Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  djino le 19/8/2016, 3:20 pm

Incapacité , Kabila doit PARTIR

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 22/8/2016, 5:15 pm

"Vive tension entre policiers et jeunes de Butembo
° http://www.radiookapi.net/2016/08/22/actualite/societe/vive-tension-entre-policiers-et-jeunes-de-butembo
Une vive tension a régné dimanche 21 août dans la ville de Butembo (Nord-Kivu) entre policiers et jeunes manifestants, après que la police a interpellé treize personnes transportant des haches et machettes dans leurs bagages. Ces personnes étaient à bord d’un véhicule en provenance de Masisi (Nord-Kivu) et se dirigeaient vers Bunia (Ituri).

Selon des sources locales, un groupe des jeunes de Butembo, informé de cette interpellation, a tenté de s’attaquer aux prévenus; avant que la police ne les empêche en les dispersant par des coups de feu. Un des manifestants a été blessé par balles, rapportent les mêmes sources.
Pris de colère, les jeunes manifestants ont alors  barricadé toutes les grandes artères de Butembo en brulant des pneus dans différents ronds-points de la  ville.  
Ils se sont ensuite dirigés vers la résidence du maire de Butembo; avant d’être de nouveau dispersés par les éléments de police et de l’armée.
Les treize prévenus d’origine hutue sont en sécurité et gardés dans un endroit sûr, précisent de sources locales sans donner plus des détails.  ​"



"Vive tension à Butembo : Un véhicule transportant des machettes et des haches intercepté -AUDIO
° https://actualite.cd/2016/08/21/vive-tension-a-butembo-vehicule-transportant-machettes-haches-intercepte-audio/
Vive tension à Butembo (Nord-Kivu) ce dimanche 21 août 2016. La population état en colère après l’interception d’un minibus transportant notamment des machettes et des haches. Une tenue FARDC aurait même était trouvée dans les bagages de passagers. Ce véhicule en provenance du Rutshuru se dirigeait d’après certains témoins vers Beni (‘autres témoins parlent d’Ituri).Tous les passagers affirment être des cultivateurs. Ils sont actuellement entre les mains des forces de l’ordre, dit le maire de la ville.(...)"


"Libération des 24 prisonniers: un geste insuffisant, estime Jean-Lucien Busa
° http://www.radiookapi.net/2016/08/22/actualite/societe/liberation-des-24-prisonniers-un-geste-insuffisant-estime-jean-lucien

"Beni: poursuite du procès des présumés rebelles des ADF"
° http://www.radiookapi.net/2016/08/22/actualite/securite/beni-poursuite-du-proces-des-presumes-rebelles-des-adf


"Duplicité :
Kinshasa : Quand le "professeur" Mova prêche l’unité…
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11063
Après avoir qualifié tous les pourfendeurs du "dialogue made in Kabila" d’"ennemis de la République" et proféré des menaces du genre "c’est le dialogue ou la guerre", le très prétentieux ancien ambassadeur à Bruxelles a cru tromper l’opinion avec la casquette de directeur général d’un nébuleux "Centre d’intelligence stratégique et des relations internationales" (CISRI). Sur le site www.douania-risri.net, on apprend que le fameux centre n’est plus opérationnel depuis juin 2013.
Pour les besoins de la cause, Henri Mova Sakanyi a troqué la très antipathique casquette de secrétaire général du parti dominant PPRD à celle de "directeur général" du nébuleux "Centre d’intelligence stratégique et des relations internationales" (CISRI). Basé, dit-on, à Bruxelles et Paris, le Centre n’a pas d’adresse connue.
Samedi 20 août, le "professeur" Mova a participé à une "conférence scientifique" sur le thème : "La RDC est-elle menacée par le terrorisme?". C’était dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères à Kinshasa.

Il importe d’ouvrir la parenthèse pour rappeler que lors de son intervention à la télévision nationale, le dimanche 14 août dernier, soit au lendemain des récents massacres à Beni, le ministre de la Communication et des médias Lambert Mende Omalanga déclarait que ces tueries seraient le fait des "Djiadistes radicalisés". Il n’a apporté aucun indice matériel à l’appui de cette thèse. L’objectif poursuivi est de masquer l’incurie des dirigeants congolais. Des dirigeants qui ont failli en matière sécuritaire. Fermons la parenthèse.

Dans son intervention, Henri Mova a exhorté les Congolais "à l’unité et à une prise de conscience afin de barrer la route au terrorisme".

Terrorisme (...)"



"Tirs à Beni: images et témoignages"
° http://www.politico.cd/en-off/2016/08/19/tirs-a-beni-images-temoignages.html


"A   L   E   R   T  E
Quatre mille militaires rwandais débarquent à Beni et huit mille militaires ougandais sont massés à la frontière de Kasese :  
Les populations congolaises désertent la ville pour la forêt !

° http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2864-quatre-mille-militaires-rwandais-debarquent-a-beni-et-huit-mille-militaires-ougandais-sont-masses-a-la-frontiere-de-kasese-les-populations-congolaises-desertent-la-ville-pour-la-foret.html
Il y a à peine 3 jours, monsieur Honoré Ngbanda a fait une adresse dans laquelle il alertait l’opinion nationale et internationale du plan monté par Kagame, Museveni et «Kabila» http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2859-video-audio-alerte-balkanisation-imminente-de-l-est-de-la-rdc-communication-exceptionnelle-de-m-honore-ngbanda-sur-la-situation-politique-et-securitaire-de-la-rdc-du-mercredi-17-aout-2016.htmllors de leurs rencontres successives dans le Parc national Queen Elizabeth en Ouganda et à Rubavu au Rwanda. Ce plan visait justement à déclencher une vaste opération militaire pour l’occupation effective de Beni et les régions environnantes. Le leader de l’APARECO avait fourni même des détails sur l’inspection de l’aéroport de Beni par des experts militaires rwandais et ougandais, et dont le but était de s’assurer que cet aéroport pouvait bien accueillir des avions gros-porteurs qui devaient y amener des troupes et du matériel de guerre lourd.
Depuis deux jours, plusieurs sources militaires et civiles à Beni ont envahi le site de l’APARECO et la rédaction de l’œil du Patriote pour signaler le débarquement de 4000 militaires rwandais à l’aéroport de Béni depuis ce vendredi 19 août au matin. D’autres sources militaires confirment la présence de 8000 militaires ougandais amassés à la frontière de Kasese prêts à faire jonction avec les troupes rwandaises sur le terrain des opérations en RDC. Des sources bien informées nous précisent que la plus part des 4000 militaires rwandais envoyés à Beni sont choisis parmi les prisonniers dont la majorité est porteur du HIV (virus du sida). Ces « animaux sauvages » lâchés en dehors de leurs cages ont reçu la consigne de violer massivement les congolaises de tous âges : bébé, enfants, jeunes filles, femmes adultes et vieillardes!(...)"



"Compte-rendu de la rencontre entre la LUCHA et Joseph Kabila à Goma
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11060
19 août 2016

1- Une importante délégation de notre mouvement citoyen, la Lucha (Lutte pour le Changement) a été reçue en audience par le président de la République, Joseph Kabila, l’après-midi de ce jeudi 18 août 2016, au cabinet du gouverneur de province du Nord-Kivu à Goma. La rencontre, qui a duré près de trois heures, a eu lieu à la demande de la Présidence de la République. Elle s’est tenue à huis-clos en présence du président de la République, assisté seulement de deux membres de son service de protocole. Pour sa part, la délégation de la Lucha était composée d’une cinquantaine de militants, dont deux ont parlé au nom du groupe et un troisième a assuré la modération.

2 - Sur proposition de la Lucha, les échanges ont tourné autour de trois sujets à savoir : la situation sécuritaire à l’Est de la RDC et dans la région de Beni en particulier ; le processus politique et électoral ; et enfin la situation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Mais avant d’aborder ces sujets, nous avons tenu à expliquer au président de la République ce que c’est la Lucha, le but, les valeurs et les principes fondamentaux de notre lutte pacifique, d’autant plus qu’est la première rencontre avec lui depuis la naissance de la Lucha en mars 2012.

I. Sur ce que nous sommes(...)"



"Les dessous de l’assassinat du Colonel Elias Byinshi
° http://www.politico.cd/en-clair/2016/08/20/les-dessous-de-lassassinat-du-colonel-elias-byinshi.html
EN CLAIR — Le responsable de la Société civile du Sud-Kivu, Descartes Mponge, donne des détails sur l'assassinat cette nuit d'un colonel FARDC à Bukva, dans l'Est de la République démocratique du Congo.(...)"

"Des rebelles du sud Soudan accueillis par les autorités congolaises"
° http://www.lalibre.be/actu/international/des-rebelles-du-sud-soudan-accueillis-par-les-autorites-congolaises-57ba214635709a3105646582


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 22/8/2016, 9:04 pm

PS

Notre Compatriote Musavuli est non seulement un pertinent connaisseur de la géopolitique de notre pays mais aussi originaire de Beni-Lubero, il nous livre ici son analyse sur les massacres de Beni !
Lisez-le !


"RD Congo – massacres : Qui sont les tueurs de Beni ?
par MUSAVULI
° http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-massacres-qui-sont-les-183706#_ftnref1
Cinq jours après le passage du président Joseph Kabila à Beni, dans l’Est de la République Démocratique du Congo, un nouveau massacre s’est produit dans la ville. Le massacre s’est produit au Quartier Rwangoma à seulement 2 km du centre-ville de Beni, une ville pourtant quadrillée par plusieurs bataillons de l’armée nationale, les FARDC. Comme d’habitude, les tueurs sont tous repartis sans qu’un seul soit capturé ni par l’armée ni par les casques bleus de l’ONU. L’occasion de répondre à une série des questions que bien des gens se posent depuis des mois sur les auteurs des massacres à caractère génocidaire qui sévissent dans cette partie du pays depuis octobre 2014. On les appelle « les rebelles islamistes ougandais ADF », une version officielle qui mérite d’être disséquée.
Nous essayerons d’expliquer qui sont réellement les tueurs de Beni entre la réalité des rapports de force sur terrain, une version officielle qui ne tient plus la route et des certitudes tirées des enquêtes et des recoupements de plusieurs témoignages et rapports sérieux.
 


I. La situation militaire à Beni et les rapports de force

Le Territoire de Beni est sans doute le territoire congolais où l’on observe la plus grande concentration des militaires par habitant et là où l’inefficacité de l’armée peut difficilement trouver une explication rationnelle. En effet, les recherches entreprises par le GEC, un groupe de recherche basé à New York[1], sont que les effectifs des ADF oscillent entre seulement 100 et 260 maquisards[2]. Ils sont confinés dans un petit triangle d’une cinquantaine de kilomètres. En face, l’armada de l’armée congolaise, les FARDC. Les recherches de DESC-Wondo font état d’une présence à Beni d’environ 25.000 soldatsopérant dans différentes unités[3]. Toujours au sujet de la puissance de feu dont dispose le Congo, il faut rappeler que les FARDC sont une force de 150.000 soldats, appuyés par la plus grande et la plus coûteuse mission de maintien de la paix au monde, la MONUSCO, forte de 19.815 casques bleus dont une brigade d’intervention créée en 2013 spécialement pour traquer et neutraliser les groupes armés[sup][4]
[/sup]. Cette Brigade comprend trois bataillons d’infanterie, une compagnie d’artillerie, une force spéciale et une compagnie de reconnaissance.
En gros, avec 25.000 soldats déployés à Beni, un petit Territoire[5], et les divers appuis de la MONUSCO, le Congo dispose largement des moyens internes pour venir à bout d’une centaine de maquisards confinés dans un mouchoir de poche. D’où cette question : qui sont vraiment ces « ADF » ?
 
II. Vérités et mensonges sur les ADF(...)"
 
Boniface MUSAVULI
Analyste politique et militant des droits de l’homme.
Auteur de l’ouvrage LES GÉNOCIDES DES CONGOLAIS – De Léopold II à Paul Kagame,
Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, Vevey, mars 2016 (328 pages)."


[1] GEC (Groupe d’étude sur le Congo), un centre de recherche indépendant dirigé par Jason Stearns, ancien Coordinateur du Groupe d’experts de l’ONU sur la République Démocratique du Congo.
[2] GEC, « QUI SONT LES TUEURS DE BENI ? », Rapport d’enquête N°1, mars 2016, p. 16. 
[3] Les unités militaires déployées à Beni : - une brigade commando sous le commandement du général Kalonda, avec deux bataillons déployés dans la zone dite « triangle de la mort » commandés par le colonel Ngadjole Tipi Ziro-Ziro ; - 5 régiments d’infanterie venus de Kinshasa et de Dungu, - 4 brigades d’infanterie et - une unité d’appui-feux mixte de la Garde républicaine (les GR) qui a la taille d’un régiment (1.200 soldats). Elle est composée d’un bataillon d’artillerie avec des unités de lance-roquettes multiples et des unités d’artillerie anti-aérienne équipées de canons de DCA déployés autour de l’aéroport de Beni-Mavivi. N.B. : une brigade compte environ 2.500 soldats ; un bataillon compte environ 800 soldats tandis qu’un régiment en compte 1.200. 
[4] La brigade d’intervention de la MONUSCO est une force de 3.069 soldats dotée d’un mandat offensif. Elle a été créée par la Résolution 2098 (2013) du Conseil de sécurité de l’ONU du 28 mars 2013. Composée de soldats sud-africains, tanzaniens et malawites, elle vient en appui aux 17.000 casques bleus et aux unités FARDC dans les zones de combats.
[5] Les Territoire de Beni a une superficie de 7.484 km² avec une population de 1.273.583 habitants, soit une moyenne d’1 soldat pour 50 habitants, c’est-à-dire 11 fois plus que la moyenne nationale (1 soldat pour 566 habitats).
(...)"



  



"FRANCIS KALOMBO ATTAQUE KABILA NA GOUVERNEMENT NAYE "COMPLICE DE MASSACRES DE BENI" 2016 BAZO KENDE"




"L'installation des Falachas ou des Juifs noirs au Kivu : Quelles conséquences pour la RDC ?
° http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2868-l-installation-des-falachas-ou-des-juifs-noirs-au-kivu-quelles-consequences-pour-la-rdc.html
Le président de l'APARECO, monsieur Honoré Ngbanda-Nzambo, vient de lancer un cri d'alarme au peuple congolais et aux dirigeants politiques du monde en dénonçant la conclusion imminente d'un accord secret négocié entre les gouvernements du Rwanda et d'Israël, avec la complicité de « Joseph Kabila » qui est, tout le monde le sait, le cheval de Troie du Rwanda en RDC. Cet accord secret porte sur un projet machiavélique visant à implanter, à l'insu du peuple souverain de la RDC, une population des juifs noirs d'Ethiopie connus sous l'appellation de Falachas (ou «Falashas» pour les anglophones).

Mais d'aucuns peuvent se demander d'où monsieur Ngbanda nous sort-il encore une de ses histoires. Non, il ne s'agit pas d'une simple vue de l'esprit, ni d'une invention politique de monsieur Honoré Ngbanda. Il s'agit bel et bien d'une véritable problématique politique dont les origines remontent aux temps anciens.
En tant qu'historien, nous nous faisons le devoir d'expliquer, brièvement mais concisément, au peuple congolais les origines religieuses et politiques du problème ainsi que ses conséquences sur l'avenir de notre pays.

I. Pour la petite histoire du choix d'une terre africaine.
(...)
Fait à Paris, le 20 août 2016
José Yango W'Etshiko
SGA et Porte-parole de l'APARECO
Historien


(1) Barnavi E., Histoire universelle des Juifs, Hachette littérature, Paris, 2002
(2) Friedmann, D., Les enfants de la reine de Saba, les Juifs d'Ethiopie. Histoire, exode et intégration, éd. A. Métaillé, Paris, 1944.
(3) Ankély-Yemini, L., « Les Falachas d'Ethiopie », décembre 2002.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Falashas



"Les Egorgeurs Islamistes-terroristes de Beni et le gouvernement, pris les mains dans le sac à Butembo.
° http://benilubero.com/les-egorgeurs-islamistes-terroristes-de-beni-et-le-gouvernement-pris-les-mains-dans-le-sac-a-butembo/
L’ambiance à Butembo est très tendue ce dimanche ! Toute la ville est en ébullition ! Même les enfants de moins de 4 ans veulent en découdre avec l’armée !
Ce matin 21/08/2016, en ville de Butembo, un minibus non immatriculé avec des rideaux non ouverts,en provenance de Rutshuru s’arrête au niveau de LA CONCORDE pour raison de crevaison. Les passagers ne descendent pas. Vu tout ce qui circule ces trois derniers jours sur les réseaux sociaux, des habitants suspectent que ce véhicule transporte des ennemis. Ils approchent, jettent un coup d’œil dans le véhicule, découvrent qu’il n’y a pas de siège mais seulement une bâche qui couvrent des effets. Ils alertent le groupe des jeunes dits « verandistes » qui arrivent sur le lieu. Sans tarder, ils procèdent à la fouille du minibus !
La surprise est grande! Ils n’en reviennent pas! Les passagers sont des « Hutus » couchés et couverts par le bâche : enfants, femmes et hommes.




Ils ont pour bagages : Machettes, Couteaux, Haches ! La fouille continue : Ils sont munis des papiers signés par des chefs de Masisi ! Ils sont à la recherche des terres arables. Mais le trésor est caché au fond : Une découverte surprenante, des nouvelles tenues que portent désormais les Fardc au front, à la suite de la décision de l’état major des armées, comme vous pouvez le voir sur les images.



La nouvelle se répand comme une drainée de poussière ! Les vérandistes viennent d’arrêter un groupe des égorgeurs à Butembo. On y trouve des enfants, des femmes, des jeunes et des adultes, à l’image des groupes qui arrivent dans les villages pour massacrer les populations. La foule est de plus en plus en colère en retrouvent des Nouvelles tenue de l’armée National au front entre leurs mains.



Dans les vidéos, on voit la foule énerver, en colère, ahurie et prête à les lapider. Des images difficiles à supporter, surtout lorsqu’on voit une maman être traînée avec son enfant au dos ! L’enfant fait tellement pitié que la population en colère s’abstient de les lapider et démontre par là qu’elle a du cœur. C’est du crime contre l’humanité que de se servir des enfants pour accomplir un génocide !



La police arrive et retire de justesse les présumés égorgeurs » ! Trop tard, l’armée est prise la main dans le sac ! Le port de nouvelles tenues militaires avait pour motivation de supprimer les preuves de son implication dans le génocide du peuple Nande !





L’ordre est donné. La police et les militaires doivent intervenir et empêcher la population de manifester sa colère. Dans la vidéo, on peut voir la population courir dans tous les sens et entendre les crépitements de balle. Jusqu’à cette heure, il est 18h00, on entend toujours les crépitements de balle dans toute la cité !
Ces faits sont très graves et soulèvent quelques questions auxquelles le régime en place doit répondre sans délai.




1. Parmi les effets, avons-nous dit, la population a trouvé la nouvelle tenue militaire ! Comment en une semaine, ces tenues sont déjà en circulation ? Qui les leur a données ? Les ADF ? Antipas Mbusa Nyamwisi ? Hahahahahaha !
2. Il y a deux ans, le gouvernement (Mende et Julien Paluku s’en souviennent très bien) avait ordonné aux populations d’évacuer leurs terres et champs jusqu’à ce que l’armée rétablisse l’ordre. Car, selon lui, il serait irresponsable pour un gouvernement de voir son peuple mourir et de ne pas prendre des mesures pour le protéger. Comment se fait-il alors que simultanément le gouvernement encourage d’autres populations à se rendre dans les terres d’où ont été évacués manu militari les autochtones pour raison de sécurité.
]3. Il y a quelques mois, Julien Paluku a signé sur recommandation de l’assemblée provinciale un décret suspendant tout mouvement des déplacements des populations à l’intérieur de la province, lequel décret est toujours en vigueur jusqu’à ce jour. Pourquoi ce mouvement reprend-il juste après le passage de Joseph Kabila et le massacre de plus de 200 personnes à Beni?




4. Selon, la feuille de route signée le 15 août 2016 par le Mwami Bauma BITSIBU WA BULENDA de Masisi. Sur la même feuille de route, la date du départ c’est le 12 août. Et ils sont interceptés à Butembo le 21 août. Toujours selon la même feuille de route, ils se rendent à Irumu dans le groupement de Walese pour rejoindre leurs familles. Effectivement, c’est à Irumu-Tchabi que se trouvent concentrées la plupart des rwandais venus de la Tanzanie. Mais, chose étonnante, l’un d’eux est muni d’un acte de vente d’un champ en RD Congo mais signé et délivré en Ouganda en date du 19 Mai 2016. Comment se fait-il qu’un habitant de Masisi achète à un ougandais un champ en RD Congo?



5. Enfin, par rapport au minibus: pourquoi la police routière a-t-elle laissé circuler un véhicule transportant des passagers sans aucune plaque d’immatriculation?
Mentez , mentez ; il en restera quelque chose, écrivait Voltaire ! Ce qui vient de se passer aujourd’hui met au nu, une fois de plus, la complicité du régime dans le massacre de chez nous ! Un signal fort, lorsqu’à Beni le pouvoir s’époumone à organiser un procès pour vouloir mentir à l’opinion tant nationale qu’internationale que l’égorgeur « s’enracine dans la communauté locale », selon les termes insultants du représentant spécial adjoint des Nations Unies sur les ondes de la Radio Okapi, Mr Mamadou Diallo.
Une dépêche vient de tomber dans notre boîte. Un taximan a été criblé de balles par la police au rond point de Kauntura. Qu’il repose en paix ! Il s’agit de MBUSA KANDUKI, né a Kayna le 16/08/1984, de la cellule Kihate, Taximan ATAMOV, MAT 143/C, carte no 1739. Un deuxième est grièvement blessé. Toujours selon la même dépêche, pour contourner la population, un autre minibus arrive par Kyondo pour se rendre à Beni.
Voilà la paix que Joseph Kabila a promise à la population de Beni et de Butembo.
Dans un pays de droits, la Cour Suprême de Justice devrait assumer ses responsabilités !

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016, Parole qui l’a fait assassiner le jour suivant)."




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 23/8/2016, 4:00 pm

"Procès des présumés rebelles des ADF : un accusé passe aux aveux
° http://www.radiookapi.net/2016/08/22/actualite/justice/proces-des-presumes-rebelles-des-adf-un-accuse-passe-aux-aveux


La Cour militaire opérationnelle, siégeant en chambre foraine à Beni au procès des présumés rebelles ADF. Radio Okapi. Ph/ Martial Papy Mukeba

L’un des présumés ADF accusés d’avoir perpétré les massacres des civils dans le territoire de Beni a avoué lundi 22 août, au cours de sa déposition devant la cour militaire opérationnelle du Nord Kivu,   avoir combattu dans les rangs des ADF depuis une année.
Le prévenu Muhindo Kababo Jackson révèle qu’il a été recruté dans le quartier Paida à Beni Ville avant de suivre une formation sur le maniement des armes dans un camp d’entrainement de l’ADF situé non loin des localités de Ndalia et Otomabere (Nord-Kivu).  Ce camp de l’ADF serait dirigé par Kasereka Vihuko, poursuit la même source.


Les dotations d’armes et de munitions venaient de l’Ouganda, renseigne le prévenu, avant d’avouer qu’il avait participé à l’attaque de la commune Rurale d’Oicha le 30 juillet dernier.
Selon  Muhindo Kababo, cette attaque était menée par une centaine de combattants ADF de nationalité  Ougandaise, Somalienne et Congolaise.
Débuté samedi dernier, le procès des présumés rebelles des ADF accusés d'être auteurs de l'insécurité et des massacres des civils s’est poursuivi, lundi 22 août, à la tribune du 8 mars de la mairie de Beni (Nord-Kivu)."


"RDC : un Congolais engagé par les rebelles ougandais des ADF pour des massacres à Beni
(Xinhua 23/08/16)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-un-congolais-engage-par-les-rebelles-ougandais-des-adf-pour-des-massacres-beni
BENI (RDC), (Xinhua) -- Muhindo Kababo, citoyen de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé lundi devant la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu (est), qu'il avait été engagé par les islamistes terroristes ougandais des ADF pour participer à un grand nombre de massacres dans le territoire de Beni.
"J'ai passé une année avec les ADF dans la forêt. J'ai été contacté par deux personnes qui sont venues me proposer de travailler pour les ADF et gagner de l'argent. Mais arriver dans la brousse, ils nous ont converti par force en musulman", a-t-il déclaré lors de la deuxième audience du procès dans lequel sont jugés six membres présumés des ADF, accusés de massacres de civiles à Beni.
Ceux qui refusent de devenir musulmans "ont été tués", a-t-il dit.


"Ils nous ont appris comment manipuler les armes (AK47 et autres), tuer à la machette comme nous l'avons fait dans la commune rurale d'Oicha, en territoire de Beni", a-t-il poursuivi.
Parmi les six présumés, il y a deux Ougandais, un Tanzanien et trois Congolais.
Jeudi dernier, Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias et porte-parole du gouvernement congolais, a annoncé que 80 rebelles ougandais des ADF avaient été arrêtés à Beni, quelques jours après le massacre de plus de 50 personnes par les ADF dans la ville de Beni.
Le massacre a été décrit par le président de la RDC Joseph Kabila comme "pur terrorisme".
Les rebelles des ADF, actifs dans l'est de la RDC depuis 1994, sont accusés d'avoir tué plus de 600 civils depuis octobre 2014 dans la ville de Beni.
Début août, le président Joseph Kabila et son homologue ougandais Yoweri Museveni se sont rencontrés et ont convenu d'échangé les informations sur les activités des ADF."



"RDC: le Sud-Kivu solidaire de la tragédie de Beni
° http://www.rfi.fr/afrique/20160823-rdc-le-sud-kivu-solidaire-tragedie-beni
La société civile à Bukavu, dans le Sud-Kivu, a décidé de lancer une grande campagne de collecte de dons en faveur des victimes de Beni. Plus de deux tonnes de marchandises diverses et une centaine de kilogrammes de médicaments ont déjà été récoltées. Elles pourraient être acheminées dès cette semaine, avec l’aide de la société civile du Nord-Kivu. Ce mardi 23 août, le bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu organise le dernier jour de collecte.(...)"


"DESC Confidentiel : Le séjour de Kabila à Kasese et à Beni : des signaux inquiétants !
° http://desc-wondo.org/fr/desc-confidentiel-le-sejour-de-kabila-a-kasese-et-a-beni-des-signaux-inquietants/
Le président Kabila a séjourné à Kasese en Ouganda le jeudi 4 août 2016 où il a rencontré le président ougandais Yoweri Museveni. Cette rencontre qui a été au centre de l’actualité congolaise la fin de la semaine du 1er aout 2016. DESC a tenté d’en savoir plus sur les enjeux de cette présence présidentielle dans cette partie du pays et de la région en cette période chahutée politiquement en RDC.

« Le pays vous appartient, mais le commandement nous revient. » Ainsi pourrait-on traduire cette expression. Des officiers ougandais aiment à le rappeler aux Congolais, alliés ou non : rien ne se fait ni ne se décide sans l’accord du parrain ougandais, nomination, arrestation, opération militaire, opération de police… Mieux, tout se fait sur ordre, par procuration ougandaise. Les « gouverneurs » sont donc des « procurateurs » de l’empire ougandais, auprès duquel ils prennent leurs ordres. Ceux qui tombent en disgrâce, malgré leur relative popularité ou le soutien de leurs pairs rebelles, sont relevés de leurs fonctions, au mieux par une convocation à Kampala, au pire chassés par la force militaire
[1]. Ce paragraphe de l’article intitulé « La républiquette de l’Ituri » en République démocratique du Congo : un Far West ougandais » écrit par Alphonse Maindo Monga Ngonga, résume bien la situation qui prévaut à l’est de la RDC depuis le 17 mai 1997 lorsque la RDC est tombée sou l’invasion rwando-ougandaise, principalement, avec la bénédiction des puissances anglo-saxonnes et occidentales.

Une rencontre d’apaisement et de réconciliation selon certaines sources
(...)

Conclusion

Les multiples réunions présidées par le chef de l’Etat congolais et les promesses tenues n’ont pas évité la poursuite des massacres à Beni et environs.
Le maintien du général Akili Mohindo Mundos dans les postes opérationnels dans l’est de la RDC ne changera nullement la situation macabre que vivent les populations de Beni et des environs. Mundos reste le bras armé du président Kabila dans cette partie du territoire. C’est lui qui planifie les tueries à Beni, avec la complicité des éléments à sa solde, évoluant au sein des FARDC.
La rencontre attrape-nigaud du président Kabila à Goma avec les militants de La Lucha n’apportera pas non plus un changement social, politique et sécuritaire à la situation dans laquelle s’enlise l’est de la RDC. A première vue, il s’agit d’une démarche de pure communication politique qui ne permettra pas de résoudre les problèmes de fond. Le substrat de cette initiative dans laquelle La Lucha semble devenir un enjeu et ressource politique de plusieurs acteurs politiques de la région reste le glissement. La RDC ne pourra évoluer que lorsque tous les acteurs politiques, en commençant par le Président de République, garant de la Constitution et de l’unité du pays, agissent conformément au respect scrupuleux de sa Constitution qui scelle le pacte républicain entre congolais.

Au moment où la RDC arrive à un tournant décisif de sa marche vers la consolidation des acquis démocratiques, le sceptre de son embrasement reste suspendu sur son avenir comme une épée de Damoclès. DESC appelle tous les patriotes militaires et civils congolais à l’extrême vigilance. C’est l’avenir de la RDC, particulièrement de sa partie nord-est qui est en jeu en cette période de fin de mandat du président Kabila. L’heure est grave et chers frères d’armes au Kivu et dans l’Ituri, travaillez pour la défense de votre patrie et refusez les opérations militaires qui ne servent pas le Congo et désobéissez aux ordres illégaux de vos supérieurs. La Nation congolaise est en péril. Kabila et son régime ne mérite nullement aucun sursis politique à l’échéance de son dernier mandat constitutionnel. Que les Congolais ne se laissent pas distraire par des manœuvres politiciennes en cours.


Jean-Jacques Wondo Omanyundu

[1] https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2003-1-page-181.htm. (...)"


"RD Congo : comprendre la guerre à Beni
Dans ce vaste territoire, la population subit des massacres depuis 2014, symboles d'une guerre sans nom qui fait rage à l'est de la République démocratique du Congo.

° http://afrique.lepoint.fr/actualites/rd-congo-comprendre-la-guerre-a-beni-22-08-2016-2063005_2365.php


Des soldats des Forces armées de RDC alors qu’ils partent pour combattre les rebelles ougandais des ADF en décembre 2013. (Photo d’illustration) © AFP/Alain Wandimoyi

Le 14 août dernier, le territoire de Beni subissait un nouveau massacre de ses habitants. Pourtant, face à l'ampleur de ces agressions, la réaction de la communauté internationale et du gouvernement congolais reste fantomatique, tout comme on peine à identifier les tueurs. La zone est envahie de centaines de groupes armés violents et subit un trafic illégal de ses richesses qui rend difficile l'identification de ses assaillants. Dans ce contexte, la RDC, que son lourd passé poursuit, subit une guerre silencieuse et sans nom.

La RDC : un État construit sur le modèle de la rébellion


Les violences qui touchent l'est de la RDC ne sont pas nouvelles. La tragédie congolaise qui sévit depuis 20 ans trouve en effet son point de départ dans le génocide perpétré au Rwanda en 1994. À la suite du massacre, près de 1,2 million de Hutus rwandais, parfois impliqués dans le génocide, ont fui vers le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, territoires du Zaïre, aujourd'hui disparu. En effet, en 1996, l'armée du très décrié président zaïrois Mobutu fait face à l'insurrection de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), dirigée par un homme, Laurent-Désiré Kabila. Il parvient à s'emparer de la capitale Kinshasa l'année suivante : le Zaïre devient République démocratique du Congo.
Malgré ce renouveau, des rebelles déçus par l'absence de changement se soulèvent contre le gouvernement Kabila dans les deux provinces du Kivu en 1998, soutenus par le Rwanda et l'Ouganda. Le cessez-le-feu réclamé par l'ONU entre tous les belligérants est conclu en 1999, mais des milices rebelles continuent à sévir en RDC, même après l'élection de Joseph Kabila, le fils de Laurent-Désiré Kabila, en 2001. Fragilisée par cette tension politique, la RDC est le terrain de chasse idéal pour ses voisins qui connaissent ses richesses exploitables.

Des richesses qui attisent les conflits

Au moment de l'insurrection contre le gouvernement Kabila en 1998, l'Ouganda et le Rwanda ne se retournent pas contre leur ancien allié dans une simple motivation démocratique. La RDC regorge de richesses naturelles, inexploitées pour le compte des habitants, mais qui font l'objet de toutes les convoitises des États voisins. Quand les conflits s'enlisent, leur présence militaire permet de perdurer un trafic des plus fructueux. Ainsi, l'Ouganda y pille essentiellement le diamant et l'or, tandis que le Rwanda exploite surtout le coltan, mais le cuivre et le cobalt sont aussi dérobés. Global Witness a même avancé qu'entre fin 1999 et fin 2000, l'armée rwandaise avait à elle seule engrangé des revenus d'au moins 20 millions de dollars par mois.


La mine de coltan de Rubaya, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), le 28 mai 2013. © afp.com/Junior D. Kannah

Les soldats de l'armée régulière de la RDC, les FARDC, profitent également de ce trafic. Le groupe d'experts des Nations unies sur la RDC a déclaré en 2015 avoir constaté que les FARDC ferment les yeux sur les massacres de Beni par les ADF, des rebelles islamistes ougandais, pour se consacrer au trafic de bois très lucratif vers l'Ouganda. Cette zone du Nord-Kivu, laissée sans défense alors qu'une armée y est déployée, devient un terrain de jeu pour des groupes armés en tout genre.

Des milices rebelles pullulent dans l'est de la RDC

La RDC, née sur la base d'une rébellion, est donc victime du propre système dont elle résulte. De nombreux groupes, très structurés ou comptant seulement quelques dizaines de partisans, sévissent depuis 1998 dans l'est du pays. « Le cycle de violence est entretenu par la présence persistante de groupes armés congolais et étrangers profitant de la vacance du pouvoir et du vide sécuritaire qui caractérisent l'est du pays, l'exploitation illégale des ressources, l'ingérence de pays voisins, l'impunité généralisée, des affrontements intercommunautaires et l'incapacité de l'armée et de la police nationales de protéger efficacement les civils et le territoire national et de maintenir l'ordre et la loi », déclare la Monusco, mission de l'ONU visant à assurer la paix en RDC.
Difficile d'identifier toutes ces milices. Celle qui sévissait principalement entre 2012 et 2014, le M23, a été déroutée. Aujourd'hui, des milices congolaises plus ou moins alliées à l'armée régulière comme les factions Maï-Maï et Raïa Mutumboki mènent à leur tour des actions violentes selon Jeune Afrique, mais des groupes armés étrangers attaquent également la RDC comme les Forces de libération du Rwanda (FDLR), les Forces nationales de libération du Burundi (FNL), ou encore les Forces démocratiques alliées (ADF).

Les ADF : la milice pointée du doigt

C'est cette dernière milice qui est accusée de la plupart des massacres commis dernièrement dans le territoire de Beni. Les ADF sont un groupe armé ougandais luttant à l'origine contre le régime du président ougandais Yoweri Museveni depuis 1995. Selon Jeune Afrique, des militants du Tabliq, un mouvement missionnaire musulman, ont d'abord composé les rangs des ADF avant de se radicaliser. Maintenant uniquement composé d'islamistes, le groupe armé est commandé depuis 2007 par Jamil Mukulu, un chrétien converti à l'islam. Les États-Unis l'ont placé sur leur liste d'organisations terroristes dès 2001.[/size]

Des massacres récurrents à Beni
(...)

La confusion autour de l'identité des tueurs

Face à cette défense lacunaire et au pullulement des groupes armés dans la région, l'identité des tueurs pose question. Le groupe d'étude sur le Congo s'accorde à dire que la majorité des massacres commis entre 2014 et 2016 est due aux ADF. Il estime cependant qu'il est peu probable qu'ils agissent seuls, d'une part parce que les victimes ont indiqué que la langue des tueurs n'était pas toujours celle des ADF ougandais, d'autre part parce que beaucoup d'entre elles ont témoigné que les FARDC choisissaient parfois délibérément de ne pas secourir la population en cas d'attaque connue.
Pire encore, le groupe d'étude sur le Congo a relevé des témoignages relatant une participation active des FARDC aux massacres. Par exemple, lors des massacres successifs entre février et mars 2015 dans la contrée de Mayangose, au nord-est de Beni, un membre des FARDC a admis qu'un de ses collègues avait reçu 250 dollars au moment de son recrutement pour participer au massacre et de nombreuses victimes ont constaté que la langue des assaillants n'était pas celle des ADF.

Le groupe d'étude sur le Congo nuance cependant son propos en ne mettant pas en cause l'armée en tant qu'institution, mais en avançant que certains membres au sein des FARDC pourraient être instrumentalisés par des réseaux. De même, il juge possible que d'autres milices que les ADF soient impliquées.
Le 20 août, un effort pour identifier et punir les tueurs de la tuerie de Beni a été réalisé. Selon RFI, six hommes de différentes nationalités, deux Ougandais, un Tanzanien et trois Congolais, ont comparu devant le tribunal militaire de Béni. Lors de cette première audience, les accusés ont affirmé avoir agi au service du mouvement des rebelles musulmans ougandais ADF. À la vue des nationalités de ces auteurs présumés et de l'inaction des soldats des FARDC, de nombreuses personnes comme le président de l'ONG Convention pour la défense des droits humains aimeraient que l'enquête soit plus impartiale et tienne compte de tous les acteurs impliqués."[/size]



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 25/8/2016, 8:53 pm

"Nord-Kivu : après le dernier massacre de Beni, paranoïa et violences à Butembo
° http://observers.france24.com/fr/20160824-nord-kivu-paranoia-violences-butembo-dernier-massacre-beni-rdc


Pour protester contre l'instauration d'un couvre-feu, des habitants ont mis en place des barricades dans la ville.

Alors que les attaques se multiplient depuis deux ans à Beni au Nord-Kivu – la dernière, le 13 août, a fait une cinquantaine de morts -, un couvre-feu a été instauré depuis une semaine dans la ville voisine de Butembo. Lynchages arbitraires, barricades et défiance envers les autorités : cette décision a rapidement suscité la colère des habitants, qui ont décidé de prendre eux-mêmes en main la sécurité de la ville.

Cinq jours après le massacre du samedi 13 août à Beni, une manifestation anti-gouvernementale a été organisée dans la ville pour dénoncer l’inaction des autorités face aux violences. Celle-ci a été violemment réprimée par les forces de l’ordre et, dès le lendemain, le ministre de l’Intérieur congolais, Évariste Boshab, a annoncé la mise en place d’un couvre-feu de 19 h à 6 h du matin dans les deux villes de Beni et Butembo.
Cette décision a mis le feu aux poudres à Butembo, où de nombreux habitants dénoncent l’inefficacité de cette mesure déjà mise en place à plusieurs reprises sans jamais mettre un terme aux violences.

Depuis octobre 2014, la région est le théâtre d’attaques à répétition, qui ont fait plus de 700 morts selon l’ONU. Si elles ne sont jamais revendiquées, les autorités congolaises les imputent à des rebelles ougandais du groupe ADF, une organisation classée terroriste par les États-Unis en 2011.
Pour lutter contre l’insécurité et pallier la passivité des forces de l’ordre, certains habitants de Butembo ont donc décidé de se faire justice eux-mêmes, quitte à faire sombrer la ville dans un nouveau cycle de violences. Selon notre Observateur, la situation est devenue hors de contrôle.

"Tous les étrangers sont devenus des suspects potentiels"(...)"



Photo du bus pris d'assaut. Photo envoyée par un Observateur.


La carte scolaire du jeune homme brûlé, indiquant que celui-ci était originaire de la région. Photo envoyée par notre Observateur.


Des barricades ont été mises en place dans la ville. Photo envoyée par notre Observateur.


Certains habitants veulent se relayer pour surveiller les déplacements dans la ville. Photo envoyée par notre Observateur.



"Deux personnes brûlées dans des échauffourées à Butembo
° http://www.radiookapi.net/2016/08/24/actualite/securite/deux-personnes-brulees-dans-des-echauffourees-butembo
Des manifestants ont brûlé, mercredi 24 août à Butembo (Nord-Kivu) deux voyageuses soupçonnés de venir créer l'insécurité dans la région. Les victimes font partie d'un groupe de personnes que les motards ont interceptées à bord d'un minibus en provenance du territoire de Masisi.
Les motards, qui fouillent les véhicules entrant à Butembo, s'en seraient pris aux personnes à bord de ce véhicule qu’ils accuseraient de venir dans la ville pour créer de l’insécurité dans les territoires de Beni et Lubero.


Cette situation a provoqué une vive tension dans cette ville du Nord-Kivu, où les manifestants en colère ont brûlé deux des personnes interceptées à bord de ce minibus.
Les forces de l’ordre ont tiré des coups de feu en l’air pour tenter de disperser des manifestants.
Cette nouvelle tension éclate à Butembo pendant que le vice-gouverneur du Nord-Kivu, Feller Lutaichirwa, y séjourne depuis mardi dernier après des accrochages du dimanche dernier entre policiers et un groupe de jeunes.

Ces accrochages faisaient suite à l’interpellation par la police des treize personnes transportant des haches et machettes dans leurs bagages. Ces personnes étaient à bord d’un véhicule en provenance de Masisi (Nord-Kivu) et se dirigeaient vers Bunia (Ituri).
Selon des sources locales, un groupe de jeunes de Butembo, informé de cette interpellation, avait tenté de s’attaquer aux prévenus; avant que la police ne les empêche en les dispersant par des coups de feu. Un des manifestants avait été blessé par balles, rapportent les mêmes sources."


" RDC: deux femmes soupçonnées d'être des Hutues rwandaises lynchées à Butembo
° http://www.rfi.fr/afrique/20160824-rdc-lynchages-femmes-butembo-paranoia
Un peu plus de 10 jours après le massacre de Beni qui a fait une cinquantaine de morts, les craintes sécuritaires tournent à la psychose à Butembo, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Beni. La population insatisfaite de la capacité des autorités à les protéger d'éventuels massacres se rend justice elle-même. Mercredi 24 août, deux femmes ont ainsi été brûlées vives, soupçonnées d'être venues créer l'insécurité.

C'est sur un barrage improvisé par les habitants de la ville que le drame est arrivé. Deux véhicules transportant des voyageurs sont arrêtés à l'entrée de la ville. Des membres d’un groupe d'auto-défense contrôlent les identités. Une opération qui consiste généralement à vérifier si les personnes maîtrisent bien les langues de la région : le swahili ou le nande.
Deux femmes ont le malheur de ne pas maitriser ces deux langues. Très vite, on les soupçonne d'être des Hutues rwandaises. Des étrangères donc. Le contrôle dégénère. Les deux femmes sont lynchées, puis brûlées sans que la police n'ait le temps d'intervenir.
Comment expliquer cette éruption de violence ? Dans l’opinion, une rumeur est largement répandue : celle que des Hutus rwandais prêteraient main forte aux rebelles ADF Nalu. Résultat, la crainte d’être attaqués par des rebelles a créé une vraie paranoïa et des réflexes xénophobes.  Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes

Interrogations et rumeurs

Pour ne rien simplifier, d’importants mouvements de migration de Hutus en direction de Bunia ont été observé ces derniers mois. Sans explication officielle, ils alimentent les interrogations et les rumeurs.
Mercredi, il aura fallu la journée pour que Butembo revienne au calme. Des tirs en l’air de la police ont résonné dans toute la ville pour venir à bout des jets de pierre et de la colère des habitants qui accusent les forces de l’ordre de ne pas faire assez pour les protéger.
Le ministre de l'Intérieur, Evariste Boschab, a d'ailleurs remis en place un couvre-feu dans les villes de Beni et Butembo de 19 h à 6 h du matin pour les quinze prochains jours. Par ailleurs, le maire de Butembo, Ikuli Uvasaka Makala, a lancé un appel au calme hier, mercredi. Il condamne la mort des deux femmes et appelle la population a ne pas se rendre justice elle-même."


° http://www.forumdesas.org/spip.php?article8755


"Nord-Kivu : deux personnes tuées dans une incursion des ADF à Kithevya et Makulu
° http://www.radiookapi.net/2016/08/24/actualite/societe/nord-kivu-deux-personnes-tuees-dans-une-incursion-des-adf-kithevya-et


Un village du territoire de Beni, Nord-Kivu, où des présumés rebelles ADF ont perpétré des massacres contre des civils. Mai 2015. Photo MONUSCO/Myriam Asmani

Une nouvelle incursion des présumés rebelles ougandais des ADF a été perpétrée dans les villages de Kithevya et Makulu, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. La société civile qui rapporte ces faits, mardi 23 août, indique que deux personnes ont été tuées et sept autres ont été blessées.
La même source ajoute qu’une dizaine de maisons ont été incendiées dans la nuit de lundi à mardi.
Ces tueries interviennent une semaine après celles de Mayi Moya et le massacre de Rwangoma qui avait fait au moins 50 morts dans la ville de Beni.
Les assaillants ont opéré dans les villages de Kithevya et Makulu, entre 19 heures et 20h30, rapporte la société civile de Beni.
D’après la même source, les assaillants qui seraient venus de l’Est, ont aussi volé des animaux de basse-cour avant de se retirer.


Les animateurs de la société civile estiment qu’au regard de leur mode opératoire, il se pourrait que ces assaillants soient les mêmes qui ont opéré, la semaine dernière, à Mayi Moya.
Ils demandent aux Forces armées de la RDC de focaliser leur attention sur la partie Est de la zone, notamment sur la Nationale 4 où des incursions sporadiques des rebelles sont souvent signalées.
La société civile invite également le gouvernement congolais à élaborer un plan de contingence global pour tout le territoire et la ville de Beni.
Actuellement, les FARDC sont concentrées sur les axes Mwalika-Triangle de la mort-Beni ville et dans les profondeurs de Nadui."​



"La Communauté baptiste demande une enquête internationale sur les massacres de Beni"
° http://www.radiookapi.net/2016/08/24/actualite/justice/la-communaute-baptiste-demande-une-enquete-internationale-sur-les

"Suite à Béni du procès de rebelles présumés des ADF en RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/rdc-proces-a-beni-de-rebelles-presumes-des-adf/3480113.html

"Massacres de Beni: la société civile du Sud-Kivu collecte des dons pour les victimes"
° http://www.radiookapi.net/2016/08/24/actualite/en-bref/massacres-de-beni-la-societe-civile-du-sud-kivu-collecte-des-dons-pour

"RDC: l'assassinat du colonel Elias Byinshi inquiète et interroge"
° http://www.rfi.fr/afrique/20160825-rdc-enquete-assassinat-colonel-elias-byinshi-mutarule


"A L E R T E ! L’occupation de la région de l’Ituri par le Rwanda et l’Ouganda bientôt achevée : Les familles congolaises se réfugient à Kampala !
° http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2875-a-l-e-r-t-e-l-occupation-de-la-region-de-l-ituri-par-le-rwanda-et-l-ouganda-bientot-achevee-les-familles-congolaises-se-refugient-a-kampala.html


"RD Congo : Mgr Utembi appelle à la solidarité avec Béni
° http://fr.radiovaticana.va/news/2016/08/24/rd_congo__mgr_utembi_appelle_%C3%A0_la_solidarit%C3%A9_avec_b%C3%A9ni/1253462


Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani - RV

RV) Le samedi 20 août 2016, l’Eglise famille de Dieu qui est à Kisangani s’est retrouvée autour de son Pasteur, Mgr Marcel Utembi Tapa, pour prier au cours d’une célébration eucharistique. Durant ce temps de prière, de méditation et de communion eucharistique, l’Archevêque de Kisangani a procédé à la remise de la soutane à cinq séminaristes ; il a de même institué quatre étudiants en théologie comme lecteurs et quatre autres comme acolytes.

Dans son homélie, l’Ordinaire du Lieu a expliqué à chaque séminariste le sens de son ministère et le rôle qu’il est, par cette institution, appelé à assumer dans la communauté ; le but ultime étant d’aider chacun à cheminer vers le sacerdoce ministériel bien préparé.
C’est au cours de son sermon qu’il appellera les fidèles chrétiens et les hommes de bonne volonté de son Archidiocèse à manifester une solidarité envers la population de Béni meurtrie par des massacres odieux.  Chaque  fidèle a été convié à faire des dons en nature ou en numéraire et à prier incessamment pour que la paix règne non seulement à Béni mais aussi dans tout le pays, la RD Congo.(...)"



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Mathilde le 27/8/2016, 11:42 pm

RDC : massacres en toute impunité à Beni Sad

Depuis plus d'un an et demi, les massacres de civils se succèdent dans la région de Beni, à l'est de la République démocratique du Congo, voisine de l'Ouganda. Régulièrement, la population est frappée par des tueries à l'arme blanche, jamais revendiquées, et qui ont déjà provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes, selon l'ONU.


http://www.france24.com/fr/20160826-reporters-rdc-massacre-beni-impunite-onu-monusco-ouganda-adf?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=FB&ns_mchannel=social&ns_linkname=emission&aef_campaign_ref=partage_user&aef_campaign_date=2016-08-26

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  piélé de dongo le 28/8/2016, 1:07 am

En tout cas congolais mawa plein, ce sont le même qui pensent que l'amérique c'est le dieu du congo, on va tous adresser nos prière à l'amérique, ce sont les même qui etalent les crimes de l'amérique et ses alliés ici. Mawa plein pour la RDC.
USA n'aidera jamais la RDC dans le bon sens dépuis la création de la RDC en 1884 jusqu'aujourd'hui les USA a toujours soutenu les crimes en RDC, ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer. Arrêter avec vos histoire apocalyptique comme ci nous sommes aveugles.
C'est Genval tout ça

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Mathilde le 28/8/2016, 7:40 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 28/8/2016, 7:43 pm

piélé de dongo a écrit:En tout cas congolais mawa plein, ce sont le même qui pensent que l'amérique c'est le dieu du congo, on va tous adresser nos prière à l'amérique, ce sont les même qui etalent les crimes de l'amérique et ses alliés ici. Mawa plein pour la RDC.
USA n'aidera jamais la RDC dans le bon sens dépuis la création de la RDC en 1884 jusqu'aujourd'hui les USA a toujours soutenu les crimes en RDC, ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer. Arrêter avec vos histoire apocalyptique comme ci nous sommes aveugles.
C'est Genval  tout ça

Attention quand-même ndeko na ngai Piélé, on dirait ekomi ya koloka epayi na yo : incompétence, complicité toloba kutu haute trahison ya Kanambe emonani polele na miso ya batu nyonso, yo ozali kaka komona yango te, okangi miso po na fanatisme ya buzoba ?
Olingi lisusu nini ? Obama alongwa Washington po aya na Beni kosala mosala ya Kanambe en tant que mokambi ya mboka na ye moko ?


ndonzwau a écrit:Compatriote Piélé,

C’est déprimant de vous voir toujours confondre à ce point criminel les causes et les effets de nos enlisements et surtout d’en proposer des solutions incantatoires autant sinon plus criminelles parce que complètement contraires à vos légitimes vœux patriotiques !
Dites-moi en quoi vos imprécations prétendues anti-impérialistes ou plus exactement anti-américaines diffèrent-elles de l’indigène du début du XXème siècle lobotomisé par la propagande civilisatrice du colonisateur belge qui lui faisait dire que le blanc n'était là que pour nous apporter le bonheur de sa civilisation ?

Désolé, moi contrairement à vous il y’a bien longtemps que je sais que les Occidentaux étaient et sont chez-nous d’abord pour leurs intérêts et pas pour les nôtres…………..
J’en tiens donc comme préalable mais pour m’en tenir que seuls nos propres efforts sauront seuls résister à leurs actes d’exploitation et de domination…
Et en quoi consistent nos actes de résistance sinon à nos succès à construire nos pays dans les marges qui sont les nôtres…
Certaines des Nations (jadis) faibles comme la Grande Chine y sont arrivées ou comme certaines autres plus près de nous en Afrique commencent à s’en approcher et pas le Congo…

Comment l’expliquez-vous ?  Moi je n’hésite pas à l’expliquer ici par la complicité criminelle que vous comme beaucoup d’autres manifestez en idolâtrant un pouvoir fantoche, traître et meurtrier qui sous traître l’exploitation de notre pays : vous n’allez quand même pas jusqu’à refuser de voir que c’est bien le pouvoir traître de "JK" qui fricote avec ses parrains rwandais et ougandais…
Sa dernière tournée le prouve à qui douterait encore : il y aurait eu au Congo un gouvernement souverain, compétent et responsable, le coltan produit des terres Congolaises ne serait pas volé par le Rwanda et industrialisé chez lui mais bien en sécurité sur nos terres quelle qu’eût été l’ingérence étrangère…

Si le Rwanda en profite aujourd’hui c’est d’abord à cause de la bonne capacité de la gestion de son pays eu égard à nos criminelles incompétences et trahisons…
Dommage qu’à votre niveau, vous ne puissiez comprendre cet élémentaire entendement de la situation à confondre l’accessoire, le folklorique, le fanatique avec l’essentiel…  

[...]

Compatriotiquement!




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Mathilde le 8/9/2016, 10:02 am

Au parlement Européen Moïse Katumbi veut un Tribunal pour les massacres de Kabila à Beni


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Mathilde le 4/10/2016, 11:10 am


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  El-Shaman le 4/10/2016, 11:37 am

Code:
Mathilde a écrit:

Ebandi déjà.....ebandi. Il fallait kaka tosuka awa.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Mathilde le 7/10/2016, 4:36 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 10/10/2016, 12:52 am

"  RDC: HRW CRITIQUE L'INCAPACITÉ DE KINSHASA ET DE L'ONU À EMPÊCHER LES MASSACRES EN SÉRIE DANS L'EST"
° http://www.izf.net/afp/rdc-hrw-critique-lincapacite-kinshasa-et-lonu-empecher-les-massacres-en-serie-lest
"Human Right Watch :
Protéger les civils à Beni contre les attaques. Près de 700 morts depuis le début des massacres il y a 2 ans"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11215
° http://www.radiookapi.net/2016/10/10/actualite/societe/massacres-en-serie-dans-lest-de-la-rdc-hrw-critique-kinshasa-et-lonu

"RDC : deux ans de massacres et d’impuissance à Beni
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-deux-ans-de-massacres-et-dimpuissance-a-beni/
Près de 700 civils ont été tués depuis octobre 2014 dans la région de Beni par des « combattants non identifiés » selon Human Rights Watch (HRW). L’ONG dénonce l’incapacité des autorités congolaises et des casques bleus de l’ONU à ramener la sécurité dans cette zone du Nord Kivu. (…)"


"On a encore tué à Beni ce dimanche
° https://actualite.cd/2016/10/10/on-a-tue-a-beni-dimanche/
Plusieurs personnes ont été tuées lors d’une attaque attribuée par plusieurs sources aux combattants ougandais ADF. Les faits se sont produits la soirée de dimanche 9 octobre 2016 au quartier Boikene, dans la commune de Rwenzori.  L’armée parlet d’un bilan provisoire de sept personnes tuées dont des militaires FARDC. Selon des sources d’ACTUALITE.CD, les corps de sept civiles et ceux de deux militaires se trouvent à la morgue de l’hôpital général de Beni. Boikene est un quartier situé à l’entrée Nord de la ville de Beni.
° http://www.bbc.com/afrique/region-37606797


° http://www.radiookapi.net/2016/10/08/actualite/securite/des-presumes-adf-egorgent-deux-personnes-dans-une-incursion-beni
° http://www.radiookapi.net/2016/10/09/actualite/securite/rdc-les-jeunes-plaident-pour-le-renforcement-des-services-de
° http://www.radiookapi.net/2016/10/08/actualite/securite/beni-le-nouveau-commandant-de-la-police-pris-ses-fonctions
° http://www.radiookapi.net/2016/10/06/actualite/societe/nord-kivu-ouverture-du-dialogue-social-oicha
° http://www.radiookapi.net/2016/10/05/actualite/securite/beni-nouvelle-incursion-des-presumes-rebelles-adf-1-mort
° http://www.radiookapi.net/2016/10/04/actualite/securite/presence-des-terroristes-beni-le-cepadho-doute-des-plaintes-de


"Massacres à Beni: la société civile réclame une enquête de la CPI"
° http://www.radiookapi.net/2016/10/02/actualite/securite/massacres-beni-la-societe-civile-reclame-une-enquete-de-la-cpi


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 10/10/2016, 11:56 pm

" RDC: au moins dix morts dans des affrontements entre l'armée et des rebelles ougandais"
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-au-moins-dix-morts-dans-des-affrontements-entre-l-armee-et-des-rebelles-ougandais-57fb5550cd70ef0a914c1af1
° http://www.radiookapi.net/2016/10/10/actualite/securite/nord-kivu-10-morts-dans-une-attaque-des-positions-des-fardc-mayangose

" La société civile de Beni appelle le gouvernement à bien sécuriser ses frontières avec l’Ouganda"
° http://www.radiookapi.net/2016/10/10/actualite/societe/la-societe-civile-de-beni-appelle-le-gouvernement-bien-securiser-ses


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  ndonzwau le 13/10/2016, 3:01 am

"Massacres à Beni : l’armée annonce de nouvelles méthodes de sécurisation de la population"
° http://www.radiookapi.net/2016/10/12/actualite/securite/massacres-beni-larmee-annonce-de-nouvelles-methodes-de-securisation-de

"Massacres à Beni : la MONUSCO demande à la population de faire confiance aux casques bleus"
° http://www.radiookapi.net/2016/10/12/actualite/societe/massacres-beni-la-monusco-demande-la-population-de-faire-confiance-aux


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  KOTA le 15/10/2016, 1:46 pm

#Beni: Entrée des Mai Mai armés d'armes blanches en pleine ville pour disent-ils chasser les ADF -
JUSQU A QUAND L ETAT VEUT CONTINUER A ETRE DEMISSIONAIRE? SI VOUS N AVEZ PAS ENVIE DE TRAVAILLER POUR LE CONGO PARTEZ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  KOTA le 15/10/2016, 1:49 pm

Manifestions élèves en cours à Butembo après attaque rebelle ayant causé mort d leur @actualitecd @bujakeratshiams



Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  djino le 21/10/2016, 1:04 pm

La situation confuse de Beni scientifiquement expliquée par le prof Mweka

Revenir en haut Aller en bas

Re: Effroyable massacre à Beni en RDC - 30 civils assassinés

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:39 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum