Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  piélé de dongo le 22/3/2015, 11:55 am

S'ils étaient réellement des activistes africains, en descendant en RDC la première chose qu'ils devaient denoncer c'st la guerre imposer par l'amérique donc les activités de kagamé et museveni. En pleine guerre d'occupation, contre RCD, CNDP, MLC, et M23 on ne les a pas entendu, les congolais à crier lui même contre toute sorte d'injustice, devant l'ONU et l'UA, ses activistes étaient oùQuestion . Et maintenant qu'on peut circuler en RDC les voilà venir nous soutenir contre les prochaines élèctions, invités par les casseurs de l'hotel de Koffi. Non non ils ont mérités kwenda kuvutuka oyo bazui. Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  zobattants le 26/3/2015, 2:01 am

Que ceux qui supportent "Y en a marre" et "Balai Nkombo machin" nous disent aussi qu' ils supportent le morcelement du congo que nous, patriotes, Kabila en tete, essayons de prevenir...
Ils sont( les amoureux du Y' en a marre et Balai machin au congo) tellement aveugles par leur haine de Kabila, le president democratiquement elu, qu' ils oublient de scruter toutes les possibilites que l' ennemi peut utiliser pour morceler le Grand Congo. Voila que l'ambassadeur des USA au Burkina faso est originaire de Masisi...
Wait!!! masisi c' est bien le territoire d' ou est sorti votre fameux Bosco Tanganda...
Mes chers compatriotes, a qui profitent le desordre ou le morcelement du congo??? En tout cas, ce n' est pas Joseph Kabila Kabange...Mon regard se tourne vers Fayulu, Lisanga Bonganga, Diomi, Tshisekedi, Frank Diongo,Tshisekedi, Kamere, etc...


http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2828p008.xml0/jeunesse-y-en-a-marre-rdc-rdc-les-am-ricains-derri-re-les-mouvements-citoyens.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  ndonzwau le 26/3/2015, 4:27 pm

Pour moi les mouvements des jeunes comme la "LUCHA", sont plutôt le creuset d'une nouvelle citoyenneté responsable au Congo et en Afrique !

Des jeunes et moins jeunes ont compris plus que leurs aînés que le pays, que le continent s'enfonçaient dans l'impasse si ne se renouvelait en son sein une autre manière de faire vivre la réflexion, l'action et l'espoir de nos sociétés toujours en marge des avancées en développement malgré nos immenses potentialités matérielles et humaines ! Il faut en effet refuser de voir en ne percevant pas que conduite autrement l'Afrique aurait bénéficié d'une plus grande marche que la pénible progression due à l'inertie qu'elle traîne aujourd'hui !

Tous ces mouvements de jeunes et de la Société civile comme "Y'en a marre" ou "Balai citoyen" et d'autres ont démontré qu'en marge ou parallèlement à la politique, ils sont l'avenir indispensable de notre "développement" socio-économique, politique, intellectuel et éthique !
Lisez ce témoignage émouvant d'un père, d'un homme de conviction et de réflexion, d'un leader politique responsable qui l'explique pas mal !


Motion d’information concernant l’arrestation d’une trentaine de Congolais de la société civile à Masina, LE 15 mars 2015.
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9798
 
 
Le député national Gilbert Kiakwama kia Kiziki 

(Kinshasa, mars 2015)

Honorable Président, 
Honorables membres du Bureau,
Honorables Députés et chers collègues,
Mesdames et Messieurs.


Mieux que quiconque dans cette salle je peux parler de soulèvement, de coup d’Etat, de renversement d’un Régime en place, de terrorisme ou encore de patriotisme.
En effet, le 31 juillet 1998, je me trouvais en exil à Bruxelles avec de nombreux autres haut-cadres du Régime déchu de feu le président Mobutu lorsque j’ai été contacté pour prendre la tête du RCD-Goma qui allait attaquer le régime de M’zee le 2 août 1998. Cette rencontre a eu lieu à Bruxelles en présence de Déogracias Bugera, moi-même et une troisième personne dont je tais le nom ; parce qu’elle siège en ce moment dans notre Parlement. 

J’ai déjà eu à parler de ces faits historiques à titre éducatif. La proposition était sans doute très alléchante. Mais, ma culture, mon éducation, mes convictions, mon désir de remise en question, mon amour de la République et mon idée du patriotisme m’ont conduit à refuser cette offre et au-delà, à me tenir à l’écart des rébellions multiples qui ont eu lieues dans notre pays.

Chers collègues,

Aujourd’hui, il me paraît impérieux de dire à la nation congolaise à travers sa représentation nationale que j’ai élevé mes cinq enfants et tous les enfants dont j’ai eu à assurer l’éducation, la formation, le suivi ou l’encadrement dans le même et strict respect des principes humanistes, des principes démocratiques, et des principes républicains. 

Mais, j’ai aussi appris à mes enfants à ne jamais, je dis bien jamais courber l’échine ou mettre les deux genoux à terre lorsque des injustices, des abus, des ignominies, des faits du prince, des mensonges, des vilenies, des calomnies, des subterfuges, des artifices, des contre-vérités sont employés contre eux, sont employés contre leurs convictions, sont employés contre leurs amis, sont employés contre leurs collègues, sont employés contre leurs proches, sont employés, enfin, contre leur famille.

Chers collègues,

Au moment où nous parlons ici, le gouvernement de la République, trompé par ‘’ses services’’ de sécurité est entrain de commettre une terrible injustice en maintenant en détention arbitrairement depuis le dimanche 15 mars 2015 plus de trente jeunes Congolais membres ou sympathisants du Mouvement citoyen FILIMBI qui n’est rien d’autre qu’un collectif de trois associations de jeunes, j’ai cité :

 Jeunesse pour une nouvelle Société (JNS) ;

 Forum national de la jeunesse pour l’excellence (FNJE) ;

 Et, Lutte pour le changement (LUCHA).

Chers collègues,

FILIMBI regroupe des jeunes patriotes de toutes nos provinces qui ont le droit de réfléchir sur leur pays, le droit de défendre leur idée de la Bonne Gouvernance dans leur pays, le droit de développer leur vision sociale de leur pays, le droit de débattre de leur pays, le droit d’expliquer la démocratie aux jeunes, le droit d’inviter dans leur pays, le droit d’informer la jeunesse congolaise et de l’éduquer à l’engagement citoyen. C’est cela le quotidien de FILIMBI. Tout le reste n’est que verbiage et exercice de style de personnes qui auraient du se taire du fait ou bien d’avoir hier participé à des rébellions qui ont apporté la mort, le sang, le viol, l’intolérance, l’instabilité institutionnelle, la médiocrité, les combinazione et l’abaissement dans notre pays, ou du fait d’être des délateurs peu intelligents pour tout saisir de la philosophie politique FILIMBI.

Honorables Députés et chers collègues,

FILIMBI et leurs invités sénégalais et burkinabé sont entrés :
 Légalement avec des visas ;

 Avaient toutes les autorisations ;

 Publiquement, conférences de presse et concert étaient prévus et annoncés ;

 Leur message est pacifique, apolitique, africaniste, pro Bonne Gouvernance, pro dialogue permanent et enfin, pour la consolidation démocratique.

Honorables Députés et chers collègues,

Tout démocrate, tout Congolais réfléchi, tout artisan de paix, tout humaniste, tout patriote ne peut qu’adhérer à leurs idées et à leur message.

Chers collègues,

La Représentation nationale et ce micro sont pour moi le lieu légitime pour inviter le gouvernement à SAGEMENT changer son fusil d’épaule en libérant tous ces membres de la Société civile qui ont été arrêté dans cette pseudo-affaire de terroristes en Jeans - T-SHIRT, armés pour seuls canons que de stylos, d’idées, de patriotisme, de détermination panafricaniste et d’un courage et d’une intelligence qui me rendent fier de n’avoir jamais pris les armes contre mon pays. Il ne faudrait pas me le faire regretter.

Honorable Président,
Honorables membres du Bureau,
Chers collègues.


Ne poussons pas tous ces jeunes qui se sont faits entendre les 19, 20 et 21 janvier 2015, qui se sont faits entendre à Goma il y a quelques jours, qui se sont faits entendre à Masina le dimanche 15 mars 2015 au radicalisme et à l’engagement politique. Ils sont Congolais, ils sont Citoyens dixit FILIMBI. Ils travaillent de manière apolitique à l’éveil à la citoyenneté. Ne les poussons pas au refus de notre ordre républicain.

Chers collègues,

Libérons tous les activistes des droits de l’homme et de la Société civile congolaise et travaillons à l’avènement rapide, consensuel et irrémédiable des élections provinciale, législative, et présidentielle. 

Pour terminer, j’invite donc la Représentation nationale à offrir au gouvernement une voie de sortie politique honorable à ces arrestations, ridicules, bouffonnes, grandiloquentes, grand-guignolesques, grotesques, rocambolesque et ubuesques en votant trois recommandations.

1. La première, appelant à la libération immédiate de tous ces jeunes. Nous aurons aidé notre pays. 

2. La deuxième, la révocation pure et simple du patron des services des renseignements de notre Nation pour avoir :

a) exposé l’Institution Président de la République internationalement ;

b) exposé le Gouvernement de la République dont un Ministre doit à présent maladroitement défendre l’indéfendable ;

c) ordonné à ses subalternes des arrestations arbitraires, sans fondements, dont certaines, comme celle d’un Diplomate étranger en poste en République Démocratique du Congo, au mépris de la Convention de Vienne - que par ailleurs ils sont censés maîtriser - est simplement dangereux pour notre sécurité nationale.

d) Supervisé une opération de police sans enquêtes fiables en amont, sans profilage des animateurs des associations dont il vient de découvrir l’existence comme nous tous et, dont il cherche à postériori à prouver la culpabilité en violant les domiciles sans témoins.

e) Oublié de mettre en place des services de sécurité respectueux des droits de l’homme, entraînés, équipés en moyens technologiques de pointe, respectés par leurs confrères internationaux et, formés aux meilleures techniques scientifiques et informatiques de contre-terrorisme, dignes d’un pays dont l’ambition est d’être émergent à l’horizon 2030 comme le prône le Président de la République dans son programme politique de la Révolution de la Modernité.

f) Enfin, vouloir ériger un Etat dans l’Etat où il peut user de méthodes archaïques (rafles, intimidations, pressions, fabrication de dossiers à charge à la carte, arrestations selon l’humeur, utilisation de la triangulation et la géo-localisation avec facilité et sans contrôle judiciaire) au détriment de l’intérêt supérieur de notre Nation et de nos Institutions en reconstruction. Au lieu de la Sécurité, il a apporté l’insécurité au mandat du Président de la République.

3. La troisième, appelant à réformer et à démocratiser notre appareil sécuritaire. 

En effet, jadis, les Mokolo, Seti, Nkema, Lokondo etc. étaient envoyés en formation en Belgique, France, Israël, Allemagne, USA pour acquérir des compétences en techniques d’intelligence, de contre-intelligence, d’espionnage, de contre espionnage et enfin, de renforcements en capacité d’analyses. 

Il faut urgemment et à la veille des élections générales repenser nos services de sécurité qui sont inutilement répressifs au point de ne plus effrayer que des bébés. Ayons une politique sécuritaire réfléchie, articulée, géostratégique, moderne, pourvue de moyens et dotée de Normes. Nous éviterons ainsi à l’avenir un si grand ridicule, un si grand raté, une si grande humiliation à Notre Pays. Freinons avant le précipice. Arrêtons la descente aux enfers.

Gilbert Kiakwama kia Kiziki
Député National (CDC)

Voici en prime une étude qui rend compte du mouvement des sociétés civiles en Amérique Latine et en Afrique !

Le CCFD note le dynamisme des sociétés civiles dans le monde
Le CCFD-Terre solidaire, en partenariat avec l’IRIS, mesure pour la première fois le dynamisme des sociétés civiles dans plus de 40 pays. « La Croix » a eu la primeur de cette étude.

° http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-CCFD-note-le-dynamisme-des-societes-civiles-dans-le-monde-2014-02-12-1105543


Le mouvement sénégalais « Y en a marre » distribue de l’eau aux habitants du quartier Nietti Mbar, à Pikine, en mai 2011. Ensemble, ils nettoient un terrain envahi par les eaux et les ordures, après la noyade d’un enfant dans les roseaux.

Propulsées sur le devant de la scène par la mondialisation, les sociétés civiles sont à l’origine de nombreux bouleversements, des luttes contre les inégalités en Amérique latine aux mobilisations des « printemps arabes ».
Très actives dans les pays à forte cohésion nationale, elles émergent plus difficilement là où les libertés civiles et politiques sont absentes.


POURQUOI MESURER L’ACTIVITÉ DES SOCIÉTÉS CIVILES ?

 « On dit souvent que la mondialisation s’est faite au profit d’acteurs transnationaux, en particulier les entreprises, et au détriment des États. Mais elle a aussi provoqué la montée en puissance, par le bas, des sociétés civiles. Elles en sont un acteur, observé presque partout, même dans un contexte aussi compliqué qu’en Birmanie ou au Congo-Kinshasa. » 
Xavier Ricard est directeur des partenariats internationaux au CCFD-Terre solidaire, qui finance depuis près de 50 ans les actions de développement menées par des partenaires locaux. Il a dirigé la conception du premier Baromètre des sociétés civiles, dont La Croix a eu la primeur. 
 « Ce nouvel outil, destiné à être actualisé tous les ans, doit nous permettre d’apprécier leur impact. Celui-ci est non seulement national, mais aussi et surtout planétaire », souligne-t-il.
 « Les sociétés civiles prennent le pouvoir, expriment leur volonté et ne se laissent plus dicter leur conduite par leur gouvernement. C’est une révolution stratégique majeure », note en introduction Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), partenaire du baromètre. 
Les sociétés civiles ont conduit à l’accession de la gauche au pouvoir en Amérique latine, bouleversé le monde arabe avec les révolutions…
 « La lutte contre les paradis fiscaux, la taxe sur les transactions financières, la réforme du modèle agricole… Tous ces thèmes sont nés au sein des courants doctrinaux qui traversent la société civile internationale, à la pointe de ces combats dans les dix dernières années », relève Xavier Ricard.
 « Leur poids est sans commune mesure par rapport à il y a vingt ou trente ans, estime Pascal Boniface. Le plus marquant, c’est qu’elles ont brisé le monopole d’information des gouvernements, et ce dans tous les pays à l’exception de la Corée du Nord. » 

COMMENT MESURER CE DYNAMISME ?

Au travers d’un questionnaire et d’entretiens menés avec les partenaires du CCFD-Terre solidaire, les chercheurs ont surtout mesuré la perception qu’ont les organisations de la société civile de l’environnement dans lequel elles évoluent, c’est-à-dire leur pays.
 « L’approche quantitative n’est pas suffisante, estime Xavier Ricard. Se limiter au nombre d’organisations ou à leur financement n’apporterait rien. En revanche, avec un questionnaire très étoffé, nous déterminons la manière dont la société civile se perçoit elle-même, ce qui est une part de la réalité. Dans le Kivu, au Congo-Kinshasa, ces organisations sont très fières de ce qu’elles ont fait malgré l’hyperviolence du conflit, et elles nous le disent. Elles ont raison, parce que c’est remarquable ! » 
La pondération des réponses à travers l’indice de développement humain et le degré de libertés civiles et politiques explique des résultats parfois surprenants. 
 « Nous avons choisi de ne pas regarder uniquement le nombre d’associations ou leur dynamisme, indique Philippe Mayol, responsable du service Afrique du CCFD-Terre solidaire. Le Brésil ou l’Afrique de Sud auraient alors battu tous les records. Nous avons préféré raisonner en termes de contraintes (pauvreté et autoritarisme) : comment les organisations de la société civile les surmontent-elles ? Il est bien plus difficile de se mobiliser au Niger ou au Congo-Kinshasa qu’en Amérique latine, où la société civile est déjà très organisée et dynamique. » 

OÙ LA SOCIÉTÉ CIVILE EST-ELLE LA PLUS ACTIVE ?

Le Sénégal caracole en tête du classement du baromètre. En 2011, l’ancien président Abdoulaye Wade tentait de verrouiller sa succession au travers de son fils Karim, un projet mis en échec par la mobilisation des Sénégalais. 
 « Et ce ne sont pas les organisations traditionnelles qui ont canalisé le mécontentement ! rappelle Philippe Mayol. La mobilisation, intergénérationnelle, a débuté avec les rappeurs du collectif ‘Y’en a marre’, qui protestait à l’origine contre les coupures de courant. Ils sont parvenus à faire échouer les ambitions dynastiques d’Abdoulaye Wade. » Son opposant, Macky Sall, a été élu en 2012.

POURQUOI CE PAYS EN DÉVELOPPEMENT D’AFRIQUE DE L’OUEST MAINTIENT-IL UN TEL DYNAMISME ? 

 « Au Sénégal, la plupart des partis n’ont pas une base ethnique ou religieuse et il y a une forte culture associative, indique Philippe Mayol. La démocratie est solidement ancrée et il y a un sentiment national. La dernière élection a suscité beaucoup d’inquiétude, ce qui a provoqué un vrai sursaut. »  
Contrairement au Mali, à la culture démocratique beaucoup plus récente et aux tensions ethniques persistantes. « Là-bas, la crise a laissé la société civile, pourtant très active, complètement groggy…» 
Deux autres pays africains suivent : le Niger et la République démocratique du Congo. La société civile y a marqué des points ces dernières années, empêchant la modification autoritaire de la Constitution pour le premier et profitant de la fin de l’ère Mobutu pour le second. 
« En Afrique, à part en Afrique du Sud, les sociétés civiles sont au tout début du processus, juge Philippe Mayol. Tout ce qui fait la force des organisations (structuration, pensée stratégique, réflexion collective…), manque aujourd’hui, contrairement à l’Amérique latine. » Là-bas, au contraire, « la théologie de la libération, le travail de terrain de l’Église, cinquante ans d’éducation populaire et une certaine conception de l’Etat-Nation ont favorisé l’émergence des sociétés civiles », précise Xavier Ricard.

L’étude démontre aussi que la mobilisation des sociétés civiles n’est pas liée à un niveau relativement élevé d’indice de développement humain. Ainsi, elles peinent à émerger là où les libertés civiles et politiques sont réprimées : la Chine et l’Algérie ferment la marche du classement. 
Une peine de 18 mois de prison a été requise mardi 11 février à l'encontre d'un caricaturiste de presse pour un dessin non publié brocardant le président algérien Abdelaziz Bouteflika…
Le défi sera désormais de pérenniser les nouvelles formes de mobilisation spontanées et informelles, dont les manifestations au Brésil en 2013, les Printemps arabes ou la contestation actuelle en Ukraine sont une illustration. Et prouver ainsi que les sociétés civiles peuvent vraiment changer le visage du monde.
-----------------------------------------------------

Quelle est la méthode du rapport ?

La méthode repose sur un questionnaire de 58 questions à choix multiples et des entretiens avec un nombre réduit d’observateurs qualifiés. Il était destiné aux partenaires du CCFD‑Terre solidaire, soit 41 pays suivis sur 60.
Il aborde quatre critères d’appréciation de la nature et du dynamisme d’une société civile : sa mission sociale (domaine dans lesquels elle intervient), son état des lieux (niveau de mobilisation), sa structuration (en son sein et sa relation avec les ONG et les institutions publiques) et la transformation sociale (son impact sur les politiques publiques et les changements socioculturels).
Les réponses au QCM ont été soumises à un codage allant de 1 (sociétés civiles les moins dynamiques), à 10. Ces notes, au caractère subjectif, ont été pondérées par deux critères : l’indice de développement humain, élaboré par le Programme des Nations unies pour le développement, et l’indice des libertés civiles et politiques, mis au point par des ONG. Ainsi, à niveau d’impact équivalent sur les politiques publiques, une société civile sera jugée plus dynamique qu’une autre si elle a agi dans un contexte politique défavorable. "

{"BAROMETRE DES SOCIETES CIVILES  2013
L'Autre visage de la mondialisation
Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD)

° http://www.la-croix.com/content/download/1136110/37367606/version/1/file/BAROME...
° http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-CCFD-note-le-dynamisme-des-societes-civiles-dans-le-monde-2014-02-12-1105543
C’est la fi n du monopole des gouvernements sur l’information et l’émergence partout dans le monde de sociétés civiles qui participent au jeu institutionnel de la gouvernance démocratique.  "}



Compatriotiquement!


PS

Petite digression étymologique qu'on prendrait des fois prophétique : "kia kwama ka kiziki(a) ko" signifie la bûche toujours pétillante jamais éteinte, jamais enfouie !  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  NgongaEbeti le 26/3/2015, 7:56 pm

Mes chers freres Piele de Dongo et Zobattants,

Comme toujours vous avez parfaitement raison. Certains naifs africains, désespérés, et incapables de tirer les lecons de l'histoire, se plaisent a continuellement tomber dans les pièges des Occidentaux. Ils sont tellement devenus paresseux et enfantins qu'ils prennent tout ce qui brille pour de l'or. Lorsque les Occidentaux crient sur tous les toits "démocratie, droits de l'homme etc..." ils perdent toute capacité de réfléchir et croient que ces gens utilisent ces termes pour le bien de l'Afrique alors que dans le comportement de ces gens, dans leur application selective de certains principes, il est clair que tout ce compte pour eux c'est de destabiliser les pays africains afin de mieux les exploiter et les empécher de se developper.

Bref, derrière leur "balais national", "Y'en a marre", "Filimbi" et autres organisations auto-proclamées de la "société civile" voila ce qui se cache en réalité, comme par hasard:

http://www.lexpress.fr/actualite/complots-a-lome-et-kinshasa-tentatives-de-destabilisation-du-processus-electoral-du-togo-et-de-la-rdc_1663071.html

L'Express a écrit:Complots à Lomé et Kinshasa : Tentatives de déstabilisation du processus électoral du Togo et de la RDC

L'interpellation en RDC d'un groupe d'activistes sénégalais et burkinabés révèle l'ampleur d'un complot destiné à déstabiliser Lomé et Kinshasa, à la veille des élections présidentielles togolaise et congolaise.

Vus de Paris ou de Bruxelles, Fadel BARRO, sénégalais, président du mouvement " Y EN A MARRE " et ses complices burkinabés du " BALAI CITOYEN ", pourraient être perçus comme de candides militants des droits de l'homme, comme on les aime tant dans les salons et think-tanks des capitales occidentales. Des jeunes gens idéalistes, soi-disant, impliqués dans la démocratisation de l'Afrique via des ONG opaques aux financements douteux. Une vision idyllique, pour masquer une sordide entreprise de déstabilisation en cours des états congolais et togolais, par des professionnels de la subversion, manipulés par des puissances étrangères, qui agissent dans l'ombre à l'abri du confortable paravent de pseudo organisations censées représenter la société civile.

Les services de sécurité et de contre-espionnage congolais, dont l'attention a été attirée par les mouvements suspects de Fadel Barro et de ses complices burkinabés entre Dakar, Ouagadougou, Lomé et Kinshasa, ont fait preuve de vigilance et diligenté les recherches et recueils de renseignement qui ont permis les récentes arrestations qui doivent conduire les comploteurs devant les juges.

Ferments maoistes de guérilla urbaine

Courant janvier 2015 Barro et ses complices débarquent ainsi à Lomé ou le jeu démocratique pré-électoral bat son plein avant l'élection présidentielle. Pendant 3 jours Barro et ses agitateurs contactent, tour à tour, les chefs de l'opposition. Des entrevues menées en toute liberté et en toute sérénité, comme il se doit dans la jeune démocratie togolaise. Surprise, en marge de ces entretiens, une délégation congolaise rencontre le commando idéologique sénégalo-burkinabé, dans le plus grand secret, avant de s'évanouir dans la nature pour réapparaitre à Kinshasa, à la tête du mouvement insurrectionnel armé qui va causer la mort de plusieurs dizaines d'innocents.

Derrière les Yen a marre et autres Balais citoyens, on retrouve des organisations structurées et des moyens financiers considérables. Partout, le fonctionnement maoiste et trotskiste, rappelle les heures sombres de la guerre froide. La société civile, les organisations syndicales, sont systématiquement infiltrées et gangrénées par ces professionnels de l'agitation et de la propagande, aux motivations troubles. Troubles mais décelables : il s'agit partout de manipuler les organisations syndicales pour fomenter des manifestations que ces mercenaires transforment en émeutes et si possible en insurrection selon la vieille méthode maoiste qui a déjà fait couler tant de sang de par le monde. Les mercenaires visent à faire tuer le plus d'innocents possibles pour en faire des martyrs et catalyser ainsi l'émotion et la fureur populaire sensées ébranler la République et affaiblir l'Etat.

Des provocateurs désormais connus

Au Togo, Fadel Barro et ses acolytes ont recruté le directeur exécutif de du mouvement Coordination Nationale de la Société Civile, Paul Amegankpo, et les responsables du syndicat Synergie des Travailleurs du Togo, pour allumer de multiples foyers de contestation qui viendraient s'enchaîner et dégénérer au moment de l'élection, compromettant ainsi le processus électoral démocratique.

Pour activer ces provocateurs, ils disposent de fonds douteux mais abondants fournis par des ONG comme OXFAM de Georges SOROS, OSIRWA, ou une étrange association appelée Solidarité et Action pour le Développement Durable, coordonnée par un activiste dénommé Yves Dossou et qui serait encouragée et financée en sous-main par des représentants de l'Eglise dont il n'est pas certain que Rome connaisse ni valide les sombres projets.

A qui profitent les crimes ?

Ces hommes de paille ne sont que les marionnettes soumises aux mains de forces qui ne veulent ni de la démocratisation ni de l'indépendance d'une Afrique moderne, capable d'échapper économiquement à leur domination et qui voient avec une hostilité non dissimulée, s'établir des liens économiques prometteurs avec les nations émergentes de l'Inde, la Chine ou l'Amérique Latine.
Le dessein des apprentis sorciers aux visées maléfiques est prétendument de tenter de reproduire le mode opératoire des printemps arabes et d'allumer l'insurrection dans les pays qu'ils savent ne pouvoir déstabiliser par des processus légaux et démocratiques.

Des états vigilants et mobilisés face à la menace

Les démocraties africaines bien que jeunes, disposent d'Etats aux institutions vigilantes et loyalistes. Il est heureux que les services civils et militaires en charge de la protection des Etats veillent activement pour faire face aux menées criminelles des mercenaires en col blanc à la solde des forces obscures du néo colonialisme dont les techniques sont désormais éventées, et dont les identités seront bientôt révélées à l'occasion du procès qui

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/complots-a-lome-et-kinshasa-tentatives-de-destabilisation-du-processus-electoral-du-togo-et-de-la-rdc_1663071.html#cIlILVKyCwkRX4Vf.99

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  piélé de dongo le 26/3/2015, 9:33 pm

Le Rais a passé sa présidence plus à defendre l'intégrité de la nation, surtout lorsque notre population est ignorante, d'ailleurs même dans ce forum certain prefère que le pays soit soumis par ceux là même qui nous détestent depuis la fondation de notre pays c.à.d les américains. C'est comme une femme battu, trompé et delaissé mais qui prefère continuer avec le même monsieur. Very Happy
Les enjeux sont tellemnet très haut qu'ils ne comprennent pas.
Le credo des tutsis américains c'est la separation de kivu, leur lutte continue malgré les défaites influgées par la politique ya niawu du Rais. Au debut avec RCD ils avaient tous les tutsis avec les hemas de ituri compris, le Rais a reçu à les deviser, ceux de sud kivu et les hemas quittent l'alliance grace aux patriotes comme masunzu ... avec CNDP ils ont gardés que ceux du nord kivu dans leur alliance mais la politique de grand niawu amené encore la division entre ceux de Masisi et de rutshuru, ceux de rutshuru décident de quitter cette alliance d'où avec M23 eux et les nandés sont devenus les cibles . Il se dit même que lors de la guerre requonte de territoire par les FARDC il y a eu de resistance que dans le masisi, dans le rutshuru la population avait fait elle même le boulot et attendait FARCD. Les accords d'addis abeba constitue leur capitulation, d'où les américains ou plutôt les tutsis démocrates ne veulent pas lacher ce qu'ils considèrent comme acquis pendant les regnes de Clinton, ils passent à l'attaque en récupérant un nandé, mbusa et un de masisi kamerhé pour dire qu'ils ne vont jamais abandonner, sachant la capacité de Rais à les dribbler au dernier moment, ils exigent son eviction du pouvoir donc les élections mais tout en sachant qu'ils vont les perdre, non satisfait de l'echec de manifestation de janvier et avec la doute de la capacité revolutionnaire des con mbatas nationaux. Ils décident de faire entrer en jeu tous les voyoux du continent, et entre temps la tuerie des nandés et des tutsis de rutshuru continuent par ceux M23 coallisés avec les ADF. Ces tutsis américains savent que avec Kabila ils ont aucun moyen de libèrer leur frère de Masisi d'où avec leur homme herman Cohen ils commencent à inviter les casseurs de l'hotel de Koffi aux USA pour organiser les désordres aux pays car ils ne veulent pas d'élèction mais le depart de JOKA dans le desordre comme ça le Kivu partira du Congo. Pendant ce temps il a des congolais qui soutiennent leurs actions par des individus comme Ngbanda, kamerhé, diongo, fayulu... pcq ba fingi Rais.
Mawa plein. Embarassed Embarassed Embarassed

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  ndonzwau le 26/3/2015, 10:46 pm

NgongaEbeti a écrit:Mes chers freres Piele de Dongo et Zobattants,

Comme toujours vous avez parfaitement raison. Certains naifs africains, désespérés, et incapables de tirer les lecons de l'histoire, se plaisent a continuellement tomber dans les pièges des Occidentaux. Ils sont tellement devenus paresseux et enfantins qu'ils prennent tout ce qui brille pour de l'or. Lorsque les Occidentaux crient sur tous les toits "démocratie, droits de l'homme etc..." ils perdent toute capacité de réfléchir et croient que ces gens utilisent ces termes pour le bien de l'Afrique alors que dans le comportement de ces gens, dans leur application selective de certains principes, il est clair que tout ce compte pour eux c'est de destabiliser les pays africains afin de mieux les exploiter et les empécher de se developper.

Bref, derrière leur "balais national", "Y'en a marre", "Filimbi" et autres organisations auto-proclamées de la "société civile" voila ce qui se cache en réalité, comme par hasard:

http://www.lexpress.fr/actualite/complots-a-lome-et-kinshasa-tentatives-de-destabilisation-du-processus-electoral-du-togo-et-de-la-rdc_1663071.html

L'Express a écrit:Complots à Lomé et Kinshasa : Tentatives de déstabilisation du processus électoral du Togo et de la RDC

L'interpellation en RDC d'un groupe d'activistes sénégalais et burkinabés révèle l'ampleur d'un complot destiné à déstabiliser Lomé et Kinshasa, à la veille des élections présidentielles togolaise et congolaise.

Vus de Paris ou de Bruxelles, Fadel BARRO, sénégalais, président du mouvement " Y EN A MARRE " et ses complices burkinabés du " BALAI CITOYEN ", pourraient être perçus comme de candides militants des droits de l'homme, comme on les aime tant dans les salons et think-tanks des capitales occidentales. Des jeunes gens idéalistes, soi-disant, impliqués dans la démocratisation de l'Afrique via des ONG opaques aux financements douteux. Une vision idyllique, pour masquer une sordide entreprise de déstabilisation en cours des états congolais et togolais, par des professionnels de la subversion, manipulés par des puissances étrangères, qui agissent dans l'ombre à l'abri du confortable paravent de pseudo organisations censées représenter la société civile.

Les services de sécurité et de contre-espionnage congolais, dont l'attention a été attirée par les mouvements suspects de Fadel Barro et de ses complices burkinabés entre Dakar, Ouagadougou, Lomé et Kinshasa, ont fait preuve de vigilance et diligenté les recherches et recueils de renseignement qui ont permis les récentes arrestations qui doivent conduire les comploteurs devant les juges.

Ferments maoistes de guérilla urbaine

Courant janvier 2015 Barro et ses complices débarquent ainsi à Lomé ou le jeu démocratique pré-électoral bat son plein avant l'élection présidentielle. Pendant 3 jours Barro et ses agitateurs contactent, tour à tour, les chefs de l'opposition. Des entrevues menées en toute liberté et en toute sérénité, comme il se doit dans la jeune démocratie togolaise. Surprise, en marge de ces entretiens, une délégation congolaise rencontre le commando idéologique sénégalo-burkinabé, dans le plus grand secret, avant de s'évanouir dans la nature pour réapparaitre à Kinshasa, à la tête du mouvement insurrectionnel armé qui va causer la mort de plusieurs dizaines d'innocents. Rolling Eyes  Rolling Eyes   Laughing  Laughing  Laughing  

Derrière les Yen a marre et autres Balais citoyens, on retrouve des organisations structurées et des moyens financiers considérables. Partout, le fonctionnement maoiste et trotskiste, rappelle les heures sombres de la guerre froide. La société civile, les organisations syndicales, sont systématiquement infiltrées et gangrénées par ces professionnels de l'agitation et de la propagande, aux motivations troubles. Troubles mais décelables : il s'agit partout de manipuler les organisations syndicales pour fomenter des manifestations que ces mercenaires transforment en émeutes et si possible en insurrection selon la vieille méthode maoiste qui a déjà fait couler tant de sang de par le monde. Les mercenaires visent à faire tuer le plus d'innocents possibles pour en faire des martyrs et catalyser ainsi l'émotion et la fureur populaire sensées ébranler la République et affaiblir l'Etat.

Des provocateurs désormais connus

Au Togo, Fadel Barro et ses acolytes ont recruté le directeur exécutif de du mouvement Coordination Nationale de la Société Civile, Paul Amegankpo, et les responsables du syndicat Synergie des Travailleurs du Togo, pour allumer de multiples foyers de contestation qui viendraient s'enchaîner et dégénérer au moment de l'élection, compromettant ainsi le processus électoral démocratique.

Pour activer ces provocateurs, ils disposent de fonds douteux mais abondants fournis par des ONG comme OXFAM de Georges SOROS, OSIRWA, ou une étrange association appelée Solidarité et Action pour le Développement Durable, coordonnée par un activiste dénommé Yves Dossou et qui serait encouragée et financée en sous-main par des représentants de l'Eglise dont il n'est pas certain que Rome connaisse ni valide les sombres projets.

A qui profitent les crimes ?

Ces hommes de paille ne sont que les marionnettes soumises aux mains de forces qui ne veulent ni de la démocratisation ni de l'indépendance d'une Afrique moderne, capable d'échapper économiquement à leur domination et qui voient avec une hostilité non dissimulée, s'établir des liens économiques prometteurs avec les nations émergentes de l'Inde, la Chine ou l'Amérique Latine.
Le dessein des apprentis sorciers aux visées maléfiques est prétendument de tenter de reproduire le mode opératoire des printemps arabes et d'allumer l'insurrection dans les pays qu'ils savent ne pouvoir déstabiliser par des processus légaux et démocratiques.

Des états vigilants et mobilisés face à la menace

Les démocraties africaines bien que jeunes, disposent d'Etats aux institutions vigilantes et loyalistes. Il est heureux que les services civils et militaires en charge de la protection des Etats veillent activement pour faire face aux menées criminelles des mercenaires en col blanc à la solde des forces obscures du néo colonialisme dont les techniques sont désormais éventées, et dont les identités seront bientôt révélées à l'occasion du procès qui

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/complots-a-lome-et-kinshasa-tentatives-de-destabilisation-du-processus-electoral-du-togo-et-de-la-rdc_1663071.html#cIlILVKyCwkRX4Vf.99

Faut-il en rire ou en pleurer ?
Gnassingbé  Eyadema, le fils de son père, l'ami et suiveur du dictateur Mobutu serait devenu tout d'un coup l'idéal rêvé de la gouvernance en Afrique et vous nous inventez des morts causés par des infiltrés des Américains qui n'existent que dans vos fantasmes complotistes des communistes d'antan...
Auriez-vous voulu qu'ils ne soient pas les succédanés réchauffés du "fonctionnement maoïste et trotskiste, qui rappelle selon l'auteur les heures sombres de la guerre froide mais des vrais barbouzes à la soviétique sortis tout droit de Cuba, de Venezuela ou de Corée du Nord que vous connaissez si bien ?


Arrêtez vos rêves éculés nostalgiques du grand soir, il n'est venu nulle part, il ne viendra nulle part , Ngonga ekobeta te !
La Société Civile africaine des jeunes ou des moins jeunes se cherche une voie vivable pour ses frères et sœurs, qu'elle ait besoin d'assistance logistique pour son action, c'est encore plus évident chez des dictateurs affameurs et meurtriers comme "JK" ou "Eyadema"; continuer à nous chanter vos vieilles comptines marxistes ne trompe plus personne !
La dictature avec ses présidences à vie et ses répressions inhumaines des populations passera de plus en plus mal en Afrique, sachez-le, vous et votre ami griot du dictateur Eyadema, vous aurez beau noircir des pages et des pages, vous serez vaincus !

L'idéologie a prouvé son discrédit total, le pragmatisme bien réaliste sans couleurs rouges ou brunes ou bleues sauvera seul la vraie "Internationale" des pauvres opprimés par ceux de gauche ou de droite...
Ce n'était pas la peine de vous réveiller de votre sommeil bien mérité après d'inutiles combats parce que vous avez vu passer l'Amérique qui n'effraie plus que les rêveurs impénitents comme vous, regardez ne fût-ce que du côté de ce vieux "Fidel", ça commence à bouger !
Les femmes et hommes actifs de nos contrées n'ont vraiment pas besoin, alors surtout pas besoin du tout de votre assistance; c'est vous qui êtes naïfs, surtout pas eux dont les paupières sont dessillées depuis belle lurette par la survie leur imposée !!!
Ils savent eux plus que quiconque "la démocratisation et l'indépendance" dont ils ont besoin !

Bonne nuit !



Compatriotiquement !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  NgongaEbeti le 27/3/2015, 1:49 am

piélé de dongo a écrit:Le Rais a passé sa présidence plus à defendre l'intégrité de la nation, surtout lorsque notre population est ignorante, d'ailleurs même dans ce forum certain prefère que le pays soit soumis par ceux là même qui nous détestent depuis la fondation de notre pays c.à.d les américains. C'est comme une femme battu, trompé et delaissé mais qui prefère continuer avec le même monsieur. Very Happy
Les enjeux sont tellemnet très haut qu'ils ne comprennent pas.
Le credo des tutsis américains c'est la separation de kivu, leur lutte continue malgré les défaites influgées par la politique ya niawu du Rais. Au debut avec RCD ils avaient tous les tutsis avec les hemas de ituri compris, le Rais a reçu à les deviser, ceux de sud kivu et les hemas quittent l'alliance grace aux patriotes comme masunzu ... avec CNDP ils ont gardés que ceux du nord kivu dans leur alliance mais la politique de grand niawu amené encore la division entre ceux de Masisi et de rutshuru, ceux de rutshuru décident de quitter cette alliance d'où avec M23 eux et les nandés sont devenus les cibles . Il se dit même que lors de la guerre requonte de territoire par les FARDC il y a eu de resistance que dans le masisi, dans le rutshuru la population avait fait elle même le boulot et attendait FARCD. Les accords d'addis abeba constitue leur capitulation, d'où les américains ou plutôt les tutsis démocrates ne veulent pas lacher ce qu'ils considèrent comme acquis pendant les regnes de Clinton, ils passent à l'attaque en récupérant un nandé, mbusa et un de masisi kamerhé pour dire qu'ils ne vont jamais abandonner, sachant la capacité de Rais à les dribbler au dernier moment, ils exigent son eviction du pouvoir donc les élections mais tout en sachant qu'ils vont les perdre, non satisfait de l'echec de manifestation de janvier et avec la doute de la capacité  revolutionnaire des con mbatas nationaux. Ils décident de faire entrer en jeu tous les voyoux du continent, et entre temps la tuerie des nandés et des tutsis de rutshuru continuent par ceux M23 coallisés avec les ADF. Ces tutsis américains savent que avec Kabila ils ont aucun moyen de libèrer leur frère de Masisi d'où avec leur homme herman Cohen ils commencent à inviter les casseurs de l'hotel de Koffi aux USA pour organiser les désordres aux pays car ils ne veulent pas d'élèction mais le depart de JOKA dans le desordre comme ça le Kivu partira du Congo. Pendant ce temps il  a des congolais qui soutiennent leurs actions par des individus comme Ngbanda, kamerhé, diongo, fayulu... pcq ba fingi Rais.  
Mawa plein. Embarassed Embarassed Embarassed

Trop bien dit mon frère!
Les ennemis du Congo ont tout tenté et ont échoué face au Rais et ils se frottent les mains en croyany pouvoir replonger le Congo dans le chaos et l'instabilité apres 2016. Ils se trompent.
Les assoiffés de pouvoir a Kin qui comptent sur les américains pour acceder au pouvoir n'auront, encore une fois, que leurs yeux pour pleurer lorsqu'apres les elections, ce sera encore le PPRD qui aura le pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  NgongaEbeti le 31/3/2015, 6:14 pm

zobattants a écrit:

Merci beaucoup cher Zobattants pour cette vidéo.
Les esclaves mentaux volontaires de ceux qui crient a tu-tete "démocratie, droits de l'homme, pas de changement de constitution etc..." ne vont pas regarder cette video. Et meme si ils le font, ils ne pourront jamais tirer les bonnes conclusions tellement ils ont ete lobotomisés et sont incapables de réfléchir en dehors du cadre leur tracé par leurs maitres Occidentaux.

Shame on them foolish people!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  ndonzwau le 1/4/2015, 3:14 am

NgongaEbeti a écrit:
zobattants a écrit:

Merci beaucoup cher Zobattants pour cette vidéo.
Les esclaves mentaux volontaires de ceux qui crient a tu-tete "démocratie, droits de l'homme, pas de changement de constitution etc..." ne vont pas regarder cette video. Et meme si ils le font, ils ne pourront jamais tirer les bonnes conclusions tellement ils ont ete lobotomisés et sont incapables de réfléchir en dehors du cadre leur tracé par leurs maitres Occidentaux.

Shame on them foolish people!

ndonzwau a écrit:
NgongaEbeti a écrit:[...]

Démocratie, Nationalistes : arrêtez de nous faire rire, cher ami !
Trève de plaisanterie, depuis quand les "soviéto-communistes" se sont convertis en démocrates; depuis quand ce luxe impardonnable des bourgeois capitalistes qu'est la démocratie est devenu leur souci ?
Et c'est bien dommage que le ridicule ne tue pas, au moins l'humanité en aurait peut-être été changée pour le meilleur quelque part !
Comment osez-vous encore revendiquer le terme "nationaliste" dans la patrie de Lumumba en soutenant un pouvoir qui est venu dans les charrettes de pires impérialistes capitalistes qui soient càd les anglo-américains et qui  pour survivre en est acculé à se satisfaire d'un Katumbi dont toutes les attaches personnelles et l'itinéraire affairo-politique transpirent la  dépendance complète envers l'extérieur, le plus pervers ultra-libéralisme capitaliste ?
On aura tout entendu sur la terre de Patrice E Lumumba ! A vomir  !!!


Notre ami Ngonga na ye Ekobeta Te et ses dangereux acolytes sont décidément tombés sur la tête ou de guerre lasse se sont résignés à muer leur échec idéologique sur le terrain d'un utopique "nationalisme  internationaliste" pour nous fourguer tout aussi frauduleusement un "patriotisme national" qui n'existe que dans leurs fantasmes de rêveurs meurtriers des peuples !
Sur fond de leur idéologie encore plus décadente, ils ne peuvent plus qu'ânonner des slogans vides de tout contenu, ils ne peuvent s'empêcher pour survivre d'accoler leur crétin "nationalisme révolutionnaire" et leur rêve impossible à des parfaits usurpateurs comme "JK" dont ils savent pourtant eux-mêmes qu'il est le spécimen-type de ceux qu'eux même appelleraient "compradores" càd non indépendants, non souverains soumis de fait à l'impérialisme mais feignant le contraire pour solder malhonnêtement leur propre échec programmatique en une idéologie de rechange qu'ils ne peuvent avouer pour garder le pouvoir pour le pouvoir !
Quel actif comptabilisez-vous, quelle libération et quel développement nous a apportés depuis 1996 votre AFDL occidento-ougando-rwandaise avec son "conglomérat d'aventuriers" Congolais ?  
Que JK échoue lamentablement, pis, qu'il n'ait même jamais été un "nationaliste-révolutionnaire comme s'y frotta son brouillon de père; c'est le dernier de leur souci !


Pauvre NE, enivrez-vous vainement de votre étiquette de nationaliste, d'anti-impérialiste qui n'est plus qu'un piteux et stérile "anti-américanisme"  mais que diable ne nous prenez-pas pour des gogos pour gober vos inepties ! Et pourquoi pas "anti-chinois, anti-russe, anti-indien", dites-nous tant que vous y êtes ? Ne sont-ils pas nos nouveaux "maîtres", nos nouveaux colonisateurs qui peuplent maintenant l'Afrique ou êtes-vous toujours aussi déconnecté des réalités de notre pays dans lequel vous n'avez peut-être plus jamais mis les pieds depuis des décennies profitant honteusement du cocon installé par ces mêmes impérialistes que vous ne brocardez que derrière votre clavier ?

Allons donc, d'où nous chantez-vous vos stupides imprécations, pas de l'Occident ?
Ou en bonne poire croyez-vous à ce fameux win-win qui ne trompe plus que des dangereux utopiques comme vous ?
"JK", Katumbi et sa troupe d'affameurs prédateurs plongés jusqu'au coup dans la pire mafia capitaliste ou alors pour vous "nationalistes" n'est qu'un droit donné au délinquant et criminel "JK"  à opprimer son peuple sans donner des comptes à quiconque au nom de votre ignoble secte de "nationaliste révolutionnaire" ?
Heureusement ce cher Katumbi a lui au moins quelques autres qualités qui peuvent le racheter et pas des pauvres propagandistes comme vous...

Ça me met hors de moi; svp ouste, à d'autres.......................

Compatriotiquement!

ndonzwau a écrit:
NgongaEbeti a écrit:Mes chers freres Piele de Dongo et Zobattants,[...]
Faut-il en rire ou en pleurer ?
Gnassingbé  Eyadema, le fils de son père, l'ami et suiveur du dictateur Mobutu serait devenu tout d'un coup l'idéal rêvé de la gouvernance en Afrique et vous nous inventez des morts causés par des infiltrés des Américains qui n'existent que dans vos fantasmes complotistes des communistes d'antan...
Auriez-vous voulu qu'ils ne soient pas les succédanés réchauffés du "fonctionnement maoïste et trotskiste, qui rappelle selon l'auteur les heures sombres de la guerre froide mais des vrais barbouzes à la soviétique sortis tout droit de Cuba, de Venezuela ou de Corée du Nord que vous connaissez si bien ?


Arrêtez vos rêves éculés nostalgiques du grand soir, il n'est venu nulle part, il ne viendra nulle part , Ngonga ekobeta te !
La Société Civile africaine des jeunes ou des moins jeunes se cherche une voie vivable pour ses frères et sœurs, qu'elle ait besoin d'assistance logistique pour son action, c'est encore plus évident chez des dictateurs affameurs et meurtriers comme "JK" ou "Eyadema"; continuer à nous chanter vos vieilles comptines marxistes ne trompe plus personne !
La dictature avec ses présidences à vie et ses répressions inhumaines des populations passera de plus en plus mal en Afrique, sachez-le, vous et votre ami griot du dictateur Eyadema, vous aurez beau noircir des pages et des pages, vous serez vaincus !

L'idéologie a prouvé son discrédit total, le pragmatisme bien réaliste sans couleurs rouges ou brunes ou bleues sauvera seul la vraie "Internationale" des pauvres opprimés par ceux de gauche ou de droite...
Ce n'était pas la peine de vous réveiller de votre sommeil bien mérité après d'inutiles combats parce que vous avez vu passer l'Amérique qui n'effraie plus que les rêveurs impénitents comme vous, regardez ne fût-ce que du côté de ce vieux "Fidel", ça commence à bouger !

Les femmes et hommes actifs de nos contrées n'ont vraiment pas besoin, alors surtout pas besoin du tout de votre assistance; c'est vous qui êtes naïfs, surtout pas eux dont les paupières sont dessillées depuis belle lurette par la survie leur imposée !!!
Ils savent eux plus que quiconque "la démocratisation et l'indépendance" dont ils ont besoin !

Bonne nuit !


Compatriotiquement !



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  piélé de dongo le 4/4/2015, 11:11 pm

Question Kenya 148 tués, où est y en a marre Question , où est balais citoyens Question , où est filimbi Question Bande des esclaves de la campagne, des vendus, des intrimatalisés, des cons mbatas quoi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  piélé de dongo le 27/4/2015, 4:51 pm

Allo y en a marre, allo balais citoyen, au Burundi et au togo vous voyez rien et vous restez muets, c'est vrai que là bas, il n'y a pas de herman Cohen. Lorsqu'on dit que tous les rebuf. des opposants à kin sont organisés par les ricains, certains nous ici nous parlent fayulu, kamerhé, diongo, bande des casseurs d'hotel de Koffi, des imbeciles quoi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  NgongaEbeti le 27/4/2015, 9:01 pm

piélé de dongo a écrit:Allo y en a marre, allo balais citoyen, au Burundi et au togo vous voyez rien et vous restez muets, c'est vrai que là bas, il n'y a pas de herman Cohen. Lorsqu'on dit que tous les rebuf. des opposants à kin sont organisés par les ricains, certains nous ici nous parlent fayulu, kamerhé, diongo, bande des casseurs d'hotel de Koffi, des imbeciles quoi.

Trop bien dit! Il n'y a pas longtemps kagame aussi a déclaré qu'il allait plus ou moins se présenter pour une 3ème fois et personne ne lui a fait une quelconque lecon. Les faux "activistes citoyens" téléguidés par les spécialistes des renversements violents et non-spontanés ne voient rien de tout ca, seul le Congo ou paradoxalement les politiciens sont les plus libres et ou la vie politique est aussi la plus libre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y en a marre et balai citoyen, ces sont des hoolingang, des faux activistes africains, de la poudre aux yeux

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum