" IMPERIAL AGENDA ON THE US'S'AFRICA COMAND(AFRICOM) ON DAN GLAZEBROOK - THE GUARDIAN NEWSPAPER "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

" IMPERIAL AGENDA ON THE US'S'AFRICA COMAND(AFRICOM) ON DAN GLAZEBROOK - THE GUARDIAN NEWSPAPER "

Message  Cavalier le 25/5/2014, 4:15 am


Voici Un Article Sur AFRI-CON Redige par Le Journaliste DAN GLAZEBROOK des Journaux " The Guardian, Morningstar & The Independent "

EXCELLENTE LECTURE..MJE SAIS QUE C'EST ENGLAIS...MAIS IL EXISTE AU MOINS UN DES SES NOMBREUX ARTICLES EN FRANCAIS...J T'ATTACHERAIS DE LE POSTER DES DEMAIN...JUST BARE WITH ME... Idea 

03:03:48


imperial agenda of the US's 'Africa Command' marches on
Dan Glazebrook
98 comments





With mission accomplished in Libya, Africom now has few obstacles to its military ambitions on the continent




An anti-Gaddafi fighter walk in a village outside Sirte
The Libyan conflict of 2011 was 'the first war actually commanded by Africom'. Photograph: Goran Tomasevic/REUTERS

Thursday 14 June 2012 12.03 BST











"The less they see of us, the less they will dislike us." So remarked Frederick Roberts, British general during the Anglo-Afghan war of 1878-80, ushering in a policy of co-opting Afghan leaders to control their people on the empire's behalf.

"Indirect rule", as it was called, was long considered the linchpin of British imperial success, and huge swaths of that empire were conquered, not by British soldiers, but by soldiers recruited elsewhere in the empire. It was always hoped that the dirty work of imperial control could be conducted without spilling too much white man's blood.

It is a lesson that has been re-learned in recent years. The ever-rising western body counts in Iraq and Afghanistan have reminded politicians that colonial wars in which their own soldiers are killed do not win them popularity at home. The hope in both cases is that US and British soldiers can be safely extricated, leaving a proxy force of allies to kill opponents of the new regime on our behalf.

And so too in Africa.

To reassert its waning influence on the continent in the face of growing Chinese investment, the US established Africom – the "Africa Command" of the US military – in October 2008. Africom co-ordinates all US military activity in Africa and, according to its mission statement, "contributes to increasing security and stability in Africa – allowing African states and regional organizations to promote democracy, to expand development, to provide for their common defense, and to better serve their people".




Advertisement



However, in more unguarded moments, officials have been more straightforward: Vice Admiral Robert Moeller declared in a conference in 2008 that Africom was about preserving "the free flow of natural resources from Africa to the global market", and two years later, in a piece in Foreign policy magazine, wrote: "Let there be no mistake. Africom's job is to protect American lives and promote American interests." Through this body, western powers are resorting to the use of military power to win back the leverage once attained through financial monopoly.

The small number of US personnel actually working for Africom – approximately 2,000 – belies both the ambition of the project and the threat it poses to genuine African independence. The idea, once again, is that it will not be US or European forces fighting and dying for western interests in the coming colonial wars against Africa, but Africans. The US soldiers employed by Africom are not there to fight, but to direct; the great hope is that the African Union's forces can be subordinated to a chain of command headed by Africom.

Libya was a test case. The first war actually commanded by Africom, it proved remarkably successful – a significant regional power was destroyed without the loss of a single US or European soldier. But the significance of this war for Africom went much deeper than that for, in taking out Muammar Gaddafi, Africom had actually eliminated the project's fiercest adversary.




Advertisement



Gaddafi ended his political life as a dedicated pan-Africanist and, whatever one thought of the man, it is clear that his vision for African was very different from that of the subordinate supplier of cheap labour and raw materials that Africom was created to maintain. He was not only the driving force behind the creation of the African Union in 2002, but had also served as its elected head, and made Libya its biggest financial donor. To the dismay of some of his African colleagues, he used his time as leader to push for a "United States of Africa", with a single currency, single army and single passport. More concretely, Gaddafi's Libya had an estimated $150bn worth of investment in Africa – often in social infrastructure and development projects, and this largesse bought him many friends, particularly in the smaller nations. As long as Gaddafi retained this level of influence in Africa, Africom was going to founder.

Since his removal, however, the organisation has been rolling full steam ahead. It is no coincidence that within months of the fall of Tripoli – and in the same month as Gaddafi's execution – President Obama announced the deployment of 100 US special forces to four different African countries, including Uganda. Ostensibly to aid the "hunt for Joseph Kony", they are instead training Africans to fight the US's proxy war in Somalia – where 2,000 more Ugandan soldiers had been sent the previous month.


Fourteen major joint military exercises between Africom and African states are also due to take place this year; and a recent press release from the Africa Partnership Station – Africom's naval training programme – explained that 2013's operations will be moving "away from a training-intensive program" and into the field of "real-world operations".

This is a far cry from the Africa of 2007, which refused to allow Africom a base on African soil, forcing it to establish its headquarters in Stuttgart, Germany. Gaddafi's Libya had served not only as a bulwark against US military designs on the continent, but also as a crucial bridge between black Africa south of the Sahara and Arab Africa in the north. The racism of the new Nato-installed Libyan regime, currently supporting what amounts to a nationwide pogrom against the country's black population, serves to tear down this bridge and push back the prospects for African unity still further.

With Africom on the march and its strongest opponent gone, the African Union now faces the biggest choice in its history: is it to become a force for regional integration and independence, or merely a conduit for continued western military aggression against the continent?

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: " IMPERIAL AGENDA ON THE US'S'AFRICA COMAND(AFRICOM) ON DAN GLAZEBROOK - THE GUARDIAN NEWSPAPER "

Message  Cavalier le 26/5/2014, 6:29 pm

Syrie : la pire crainte de l’Occident (AL-AHRAM )

Dan GLAZEBROOK


La stratégie était simple, claire et éprouvée. Elle avait été employée avec succès non seulement en Libye, mais aussi au Kosovo (en 1999), et avait été rapidement mise en oeuvre en Syrie. Voici ce qui était prévu : former des mercenaires pour lancer des provocations armées ; qualifier la riposte du gouvernement de génocide ; forcer la main du Conseil de Sécurité de l’ONU pour admettre « qu’il fallait faire quelque chose » ; écraser l’armée et toute forme de résistance avec des bombes à fragmentation et des missiles Hellfire ; et finalement instaurer un gouvernement faible et servile qui signerait de nouveaux contrats et alliances rédigés à Londres, Paris et Washington, tandis que le pays s’entre-déchirait.

Le résultat prévu était d’arracher le coeur de « l’axe de résistance » entre l’Iran, la Syrie et le Hezbollah, pour isoler l’Iran et laisser les mains libres à l’Occident pour attaquer l’Iran sans crainte de répercussions régionales.

Voilà ce qui avait était prévu pour la Syrie, et planifié depuis des années dans des hauts comités des ministères de la défense et des services de renseignement US, britanniques et français. Mais contrairement à la Libye, cette fois le plan n’a pas fonctionné.

D’abord, il y a eu le veto russe et chinois contre la résolution sur le « changement de régime » au Conseil de Sécurité en octobre 2011, suivi par un deuxième veto en février de cette année. Ce qui signifie que toute attaque de l’OTAN contre la Syrie ne pourrait pas se prévaloir de l’accord de l’ONU et serait perçu comme un acte d’agression unilatéral non seulement contre la Syrie mais potentiellement contre la Chine et la Russie aussi.

Aussi vicieux et irresponsables qu’ils soient, même Cameron, Sarkozy et Obama n’ont pas nécessairement l’étoffe pour mener ce genre de bataille. Il ne restait plus alors qu’à confier la destruction de l’état syrien aux mercenaires de l’OTAN sur place, l’Armée Libre Syrienne » - un ramassis de milices locales et (de plus en plus) étrangères, en majorité des extrémistes salafistes, avec une poignée de déserteurs ainsi que des forces spéciales occidentales.

Mais cette armée n’avait pas été créée pour abattre l’état syrien, une tâche qui était censée revenir à l’OTAN. Comme en Libye, le rôle des milices était simplement de provoquer des représailles de l’état afin de justifier une guerre éclair de l’OTAN. Sans aide extérieure, ces forces n’ont aucune chance de remporter une victoire militaire, chose que beaucoup d’opposants ont réalisée.

« Nous ne croyons pas que l’Armée Libre Syrienne puisse aider la révolution syrienne » a récemment déclaré le dirigeant du mouvement interne de la résistance syrienne, Haitham Al-Manna. « Il n’y a pas d’exemple d’une lutte armée victorieuse contre un régime dictatorial. » Bien sûr, on pourrait lui citer Cuba ou le Vietnam du sud, et beaucoup d’autres, mais ce qui est certainement vrai est que la lutte armée seule n’a jamais réussi lorsque le gouvernement est la seule partie en présence à bénéficier d’un soutien significatif auprès de la population, comme c’est le cas en Syrie.

La réalité s’est brutalement imposée au début du mois de mars lors de la bataille décisive autour du quartier Baba Amr dans la ville de Homs. On disait que c’était le fief de l’Armée Libre Syrienne, où elle a pourtant été encerclée et défaite, annonçant d’autres défaites similaires dans les zones qu’elle contrôlait encore. Les groupes d’opposition prennent conscience que leur meilleure chance pour obtenir un changement significatif n’est pas par les armes, un combat où ils ont toutes les chances de perdre et par la même occasion de se faire tuer et aussi de perdre leur soutien et crédibilité, mais par la voie de négociations et de la participation au processus de réformes et de dialogue que le gouvernement a offerts.

Une telle perspective - la fin de la guerre civile et une paix négociée qui aboutirait à des réformes politiques sans déstabiliser le pays - a provoqué une certaine fébrilité chez les puissances impérialistes. Malgré leurs affirmations contraires, la dernière choses qu’elles veulent est une Syrie stabilisée car cela permettrait à la Syrie de demeurer un état fort, indépendant et anti-impérialiste - exactement le contraire du résultat recherché.

Ainsi, quelques jours après le plan de paix de Kofi Annan à la fin du mois de mars qui avait été positivement accueillie des deux côtés, les puissances impérialistes ont ouvertement promis, pour la première fois, des millions de dollars à l’Armée Libre Syrienne : en matériel militaire, pour payer ses soldats, et pour verser des pots de vin aux forces gouvernementales pour provoquer des désertions. En d’autres termes, terrifiées à l’idée de voir la guerre civile en Syrie s’éteindre, elles cherchent à l’institutionnaliser. Si la possibilité de provoquer un changement violent de régime semble s’éloigner, il leur reste l’espoir d’affaiblir le pays et de le mettre à genoux en l’obligeant à dépenser son énergie dans une guerre civile.

Au risque de faire apparaître le Conseil National Syrien comme étant encore plus en dehors des réalités et déconnecté des Syriens ordinaires qu’elle ne l’est déjà , les soutiens occidentaux de l’organisation ont augmenté la pression pour lui imposer cette stratégie, en allant jusqu’à lancer ouvertement des appels aux dirigeants du CNS en faveur d’un armement à grande échelle de la rébellion et d’un bombardement aérien par l’Occident.

Ce qui a provoqué de très grosses tensions au sein de l’organisation et trois de ses membres dirigeants viennent de la quitter le mois dernier parce qu’ils refusent d’être « les complices d’un massacre du peuple syrien par des manoeuvres, des mensonges et la monopolisation des prises de décision. » Le CNS, selon un des trois, Kamal Al-Labwani, est « soumis à des objectifs de l’étranger qui visent à prolonger la bataille en attendant... que le pays soit entraîné dans une guerre civile. »

Ce mois-ci, un des rares dirigeants du CNS à être actuellement basé en Syrie, Riad Truk, a appelé l’opposition à accepter le dialogue avec le gouvernement - un appel qui n’a pas été relayé par ses collègues à l’étranger. De même, le principal groupe d’opposition pacifique en Syrie - le Comité de Coordination Nationale - a quitté le CNS à cause de son rôle de plus en plus agressif et de porte-parole des puissances étrangères.

Le dirigeant du CCN, Al-Manma, s’en est récemment pris à l’Armée Libre Syrienne en déclarant « la militarisation de la révolution syrienne signifie la mort de la révolution interne... Nous savons que le gouvernement turc joue un rôle important dans les décisions politiques de l’Armée Libre Syrienne. Nous ne croyons pas qu’un groupe armé puisse être basé sur le territoire turc tout en restant indépendant des décisions turques. »

Il y a donc cette idée qui fait son chemin, y compris au sein du mouvement d’opposition syrien lui-même, que l’Armée Libre Syrienne ainsi que le Conseil National Syrien sont tous deux au service des intérêts de puissances étrangères qui cherchent à prolonger une guerre civile inutile.

Les politiciens occidentaux jouent à un jeu dangereux. A part une attaque par l’OTAN, leur meilleure option pour déstabiliser et neutraliser la Syrie est de faire échouer tout cessez-le-feu et prolonger les combats. Dans cette optique, ils sont en train d’encourager les milices mercenaires de multiplier les provocations : le but des déclarations du Secrétaire d’Etat US Hillary Clinton et du Ministre des Affaires Etrangères français Alain Juppé sur « d’autres mesures » encore envisageables est de préserver dans l’esprit des rebelles l’idée qu’une attaque de l’OTAN est encore possible et de les encourager à poursuivre les combats.

De fait, beaucoup de nouveaux combattants ont été acheminés dans le pays au cours des dernières semaines, selon le Washington Post, et ils ont lancé des attaques à la bombe dévastatrices à Damas et Aleppo. L’ambassadeur US en Syrie Robert Ford est un protégé de John Negroponte, qui a organisé les escadrons de morts pour déstabiliser le Nicaragua dans les années 80 (et qui fut aussi ambassadeur US en Irak - et qui dirige encore aux dernières nouvelles la NSA, l’agence qui chapeaute tous les services secrets US - NdT) ; il est très probable qu’il ait organisé des groupes similaires en Syrie et pour les mêmes objectifs lorsqu’il était encore en poste l’année dernière.

Néanmoins, le programme de déstabilisation ne se passe pas comme prévu. L’opposition interne en Syrie devient de plus en plus frustrée devant le cours des événements, et une scission fait jour entre ceux qui sont basés à l’étranger, contents de voir la Syrie condamnée à la destruction pour la plus grande satisfaction de leurs bailleurs de fonds et de leurs carrières, et ceux qui ont à subir les conséquences.

Les attaques irresponsables lancées par les milices armées les coupent de plus de plus de ceux qui avaient une certaine sympathie pour eux, surtout depuis que les dirigeants à l’étranger se révèlent de plus en plus pour ce qu’ils sont. Ayant montré leur incapacité à libérer et occuper un territoire, ces milices se livrent à des tactiques de guérilla. Mais la guérilla, comme l’a dit Mao, est comme un poisson qui ne peut survivre que dans l’eau du soutien populaire. Et l’eau est en train de s’évaporer rapidement.


Dan Glazebrook

http://weekly.ahram.org.eg/2012/1096/op8.htm

Traduction "John Negroponte, Robert Ford... année après année, d’un continent à l’autre, on retrouve les mêmes fils de p..." par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles.

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum