Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

60.000....

Message  KOTA le 3/5/2014, 12:04 pm

Official: Republic of Congo Deports Nearly 60,000 /AP
par fsddc le 3 mai 2014
Official: Republic of Congo Deports Nearly 60,000
KINSHASA, Congo May 2, 2014 (AP)


Officials say nearly 60,000 Congolese citizens now have been deported from its much smaller neighbor Republic of Congo in the last three weeks.
Many of those being ordered to leave have complained of mistreatment on the part of the forces carrying out the deportations.
Congo’s interior minister, Richard Muyej Mangez, said Friday at a news conference in Kinshasa that authorities there now were opening investigations into the allegations made by the deportees.
He said Congo had no plans to pursue reciprocal actions against citizens from Republic of Congo however.
Authorities in Republic of Congo maintain that the deportees lack the proper immigration papers to stay in Brazzaville.
And the mayor of its capital has said that any police officers caught abusing citizens would face justice.
 
http://abcnews.go.com/International/wireStory/official-republic-congo-deports-60000-23569853

http://democratiechretienne.org/2014/05/03/official-republic-of-congo-deports-nearly-60000-ap/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  ndonzwau le 6/5/2014, 12:00 am

"Brazzaville a expulsé 52 000 Congolais
° http://www.lalibre.be/actu/international/brazzaville-a-expulse-52000-congolais-53671dc2357061b533a166e3
INTERNATIONAL En un mois, les autorités du Congo-Brazzaville ont expulsé 52 226 ressortissants du Congo-Kinshasa, selon les chiffres du gouverneur de la capitale de l’ex-colonie belge, bouleversée par la crise.

Les expulsés – auxquels se sont jointes des personnes craignant d’être maltraitées en raison de l’atmosphère hostile régnant à Brazzaville – arrivent en effet tous à Kinshasa. Soit au “Beach Ngobila”, port des bateaux faisant la navette entre les deux capitales sur le fleuve Congo; soit au “Beach Marsavco”, habituellement dédié aux transporteurs venant de l’intérieur du pays.
Selon les témoignages recueillis par les agences de presse à Kinshasa, les expulsés et ceux qui ont quitté volontairement Brazzaville font état de mauvais traitements. Certaines personnes affirment que leurs papiers, pourtant en ordre, ont été déchirés par les policiers brazzavillois pour les expulser.
Pourquoi cette soudaine hostilité, inhabituelle entre deux capitales partageant largement les mêmes cultures, ethnies et même familles  ?

Banditisme ou pétrole  ?

Brazzaville met en avant l’insécurité croissante sur son territoire, attribuée aux frères venus de Kinshasa. L’ex-colonie française a un niveau de vie supérieur à sa voisine et attire donc un grand nombre d’immigrés économiques kinois. Tout le Congo-Brazzaville compte 4 millions d’habitants, soit moins de la moitié de la population de la seule Kinshasa. Et il est vrai qu’en novembre 2013, les autorités kinoises ont procédé à de meurtrières opérations “anti-kuluna” (anti-banditisme), qui ont poussé un certain nombre de ces bandits à traverser le fleuve.
Dans les cercles dirigeants kinois, certains n’excluent cependant pas que la subite colère brazzavilloise ait une autre raison : le pétrole.
Pour la première fois, en effet, ce mois d’avril, Kinshasa a pris position contre l’Angola, aux Nations unies, pour défendre sa souveraineté sur son offshore pétrolier, exploité depuis des années par l’ancienne colonie portugaise (voir “La Libre” du 2 mai).
Or, chacun sait que Luanda et Brazzaville sont étroitement liées par une série d’alliances, et que la seconde appuie la politique de la première. De là à penser que Luanda a discrètement demandé à Brazzaville de faire pression sur Kinshasa, il n’y a qu’un pas. Que certains franchissent d’autant plus rapidement que l’Angola est coutumier du fait.

Expulsions et diamants

Voilà plusieurs années, en effet, que l’Angola expulse des milliers de ressortissants du Congo-Kinshasa, soit chaque semaine quelques centaines de personnes (comme c’est le cas en ce moment, avec un total de 5 000 expulsions depuis le début 2014, mais disséminées le long de la frontière commune), soit, ponctuellement, par grosses rafles, plus frappantes. Cette dernière technique est utilisée notamment chaque fois que Luanda veut faire sentir sa puissance à son voisin, auquel, en 2006-07, elle a déjà pris des territoires (dont certains sont diamantifères) au Bandundu et au Bas-Congo. Kinshasa, jusqu’ici, avait laissé faire, craignant une invasion par l’Angola, qui possède la plus puissante armée de la région.
Car pression sur Kinshasa il y a. L’afflux de 50 000 personnes – et ce n’est pas fini – dans une seule ville est déjà difficile en soi à réguler et absorber. S’y ajoute le fait que parmi elles se seraient glissés des rebelles anti-Kabila, issus de l’ancienne armée mobutiste ou fidèles du général Faustin Munene, un ex-allié des Kabila détenu par Brazzaville.
Kinshasa, une fois de plus, fait profil bas : le récent afflux venu de Brazzaville ne représenterait en effet qu’un dixième du total de ses ressortissants installés de l’autre côté du fleuve…"



"Kinshasa défend son pétrole
ABONNÉS

° http://www.lalibre.be/actu/international/kinshasa-defend-son-petrole-53626e6e357061b5339fcab4
INTERNATIONAL Après avoir fait longtemps l’autruche, le gouvernement de Kinshasa s’oppose cette fois ouvertement à l’Angola pour défendre son pétrole off-shore. Le 11 avril, en effet, le ministre des Affaires étrangères congolais, Raymond Tshibanda, a écrit au secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, pour lui demander que la Commission onusienne des limites du Plateau continental " s’interdise" d’examiner la demande angolaise en cette matière avant que Luanda et Kinshasa résolvent leur différend frontalier.(...)"


"Congo - RDC : comprendre l'opération "Mbata ya bakolo" à Brazzaville en 10 questions
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140505134209/congo-securite-brazzaville-rdc-immigration-congo-rdc-comprendre-l-operation-mbata-ya-bakolo-a-brazzaville-en-10-questions.html


Des Congolais de la RDC quittent Brazzaville à la suite de l'opération Mbata ya bakolo.

Depuis début avril, la police brazzavilloise traque les kuluna (délinquants) et autres "étrangers en situation irrégulière". À ce jour, des milliers de Congolais de la RDC ont été refoulés, parfois dans des conditions indignes. Dérapages en série ou simple lutte contre la criminalité ? "Jeune Afrique" décrypte l'opération "Mbata ya bakolo" en 10 questions-réponses.

"Ça dérape", lâche un conseiller diplomatique africain à Brazzaville. L'opération "Mbata ya bakolo" (la "gifle des aînés", en lingala) est pourtant "saluée" par la population locale, selon la police du Congo-Brazzaville qui traque, depuis le 4 avril, les kuluna – les gangs de Kinshasa – et tous "les étrangers en situation irrégulière" sur le territoire congolais.(...)"
  


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 6/5/2014, 10:56 am

Scandal: Un bateau de refoulés de Brazzaville e zindi na mayi, PASI na PASI ,..CONGOMIKILI

 Sad Sad Sad Sad

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Hiro-Hito le 7/5/2014, 5:51 pm

Le comble est que si aujourd'hui, Brazza demandait aux Zairois de revenir, ba ko zonga mbangu

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140506121553/?fb_action_ids=716431348400561&fb_action_types=og.recommends&fb_ref=.U2nMzrWMdAY.like&fb_source=other_multiline&action_object_map=%5B622213831205553%5D&action_type_map=%5B%22og.recommends%22%5D&action_ref_map=%5B%22.U2nMzrWMdAY.like%22%5D

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36
avatar
Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  djino le 7/5/2014, 6:48 pm

LES ETUDIANTS DE KINSHASA VENGENT LES LEURS DE BRAZZAVILLE MAINTENANT MÊME.

LA POLICE TIRE EN L'AIR POUR CALMER LA SITUATION A L'UNIKIN.C'est dans ce cadre que les etudiants ce sont mis debout pour dire non au gouvenement et JOSEPH Kabila.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Troll le 7/5/2014, 6:50 pm

Suspect Embarassed CATASTROPHE HUMANITAIRE POUR LA RDC, ET LE "GOUVERNEMENT"?

Même si le gouvernement est "demissionaire", plus de 600 000 congolais qui debarquent á Kin et entassés dans un stade..devrait-être classé comme une urgence et une catastrophe humanitaire Arrow Rolling Eyes 

Etrange, il n´ya pas eu une reunion "spéciale" du Gouvernement, ni surtout une session du Parlement reservé aux interpelations des ministres concernés...On dirait que la RDC ne possede pas de gouvernement Shocked Surprised Surprised Surprised 

Ces congolais qu´on se contente de parquer dans un stade, quelle aide specifique du gouvernement sont-ils entrain de beneficier chaque jour? Nous recherchons dans les videos, les traces d´une visite du PM ou du Président Kanambe dans ce stade Rolling Eyes Suspect pirat pirat 

Mais selon le Potentiel, les parlementaires commencent á se "reveiller" et commencent á protester..même si nous preferons les voir aller manifester devant l´ambassade du Congo et..rendre visite aux congolais refoulés de Brazza pour les consoler pale pale pale 

Pendant la guerre á Goma, ces parlementaires ne se sont pas derangés pour visiter les camps de deplacés situés pourtant non loin de Goma..et maontenant que plus de 600 000 congolais sont dans un stade..ils ne peuvent même pas "marcher" du Palais du Peuple jusquá au stade? affraid 

Franchement, la RDC a atteint le fond du cynisme et de l´absence de compassion
..Mais où est passé le Président de la RDC? confused 

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Kilombo le 8/5/2014, 12:15 am

Les "connards" prennent d'assaut l'ambassade de RDC a Paris.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  ndonzwau le 8/5/2014, 1:16 am

"Quatre-vingt mille ex-Zaïrois expulsés du Congo-Brazzaville
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8905
Dans une déclaration faite mercredi 7 mai, l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), estime à près de 80.000 le nombre des Congolais de Kinshasa "rentrés dans leur pays" depuis le lancement début avril au Congo voisin de l’opération de police dite "Mbata ya bakolo".
"Nous sommes maintenant à 77.800 personnes" rentrées du Congo-Brazzaville, a indiqué à la presse Florian Morier, chargé des projets à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en RDC.


Ces personnes, qui continuent d’affluer à Kinshasa, sont des clandestins expulsés par les autorités de Brazzaville ou des personnes en situation régulière qui se sont décidées à rentrer, craignant d’être poussées à partir de force, même avec des papiers en règle. Il y a eu une "accélération" des retours depuis le 26 avril, et "en moyenne 5.000 personnes" par jour rentrent en RDC, a souligné M. Morier. "Nous pensons que les autorités [de Kinshasa] ont pris les choses en main, néanmoins il est important de soutenir encore le gouvernement notamment en ce qui concerne le transport, la nourriture et la santé", a-t-il indiqué.
Les autorités de Brazzaville ont notifié officiellement que, l’opération "Mbata ya bakolo" (la gifle des aînés, en lingala), lancée le 3 avril pour lutter contre la délinquance et les clandestins, pourrait durer encore "un mois", a ajouté M. Morier.
A Kinshasa, les Conseil des ministres a dénoncé mardi le fait que des ressortissants de RDC aient subi au Congo "des extorsions, des tortures et des lynchages de la part de certains éléments de la police et des bandes de jeunes xénophobes" du Congo. Ayant reconnu des bavures, Brazzaville a radié 17 policiers.

Avant de traverser le fleuve Congo pour regagner Kinshasa, de nombreux RD Congolais passent "plusieurs jours dans un site de transit" dans des conditions difficiles et "des enfants voire des bébés arrivent (en RDC) dans un état de fatigue déjà très avancé", a dit M. Morier. "Parmi les expulsés, beaucoup arrivent sans papiers" et il est difficile d’établir leur nationalité, a-t-il ajouté, rapportant des arrivées de Centrafricains ou Sénégalais dans le flux des expulsés.
La RDC, qui compte environ 76 millions d’habitants, est le dernier pays au classement de l’indice du développement humain des Nations unies. A Brazzaville, où les conditions de vie sont un peu meilleures, les ressortissants de la RDC exercent toutes sortes de métiers peu qualifiés.

Se reportant sur le compte-rendu de la réunion extraordinaire du conseil des ministres sous la présidence du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, l’agence Xinhua donne un total de 72.731 ressortissants rd-congolais expulsés. "A la date du lundi 5 mai 2014, 71.407 compatriotes ont été expulsés du Congo-Brazzaville par le Beach Ngobila à Kinshasa dont 23.989 hommes,17.965 femmes, et 29.453 enfants. Certains compatriotes ont été expulsés par les postes-frontières de la province du Bandundu 37 et de la province du Bas-Congo 231", indique le compte rendu, précisant que "cela fait un total de 72. 731 hommes, femmes et enfants refoulés". "Nos compatriotes ont subi des exactions, des extorsions, des tortures et des lynchages de la part de certains éléments de la Police et des bandes de jeunes xénophobes de la République du Congo/ Brazzaville", indique par ailleurs le compte-rendu.
(AFP/Xinhua/Congo Indépendant)"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/pres-de-80000-citoyens-de-rdc-rentres-du-congo-depuis-debut-avril-officiel


"Expulsions de Brazzaville: Kinshasa exige une réunion de défense et sécurité entre la RDC et le Congo
° http://radiookapi.net/emissions-2/dialogue-entre-congolais/2014/05/07/ce-soir-expulsions-de-brazzaville-kinshasa-exige-une-reunion-de-defense-securite-entre-la-rdc-le-congo/#.U2qSV4F_sgc
Poursuite des expulsions  des Congolais  de la RDC vivant à Brazzaville : cinq mille personnes sont expulsées chaque jour selon l’Organisation Internationale de Migration (OIM). Le nombre d’expulsés, du 26 avril jusqu’à ce jour, atteint le chiffre de 72 000 parmi lesquels trois mille sont pour le moment hébergés à l’ex-stade 24 novembre, dont des enfants non accompagnés et de nombreux sans-papiers qui attendent leur évacuation vers leurs milieux d’origine.  L’OIM/RDC se dit par ailleurs prête à  appuyer, avec d’autres agences humanitaires partenaires, les efforts du gouvernement dans la prise en charge et l’acheminement de ces expulsés, essentiellement vers le Bas-Congo et l’Equateur.
Le gouvernement de la RDC a pour sa part dénoncé mardi les conditions dans lesquelles se déroulent ces expulsions et la violation par la République du Congo des conventions internationales et régionales en la matière. Kinshasa exige aussi la convocation d’une réunion extraordinaire de la commission de défense et sécurité entre les deux pays.

Quelle analyse  faire de cette situation ?

Invités:
Jean–Claude Vuemba, député national et président du MPCR, parti de l’opposition. Il est aussi vice-président du groupe parlementaire UDPS et alliés à l’assemblée nationale.
Samuel Monga, Analyste en questions internationales. Il s’intéresse aux problèmes géostratégiques et géopolitiques africains.
Bienvenu-Marie Bakumanya, Directeur de la rédaction en charge de l’économie et de l’investigation au groupe de presse Média 


Télécharger


"Kinshasa réclame son pétrole à Luanda
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=7457:kinshasa-reclame-son-petrole-a-luanda&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Entre la RDC et l’Angola, les rapports paraissent au beau fixe. Juste en apparence ! Car le différend qui les oppose sur le pétrole du plateau continental, principalement dans les blocs 14 et 15, n’a jamais été dissipé. Kinshasa réclame son pétrole que Luanda exploite sans partage depuis trois décennies;(...)"


° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140506121553/?fb_action_ids=716431348400561&fb_action_types=og.recommends&fb_ref=.U2nMzrWMdAY.like&fb_source=other_multiline&action_object_map=%5B622213831205553%5D&action_type_map=%5B%22og.recommends%22%5D&action_ref_map=%5B%22.U2nMzrWMdAY.like%22%5D


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 9/5/2014, 3:37 pm

Il paraît qu'il y a eu entente entre les autorités des 2 pays...



http://youtu.be/lJjC2WP9v0Q

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  ndonzwau le 10/5/2014, 7:50 pm

"De Brazzaville vers Kinshasa, exode massif sur le fleuve Congo
° http://www.rfi.fr/mfi/20140509-congo-rdc-migrants-exode-brazzaville-kinshasa/


Carine, 24 ans, n'a pu ramener aucun de ses biens du Congo, faute d'argent

Près de 80 000 ressortissants de la République démocratique du Congo ont quitté Brazzaville depuis le lancement, début avril, d'une chasse aux clandestins et aux délinquants.
La plupart des Congolais, en règle ou non, auraient fui par crainte d’une expulsion violente après des témoignages de graves violations des droits de l’Homme.

Kinshasa,


« Libérés ! Libérés ! Libérés ! » Des centaines de Congolais chantent, sourire aux lèvres, et saluent de la main la foule qui les attend au beach Ngobila, le port de Kinshasa. Tous ont été expulsés ou ont fui le Congo-Brazzaville, ancienne colonie française de 4 millions d’habitants où ils espéraient une vie meilleure.
Finalement, ils n’ont pas fait fortune dans le pétrole, principale richesse du pays, mais survivaient comme femme de ménage, chauffeur de taxi, maçon, commerçant… « Au Congo, tu peux bien manger, bien dormir, mais si tu es Congolais de Kinshasa, ce ne sont que des insultes en cours de route », résume Barnabé, 46 ans, pêcheur.
Des injures, Jenny en a entendu. Elle raconte, assise près d’un gros sac de toile blanc avec sa télévision, ses casseroles et quelques vêtements : « Quand tu pars au marché et que la vendeuse entend à ton accent que tu es de Kinshasa, on t’insulte. » Dans le genre : « Zaïrois, indésirables ! », « Vous êtes trop sales, partez ! » ou encore « Vous êtes venus nous envahir ici ! »

« La gifle des aînés »

Selon certains des 500 000 ressortissants de l’ex-Zaïre, souvent installés au Congo voisin depuis des années, le climat s’est fortement dégradé avec le lancement, le 3 avril, de « mbata ya bakolo », la gifle des aînés en lingala. Dans la ligne de mire de cette opération policière, les étrangers clandestins et les délinquants.
« J'étais bien de l'autre côté, au Congo. Mais des Congolais de Kinshasa sont venus à Brazzaville et ont commencé à voler... Alors, je n'ai rien à dire sur la décision d’expulsion du Congo », se résigne amèrement Mado, une grand-mère de 63 ans au visage à peine ridé, revenue au pays le 30 avril, après huit ans à Brazzaville.
Le Congo a affirmé avoir expulsé moins d’un millier de Congolais de RDC depuis le début de « mbata ya bakolo », or selon Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de RDC, Kinshasa, de son côté, estime que 80 000 personnes sont rentrées. En fait, la plupart aurait fui par peur d’être forcées au retour.
D’autant que plusieurs des 5 000 personnes arrivant chaque jour à Kinshasa, accusent la police de Brazzaville d’avoir « déchiré » ou « brûlé » leurs papiers pour en faire des clandestins. D’autres, comme Bienvenu, 21 ans, disent s'être fait arrêter et expulser alors qu'ils allaient régulariser leur situation.

Des Sénégalais et des Centrafricains

« Beaucoup arrivent sans papiers (…) donc dès lors pour établir leur nationalité, ce n'est pas une chose aisée », a dit mercredi à la presse Florian Morier, chargé de projet à l’Organisation internationale pour les migrations. Des étrangers, dont des Sénégalais et des Centrafricains, ont ainsi été envoyés en RDC, a-t-il rapporté.
Au beach Ngobila, un responsable de la Croix-Rouge a recensé un certain nombre de violations des droits de l’Homme. Il raconte que, fin avril, deux femmes ont accouché dans un bateau et que de nombreux cas de coups et blessures sont enregistrés. Plus grave, « il y a un garçon qui était gonflé au niveau de la gorge, comme si on avait essayé de l’étrangler » et « un autre qui a été « repassé » sur le dos et le ventre ».
Il y a aussi des rumeurs persistantes de violences sexuelles, mais jusqu’ici pas un seul cas n’a été signalé à la Croix-Rouge, explique Doris Muyemba, président de cet organisme pour la commune de Kinshasa.

Descendus du bateau, les Congolais qui peuvent s’offrir le déménagement récupèrent leurs effets. Les autres sont dévastés. « Je n’avais pas d’argent pour transporter mes affaires ! Je veux rentrer les prendre ! », pleure à genoux Carine, 24 ans. « Nous sommes venus comme ça, mains vides », lâche Beya, 40 ans, comme anesthésiée.
A la sortie du beach, des bus se succèdent pour emmener les Congolais au stade Cardinal Malula et à la cour de la mairie de Kinshasa. Un policier qui assiste à ce défilé ironise, sourire en coin. « Ils voulaient trouver une vie meilleure, mais voilà… Nous, nous sommes déjà habitués à la famine ! »
Le gouvernement, l’ONU et des ONG assurent tant bien que mal la distribution de nourriture et d’eau, ainsi que la mise en place de latrines. Un peu partout, du linge sèche, des matelas et des bagages sont amoncelés, des abris sont fabriqués avec des pans de plastique ou des pagnes… Dérisoire contre les orages.

Le Congo a reconnu des dérapages

Des hommes jouent aux cartes, d’autres siestent à même le béton, des femmes se font tresser, des mères lavent leurs enfants, font leur lessive ou leur vaisselle à l’aide de seaux et de bassines. Plus loin, des patients consultent le dispensaire improvisé. Pathologies les plus fréquentes : paludisme, diarrhées et, chez les enfants, malnutrition.
Alors que « mbata ya bakolo » pourrait encore durer un mois, Kinshasa muscle ses accusations. « Nos compatriotes subissent des exactions, des extorsions, des tortures et des lynchages de la part de certains éléments de la police et des bandes de jeunes xénophobes » du Congo, dénonce le compte-rendu du conseil des ministres tenu mardi.
Le Congo a reconnu des dérapages. Sentence : 17 policiers radiés. Mais de l’autre côté du fleuve séparant Brazzaville et Kinshasa, des habitants outrés plaident pour une rupture des relations diplomatiques. Les Congolais de Brazzaville craignent d'être pris pour cible, des étudiants installés en RDC ont ainsi préféré rentrer chez eux fin avril.
« Ceux qui commettent des fautes, d’accord, il faut les expulser », commente Bernadette, une Kinoise compatissante. Puis, elle se met en colère et fulmine. « Les autres, est-ce qu’on peut les expulser comme ça ? Donc, bientôt, on va renvoyer la Première dame du Congo, née en RDC et dont les parents sont enterrés ici ? »"




Le stade Cardinal Malula, où les réfugiés sont rassemblés. 






Au beach de Ngobila, le port de Kinshasa.



Préparatifs du repas sur les gradins du stade



Un bateau du Congo ramène en RDC des Congolais expulsés. 



Vue du beach de Kinshasa où le bateau va accoster. 


"RDC: colère des étudiants après les expulsions du Congo-Brazzaville "
° http://www.rfi.fr/afrique/20140509-rdc-colere-etudiants-apres-expulsions-congo-brazzaville/


° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/brazzaville-et-kinshasa-saccordent-pour-un-meilleur-rapatriement-des-personnes-refoulees
° http://radiookapi.net/actualite/2014/05/10/expulses-de-brazzaville-les-ressortissants-de-lequateur-attendent-de-laide-de-leur-gouvernement-provincial/#.U25AJYF_sgc
° http://radiookapi.net/actualite/2014/05/09/kinshasa-plaidoyer-pour-le-desengorgement-des-sites-daccueil-des-expulses-de-brazzaville/#.U25AgIF_sgd
° http://radiookapi.net/actualite/2014/05/06/les-opposantes-denoncent-les-expulsions-des-congolais-de-rdc-de-brazzaville/#.U25Ax4F_sgd  


Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 10/5/2014, 11:20 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Troll le 10/5/2014, 10:38 pm

drunken sunny sunny ...Comme les juifs avant la seconde guerre mondiale

Les congolais, chassés, humiliés, violées, massacrés, ridiculisés...comme les Juifs qui n´étaient que des philosophes, des scientifiques, des banquiers avant la Shoa,...les congolais qui aiment chanter et danser, ces congolais qui aiment les étrangers Chez eux sans discrimination...vont regarder vers l´État d´Israel un jour dans l´avenir proche...

Sur ce site où on nous enseigne le "panafricanisme"..qui peut nous aider á retrouver un petit exemple de la "solidarité Africaine" en ce moment? drunken 
Où est passée l´Union Africaine quand les congolaises sont violées, torturées? Exactement comme pendant les invasions..l´UA (OUA) est absente et les congolais se retrouve tout seul..


Mais où sont passées les ONG internationales de defense des Droits de l´Homme quand les congolais sont traités comme des parias á BZV?

Tout seul, nous sommes plus que jamais tout seul...et dans le futur, nous ne souhaitons plus qu´on nous parle de "Ubuntu" blabla, africanisme et blabla..

Ces humiliations ne peuvent qu´imposer le principe d´isolationisme face á tous les pays Africains sans exception..Car un jour il faudra que les congolais posent cette question importante: Pourquoi aucun pays Africain ne se soucie des droits Humains des congolais drunken ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 10/5/2014, 10:53 pm

Ma Olive est aussi aux abonnés absents...??? Il n'y a rien à attendre de la cominter, de l'ua et consort.

Les présidents africains toseka où tolela prends le cas des 200 jeunes filles enlevées au Nigéria 1 mois de silence avant que le président ne mendie de l'aide mais son compte en banque est rempli, il est incapable d'avoir une armée silence de l'ua, silence de nos présidents.

Troll, il n'y a rien à attendre de l'extérieur, je l'écris souvent diaspora asali le congolais doit se prendre en charge.

Est ce que tu as déjà entendus nos déshonorables parler de la protection de nos frontières où s'énerver de ce qui se passe à Brazza? Certains défilent au stade bamona bango et BABASWE se permets de dire à certains bazonga mboka mais s'ils n'y ont pas vécus où s'ils n'ont rien??? Ils feront comment?

Mawa na mawa donc nous n'avons rien à attendre de personne.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 11/5/2014, 8:08 pm

http://radiookapi.net/actualite/2014/05/10/expulses-de-brazzaville-les-ressortissants-de-lequateur-attendent-de-laide-de-leur-gouvernement-provincial/#.U2-uDXgayc0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  KOTA le 13/5/2014, 9:50 pm

AMNESTY INTENATIONAL: LES EXPULSIONS DE MASSE VIOLENT LE DROIT INTERNATIONAL / DECLARATION PUBLIQUE AI
par FreeDiomi le 13 mai 2014

AMNESTY INTERNATIONAL
DÉCLARATION PUBLIQUE
AILRC-FR
Index AI : AFR 02/001/2014
10 mai 2014
Plus de 70 000 ressortissants de la RDC franchissent la frontière vers Kinshasa pour fuir des rafles à Brazzaville
opération policière menée en République du Congo depuis début avril, plus de 70 000 personnes originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont été contraintes de franchir le fleuve Congo pour rentrer en RDC.
Durant cette opération baptisée Mbata ya Mukolo (qui signifie « gifle des aînés » en lingala) menée dans différentes villes du pays soi-disant dans le but de réduire l’ immigration clandestine et de maîtriser la criminalité, des dizaines de milliers de personnes ont été expulsées de force – incitant des milliers d’autres à fuir vers la RDC la incitant des autres à fuir vers la RDC par peur de subir le même sort.

Amnesty International appelle les autorités de la République du Congo à mettre fin aux expulsions massives et à enquêter sur les allégations de violations des droits humains commises dans le cadre de cette opération.

Elle demande aux autorités de la RDC de tout faire pour apporter une aide adéquate aux dizaines de milliers de personnes qui sont arrivées à Kinshasa, notamment en termes de soins médicaux, d’abris, d’eau potable et de nourriture. Il est crucial que les autorités de la RDC coordonnent leurs efforts avec les organisations locales et internationales, notamment les agences de l’ONU présents à Kinshasa, en vue d’aider les personnes rentrées chez elles et d’éviter une nouvelle crise humanitaire dans le pays.
opération Mbata ya Mukolo, de nombreuses personnes auraient vu leurs droits viols, actes de torture, arrestations arbitraires et détentions illégales notamment.

La majorité des personnes arrivées à Kinshasa vivent dans des conditions épouvantables dans divers quartiers de la capitale, dans des familles d’accueil ou des camps de fortune, sans accès satisfaisant à un abri, à de la nourriture ni à des centres de soins. Selon les organisations humanitaires à Kinshasa, plus de 1 000 personnes se sont installées au stade Cardinal Malula.

Nombre des personnes expulsées ont affirmé aux médias, aux organisations locales de la société civile et à Amnesty International que les autorités n’avaient pas vérifié si elles se trouvaient légalement ou illégalement en République du Congo avant de les expulser. Or, de nombreux ressortissants de la RDC ont les papiers requis pour résider en République du Congo.
Vendredi 2 mai, Jacqueline* et quatre enfants de sa famille, originaires de la RDC et installés semble-t-il en toute légalité à Brazzaville depuis 2009, se trouvaient chez eux dans le quartier de Moungali, lorsque le chef de quartier accompagné de policiers se sont présentés.
Le 10 mai, Jacqueline s’est entretenue par téléphone avec Amnesty International depuis Kinshasa : « Ils nous ont dit que toutes les personnes originaires de RDC devaient partir. Ils ont menacé le propriétaire, affirmant que si elles ne quittaient pas sa maison immédiatement, il aurait à payer une amende de 150 000 francs (environ 220 euros). Nous vivons légalement à Brazzaville, mais ils ont refusé de regarder nos papiers d’identité ! Nous avons pris quelques vêtements et avons été emmenés de force sur un bateau pour Kinshasa. Je suis aujourd’hui ici avec quatre de mes enfants et nous vivons dans la rue. Nous sommes abandonnés. Nous sommes en danger ici. » L’opération policière a engendré une vague de peur parmi les réfugiés et les demandeurs d’asile en République du Congo. Une source au sein du bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Kinshasa a assuré à Amnesty International avoir eu connaissance de trois cas de réfugiés et de demandeurs d’asile congolais renvoyés durant cette opération, en violation du droit international relatif aux réfugiés, garanti par la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Amnesty International a été informée d’au moins quatre cas de réfugiés ou demandeurs d’asile se trouvant en République du Congo, qui ont été détenus à Brazzaville avant d’être libérés.
Les expulsions collectives violent le droit international. La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, ratifiée par la République du Congo, interdit les expulsions collectives d’étrangers. Cette interdiction découle des garanties de procédure contre les expulsions arbitraires, notamment de l’article 13 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), ratifié par la République du Congo comme par la RDC. Chaque étranger ayant le droit à une décision individuelle sur son expulsion, les expulsions massives ou collectives, ainsi que d’autres formes d’expulsion sommaire, sont illégales. En outre, les expulsions massives ne permettent pas d’identifier les personnes habilitées à bénéficier d’une protection internationale, comme les réfugiés.
Depuis lors, 17 agents ont été exclus de la police de la République du Congo, des preuves vidéos ayant montré leur implication dans des violations des droits humains et des comportements abusifs. Cette décision, cependant, ne doit pas laisser la voie libre à l’impunité pour les suspects ne faisant pas l’objet d’enquêtes ni de poursuites. Les autorités congolaises doivent veiller à ce que les allégations de violences fassent l’objet d’investigations poussées, à ce que les auteurs présumés soient poursuivis en justice lorsque les éléments recueillis sont suffisants, et à ce que toute nouvelle opération menée par les forces de sécurité respecte pleinement le droit international relatif aux droits humains.
* Son nom a été modifié.

http://democratiechretienne.org/2014/05/13/amnesty-intenational-les-expulsion-de-masse-violent-le-droit-international-declaration-publique-ai/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 14/5/2014, 1:10 am

Ba baba balobi...bon on le renvoie quand l'ambassadeur Brazzavillois ?!  Mad  Mad  Mad 


La fermeture de la frontière Brazza – Kinshasa et la CPI adoptées ! Pas de voix contre, ni d’abstention



Il n’y a pas eu de voix contre, ni d’abstention, chose rare dans les us et coutumes parlementaires du pays

Le rapport recommande notamment la fermeture provisoire de la frontière, la saisine des instances internationales compétentes par la voie diplomatique notamment la CPI et la Cour africaine des droits de l’homme, le rappel de l’ambassadeur de la Rd Congo à Brazzaville pour consultation, le renforcement du contrôle et la surveillance le long des frontières communes, la mise en œuvre du principe de la réciprocité, etc.

C’est pour la toute première fois en République démocratique du Congo qu’un rapport d’une mission d’information soit adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale. En effet, la mission conduite par le député Ramazani Shadari du PPRD a produit un travail de qualité, qui a non seulement convaincu tous les députés nationaux, mais a aussi suscité leur adhésion.

Que ça soit du côté de la Majorité Présidentielle ou de l’Opposition républicaine, toutes les voix ont convergé pour adopter ce rapport qui permettra de boussole au Gouvernement de la République. C’est donc un document qui n’a pas connu ni de voix contre, ni d’abstention que le Gouvernement est appelé à exécuter, afin de donner une réponse civilisée aux expulsions barbares des autorités de Brazzaville.

La mission d’information conduite par le député Ramazani Shadari avait pour mission de s’imprégner de la situation d’expulsions massives des Congolais de la République Démocratique du Congo dans des conditions inhumaines par les autorités de la République du Congo. De l’examen de ce rapport, nous apprenons que la mission parlementaire a eu plusieurs entretiens sur ce problème avec les membres du gouvernement du Congo d’en face.

Les députés nationaux ont à l’occasion exprimé les préoccupations relatives aux conditions des expulsions massives des Congolais de la Rdc en violation des droits humains, du non-respect de la dignité humaine et des instruments internationaux qui régissent les relations diplomatiques et consulaires, particulièrement le non-respect de l’article 16 de la Convention sur l’établissement et la circulation des personnes et des biens signée le 03 décembre 1999 par l’Angola, la Rd Congo et la République du Congo.

Laquelle convention qui stipule que lorsque l’un des Etats parties se propose de procéder à l’expulsion d’un ou plusieurs ressortissants d’un Etat dont l’activité menace l’ordre ou la sécurité publique, elle en avise préalablement l’autre partie par voie diplomatique. Et la partie qui procède à l’expulsion doit prendre toutes les dispositions appropriés pour sauvegarder les biens, les intérêts physique de la ou des personnes expulsées.

Le Général Ndenge mis en cause

Selon le rapport de la mission parlementaire débattu hier à l’Assemblée nationale, avant les expulsions proprement dites, le climat d’hostilité et de haine contre les ressortissants congolais de la République Démocratique du Congo à Brazzaville s’est manifesté, notamment à travers la déclaration xénophobe du Général Ndenge, Chef de la Police congolaise à la télévision, appelant aux massacres de tout Congolais de la Rd Congo vivant sur leur sol.

Au regard du même rapport, ce climat s’est amplifié le 04 avril 2014 lorsque la Police de Brazzaville a présenté à la télévision un criminel prétendu Congolais de la Rd Congo, auteur de l’assassinat d’une femme enceinte et de son mari. « C’est ainsi qu’utilisant ce prétexte, dans la nuit du 05 au 06 avril 2014, elle a déclenché des arrestations arbitraires et des expulsions massives des ressortissants de la RD Congo, même ceux en situation régulière », a souligné le Rapporteur de la Commission.

Cependant, le prétexte d’un prétendu criminel de la RD Congo n’est pas juste, car trois mois avant cette opération dénommée « Mbata ya Bakolo », l’Ambassadeur de la République du Congo en Rd Congo avait quitté Kinshasa pour des raisons non élucidées. Tout cela laisse croire que cette opération n’est pas un fait du hasard et derrière elle, se cache des motivations politiques et sécuritaires.

Pourquoi cette opération ?
Pour les autorités de la République du Congo Brazzaville, cette mesure concernait tous les étrangers vivant en République du Congo. En réalité, elle a été initiée contre les Congolais de Kinshasa. Pour la mise en œuvre de son plan d’expulsion, la police de la République du Congo a instruit tous les chefs de communes et quartiers à identifier tous les ressortissants de la RD Congo en vue de leur expulsion.

A la suite des renseignements fournis par les Chefs de communes et de quartiers, la police a exécuté sans ménagement le plan d’expulsion, à partir de 2h00 du matin. Et tous les Congolais ont payé le prix barbare de l’expulsion, y compris ceux en situation régulière tels que les enseignants, les pasteurs, les femmes enceintes et les enfants.

« Il convient de relever que les ressortissants de la RD Congo qui ont osé protester contre la brutalité et l’irrégularité de cette opération ont été tout simplement molestés, tabassés, violés, spoliés et soumis à un traitement dégradant et inhumain. Plus grave encore, comme pour les achever, la police de Sassou Nguesso a conduit quatre de nos compatriotes agonisants à la morgue, alors qu’ils étaient encore vivants. Bien plus, les biens des expulsés étaient systématiquement pillés », renseigne le Rapport de la mission parlementaire.

Indifférence et le mépris des autorités brazzavilloises


Pour cette mission parlementaire, un plan d’extermination de la population congolaise par ceux-là même qui, hier, ont été considérés comme frères et amis a été mis en marche et rien ne peut arrêter cette machine malgré les notes verbales de l’Ambassadeur Christophe Muzungu.

Face à la gravité de la situation et à l’échec de toutes les démarches entreprises pour juguler la crise entre les deux Etats, le Gouvernement de la RD Congo a institué un Comité gouvernemental pour gérer cette épineuse question en mettant en place un système de transport des expulsés et ce, après contrôle et identification.

« En réalité, le traitement réservé aux Congolais de Kinshasa n’avait rien de commun avec le prétexte de préservation de l’ordre public avancé par la République du Congo.

En tout état de cause, les motivations d’ordre politique, sécuritaire et autres ne sont pas à exclure, la République Démocratique du Congo doit s’attendre à tout », renseigne de plus le Rapport. A la rédaction du rapport, la mission parlementaire avait estimé le nombre des expulsés à 80.000 mais à ce jour, on l’estime à 200.000 et ces expulsions s’étendent aujourd’hui dans les villes de Brazzaville, de Dolisie, de Pointe-Noire, d’Impfondo et de Djambala.

Des recommandations au Gouvernement


L’opération « Mbata ya Bakolo » qui signifie « la gifle d’un aîné » laisse entendre un message caché. Pour les élus du peuple, cela laisse croire que la gifle d’un aîné est donnée à son cadet. Si celui-ci répliquait, il risque d’inciter l’aîné à envahir la maison, à s’accaparer des biens du cadet et de l’épouse de celui-ci.

Cela dénote tout simplement que la République du Congo n’a pas de considération envers la République Démocratique du Congo et les élus du peuple de s’interroger s’il faudrait continuer à considérer Brazzaville comme pays frère et ami. Non, rétorquent les autres députés qui estiment que le silence du Président Joseph Kabila Kabange est la voie de la sagesse. Car, il ne faut pas répondre à la barbarie par la barbarie.

Ainsi ont-ils recommandé la fermeture provisoire de la frontière et de couper toute relation diplomatique avec la réponse de la même opération mais dénommée « Leki tosa mokolo » (petit, respectes ton grand), au regard de la grandeur d’âme de la République Démocratique du Congo qui souffre de son hospitalité, de son humanisme et de sa compassion et non de sa naïveté, comme pensent les uns.

Pour eux, la République Démocratique du Congo doit réunir les éléments probants susceptibles de porter l’affaire à la Cour Pénale Internationale pour crime contre l’humanité en vue d’obtenir réparation des préjudices causés aux Congolais de Kinshasa. Parmi les recommandations, les élus du peuple ont souhaité que le Gouvernement puisse saisir les instances internationales compétentes par la voie diplomatique, notamment la CPI, la Cour Africaine des Droits de l’Homme, aux fins d’obtenir la condamnation et l’indemnisation des victimes de cette opération pour crimes contre l’humanité et violation des droits de l’homme.

Entre autres recommandations, rappeler l’ambassadeur de la Rd Congo à Brazzaville pour consultation, renforcer le contrôle et la surveillance le long des frontières qui séparent les deux pays, mettre en œuvre scrupuleusement le principe de la réciprocité prévu par la Convention liant les Etats sur l’établissement et la circulation des personnes et des biens signée le 03 décembre 1999, prendre des mesures de gel et de restriction des échanges commerciaux entre les deux Etats, expulser les Congolais du Congo Brazzaville en situation irrégulière et régulière dans le respect des droits de l’homme et sans verser dans la xénophobie.

Certains élus sont allés jusqu’à proposer l’annulation du contrat diplomatique entre les deux pays sur la fourniture d’énergie électrique à cet Etat qui a dépassé les limites, tout en fermant toutes les frontières en raison de son indifférence aux souffrances des Congolais qu’ils ont expulsés.

Source: L’Avenir

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 14/5/2014, 1:22 am


Congo : les "Zaïrois" expulsés, Brazza trinque
L'opération lancée contre les clandestins devait résoudre certains problèmes, elle en a créé d'autres bien plus coriaces
.




Par Muriel Devey Malu-Malu, de Brazzaville

"On ne trouve plus de bière Tembo à Brazza. Elle ne peut plus traverser le fleuve Congo, car elle n'a pas de papier", plaisante François, un habitant de Brazzaville, la capitale du Congo. Allusion ironique à l'opération Bata ya Bakolo, traduction en lingala, l'une des langues les plus usitées ici, de "la gifle des aînés". Rappel des faits. Lancée le 4 avril dernier par la police, cette opération vise, selon les autorités du pays, à lutter contre l'immigration clandestine et l'insécurité. Celle-ci est liée notamment à la présence de kuluna, des gangs de délinquants originaires de Kinshasa qui s'étaient repliés à Brazzaville après avoir été pourchassés par la police de la capitale de la RD Congo, juste de l'autre côté du fleuve Congo. Résultat : le départ forcé ou volontaire de près de 80 000 "Zaïrois", comme on les appelle encore à Brazzaville.

Les marchandises commencent à manquer

Le problème, c'est que Brazzaville commence à sentir durement les retombées sociales et économiques. Car la Tembo, la célèbre bière brune fabriquée par les Brasseries Simba, à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Katanga en RD Congo, ou même la Skol, une bière produite à Kinshasa, ne sont pas les seules marchandises importées du grand voisin à devenir plus rares sur les marchés et dans les échoppes de Brazzaville. "Certes, la ville ne va pas mourir de faim à la suite de la baisse des échanges commerciaux entre les deux capitales. Elle est ravitaillée en partie par les départements du Pool et des Plateaux et même par le Cameroun", insiste Annie. Néanmoins, "Brazza", pour les intimes, dépend aussi de Kinshasa pour des denrées de base comme le sucre en poudre, les congelés, les biscuits. Sans compter le savon, les détergents, les ustensiles en plastique, le papier hygiénique ou les aliments pour bétail et autres produits. Conséquence de ces ruptures d'approvisionnement et de la raréfaction de ces marchandises sur le marché : "Les prix ont flambé", se désole Marie, une couturière.

Il faut dire que, traditionnellement, le solde des échanges commerciaux entre les deux villes est au bénéfice de Kinshasa. "Pour trois raisons", explique Alain, un jeune Brazzavillois. "D'abord, l'offre en produits est plus abondante en RD Congo. Ensuite, les Kinois sont plus commerçants que nous. Enfin, le pouvoir d'achat est plus élevé chez nous", poursuit-il. "Néanmoins, Brazzaville exportait aussi vers Kinshasa de la farine de manioc, des feuilles de koko et des produits manufacturés, comme des vêtements, via une foule de petits revendeurs kinois", ajoute-t-il. Aujourd'hui, ces produits étant moins demandés, les commerçants, en particulier les Ouest-Africains implantés dans les avenues de France et de la Paix à Brazzaville, se lamentent. "Les Kinois traversaient le fleuve pour nous acheter en gros des ballots de friperie et de jeans ainsi que des pagnes importés de Chine qu'ils revendaient à Kinshasa. Aujourd'hui, on ne vend plus et on perd de l'argent", se plaint Doucouré, un Malien. Tout porte à croire qu'au passage plusieurs millions de francs CFA sont bloqués à Kinshasa faute de pouvoir être reversés ou échangés à Brazzaville.

L'impact s'étend jusqu'au transport, aux bars, aux logements...

Les commerçants ne sont pas les seuls à souffrir du départ des RD Congolais. D'autres secteurs d'activité sont également touchés. À double titre, car s'ils sont perçus comme des étrangers, les "Zaïrois" sont des agents économiques à part entière, insérés dans un système économique global. Ce sont à la fois des producteurs de biens et de services mais aussi des consommateurs. Ce que beaucoup oublient. Du coup, leur absence pèse autant sur le marché du travail que sur celui de la consommation. "C'est de l'offre et de la demande en moins pour le Congo", analyse Jean-Jacques Samba, secrétaire général d'Unicongo, le syndicat patronal congolais.

"Il y a moins de monde aux arrêts de bus et d'enfants dans les écoles privées. Ce sont des revenus en moins pour tout le monde", assure Alain. Dans les bars et les boîtes de nuit, la clientèle est également plus rare et la recette en chute. Avenue Maya-Maya à Moungali, un des fiefs des "Zaïrois", avec les communes de Talangai et de Bacongo, les bars sont moins remplis et la musique beaucoup moins trépidante depuis quelques semaines. "On vend moins et on ferme plus tôt", confirme Annie, une employée de bar.

Le manque à gagner se fait également sentir chez les bailleurs, propriétaires de maisons et de chambres qui ont perdu une partie de leurs locataires. Il n'est pas rare de voir désormais des affichettes indiquant "chambres à louer", placardées le long des grands axes routiers des quartiers populaires de Moungali ou de Talangaï. Pour certains bailleurs, qui sont des retraités, la situation devient critique, car ces derniers vivent souvent de la location de chambres.

Les entreprises souffrent du manque de main-d'oeuvre

Sur le front du travail, les retombées sont tout aussi néfastes. Le manque de main-d'oeuvre a entraîné une augmentation des salaires. "Si l'économie informelle est touchée, compte tenu de la place qu'y occupaient les Kinois, même les grandes entreprises sont affectées, car elles sous-traitent à des PME qui s'adossaient sur la main-d'oeuvre d'origine kinoise. Ainsi, des entreprises comme les Brasseries vont avoir du mal à écouler leurs productions, car beaucoup de manoeuvres et de chauffeurs étaient des Kinois", insiste Samba. De même, bien des chantiers de BTP, formels ou informels, peinent à trouver des ouvriers qualifiés et des "manoeuvres" : maçons, électriciens, transporteurs, manutentionnaires, charpentiers, ferrailleurs, etc. Il s'agit là d'emplois boudés par les Brazzavillois mais que les Zaïrois acceptaient d'occuper à moindre coût.

C'est d'ailleurs à la faveur des chantiers de la municipalisation accélérée lancés en 2007 et des grands travaux engagés dans le pays que ces derniers étaient d'ailleurs venus s'installer en grand nombre à Brazzaville dans l'espoir de vendre leur savoir-faire, mieux rémunéré ici qu'à Kinshasa. "Aujourd'hui, quand les employeurs arrivent à trouver du personnel, il faut le payer plus cher", souligne cet entrepreneur. À Kintélé, ville située à une quarantaine de kilomètres au nord de Brazzaville, sur la RN2, une entreprise qui intervient dans la construction du grand stade olympique a dû geler en partie son chantier, limitant ce dernier à des activités mineures, par manque d'ouvriers.

Le service aux maisons connaît aussi une pénurie

De même, le personnel de maison, par exemple les femmes de ménage et les gardiens, se fait plus rare. Dans les quartiers, la vie quotidienne est également touchée par le départ des "frères d'en face". Force est de constater en effet que bien des petits métiers - maçonnerie, électricité, cordonnerie, menuiserie, transport, garage, salon de coiffure et autres - qui rendaient des services indispensables au fonctionnement du quotidien étaient assurés par des ressortissants de RD Congo. Du coup, leur départ a créé un vide, comme l'a constaté Marie. "Je voulais acheter un meuble en rotin, mais l'artisan qui les fabriquait est retourné à Kinshasa."

Sur les deux grands marchés de Brazzaville que sont Total et Poto-Poto, l'absence des "Zaïrois" se fait sentir. "Les femmes étaient des revendeuses et les hommes faisaient des travaux de manutention, comme le chargement et le déchargement des camions ou le transport des marchandises avec des pousse-pousse", informe Scholastique, une commerçante de Bacongo. Même à la gare centrale du chemin de fer Congo Océan de Brazzaville, il est difficile de trouver du personnel pour décharger les paquets de ciment venant de Loutété ou de l'étranger.

La collecte des ordures et la distribution de l'eau sont aussi affectées

Autres services affectés : la collecte des ordures ménagères, avec les conséquences sanitaires qu'on imagine, et la distribution de l'eau dans certains quartiers, comme le plateau des Quinze Ans à Moungali. Il faut dire que la plupart des petits éboueurs qui ramassaient chaque jour les ordures ménagères dans les quartiers populaires de la ville étaient de jeunes "Zaïrois". Des services qu'ils monnayaient pour quelques francs CFA. Certains ont dû abandonner précipitamment leur activité, si l'on en juge par les charrettes pleines d'ordures, abandonnées ici et là, le long de la voirie. Depuis leur départ, des tas d'ordures s'accumulent devant les parcelles. Dans certaines communes comme Bacongo, les habitants tentent de s'organiser pour collecter les détritus. Ailleurs, la situation devient critique. La distribution de l'eau, assurée en partie par les "Zaïrois", qui allaient remplir les bidons à des points de forage et les apporter à domicile, commence également à faire défaut. Conséquence, plus d'une secrétaire ou employée, mère de famille, arrive aujourd'hui en retard au travail pour avoir perdu du temps à faire le tour du quartier à la recherche de quelques litres d'eau nécessaires au fonctionnement du ménage.

Paradoxe des paradoxes : bien des Brazzavillois souhaitent le retour de leurs frères du pays voisin. "A condition bien sûr que ces derniers soient en règle, et que les kuluna, dont les actes violents ont causé beaucoup de dégâts ici, ne remettent plus les pieds à Brazzaville", insistent-ils. Reste que même s'ils souhaitent retraverser le fleuve Congo, les Congolais de Kinshasa vont y réfléchir à deux fois. Nul doute que, de ce côté aussi, la leçon des tracas économiques qui ont suivi ces expulsions devrait favoriser un autre regard sur ces "Zaïrois" une fois régularisés. Leur poids économique et social a pu être mesuré à l'aune des problèmes posés à Brazzaville au lendemain de l'opération Bata ya Bakolo.

http://mobile.lepoint.fr/afrique/economie/congo-les-zairois-expulses-brazzaville-trinque-13-05-2014-1821893_2033.php
Nanu bo leli te...

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 14/5/2014, 5:50 pm

Nos députains n'ont pas compris qu'ils ne servent à rien que kabila et sa bande n'en ont rien à foutre de ce qu'ils disent. Ils doivent trouver une stratégie pour se faire entendre.

http://www.sangoyacongo.com/2014/05/expulsions-des-rd-congolais-du-congo.html?m=0

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  ndonzwau le 14/5/2014, 5:56 pm

"(...)Sous le titre «Mbata ya bakolo» : la gifle du réveil pour Kinshasa », Le Phare publie un article qui dépasse la simple description des faits pour prendre le mal à la racine.  
« Après lecture du rapport de la mission d’enquête de l’Assemblée Nationale sur la chasse aux ressortissants de la République Démocratique du Congo au Congo/Brazzaville, aucun doute n’est plus permis quant à la détermination des autorités de ce dernier pays de ne pas écouter leurs homologues de Kinshasa. Le refus de Brazzaville de voir un Etat tiers, même voisin, s’ingérer de ses questions internes est sans équivoque. Le principe de la souveraineté du voisin du grand Congo est clairement et fermement réaffirmé.
Au vu du langage des sourds qui s’est installé entre les deux capitales les plus rapprochées du monde, avec des promesses sans lendemain de cessation des expulsions massives des RDCongolais et des traitements inhumains et dégradants leurs infligés, il ne reste plus à Kinshasa qu’à tirer les leçons de l’opération « Mbata ya bakolo ».(...)"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=198416&Actualiteit=selected


"La leçon des expulsions du Congo-Brazza : les relations entre Etats sont régies par les rapports de force"
° http://www.lephareonline.net/la-lecon-des-expulsions-du-congo-brazza-les-relations-entre-etats-sont-regies-par-les-rapports-de-force/

"REFOULES DE BRAZZA : LE RAPPORT DES DEPUTES
° http://www.lephareonline.net/refoules-de-brazza-le-rapport-des-deputes/
Honorable Président de l’Assemblée nationale,
Honorables Membres du Bureau
Honorables Députés et
Chers Collègues,(...)"



"L’EXPULSION DES RDCONGOLAIS DU CONGO-BRAZZAVILLE : JEU POLITIQUE ET ENJEU SOCIAL"
° http://www.lephareonline.net/lexpulsion-des-rdcongolais-du-congo-brazzaville-jeu-politique-et-enjeu-social/


° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/energique-riposte-de-la-representation-nationale-aux-expulsions-des-rd-congolais-avec-des
° http://laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=2529
° http://www.lephareonline.net/la-chasse-aux-congolais-le-pr-banyaku-met-le-doigt-dans-la-plaie/


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 16/5/2014, 9:20 am

Tokomi Wapi : La Cesac interdit de parler de dossier Brazzaville dans les médias. Congomikili.com



_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 16/5/2014, 9:44 am

€1 POUR LE CONGO
DONNEZ, DONNEZ,DONNEZ...LE CONGO VOUS LE RENDRA !


Je ne suis pas célèbre , je ne m'appelle pas Michelle Obama...je suis une simple congolaise, une patriote qui aime son pays et qui vous demande d'être solidaire avec les vôtres !
Le monde entier s'est levé contre l'enlèvement de 200 gamines au Nigeria ( nous compatissons )...mais qui se lève pour les nôtres ? Personne...

Alors levons-nous pour notre peuple, et donnons ne fût-ce qu'un euro voir plus...1€ pour une vie!

Patriotiquement .

YMM .




SVP CLIQUEZ ICI, PUIS " FAIRE UN DON"...toutes les coordonnées bancaires pour les virements sont sur le site ICI MERCI....>>>>
http://www.1europourlecongo.info/

Coordonnées :
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
FRANCE : Bqe 30003 agence 00840 no cpte 00050566079 clé 22 titulaire de compte: TERANGA KONGO
INTERNATIONAL : BIC SOGEFRPP
IBAN FR76 3000 3008 4000 0505 6607 922
On compte sur vous, le Congo compte sur vous !
Dieu bénisse le Congo
.

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Mathilde le 17/5/2014, 12:10 pm

CONGOLOKOLENEWS.COM VOUS PROPOSE:" ACTION UN EURO POUR LE CONGO" ,UNE INITIATIVE DES CONGOLAIS DE LA DIASPORA QUI VISE A VENIR EN AIDE A NOS FRÈRES ET SŒURS EXPULSES DE CONGO/BRAZZAVILLE DANS DES CONDITIONS INHUMAINES.







_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 19/5/2014, 1:01 am

Voilà où mène certaines actions irréfléchies attendons la réaction de SASSOU....point de vue en face eza kopesa motema pasi biso mpe quoi que je n'aime pas la violence et la mort des innocents.
........../////.....

Pendant qu'au Congo-Brazzaville, l'opération « MBata Ya Bakolo » ne fait pas de victimes, à Kinshasa une autre réalité vient d'être enregistrée :

C'est la conséquence des résultats de la désinformation des médias de la RD Congo et du relais hasardeux de certains députés soi-disant de l'opposition, comme Mr Vuela, en quête d'une certaine célébrité et pleins d'autres encore.. En effet,  relativement au dossier des refoulements des sans-papiers du Congo Brazzaville, un jeune étudiant congolais de Brazzaville battu à mort à Kinshasa.



https://www.youtube.com/watch?v=9G-kuPuuHQM

http://www.dailymotion.com/video/x1vhzzy_un-etudiant-congolais-de-brazzaville-battu-a-kinshasa_news



Relayer cette information au général Jean François NDenguet, que l'opération « MBata Ya Bakolo » doit continuer en toute quiétude, de ne plus renouveler les papiers de ces sauvages qui méritent une éducation.

Que la république demande officiellement, à l'état zaïrois, l'arrestation de tous les directeurs de publications de leurs pays qui ont incité à la haine, qu'ils soient jugés et sévèrement condamnés.

Nous demandons qu'une enquête soit conduite, les visages des bourreaux sont bien visibles sur la vidéo, le quartier est facile à repérer et les habitants de ce quartier pourront facilement aiguiller les policiers zaïrois.

Combien de congolais sont délinquants au Zaïre ?
Combien d'immigrés congolais sont au Zaïre ?

Relayez s'il vous plaît cette information aux autorités du pays.

Très patriotiquement !
No comment.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  mongo elombe le 19/5/2014, 1:09 am

UN ZAÏROIS EST-IL UN FAUSSAIRE ? MÊME DES MÉDIAS NATIONAUX SONT DANS LE FAUX ! PITIÉ POUR CE PEUPLE QUI MÉRITE MIEUX.

Après avoir participé à une manifestation anti-Sassou / Kabila à paris, suite à l'opération « Mbata Ya Bakolo », qui consiste à chasser les « Kuluna » et à expulser les zaïrois sans papiers de Brazzaville vers Kinshasa ,et, après avoir dénoncé les expulsions et le concept de cette opération, l'observation dans le temps, me permet, aujourd’hui de voir les choses autrement :




Carte de la RDC.



Comment voulez-vous prendre au sérieux les zaïrois. Je suis même convaincu que l'histoire de l'est du Zaïre est tellement truffée du mensonge : J'avais débattu au début de cette histoire de l'est avec ceux d'« Apareco » et d'autres organisations zaïroises, ils étaient tellement passionnés, qu'ils m'ont demandé de les désactiver de la liste mail du forum de discussion « Nerrati-Press », puis, certains m'ont informé par mail de ne plus me lire.

Pendant l'opération « Mbata Ya Bakolo », Je défie quiconque dans la communauté congolaise,

- Qui est le premier a décelé le mensonge kinois ? C'est moi ANK.

- Qui sur « Facebook » et sur le net en général, essaye de dire un zaïrois reste un zaïrois ? C'est encore moi !

- Qui sur « Facebook » et sur le net en général, invite les congolais de se méfier des zaïrois ? C'est encore moi !

- Qui sur le net, et au sein de la communauté congolaise, a envoyé dos-à-dos, le phénomène « Kuluna » et le phénomène « Combattant » ? C'est encore moi !

- Qui ici est triste de voir la manière que les congolais [ que je lis ici tous les jours (Rires !!!) ] analysent l'opération « Mbata Ya Bakolo », et j'ai même souligné qu'à cette allure, je me demande si Sassou a un remplaçant ? C'est encore moi !

J'assume tout ce que j'ai dit et tout ce que j'ai publié sur les zaïrois avant l'opération « Mbata Ya Bakolo » et pendant l'opération « MBata Ya Bakolo ».

Et je me répète, nous ne sommes pas pareils avec les zaïrois, il y a une différence comportementale entre eux et nous, par conséquent, nous ne pouvons pas vivre ensemble. Pensez-vous, nous congolais de Brazza pourront chasser les indiens et fermer leurs commerces, sous prétexte que 20 étudiants zaïrois ont été accusés par des policiers indiens ?

N'êtes-vous pas étonnés d'entendre toute une communauté zaïroise s'appuyer sur l'unique hospitalité qu'ils ont réservée aux réfugiés de guerre pendant la crise Lissouba / Sassou ? Alors que le Congo-Brazzaville en a reçu à plusieurs fois des réfugiés de RDC en nombre important. Sont-ils dignes de nous parler de leur hospitalité ? Mais sont des malades ingrats.

Prenons le cas des réfugiés congolais : Après la crise, les réfugiés congolais sont rentrés volontairement de Kinshasa (il y a eu 353 disparus de Beach à déplorer), mais combien de réfugiés de guerre de RDC rentrent volontairement dans leur pays du Congo-Brazaville Pour qu'il nous rabattent à chaque fois comme morale, l'unique hospitalité qu'ils avaient réservés aux réfugiés de guerre de Brazzaville ? Ils oublient que leur invasion au Congo-Brazzaville contribue, également, à notre hospitalité car, nous les avons accepté.

Je signale, par ailleurs, qu' il y a eu 900 refoulés sans papiers de la police et 80.000 départs volontaires des sans papiers, ce chiffre global représente 5 à 8% de leurs ressortissants encore installés au pays (faîtes-vous-même le calcul pour un pays de moins de 4 millions). Et le travail est immense car le pays n'a pas encore atteint 10% des refoulés.

En comparaison avec les 600 étudiants congolais rentrés volontairement de kinshasa, suite aux menaces, personne n'étant sans papiers, alors que la presse mille collines a bondit pour mentir que, les étudiants congolais vivaient sans papiers dans une RDC hospitalière. Le coût d'un étudiant congolais en RDC revenait à plus de 2 millions de FCFA à leurs parents, selon le témoignage d'un étudiant congolais.

« Ingratitude quand tu nous tiens, tu mens que tu es maltraité en publiant des vidéos mensongères et tu caches, que plus de 90% des tiens, vivent encore au Congo ». Quelques vidéos publiées par des zaïrois qui n'ont pas de srupules pour mentir !



Brazzaville :Traitements infligés à nos soeurs congolaises ?

Ou cliquez ci-contre :  >>  https://www.youtube.com/watch?v=Y7wEN-tJHyg

(...) Qui peut prouver que cette image vient du Congo-Brazza ? Je suis congolais. Sans généraliser, nombreux sont des kinois qui sont menteurs, manipulateurs. Beaucoup des victimes congolaises du mensonge des kinois. Une scène en pleine rue, dans une ville quadrillée par quelques policiers, difficile à accepter cette pilule, pourquoi ? Dans cette image, la langue utilisée n'est pas parlé au Congo-Brazzaville. Dans les villes congolaises, deux langues sont utilisées : Le Lingala ou le Kikongo (...)

Vidéos choquantes des filles Congolaises violées à Brazzaville.Congomikili.com

Ou cliquez ci-contre :  >>  https://www.youtube.com/watch?v=JT8r5YMuqw8

(...) Dans cette image, on entend que du bruit, on entend même pas des personnes qui parlent, en ce moment, on aurait su par les voix, l'accent, la langue qu'il s'agit bien des congolais de Brazza. L'image et le son sont brouillés pour faire passer la pillule, qu'il s'agit des kinoises qui sont maltraitées. Alors que personne ne peut prendre ce risque dans le domaine public, puisque la ville est quadrillée par la police. (...)


NoooN ! Ces faussaires osent encore publier de la diffamation pour créer la haine entre les peuples. Et ça va loin ! Le président Honoré Ngbanda me fait pitié. Comment un politicien de son acabit qui a occupé des postes ministériels importants pendant la présidence de Mobutu, aujourd'hui en exil contre le régime de Kabila, se fait influencé par les médias nationalistes zaïrois de Mille collines.

Pour le président de l'« Apareco », le Congo, l'Angola, la Tanzanie, la Zambie etc ... sont chacun une tentacule de la pieuvre rwandaise. Vous voyez les zaïrois sont atteints d'une maladie, où ils voient la complicité de tout le monde contre leur pays. Ne sont-ils pas malades, leur problème de l'est-RDC concernent maintenant tous les voisins. Franchement ! La rhétorique du président « Apareco » n'est qu'une analyse fondée sur la passion.

Même la vidéo de la compatriote congolaise qui a défendu l'intérêt de la vérité, a été falsifiée par les zaïrois, regardons :

Voilà comment la fille du Président Sassou Nguesso, insulte les Congolais de Kinshasa

Ou cliquez ci-contre :  >>  https://www.youtube.com/watch?v=DqJLvLCuVWA

(...) Encore une manipulation zaïroise, cette fille qui parle n'est même pas la fille du président Sassou, mais plutôt une compatriote qui habite à Brazzaville, elle s'appelle Grâce et serait supporter de Sassou. Une vraie compatriote du Congo-Brazzaville qui a su poser des questions, même si nous déplorons ses insultes (...)

Réponse à la folle congolaise fachée !!!

Ou cliquez ci-contre :  >>  https://www.youtube.com/watch?v=GoSsszhL_Uk

(...) Cette fille qui répond à Grâce ment qu'elle est congolaise de Brazzaville (voir au tout début de la vidéo, lorsqu'elle se présente). On chasse le naturel, mais le naturel revient au galop : Quel est son but de cacher sa nationalité zaïroise pour répondre à la congolaise. S'agit-il de jouer avec notre psychologie ? Encore un mensnge zaïrois sur Youtube. De plus, elle est hors sujet, par rapport à ce qu'a soulevé Grâce de principal, car elle parle de la désinformation et tout le bruit sur le Congo et son opération « MBata Ya Bakolo » par des médias zaïrois. Cette zaïroise s'illstre, également, dans les insultes. (...)



Dans le souci de ne pas saturer cette page, je n'ai même pas publié les vidéos où les jeunes kinois refoulés montraient des vielles cicatrices séchées pour dire qu'ils venaient d'être maltraités par la police congolaise, pendant l'expulsion. Il y a eu également, une grande cicatrice sur la poitrine d'un autre témoin, une cicatrice récente sans pansement, sans sang, mais bien sèche. Y 'en a marre avec les zaïrois.

Je veux que l'opération « MBata Ya Bakolo » continue, même les zaïrois qui ont des papiers, à la fin de validité de leurs papiers, qu'on les expulse chez eux. Y'en a marre de leur comportement de diffamation et de haine entre les peuples. Toutes les vidéos publiées par les zaïrois pour mentir que leurs ressortissants sont maltraités au Congo-Brazzaville est une tare que l'on ne peut que retrouver à Kin.

Nous sommes mieux avec les ouest-africains, eux au moins, ils nous pourrissent pas la vie.

Quant à l'instrumentalisation du royaume Kongo, c'est une escroquerie qui ne dt pas son nom, car en effet, le royaume Kongo comprenait le sud-ouest de RDC, le sud du Congo-Brazzaville et le nord-ouest de l'Angola. En aucun cas, le royaume du Kongo était l'intégralité de ces 3 pays.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus de 400 ressortissants de la RDC expulsés de Brazzaville

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum