La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mathilde le 9/7/2014, 3:21 pm

A LIRE !!

La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -


C’est une information donnée par le magazine américain Forbes (www.forbes.com). Le journal se reporte à des expatriés occidentaux et des experts africains. Dans son édition datée du 30 juin, le très prestigieux journal de l’élite américaine assure qu’à l’opposé, Mobutu Sese Sese qui a dirigé le Congo durant 32 ans avait accumulé cinq milliards $US. A en croire l’auteur, « Joseph Kabila « doit quitter le pouvoir à la fin de son mandat en 2016. Dans le cas contraire, les Etats-Unis et l’Union européenne vont s’attaquer à sa fortune planquée dans des paradis fiscaux.

Sous le titre « L’agenda secret neo-conservateur d’Obama », Richard Miniter, journaliste d’investigation bien connu qui collabore notamment à cette publication, écrit que Barack Obama qui affiche la posture d’un non-interventionniste au Moyen-Orient se comporte de plus en plus en « néo-conservateur » en Afrique.

En Afrique, note-t-il, le même président se montre fort heureusement plus dynamique. Selon lui, le cas le plus dramatique pour les efforts de l’Administration Obama est sans doute celui de la République démocratique du Congo qui serait, pour lui, un « Etat manqué » bien que doté d’importantes ressources en minerais stratégiques. Il cite au passage l’instabilité qui règne à l’Est avec la présence des rébellions internes et externes.

Au Congo-Kinshasa, dit-il, l’Administration Obama met l’accent principalement sur la « promotion des valeurs démocratiques ». Et de constater qu’il s’agit d’un sujet qui est rarement fait mention hors du continent africain.

Richard Miniter de scruter à la loupe le « système Kabila » à la lumière de la controverse du moment relative à la fin de son second et dernier mandat en décembre 2016. Il assène : « La RDC est dirigée par un homme, Joseph Kabila, qui montre des signes de sa volonté de ne pas quitter le pouvoir en 2016″. « Kabila, poursuit-il, représente à lui seul un specimen de maux dont souffre l’Afrique. Il a hérité la Présidence à la suite de l’assassinat de son père, qui, lui-même, s’était emparé du pouvoir dans le sang et le chaos ».

Citant des sources françaises et allemandes, Miniter assure que « Joseph Kabila » a pu amasser environ 15 milliards USD au cours de la décennie précédente. Cette masse d’argent se trouverait dans des banques situées dans les îles britanniques et ailleurs. « A l’opposé, Mobutu Sese Seko, un dictateur qui a dirigé le Congo durant 32 ans, avait accumulé 5 milliards $ US ». « Kabila a sous son contrôle des concessions petrolières et a la haute main sur des concessions minières jugées les plus riches du monde ».

Se fondant sur des informations obtenues auprès des expatriés occidentaux et des experts africains et autres, le journaliste fait remarquer qu’à l’instar de son prédecesseur, « Kabila » a érigé la kleptocratie en une affaire de famille. Son frère, Souleymane « Kabila », est soupçonné d’avoir détourné $300 millions du trésor public. « Le frère et la soeur de Kabila (Ndlr : Zoé et Jaynet), qui sont tous les deux députés nationaux, possèdent une société qui détient le monopole de tous les imprimés du gouvernement congolais. C’est le cas notamment du nouveau passeport biométrique ».

Abordant l’aspect politique, Richard Miniter écrit : « Maintenant Kabila parait décidé à se maintenir au pouvoir au-delà de 2016, en violation du prescrit constitutionnel ». Pour lui, l’homme tente ainsi d’instaurer une « présidence à vie ». « La réponse des Etats-Unis a été sans équivoque », martèle-t-il. Cette réponse a été délivrée par l’Envoyé du président Barack Obama en l’occurrence, l’ancien sénateur américain Russ Feingold. Celui-ci a rappelé la phrase prononcée par Obama à Accra. A savoir que « l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, elle a besoin des institutions fortes. » « Il a raison », admet-il.

Selon lui, Feingold a été tout aussi direct en proposant des actions militaires pour le désarmement des groupes rebelles. L’Envoyé du président américain aurait déclaré à New York Times que, passer l’été, il n’y aura plus d’excuse pour mener des actions militaires d’envergures contre les récalcitrants. Feingold aurait exclu tout « palabre » avec les miliciens Hutu des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda).

Le collaborateur de Forbes de poursuivre qu’ »il est évident que Kabila doit quitter le pouvoir à la fin de son mandat ». « Le plus grand cadeau qu’il pourra faire à son pays est d’inaugurer une tradition de passation de pouvoir dans une ambiance pacifique et dans le respect de la Constitution”. Dans cette hypothèse, souligne-t-il, « il pourrait amorcer une nouvelle page de l’histoire ». « Dans le cas contraire, les Etats-Unis et l’Union européenne vont lui infliger des sanctions au niveau de ses avoirs ».

Pour lui, les « biens mal acquis » par « Kabila » ne seront guère à l’abri en dépit du fait qu’ils sont dans des comptes ouverts dans des paradis fiscaux. « Ces biens seront saisis au profit du peuple congolais qui a tant souffert ». « Des prétendus dictateurs corrompus, pourraient ainsi, à l’avenir, quitter le pouvoir rien qu’avec leur propre argent. Ce serait un changement rafraichissant ». L’Administration Obama pourrait également amorcer un « nouveau départ » en faisant respecter les idéaux chers à l’Amérique que sont la loi, l’ordre, le pluralisme démocratique et la tolérance sociale. Des idéaux qu’il faut appuyer par des actions militaires. « Une politique à étendre au-delà du Congo », tempête le journaliste américain.

A défaut de ces actions, conclut-il, la « doctrine Obama » sera noyée dans une cacophonie contradictoire où on pourra savoir uniquement ce dont on est contre sans toutefois savoir ce qu’il y a lieu de faire ». Pour lui, la situation au Moyen-Orient nécessite une politique américaine aussi claire que cohérente à l’image de celle conduite au Congo.



Lire l’article de Forbes


- See more at: http://www.lecongolais.cd/la-fortune-de-joseph-kabila-estimee-a-15-milliards-us/#sthash.iSTnYqLk.anCuOtJ1.dpuf

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  NgongaEbeti le 9/7/2014, 9:42 pm

Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Imperium le 9/7/2014, 10:29 pm

NgongaEbeti a écrit:Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.


Les ngwandistes en action....

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mwana Ya Lola le 9/7/2014, 10:41 pm

Imperium a écrit:
NgongaEbeti a écrit:Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.


Les ngwandistes en action....

Forbes serait infiltré par les Ngbandistes ???  Laughing Laughing Laughing Laughing


Dernière édition par Mwana Ya Lola le 9/7/2014, 10:43 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mwana Ya Lola le 9/7/2014, 10:42 pm

NgongaEbeti a écrit:Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.


Le gouvernement congolais peut toujours intenté une action en diffamation contre Forbes  Very Happy Very Happy Very Happy 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  ndonzwau le 10/7/2014, 12:56 am

Mwana Ya Lola a écrit:
Imperium a écrit:
NgongaEbeti a écrit:Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.

Les ngwandistes en action....

Forbes serait infiltré par les Ngbandistes ???  Laughing Laughing Laughing Laughing
 lol!  lol!  lol!  Laughing  Laughing  lol!  Laughing  Laughing  lol!  lol!  lol! 
Mwana Ya Lola a écrit:
NgongaEbeti a écrit:[...]

Le gouvernement congolais peut toujours intenté une action en diffamation contre Forbes  Very Happy Very Happy Very Happy 

 lol!  lol!  lol!   Laughing  Laughing lol!  Laughing  Laughing  lol!  lol!  lol! 

ndonzwau a écrit: le 7/7/2014, 5:00 pm
ndonzwau a écrit: le 7/7/2014, 3:54 am
Washington, Obama contre Kinshasa ou plus exactement Contre "JK" !

Instruit d'info de bons experts et quelquefois de confidences de bonne source, plus d'une fois je vous ai fait part ici de mes inquiétudes d'une Amérique devenue non interventionniste (du moins au Moyen et Extrême Orient et ailleurs en Asie et en Amérique Latine) qui échouerait ou plus exactement se laisserait dribbler au Congo avec cette logique auprès d'un régime bien plus rusé qu'il n'y parait...
En même temps j'ai évoqué ici le presque défi d'Obama de réussir dans les Grands Lacs africains et surtout au Congo à y installer au forceps un chaînon démocratique (avec le départ de Kanambe, contempteur d'un "Etat manqué" et"kleptocrate" qui aurait plutôt a amassé une très immense fortune en une décennie) : "L’agenda secret neo-conservateur d’Obama" ?
Le réussira-t-il tant des intérêts complexes et contradictoires y militent pour y maintenir ce régime : malgré ses pressions toujours plus insistantes (Kerry, Feingold, Kobler...) "JK" apparemment soutenu par ses propres alliés veut lui opposer un bras de fer ?

Fin 2016 Obama aura épuisé ses mandats et même si dans l'absolu "JK" n'a pas malgré tout tant de capacité à résister  à l'Amérique, en jouant plus d'un stratagème (cas de force majeure technique à la limite), il risque donc bien de lui subsister...
Cela ne semble pas avoir échappé à Washington qui aurait apprêté d'autres pièges contre lui : c'est ce que nous révèle infra  " www.congoindependant.com " qui le tient du très sérieux Forbes (qui par ailleurs confirme quasiment tout ce que je dis ici depuis quelque temps là dessus !)...
Lisez donc et attendons la suite !


"La politique congolaise de l’Administration Obama :
La fortune de "Joseph Kabila" estimée à 15 milliards $US

(Par Baudouin Amba Wetshi  - © Congoindépendant 2003-2014
Rendons lui c'est qui lui appartient !)

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9069

[...]

Compatriotiquement!


PS

C'est plutôt curieux chez nous Congolais : nous reconnaissons volontiers la haute trahison de "JK" mais lorsque les preuves nous démontrent plus expressément les faits, ceux du plus grand fossoyeur du pays, la preuve du plus grand prédateur, du vol le plus organisé (plus que Mobutu) que représentent Kanambe, sa famille et sa clique, soit nous les récusons parce que la réalité dépasse la fiction, soit pour des raisons tactiques(?) même ses opposants politiques ne brandissent la cruelle sanction indispensable qu'ils doivent leur infliger une fois déchus du pouvoir ou peut-être parce que derrière tout ça nous reconnaissons implicitement que la politique chez-nous est le chemin le plus légal pour s'enrichir...

En effet, je veux bien que la nouvelle de cet immense vol (vous imaginez une fortune de 15 Milliards de $ amassée en à peine plus d'une décennie de la part des hommes qui en 1997 débarquaient pour la première fois dans notre pays en bottes de jardiniers ?!?) nous venant du très capitaliste Forbes que n'intéressent que les sommes et non les voies utilisées pour les obtenir ou encore l'Amérique pompière pyromane n'en font pas des "amis sûrs" mais comment voulons-nous en finir avec cette kleptocratie meurtrière si nous ne pouvons la dénoncer haut et fort et nous organiser pour la sanctionner demain ? Qu'en pense-t-on, que ferons-nous demain ???
Pauvre pays, nous avons encore beaucoup à faire pour l'honorer, pour le mériter !!!


"Obama's Secret Neo-Con Agenda
° http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/06/30/obamas-secret-neo-con-agenda/
Obama may be non-interventionist in the Middle East, but he’s acting increasingly like a neo-con in Africa.
[...]

Compatriotiquement!




Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 10/7/2014, 6:04 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Arafat le 10/7/2014, 10:26 am

NgongaEbeti a écrit:Ah quelle belle histoire, quel bon compte de fée.

Franchement! $15 Milliards de dollars de fortune, 2 fois le budget du Congo. Il faut vraiment etre naif pour croire a une telle histoire. L'article meme qui fait cette proclamation est tellement bourré de clichés et de généralisation sur les dirigeants africains typiques qu'il est clair que l'objectif visé ici n'est qu'une attaque contre Joseph Kabila. Quelqu'un dans le monde des affaires des USA doit etre faché contre lui et le gouvernement congolais et essaie ainsi de régler ses comptes.

Quant à moi, je me pose tout simplement la question de savoir sur base de quels critères se sont-ils permis d´établir une telle hypothèse? Si cela se justifiait, le rais aurait alors "mieux" fait que son père. Evil or Very Mad 
Comme on dit chez nous : Makaya ma dia ngudi nkombo, mwana nkombo nimwo kwa kadiaka vedire l´herbe que broute la mère chèvre est aussi celle que broutera son enfant.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Troll le 10/7/2014, 12:40 pm

MENDE ET LES MILLIARDS DE JOE..Rolling Eyes    

Il ya deux informations... ce n´est pas un hasard que FORBES parle subitement de la "fortune" de Mobutu,..   pardon, Joé Kanambe   


Il faut commencer par présenter FORBES qui est un "club" des riches sur la planète, ce que FORBES ne publie qu´uniquement les noms des "millionaires et milliardaires"   

L´autre info est la réaction de Mende   qui prend la défense de Joé Kanambe quand on annonce des santions contre Kanambe et ses "complices"...sanctions que l´admnistration Obama planifie de lancer á cause de l´entrave á la démocratie

Mbuta KOTA avait publié le lien en provenance des USA,..Mende qui peut figurer sur la liste des "complices" devrait se dire que ses millions planqués en Belgique..ou en Suisse seront aussi concernés par ces santions..y compris les restrictions des voyages

Retournons á FORBES, cette revue parle d´un plan des USA tout simplement....avant tout si Joé Kanambe ose refuser de se rendre aux USA au mois d´août, ensuite d´autoriser les modifications de la Constitution.

De loin ou de près, les milliards de Joé Kanambe sont sous la menace permanente ...Tout est lié avec la processus des futures élections        

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  ndonzwau le 10/7/2014, 7:37 pm

Hélas, Ngbanda et son Apareco ne font pas que leur propagande, leurs propos à défaut de ne nous transmettre que toute la vérité, ils n'en distillent pas moins de bonnes parcelles !
                  




"«Kabila» panique et   les collabos trinquent !
      
° http://apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/1844-kabila-panique-et-les-collabos-trinquent.html
Le magazine Forbes vient de le confirmer,  l’imposteur qui se fait appeler « Joseph Kabila » est désormais multimilliardaire! Les congolais doivent le prendre dorénavant pour acquis. Et les millions de congolais qui vivent avec moins d’un dollar par jour ont désormais tout le loisir d’apprécier l’activité favorite à laquelle s’adonne Hyppolite Kanambe durant les treize années qu’il a malencontreusement passé à la tête des institutions de la RD-Congo. En dehors de jouer à la Play station, il a consacré son temps à piller et à s’enrichir au détriment des congolais.  Cette annonce n’a pourtant rien de bien étonnant pour les observateurs avertis de la situation politique et économique  de la RDC. Des nombreux articles de l’APARECO aux différents rapports de l’ONU ou de certaines ONG laissaient largement présager que l’ampleur exceptionnelle du pillage et du bradage  des ressources de la  RD-Congo auxquelles se livrent Kanambe et ses nombreux complices ne pouvaient que l’enrichir au-delà du scandale. La récente révélation on ne peut plus accablante et révoltante faite par Mr Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis d’Amérique, au sujet des millions de terres arables de la RD-Congo vendus à vil prix par « Kabila », ne fait que confirmer sa frénésie à vite brader, tel un cambrioleur, les fruits de ses larcins dans notre pays.  Mais malheureusement,  ce kadogo rwandais arrivé en RD-Congo en bottes de jardinier dans le sillage de l’AFDL, a pris conscience ces derniers temps que son aventure dans notre pays est  en train de virer lentement mais surement au cauchemar. Chaque jour qui passe, il se demande s’il  pourra réellement jouir un jour de ce pactole vertigineux.

Bien mal acquis ne profite jamais !



Comme tous les malfrats qui ont bâti leur fortune sur des divers crimes de trafic de drogues, de matières précieuses, de fausses monnaies, de détournement de deniers publics….etc, Hyppolite Kanambe, l’ancien kadogo rwandais, sait que son immense fortune de plus de quinze milliards de dollars acquises en treize années seulement est tachée du sang des fils et filles de la RD-Congo. En plus, il sait surtout que ceux qui l’ont fait «roi du Congo» afin qu’il leur assure aussi leur part de butin issu de ce crime organisé ont décidé de lui tourner le dos. Alors qu’il y a à peine quelques années il était  le chouchou, aujourd’hui ses soutiens le considèrent comme une épine à leur pied. Et, comme si les nombreuses déclarations de mise en garde et de désamour auxquelles se livrent les ambassadeurs des pays occidentaux à l’endroit de « Kabila » ne suffisaient pas,  voilà que le Président américain, Barak Obama, vient de lui  brandir, la menace de  la saisie des fonds qu’il a soigneusement dissimulés dans différents paradis fiscaux. A moins qu’il ne quitte sagement le pouvoir à la fin de son mandat en 2016.

Question : que compte faire les Etats-Unis de la fortune du peuple congolais au cas où Hyppolite Kanambe acceptait (ce qui est improbable) de quitter le pouvoir ? Cette sorte de marchandage ou de chantage avec Kanambe autour d’une fortune constituée sur le dos des contribuables congolais parait pour le moins incongrue car elle heurte tous les principes fondamentaux de la morale. Qui peut imaginer, un seul instant qu’un nouveau gouvernement véritablement congolais et respectueux des droits de ses compatriotes puisse faire «cadeau» au voleur et pilleur qui a amassé à lui tout seul plusieurs milliards de dollars appartenant au trésor public congolais ? Voilà pourquoi les complices occidentaux de Kanambe envisagent déjà   des manœuvres discrètes et des tractations pour lui trouver un successeur devant lui garantir la possibilité de profiter paisiblement des fruits  de son pillage en RD-Congo. Selon certaines fuites, la communauté internationale travaillerait donc déjà sur ce schéma pour que le remplaçant de « Kabila » à la tête du pays soit  l’un de ses complices  prêt à le couvrir. Suivez mon regard…

Une chose est certaine, une telle hypothèse irait à l’encontre des intérêts du peuple congolais qui ne se laissera pas faire.  « Kabila » est définitivement dans une impasse, il est pris dans un étau qui se resserre inexorablement sur lui. Aujourd’hui, malgré la fortune amassée, il vit terré comme un rat à Kingakati où il passe ses nerfs sur ses collabos congolais. Ceux-là pour qui il n’a d’ailleurs jamais eu que du mépris et  à qui il en veut parce qu’ils  peinent tellement à lui trouver le stratagème miracle qui lui garantira  un mandat présidentiel « ad vitam aeternam »à la tête de la RD-Congo. Et  même si, au vu des pressions qui s’exercent sur lui , son régime ressemble à un Titanic qui coule, Kanambe continue de s’accrocher au pouvoir. Et  malheur aux collabos qui seraient tentés de quitter le navire avant le naufrage collectif!

Sale temps pour les collabos : malmenés et humiliés par «Kabila» d’un côté, traqués et harcelés par les combattants de l’autre !

4 collabosLes échos venant de Kinshasa font état du rififi au sein de la classe politique autour de la mangeoire de la kanambie. La rédaction de L’œil du Patriote est inondée d’appels signalant chaque jour les nombreux déboires des collabos congolais à Kingakati comme à Kinshasa. Il y a quelques semaines, Evariste Boshab, las d’être mis à l’écart et frustré de ne plus avoir les faveurs du raïs, a eu la malencontreuse idée de se rendre auprès de celui-ci  pour lui présenter « sa démission ».  Mal lui en a pris. En guise de réponse, il a été sauvagement molesté par «Zoé Kabila». Et lorsque quelques jours plus tard il s’est rendu  à l’aéroport pour tenter de quitter le pays, il s’est vu signifier une interdiction de quitter le territoire avec comme commentaire « tokokufa biso nyoso awa » (ndlr: nous allons tous mourir ici).

Jeudi dernier ce sont deux procureurs qui s’étaient eux aussi rendus dans la tanière du Rais (Kingakati) et qui en sont repartis traumatisés après avoir reçus des claques et autres coups de la part de l’imposteur rwandais.

Du côté de l’armée, beaucoup de militaires et policiers congolais ne sont pas mieux lotis et vivent eux aussi une véritable humiliation. Dans la ville de Kinshasa où se déroulent désormais des patrouilles dites « mixtes » pour permettre aux milliers de militaires étrangers de surveiller nuitamment la ville, les officiers et militaires congolais dont les armes sont dépourvues de munitions, sont utilisées uniquement pour servir d’éclaireurs et de guides aux officiers et militaires étrangers rwandais, tanzaniens et sud africains. Et lors d’une de leurs rondes nocturnes, les occupants particulièrement arrogants ont pris l’habitude d’obliger les militaires congolais à patrouiller certains secteurs à pied pendant qu’eux restent confortablement assis dans les véhicules. La tension est donc montée dernièrement car certains  congolais commencent à  refuser  d’accepter cette énième humiliation, obligeant les occupants à revenir sur leur décision. Néanmoins, pour les militaires congolais, les faits sont désormais clairs,  Kanambe qui se dit « congolais » ne se sent en sécurité que lorsqu’il est entouré des militaires rwandais,  tanzaniens et autres. Par contre, les militaires congolais sont désormais traités comme ses ennemis potentiels et tenus à l’œil par leurs collègues étrangers. Pour preuve, Kanambe a donné des instructions pour que dans son entourage immédiat les congolais ne soient pas armés ou alors qu’ils n’aient droit qu’à des chargeurs à moitié vide.

Ailleurs, au sein des « services » envahis par des agents rwandais,  la mangeoire a de plus en plus un gout amer pour les collabos. Désormais, les tentatives d’intimidation y sont devenues récurrentes. Certains responsables congolais ont régulièrement droit à des assignations à résidence impromptues  suivies de fouilles en règle de leurs habitations selon le bon vouloir de Kanambe.

Croyant pouvoir trouver un peu de répit à l’extérieur du pays, deux collabos qui voulaient se donner du bon temps, l’un au Canada et l’autre en France, ont cru leur dernière heure arrivée. L’un des collabos Senateur et ancien vice President de la CENI, Monsieur Jacques Ndjoli pour ne pas le citer,a senti le sol se dérober sous ses pieds lorsque il  s’est en effet trouvé  nez à nez avec le combattant Odon Mbo à Bobigny dans le nord de Paris il y a 3 jours. Complètement paniqué, il s’est mis à crier  au secours à tue-tête  et les policiers qui se trouvaient à proximité lui ont porté  secours. De son côté, Aubin Minaku en déplacement au Canada dans le cadre de la Francophonie, a eu droit à un « comité d’accueil » très spécial composé des combattants du Canada surnommées les «Fourmis rouges»
.https://www.youtube.com/watch?v=yZZKWkri_Cw.   Les membres de sa délégation et lui se sont retrouvés coincés à l’hôtel sans pouvoir  en sortir alors qu’ils étaient attendus  ailleurs dans le cadre de leur mission.


Enfin, une autre collabo  paie actuellement très cher le fruit de sa trahison. Olive Lembe, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, continue à lutter contre le poison qui la ronge. Elle multiplie pour cela des voyages à l’est du pays non pas pour aller compatir aux souffrances des congolais victimes de son mari, mais plutôt pour aller chercher auprès de certains Bami du Kivu, l’antidote miracle qui arriverait peut-être à la sauver. On l’a également vu à Kisangani, bizarrement toute de blanc vêtue, aux obsèques de l’un de ses proches, comme si elle se rendait à un mariage. Constamment triste et humiliée par Kanambe (ce dernier ne porte d’ailleurs jamais sa bague d’alliance) qui la délaisse ouvertement pour la fille de Monsieur Rugwiza, sa vraie épouse rwandaise. Sa vie ressemble désormais à un supplice, et son mariage, … à une descente aux enfers. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Même si le discours de la libération semble ne pas encore intéresser la plus part de collabos, leurs déboires commencent maintenant à les enseigner. Il n’est donc pas trop tard pour eux de rejoindre la résistance. Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement.

Paris le 10 juillet 2014
Candide OKEKE
L’ŒIL DU PATRIOTE

Victime  de Mutarule

(...) "





Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  ndonzwau le 10/7/2014, 10:39 pm

"Kinshasa refuse de croire à des sanctions américaines contre le président Kabila
(AFP 09/07/14)

°  http://fr.africatime.com/burkina_faso/articles/kinshasa-refuse-de-croire-des-sanctions-americaines-contre-le-president-kabila#sthash.xp0iKHYK.dpuf
Kinshasa a douté mercredi que les Etats-Unis aient l'intention de geler les avoirs du président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, alors que Washington vient d'élargir le champ de ses sanctions économiques contre la RDC.
"Pourquoi on menacerait le président de geler ses avoirs. Quel acte a-t-il posé ?", s'est interrogé le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.
"A moins de prendre le président [américain Barack] Obama pour [...] un homme emporté qui dit n'importe quoi", va-t-il "prendre une décision parce que l'opposition dit que Kabila a ceci, va faire ceci", a ajouté M. Mende.
Il faisait référence aux griefs de l'opposition congolaise qui soupçonne M. Kabila de vouloir tout faire pour rester au pouvoir au-delà de décembre 2016, alors que cela lui est actuellement interdit par la Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

M. Mende répondait à une question en relation avec une tribune récemment publiée sur le site internet du magazine américain Forbes laissant entendre que M. Kabila aurait amassé une fortune de "15 milliards de dollars au cours de la dernière décennie dans des banques offshore aux Îles Vierges britanniques et ailleurs" et appelant Washington et l'Union européenne à geler ses avoirs.
"C'est un tissu de légendes infamantes", a affirmé M. Mende.
"Notre président est l'un des rares chefs d'Etat à ne pas avoir de compte dans ces [paradis fiscaux] où les autres avaient l'habitude" d'en détenir, a ajouté M. Mende.
"Si quelqu'un n'a pas 15 milliards, vous pouvez le menacer de geler 15 milliards qui n'existent pas, vous croyez que cela fait de l'effet ?" a-t-il également déclaré.

En mai, les Etats-Unis ont exhorté le président Kabila à quitter son poste en 2016 au terme de son second mandat de cinq ans.
La Maison Blanche a annoncé mardi avoir élargi le champ d'application d'un décret présidentiel de 2006 permettant de geler les avoirs de "certaines personnes contribuant au conflit" en RDC, pays dont de vastes territoires de l'Est sont ravagés par la guerre depuis vingt ans.
Désormais, ces sanctions pourront viser des personnes "responsables ou complices [...] d'actes ou de mesures qui sapent le processus démocratique ou les institutions" de la RDC "




"Le Ministre Mende a mis en doute mercredi que les Etats-Unis aient l'intention de geler les avoirs du président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, alors que Washington vient d'élargir le champ de ses sanctions économiques contre les perturbateurs de la RDC.
La Maison Blanche a annoncé mardi avoir élargi le champ d'application d'un décret présidentiel de 2006 permettant de geler les avoirs de "certaines personnes contribuant au conflit" en RDC, pays dont de vastes territoires de l'Est sont ravagés par la guerre depuis vingt ans. Désormais, ces sanctions pourront viser des personnes "responsables ou complices [...] d'actes ou de mesures qui sapent le processus démocratique ou les institutions" de la RDC[size=16]. En d’autres termes, ces mesures pourraient désormais être décidées à l’encontre de gens dont les activités sont de nature politique, alors que dans le texte original étaient visés presque uniquement des actes relevant de la guerre ou de la criminalité de sang.[/size]
Objectivement, le texte américain élargit les possibilités de sanctionner des politiciens congolais« qui sapent le processus démocratique ou les institutions », sans cependant viser JKK plus qu’un autre. Mais, outre le fait que Kabila est, fatalement, le Congolais le plus en vue, il se trouve mis en évidence par deux faits : En mai, les Etats-Unis l’ont exhorté à quitter son poste en 2016 au terme de son second mandat de cinq ans. D’autre part, une tribune récemment publiée sur le site internet du magazine américain Forbes laissant entendre que M. Kabila aurait amassé une fortune de "15 milliards de dollars au cours de la dernière décennie dans des banques offshore aux Îles Vierges britanniques et ailleurs" et appelait Washington et l'Union européenne à geler ses avoirs.
"Pourquoi on menacerait le président de geler ses avoirs. Quel acte a-t-il posé ?", s'est interrogé Lambert Mende, lors de sa conférence de presse. "A moins de prendre le président [américain Barack] Obama pour [...] un homme emporté qui dit n'importe quoi", va-t-il "prendre une décision parce que l'opposition dit que Kabila a ceci, va faire ceci", a ajouté M. Mende. Il faisait référence aux griefs de l'opposition congolaise qui soupçonne M. Kabila de vouloir tout faire pour rester au pouvoir au-delà de décembre 2016, alors que cela lui est actuellement interdit par la Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.
 M. Mende répondait à une question en relation avec l’article publié par Forbes 
"C'est un tissu de légendes infamantes", a affirmé M. Mende. "Notre président est l'un des rares chefs d'Etat à ne pas avoir de compte dans ces [paradis fiscaux] où les autres avaient l'habitude" d'en détenir, a ajouté M. Mende. "Si quelqu'un n'a pas 15 milliards, vous pouvez le menacer de geler 15 milliards qui n'existent pas, vous croyez que cela fait de l'effet?" a-t-il demandé. (Les citations textuelles de M. Mende, en italiques, sont reprises à AFP. NdlR)"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=198980&Actualiteit=selected


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  KOTA le 10/7/2014, 11:26 pm

LES RECENTS SCANDALES ECONOMIQUES A REPETITION DETRUISENT ENFIN LE MYTHE DE LA « STABILITE » KABILISTE OPPOSEE A « L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE » REVENDIQUEE PAR LES FORCES VIVES DE LA RDC / CARNET D’UN PRISONNIER POLITIQUE EN RDC
par FreeDiomi le 8 juillet 2014

LES RECENTS SCANDALES ECONOMIQUES A REPETITION DETRUISENT ENFIN LE MYTHE DE LA « STABILITE » KABILISTE OPPOSEE A « L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE » REVENDIQUEE PAR LES FORCES VIVES DE LA RDC

LES  RECENTS  SCANDALES ECONOMIQUES A REPETITION  DETRUISENT ENFIN LE MYTHE DE LA « STABILITE » KABILISTE OPPOSEE A «  L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE » REVENDIQUEE PAR LES FORCES VIVES DE LA RDC
Ces derniers jours, des maraichages nauséabonds de la gestion kabiliste remontent des nombreuses « boules » qui éclatent à la surface de l’actualité et empestent l’atmosphère  au Congo- Kinshasa.  Sous d’autres cieux, ces scandales auraient fait tomber le  gouvernement en place mais en RDC l’exécutif  étant démissionnaire depuis presque 12 mois, d’ailleurs avec l’ensemble des structures dirigeantes des entreprises publiques, aucun mécanisme de contrôle démocratique n’est enclenché pour faire face à ces « affaires ».
Le scandale de l’évaporation des droits miniers sur une production record de cuivre et de cobalt de (dont la RDC est le premier producteur mondial en 2013) nous fait comprendre que le sous-sol congolais ne nous appartient plus : alors qu’à l’époque de Mobutu, une production de 700.000 tonnes de cuivre produit par la société étatique Gécamines alimentait 70% du budget de l’état, la production actuelle,  proche d’un 1.000.000 de tonnes annuelles ne contribue pratiquement en rien au budget de l’état.
Comme si cela ne suffisait pas l’ancien vice-président américain Al Gore, prix Nobel pour la Paix, dans son dernier livre intitulé « Future » qui vient de paraitre, nous explique, chiffres à la main, que plus du 50% des terres arables de la République Démocratique du Congo ont été bradées, à l’insu de l’opinion publique congolaise,  en faveur de certains états – comme la Chine – et des multinationales.
A leurs entrées en RDC, en 1996,  les aventuriers de l’Alliance des Forces Démocratique pour la libération, AFDL en sigle, s’étaient donné une charte qui, dans son article premier, proclamait que le sol et le sous-sol du Congo appartenaient à cette Alliance de triste mémoire…
Nous constatons que les héritiers idéologiques afdéliens ont mis en exécution, à la lettre, leur Charte scélérate au point que notre sol et notre sous-sol sont bradés au meilleur offrant, selon les logiques néfastes d’un capitalisme du désastre, laissé libre d’opérer sans contrôle et avec la complicité de dirigeants véreux et corrompus.
Si à ces scandales déjà éclatés l’on ajoute le projet de dévier les eaux du fleuve Oubangui pour alimenter le Lac Tchad, au nom de on ne sait pas quels intérêts maffieux, voilà que nous risquons de nous retrouver privés même d’eau douce  suffisante pour assurer un débit régulier du fleuve Congo, avec les conséquences néfastes que cela pourrait provoquer aussi bien sur le plan environnemental qu’en termes de diminution de  production d’énergie hydro-électrique.
Mais la série noire des affaires de mauvaise gouvernance et kleptomanie organisée au Congo Kinshasa ne s’arrêtent pas en si bon chemin : le magazine « Forbes » enfonce encore plus le clou dans les marécages puants de la mégestion congolaise avec la dénonciation de la patrimonialisation des ressources économiques de la RDC, placées entre les mains d’un clan qui gère les comptes de la RDC comme sa caisse personnelle au point de toucher même aux ressources de « l’aide internationale », dixit le journaliste d’investigation Richard Miniter dans un article qui dessine dans les détails  les  contours cachés de la gestion calamiteuse actuelle de la RDC.
Malgré ce tableau sombre peint dans le magazine Forbes  et dénonçant l’asservissement de tout un peuple aux antivaleurs de la « Démocrature » Kabiliste, une note positive d’espoir merite d’être mise en exergue :
le triste refrain, souvent chanté par certains représentants  de la communauté internationale,  selon lequel la « Stabilité «  de la RDC devait toujours prévaloir sur « l’Alternance Démocratique » semble définitivement abandonné, au point que la politique par défi  de l’actuel Exécutif,  qui a comme seule stratégie de gouvernance la  perpétuelle procrastination des décisions,  semble maintenant être contenue par le mur en béton armé érigé fin 2016,  à l’occasion de l’expiration du mandat constitutionnel du « président » sortant et de l’actuelle législature dont est issue sa majorité.
La stratégie néfaste de procrastination des  réformes administratives, de la justice, de l’armée et des services de sécurité   ne semble plus une stratégie portante pour le régime Kabila, dont la répression féroce contre toute forme de dissidence politique et la mauvaise gestion ne peuvent plus être considérés des sujets tabou aux yeux d’une communauté internationale finalement disposée à donner une chance à l’alternance démocratique.
Scandale après scandale, détournement après détournement, personne n’osera plus vouloir nous imposer la prétendue « stabilité » génératrice de   sous-développement et d’entropie politique à la place de notre revendication d’une gestion responsable et transparente des ressources naturelles de la RDC qui doivent nécessairement profiter au peuple congolais, dans le  respect des principes du contrôle démocratique.
Plus que jamais, les récents scandales économiques qui s’ajoutent aux graves violations des droits de l’homme et des droits civils et politiques des citoyens congolais,  nous donnent la preuve que le développement est impossible en RDC sans l’Alternance politique.
Eugène Diomi Ndongala,
Prisonnier Politique en RDC

CARNET D’UN PRISONNIER POLITIQUE EN R.D.CONGO
http://diomiponakongo.wordpress.com/2014/07/08/les-recents-scandales-economiques-a-repetition-detruisent-enfin-le-mythe-de-la-stabilite-kabiliste-opposee-a-lalternance-democratique-revendiquee-par-les-force/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Troll le 11/7/2014, 12:55 pm

djino a écrit:

PAUVRE JOURNALISTE..SI TERRORISÉE


Pauvre dame journaliste..incapable de mieux poser les questions, incapable de mettre ce grio de Kasamba qui s´exprime si mal et qui manque d´arguments Rolling Eyes Rolling Eyes 

FORBES? La journaliste pouvait quand même..mieux preparer ses questions en apportant le lien internet qui reprend l´info sur les milliards de Kanambe ...comme "reserve" et montrer ce lien pour tordre Kassamba

Tout comme le message d´Obama possede aussi un lien internet officiel que ce journaliste pouvait montrer comme argument Idea 

Si la dame journaliste était "coriace", elle allait commencer par demander á Kassamba si son nom allait figurer sur la liste des sanctions...parce qu´il est "complice" et apporte son áide aux actions qui entravent la démocratie

De même l´histoire de la CENCO..pourquoi la journaliste n´ose pas dire á Kassamba que les évêques Catholiques sont des congolais et peuvent faire la politique..peuvent-être aussi des "candidats" á la Présidence ou n´importe quelle fonction au Congo Rolling Eyes Rolling Eyes 

Pire, la journaliste devait quand même enfoncer Kassamba qui parle de la candidature de Malu Malu "prêtre catholique" et pas le candidat de l´èglise Catholique..qui dirige la CENI..par fraude et imposition de Kanambe Razz Razz 


Pauvre journaliste..esperons que Kassamba sera aussi arrogant dans quelques mois..quand les sanctions seront lancées What a Face 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 11/7/2014, 8:27 pm

Ou est cet article de FORBES ???????????

Qui a cet article original de FORBES ???????

Donnez nous cet article original de FORBES !!!!!!!!!!

Y a t il quelqu´un sur ce forum qui a lu cet article original de FORBES ?????

Nous voulons le lire aussi !!!

Mettez nous le lien S-V-P

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Troll le 11/7/2014, 9:29 pm

www.forbes.com

Richard Miniter

L´auteur de l´article sur FORBES..existe et c´est un "contributor" investigate foreign policy and security issue. Idea 

Sa dernière "contribution" qu´on trouve dans les archives de Forbes date du mois de mai 2014 Idea Embarassed On ne trouve pas encore ce titre sur la fortune de Joé Kanambe Idea Idea 

Il faut avant tout retrouver le texte orginal en anglais afin de retrouver le titre qui peut aider plus facilement aider les lecteurs á avoir le lien orginal Idea Idea 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mwana Ya Lola le 11/7/2014, 10:56 pm

Troll a écrit:www.forbes.com

Richard Miniter

L´auteur de l´article sur FORBES..existe et c´est un "contributor" investigate foreign policy and security issue. Idea 

Sa dernière "contribution" qu´on trouve dans les archives de Forbes date du mois de mai 2014 Idea Embarassed On ne trouve pas encore ce titre sur la fortune de Joé Kanambe Idea Idea 

Il faut avant tout retrouver le texte orginal en anglais afin de retrouver le titre qui peut aider plus facilement aider les lecteurs á avoir le lien orginal Idea Idea 

L’article sur Kabila a été retirée, et monsieur JIM KK le sait et veut jouer au plus fin...  Laughing Laughing Laughing Laughing 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 12/7/2014, 12:06 am

Procès d´intention???

 Sad 

Seulement lamentable

Mwana Ya Lola a écrit:
Troll a écrit:www.forbes.com

Richard Miniter

L´auteur de l´article sur FORBES..existe et c´est un "contributor" investigate foreign policy and security issue. Idea 

Sa dernière "contribution" qu´on trouve dans les archives de Forbes date du mois de mai 2014 Idea Embarassed On ne trouve pas encore ce titre sur la fortune de Joé Kanambe Idea Idea 

Il faut avant tout retrouver le texte orginal en anglais afin de retrouver le titre qui peut aider plus facilement aider les lecteurs á avoir le lien orginal Idea Idea 

L’article sur Kabila a été retirée, et monsieur JIM KK le sait et veut jouer au plus fin...  Laughing Laughing Laughing Laughing 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  ndonzwau le 12/7/2014, 4:56 pm

Jim KK a écrit:Ou  est cet article de FORBES ???????????

Qui a cet article original de FORBES ???????

Donnez nous cet article original de FORBES !!!!!!!!!!

Y a t il quelqu´un sur ce forum qui a lu cet article original de FORBES ?????

Nous voulons le lire aussi !!!

Mettez nous le lien S-V-P

Comment à défaut d'être honnête se retrouver toujours aussi nul, à côté de toute intelligence ?
Je croyais que quand on se veut aussi fanatique on mettait un peu plus de cerveau, plus de ruse ingénieuse à prouver le bien-fondé de son exaltation gratuite, à mettre un peu de raison dans sa ferveur passionnelle...

En effet depuis quand le magazine de riches Forbes qui vit à leurs basques serait devenu l'ami de pauvres et de faibles ?
Quelle catastrophe pour la réputation du Congo, de l'Afrique, qui ne seraient alors considérés que comme un nid de débiles profonds !


ndonzwau a écrit:le 7/7/2014, 5:00 pm
ndonzwau a écrit:Washington, Obama contre Kinshasa ou plus exactement Contre "JK" !
[...]
"La politique congolaise de l’Administration Obama :
La fortune de "Joseph Kabila" estimée à 15 milliards $US

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9069
[...]

Compatriotiquement!

PS
[...]

"Obama's Secret Neo-Con Agenda
° http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/06/30/obamas-secret-neo-con-agenda/
Obama may be non-interventionist in the Middle East, but he’s acting increasingly like a neo-con in Africa.

President 
Barack Obama has repeatedly said that he is against “boots on the ground” in Iraq, robustly ruled out airstrikes, and reluctantly dispatched some 300 advisers into that war-torn land. As Iraq crisis worsens, the president demands a primarily political solution—even as Islamist forces surge to the Baghdad suburbs.
In Africa, that same president is, fortunately, far more active. Elite U.S. Army units are killing and capturing terrorists in North Africa (including the so-called Butcher of Benghazi). Hundreds of other counter-terrorism trainers are helping African nations (Libya, Niger, Mauritania, and Mali) to field commando teams to combat Islamist forces in Africa, which have Islamist ideologies nearly indistinguishable from the predators devouring Iraq. These new native units are vital for beating back the Islamist threat to the region. Hundreds of U.S. Special Forces have been sent to hunt the Lord’s Resistance Army, a murderous band of militants, in the wilds of Uganda. Djibouti, on Africa’s Red Sea coast, remains an active U.S. military base and America’s spies and soldiers help fight Islamists in Somalia and Kenya. Drones are roaming Nigeria, searching for missing schoolgirls. And, of course, the Obama administration’s longest war was fought in North Africa, in the skies and streets of Libya.
When military might matters, Obama seems to have one rule for Africa and another for Asia (especially Iraq).


Perhaps the most dramatic case of the Obama Administration’s efforts in Africa is in the Democratic Republic of the Congo. The onetime Belgian colony (known in the 1970s and 1980s as Zaire) is a failed state, riddled with strategic minerals, riven by ethnic factions, and ravaged by a civil war that killed, United Nations and human-rights advocates estimate, somewhere between 900,000 to 5.4 million Congolese since 1997. Causality estimates vary because international observers fear to go into the field. Most of the death toll stems from starvation and disease caused by driving millions of families from their homes into the malarial rainforests. Many others were slain by foreigners with ethnic, ideological or monetary motives. (Neighboring nations covet Congo’s vast mineral wealth, estimated as high as $24 trillion in diamonds, cobalt, copper and gold.) Still more Congolese have been murdered by locals, often hired by outsiders to commit atrocities. Congo is also the rape capital of the world.
Yet in Democratic Republic of the Congo, the Obama Administration talks mainly about restoring democracy—something it rarely mentions outside Africa. The DRC is ruled by a man, Joseph Kabila, who is hinting that he won’t leave office when his final constitutional term ends in 2016.

Kabila is a one-man summary of what ails Africa. He inherited the presidency following the assassination of his father, who himself had seized power with blood and chaos. Joseph Kabila recently gave himself another five-year term “in elections that were criticized by everyone from the European Union to the country’s Roman Catholic bishops,” notes J. Peter Pham, director of the Africa Center at the Atlantic Council.
Like Africa’s worst, Kabila seems to have stolen aid money—meant for some of the poorest people on Earth—on a gargantuan scale. He seems to have amassed some $15 billion over the past decade in offshore banks in the British Virgin Islands and elsewhere, according to accounts in French and German-language media outlets.  By contrast, 
Mobutu Sese Seko, a dictator who ruled Congo for 32 years, piled up $5 billion. (A European court recently let Mobutu’s heirs keep their nest egg, finding that the statute of limitations of colossal theft had run out.) Kabila controls lucrative offshore drilling and fishing concessions and access to some of richest onshore mineral claims in the world.
Like his predecessor, Kabila has turned kleptocracy into a family affair, according to Western expatriates and African experts. His brother, Soulemane Kabila, is believed to have diverted some $300 million from the DRC’s treasury. Meanwhile, exporters, who are legally entitled to a rebate on the value-added tax, say that they have been denied millions in refunds—discouraging foreign investors.
Meanwhile, Kabila’s brother and sister, both of whom are members of that nation’s parliament, apparently own a firm that has been awarded a monopoly contract to print all government documents. Congo’s recent switch to a high-tech biometric passport makes this government printing monopoly even more lucrative. After all, requiring every Congolese with enough money to travel to replace their passport certainly adds to the bottom line for the only outfit that can print those new passports.
Now Kabila seems to want to defy the Congo constitution’s term limits and stay in power beyond 2016. President for life. Just like the bloodstained men that have ruled Congo since its independence from Belgium in 1960.


America’s response has been unambiguous. The president’s envoy, former U.S. Senator Russ Feingold, said: “Africa doesn’t need strong men, it needs strong institutions.” He is right.
Feingold is equally direct in calling for military strikes against rebel groups that fail to immediately disarm. “If this drags on through the summer, there’s no excuse not to take strong action,” he told the 
New York Times. “People involved in genocide, who are included in this group, are not entitled to dialogue.” While Feingold is talking about military strikes carried out by a multi-national military force organized under the United Nations, which has been in the DRC for years, it is clear that there is steel in his words.
Clearly, Kabila should leave office when his term expires. The greatest gift he can bestow on his country is the start of a tradition of peaceful and constitutional transfers of power. A new history can begin with him.
If not, the U.S. and European Union should target his assets. Kabila’s ill-gotten gains should not be shielded in his offshore accounts, but seized for the people of his ravaged and weary nation—if he fails to leave office when his term expires. Bribing would-be dictators, with their own money, to leave office would be a refreshing change.


And the Obama Administration could make a fresh start as well. Upholding American ideals of law and order, multi-party democracy and social tolerance—and backing those ideals with international and military action—is a policy that could be extended far beyond the Congo.
If not, the Obama doctrine dissolves into a contradictory cacophony that knows only what it is against, not what it is for.  The Middle East needs an American policy as clear and consistent as the one designed for the Congo."

[...]

Compatriotiquement!
[/i]

"Lambert Mende, le bouffon du roi
 lol!  lol!  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  lol!  lol! 


Lambert Mende Omalanga

La tribune intitulée «L’agenda secret neo-conservateur d’Obama» (Obama’s secret neo-con agenda) publiée, sous la signature de Richard Miniter, dans le magazine américain «Forbes» daté du 30 juin 2014 a rendu «Joseph Kabila» fou de rage. Ses "petits soldats", mêmement. Le mercredi 9 juillet, le ministre des Médias et porte-parole du «raïs», Lambert Mende Omalanga, s’est livré à un numéro digne d’un bouffon du roi. Tout ça parce que les Congolais et le reste du monde demande à son "patron" de respecter la Constitution qui limite le nombre de mandat présidentiel à deux.


Dans cette tribune, Richard Miniter a fait trois annonces choc. D’abord, «Joseph Kabila» aurait amassé une fortune estimée à 15 milliards de dollars $US. Ensuite, la mainmise de la fratrie «Kabila» sur les richesses du pays. Un certain Selemani aurait détourné 300 millions $US destinés au trésor public. Jaynet et Zoé, devenus parlementaires, se seraient arrogé le monopole des imprimés de valeur destinés au gouvernement. Le journaliste d’épingler les biens mal acquis par le numéro un Congolais grâce aux intérêts qu’il posséderait dans les concessions minières et autres exploitations pétrolières. L’argent généré serait « planqué » dans des paradis fiscaux britanniques. In fine, Miniter a annoncé que l’Occident pourrait "frapper" le satrape congolais dans son "portefeuille" s’il ne "dégageait" pas le 19 décembre 2016.
Lors de son point de presse du 9 juillet, Mende a semblé dans un état second. Ses mains partaient dans tous les sens. L’homme ne cessait de dandiner tout en riant jaune. L’agitation était palpable. Les spécialistes du langage corporel n’ont pas manqué de constater que le ministre dit de la « Nouvelle citoyenneté » contenait mal son courroux. En bon bouffon, plus kabiliste que "Joseph Kabila", il a été chargé de laver l’honneur « souiller » de son « roi ».

Aveuglé, Mende a oublié quelques règles que tout porte-parole digne de ce nom doit observer lors d’une «communication de crise ». A savoir : préparer la communication ou le message, connaître le sujet, dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, bannir l’arrogance et l’agressivité, garder son calme.
Mercredi 9 juillet, « Lambert » est resté égal à lui-même : arrogant, agressif, cassant. Tel ce soldat japonais qui se cachait dans la jungle durant les années 80 croyant que la Deuxième mondiale n’était pas encore terminée, Mende est apparu bourré de certitudes. Pour lui, son « roi » est toujours le maître du jeu. Il n’a pas compris que le tapis est en train de se dérober sous les pieds de son « patron». Il est vrai que le pouvoir a tendance à rendre son détenteur non seulement fou mais aussi aveugle et sourd.

Faute d’arguments, Mende a commencé par brocarder l’auteur de l’article. « Il y a un journaliste qui se dit free-lance, lance-t-il. Il y en a quelques uns ici. C’est quelqu’un qui n’est même pas lié à un organe de presse. Il ne travaille pas chez Forbes. Il est free-lance. C’est quelqu’un qui peut publier un bon article tout comme il peut vous publier un tract. Il vit grâce à ceux qui lui donnent quelque chose pour écrire. Nous ne connaissons même pas ce monsieur ».
Ministre des Médias mieux, ministre de l’Information, Mende a étalé ainsi son ignorance en assimilant un journaliste free-lance en une sorte de «mercenaire de la plume» prêt à rédiger n’importe quoi moyennant finance. Alors que le mot «free-lance» n’a rien de péjoratif. Il signifie simplement un «travailleur indépendant». C’est un statut fort courant en Occident dans les milieux de la presse, de la publicité, du graphisme et de la photographie. Un journaliste free-lance est un indépendant - par opposition à un salarié. Il est payé à la production ou pige. Le journaliste Richard Miniter est un journaliste d’investigation bien connu qui collabore avec plusieurs médias américains.

Dans son "papier", Miniter écrit clairement qu’il s’est référé à des sources occidentales mais aussi à des experts africains. Mende ne tardera pas à être confondu. Les faits sont têtus. Très têtus.
Qui ignore encore la mainmise de la « fratrie Kabila » sur les ressources tant minières que naturelles du Congo ?
Qui ignore qu’il faut recourir au "précieux concours" d’un des membres de la "famille présidentielle" tant pour investir au Congo démocratique que pour obtenir le règlement d’un contentieux devant les Cours et tribunaux?
Qui ignore que Jaynet «Kabila» et son associé dans la société CAMEC, le Zimbabwéen blanc Billy Rautenbach, avaient entrepris des démarches auprès de la Présidence de la République en janvier 2006 pour obtenir l’autorisation en vue d’exploiter la mine d’uranium de Shinkolobwe, au Katanga ?
Qui ignore que l’homme d’affaires Dan Gertler et «Joseph Kabila» font des juteuses affaires et que le premier sert de prête-nom au second ?

En août 2007, le gouvernement congolais n’avait-il pas approuvé un «contrat de partage de production de petrole», signé en date du 7octobre 2006 entre la RD Congo et l’«Association» dénommée «Nessergy Ltd-Cohydro»? Qui se dissimulait derrière "Nessergy Ltd", si ce n’est Dan Gertler?
Dans un communiqué daté du 23 janvier 2014, Global Witness ne rapportait-il pas que le gouvernement congolais avait conclu un accord pétrolier "déficitaire" avec la même société Nessergy consistant au rachat par l’Etat congolais des droits pétroliers de la société offshore Nessergy pour un montant "des centaines de fois supérieur au prix payé" par ladite société - soit 500 000 $ US?
Qui ignore qu’en mai 2010, le gouvernement congolais signait un autre contrat de «partage de production» de pétrole avec les sociétés Offshore Caprikat Ltd et Foxwhelp Ltd, basées, toutes les deux, dans les Iles Vierges, au Royaume Uni? Peut-on expliquer pourquoi le bonus de signature d’un total de six millions $US a été payé à l’Etat congolais par un avocat nommé Médard Palankoyi, connu comme étant un proche de Gertler ? Les véritables propriétaires de Caprikat et Foxwhelp ne seraient-ils pas le duo «Kabila» et Gertler ?


Lambert Mende Omalanga a raté l’occasion de se taire en déclarant : «Notre président est l’un de rares chefs d’Etat à ne pas avoir des comptes dans ces pays où les autres avaient l’habitude et ont l’habitude. Il y a des procès contre certains chefs d’Etat pour biens mal acquis. Avez-vous entendu quelqu’un citer le nom de Joseph Kabila. Ce journaliste est-il mieux informé que le monde entier» ? Qu’en sait-il?
Il est assez symptomatique de voir l’ancien rebelle Lambert Mende défendre avec tant d’ardeur le régime des «Kabila». Un régime qu’il a combattu jadis avec la "même conviction", les armes à la main, dans les rangs successivement de la rébellion pro-rwandaise du RCD et dans le RCD/KML de Mbusa Nyamwisi - pour cause de «dictature». Les raisons invoquées à l’époque ont-elles disparu? C’est pire que de la prostitution... "



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  KOTA le 12/7/2014, 8:32 pm


L INFO A ETE RELATEE PAR UN JOURNAL SUISSE DE ZURICH DEJA EN 2011


LE TEXTE EST CONSULTABLE ICI
http://reveil-fm.com/index.php/2012/01/04/2060-joseph-kabila-a-15-milliards-us-en-dix-ans-alors-que-la-fortune-du-marechal-mobutu-etait-estimait-a-5-milliards-apres-32-ans-de-dictature

CELA VEUT DIRE QUE DEPUIS 2011/2012 LA FORTUNE DU RAIS A SUREMENT AUGMENTE DE VOLUME...... Cool

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Troll le 12/7/2014, 9:43 pm

KOTA a écrit:
L INFO A ETE RELATEE PAR UN JOURNAL SUISSE DE ZURICH DEJA EN 2011


LE TEXTE EST CONSULTABLE ICI
http://reveil-fm.com/index.php/2012/01/04/2060-joseph-kabila-a-15-milliards-us-en-dix-ans-alors-que-la-fortune-du-marechal-mobutu-etait-estimait-a-5-milliards-apres-32-ans-de-dictature

CELA VEUT DIRE QUE DEPUIS 2011/2012 LA FORTUNE DU RAIS A SUREMENT AUGMENTE DE VOLUME...... Cool


Mbuta KOTA  

Mr Jim parle courament l´allemand et sera très content de lire cette information dans cette langue qu´il pratique si bien..

Remerciement á mr Ndozwau pour avoir pu publier le lien..dont même le fameux Kassamba était entrain de remettre en doute  Dommage que les medias á Kin ne possede pas assez de marge et de liberté d´exoression..sinon rien qu´en consultant ce site, un journaliste peut très bien preparer des questions solides á poser á....Mende ou Kassamba.

Pauvre Joé Kanambe
   il ne possede pas les facultés intellectuelles necessaires..pour comprendre qu´on va le destabilser psychologiquement...et maintenant qu´on parle des nouvelle menaces que l´épouse de J Biden a apportée...des menaces qui seraient reliées á la "CPI"   Voyons la suite..WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 13/7/2014, 12:14 am

ndonzwau a écrit:
Jim KK a écrit:Ou  est cet article de FORBES ???????????

Qui a cet article original de FORBES ???????

Donnez nous cet article original de FORBES !!!!!!!!!!

Y a t il quelqu´un sur ce forum qui a lu cet article original de FORBES ?????

Nous voulons le lire aussi !!!

Mettez nous le lien S-V-P

Comment à défaut d'être honnête se retrouver toujours aussi nul, à côté de toute intelligence ?
Je croyais que quand on se veut aussi fanatique on mettait un peu plus de cerveau, plus de ruse ingénieuse à prouver le bien-fondé de son exaltation gratuite, à mettre un peu de raison dans sa ferveur passionnelle...

En effet depuis quand le magazine de riches Forbes qui vit à leurs basques serait devenu l'ami de pauvres et de faibles ?
Quelle catastrophe pour la réputation du Congo, de l'Afrique, qui ne seraient alors considérés que comme un nid de débiles profonds !


ndonzwau a écrit:le 7/7/2014, 5:00 pm
ndonzwau a écrit:Washington, Obama contre Kinshasa ou plus exactement Contre "JK" !
[...]
"La politique congolaise de l’Administration Obama :
La fortune de "Joseph Kabila" estimée à 15 milliards $US

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9069
[...]

Compatriotiquement!

PS
[...]

"Obama's Secret Neo-Con Agenda
° http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/06/30/obamas-secret-neo-con-agenda/
Obama may be non-interventionist in the Middle East, but he’s acting increasingly like a neo-con in Africa.

President 
Barack Obama has repeatedly said that he is against “boots on the ground” in Iraq, robustly ruled out airstrikes, and reluctantly dispatched some 300 advisers into that war-torn land. As Iraq crisis worsens, the president demands a primarily political solution—even as Islamist forces surge to the Baghdad suburbs.
In Africa, that same president is, fortunately, far more active. Elite U.S. Army units are killing and capturing terrorists in North Africa (including the so-called Butcher of Benghazi). Hundreds of other counter-terrorism trainers are helping African nations (Libya, Niger, Mauritania, and Mali) to field commando teams to combat Islamist forces in Africa, which have Islamist ideologies nearly indistinguishable from the predators devouring Iraq. These new native units are vital for beating back the Islamist threat to the region. Hundreds of U.S. Special Forces have been sent to hunt the Lord’s Resistance Army, a murderous band of militants, in the wilds of Uganda. Djibouti, on Africa’s Red Sea coast, remains an active U.S. military base and America’s spies and soldiers help fight Islamists in Somalia and Kenya. Drones are roaming Nigeria, searching for missing schoolgirls. And, of course, the Obama administration’s longest war was fought in North Africa, in the skies and streets of Libya.
When military might matters, Obama seems to have one rule for Africa and another for Asia (especially Iraq).


Perhaps the most dramatic case of the Obama Administration’s efforts in Africa is in the Democratic Republic of the Congo. The onetime Belgian colony (known in the 1970s and 1980s as Zaire) is a failed state, riddled with strategic minerals, riven by ethnic factions, and ravaged by a civil war that killed, United Nations and human-rights advocates estimate, somewhere between 900,000 to 5.4 million Congolese since 1997. Causality estimates vary because international observers fear to go into the field. Most of the death toll stems from starvation and disease caused by driving millions of families from their homes into the malarial rainforests. Many others were slain by foreigners with ethnic, ideological or monetary motives. (Neighboring nations covet Congo’s vast mineral wealth, estimated as high as $24 trillion in diamonds, cobalt, copper and gold.) Still more Congolese have been murdered by locals, often hired by outsiders to commit atrocities. Congo is also the rape capital of the world.
Yet in Democratic Republic of the Congo, the Obama Administration talks mainly about restoring democracy—something it rarely mentions outside Africa. The DRC is ruled by a man, Joseph Kabila, who is hinting that he won’t leave office when his final constitutional term ends in 2016.

Kabila is a one-man summary of what ails Africa. He inherited the presidency following the assassination of his father, who himself had seized power with blood and chaos. Joseph Kabila recently gave himself another five-year term “in elections that were criticized by everyone from the European Union to the country’s Roman Catholic bishops,” notes J. Peter Pham, director of the Africa Center at the Atlantic Council.
Like Africa’s worst, Kabila seems to have stolen aid money—meant for some of the poorest people on Earth—on a gargantuan scale. He seems to have amassed some $15 billion over the past decade in offshore banks in the British Virgin Islands and elsewhere, according to accounts in French and German-language media outlets.  By contrast, 
Mobutu Sese Seko, a dictator who ruled Congo for 32 years, piled up $5 billion. (A European court recently let Mobutu’s heirs keep their nest egg, finding that the statute of limitations of colossal theft had run out.) Kabila controls lucrative offshore drilling and fishing concessions and access to some of richest onshore mineral claims in the world.
Like his predecessor, Kabila has turned kleptocracy into a family affair, according to Western expatriates and African experts. His brother, Soulemane Kabila, is believed to have diverted some $300 million from the DRC’s treasury. Meanwhile, exporters, who are legally entitled to a rebate on the value-added tax, say that they have been denied millions in refunds—discouraging foreign investors.
Meanwhile, Kabila’s brother and sister, both of whom are members of that nation’s parliament, apparently own a firm that has been awarded a monopoly contract to print all government documents. Congo’s recent switch to a high-tech biometric passport makes this government printing monopoly even more lucrative. After all, requiring every Congolese with enough money to travel to replace their passport certainly adds to the bottom line for the only outfit that can print those new passports.
Now Kabila seems to want to defy the Congo constitution’s term limits and stay in power beyond 2016. President for life. Just like the bloodstained men that have ruled Congo since its independence from Belgium in 1960.


America’s response has been unambiguous. The president’s envoy, former U.S. Senator Russ Feingold, said: “Africa doesn’t need strong men, it needs strong institutions.” He is right.
Feingold is equally direct in calling for military strikes against rebel groups that fail to immediately disarm. “If this drags on through the summer, there’s no excuse not to take strong action,” he told the 
New York Times. “People involved in genocide, who are included in this group, are not entitled to dialogue.” While Feingold is talking about military strikes carried out by a multi-national military force organized under the United Nations, which has been in the DRC for years, it is clear that there is steel in his words.
Clearly, Kabila should leave office when his term expires. The greatest gift he can bestow on his country is the start of a tradition of peaceful and constitutional transfers of power. A new history can begin with him.
If not, the U.S. and European Union should target his assets. Kabila’s ill-gotten gains should not be shielded in his offshore accounts, but seized for the people of his ravaged and weary nation—if he fails to leave office when his term expires. Bribing would-be dictators, with their own money, to leave office would be a refreshing change.


And the Obama Administration could make a fresh start as well. Upholding American ideals of law and order, multi-party democracy and social tolerance—and backing those ideals with international and military action—is a policy that could be extended far beyond the Congo.
If not, the Obama doctrine dissolves into a contradictory cacophony that knows only what it is against, not what it is for.  The Middle East needs an American policy as clear and consistent as the one designed for the Congo."

[...]

Compatriotiquement!
[/i]

"Lambert Mende, le bouffon du roi
 lol!  lol!  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  lol!  lol! 


Lambert Mende Omalanga

La tribune intitulée «L’agenda secret neo-conservateur d’Obama» (Obama’s secret neo-con agenda) publiée, sous la signature de Richard Miniter, dans le magazine américain «Forbes» daté du 30 juin 2014 a rendu «Joseph Kabila» fou de rage. Ses "petits soldats", mêmement. Le mercredi 9 juillet, le ministre des Médias et porte-parole du «raïs», Lambert Mende Omalanga, s’est livré à un numéro digne d’un bouffon du roi. Tout ça parce que les Congolais et le reste du monde demande à son "patron" de respecter la Constitution qui limite le nombre de mandat présidentiel à deux.


Dans cette tribune, Richard Miniter a fait trois annonces choc. D’abord, «Joseph Kabila» aurait amassé une fortune estimée à 15 milliards de dollars $US. Ensuite, la mainmise de la fratrie «Kabila» sur les richesses du pays. Un certain Selemani aurait détourné 300 millions $US destinés au trésor public. Jaynet et Zoé, devenus parlementaires, se seraient arrogé le monopole des imprimés de valeur destinés au gouvernement. Le journaliste d’épingler les biens mal acquis par le numéro un Congolais grâce aux intérêts qu’il posséderait dans les concessions minières et autres exploitations pétrolières. L’argent généré serait « planqué » dans des paradis fiscaux britanniques. In fine, Miniter a annoncé que l’Occident pourrait "frapper" le satrape congolais dans son "portefeuille" s’il ne "dégageait" pas le 19 décembre 2016.
Lors de son point de presse du 9 juillet, Mende a semblé dans un état second. Ses mains partaient dans tous les sens. L’homme ne cessait de dandiner tout en riant jaune. L’agitation était palpable. Les spécialistes du langage corporel n’ont pas manqué de constater que le ministre dit de la « Nouvelle citoyenneté » contenait mal son courroux. En bon bouffon, plus kabiliste que "Joseph Kabila", il a été chargé de laver l’honneur « souiller » de son « roi ».

Aveuglé, Mende a oublié quelques règles que tout porte-parole digne de ce nom doit observer lors d’une «communication de crise ». A savoir : préparer la communication ou le message, connaître le sujet, dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, bannir l’arrogance et l’agressivité, garder son calme.
Mercredi 9 juillet, « Lambert » est resté égal à lui-même : arrogant, agressif, cassant. Tel ce soldat japonais qui se cachait dans la jungle durant les années 80 croyant que la Deuxième mondiale n’était pas encore terminée, Mende est apparu bourré de certitudes. Pour lui, son « roi » est toujours le maître du jeu. Il n’a pas compris que le tapis est en train de se dérober sous les pieds de son « patron». Il est vrai que le pouvoir a tendance à rendre son détenteur non seulement fou mais aussi aveugle et sourd.

Faute d’arguments, Mende a commencé par brocarder l’auteur de l’article. « Il y a un journaliste qui se dit free-lance, lance-t-il. Il y en a quelques uns ici. C’est quelqu’un qui n’est même pas lié à un organe de presse. Il ne travaille pas chez Forbes. Il est free-lance. C’est quelqu’un qui peut publier un bon article tout comme il peut vous publier un tract. Il vit grâce à ceux qui lui donnent quelque chose pour écrire. Nous ne connaissons même pas ce monsieur ».
Ministre des Médias mieux, ministre de l’Information, Mende a étalé ainsi son ignorance en assimilant un journaliste free-lance en une sorte de «mercenaire de la plume» prêt à rédiger n’importe quoi moyennant finance. Alors que le mot «free-lance» n’a rien de péjoratif. Il signifie simplement un «travailleur indépendant». C’est un statut fort courant en Occident dans les milieux de la presse, de la publicité, du graphisme et de la photographie. Un journaliste free-lance est un indépendant - par opposition à un salarié. Il est payé à la production ou pige. Le journaliste Richard Miniter est un journaliste d’investigation bien connu qui collabore avec plusieurs médias américains.

Dans son "papier", Miniter écrit clairement qu’il s’est référé à des sources occidentales mais aussi à des experts africains. Mende ne tardera pas à être confondu. Les faits sont têtus. Très têtus.
Qui ignore encore la mainmise de la « fratrie Kabila » sur les ressources tant minières que naturelles du Congo ?
Qui ignore qu’il faut recourir au "précieux concours" d’un des membres de la "famille présidentielle" tant pour investir au Congo démocratique que pour obtenir le règlement d’un contentieux devant les Cours et tribunaux?
Qui ignore que Jaynet «Kabila» et son associé dans la société CAMEC, le Zimbabwéen blanc Billy Rautenbach, avaient entrepris des démarches auprès de la Présidence de la République en janvier 2006 pour obtenir l’autorisation en vue d’exploiter la mine d’uranium de Shinkolobwe, au Katanga ?
Qui ignore que l’homme d’affaires Dan Gertler et «Joseph Kabila» font des juteuses affaires et que le premier sert de prête-nom au second ?

En août 2007, le gouvernement congolais n’avait-il pas approuvé un «contrat de partage de production de petrole», signé en date du 7octobre 2006 entre la RD Congo et l’«Association» dénommée «Nessergy Ltd-Cohydro»? Qui se dissimulait derrière "Nessergy Ltd", si ce n’est Dan Gertler?
Dans un communiqué daté du 23 janvier 2014, Global Witness ne rapportait-il pas que le gouvernement congolais avait conclu un accord pétrolier "déficitaire" avec la même société Nessergy consistant au rachat par l’Etat congolais des droits pétroliers de la société offshore Nessergy pour un montant "des centaines de fois supérieur au prix payé" par ladite société - soit 500 000 $ US?
Qui ignore qu’en mai 2010, le gouvernement congolais signait un autre contrat de «partage de production» de pétrole avec les sociétés Offshore Caprikat Ltd et Foxwhelp Ltd, basées, toutes les deux, dans les Iles Vierges, au Royaume Uni? Peut-on expliquer pourquoi le bonus de signature d’un total de six millions $US a été payé à l’Etat congolais par un avocat nommé Médard Palankoyi, connu comme étant un proche de Gertler ? Les véritables propriétaires de Caprikat et Foxwhelp ne seraient-ils pas le duo «Kabila» et Gertler ?


Lambert Mende Omalanga a raté l’occasion de se taire en déclarant : «Notre président est l’un de rares chefs d’Etat à ne pas avoir des comptes dans ces pays où les autres avaient l’habitude et ont l’habitude. Il y a des procès contre certains chefs d’Etat pour biens mal acquis. Avez-vous entendu quelqu’un citer le nom de Joseph Kabila. Ce journaliste est-il mieux informé que le monde entier» ? Qu’en sait-il?
Il est assez symptomatique de voir l’ancien rebelle Lambert Mende défendre avec tant d’ardeur le régime des «Kabila». Un régime qu’il a combattu jadis avec la "même conviction", les armes à la main, dans les rangs successivement de la rébellion pro-rwandaise du RCD et dans le RCD/KML de Mbusa Nyamwisi - pour cause de «dictature». Les raisons invoquées à l’époque ont-elles disparu? C’est pire que de la prostitution... "



Compatriotiquement!

Vous ne faites qu´injurier même pour si peu !!!
Vous savez, injurier c'est simplement reconnaitre une faiblesse.
C’est non seulement une question d'éducation mais aussi de caractère.

Bon passons

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 13/7/2014, 12:27 am

Troll a écrit:
KOTA a écrit:
L INFO A ETE RELATEE PAR UN JOURNAL SUISSE DE ZURICH DEJA EN 2011


LE TEXTE EST CONSULTABLE ICI
http://reveil-fm.com/index.php/2012/01/04/2060-joseph-kabila-a-15-milliards-us-en-dix-ans-alors-que-la-fortune-du-marechal-mobutu-etait-estimait-a-5-milliards-apres-32-ans-de-dictature

CELA VEUT DIRE QUE DEPUIS 2011/2012 LA FORTUNE DU RAIS A SUREMENT AUGMENTE DE VOLUME...... Cool


Mbuta KOTA  

Mr Jim parle courament l´allemand et sera très content de lire cette information dans cette langue qu´il pratique si bien..

Remerciement á mr Ndozwau pour avoir pu publier le lien..dont même le fameux Kassamba était entrain de remettre en doute  Dommage que les medias á Kin ne possede pas assez de marge et de liberté d´exoression..sinon rien qu´en consultant ce site, un journaliste peut très bien preparer des questions solides á poser á....Mende ou Kassamba.

Pauvre Joé Kanambe
   il ne possede pas les facultés intellectuelles necessaires..pour comprendre qu´on va le destabilser psychologiquement...et maintenant qu´on parle des nouvelle menaces que l´épouse de J Biden a apportée...des menaces qui seraient reliées á la "CPI"   Voyons la suite..WAIT AND SEE


Effectivement Mr. Troll, Jim KK parle et écrit mieux allemand que français. Ce n´est pas un exploit, nous avons étudié dans ce pays et nous sommes en RFA depuis près de 30 ans.

Je suis vraiment sidéré.
Pourquoi nos compatriotes, les journalistes africains et surtout congolais ne peuvent pas d´abord analyser une information avant de l´ écrire. On écrit des mensonges pour faire sensation. C´est ca leur but primordial.

Tenez :
Monsieur Richard Miniter écrit que selon le media de langue française et allemande, le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars. La source de ce monsieur ce sont les medias entre autre de langue allemande.  On nous présente la source de Richard Miniter ici :

http://www.tagesanzeiger.ch/ausland/naher-osten-und-afrika/Wie-der-Reichtum-des-Kongo-verschachert-wird/story/19379732

Alors ou est ce-que ce journal (donc la source de ce monsieur) parle que le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars ???En principe le journal parle de bradage de nos ressources et comment les firmes occidentales entre autre les firmes suisses en profitent.

Personnellement je ne sais pas si le président Kabila a amassé cette somme d´argent. Tout est possible mais aussi tout peut être que du mensonge.

15 milliards en allemand on écrit 15 Milliarden. Alors cherchez moi ou on a écrit ca !!! Shocked  Shocked  Shocked  Shocked 

Voici l´intégralité du reportage :

Der Präsident der Demokratischen Republik Kongo, Joseph Kabila, ist kürzlich in einer umstrittenen Wahl in seinem Amt bestätigt worden. Am Dienstag wurde er in Kinshasa vereidigt; gleichzeitig liess er in der kongolesischen Hauptstadt Panzer auffahren, um möglichen Protesten zuvorzukommen. Kurz vor den Wahlen am 28. November war der britische Parlamentarier Eric Joyce mit schweren Vorwürfen an die Öffentlichkeit getreten. Er beschuldigte Kabila, dass er sich durch den Verkauf von Minen persönlich bereichert und damit seinen Wahlkampf finanziert habe.
Joyce veröffentlichte im Internet Dokumente aus Grossbritannien, dem Kongo und von den Britischen Jungfern-Inseln, die ihm von mehreren Quellen zugespielt worden seien. «Diese Beweise belegen erstmals, dass Mitglieder der kongolesischen Regierung, namentlich Präsident Joseph Kabila, Vermögenswerte aus dem Bergbau zu Schleuderpreisen an verschiedene Offshore-Briefkastenfirmen verkauft haben», sagte Joyce gegenüber dem «Tages-Anzeiger». Der Abgeordnete aus dem schottischen Falkirk hat den Vorsitz der Parlamentskommission zu den «Grossen afrikanischen Seen». Er habe Kabila seit dessen Machtübernahme 2001 mehrmals im Kongo getroffen und kenne ihn persönlich, sagte Joyce am Telefon.
Konzessionen bringen mehr als Hilfsgelder
Wären die Konzessionen zur Ausbeutung der Bodenschätze zum aktuellen Marktwert verkauft worden, so Joyce weiter, hätte der Kongo statt 272 Millionen 5,5 Milliarden Dollar einnehmen können – deutlich mehr als die 3,1 Milliarden, welche das Land jährlich an Hilfsgeldern aus dem Ausland erhält. Gemäss dem renommierten Kongo-Experten Jason Stearns trifft Eric Joyce’ Berechnung in etwa zu. Joyce stört, dass sein Land in den kommenden vier Jahren rund eine Milliarde Franken Entwicklungsgelder in den Kongo pumpt, während gleichzeitig einige korrupte Politiker und Geschäftsleute die Reichtümer des zentralafrikanischen Landes verscherbeln. (Die Schweiz engagiert sich jährlich mit 12,4 Millionen Franken im Kongo.)
Joyce hat 59 Offshorefirmen publik gemacht, die mit Vermögenswerten aus dem Kongo handeln. 47 davon haben ihren Sitz auf den Britischen Jungfern-Inseln in der Karibik. Seit Mitte der 1980er-Jahre bietet die Regierung des britischen Überseegebiets Unternehmen die Möglichkeit, Briefkastenfirmen zu gründen. Eine Politik, die sich ausgezahlt hat: Hunderttausende registrierte Gesellschaften entrichten Gebühren, die mehr als 50 Prozent der staatlichen Einnahmen ausmachen.
Handel via Jungfern-Inseln
Und so läuft der Handel: Konzessionen zur Ausbeutung von Minen werden gemäss Joyce zu einem Preis tief unter dem Marktwert an einen mysteriösen Abnehmer von den Jungfern-Inseln verkauft. Seit 2007, also nachdem Joseph Kabila in einer aufwendigen und von der EU, den USA und der UNO finanzierten Wahl erstmals zum Präsidenten des Kongo gekürt worden war und sich zu Demokratie, Transparenz und Rechtsstaat verpflichtet hatte, haben 44 der von Joyce aufgeführten 59 Firmen Vermögenswerte aus dem Kongo erworben. Davon dokumentiert der Brite vier Fälle detailliert (vgl. Grafik).
Einer dieser vier Verkäufe betrifft die Doppelmine Mutanda/Kansuki in Katanga, der bodenschatzreichen Südprovinz des Kongo. In Mutanda, das etwa 40 Kilometer südöstlich der Stadt Kolwezi liegt, werden Kupfer und Kobalt abgebaut; Kansuki liegt daneben, wird jedoch derzeit nicht ausgebeutet und gilt deshalb als «schlafende Mine». Die von Eric Joyce verlinkten Dokumente zeigen, was Entwicklungshilfeorganisationen lange vermutet haben: Das staatliche Bergbauunternehmen, die Gécamines, hat im Frühjahr 2011 in einem geheim gehaltenen Deal einen 20-Prozent-Anteil in Mutanda und einen 25-Prozent-Anteil in Kansuki verkauft.
Käufer waren Rowny Assets und Biko Invest. Die zwei Firmen sind am 23. Februar 2011, also nur Wochen vor dem Handel, auf den Jungfern-Inseln amtlich eingetragen worden und werden mit dem israelischen Geschäftsmann Dan Gertler «assoziiert», wie die Firma Glencore (GLEN 4.31 -0.12%) schreibt. Die Sache wurde überhaupt erst publik, weil das weltweit grösste Rohstoffunternehmen mit operativem Hauptsitz in Baar am 19. Mai 2011 an die Londoner Börse gegangen ist. Dafür musste Glencore im Vorfeld einen detaillierten, circa 1700-seitigen Börsenprospekt vorlegen. Und darin wird auf den Handel zwischen Gécamines und Gertler hingewiesen.
Einige wenige werden reich
Allerdings nennt Glencore keinen Preis. Den lieferte Gécamines gemäss einem von Joyce veröffentlichten Dokument im August 2011 nach: 137 Millionen US-Dollar für die Anteile an Mutanda und Kansuki zusammen. Was deren Marktwert betrifft, verweist Joyce auf Berechnungen von Golder Valuation, einer Beratungsfirma im Dienste Glencores, sowie der Deutschen Bank zum Wert von Aktien in Mutanda und Kansuki. Die von Gertler erworbenen Anteile seien dementsprechend 1057 Millionen Dollar Wert, also fast das Achtfache des Verkaufspreises.
Den Kongolesen würden demnach allein in Mutanda und Kansuki 920 Millionen Dollar Einnahmen entgehen, die Kongo-Kinshasa nach Diktatur, Krieg und Bürgerkrieg brauchen könnte, um seine Infrastruktur aufzubauen. Der gescheiterte Staat belegt auf dem aktuellen UNO-Entwicklungsindex den 187. Platz – von 187 untersuchten Staaten. «Eine Serie komplexer Arrangements zwischen der kongolesischen Regierung und verschiedenen Briefkastenfirmen auf den Jungfern-Inseln hat zur Folge, dass einige wenige reich werden auf die schrecklichen Kosten vieler», sagte Joyce. Im Kongo gibt es neben den grossen Kupfer- und Kobaltvorkommen auch Gold, Uran und Erdöl. Begehrt ist seit einigen Jahren auch Coltan, das für Computer und Handys gebraucht wird.
Der Verkauf von Minenkonzessionen habe seit zwei Jahren massiv zugenommen und sich beschleunigt, je näher die Wahlen vom 28. November rückten, stellte Jason Stearns fest, der sich regelmässig in Kinshasa aufhält und im Kongo für die International Crisis Group und die UNO gearbeitet hat. «Dasselbe liess sich vor den Wahlen 2006 beobachten», sagt er am Telefon in Nairobi. «Ein enger Mitarbeiter Kabilas hat mir gegenüber 2008 eingeräumt, dass man das Geld aus diesen Deals gebraucht habe, um den Wahlkampf zu finanzieren.» Und das sei nun auch 2011 wieder der Fall gewesen, so der Amerikaner Stearns.
Ein Israeli sichert sich die kongolesischen Diamanten
Die Regierung in Kinshasa hat eigentlich zugesagt, die Konzessionsverträge für die Ausbeutung der Minen, des Erdöls und des Regenwalds zu veröffentlichen. Der Internationale Währungsfonds (IWF) honorierte dieses Versprechen mit einem 551-Millionen-Dollar-Kredit für die Regierung. Und am 30. Juni 2010, zum 50. Jahrestag der Unabhängigkeit vom brutalen belgischen Kolonialregime, erliessen Weltbank und IWF dem Kongo Schulden in der Höhe von 12,3 Milliarden Dollar.
Ohne die gewünschte Wirkung: Gécamines verkaufte mit der Billigung der Regierung weiterhin seine Minenkonzessionen zu umstritten tiefen Preisen, um Kapital in die marode Firma zu pumpen. Ende September 2011 verlangte deshalb der IWF, dass Gécamines Rechenschaft ablegt für die im Frühjahr verkauften Anteile in Mutanda und Kansuki, wie das kongolesische Radio Okapi auf seiner Website berichtete. Der seit den Mobutu-Jahren durch Korruption heruntergewirtschaftete Staatsbetrieb hat gemäss der Nachrichtenagentur Bloomberg 1,5 Milliarden Dollar Schulden. Die Firma mit Sitz in der Provinzhauptstadt Lubumbashi verfügt gleichzeitig über die weltweit grössten Reserven an Kobalt, das u. a. für Kampfjets und Raketen gebraucht wird. Auch Kupfer, geeignet als Wärme- und Stromleiter, ist auf dem Weltmarkt begehrt.
Das weiss auch der erwähnte Dan Gertler. Der Israeli geschäftet laut Bloomberg seit den 90er-Jahren im Kongo. Im Jahr 2000 – also während des grossen Kongokriegs mit 9 beteiligten Armeen, etwa 20 Rebellenorganisationen und 5 Millionen Toten – habe sich der erst 27-jährige Gertler für gerade einmal 20 Millionen Dollar das Monopol für den Export der kongolesischen Diamanten gesichert, schrieb Jason Stearns in seinem Blog; der Wert jener Lizenz sei auf 600 Millionen Dollar geschätzt worden. Heute sei Gertler einer der reichsten Israelis, heisst es weiter im Blogeintrag vom Juni 2010.
Angeblich sei der Diamanten-Tycoon, dessen Grossvater Moshe Schnitzer einst die israelische Diamantenbörse gegründet hatte, inzwischen auch ins Ölgeschäft am Albertsee eingestiegen. Gemäss Eric Joyce stehen drei der vier Konzessionsverkäufe, welche der Brite dokumentiert hat, in Verbindung zu Gertler. Insgesamt sollen 29 der aufgelisteten Offshorefirmen, die mit dem Kongo handeln, dem Israeli gehören. Ein Mediensprecher von Dan Gertler in Tel Aviv konnte vom TA – trotz mehrerer Versuche – telefonisch nicht erreicht werden; schriftliche Anfragen für eine Stellungnahme blieben ebenfalls unbeantwortet.
Gertlers zweite Heimat
Gertlers Erfolg im Kongo basiere vor allem auf «seinen engen Beziehungen zum Präsidenten», schrieb Stearns weiter. Gertler sei einer der wenigen Westler gewesen, die zu Joseph Kabilas Hochzeitsfest 2006 eingeladen gewesen seien. Im Internet kursiert eine Fotografie, welche den Gast mit den Frischvermählten zeigen soll. Auch Kabilas engstem Finanzberater stehe Gertler nahe. Und angeblich wurde er dieses Jahr am Nationalfeiertag auf der VIP-Tribüne in Lubumbashi gesichtet. Nach mehr als 15-jähriger Geschäftstätigkeit im Kongo soll sich Gertler dem zentralafrikanischen Land sehr verbunden fühlen und es als seine zweite Heimat betrachten.
Der israelische Geschäftsmann sei ein Spezialist für die Gründung von Briefkastenfirmen auf den Jungfern-Inseln, aber auch anderswo, sagen diplomatische Quellen in Kinshasa, die anonym bleiben möchten. Seine zweite Spezialität sei, mit diesen Firmen auf den internationalen Markt zu gehen. Er habe beste Beziehungen zu grossen Unternehmen in Europa, die an solchen Minenkonzessionen interessiert seien. Die Frage ist, an wen Gertler seine Konzessionen, die Milliardenprofite versprechen, weiterverkaufen könnte. Es sieht danach aus, dass er vor allem als Zwischenhändler agiert. «Nur wenige seiner Firmen scheinen Erfahrung mit Minen zu haben, mehrere wurden nur Wochen vor den Deals gegründet, und keine hat alle Details der Aktieninhaber publiziert», schrieb der konservative Londoner «Telegraph», der neben anderen britischen Medien über den Vorstoss des Labour-Politikers berichtet hat.
Glencore kaufte von Gertler
Wer könnte also als mutmasslicher Käufer infrage kommen? Fest steht, dass das Rohstoffunternehmen Glencore gemäss eigenen Angaben bereits 40 Prozent der Mine in Mutanda und 37,5 Prozent der Mine in Kansuki besitzt, von denen Dan Gertler gemäss Glencore-Börsenprospekt Anteile erworben hat. Tatsächlich besitzt Glencore aber nicht nur 40 Prozent an Mutanda. Das Unternehmen ist in einem Joint Venture mit einem anderen Partner und kontrolliert Betrieb und Entwicklung der Mine. Für deren Ausbeutung investiert Glencore viel Geld.
Fest steht auch, dass Glencore und Gertler eine Geschäftsbeziehung haben. Auf die Frage des «Tages-Anzeigers», ob Glencore je Beteiligungen von Minen von einer Gertler-Firma erworben habe, schrieb Mediensprecher Simon Buerk: «Ja, eine Aktienbeteiligung in Kansuki im Jahr 2010. Die Anteile in Mutanda wurden hingegen nicht von einer Firma erworben, die mit Herrn Gertler assoziiert wird.» Buerk bestätigte des weiteren, «wir beide sind Shareholders in Mutanda», wobei Glencore International AG ihre Anteile an der Börse in Toronto erworben habe.
Auf die Frage, ob Glencore allenfalls Interesse haben könnte am Kauf der im Frühjahr von Gertler-Firmen erworbenen Anteile in Mutanda und Kansuki, schrieb ein Firmensprecher ausweichend: «Bevor wir irgendeine Transaktion in irgendeinem Land durchführen, treffen wir mit der gebotenen Sorgfalt vollständige Abklärungen und konsultieren alle relevanten Parteien inklusive der Regierung.» Kämen Glencore und Gertler erneut ins Geschäft, müsste das Schweizer Rohstoffunternehmen die Londoner Börse informieren.
Chantal Peyer, Bergbauexpertin beim Schweizer Hilfswerk Brot für alle, ist überzeugt, dass Glencore weitere, insbesondere die 2011 von Gertler erworbenen Anteile kaufen wird, zumal die Rohstofffirma in Mutanda auch in den Bau einer Fabrikanlage investiert habe. «Das Interesse an diesem Anteil muss gross sein.» Ähnlich mutmassen weitere angefragte Experten, die anonym bleiben möchten. Gegen diese These spricht, dass Glencore kein grosses Interesse mehr an einer Aufstockung ihres Anteils haben könnte, da man die Mine bereits kontrolliert und ein Zukauf deshalb nicht mehr nötig erscheint; ausgeschlossen ist jedoch nichts.
Der Kontakt zwischen der mit 145 Milliarden US-Dollar Jahresumsatz (2010) grössten Schweizer Firma und dem israelischen Geschäftsmann sei «extrem eng», wobei Gertler «die schmutzige Arbeit» erledige, fährt Peyer fort. Die «Neue Zürcher Zeitung» bezeichnete 2009 Glencore und Gertler als «strategische Partner». Simon Buerk von Glencore hält fest, dass Glencore Bestechung und Korruption strikt ablehne.
Zum angeblich tiefen Verkaufspreis von 137 Millionen US-Dollar für die besagten von Gertler-Firmen erworbenen Anteile in Mutanda und Kansuki erklären Fachleute, dass im Minengeschäft Minderheitenanteile nicht sehr attraktiv seien und deshalb tiefer bewertet würden als Mehrheitsanteile. Zudem handle es sich bei Mutanda um eine Mine, in die noch viel Geld investiert werden müsse, bevor sie rentiere. Des weitern habe Gertler seine Anteile vor den kongolesischen Wahlen gekauft, also zu einem Zeitpunkt, als nur wenige Anleger bereit gewesen seien, in diesem gescheiterten Staat zu investieren. Auch dies könnte den Preis gedrückt haben. Schätzungen, wonach der Marktwert von Gertlers Anteilen in Mutanda und Kansuki über eine Milliarde Dollar betrage, seien daher fern der kongolesischen Realität, heisst es aus der Industrie.
Glencore verfügt im Kongo zusätzlich via eine Tochterfirma gemäss eigenen Angaben über 75,15 Prozent von Katanga Mining Limited, welche Kupfer- und Kobaltvorkommen inklusive Schürfrechten auf über 40 Quadratkilometern besitzt und – wie der Name sagt – ebenfalls in Katanga liegt. Gemäss Simon Buerk wurden in den ersten neun Monaten dieses Jahres in Katanga und Mutanda 113'000 Tonnen Kupfer und 7700 Tonnen Kobalt produziert.
Strasse und Spital für Kolwezi
Investitionen wie jene Glencores schüfen Jobs, Bildung, Zugang zu medizinischer Versorgung und bessere Infrastruktur, betonte Ivan Glasenberg, der CEO von Glencore, in einem Interview mit «20 Minuten». Der Südafrikaner erhielt vor zwei Jahren das Schweizer Bürgerrecht. Weiter sagte er: «An vielen unserer Standorte geben wir Hunderte von Millionen aus für Waren und Dienstleistungen und den Betrieb von Schulen und Krankenhäusern. Ohne ausländische Investitionen wäre all das nicht möglich.»
Was den Kongo betreffe, ergänzt Simon Buerk gegenüber dem TA, habe Glencore «auf freiwilliger Basis» in Kolwezi 30 Kilometer Strasse asphaltiert, mehrere Schulen renoviert sowie ein Spital gebaut. Ausserdem würden in Kolwezi die Stromleitungen ersetzt.
Die Politologin Chantal Peyer entgegnet, dass dennoch die meisten Gewinne ins Ausland fliessen: Während in den 80er-Jahren noch 70 Prozent der Steuereinnahmen der Provinz Katanga aus dem Bergbau kamen, seien es 2006 nur noch 7 Prozent gewesen. Und dabei sei es in etwa geblieben.
Dafür sprudeln die Steuereinnahmen in der hoch entwickelten Schweiz. Hauptprofiteur ist der Kanton Zug, die Heimat von Glencore. Zu den Gewinnern zählt auch Rüschlikon. Glencores Börsengang im Mai hat der Schweiz zusätzliche Milliardäre und Multimillionäre beschert, wovon einige, wie Glencore-Boss Glasenberg, in der Zürcher Seegemeinde wohnen. Sie liefern Rüschlikon dieses Jahr zusätzlich 50 bis 55 Millionen Franken ab – ein willkommener Steuergeldsegen, der nicht budgetiert gewesen war. (Tages-Anzeiger)
(Erstellt: 22.12.2011, 11:57 Uhr)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  ndonzwau le 13/7/2014, 4:55 am

Jim KK a écrit:
ndonzwau a écrit:
Jim KK a écrit:Ou  est cet article de FORBES ???????????

Qui a cet article original de FORBES ???????

Donnez nous cet article original de FORBES !!!!!!!!!!

Y a t il quelqu´un sur ce forum qui a lu cet article original de FORBES ?????

Nous voulons le lire aussi !!!

Mettez nous le lien S-V-P

Comment à défaut d'être honnête se retrouver toujours aussi nul, à côté de toute intelligence ?
Je croyais que quand on se veut aussi fanatique on mettait un peu plus de cerveau, plus de ruse ingénieuse à prouver le bien-fondé de son exaltation gratuite, à mettre un peu de raison dans sa ferveur passionnelle...

En effet depuis quand le magazine de riches Forbes qui vit à leurs basques serait devenu l'ami de pauvres et de faibles ?
Quelle catastrophe pour la réputation du Congo, de l'Afrique, qui ne seraient alors considérés que comme un nid de débiles profonds !

ndonzwau a écrit:[...]

Vous ne faites qu´injurier même pour si peu !!!
Vous savez, injurier c'est simplement reconnaitre une faiblesse.
C’est non seulement une question d'éducation  mais aussi de caractère.

Bon passons


Mon pauvre Mr JKK,

Avant de venir pleurer comme un enfant qu’on vous insulte, prenez au moins la peine de vous relire, de relire ne fut-ce que les quelques lignes que vous avez écrites sur ce sujet : vous êtes coutumier d’un fait, soit vous avez le cul entre deux chaises, vous ne savez jamais ce que vous voulez, soit vous vous lancez dans des analyses et des déductions carrément incongrues plus que la culture qu’on vous prête au premier abord  ne le présume...
Plus d’une fois je vous ai posé ici des questions pour relancer vos curieuses affirmations, plus d’une fois vous n’avez eu ni le courage ni l’intelligence de répondre à des interrogations pourtant unanimement essentielles… Et comme un innocent limité intellectuellement vous venez pleurer qu’on vous injurie; allons donc en récidivant dans le même style vous attendiez de moi que je vous congratule ? Vous êtes à côté de la raison telle que je l’entends, je ne vous proclamerais pas raisonnable alors que vous ne l’êtes guère; si vous m’en accusez de voir noir là où c’est obscur, désolé, j’assume volontiers mon constat : vous êtes nul !

Revenons au sujet pour vous le démontrer davantage !
C’est quoi votre défense ? Forbes aurait cherché à mentir ou pas, vous n’en savez rien, moi non plus mais pourquoi alors ne pas vous poser les questions en conséquence, pourquoi, qui, comment…en place de vous projeter en une présomption non d’innocence mais de culpabilité (relisez-vous) ?
1° Forbes est l’agent des riches, des puissants; il n’a dans le fond aucun intérêt à culpabiliser JK; ne l’intéresse que l’argent et non comment le riche l’a eu... Qu’il en fasse part aujourd’hui entre d’abord dans son panel de chasse habituel rentable pour son affaire ! C’est là une évidence qui saute à nos yeux à tous et donc aux vôtres dont il faut prendre conscience avant toute autre préoccupation …
2° A la faveur de votre connaissance de l’allemand notre ami Troll vous demande de traduire et de commenter une analyse transcrite dans cette langue… Tout  ce que vous trouvez à nous dire c’est que nulle part il n’y est fait mention de 15 Milliards…
On hallucine : mais qui vous a dit qu’elle contenait cette affirmation précise (relisez fût-ce le commentaire de notre ami Kota qui nous l’a présentée !)  ?

Et avec ça vous attendez que je vous qualifie de raisonnable ?
Non Mr JKK, vous êtes nul, tout à fait à côté du profil d’un intellectuel qui même djaléloliste kanambiste mériterait de défendre le plus objectivement qu’on peut cette cause combien indéfendable !
Encore une fois si c’est cela vous insulter, j’accepte d’aller au tribunal !


Compatriotiquement!

PS


Jim KK a écrit:
Troll a écrit:
KOTA a écrit:(...)
http://reveil-fm.com/index.php/2012/01/04/2060-joseph-kabila-a-15-milliards-us-en-dix-ans-alors-que-la-fortune-du-marechal-mobutu-etait-estimait-a-5-milliards-apres-32-ans-de-dictature

CELA VEUT DIRE QUE DEPUIS 2011/2012 LA FORTUNE DU RAIS A SUREMENT AUGMENTE DE VOLUME...... Cool
(...)

Effectivement Mr. Troll, Jim KK parle et écrit mieux allemand que français. Ce n´est pas un exploit, nous avons étudié dans ce pays et nous sommes en RFA depuis près de 30 ans.

Je suis vraiment sidéré.
Pourquoi nos compatriotes, les journalistes africains et surtout congolais ne peuvent pas d´abord analyser une information avant de l´ écrire. On écrit des mensonges pour faire sensation. C´est ca leur but primordial.

Tenez :
Monsieur Richard Miniter écrit que selon le media de langue française et allemande, le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars. La source de ce monsieur ce sont les medias entre autre de langue allemande.  On nous présente la source de Richard Miniter ici :


http://www.tagesanzeiger.ch/ausland/naher-osten-und-afrika/Wie-der-Reichtum-des-Kongo-verschachert-wird/story/19379732

Alors ou est ce-que ce journal (donc la source de ce monsieur) parle que le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars ???En principe le journal parle de bradage de nos ressources et comment les firmes occidentales entre autre les firmes suisses en profitent.

Personnellement je ne sais pas si le président Kabila a amassé cette somme d´argent. Tout est possible mais aussi tout peut être que du mensonge.

15 milliards en allemand on écrit 15 Milliarden. Alors cherchez moi ou on a écrit ca !!! Shocked  Shocked  Shocked  Shocked 

Voici l´intégralité du reportage :

Der Präsident der Demokratischen Republik Kongo, Joseph Kabila, ist kürzlich in einer umstrittenen Wahl in seinem Amt bestätigt worden. Am Dienstag wurde er in Kinshasa vereidigt;(...)
(Tages-Anzeiger)(Erstellt: 22.12.2011, 11:57 Uhr)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 13/7/2014, 9:55 am

ndonzwau a écrit:
Jim KK a écrit:
ndonzwau a écrit:
Jim KK a écrit:Ou  est cet article de FORBES ???????????

Qui a cet article original de FORBES ???????

Donnez nous cet article original de FORBES !!!!!!!!!!

Y a t il quelqu´un sur ce forum qui a lu cet article original de FORBES ?????

Nous voulons le lire aussi !!!

Mettez nous le lien S-V-P

Comment à défaut d'être honnête se retrouver toujours aussi nul, à côté de toute intelligence ?
Je croyais que quand on se veut aussi fanatique on mettait un peu plus de cerveau, plus de ruse ingénieuse à prouver le bien-fondé de son exaltation gratuite, à mettre un peu de raison dans sa ferveur passionnelle...

En effet depuis quand le magazine de riches Forbes qui vit à leurs basques serait devenu l'ami de pauvres et de faibles ?
Quelle catastrophe pour la réputation du Congo, de l'Afrique, qui ne seraient alors considérés que comme un nid de débiles profonds !

ndonzwau a écrit:[...]

Vous ne faites qu´injurier même pour si peu !!!
Vous savez, injurier c'est simplement reconnaitre une faiblesse.
C’est non seulement une question d'éducation  mais aussi de caractère.

Bon passons


Mon pauvre Mr JKK,

Avant de venir pleurer comme un enfant qu’on vous insulte, prenez au moins la peine de vous relire, de relire ne fut-ce que les quelques lignes que vous avez écrites sur ce sujet : vous êtes coutumier d’un fait, soit vous avez le cul entre deux chaises, vous ne savez jamais ce que vous voulez, soit vous vous lancez dans des analyses et des déductions carrément incongrues plus que la culture qu’on vous prête au premier abord  ne le présume...
Plus d’une fois je vous ai posé ici des questions pour relancer vos curieuses affirmations, plus d’une fois vous n’avez eu ni le courage ni l’intelligence de répondre à des interrogations pourtant unanimement essentielles… Et comme un innocent limité intellectuellement vous venez pleurer qu’on vous injurie; allons donc en récidivant dans le même style vous attendiez de moi que je vous congratule ? Vous êtes à côté de la raison telle que je l’entends, je ne vous proclamerais pas raisonnable alors que vous ne l’êtes guère; si vous m’en accusez de voir noir là où c’est obscur, désolé, j’assume volontiers mon constat : vous êtes nul !

Revenons au sujet pour vous le démontrer davantage !
C’est quoi votre défense ? Forbes aurait cherché à mentir ou pas, vous n’en savez rien, moi non plus mais pourquoi alors ne pas vous poser les questions en conséquence, pourquoi, qui, comment…en place de vous projeter en une présomption non d’innocence mais de culpabilité (relisez-vous) ?
1° Forbes est l’agent des riches, des puissants; il n’a dans le fond aucun intérêt à culpabiliser JK; ne l’intéresse que l’argent et non comment le riche l’a eu... Qu’il en fasse part aujourd’hui entre d’abord dans son panel de chasse habituel rentable pour son affaire ! C’est là une évidence qui saute à nos yeux à tous et donc aux vôtres dont il faut prendre conscience avant toute autre préoccupation …
2° A la faveur de votre connaissance de l’allemand notre ami Troll vous demande de traduire et de commenter une analyse transcrite dans cette langue… Tout  ce que vous trouvez à nous dire c’est que nulle part il n’y est fait mention de 15 Milliards…
On hallucine : mais qui vous a dit qu’elle contenait cette affirmation précise (relisez fût-ce le commentaire de notre ami Kota qui nous l’a présentée !)  ?

Et avec ça vous attendez que je vous qualifie de raisonnable ?
Non Mr JKK, vous êtes nul, tout à fait à côté du profil d’un intellectuel qui même djaléloliste kanambiste mériterait de défendre le plus objectivement qu’on peut cette cause combien indéfendable !
Encore une fois si c’est cela vous insulter, j’accepte d’aller au tribunal !


Compatriotiquement!

PS


Jim KK a écrit:
Troll a écrit:
KOTA a écrit:(...)
http://reveil-fm.com/index.php/2012/01/04/2060-joseph-kabila-a-15-milliards-us-en-dix-ans-alors-que-la-fortune-du-marechal-mobutu-etait-estimait-a-5-milliards-apres-32-ans-de-dictature

CELA VEUT DIRE QUE DEPUIS 2011/2012 LA FORTUNE DU RAIS A SUREMENT AUGMENTE DE VOLUME...... Cool
(...)

Effectivement Mr. Troll, Jim KK parle et écrit mieux allemand que français. Ce n´est pas un exploit, nous avons étudié dans ce pays et nous sommes en RFA depuis près de 30 ans.

Je suis vraiment sidéré.
Pourquoi nos compatriotes, les journalistes africains et surtout congolais ne peuvent pas d´abord analyser une information avant de l´ écrire. On écrit des mensonges pour faire sensation. C´est ca leur but primordial.

Tenez :
Monsieur Richard Miniter écrit que selon le media de langue française et allemande, le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars. La source de ce monsieur ce sont les medias entre autre de langue allemande.  On nous présente la source de Richard Miniter ici :


http://www.tagesanzeiger.ch/ausland/naher-osten-und-afrika/Wie-der-Reichtum-des-Kongo-verschachert-wird/story/19379732

Alors ou est ce-que ce journal (donc la source de ce monsieur) parle que le président Kabila aurait amassé 15 milliards de dollars ???En principe le journal parle de bradage de nos ressources et comment les firmes occidentales entre autre les firmes suisses en profitent.

Personnellement je ne sais pas si le président Kabila a amassé cette somme d´argent. Tout est possible mais aussi tout peut être que du mensonge.

15 milliards en allemand on écrit 15 Milliarden. Alors cherchez moi ou on a écrit ca !!! Shocked  Shocked  Shocked  Shocked 

Voici l´intégralité du reportage :

Der Präsident der Demokratischen Republik Kongo, Joseph Kabila, ist kürzlich in einer umstrittenen Wahl in seinem Amt bestätigt worden. Am Dienstag wurde er in Kinshasa vereidigt;(...)
(Tages-Anzeiger)(Erstellt: 22.12.2011, 11:57 Uhr)

Cher monsieur, vous pouvez me qualifier (ou traiter) de tous les noms d´oiseaux que vous connaissez. Ca ne va me faire ni chaud ni froid. Je m´en fous éperdument !!!!!!!!!!!

Vous mentez même pour si peu ! Vous n´êtes même pas en mesure de lire convenablement et comprendre les quelques lignes que Mr. Troll a écrites. Ou est ce que Troll me demande de traduire l´analyse ???
Divulguer les mensonges c´est votre travail ici. Vous mentez comme vous respirez et ca ne vaut pas la peine de lire vos âneries, inepties et foutaises que vous nous postez  à longueur de journée ici.

Vous êtes dans le registre de la moquerie, de l'injure et de l'instrumentalisation de pseudo-affaires.
Un mal éduqué restera toujours mal éduqué même si il a passé tant de temps en France. Un impoli restera toujours impoli même s´il est le plus âgé du forum.

Désolée mon pauvre monsieur. J´ai d´autres chats a fouetté.  Je ne veux pas gaspiller mon temps à lire vos bassesses, crétineries, insanités et conneries.  Gardez vos analyses bêtes pour vous ! Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Shocked  Shocked  Rolling Eyes


Dernière édition par Jim KK le 14/7/2014, 7:48 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Jim KK le 13/7/2014, 5:54 pm

Encore une autre estimation de la présumée fortune du Président  Joseph Kabila.

Cette fois du journal américain  People with money. Il serait même le chef d´état le mieux payé au monde actuellement.
La guerre des estimations commence.

Forbes de Richard Miniter contre People with money. A qui la prochaine estimation ?????

Forbes: 15 milliards de dollars
People with money:  215 millions d´euro
Boketschu dernier: 8 millions de morts Very Happy  Very Happy  Very Happy 
Odon Mbua: 12 Millions de morts Very Happy  Very Happy  Very Happy 

Régalez vous chers compatriotes en lisant ce passage de l’article People with money:

"D'après les calculs, le chef d'État-entrepreneur pèserait près de 215 millions d'euros. Outre ses gains professionnels il devrait son immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et le très lucratif contrat publicitaire avec les cosmétiques CoverGirl. Il possèderait également plusieurs restaurants à Kinshasa (dont la chaîne « Chez l'gros Joseph »), un club de Football à Hewa Bora, et serait également impliqué dans la mode adolescente avec une ligne de vêtements « Kabila Séduction » ainsi qu'un parfum « L'eau de Joseph », autant de succès financiers."

http://fr.mediamass.net/people/joseph-kabila/plus-gros-salaire.html

Je laisse le soin aux politiciens et analystes talentueux de l´internet de faire une analyse.
Moi je refuse !!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum