L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 2/5/2014, 9:35 pm

http://www.audace-afrique.net/attachments/174_Afrique_aide_et_developpement.pdf


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 2/5/2014, 9:59 pm

OUI..pour le cas de la RDC

   Mes excuses aux "africanistes" et "panafricanistes"  Troll ne pense jamais á l´Afrique...mais au Congo natal avant tout et...après tout   

OUI, POURQUOI ?

Nous avons une forte conviction que la RDC a avant tout besoin de démocratie..qui peut garantir les capitaux en provenance des puissances financières pour decoler  

"Sans le chemin de fer,le Congo (EIC) ne vaut pas un penny"  

HM Stanley avait raison en 1885 et continue á avoir raison en 2014  Si simple, observez une chose étrange: le chemin de fer entre Matadi et Kin n´est pas électrifié..malgré Inga Absence de vision ou tout simplement aveuglement collectif   ?

HM Stanley savait...et tous les congolais savent que le jour où nous allons relier Kin á Ilebo, Matadi á Banana..avec une voie électrifiée moderne capable de recevoir des trains lourds ou des "TGV"...il sera possible de relier Kisangani à Kindu, Kisangani à Isiro, Butembo..ect...  

Ce qui fait défaut est aussi le manque des capitaux et..l´argent va apporter la technologie moderne..en offrant aux congolais du travail..pas besoin de faire venir les chinois comme pendant la construction du chemin de fer Matadi-Kin

Nous pouvons continuer avec les aéroports..Observez que Ndjili date des années ´50....Savez-vous combien vaut un tel aéroport? Et pourquoi seulement Ndjili..quand Kindu et Kisangani peuvent devenir des "hub" internationaux?

Á suivre

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 2/5/2014, 10:30 pm

21:08:59Merci Bien SirTroll, de votre reponse...

Mais aviez-vs eu Le temps de lire le contenu de c qui c trouve Dans c Lien que J'ai poste en Format PDF Question

Si vs l'avez pas encore lu OK no biggie...

Mais Laissez-Moi Recapituler:

C'est un Debat entre 8 Personnes de Diferentes Nationalites qui Ont detenu de postes assez importants Dans de Grandes Institutions connues de par le globe entier, Il y a : Arrow  Idea 

1) Mr Ashraf Ghani qui dit OUI

2) Mr Donald Kaberuka qui declare NON

3) Mr Edward Green      qui declare NON

4) Mr Iqbalz Qadir est plutot Mathematique en declarant SI & SEULEMENT SI

5) Mr James Shikwati  NON PAS DU TOUT

6) Professeur James Tooley  OUI

7) Mr Michael Fairbanks. C'EST CE QUE JE CROYAIS...MAIS PLUS MAINTENANT

Cool Mr William Easterly  NON

Deux seulement Ont dit OUI Contre 5 Qui declarent NON & Un Seul est Dans La Neutralite... Idea 

Mais mm ceux la qui disent Oui sont Dans Le Conditionnel... Arrow Idea 

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 2/5/2014, 11:26 pm

Razz 13 PAGES.D´AFRO-PESSIMISME

D Kaberuka Rwandais Razz Razz qui ne parle qu´en fonction de son pays d´orgine sans doute...et pire, il n´est qu´un fontionaire dans une Banque internatinale et non "cadre dans une entreprise privée" Rolling Eyes Rolling Eyes 

Mr Cavalier..parmis tous ceux qui ont dit NN, combien possedent des entreprises privées capables d´investir en Afrque Rolling Eyes Question 
 Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven 

Troll n´est pas "panafricaniste" et ne saurait parler de l´Afrique..Pour le cas de la RDC, notre pays natal que nous connaissons bien et mieux que certains intervenants comme D Kaberuka,la réponse est OUI.]b].L´argent dont nous parlons ici n´est pas l´argent des institutions financières internationales..qui ne possedent pas en réalité les capitaux dont ils assurent la gestion clown clown [/b]

Nous parlons des capitaux en provenance des entreprises privées..et non étatiques ..Pour le cas de la RDC, il n´est pas question d´apporter de "l´argent", mais avant tout des Technologies, financer des Technologies qui peuvent construire des infrastructures industrielles, de Communications.....capable de placer la RDC dans le groupe des pays industrialisés Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven 


Rien qu´avec l ´agriculture, passer ál´agro-industrie est le moyen le plus rapide non seulement pour assurer des emplois aux congolais, mais aussi assurer l´auto-suffisance alimentaire... 60 millions des consomateurs, un rêve incroyable pour les entreprises privées

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 3/5/2014, 1:59 am

Troll a écrit:Razz 13 PAGES.D´AFRO-PESSIMISME

D Kaberuka Rwandais Razz Razz qui ne parle qu´en fonction de son pays d´orgine sans doute...et pire, il n´est qu´un fontionaire dans une Banque internatinale et non "cadre dans une entreprise privée" Rolling Eyes Rolling Eyes 

Mr Cavalier..parmis tous ceux qui ont dit NN, combien possedent des entreprises privées capables d´investir en Afrque Rolling Eyes Question 
 Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven 

Troll n´est pas "panafricaniste" et ne saurait parler de l´Afrique..Pour le cas de la RDC, notre pays natal que nous connaissons bien et mieux que certains intervenants comme D Kaberuka,la réponse est OUI.]b].L´argent dont nous parlons ici n´est pas l´argent des institutions financières internationales..qui ne possedent pas en réalité les capitaux dont ils assurent la gestion clown clown [/b]

Nous parlons des capitaux en provenance des entreprises privées..et non étatiques ..Pour le cas de la RDC, il n´est pas question d´apporter de "l´argent", mais avant tout des Technologies, financer des Technologies qui peuvent construire des infrastructures industrielles, de Communications.....capable de placer la RDC dans le groupe des pays industrialisés Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven 


Rien qu´avec  l ´agriculture, passer ál´agro-industrie est le moyen le plus rapide non seulement pour assurer des emplois aux congolais, mais aussi assurer l´auto-suffisance alimentaire... 60 millions des consomateurs, un rêve incroyable pour les entreprises privées
Sir Troll,  

Et Pourtant C'est depuis 19 Epoque Coloniale qu'on a La Technologie, mais toujours pas de developpement...

Ne comprenez vs toujours pas que Le Developpement d'un Peuple est Le Fruit de Leur Propre Labeur  Question  Le Developpement d'un Pays C'est Comme son caractere...Lorsqu'un Pays est Developpe, Sa Technologie aussi soit se developper en meme Temps...Il n'aura pas besoin d'un autre peuple de Venir Leur Batir Leur Pays...

Ce Qu'Il Nns Faut en Ce Moment en RDKONGO, C'est Une REVOLUTION Ns devrions bannir certaines facons feel penser & de Faire Les Choses,,,Ns devrions retablir de l'Ordre Sur La Sphere Mentale d'abord, Eliminer certains Complexes, Comme quoi Les Occidentaux doivent venir a notre secour  No   NON No ...Et CROIRE UN PEU PLUS EN NOUS MEMES...CAR LA, LES SOLUTIONS POUR LES PROBLEMES QUE FAIT FACE NOTRE NATION LA RDKONGO Viendront de Nous-Memes...Ne Viendront Pas de Chinois, De Francais, Des Espagnols, Des Anglais, Des Americains, des Allemands encore moins des Suedois...Ns Les KONGOLAIS sommes Les Initiateurs de Solutions Sur Les Problemes Internes du Pays...

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 3/5/2014, 10:12 am

Idea Question ..SECOUR DE L´OCCIDENT...? Rolling Eyes

Mr Cavalier, vous avez une mauvaise perception de l´Occident et de la planète en general Like a Star @ heaven Arrow Arrow 

En Occident, il n´est jamais question de l´aide ou de secourir un pays quelque part sur la planète Evil or Very Mad    Il est toujours question d´investir
Car en Occident, il est question d´une vision lointaine où on fait des calculs, des projections..pour determiner les benefices qu´on peut tirer d´une action..

Ceux des immigrés/refugés qui résident dans les pays Nordiques savent que dès qu´ils arrivent..il ya un programe d´intégration qui vise á assurer un investissement de leur sejour ici..On commence par la langue et on offre des possibilités des études ..á la fin on accorde du travail et la nationalité...Il est question d´assurer une main d´oeuvre qui va payer les impôts et faire avancer le devellopement tout simplement..

ETHIOPIE, UN BON EXEMPLE..

Ce pays est une bonne démonstration pratique pour l´Afrique... Ethiopian Airline avait été fondée par l´Empereur Selasié il ya plus de 60 ans avec l´aide des USA via "PANAM" (qui n´existe plus)..même pendant la "révolution rouge" où Mengistu et ses amis socialistes avaient pris le pouvoir, cette entreprise aérienne avait gardée ses relations avec les USA..
Plus de 60 ans après Ethiopian Airline est une entreprise mondiale très rentable financièrement..et l´une des rares entreprises en Afrique ou sur la planéte qui utilise le dernier Boieng "Dreamliner" lol! lol!
Depuis, les pilotes et les techniciens sont tous des éthiopiens...mais les machines sont exclusivement en provenance des USA..ou presque..


]b]L´Empereur ne recherchait pas de l´aide...mais un transfert des connaissances....L´attitude de l´Empereur est que son peuple était composé des êtres HUMAINS comme les Americains..et pouvaient piloter des avions, assurer la maintenance des avions
Il n´était pas question d´aide[/b]


Pendant que mr Cavalier est entrain de cogiter sur la philosophie du "complexe", Ethiopian Airline gagne de l´argent et la Chine est entrain de delocaliser sa production en Ethiopie..Ainsi, l´Ethiopie est entrain de s´industrialiser..tandis que le Congo retourne á l´âge de la pierre taillée où sa population est chassée de partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 3/5/2014, 11:34 am

sunny ..lapsus

C´était "TWA" Trans World Airline,,et en 1945 juste après la seconde guerre mondiale

C´était un accord du Departement d´État des USA en faveur d´une intervention "privée et commerciale" et l´accord associa Boieng..

Lire sur Wiki Idea Arrow 

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 3/5/2014, 12:51 pm


Troll a écrit:Idea Question..SECOUR DE L´OCCIDENT...? Rolling Eyes

Mr Cavalier, vous avez une mauvaise perception de l´Occident et de la planète en general Like a Star @ heaven Arrow Arrow 

En Occident, il n´est jamais question de l´aide ou de secourir un pays quelque part sur la planète Evil or Very Mad    Il est toujours question d´investir
Car en Occident, il est question d´une vision lointaine où on fait des calculs, des projections..pour determiner les benefices qu´on peut tirer d´une action..


ETHIOPIE, UN BON EXEMPLE..

Ce pays est une bonne démonstration pratique pour l´Afrique... Ethiopian Airline avait été fondée par l´Empereur Selasié il ya plus de  60 ans avec l´aide des USA via "PANAM" (qui n´existe plus)..même pendant la "révolution rouge" où Mengistu et ses amis socialistes avaient pris le pouvoir, cette entreprise aérienne avait gardée ses relations avec les USA..
Plus de 60 ans après Ethiopian Airline est une entreprise mondiale très rentable financièrement..et l´une des rares entreprises en Afrique ou sur la planéte qui utilise le dernier Boieng "Dreamliner" lol!lol!
Depuis, les pilotes et les techniciens sont tous des éthiopiens...mais les machines sont exclusivement en provenance des USA..ou presque..


]b]L´Empereur ne recherchait pas de l´aide...mais un transfert des connaissances....L´attitude de l´Empereur est que son peuple était composé des êtres HUMAINS comme les Americains..et pouvaient piloter des avions, assurer la maintenance des avions
Il n´était pas question d´aide[/b]


Pendant que mr Cavalier est entrain de cogiter sur la philosophie du "complexe", Ethiopian Airline gagne de l´argent et la Chine est entrain de delocaliser sa production en Ethiopie..Ainsi, l´Ethiopie est entrain de s´industrialiser..tandis que le Congo retourne á l´âge de la pierre taillée où sa population est chassée de partout
Sir Troll Merci encore une foi pour vos vues...Voici maintenant un article d'un Mwana Mboka, qui est Long que J'ai eu a abreger ou reduire la taille...Sinon Il a releve qlqs points essentiels... Idea 
Le Développement Provoque [parfois] le Sous-développement

Par Lombe Mwembo

« Il faut faire revenir les ‘noko', les oncles belges pour nous aider à résoudre nos problèmes et répondre à nos besoins. »- Avis d'un congolais désespéré

Cet article est long car, à mon avis, il contient des concepts qui ne sont pas permis d'ignorer en développement. Lisez le jusqu'au dernier mot. Il vous est peut-être déjà arrivé de vous demander pourquoi la situation s'empire au Congo RDC, en Afrique et dans d'autres parties du monde. Pendant que le nombre d'experts en développement augmente, pendant que les organisations de développement deviennent aussi nombreuses que le sable au bord de la mer et que des milliards des dollars et des Euros sont dépensés chaque année pour les projets de développement, le manque d'écoles, d'hôpitaux, de nourriture, de paix, s'accentue. La famine, les guerres, les maladies, les violences elles aussi augment dans la proportion géométrique.

Pourquoi tant d'efforts, d'expertise et d'énormes sommes d'argent ne produisent pas de résultats escomptés ? La réponse n'est pas loin. Elle est aussi près que votre cœur. Les bons arbres produisent toujours de bons fruits et les mauvais arbres produisent toujours de mauvais fruits. Cette loi de la nature est vraie au Congo RDC, en Chine, au Canada, en Russie au Hawaï, partout. Les mauvaises méthodes en développement produiront toujours les mauvais résultats. Dans cet article j'examine trois méthodes ou modèles utilisés en développement. Le but de mon article est de démontrer les avantages et les inconvénients de chacune de ces méthodes, et par ricochet, démontrer que le sous-développement dans plusieurs parties du monde est malheureusement causé par les mauvaises méthodes de développement. Après avoir lu cette article, vous aurez un choir à opérer: soit continuer les méthodes qui provoquent le sous-développement, soit adopter les approches contraires pour changer le fusil d'épaules et faire le développement dont vous allez voir le fruit de votre vivant. Les trois méthodes ou modèles sont (1) la méthode basée sur l'identification des besoins et des problèmes, (2) la méthode basée sur l'identification des ressources locales, et (3) la méthode relationnelle basée sur l'harmonisation des relations entre les membres d'une communauté et leurs environnements. Je vais examiner chacune de ces méthodes à tour de rôle.

Primo : La méthode basée sur l'identification des besoins et des problèmes.

Cette méthode peut être appelée le ‘modèle déficitaire' ou la méthode de ‘verre- à- moitié- vide'. Cette méthode est la plus utilisée dans le monde. C'est celle qui a été utilisée pendant la période coloniale et postcoloniale. Elle est parmi les méthodes les plus anciennes en développement. Dans le domaine de développement, cette méthode consiste succinctement à faire une étude de faisabilité dans un village ou dans une communauté dans le but de connaitre le milieu, inventorier les besoins et les problèmes de ce milieu; par exemple une étude de faisabilité révélera le manque d'eau, pas d'écoles, pas de dispensaires, etc. Ensuite les agents de développement élaborent les objectifs, les buts du projet et un plan d'actions qui consiste à dresser une liste des activités, les personnes qui vont les exécuter et les dates de leur exécution. Après tout cela viennent le financement du projet suivi par le monitoring et l'évaluation à la fin du projet. Ces activités sont accomplies par les autochtones seuls, mais le plus souvent avec l'aide des ‘experts' non autochtones.

Ce modèle semble répondre aux besoins de la communauté, mais en réalité, il cause plus de mal que de bien. D'abord il donne aux habitants une fausse impression qu'ils ont des besoins et des problèmes interminables. Il insiste trop sur les besoins, les problèmes, les services à rendre et les programmes à accomplir. Il est utilisé depuis plusieurs siècles pendant et après la colonisation, mais les besoins et les problèmes ne sont jamais terminés. Ils sont là, et ils augment au jour le jour. Cette méthode crée la dépendance vis-à-vis de l'extérieur en argent et en experts. Elle méprise et rejette la sagesse et les connaissances locales pour la satisfaction des besoins locaux ou la solution de leurs problèmes. Elle oublie que les autochtones savent comment lutter contre la famine, la sécheresse, l'inondation et autres calamitées, mais cette méthode fait tabla rasa des valeurs et ressources locales. Ce modèle met l'accent sur la croissance et le développement matériels.

A cause de son caractère paternaliste, la méthode basée sur l'identification des besoins, considère les autochtones comme des victimes impuissantes qui attendent le' salut' de ‘sauveurs' étrangers. Les ‘sauveurs' blâment les victimes sans jamais mettre en cause leurs méthodes. Les victimes sont appelées les bébés éternels qui ne grandissent jamais.
  ...En développement, plus un pays suit le modèle occidental, plus il devient développé. Cela est faux car la Chine a démontré dans les jeux olympiques de Beijing 2008 qu'il existe un modèle chinois en développement. Dans le même ordre de la pensée, je suis sûr qu'il existe aussi un modèle congolais en développement. Mais tant que l'occident est considéré comme un modèle à copier servilement, le modèle congolais s'étouffera dans l'œuf. La tâche de notre gouvernement est de créer les conditions favorables et donner la chance aux chercheurs, philosophes, sages congolaises et congolais. Ils feront sortir un modèle congolais qui va étonner le monde. Les congolais dominent presque le monde entier avec sa musique, qui d'ailleurs n'utilise pas encore toutes ses langues et cultures. Qu'arrivera-t-il si le Congo RDC utilise une grande partie de ses cultures? Or qu'est-ce qui est plus difficile, inventer une danse ou améliorer les méthodes de construire un pont ? Inventer une chanson ou construire une école ? Comme dit un dicton, ‘celui qui peut plus, peut moins.' Les congolais sont capables de faire des choses extraordinaires.

Secundo : La méthode Basée sur l'Inventaire des Ressources locales.

Ce modèle ou cette méthode en développement est d'abord compris comme un développement endogène conçu par les autochtones, exécuté par les autochtones et supporté par eux. Les efforts sont en premier lieu concentrés pour voir et décrire le village ou la communauté comme un-verre- à -moitié plein  à l'opposé de la méthode précédente qui voit et traite les communautés comme un verre- à  moitié-vide . Dans cette deuxième modèle, l'agent en développement facilite les autochtones à inventorier les ressources locales qui existent déjà tels que les hommes, les femmes, les jeunes, les enfants, les vieux. Tout ceci constitue des ressources en force, santé, vigueur, sagesse, connaissances empiriques, instruction, solidarité, valeurs culturelles, connaissances de forêts, lacs, valeurs morales et sociales, capacités à lire, écrire, connaissances en soins de santé, en nutrition, etc. Cette méthode trouvera que dans la communauté, il ya des maçons, charpentiers, électriciens, chauffeurs, sportifs, artistes, musiciens, danseurs, des guérisseurs traditionnels, des enseignants, des forgerons, des transporteurs, des pêcheurs, des chasseurs, des éleveurs, des cultivateurs, des sages femmes, et tant d'autres ressources humaines. Les partis politiques, clubs, les organisations de toutes les sortes, les églises, les associations diverses constituent aussi des ressources sur lesquelles se fonde un bon développement sans oublier les ressources matérielles existantes : bâtiments, routes, maisons, etc.

Toute cette liste constitue une richesse incroyable que la première méthode passe outre et n'utilise pas efficacement. En utilisant cette deuxième méthode les autochtones se sentent respectés; ils acquièrent une confiance en soi, ils sont ‘ empowered';  ils gagnent le sens de l'estime de soi détruit par la première méthode qui qualifie les habitants de pauvres, des déficitaires, des sous-développés, des nécessiteux, des tiers mondialistes. Cette méthode inspire l'optimisme qui engendre l'espoir, et l'espérance pour un avenir heureux. En utilisant cette méthode, on arrive à de différents modèles de développement au lieu de voir un seul modèle unique imposé à tous. En développement il n'existe pas une paire de souliers qui convient à tout le monde. Il faut le redire, la Chine l'a démontré lors des jeux olympiques 2008.


Tertio : La méthode basée sur l'amélioration des relations entre les hommes et leurs environnements.

L'être humain n'a pas été créé pour vivre isolé, ni pour vivre une vie individualiste. L'homme a été créé pour vivre dans la communauté, ( fellowship ) avec son créateur et avec ses semblables. Il a été créé pour vivre en harmonie avec les animaux, les plantes, les rivières, les lacs, les insectes, les montagnes, les vallées, les poissons. La bible dit que le premier homme et la première femme étaient placés dans le jardin, donc dans la nature. En bref l'homme doit vivre en harmonie avec la nature non pour en être le propriétaire, mais comme un intendant. L'avenir et le bonheur de l'homme dépend de ses relations avec son créateur, son semblable et son environnement composé de tout ce que je viens de citer.

Dans le domaine de développement, il faut toujours commencer avec les hommes, les mettre ensemble, dans l'unité et la solidarité et la complémentarité. Il faut utiliser les ressources identifiées dans la deuxième méthode pour connecter les hommes, les femmes, les jeunes et les vieux pour se compléter dans leurs développent. Il faut épuiser les ressources locales existantes avant de faire appel aux ressources étrangères. Utilise-t-on les diplômés, les gradués et les licenciés au Congo ? Utilise –t- on ceux qui n'ont pas eu la chance d'étudier dans les écoles, mais qui sont riches en relations humaines, hommes et femmes d'une honnêteté inégalée ? Utilise-t-on les jeunes ou on les considère comme une charge ou des bouches inutiles qu'il faut nourrir. Ce n'est pas la faute des jeunes. Il faut avoir des yeux pour voir. En un mot il faut promouvoir d'abord le développement de la communauté  avant de promouvoir le développement dans la communauté . Le développement de la communauté restore la confiance entre les hommes, l'unité, l'harmonie, la collaboration, l'interdépendance, et le respect mutuel. Le développement dans la communauté comprend l'amélioration des conditions matérielles, les infrastructures, les écoles, les dispensaires, etc. Une communauté peut posséder des villas, télévisions, voitures, mais tant que les membres ce cette communauté vivent isolés, ne connaissement même pas les noms de leurs voisins, cette communauté est pauvre en relations humaines. Un pays peut se dire développé matériellement, mais ses habitants peuvent être moralement et socialement pauvres avec le taux de suicide élevé, la dislocation de mariages scandaleuse, les frustrations et stress interminables, les crimes indescriptibles, les enfants ne jouent pas librement de peur d'être enlevés ou assassinés. Mais ces pays se disent riches ; ils sont riches en quoi?

Le développement tel qu'il se pratique maintenant insiste sur le développement dans la communauté et néglige le développement de la communauté. Là où le développement de la communauté existe déjà comme dans les villages traditionnels, le soi-disant développement fait un projet qui sauve une vie, mais il détruit mille vies. Le développement construit une antenne de télévision, mais il détruit la solidarité, la connexion entre les gens et enseigne aux jeunes la rébellion vis-à-vis des adultes. Et pourtant le terme développement communauté veut dire améliorer les relations, être en bonne relations.

Un bon développement de la communauté congolaise doit améliorer l'unité, la confiance entre congolais pour créer des valeurs et des normes identiques.      

Les projets de développement au Congo qui ne tiennent pas compte de ce désastre créé par la colonisation n'arriveront jamais à créer l'unité et l'harmonie nationale.       ce qu'on appelle le Congo.

Le Développement n'est pas un Jeu de Compétition

Le développement n'est pas un jeu olympique dont les uns sont classés premier, deuxième, troisième et dernier. C'est vraiment ridicule de lire par exemple que le Congo RDC est classé 160ème pays sur l'échiquier mondial. Qui sélectionne les critères de classement ? Les critères de classement sont basés sur quelle culture ? Les indices basées sur les seuls chiffres, est cela le développement ? A-t-on donné à tous les pays participants les mêmes opportunités, les mêmes moyens pour entrer dans le jeu de développement ? Comparons par exemple les pays de l'Europe occidentale avec les pays de l'Afrique. Les pays de l'Europe occidentale viennent en tête dans le classement mondiale selon la Banque Mondiale ou l'ONU tandis que les pays africains figurent parmi les derniers. Ce que l'on ne dit pas est que l'Europe colonialiste a forcé ses colonies à produire pendant des siècles à son seul profit les produits et matières premières tels que de l'or, du cuivre, de l'ivoire, du café, du thé, du bois…, en utilisant une main-d'œuvre africaine gratuite. L'Afrique n'a pas bénéficié du travail forcé de ses jeunes, adultes, hommes et femmes. Dans son livre, How Europe Underdeveloped Africa (Comment L'Europe a causé le sous-développement de l'Afrique), Rodney (1973) décrit superbement comment la traite de des Noirs est le facteur fondamental qui a commencé le processus de sous-développement de l'Afrique, suivie de la stagnation technologique et la distorsion de l'économie et de la culture africaines pendant la période coloniale.

Ki-Zerbo, l'une des tètes pensantes de l'Afrique, soutient qu'imposer le modèle occidental de développement en Afrique est une illusion et une escroquerie. Comme disait Ki-Zerbo, après avoir travaillé dans le développement pendant plus de quinze ans en Afrique et aux USA sur terrain, au bureau et comme professeur de développement communautaire, je dois dire que l'Afrique n'atteindra pas le développement matériel économique de l'occident. D'ailleurs cela n'est ni désirable ni possible pour plusieurs raisons fondamentales. Il n'est pas désirable car le développement de type occidental dévalue l'homme et le rend au niveau des choses matérielles. Il mesure la valeur de l'homme selon la possession matérielle et monétaire et rejette les vraies valeurs humaines qui sont la solidarité, le respect de soi et le respect des autres. Leur développement n'est pas possible pour plusieurs raison principales. Je mentionne deux en passant. La première raison est fondée sur le phénomène historique. Aujourd'hui les conditions dans le monde ne permettront pas à l'Afrique de faire l'esclavage tel qu'il a été pratiqué par certains pays européens pendant des siècles. N'oublions pas que le développement matériel de l'Europe a été construit par le sang et la sueur des Africains dans une très grande mesure. Ces conditions historiques n'existent plus de nos jours.

La deuxième raison est fondée sur le facteur culturel. L'Europe née de la révolution industrielle a acquis une culture qui est mieux exprimée en anglais par ‘ have more, more and more ». Ce qui peut se traduire par avoir plus, mais jamais être satisfait. Personnellement, j'ai grandi au village dans la culture africaine traditionnelle. Mes parents et tout le village insistaient que je sois  plus humain, plus connecté avec les autres, plus respectueux, plus poli . C'était la culture africaine traditionnelle basée sur ‘être plus' et non ‘avoir plus'. Il ya une différence entre ‘Avoir Plus' et ‘Etre Plus.' Le but ultime de tout développement est d'atteindre le bonheur. Or on peur atteindre le bonheur même en ayant peu. Le bonheur ne dépend pas de l'abondance de choses matérielles, mais plutôt de ce que l'on est. On fait un peu trop de bruit et de propagande inutiles sur le fameux développement. Il y a d'autres éléments culturels importants qui nous distinguent de l'occident, mais l'espace limité de cet article m'empêche de les décrire.


Conclusion :

Bien que la première et la deuxième méthode reconnaissent que le verre n'est pas rempli jusqu'au bord, le point de focalisation est la chose la plus importante. La première méthode insiste sur les besoins et les problèmes. Elle met l'accent et se concentre sur le verre-à-moitié vide, car elle met en exergue les manques, les déficits, les insuffisances, les lacunes, les privations, les défaillances, les raretés, les choses qui n'existent pas dans la communauté ou les choses qui ne marchent pas. Elle est facile et rapide. C'est une méthode qui renforce une forte dose de pessimisme car elle ne voit que ce que l'on n'a pas ou lieu de voir ce que l'on a d'abord. Elle crée un cycle de dépendance vis-à-vis de l'extérieur. C'est le cas au Congo ou les gens attendent tout de l'extérieur. Et si nos dirigeants n'arrivent pas à mobiliser les financements extérieurs, les congolais se fâchent, ils accusent les dirigeants d'incompétents. C'est triste! Il y a là un défi à relever.

La deuxième méthode est basée sur l'identification des ressources locales ; elle se concentre et commence avec les potentialités locales, les talents et les aptitudes qui constituent le verre-à-moitié-rempli. Elle est lente, plus coûteuse en termes de temps et savoir faire, demande moins d'argent. Elle est difficile au Congo car convaincre les congolais qu'ils sont capables de réussir en comptant d'abord sur leurs propres efforts équivaut à dire à l'œil qu'il peut se voir.

La troisième méthode insiste sur la construction des rapports harmonieuse et intenses entre les membres d'une communauté avant toute chose. Elle doit être le point de départ en développement. La première méthode doit être le point d'arriver et non le point de départ. Les trois méthodes doivent être combinées en développement. Le Congo est appelé a abandonner la méthode ou le modèle déficitaire qui a avili les congolais faute de quoi, on continue de traiter les symptômes au lieu de s'attaquer aux causes réelles et à l'essentiel. Le capital social horizontal et vertical reste une priorité dans toutes activités de développent au Congo. Tant que le Congo n'est pas sevré du lait des organisations nationales et internationales utilisant le modèle déficitaire, tant que les relations entre congolais ne deviennent harmonieuses, et tant que nos relations entre les pays dits-‘riches' [matériellement] mais pauvres moralement et socialement, ne s'améliorent pour nous traiter avec respect et égalité, le chaos et la misère suivront les congolais tous les jours de leur vie. Un développement qui se concentre sur la satisfaction des besoins et les solutions aux problèmes matériels provoque le sous-développement.
Le Congo et l'Afrique ont besoin d'un développement basé sur l'amélioration des rapports entre les hommes et leurs environnements. Le reste va venir de soi.

Mzee Lombe Mwembo
lombem@msn.com

© Congo Vision


_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  link le 4/5/2014, 2:25 pm

Dr. Donald Kaberuka
 NON

Cela dit, nous devons prendre conscience que l'argent est toujours nécessaire et que l'Afrique aura, pendant un certain
temps, besoin de soutien externe au moyen de financements concessionnels, étant donné ses ressources limitées en épargne intérieure.

Iqbal Quadir Z.
 SI SEULEMENT

Les entrepreneurs africains sont la clé au problème du développement de l'Afrique. Ce sont eux qui peuvent stimuler la croissance économique de leur continent et ce sont eux qui peuvent rendre leurs gouvernements meilleurs. Si l'argent est investi pour mobiliser le potentiel organique transformatif des entrepreneurs locaux, l'Afrique se développera.

James Shikwati
 PAS DU TOUT

Imaginez un cultivateur de bananes dans un village rural d'Afrique avec un toit qui fuit et qui coûterait 100 $ à réparer. Si quelqu’un achetait pour 100 $ ses bananes, l'agriculteur aurait le pouvoir et le choix de déterminer si le toit qui fuit est sa priorité de dépense.

Sur 960 millions d'Africains dans 53 Etats, il y a les innovateurs et les entrepreneurs qui, s’ils sont récompensés par le marché, se
pencheront sur les défis auxquels fait face le continent. 


Michael Fairbanks
 C’EST CE QUE JE PENSAIS... 


Le Président Kagamé comprenait que la pauvreté détruisait les pierres
angulaires de la société de son pays : la tolérance, la confiance, les aspirations et l'espoir.

William Easterly
 NON


Quant à faciliter le développement en Afrique, la libre entreprise est le véhicule qui a fait ses
preuves pour échapper à la pauvreté partout ailleurs (voir la Chine et l'Inde plus récemment) et il
est tout simplement condescendant de prétendre que cela ne fonctionnera pas en Afrique. L'espoir
de l'Afrique vient davantage de quelqu'un qui, comme l’homme d’affaires Alieu Conteh.

Voila de tout c'est gens qui ont dit non ? Tous sont d'accords pour dire que la solution au développement de l’Afrique viendras
des entrepreneurs qui malheureusement ne bénéficie pas d'un environnement propices aux affaires.
Le manque d'infrastructure et de financement aux entrepreneurs réduits considérablement leur possibilités donc j'en conclus
que le problème n'est pas mental comme le pense les nouveau gourous de l'afro-centrisme mais bien ECONOMIQUE.




Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 4/5/2014, 2:51 pm

Cool MENTAL

L´être Humain est le même partout sur la planète..L´être Humain a les mêmes besoins et les mêmes capacités..Ceux qui pretendent que le "mental" des Africains ou des congolais serait un obstacle se trompent tout simplement.
C´est sans doute l´avantage de ceux qui pratiquent les sciences occultes, ils ne connaissent pas ses limites artificielles qui semble-t-il separent les êtres Humains

Sinon comment expliquer la reussite d´Ethiopian Airline Question Même pendant les guerres et l´instabilité politique, cette entreprise a continuer de fonctioner en generant des benefices Surprised Cool

Nous avons toujours cité ce site de congodiaspora, ou les sites du genre Congomikili Idea ..qui sont des entreprises des congolais..basées sur les mêmes principes que les autres sites en Occident Cool Cool

Ce que l´Admn et ses amis réalisent..peut se faire au pays..si seulement les conditions politiques changent tout simplement.

INGA, le "Grand Inga"

Vous savez sans doute ? Il est question d´argent des 4 entreprises privées qui peut non seulement contruire un autre barrage, mais aussi booster les deux autres qui existent dèjà Idea
La suite sera une question d´argent pour distribuer l´électricité au Congo..et non une question "mentale" Razz Razz 

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 5/5/2014, 7:00 pm

link a écrit:Dr. Donald Kaberuka
 NON

Cela dit, nous devons prendre conscience que l'argent est toujours nécessaire et que l'Afrique aura, pendant un certain
temps, besoin de soutien externe au moyen de financements concessionnels, étant donné ses ressources limitées en épargne intérieure.

Iqbal Quadir Z.
 SI SEULEMENT

Les entrepreneurs africains sont la clé au problème du développement de l'Afrique. Ce sont eux qui peuvent stimuler la croissance économique de leur continent et ce sont eux qui peuvent rendre leurs gouvernements meilleurs. Si l'argent est investi pour mobiliser le potentiel organique transformatif des entrepreneurs locaux, l'Afrique se développera.

James Shikwati
 PAS DU TOUT

Imaginez un cultivateur de bananes dans un village rural d'Afrique avec un toit qui fuit et qui coûterait 100 $ à réparer. Si quelqu’un achetait pour 100 $ ses bananes, l'agriculteur aurait le pouvoir et le choix de déterminer si le toit qui fuit est sa priorité de dépense.

Sur 960 millions d'Africains dans 53 Etats, il y a les innovateurs et les entrepreneurs qui, s’ils sont récompensés par le marché, se
pencheront sur les défis auxquels fait face le continent. 


Michael Fairbanks
  C’EST CE QUE JE PENSAIS... 


Le Président Kagamé comprenait que la pauvreté détruisait les pierres
angulaires de la société de son pays : la tolérance, la confiance, les aspirations et l'espoir.

William Easterly
 NON


Quant à faciliter le développement en Afrique, la libre entreprise est le véhicule qui a fait ses
preuves pour échapper à la pauvreté partout ailleurs (voir la Chine et l'Inde plus récemment) et il
est tout simplement condescendant de prétendre que cela ne fonctionnera pas en Afrique. L'espoir
de l'Afrique vient davantage de quelqu'un qui, comme l’homme d’affaires Alieu Conteh.

Voila de tout c'est gens qui ont dit non ? Tous sont d'accords pour dire que la solution au développement de l’Afrique viendras
des entrepreneurs qui malheureusement ne bénéficie pas d'un environnement propices aux affaires.
Le manque d'infrastructure et de financement aux entrepreneurs réduits considérablement leur possibilités donc j'en conclus
que le problème n'est pas mental comme le pense les nouveau gourous de l'afro-centrisme mais bien ECONOMIQUE.




Link, J'ai l'impression que tu le fais expres si ce n'est pas le cas ben Je ne sais plus comment te l'expliquer...
C'est un debat qui tourne autour de La Question:




L’argent peut-il résoudre le problème du développement de l’Afrique


2 seulement ont repondu oui, contre Cinq qui disent NON...MAIS tu tiens quand meme a parloter Question  No

Dommage que J'ai du mal a copier L'ensemble de ce Texte...Mais Je le ferais pour que Chacun puisse voir ...Car tu as repris que des parties qui t'interessent, qui supportent tes refeflexions 

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Troll le 5/5/2014, 7:35 pm

drunken Mr CavalierRolling Eyes Rolling Eyes 

Le plus important pour vous est le "texte"..et non votre comprehesion du texte ni la crédibilité de ce "texte" drunken ?

Tous ceux qui participent á la redaction de ce texte ne possedent pas des entreprises "privées" drunken Aucun d´entre eux ne dirigent une entreprise privée..

Le cas d´Ethiopian Airline devait pourtant vous aider á comprendre comment l´argent peut faire avancer un pays Africain santa 

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  link le 5/5/2014, 8:47 pm

Cavalier,

En fait tu lis sans comprendre ce qui est t'écris !!!

Les passages choisie sont pour te faire comprendre que l'argent est plus que nécessaire ? Mais que les circuits choisie pour cette argent devrais servir à financer les entrepreneur
Vrai créateur de richesses et d'emploi et non assuré les dépenses de la bureaucratie étatique .

Ex: combien de politiciens congolais après s'être enrichie au dépends de l'état ont été à même de réinjecter leur capital dans l'entreprenariat avec succès ?

Ex: kengo le politiciens trois fois ministre et l'entrepreneur Mbemba saoloné

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Cavalier le 5/5/2014, 10:06 pm

link a écrit:Cavalier,

En fait tu lis sans comprendre ce qui est t'écris !!!

Les passages choisie sont pour te faire comprendre que l'argent est plus que nécessaire ? Mais que les circuits choisie pour cette argent devrais servir à financer les entrepreneur
Vrai créateur de richesses et d'emploi et non assuré  les dépenses de la bureaucratie étatique .

Ex: combien de politiciens congolais après s'être enrichie au dépends de l'état ont été à même de réinjecter leur capital dans l'entreprenariat avec succès ?

Ex: kengo le politiciens trois fois ministre et l'entrepreneur Mbemba saoloné
Link, tu as l'air confus parce que tu ne maitrises pas ce que tu declares... S'il t Plait Ne transformes ton opinion...Tu es entrain de defendre L'Opinion selon laquelle L'Afrique aurait un Probleme Economique, c-a-d Il Lui faudrait des Liquidites sous formes des aides exterieures autrement dit Dettes pour s'assurer son developpement & qu'Elle n'aurait pas un Probleme d'ordre mental vis-a-vis de son Peuple.  C'est ca ta position que tu veux par je ne sais quelle ruse changer...

Tu ne comprends mm pas que ma mentalite a moi me guide a chercher des articles ou Il y a des opinions d'autres personnes Sur le sujet en cour..

J'ai de Mon cote soutenu l'idee selon laquelle, L'Afrique est UN CONTINENT SUPER RICHE, mais avec Un Peuple qui a mental qui n'est pas encore exploite a son plus Haut Niveau, La Je parle de maniere generale Biensur Idea ...Ca c'est Mon Optique, c-a-d pour Moi Le probleme en Afrique c'est La Cervelle de L'Africain, car Les Richesses Ns en avons plein...Et Les Occidentaux, Les Chinois etc viennent en Afrique pour puiser ce que Les Africains ne sont pas encore capables de faire car Le Sous-Developpement est Mental... Idea   

SUIVONS MAINTENANT CE QUE DECLARENT CES TROIS DIFFERENTS POINTS DE VUE SUR LA QUESTION : " L'ARGENT PEUT-IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Question  "

PAS DU TOUT. Le problème en Afrique n'a jamais été le manque d'argent, mais plutôt l'incapacité à exploiter l'esprit africain.    

Si l'argent était la clé pour résoudre les problèmes, les banques enverraient des agents dans les rues pour fournir de l'argent aux personnes dans le besoin. Mais les banques n’offrent de l'argent qu’à des personnes qui ont réussi à traduire leurs problèmes en opportunités. Une aide britannique de 7 millions de $ à 228 éleveurs de Samburu au Kenya en 2002 ne les a pas empêché de se transformer en pauvres en 2007. L'argent en soi est neutre. Des montants importants d'argent considérés comme du capital ont conduit les stratèges (qui dépeignent l'Afrique comme prise au piège dans un cycle de pauvreté) à plaider en faveur de flux massifs de capitaux comme le seul moyen de sortir de la pauvreté. Au contraire, voir l'argent comme une valorisation, une création, un effet résultant de l'échange entre différentes parties, offre une occasion de traduire les problèmes africains en opportunités.

Comme Lord Peter Bauer l’a très bien fait remarquer : «l'argent est le résultat de la réussite économique et non pas une condition préalable.» Comment les Africains peuvent-ils s'engager dans des activités qui mèneront à la réussite économique? La clé est de transformer la mentalité des 50% de la population africaine de moins de 20 ans afin qu’ils se focalisent sur la conversion des problèmes de l'Afrique en opportunités.    

L'Afrique a un capital énorme sous forme de ressources naturelles qui comprennent le pétrole, l'énergie hydroélectrique, les diamants, l’uranium, l’or, le cobalt, 70% du coltan mondial et 34% de sa cassitérite. Le coltan et la cassitérite sont stratégiques dans la production de téléphones cellulaires, d’ordinateurs portables et autres produits électroniques. Si les Africains employaient le pouvoir de la raison, l'industrie mondiale des téléphones portables, qui débite 25 téléphones cellulaires par seconde, fournirait une énorme source de revenus aux pays respectifs; élargissant ainsi leurs choix possibles.

Mettre l'accent sur l'esprit humain africain comme capital permettra de traduire les ressources en richesses, contribuant ainsi à résoudre les problèmes de l'Afrique. L'utilité et la valeur de l'argent ne seront générées que par des réponses rationnelles aux défis qui interpellent le continent à travers l'échange de produits et de services au niveau du village, au niveau national, continental et international.

James Shikwati est le fondateur et directeur du Inter Region Economic Network et chef de la direction de la revue The African Executive business magazine.

 

**************************************

 

C’EST CE QUE JE PENSAIS... mais plus maintenant. Il y a cette maxime éculée qui dit : Si vous détenez un marteau dans la main, tout problème ressemble à un clou. Qu'advient-il alors, quand tout ce que nous tenons dans nos mains est un carnet de chèques ? L’approche «chéquier» du développement suggère que les nations pauvres ne peuvent pas développer les compétences nécessaires pour résoudre leurs propres problèmes. Il y a, cependant, une exception notable.

 
Chaque nation a besoin d'argent pour moderniser et améliorer la vie de ses citoyens, et c’est d’ailleurs positif quand une nation riche aide une nation pauvre après une catastrophe naturelle, ou pour répondre à un besoin humain fondamental. Mais, trop souvent, quand une nation aide une autre, cela est basé sur une injection massive de capital financier soumise à un changement des politiques monétaire, commerciale, d'investissement, budgétaire, sectorielle et salariale. Il s'agit souvent de bons conseils non dépourvus de compromission. La nation riche devient décisionnaire alors que la responsabilité de l'avenir d'une nation doit toujours rester entre les mains des citoyens de cette nation, et non celles de conseillers étrangers, et certainement pas celles de créanciers et de bailleurs de fonds.

Cette approche «chéquier» du développement confond compassion et générosité avec une sur-responsabilité pour les êtres humains. Explicitement ou implicitement, le donneur leur dit comment faire fonctionner leur pays, et ce processus, sans le vouloir, peut priver les citoyens des pays émergents de leur bien les plus précieux - la dignité et l'autonomie.


Michael Fairbanks est le co-fondateur de la OTF Group, et le SEVEN FUND, qui accorde des bourses pour les solutions d'entreprise à la pauvreté.

 

**************************************

NON. En fait, après cinquante ans de tentatives et 600 milliards de dollars d'aide, avec une hausse presque nulle du niveau de vie en Afrique, je peux défendre la réponse «non» de manière assez ferme. Les avocats de l'aide parlent des solutions peu coûteuses comme les sels de réhydratation orale à 10-cents qui permettraient de sauver un bébé mourant de maladies diarrhéiques, le médicament contre le paludisme à 12-cents qui sauve quelqu'un atteint du paludisme ou les moustiquaires à 5 $ qui les empêchent de contracter le paludisme en premier lieu. Pourtant, malgré l’afflux de l'argent de l'aide, deux millions de bébés sont encore morts de maladies diarrhéiques en 2009, plus d'un million sont encore morts du paludisme, et la plupart des victimes potentielles du paludisme ne dorment toujours pas sous des moustiquaires.

De toute évidence, l'argent seul ne résout pas les problèmes. Ce qu’il faut au contraire, ce sont des entrepreneurs dans les domaines économiques, social et politique qui soient responsables, par exemple, de s’assurer que les médicaments arrivent aux victimes, plutôt que des slogans magnifiques pour des solutions administratives qui ne sont que des véhicules publicitaires servant à augmenter encore plus l'argent levé pour des bureaucraties de l’aide inefficaces. Les entrepreneurs seraient responsables des résultats, contrairement aux bureaucrates de l'aide et aux politiciens des pays riches qui font des promesses dont personne ne les tient pour responsables.


Quant à faciliter le développement en Afrique, la libre entreprise est le véhicule qui a fait ses preuves pour échapper à la pauvreté partout ailleurs (voir la Chine et l'Inde plus récemment) et il est tout simplement condescendant de prétendre que cela ne fonctionnera pas en Afrique. L'espoir de l'Afrique vient davantage de quelqu'un qui, comme l’homme d’affaires Alieu Conteh, a lancé avec grand succès en plein chaos de la guerre civile, une entreprise de téléphones cellulaires en République démocratique du Congo, que de célébrités défendant l’aide comme Bono. Les Africains sont loin d’être condamnés à demeurer les pupilles impuissantes de riches donateurs : les libertés économiques et politiques du cru permettront aux Africains eux-mêmes de résoudre leurs propres problèmes.

William Easterly est professeur d'économie à l'Université de New York, conjointement avec Africa House, et co-directeur de l'Institut de recherches pour le développement à NYU. Il est également membre non-résident du Center for Global Development à Washington, DC.

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ARGENT PEUT--IL RESOUDRE LE PROBLEME DU SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE ??? EN PDF 13 PAGES

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum