La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Imperium le 13/7/2014, 9:25 pm

Jim KK a écrit:Encore une autre estimation de la présumée fortune du Président  Joseph Kabila.

Cette fois du journal américain  People with money. Il serait même le chef d´état le mieux payé au monde actuellement.
La guerre des estimations commence.

Forbes de Richard Miniter contre People with money. A qui la prochaine estimation ?????

Forbes: 15 milliards de dollars
People with money:  215 millions d´euro
Boketschu dernier: 8 millions de morts Very Happy  Very Happy  Very Happy 
Odon Mbua: 12 Millions de morts Very Happy  Very Happy  Very Happy 

Régalez vous chers compatriotes en lisant ce passage de l’article People with money:

"D'après les calculs, le chef d'État-entrepreneur pèserait près de 215 millions d'euros. Outre ses gains professionnels il devrait son immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et le très lucratif contrat publicitaire avec les cosmétiques CoverGirl. Il possèderait également plusieurs restaurants à Kinshasa (dont la chaîne « Chez l'gros Joseph »), un club de Football à Hewa Bora, et serait également impliqué dans la mode adolescente avec une ligne de vêtements « Kabila Séduction » ainsi qu'un parfum « L'eau de Joseph », autant de succès financiers."

http://fr.mediamass.net/people/joseph-kabila/plus-gros-salaire.html

Je laisse le soin aux politiciens et analystes talentueux de l´internet de faire une analyse.
Moi je refuse !!!!!


 Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Un club de foot a hewa bora? Hewa bora se trouve ou? dans qu'elle localite du congo? Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  zobattants le 16/7/2014, 8:01 pm

Voici l'article en question... les opposants bazo lala kaka...preuves eza tse..

http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/06/30/obamas-secret-neo-con-agenda/

Obama supports the Bush Doctrine--but only in Africa
Comment Now Follow Comments

Obama may be non-interventionist in the Middle East, but he’s acting increasingly like a neo-con in Africa.

President Barack Obama has repeatedly said that he is against “boots on the ground” in Iraq, robustly ruled out airstrikes, and reluctantly dispatched some 300 advisers into that war-torn land. As Iraq crisis worsens, the president demands a primarily political solution—even as Islamist forces surge to the Baghdad suburbs.

In Africa, that same president is, fortunately, far more active. Elite U.S. Army units are killing and capturing terrorists in North Africa (including the so-called Butcher of Benghazi). Hundreds of other counter-terrorism trainers are helping African nations (Libya, Niger, Mauritania, and Mali) to field commando teams to combat Islamist forces in Africa, which have Islamist ideologies nearly indistinguishable from the predators devouring Iraq. These new native units are vital for beating back the Islamist threat to the region. Hundreds of U.S. Special Forces have been sent to hunt the Lord’s Resistance Army, a murderous band of militants, in the wilds of Uganda. Djibouti, on Africa’s Red Sea coast, remains an active U.S. military base and America’s spies and soldiers help fight Islamists in Somalia and Kenya. Drones are roaming Nigeria, searching for missing schoolgirls. And, of course, the Obama administration’s longest war was fought in North Africa, in the skies and streets of Libya.

When military might matters, Obama seems to have one rule for Africa and another for Asia (especially Iraq).

Perhaps the most dramatic case of the Obama Administration’s efforts in Africa is in the Democratic Republic of the Congo. The onetime Belgian colony (known in the 1970s and 1980s as Zaire) is a failed state, riddled with strategic minerals, riven by ethnic factions, and ravaged by a civil war that killed, United Nations and human-rights advocates estimate, somewhere between 900,000 to 5.4 million Congolese since 1997. Causality estimates vary because international observers fear to go into the field. Most of the death toll stems from starvation and disease caused by driving millions of families from their homes into the malarial rainforests. Many others were slain by foreigners with ethnic, ideological or monetary motives. (Neighboring nations covet Congo’s vast mineral wealth, estimated as high as $24 trillion in diamonds, cobalt, copper and gold.) Still more Congolese have been murdered by locals, often hired by outsiders to commit atrocities. Congo is also the rape capital of the world.


Yet in Democratic Republic of the Congo, the Obama Administration talks mainly about restoring democracy—something it rarely mentions outside Africa. The DRC is ruled by a man, Joseph Kabila, who is hinting that he won’t leave office when his final constitutional term ends in 2016.

Kabila is a one-man summary of what ails Africa. He inherited the presidency following the assassination of his father, who himself had seized power with blood and chaos. Joseph Kabila recently gave himself another five-year term “in elections that were criticized by everyone from the European Union to the country’s Roman Catholic bishops,” writes J. Peter Pham, director of the Africa Center at the Atlantic Council.

Like Africa’s worst, Kabila seems to have stolen aid money—meant for some of the poorest people on Earth—on a gargantuan scale. He seems to have amassed some $15 billion over the past decade in offshore banks in the British Virgin Islands and elsewhere, according to accounts in French and German-language media outlets. Accounts of Kabila’s alleged misdeeds are commonly talked about  in the French-speaking world, as you can see here, here, here and here (all links in French). Congo, a French-speaking country, along with most of Francophone Africa, has largely been ignored by U.S. and other English-speaking media. If those accounts–and the accounts related to me by French-speaking Africans who  have done business in Congo–are accurate, Kabila has enriched himself and his family while millions suffer in a war-ravaged state.

By contrast, Mobutu Sese Seko, a dictator who ruled Congo for 32 years, piled up $5 billion. (A European court recently let Mobutu’s heirs keep their nest egg, finding that the statute of limitations of colossal theft had run out.) Kabila controls lucrative offshore drilling and fishing concessions and access to some of richest onshore mineral claims in the world.


Like his predecessor, Kabila seems to have turned kleptocracy into a family affair, according to Western expatriates and African experts. His brother, Soulemane Kabila, is believed to have diverted some $300 million from the DRC’s treasury. Meanwhile, exporters, who are legally entitled to a rebate on the value-added tax for exports, say that they have been denied millions in refunds—discouraging foreign investors.

Meanwhile, Kabila’s brother and sister apparently own a firm that has been awarded a monopoly contract to print all government documents. Congo’s recent switch to a high-tech biometric passport makes this government printing monopoly even more lucrative. After all, requiring every Congolese with enough money to travel to replace their passport certainly adds to the bottom line for the only outfit that can print those new passports.

Now Kabila seems to want to defy the Congo constitution’s term limits and stay in power beyond 2016. President for life. Just like many of the bloodstained men who have ruled Congo since its independence from Belgium in 1960.

America’s response has been unambiguous. The president’s envoy, former U.S. Senator Russ Feingold, said: “Africa doesn’t need strong men, it needs strong institutions.” He is right.

Feingold is equally direct in calling for military strikes against rebel groups that fail to immediately disarm. “If this drags on through the summer, there’s no excuse not to take strong action,” he told the New York Times. “People involved in genocide, who are included in this group, are not entitled to dialogue.” While Feingold is talking about military strikes carried out by a multi-national military force organized under the United Nations, which has been in the DRC for years, it is clear that there is steel in his words.

Clearly, Kabila should leave office when his term expires. The greatest gift he can bestow on his country is the start of a tradition of peaceful and constitutional transfers of power. A new history can begin with him.


If not, the U.S. and European Union should target his assets. Kabila’s ill-gotten gains should not be shielded in his alleged offshore accounts, but seized for the people of his ravaged and weary nation—if he fails to leave office when his term expires. If Kabila leaves when his nation’s constitution requires, let him keep his money. Bribing would-be dictators, with their own funds, to leave office would be a refreshing change.

And the Obama Administration could make a fresh start as well. Upholding American ideals of law and order, multi-party democracy and social tolerance—and backing those ideals with international and military action—is a policy that could be extended far beyond the Congo. Indeed, it was once known as “Bush Doctrine.” Obama could that doctrine his own.

If the Administration fails to extend America’s ideals beyond Africa, the Obama doctrine will dissolve into a contradictory cacophony that knows only what it is against, not what it is for.  A clear and consistent policy for the Congo is good. Those same ideals should be applied to Iraq and around the world.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Troll le 16/7/2014, 9:07 pm

[quote="zobattants"]Voici l'article en question... les opposants bazo lala kaka...preuves eza tse..

http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/06/30/obamas-secret-neo-con-agenda/

Comme OBAMA clown cyclops cyclops a zali na kati ya opposition pe azali "combattant", equipe e zo pola ! Exclamation 


Awa o tie article oyo, ozwi tango ya ko tanga yango? Comprehension na yo ezali nini? Embarassed Embarassed Razz Razz 

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  KOTA le 20/7/2014, 1:03 pm

http://www.kongo-kinshasa.de/taz/taz2014/taz_140712.php
POUR CEUX QUI NE PARLENT PAS ALLEMAND A TRADUIRE PAR GOOGLE. TRES INTERESSANT PAR RAPPORT A LA FORTUNE DE KABILA ET SA FEMME

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  AKABANGA le 22/7/2014, 1:47 am

soki bozangi makambu ya koma bokende ko lala pongi, info oyo eza intox pcq jamais JK aza na fortune ya 15Milliard de $, fortune naye eza plus que ça, alors informez-vs avant de gratter n'importe quoi. Kabila azo senga na bino ba diaspora bokita kin to aider RDC
PS: na fingi te mais na lobi pcq suis libre comme mopepe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  KOTA le 23/7/2014, 1:03 pm

Clichés entre voisins: DES CONGOLAIS BRÉSILIENS/TAZ DE
par FreeDiomi le 23 juillet 2014
Clichés entre voisins
DES CONGOLAIS BRÉSILIENS
========================
Les Brésiliens ont joué en demi-finale contre les Allemands comme des Congolais, dénigrent les voisins ruandais "de l’autre côté".
C’est ce que raconte un Congolais à Goma, la mégapole de la province orientale du Sud-Kivu, qui fait frontière avec le Ruanda.
Il habite lui-même "là-bas" à Gisenyi, la ville jumelle de Goma.
Dans cette région d’Afrique, ébranlée par les guerres, on sait que les Ruandais se croient, non seulement meilleurs que les Congolais, mais aussi meilleurs que les Allemands.
Celui qui veut du personnel bien formé, qu’il s’agisse de soldats ou d’ouvriers du bâtiment, il l’embauche au Ruanda.
Dès lors, les performances des Congolais sont donc aussi inférieures à celles des Brésiliens.
 Un opposant, Monsieur Vital Kamerhe a souligné, il y a quelques années, dans un de ses livres, que le Brésil et le Congo ont beaucoup en commun:
Les fleuves Amazone et Congo, de vastes forêts, un potentiel économique énorme.
Si j’étais Président, écrivait-il en arrière-pensée, là, je serais Lula et je pourrais sortir le pays de son profond sommeil.
Mais, on ne croit pas en de telles promesses dans une ville comme Goma, qui attend son réveil au milieu d’une région en guerre continuelle.
Chacun est l’artisan de son propre bonheur.
Chaque dollar est inlassablement investi dans la construction en pierre lavique, un plus tape-à-l’oeil que l’autre, beaucoup trop près les uns des autres.
À la fenêtre du restaurant, le serveur montre une des plus grandes et vilaines constructions qui donne directement sur le lac:
Là derrière, c’est le Directeur de l’Administration des Finances qui construit.
Il y a même des immeubles de bureaux avec des façades en verre translucides et des trottoirs propres devant les édifices,comme au Ruanda.
L’investisseuse la plus importante est la Première Dame du Congo, Madame Olive Lembe, l’épouse du Président, Joseph Kabila.
Autrefois, elle était étroitement liée avec Monsieur Vital Kamerhe; quelques-uns disent: trop intime.
C’est la raison pour laquelle Monsieur Kamerhe a dû une fois aller dans l’Opposition.
Madame Olive Lembe fait maintenant le contraire du modèle brésilien.
Elle a acquis la moitié du bord du lac à Goma, en plus des terrains gigantesques dans les montagnes, ainsi que la ferme où le chef des rebelles, Monsieur Laurent Nkunda maintenait sa cour, et plusieurs entreprises dans toute la région environnante.
Madame Olive est ici pratiquement à la maison; elle a grandi dans des conditions de vie normales dans le quartier du Marché Birere, à Goma.
Maintenant, elle est riche et puissante; elle reprend l’économie de Goma.
Cela fait circuler de l’argent dans la région et engendrer la loyauté.
Les groupes de rebelles n’ont jamais été aussi peu attrayants.
Madame Olive fait sortir Goma de son sommeil, les habitants s’en aperçoivent.
Les routes principales de la ville sont réparées, quelques-unes ne le sont pas seulement de façon provisoire.
Alors qu’avant, il fallait cinq ans pour goudronner 1700 mètres de routes, maintenant, les grandes machines de construction jaunes de l’entreprise de construction locale, Traminco, sont presque partout mises en service.
Ce qui est tout à fait inhabituel, c’est que la rue qui longe les terrains au bord du Lac et passe par l’Université pour aboutir à la résidence du gouverneur est remise en état, alors que dernièrement, à certains endroits, on l’aurait plutôt confondue avec une carrière de pierres.
Des bulldozers comblent les trous avec de la terre fraîche qui provient de la carrière du Roi traditionnel, Monsieur Butsitsi, à la périphérie de la ville, pour ensuite les damer et les niveler, pour que Madame Olive puisse aller et venir entre ses propriétés immobilières.
Cela ne tient que jusqu’à la prochaine pluie.
Mais, il ne pleut déjà plus vraiment depuis trois mois.
Pourquoi est-ce que je changerais cela maintenant?
Par Dominic Johnson,
de Goma.
Traduction de Liliane Kongolo
 
********************************************************

  • 12.07.2014
  • Nächster



KLISCHEES UNTER NACHBARN
 
Brasilianische Kongolesen
 
Die Brasilianer hätten im Halbfinale gegen die Deutschen ja gespielt wie Kongolesen, lästerten "drüben" die benachbarten Ruander. Das erzählt ein Kongolese in Goma, der ostkongolesischen Millionenstadt direkt an der Grenze zu Ruanda. Er wohnt selbst "drüben", in Gomas ruandischer Zwillingsstadt Gisenyi. Dass sich die Ruander nicht nur für die besseren Kongolesen halten, sondern auch für bessere Deutsche, ist in dieser kriegsgeschüttelten Region Afrikas bekannt. Wer im Ostkongo ordentliches Personal will, ob Soldaten oder Bauarbeiter, holt es aus Ruanda.
Jetzt sind die Kongolesen für die Ruander also auch noch die schlechteren Brasilianer. Dass Brasilien und Kongo viel gemein haben, das betonte der wichtigste ostkongolesische Oppositionsführer Vital Kamerhe vor einigen Jahren in einem Buch: die Flüsse Amazonas und Kongo, riesige Regenwälder, großes wirtschaftliches Potenzial. Wäre ich bloß Präsident, schwang da mit, dann wäre ich Lula und könnte das Land wachküssen.
In einer Stadt wie Goma, die mitten im Dauerkriegsgebiet ewig wartet, wachgeküsst zu werden, glaubt man solchen Verheißungen aber nicht. Jeder ist seines eigenen Glückes Schmied. Unverdrossen wird jeder Dollar in Rohbauten aus Lavastein verwandelt, einer protziger als der nächste, viel zu dicht aneinander. Da hinten baut der Direktor des Finanzamts, sagt der Kellner im Restaurant und zeigt aus dem Fenster auf den größten und hässlichsten Rohbau unten am See. Es entstehen aber sogar Bürogebäude mit Spiegelglasfronten und sauberen Bürgersteigen davor, genau wie in Ruanda.
Die wichtigste Investorin ist die First Lady des Kongo, Olive Lembe, Ehefrau von Präsident Joseph Kabila. Sie war in früheren Zeiten einmal eng mit Vital Kamerhe befreundet, manche sagen: zu eng, weswegen Kamerhe irgendwann in die Opposition musste. Olive Lembe macht jetzt das Gegenteil des Modells Brasilien. Sie hat die halbe Seefront in Goma aufgekauft, dazu gigantische Ländereien in den Bergen, auch die Farm, auf der einst Rebellenchef Laurent Nkunda Hof hielt, und diverse Betriebe im ganzen Umland.
Olive ist hier praktisch zu Hause; sie wuchs in eher normalen Verhältnissen in Gomas Marktviertel Birere auf. Jetzt ist sie reich und mächtig und übernimmt Gomas Wirtschaft. Das spült Geld in die Region und erzeugt Loyalität. Nie waren Rebellengruppen hier so unattraktiv. Olive küsst Goma wach, das sehen die Bewohner. Die Hauptstraßen der Stadt werden repariert, manche mehr als nur notdürftig. Nachdem es vorher fünf Jahre gedauert hatte, um 1.700 Meter Straße zu teeren, sind jetzt fast überall die großen gelben Baumaschinen der lokalen Baufirma Traminco am Werk. Besonders ungewohnt: Sogar die Straße, die an den ganzen Seegrundstücken vorbei zur Universität und zum Gouverneurssitz führt, wird instand gesetzt, zuletzt ähnelte sie an manchen Ecken eher einem Steinbruch. Mit Planierraupen wird frische Erde aus dem Steinbruch des traditionellen Königs Butsitsi am Stadtrand in die Schlaglöcher gepresst und plattgewalzt, damit Olive zwischen ihren Immobilien hin- und herfahren kann. Das hält zwar nur bis zum nächsten Regen. Aber es hat ja schon seit einem Vierteljahr nicht mehr richtig geregnet. Wieso sollte sich das jetzt ändern?
STADTGESPRÄCH
DOMINIC JOHNSON
aus Goma
http://www.taz.de/1/archiv/digitaz/artikel/?ressort=a2&dig=2014%2F07%2F12%2Fa0173&cHash=ae738093c5b788e1e886eb1285b83139

http://democratiechretienne.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mathilde le 8/8/2014, 10:51 am


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Dan66 le 8/8/2014, 5:59 pm

Ce monsieur Miniter a dit une phrase qui m'a beaucoup fait rire: "dans les pays développés ce sont les intelligents qui sont en bas et les idiots qui sont au gouvernement''  Very Happy , il faut quand même dire que c'est bien une métaphore et qu'il ne faut pas prendre au pieds de la lettre, ceux qui gouvernent les pays occidentaux n'ont pas tous effectivement tous de phd, et ne sont pas tous des ingénieurs, médecins possédant 3 diplômes mais ils ont quand même tous du leadership et ca c'est quelque chose qui effectivement ne s'achète pas et qui est très difficilement ''apprenable'' à l'école. Sauf que chez nous on a pas de leadership ce qui fait en sorte que nos cerveaux ne sentent pas l'obligation de rester car il y a un sentiment d'insécurité et ils ne sont pas mis dans les bonnes conditions pour travailler et s'ils restent ben c'est pas pour aider dans la construction et le développement de bas niveau mais plus pour avoir des postes politiques où ils se feront contrôler et corrompre. Du coup beaucoup(et j'en connais quelques uns) préfère rentrer aller en Allemagne, Canada, USA chez le BMW, Microsoft, Rogers exerçait leur talent.

Il a par ailleurs réitéré ses affirmations sur les avoirs du président, bien évidement il n' y a que les simple d'esprit qui pourront croire que Kabila et sa clique autour ne se servent pas du Congo pour amasser de l'argent personnel, avec tous les transaction opaque qu'il y a sur les contrats miniers et les coopérations avec Dan Gertler. Le truc c'est comme notre cher Koffi le dit si bien : ''lokuta eyaka na ascenseur kasi verité eyei na escalier mpe ekomi'' et quand ce moment arrivera j'espère que tous les dollars pris sur les surfacturation et les détournements seront redonnés aux congolais et ce jusqu'au dernier centime.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Admin le 13/8/2014, 2:45 am

Forbes dénonce la dictature de Kabila et critique Obama d'avoir invité Kabila
================================================

Kabila didn’t have much training for democracy. His college education was a military academy in communist China. He led the infamous “Kagodos,” a band of perhaps 10,000 child soldiers tied to atrocities in Congo and neighboring Rwanda. Some of child-conscripts were as young as seven.

When the State department listed Congo for violating the “Child Soldiers Protection Act,” Obama issued a presidential exemption from sanctions in 2009. He said engagement was better than confrontation. That bet hasn’t worked out well.




The “war on women” isn’t a metaphor there. It is “the rape capital of the world,” U.N. special representative Margot Wallstrom told the Security Council in 2010. There are believed to be 48 rapes per hour in the Congo– and Kabila’s forces are the main culprits.

http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/08/05/obamas-double-standards-for-dictators/

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  NgongaEbeti le 13/8/2014, 7:03 pm

Admin a écrit:Forbes dénonce la dictature de Kabila et critique Obama d'avoir invité Kabila
================================================

Kabila didn’t have much training for democracy. His college education was a military academy in communist China. He led the infamous “Kagodos,” a band of perhaps 10,000 child soldiers tied to atrocities in Congo and neighboring Rwanda. Some of child-conscripts were as young as seven.

When the State department listed Congo for violating the “Child Soldiers Protection Act,” Obama issued a presidential exemption from sanctions in 2009. He said engagement was better than confrontation. That bet hasn’t worked out well.




The “war on women” isn’t a metaphor there. It is “the rape capital of the world,” U.N. special representative Margot Wallstrom told the Security Council in 2010. There are believed to be 48 rapes per hour in the Congo– and Kabila’s forces are the main culprits.

http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2014/08/05/obamas-double-standards-for-dictators/

Franchement qui prend au sérieux les propos mal-ficel♪0s de ce monsieur qui n'est meme pas journaliste a Forbes si je ne me trompe pas?
Kabila's forces are the main culprits of rapes in Congo? Ah bon? Et les soldats rwandais de Kigama qui ont occupé le Congo? N'est-ce pas eux qui ont introduit cette pratique inhumaine au Congo? Et que dire des multiples milices créées par Kagame et Museveni au Congo avec comme arme de guerre le viol pour dépeupler les zones minieres et terroriser la population?

Il dit que Joseph Kabila était a la tete des Kadogos, mais comment peut-il oublier de mentionner que ce sont les troupes de Kagame qui ont effectivement chassé Mobutu du pouvoir tout en poursuivant et massacrant des centaines de milliers de REFUGIERS (hommes, femmes, enfants, viellards etc...) a travers le Zaire en 1996-1997 avec l'aide et la bénédiction de l'armée américaine?

C'est honteux que des congolais accordent le moindre crédit a cet agent taxé de ternir l'image du Congo pour le compte de ceux/celles qui s'opposent a voir un COngo fort, uni, libre et prospère. Mais malheureusement pour eux, le temps de la balkanisation du Congo est passé et celui de son redressement bien en place.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mathilde le 7/9/2014, 12:13 pm

La télévision Française dénonce les 15 milliard volés par la Kabila (3x plus que Mobutu)


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mathilde le 7/9/2014, 3:01 pm

Joseph Kabila: un dictateur qui vaut 15 milliards de dollars


Les Congolais vivant sous le régime Kabila peuvent tomber des nues. Leur Président est immensément riche. Selon le grand journaliste américain Richar Miniter, sa richesse est évaluée à 15 milliards de dollars. Le tout bien caché sous des noms divers aux îles vierges et dans d'autres paradis fiscaux? assure R. Miniter qui a mené une longue enquête sur le sujet, à laquelle ont participé d'autres personnes.

Le journaliste de CODE 243 qui l'interrogeait ainsi que l'interprète semblaient avoir des difficultés à mesurer exactement ce que cette somme pouvait représenter. R. Miniter a dû préciser que 15 milliards de dollars égalaient les PIB de plusieurs pays africains.
Evidemment, argumente, le journaliste américain, Joseph Kabila et son entourage ne pouvaient que nier le fait et s'ils se sentaient diffamés, ils n'ont qu'à accepter une enquête internationale sur la question. S'ils sont vraiment innocents, l'enquête pourrait le prouver, précise le journaliste d'investigation. En tout cas, J. Kabila a fait plus fort que Mobutu dont la fortune a été estimée à 5 malheureux milliards (!) après plus de 32 ans de règne, compare R. Miniter dans un article paru dans le magazine Forbes.

Comment donc, le président congolais s'est-il constitué pareille richesse en si peu de temps?

Selon R. Miniter, un exemple révèle l'étendue du pouvoir économique de Joseph Kabila. Le passeport biométrique. Le gouvernement congolais, prenant pour argument les problèmes de sécurité internationale a décidé de remplacer les passeports normaux par des passeports biométriques. Jusque là rien d'anormal, tous les pays ont dû ou devront faire pareil. Sauf que le grand marché de ces passeports a été confié à des membres de la famille du Président, dont son frère et sa sœur, également membres du parlement.

D'autres parlementaires et des membres du gouvernement participent également à ce grand festin. Or, Selon R. Miniter, si le président congolais voulait éviter cela, il n'avait qu'à faire voter une loi qui interdirait aux parlementaires et aux membres du gouvernement de participer à ce genre de marchés. Ce qu'il n'a pas fait, note le journaliste.

D'autres voies sont explorées par le président multimilliardaire. C'est ainsi qu'il avait autorisé la vente d'une mine de cuivre gigantesque à Tiger Ressources Limited (CA: 193 millions de dollars), une société australienne qui devra mobiliser 110 millions de dollars pour s'assurer le contrôle à 100% de la société d'exploitation de Kipoi, a révélé, le 20 août dernier, le quotidien The Australian. Il s'agit pour la compagnie australienne d'acquérir les 40% qui lui manquent et qui sont détenus par l'entreprise publique Gécamines.

L'affaire est d'un grand rapport. Selon Tiger Ressources, les réserves de Kipoi sont estimées à 848.000 tonnes de cuivre, ce qui évalue la part de la Gécamines à au moins le triple. Que cherche donc le vendeur? La vente s'étant faite dans la précipitation, certains commentateurs, qui ont, sans doute, de la suite dans les idées, pensent que l'argent pourrait servir à fluidifier les rouages du Parlement qui devra statuer donc sur la prolongation du mandat du président et qu'il puisse ainsi, grâce à l'argent du cuivre, fêter son anniversaire d'argent.

Avec des affaires aussi juteuses, nul besoin de chercher à comprendre pourquoi Joseph Kabila s'accroche au pouvoir.

La constitution est-elle défavorable à un troisième mandat?

Il va déployer toutes ses capacités pour la changer. Il a déjà commencé en fait.

Selon Congonews qui a eu accès au compte-rendu de la réunion du Bureau Politique de la majorité présidentielle du lundi 25 août, le Président et son parti comptent bien outrepasser la limite constitutionnelle. La réunion qui a eu lieu dans la ferme du Président à Kingakati a suscité les craintes de l'opposition et de la société civile et a mis en alerte la communauté internationale souligne Congonews. Plusieurs acteurs politiques redoutent une période de grands troubles si l'amendement de la constitution venait à être adopté.

Déjà dans l'absolu, la richesse de Joseph Kabila paraît énorme pour un homme politique. Mise en rapport avec le pays qu'il dirige et sa population, elle révèle un abus qui peut s'avérer très dangereux pour l'avenir. Au Congo vivent plus de 77 millions d'habitants pour un PIB global de 30 milliards des dollars (2013). On comprend alors mieux ce que veulent dire les 15 milliards du Président, c'est la moitié de la richesse nationale. On comprend également, cet argent manquant à la population, que le pays soit classé à la 186è place selon les critères du développement humain. Dans le pays du président milliardaire, 87,7% de la population vit au dessous du seuil de pauvreté.

Pourtant le pays ne manque de pas ressources. Son sol renferme 10% des réserves mondiales connues d'or. Il regorge d'autres minerais tous aussi précieux les uns que les autres, diamant, Cobalt, schistes bitumineux, pétrole... La compagnie nationale Gécamines exploite le cuivre et le cobalt, mais on a vu qu'elle s'est délestée du premier. Tandis que la MIBA s'occupe du diamant industriel.

Que fera donc Kabila?

Quittera-t-il le pouvoir en 2016 à l'expiration de son mandat, pour aller dépenser son trésor en paix, ou insistera-t-il pour garder la présidence en dépit des dangers qu'il encourt et qu'il fait encourir à son pays? Selon Richard Miniter, dans le cas où le président forcerait la constitution en faveur d'un autre mandat, les pays européens et les Etats-Unis devraient saisir les fonds qu'il a déposés aux îles britanniques et ailleurs. L'autre sanction serait une révolte interne dont personne ne peut mesurer les dégâts.


http://www.huffingtonpost.fr/hakim-arif/joseph-kabila-un-dictateur-qui-vaut-15-milliards-de-dollars_b_5751034.html

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Mathilde le 7/9/2014, 6:06 pm

RDC : Les secrets de la BIAC dévoilés, le président Joseph Kabila agacé !!



Ça sent mauvais à la tour de la BIAC ( Banque Internationale pour l’Afrique au Congo Kinshasa ). L’homme fort du pays, Joseph Kabila serait dans tous ses états.

Le dossier de cette institution financière au coeur de sulfureuses et scrabbleuses malversations intrigue et agace.

Le tout nouveau administrateur délégué de la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (Biac) en RDC, Michel Losembe en s’attachant les services d’un cabinet d’audit international a découvert le pot aux roses.

Putréfaction dans l’armurerie bancaire.


La prescription de l’audit interne qui s’étale de 2012 à mars 2014 vient de révéler tout ses secrets. Une découverte amère pour le conseil d’administration et les hautes autorités kinoises.

Une affaire de détournements d’importantes sommes d’argent à grande échelle qui va ternir l’image de la place financière que devrait être Kinshasa. Selon certaines indiscrétions, les montants mis en jeu sont gigantesques. Créances douteuses et litigieuses empoisonnent le portefeuille de la BIAC qui affiche un encours de dépôts de près de 500 millions de dollars. Plus de 100 millions de dollars sont au coeur d’une berezina financière.

Selon nos informations, le dossier est désormais sur la table du président Joseph Kabila. Ses proches soutiennent qu’il va prendre les dispositions nécessaires dans les prochains jours.

Le ministre des Finances, en tant que première autorité de régulation et de supervision, devra s’expliquer sur cette affaire ! Pour rappel, cette déconfiture de premier degré avait entraîné la suspension du directeur des opérations de la BIAC. Oeil d’Afrique suivra cette affaire.

© OEIL D’AFRIQUE

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US -

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:37 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum