L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  Imperium le 16/7/2014, 12:40 am

Pas besoin de porter des lunettes pour voir. Dans une frange importante de la classe politique élargie à nombre de loges de la Société civile les couteaux sont déjà tirés. L’horizon 2016 a été rapproché à dessein. Le discours crépusculaire commence déjà à être décliné. Le credo du requiem à être apprêté. Et les philippiques prononcées par tel ou tel autre missi dominici passent déjà dans l’esprit de certains pour des signes avant-coureurs de la fin. Bref, tout se passe comme si la messe a déjà été dite.
Cà et là, des parallèles entre le Régime Mobutu et l’ordre politique actuel sont échafaudés. Quitte à oublier ou à feindre de perdre de vue que l’on est précisément sorti du pouvoir politique individualisé pour un système institutionnalisé ! Les conditions d’accès au pouvoir sont codifiées. Le fait que tout le monde ne jure que par la Constitution de février 2006, est une preuve par l’absurde que des jalons d’un Etat de droit existent bel et bien. On est donc loin du scénario "Mobutu dégage ".
Sauf qu’il faudra bien que l’opinion sache le pourquoi de l’effervescence actuelle. Si l’activisme débordant en cours n’était mû que par le respect de la Constitution, des raisons de déclencher la croisade pro Loi fondamentale ne manquaient pas. Les députés provinciaux, les exécutifs provinciaux et les Sénateurs sont très hors mandat. Cela n’a pas suscité de bronca. Le nombre de provinces est resté scotché au chiffre 11. L’Opposition n’a toujours pas désigné son porte-parole. Autant de cas d’entorse à la même Constitution.
La question n’est donc pas tant de respecter la loi des lois. L’enjeu réel paraît celui d’obtenir le départ de Joseph Kabila. A n’importe quel prix. Une espèce de TSK (Tout sauf Kabila) version 2016 se dessine. Même avant terme. Sinon, l’on se mettrait au tempo constitutionnel et donc à l’agenda électoral.
A quelque chose, malheur est bon, dit-on. Au centre de mille et une messes noires, Joseph Kabila peut au moins commencer à savoir qui est qui dans l’espace socio- politique congolais-y compris dans son camp- et dans le monde très feutré des partenaires extérieurs de la RDC. Ces deux ans d’agitation seront, à n’en point douter, très riches en enseignements. En …rebondissements aussi. Au propre comme au figuré.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  KOTA le 16/7/2014, 10:18 pm

LES RECENTS SCANDALES ECONOMIQUES A REPETITION DETRUISENT ENFIN LE MYTHE DE LA « STABILITE » KABILISTE OPPOSEE A « L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE » REVENDIQUEE PAR LES FORCES VIVES DE LA RDC
par FreeDiomi
 
LES  RECENTS  SCANDALES ECONOMIQUES A REPETITION  DETRUISENT ENFIN LE MYTHE DE LA « STABILITE » KABILISTE OPPOSEE A «  L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE » REVENDIQUEE PAR LES FORCES VIVES DE LA RDC
Ces derniers jours, des maraichages nauséabonds de la gestion kabiliste remontent des nombreuses « boules » qui éclatent à la surface de l’actualité et empestent l’atmosphère  au Congo- Kinshasa.  Sous d’autres cieux, ces scandales auraient fait tomber le  gouvernement en place mais en RDC l’exécutif  étant démissionnaire depuis presque 12 mois, d’ailleurs avec l’ensemble des structures dirigeantes des entreprises publiques, aucun mécanisme de contrôle démocratique n’est enclenché pour faire face à ces « affaires ».
Le scandale de l’évaporation des droits miniers sur une production record de cuivre et de cobalt de (dont la RDC est le premier producteur mondial en 2013) nous fait comprendre que le sous-sol congolais ne nous appartient plus : alors qu’à l’époque de Mobutu, une production de 700.000 tonnes de cuivre produit par la société étatique Gécamines alimentait 70% du budget de l’état, la production actuelle,  proche d’un 1.000.000 de tonnes annuelles ne contribue pratiquement en rien au budget de l’état.
Comme si cela ne suffisait pas l’ancien vice-président américain Al Gore, prix Nobel pour la Paix, dans son dernier livre intitulé « Future » qui vient de paraitre, nous explique, chiffres à la main, que plus du 50% des terres arables de la République Démocratique du Congo ont été bradées, à l’insu de l’opinion publique congolaise,  en faveur de certains états – comme la Chine – et des multinationales.
A leurs entrées en RDC, en 1996,  les aventuriers de l’Alliance des Forces Démocratique pour la libération, AFDL en sigle, s’étaient donné une charte qui, dans son article premier, proclamait que le sol et le sous-sol du Congo appartenaient à cette Alliance de triste mémoire…
Nous constatons que les héritiers idéologiques afdéliens ont mis en exécution, à la lettre, leur Charte scélérate au point que notre sol et notre sous-sol sont bradés au meilleur offrant, selon les logiques néfastes d’un capitalisme du désastre, laissé libre d’opérer sans contrôle et avec la complicité de dirigeants véreux et corrompus.
Si à ces scandales déjà éclatés l’on ajoute le projet de dévier les eaux du fleuve Oubangui pour alimenter le Lac Tchad, au nom de on ne sait pas quels intérêts maffieux, voilà que nous risquons de nous retrouver privés même d’eau douce  suffisante pour assurer un débit régulier du fleuve Congo, avec les conséquences néfastes que cela pourrait provoquer aussi bien sur le plan environnemental qu’en termes de diminution de  production d’énergie hydro-électrique.
Mais la série noire des affaires de mauvaise gouvernance et kleptomanie organisée au Congo Kinshasa ne s’arrêtent pas en si bon chemin : le magazine « Forbes » enfonce encore plus le clou dans les marécages puants de la mégestion congolaise avec la dénonciation de la patrimonialisation des ressources économiques de la RDC, placées entre les mains d’un clan qui gère les comptes de la RDC comme sa caisse personnelle au point de toucher même aux ressources de « l’aide internationale », dixit le journaliste d’investigation Richard Miniter dans un article qui dessine dans les détails  les  contours cachés de la gestion calamiteuse actuelle de la RDC.
Malgré ce tableau sombre peint dans le magazine Forbes  et dénonçant l’asservissement de tout un peuple aux antivaleurs de la « Démocrature » Kabiliste, une note positive d’espoir merite d’être mise en exergue :
le triste refrain, souvent chanté par certains représentants  de la communauté internationale,  selon lequel la « Stabilité «  de la RDC devait toujours prévaloir sur « l’Alternance Démocratique » semble définitivement abandonné, au point que la politique par défi  de l’actuel Exécutif,  qui a comme seule stratégie de gouvernance la  perpétuelle procrastination des décisions,  semble maintenant être contenue par le mur en béton armé érigé fin 2016,  à l’occasion de l’expiration du mandat constitutionnel du « président » sortant et de l’actuelle législature dont est issue sa majorité.
La stratégie néfaste de procrastination des  réformes administratives, de la justice, de l’armée et des services de sécurité   ne semble plus une stratégie portante pour le régime Kabila, dont la répression féroce contre toute forme de dissidence politique et la mauvaise gestion ne peuvent plus être considérés des sujets tabou aux yeux d’une communauté internationale finalement disposée à donner une chance à l’alternance démocratique.
Scandale après scandale, détournement après détournement, personne n’osera plus vouloir nous imposer la prétendue « stabilité » génératrice de   sous-développement et d’entropie politique à la place de notre revendication d’une gestion responsable et transparente des ressources naturelles de la RDC qui doivent nécessairement profiter au peuple congolais, dans le  respect des principes du contrôle démocratique.
Plus que jamais, les récents scandales économiques qui s’ajoutent aux graves violations des droits de l’homme et des droits civils et politiques des citoyens congolais,  nous donnent la preuve que le développement est impossible en RDC sans l’Alternance politique.
Eugène Diomi Ndongala,
Prisonnier Politique en RDC

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  Imperium le 17/7/2014, 6:24 pm

Haine politique ou opposition politique !

Voila encore une honte, une aberration que nous présente la fameuse opposition congolaise :

Une coalition des forces politiques et sociales de l’opposition interpelle Barack Obama et la communauté internationale. Elle leur demande de faire traduire le président Joseph Kabila devant la CPI pour crimes contre l'humanité. Parmi les crimes cités par cette coalition, il y a les assassinats de différents journalistes et activistes des droits de l'homme parmi lesquels Floribert Chebeya.

Dans une demande adressée à Barack Obama, le président des Etats-Unis, et aux membres permanents du Conseil de sécurité, la coalition réunie au sein des forces politiques et sociales pour l’unité d’action, sollicite la mise en accusation devant la Cour pénale internationale du président Joseph Kabila pour crime contre l’humanité. Pour la coalition UDPS, UNC et alliés, Joseph Kabila est responsable de la faillite généralisée de la RDC, corruption et pillage des ressources naturelles sont mis à sa charge.

L’opposition réclame son isolement diplomatique

Les opposants parlent aussi de la répression contre les adeptes de la secte Bundu dia Kongo, des exécutions extrajudiciaires des présumés Kuluna (des hors-la-loi), de la disparition des officiers originaires de la province de l’Equateur, de l’assassinat des journalistes et activistes des droits de l’homme. Une demande d’isolement diplomatique du dirigeant congolais est également adressée à la communauté internationale. Le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende Omalanga a refusé de commenter cette sortie de l’opposition.
Ces salauds cherchent quoi au juste?

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  Imperium le 17/7/2014, 6:35 pm

Marriage incestueux entre deux bandits
Abali maman koko akokufa na 2016 na crise cardiaque crise yango ekozala jour ya proclamation ya ba resultas ya election par Malu Malu est ce que na fingi
 
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy 
Vous allez inventer des histoires jusqu'à vous crever le cervelle mais l'homme, le Raïs, l’élu de Dieu ne reste qu'identique à lui même et fidèle à ses engagements

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  Imperium le 19/7/2014, 4:34 am

Qui a dit que la RDC n'est pas démocratique?

Dans la plupart des pays Africains ce genre d'exigence on le fait en exile, mais nos chèrs leaders de l'opposition les font avec aisance au pays comme des poissons nageant dans l'eau....lol !
Personne ne les derange... Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy 

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  KOTA le 19/7/2014, 3:14 pm

MAIS OUI, UNE BELLE DICTATURE A VIE SANS OPPOSITION ET SANS "ACCOUNTABILITY" SERAIT L IDEAL DE KABILOPOLIS, N EST CE PAS ?  Cool  Embarassed  Evil or Very Mad  Question

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'opposition congolaise tres dangereuse pour la democratie, le developpement et la stabilite du pays

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum