30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Imperium le 1/7/2014, 11:23 pm

Sergeant Troll de la garde civile: Tu trouves comment cette nouvelle armee de la Rep.Dem.du Congo? Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy 


Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Jim KK le 2/7/2014, 8:25 am

Petit à petit l´oiseau fait son nid.

Qui veut la paix prépare la guerre.

La RDC va bientôt imposer le respect.

Mapinga ezali !!!!!


        


Imperium a écrit:Sergeant Troll de la garde civile: Tu trouves comment cette nouvelle armee de la Rep.Dem.du Congo? Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy 


Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Arafat le 2/7/2014, 9:09 am

C´est bien cette parade mais on est loin, très loin même d´une démonstration. Elles sont où nos forces aériennes? Mis à part quelques hélicoptères, je n´ai vu aucun avion de chasse.  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  NgongaEbeti le 3/7/2014, 6:00 am

Arafat a écrit:C´est bien cette parade mais on est loin, très loin même d´une démonstration. Elles sont où nos forces aériennes? Mis à part quelques hélicoptères, je n´ai vu aucun avion de chasse.  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad 

Cher Arafat,

Au défilé il y a eu 4 Su-25 qui ont survolé la ville. On peut meme les voire sur la vidéo ci-haut, si je ne me trompe pas lorsque les chars de combats passent ou bien avec les "orgues de Staline". Les FARDC possèdent des avions de chasse depuis plusieures années deja et ils sont meme opérationels a l'Est.

Tout ce que nous avons vu lors de ce défilé a été acquis pendant les années Kabila (père et fils) car les FAZ n'avaient presque rien comme équipements militaires performants en 1997 lors de leur défaite.

Et après ca il y a des gens qui osent traiter Joseph Kabila de traitrise! Quelle audace surtout lorsque nous savons que pendant la majeur partie de ce temps le Congo était sous embargo militaire!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  NgongaEbeti le 3/7/2014, 6:11 am

Jim KK a écrit:Petit à petit l´oiseau fait son nid.

Qui veut la paix prépare la guerre.

La RDC va bientôt imposer le respect.

Mapinga ezali !!!!!


        


Imperium a écrit:Sergeant Troll de la garde civile: Tu trouves comment cette nouvelle armee de la Rep.Dem.du Congo? Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy 



Impérium et JMKK,

Voila des images qui donnent des cauchemars aux pourfendeurs de Joseph Kabila et des patriotes comme nous qui le soutiennent. Voila ce que la RDC a pu acquérir sous les Kabila dans un environnement économique extremement défavorable, en pleine guerre d'agression et surtout SOUS EMBARGO MILITAIRE!!!!!! Bien entendu, tout cela est acquis SANS DETTE contrairement a Mobutu qui ne nous a laissé aucune armée et surtout RIEN en tant qu'équipement mais plein de DETTES dont pres de 2 MILLIARDS DE DOLLARS AMERICAINS de dettes auprès du seul PENTAGON!!!!
Cette dette, bien entendu n'a été éffacée qu'apres de dures sacrifices par Joseph Kabila, encore lui.

Et des personnes qui se disent normales et saines d'esprit continuent de traiter Joseph Kabila de traitre!!!! Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked 

Et ce sont les même qui postent des articles pour "dénoncer" les acquisitions en matériels militaires du gouvernement!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 3/7/2014, 6:56 pm

Mr IMPERIUM

Troll a un master en neurologie....mais ses recherches dans les technologies de la défense..indiquent que la RDC peut faire face actuellement avec n´importe quel pays voisin (y compris l´Angola)..Selon la revue DSI publiée en France, la RDC a importée très recement pres de 54 chars T-62 d´Ukraine Cool Cool ..Avec 54 chars lourds, la RDC peut tout simplement entrer par exemple au Rwanda et dans moins d´une semaine, tout le territoire Rwandais serait sous contrôle des FARDC.

QUESTIONS

La force aérienne est toujours en panne.. Razz Les Su-25 ont un rayon d´action très limités Embarassed Embarassed et ne font pas le poids face aux Su-27 que possedent l´Angola et l´Ouganda Embarassed Embarassed 

La technologie des drones..très necessaire traine encore quand l´Afrique du Sud peut facilement exporter cette technologie au Congo..

Le vrai problème de l armée au Congo...même après le départ de Joé Kanambe est la construction des bases militaires á l´Est Exclamation Tant que la RDC ne va pas penser construire des nouvelles bases militaires modernes afin d´ameliorer l´aspect social des membres des FARDC....défendre l´Est..sera toujours difficile Embarassed 

ACTUALITE ?

Ceux qui traitent Kanambe de "traitre" ont sans doute raison..Très recement, l´armée Rwandaise a assassinée 5 membres des FARDC..silence totale de la part du "commandant Suprême"..Alors que dans un pays comme la France, chaque fois que les militaires meurent, le Président de deplace lui même pour leur rendre honneur..toujours..

Ces chars et ces avions seront-ils enfin utilisés contre les "Bakata Katanga" lol!   

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  philippe le 4/7/2014, 1:48 am

La RDC peut faire face militairement à n’importe quel pays voisin, y compris l’Angola…. Allons Sir Troll, vous me décevez la ! D’abord, il y’a lieu de se poser la question sur ce que valent 54 chars d’assaut T 62 pour un aussi grand pays comme la RDC ? Ensuite, il sied également de se demander si les capacités opérationnelles d’une armée se mesurent principalement en termes d’acquisition de matériels militaires – chars lourds, avions de combat, blindés légers ect…
Concernant la première question, à mon humble avis, 54 chars c’est un peu limité pour un pays vaste comme la RDC qui doit se défendre valablement face aux agressions extérieures. Aussi, le char T 62 est un exemplaire désuet dont l’efficacité sur le terrain est sujette à caution. Des pays comme l’Angola et l’Ouganda possèdent des chars plus performants, comme le T 72 ou le T 90 par exemple.
Concernant la seconde question, mon opinion est que la force militaire d’un pays dépend avant tout du moral et du degré d’entrainement de troupes, de la compétence du commandement militaire (planifications des opérations), de la qualité du renseignement ainsi que de la fiabilité de la chaine logistique.
Certes, l’acquisition de matériels militaires sophistiqués ainsi que l’éclosion de technologies militaires sont des atouts précieux et indispensables pour atteindre des capacités militaires appréciables. Cependant, il demeure vrai qu’aucune armée au monde ne peut espérer engranger des victoires militaires sans disposer de combattants aguerris, motivés et disciplinés, d’ un commandement compètent et plus généralement, d’ une bonne organisation englobant les renseignements et la logistique.
En guise de preuve, en dépit des efforts importants consentis par les Etats Unis pour équiper l’armée Iraquienne en matériel militaire, les soldats de cette armée – lassés par plusieurs mois de combats ponctués par des lacunes logistiques, un déficit de compétence du commandement, et le tout sur fond de purges des officiers sunnites jugés peu loyal au gouvernement pro-Chiite du premier ministre Nouri al Maliki – ont décroché leur positions dans le nord du pays, abandonnant derrière eux une quantité considérable d’armes, de chars lourds, de blindés légers et autres équipements militaires…. à la portée des rebelles sunnites alliés aux extrémistes de l’armée Islamique en Iraq et au Levant.
Pour revenir au cas de la RDC, il est important de souligner ici que notre pays ne dispose pas encore d’une armée capable d’opérer de manière autonome. Autrement dit, l’armée congolaise ne peut mener des opérations d’envergures sans l’appui tactique et logistique de la Monusco. Et encore, il faudrait que les militaires congolais soient payés pour avoir le moral haut. Il faudra beaucoup de volonté, de compétence mais aussi de moyens financiers pour doter le Congo d’une armée capable de défendre l’intégrité du territoire national. La réforme des forces armées demeure un sentier entier et le prochain président devra s’y atteler avec diligence.

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 4/7/2014, 6:15 pm

Surprised Very Happy ..TECHNOLOGIE MILITAIRE....LE CAS DU CHAR T-64BV-1

Nous informons les lecteurs que la RDC est le premier pays vers lequel l´Ukraine exporte..pour la première fois les chars T 64 BV-1 Idea 

La source de cette info est la suivante: http://www.armyrecognition.com/february_2014_global_defense_securuty_news_uk

L´autre source est la revue Défense & Sécurité Internationale numéro 102 . Avril 2014 page 26 Idea 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  NgongaEbeti le 4/7/2014, 6:42 pm

philippe a écrit:La RDC peut faire face militairement à n’importe quel pays voisin, y compris l’Angola…. Allons Sir Troll, vous me décevez la ! D’abord, il y’a lieu de se poser la question sur ce que valent 54 chars d’assaut T 62  pour un aussi grand pays comme la RDC ? Ensuite, il sied également de se demander si les capacités opérationnelles d’une armée se mesurent principalement en termes d’acquisition de matériels militaires – chars lourds, avions de combat, blindés légers ect…  
Concernant la première question, à mon humble avis, 54 chars c’est un peu limité pour un pays  vaste comme la RDC qui doit se défendre valablement face aux agressions extérieures. Aussi, le char T 62 est un exemplaire désuet dont l’efficacité sur le terrain est sujette à caution.  Des pays comme l’Angola et l’Ouganda possèdent des chars plus performants, comme le T 72 ou le T 90 par exemple.
Concernant la seconde question, mon opinion est que la force militaire d’un pays dépend avant tout  du moral et du degré d’entrainement de troupes, de la compétence du commandement militaire (planifications des opérations), de la qualité du renseignement  ainsi que de la fiabilité de la chaine logistique.  
Certes,  l’acquisition de matériels militaires sophistiqués ainsi que l’éclosion de technologies militaires sont des atouts précieux et  indispensables pour atteindre des capacités militaires appréciables. Cependant,  il demeure vrai qu’aucune armée au monde ne peut espérer engranger des victoires militaires sans disposer de combattants aguerris, motivés et disciplinés, d’ un commandement compètent et plus généralement, d’ une bonne organisation englobant les renseignements et la logistique.
En guise de preuve, en dépit des efforts importants consentis par les Etats Unis pour équiper l’armée Iraquienne en matériel militaire, les soldats de cette armée – lassés par plusieurs mois de combats ponctués par des lacunes logistiques, un déficit de compétence du commandement, et le tout sur fond de purges des officiers sunnites jugés peu loyal au gouvernement pro-Chiite du premier ministre Nouri al Maliki – ont décroché leur positions dans le nord du pays, abandonnant derrière eux une quantité considérable d’armes, de chars lourds, de blindés légers et autres équipements militaires….  à la portée des rebelles sunnites alliés aux extrémistes de l’armée Islamique en Iraq et au Levant.        
Pour revenir au cas de la RDC, il est important de souligner ici que notre pays ne dispose pas encore d’une armée capable  d’opérer de manière autonome. Autrement dit, l’armée congolaise ne peut mener des opérations d’envergures sans l’appui tactique et logistique de la Monusco. Et encore, il faudrait que les militaires congolais soient payés pour avoir le moral haut.  Il faudra beaucoup de volonté, de compétence mais aussi de moyens financiers pour doter le Congo d’une armée capable de défendre  l’intégrité du territoire national. La réforme des forces armées demeure un sentier entier et le prochain président devra s’y atteler avec diligence.

Tres bonne analyse, tres bien argumentée, logique et rationelle.

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  NgongaEbeti le 4/7/2014, 6:43 pm

Troll a écrit:Surprised Very Happy ..TECHNOLOGIE MILITAIRE....LE CAS DU CHAR  T-64BV-1

Nous informons les lecteurs que la RDC est le premier pays vers lequel l´Ukraine exporte..pour la première fois les chars T 64 BV-1 Idea 

La source de cette info est la suivante: http://www.armyrecognition.com/february_2014_global_defense_securuty_news_uk

L´autre source est la revue Défense & Sécurité Internationale numéro 102 . Avril 2014 page  26 Idea 

Troll,

Malheureusement votre lien ne fonctionne pas, essayez de le revoir svp.

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 4/7/2014, 8:34 pm

Try again...

http//:www.armyrecognition.com/february_2014_global_defense_security_news_uk

Ou tout simplement sur www.google.fr Tapez T 64BV-1 et recherchez l´info que livre ce site..J´ai devant moi le dernier numero de la revue DSI qu´on trouve dans les kioskes en France et en Belgique..qui confirme cette information.

la version du T 64BV-1 exportée au Congo depasse les capacités du T 72M..dont l´Ukraine avait exporté 100 exemplaires au Congo..ainsi que 30 T 55 (Selon www.armyrecognition.com  Embarassed 

Ainsi, la RDC possede 100 T 72M et 50 T 64BV-1..en plus de 50 T 55 Embarassed Embarassed Une puissance de feu respectable..
Soulignons que la cooperation militaire avec l´Afrique du Sud ameliore certainement les capacités des congolais á mieux utiliser ces chars..comme nous l´avons observés lors des recentes operations contre le M23 au Kivu..ou mis á part le BM 21, les chars T 72M étaient le vecteur de pointe pour "multiplier les forces des FARDC"..

Á suivre..
NB..Troll étudie ces importations des chars á long terme..Ce que toutes les versions de ces chars peuvent subir des modifications á long terme comme l´Egypte, Israel ect ont pu modifier ces chars (nous y reviendrons) Idea Idea
Ce que nous ne devons pas limiter ces réflexions sur le temps de Kanambe comme Président ..mais nous projetter vers le futur prochain quand la RDC doit booster sa défense Idea Razz Razz

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 4/7/2014, 8:38 pm

Tips

Sur le site www.armyrecognition.com allez sur "Search" et tapez Congo ou RD Congo...

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  KOKO W. CANADIEN le 4/7/2014, 9:26 pm



http://www.armyrecognition.com/february_2014_global_defense_security_news_uk/ukraine_to_supply_a_total_of_50_t-64bv1_main_battle_tanks_to_democratic_republic_of_congo_1302143.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  philippe le 4/7/2014, 10:04 pm


Si je vous comprends bien, Sir Troll, l'Ukraine a livre a la RDC une version amelioree du char T 64: le T 64 BV 1. Si ce char est reellement plus performant que l'exemplaire T 72, alors c'est une bonne affaire pour le Congo. Mais je demeure quelque peu reserve, compte tenu du fait que la RDC s'est procure 50 exemplaires du T 64 BV1 a seulement 11.5 millions de dollar.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  ndonzwau le 5/7/2014, 1:59 am

Désolé d'intervenir sur ce sujet dont les cocoricos pour moi trop surfaits et même quelque peu idiots m'avaient enlevé tout intérêt : à part le juste commentaire de notre ami Philippe, je n'y trouvais pas ma place mais en le relisant, je ne me suis plus empêche d'en dire un mot pour revenir sur ce qui me semble essentiel, le manque des moyens n'est pas la cause de nos déboires mais la conséquence, le fondement de tout chez nous c'est bien un déficit d'un leadership global, cohérent, responsable !
En effet, vous avez dit "Démonstration de force", mais envers qui ?
Envers des ennemis externes "illusoires" ou des adversaires internes "réels" ?


Le 30 juin, c’est l’anniversaire de notre pays à l’accession à l’indépendance; perso cela me rappelle des souvenirs précis de mon enfance mais c’est aussi l’anniversaire de naissance de mon fils aîné qui est en séjour pour le moment au pays… Je l’ai appelé bien sûr exprès lundi et au décours de notre conversation je lui ai demandé des nouvelles de la "fête nationale" !
Aussi curieux que cela puisse paraître, (il s'occupe moins de politique que de gouvernance en général !) sa réponse m’en a donné un bon coup à la "dialectique" politique ! C’est bien paradoxal?  m’a-t-il confié; j’ai été invité à assister au défilé (il était à Matadi) mais tu sais bien, papa, ce n’est pas mon genre mais n’empêche que j’ai été décontenancé par certaines réactions; à la maison, où on était réuni nombreux, on suivait la retransmission du défilé de Kinshasa mais je trouvais que cela ne rendait pas aussi fier tout le monde, la parade militaire était diversement appréciée…
Un groupe composé surtout de plus jeunes s’en "foutait" presque et se moquait même des militaires qui étaient en blanc dont certains pas étaient plus gauches plutôt que fermes...
Un autre surtout comprenant des gens plus mûrs était plus inquiet que rassuré en y voyant une démonstration de force interne qu’externe, "JK", disaient-ils, n’a jamais gagné aucune guerre contre les voisins à l'Est et même quelque part envers l'Angola, sa seule victoire c'est contre ses opposants, la population contestataire (des civils) d'où un bilan sécuritaire interne général plutôt inquiétant pour le peuple et le pays, on n'aurait pas besoin de la Monusco sinon et malgré ça elle ne peut pas être partout et là où elle est moins présente, les trouble-fêtes font ce qu'ils veulent…
Un dernier groupe composé des gens entre deux âges (à Matadi, ma famille "est au pouvoir " kiekiekieee…  Laughing) surtout parmi les tontons et tantines y trouvait des raisons d’inquiéter le ennemis externes et de rassurer le pays…
Voilà !

Bref, son sentiment est que force militaire ou pas, les Congolais ne semblent pas convaincus que le pouvoir réponde concrètement à leurs préoccupations quotidiennes, donc les plus essentielles pour eux et pour nous tous bien sûr !  
Ma réflexion finale, je vous l’avoue, en a pris un pli différent, disais-je : si le constat de mon fils confirmait davantage mes inquiétudes sur le projet immédiat de "JK" ? Càd démontrer à ses risques et périls non pas aux voisins (qui n'ont dans le fond moins intérêt à le voir remplacé par un moins "docile" n'en déplaise l'aveuglement déroutant de notre Ngonga National et les applaudissements cupides ci-dessous...) mais à la CI qui le pousse dehors et avec qui il continue son bras de fer et au pays (et ses opposants bien sûr) un peu comme a dit quelqu’un pour dire : "je suis, j’y reste et surtout j’ai de quoi obtenir de rester malgré toutes vos  pressions" ?

De là à confirmer ce sentiment présent chez pas mal Congolais que cette exhibition militaire est davantage une menace qu'une sécurité ?
A chacun d’y répondre mais perso je ne touche pas à mon constat déjà ancien mais encore renouvelé selon lequel au delà de la force technique réelle ou supposée qui intéresse nos "experts militaires" comme je le lis ici, ma religion reste la même : ce n’est pas parce que nous ne pouvions pas gagner logistiquement que nous n’avons pas pu ou à peine jusque là, mais bien parce que ce pouvoir ne l’a pas voulu, a refusé de s’en donner tous les moyens et donc à son armée !



"Kinshasa : Défilé militaire inédit pour la fête de l’Indépendance
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9053
  
"Joseph Kabila" sur son véhicule de "commandement"

Les forces armées de la (FARDC) ont organisé un défilé militaire inédit lundi 30 juin à Kinshasa à l’occasion de la fête de l’Indépendance du pays.
Le traditionnel défilé de civils et de troupes à pied du 30 juin à cédé la place cette année à une parade exclusivement militaire et policière, terrestre et aérienne, avec beaucoup de matériels de conception soviétique, selon les images diffusées par la télévision publique.
 

Plusieurs dizaines de chars de combats T-55 et T-72 ont remonté le boulevard Triomphal devant la tribune présidentielle installée en face du Parlement, précédant les "orgues de Staline" (lance-roquettes multiples), obusiers ou autres canons automoteurs de différents calibres. Au-dessus de la parade, deux avions de transport militaire Antonov An-26, quatre hélicoptères d’attaque Mi-24 et quatre avions de combat Sukhoï Su-25 ont fait plusieurs passages.
Cette démonstration de force intervient après des accrochages, les 11 et 12 juin, entre troupes rwandaises et congolaises à la frontière RDC-Rwanda au cours desquels cinq militaires congolais ont été tués. Le président congolais Joseph Kabila avait placé dimanche les cérémonies du 30 juin sous le signe d’"un hommage vibrant et solennel" aux FARDC pour leurs récentes victoires dans l’Est du pays. 

Longtemps réputée pour son indiscipline et son inefficacité, l’armée congolaise a défait en novembre, avec le soutien de l’ONU, la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23), remportant ainsi sa première victoire depuis l’accession à l’indépendance de l’ancien Congo belge, le 30 juin 1960. 
Depuis le début de l’année, les FARDC ont enregistré des succès importants dans leur lutte contre d’autres groupes armés dans l’est, comme les rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF). La pacification est cependant encore loin d’être achevée, et des dizaines de milices continuent de sévir dans de nombreuses zones de la moitié est du pays. 

Dans ses efforts pour se doter d’une armée moderne et professionnelle, la RDC bénéficie de l’appui de l’Union européenne par le biais de son programme de conseil et d’assistance EUSEC. L’Afrique du Sud, la Belgique, la Chine, les Etats-Unis et la France contribuent par ailleurs activement à la formation des officiers, sous-officiers, et de plusieurs unités."



"Fête de l’indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa
° http://radiookapi.net/actualite/2014/06/30/30-juin-des-milliers-de-militaires-policiers-ont-defile-kinshasa/


Défilé militaire des forces armées de la République Démocratique du Congo le 30/06/2014 sur le boulevard Triomphal devant le Palais du peuple à Kinshasa, lors de la célébration de 54em anniversaire du Congo.

Des milliers de militaires et policiers ont défilé lundi 30 juin sur le boulevard Triomphal, à Kinshasa, dans le cadre du 54e anniversaire de l’indépendance de la RDC, en présence de nombreuses personnalités du pays dont le chef de l’Etat, Joseph Kabila. Ces hommes et femmes en uniforme appartiennent à différentes unités des Forces armées de la RDC (FARDC), à savoir l’Etat-major général, les forces terrestres, aériennes et navales, la garde présidentielle ainsi que l’Académie militaire de Kananga.
Dans son adresse dimanche 29 juin à la nation, Joseph Kabila a placé cette fête de l’indépendance sous le signe d’un hommage vibrant rendu aux FARDC pour leur succès face aux rebelles du M23 et autres groupes armés dans l’Est de la RDC.


Le président de la République a, à cet effet, annoncé l’érection d’un monument en mémoire des soldats morts sur plusieurs fronts à travers le pays.
Un impressionnant arsenal militaire a défilé, notamment les autos-blindés, chars de combat et  les avions de transport des troupes sur le boulevard Triomphal.
Pour célébrer cette fête de l’indépendance, des défilés se sont organisés dans les chefs-lieux du pays.

Effets collatéraux

Plusieurs routes ont été barricadées (boulevard Sendwe, avenues de la Victoire, Ex-24 Novembre, Funa, Saïo…) pour préparer cette fête à Kinshasa et cela a paralysé la circulation routière. Les responsables des bus et taxi-bus ont gardé leurs véhicules à la maison et les Kinois ont marché à pieds. Quelques motos ont assuré le transport en commun. Et la course est passée de 500 FC (0,6 USD) à 1 000 Fc (1,1 USD).
La capitale a connu un dispositif sécuritaire impressionnant avec des blindés positionnés dans quelques carrefours de la ville.
«Je viens de loin depuis le centre-ville jusqu’à Gambela. Pas de transports et avec un ventre creux. Nous ne sommes pas contents mais la faute à notre pays qui est désorganisé. Ce sont les motos qui aident les gens pour le transport. Ils ont de bonnes recettes», a témoigné un Kinois.
Certains militaires ont profité de ce moment crucial pour rançonner la population civile. Les uns s’énervent, les autres s’en réjouissent.
A la veille de la fête de l’indépendance, un groupe de militaires en uniforme qui venait d’achever leur exercice sur le boulevard Triomphal avait cassé des vitres de véhicules privés sur leur passage."



"Kinshasa : «Joseph Kabila» fait la démonstration de «sa» force
 ° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9051

 
Des chars des Forces armées congolaises lors du défilé du 30 juin 2010

La commémoration du 54ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance est une aubaine pour «Joseph Kabila». Attaqué par ses opposants radicaux et la «communauté internationale», l’homme semble avoir trouvé l’occasion d’exhiber ses biceps. Pour certains analystes, c’est un «message fort» du genre « j’y suis, j’y reste! » que le locataire du Palais de la nation destine à ses critiques. Secrétaire national chargé des relations extérieures de l’UDPS, Félix Tshisekedi Tshilombo relative la portée de l’événement. 
Le Congo démocratique commémore, ce lundi 30 juin, le 54ème anniversaire de la proclamation de son indépendance. Des défilés militaires sont prévus dans les provinces «en vue de fêter ce grand événement», indique une dépêche de l’Agence congolaise de presse.


A Kinshasa, une parade militaire aura lieu à la «Place du Cinquantenaire», situé sur le boulevard Triomphal. Samedi 28 juin, des informations difficiles à vérifier en provenance de la capitale congolaise faisaient état d’une «présence anormale» des militaires à des endroits névralgiques de cette ville. 
Rumeurs ou pas, on apprenait également que des «soldats rwandais» auraient été aperçus dans plusieurs hôtels. « C’est le cas notamment de l’hôtel Venus », précisait un voyageur en provenance de Kin. « Des soldats et policiers multiplient les derniers entrainements en prévision du défilé qui se déroulera sur ce boulevard », précise, pour sa part, la dépêche de l’ACP. Ajoutant : «La tribune de la Place du Cinquantenaire est peinte en couleurs nationales : bleue, rouge et jaune et un tapis rouge est déjà déroulé devant l’endroit où le chef de l’Etat se mettra avec ses hôtes de marque ». De même, la Place du Cinquantenaire est quadrillée par des éléments de la garde prétorienne de «Joseph Kabila» dite «Garde républicaine».

L’ACP indique par ailleurs que le portrait de «Joseph Kabila» et ceux de ses trois prédécesseurs en l’occurrence Joseph Kasa Vubu, Mobutu Sese Seko et Laurent-Désiré Kabila sont déployés « en face de la tribune, du haut du Palais du peuple ». Sans oublier l’effigie du tout premier chef du gouvernement congolais Patrice-Emery Lumumba. "Joseph" se découvre ainsi une vocation tardive de "réconciliateur" alors qu’il n’a cessé de "gouverner" ce pays en s’appuyant sur un groupe des Congolais contre d’autres.

Réactions

Depuis la grande parade militaire dite du «Cinquantenaire» organisée le 30 juin 2010 à l’occasion du 50ème anniversaire de la naissance du Congo indépendant, aucune manifestation du genre n’a plus été organisée. Pourquoi une telle exhibition au moment où «Joseph Kabila» voit son fauteuil tanguer de manière sans précédent ? «C’est une démonstration de force pour intimider la population et les opposants», commente un analyste jointe au téléphone à Kinshasa. «Joseph Kabila entend envoyer un message clair tant à ses opposants radicaux qu’à la communauté internationale : j’y suis, j’y reste !».
Des sources bien informées indiquent que le «raïs» a commandé récemment un véritable arsenal auprès de certaines républiques de l’ex-URSS. « C’est l’occasion pour le successeur de Mzee de montrer ses nouveaux jouets», ironisait, dimanche, un activiste politique de la diaspora congolaise de Belgique. Reprenant son sérieux, l’homme d’ajouter : «Il est clair que Joseph Kabila ne quittera le pouvoir que par la force des armes ».

Secrétaire national chargé des Relations extérieures de l’UDPS, Félix Tshisekedi Tshilombo relativise la portée de l’événement. Démonstration de force de la part de « Joseph Kabila » ? «Démonstration de force par rapport à quoi et à qui?, commence-t-il par s’interroger. Je ne pense pas qu’il s’agit d’une démonstration de force. Nous ne sommes pas en guerre pour montrer aux forces ennemies que le Congo a du répondant. On n’a pas besoin de déployer ses biceps dans une bataille qui est essentiellement politico-diplomatique». 
«Cette armée qui va défiler ce 30 juin, ajoute-t-il, est réputée pour son inefficacité sur le terrain faute de moyens. Il est connu que c’est la brigade internationale des Nations Unies qui fait tout le travail. A l’image des FARDC, les troupes congolaises déployées en Centrafrique sont abandonnées à leur triste sort». 
Pour «Félix», si le défilé de ce lundi 30 juin avait pour but de faire une «démonstration de force», la démarche risque d’être un « coup d’épée dans l’eau ». «Cette parade militaire n’impressionnera personne», souligne-t-il en relevant que les pressions exercées sur « Joseph Kabila » et le président de la Commission électorale nationale indépendante «produisent des effets». «Malumalu a accepté d’élaborer un calendrier global des élections comme le propose la communauté internationale et les forces de l’opposition, dit-il. La session extraordinaire du Parlement n’a pas eu lieu. Il en est de même de la convocation de deux chambres en congrès en vue d’ouvrir la voie à une révision constitutionnelle. Le fameux gouvernement de cohésion nationale n’est toujours pas là. C’est la preuve que le pouvoir recule en dépit de l’exhibition des muscles. Et ça va continuer… ». 

Politique de terre brûlée

Le 19 décembre 2016 marquera la fin du second et dernier mandat de «Joseph Kabila». Depuis bientôt une année, des personnalités de la « majorité présidentielle» clament haut et fort la volonté de la mouvance kabiliste de conserver le pouvoir. C’est le cas notamment d’Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD, qui l’a dit notamment lors du congrès tenu en avril dernier à Mbandaka. C’est également le cas de Claude Mashala, secrétaire national du PPRD. Celui-ci estime qu’il faut purement et simplement changer de Constitution. Au motif que la loi fondamentale promulguée en février 2006 serait l’œuvre des ex-belligérants dont les mains seraient, selon lui, «tâchées de sang».
Dans son allocution prononcée le 23 octobre 2013, «Kabila» a demandé à la Ceni ainsi qu’aux deux chambres du Parlement d’examiner la possibilité de changer le mode de scrutin pour l’élection des députés provinciaux. L’objectif consiste à instaurer le suffrage universel indirect « pour des raisons économiques ». Ses ambitions pour 2016 ? Pas un mot.

Des informations difficiles à vérifier ont laissé entendre un moment donné que «Joseph» rêvait d’une solution du genre Poutine/Medvedev. Empêché par la Constitution de briguer un troisième mandat successif, Vladimir Poutine avait « laissé » le poste de président de la République de Russie à son homme-lige Dmitri Medvedev devenant le Premier ministre de celui-ci durant une législature. Qui serait le Medvedev congolais? Selon des sources, 
«Joseph» pensait le plus sérieusement à son épouse Marie-Olive Lembe di Sita. Plus personne n’évoque ce scénario. Dans un « plan B », le « raïs » escomptait obtenir un rallonge de son mandat en cours en prenant pour prétexte le recensement de la population. "Joseph Kabila a peur de son avenir après la Présidence, assure un agent de l’Agence nationale de renseignements. "Il pourrait recourir à la politique de terre brûlée avant de céder son fauteuil...".

"Un régime ami"

Le 4 mai dernier, le secrétaire d’Etat américain John Kerry est "descendu" à Kinshasa afin de signifier au satrape congolais que « deux mandats, ça suffit » et qu’il doit respecter la Constitution. «Pour garantir la stabilité de ce pays, la Constitution doit être respectée », soulignait, devant la presse, le sénateur Russel Feingold, envoyé spécial des Etats-Unis pour la Région des Grands lacs. 
Dans une interview accordée au « Soir » de Bruxelles daté du 26 juin 2014, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo dit avoir remis le Congo-Kinshasa «en ordre de marche». Après avoir ironisé sur les 30 millions $US promis par Kerry pour les élections, le « Premier » congolais a semblé relayer la pensée de « Joseph Kabila » : «J’aimerais que les envoyés spéciaux de la communauté internationale accordent autant d’attention aux scrutins qui doivent, au même moment que chez nous, se dérouler dans plusieurs pays voisins. Mais jusqu’ici, c’est le silence… ». 

«Kabila» et Matata feignent d’ignorer que les Etats-Unis constituent le premier contributeur au budget de la Mission onusienne au Congo. Et que, les forces onusiennes ne sont pas déployées dans les autres pays d’Afrique centrale. 
L’évolution de la situation politique au Congo démocratique est suivie attentivement par l’Ouganda de Yoweri Museveni et le Rwanda de Paul Kagame. «Joseph Kabila» incarne le «régime ami» qu’ils ont toujours voulu installer à Kinshasa afin de garantir la sécurité de leurs pays respectifs. L’éviction de "Joseph" serait une catastrophe dans la mesure où ils predraient la mainmise sur l’ex-Zaïre. Il n’est pas exclu que l’idée d’une parade militaire ait été soufflé au « raïs » par son mentor de Kigali. Une manière de faire desserrer l’étau politico-diplomatique. «Joseph Kabila est conscient que ceux qui l’ont placé au pouvoir disposent des moyens pour l’évincer», estime Félix Tshisekedi Tshilombo."



"LA GÂCHETTE DU REVOLVER AFRIQUE DE FANON
° http://forumdesas.org/spip.php?article1435
Autres temps, autres mœurs, les Congolais ont eu droit à un défilé tout à fait particulier. C’était hier sur le boulevard triomphal à l’occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance de la RD Congo. Pour la circonstance, il ne s’est pas agi des Forces vives de la nation. Mais, des troupes des Forces armées de la RDC (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC). 
Une véritable démonstration de force comme pour illustrer que l’armée est suffisamment équipée pour défendre l’intégrité du territoire de la RDC et que la police est prête à assurer la protection des personnes et de leurs biens. Rolling Eyes  Rolling Eyes  Surtout lorsque le défilé monstre de différentes unités de l’armée rd-congolaise tombe après la guerre qui avait sévi à l’Est de la RDC. Rolling Eyes  
Une manière de monter avec quelles armes et quelles troupes le Congo-Kinshasa a su bouter dehors le M23, tailler en pièces les forces négatives et les dissuader au point de les convaincre de se rendre aux soldats des FARDC. Ce qui sonne le réveil du géant africain après un moment de sommeil. De quoi dissuader Paul Kagame qui pensait se moquer de la RDC pendant longtemps. Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Laughing 
Voilà qui rappelle également ce qu’avait indiqué, en son temps, Franz Fanon. L’Afrique, disait-il, a la forme d’un revolver dont la gâchette est placée au Zaïre (aujourd’hui RDC). Il fut un temps où le maréchal Mobutu, comme pour annoncer les couleurs, avait déclaré officiellement : " S’il faut mettre le doigt sur la gâchette du revolver Afrique de Franz Fanon, le Zaïre est prêt à prendre ses responsabilités ". 
A la vue de l’échantillon d’armes présenté hier sur le boulevard triomphal et des unités renseignant sur les reformes intervenues au sein de l’armée rd-congolaise, il ne serait guère exagéré de conclure aujourd’hui avec le Raïs que s’il faut mettre le doigt sur la gâchette du revolver Afrique de Franz Fanon, la RDC est prête à prendre toutes ses responsabilités. Laughing  Laughing  Laughing 
Car, ce sont des troupes et des armes rassurantes qui ont été observées lors du défilé bien pensé et organisé au moment opportun. Les Congolais sont donc tentés de dire que plus rien ne sera comme avant et que la recréation est terminée. Tout à l’honneur du Raïs. Bonne fête."



"Défilé du 30 juin sur le Boulevard Triomphal. Démonstration de force. J. Kabila vend chère la Rdc aux yeux du monde
° http://www.groupelavenir.org/spip.php?article905
* A l’occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, Joseph Kabila a présidé personnellement hier à Kinshasa, un imposant défilé aux couleurs exclusives Fardc – PNC. Au regard de l’armada, d’aucuns ne redoutent un seul instant de la capacité revigorée de Kinshasa à faire face à n’importe quelle provocation, d’où qu’elle vienne, pour sécuriser les options déjà levées en vue de l’émergence du pays ; un objectif qu’il s’est assigné sans recul.
* En effet, pendant plus d’une heure trente, les Kinois ont admiré sur la Place du Cinquantenaire des troupes élégamment vêtues tant des Forces Armées de la République démocratique du Congo que de la Police nationale Congolaise ainsi que des chars de combats, des blindés et autres armes sophistiquées pendant que les avions de chasse survolaient le ciel de Kinshasa. C’était, n’en déplaise aux détracteurs, une véritable démonstration de force.

Dans son discours adressé la veille à la nation, sur les antennes de la télévision nationale, tout a été passé en revue : hommages aux pères de l’indépendance, aux Forces armées (Fardc), à la Police nationale (PNC), aux services de renseignement,…. Joseph Kabila a, à cet effet, annoncé solennellement que le territoire national est sous contrôle absolu des Forces armées, permettant d’ériger un monument en mémoire de dignes fils militaires et civils ainsi que d’autres amis tombés sur le champ d’honneur.
Engagement à ne jamais trahir le Congo, appel à la solidarité, invitation à la diaspora de retourner au bercail en vue de la reconstruction nationale, mise en œuvre des recommandations des Concertations nationales, appui à la CENI, l’économie, le droit,… tout a été passé au peigne fin, rencontrant ainsi les désirs des Congolais dans leur ensemble.
Ci-dessous l’intégralité du discours du Président de la République Joseph Kabila à l’occasion du 54ème anniversaire de l’Indépendance de la Rdc.

Chers compatriotes,
A l’occasion de la commémoration du 54ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale, je rends hommage aux pères de l’indépendance pour le combat héroïque qui a permis de sortir notre pays du joug colonial, et de rendre au peuple congolais sa dignité et la maîtrise de son destin.
Par delà ses souvenirs, la date du 30 juin est aussi une date d’interpellation des générations présentes et à venir. Car elle rappelle à chacun de nous, autant qu’à l’ensemble de notre peuple l’obligation de maintenir notre pays libre et uni, et de travailler sans relâche à son émergence et à sa prospérité.
Comme vous le savez, depuis un vingtaine d’années, l’Est de notre pays a été le théâtre d’agressions, de guerres, de mouvements armés et de rébellions. Grâce à la montée en puissance de nos Forces armées et de sécurité, nous y avons mis fin. Voilà pourquoi le 30 juin de cette année est placé sous le signe d’un hommage vibrant et solennel que nous leur rendons. Elles méritent en effet cet honneur pour la victoire combien décisive sur toutes les forces négatives venant de l’extérieur, celles basées à l’intérieur du pays et sur les partisans de la division et de la soumission de notre peuple.
Cette victoire sur le champ de bataille, nous la devons au savoir-faire et à la bravoure de nos Forces armées et de sécurité. Nous la devons aussi au mariage entre notre armée et notre peuple.
Mus par une volonté commune et une détermination à toute épreuve, de sauvegarder l’unité nationale et l’intégrité territoriale du pays, nous la devons enfin à l’appui des amis de notre peuple à travers le monde.
La démonstration a été ainsi faite, de la plus belle manière, que la République démocratique du Congo peut être attaquée de l’extérieur, voir trahie par certains de ses fils, mais elle demeure grande et digne.
J’annonce solennellement à la nation congolaise, que nos Forces armées ont le contrôle absolu de l’ensemble du territoire national. En effet, depuis fin 2013, il a été mis fin à la rébellion et à la guerre dans plusieurs contrées du pays. Les mouvements terroristes qui opéraient dans le grand nord au Kivu ont été éradiqués. La plupart des groupes armés ont adhéré à l’ultimatum de dépôt de leurs armes. C’est ainsi que près de 4.500 éléments ont déposé leur armes. Le processus est en cours avec les Fdlr dont plus ou moins 200 éléments se sont déjà rendus. Une fois de plus, je rappelle, que tout ceci a été fait au prix de nombreux sacrifices et privations.
Afin de cristalliser et de pérenniser la reconnaissance de la nation envers ses enfants qui, sous le drapeau, sont tombés sur le champ d’honneur, sur plusieurs fronts à travers le pays, un monument sera érigé en leur souvenir. Seront également honorés par cette œuvre, les individus de différentes nationalités ainsi que les populations civiles qui, en dépit des sévices et au risque de leur vie, se sont comportés en véritables défenseurs de la patrie.
Quelle que soit la satisfaction légitime que nous procurent ces hauts faits d’armes, restons vigilants, car l’ennemi nous guette et n’a pas encore lâché prise.

Mes chers compatriotes,
Comme en témoignent notamment le massacre et l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, c’est dans la douleur que la nation congolaise a été enfantée. Pour que notre pays acquiert sa souveraineté et que son peuple retrouve sa dignité perdue, des torrents de sang et des ruisseaux de larmes ont baigné son sol et marqué la mémoire collective.
Quelles que soient nos peines, quelles que soient nos divergences de vues, ce qu’on est et entretenu en chacun de nous, l’engagement de ne jamais trahir le Congo, la souveraineté de notre pays et la dignité du peuple congolais ne se marchandent pas. Il en est de même de notre indépendance et de notre liberté. Elles méritent plutôt tout le sacrifice. Les préserver à tout prix est donc pour chacun de nous un devoir citoyen.
Ayons confiance en nous-mêmes et en notre capacité à gérer notre destin. Faisons en toutes circonstances preuve de solidarité et de cohésion nationale. Et le succès que nous escomptons tant pour l’avenir de notre pays sera certainement au rendez-vous.
C’est le lieu pour moi de réitérer notre message de compassion à nos concitoyens rentrés au pays dans des conditions qui heurtent la conscience humaine, que nous avons tous déplorées.
C’est aussi celui de rappeler à tous les compatriotes vivant à l’extérieur du pays que la terre de nos ancêtres est grande et fertile et qu’elle dispose des potentialités nécessaires à l’épanouissement d’un chacun. Je les encourage à revenir prendre leur place au sein d’un Congo en pleine croissance, d’une société congolaise en mutation et contribuer ainsi au développement du pays dans la paix et la sérénité.

Mes chers compatriotes,
Le rêve d’un Congo prospère auquel nous aspirons ne peut être réalisé qu’au prix des efforts sans cesse renouvelés. Il y a peu ont eu lieu les Concertations nationales où nous avons pris à nouveau conscience de la primauté de l’intérêt général et convenu en conséquence des mesures appropriées pour travailler à l’unisson à l’œuvre de reconstruction nationale. Je réaffirme mon engagement d’accélérer la mise en œuvre des recommandations de ces assises de façon méthodique mais en évitant toute précipitation.
J’exhorte par ailleurs chacun de nous : acteur politique, opérateur économique, la Société civile et autres organisations de masse à travailler au rassemblement du peuple congolais autour de notre volonté commune de raffermir le lien national, d’assurer la défense et la sécurité du territoire national, de consolider la paix et la stabilité, de mieux encadrer notre jeunesse, et de promouvoir une économie nationale forte et génératrice des dividendes pour le plus grand nombre.
Il va sans dire que, chemin faisant, nous veillerons ensemble à la consolidation de notre jeune démocratie que nous avons tous l’obligation de mettre à l’abri de dérapages auxquelles pourrait exposer toute précipitation.
Je demande donc à notre peuple de ne pas céder au chantage et d’appuyer toutes les institutions de la République notamment la Commission électorale nationale indépendante qui a reçu la mission d’organiser les élections dans un climat apaisé.

Mes chers compatriotes
L’Avenir de notre pays dépend avant tout de nous-mêmes. De notre responsabilité, de notre capacité à nous prendre en charge. Il est plus que temps que nous sachions donner à notre pays le meilleur de nous-mêmes et de ne toujours pas attendre qu’il fasse tout pour nous, à notre place. Consolider une société de droit mais aussi faire de la société congolaise une société des devoirs est donc le défi que nous sommes appelés à relever. C’est aussi le sens de la nouvelle citoyenneté à laquelle nous sommes appelés.
Les défis, nous les avons toujours relevés, et avec succès parce que depuis une quinzaine d’années notre pays est passé par des moments difficiles, que nous avons courageusement surmontés. Quand l’unité nationale et l’intégrité territoriale ont été mises à mal, nous avons su, en nous mettant ensemble, réaliser la réunification du territoire nationale. Face à l’insécurité récurrente qui pendant plusieurs années a miné certaine parties de notre pays, nos forces armées et de sécurité ont remporté une victoire éclatante sur l’ennemi et rétabli l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.
Pour mettre fin aux incertitudes sur le plan politique, nous avons organisé des élections successivement en 2006 et 2011, consolidant ainsi notre jeune démocratie. Grâce aux efforts et aux nombreux sacrifices consentis par nous tous, le désordre que connaissait depuis belle lurette notre économie, avec une inflation à trois chiffres et une dépréciation continuelle de notre monnaie nationale ne sont plus que de vieux souvenirs.
Ces différents défis relevés constituent des axes, ils doivent nous comporter dans nos efforts en cours à poursuivre la reconstruction nationale, l’amélioration des conditions sociales, la réforme de l’administration publique, le redressement de notre appareil judiciaire, ainsi que l’assainissement de nos finances publiques. 
Pour ma part, je m’engage à continuer à œuvrer inlassablement pour l’émergence de la République démocratique du Congo. A chacun de nous de prendre la mesure des efforts à fournir et de travailler afin que notre pays soit plus beau qu’avant.

Bonne fête de l’indépendance à tous !
Que Dieu bénisse notre pays !
Je vous remercie."



"Qu’avons-nous fait de l’indépendance ?"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9046

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=198904&Actualiteit=selected
° http://radiookapi.net/actualite/2014/06/29/joseph-kabila-place-la-fete-de-lindependace-sous-le-signe-dun-hommage-vibrant-aux-fardc/
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=198896&Actualiteit=selected
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9052  



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 5/7/2014, 8:48 pm

Question Idea Rolling Eyes DANS LA BONNE DIRECTION....SAUF SI...

Mr Philipe a raison de souligner que la RDC est vaste Idea Idea Le contre-argument est que la RDC ne sera sans doute jamais en conflit avec tous les 9 voisins en même temps Question Question 

Ainsi, la RDC a le temps et aura le temps de planifier une riposte contre n´importe quel voisin avec ces materiels.. Idea 
Nous disons que la RDC est en bonne voie, parce que sous la dictature de Mobutu, il était question avant tout de défendre le "Président et sa famille".
Ainsi, la DSP possedait les meilleurs materiels...Nous ne croyons pas que Joé Kanambe a besoin de 150 chars de combat, de plusieures systèmes d´artilleries BM-21 pour sa garde Twisted Evil Twisted Evil .. Même si l´intention primaire était d´équiper la Garde Présidentielle, le nombre des chars est en faveur des FARDC en général comme nous l´avons constatés au Kivu où l´artillerie et les chars étaient sous contrôle de la Garde Présidentielle...mais engagés aux combats contre le M23 Idea

..SAUF SI

Nous partageons totalement la réflexion de mr Philipe..Ce que la tradition militaire au Congo neglige l´éducation des troupes et pire la maintenance des équipements

Se les hommes qui doivent utiliser ces chars...ne possedent pas l´entrainement specifique.. et pire, si les congolais oublient d´investir dans la maintenance de ces chars..Dans moins de deux ans, les FARDC ne vont même pas posseder 10 chars Embarassed 

Nous avons vu les moteurs des chars et blindés de la DSP et la Garde Civile...transferés dans les bateaux privés des généraux.. Idea Razz Razz Razz 

La RDC possede avec l´Afrique du Sud, toutes les possibilités non seulement pour accelerer la formation des hommes, mais aussi assurer la maintenance des équipements que ce pays peut même modifier ou moderniser

VASTE CONGO ? L´IMPORTANCE DES CHARS

Pour assurer la défense de la RDC, la priorité ultime est la protection du territoire ..et les chars y compris les systèmes d´artillerie qui defilent á Kin sont un bon investissement Idea Idea En plus, nous saluons la présence des transports des chars lourds
Ce que pendant les guerres du Shaba. la division Kamanyola possedait aussi des chars T 55 importés de la Corée du Nord...á l´époque les FAZ ne possedaient pas des capacités logistiques pour transporter ces chars au Shaba Evil or Very Mad Evil or Very Mad Pire, les Hercules C-130 n´étaient pas compatibles avec les équipements d´orgines Sovietiques...

Or..pendant les combats au Kivu, les FARDC ont pu faire venir les chars T 72 M..avec des transporteurs des chars depuis Kin par voie fluviale et ensuite de Kisangani á Kindu par route Arrow Arrow Un progrès remarquable dans le domaine logistique que nous saluons Idea Razz Razz  Idea Idea Cool 

la défense terrestre est la première de toute option pour defendre le territoire congolais et ces équipements sont un investissement pour le futur Idea

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Jim KK le 5/7/2014, 11:13 pm

Il me semble que, le président Kabila et son gouvernement ont enfin compris que notre pays doit avoir une armée très forte pour défendre le territoire national et engager une fois pour toute le pays sur la route du developpement!!!
Ils ont optés pour l´ hyper-militarisation de la RDC.

Lorsqu´un pays a des voisins comme les nôtres, c´est vraiment suicidaire de ne pas avoir une armée forte. Sans une armée forte, dissuasive et républicaine pas de développement. C´est aussi simple que ca!!!

Selon ce journal ci-dessous l´Ukraine a livrée encore récemment à la RDC plusieurs armes dont plusieurs centaines de chars de combats et véhicules de transport des troupes.

http://desc-wondo.org/explosif-cooperation-militaire-ukraine-rdc-lombre-de-lamitie-kabila-ianoukovitch-jj-wondo/

Au total selon le journal la RDC totalise plus de 400 chars de combat :
60 chars T-55
110 chars T-72/80
220 chars T-55 m/b modernisés
50 chars T-64 BV1


Et selon ce journal ci-dessous  d’autres livraisons de chars et convois sont prévus vers la fin de l’année 2014. Les convois concernent la livraison des chars de combats T-84S (version serbe du char T-72 russe).

http://fr.igihe.com/economie/la-rdc-est-elle-devenue-la-plaque-tournante-du.html

Et l´architecte de tout ca est le général OLENGA. Le général OLENGA qui parle actuellement peu est l’une des personnes de confiance du président Joseph Kabila auquel il manifeste une loyauté débordante.

Au dernier défilé militaire le président Joseph Kabila a saisi l´occasion pour montrer au peuple congolais l´équipement des FARDC et effrayer nos voisins, en exhibant publiquement le volume d’armement.

J´espère seulement que  l’entretien et la maintenance du matériel militaire suivront, et puis  les soldes de soldats devront augmenter pour améliorer le moral de nos soldats !


Dernière édition par Jim KK le 6/7/2014, 1:53 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 6/7/2014, 12:02 am

LE GRAND DEFI RESTE L´EDUCATION, LA FORMATION...AVANT DE SE LANCER DANS UNE INDUSTRIE DE DEFENCE

Le plus grand defi au Congo reste l´éducation des cadres de l´armée Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Comme l´article que mr JIM vient d´apporter le souligne les "cadres et specialistes" ex FAZ ne maîtrisent pas les Technologies militaires modernes Idea Idea 

Nous l avions constatés dès les années 1985-1990...Les membres de la première promotion de la Garde Civile avaient un niveau d´éducation très supereiur á ceux des FAZ....le niveau le plus bas pour la GaCI était 5 ans post-primaire et le niveau top était "licencié" Exclamation Exclamation 
La langue de travail était le "francais" et on était dèjà entrain de planifier l´introducion de l´anglais Idea Idea 

Pire que tout, les 350 membres de la première promotion était gérés admnistrativement par le système informatique tout nouveau de la Présidence de la République..Une grande économie du personel admnistratif..à l´époque, Mandungu Bula Niaty n´avait que son cabinet, un directeur financier et des conseillers de la police de la RFA...L´aspect admnistratif étant informatisé, la gestion du personel était plus fiable et plus performant..que celui de la Gendarmerie ou les FAZ...y compris la DSP..


Tout comme le programe de formation était coordoné par des prof de l´UNIKIN souvent conseillers á la Présidence...d´où le niveau "academique" qui depassait largement celui de l´EFO... Idea  Idea Les officiers formés á l´EFO ne savaient même pas utiliser un simple pistolet Heckler & Koch en service á la GardeCivile...même leur connaissances sur le fonctionement d´une arme á feu..était trés limitées.
Quand á la GaCi on avait obligatoirement deux seances de tir chaque semaine..où chaque membre de la PM devait utiliser un pistolet Heckler & Koch et un MP 5 Heckler % Koch...et aussi un AK 47...pour plus au moins 50 cartouches de balles réelles, ceux des FAZ y compris ceux de l´EFO terminaient souvent la formation sans avoir tirés 10 fois.....
 What a Face 

La seule unité qui pouvait atteindre le niveau de la GaCi était uniquement les gardes raprochés du Président. de l´unité "Dragon" qui avaient des seances de tir quotidienement sous l´encadrement des membres des forces spéciales des USA Idea  Idea 


Dommage, cette experimentation va prendre fin quand Mandungu quitte....et Baramoto vient detruire tout..avec les consequences que nous vivons actuellement What a Face What a Face 

L´éducation surtout des officiers peut être facile si le gouvernement RECRUTE directement dans les universités et les écoles superieures Like a Star @ heaven 
Des jeunes congolais qui possedent une solide base academique peuvent facilement maîtriser les nouvelles Technologies militaires y compris l´anglais I love you I love you 

LE DANGER "EX FAZ"

Nous avons toujours souligné que ce "lobby" des ex FAZ est la plus grande menace pour les réformes dans les FARDC Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Des gens depassés technologiquement et intellectuellement á qui l´État congolais confie les réformes de l´armée Embarassed Shocked Shocked 

L´AUTRE DEFI, LA 3ème DIMENSSION


Renforcer les capacités terrestres est une bonne option...mais investir dans aéronautique est plus que vital..Qui ne se souvient pas avec HONTE du raid de J Kabarere qui avait traversé le Congo de l´Est á l´Ouest et avait pu lancer un raid jusqu´á Kin Question Evil or Very Mad Evil or Very Mad 
Ce que la RDC est toujours en retard quand il s´agit de l´acquisition des Technologies visant á contrôler l´espace aérien Like a Star @ heaven Embarassed 

Á suivre Arrow Arrow Arrow 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  ndonzwau le 6/7/2014, 6:21 am

PS

JJ Wondo (que je ne connais pas mais que j’ai croisé de loin l’année passées à Bruxelles lors d’une journée de Zaïro-Congolais faisant la promotion de son livre que je n’avais acheté que plus tard; ce jour-là au terme d’un séjour coûteux je n’avais plus suffisamment de liquidités, je lui ai tout juste dit que son livre coûtait un peu cher; passons…) est un militaire même si pas en activité, diplômé de la bonne ERM de Belgique, il ne peut que le rester et donc  « haut cadre » (il doit avoir autour de 45 ans, en situation normale, il serait aujourd’hui officier supérieur) et en tant que tel, sur son Site, DESC (Défense et Sécurité au Congo; « connaître pour agir ») il parle « militaire » mais aussi politique (« la défense et la sécurité d’un pays sont affaires si importantes pour les laisser aux seuls militaires »)…
Et le 24 juin, une semaine avant le 30 juin, il nous avait tout vendu du fameux défilé (du bon travail !)…
Lisez-le et nous y reviendrons, pour parler à nos experts militaires (en passant ils trouveront en annexe les info de Wondo sur le « fameux » arsenal !)  et autres qui n’ont rien compris pour ne parler que « militaire », Wondo nous servira encore, son analyse s’est en effet poursuivie :

« Après la passe d’armes diplomatique entre la RDC et la communauté internationale, un impressionnant défilé militaire dissuasif le 30 juin ?
° http://desc-wondo.org/scoop-apres-la-passe-darmes-diplomatique-kabila-exhibe-ses-muscles-ce-30-juin-desc/
Alors que DESC a annoncé dans une de ses précédentes publications la tenue possible d’un grand défilé le 17 mai dans le but d’exhiber l’arsenal militaire acquis principalement en Ukraine sous Ianoukovitch et récemment en Serbie http://desc-wondo.org/une-hyper-militarisation-suspecte-de-la-garde-republicaine-jj-wondo/, il n’en a pas été le cas. Pour cause, les révélations de DESC étaient intervenues dans une période où le contexte international, marqué par la chute de Ianoukovitch, était défavorable au pouvoir congolais qui a préféré adopter un profil bas.
Ainsi, peut-on lire sur le site de Radio Okapi (http://radiookapi.net/actualite/2014/06/24/rdc-militaires-policiers-preparent-le-defile-du-30-juin/#.U6mBuEAzSog) ce qui suit :
Des centaines de militaires et policiers sont cantonnés depuis quelques jours à Maluku pour préparer le défilé. Ils se livrent également à des exercices de prise d’arme. Dans le même temps, des chars de combat de l’armée se dirigent quotidiennement vers la partie Est de la ville. Les Kinois ont également remarqué qu’un hélicoptère de l’armée sillonne le ciel ces derniers jours, probablement en prévision des exercices des troupes aéroportées pendant les manifestations du 30 juin. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, confirme l’organisation de plusieurs manifestations à travers le pays à l’occasion du 54e anniversaire de l’indépendance du pays. Le programme officiel de ces manifestations n’est pas encore publié
DESC est en mesure de fournir certains détails classés secret-défense concernant les préparatifs de ce défilé aux motivations très politiques.
20.000 militaires FARDC à Kinshasa pour un défilé haut en couleurs
Voici succinctement en substance ce que nous écrivions : « C’est ainsi que les matériels militaires ukrainiens, commandés récemment…, seront exhibés lors du grand défilé militaire prévu le 17 mai 2014, si tout va bien. Un impressionnant défilé militaire qui mobilisera 20.000 soldats. Selon les indiscrétions de l’entourage présidentiel, ‘le boss promet d’effrayer la communauté internationale ainsi que le peuple congolais, en exhibant publiquement le volume d’armement, même des armes secrètes achetées en Russie est qui sont arrivées par avions cargo gros porteur Antonov 124 Condor en pièces détachées. Il s’agit de missiles sol-sol Scud-C et Frog -7 ainsi que des missiles sol-air Buk-5 Thor qui sont montés sur place en RDC par des techniciens russes’ »
Il était question de faire passer la tempête ukrainienne mais le pouvoir, dans un objectif de montrer ses muscles et une certaine montée en puissance des FARDC, le régime congolais tient mordicus à étaler face à ses adversaires son arsenal militaire, comme en juin 2010, en vue de dissuader ou de mettre au pas tous ceux qui tenteraient de renverser de force ou par des moyens constitutionnels le régime qui tient à se maintenir à tout prix au-delà de 2016, malgré quelques mises en garde diplomatiques lancées timidement ça et là.
Un des informateurs de DESC nous a écrit ce qui suit :
« Salut mr jean jacques, félicitations, desc-wondo a pu faire reporter le défilé du 17 mai 2014 au 30 juin 2014. »
Ainsi, nos sources nous ont pu livrer les présentes précisions en rapport avec les préparatifs de ce défilé militaire voulu impressionnant et dissuasif. L’info date du 20 mai 2014 :
Le boss et en France, mais avant de partir, ils a tenue une réunion restreinte de sécurité avec son cercle militaire proche comprenant les généraux Olenga, Kabulo, Mbala, Banze et même Etumba qui cette fois-ci y était associé. Au groupe s’est ajoutée le général Jean-Claude Yav, le chef du renseignement militaire (Démiap). Il ressort de cette réunion top-secret que le boss a exigé plus de discrétion dans les préparatifs et l’organisation du défilé militaire planifié au 30/6/2014 si votre publication ne l’annule pas à nouveau.
Contrairement à une fausse rumeur faisant état de son empoisonnement, c’est le général d’armée François Olenga, le bras droit militaire et financier de Kabila, qui est chargé de chapeauter ce défilé. Pour plus d’efficacité, il a décidé que soient créés 3 sites de regroupement pour les troupes qui vont participer au défilé militaire : Maluku pour les12.000  éléments des FARDC ; Jolie site pour les 4.000 PNC et Kibomango pour les 4.000 GR .
Afin d’éviter un vide sécuritaire à Kinshasa du fait qu’une grande partie de la garde républicaine est casernée à Kibomango pour les entrainements du défilé, le boss a rappelé depuis une semaine des unités de la task-force GRqui étaient basées à l’est du pays dans les 8ème et 9ème région militaires, respectivement le Nord-Kivu et la Province Orientale. Il s’agit d’environ 3000 hommes comme force de réaction rapide afin de quadriller la capitale jusqu’au 4 juillet 2014.
Ces unités sont stationnées actuellement au camps Tshatshi à Ngaliema et a Mikondo (vers l’aéroport international de Ndjili à l’est de la capitale). Elles sont commandées par un jeune lieutenant-colonel prénommé Erickson (et surnommé l’espoir du chef). Ce dernier, pour une fois, n’est pas un Mulubakat du Katanga mais bien un Songye du Kasaï-Oriental.
Le général Constantin Ilunga Kampete, coordonnateur des task-force GR est resté à Goma pour continuer la traque des forces négatives (ADF/NALU, APLC, Maï Maï Cheka, FDLR, etc.)
Par ailleurs, les bateaux transportant le matériel militaire venant de Serbie, dont j’avais promis de vous livrer les détails une fois accostés à Boma, sont bien arrivés à destination depuis le 18 mai. Le général Olenga, malade (suite à une opération de hernie discale) lors de la livraison des cargaisons ukrainiennes, s’était rendu sur place le 22 mai 2014 pour réceptionner, convoyer et entreposer tout le matériel à Kibomango. Une équipe d’observateurs de la MONUSCO qui suivait et filmait le convoyage de ce matériel a été interpellé et molesté par le général Olenga et leur caméra a été broyé sous les pneux de sa Jeep, au grand silence de la MONUSCO qui n’en a pas fait état dans ses rapports ou communications officiels. Par ailleurs, à son retour de France après sa rencontre avec le président François Hollande, Joseph Kabila a effectué une visite d’inspection des différents sites de regroupement des troupes et du matériel pour s’assurer de bons préparatifs de ce défilé qu’il souhaite dissuasif.
DESC signale également la présence à Kinshasa, via l’aérodrome de Ndolo, depuis le 9 juin, du bataillon commando GR de la task force déployée à Beni pour la traque des ADF/Nalu et autrefois placé sous le commandement du feu colonel Mamadou Ndala. C’est ce qui a poussé certaines sources peu informées à répandre la rumeur de la présence des éléments rwandais à Kinshasa* Au fait, cette task force  comprend également des éléments Tutsi issus des ex-unités CNDP. En même temps, plusieurs sources sécuritaires anonymes nous ont rapporté une présence anormale des éléments de la GR le weekend passé à la base de Kitona.
Enfin, environ 220 élèves officiers des 26è, 27è et 28è promotions de l’académie militaire de Kananga prendront également part à ce défilé. Ils sont déjà arrivés à Kinshasa depuis ce mardi.
Cependant, compte tenu des bruits des bottes qui se font à nouveau entendre à l’est de la RDC, il n’est pas exclu que le nombre de militaires à défiler ce 30 juin soit revu à la baisse.
Un impressionnant arsenal militaire en démonstration
Cet impressionnant défilé militaire va voir défiler, entre autres, des engins et équipements militaires suivants , dont certains sont stationnés au camp de la garde républicaine (GR) de Kibomango et d’autres à Mbakana à 120 Km, à l’est de Kinshasa. Il s’agit notamment :
- Des [size=13]chars de combat ukrainiens de type T-64 BV1 avec canons de 125 mm + 10000 obus de 125 mm, des chars de combat ukrainiens T-55m/b modernisés, des véhicules blindés ukrainiens de transport de troupes (VTT), BTR-60/70/80 fournis par l’Ukraine et des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI),  BMP 1/2/3 achetés en Ukraine et en Biélorussie. Des véhicules blindés automoteur anti-aériens serbes, mais d’origine tchèque, M-53/70 équipés de canons anti-aériens et de jumelles de 57 mm.[/size]
- Des véhicules blindés de marque russe Gaz-2330 Tigre achetés en Russie; des véhicules blindés de combat d’infanterie de type BOV-M1-11 (version serbe du véhicule blindé de combat d’infanterie BMP-1 russe équipé d’un canon de 73 mm et d’un missile anti-char AT-4 Spigot). Des véhicules VTT-55 russes utilisés par l’armée serbe. Ce sont des dépanneuses des chars ainsi que des camions de transport des troupes de marque [size=13]KRAZ.
[/size]
- [size=13][size=13]Des [size=13]missiles sol-sol russes de type SCUD-C et FROG-7, une panoplie de missiles sol-air QAM 7/8/9/13/14ainsi que des missiles BUK-5 THOR, tous appartenant exclusivement à la garde présidentielle et non au reste de l’armée.[/size] Des lance-roquettes multiples BM-21, des canons anti-aériens ZSU-23/2[/size][/size]
- Certains militaires défileront  avec des fusils d’assaut M-70 (version serbes de kalachnikov AK-47), des fusils mitrailleuses M-84, des lance-roquettes RPG-7, des mortiers de 82 mm, des canons sans recul SPG-9 ainsi que des lance-grenades M-11.
Tout ceci, dans une optique bien connue d’impressionner la communauté internationale, d’intimider la population et les contestataires du régime et de monter une certaine montée en puissance des FARDC. Une armée qui peine à sécuriser comme il faut l’est de la RDC et le Katanga sans l’appui-feu de la MONUSCO. Les derniers événements au Sud et au Nord Kivu et l’activisme armé des Bakata-Katanga au Katanga témoignent de la capacité réelle de réaction de cette armée-fantôme, pervertiesubvertie et intravertie (Cf. Les armées au Congo-Kinshasa).
Enfin, il n’est pas exclu que dans la foulée de ce défilé, Kabila procède à une nouvelle mise en place des cadres des FARDC en conformité avec la mise en exécution de la loi organique sur l’organisation et le fonctionnement des FARDC. Le défilé militaire du 30 juin pourrait être l’occasion de présenter le nouveau commandement militaire, si rien ne change en dernière minute.
Entre-temps, pendant que la GR se sur-militarise vaille que vaille, la loi de programmation militaire portant surle budget, les dépenses d’investissement au sein des FARDC par un engagement financier pluriannuel qui fixe les effectifs et les crédits d’équipement et de modernisation de cette armée, tout en améliorant les conditions de vie et de travail des militaires congolais, est au point mort. En décembre 2012, le président Kabila déclarait faire de la sécurité la priorité de ses priorités. Force est de constater que 18 mois plus tard, il est retombé dans sa légendairedistraction (dixit Hillary Clinton) et fait de la GR sa seule priorité en vue de sa survie politique au-delà 2016. Il veut au fait mener un bras de fer militaire contre quiconque l’obligerait à quitter le pouvoir en 2016. C’est de bonne guerre!
D’autres analyses DESC liées à cette information:
http://desc-wondo.org/la-rdc-est-elle-devenue-la-plaque-tournante-du-trafic-darmes-vers-le-zimbabwe-desc/
http://desc-wondo.org/enfin-le-materiel-militaire-ukrainien-est-arrive-a-boma-jj-wondo/
http://desc-wondo.org/une-hyper-militarisation-suspecte-de-la-garde-republicaine-jj-wondo/
http://desc-wondo.org/explosif-cooperation-militaire-ukraine-rdc-lombre-de-lamitie-kabila-ianoukovitch-jj-wondo/  »



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 6/7/2014, 7:55 am

Razz ...ANALYSTE....ET MILITAIRE Question

Nous saluons ce nouveau site..orienté vers la défense..ou les technologies militaires Idea   Mais l´analyste de mr Wondo a des "limites"..
Ce que faire defiler des chars ou des hélicoptères de combat á Kin n´est pas une garantie contre une action de "represaille" des occidentaux..en particulier des USA   

Ce que la tradition au Congo est que la CIA trouve des "solutions définitives" de temps en temps..L´histoire de la RDC devrait nous aider á comprendre que les USA n´ont jamais optés pour une confrontation frontale au Congo..au contraire une black op soft où l´assassinat de Joé Kanambe dans sa ferme ou pendant un voyage en avion...
Au cas extreme, un drone Reaper...ou un missile tiré d´un navire ou un sous-marin au fond de l´Atlantik peut regler l´affaire sans une confrontation militaire visible lol!


Joé n´a aucune raison de défier les USA..et ces histoires des "SCUD" ou des "FROG" lol! À quoi peut servir ces systèmes d´arme quand la menace serait avant tout un assassinat de la part des forces speciales de la CIA?

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 6/7/2014, 4:39 pm

..La mutinerie ratée de Kibomango..en 1986, une mutinerie du pain...

Pour vous donner une petite image Arrow  des réalités dans l´armée au Congo...voici une histoire drôle qui pouvait se terminer par une mutinerie au sein de la DSP Surprised Surprised Surprised 

Après le stage d´entrainement commando á Kota Koli, ceux de la 1ère promotion de la Garde Cibvile sont passés par Kibomango pour achever la phase pratique de leur formation militaire avec les instructeurs Israeliens Like a Star @ heaven Idea Idea 

Selon la tradition instaurée par les cooperants policiers en provenance de la RFA, tout membre de la GaCi avait droit un dejeuner chaud composé d´un pain pesant plus au moins 200 g (baka 200) et de la margarine (en provenance de Marsavco á l´époque) et pouvait choisir entre du café au lait ou du thé au lait...
Quand ceux de la DSP ont constatés que chaque soir, un camion de la GaCi apportait du pain frais en provenance d´une grande boulangerie de Limete á Kin...même les officiers se sont revoltés et ont menacés de faire une mutinerie si eux aussi ne pouvaient pas avoir du pain frais chaque matin au petit dejeuner..
Quand la nouvelle avait atteint le général Ndjimbi,moins de 24 heures après, ceux de la DSP avaiient aussi du pain frais chaque matin.
Pire encore, le responsable du centre d´entrainement n´était pas content...de voir que les repas des stagiaires de la GacI contenaient du "tomate"...une sauce de tomate était tout simplement impensable dans le quotidien des FAZ..même l´unité spéciale comme la DSP Like a Star @ heaven 
Et en plus, le "fufu" de la GaCi contenait une bonne portion de farine de mais... Neutral  Embarassed  Embarassed 


20 APRES.....


Si nous retournons au Congo 20 après, cette simple question du pain frais au petit dejeuner des membres de l´armée serait une question sensible Rolling Eyes Rolling Eyes 

Tant qu´au Congo ceux qui dirigent ne vont pas prendre en compte cet aspect minimun..,qui peut ameliorer le moral des militaires, tant que les militaires ne seront pas considerés comme des êtres Humains, des citoyens congolais devant beneficier de consideration Embarassed il sera imposible de recruter des universitaires dans les rangs des FARDC No No clown clown 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  ndonzwau le 6/7/2014, 8:17 pm

PPS

Pour information, le Site de Wondo existe depuis près de deux ans : plus d'une fois j'en ai donné ici les liens à certaines de ses analyses et certains autres Sites de la diaspora lui donnent aussi la parole; passons...

Voici la poursuite de son analyse autour du défilé du 30 juin dont certains termes recoupent les miens que j'ai eu à affirmer ici !


Compatriotiquement!


Joseph Kabila peut-il compter sur sa garde républicaine pour
affronter l’Occident et la population ?
  Twisted Evil Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Neutral  Idea  Neutral  Idea  Neutral  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Evil or Very Mad
 
Comme annoncé dans nos précédentes publications, la démonstration de la force de frappe des FARDC, plutôt de la garde républicaine (GR), a bien eu lieu ce 30 juin 2014 au cours d’un impressionnant défilé militaire, voulu  dissuasif par le président Kabila. https://www.youtube.com/watch?v=C41AJZLRRKU Cette impressionnante parade militaire se situe dans une stratégie globale de Kabila visant à atteindre d’ici à l’échéance de son mandat présidentiel en 2016 trois objectifs principaux.
D’abord, le régime ne compte pas se laisser se soumettre à ce qu’il qualifie d’ « ingérence » de la communauté internationale et se dit prêt à entamer un bras de force en misant sur la stratégie de diviser cette communauté internationale pour l’amener à une situation d’impasse et de fait accompli en 2016. C’est ce qu’il a essayé en partie de faire lors de la visite de Kabila à Paris après sa rencontre avec Kerry.
Le second objectif vise à intimider et dissuader la population qui tenterait de contester dans la rue, par des manifestions publiques, les mesures impopulaires que son régime compte prendre prochainement, notamment en termes de modification de certains articles de la constitution ainsi que des modes des scrutins.
En dernier lieu, Kabila compte s’attaquer à certains acteurs politiques et de la société civile. Il s’agit là d’un faisceau d’informations convergentes, provenant des sources politiques proches de la majorité présidentielle (MP) que de nos sources sécuritaires autour du dispositif sécuritaire de Kabila, recoupées, parvenues à DESC à la suite de notre dernière publication sur les intentions du défilé militaire du 30 juin.

Kabila et la stratégie suicidaire du jusqu’au-boutisme made in Mobutu
Avec une gouvernance politique et sécuritaire autocratique, criminelle, ultra répressive et peu respectueuse des droits humains, la majorité d’analystes sont d’avis qu’une fois hors du pouvoir, c’est la porte de la CPI qui semble de plus en plus ouverte pour lui et un bon nombre de ses collaborateurs (généraux Numbi, Banze, Kalume, etc…).
Face à un avenir post-politique sombre, le clan des faucons du pré-carré présidentiel, en témoignent certains cadres ambitieux de la MP, déçus de la rencontre de Kingakati et hostiles à la prolongation du mandat de Kabila, se prépare à mettre en œuvre un plan macabre d’élimination des acteurs politiques et autres personnalités susceptibles de barrer la route à Kabila au-delà du 19 décembre 2016.
« Celui qui oublie son histoire est condamné à le revivre ». Pour rappel, sous Mobutu, alors que la même communauté internationale qui revient subitement aujourd’hui au galop en RDC après s’être assoupie durant les 13 ans de gouvernance désastreuse de Kabila, avait exigé au ‘Maréchal’ de quitter le pouvoir, ses conseillers militaires et sécuritaires lui avaient proposé deux options possibles. Nous tenons ces informations, vérifiables, des sources autorisées de la DSP de Mobutu que dirigeait le feu général Etienne Nzimbi Ngbale.
La première option, émanant comme d’habitude des colombes du régime, a proposé à Mobutu de quitter le pouvoir avant que celui-ci ne le quitte, en facilitant une bonne transition devant permettre une alternance démocratique et pacifique du pouvoir.
La deuxième option, musclée et soutenue par des faucons de son pré-carré sécuritaire civil et militaire, pour la plupart de l’ethnie Ngbandi du maréchal lui proposait ce qui suit : « Mobali akufaka munduki na maboko » ce qui veut dire qu’ « un homme, un vrai, meurt l’arme au poing », il faut écraser tous ceux qui comptent contester votre pouvoir de sorte à ne plus avoir d’adversaire en face de vous. Une liste codée des individus à ramener vivants ou morts, – ouvrir le lien suivant : DSP_Liste des individus à ramener vivants ou morts :  - a été confectionnée pour mettre en application cette stratégie de la terre brûlée mise en place par la DSP (Division spéciale présidentielle), la garde prétorienne de Mobutu.

Travailler avec l’opposition et la société civile pour pousser le pouvoir à la faute
Et l’on peut constater certaines similitudes entre cette période qui ressemble à s’y méprendre à celle que vit le régime de Kabila actuellement, pas étonnant avec le retour des mobutistes dans son sillage. A l’époque, la troïka composée des Etats-Unis, la France et la Belgique, avec l’ambassadrice américaine à Kinshasa, Melissa Wells, comme tête de pont avait fait savoir à Mobutu dans son yacht présidentiel MS Kamanyola que les Etats-Unis n’ont plus besoin de lui et qu’ils feront tout pour le chasser du pouvoir s’il ne se conforme pas à leurs injonctions. Ni le maréchal, encore moins la pléthore de ses conseillers spéciaux en tout genre, n’étaient prêts à comprendre la portée de ce message qui, des années plus tard, allait plonger la RDC dans un cycle de violence macabre dont le pays peine à se relever jusqu’à ce jour. C’est le défaut d’anticipation stratégique que ne cesse de relever DESC dans ses analyses de l’histoire sociopolitique récente de la RDC.

Pour mettre leur stratégie en action, le premier acte de la Troïka était de former une coalition avec l’opposition à la tête de laquelle a trôné l’irréductible Etienne Tshisekedi, l’ancien éminence grise du MPR avec son manifeste de la N’Selé. Mais Ya Tshitshi (lire Grand frère Tshisekedi) comme l’ont affectueusement surnommé les kinois à l’époque, pouvait compter sur le potentiel de mobilisation hors normes de son ‘enfant terrible’ Joseph Olenghankoy. Il bénéficiait également d’un activisme débordant d’un certain Pierre Lumbi Okongo, actuellement conseiller spécial en sécurité de Kabila et qui a d’ailleurs eu le courage de lui dire de se mettre temporairement de côté en 2016 et l’inusbale Modeste Bahati Lukwebo, l’ex-président à vie de la société civile. Tous deux étaient ressortissants du Grand Kivu (Maniema pour le premier et Sud-Kivu pour l’actuel ministre de l’Emploi de Kabila). Ce fut le début de l’époque des villes-mortes et autres manifestations publiques orchestrées par l’Occident qui paralysèrent la vie politique jusqu’à l’aventurisme militaire de l’AFDL. Ce fut l’époque du terrorisme d’Etat connu sous le nom des « Hiboux ».
Comme aujourd’hui avec Russ Feingold, le président des Etats-Unis avaient dépêché auprès de Mobutu son envoyé spécial, Bill Richardson. Il s’agit là d’une fonction très importante dans l’administration américaine car l’envoyé spécial n’a d’autre mission que de transmettre noir sur blanc le message direct du président américain. Ainsi, l’ambassadeur Richardson était chargé de signifier à Mobutu ces paroles : « Il faut savoir quitter l’histoire par la grande porte ». Et quelque temps plus tard, le ministre belge des Affaires étrangères, le socialiste flamand et éphémère Secrétaire général de l’OTAN, Willy Claes, viendra publiquement enfoncer le clou en déclarant que «Mobutu est un homme du passé ».

En visite officielle en France le 21 mai 2014, Kabila passe la garde d’honneur en revue sans tapis rouge. Un détail diplomatique qui en dit long !
Comme Kabila aujourd’hui,  dont le choix en janvier 2001 a été téléguidé par l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa, Mobutu, pur produit de la CIA, avait convoqué à son époque les ambassadeurs occidentaux pour leur enjoindre de respecter la souveraineté du Zaïre. Il a renchéri qu’il n’avait pas besoin des occidentaux et qu’il n’a pas besoin de leurs visas pour se rendre chez eux car il préférait rester au Zaïre ! Même s’il regrettera quelques années plus tard le fait de ne pas être convié aux obsèques de son grand ami, le roi Baudouin Ier, roi des belges. Amnésique, Mobutu s’étonnera au sommet de Biarritz en novembre 1994 d’être invité sans que le protocole ne lui assigne une place pour s’asseoir, lui qui s’était habitué à se trouver toujours au premier plan aux cotés de ses hôtes. Cela rappelle également la récente visite officielle de Kabila, reçu à l’Elysée sans tapis rouge. Il s’agit là, juste, d’un détail diplomatique qui vaut son pesant d’or dans la communication politique internationale non verbale. C’est alors que les généraux Nzimbi et Baramoto lui conseilleront une réclusion via un exil intérieur tropical doré et verdoyant en pleine forêt équatoriale à Kawele dans les environs de Gbadolité d’où il se surnommera lAigle de Kawele, lui promettant en vain d’assurer sa sécurité à Kinshasa.
Le pilier sécuritaire est toujours le premier à trahir et à détaler au moment de se battre 

Alors qu’il ne cessait de le déclarer « Après moi le déluge », Mobutu comptait effectivement à ses bérets verts de la DSP [natiaka mayele na ngai na ba bérets verts (j’ai une totale confiance à mes bérets verts), ou « oyo ekoya eya » (advienne que pourra), aimait-il à le dire] pour mettre Kinshasa à feu et à sang afin de dissuader l’occident à amener l’AFDL à Kinshasa. A ce moment, Mobutu était loin d’imaginer que ses généraux, notamment Nzimbi, Likulia, alors Premier ministre, Mahele (ministre de la Défense et Chef d’état-major général des FAZ) étaient en contact avec l’ambassadeur américain à Kinshasa, Simpson, qui leur a intimé l’ordre de demander aux troupes de ne pas se battre à Kinshasa. C’est ce qui explique la fuite de Nzimbi à Brazzaville le 16 mai 1997 après avoir harangué ses troupes de se battre jusqu’à la dernière goutte de sang. Un acte d’abandon des troupes  par un officier généra, qualifié de haute trahison et passible d’exécution par fusillade ! Au même moment, Likulia envoyait Mahele au camp Tshatsi pour calmer la DSP qui commençait à se mutiner. La suite nous le connaissons très bien. Une des plus grandes dictatures pro-occidentales, reposant sur une garde prétorienne surarmée tombait sans coup férir.
Kabila sur les pas de Mobutu
Aujourd’hui, à l’analyse des faits et gestes politiques de Kabila et son entourage, DESC constate que l’histoire semble se répéter :
- Kabila est en train de surarmer sa garde présidentielle au détriment du reste d’une armée clochardisée comme Mobutu en son temps.
- Kabila est mordu par la tentation de réviser la constitution en vue de se maintenir indéfiniment au pouvoir, malgré d’incessantes mises en garde des Etats-Unis qui l’ont fait roi.
- Kabila rejette les conseils de la bande à maître Mbuyu et Lumbi qui lui suggèrent de se retirer en 2016 et ne pas suivre la stratégie suicidaire de l’abbé Malu-Malu. Sur conseil et entêtement entre autres du général Didier Etumba, le chef des FARDC qui lui a conseillé de se maintenir au pouvoir au-delà de 2016, lui promettant de s’occuper militairement de certains opposants et de mâter toute forme de résistance populaire, Kabila se dit déterminé à rempiler en 201.
- Comme Sakombi en son temps, Lambert Mende, devenu la voix autorisée de Kabila et l’omniprésent et omnipotent super ministre de Kabila est utilisé comme l’attaquant de pointe de la propagande présidentielle.
- Dans la mire des services de sécurité présidentiels, KatumbiFayuluKamerhe et Maître Katende de l’Asadho semblent les premières cibles à neutraliser, selon plusieurs sources du pouvoir. Quant à l’UDPS, le régime travaille sérieusement pour son éclatement depuis qu’Etienne Tshisekedi a opté pour la politique du silence afin qu’elle s’auto-liquéfie en 2016. La machine est déjà en marche. Les premiers signes se font sentir avec l’affaire Moleka et d’autres cas d’achats des consciences signalées parmi certains parlementaires siégeant à l’Assemblée nationale. Le passage du pasteur Mugalu, chef de la maison civile du chef de l’Etat, à la résidence de Tshisekedi, fera encore des dégâts… Mais si cette stratégie échoue, Félix Tshisekedi et Valentin Mubake seraient alors ciblés.

A propos du modus operandi, DESC a l’information selon laquelle un groupe d’ex-FAZ et des combattants Enyelesen exil au Congo-Brazza seraient manipulés, à leur insu, par un vrai faux opposant à la solde du régime de Kinshasa. Il a été chargé par les services de sécurité d’approcher ces exilés afin de les convaincre de mener un coup d’Etat contre Kabila et ses institutions. Une fois qu’ils vont commencer à perpétrer leurs premiers actes, ils seront alors encerclés et neutralisés par la Garde républicaine. Cette dernière se servira de ce coup monté pour s’adonner à la répression à grande échelle et à la neutralisation des adversaires politiques de Kabila, toutes tendances politiques confondues (opposition-majorité) et des contestataires de son régime. Tout ceci se fera en appliquant un scénario similaire aux événements du 30 décembre 2013 à Kinshasa. Une répression sanglante des jeunes désœuvrés de la capitale, qui était planifiée comme un exercice de manœuvre militaire préparatoire(http://desc-wondo.org/evenements-du-30-decembre-2013-en-rdc-un-massacre-orchestre-par-le-regime-jj-wondo/) à cette répression que le régime veut dissuasive et exemplaire afin de briser toute velléité de contestation politique et populaire.
Ce que le régime Kabila ignore ou feint d’ignorer est qu’à voir la manière dont les occidentaux ont manipulé les révolutions dites du printemps arabe, ont fait tombé les dictateurs Mobutu, Kadhafi, Saddam Hussein, un bras de fer armé lui est d’avance défavorable. Plusieurs sources introduites auprès des chancelleries occidentales à Kinshasa. Ces sources nous disent que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Belgique et l’Union Européenne,  malgré position assez floue de la France, sont unanimes et intransigeants pour le départ de Kabila en 2016. La MONUSCO serait chargée d’exécuter la feuille de route.

Si Nzimbi et Baramoto, les proches parents de Mobutu, n’ont pu tirer une balle pour défendre leur frère auquel ils devaient tout et étaient liés par le pacte du sang, ce ne sont pas des opportunistes comme Banze, Bisengimana, Etumba ou Olenga qui sauveront le soldat Kabila lorsque viendra sonner le glas.
PS: Ce n’est pas parce que les occidentaux souhaitent subitement le départ de Kabila qu’ils veulent le salut des congolais!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  ndonzwau le 7/7/2014, 4:09 am

PPPS

Une diversion, hors-sujet ? Peut-être pas tant que ça !

L’armée càd une armée nationale est plus qu’une béquille d’un Etat, plus même qu’une jambe, c’est quelque part la personne même de l’Etat qui s’exprime par elle… Dans ce sens, (et en situation normale) elle ne peut avoir de buts propres sinon dépendant d’objectifs (politiques) de l’État… Tel État, telle Nation, tel type d’armée … Ainsi l’obéissance, la loyauté, disais-je, la discipline… ne sont pas pour rien ses valeurs cardinales…
Notre ancienne « Force Publique » n’était pas ainsi une véritable « Armée Nationale » dans la mesure où elle était d’abord au service des intérêts du colonisateur et moins de  ceux du peuple pris dans au delà de leur simple sécurité dans ses libertés et à ses  droits profonds… Cela transparaît d’ailleurs dans sa maxime « Civil azalI munguna ! »

Voici dessous à travers ce cas qui peut paraître éloigné une illustration de ce que représentent encore chez nous nos institutions, des organes au service d’un pouvoir et non de l’Etat, de la Nation et l’armée quelque part une milice vouée à la défense d’un régime si tragiquement que même lorsque parfois la défense de l’État rejoint celle du pouvoir, la force militaire ne désarme pas complètement à dépendre des objectifs « politiciens » comme dans le cas de ce défilé et de l’arsenal militaire qu’on  nous vante si platement…
Méfions-nous donc de vite tirer tous les plans sur la comète : qui n’a pas compris ces évidences, en plus avec les complicités que pratique ce régime, se focalisera sur la logistique militaire en croyant épuiser les questions de notre défense et de notre sécurité se  réveillera demain de ses illusions devant notre même impuissance organisée plutôt que subie !  


"RDC: inquiétude quant au retour de trois ex-miliciens de l’Ituri
° http://www.rfi.fr/afrique/20140706-rdc-inquietude-quant-retour-trois-ex-miliciens-ituri/


Un habitant de Bogoro, en Ituri, devant le squelette de l'une des victimes du massacre de plus de 200 villageois, en 2003.
 
Trois anciens miliciens de l'Ituri doivent théoriquement rentrer en RDC ce 6 juillet, trois ans après avoir été transférés à la Cour pénale internationale qui les avait entendus comme témoins dans le procès du seigneur de guerre Germain Katanga.
Devant la CPI, ils avaient mis en cause plusieurs responsables politiques congolais, dont le président Kabila lui-même, pour leur rôle supposé dans la guerre civile qui avait ravagé l'Ituri en 2003. Ils avaient demandé l'asile politique aux Pays-Bas, qui le leur a refusé. Leur retour à Kinshasa, où ils doivent être réincarcérés, inquiète les ONG internationales et les activistes congolais des droits de l'homme, mais le gouvernement se veut rassurant.

Pour de nombreux défenseurs des droits de l’homme, Floribert Ndjabu, Sharif Manda Ndadza Dz'Na et Pierre-Célestin Mbodina risquent gros pour avoir mis en cause des officiels congolais en fonction. Les trois hommes avaient fait des révélations sur différentes implications des dirigeants du pays dans l’existence des groupes armés en Ituri, dans l'extrême nord-est du Congo.
Incarcérés à la prison centrale de Kinshasa avant leur départ pour La Haye, ils reviennent tous pour reprendre leur place dans une maison carcérale, peut-être à la prison militaire de Ndolo.
Les activistes des droits de l’homme qui craignent des exactions contre ces témoins gênants évoquent aussi des exécutions extra-judiciaires. Joint au téléphone par RFI, le porte-parole du gouvernement a balayé d’un revers de la main toutes ces craintes. « La RDC est un pays où la liberté d’expression est garantie », a répliqué Lambert Mendé, en ajoutant que ce n’est pas la première fois que des gens accusent les dirigeants du pays et que rien ne leur est arrivé."

Voici la suite des commentaires de Wondo :

Synthèse de la revue de la presse commentée par DESC
Semaine du 30 Juin au 4 juillet 2014
° http://desc-wondo.org/special-hebdo-30-juin-commente-de-desc-semaine-du-30-juin-au-4-juillet/
Les articles de presse sur l’allocution de Joseph Kabila, chef de l’Etat congolais, à l’ occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance du Congo ont dominé l’actualité hebdomadaire de la semaine du 29 juin au 5 juillet. DESC y a consacré l’essentiel de son analyse. Mais deux autres sujets également ont été retenus dans la synthèse de l’actualité commentée par DESC, à savoir :
– La Déclaration de la Conférence Episcopale nationale du Congo qui plaide pour la protection de la nation et met en garde contre toute tentative de révision de l’article 220 de la Constitution.
– La réunion de Luanda en Angola entre les experts en défense et sécurité de la SADC et de la CIRGL pour évaluer la situation sécuritaire en RDC par rapport à la relocalisation des FDLR.
Joseph Kabila, distrait et dépassé, souffle le chaud et le froid
A l’occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, le président Joseph Kabila a présidé personnellement le 30 juin à Kinshasa un imposant défilé aux couleurs exclusives des FARDC et de la PNC.L’Avenir explique que « pendant plus d’une heure trente, les Kinois ont admiré sur la place du Cinquantenaire des troupes élégamment vêtues ainsi que des chars de combat, des blindés et autres armes sophistiquées pendant que les avions de chasse survolaient le ciel de Kinshasa pour la première fois ». L’Avenir affirme que « n’en déplaise aux détracteurs, c’était une véritable démonstration de force ». Un défilé qui a effectivement confirmé les pronostics de DESC qui en était mis au parfum deux mois auparavant.
De son côté, Le Phare rappelle que « conformément à une vieille tradition républicaine, le Chef de l’Etat s’est adressé à la Nation le 29 juin 2014, à 24 heures de la célébration du 54ème anniversaire de l’indépendance ». Son message s’est articulé autour de cet évènement historique. Il a souligné particulièrement « la liberté et l’unité comme deux valeurs à préserver absolument par notre peuple », rendant au passage « un hommage appuyé aux FARDC pour leur contribution à la restauration de la paix dans la partie est du pays ». S’agissant des concertations nationales, Le Phare rappelle que dans son discours à la nation, « Joseph Kabila a réitéré sa volonté de les couler en actes ».
« La commémoration, le 30 juin, des 54 ans d’indépendance de la RDC a été l’occasion pour le Chef de l’Etat de remettre les pendules à l’heure sur certaines questions de politique nationale », selon Le Potentiel. « Si, pour certains, les résolutions et recommandations issues des concertations nationales se conjugueraient déjà au passé », Joseph Kabila n’est pas de cet avis. Il déjoue tous les pronostics avancés jusque-là à propos de l’imminence de la mise sur pied du gouvernement de cohésion nationale en ces termes : « Je réaffirme mon engagement d’accélérer la mise en œuvre des recommandations de ces assises, de façon méthodique, mais en évitant toute précipitation » a promis Kabila dans le message qu’il a adressé à la nation. Et Le Forum des As d’écrire à ce propos que « c’est de la sorte qu’en si peu de mots, le Chef de l’Etat a résumé la situation au sujet du gouvernement de cohésion nationale tant attendu. Comme pour dire que ce gouvernement n’interviendra que quand le moment sera jugé opportun et non sur base des pressions des acteurs politiques et membres de la société civile ».
Analyse de DESC
De l’analyse de plusieurs analystes, la sortie médiatique du Chef de l’Etat congolais n’a pas été à la hauteur des attentes de l’opinion nationale. Certains ont noté un discours plat, décevant et à côté de la plaque. Un discours laconique, à l’image de l’essoufflement politique du régime Kabila, selon les analystes de DESC. Plus d’un observateur s’attendait, dans ce discours, à ce que Joseph Kabila clarifie l’opinion congolaise sur les grandes questions d’actualité. Il s’agit notamment d’être précis sur son chronogramme de la mise en place du gouvernement de cohésion nationale, renvoyé sans doute aux calendes grecques. Les congolais attendaient également que le président Kabila leur fournisse plus d’éléments concrets sur sa stratégie de résoudre la question des expulsions des Congolais de Brazzaville. Ici aussi, Kabila s’est renfermé dans une langue de bois en effleurant la question superficiellement sans convaincre l’opinion. D’autres, encore, s’attendaient à ce que Joseph Kabila rassure l’opinion nationale et internationale sur les présidentielles de 2016 et son avenir politique au-delà de son mandat présidentiel et la révision constitutionnelle en vue. Mais le ‘raïs’ s’est montré aphone à ce sujet, se limitant à apporter un vif soutien au président de la CENI, son collaborateur bbé Apollinaire Malumalu.
A la déception de tous, le Chef de l’Etat a poliment esquivé ces questions qui fâchent et n’a fait que polarisé la tension politique autour de sa personne, devenue le punching ball encaissant tous les coups des congolais et de la communauté internationale. Enfin, alors qu’il déclarait, certainement distrait par ses conseillers, que les FARDC ont le contrôle de tout le territoire, malheureusement la question du massacre de Mutarule, au Sud-Kivu, n’a ni ému encore moins fait l’objet de l’attention présidentielle. Signe de plus qu’entre les Kivu et le raïs, qu’ils ont élu massivement en 2006, le divorce est quasi-total.
Le président Joseph Kabila, ayant placé les festivités d 30 juin sous le signe des FARDC et de la PNC, a logiquement consacré l’essentiel de don message et de son temps à leur rendre hommage. Quoi de plus normal lorsque l’on sait qu’en novembre 2012, cette armée a été la risée du monde entier. DESC profite également de cette occasion pour saluer cette performance de l’armée loyaliste congolaise. Une performance, quoique relative, qui n’arrive pas tous les jours depuis ces dernières 18 années.
Une performance à relativiser, nous le disons, car cela n’a été possible également que grâce à l’action appuyée de la MONUSCO, via sa brigade d’intervention. Et dans nos livraisons antérieures, nous avons démontré en long et en large en quoi cette contribution indispensable de la MONUSCO a apporté une valeur ajoutée indéniable à la défaite militaire du M23. Nous expliquerons en détails dans un ouvrage à publier prochainement en quoi cet apport a été déterminant.
Dire que l’armée congolaise a le contrôle de tout le territoire national reève d’une basse démagogie de la part deJoseph Kabila. C’est ignorer que certains groupes armés continuent à occuper plusieurs coins de la RDC et y font la loi. Est-ce un signe que le Chef de l’Etat est réellement déconnecté de la réalité et qu’il semble dépassé par les événements et sa charge présidentielle ? Oublie-t-il que les Bakata Katanga continuent à faire la loi dans la triangle de la mort au Katanga forçant plus de 500.000 Congolais à fuir leurs habitations et à vivre de l’aide humanitaire du PAM (Programme alimentaire mondial) pendant que son gouvernement est incapable de leur assurer un minimum de services sociaux de bas ? Oublie-t-il que le Sud-Kivu est en proie à une recrudescence des tensions communautaires ? Ignore-t-il que l’ADF/Nalu que son porte-parole Mende a annoncée à plusieurs fois être éradiquées continues à sévir au Nord-Est d la RDC, que les combattants de Morgan ont repris leurs armes et que le Nord Kivu est loin d’être complètement pacifiée ?
DESC reprend un extrait de Baudouin Amba du Congoindependant par rapport à la césure qu’il y a entre Kabila et la réalité du terrain  : Un chef d’Etat déconnecté des réalités. « Lors de l’allocution qu’il a prononcé, dimanche 29 juin, à l’occasion de la célébration du 54ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance, «Joseph Kabila» a laissé l’impression d’un homme aveuglé par ses fausses certitudes au point d’être déconnecté des réalités. Le locuteur espérait «intimider» les auditeurs. C’est l’effet contraire qui s’est produit. Il a osé déclarer que les «forces armées et de sécurité» congolaises ont mis fin à l’instabilité qui régnait dans la partie orientale du pays. A quoi servent, dès lors, les forces onusiennes présentes dans le pays depuis 1999? Quid de la Brigade internationale mise sur pied aux termes de la résolution 2098 du Conseil de sécurité du 28 mars 2013? . Joseph Kabila d’ajouter sans rire : «J’annonce solennellement à la nation congolaise que nos forces armées ont le contrôle absolu de l’ensemble du territoire national». Et pourtant. Dans le district de l’Ituri, dans la Province Orientale, les «éleveurs» Mbororo continuent à terroriser la population; les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu font de même. Au Nord Kivu, toutes les bandes armées sont loin d’avoir été défaites. C’est le cas particulièrement des miliciens Hutu des FDLR et autres Maï Maï machin et truc. Que dire du Nord Katanga où les miliciens Ba Kata Katanga, avec à leur tête Kyungu Mutanga alias « Gédéon »?
Abordant le sujet relatif aux recommandations des concertations nationales, Joseph Kabila a réaffirmé son engagement d’accélérer la mise en œuvre des recommandations de ces assises, de façon méthodique, mais en évitant toute précipitation. Comment peut-il être à ce point ambivalent en parlant d’accélérer d’un côté tout en se disant ne pas se précipiter lorsqu’il a passé plus de 8 mois à ne concrétiser en entier aucune des 100 recommandations des plus de 600 recommandations sorties des concertations. L’on se demande avec quelle vitesse va-t-il les appliquer et les implémenter d’ici à l’échéance 2016 ? Aucune recommandation en 8 mois et 100 recommandations en 2 ans qui lui reste dans cette période politique très tendue et échaudée où d’autres priorités risquent de venir faire ombrage à ses concertations et s’imposer dans l’agenda politique, rangeant dans l’oubli définitif ses concertations que DESC a prédites qu’elles allaient aboutir à un cuisant échec pour son initiateur.
Cela revient à dire que tous ceux qui attendent de façon messianique le gouvernement de cohésion annoncé avec pompe lors du congrès en Octobre 2013, devront encore garder leur mal en patience. Joseph Kabila va encore continuer à se moquer d’une partie de ces Cons-golais qui continuent à l’aduler et qui l’ont cru en ayant participé à ses concertations mal conceptualisées et calibrées. Il a d’ailleurs tout à perdre avec ce gouvernement qui ne lui apportera politiquement rien, si ce n’est deux pelés et trois tondus de l’opposition et la division de sa plateforme politique qui devra céder des places pour au profit de la bande à Kengo. Ce qui fissurera davantage sa Majorité présidentielle déjà désunie et non contente du partage actuel du gâteau.
Il faut dire que le discours de Joseph Kabila n’a pas trop intéressé les congolais. On a eu l’impression que les congolais avait deviné que rien de bon ne sortirai de ce discours puisque tout le monde était concentré sur le mondial 2014. Même le défilé militaire avait connu peu d’engouement populaire car les esprits des Kinois sont déjà ailleurs, à l’après Kabila. Comme qui dirait, le match qui se jouait était plus important que l’annonce du Rais. Bref, le discours de Joseph Kabila était « un raté ». Ainsi pour paraphraser à nouveau Baudouin Amba : , « Joseph Kabila » refuse de comprendre que «le jeu est terminé!». The game is over! L’homme n’a pas compris qu’il y a belle lurette qu’il ne fait plus «rêver».

Le prélat catholique monte au créneau et Mende leur rappelle le respect de la Constitution
« Les évêques disent non » titre le Forum des As. En effet, les évêques tapent du poing sur la table et haussent le ton car « hostiles à toute tentative de modification de la constitution, particulièrement en son article 220 qui fixe le nombre de mandats du Président de la République ». Lors d’un point de presse tenu le 1er juillet, l’abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la CENCO a rendu publique la position des évêques à travers le message intitulé «Protégeons notre nation. Pour un processus électoral apaisé et porteur d’un avenir meilleur ».
L’Avenir rapporte que ce message émane de la 51e assemblée plénière de ses évêques membres réunis en session ordinaire du 23 au 27 juin derniers. Dans ce message, les évêques de la CENCO ont de prime abord salué les efforts de construction du pays entrepris par le gouvernement et les progrès enregistrés par les FARDC et les forces de la MONUSCO dans la lutte contre les groupes armés. Par ailleurs, les évêques ont encouragé la CENI à « sauvegarder son indépendance et à demeurer dans l’impartialité et la transparence ». Le Palmarès, pour sa part, rapporte que « l’Église catholique souhaite que l’élection présidentielle prévue pour 2016 en RDC soit l’occasion d’une transition véritablement démocratique et exhorte le Président de la République Kabila à s’effacer du pouvoir à cette date ». Les évêques appellent également la population congolaise « à faire preuve de vigilance pour s’opposer par tous les moyens légaux et pacifiques à toute tentative de modification des articles verrouillés ».
Toujours concernant le processus électoral, Le Phare renseigne que « les évêques sont toujours fermes : pas de révision de la constitution ». Les prélats catholiques ont mis en garde quiconque tenterait de la charcuter, de même que les autres articles verrouillés de la constitution ». Pour sa part, Le Potentiel affirme que « loin de toute polémique, l’abbé Santedi a fait observer que ‘le message de la CENCO n’est pas un appel à la révolte mais à la prise de conscience’.
Évidemment, comme chaque fois dans pareils cas, le message de la CENCO a été diversement interprétée au sein de la classe politique congolaise. A la majorité, on estime que la démarche l’église catholique ne favorise pas l’unité mais plutôt la division. Et que les évêques se sont laissé prendre au piège. Puisque selon la majorité, c’est sur base des suspicions que l’Eglise catholique a fait cette déclaration. L’opposition, par contre, appuie et applaudit ce message de la Cenco.
Le débat sur la révision de la constitution reste d’actualité. Cette déclaration de la Cenco n’est pas nouvelle, puisque les évêques catholiques s’étaient déjà exprimés par rapport à cet aspect. Mais lorsqu’ils reviennent sur ça, on peut se dire que l’Eglise catholique est déterminée à barrer la route à quiconque voudra modifier la constitution. On sait à quel point l’Eglise catholique exerce une forte influence sur l’opinion nationale. C’est la raison pour laquelle ce message ne doit pas être pris à la légère. Cette déclaration des évêques rejoint celle de la société civile, des envoyés spéciaux et même de la communauté internationale. Il s’agit là d’un faisceau de signaux qui isole davantage Kabila tant sur le plan interne qu’externe. Des sources bien informées nous ont fait d’ailleurs d’une panique grandissante qui s’installent dans la cour présidentielle. DESC y reviendra prochainement dans une analyse, le telmps de recueillir d’autres données y afférentes.
Même si le régime n’a plus le moral, il ne veut cependant pas manifester son inquiétude au grand jour et veut se montrer combatif et mobilisateur avec ces propos nationalistes d Kabila :  » La souveraineté de notre pays et la dignité congolaise ne se marchandent pas ! Il en est de notre indépendance et de notre liberté. Elles méritent plutôt tous les sacrifices. Les préserver à tout prix est donc, pour chacun de nous, un devoir citoyen.  »
Comme chaque fois dans pareille situation lorsque Kabila se sent attaqué, c’est à son ministre des Médias, devenu de fait son porte-parole personnel, que les observateurs attendent la réaction. Celle-ci, comme les précédentes d’ailleurs, n’a pas dérogé au style du « sophisme médiatique » que chérit Mende. Au cours d’un point de presse tenu le 3 juillet à Kinshasa, minimisant la sortie médiatique du prélat catholique, Lambert Mende Omalanga, on est loin de croire à une interpellation générale que certains ont tord, de considérer comme un pavé jeté contre tel ou tel autre camp politique. Et le griot de Kabila d’asséner : « quand la CENCO proclame urbi et orbi, sa désapprobation de tout mode de scrutin qui priverait le souverain primaire de son droit de désigner ses gouvernants et de participer directement à la gestion de la cité. A tout prendre, la CENCO doit s’abstenir de donner l’impression de croire, à tort, que les options fondamentales relèvent du dogme…. »
Et le Porte-parole de poursuivre qu’il serait malvenu pour la CENCO de croire qu’elle peut imposer cette opinion à la nation, en se substituant au législateur attitré ou à l’administration électorale elle-même qui dispose de tous les paramètres techniques permettant d’apprécier l’efficience des mesures d’application de la loi électorale. Ainsi surRadio Okapi, Lambert Mende, dans un style théâtral,  recommande aux évêques catholiques de ne pas violer la Constitution de la République en ces termes:  « C’est ici le lieu de rappeler que nul, dans un Etat démocratique, n’a le droit d’autoriser ce que la Constitution interdit et nul n’a le droit d’interdire ce que la Constitution autorise« .
La question des FDLR à l’agenda de la communauté internationale lors de la réunion de Luanda en Angola
Le Phare rapporte : « Près de 200 rebelles rwandais des FDLR ayant rendu les armes et quelque 400 dépendants attendent dans les camps de la MONUSCO leur rapatriement vers le Rwanda » a dit le général Wafi, représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies en RDC lors de la conférence de presse hebdomadaire de la MONUSCO à Kinshasa. Le général Wafi a néanmoins prévenu que l’option militaire reste également valable pour les éléments des FDLR réfractaires.
« Où vont s’installer les éléments des FDLR qui se mettent à déposer les armes dans les provinces du Nord et du Sud Kivu ? » se demande L’Observateur. Et de rappeler que c’est entre autre à cette épineuse question que la réunion de Luanda en Angola réfléchit depuis le 1er juillet. Les experts en défense et sécurité de la SADC et de la CIRGL se sont réunis mardi pour évaluer la situation en RDC et soumettre des propositions à la pacification de la région orientale de ce pays. « La grande question à débattre est le lieu où accueillir les éléments des FDLR qui se rendent après plusieurs années passées dans le maquis.
Pour sa part, Le Forum des As rapporte les propos du général Wafi selon lesquels « nous restons une mission de maintien de la paix. Si nous pouvons obtenir le désarmement de l’ensemble des groupes par des solutions pacifiques, nous n’hésiterions pas à le faire. Cela dit, l’option militaire reste sur la table et pour ceux qui refuseront de se rendre au bout du processus, nous lancerons des opérations militaires ».
t 2014
« En colère, Paul Kagame maudit l’ONU », titre La Tempête des Tropiques affirmant que le président rwandais est en train de cracher sur l’accord-cadre conclu à Addis-Abeba afin d’établir la paix dans l’est de la RDC. Et de rappeler que « soucieuse de mettre en œuvre le plus rapidement possible l’accord-cadre d’Addis-Abeba daté du 28 février 2013, la communauté internationale assure depuis quelques jours à Rome (Italie) la tenue d’une importante rencontre sous l’égide de la communauté religieuse Sant Edigio ». Informé des facilités accordées au FDLR pour se déplacer à l’intérieur de la RDC et pour leur entretien invariablement par l’Onu et le gouvernement de la RDC, « Paul Kagame a piqué une sainte colère » et s’est mis à maudire l’ONU « pour son manque de neutralité » et les autorités de la RDC « pour leur complicité avérée ».
Les parties ont convenu d’accorder six mois de sursis aux FDLR pour leur désarmement. Cette réunion, à en croire la MONUSCO, avait pour objectif, l’élaboration d’un plan d’action en vue de la facilitation de ce désarmement sur terrain. Les parties ne peuvent recourir aux armes contre les FDLR pendant ce délai supplémentaire. Cependant, une évaluation à mi-parcours sera faite dans 3 mois. Dans une déclaration faite à radio okapi le porte-parole des FDLR , Laforge Sisibazeye regrette par ailleurs que la CIRGL et la SADC n’aient pas exigé à Kigali un dialogue avec les FDLR.
Kigali fait-il autant peur pour que même la communauté internationale n’ait pas le courage d’exiger un dialogue inter Rwandais ? Il y a quand même quelque chose qui cloche. Kagame qui a toujours prétendu que les Fdlr étaient une menace pour son pays, semble n’est pas être content du processus de désarmement de ces combattants Hutu Rwandais. Mais Pourquoi ?
Une autre question qu’il faut se poser est de celle de savoir si tous les Hutus qui sont venus en Rdc (Zaïre à l’époque) comme refugiés doivent être considérés comme rebelles pour que Paul Kagame refuse tout dialogue avec ces derniers. On peut se demander pourquoi Kagame peut être autant dégouté. Il devrait plutôt se réjouir de la disparition définitive de cette menace que sont les FDLR. On peut comprendre qu’il est partisan de l’enlisement, du pourrissement de la situation dans la région pour bien continuer à piller les minerais de la RDC grâce auxquelles il reconstruit son pays.



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Troll le 12/7/2014, 10:35 am

Razz Idea ..INVESTISSEMENT ? LES Mi-24

La RDC possede peut-être 4 hélico de combat Mi-24 d´orgine Russe Idea Arrow Quand nous disons que ces équipements qu´on a vu defiler le 30 juin sont en réalité un investissement pour le futur de la défense de la RDC..savez-vous que le Mi-24 "Hind" peuvent-être modifiés et modernisés en devenant des "Super Hind" Question 

Le plus utile est que l´entreprise aéronautique capable de modifier les Mi-24 Hind se trouve en Afrique du Sud.
En effet, www.paramountgroup.biz qui a racheté l´ex ATE..visitez ce site...est une entreprise capable de modifier le Mi-24 en incorporant une avionique moderne occidentale, un système d´arme SudAf avec des canons et des missiles, en plus d´une protection électronique de Denel


Selon plusieures publications militaires, la version modifiée la plus efficace du Mi-24 est le "Super Hind" SudAf..L´Algerie par exemple a pu faire modifier plus de 50 hélico de combat Mi-24 qui sont devenus des Super Hind Idea 

En plus, Paramount Group "recycle" aussi des pilotes des avions de combat (y compris des hélico de combat) dans sa propre academie aéronautique en Afrique du Sud Idea 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  ndonzwau le 12/7/2014, 5:39 pm

Wondo revient à juste titre sur le mobile essentiel du défilé du 30 juin dernier : un effet dissuasif auprès de la population et de la CI (pas tant les voisins plutôt que réduite ici à son périmètre efficace, réel, les puissances occidentales) !
Quitte à le valoir  : la pauvre population a été hélas effrayée mais les puissances si elles comprennent davantage le stratagème de Kanambe et sa capacité à rendre toute ingérence militaire contre lui plus laborieuse n'en ont pas moins les moyens de venir à terme à bout de toute sa résistance si jamais elles se décidaient à intervenir à tout prix !

C'est là la vraie victoire de "JK" : obliger à travers sa prétendue "démonstration de force" cette CI à plus de radicalité et plus d'union; ce qui n'est pas gagné d'avance pour elle qui est devenue moins "interventionniste" et au besoin s'applique à déléguer, à sous-traiter ses "missions" par des alliés locaux  !
Quid dans tout cela de l'apport du dernier amendement d'Obama de l'Executive Order 13413 of October 27, 2006 (E.O. 13413) ?


Kabila se dit très satisfait du déroulement du défilé militaire du 30 juin 2014
° http://desc-wondo.org/kabila-se-dit-tres-satisfait-du-defile-militaire-du-30-juin-2014/

Selon des informations parvenues à DESC, relatives à la parade militaire du 30/06/2014 voulue dissuasive par Kabila, ce dernier se dit très satisfait de son déroulement. Il dit croire que « le message est correctement passé auprès de la communauté internationale. » C’est ce qui ressort de la réunion d’évaluation du défilé qui s’est tenue au Domaine présidentiel de la N’sele, l’ancienne résidence de villégiature du maréchal Mobutu qu’il mime à la trace, rénovée pour devenir son lieu de résidence à Kinshasa, pour des raisons de sécurité.
Cette réunion stratégique d’évaluation, autrement dit, le « débriefing » a connu la présence des généraux Didier Etumba (Mongo, CEMG FARDC), François Olenga (Kusu du Maniema, CEM de la FT et coordonnateur du défilé du 30 juin)), Célestin Mbala Munsense (katangais de mère kasaïenne, CEM de la maison militaire de Kabila et CEM chargé de l’administration des FARDC), Dieudonné Banze Lubunj (Mulubakat, Commandat de la GR et ex-FAZ sorti de l’EFO-Kananga), Numbie Elias (Mulubakat, chef d’état-major adjoint de la force terrestre) ; Dieudonné Hamuli Bahigwa (un Hima de l’Ituri, ex-RCD-Goma t chef d’état-major chargé des opérations au sein des FARDC) qui a été chargé de seconder le générla Olenga dans la coordination du défilé. Il est d’ailleurs prés senti pour devenir soit le futur chef d’EMG des FARDC eu chef d’EM de la force terrestre lorsque Etumba et Olenga accéderont à leur retraite statutaire d’ici à 2016;  et le Colonel Monga (Mulubakat de Kabalo, ancien officier des FAZ de la 31ème Brigade parachutiste et du 311ème Battaillon de CETA sous les FAZ; une unité qui était basée au departa à Kamina puis à Bukavu en 1996 lors de l’opération Kimya des FAZ. La majorité de son unité a rallié l’AFDL en 1997 à la suite de la trahison de ses officiers approchés par les Etats-Unis. Beaucoup de ces officiers sont actuellement des généraux qui occupent des postes stratégiques aux côtés de Kabila dans les FARDC). Le colonel Monga est le chef d’état-major chargé du renseignement (T2) au sein de la G.R. Il est très écouté par Kabila (C’est l’œil et l’oreille du bossselon notre source militaire). Par ailleurs, depuis qu’il s’est radicalisé en se montrant viscéralement loyal au raïs et lui conseillant de se maintenir au pouvoir après 2016, le général Didier Etumba assiste désormais, en tant que faucon du régime, à toutes es réunions secrètes et stratégiques convoqués par Kabila.     
Il ressort de cette évaluation que moins de 10% de l’effectif et du matériel militaire des FARDC ont défilé. L’effectif prévu au départ à 20.000 hommes a été ramené à la baisse à 11.000 hommes. 400 véhicules et matériels de charroi militaire ont également été exhibés au lieu de 800 prévus au départ. Les missiles n’ont finalement pas été démontrés car on estimait que les véhicules blindés ainsi que les matériels d’artillerie qui ont défilé étaient suffisantes pour produire l’effet dissuasif auprès de la population et de la communauté internationale.
Le format du matériel aérien a également été revu à la baisse. Ce, à la suite du rapport secret transmis à Kabila par l’état-major de l’armée de l’air expliquant qu’il serait impossible de faire voler 25 appareils différents (avions de combat ,avions de transport, hélicoptères de combat, hélicoptères de transport) a la fois. En effet, la station mobile radar de contrôle aérien installé au camp Kokolo et visité d’ailleurs la veille du 30 juin par Kabila, ne disposait que d’une capacité contrôle et de guidage aériens réduits. Il fallait éviter à tout prix le risque de télescopage dans les airs. D’où la décision de faire voler un maximum de 12appareils (4 avions de combats Sukhoi Su-25 K de fabrication russe, appelé aussi Frogfoot, efficaces pour l’attaque au sol. Il s’agit des mêmes types d’avion livrés récemment par la Russie et l’Iran à l’Irak pour faire face à la rébellion islamiste), 4 hélicoptères de combats Mi-24/35V, 2 hélicoptères de transport Mi-8P et 2 avions de transport Antonov-26 Curl). Cependant, les Mig-23 MB/S, acquis récemment en Russie, n’ont pas survolé les airs kinois pour ne pas exposer toutes les armés des FARDC.
A propos de l’acquisition du matériel militaire russe, nos sources nous informent une intensification des rapports RDC-Russie. Cette dernière a promis de fournir davantage de matériels militaires, à un prix défiant toute concurrence, notamment ukrainienne ou serbe. Le surarmement de la GR va « s’intensifier en 2015 en vue de parer à toute éventualité ». Donc, dans les prochains mois, le port de Matadi fera l’objet de gros débarquement de matériel militaire, au grand dam de la MONUSCO et des chancelleries occidentales qui accompagnent mollement la réforme des services de sécurité en RDC. Pour Kabila, nous dit notre contact : « mon armée doit être en mesure d’écraser totalement tout mouvement de sédition intérieure et détruire toutes tentatives d’invasions extérieure. »
Cependant, selon une autre source sécuritaire congolaise, une autre raison qui a motivé la réduction de moitié du dispositif du défilé militaire du 30 juin dernier, est à mettre en rapport avec l’état de santé de Olive Lembe, l’épouse du chef de l’Etat congolais. Cette dernière souffrant d’un cancer du col de l’utérus, dans un stade assez avancé, n’aurait pas pu, selon les dernières évaluations faites par son staff médical, tenir plus de 4 heures de défilé militaire. Il absolument réduire d’environ de moitié, la durée de ce defilé, soit autour de 2h15 au lieu de 4h35 comme (planification initiale estimée en février 2014). La présence d’Olive, épouse officielle du président, était indispensable en pareille circonstance, mais aussi pour déjoué toutes les fausses rumeurs qui ont circulé sur son empoisonnement ou son éventuel décès.
Enfin, le public aura apprécié le manque de courtoisie et de galanterie de la part de Kabila à la fin du défilé, ignorant complètement la femme, taillée sur mesure pour sa fonction d’Etat, à la fin du défilé lorsqu’il quitta la tribune officielle pour se rendre dans leur véhicule en saluant quelques officiels. A visionner à partir de la 39ème minute de ce lien vidéo:  https://www.youtube.com/watch?v=C41AJZLRRKU




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30 Juin 2014 : Démonstration de forces Armées de la République Démocratique du Congo

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum