EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 27/5/2015, 2:47 pm

Dom,

Vous êtes libre de croire ce que vous dites que vous êtes. Vous êtes libre de croire ce que vous dites que les autres sont. Pensez bien aussi que les autres sont libres de croire ce qu’ils disent de vous. Comme par exemple, que vous êtes un tribaliste anti-Luba Kasaï. Pensez bien que si vous êtes convaincu que ce que vous dites des autres est vrai, pensez aussi que les autres pensent aussi que ce qu’ils disent de vous est vrai. Nous pouvons choisir de passer notre temps ici ainsi, en disant ce que nous pensons les uns les autres. Je ne pense pas que cela nous avance en quoique ce soit. Mais c'est votre choix.

Si vous pour vous c’est faux que Félix Tshisekedi, Bruno Mavungu, et Vital Kamerhe n’ont pas cheminé ensemble à un certain moment, que Vital Kamerhe ne les a jamais abandonnés, et que Félix Tshisekedi ne s’est jamais fait traité de collabo, que n’est-il alors facile pour vous de tout simplement dire : LE, c’est faux ce que vous avancez là. Félix Tshisekedi, Bruno Mavungu et Vital Kamerhe n’ont jamais cheminé ensemble et Félix Tshisekedi n’a jamais été traité de collabo. Et on est quitte.

Pourquoi polluer toujours les échanges par vos attaques personnelles sur les autres. Nous savons fort bien et vous nous l’avez répété multiple fois que vous n’avez aucun maître, aucune allégeance, que vos avis sont les plus judicieux, les plus impartiaux, les plus considérés, etc. Et nous savons fort bien que nos avis ne méritent pas considération car ils relèvent de pur fanatisme aveugle et idéologique en allégeance à un maître.

Pourriez-vous maintenant vous concentrer à réfuter nos avis sur la base de leur démérite.


Dernière édition par Libre Examen le 27/5/2015, 3:07 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 27/5/2015, 2:51 pm

Bien cher monsieur Ndozwau,
Vous me voyez très flatté des hommages que vous apportez à mon illustre personnage fictif et virtuel. Bien merci.
Je voudrais cependant vous rassurer que tout comme vous, je n'appartiens à aucune formation politique de la RDC. Je tisse des alliances avec tel parti ou tel autre selon l'heure du moment.
J'aspire tout comme vous à l'avènement de la bonne gouvernance en RDC en soutenant toute partie pouvant faciliter le départ de Kanambe. Et, dois-je vous le dire, le gouvernement central de mon pays d'accueil reconnait en moi un activiste politique oeuvrant pour la démocratie en RDC.

Je suis ravi que vous ne réfutez pas tous les points que j'ai abordé dans cette rubrique sauf en ce qui concerne le dialogue demandé par Étienne Tshisekedi avant l'actuel épisode.
En Sciences Humaines (Psychologie, Intervention Psychosociale, Communication Publique et Sociale, etc...) on nous apprend qu'il arrive des situations où une personne peut faire ceci pour dire cela: LE NON-DIT OU NON VERBAL.
Selon moi et suivant ce que j'ai appris des Sciences Humaines, en 2011, il y a eu deux présidents en RDC: l'un légitime et l'autre légale.
Le Préside légale ayant toute la force avec lui (Police, Armée et Intelligence) a vite fait de mâter le légitime pour gouverner avec défi. Donc, en s'autoproclamant Président légitime, Étienne Tshisekedi demandait déjà de l'aide, une négociation car le légal devait céder le Pouvoir. Ça se passe par un dialogue ou une négociation.
Je vous renvoie également au message du nouvel an 2015 d'Étienne Thisekedi dans lequel il dit: (à partir de 01minute 43 jusqu'à la 3ème minute 47)


Vous pouvez aussi voir l'article ci-dessous de 7 sur 7 (Dialogue : Tshisekedi répond à Kabila | Politique - 7sur7.cd
7sur7.cd/new/dialogue-tshisekedi-repond-a-kabila/)

...Dans cette correspondance, l’UDPS renvoie Joseph Kabila à sa feuille de route du 14 février 2015, adressée à la communauté internationale, par intermédiaire de Martin Kobler, Représentant spécial du SG des Nations Unies. Etienne Tshisekedi Wa Mulumba rappelle que cette feuille de route explicite la position de l‘UDPS sur les voies de sortie de la crise de légitimité sévissant en RD du Congo « depuis le hold-up électoral de 2011 ».

L’UDPS, qui insiste sur la nécessité de préparer, de manière consensuelle, des élections libres et transparentes, dans un climat apaisé, exhorte le Représentant spécial du SG de l’ONU, Martin Kobler, ainsi que le collège des envoyés spéciaux en RDC et dans la région des Grands-lacs, à jouer pleinement leur rôle diplomatique de médiation en prenant, de toute urgence, les contacts nécessaires avec les parties congolaises, afin de définir le cadre d’organisation affective du dialogue dans un court délai. L’UDPS dit éviter, dans l’Intérêt de la Nation, les pertes de temps et les manœuvres dilatoires visant à contourner les exigences constitutionnelles régissant les échéances électorales et favorisant le glissement.

http://7sur7.cd/new/dialogue-tshisekedi-repond-a-kabila/

Pour le reste, il me semble que vous êtes d'accord avec moi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 27/5/2015, 4:29 pm

King David a écrit:Bien cher monsieur Ndozwau,
Vous me voyez très flatté des hommages que vous apportez à mon illustre personnage fictif et virtuel. Bien merci.
Je voudrais cependant vous rassurer que tout comme vous, je n'appartiens à aucune formation politique de la RDC. Je tisse des alliances avec tel parti ou tel autre selon l'heure du moment.
J'aspire tout comme vous à l'avènement de la bonne gouvernance en RDC en soutenant toute partie pouvant faciliter le départ de Kanambe. Et, dois-je vous le dire, le gouvernement central de mon pays d'accueil reconnait en moi un activiste politique oeuvrant pour la démocratie en RDC.

Je suis ravi que vous ne réfutez pas tous les points que j'ai abordé dans cette rubrique sauf en ce qui concerne le dialogue demandé par Étienne Tshisekedi avant l'actuel épisode.
En Sciences Humaines (Psychologie, Intervention Psychosociale, Communication Publique et Sociale, etc...) on nous apprend qu'il arrive des situations où une personne peut faire ceci pour dire cela: LE NON-DIT OU NON VERBAL.
Selon moi et suivant ce que j'ai appris des Sciences Humaines, en 2011, il y a eu deux présidents en RDC: l'un légitime et l'autre légale.
Le Préside légale ayant toute la force avec lui (Police, Armée et Intelligence) a vite fait de mâter le légitime pour gouverner avec défi. Donc, en s'autoproclamant Président légitime, Étienne Tshisekedi demandait déjà de l'aide, une négociation car le légal devait céder le Pouvoir. Ça se passe par un dialogue ou une négociation.
Je vous renvoie également au message du nouvel an 2015 d'Étienne Thisekedi dans lequel il dit: (à partir de 01minute 43 jusqu'à la 3ème minute 47)


Vous pouvez aussi voir l'article ci-dessous de 7 sur 7 (Dialogue : Tshisekedi répond à Kabila | Politique - 7sur7.cd
7sur7.cd/new/dialogue-tshisekedi-repond-a-kabila/)

...Dans cette correspondance, l’UDPS renvoie Joseph Kabila à sa feuille de route du 14 février 2015, adressée à la communauté internationale, par intermédiaire de Martin Kobler, Représentant spécial du SG des Nations Unies. Etienne Tshisekedi Wa Mulumba rappelle que cette feuille de route explicite la position de l‘UDPS sur les voies de sortie de la crise de légitimité sévissant en RD du Congo « depuis le hold-up électoral de 2011 ».

L’UDPS, qui insiste sur la nécessité de préparer, de manière consensuelle, des élections libres et transparentes, dans un climat apaisé, exhorte le Représentant spécial du SG de l’ONU, Martin Kobler, ainsi que le collège des envoyés spéciaux en RDC et dans la région des Grands-lacs, à jouer pleinement leur rôle diplomatique de médiation en prenant, de toute urgence, les contacts nécessaires avec les parties congolaises, afin de définir le cadre d’organisation affective du dialogue dans un court délai. L’UDPS dit éviter, dans l’Intérêt de la Nation, les pertes de temps et les manœuvres dilatoires visant à contourner les exigences constitutionnelles régissant les échéances électorales et favorisant le glissement.

http://7sur7.cd/new/dialogue-tshisekedi-repond-a-kabila/

Pour le reste, il me semble que vous êtes d'accord avec moi.

KD,

Vous aurez remarqué sans peine que votre réponse ne répond pas exactement à ma question : comme moi et certains autres, les observateurs lucides, honnêtes et courageux ont noté le virage à 180° de l'UDPS depuis la reprise en main du parti par F.T. Tshisekedi, (en passant je vous ferais remarquer que j'ai toujours souhaité peut-être pas à 180° mais bien une dose de réalisme à l'UDPS comme j'ai eu plus d'une fois à le verbaliser ici; j'ai donc en partie applaudi cette adaptation ! Ce n'est pas toujours le cas de nombreux autres qui acquiescent aujourd'hui FT par allégeance alors qu'ils ont toujours loué la radicalité ancienne de l'UDPS, passons...) !
Ainsi si je dois approuver vos illustrations "parlantes" ci-dessus c'est pour confirmer qu'elles sont authentiques mais datent toutes des derniers mois, hors-champ de ma question et de la permanente réalité du Lider Maximo et de son UDPS, càd exactement le contraire de la revendication d'une quelconque "ouverture" de Tshisekedi envers "JK" depuis toujours jusqu'à ces derniers temps !

C'est même la marque de notre Sphinx : le "niet" du "Président élu" à toute parole avec l'imposteur, l'exigence de son Imperium (le Lider Maximo n'est-il pas allé dans ses premières paroles après les élections de 2011 lors de son investiture confidentielle à son domicile à Limete jusqu'à inviter tout Congolais à lui ramener "JK" ligoté et ainsi prendre possession de tout son Imperium de "Président élu" ?)...
Le moins que l'on puisse dire est qu'il n'y a pas suffisamment accompagné son non-dit verbal de demande de "dialogue" et encore moins de "négociations", campé qu'il semblait être dans un droit "sacré" qui en l'occurrence ne pouvait l'être dans un monde de rapports de forces bien terre-à-terre !
Son successeur de fait(!), son fils, n'aurait pas ainsi eu besoin de changer de cap aussi scandaleusement (soupçons d'un partage de pouvoir négocié à l'avance !)...


KD, ma conviction est que si nous voulons travailler pour la "libération" de notre pays, nous nous devons de commencer par la vérité des faits, du diagnostic sans laquelle nous ne substituerions qu'un pouvoir pour un autre sans avènement d'"Etat de droit", de véritable "démocratie ni de progrès social" !
Cela passe aussi par rétablir la vérité des faits autour d'un héros de cette lutte, serait-il Tshisekedi...
Peu d'entre-nous parmi les plus âgés n'ont manqué dans leur vie de communier avec l'UDPS ou avec son idéal de changement lors de sa longue lutte dans l'opposition contre Mobutu mais mutatis mutandis nous ferions preuve de cécité coupable si nous ne tirions des leçons de certaines de ses erreurs : je suis dans cette ligne !

La vérité est donc que contrairement à ce que vous affirmez, pendant longtemps notamment après novembre 2011, Tshisekedi a toujours été dans une logique radicale qui accordait peu de place à une dose de pragmatisme, à un type de "dialogue" avec le pouvoir en place !
Je le sais d'autant mieux que je guettais depuis cette orientation que je regrettais ne pas voir venir !
Je suis donc en partie un Congolais heureux de voir ce grand parti qu'est l'UDPS descendre un peu plus sur le ring officiel...
Mais encore une fois pour le passé et les garanties d'avenir, si vous avez une véritable preuve contraire à mon observation (celle supra ne l'est guère), je m'empresserai de réviser mon jugement !



Code:
"Il est difficile d’accepter la vérité lorsque les mensonges étaient exactement ce que tu voulais entendre"
"Sans principes communs, ce n'est pas la peine de discuter."
"Le général court cinq dangers: Téméraire, il risque d’être tué. Lâche, il risque d’être capturé. Coléreux, il risque de se laisser emporter. Chatouilleux sur l’honneur, il risque d’être humilié. Compatissant, il risque d’être tourmenté."




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #


Dernière édition par ndonzwau le 27/5/2015, 5:44 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 27/5/2015, 5:04 pm

N’avait-on pas appris qu’il y aurait déjà eu au moins une rencontre, entre un émissaire de Joseph Kabila qui aurait été reçu à la 10eme rue par nulle autre qu’Etienne Tshisekedi. Comment ceci a-t-il pu avoir lieu ? Avait-on placé un couteau sur la gorge d’Etienne Tshisekedi ? Comment l'émissaire a-t-il pu accéder à la résidence d’Etienne Tshisekedi ? En avait-il forcé l’entrée ?

D’ailleurs au lendemain de cette rencontre, le général De Gaulle congolais, Saint Honoré Ngbanda a pris la parole pour proclamer, à qui voulez l’entendre, qu’il était au courant de ce qui s’était dit lors de cette rencontre et qu’il félicitait Etienne Tshisekedi pour la réponse qu’il a donnée à l’émissaire de Joseph Kabila.

Saint Honoré Ngbanda a même ajouté, en s’adressant directement à Etienne Tshisekedi, à peu près ceci : Ne cherchez pas à savoir comment j’ai su ce que vous vous êtes dit. C’est mon métier de savoir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 27/5/2015, 5:45 pm

Monsieur Ndonzwau,
Je vous concède certains points et je dois vous l'avouer, il doit y avoir une méprise entre vous et moi. Lorsque j'ai parlé d'Étienne Tshisekedi, je ne voyais pas l'homme, l'individu. Je parle d'entité, de l'UDPS. Et lorsque vous faites une comparaison entre l'UDPS d'E.T.W.M et celle de F.T.T, moi je suis dépassé car je n'ai jamais voulu personnaliser le débat. Je parle pour l'UDPS.

Il se pourrait que plusieurs choses se soient passées dont nous ignorons le contenu. Des efforts ont été faits pour ouvrir des négociations comme le dit Radio Okapi du 9 octobre 2013:

RDC : le chef de la maison civile de Joseph Kabila rencontre Etienne Tshisekedi
octobre 9, 2013,

Le chef de la maison civile du chef de l’Etat congolais, Théodore Mugalu, a rendu visite à l’opposant Etienne Tshisekedi le mardi 8 octobre à Kinshasa. Rien n’a filtré de leur entretien qui s’est déroulé pendant une demi-heure à huis clos.
Interrogé par Radio Okapi, Augustin Kabuya, porte-parole adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès Social (UDPS), parti d’Etienne Tshisekedi, dit également ignorer le contenu des discussions entre les deux personnalités.
« Je vous le confirme la rencontre a bel et bien eu lieu entre Etienne Tshisekedi et l’envoyé de M. Joseph Kabila. Je n’étais pas associé à l’entretien mais je sais que la rencontre a eu lieu à huis clos », affirme-t-il.


http://radiookapi.net/actualite/2013/10/09/rdc-le-chef-de-la-maison-civile-de-joseph-kabila-rencontre-etienne-tshisekedi/

Si Théodore Mugalu s'est présenté chez Étienne Tshisekedi, ce n'est sûrement pas sur un coup de tête. On s'est certainement parlé au préalable.

RDC : TSHISEKEDI invite « KABILA » pour un petit déjeuner à Petunias
http://afrique.kongotimes.info/rdc/politique/6727-rdc-tshisekedi-invite-kabila-pour-petit-dejeuner-petunias.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 27/5/2015, 7:40 pm

King David a écrit:Monsieur Ndonzwau,
Je vous concède certains points et je dois vous l'avouer, il doit y avoir une méprise entre vous et moi. Lorsque j'ai parlé d'Étienne Tshisekedi, je ne voyais pas l'homme, l'individu. Je parle d'entité, de l'UDPS. Et lorsque vous faites une comparaison entre l'UDPS d'E.T.W.M et celle de F.T.T, moi je suis dépassé car je n'ai jamais voulu personnaliser le débat. Je parle pour l'UDPS.

Il se pourrait que plusieurs choses se soient passées dont nous ignorons le contenu. Des efforts ont été faits pour ouvrir des négociations comme le dit Radio Okapi du 9 octobre 2013:

RDC : le chef de la maison civile de Joseph Kabila rencontre Etienne Tshisekedi
octobre 9, 2013,

Le chef de la maison civile du chef de l’Etat congolais, Théodore Mugalu, a rendu visite à l’opposant Etienne Tshisekedi le mardi 8 octobre à Kinshasa. Rien n’a filtré de leur entretien qui s’est déroulé pendant une demi-heure à huis clos.
Interrogé par Radio Okapi, Augustin Kabuya, porte-parole adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès Social (UDPS), parti  d’Etienne Tshisekedi, dit également ignorer le contenu des discussions entre les deux personnalités.
« Je vous le confirme la rencontre a bel et bien eu lieu entre Etienne Tshisekedi et l’envoyé de M. Joseph Kabila. Je n’étais pas associé à l’entretien mais je sais que la rencontre a eu lieu à huis clos », affirme-t-il.


http://radiookapi.net/actualite/2013/10/09/rdc-le-chef-de-la-maison-civile-de-joseph-kabila-rencontre-etienne-tshisekedi/

Si Théodore Mugalu s'est présenté chez Étienne Tshisekedi, ce n'est sûrement pas sur un coup de tête. On s'est certainement parlé au préalable.

RDC : TSHISEKEDI invite « KABILA » pour un petit déjeuner à Petunias
http://afrique.kongotimes.info/rdc/politique/6727-rdc-tshisekedi-invite-kabila-pour-petit-dejeuner-petunias.html

Cher ami,

Pour vous comme pour moi et pour tout le monde il n'est guère facile d'accepter une vérité si elle n'est pas celle que nous voulons entendre; ainsi nous pouvons continuer à chercher à accommoder les faits à ce que nous aurions souhaité qu'ils soient et à nous balancer les arguments sans fin...
Perso, il me restera une conscience : j'aimerais bien vous donner raison sur vos tentatives d'arguments, hélas je travestirais les faits connus de tous !

Voudriez-vous faire ne fût-ce qu'un petit effort de comparer les analyses faites sur cet épisode de dialogue par rapport aux antécédents par les journaux (Forum des As, Le Potentiel, L'Avenir, Le Phare, La Prospérité, la Tempête des Tropiques...), leaders politiques et simples Congolais à celles des journaux couvrant l'Afrique paraissant à l'étranger (JA, Le Monde, AFP, Belga, BBC, Voix de l'Amérique, Le Soir, La Libre, Afrikarabia, Congoindépendant..., le reste ne reprend que des analyses déjà parues ailleurs) comme je l'ai rappelé et vous découvrirez que les premiers applaudissent ou passent sous silence tandis que les autres notent, et combien à raison, (lisez-les, leurs arguments sont sans contestation), le nouveau virage de l'UDPS...
Et si vous voulez poursuivre, faites un tour de mémore dans votre passé récent depuis 2011 si vous ne pouvez aller plus loin : quelle est la marque de fabrique de Tshisekedi ???
Après ça, j'accepterai sans discussion tous les torts que vous porterez sur ma lecture des faits !

Fin 2013 que vous me brandissez, c'est le début des ouvertures explicites de "JK" envers Tshisekedi (au delà de l'escapade de Mugalu à Limete, vous souvenez-vous du rdv manqué de Tshisekedi avec Sassou à cette même période ?), il n'y a rien dedans qui contredise ce que j'ai dit ainsi que la réalité de faits !
Cela est bel et bien arrivé après de longs mois de silence voulu et mêmes de fermeture entre le pouvoir et l'UDPS; c'est celui qui nous occupe jusqu'aux récentes déclarations/surprise de l'UDPS et de son leader... Vous pouvez les ignorer mais vous n’échapperez à la réalité de faits  !
Encore une fois reposez-vous sincèrement une question décisive pour la compréhension des faits à ce sujet : quelle est la marque de fabrique du Sphinx depuis la nuit de temps et serait-elle une banale lubie des observateurs du dedans et de dehors ?


(Je peux même vous suggérer un "profilage" : chercher à savoir si ce rapprochement/négociations entre les 2 camps ne fut pas aussi l'oeuvre d'Albert (Moleka) et une des raisons de l'excommunication de ce dernier par Mama Marthe à qui les conditions de l'exploitation de cet épisode n'ont pas plu ? Si vous avez quelques possibilités d'obtenir des confidences sûres de la part de l'entourage familial de Ya Tshitshi et celui d'Albert, profitez-en pour connaître les dessous ; passons)...



Code:
"C'est un tort de lire un livre avant d'en faire la critique: ça donne des préjugés."
"Ce n'est pas le fait d'avoir toujours raison qui engendre la confiance en soi, mais celui de ne pas craindre d'avoir tort. "
"La croyance à certaines vérités n'est venue à tous que parce qu'elle était d'abord venue à quelqu'un"


ndonzwau a écrit:le Jeu 21 Mai - 17:03
[...]
En passant il est archi-faux de dire que l'Udps a été la première à réclamer un "dialogue", elle n'en voulait pas, en tant que "Président élu, le Lider Maximo ne reconnaissait pas "JK" comme un interlocuteur valide, rien qu'un imposteur qui devait dégager... Et cela malgré un moment les avances de "JK" (souvenez-vous l'escapade de Mugalu à Limete) et opposé ainsi à ses membres qui s'en étaient approchés en allant à "son" parlement, de même à un Fayulu et après, un Kamerhe qui dès le lendemain des élections le réclamaient jusqu'à créer une structure dénommée "Coalition pour le Vrai dialogue CVD" ! Tshisekedi et son aile radicale ne roulaient que pour leur "Imperium" càd la reconnaissance de son élection pendant que ceux-là s'engageaient à l'intérieur du système dans une recherche de consensus national qui restaure une légitimité négociée...

De là à s'interroger sur les raisons de ce changement radical de stratégie : quelles garanties (sécrètes) F Tshisekedi a-t-il brusquement obtenues de la kanambie, un partage exclusif du pouvoir à deux ?
L'Udps peut habiller cela aujourd'hui comme elle veut, tel en convoquant la résolution 2098 liée à l'Accord d'Addis (celle-ci n'a jamais exigé un cadre corseté d' un "dialogue" mais une de ses recommandation appelait à la "réconciliation, la tolérance et la démocratisation"...), elle aura du mal à convaincre et surtout elle risque d'être le dindon de la farce, coincée dans une négociation qui apparaîtra vite comme un alignement sur le même pouvoir qu'elle ne reconnaissait pas hier... Et pour quel bénéfice à la fin ? On ne lui voit pas d'autres armes solides face à ce pouvoir diabolique sauf celles qui la pousseraient à se désolidariser du reste de l'opposition pour s'ériger comme seul interlocuteur...
Bonjour la démocratie, l'Etat de droit, le progrès social pour le pays !!!

Nous y reviendrons sûrement car nous n'avons pas fini d'en parler, la péripétie n'étant qu'à son début, la suite risque d'être, qui sait, tout le contraire de ce qu'on en dit maintenant !
Attendons voir...
[...]

"RDC: volte-face du parti de Tshisekedi à propos du dialogue national
° http://www.rfi.fr/afrique/20150522-rdc-volte-face-parti-tshisekedi-propos-dialogue-national/
[...]



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 27/5/2015, 8:18 pm

Je ne défend personne, je voulais juste répondre à vos préoccupations. Vous m'avez demandé de démontrer que Tshisekedi négociait avec le gouvernement avant ce que nous avons en ce moment.
Je vous ai posté un journal datant de 2013, vous l'avez rejeté en disant que cette date couvre aussi la présente.
Je vous ai dit qu'en se proclamant Président légitime, Tshisekedi demandait en fait l'aide pour qu'il soit reconnu au détriment du légal. En faisant partir le légal pour le remplacer par le légitime, ça serait aussi une forme de négociation autour d'une table. Dommage qu'il soit resté dans son non verbal que beaucoup n'ont pas compris. Vous l'avez aussi rejeté. Que dois-je dire encore?
Je suis contre la position actuelle de l'UDPS qui veut négocier avec un parti mourant, un bateau qui coule alors qu'il ne lui reste que 19 mois de survie. Dites-moi le nom de cette position de l'UDPS si ce n'est chercher à s'aligner avec Kanambe, faisant du même coup un glissement pour le Pouvoir actuel.
Comme le Général Janssens qui avait dit en 1960: Avant l'indépendance, égale après l'indépendance, je dis aussi que pour l'UDPS avec Étienne ou Félix, rien ne change.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 27/5/2015, 8:42 pm

En outre, il me semble bien également que depuis la proclamation des résultats, Etienne Tshisekedi n’a jamais cessé d’en appeler à l’intervention de la communauté internationale.


Dernière édition par Libre Examen le 27/5/2015, 11:00 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 27/5/2015, 9:11 pm

Le non pragmatisme et le non réalisme d’Etienne Tshisekedi ne peuvent expliquer pourquoi le Congo se retrouve dans la situation dans laquelle il se retrouve aujourd’hui. Ils peuvent tout au plus expliquer la situation dans laquelle Etienne Tshisekedi et l’UDPS se retrouvent. Ce n’est pas cela qui importe le plus.

Aujourd’hui, tout comme ça l’était hier pour le Zaïre, le Congo se retrouve dans la situation dans laquelle il se trouve à cause de ceux dont on vante le pragmatisme et le réalisme. Ils ont intégré les institutions en nous promettant qu’ils vont changer les choses. Ce sont eux qui nous ont mis dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui et pas Etienne Tshisekedi.

A moins que l’hypothèse sous-jacente soit que le non pragmatisme, le non réalisme l’obstination d’Etienne Tshisekedi à rester en dehors des institutions aient tant empoisonné le climat politique, que toutes les autres personnes de bonne volonté, qui ont fait montre de pragmatisme, de réalisme et le choix d’intégrer les institutions, n’ont pas pu et n’arrivent pas à fonctionner normalement. Mais wana ekomi likambo ya ba Karma na ba forces spirituelles. Or en ces matières, je ne m’y connais pas et n’y crois pas.

Au lieu de continuer à épiloguer de manière si obsessive sur le non pragmatisme ou le non réalisme d’Etienne Tshisekedi, il serait plus utile de nous pencher sur les résultats obtenus par ceux qui, par pragmatisme et réalisme, ont choisi d’intégrer les institutions. Pourquoi n’ont-ils pas obtenu les résultats qu’ils espéraient obtenir. Car, pour moi, toute chose étant égale par ailleurs, Etienne Tshisekedi n’aurait pas fait mieux qu’eux.

De la même façon, si comme la rumeur le veut, Félix Tshisekedi, au nom du pragmatisme et réalisme, se retrouve premier ministre, il ne fera pas mieux que Matata Mpoyo, Adolphe Muzito ou le Vieux Kizenga.


Dernière édition par Libre Examen le 27/5/2015, 11:23 pm, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 27/5/2015, 9:18 pm

King David a écrit:Je ne défend personne, je voulais juste répondre à vos préoccupations. Vous m'avez demandé de démontrer que Tshisekedi négociait avec le gouvernement avant ce que nous avons en ce moment.
Je vous ai posté un journal datant de 2013, vous l'avez rejeté en disant que cette date couvre aussi la présente.
Je vous ai dit qu'en se proclamant Président légitime, Tshisekedi demandait en fait l'aide pour qu'il soit reconnu au détriment du légal. En faisant partir le légal pour le remplacer par le légitime, ça serait aussi une forme de négociation autour d'une table. Dommage qu'il soit resté dans son non verbal que beaucoup n'ont pas compris. Vous l'avez aussi rejeté. Que dois-je dire encore?
Je suis contre la position actuelle de l'UDPS qui veut négocier avec un parti mourant, un bateau qui coule alors qu'il ne lui reste que 19 mois de survie. Dites-moi le nom de cette position de l'UDPS si ce n'est chercher à s'aligner avec Kanambe, faisant du même coup un glissement pour le Pouvoir actuel.
Comme le Général Janssens qui avait dit en 1960: Avant l'indépendance, égale après l'indépendance, je dis aussi que pour l'UDPS avec Étienne ou Félix, rien ne change.

Et moi donc qu'aurais-je d'autre à vous répondre, cher ami, après nous avoir révélé si sagement tout :
King David a écrit:"(...)Dommage qu'il soit resté dans son non verbal que beaucoup n'ont pas compris. Vous l'avez aussi rejeté. Que dois-je dire encore?(...)"
 Je suis de ceux, hélas nombreux, qui n'avons pas compris notre "Sphinx" au delà de son "non verbal" !

Dommage, vous emboîterais-je le pas; dommage pour nous et surtout dommage pour le pays que son offre ait été si mal comprise si, comme vous dites, lui s'est bien exprimé...
Qu'aurait-on pu lui éviter, qui sait des retards de négociations toujours préjudiciables dans ce pays miné des bombes tueuses quotidiennes !!!

Belle conclusion si vous ne m'aviez brouillé votre leçon diagnostique et votre beau message d'espoir avec ce :

King David a écrit:"(...)Dites-moi le nom de cette position de l'UDPS si ce n'est chercher à s'aligner avec Kanambe, faisant du même coup un glissement pour le Pouvoir actuel.Avant l'indépendance, égale après l'indépendance, je dis aussi que pour l'UDPS avec Étienne ou Félix, rien ne change."
Je me le disais bien que j'avais raison de me demander l'essentiel : mais où veut bien nous mener l'UDPS avec son "dialogue" subitement en rupture avec les autres opposants ?
Triste pays des aïeux et de notre postérité !


Code:
"Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elles donnent la paix."
"La paix est de plus en plus clairement perçue comme le seul chemin vers la justice."
"Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #


Dernière édition par ndonzwau le 28/5/2015, 12:20 am, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 27/5/2015, 9:36 pm

Voici un conseil qui d'après Albert Moleka, Etienne Tshisekedi lui aurait prodigué : On dira sur toi tout et n'importe quoi, ne perds pas ton temps à y répondre. J'imagine que ce conseil, Etienne Tshisekedi se l'applique à lui-même. Et je crois aussi qu'Albert Moleka suit ce conseil.

Et si ma mémoire ne me trompe pas, j'ai entendu Albert Moleka lors d'une entrevue à Ndeko Eliezer dire à peu près ceci : qu'il ne comprenait pas pourquoi les partis d'opposition siègent au parlement, suggérant qu'ils devraient y sortir. Je crois que ça doit être une entrevue que quelqu'un a posté ici même sur CD. Ceci me fait dire que malgré son parler doux, Albert Moleka était dans le camp des durs de l'UDPS.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  link le 27/5/2015, 9:51 pm

Libre Examen a écrit:Le non pragmatisme et le non réalisme d’Etienne Tshisekedi ne peuvent expliquer pourquoi le Congo se retrouve dans la situation dans laquelle il se retrouve aujourd’hui. Ils peuvent tout au plus expliquer la situation dans laquelle Etienne Tshisekedi et l’UDPS se retrouvent. Ce n’est pas cela qui importe le plus.

Aujourd’hui, tout comme ça l’était hier pour le Zaïre, le Congo se retrouve dans la situation dans laquelle il se trouve à cause de ceux dont on vante le pragmatisme et le réalisme. Ils ont intégré les institutions en nous promettant qu’ils vont changer les choses. Ce sont eux qui nous ont mis dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui et pas Etienne Tshisekedi.

A moins que l’hypothèse sous-jacente soit que le non pragmatisme, le non réalisme l’obstination d’Etienne Tshisekedi à rester en dehors des institutions aient tant empoisonné le climat politique, que toutes les autres personnes de bonne, qui ont fait montre de pragmatisme, de réalisme et le choix d’intégrer les institutions, n’ont pas pu et n’arrivent pas à fonctionner normalement. Mais wana ekomi likambo ya ba Karma na ba forces spirituelles. Or en ces matières, je ne m’y connais pas et n’y crois pas.

Au lieu de continuer à épiloguer de manière si obsessive sur le non pragmatisme ou le non réalisme d’Etienne Tshisekedi, il serait plus utile de nous pencher sur les résultats obtenus par ceux qui, par pragmatisme et réalisme, ont choisi d’intégrer les institutions. Pourquoi n’ont-ils pas obtenu les résultats qu’ils espéraient obtenir. Car, pour moi, toute chose étant égale par ailleurs, Etienne Tshisekedi n’aurait pas fait mieux qu’eux.

De la même façon, si comme la rumeur le veut, Félix Tshisekedi, au nom du pragmatisme et réalisme, se retrouve premier ministre, il ne fera pas mieux Matata Mpoyo, Adolphe Muzito ou le Vieux Kizenga.

Libre Examen,

Enfin un congolais clairvoyant!!! Ton analyse est d'une lucidité implacable, Nous devons détricoté le système et non nous s'appesantir sur les hommes qui ne font que l'animé. C'est un vrai piège qui nous empêches de comprendre que nos problèmes sont dû a une cause endogène a la structure même .  

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 28/5/2015, 12:26 am

King David a écrit:Monsieur Ndonzwau,
Je vous concède certains points et je dois vous l'avouer, il doit y avoir une méprise entre vous et moi. Lorsque j'ai parlé d'Étienne Tshisekedi, je ne voyais pas l'homme, l'individu. Je parle d'entité, de l'UDPS. Et lorsque vous faites une comparaison entre l'UDPS d'E.T.W.M et celle de F.T.T, moi je suis dépassé car je n'ai jamais voulu personnaliser le débat. Je parle pour l'UDPS.

Il se pourrait que plusieurs choses se soient passées dont nous ignorons le contenu. Des efforts ont été faits pour ouvrir des négociations comme le dit Radio Okapi du 9 octobre 2013:

RDC : le chef de la maison civile de Joseph Kabila rencontre Etienne Tshisekedi
octobre 9, 2013,

Le chef de la maison civile du chef de l’Etat congolais, Théodore Mugalu, a rendu visite à l’opposant Etienne Tshisekedi le mardi 8 octobre à Kinshasa. Rien n’a filtré de leur entretien qui s’est déroulé pendant une demi-heure à huis clos.
Interrogé par Radio Okapi, Augustin Kabuya, porte-parole adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès Social (UDPS), parti  d’Etienne Tshisekedi, dit également ignorer le contenu des discussions entre les deux personnalités.
« Je vous le confirme la rencontre a bel et bien eu lieu entre Etienne Tshisekedi et l’envoyé de M. Joseph Kabila. Je n’étais pas associé à l’entretien mais je sais que la rencontre a eu lieu à huis clos », affirme-t-il.


http://radiookapi.net/actualite/2013/10/09/rdc-le-chef-de-la-maison-civile-de-joseph-kabila-rencontre-etienne-tshisekedi/

Si Théodore Mugalu s'est présenté chez Étienne Tshisekedi, ce n'est sûrement pas sur un coup de tête. On s'est certainement parlé au préalable.

RDC : TSHISEKEDI invite « KABILA » pour un petit déjeuner à Petunias
http://afrique.kongotimes.info/rdc/politique/6727-rdc-tshisekedi-invite-kabila-pour-petit-dejeuner-petunias.html

PS

KD, si vous permettez, évoquer l'UDPS sous ET et sous FT n'est point une personnalisation du débat, c'est tout le contraire, c'est l'essentiel de notre (mon) débat càd souligner  les mutations survenues au sein de l'UDPS avec la "relégation" de fait du PF (président fondateur) malade et l'"intronisation" autant de fait de son fils successeur, FT qui se traduisent en modification de ligne de conduite : du "niet radical" connu de tous du père PF nous sommes passés du "oui mais" du fils successeur du PF !
Svp, c'est tout l'essentiel qui nous concerne ici !

....................


Code:
"Le plaisir, c'est encore la seule chose qui oblige les hommes à un peu de précision."
“Les précautions qu’il prit pour que ce pressentiment ne se réalisât point furent précisément ce qui le fit se réaliser.”
"Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question."




Comatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #


Dernière édition par ndonzwau le 28/5/2015, 5:19 pm, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 28/5/2015, 12:37 am

En plus, n'y-avait-il pas eu des rumeurs selon lesquelles Etienne Tshisekedi avait accepté des millions de dollars et qu'il allait être nommé premier ministre ? Et ne soutenons t'on pas que ces rumeurs provenaient des sources sûres ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 28/5/2015, 3:36 am

Libre Examen a écrit:
Mathilde a écrit:
[...]


Il semble donc qu'en 2011, à en croire Félix Tshisekedi, plus que tout autre candidat de l'opposition, que ça été Ya Tshitshi qui, le plus, voulait l'union la plus large possible de l'opposition.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 28/5/2015, 3:39 am

Mathilde a écrit:Félix Tshisekedi explique pourquoi l'udps prone le dialogue politique avec le pouvoir en place,il parle du processus électoral et de l'udps.


Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Libre Examen le 28/5/2015, 3:52 am

Si à presque chaque intervention on reproche à quelqu'un d'avoir raté des occasions par manque de pragmatisme et de réalisme, l'on devrait à tout le moins, montrer ce qu'ont obtenu ceux qui ont fait montre de pragmatisme et de réalisme et ont saisi les occasions à part, bien sûr, les postes qu'ils ont obtenu.


Dernière édition par Libre Examen le 28/5/2015, 8:15 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 29/5/2015, 12:57 am

"Commun diviseur !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6529
Des scènes pour les moins invraisemblables perturbent la conscience de la plupart des Congolais. Tant l’on se demande où les politiques mènent-ils le pays, pendant que les attentes sont de savoir quelle sera l’issue de la main tendue du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, pour la tenue du dialogue. La dernière déclaration, assassine, disent les critiques, est celle de l’Opposition Républicaine de KengowaDondo ; celui-là même dont la classe politique, toutes tendances confondues, affirme avoir été bien ou mieux servi dans l’équipe Matata II, au terme des concertations nationales de 2013. Cette plateforme, qui a été consultée par l’émissaire du Raïs, vient de donner sa position, en indiquant qu’il est inopportun de tenir le dialogue, dans le format que l’on souhaite actuellement. Termes tendres, dira-t-on, mais qui impliquent un rejet à l’appel du Chef de l’Etat. Respectueuse des valeurs républicaines, ce regroupement souscrit à un dialogue permanent, tout en rappelant qu’il y a tout un éventail des recommandations non exécutées sur les 100 répertoriées comme prioritaires.

S’agit-il d’un coup de poignard dans le dos ou de la rigueur dans l’application des textes ? Les analystes sérieux sont d’avis que la deuxième alternative tient. Car, il a été rappelé que lors des concertations nationales, il y a eu 763 recommandations, parmi lesquelles 100 ont été jugées prioritaires et dont 23 seulement ont été exécutées ou sont en cours d’exécution. Pour ce faire, l’Opposition Républicaine croît qu’il faille d’abord éponger ce qui avait été convenu, entre autres, le réaménagement de la Commission Electorale Nationale Indépendante, la question de la libération des prisonniers politiques et tant d’autres points tout aussi majeurs, pour un processus électoral apaisé. Pour qui suit de près l’évolution politique, l’on est là en présence d’un groupe, qui va crescendo, de ceux qui prônent le rejet du dialogue. Avec qui le Raïs va-t-il dialoguer ? Si dans la majorité présidentielle le problème ne se pose pas, du côté de l’opposition, l’on s’interroge si un groupe réduit peut avoir une aura importante pour emporter l’adhésion des autres, et dire que le dialogue sera sans exclusive. C’est qui est inadmissible.

A contrario, pourquoi la convocation du dialogue a-t-il pris beaucoup de temps ? Pourquoi n’a-t-on pas suivi le modèle prescrit par l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ? Tout compte fait, le temps presse et ne pardonne personne. Le temps devient le grand commun diviseur. Chacun se fait calculateur et l’on se demande si le temps n’est-il pas venu justement pour que le Chef de l’Etat mette en place une structure, en fait, une commission préparatoire. Celle-ci pourrait passer au peigne fin les différents termes de référence, pour en dégager ce qui peut favoriser la cohésion. C’est le moins que l’on puisse dire, face à la kyrielle de rejet enregistrée à ce jour."



"Au Crépuscule de sa vie, TSHISEKEDI veut dialoguer avec « KABILA »
° http://afrique.kongotimes.info/rdc/rdc_elections/9376-rdc-crepuscule-vie-tshisekedi-veut-dialoguer-avec-kabila-udps-parti.html
Par le passé, l’UDPS s’est caractérisée avec la politique dite de « la chaise vide » ou du « séchage des institutions du pays » qui lui a fait louper des postes pour participer à la gérance du pays en mettant en application son projet de société. Son leader, Etienne Tshisekedi, candidat malheureux à la présidentielle du 28 novembre 2011, est au crépuscule de sa vie sans avoir réussi à réaliser sa meilleure ambition, devenir le Chef de l’Etat en RDC. Même s’il est annoncé comme candidat pour la présidentielle de 2016, il y a une forte probabilité pour qu’il ne rempile pas vu son âge et son affaiblissement consécutif aux maladies qui l’assaillent depuis une décennie.

Selon RFI captée ce matin, « la volte-face de l'UDPS, le principal parti de l’opposition en RDC qui à toujours été contre toute forme de dialogue avec le Président Joseph Kabila et le régime de Kinshasa lui fait changer de cap en estimant qu'il n'y a plus d'alternative que celui d'aller à la table de discussions avec le pouvoir pour arriver à baliser la voie pour un processus électoral apaisé ». Toujours selon RFI, « son secrétaire général Bruno Mavungu appelle au rassemblement de tous les partis de l'opposition pour sauver le processus électoral ».
Selon sa déclaration rapportée par RFI,  « Monsieur Kabila doit partir à la fin de son mandat en 2016, c'est pourquoi nous en appelons à tous les opposants, épris de la volonté d'une alternance au pouvoir, de venir à cette table de dialogue pour arriver à se mettre d'accord sur l'apaisement du processus électoral dans l'intérêt du peuple ».

Il aura fallu donc cette polémique sur l’opportunité d’un dialogue entre le pouvoir pour saisir à quel point l’opposition congolaise est divisée sur des questions politiques de l’heure et les progrès réalisés par l’UDPS qui a tiré des leçons qui s’imposaient des ses erreurs du passé. L’UDPS appelle au dialogue alors que l’UNC et le MLC principalement s’inscrivent en faux contre lui. L’UDPS participe à l’élection des députés provinciaux alors que ses coreligionnaires de l’opposition des Forces acquises au changement persistent et autres persistent à imposer des conditionnalités pour y prendre part.
Par le passé, l’UDPS s’est caractérisée avec la politique dite de « la chaise vide » ou du « séchage des institutions du pays » qui lui a fait louper des postes pour participer à la gérance du pays en mettant en application son projet de société. Son leader, Etienne Tshisekedi, candidat malheureux à la présidentielle du 28 novembre 2011, est au crépuscule de sa vie sans avoir réussi à réaliser sa meilleure ambition, devenir le Chef de l’Etat en RDC. Même s’il est annoncé comme candidat pour la présidentielle de 2016, il y a une forte probabilité pour qu’il ne rempile pas vu son âge et son affaiblissement consécutif aux maladies qui l’assaillent depuis une décennie. Du reste, les députés de l’UDPS qui ont accepté de siéger à l’Assemblée nationale en dépit du mot d’ordre du boycott leur donné par Etienne Tshisekedi, et bien d’autres membres actifs du premier parti de l’opposition congolais sont à considérer comme des pionniers ou apôtres de cette nouvelle optique politique de l’Udps.

« …processus électoral apaisé… »

Passe-t-il par la voie de concession de la CENI en violant la loi qui donne l’indépendance à la CENI ou par le consensus ? Pour les analystes, cela peut n’être qu’un prétexte qui cache la vraie motivation de l’UDPS dirigée par la famille biologique de Tshisekedi amorti et qui voudrait tirer quelques avantages inavoués du passé politique du Lidder maximo. Ils basent leur argumentaire sur l’exigence étrange de la réclamation de l’impérium qui, aux yeux de ces analystes, est un chantage à efficacité mort-née.
Pour la Majorité présidentielle, la Constitution serait violée si la CENI se plie aux conditions de l’opposition. L’essentiel, estime-t-on à la Majorité présidentielle, est que toutes les élections programmées aient lieu selon le calendrier global et que les moyens qu’il faut, quant à leur organisation, soient donnés à la CENI. Pour la MP, c’est chercher à bloquer en vain le processus électoral en évoquant le cas de nouveaux majeurs qui le sont devenus après le 28 novembre 2011. Car il s’agit d’un arriéré électoral qui doit être réglé avec le fichier de 2011. Mais pour les élections futures, ainsi que prévu dans le calendrier, un nouvel enrôlement est prévu en 2016 avant leur tenue.

Pour un autre observateur, le processus électoral ne peut être apaisé que si les opposants chipoteurs se résolvent de ne pas compliquer les choses sur fond de leurs soupçons, visées et intérêts personnels. Ils doivent tous signer le code de bonne conduite durant les élections et s’abstenir de créer en vain des incidents lorsqu’ils auront été en position de faiblesse d’une façon ou d’une autre dans le respect de la démocratie et dans la sauvegarde des acquis du pays. Et surtout, éviter des appels aux troubles et à la mise à feu du pays par manque de sportivité démocratique.

Les élections, condition démocratique de l’alternance

L’alternance, tant réclamée par les opposants, ne peut intervenir, avec décence et démocratiquement, que si les élections ont lieu. S’activer à bloquer le processus électoral n’est pas une attitude démocratique et ne favorise que les dérives démocratiques ainsi que l’anarchie. Les opposants devraient plutôt affûter leurs armes et peaufiner leurs tactiques électorales pour remplacer la nouvelle classe dirigeante de façon civilisée via les élections faciles et apaisées. Le coup de force ou les appels au trouble ne portent préjudice qu’au peuple dont la vie et les intérêts sont pourtant la finalité de toute impulsion démocratique authentique.
L’UDPS a compris ce que les autres partis refusent de comprendre ou ce face auquel ils s’obstinent à ne pas se résigner. La démocratie se réalise suivant ses principes et non suivant les fantaisies des opposants dont les intérêts individuels ne doivent pas enflammer le cours de la vie nationale. S’il faut qu’il y ait dialogue, on ne peut qu’apprécier à sa juste valeur sa démarche du Président Joseph Kabila  qui, face à l’insistance des quémandeurs de dialogue et vu la multiplication d’appels y afférents, a récemment envoyé son émissaire, Kalev Mutond, échanger avec  ces acteurs de l’opposition politique sur l’idée d’un tel forum avant les élections prévues en 2015 et 2016 en RDC.  Les trois points que comportait le message de Kalev Mutond sont la sagesse même face à une telle initiative. Pour rappel, il s’est agi d’abord de la réponse positive du Président de la République face aux nombreuses demandes de dialogue, ensuite, répondre aux questions sur le format de ce dialogue et le moment de sa tenue et, enfin, la détermination des termes de référence de ce dialogue."



"RDC - Félix Tshisekedi : "Je n'irai pas à la mangeoire"
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2837p019.xml0/lections-vie-des-partis-rd-congo-rdc-f-lix-tshisekedi-je-n-irai-pas-la-mangeoire.html
À Kinshasa, il a créé la surprise. Félix Tshisekedi a accepté le principe d'un dialogue avec le président Joseph Kabila. Il s'en explique pour "Jeune Afrique".

L'intransigeance vis-à-vis du pouvoir a pourtant longtemps été la marque de fabrique de son père, Étienne, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, le premier parti d'opposition de RD Congo), encore en convalescence en Belgique.
Le reste de l'opposition, qui voit dans la proposition du président une manoeuvre destinée à l'amadouer et à se maintenir au pouvoir au-delà du délai constitutionnel de 2016, a décliné l'offre. Le fils de "l'opposant historique" serait-il en train de négocier son ralliement ? Il s'en explique à J.A.

Jeune afrique : Le 18 mai, la plupart des partis d'opposition ont rejeté l'offre de dialogue émanant de la présidence, mais pas vous. Êtes-vous en train de vous désolidariser d'eux ?
Félix Tshisekedi : C'est plutôt le reste de l'opposition qui s'est désolidarisé de nous. Jusqu'ici, nous étions tous favorables au dialogue, notamment en 2014, lorsque nous avons été reçus par les représentants de la communauté internationale.
Mais, lors des concertations nationales, en 2013, votre parti avait refusé de dialoguer avec le pouvoir. Il y a bien une inflexion...
Non, car ces concertations avaient été convoquées par Joseph Kabila. Or le dialogue que nous prônons doit se faire sous l'égide de la communauté internationale, sinon nous n'y participerons pas.

Jusqu'à présent, l'UDPS demandait la reconnaissance de sa victoire à la présidentielle de 2011. Votre position a donc changé...
Non. Nous allons parler du contentieux électoral de 2011. Mais nous trouverons peut-être une solution à ce problème. Kabila a usurpé son mandat, mais celui-ci est proche de son terme. Mon avis personnel, qui n'engage pas mon parti, est qu'il vaut mieux le lui laisser finir pour ensuite aller de l'avant.
Fixez-vous des lignes rouges à ce dialogue ?
Le respect des délais constitutionnels pour la présidentielle et les législatives. Il est hors de question de les reporter.
Tout cela pourrait-il déboucher sur un accord gouvernemental ?
Non. Nous devons tout faire pour que les délais constitutionnels soient respectés. Et donc, un gouvernement d'union nationale pour les dix-huit mois qui nous séparent de la prochaine élection serait inutile. L'attitude qui consiste à ouvrir la mangeoire pour faire taire les opposants est l'un des drames de ce pays. Il est exclu que l'UDPS participe au gouvernement."


"Dialogue : le bloc Kengo rejette l’offre !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6531&rubrique=POLITIQUE
*Pour l’Opposition Républicaine (OR), le dialogue politique tel qu’envisagé par le Président de la République est inopportun à ce stade. Kengo et tous ceux qui l’entourent aimeraient que le Gouvernement de cohésion nationale que dirige Matata, dont l’OR fait partie, exécute les Résolutions des Concertations nationales. A ce jour, 23 % des Résolutions sont, soit réalisées, soit en cours d’exécution.(...)"

"En quoi le dialogue politique est-il important ?
° http://www.lephareonline.net/en-quoi-le-dialogue-politique-est-il-important/
La problématique du dialogue politique domine les échanges et les cogitations dans des cercles de divers ordres. Ce, à la faveur de la tournée médiatisée de l’émissaire du Chef de l’Etat dans l’univers de l’opposition politique congolaise. En réaction à cette initiative, certains opposants y consentent sous quelques conditions tandis que d’autres y ont d’ores et déjà réservé une fin de non recevoir. Il me parait judicieux d’examiner le fondement de ce dialogue politique auquel l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et plusieurs Résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU (2098, 2147, 2211) ont conféré un caractère solennel. Ce, en vue d’en ressortir l’angle d’importance(...)"

"Ceni – Majorité-Opposition : Malumalu surgit du néant pour calmer le jeu
° http://www.lephareonline.net/ceni-majorite-opposition-malumalu-surgit-du-neant-pour-calmer-le-jeu/
Son état de santé étant au centre des préoccupations au sein de l’opinion tant nationale qu’internationale, car en prise directe avec le processus électoral en cours, l’abbé Apollinaire Malumalu, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) s’est signalé hier aux participants à une vidéo-conférence organisée par cette institution, à son siège. Plusieurs leaders et membres de de la Majorité présidentielle comme de l’Opposition politique ont pu, à cette occasion, échanger avec l’intéressé au sujet de sa santé et de la marche du processus électoral. Plusieurs Saint Thomas, qui doutaient de l’évolution positive de la santé du numéro un de la CENI, ont pu être édifiés en live. Selon des sources officieuses, son retour à Kinshasa pourrait intervenir la semaine prochaine.(...)"


"RDC : tout savoir sur le nouveau dialogue entre Kabila et l'opposition
°  http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150528163635/lections-joseph-kabila-vital-kamerhe-l-on-kengo-wa-dondo-application-rdc-tout-savoir-sur-le-nouveau-dialogue-entre-kabila-et-l-opposition.html
Moins de deux ans après les "concertations nationales", le président congolais, Joseph Kabila, se dit ouvert à un nouveau dialogue avec l'opposition. Testez notre application pour faire le point sur les positions et les revendications des diverses formations de l'opposition congolaise.

En l'état actuel de la Constitution congolaise, Joseph Kabila - élu en 2006 et réélu en 2011 - ne peut pas briguer un nouveau mandat en 2016. Plus l'échéance approche, plus le climat politique devient délétère à Kinshasa. Bien qu'ayant abouti à un gouvernement dit de "cohésion nationale", les "concertations nationales", organisées début septembre 2013 entre les représentants de la majorité, d'une frange de partis d'opposition et de la société civile, n'ont pas permis d'apaiser les esprits.
De fait, le "cas Kabila" n'a été évoqué lors de ces assises. Et même au sein de la coalition au pouvoir, la question dérange. "Les concertations ont abordé tous les sujets, sauf celui du chef de l'État", tonne Tryphon Kin-Kiey Mulumba, ministre en charge des Relations avec le Parlement et membre du bureau politique de la Majorité présidentielle. "Des opposants une fois nommés ministres ont été expulsés de leurs partis", ajoute-t-il, pour démontrer "l'échec des concertations nationales".

À l'en croire, il était devenu nécessaire que l'opposition et le pouvoir se retrouvent pour tenter de décrisper le climat politique en RDC. D'autant que le pays s'apprête à passer de 11 à 26 provinces et à organiser, cette même année, des élections locales, réputées complexes, et dont la tenue risque de retarder la présidentielle, selon l'opposition.
Que faire ? Joseph Kabila a tranché : convoquer un nouveau dialogue. Certains opposants qui avaient boycotté les "concertations nationales", le réclamaient depuis près de deux ans. Trois camps se dégagent désormais. D'un côté, ceux qui sont favorables au dialogue, avec l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de l'opposant historique Étienne Tshisekedi. De l'autre, ceux qui y sont opposés, avec les Forces sociales et politiques, regroupement formé autour de l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe et du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba. Et au milieu, les indécis, avec la plateforme "Opposition républicaine" de Léon Kengo wa Dondo, qui participe déjà au gouvernement. Quels sont les arguments des uns et des autres ?"

APPLI - Dialoguer avec Kabila : J'y vais ? J'y vais pas ?

Cliquez sur le nom de chaque parti ou regroupement politique pour en savoir plus.

  • 1. Qui participera au nouveau dialogue avec le président Kabila ?


    • Réponse des Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Réponse de l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo ?
    • Réponse de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi


  • 2. Faut-il un médiateur international ?


    • Position des Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Position de l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo
    • Position de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi


  • 3. Ce nouveau dialogue, pourquoi faire précisément ?


    • Pour les Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Pour l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo
    • Pour l'UDPS d'Étienne Tshisekedi


  • 4. Faut-il reporter les élections locales prévues en octobre 2015 ?


    • Point de vue de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi
    • Point de vue des Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Point de vue de l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo


  • 5. Une période de transition est-elle envisageable à l'issue du dialogue ?


    • Qu'en pense l'UDPS d'Étienne Tshisekedi ?
    • Qu'en pensent les Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Qu'en pense l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo


  • 6. Que deviendra le président Kabila après 2016 ?


    • Réponse des Forces sociales et politiques autour de l'UNC de Vital Kamerhe et du MLC de Jean-Pierre Bemba
    • Réponse de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi ?
    • Réponse de l'"Opposition républicaine" de Léon Kengo


0 6 Merci !
Réalisation : Trésor Kibangula 
Code : Newsquiz/Mother Jones
Crédit photos : AFP


"RDC : un nouveau fichier électoral déjà contesté
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-les-enjeux-du-nouveau-fichier-electoral/


° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=201800&Actualiteit=selected
° http://radiookapi.net/revue-de-presse/2015/05/28/le-phare-kengo-juge-le-dialogue-inopportun/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4296
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150522110338/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4286
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2806p024-031.xml0/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4302
° http://afrique.kongotimes.info/rdc/politique/9369-rdc-dialogue-kabila-renvoye-calendes-grecques-opposition-ayant.html




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Troll le 29/5/2015, 12:49 pm

Cool VOICE OF AMERICA

Sur le site de VOA, on annonce le dialogue ou les "consultations" de Kanambe pour ce vendredi Exclamation Et il a un programme explicite.

1. Rencontre avec les confessions religieuses
2. Rencontre avec les chefs coutumiers
3. Rencontre avec les partis politiques de l´opposition et de la majorité
4. Rencontre avec les ambassadeurs
5. Rencontre avec Kobler pour le compte de l´ONU**

Il semble que le calendrier électoral sera au centre de ces "consultations" Twisted Evil Twisted Evil WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 29/5/2015, 4:16 pm

Ainsi on nous annonce presque ex-abrupto le début des Consultations du "Chef" dès aujourd'hui avec les autorités religieuses, les chefs coutumiers puis avec les forces politiques (et sociales) et enfin avec les diplomates y compris le Chef de la Monusco, Kobler !
Est-ce que "JK" a trouvé nécessaire de conduire personnellement le pré-dialogue à la place de son sbire Kalev qui était son envoyé ou c'est cela déjà le dialogue ?
La suite nous le dira mais pour l'heure tentons un diagnostic rapide de la situation du pays pour savoir où l'on va ou plutôt où peuvent aboutir toutes ces gesticulations(?) !


Nous pouvons utilement résumer le problème du pays en deux points : une légitimité contestée des gouvernants au pouvoir et une gouvernance par défi meurtrière et inefficace !
Pouvons nous espérer le résoudre à quelques 18 mois de la fin du mandat par un simple dialogue entre pouvoir et opposition ? Rien n'est moins sûr car à terme la querelle de légitimité et la recherche d'un changement de gouvernance ne peuvent véritablement trouver solution que par des élections crédibles respectant les prescrits constitutionnels (d'abord présidentielle, législatives et provinciales) qui peuvent nous apporter et gouvernants légitimes et possible nouvelle gouvernance efficiente !
L'enjeu prioritaire demeure ainsi de tabler tous nos efforts à obtenir ces élections libres et transparentes qui soient acceptées par tous...

Eu égard à cela, on peut se demander quel est le contenu et l'objectif que se fixe le pouvoir en organisant ces "Consultations" : va-t-il se limiter à y trouver un consensus pour un scrutin apaisé et crédible ou va-t-il aborder la contestation de sa légitimité en dehors du processus électoral lui-même !
La résolution 2098 qui accompagnait l'Accord-cadre d'Addis que le pays a signé recommandait "la réconciliation, la tolérance et la démocratisation" bien sûr mais ce sont là les devoirs de toute bonne gouvernance, à fortiori dans un pays post-conflit... Depuis qu'at-il été fait dans ce sens en dehors de la défaite militaire infligée au M23 et les amnisties qui l'ont suivie ?

Pas grand chose en dehors de "fumeuses Concertations" qui ont accouché d'un prétendu gouvernement de cohésion dont d'ailleurs les recommandations n'ont pas reçu un début d'application; l'arbitraire court comme avant : arrestations et musellement des hommes politiques ou acteurs associatifs, des médias dont les opinions sont dissonantes par rapport à la ligne du pouvoir...
Pouvons-nous alors croire que par une grâce magique, le régime même acculé par les pressions et désapprobations internes et extérieures va tout d'un coup changer de cap ?
Attendons voir...

Du côté de l'opposition politique et alliés sociaux, si la réponse à l'offre de dialogue du pouvoir est différente (des "oui et des "non") notons de suite que leur diagnostic et leurs exigences sont somme toute équivalentes : d'accord pour que les délais constitutionnels électoraux soient respectés, d'accord pour postposer les locales à après 2016, d'accord pour que la Ceni soit restructurée de manière à être moins à la botte du régime et ainsi nettement républicaine, d'accord d'enrôler les millions de jeunes majeurs depuis 2011 qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales actuelles, d'accord pour auditer de manière publique et transparente le fichier électorale, d'accord pour réviser au parlement les lois électorales de manière transparente et consensuelle.........

Alors qu'elle est la bonne stratégie pour l'opposition face à cette offre de dialogue sinon présenter unie leurs revendications pour négocier en meilleure position de force leurs conditions surtout qu'en l'occurrence ici l' offre de dialogue par le pouvoir à l'opposition ne peut devenir "rélle main tendue" et valider un dialogue national que si à travers les interlocuteurs présents, il concerne toute la Nation et que si ces derniers ont la capacité et la liberté d'y négocier véritablement leurs conditions et en sotir avec (ou pas) un compromis !
A y aller divisée, l'opposition succombe au piège tendu par le pouvoir qui préfère discuter avec un seul qu'avec tous unis !

En effet si face à un pouvoir qui jusque-là nous a habitué aux entourloupettes et au défi le doute sur ces bonnes intentions est légitime de la part de ceux qui refusent un "dialogue officiellement encadré" préférant des réponses préalables de la Ceni à leurs feuilles de route, dans l'absolu il n'y a rien de irréversible et d'imprudent de tenter une dernière expérience en y allant avec force précautions... 
Dans ce sens, il est fort regrettable que tous ces leaders d'envergure dans l'opposition n'aient pas encore compris la nécessité de l'union pour aborder tout dialogue avec un tel régime...

Quelles en seraient les raisons ? Il est difficile de les voir toutes à ce stade; pourquoi pas des agendas divergents entre les uns et les autres mais est-il que cela signe largement une certaine immaturité de notre classe politique, peu capable de se sublimer autrement pour l'intérêt des populations qu'elle prétend sauver !
Nous y reviendrons !!!

Enfin il faut reconnaître que quelles que soient ses vraies intentions, si "JK" a pensé reprendre la main en menant personnellement ses consultations et tenter ainsi de convaincre ses interlocuteurs à participer tous à "son" dialogue plutôt que via Kalev qui a subi plus d'un refus, il aura fait preuve d'une bonne ruse tactique et surtout réussi un bon coup en termes de leadership s'il arrive ainsi à ramener ceux qui hier le refusaient ! On imagine en effet qu'à son niveau les refus étaient des défaites personnelles mais le réussira-t-il à terme et en aurons-nous pour autant un véritable "dialogue national"... ?
Si "JK" en vérité entrait en scène pour avouer sans avouer son échec en mettant ses interlocuteurs, les "forces vives de la Nation" devant le fait accompli : pour plusieurs raisons notamment financières le processus électoral tel que tracé préalablement via la Ceni était irréalisable !
En un coup, il en aura fait deux : se donner une certaine virginité en avouant l'erreur de sa planification préalable et convaincre ses interlocuteurs d'un nécessaire glissement !!!



Code:
"Je souligne toujours l’écart entre légalité et légitimité. Je considère la légitimité des valeurs plus importante que la légalité d’un État. Nous avons le devoir de mettre en cause, en tant que citoyens, la légalité d’un gouvernement. Nous devons être respectueux de la démocratie, mais quand quelque chose nous apparaît non légitime, même si c’est légal, il nous appartient de protester, de nous indigner et de désobéir."
"Le problème politique de l’humanité consiste à combiner trois choses : l’efficacité économique, la justice sociale et la liberté politique."
"Un politicien pense à la prochaine élection. L’homme d’Etat, à la prochaine génération."

"Elections en RDC : Kabila lance des consultations en vue d'un dialogue
(AFP 29/05/15)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/elections-en-rdc-kabila-lance-des-consultations-en-vue-dun-dialogue#sthash.muRWZdKE.dpuf
Le président congolais Joseph Kabila lance vendredi des consultations tous azimuts en vue d'un dialogue politique aux contours encore flous et rejeté par une partie de l'opposition qui y voit un stratagème pour permettre au chef de l'Etat de rester au pouvoir illégalement.
"Le chef de l'Etat commence vendredi (des) consultations avec toutes les forces vives de la nation", a annoncé à l'AFP un haut responsable congolais dans la nuit de jeudi à vendredi.
"Il va écouter tout le monde", en particulier "les réflexions sur le calendrier électoral global", a ajouté ce responsable, sous le couvert de l'anonymat.


Publié en février par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), cet échéancier prévoit une série d'élections (locales, provinciales, sénatoriales...) devant commencer en octobre et mener jusqu'à la présidentielle et aux législatives devant avoir lieu en novembre 2016.
Agé de 43 ans, M. Kabila est à la tête de la République démocratique du Congo depuis 2001. La Constitution lui interdit de se représenter à la fin de son mandat s'achevant fin 2016.
Le pays traverse une grave crise politique depuis la réélection contestée du président en 2011, à l'issue d'un scrutin entaché de fraudes et d'irrégularités massives.

M. Kabila a jusqu'à présent refusé de céder aux demandes de l'opposition l'enjoignant de s'engager publiquement à quitter le pouvoir à l'issue de son mandat.
Après la chute du président burkinabè Blaise Compaoré en octobre, le gouvernement congolais a abandonné un projet de révision constitutionnelle dont les termes n'avaient jamais été publiés mais que l'opposition soupçonnait d'avoir été conçu pour permettre à M. Kabila de briguer un nouveau mandat.
Les trois grands partis de l'opposition que sont l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le Mouvement de libération du Congo (MLC) et l'Union pour la nation congolaise (UNC) estiment en substance que le programme arrêté par la Céni fait planer l'incertitude sur la tenue de la prochaine présidentielle dans les délais prévus par la Constitution.

- Congo-Brazza, Burundi, Rwanda -

Les consultations voulues par M. Kabila commencent moins de dix jours après le début d'une initiative similaire au Congo-Brazzaville voisin, où il est de plus en plus question d'une révision de la Constitution pour permettre au président Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016.
Elles surviennent aussi alors que le Burundi est plongé dans une grave crise politique depuis l'annonce fin avril de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, et moins de 48 heures après l'annonce au Rwanda d'une possible révision constitutionnelle qui autoriserait un nouveau mandat au président Paul Kagame.
M. Kabila doit recevoir les chefs des confessions religieuses puis les chefs coutumiers avant de discuter avec ceux des partis politiques de l'opposition puis de la majorité, des groupes parlementaires et regroupements politiques pour finir avec les diplomates accrédités en RDC et le chef de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco).

La durée de ces consultations n'a pas été précisée.

Formation historique de l'opposition, l'UDPS a dit être prête à participer au "dialogue politique" proposé par M. Kabila, y voyant la meilleure solution pour sortir le pays de la crise politique.
A l'inverse, une coalition regroupant le MLC, l'UNC, des dissidents de l'UDPS et des représentants de plusieurs dizaines de petits partis s'y oppose, y voyant une manoeuvre pour retarder la prochaine présidentielle et permettre à M. Kabila de rester au pouvoir au-delà du terme de son mandat.
Selon la source officielle, les interlocuteurs du chef de l'Etat "vont faire des réflexions sur le dialogue" politique et dire "quel pourrait en être le format", et "quand (celui-ci) pourra avoir lieu".



RDC : Kabila lance ses consultations avec les forces vives de la nation
° http://www.lavoixdelamerique.com/content/drc-kabila-lance-ses-consultations-avec-les-forces-vives-de-la-nation/2796996.html
Le président congolais Joseph Kabila lance vendredi des consultations politiques tous azimuts en vue d'un dialogue aux contours encore flous, a-t-on annoncé de source officielle dans la nuit de jeudi à vendredi.

Une partie de l'opposition a d'ores et déjà annoncé qu'elle refusait de participer, y voyant une manoeuvre de M. Kabila, à qui la Constitution interdit de se représenter, pour retarder l'échéance de la présidentielle de novembre 2016.
(...)
L’UDPS prête à participer au « dialogue politique »

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a publié en février un calendrier électoral global prévoyant une série d'élections (locales, provinciales, sénatoriales...) devant commencer en octobre et mener jusqu'à la présidentielle et aux législatives programmées pour novembre 2016.
Les trois grands partis de l'opposition que sont l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le Mouvement de libération du Congo (MLC) et l'Union pour la nation congolaise (UNC) estiment en substance que ce calendrier fait peser une grande incertitude sur la tenue de la prochaine présidentielle dans les délais prévus par la Constitution.
Formation historique de l'opposition, l'UDPS a dit être prête à participer au "dialogue politique" proposé par M. Kabila, y voyant la meilleure solution pour sortir le pays de la crise politique qu'il traverse depuis la réélection contestée du chef de l'Etat en 2011.
A l'inverse, une coalition regroupant le MLC, l'UNC, des dissidents de l'UDPS et des représentants de plusieurs dizaines de petits partis s'y oppose, estimant que cela détournera l'attention de l'essentiel : la tenue, dans les temps, de la prochaine présidentielle.
M. Kabila est au pouvoir depuis 2001.
(AFP)"


"JOSEPH KABILA CONSULTE
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4309

* Les chefs de confessions religieuses ouvrent le bal ce vendredi en début
d’après-midi au Palais de la Nation.
L’information, mieux le scoop est tombé très tard dans la soirée. Joseph Kabila démarre les consultations avec les forces vives de la Nation. Ce long marathon républicain et citoyen débute ce vendredi en début d’après-midi avec les chefs de confessions religieuses. Ceux-ci seront reçus séparément. En clair, le chef de l’Etat consacrera un moment à chaque chef spirituel. Lundi 1er juin, ce sera le tour des autorités coutumières de rencontrer le Président de la République. Après, la deuxième série des audiences sera consacrée aux partis politiques. A ce sujet, le Chef de l’Etat s’entretiendra d’abord avec les leaders de l’Opposition avant de recevoir ceux de la Majorité.


En troisième lieu, le Palais de la Nation accordera son hospitalité aux autres forces vives de la Nation. Rentre dans cette catégorie, tout ce que ce pays compte de représentants du mouvement associatif.
La dernière catégorie attendue à la Présidence de la République, se trouve être le corps diplomatique. Les ambassadeurs et autres représentants du système onusien accrédités en RDC, en ce compris, le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, boucleront donc la boucle.
La source autorisée précise qu’au cours de ces échanges, chaque interlocuteur du Chef de l’Etat devra apporter ses réflexions et propositions sur le calendrier électoral et le dialogue politique. A propos plus particulièrement du dialogue, l’exercice consistera à proposer le moment de sa tenue, le format … bref les termes de référence de cet arbre à palabre à l’africaine.
Plus de doute possible. Joseph Kabila est déterminé à créer les conditions pour des élections réellement apaisées."



"(...)Le vendredi 29 mai 2015, le Président Joseph Kabila démarre donc des consultations. Premiers invités, les « forces vives de la nation ». Cela pose plus d’une question et prête le flanc à mainte critique ironique. 
Ces contacts semblent être la version corrigée du « dialogue » qui aurait dû avoir lieu avec au départ trois partis politiques de l’opposition et qui a depuis lors, tourné à la cacophonie, faute d’avoir été conforme aux recommandations des accords d’Addis-Abeba d’une part, et suite à un « non » de certains, lié à des stratégies de repositionnement politique, d’autre part. 
Et si les consultations doivent remplacer l’impossible dialogue, lui-même étant un ersatz des « concertations » tout aussi stériles ; c’est toujours pour la même raison. On ne peut pas prendre au sérieux un rassemblement quelconque qui devrait discuter sans avoir la possibilité prendre en compte la NULLITE des élections de 2011. Il faut rappeler que les élections de novembre-décembre 2011 ont donné des résultats qu'une personne avisée, réfléchie, d’esprit libre et critique devrait considérer comme nuls, donc sans gagnant.
(...)   
À moins de 18 mois de son départ définitif du pouvoir, qu’est-ce qui motive monsieur Joseph Kabila à être subitement à l’écoute de la base via ceux qui sont supposés avoir une certaine représentativité dans la population ou du moins un certain crédit ?  
JKK sera toujours contraint d’imposer un cadre de négociations qui écarte les « sujets dangereux. Il s’agit, justement, de ceux dont on devrait pouvoir discuter ! On devrait pouvoir parler du contentieux électoral de 2011, de la neutralité du bureau de la Ceni, du calendrier électoral jugé non consensuel, du renvoi des élections locales au-delà de 2016, du non glissement du calendrier électoral pour la présidentielle et les législatives nationales de 2016, de l’audit externe du fichier électoral, de l’enrôlement de nouveaux majeurs, de la libération des prisonniers politiques, de la réouverture des médias de l’opposition fermés, etc.
 

Sur son blog , Cheik Fita les met en exergue par des questions ironiques.  
« Quid alors des « élus » du peuple issus du scrutin du 28 novembre 2011, leur représentativité n’est-elle plus suffisante ? 

"Insolite. Joseph Kabila consulte… Quête désespérée d’une éventuelle légitimité et/ou manœuvres pour se cramponner au pouvoir ?
° http://www.cheikfitanews.net/2015/05/insolite-joseph-kabila-consulte-quete-desesperee-d-une-eventuelle-legitimite-et-ou-manoeuvres-pour-se-cramponner-au-pouvoir.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics
Le vendredi 29 mai 2015, le Président Joseph Kabila démarre des consultations. L’information a été relayée par RFI (écouter la vidéo en fin d’article.)
Premiers invités, les « forces vives de la nation ». Ces contacts semblent être la version corrigée du « dialogue » qui aurait dû avoir lieu avec au départ trois partis politiques de l’opposition et qui a depuis lors, tourné à la cacophonie, faute d’avoir été conforme aux recommandations des accords d’Addis-Abeba d’une part, et suite à un « non » de certains, lié à des stratégies de repositionnement politique, d’autre part.
À moins de 18 mois de son départ définitif du pouvoir, qu’est-ce qui motive  monsieur Joseph Kabila à être subitement à l’écoute de la base via ceux qui sont supposés avoir une certaine représentativité dans la population ou du moins un certain crédit ?

Quid alors des « élus » du peuple issus du scrutin du 28 novembre 2011, leur représentativité n’est-elle plus suffisante ?
Quand un Président a été bien élu et jouit de la légitimité du peuple, il applique le programme pour lequel il a été élu. Le peuple s’étant déjà prononcé dans les urnes. À la fin de son mandat, il rend compte.
Que s’est-il alors passé entre le 28 novembre 2011 et aujourd’hui pour que monsieur Joseph Kabila soit obligé d’organiser ces consultations et peut-être in fine, en vue d’un dialogue ?
Le 28 novembre 2011, le peuple ne s’était-il pas prononcé ? Quel avait été le message du peuple congolais ? Pour qui avait-il voté ? Si le peuple avait donné ses voix à monsieur Joseph Kabila, alors toutes ces consultations n’ont pas de raison d’être.

Cela  n’est-il pas alors un aveu qu’il n’avait pas été élu ? Et qu’il y a un véritable problème de légitimité ? Plus, vouloir réécouter le peuple aujourd’hui via les partis politiques, les « forces vives de la nation », ce que le jour du scrutin, le souci n’était pas d’écouter la voix du peuple et de s’y conformer.
Et plus inquiétant, cela ne sous-entend-t-il pas que l’objectif final n’est pas de prendre en compte les aspirations profondes du peuple, mais pourrait bien être, sous prétexte d’une sorte de référendum qui ne dit pas son nom, comme en novembre 2011, une manœuvre pour se cramponner au pouvoir !
Un proverbe swahili dit « Mwenye kyake, a atshake ! » Entendez : Celui qui a un penchant, ne s’en défait jamais.

Bruxelles, le 29 mai 2015
Cheik FITA"

Les élections de 2011 avaient été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », (...)

Pendant que s’effritent les chances de voir Joseph Kabila réunir autour de lui les membres de sa famille politique ainsi que ceux de différentes sensibilités de l’Opposition, des officines diplomatiques occidentales et américaines scrutent l’horizon à la loupe. Elles cherchent à savoir ce qui pourrait arriver en RDC si les Congolais refusaient de se remettre autour d’une même table en vue de passer en revue tous les problèmes qui fâchent. A en croire la mouture d’une réflexion en circulation dans certaines chancelleries, le glissement serait incontournable. Et l’ultime cartouche détenue par le pouvoir en place pour y parvenir, en douceur, là où les tentatives de révision de la Constitution ont fait flop, serait le découpage territorial. Il est pratiquement exclu que le trésor public porte concomitamment le processus électoral et le découpage territorial. Un choix devrait être opéré : soit la mise en place de nouvelles provinces, soit la tenue des élections. Mais, au regard de l’environnement politique de ces derniers mois, le processus électoral a très peu de chance d’échapper au glissement.(...)"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=201810&Actualiteit=selected


° http://radiookapi.net/regions/kinshasa/2015/05/29/la-prosperite-choix-difficile-de-kabila-dialogue-tshisekedi-kengo-dos-dos/
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6534
° http://www.lephareonline.net/incertitude-du-dialogue-decoupage-lultime-cartouche-du-glissement/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4307
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6540
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6539





Compatriotiquement![/size]



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #


Dernière édition par ndonzwau le 29/5/2015, 11:15 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 30/5/2015, 2:11 am

ndonzwau a écrit:Ainsi on nous annonce presque ex-abrupto le début des Consultations du "Chef" dès aujourd'hui avec les autorités religieuses, les chefs coutumiers puis avec les forces politiques (et sociales) et enfin avec les diplomates y compris le Chef de la Monusco, Kobler !
Est-ce que "JK" a trouvé nécessaire de conduire personnellement le pré-dialogue à la place de son sbire Kalev qui était son envoyé ou c'est cela déjà le dialogue ?
La suite nous le dira mais pour l'heure tentons un diagnostic rapide de la situation du pays pour savoir où l'on va ou plutôt où peuvent aboutir toutes ces gesticulations(?) !

[...]

Enfin il faut reconnaître que quelles que soient ses vraies intentions, si "JK" a pensé reprendre la main en menant personnellement ses consultations et tenter ainsi de convaincre ses interlocuteurs à participer tous à "son" dialogue plutôt que via Kalev qui a subi plus d'un refus, il aura fait preuve d'une bonne ruse tactique et surtout réussi un bon coup en termes de leadership s'il arrive ainsi à ramener ceux qui hier le refusaient ! On imagine en effet qu'à son niveau les refus étaient des défaites personnelles mais le réussira-t-il à terme et en aurons-nous pour autant un véritable "dialogue national"... ?
Si "JK" en vérité entrait en scène pour avouer sans avouer son échec en mettant ses interlocuteurs, les "forces vives de la Nation" devant le fait accompli : pour plusieurs raisons notamment financières le processus électoral tel que tracé préalablement via la Ceni était irréalisable !
En un coup, il en aura fait deux : se donner une certaine virginité en avouant l'erreur de sa planification préalable et convaincre ses interlocuteurs d'un nécessaire glissement !!!

[...]


Compatriotiquement![/size]


"Le Pays" est un journal d'avant garde burkinabe avec beaucoup de ressources culturelles et critiques même si parfois il fait trop facilement la "leçons...
Ici depuis son Faso il tente une analyse sur le choix du "dialogue" fait par Tshisekedi au Congo !
Il y'a à boire et à manger car il abonde aussi en "vérités" connues de nous tous et fait quelques approximations "historiques" mais ici et là ça ne manque pas d'enseignements utiles...
Lisez donc !



Code:
"A malin malin et demi."
“Ce qui n’est pas moral, c’est de tromper quelqu’un de facile à tromper. Quand l’adversaire prend toutes ses garanties, alors c’est le plus malin qui gagnera.”
“Le diable est encore le meilleur subterfuge pour disculper Dieu.”




DIALOGUE POUVOIR – OPPOSITION EN RDC : Le vieux Tshisekedi sur les pas de Gilchrist Olympio ?
° http://lepays.bf/dialogue-pouvoir-opposition-en-rdc-le-vieux-tshisekedi-sur-les-pas-de-gilchrist-olympio/
L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) de Etienne Tshisekedi a annoncé sa décision de participer au dialogue national proposé par le président Joseph Kabila en République Démocratique du Congo (RDC). Ainsi, les opposants au régime Kabila ne sont plus sur la même longueur d’onde, quant à l’attitude à avoir face à cette offre de dialogue du camp présidentiel. Les autres membres influents de la plateforme de l’opposition refusent d’embarquer dans cette aventure. Vital Kamerhé l’a d’ailleurs rappelé : l’opposition dont il se réclame, considère que ce dialogue n’est ni plus ni moins qu’un marché de dupes. Et elle refuse d’y prendre part pour ne pas servir de faire-valoir au régime.
 
On ne peut s’empêcher de s’étonner du choix de l’UDPS


En effet, on est là dans un schéma classique des régimes qui tripatouillent les textes fondamentaux de leur pays pour permettre au président de prolonger son bail au sommet de l’Etat. Le pouvoir lève le lièvre en faisant comprendre qu’il envisage la modification de la Constitution. Ce qui a pour effet de susciter des tensions et des manifestations d’hostilité des opposants et de la société civile. Dès lors, et pour désamorcer la tension, le pouvoir propose un dialogue avec l’opposition tout en sachant que ce dialogue est mort-né, ce genre de discussions ayant très peu de chances d’aboutir à un compromis utile. L’objectif, c’est juste de jeter de la poudre aux yeux des observateurs et partenaires étrangers.
Puis, dès que l’échec programmé est consommé, les tenants du pouvoir déroulent la suite de leur plan, qui est celui de recourir à un référendum pour départager les protagonistes, compte tenu du fait qu’on est en face de positions inconciliables. C’était le plan du régime Compaoré au Burkina. Il aura fallu toute la vigilance de l’opposition politique et de certaines organisations de la société civile, ainsi que la détermination des populations, pour le déjouer. C’est probablement la même stratégie qui est mise en route par les autorités de la RDC. Et c’est certainement conscients de cela que bien des opposants refusent de jouer le jeu du pouvoir Kabila. C’est pourquoi on ne peut s’empêcher de s’étonner du choix de l’UDPS. Jusque-là, Tshisekedi avait mis un point d’honneur à contester la légitimité de Kabila, réélu dans des conditions troubles en 2011. Difficile donc de comprendre qu’il accepte un dialogue proposé par Kabila, « l’illégitime ». En le faisant, Tshisekedi et son UDPS reconnaissent d’une manière ou d’une autre, le pouvoir de Kabila. En tout cas, venant de celui qui s’est autoproclamé président élu contre Kabila, cette acceptation de l’offre de dialogue faite par« l’usurpateur », surprend.

Tshisekedi est-il en passe de suivre les traces de Gilchrist Olympio au Togo ? On se souvient en effet que le vieil opposant à la famille Gnassingbé a fini par se compromettre avec Faure Gnassingbé, probablement las d’espérer étrenner le pouvoir d’Etat. Une compromission de laquelle l’opposition togolaise sortira fortement affaiblie. Pire, elle continue d’en ressentir les effets aujourd’hui encore. Certes, en Afrique, la morale veut qu’on ne refuse pas une offre de dialogue. Mais, quand ce refus est dû au fait que les règles du jeu sont biaisées, au fait que les dés sont pipés, il faut bien se méfier. Le vieux Tshisekedi se laissera-t-il rouler dans la farine ? Ce n’est pas impossible.

Si Tshisekedi tombe dans l’escarcelle du pouvoir Kabila, ce sera une mauvaise nouvelle pour la démocratie en RDC

L’UDPS peut aller à la table du dialogue pour écouter et tirer ses propres conclusions. Mais, tout peut arriver. Car, la maladie et les déboires politiques aidant, le vieux à l’éternel borsalino pourrait, au soir de sa vie et aux prises avec la maladie, être tenté de négocier quelques faveurs avec le pouvoir. Qui sait d’ailleurs si le régime n’a pas donné un coup de main à Tshisekedi pour ses soins ? Rien ne dit donc que le vieil opposant n’a pas mis de l’eau dans son vin. Après tout, Tshisekedi n’a-t-il pas été Premier ministre du dictateur Mobutu Sésé Séko ?
C’est dire à quel point tout est possible au cours de ce dialogue. Et si Tshisekedi tombe dans l’escarcelle du pouvoir Kabila, ce sera une mauvaise nouvelle pour la démocratie en RDC. On sait que cet opposant a une grande capacité de mobilisation. S’il venait à abdiquer, il ne rendrait pas service à l’opposition, encore moins à la démocratie dans son pays. Il faut donc espérer qu’il ne tombe pas dans le piège du régime Kabila.

Le chef de l’Etat de la RDC, on le sait, ne ménagera aucun effort pour fragiliser l’opposition et s’ouvrir un boulevard pour un nouveau bail à la tête de l’Etat. Aussi les opposants politiques et la société civile devront-ils s’organiser pour ne pas lui laisser la moindre opportunité de parvenir à ses fins.
Il est vrai que l’avenir politique de Joseph Kabila dépend pour beaucoup de ce qui se joue actuellement au Burundi. Si la communauté internationale (mise à part Bruxelles), continue à avoir la même attitude vis-à-vis de Nkurunziza, il faudra alors célébrer les obsèques de la démocratie dans la région. Car, si NKurunziza réussit à imposer sa présence au sommet de l’Etat envers et contre toutes les lois de son pays en massacrant notamment son peuple, Joseph Kabila, Denis Sassou NGuesso et autres ne s’en priveront pas quand viendra leur tour. La communauté internationale doit donc se réveiller. Mais, il est vrai aussi que l’avenir de Kabila dépend également de la détermination et de la capacité des populations de son pays, elles-mêmes, à ne pas se laisser faire. C’est aussi pour cela que la société civile et les partis d’opposition qui se démarquent du dialogue annoncé, doivent travailler à resserrer les rangs, à poursuivre la mobilisation en vue de parer à toute éventualité.
« Le Pays »"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:25 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum