EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Admin le 13/9/2014, 6:53 pm





Dernière édition par Admin le 13/9/2014, 7:32 pm, édité 1 fois

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mathilde le 13/9/2014, 7:06 pm

SCANDAL à la cour suprême Procès Ewanga, Bagarre Martin Fayulu en colère !






_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Admin le 13/9/2014, 7:45 pm

Des jeunes de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe ont manifesté, samedi 13 septembre, contre la condamnation du secrétaire général de leur parti, à Bukavu (Sud-Kivu). Bertrand Ewanga a écopé de 12 mois de prison ferme au terme d’un jugement à la Cour suprême de justice (CSJ), à Kinshasa.

Ces jeunes ont brulé des pneus dans la la commune de Bagira, où ils ont barricadé la route Bukavu-Kavumu.

Au même moment, d’autres jeunes du même parti de l’opposition manifestaient à Ciriri dans la périphérie Ouest de la ville de Bukavu. Ces manifestants ont été dispersés par la police.


http://radiookapi.net/en-bref/2014/09/13/bukavu-des-jeunes-de-lunc-protestent-contre-la-condamnation-dewanga/

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 13/9/2014, 7:50 pm

ndonzwau a écrit:
[...]
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...

Compatriotiquement!

Dès lors, le problème n'est pas celui du pouvoir qui a mis en place et s'accommode de ces apparences de démocratie puisque cela fait son affaire. D'ailleurs, il s'active à les maintenir. Le problème est plutôt au niveau des ces acteurs dits de l'opposition qui contribuent à la maintenance, au renforcement et à la perpétuation des apparences d'une démocratie. Le pouvoir en place sait qu'il peut toujours compter sur eux. Ce faisant, ils deviennent complices du pouvoir d'autant que beaucoup en bénéficient personnellement. C'est bien peut-être à ce niveau qu'on peut déceler quelques avancées. Sinon, l'on devrait nous indiquer, sans long développement, quelles sont ces avancées minimes, soient-elles, que nous avons pues collectivement gagnées jusqu'alors.


Dernière édition par Libre Examen le 13/9/2014, 7:52 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Admin le 13/9/2014, 7:52 pm

© afp.

La police congolaise a dispersé samedi à Kinshasa des manifestants hostiles à tout projet qui permettrait au président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat en 2016, interpellant plusieurs personnes dont un journaliste vidéaste de l'AFP.


http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2049731/2014/09/13/La-police-disperse-une-manifestation-contre-un-troisieme-mandat-de-Kabila.dhtml

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mwana Ya Lola le 13/9/2014, 7:52 pm

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:
[...]
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...

Compatriotiquement!

Dès lors, le problème n'est pas celui du pouvoir qui a mis en place et s'accommode de ces apparences de démocratie puisque cela fait son affaire. D'ailleurs, il s'active à les maintenir. Le problème est plutôt au niveau des ces acteurs dits de l'opposition qui contribuent à la maintenance, au renforcement et à la perpétuation des apparences d'une démocratie. Le pouvoir en place sait qu'il peut toujours compter sur eux. Ce faisant, ils deviennent complices du pouvoir d'autant que beaucoup en bénéficient personnellement. C'est bien peut-être à ce niveau qu'on peut déceler quelques avancées. Sinon, l'on devrait nous indiquer, sans long développement, quelles sont ces avancées minimes, soient-elles, que nous avons pues collectivement gagnées.

Ce sont tous les acteurs d'une même pièce de théâtre.

La peine d'Ewanga n'est qu'une peine disciplinaire infligée à un acteur qui n'a pas respecté les règles du groupe.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 13/9/2014, 8:33 pm

ndonzwau a écrit:[...]

C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...

Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?


[...]
Compatriotiquement!

Une façon simple d'y répondre, par un langage clair et simple, est : par les deux.

Lorsque l'on est député et que qu'on se fait enlever au milieu de la nuit par les hommes du pouvoir et emmener en quelques lieux secrets comme un criminel dangereux et recherché, l'on doit bien se rendre compte qu'on n'est pas un député. Qu'on est là seulement comme acteur d'une tragédie. Le metteur en scène décide du sort de chaque acteur. L'acteur a le choix de décider d'y participer ou de ne pas y participer.

Lorsqu'un député reconnaît qu'il n'a pas la liberté de circulation dans son propre pays, qu'il ne peut pas aller en un certain lieu de peur de ne pas y sortir, il doit bien se rendre compte qu'il n'est pas un député. Mais qu'importe à nos honorables. L'essentiel ce qu'ils soient affublés de ce titre. Voyez les airs qu'ils affichent lorsqu'on les appelle : honorable.

Ce ne sont pas députés. Ce sont des acteurs choisis par le metteur en scène. Ils jouent sa partition.

Les victoires que récoltent ceux qui osent aller en dehors de la mise en scène, c'est l'emprisonnement et l'humiliation.

Réaliser que les gens auxquels ont fait face n'écoutent pas le langage de la parole, du sens commun n'est pas seulement de l'idéalisme; ça comporte aussi une certaine dose de réalisme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  ndonzwau le 13/9/2014, 9:24 pm

"Kinshasa: la marche de l’opposition ne s’est pas tenue
° http://radiookapi.net/actualite/2014/09/13/kinshasa-la-marche-de-lopposition-ne-sest-pas-tenue/
La marche de l’opposition n’a pas eu lieu comme prévue, samedi 13 septembre, à Kinshasa. A la base, le ministre provincial de l’Intérieur de Kinshasa, Emmanuel Akweti, a affirmé n’avoir pas autorisé la tenue de cette manifestation pour des raisons d’organisation.
Quelques militants de l’opposition qui ont tenté de se regrouper au centre-ville de Kinshasa ont été dispersés par les policiers qui ont quadrillé, tôt le matin, la Place Gare centrale, le lieu où la marche devait débuter.
Selon un reporter de la Radio Okapi, un dispositif important a été déployé depuis tôt le matin aux environs du boulevard du 30 juin pour empêcher cette manifestation.

Dans la commune de Kalamu, itinéraire prévu par les organisateurs de cette marche, la vie a gardé son rythme normal sauf à la Place Victoire, lieu prévu comme point de chute de cette marche, qui a été quadrillée par les policiers.
Les organisateurs de cette marche voulue pacifique n’ont pas donné de la voix.

Meeting autorisé

Si la marche ne s’est pas organisée, une frange de l’opposition dirigée par Lisanga Bonganga a tenu un meeting populaire dans la commune de Lemba. Ce meeting a été autorisé par le gouvernement provincial de Kinshasa, d’après le ministre provincial de l’Intérieur Emmanuel Akweti.
On pouvait lire sur les calicots des manifestants : « Front populaire contre la révision constitutionnelle». Quelques policiers ont été postés dans les environs de cette manifestation pour, selon des sources concordantes, encadrer les manifestants.
Le meeting de Lemba se tient cinq semaines après celui de N’Djili, où les partis de l’opposition avaient désapprouvé toute initiative de révision constitutionnelle. Ils avaient accusé Kabila de vouloir se maintenir au pouvoir au-delà de 2016.
Au cours de cette manifestation sur la place Sainte Thérèse de Kinshasa/N’djili, les opposants avaient également appelé le chef de l’Etat à un dialogue inclusif -conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba- d’ici la fin du mois d’octobre, afin «d’organiser son départ en douceur». C’est au lendemain de ce meeting que le député Jean-Bertrand Ewanga, secrétaire général de l’UNC, a été arrêté, pour notamment “outrage au chef de l’Etat”."

° http://radiookapi.net/actualite/2014/09/13/kinshasa-le-gouvernement-provincial-interdit-une-marche-de-lopposition/?utm_source=feednanga.com&utm_medium=referral&utm_campaign=Feednanga%20-%20Most%20shared%20links


"Manifestation de l'opposition muselée par les forces de l'ordre en RDC
° http://www.rfi.fr/afrique/20140913-rdc-manifestation-opposition-muselee-forces-ordre-consitution/
A Kinshasa les forces de sécurités ont été massivement déployées aux abords de la gare centrale et dans le centre ville de la capitale congolaise. Elles ont dispersé des dizaines d'opposants qui ont tenté de manifester contre une éventuelle réforme de la constitution. Celle-ci supprimerait la limitation des mandats présidentiels en République démocratique du Congo.

Finalement, il n'y avait pas de banderole ni de marche. La manifestation n’a jamais pu avoir lieu. Dès 9 heures du matin, les manifestants arrivaient par petits groupes de 10 à 50 personnes mais le moindre regroupement  était systématiquement et énergiquement dispersé par la police déployée dans tout le centre-ville.
Une grenade lacrymogène a même été tirée pour disperser des manifestants qui tentaient de se regrouper près d’un hôtel. Pendant un peu plus d’une heure, les forces de l'ordre et les opposants ont joué au chat et à la souris avant d’abandonner la partie.

Une manifestation interdite

L’opposition avait annoncé sa marche depuis des semaines et dit avoir notifié les autorités de la ville. Mais vendredi soir, en début de soirée le ministre provincial de l’Intérieur de Kinshasa, Emmanuel Akweti, a finalement demandé aux organisateurs de s’abstenir.
Il a estimé ne pas être en mesure de garantir la sécurité des manifestants, sachant qu’un autre rassemblement devait se tenir ailleurs le même jour. Mais du côté de l’opposition on s’interroge : pourquoi avoir déployé autant de policiers pour empêcher la marche plutôt que de les utiliser pour encadrer cette fameuse manifestation ?
En fin de compte, les organisateurs, parmi lesquels l'UDPS, le premier parti d’opposition et l’UNC, la 3ème force d’opposition au Parlement ont regretté cette interdiction et dénoncé une dizaine d’arrestations de manifestants. Ils ont promis d’organiser une nouvelle marche dans les semaines à venir pour de nouveau marquer leur opposition à toute tentative de modification de la constitution."



"RDC : la police disperse une manifestation d'opposition à Kinshasa
° http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140913170839/democratie-opposition-rdc-vie-des-partis-opposition-rdc-rdc-la-police-disperse-une-manifestation-d-opposition-a-kinshasa.html
La police congolaise a dispersé samedi matin une manifestation d'opposition dans le centre de Kinshasa, interpellant plusieurs personnes dont un journaliste vidéaste de l'AFP.(...)"


° http://radiookapi.net/actualite/2014/08/04/rdc-lopposition-appelle-joseph-kabila-dialogue-pour-son-depart-en-douceur/#.U-CEVfl5Md0
° http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140913170839/democratie-opposition-rdc-vie-des-partis-opposition-rdc-rdc-la-police-disperse-une-manifestation-d-opposition-a-kinshasa.html




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  ndonzwau le 13/9/2014, 11:00 pm

Mwana Ya Lola a écrit:
Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:
[...]
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...

Compatriotiquement!

Dès lors, le problème n'est pas celui du pouvoir qui a mis en place et s'accommode de ces apparences de démocratie puisque cela fait son affaire. D'ailleurs, il s'active à les maintenir. Le problème est plutôt au niveau des ces acteurs dits de l'opposition qui contribuent à la maintenance, au renforcement et à la perpétuation des apparences d'une démocratie. Le pouvoir en place sait qu'il peut toujours compter sur eux. Ce faisant, ils deviennent complices du pouvoir d'autant que beaucoup en bénéficient personnellement. C'est bien peut-être à ce niveau qu'on peut déceler quelques avancées. Sinon, l'on devrait nous indiquer, sans long développement, quelles sont ces avancées minimes, soient-elles, que nous avons pues collectivement gagnées.

Ce sont tous les acteurs d'une même pièce de théâtre.

La peine d'Ewanga n'est qu'une peine disciplinaire infligée à un acteur qui n'a pas respecté les règles du groupe.

Permettez-moi, cher MYL, de ne pas complètement plonger avec vous (encore une fois ?  Laughing ) dans ce que je considère comme une généralisation facile et même selon moi dangereuse parce qu'elle risque de conforter ce même poujadisme que vous voudriez dénoncer : je veux bien reconnaître la mauvaise qualité de notre classe politique mais qui décide et comment en sauvez quelques uns; tous pourris sauf moi (et le peuple que je défends), du coup vous donnez corps à ce qui n'existe peut-être pas plus conjecturalement que ne le permet notre société !

En effet c'est certain,nos politiciens sont tous des Congolais sortis du même moule qu'ils s'auto-classent opposition ou majorité mais en même temps comme partout il y'a de mauvaises et de bonnes graines d'un côté comme de l'autre si on doit suivre un sens de vos "acteurs d'une même pièce de théâtre" : rien d'exceptionnel qui mérite donc d'être stigmatisé...
En revanche à moins que vous vous étiez illusionné qu'"opposition" signifiait réellement pureté ou que vous en saviez plus que nous le savions sur Ewanga, je ne vois pas comment lui dénier aussi facilement à l'avance l'authenticité de son combat pour le changement et contre le pouvoir actuel en semblant de plus en faire un complice du pouvoir ... C'est en cela que je trouve votre jugement abusif : tous les mêmes, pourris, préoccupés de jouer le cirque d'opposants pour ce peuple alors qu'ils sont tous pareils contre le peuple et sont avec ce pouvoir...

Comment pouvez-vous encore parler utilement de la politique en lui vouant quelque part une certaine noblesse et quelque utilité ?
Perso, je ne joue pas à y croire, je crois réellement que parmi nos politiciens il existe certes beaucoup qui ressemblent aux vautours que comprend grandement notre société, moi le premier mais il y'en a aussi quelques uns qui sont bel et bien préoccupés de l'intérêt général; sinon alors il faut d'ores et déjà désespérer de notre société et de notre pays...
Voilà !




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mathilde le 13/9/2014, 11:03 pm

RDC: la police disperse une manifestation contre Kabila

Evil or Very Mad Twisted Evil

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mathilde le 13/9/2014, 11:10 pm

Point de presse de VITAL KAMERHE par rapport à la marche du 13 sept




KAMERHE sort de son silence et s'explique sur l'affaire EWANGA & la marche de l'opposition












_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  ndonzwau le 14/9/2014, 12:28 am

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:(...)
(...)
(...)
(...)
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
Une façon schématique d'y répondre mais sûrement pas la seule toujours est-il que la bonne sera celle qui réussira, celle qui apportera des réelles améliorations à notre système et à nos populations, si minimes soient-elles au début, que l'impasse encore mortifère de la confrontation toujours perdue vu les forces en présence...
Passons mais n'oublions pas la force des formes pour notre défense; une bonne dose de réalisme apporte souvent plus de bénéfices que le simple idéalisme; ainsi va la vie...

(...)
Bon, c'est mon pauvre avis !

Compatriotiquement!

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:[...]
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
[...]
Compatriotiquement!

Une façon simple d'y répondre, par un langage clair et simple, est : par les deux.

Lorsque l'on est député et que qu'on se fait enlever au milieu de la nuit par les hommes du pouvoir et emmener en quelques lieux secrets comme un criminel dangereux et recherché, l'on doit bien se rendre compte qu'on n'est pas un député. Qu'on est là seulement comme acteur d'une tragédie. Le metteur en scène décide du sort de chaque acteur. L'acteur a le choix de décider d'y participer ou de ne pas y participer.

Lorsqu'un député reconnaît qu'il n'a pas la liberté de circulation dans son propre pays, qu'il ne peut pas aller en un certain lieu de peur de ne pas y sortir, il doit bien se rendre compte qu'il n'est pas un député. Mais qu'importe à nos honorables. L'essentiel ce qu'ils soient affublés de ce titre. Voyez les airs qu'ils affichent lorsqu'on les appelle : honorable.

Ce ne sont pas députés. Ce sont des acteurs choisis par le metteur en scène. Ils jouent sa partition.

Les victoires que récoltent ceux qui osent aller en dehors de la mise en scène, c'est l'emprisonnement et l'humiliation.

Réaliser que les gens auxquels ont fait face n'écoutent pas le langage de la parole, du sens commun n'est pas seulement de l'idéalisme; ça comporte aussi une certaine dose de réalisme.

Pour ma part, je crois y avoir déjà répondu et lorsque j'opte pour "des réformes acquises au fil des victoires et d'une bonne dose de réalisme plutôt de l'idéalisme creux", je fais en l'occurrence ici à un changement comme celui de Mavungu, SG de l'Udps qui s'illustrait hier par un niet absolu mais aujourd'hui signe avec d'autres après l'échec de la marche que les forces politiques et sociales condamnent l'illégalité et la sauvagerie des réactions du pouvoir et en même temps promettent qu'elles reviendront à la charge faire pacifiquement, légalement et légitimement leurs revendications...

Je me trompe peut-être mais je crois que ce simple fait est déjà une petite victoire qui peut en ramener d'autres plus substantielles plutôt que l'idée de changer quelque chose par le niet révolutionnaire d'hier...



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mathilde le 14/9/2014, 12:41 am


JC Vuemba explique pourquoi la marche a " foiré "...RDC mawaaa ! Mad







Dernière édition par Mathilde le 14/9/2014, 1:03 am, édité 1 fois

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 14/9/2014, 12:53 am

ndonzwau a écrit:
Mwana Ya Lola a écrit:
Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:
[...]
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...

Compatriotiquement!

Dès lors, le problème n'est pas celui du pouvoir qui a mis en place et s'accommode de ces apparences de démocratie puisque cela fait son affaire. D'ailleurs, il s'active à les maintenir. Le problème est plutôt au niveau des ces acteurs dits de l'opposition qui contribuent à la maintenance, au renforcement et à la perpétuation des apparences d'une démocratie. Le pouvoir en place sait qu'il peut toujours compter sur eux. Ce faisant, ils deviennent complices du pouvoir d'autant que beaucoup en bénéficient personnellement. C'est bien peut-être à ce niveau qu'on peut déceler quelques avancées. Sinon, l'on devrait nous indiquer, sans long développement, quelles sont ces avancées minimes, soient-elles, que nous avons pues collectivement gagnées.

Ce sont tous les acteurs d'une même pièce de théâtre.

La peine d'Ewanga n'est qu'une peine disciplinaire infligée à un acteur qui n'a pas respecté les règles du groupe.

Permettez-moi, cher MYL, de ne pas complètement plonger avec vous (encore une fois ?  Laughing ) dans ce que je considère comme une généralisation facile et même selon moi dangereuse parce qu'elle risque de conforter ce même poujadisme que vous voudriez dénoncer : je veux bien reconnaître la mauvaise qualité de notre classe politique mais qui décide et comment en sauvez quelques uns; tous pourris sauf moi (et le peuple que je défends), du coup vous donnez corps à ce qui n'existe peut-être pas plus conjecturalement que ne le permet notre société !

En effet c'est certain,nos politiciens sont tous des Congolais sortis du même moule qu'ils s'auto-classent opposition ou majorité mais en même temps comme partout il y'a de mauvaises et de bonnes graines d'un côté comme de l'autre si on doit suivre un sens de vos "acteurs d'une même pièce de théâtre" : rien d'exceptionnel qui mérite donc d'être stigmatisé...
En revanche à moins que vous vous étiez illusionné qu'"opposition" signifiait réellement pureté ou que vous en saviez plus que nous le savions sur Ewanga, je ne vois pas comment lui dénier aussi facilement à l'avance l'authenticité de son combat pour le changement et contre le pouvoir actuel en semblant de plus en faire un complice du pouvoir ... C'est en cela que je trouve votre jugement abusif : tous les mêmes, pourris, préoccupés de jouer le cirque d'opposants pour ce peuple alors qu'ils sont tous pareils contre le peuple et sont avec ce pouvoir...

Comment pouvez-vous encore parler utilement de la politique en lui vouant quelque part une certaine noblesse et quelque utilité ?
Perso, je ne joue pas à y croire, je crois réellement que parmi nos politiciens il existe certes beaucoup qui ressemblent aux vautours que comprend grandement notre société, moi le premier mais il y'en a aussi quelques uns qui sont bel et bien préoccupés de l'intérêt général; sinon alors il faut d'ores et déjà désespérer de notre société et de notre pays...
Voilà !




Compatriotiquement!

Biso tolobaki kaka. Tolakisi muntu misapi te.

Bango moko bazo milakisa misapi. Bokende kotuna bang.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Admin le 14/9/2014, 1:29 am

Mathilde a écrit:
JC Vuemba explique pourquoi la marche a " foiré "...RDC mawaaa ! Mad





Tenons bon!

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 14/9/2014, 1:43 am

ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:(...)
(...)
(...)
(...)
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
Une façon schématique d'y répondre mais sûrement pas la seule toujours est-il que la bonne sera celle qui réussira, celle qui apportera des réelles améliorations à notre système et à nos populations, si minimes soient-elles au début, que l'impasse encore mortifère de la confrontation toujours perdue vu les forces en présence...
Passons mais n'oublions pas la force des formes pour notre défense; une bonne dose de réalisme apporte souvent plus de bénéfices que le simple idéalisme; ainsi va la vie...

(...)
Bon, c'est mon pauvre avis !

Compatriotiquement!

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:[...]
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
[...]
Compatriotiquement!

Une façon simple d'y répondre, par un langage clair et simple, est : par les deux.

Lorsque l'on est député et que qu'on se fait enlever au milieu de la nuit par les hommes du pouvoir et emmener en quelques lieux secrets comme un criminel dangereux et recherché, l'on doit bien se rendre compte qu'on n'est pas un député. Qu'on est là seulement comme acteur d'une tragédie. Le metteur en scène décide du sort de chaque acteur. L'acteur a le choix de décider d'y participer ou de ne pas y participer.

Lorsqu'un député reconnaît qu'il n'a pas la liberté de circulation dans son propre pays, qu'il ne peut pas aller en un certain lieu de peur de ne pas y sortir, il doit bien se rendre compte qu'il n'est pas un député. Mais qu'importe à nos honorables. L'essentiel ce qu'ils soient affublés de ce titre. Voyez les airs qu'ils affichent lorsqu'on les appelle : honorable.

Ce ne sont pas députés. Ce sont des acteurs choisis par le metteur en scène. Ils jouent sa partition.

Les victoires que récoltent ceux qui osent aller en dehors de la mise en scène, c'est l'emprisonnement et l'humiliation.

Réaliser que les gens auxquels ont fait face n'écoutent pas le langage de la parole, du sens commun n'est pas seulement de l'idéalisme; ça comporte aussi une certaine dose de réalisme.

Pour ma part, je crois y avoir déjà répondu et lorsque j'opte pour "des réformes acquises au fil des victoires et d'une bonne dose de réalisme plutôt de l'idéalisme creux", je fais en l'occurrence ici à un changement comme celui de Mavungu, SG de l'Udps qui s'illustrait hier par un niet absolu mais aujourd'hui signe avec d'autres après l'échec de la marche que les forces politiques et sociales condamnent l'illégalité et la sauvagerie des réactions du pouvoir et en même temps promettent qu'elles reviendront à la charge faire pacifiquement, légalement et légitimement leurs revendications...

Je me trompe peut-être mais je crois que ce simple fait est déjà une petite victoire qui peut en ramener d'autres plus substantielles plutôt que l'idée de changer quelque chose par le niet révolutionnaire d'hier...



Compatriotiquement!

Ainsi donc, une condamnation par une opposition démocratique d'une répression d'une manifestation démocratique et pacifique à laquelle elle n'a pas pris part, qui n'est pas une condamnation venant du pouvoir de cette répression et sans aucune promesse de la part du pouvoir de ne plus réprimer les manifestations démocratiques et pacifiques de l'opposition, serait le genre de victoires dont il est question ? J'avoue alors ne pas pouvoir être en mesure de compter le nombre de victoires déjà acquises. Et très franchement, je me contenterai bien de cela.


Dernière édition par Libre Examen le 14/9/2014, 2:08 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Mathilde le 14/9/2014, 1:56 am

RDC: LA MARCHE DE L'OPPOSITION REPRIMEE VIOLEMMENT PAR LA POLICE


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Troll le 14/9/2014, 1:52 pm

Mathilde a écrit:RDC: LA MARCHE DE L'OPPOSITION REPRIMEE VIOLEMMENT PAR LA POLICE



:pirate: PLUSIEURES FOIS

Il faut retourner dans la RUE plusieures FOIS... C´est la rue qui fait peur...c´est dans la rue que les congolais peuvent faire face... Ce que Mvuemba dit tout haut est une réalité..
Ecoutez Felix sur Voice Of Congo: les occidentaux n´aiment pas des manifestations dans la rue Et quand Fayulu, Felix ou même Kamerhe s´absentent...suivez ...l´orgine

La VICTOIRE se trouve dans la rue

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Troll le 14/9/2014, 1:58 pm

"GECOCO"

JC Mvuemba cite GECOCO Fantastique, il ne reste que.. F Kalombo qui va certaainement rejoindre la "resistance" contre une nouvelle Constitution lol! lol! sans oublier P Lumbi du MSR lol!

La rue, rien que la rue

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Admin le 14/9/2014, 2:03 pm



Bravo à ces déterminés! Il faut tenir bon, la victoire est certaine!!!

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Troll le 14/9/2014, 2:31 pm

Admin a écrit:like

Bravo à ces déterminés! Il faut tenir bon, la victoire est certaine!!!

NDENGE EZALI, DANS LA RUE...RIEN QUE DANS LA RUE


Il faut s´emparer de la rue comme nous l avons fait en Occident...Il faut manifester dans la rue et faire en sorte que toutes les grandes villes du Congo se retrouvent dans la rue

Joé Kanambe a peur de la rue...

Il faut aussi des messages envers les policiers pour leur dire que les manifestations vont ameliorer leurs conditions sociales


La victoire et le pouvoir se trouvent dans la rue

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 14/9/2014, 4:34 pm

Pendant ce temps, Ngbanda, l'APARECO et leurs combattants continuent à mener leurs combats fascistes à l'abri dans les profondeurs des eaux.

Quand les verrons-nous dans la rue au Congo à côté de tous les autres Congolais (j'allais dire de Kamerhe et autres collabos). Ils ne savent que voir et héler. Des vrais fascistes.

Il ne serait pas étonnant de l'entendre dire que ce sont ses hommes sur terrain qui ont mené le travail de fonds pour sortir les Congolais dans la rue.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  ndonzwau le 14/9/2014, 11:38 pm

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:(...)
(...)
(...)
(...)
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
Une façon schématique d'y répondre mais sûrement pas la seule toujours est-il que la bonne sera celle qui réussira, celle qui apportera des réelles améliorations à notre système et à nos populations, si minimes soient-elles au début, que l'impasse encore mortifère de la confrontation toujours perdue vu les forces en présence...
Passons mais n'oublions pas la force des formes pour notre défense; une bonne dose de réalisme apporte souvent plus de bénéfices que le simple idéalisme; ainsi va la vie...

(...)
Bon, c'est mon pauvre avis !

Compatriotiquement!

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:[...]
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
[...]
Compatriotiquement!

Une façon simple d'y répondre, par un langage clair et simple, est : par les deux.

Lorsque l'on est député et que qu'on se fait enlever au milieu de la nuit par les hommes du pouvoir et emmener en quelques lieux secrets comme un criminel dangereux et recherché, l'on doit bien se rendre compte qu'on n'est pas un député. Qu'on est là seulement comme acteur d'une tragédie. Le metteur en scène décide du sort de chaque acteur. L'acteur a le choix de décider d'y participer ou de ne pas y participer.

Lorsqu'un député reconnaît qu'il n'a pas la liberté de circulation dans son propre pays, qu'il ne peut pas aller en un certain lieu de peur de ne pas y sortir, il doit bien se rendre compte qu'il n'est pas un député. Mais qu'importe à nos honorables. L'essentiel ce qu'ils soient affublés de ce titre. Voyez les airs qu'ils affichent lorsqu'on les appelle : honorable.

Ce ne sont pas députés. Ce sont des acteurs choisis par le metteur en scène. Ils jouent sa partition.

Les victoires que récoltent ceux qui osent aller en dehors de la mise en scène, c'est l'emprisonnement et l'humiliation.

Réaliser que les gens auxquels ont fait face n'écoutent pas le langage de la parole, du sens commun n'est pas seulement de l'idéalisme; ça comporte aussi une certaine dose de réalisme.

Pour ma part, je crois y avoir déjà répondu et lorsque j'opte pour "des réformes acquises au fil des victoires et d'une bonne dose de réalisme plutôt de l'idéalisme creux", je fais en l'occurrence ici à un changement comme celui de Mavungu, SG de l'Udps qui s'illustrait hier par un niet absolu mais aujourd'hui signe avec d'autres après l'échec de la marche que les forces politiques et sociales condamnent l'illégalité et la sauvagerie des réactions du pouvoir et en même temps promettent qu'elles reviendront à la charge faire pacifiquement, légalement et légitimement leurs revendications...

Je me trompe peut-être mais je crois que ce simple fait est déjà une petite victoire qui peut en ramener d'autres plus substantielles plutôt que l'idée de changer quelque chose par le niet révolutionnaire d'hier...



Compatriotiquement!

Ainsi donc, une condamnation par une opposition démocratique d'une répression d'une manifestation démocratique et pacifique à laquelle elle n'a pas pris part, qui n'est pas une condamnation venant du pouvoir de cette répression et sans aucune promesse de la part du pouvoir de ne plus réprimer les manifestations démocratiques et pacifiques de l'opposition, serait le genre de victoires dont il est question ? J'avoue alors ne pas pouvoir être en mesure de compter le nombre de victoires déjà acquises. Et très franchement, je me contenterai bien de cela.

Je ne me prêterai pas à une partie de pingpong sur ceux qui sont sur le terrain, politiciens et autres d'autant que ma position n'a jamais été à géométrie variable : non contre le niet révolutionnaire qui ignore la dure réalité d'un pouvoir illégitime mais hélas encore légal !
Je vous ai en revanche lu dédouaner nos politiciens, ils ne pouvaient rien faire ou plutôt ils avaient fait ce qu'ils pouvaient mais en face une dictature empêchait tout, vous souvenez-vous ? Aujourd'hui ces mêmes opposants sont l'objet de tous vos reproches... On n'y comprend rien ou parce que peut-être Ya Tshitshi n'est plus de la partie; passons...

Moi j'ai toujours été critique envers l'attentisme, la désunion ou même la duplicité parmi les opposants; je continuerai à l'être sans décréter d'anathèmes définitifs d'autant que le combat ne fait que commencer, dirais je, dans la mesure où une frange importante de cette opposition, càd l'Udps plus radicalement tshisekediste n'était pas auparavant sur la scène avec les autres...
A propos de ma position critique je me suis ainsi dernièrement posé la question et l'ai posée exprès ici sur le parti-pris "consensualiste" de Kamerhe (bien au delà des préjugés ou de soupçons faciles d'un prétendu double-jeu de sa part, tant comme j'ai eu à le dire, il en a toujours fait preuve; voir ses actions alors qu'il était dans la majorité au perchoir...) dans un contexte actuel de confrontation explicite de points de vue décidément opposés entre révision et non-révision, entre un 3ème mandat inconstitutionnel ou non (en cas de bricolage)...
Ce ne sera pas pour autant une partie tapissée d'unanimité dans cette opposition mais à les regarder évoluer ensemble (lisez ci-dessus le communiqué signé par Mavungu et un représentant de l'Unc), nous verrons mieux les limites et les embrouilles des uns et des autres...


"Manifestation en RDC : les autorités interdisent, l’opposition se divise
° http://afrikarabia.com/wordpress/manifestation-en-rdc-les-autorites-interdisent-lopposition-se-divise/
Le gouverneur de Kinshasa a interdit la manifestation contre la possible modification de la Constitution permettant à Joseph Kabila de rester au pouvoir. Certains organisateurs ont préféré annuler la marche, d’autres non.

La grande manifestation des opposants à la réforme qui permettrait au président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat a tourné court samedi 13 septembre à Kinshasa. Vendredi soir, alors que les autorités de la capitale avaient été prévenues il y a plusieurs semaines, le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta a demandé aux organisateurs de ne pas manifester et de reporter leur marche ultérieurement. En cause, un autre rassemblement qui se tenait le même jour dans la capitale et qui empêchait la police de sécuriser les deux manifestations. Samedi se tenait en effet le meeting de Pierre Lisanga, leader du Front populaire, qui lui aussi protestait contre toute tentative de révision constitutionnelle. Dès vendredi soir, une partie des organisateurs de la marche souhaitent annuler la manifestation. D’autres paraissent plus déterminé, estimant que les recommandations du gouverneur ne sont qu’un prétexte pour dissuader les manifestants de descendre dans la rue.

Manifestation dispersée par la police

Le samedi matin, les quelques dizaines de manifestants qui se trouvaient dans le centre de Kinshasa pour rejoindre la point de départ de la marche, ont été rapidement dispersés par une centaine de policiers présents dans le quartiers, selon des témoins. L’UNC, l’un des partis organisateurs de la marche aux côtés de l’UDPS, a déclaré qu’il y avait des blessés. Les autorités congolaises ont affirmé en fin de soirée, samedi, que 8 personnes avaient été interpellées, dont un député de l’opposition, sans en préciser l’identité. Vital Kamerhe, le président de l’UNC et Bruno Mavungu, le secrétaire général de l’UDPS, ont annoncé vouloir organiser une nouvelle manifestation dont la date n’a pas encore été fixée.

Couac dans l’opposition

Ce rendez-vous raté a tout de même créé des dissensions à l’intérieur de la plateforme de l’opposition, composée entre autres de l’UNC, de Vital Kamehre, de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, de l’Ecidé, du MPCR et du RCD-KML. Dans la soirée de vendredi, plusieurs messages ont rapidement circulé pour annoncé « l’annulation » de la marche. D’autres parlant de simples « rumeurs d’interdiction ». Mais samedi matin, sur le site internet d’un journaliste de la diaspora installé à Bruxelles, Cheik Fita, le président de la société civile, Christopher Mutamba, apportent d’autres explications à « l’annulation » de la marche. Selon lui, il y aurait une certaine « cacophonie au sein des forces de l’opposition ». Pointée, l’attitude de Vital Kamrehe, le patron de l’UNC qui « participerait à la manifestation comme s’il était déjà en campagne ». Le président du Pareso, Rigobert Kuta, a également annoncé samedi matin que son mouvement ne participerait pas à la marche « afin d’éviter toute récupération politicienne ».

Vital Kamerhe, un « frondeur » qui inquiète

Ces divergences n’entachent pas pour le moment l’unité de la plateforme UNC-UDPS, deux des trois principaux partis d’opposition et les multiples partis (ou micro-partis) qui la composent. Dans le flot de ces petits partis ou des organisations civile, il y aura toujours des voix dissonantes. Mais certains peuvent craindre le leadership de tels ou tels chefs de partis. Et il est vrai que depuis quelques mois, Vital Kamerhe prend l’ascendant sur le mouvement de contestation contre la révision constitutionnelle… au détriment de l’UDPS. Le parti d’Etienne Tshisekedi, 82 ans et malade, peine à tourner la page du vieux sphinx de Limete. Son fils, Félix, n’a pas encore repris officiellement les rênes du parti, qui se divise toujours autour de la succession du chef. La place est donc vacante pour un leader plus jeune, ce qui fait pour le moment l’affaire de Vital Kamehe. Mais le patron de l’UNC a toujours du mal à se faire passer pour « l’opposant numéro 1 » à Joseph Kabila, lui qui a été son directeur de campagne en 2006 et ancien secrétaire général du PPRD, le parti présidentiel. Pour beaucoup d’opposants, le virage à 180° paraît toujours suspect. La dernière sortie du président de l’UNC à Washington sur la nécessité de garantir un statut au d’ancien Chef d’Etat à Joseph Kabila si ce dernier voulait quitter le pouvoir, a ravivé les soupçons de connivence entre le président et son ancien conseiller. Ce dernier épisode démontre qu’il faudra encore un peu de temps à Vital Kamerhe  pour gagner ses galons d’opposant aux yeux des autres partis d’opposition."





Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Libre Examen le 15/9/2014, 3:15 am

ndonzwau a écrit:
Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:
Admin a écrit:
Libre Examen a écrit:(...)
(...)
(...)
(...)
C'est qu'à mon avis derrière gigote une réalité dont nous devons tenir compte : un des glissements importants intervenu entre une dictature mobutienne (et d'autres en Afrique) et le régime d'aujourd'hui c'est que pour passer dedans et dehors, ceux d'aujourd'hui veulent se réclamer tous d'une démocratie pluraliste, mais en fait d’apparence, appelée par certains "démocrature", les apparences d'une démocratie mais tout le fond d'une dictature...
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
Une façon schématique d'y répondre mais sûrement pas la seule toujours est-il que la bonne sera celle qui réussira, celle qui apportera des réelles améliorations à notre système et à nos populations, si minimes soient-elles au début, que l'impasse encore mortifère de la confrontation toujours perdue vu les forces en présence...
Passons mais n'oublions pas la force des formes pour notre défense; une bonne dose de réalisme apporte souvent plus de bénéfices que le simple idéalisme; ainsi va la vie...

(...)
Bon, c'est mon pauvre avis !

Compatriotiquement!

Libre Examen a écrit:
ndonzwau a écrit:[...]
Comment y faire face ? Par la révolution ou par des réformes acquises au fil des victoires ?
[...]
Compatriotiquement!

Une façon simple d'y répondre, par un langage clair et simple, est : par les deux.

Lorsque l'on est député et que qu'on se fait enlever au milieu de la nuit par les hommes du pouvoir et emmener en quelques lieux secrets comme un criminel dangereux et recherché, l'on doit bien se rendre compte qu'on n'est pas un député. Qu'on est là seulement comme acteur d'une tragédie. Le metteur en scène décide du sort de chaque acteur. L'acteur a le choix de décider d'y participer ou de ne pas y participer.

Lorsqu'un député reconnaît qu'il n'a pas la liberté de circulation dans son propre pays, qu'il ne peut pas aller en un certain lieu de peur de ne pas y sortir, il doit bien se rendre compte qu'il n'est pas un député. Mais qu'importe à nos honorables. L'essentiel ce qu'ils soient affublés de ce titre. Voyez les airs qu'ils affichent lorsqu'on les appelle : honorable.

Ce ne sont pas députés. Ce sont des acteurs choisis par le metteur en scène. Ils jouent sa partition.

Les victoires que récoltent ceux qui osent aller en dehors de la mise en scène, c'est l'emprisonnement et l'humiliation.

Réaliser que les gens auxquels ont fait face n'écoutent pas le langage de la parole, du sens commun n'est pas seulement de l'idéalisme; ça comporte aussi une certaine dose de réalisme.

Pour ma part, je crois y avoir déjà répondu et lorsque j'opte pour "des réformes acquises au fil des victoires et d'une bonne dose de réalisme plutôt de l'idéalisme creux", je fais en l'occurrence ici à un changement comme celui de Mavungu, SG de l'Udps qui s'illustrait hier par un niet absolu mais aujourd'hui signe avec d'autres après l'échec de la marche que les forces politiques et sociales condamnent l'illégalité et la sauvagerie des réactions du pouvoir et en même temps promettent qu'elles reviendront à la charge faire pacifiquement, légalement et légitimement leurs revendications...

Je me trompe peut-être mais je crois que ce simple fait est déjà une petite victoire qui peut en ramener d'autres plus substantielles plutôt que l'idée de changer quelque chose par le niet révolutionnaire d'hier...



Compatriotiquement!

Ainsi donc, une condamnation par une opposition démocratique d'une répression d'une manifestation démocratique et pacifique à laquelle elle n'a pas pris part, qui n'est pas une condamnation venant du pouvoir de cette répression et sans aucune promesse de la part du pouvoir de ne plus réprimer les manifestations démocratiques et pacifiques de l'opposition, serait le genre de victoires dont il est question ? J'avoue alors ne pas pouvoir être en mesure de compter le nombre de victoires déjà acquises. Et très franchement, je me contenterai bien de cela.

Je ne me prêterai pas à une partie de pingpong sur ceux qui sont sur le terrain, politiciens et autres d'autant que ma position n'a jamais été à géométrie variable : non contre le niet révolutionnaire qui ignore la dure réalité d'un pouvoir illégitime mais hélas encore légal !
Je vous ai en revanche lu dédouaner nos politiciens, ils ne pouvaient rien faire ou plutôt ils avaient fait ce qu'ils pouvaient mais en face une dictature empêchait tout, vous souvenez-vous ? Aujourd'hui ces mêmes opposants sont l'objet de tous vos reproches... On n'y comprend rien ou parce que peut-être Ya Tshitshi n'est plus de la partie; passons...

Moi j'ai toujours été critique envers l'attentisme, la désunion ou même la duplicité parmi les opposants; je continuerai à l'être sans décréter d'anathèmes définitifs d'autant que le combat ne fait que commencer, dirais je, dans la mesure où une frange importante de cette opposition, càd l'Udps plus radicalement tshisekediste n'était pas auparavant sur la scène avec les autres...
A propos de ma position critique je me suis ainsi dernièrement posé la question et l'ai posée exprès ici sur le parti-pris "consensualiste" de Kamerhe (bien au delà des préjugés ou de soupçons faciles d'un prétendu double-jeu de sa part, tant comme j'ai eu à le dire, il en a toujours fait preuve; voir ses actions alors qu'il était dans la majorité au perchoir...) dans un contexte actuel de confrontation explicite de points de vue décidément opposés entre révision et non-révision, entre un 3ème mandat inconstitutionnel ou non (en cas de bricolage)...
Ce ne sera pas pour autant une partie tapissée d'unanimité dans cette opposition mais à les regarder évoluer ensemble (lisez ci-dessus le communiqué signé par Mavungu et un représentant de l'Unc), nous verrons mieux les limites et les embrouilles des uns et des autres...







Compatriotiquement!

Tout dépend de là où vous commencez l'histoire.

Pour ma part, aussi loin que l'on remonte dans l'histoire de l'opposion au Congo-Zaïre, il y a toujours eu tentative de former une union qui soit la plus large possible. Les échecs des tentatives de former une telle union, quelles que soient, par ailleurs, les opinions exprimées par les différents acteurs, ne signifient pas qu'il n'y a jamais une tentative de former une telle union.

Le fait que l'opposition n'ait pas pu former une union à votre image lors des dernières élections ne signifie pas, comme vous aimez les clamer et les répéter à tout bout de champs, qu'il n'y a pas eu tentatives de former une union qui aurait répondu à ce que vous auriez préféré comme union. Dès lors, vous êtes libre de pointer du doigt qui vous jugez être la cause de l'échec de la formation d'une union large que vous auriez voulue.

Toutefois, la vérité est qu'il y a eu bel et bien une union formée de plus de 80 partis que cela vous plaise pu pas. Je crois aussi que cette union a produit un document qui pouvait être accepté par tous. Et, je crois que ce document pourrait encore servir de base à toute union future parce que les principes y contenus tiennent en compte, à mon avis, de la façon la plus équitable possible, le intérêts des partis impliqués. Je ne vois pas une union large qui se formerait autrement. Cependant, je concède que vous pouvez, en toute bonne, foi faisant appel au seul jugement de votre conscience, nier qu'il y ait jamais eu d'union de former lors des élections de 2011 et que l'union seulement comme vous le voulez est la seule valable. Il vous appartient encore en vous référant au seul jugement de votre conscience de décider si ce n'est point une position idéologique.

Cela mis à part, notre différence fondamentale, si vous faites l'effort de ne pas toujours ramener les choses en une vision partisane, est l'approche à adopter face aux différents régimes dictatoriaux que nous combattons. Là-dessus, nous n'avons pas pu nous convaincre l'un et l'autre. Et je continue à mettre ça sur le compte d'un débat utile dans la mesure où nous faisons l'effort de ne pas nous accuser les uns les autres, et où nous privilégions les faits.

Vous soutenez qu'il faut être réaliste, et qu'en conséquence il faut investir le régime, investir les institutions, participer dans les institutions dans l'espoir de changer petit à petit les choses. Et que la politique de la chaise vide n'est pas payante. Je suis d'avis contraire. J'ai soutenu, notamment qu'il ne fallait pas que les parlementaires élus de l'opposition entrent au parlement. Une troisième voie, peut-être la moins idéologique, estime qu'il faudrait allier les deux.

Au cours de la courte histoire de cette lutte pour l'avènement de la démocratie dans notre pays un seul leader politique notable de l'opposition, Etienne Tshisekedi et son parti parti, l'UDPS ont refusé toute participation aux institutions mises en place par des régimes qu'ils combattent (tout le monde évidemment sait que presque tous les députés élus de l'UDPS siègent au parlement et ont rompu avec cette ligne de leur parti).

Vous soutenez que cette politique de la chaise vide n'a pas donné des résultats. Je vous ai toujours répondu que cela dépend de la perspective dans laquelle on envisage les choses. Si pour quelqu'un la prise de pouvoir est le résultat recherché, alors celui-ci aurait entièrement raison de soutenir que la politique prônée par Etienne Tshisekedi est un échec total. Envisagé de cet unique point de vue, je serai d'accord.

Pour part, ce n'est pas de ce point de vue que j'envisage les choses. J'envisage les choses en terme des résultats obtenus dans l'avancement de la cause pour laquelle l'on mène le combat. Et, je pense que de ce point de vue, l'on ne peut pas juger quelqu'un qui n'a pas exercé le pouvoir. Le fardeau de la présentation des résultats obtenus revient alors à ceux qui ont, comme vous le préconisez, décidé d'investir les institutions, de participer dans les institutions mises en place par les régimes dictatoriaux que nous combattons

À cet égard, l'opposition aux régimes dictatoriaux au Congo-Zaïre, nous fournit des exemples des leaders politiques notables de l'opposition qui ont jugé que le radicalisme idéologique, comme vous aimez le désigner, d'Etienne Tshisekedi n'était pas constructif et ne donnerait aucun résultat. A mon sens, ce sont les résultats obtenus par ceux-ci que nous devrons évaluer. Ont-ils par leur participation fait avancer la cause pour laquelle ils combattaient ou combattent ?

Voilà le cœur du débat. Si vous estimez que ceux qui ont décidé de participer jusque là dans les institutions mises en place par des régimes dictatoriaux que nous combattons ont fait avancer les choses, c'est à vous de nous faire cette démonstration. Pour ma part, j'estime que ça a aidé à les affaiblir et à affaiblir l'opposition, et par dessus tout à aider à maintenir les régimes dictatoriaux.

Est-ce que les choses peuvent changer à l'avenir ? C'est toujours possible.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EWANGA EST DEJA DEVANT LA COUR SUPREME D INJUSTICE POUR ETRE JUGE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:36 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum