Congolais lui-même.




Que l'Eternel Très Haut bénisse le Congo.

Je vous remercie

EUGENE DIOMI NDONGALA NZOMAMBU,
COORDONNATEUR DU FSD
PRESIDENT NATIONAL DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, D.C.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  djino le 12/11/2014, 2:46 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  djino le 13/11/2014, 3:11 pm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Mathilde le 18/11/2014, 10:39 am


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Analyses de KERWIN MAYIZO

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:40 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum