40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 15/3/2015, 8:46 pm

40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR
par FreeDiomi le 15 mars 2015

- MISE A JOUR DE 18H39
LES IDENTITES DES JEUNES DE LA SOCIETE CIVILE ARRETES: Fadel Barro, Aliou Sane, Sbiri Ouadraogo Miyangu Kiakwama, Floribert Anzuluni, Ben Kelem, Franck Otete, Sylvain Paluseke et autres artistes lcx

*#RDC : le mouvement citoyen @YENAMARRE_SN à la rencontre des #kinois pour lancer #filimbi !


Le Balai Citoyen

ALERTE GENERALE!!!
Les autorités congolaises viennent d’arrêter le représentant du Balai Citoyen, OSCIBI JOHANN, les membres de Y EN A MARRE et les organisateurs du lancement du mouvement FILIMBI au Congo.
Ces arrestations interviennent a l’issue de la conférence de presse de lancement qui a connu un franc succès a Kinshasa.

******************************************************



Kambale Musavuli
1 h ·
‪#‎Telema‬ Updates: ALERT –
The Congolese military has just arrested young Africans from Senegal and Burkina Faso who came to network with the ‪#‎FILIMBI‬ movement in Congo a couple of hours ago.
Senegalese youth leader Fidel Baro, Senegalese rapper Fou malade, Senegalese activist Aliou Sane, Congolese youth Fred (member of La Lucha and FILIMBI), youth members of Burkina Faso’s movement Balais Citoyen and many more who have been planning this panafrican connection.

The West African youth came to Kinshasa to connect with the Congolese youth working for change in the Congo. A couple of hours ago, they were giving a press conference with Congolese youth leaders of FILIMBI. Soldiers arrived and arrested almost everyone.
We urge members of the international press, community and internationalist activists to sound the alarm, raise their voice about this unjust arrest.
We will share more information as events unfold in Kinshasa, D.R. Congo.
Photo: Press Conference today in Kinshasa with Senegal-Burkina Faso-Congolese youth of FILIMBI (Telema movement)


http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/


Dernière édition par KOTA le 16/3/2015, 2:23 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 15/3/2015, 11:33 pm

MISES A JOUR


ALERTE: DES JEUNES SENEGALAIS ET BURKINABES DE LA SOCIETE CIVILE ARRETES A KINSHASA AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) /MISES A JOUR
par FreeDiomi le 15 mars 2015

- MISE A JOUR A 21H19 DU 15/03/2015

dimanche 15 mars 2015

Les membres des Mouvements Y en a Marre (Sénégal) et Balai Citoyen (Burkina Faso) arrêtés à Kinshasa

 
Fadel Barro – Coordonnateur du Mouvement Y’en A Marre lors de la Conférence de Presse pour le lancement de Filimbi
Arrivés sur le sol de la République Démocratique du Congo ce vendredi 13 mars 2015 pour le lancement du mouvement citoyen Filimbi, les activistes du mouvement Y’en a marre (Sénégal) et Balai Citoyen (Burkina Faso) ont vu leur séjour écourté par une arrestation des autorités congolaises.
C’est ce dimanche 15 mars 2015 après la conférence de presse organisée à Eloko Ya Makasi que Fadel Barro, Aliou Sané, le rappeur Malal Talla alias Fou Malade (Y’en a marre) et Oscibi Ouédraogo (Balai Citoyen) ainsi que les artistes, représentants de certaines organisations de la jeunesse et activistes congolais Miyangu Kiakwama, Floribert Anzuluni, Ben Kelem, Franck Otete, Sylvain Saluseke ont été arrêtés par l’armée.

Après un atelier sur l’engagement citoyen des jeunes organisé avec le mouvement « Engagement Citoyen », ils avaient prévu de tenir un concert populaire à Tshangu après la conférence de presse marquant le lancement du mouvement Filimbi.

Un blogueur congolais joint au téléphone nous renseigne que les arrestations sont l’oeuvre de l’armée congolaise qui a intervenu à la place de la Police. 
Il faut rappeler que la RDC sort d’une période intense marquée par une série d’émeutes suite à un très controversé projet de loi. La modification de la loi électorale qui lie le prochain scrutin présidentiel au recensement préalable de la population avait provoqué  plusieurs morts et de censure du réseau internet dans la capitale congolaise.

Aucune explication n’a été donnée sur cette arrestation par les autorités congolaises qui détiennent les activistes au niveau de l’Agence Nationale de Renseignement (ARN).

Pour le moment, cette arrestation suscite indignation et dénonciations des internautes sénégalais et burkinabé.
Cependant, le concert public prévu après la conférence de presse avait été autorisé par les autorités.

http://gloomedias.blogspot.com/2015/03/les-membres-des-mouvements-y-en-marre.html
*******************************************************
– MISE A JOUR A 20H50 DU 15/03/2015
 

LUCHA RDCongo
 
URGENT ! Enlèvement à Kinshasa ce dimanche 15 mars de militants de la LUCHA (RDC), Y EN A MARRE (Sénégal), BALAI CITOYEN (Burkina Faso), Filimbi (RDC), ainsi que d’une dizaine de journalistes internationaux par des militaires de la Garde Républicaine.
Ces jeunes activistes venus des quatre coins de la RD Congo et de l’Afrique participaient à une conférence de presse, pour marquer le Congo Week et le lancement officiel de la plate-forme citoyenne FILIMBI, visant à encourager la participation des jeunes au processus démocratique en RDC.

La conférence de presse se tenait au siège de Eloko Makasi à Masina, dans la ville de Kinshasa. Parmi les journalistes enlevés par un commando en tenue de la Garde Républicaine et d’autres agents en civil, figurent ceux de l’AFP, de RFI, de la BBC et de la RTBF.

Cette activité était ce qu’il y a de plus officiel et de plus légal. Ces jeunes, parmi lesquels des musiciens, des plasticiens et des blogueurs, n’ont violé aucune loi de la République.
Nous sommes sidérés par la persistance des autorités congolaises à violer les droits les plus élémentaires des citoyens, y compris la liberté d’expression. Nous exigeons des autorités leur libération immédiate.

Rien ni personne ne pourra museler l’expression populaire, ni nous détourner de notre lutte juste pour un Congo Nouveau, libre, démocratique et paisible.

Nous appelons à la mobilisation de toutes les citoyennes et de tous les citoyens, y compris nos frères et sœurs du Sénégal et du Burkina Faso, en vue d’obtenir la libération de ces activistes et le respect par les autorités Congolaises des droits et libertés publics garantis par la constitution et par le droit international.
Si ces activistes ne sont pas libérés dans les prochaines 24h, nous appellerons à des actions de grande envergure pour faire entendre notre voix.
Fait à Goma, le 15 mars 2015.
A la lucha !
Pour tout contact :
+243 99 4645 977
lucha.rdc@gmail.com
 
 
*********************************************************
 SUITE

http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 12:24 am

MISE A JOUR A 22H00

Publié le 15-03-2015 Modifié le 15-03-2015 à 22:04

RDC: arrestation des leaders de Y’en a marre et du Balai citoyen

Par RFI




En RDC, les leaders des mouvements burkinabè Balai citoyen et sénégalais Y’en a marre ont été arrêtés ce dimanche après-midi dans la périphérie de Kinshasa. Ils participaient à un atelier organisé par le mouvement citoyen congolais Filimbi. La présence de ces deux leaders ne serait pas du goût des autorités congolaises.


C’est à l’issue d’une conférence de presse que le Sénégalais Fabel Barro de Y’en a marre et le Burkinabè Oscibi Johann du Balai citoyen ont été interpellés au siège de l’ONG Ba jeune Maboko Na Maboko Pona Congo (Main dans la main pour le Congo) dans le quartier populaire de Masina. Avec eux, quelques journalistes et plusieurs autres jeunes du quartier qui attendaient un concert que devait organiser l’ONG Filimbi.

Des éléments de la police, des militaires et d’autres agents en civil les ont amenés à bord de trois pick-up. Selon nos sources, toutes les personnes interpellées ont été conduites à l’ANR, l’Agence nationale des renseignements. Les animateurs de Y’en a marre et du Balai citoyen risquent une expulsion du territoire congolais.


Ils sont arrivés à Kinshasa il y a quelques jours pour participer à des ateliers organisés par l’ONG Filimbi. Un échange d’expériences qui aurait été mal apprécié par les autorités congolaises. Shocked

Y’en a marre a contribué à mettre fin aux ambitions d’Abdoulaye Wade qui briguait un troisième mandat présidentiel au Sénégal. Au Burkina, le Balai citoyen a été au centre des événements qui ont conduit à la chute de Blaise Compaoré. Cool Twisted Evil



RFI
http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 12:32 am

ARRETES A KINSHASA AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) /MISES A JOUR
par FreeDiomi le 15 mars 2015

-MISE A JOUR A 22H30 DU 15/03/2015
Maud Jullien @MaudJullien 1 minil y a 1 minute 
#DRC 5 journalists, including 2 BBC and one American diplomat among those arrested Embarassed  and interrogated Rolling Eyes . Released 4 hours later Cool

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 12:52 am

LES JOURNALISTES DE LA BBC ONT VU LES FORCES DE SECURITE CONGOLAISES ASSOMMER AVEC DES BATONS LES ACTIVISTES BURKINABE, SENEGALAIS ET CONGOLAIS AU MOMENT DE LEUR ARRESTATION...

http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 12:59 am

SELON MENDE, RELATE PAR BBC,JEUNES ACTIVISTES SERAIENT DES INSTRUCTEURS MILITAIRES EN VUE ACTIVITES INSURRECTIONNELLES (sic ExclamationLaughing  #FILIMBI #RDC 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 1:19 am

SELON MENDE, RELATE PAR BBC,JEUNES ACTIVISTES SERAIENT DES INSTRUCTEURS MILITAIRES EN VUE ACTIVITES INSURECTIONNELLES (sic ExclamationLaughing  #FILIMBI #RDC 

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 1:21 am

 – MISE A JOUR A 23H04 DU 15/3/15

INCIDENT DIPLOMATIQUE: Reuters confirme l’ arrestation et l’interrogatoire d’un diplomate US dans un raid des services de sécurité congolais  contre des jeunes réunis en atelier sur la démocratie et appartenant à trois nationalités différentes:  les 40 jeunes activistes, musiciens, journalistes arrêtés seraient accusés d’être des « instructeurs militaires » Very Happy selon le Ministre Kabiliste de l’information Lambert Mende: Source Reuteurs


U.S. diplomat arrested with pro-democracy activists in Congo
Sun Mar 15, 2015 9:45pm GMT


* Around 40 people arrested after news conference


* Journalists, musicians, activists among detainees


* Accused « instructors in insurrection » – govt spokesman

...



By Bienvenu-Marie Bkumanya and Aaron Ross http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 2:24 am

-MISE A JOUR A 23H45 DU 15/03/15

LES ACTIVISTES DE YENAMARRE SENEGALAIS CRAIGNENT PLUS POUR LES ACTIVISTES CONGOLAIS QUE POUR EUX-MEMES;  ECOUTEZ :


https://www.youtube.com/watch?v=tzx7sikl5Ik
http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 9:02 pm

par FreeDiomi le 15 mars 2015


- Mise à jour du 16/03/2015 a 13h20

Communiqué du mouvement #Filimbi

Filimbi , mouvement d’action civique de jeunes congolais porté par Fred BAUMA (Lucha), Ben Kabamba (JNS) et Horli Ndjoli (FNJE),organisait ces 14 et 15 mars un séminaire/atelier, Pour parler d’engagement civique et de mobilisation de la jeunesse,
• Pour travailler à l’engagement citoyen des jeunes congolais,
• Pour exercer une citoyenneté plus volontaire et plus épanouie dans tous les domaines d’intervention (milieu associatif, université, art, politique, monde de l’entreprise, etc),
En vue de renforcer le processus démocratique et la gouvernance des institutions publiques à travers notamment la promotion d’un processus électoral libre, transparent et apaisé,
Pour apprendre de l’expérience nos amis du Sénégal et du Burkina-Faso, Fadel BARRO, Aliou SANE,
Malal TALLA, Ouedraogo Sibiri, leaders et membres des mouvements civiques de jeunes Y En A Marre et Balai Citoyen, et leur donner l’occasion de s’enrichir à nos côtes.
A la fin de notre conférence de presse aujourd’hui dans les locaux de Eloko Makasi (notre maison de production partenaire) à Masina, une quarantaine de personnes ont été arrêtées.
Un concert populaire était prévu en fin d’après-midi, de 18h à 21h. Les arrestations des artistes, des techniciens et des activistes, la destruction et la saisie de matériel (sono, éclairage, bâches, ordinateurs, téléphones…) nous ont empêché de le tenir.
Des hommes en uniforme de la police militaire (PM) et d’autres en civil sont arrivés dans 4 pick-up blancs. Apres avoir identifié les non-congolais dans l’assistance, ils ont emmené environ 40 personnes, parmi lesquelles :
– Les 3 leaders du mouvement Y En A Marre ; Fadel BARRO, Aliou SANE, Malal TALLA ;
– 1 des leaders du mouvement Balai Citoyen, Ouedraogo Sibiri ;
– Fred BAUMA, membre de Lucha de Goma, et l’un des leaders de Filimbi, Mouvement Citoyen congolais ;
– Kevin STURR, diplomate, Directeur du Bureau de la démocratie, Droits Humains & Gouvernance de l’Usaid ;
– Alain CANONNE, co-directeur de Eloko Makasi, maison de production consciente, installée à Masina, partenaire artistique de l’évènement ;
– Lucrèce LOPENGO alias Lyke Mike, rappeur engagé, co-directeur de Eloko Makasi ;
– Deddy KISHIMBI, informaticien participant à l’atelier, de Kolwezi
– Yves MAKWAMBALA, informaticien, contractuel ;
– Khadafi MBUYAMBA, cameraman, documentariste ;
– Dieumerci, cameraman stagiaire ;
– Plusieurs artistes du collectif Eloko Makasi, participants à l’atelier et au projet ont été arrêtés : – AMOS, -The Best, -Ax la Plume, -Cize, -Zubir
– Smif, 1 agent de sécurité Eloko Makasi
– Patrick, un voisin
D’autres personnes sur place ont été arrêtées. Malheureusement la confusion créée par l’intervention des services de sécurité ne nous permet pas de savoir qui se trouve ou.
D’après les déclarations des journalistes, tous ont été conduits dans les locaux de l’ANR.
Aucun des actes posés par les membres du mouvement Filimbi ou leurs partenaires, aucune de nos prises de position, ne sont insurrectionnels.
Nous ne nous sommes pas cachés.
Notre partenaire Eloko Makasi a demandé et obtenu toutes les autorisations légalement requises.
Nous avons tenu notre séminaire en public. Nous y avons invité, très publiquement, des jeunes de tous les horizons, dont ceux des partis politiques de la majorité. Nous avons appelé la presse nationale et internationale pour lui parler de notre action. Nous nous apprêtions à faire, ensemble, un concert populaire, PUBLIC.
Nous ne sommes pas des terroristes !
Pour toutes ces raisons,
Nous, membres du mouvement Filimbi, et membres du comité d’organisation du Projet Engagement Citoyen de la Jeunesse,
Sollicitons une rencontre avec les autorités, dont l’Administrateur-Directeur General de l’Agence Nationale de Renseignements, afin de lui apporter tous les éclaircissements sur notre initiative. Nous ne doutons pas qu’après cette rencontre nos compagnons et les passants arrêtés seront libérés.
La Coordination Filimbi, Le Comité d’Organisation ECJ*
Ben KABAMBA Sylvain SALUSEKE
Horli Ndjoli Mi Yangu KIAKWAMA
Floribert ANZULUNI
Franck OTETE
Bienvenu MATUMO

http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 9:11 pm



YENAMARRE DEMENT MENDE ET MONTRE LES RECUS DES VISAS DE LA DELEGATION SENEGALAISE pirate


http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  El-Shaman le 16/3/2015, 9:35 pm

KOTA a écrit:

SELON MENDE, RELATE PAR BBC,JEUNES ACTIVISTES SERAIENT DES INSTRUCTEURS MILITAIRES EN VUE ACTIVITES INSURECTIONNELLES (sic ExclamationLaughing  #FILIMBI #RDC 

Very Happy Very Happy Very Happy Mende aza danze... lol!
Je viens de suivre sur Africa24 cette info sur ces jeunes activistes

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 16/3/2015, 11:11 pm

MACKY SALL NE DECOLERE PAS CONTRE JOSEPH KABILA A PROPOS DE L’AFFAIRE DE « Y’EN A MARRE » QUI DEVIENT UNE AFFAIRE D’ETAT/ AFRIQUECONTINENT.COM
par FreeDiomi le 16 mars 2015


MACKY SALL NE DECOLERE PAS CONTRE JOSEPH KABILA A PROPOS DE L’AFFAIRE DE « Y’EN A MARRE » QUI DEVIENT UNE AFFAIRE D’ETAT

[img(457.79999999999995px,341.79999999999995px)]http://afriquecontinent.com/wp-content/uploads/2015/03/Arrivee-Kabla-au-sommet.jpg[/img] 
2015-03-16


https://plus.google.com/u/0/112542947691668978085/posts

MACKY SALL NE DECOLERE PAS CONTRE JOSEPH KABILA A PROPOS DE L’AFFAIRE DE « Y’EN A MARRE » QUI DEVIENT UNE AFFAIRE D’ETAT

L’arrestation des leaders des mouvements sénégalais y’en a marre, burkinabè Balai citoyen est ressentie comme une nouvelle provocation contre l’état sénégalais. Joseph
[th]0 %[/th][th][/th]
Summary
L’arrestation des leaders des mouvements sénégalais y’en a marre, burkinabè Balai citoyen est ressentie comme une nouvelle provocation contre l’état sénégalais. Joseph KABILA n’est pas dans son premier affront contre le président sénégalais Macky Sall. Lors du XVème sommet de la francophonie, Joseph KABILA, avait fait des siennes en boudant le passage de flambeau de la RDC au Sénégal.
Your Rating User Rating : 0 (0 votes)


L’arrestation des leaders des mouvements sénégalais y’en a marre, burkinabè Balai citoyen est ressentie comme une nouvelle provocation contre l’état sénégalais. Joseph KABILA n’est pas dans son premier affront contre le président sénégalais Macky Sall. Lors du XVème sommet de la francophonie, Joseph KABILA, avait fait des siennes en boudant le passage de flambeau de la RDC au Sénégal.
Arrivé à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor, le vendredi 28 novembre vers 17 heures, pour la francophonie, mal à l’aise dans ses chaussures du président, tout en oubliant qu’il était le président en exercice sortant de la francophonie. Mécontent du discours de François Hollande prononcé à l’ouverture du Sommet, mettant en cause certains dictateurs, ceux-là qui ont les velléités, d’aller vers l’éternisation de leur pouvoir.
Sans connaître les règles protocolaires et diplomatiques,  courroucé, il quittera le Sommet dans la nuit du 29 au 30 novembre 2014, dans l’étonnement et émoi général, mettant son hôte dans l’embarras le plus total.
D’ailleurs, ce passage de flambeau n’a jamais été effectué, mettant de fait,  ces deux pays jusqu’aujourd’hui dans un froid diplomatique avéré.  Pour n’est pas arranger les choses, le procès de Mwilambwe créera des vives tensions entre ces deux pays.( ndlr). Le régime de Kabila n’a jamais digéré que le procès de celui qui fera tomber Joseph Kabila dans l’assassinat de Floribert Chebeya se déroule au Sénégal, dans une impartialité qu’on reconnait le Sénégal.
André KIMBUTA, le gouverneur de la ville province de Kinshasa l’a découvert à Dakar en voulant corrompre les juges qui étaient en charge d’instruire l’affaire qui empêche Joseph KABILA de trouver un semblant de sommeil dans sa ferme de Kingakati.
[img(149.8px,149.8px)]http://afriquecontinent.com/wp-content/uploads/2015/03/0000000freddymulongo-Mukuntu-kiyana-150x150.jpg[/img]Général-Major Timothée MUKUTU KIYANA
Il s’avère, d’après les sources concordantes, le service de renseignement militaire dirigé par le général-major Timothée MUKUNTU KIYANA, premier avocat près de l’auditorat général, avait organisé en appui avec l’ANR ( Agence Nationale de Renseignement), l’assassinat de Paul Mwilambwe à Dakar, avant ledit procès. Le complot de l’assassinat ordi par les sbires de la kabilie, avait été déjoué par le service renseignement du territoire Sénégal très actif, rendant, les poussifs inexpérimentés de Kinshasa furieux des bévues dévoilées, de leurs tontons macoutes.
Cette frustration s’est traduite aujourd’hui, en représailles de cause contre ces deux activistes arrêtés arbitrairement, le dimanche dernier avec leurs confrères de Kinshasa Lucha et Filimbi, In Fine de punir le Sénégal de sa probité. Ces leaders incontestés des mouvements qui prennent de l’ampleur en Afrique,  qui inquiètent ces dictateurs, qui veulent s’accrocher au pouvoir par des méthodes, que ces mêmes activistes dénoncent. Bien entendu, ces chevaliers de la liberté ne sont pas en odeur de sainteté avec les gardiens des paradis d’oppresseurs.
Mis au frais, dans des geôles de la Kabilie (oligarchie qui dirige la RDC par défi), et comme dans toute dictature, personne n’est au courant du sort réservé à ces activistes.
D’après les rumeurs qui circuleraient à Kinshasa, ils seraient détenus par le service de renseignement congolais (ANR) qui s’est brillamment illustré dans la grande barbarie. Dans la disparition d’opposants, étudiants et activistes en RDC. Un organe de répression de la Kabilie particulièrement obscure faisant montre d’une répression sauvage sans précédent à Kinshasa.
La Colère du Sénégal est palpable au regard de la demande d’explication, me dit-on de l’Ambassadeur du Sénégal à Kinshasa, RDC. Quand on sait que plusieurs familles et une grande communauté sénégalaise vivement en RDC, depuis les années 70, dans une attente cordiale avec les congolais, on essaye de n’est pas mettre de l’huile sur le feu, d’après un confrère sénégalais joint au téléphone à Dakar…
La presse sénégalaise s’est emparée de cette affaire et fait une terrible pression au gouvernement de Macky Sall, d’user de son autorité et de son envergure internationale, pour faire libérer ces activistes des droits de l’homme.
Pourquoi ont-ils été arrêtés, pourtant, ils avaient l’aval du Gouverneur de la ville province de Kinshasa pour  un concert qui au demeurant était autorisé ?
Un piège tendu par celui qui a été chassé à Dakar par les autorités judiciaires pour tentative de corruption des juges en charge de l’affaire Chebeya, André KUMBUTA. Il scellera le sort avec la complicité de l’ANR, de trois responsables du mouvement sénégalais Y’en marre. Fadel Barro, Malal Talla, dit «Fou Malade», Alioune Sané et un responsable du mouvement Bali citoyen, Oscibi Ouédraogo…
Macky SALL noir de colère, ne compte pas rester là et veut faire influencer la communauté internationale qui salue d’ailleurs l’engagement du Sénégal dans la démocratisation de ses institutions, tout en mettant l’accent sur la liberté d’opinion, d’expression et de manifester, que nous avions eu à constater lors de notre dernier séjour à Dakar, durant la période la francophonie, de demander à Kinshasa de s’exécuter.
Pour l’heure, le Sénégal attend toujours, la déclaration officielle du porte-parole du Gouvernement, celui qui est surnommé au regard de ses propos contradictoires, le perroquet, Monsieur Lambert MENDE. Cela étant dit, ces arrestations montrent à escient, comment ce régime est aux abois et se met à dos tout le monde, y compris, la communauté internationale.

Ce qui est à noter, le régime qui gère la RDC par défi, n’aime pas du tout, la présence d’activistes sur son sol, et on sait comment les activistes, les journalistes et opposants politiques sont traqués et tués dans tout impunité au vu et au su de tout le monde.

L’arrestation de ces derniers activistes africains en RDC, pointera du doigt réellement, ce qui se passe avec ce régime caporal de la kabilie.
Dossier à suivre
ROGER BONGOS
http://afriquecontinent.com/2015/03/16/macky-sall-ne-decolere-pas-contre-joseph-kabila-a-propos-de-laffaire-de-yen-a-marre-qui-devient-une-affaire-detat/


http://democratiechretienne.org/2015/03/16/macky-sall-ne-decolere-pas-contre-joseph-kabila-a-propos-de-laffaire-de-yen-a-marre-qui-devient-une-affaire-detat-afriquecontinent-com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  ndonzwau le 17/3/2015, 1:44 am

"RDC : les USA ont financé les activistes
° http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2015/03/150316_drc_usa_activists_kinshasa
Un employé de l’agence américaine de développement (USAID) a été arrêté dimanche.

L'ambassade américaine à Kinshasa a confirmé lundi qu'elle a financé un événement qui a réuni de jeunes activistes sénégalais, burkinabè et congolais.


Un porte-parole de l’ambassade a déclaré que "cet événement, parrainé en partie par le gouvernement américain, est l'une des nombreuses activités que le gouvernement américain encourage. "
Les Etats-Unis indiquent que "les activités de Washington concernent les jeunes et la société civile pour les encourager à se faire entendre. "
Les forces de sécurité congolaises ont arrêté dimanche un employé de l’agence américaine de développement (USAID).
Une vingtaine d'activistes et plusieurs journalistes de la presse étrangère ont également été arrêtés.
Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende a déclaré que les jeunes sont toujours en détention et sont soupçonnés "d’insurrection visant à monter les jeunes contre le pouvoir.""



"RDC : ce que Kinshasa reproche à "Y'en a marre", "Balai citoyen" et "Filimbi"
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150316141526/y-en-a-marre-balai-citoyen-soci-t-civile-rdc-filimbi-mouvements-citoyens-rdc-ce-que-kinshasa-reproche-y-en-a-marre-balai-citoyen-et-filimbi.html


Conférence de presse du collectif Filimbi avec Y'en a marre et Balai citoyen, le 15 mars 2015. 

Les services de sécurité de la RDC ont procédé dimanche à l’arrestation de quatre membres des mouvements citoyens sénégalais "Y’en a marre" et burkinabè "Balai citoyen", qui participaient à une activité organisée à Kinshasa par le collectif congolais "Filimbi", entendez "sifflet" en swahili. Que leur reproche-t-on ?

À Kinshasa, la question d'un possible troisième mandat du président Joseph Kabila demeure un sujet sensible. "Décider d'en parler publiquement, c'est emprunter un terrain glissant", reconnaît un membre de la société civile kinoise. Fadel Barro, Aliou Sane, Malal Talla alias "Fou malade", trois leaders du mouvement citoyen sénégalais "Y'en a marre", et le reggaeman burkinabè Johann Oscibi de "Balai citoyen" en ont fait la mauvaise expérience, le dimanche 15 mars, dans la capitale congolaise.

"Filimbi", collectif illégal ?

Invités par leurs "frères" congolais du collectif "Filimbi" (traduisez "sifflet" en swahili, l'une des quatre langues nationales de la RDC), regroupant trois associations congolaises - Jeunesse pour une nouvelle société (JNS), Lutte pour le changement (Lucha) et Forum nationale de la jeunesse pour l’excellence (FNJE) – et qui se définit comme un "mouvement d'action civique", les activistes sénégalais et burkinabè sont arrivés vendredi à Kinshasa pour assister à une série de conférences et de panels consacrés à la démocratie et au respect des règles constitutionnelles.
Si l'un des membres de "Filimbi" s'était rendu à Dakar l'année dernière pour suivre des ateliers de formation avec "Y'en a marre", c'est en revanche la première fois que des membres du mouvement sénégalais se rendaient en RDC. Quant aux liens entre le "Balai citoyen" burkinabè et "Filimbi", ils remontent au mois de novembre dernier, juste après la chute de Blaise Compaoré. Opposés à un éventuel troisième mandat de Joseph Kabila, les activistes congolais s'étaient rapprochés de leurs homologues burkinabè qui venaient de faire tomber "Blaise".
Mais, en RDC, c'est la légalité même de "Filimbi" qui est invoquée par les autorités. Selon Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, le collectif a été "créé nuitamment samedi" et n'a jamais été enregistré auprès des services compétents. Une accusation que réfute Yangu Kiakwama, l'un des membres du comité d'organisation Engagement citoyen des jeunes (ECJ), membre du collectif. "Nous n'avons rien fait de manière dissimulée : des visas ont été officiellement demandés, des séminaires ouverts au publics".

Atteinte à la sûreté de l'État ?

Le 15 mars, à l'issue de la conférence de presse de clôture de l'atelier d'échange d'expériences à Kinshasa, les forces de l'ordre et de services de sécurité de la RDC ont interpellé une quarantaine de personnes dans la maison de production "Eleko ya makasi" située dans la commune de Masina où se tenait le rassemblement. "Journalistes et autres diplomates trouvés sur le lieu ont été rapidement relâchés", confirme à Jeune Afrique Lambert Mende à la sortie d'une réunion, lundi, avec les services de sécurité.
Mais les trois activistes sénégalais, le reggaeman burkinabè ainsi que tous les autres personnes qui sont soupçonnées d'être "au cœur de cette tentative d'agression de la RDC" restent en détention, précise le porte-parole du gouvernement congolais.
"Dans les heures qui suivent, la police judiciaire décidera de la suite à réserver à cette affaire : s'il faut, ou non, transférer les suspects au parquet pour atteinte à la sûreté de l'État", explique le ministre. Et l'un de ses proches de s'interroger : "'Y'en a marre' et 'Balai citoyen' ont droit de combattre pour la démocratie, mais au nom de quoi s'improvisent-ils aujourd'hui apôtres de la cause révolutionnaire" en Afrique ?

"Apprendre la subversion" aux Congolais

"La RDC n'est ni le Burkina Faso, ni le Sénégal", rappelle Lambert Mende. "Nous ne permettrons pas que des frères africains viennent apprendre aux jeunes congolais la subversion", tance-t-il. "Alors qu'officiellement, ils étaient venus pour l'échange d'expériences, en réalité, ces personnes arrêtées étaient à Kinshasa pour apprendre aux jeunes Kinois comment se confronter aux forces de l'ordre et mettre fin à un régime sans attendre les élections", jure-t-il.
Le porte-parole du gouvernement ajoute même que la police aurait des preuves selon lesquelles les activistes burkinabè et sénégalais interpellés avaient prévu d'organiser un autre séminaire pour apprendre la fabrication des cocktails Molotov.
L'objectif était de mettre sur pied les stratégies de mobilisation et de communication de Filimbi
Thiatrappeur et fondateur de Y'en a marre

"Du n'importe quoi !" rétorque Yangu Kiakwama. Pour lui, tout au long de l'atelier de "Filimbi" et lors de la conférence de presse de clôture dimanche, il a été rappelé que "la violence n'est pas la solution". "Nous nous adressons plutôt aux jeunes pour leur demander de s'engager, de devenir des citoyens", martèle-t-il, réfutant toute tentative d'étiqueter leur mouvement comme une action subversive ou contre le président Joseph Kabila. Et de nuancer : "Nous sommes cependant contre toute personne qui nous met en danger."
"L'objectif de ces [ateliers] était de mettre sur pied les stratégies de mobilisation et de communication de 'Filimbi'", raconte Thiat, rappeur et fondateur de "Y'en a marre", qui devait prendre l'avion pour Kinshasa aujourd'hui et animer un panel avec des étudiants à l'université.
Dans un communiqué rendu public lundi, le collectif "Filimbi" sollicite une "rencontre avec les autorités (…) afin de [leur] apporter tous les éclaircissements sur notre initiative". Une rencontre qui pourrait permettre la libération rapide de leurs "compagnons" et des autres personnes arrêtées.
Mais à Goma, dans l'est de la RDC, le ton monte. "Nous accordons 24 heures aux autorités pour qu'elles libèrent notre camarade Fred Bauma et les frères de 'Y'en a marre' et de 'Balai citoyen'. Dans le contraire, nous mènerons des actions d'envergure", menace Simon Mukenge, membre de la Lucha.
https://www.facebook.com/lucha.rdcongo/photos/a.301671996627880.70082.300038760124537/698117993649943/?type=1

Tentative de vivre en clandestinité en RDC ?

"Ce n'est pas normal, mais ce n'est pas non plus nouveau en RDC. Le régime de Kabila est une dictature et utilise souvent ce genre de méthodes", tempête Smockey, rappeur et leader du "Balai citoyen". Selon lui, une telle arrestation, "après qu'ils aient donné leur conférence, est complètement stupide".
Mais Kinshasa ne l'entend pas de cette oreille. "Ils [les leaders de "Y'en a marre" et de "Balai citoyen"] doivent répondre à certaines questions notamment sur leur adresse en RDC. Pour avoir le visa, ils avaient déclaré qu'ils seraient logés à l'hôtel Venus, où ils n'ont jamais mis les pieds", soutient Lambert Mende, soupçonnant une "tentative de vivre en clandestinité" en RDC."


"RDC: réactions après l’arrestation de plusieurs activistes africains
° http://www.rfi.fr/afrique/20150316-rdc-reactions-arrestation-activistes-africains-senegal-burkina-faso-balai-citoyen-y/
En République démocratique du Congo, l’arrestation dimanche 15 mars de militants pro-démocratie continue de faire réagir. Venus du Sénégal et du Burkina, à l'invitation de la société civile congolaise, les leaders des mouvements Balai citoyen et Y’en a marre sont accusés par les autorités de vouloir déstabiliser le pays.

Dimanche soir, à l’issue d’une conférence de presse, des militants pro-démocratie ainsi que plusieurs personnes présentes dans la salle ont été interpellés dans le quartier de Masina, banlieue de Kinshasa. Avec eux, un diplomate américain, qui travaille sur les questions de démocratie à l'USAID, ainsi que des journalistes des médias, BBC, AFP et RTBF ont aussi été arrêtés.
Le ministre Lambert Mende explique ces arrestations en évoquant des problèmes liés aux conditions de leurs entrées sur le territoire : « La police estime avoir des raisons de croire qu’il y a une manœuvre de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté de l’Etat derrière cette activité de personnes qui se réclament de Y'en a marre et du Balai du Burkina Faso, dans la mesure où le voyage a été entaché de pas mal d’irrégularités, d’une sorte de manipulation même de nos services d’immigration. Donc, ils ont été plus ou moins sous surveillance et on est tombé sur des choses que la police se réserve de mettre à la disposition de la justice ».

Le porte-parole du gouvernement évoque sans donner de détails des méthodes d'insurrection transmises par les Burkinabè et les Sénégalais aux jeunes Congolais : « D’organiser des bandes de jeunes pour leur demander de faire mieux que le 19 et 21 janvier où nous avons perdu 27 personnes, comme si c’était quelque chose dont il faut se vanter, de faire comme au Burkina. Nous n’avons pas l’intention de voir notre palais du Peuple être incendié. Au Burkina, que les Burkinabè s’expriment. Ils sont Sénégalais, c’est bien qu’ils s’expriment au Sénégal. Mais venir faire de la politique en RDC, ça vraiment c’est interdit par notre législation et nous ne pouvons pas accepter qu’ils viennent intoxiquer nos jeunes », estime Lambert Mende.
Les organisateurs démentent formellement ces allégations et affirment avoir insisté sur le fait que la violence n'était pas une solution, y compris lors de leur prise de parole au cours de la conférence de presse, juste avant leur arrestation. Aujourd'hui, ils s'inquiètent pour leurs collègues congolais ou étrangers détenus. Ils assurent ne pas savoir où ils se trouvent et qu'aucun n'aurait eu jusqu'ici accès à un avocat.

Plus de mobilisation si pas de libération

Au Sénégal, comme au Burkina, on se dit choqué par l'attitude du gouvernement congolais envers des personnalités invitées dans leurs pays et on appelle à leur libération immédiate. «Plus longtemps ils retiendront nos camarades, plus il y aura d’actions allant dans le sens de leur libération, mais surtout aussi allant dans le sens de la dénonciation de cette mafia politique qui a pour but simplement de préserver des intérêts individuels », promet le Burkinabè Smockey, l'un des fondateurs du Balai citoyen.
Choquée également, l'organisation de jeunes activistes de Goma, la Lucha, après l'arrestation de l'une des figures de leur mouvement Fred Ba-uma. Ces jeunes Congolais assurent n'avoir plus peur de la prison et qu'ils continueront malgré tout à œuvrer pour la démocratie. Eux aussi promettent de se mobiliser si tous les activistes ne sont pas libérés.

Seule réaction au sein de la communauté internationale jusqu'à présent, celle de l'ambassade des Etats-Unis. Elle confirme l'arrestation puis la libération du responsable du programme sur la démocratie de la coopération américain USAID au Congo. « Ces groupes de jeunes bien connus, non partisans, de même que les organisateurs congolais, visaient à promouvoir la participation des jeunes congolais au processus électoral », peut-on ainsi lire sur la page Facebook de l'ambassade. Les Etats-Unis déclarent même avoir financé ces rencontres entre jeunes activistes congolais et africains et rappellent que les autorités étaient invitées à y participer."


"RDC: des militants sénégalais et burkinabè arrêtés pour tentative de "déstabilisation"
° http://www.izf.net/afp/rdc-des-militants-s-n-galais-et-burkinab-arr-t-s-pour-tentative-d-stabilisation
Des militants de mouvements citoyens qui ont été à la pointe de la mobilisation contre le pouvoir au Sénégal et au Burkina sont retenus à Kinshasa pour tentative de "déstabilisation", en plein débat sur un éventuel troisième mandat du président congolais Joseph Kabila.

Les arrestations ont eu lieu dimanche, à l'occasion d'une rencontre, parrainée notamment par les Etats-Unis, destinée à sensibiliser la jeunesse sur les questions de gouvernance et de démocratie.
A Kinshasa, le gouvernement a annoncé lundi la libération d'un diplomate américain et de journalistes qui avaient aussi été interpellés.
Mais "les autres continuent à être entendus" par la police judiciaire concernant leur "entreprise de déstabilisation" du pays, a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

"On parle de préparation d'actes de violence", a ajouté M. Mende. Les militants sénégalais et burkinabè étaient venus non "pas pour des conférences mais pour préparer des actes d'hostilité entre des groupes de Congolais", a-t-il poursuivi.
Le climat s'est fortement crispé en RDC depuis des manifestations violentes du 19 au 22 janvier qui ont fait, essentiellement dans la capitale, entre 27 et 42 morts, selon les sources.
Les contestataires dénonçaient un projet de révision de la loi électorale qui aurait permis de prolonger le mandat du président congolais Joseph Kabila après la fin 2016, date de la fin de son quinquennat, alors que la Constitution lui interdit de briguer un nouveau mandat.

Les arrestations de dimanche indiquent une "radicalisation du pouvoir, qui se referme", a affirmé à l'AFP un diplomate occidental.
"L'approche des élections en RDC semble faire basculer le pouvoir à Kinshasa dans des actes irrationnels", juge la Ligue sénégalaise des droits de l'Homme (LSDH), citée dans un communiqué de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH).
Samedi, des militants du mouvement sénégalais "Y'en a marre", burkinabè "Balai citoyen" et congolais "Lutte pour le changement" (Lucha) avaient animé à Kinshasa la conférence controversée.

"Y'en a marre", mouvement formé par des rappeurs et d'autres jeunes, a été un acteur majeur du combat contre un troisième mandat du président sénégalais Abdoulaye Wade (2000-2012).
Le "Balai citoyen" a fait partie des organisations qui se sont opposées au projet du président burkinabè Blaise Compaoré de modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat après 27 ans de règne. Fin octobre 2014, M. Compaoré a finalement été chassé par la rue.

- 'Croissance des tensions' -

Dimanche, les organisateurs de la rencontre de jeunes ont tenu une conférence de presse où les Sénégalais ont déclaré qu'ils n'étaient pas à Kinshasa pour faire tomber le gouvernement mais pour un échange de vues sur les moyens d'améliorer la gouvernance.
Et les orateurs ont insisté sur leur attachement à la non-violence.
"On a fait nos demandes en bonne et due forme, on a été entendus en bonne et due forme, on nous a accordé le visa. Donc ils (le gouvernement congolais) étaient au courant des raisons de notre départ" en RDC, a soutenu lors d'une conférence de presse lundi à Dakar Simon Kouka, rappeur de "Y'en a marre".

Reste que les forces de l'ordre ont arrêté une trentaine de personnes, selon des témoins. Elles ont été conduites au siège de l'Agence nationale du renseignement (ANR), au nord de Kinshasa.
Trois journalistes français (AFP, RTBF, BBC), deux journalistes congolais (BBC et la télévision privée congolaise Antenne A), un Français qui participait à l'organisation de la rencontre et un diplomate américain, Kevin Sturr, directeur de la division "Démocratie, droit et gouvernance" à l'agence américaine Usaid à Kinshasa, avaient été arrêtés.
Tous ont été libérés dimanche soir mais le journaliste d'Antenne A, Eric Izami, demeurait détenu lundi, selon sa chaîne. L'ONG congolaise Journaliste en Danger et Reporters sans Frontières "exigent" sa "libération immédiate".

Le département d'Etat a confirmé la libération du diplomate américain "après une demande de l'ambassade à Kinshasa". "Nous n'avons pas été informés officiellement de la raison pour laquelle il avait été arrêté", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki.
"Notre ambassadeur à Kinshasa a fait remonter ce dossier jusqu'aux plus hauts niveaux avec le gouvernement de la RDC", a-t-elle ajouté, précisant que l'ambassade du pays à Washington avait également été contactée par le département d'Etat.
Parmi les militants qui restaient aux arrêts lundi figurent des Congolais, dont Fred Bauma de "Lucha", le Burkinabè Sidro Ouédraogo de "Balai citoyen", ainsi que les Sénégalais Fadel Barro, meneur charismatique de "Y'en a marre", Aliou Sané et le rappeur Fou malade."



"Congo: un diplomate américain détenu
(The Associated Press 16/03/15)"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/congo-un-diplomate-americain-detenu#sthash.Iw5cpnFP.dpuf

"RDC : le leader du mouvement sénégalais Y’en a marre arrêté à Kinshasa"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/16/rdc-le-leader-du-mouvement-senegalais-y-en-a-marre-arrete-a-kinshasa_4594419_3212.html#IPkFhEO1zvCoAXcM.99

"RDC : des défenseurs des droits de l’homme sénégalais et burkinabè arrêtés"
° http://www.lavoixdelamerique.com/content/rdc-des-defenseurs-des-droits-de-l-homme-senegalais-et-burkinabe-arretes/2681789.html

"RDC : des activistes africains arrêtés à Kinshasa"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-des-activistes-africains-arretes-a-kinshasa/

° http://www.rfi.fr/afrique/20150315-rdc-arrestation-leaders-y-marre-balai-citoyen-kinshasa-filimbi/



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Imperium le 17/3/2015, 2:30 pm

Inafaa kuba piga fimbo ya kweli kweli ku matako...(leur donner une vraie fessee) qu'ils n'oublieront jamais.
D'autres aventuriers penseront deux fois avant de s'apprendre au pays Patrice Lumumba, mzee Lautrent Kabila et de Joseph Kabila Kabange.
Qu'ils aillent faire les memes blagues au rwanda, au burundi, au congo_brazza, au cameron, tongo ou au zimbabwe....Ils veront si ils y sortiront vivants

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Troll le 17/3/2015, 6:15 pm

Wink BRAVO L`ANALYSTE

Ce qui fait le plus peur, c´est de voir des "activistes" sans ressources financières ni politiques faire un voyage au Congo...et pire Surprised ils se retrouvent á Masina, dans ces zones populaires qui peuvent faire changer les choses au Congo Exclamation

Comme l´anlayste de CM l´explique si bien, ces senegalais avaient trouvés une stratégie efficace avec les rappeurs...Nous pouvons avoir des "reserves" sur une telle option au Congo où malgré l´embargo, les musiciens congolais n´ont pas évolués vers un leadeship actif capable de les engager dans la lutte pour la démocratisation Embarassed

On apprend que ce diplomate US avait..aussi invité les membres du gouvernement á Masina..on dirait que la CIA prepare quelque chose dans la rue au cas où... Very Happy Very Happy

En tout, le gouvernement a fait du Congo une fois de trop la risé de toute l´Afrique...S´emparer des simples activistes..comme s´ils étaient Boko Haram Very Happy Very Happy quelle honte pour Mende Exclamation Embarassed Embarassed

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 18/3/2015, 12:20 am

L’AFFAIRE »FILIMBI » ( sifflet): DESORMAIS PLUS DE 50 ARRESTATIONS ARBITRAIRES / MISES A JOUREN CONTINU
par FreeDiomi le 15 mars 2015

- MISE A JOUR DU 17/03/2015 A 22H00

DECLARATION POLITIQUE DU 17/03/2015

PLUS DE 50 ARRESTATIONS ARBITRAIRES DEPUIS LE 15/03/2013 A KINSHASA ET A GOMA  A LA SUITE DU LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN CONGOLAIS « FILIMBI »:

LE REGIME KABILA A TRANSFORME LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO EN UNE IMMENSE PRISON A CIEL OUVERT

La Démocratie Chrétienne tient à manifester toute sa solidarité avec les victimes congolaises et étrangères de l’intolérance politique du régime Kabila qui, depuis dimanche 15 mars 2015, se sont ajouté à la longue liste de prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons-mouroirs de la République Démocratique du Congo, à cause de leurs opinions politiques.
Notre indignation est particulièrement adressée contre les services de sécurité congolais qui, plutôt que travailler pour désamorcer les véritables et nombreuses menaces à la paix et à la sécurité de notre pays, excellent chaque jour un peu plus dans les montages sécuritaires contre des innocents, instrumentalisant la justice afin de faire taire tout voix dissidente au Congo Kinshasa.
Les dernières victimes des accusations surréalistes de ce régime décadent sont les militants des mouvements citoyens du Sénégal, du Burkina Faso et de la RDC, qui se nomment Yenamarre, Balai Citoyen, Lucha et le dernier né, Filimbi, qui ont été embastillés avec des journalistes, des artistes et musiciens pour avoir organisé une conférence-débat sur la participation des jeunes au processus électoral.
La liberté d’expression étant le socle de tous les droits fondamentaux de la personne, il sied de dénoncer que le droit de réunion, la libre expression et le droit 0manifester ne sont plus reconnus , dans les faits, en RDC : ce 17 mars 2015, un groupe de jeunes, journalistes et activistes des droits de l’homme ont été encore arrêtés à Goma, à l’occasion d’une manifestation pacifique réclamant la libération de tous les activistes des Droits de l’Homme, les journalistes et les artistes illégalement enlevés par les services de sécurité dimanche 15 mars 2015 à Kinshasa.
Toutes les 52 personnes arrêtées à ce jour dans le contexte de celui qu’on peut appeler « l ‘Affaire Filimbi », ont été victimes d’actes de violence, bastonnades, coups de matraque et ils sont privés de leurs droits fondamentaux, comme l’assistance de leurs avocats, tout en étant placées en détention au secret, sans aucun contact avec leurs familles.
En d’autres termes, ils sont soumis à des tortures.

Certes, cela n’est pas nouveau dans un pays comme la RDC où des opposant de haut rang comme Eugène Diomi Ndongala sont incarcérés et condamnes à des lourdes peines, à la suite de montages grossiers,   pour le simple fait d’avoir revendiqué la vérité des urnes après les élections bâclées et contestées de novembre 2011.

En effet, aucun pays en Afrique, sauf la RDC caporalisée par le régime Kabila, aurait pu enlever et placer en détention au secret, entre les mains des barbouzes des services de sécurité, les leaders des mouvements africains désormais « historiques » comme le sénégalais « Y’ en a marre » et le burkinabé « Balai Citoyen », dont le rôle de conscientisation des jeunes africains n’est plus à démontrer.
Cela pouvait arriver seulement au Congo-Kinshasa, où un apparat répressif politico-militaire et kleptocrate s’est approprié du pouvoir et compte le conserver par la force contournant la Loi Fondamentale actuellement en vigueur.
Ce que le pouvoir Kabila ne voulait pas que les jeunes congolais sachent dans les échanges avec leurs aînés, est que ses conseilleurs ont élaboré, en complicité avec une Commission Électorale partisane, un calendrier électoral et un code électoral qui, dans les faits, excluent du vote tous les jeunes majeurs d’âge, entre 18 et 24 ans, en violation de l’art. 5 de la Constitution.
D’autant plus que les jeunes congolais ont été le « fer de lance » des manifestations du 19/20/21 janvier 2015 à travers lesquelles ils ont manifesté leur volonté d’empêcher toute forme de prolongation inconstitutionnelle du mandat de l’actuel « président » dont la légitimité est sujette à contestation. Cette lutte a été payée par le sang de plus de 40 innocents fauchés par les balles tirées par l’Armée appelée à les maîtriser avec des armes de guerre.
La Démocratie Chrétienne ne peut que soutenir la jeunesse congolaise dans sa lutte vers l’émancipation politique et dans son combat pour le respect des droits civils et politiques des congolais.
Aussi, salue-t-elle la bravoure, le courage et l’esprit de solidarité des leaders des mouvements citoyens panafricains qui, au péril de leur vie, ont volé au secours de la jeunesse congolaise en leur fournissant les seules et véritables « armes » dont elle a besoin, c’est à dire la pensée politique, la recherche de la dignité et de la liberté par la lutte pacifique et non violente.
Ils ne pouvaient pas imaginer que cela aurait été considéré comme un acte « insurrectionnel » par l’actuel exécutif congolais, comme l’actuel Ministre de l’Information du gouvernement Kabila a bien eu le courage et l’irresponsabilité de déclarer, cela n’étant que la dernière de ses extravagances communicationnelles.

Le combat des jeunes leaders panafricains et congolais des mouvement citoyens rejoint celui des prisonniers politiques congolais, comme Eugène Diomi Ndongala, Christophe Ngoy, Eric Kikunda, Firmin Yangambi et beaucoup d’autres qui ont bravé la dictature au péril de leur vie et qui payent le prix des tortures et de la privation de leur liberté pour faire de la République Démocratique du Congo un État de Droit, respectueux des droits civils et politiques des congolais et des amis du Congo.

Le nombre des combattants de la liberté qui luttent, qui ont le courage d’ affronter les kalachnikovs et la privation injuste de leur liberté ne fait qu’augmenter et il rejoindra bientôt le seuil critique qui permettra la libération totale du Congo.

Liberté pour tous les combattants de la démocratie injustement emprisonnés en RDC ;

Liberté pour tous les prisonniers politiques de la RDC ;

Liberté pour le Congo Démocratique.

Kinshasa, 17/03/2015


Jean – Pierre Boka Kapella,
Porte-Parole de la
Démocratie Chrétienne
http://democratiechretienne.org/2015/03/17/la-democratie-chretienne-denonce/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Mathilde le 18/3/2015, 9:42 am

Arrestation de Fadel Barro et des rappeurs du burkinafaso, Radek suprême en colère,..CONGOMIKILI

cyclops like


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Troll le 18/3/2015, 1:22 pm

Mathilde a écrit:Arrestation de Fadel Barro et des rappeurs du burkinafaso, Radek suprême en colère,..CONGOMIKILI

cyclops  like


N´SONI KIBENI, OYO SONI YA BOYE ? Shocked


Oyo penza, "journaliste" tooo journalière Shocked Mad Zoba kibeni, "Mokonzi", exactement cette génération sans âme, sans éducation, sans conscience..azanga "bomoto". .Oyo bo niama ya ndenge nini?
Comme une journaliste peut s´hasarder de "traiter" des musiciens engagés pour la cause sociale et politique des "terroristes"..ba zo finga ba konzi Sad Sad


RADEK, ESPOIR, LUMIÉRE Á l´AUBE POUR LE CONGO


Notre travail avec l´embargo sur la musique a porté des fruits..Nous decouvrons un jeune musicien qui fait l´honneur des congolais du pays!
Ce rappeur dont le niveau intellectuel depasse largement celui du journalière est un exemple efficace de la lutte á l´interieur du pays

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  ndonzwau le 18/3/2015, 7:02 pm

"RDC : les militants prodémocratie interpellés à Goma ont été libérés
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150318093350/
Le gouverneur de la province du Nord-Kivu a annoncé mardi la libération de neuf militants du mouvement citoyen congolais Lutte pour le changement (Lucha) interpellés dans la matinée à Goma, dans l'est de la RDC. Alors qu'ils faisaient un sit-in pour réclamer la libération des activistes prodémocratie congolais, sénégalais et burkinabè arrêtés depuis dimanche à Kinshasa.
Un groupe de militants du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) ont été libérés mardi à Goma en fin de journée. Ils avaient été violemment interpellés le matin même alors qu'ils manifestaient pour la libération d'activistes pro-démocratie congolais, sénégalais et burkinabè (des mouvements Y'en a marre et Balai citoyen notamment), arrêtés dimanche dernier à Kinshasa.


"Ils sont venus assiéger le siège de l'ANR [l'Agence nationale de renseignement] qui les a interpellés mais après vérification par les services concernés, les neuf [militants] ont été libérés hier [mardi] vers 17h00", a déclaré Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu. "J'en appelle au calme et s'il y a des revendications, elles sont à faire dans le respect des lois du pays", a-t-il insisté.
"L'arrestation à Goma a été musclée et les militants congolais ont pris des coups", témoigne le journaliste belge Alexis Bouvy. Alors qu'il se trouvait près du lieu de la manifestation avec sa compatriote chercheuse, Gillian Mathys, ils ont également pris à partie par les forces de l'ordre.

"Répression inquiétante"

En tout, une trentaine de personnes ont été arrêtées à Kinshasa, selon des témoins, certains ayant été depuis relâchés, dont des journalistes et un diplomate américain. "La détention d'activistes pro-démocratie (...) est le tout dernier signe alarmant de la répression de manifestations pacifiques avant le scrutin présidentiel de l'année prochaine et le signe d'une répression inquiétante de la liberté d'expression et de réunion en RDC", a déclaré mercredi l'organisation internationale de défense des droits humains Human Rights Watch.
L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) a dénoncé pour sa part le resserrement des libertés publiques, les arrestations et détentions arbitraires qu'opère de plus en plus l'ANR exigeant que le gouvernement fasse sanctionner les responsables pénalement et/ou disciplinairement.
Le climat s'est fortement crispé en RDC depuis des manifestations violentes du 19 au 22 janvier qui ont fait, essentiellement dans la capitale, entre 27 et 42 morts, selon les sources. Les contestataires dénonçaient un projet de révision de la loi électorale qui aurait permis de prolonger le mandat du président Joseph Kabila après la fin 2016, date de la fin de son quinquennat, alors que la Constitution lui interdit de briguer un nouveau mandat.
(Avec AFP)"
° http://www.izf.net/afp/rdc-lib-ration-des-militants-pro-d-mocratie-arr-t-s-goma



"La RDC annonce "l'arrêt des poursuites" contre les activistes sénégalais et burkinabè arrêtés"
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150318115606/s-n-gal-politique-droits-de-l-homme-rdc-droits-de-l-homme-la-rdc-annonce-l-arr-t-des-poursuites-contre-les-activistes-s-n-galais-et-burkinab-arr-t-s.html

"RDC: les militants d'Y en a marre et du Balai citoyen persona non grata"
° http://www.rfi.fr/afrique/20150318-rdc-expulsion-militants-y-marre-balai-citoyen-lambert-mende/

"Goma: des militants de Lucha manifestent devant le bureau du gouverneur
° http://radiookapi.net/actualite/2015/03/18/goma-des-militants-de-lucha-manifestent-devant-le-bureau-du-gouverneur/
Des jeunes du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) organisent un sit-in mercredi 18 mars depuis la matinée devant le bureau du gouverneur du Nord-Kivu à Goma. Ils réclament la libération d’autres membres des mouvements citoyens arrêtés dimanche à Kinshasa.
Ce sont au total une vingtaine de personnes qui manifestent devant le bureau du gouverneur de la province du Nord-Kivu. Ils affirment vouloir continuer à manifester pacifiquement jusqu’à ce que leurs collègues arrêtés à Kinshasa soient libérés.
Ces jeunes disent être prêts à se faire tous arrêter jusqu’à ce que le gouvernement remplisse les prisons, pourvu d’atteindre leur objectif.


La veille, des activistes du même mouvement avaient manifesté devant les bureaux de l’Agence nationale de renseignements (ANR) à Goma. Onze d’entre eux avaient été arrêtés avant d’être libérés dans la soirée.
D’après un militant joint au téléphone dans la matinée, leur libération est intervenue après un interrogatoire musclé. Lors de l’arrestation des activistes de Lucha mardi à Goma, deux journalistes étrangers avaient aussi été interpellés avant d’être relâchés peu après.
La manifestation devant le bureau de l’ANR à Goma s’est déroulée après l’arrestation dimanche des leaders de Y’en a marre et du Balai citoyen ainsi que de quelques activistes des mouvements citoyens congolais, une trentaine de personnes au total.

« Répression de la liberté d’expression »

Dans un communiqué publié mercredi, Human Rights Watch déplore ces arrestations et dénonce une répression de la liberté d’expression.
« Nous pensons que c’est un signal très inquiétant d’une répression de la liberté d’expression et de rassemblement », indique Ida Sawyer, chercheuse senior de Human Rights Watch.
Elle estime que ces arrestations sont peut être liées au processus électoral.
« Les activistes ont été arrêtés après un atelier à Kinshasa où ils ont discuté de l’importance de la jeunesse de s’engager dans le processus politique et les élections. On pense que c’est peut être lié à ça que les autorités étaient inquiétées », affirme Ida Sawyer.
Human Rights Watch appelle à la libération des activistes arrêtés.
« Nous avons appelé les autorités congolaises de libérer immédiatement les personnes placées en détention si elles n’ont pas été inculpées d’un délit crédible.  Nous avons aussi appelé les membres du conseil de sécurité des Nations unies qui ont prévu de discuter de la situation en RDC demain à exhorter publiquement les autorités congolaises à libérer immédiatement toutes les personnes détenues en RDC à raison d’activités pacifiques ou des propos exprimés », a fait savoir Ida Sawyer."



"La Lucha : La Lutte pour le changement, pas le terrorisme – Local Voices
° http://desc-wondo.org/la-lucha-la-lutte-pour-le-changement-pas-le-terrorisme-local-voices/#sthash.66bOqWLC.dpuf



«Pourquoi est ce que c’est nous, simples citoyens, que les autorités traitent de terroristes? Alors que des hommes armés restent dans nos forêts, en ville, et insécurisent sans cesse la population sans que l’on ne fasse rien ou presque?» se plaint Luc, un jeune activiste de La Lucha, un mouvement citoyen établit à Goma. 


Des militants de La Lucha, ce matin, en route pour leur action devant les bureaux de l’ANR, avant qu’ils ne soient arrêtés.

Luc est remonté ce matin. Avec une dizaine de ses camarades Luchéens, il s’apprête à mener une action «énergique» devant les bureaux de l’ANR, l’Agence Nationale de Renseignement. Les jeunes militants n’ont pas apprécié qu’un des leurs, Fred Bauma, ait été arrêté la veille à Kinshasa par l’ANR alors qu’il participait à un «échange d’expérience» entre mouvements citoyens de différents pays, dont des membres de Y en a marre! du Sénégal et de Balai Citoyen du Burkina Faso, ceux-là même qui ont participé au renversement du président burkinabè Blaise Compaoré.
Une quarantaine de personnes avaient alors été arrêtées en pleine réunion, parmi lesquelles un coopérant américain d’USAID. Le lendemain, certains journaux kinois vantaient l’arrestation de «terroristes» par les forces de l’ordre.

*    *    *
#FreeFred
]Ce matin, ils n’étaient qu’une petite quinzaine à se diriger d’un pas décidé vers les bureaux de l’ANR, armés seulement de calicots préparés durant la nuit. «Ce n’est pas la masse qui compte, mais la volonté!» s’exclame Trésor. «Même à deux personnes, la Lucha peut frapper fort!»"


"Arrestation de Fadel Barro et cie au Congo, le Mouvement Falimbi précise « Nous ne sommes pas des terroristes… »"
° http://www.dakarflash.com/2015/03/arrestation-de-fadel-barro-et-cie-au-congo-le-mouvement-falimbi-precise-nous-ne-sommes-pas-des-terroristes/

"Colère au Burkina et au Sénégal après l’arrestation de militants de la société civile en RDC"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/17/colere-au-burkina-et-au-senegal-apres-l-arrestation-de-militants-de-la-societe-civile-en-rdc_4595510_3212.html


"Dérive démocratique en RDC : Arrestations massives des jeunes activistes"
° http://desc-wondo.org/derive-democratique-en-rdc-arrestations-massives-des-jeunes-activistes-desc/


"(...)Répression des ONG à vocation citoyenne

A propos de la répression de la rencontre panafricaine entre les membres des ONG à vocation citoyenne, un détail semble monopoliser l’attention de la presse, mais un autre paraît lui échapper. La présence d’un Américain à Masina, le dimanche 15 mars, retient toute l’attention. Il est vrai qu’il s’agissait d’un vrai diplomate de l’Ambassade US.  
Par contre, on perçoit peu le fait qu’un rassemblement « panafricain » est un argument en faveur de la « théorie des dominos », suivant laquelle l’échec de Wade et la chute de Compaoré seraient le début d’un « crépuscule des Présidents qui ne veulent pas partir » à travers le continent.
Enfin, la presse de Kinshasa semble ignorer qu’à Goma une autre opération de répression du mouvement Lucha (également présent à Masina) s’est également déroulée à l’autre bout du pays. Dans un communiqué de l’ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la Justice) « prie de bien vouloir intervenir, en urgence, auprès des autorités de la RDC pour qu’elles libèrent dix étudiants membres de LUCHA, détenus arbitrairement depuis ce 17 mars 2015 au cachot de l’ANR à Goma et pour lesquels il y a une crainte sérieuse à ce qu’ils fassent l’objet de torture, des traitements inhumains ou dégradants d’autant plus que lors de leur arrestation ils ont été brutalisés et tabassés. Il s’agit de MM. Serge SIVYA (faculté de médecine à l’UNIGOM), Parfait MUTSONGO (faculté d’agronomie à l’UNIGOM), Franck KAMBA (ISTA), John ANIPENDA (faculté de droit à l’UNIGOM), Trésor AKILI (faculté de droit à l’UNIGOM), John BYAMUNGU(ISC), Pascal BYUMANINE (faculté de droit à l’ULPGL), Luc NKULULA (licence en droit de l’UNIGOM), Justin KIKANDI (Université de Pretoria en RSA) et Mlle Rebecca KABUO (faculté de psychologie à l’ULPGL) ».
 
Lors de ces incidents, deux journalistes belges, Alexis Bouvy & Gillian Mathys, ont également été pris à partie. A quelque chose malheur est bon, puisque cela nous permet d’avoir un reportage de première main dont l’on peut prendre connaissance à http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=3&newsid=201092&Actualiteit=selected sur notre site ou en se connectant à « Local voices ». Ces journalistes avaient également pris des photos, que la police a bien sûr détruites.

Le Vif du Congo perçoit des velléités d’insurrection en RDC. « Interrogations sur le rôle des Américains », titre à la Une ce journal. A l’en croire, sous prétexte d’aider les jeunes Congolais à participer à la gouvernance ou au processus électoral, l’USAID a parrainé des ateliers animés par des membres de « Y’en a marre » et du « Balai citoyen », mais qui s’avère, selon le gouvernement congolais, avoir été un cadre d’entraînement de ces jeunes pour une « insurrection visant à révolter les jeunes contre le pouvoir ».

Le Potentiel, qui aborde le même sujet, signale que « les USA déclarent avoir financé », en partie, la rencontre panafricaine entre les membres des ONG à vocation citoyenne « Y’en a marre » du Sénégal, « Balai citoyen » du Burkina Faso et « Filimbi Ekoki » de la RDC.
Dans un communiqué rendu public par sa représentation à Kinshasa, les USA sont restés constants dans leur compréhension des crises africaines et de la stratégie de leur résolution. Il s’agit de la prise en charge consciencieuse et responsable par les jeunes, des problèmes qui se posent au pays.
Dans un encadré, le confrère annonce l’arrestation d’un diplomate américain à Kinshasa. Il s’agit de Kevin Sturr, directeur de la division Démocratie, Droits et Gouvernance de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Ce dernier a été détenu par les autorités congolaises avec des journalistes et d’autres personnes ayant participé à une conférence de presse qui s’est tenue à Masina, le dimanche 15 mars.
Le journaliste Eric Izami de la chaîne de télévision privée Antenne A est toujours gardé en taule auprès des services. De même, fadel Barro de «Y’en a marre» et ses deux compagnons, le Burkinabé Ouedraogo Sibiri ainsi que Fed Ba- Uma et une trentaine de ses compagnons de «Filimbi Ekoki», souligne ce journal.

Abordant un sujet assez proche, Le Phare revient sur l’ancien sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Herman Cohen qui, en pourparlers avec des opposants congolais, a indiqué que son pays n’a pas encore de «dauphin» à pistonner pour la présidentielle à venir.
Pour le quotidien, l’impression qui se dégage de l’approche  de Cohen est qu’un long chemin reste encore à parcourir pour amener Washington à jeter le dévolu sur un candidat unique à l’élection présidentielle de novembre 2016.(...)"

° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=201095&Actualiteit=selected


"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: les jeunes activistes arrêtés à Kinshasa
Diffusion : lundi 16 mars 2015
° http://www.rfi.fr/emission/20150316-une-jeunes-activistes-arretes-kinshasa-rdc-senegal-burkina-faso-blaise-compaore-joseph-kabila-abdoulaye-wade/#

Des militants venus du Sénégal ou encore du Burkina… « Plusieurs mouvements citoyens africains s’étaient donnés rendez-vous hier dimanche à Kinshasa, rapporte le site d’informations Afrikarabia, pour le lancement d’une plateforme congolaise, Filimbi, ce qui veut dire sifflet en Swahili. Des membres du mouvement Y’en a marre, venus de Dakar, de Balai citoyen, du Burkina Faso, ou encore des Congolais de la Lucha, étaient réunis à Eloko Ya Makasi, dans le quartier de Masina. Une conférence qui a tourné court, avec l’arrivée de l’armée et d’hommes en civils, venus interpeller les participants. Trois responsables du mouvement sénégalais Y’en a marre, Fadel Barro, Malal Talla, dit “Fou Malade”, Alioune Sané et un responsable du mouvement Balai citoyen, Oscibi Ouédraogo, ont été arrêtés. Des artistes et des activistes congolais, présents à la conférence de presse, ont également été interpellés. »
 
Alors pourquoi ces arrestations ? Apparemment, précise Afrikarabia, « les autorités congolaises ont vu d’un mauvais œil la présence sur leur territoire de deux mouvements de contestation très populaires. A Dakar, Y’en a marre avait poussé Abdoulaye Wade vers la sortie, et le Balai citoyen de Ouagadougou, avait mis fin à 27 ans de règne de Blaise Compaoré au Burkina. Quant à la capitale congolaise, elle avait essuyé 3 jours de violentes manifestations anti-Kabila mi-janvier 2015. Un souvenir encore un peu trop “frais” pour le régime de Kinshasa. »
 
« Au total, précise le quotidien sénégalais Enquête, il y a une quarantaine de personnes arrêtées, dont un diplomate américain. Il faut savoir que l’alchimie “Y’en a marre” correspond parfaitement à la vision que les américains se font de la démocratie. Une société civile en alerte qui veille sur les libertés. Seulement voilà, relève Enquête, cela est très loin de la vision du monde, version “Kabila”.Ce dernier est dans tous ses états, craignant chez lui, le syndrome Compaoré. […] Nos sources croient savoir que le Palais a été saisi et briefé sur la question, précise encore Enquête. Et les ministres des Affaires étrangères sénégalais et congolais, instruits par leurs chefs d’Etat respectifs, suivent très attentivement le dossier. Très probablement, d’après les échos qui nous parviennent, on va vers un dénouement heureux… »
 
Kabila durcit le ton ?
 
Peut-être, estime pour sa part le quotidien Aujourd’hui à Ouagadougou, mais on va vers un durcissement du régime congolais… « Ni le lynchage médiatique ni la mobilisation internationale ne parviennent à le faire reculer, constate Aujourd’hui. Il avance droit, sans vouloir se laisser démonter. Après avoir vécu un revers cuisant relatif à la loi électorale, il s’entourera du maximum de précautions pour ne pas chuter. Alors, il faut s’attendre à ce qu’il use de tous les moyens, même les plus ignobles, pour contenir ses détracteurs. Tout ou presque y passera : interdiction systématique des marches, des meetings, contrôle strict des contenus des médias et brouillage des SMS et de l’internet. En décidant de mettre au frais ces nouveaux hérauts de l’alternance, pour ne pas dire de la démocratie en Afrique de l’Ouest, le locataire du palais de la Gombe lance un avertissement à tous ceux qui voudraient que la bourrasque de l’harmattan soufflé par ces jeunes activistes se déplace en Afrique centrale : il n’en sera pas question. » Et Aujourd’hui de conclure :« Balai citoyen ou mouvement Y’en a marre, kifkif bourricot pour Kabila. »
 
Pour le quotidien Le Pays, toujours au Burkina, Kabila a fait une grave erreur… « Ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait tomber la fièvre, affirme le journal ouagalais. Bien au contraire. Car, en arrêtant des responsables de la société civile, Kabila risque, sans le vouloir, de se tirer une balle dans le pied. Ce d’autant que la fronde qui était jusque-là interne, risque de s’externaliser avec toutes les conséquences qui vont avec. Et c’est peu dire que ces arrestations vont provoquer une levée de boucliers à travers le monde et focaliser l’attention de tous sur le Kabilaland. C’est dire donc, poursuit Le Pays, que Joseph Kabila se trompe de combat. Plutôt que de s’en prendre à la société civile, il doit s’en prendre à lui-même, en acceptant avant tout de se remettre en cause. A moins qu’il n’ait fait le choix de finir comme Blaise Compaoré qui, après 27 ans de règne, se retrouve à vivre par contrainte hors de la terre natale. Une chose est désormais sûre, conclut Le Pays : par ces arrestations, Kabila envoie un message de clarté à la communauté internationale sur sa volonté de violenter la Constitution pour se scotcher au fauteuil présidentiel. »"
° http://www.enqueteplus.com/content/rdc-r%C3%A9actions-apr%C3%A8s-l%E2%80%99arrestation-de-plusieurs-activistes-africains
° http://aujourd8.net/index.php/13-cogito-d-aujourd-hui/1325-rdc-arrestation-des-activistes-du-balai-citoyen-et-du-mouvement-y-en-a-marre
° http://lepays.bf/arrestation-de-membres-de-la-societe-civile-en-rdc-quand-kabila-se-tire-une-balle-dans-le-pied/


° http://www.izf.net/afp/rdc-des-militants-congolais-arr-t-s-goma-deux-belges-malmen-s
° http://www.rfi.fr/afrique/20150318-arrestations-rdc-inquietude-communaute-internationale-ue-fidh/
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150317125722/lucha-soci-t-civile-rdc-des-militants-congolais-arr-t-s-goma-une-ressortissante-belge-bless-e.html
° http://radiookapi.net/actualite/2015/03/16/des-leaders-de-yen-marre-du-balai-citoyen-arretes-kinshasa/
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/17/rdc-des-militants-congolais-arretes-a-goma_4595161_3212.html  




Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 18/3/2015, 9:46 pm, édité 7 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 18/3/2015, 7:19 pm

Chronique de Mamane: #Yenamarre du #BalaiCitoyen / fichier audio RFI http://telechargement.rfi.fr/rfi/francais/audio/modules/actu/201503/Chro_Mamane_du_jour_18-03-15.mp3

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  KOTA le 18/3/2015, 9:17 pm



MISE A JOUR DU 18/03/2015

http://democratiechretienne.org/2015/03/15/alerte-des-jeunes-senegalais-et-burkinabes-de-la-societe-civile-arretes-a-kinshasa-au-cours-dune-conference-de-presse-de-lancement-du-mouvement-citoyen-filimbi/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Mathilde le 18/3/2015, 10:27 pm

Lu pour vous :
#


Radek Suprême

SUITE A UNE FORTE PRESSION INTERNATIONALE, Y EN A MARRE ET BALAI CITOYEN SONT LIBERÉS PUIS DÉCLARÉS PERSONA NON GRATA ET SERONT EXPULSÉS DEMAIN MATIN..C'EST UNE BATAILLE GAGNÉE MAIS PAS UNE VICTOIRE PUISQUE NOS AMIS ET FRÈRES RAPPEURS CONGOLAIS CROUPISSENT ENCORE DANS LES GEÔLES DE L'A.N.R...ENTRE TEMPS, NOS FAMEUX AMIS DE"FILIMBI", REVOLUTIONNAIRES, ENTRE PARANTHESES, QUI LES AVAIENT EMBARQUÉ DANS CETTE AVENTURE, ONT PRIS LA FUITE EN ETEIGNANT TOUS LEURS NUMEROS DE TÉLÉPHONE POUR RESTER INJOIGNABLES...NOUS RAPPELLONS AUX AUTORITÉS DE LA PLACE QUE LE LABEL ELOKO MAKASI PRODUCTIONS N'A AUCUN LIEN AVEC FILIMBI QUI EST UNE ORGANISATION DONT NOUS IGNORONS L'AGENDA ET LES MOTIVATIONS PROFONDES...QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES, ELOKO MAKASI EST UNE MAISON DE PRODUCTION DONC PRESTATAIRE DES SERVICES ET FILIMBI"UN CLIENT"...NE FAISONS PAS D'AMALGAMES !!! AU NOM DES FAMILLES DES DETENUS QUI DEPUIS 48H N ARRIVENT PLUS A TROUVER LA PAIX, NOUS APPELLONS A UNE GRANDE MOBILISATION ET UNE FORTE PRESSION AUTOUR DE CETTE AFFAIRE..NOTRE CRAINTE EST CELLE DE VOIR LE GOUVERNEMENT DÉVERSER SA RAGE SUR DES PAUVRES INNOCENTS RESTÉS EN DETENTION ET QUI RISQUENT DE PAYER LE POT CASSÉ A LA PLACE DES AUTRES...POURQUOI CETTE JUSTICE A DOUBLE VITESSE??
Evil or Very Mad  Twisted Evil


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: 40 JEUNES ACTIVISTES SENEGALAIS, BURKINABES ET CONGOLAIS PLUS DES JOURANLISTES, MUSICIENS ET MEME UN DIPLOMATE ARRETES A KINSHASA APRES UNE CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU MOUVEMENT CITOYEN « FILIMBI » ( sifflet) / MISES A JOUR

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:38 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum