QUELLE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION ENFIN DE REUSSIR LA JOURNNEE DU LUNDI 19 CONSISTANT A BLOQUER LE VOTE DE LA ELECTORALE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: QUELLE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION ENFIN DE REUSSIR LA JOURNNEE DU LUNDI 19 CONSISTANT A BLOQUER LE VOTE DE LA ELECTORALE ?

Message  Mwana Ya Lola le 16/1/2015, 6:43 pm

L’opposition, toute l’opposition, doit QUITTER définitivement l'Assemblée nationale, le CENI et le Sénat. Avec le blocage institutionnel qui s'en suivra, le régime devra négocier.

Autrement, la loi sera votée et Kabila aura réussi là ou même Mobutu avait échouée: se donner un mandat indéfini. Sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION ENFIN DE REUSSIR LA JOURNNEE DU LUNDI 19 CONSISTANT A BLOQUER LE VOTE DE LA ELECTORALE ?

Message  ndonzwau le 17/1/2015, 4:03 pm

Mwana Ya Lola a écrit:L’opposition, toute l’opposition, doit QUITTER définitivement l'Assemblée nationale, le CENI et le Sénat. Avec le blocage institutionnel qui s'en suivra, le régime devra négocier.

Autrement, la loi sera votée et Kabila aura réussi là ou même Mobutu avait échouée: se donner un mandat indéfini. Sad

Toute l’opposition, càd toutes les forces politiques et sociales engagées pour le changement dans notre pays, en dehors des institutions, l’AN, le Sénat, la CENI…, c’est l’idéal mais en même temps quelle que soit la médiocrité et la perversion de notre classe politique, il serait trop facile de ne pas voir que cela aurait déjà eu lieu si c’était facile à réaliser…
En effet, je ne sais pas trop mais il me semble que bien plus, qu'il peut paraître au premier abord, de nos Compatriotes même au sein de la classe politique sont bel et bien convaincus depuis longtemps que si tous les élus et autres hauts fonctionnaires civils et militaires se désolidarisaient tous subitement du pouvoir, cela ne bloquerait peut-être pas automatiquement notre système institutionnel (le quorum serait quand même atteint et la loi votée) mais y arriverait à moyen terme sans conteste !

C'est donc une arme de plus en dehors d'une fronde populaire significative difficile à planifier et à réussir !
Comment pouvons-nous donc obtenir que ne fût-ce les députés et les sénateurs de l’opposition démissionnent tous en bloc et en même temps de leurs fonctions au Parlement et que cela rejaillisse directement sur la vie de toute la Nation de manière à représenter un défi solennel et décisif d'une frange majoritaire du pays (l'opposition politique et la population) à ce pouvoir ?

Imaginons comment en pratique ces derniers peuvent être convaincus et passer à l’acte ? C’est du détail de ce meilleur modus operandi dont ont peut-être besoin nos Compatriotes dont l'action serait décisive dans ce combat !

J’y reviendrai sans doute avant lundi mais demande d’ores et déjà aux cdforumeurs de nous confier leurs stratégies et tactiques…



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION ENFIN DE REUSSIR LA JOURNNEE DU LUNDI 19 CONSISTANT A BLOQUER LE VOTE DE LA ELECTORALE ?

Message  ndonzwau le 10/2/2015, 11:08 pm

"CALENDRIER ELECTORAL, NOUVEAU DIALOGUE ...
UDPS- UNC : LA RUPTURE !

Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Question Question Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article3340
* La candidature unique de l’Opposition compromise ?
C’est depuis hier que l’Udps d’Etienne Tshisekedi s’est retirée de la coalition formée avec l’Unc de Vital Kamerhe et les autres partis de l’Opposition comme ECIDE sous la dénomination des « Forces acquises au changement » (FAC). L’Udps ne s’explique pas la démarche de l’Unc et ses alliés qui réclame à la CENI d’élaborer un calendrier global. Alors que pour la « 10ème Rue », cela ne doit pas être à l’ordre du jour dans la mesure où les FAC ont porté plainte contre l’Abbé Malumalu, président de la CENI et ne peuvent plus par conséquent exiger de ce dernier quoi que ce soit.


L’Udps préconise plutôt la tenue d’un dialogue avec le régime en place pour baliser la voie de tout le processus électoral. Le calendrier électoral sera une matière du dialogue. Tandis que pour l’Unc et les autres membres de la coalition, l’heure n’est plus au dialogue qu’ils avaient tous réclamé l’année dernière sans l’avoir obtenu.
La priorité est aux échéances électorales de 2015-2016. Raison pour laquelle il est impérieux que la CENI publie un calendrier global à cet effet. Pour eux, le dialogue avec le Pouvoir que réclame aujourd’hui l’Udps est dépassé.
Ces positions diamétralement opposées sonnent instamment la rupture entre l’Udps de Tshisekedi wa Mulumba et l’Unc de Vital Kamerhe, des partis qui n’avaient pas pris part aux Concertations nationales. Cette divergence qui compromet radicalement la possibilité d’une candidature unique de l’Opposition à laquelle celle-ci ne cesse de rêver et qu’elle s’apprêtait d’organiser il y a peu afin d’éviter des désagréments de 2011.

LEVER RAPIDEMENT LE DESACCORD DE FOND

L’unité de l’Opposition passe à tout prix par l’harmonie entre l’Udps et l’Unc, deux partis politiques qui ont pignon sur rue bien que pas dans une même mesure sociologiquement. Ces deux partis sont donc tenus de lever rapidement ces désaccords de fond qui serviront le camp adverse, la Majorité présidentielle (MP).
On n’a pas oublié que le scrutin présidentiel est à un seul tour simplement. Il suffit d’engranger une majorité simple pour passer. Toutes les alliances entre partenaires politiques sont à former avant le scrutin et non après. Or certains acteurs de l’Opposition continuent à se comporter avec légèreté comme si le scrutin était à deux tours, le deuxième permettant de départager les différents compétiteurs selon leur poids politiques réels en termes du nombre de voix.
En 2011, si l’Opposition avait réussi a présenter un candidat unique à tous les électeurs, Joseph Kabila serait peut-être battu. Le résultat serait entre les voix de Joseph Kabila contre ceux de Tshisekedi par exemple derrière lequel se seraient alignés tous les autres candidats de l’Opposition.

PAS BEAUCOUP DE CHANCE DE BATTRE KABILA

Jusqu’à la dernière minute d’avant le début de la campagne électorale, aucun accord n’avait été trouvé entre Tshisekedi, Kamerhe et Kengo Wa Dondo, les trois principaux prétendants de l’Opposition. Vital Kamerhe par exemple n’a rien voulu entendre en termes de s’effacer au profit du sphinx de Limete dont la popularité est indiscutable dans certains coins du pays.
Partant, l’Opposition est allée en ordre dispersé tout en sachant que ce faisant, elle n’avait pas beaucoup de chance de battre Kabila. Lorsque le pouvoir rd congolais a fait modifier en janvier 2011, au cours de l’année électorale, la disposition constitutionnelle supprimant le deuxième tour de la présidentielle, c’est de l’Opposition qu’on entendait proclamer que cette stratégie de Joseph Kabila comptait sur la division de l’opposition pour qu’elle l’emporter haut la main.
Mais on ne lui donnera pas cette chance là et l’Opposition présentera un candidat unique dans la perspective d’un seul tour. Pourtant l’amère réalité est que l’Opposition aligna une multitude de candidatures, même d’illustres inconnus qui ont tous glané 0% de voix au scrutin présidentiel à un seul tour.

RISQUES DE REEDITER LA MESAVENTURE DE 2011

Aujourd’hui à quelque 20 mois de la présidentielle prévue en 2016, le désaccord de fond entre l’Udps et l’Unc dans les FAC n’augure guère de bonnes choses pour une candidature unique de l’Opposition. Ils risquent de rééditer la mésaventure de novembre 2011 où ils sont allés en ordre dispersé. Mais cette fois-ci, c’est l’Udps qui semble ramer à contrecourant.
Car, au moment où tout le monde y compris la Communauté internationale qui a un mot à dire sur le processus électoral en Rdc met le cap sur l’Horizon 2016 et exige à la CENI un calendrier électoral global qui tienne compte des délais constitutionnels, l’Udps réclame un dialogue avec la MP.
Pourtant pendant la période des marchés de contestation contre le projet de révision de la loi électorale, Tshisekedi Wa Mulumba avait remis les pendules à l’heure à partir de Bruxelles où il séjourne depuis plusieurs mois pour raisons de santé. Il soutenait toutes ces manifestations « pacifiques » et condamnait la répression policière. Pas un mot sur le dialogue qu’il avait réclamé lors de son discours de présentation des vœux de fin d’année aux Congolais prononcé depuis la capitale belge. « Tshitshi » avait recadré la position de l’Udps en prenant en compte l’évolution de plusieurs paramètres qui n’appelaient plus à la tenue d’un dialogue. On ne comprend pas comment hier l’Udps fait encore machine en arrière pour exiger un dialogue avec la MP."



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUELLE STRATEGIE POUR L'OPPOSITION ENFIN DE REUSSIR LA JOURNNEE DU LUNDI 19 CONSISTANT A BLOQUER LE VOTE DE LA ELECTORALE ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:09 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum