EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Tsippora le 2/6/2015, 11:09 pm

Je sais que Felix voulait limiter le nombre de participants à 20 pour l'opposition pour éviter que ca devienne un cirque comme pour les concertations. Il n'a jamais dit que ce serait limité aux membres de l'Udps. D'ailleurs comment pourrait-il imposer cela de manière unilatérale?

Ce que j'aimerais, c'est d'entendre ce que proposent concrètement ceux qui s'opposent au dialogue. Je partage comme bcp leur préoccupation d'assister a un glissement mais alternative c'est quoi exactement
?

Troll a écrit:¤ Madame Tsipora

Savez-vous que Felix dans sa proposition ne voulait que "40 personnes" pour ce dialogue...et les "20 places" de l´opposition étaient reservées á l´UDPS? Smile
Dans l´entendement de Felix, un dialogue ne pouvait concerner que Tshitshi et Kanambe Rolling Eyes afin de resoudre leur contentieux Embarassed Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

Quand Joé Kanambe deroute le dialogue avec des "consultations" Wink  où on retrouve presque toutes les "forces spirituelles" du Congo, les diplomates et...les politiciens...Ce que la proposition de l´UDPS..semble ne pas être...pris en compte par Kanambe


¤ COMMISSION VERITE ET RECONCILIATION Exclamation

L´autre lecture de ces "consultations" où l´Église Catholique est á l´honneur avec deux visites..une pour la CENCO et une pour Monsengwo dont les mauvaise relations avec Kanambe ne sont pas un secret What a Face Like a Star @ heaven  Ce que Kanambe tente de refaire l´histoire de l´Afrique du Sud où Mandela avait ...fait l´absolution des crimes de l´apartheid via une Commission de la reconciliation Rolling Eyes Rolling Eyes
Ainsi, Kanambe a grandement besoin de ces organisations spirituelles, surtout l´Eglise Catholique qui possede l´autorité morale et spirituelle la plus forte..á cause du niveau de l´éducation des prelats Rolling Eyes
Monsengwo peut éventuellement mettre en pratique l´experience de la RSA..afin de rassurer Kanambe..dont le risque de se retrouver devant la justice est grand si..jamais l´alternance se fait..sans preparation Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 3/6/2015, 3:56 am

Tsippora a écrit:Mr Ndo, je crois que disons la meme chose. Le dialogue en soi n'est pas une mauvaise chose, et même si Joseph voulait en profiter pour faciliter un glissement ou s'accorder un 3ème mandat, il aurait été préférable que chacun mette de l'eau dans son vin pour que l'opposition présente un front uni. Même pour une union circonstancielle et ponctuelle.  On est face à quelqun qui se cache, qui est invisible, inaudible et surtout sournois et manipulateur, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour le forcer à se prononcer clairement sur ses ambitions? Et surtout, pour discuter du calendrier électoral, du fichier actuel et de l'enrôlement de nouveaux électeurs? Que l'Udps ait reçu des garanties m'importe peu, on veut voir un minimum d'intelligence et de sagesse emerger au milieu de cette classe politique en faillite morale et sans aucun sens de l'Etat.

Mgr Mosengwo a rencontré Josefu pour lui signifier l'opposition de l'église  catholique a un 3ème mandat. en quoi cette rencontre peut-elle permettre un glissement comme le prétend le camp du non? Peut-on vraiment être contre la vertu?
http://youtu.be/q2wu54wi2cs

Désolé, Ma Tsippo, je crois que nous ne disons pas tout à fait la même chose !

Nous sommes tous les deux d'accord pour un front uni contre « JK », (et combien d'années je le réclame) mais en même temps tandis que vous brouillez les cartes à défendre consciencieusement un homme, des hommes et à en diaboliser d'autres, moi je privilégie des principes, des stratégies où je juge les hommes d'abord à leurs actes sans préjugés excessifs ni diabolisations définitives, libre de toute chapelle... C'est mon choix sans autre prétention mais combien utile selon moi en ce moment où certains mutent si facilement d'un amour vers son contraire...
La seule personne que je me permets de rayer de ma liste c'est « JK » car je le sais représentant en chef d'une imposture monstrueuse et meurtrière pour mon pays mais même lui, je serais capable de lui reconnaître un mérite sur tel ou tel autre acte si je le juge bon pour le pays ou logique dans un début de stratégie qui renforce la marche vers un changement de gouvernance...

Autre chose : vous êtes indifférente à ce qu'un parti obtienne des garanties à sa gouverne pour se mettre à table avec son prétendu adversaire, ce régime ; moi pas !
C'est pour moi tout le contraire d'une compétition politique saine et utile à nos pays que de se partager le pouvoir à l'avance, tout seul et en catimini pour prétendre gérer le pays autrement qu'il l'a été jusque ici avec des résultats catastrophiques à la fin dans tous les domaines !
Autant j'approuve et le souhaite même pour plus d'efficacité qu'une coalition à la conquête du pouvoir s'y prépare en se repartissant à l'avance charges et postes dans un scénario planifié où elle sera élue et devra gouverner ensemble, autant je juge d'un "collaborationisme" dangereux la confusion des statuts entre opposants et pouvoir où certains des premiers s'arrangent secrètement avec l'adversaire et mentent ainsi au peuple pour simuler un dialogue national trompeur !
Ma Tsippo, lorsque vous aurez sincèrement répondu à la question qui vous a été posée, qu'aurez-vous dit si à la place de FT c'est VK qui l'avait fait, vous mesurerez mieux l'ampleur de ce « crime » !

Enfin, vous réduisez les craintes et les précautions de ceux qui appréhendent ce dialogue à un risque inexistant de glissement ou d'autre ruse...
Est-ce bien vous là que j'ai connue toujours très critique sinon plus envers ce régime, l'accusant au besoin de mafieux prompt à toutes les entourloupes ou tout d'un coup êtes-vous frappée d'une amnésie intéressée qui inexplicablement oublie tous les mensonges et crimes de ce régime ?
Je me permettrais juste de vous répondre à ce stade que je resterai attentif à vos réactions dans l'avenir si jamais leurs craintes se confirmaient ou si toute cette entreprise dans son format actuel échouait...
En passant, Monsengwo n'est pas un décideur politique, il est une autorité morale (au vrai sens pas celui galvaudé qu'on nous agite ici là) reconnue dans notre société, cela suffit; les partis politiques et leurs leaders oui... Ne mélangeons pas trop les genres...



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Troll le 3/6/2015, 12:51 pm

Madame Tsipora

L´ALTERNATIVE ?


Il existe un "dialogue"..entre l´opposition et la CENI..Deux ou trois rencontres dèjà, et il semble qu´il y aura une autre rencontre dans un prochain futur Notez que l´UDPS ne participe pas á ce "dialogue" avec la CENI


Le dialogue avec la CENI est l´alternative crédible, parce que ce dialogue se concentre sur les élections et reduit les risques d´un glissement, d´un partage du pouvoir ect..

En ecoutant Monsengwo et les spiritualistes (excusez moi pour ce terme )..Joé Kanambe "sonde" le terrain pour retoucher le calendrier de la CENI..´
D´où nous avons l´impression qu´il y aura "convergence" au bout de la route; tous vont rejoindre ceux de l´opposition qui se consacrent sur un dialogue avec la CENI

Au lieu de perdre du temps avec le contentieux électoral de 2011, la gouvernance, les violations des droits de l´Homme, ect..se concentrer sur les élections serait la bonne manière de s´assurer que Kanambe va quitter le pouvoir l´an prochain..

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Admin le 3/6/2015, 2:28 pm

Troll a écrit: Madame Tsipora

L´ALTERNATIVE ?


Il existe un "dialogue"..entre l´opposition et la CENI..Deux ou trois rencontres dèjà, et il semble qu´il y aura une autre rencontre dans un prochain futur Notez que l´UDPS ne participe pas á ce "dialogue" avec la CENI


Le dialogue avec la CENI est l´alternative crédible, parce que ce dialogue se concentre sur les élections et reduit les risques d´un glissement, d´un partage du pouvoir ect..

En ecoutant Monsengwo et les spiritualistes (excusez moi pour ce terme )..Joé Kanambe "sonde" le terrain pour retoucher le calendrier de la CENI..´
D´où nous avons l´impression qu´il y aura "convergence" au bout de la route; tous vont rejoindre ceux de l´opposition qui se consacrent sur un dialogue avec la CENI

Au lieu de perdre du temps avec le contentieux électoral de 2011, la gouvernance, les violations des droits de l´Homme, ect..se concentrer sur les élections serait la bonne manière de s´assurer que Kanambe va quitter le pouvoir l´an prochain..
like

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Tsippora le 3/6/2015, 3:56 pm

Juste pour clarifier ma position pour éviter la confusion: je ne crois pas qu'un dialogue soit particulièrement opportun  a ce stade-ci et ne comprends pas les motivations de l'Udps. Comme bcp de gens je soupçonne qu'ils ont reçu des garanties et que cette démarche est purement opportuniste. Je me demande si ce n'est pas un peu naïf de leur part, quand on considère le fiasco électoral de 2011 où ils ont dû obtenir au moins autant de garanties.
Contrairement à ce que vous affirmez Mr Ndo, je ne diabolise personne. Et ma réponse a la question d'Admin est claire. Si c'était Kamerhe qui était seul en faveur du dialogue, on l'aurait crucifiéRazz

Je n'ai pas de réponse a ce qui se passe d'autant que l'Udps a d'abord commence par nier sa volonté de participer à un dialogue avec Joseph, pour ensuite mettre tout le monde, incluant les autres partis d'opposition devant un fait accompli. Je trouve cette tactique irresponsable car elle expose ce parti aux desiderata de Joseph et ses sbires, sans la légitimité d'un soutien populaire.

Mais les choses etant ce quelles sont, Je me dis que les autres partis ne doivent pas s'auto-exclure mais négocier pour que certains préalables essentiels soient remplis. On ne sait que ce que ces politiciens nous disent et selon Felix il ne fera pas partie d'un gouvernement d'union nationale. Il a intérêt a respecter sa parole pcq autrement, il aura de la difficulté a se présenter devant les électeurs en 2020????

Malheureusement il faut se rendre à levidence, rien n'est garsnti. Cher Troll, on peut s'en remettre à la Ceni pour tout ce qui touche aux élections mais la validité d'une éventuelle candidature de Joseph ne relève pas de cette institution. Pourquoi ne pas faire les deux? Pourquoi ne pas lui faire dire tout haut ce qu'il refuse de dire depuis des années deja? Je suis habituellement optimiste mais la je sens que nos options sont limitées. Mieux vaut chercher des solutions de manière apaisée en amont que de risquer un tour de force de celui qui a l'armée et et les coffres de l'Etat a sa disposition. Les Nigérians l'ont fait, pourquoi pas nous?






ndonzwau a écrit:
Tsippora a écrit:Mr Ndo, je crois que disons la meme chose. Le dialogue en soi n'est pas une mauvaise chose, et même si Joseph voulait en profiter pour faciliter un glissement ou s'accorder un 3ème mandat, il aurait été préférable que chacun mette de l'eau dans son vin pour que l'opposition présente un front uni. Même pour une union circonstancielle et ponctuelle.  On est face à quelqun qui se cache, qui est invisible, inaudible et surtout sournois et manipulateur, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour le forcer à se prononcer clairement sur ses ambitions? Et surtout, pour discuter du calendrier électoral, du fichier actuel et de l'enrôlement de nouveaux électeurs? Que l'Udps ait reçu des garanties m'importe peu, on veut voir un minimum d'intelligence et de sagesse emerger au milieu de cette classe politique en faillite morale et sans aucun sens de l'Etat.

Mgr Mosengwo a rencontré Josefu pour lui signifier l'opposition de l'église  catholique a un 3ème mandat. en quoi cette rencontre peut-elle permettre un glissement comme le prétend le camp du non? Peut-on vraiment être contre la vertu?
http://youtu.be/q2wu54wi2cs

Désolé, Ma Tsippo, je crois que nous ne disons pas tout à fait la même chose !

Nous sommes tous les deux d'accord pour un front uni contre « JK », (et combien d'années je le réclame) mais en même temps tandis que vous brouillez les cartes à défendre consciencieusement un homme, des hommes et à en diaboliser d'autres, moi je privilégie des principes, des stratégies où je juge les hommes d'abord à leurs actes sans préjugés excessifs ni diabolisations définitives, libre de toute chapelle... C'est mon choix sans autre prétention mais combien utile selon moi en ce moment où certains mutent si facilement d'un amour vers son contraire...
La seule personne que je me permets de rayer de ma liste c'est « JK » car je le sais représentant en chef d'une imposture monstrueuse et meurtrière pour mon pays mais même lui, je serais capable de lui reconnaître un mérite sur tel ou tel autre acte si je le juge bon pour le pays ou logique dans un début de stratégie qui renforce la marche vers un changement de gouvernance...

Autre chose : vous êtes indifférente à ce qu'un parti obtienne des garanties à sa gouverne pour se mettre à table avec son prétendu adversaire, ce régime ; moi pas !
C'est pour moi tout le contraire d'une compétition politique saine et utile à nos pays que de se partager le pouvoir à l'avance, tout seul et en catimini pour prétendre gérer le pays autrement qu'il l'a été jusque ici avec des résultats catastrophiques à la fin dans tous les domaines !
Autant j'approuve et le souhaite même pour plus d'efficacité qu'une coalition à la conquête du pouvoir s'y prépare en se repartissant à l'avance charges et postes dans un scénario planifié où elle sera élue et devra gouverner ensemble, autant je juge d'un "collaborationisme" dangereux la confusion des statuts entre opposants et pouvoir où certains des premiers s'arrangent secrètement avec l'adversaire et mentent ainsi au peuple pour simuler un dialogue national trompeur !
Ma Tsippo, lorsque vous aurez sincèrement répondu à la question qui vous a été posée, qu'aurez-vous dit si à la place de FT c'est VK qui l'avait fait, vous mesurerez mieux l'ampleur de ce « crime » !

Enfin, vous réduisez les craintes et les précautions de ceux qui appréhendent ce dialogue à un risque inexistant de glissement ou d'autre ruse...
Est-ce bien vous là que j'ai connue toujours très critique sinon plus envers ce régime, l'accusant au besoin de mafieux prompt à toutes les entourloupes ou tout d'un coup êtes-vous frappée d'une amnésie intéressée qui inexplicablement oublie tous les mensonges et crimes de ce régime ?
Je me permettrais juste de vous répondre à ce stade que je resterai attentif à vos réactions dans l'avenir si jamais leurs craintes se confirmaient ou si toute cette entreprise dans son format actuel échouait...
En passant, Monsengwo n'est pas un décideur politique, il est une autorité morale (au vrai sens pas celui galvaudé qu'on nous agite ici là) reconnue dans notre société, cela suffit; les partis politiques et leurs leaders oui... Ne mélangeons pas trop les genres...



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 3/6/2015, 8:50 pm

Naïveté et Pragmatisme.

Les pragmatiques qui avaient accepté le dialogue n'avaient fait qu'un criant manque de réalisme soit en toute conscience, soit par naïveté. Oui, ils ont été naïfs comme des débutants.
Comment peut-on croire en "Joseph Kabila", lui qui n'a jamais respecté sa parole? Comment peut-on s'asseoir avec celui qui a berné le monde en 2006, en 2011, avant la tenue de la Francophonie, avec le procès de Chebeya, ...

Pourquoi cet homme qui a tenu ses concertations nationales sur mesure contre tout bon sens et a mis en place son gouvernement de cohésion nationale, peut-il aujourd'hui demander à s'asseoir avec l'Opposition si ce n'est un constat d'échec et une manoeuvre de plus pour le maintenir au pouvoir.

Heureusement que l'UDPS s'est ressaisie et annuler sa présence à ce dialogue. Croyez-moi, elle serait la plus grande perdante de cette démarche qui consistait en fait à favoriser le glissement de Kanambe.

Je salue le courage de Félix pour le recul de l'UDPS qui n'avait d'ailleurs aucune autre issue.

L'alternative? Que Kanambe déclare solennellement qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections, qu'on mette en place une véritable et neutre CENI, qu'on libère tous les prisonniers politiques et que l'on prépare des élections sereines, apaisées, libres et démocratiques.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 3/6/2015, 9:03 pm

En politique, le dialogue demeure l’arme la plus redoutable pour repousser toute impasse politique. Éviter le dialogue c'est faire obstacle à la démocratie car si les politiciens congolais se reconnaissent comme tels, (donc comme politiciens), ils doivent continuellement se parler sans tabou. La question fondamentale est celle de savoir comment accompagner le peuple congolais dans sa volonté de conserver les attributs de l’indépendance et de la souveraineté nationale. Ou comment faire face aux défis du développement et aux périls qui menacent la RDC.

Comme tous  les politiciens congolais veulent respecter leur constitution à la lettre, ils doivent dialoguer et nous dire comment financer et organiser les 7 scrutins dans pratiquement 16 mois tout en respectant leur constitution.  Le peuple congolais a besoin des élections sereines, libres et apaisées.

La constitution congolaise dit aussi ceci : à la fin de son mandat, le président de la république reste en fonction jusqu´à l´installation effective du nouveau président élu !
Nous croyons que le dialogue est nécessaire maintenant! Agir autrement,  serait suicidaire.

Jim KK en RFA

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 3/6/2015, 9:51 pm

Dialoguer avec une personne qui, tout au long de ses divers mandats n'a dirigé que par défi, refusant d'écouter tout le monde, voulant passer par la force. Eh bien, qu'il aille dialoguer avec Mende, Boshab, Bababaswe, ses tueurs de l'armée et de la police.

Quant au financement des élections qui auront lieu dans environ 16 mois, là encore qu'il passe en force. Il avait 5 ans pour préparer et organiser les élections. Malheureusement pour lui, les flatteurs du PPRD/MP l'ont tellement floué en le racontant des mensonges qu'il pensait qu'il passerait facilement ses lois et serait président à vie.

C'est à présent qu'il vient de découvrir que le peuple congolais est patient mais mûr. Votre Rat Hissé a peur. Peur d'être jugé pour tous les crimes qu'il a commis. Il veut sauver sa peau, mais il ne s'en sortira pas.

Nombreux étaient des gens ici le louangeant, le flattant, combien sont-ils présentement à le soutenir? Nous avions dit qu'il sera seul le moment venu et ce moment arrive.

La constitution qui dit que le Président reste en place jusqu'à l'installation effective de son remplaçant, ne dit pas que les élections peuvent ne pas avoir lieu. Les élections ont lieu tous les 5 ans.

En 2011, Il n'y a pas eu des élections municipales, pourquoi devons-nous en avoir absolument maintenant? Organisons d'abord les présidentielle et législative. Les autres suivront.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 3/6/2015, 10:40 pm

Joseph Kabila: ma main a toujours été et reste tendue.

Qui ignore cette phrase??

Le président Joseph Kabila est resté égal à lui-même. C’est par le dialogue qu’il a réunifié le pays et réconcilié les congolais. Les premières élections libres et transparentes (après plusieurs décennies) que certains réclamaient mordicus alors qu’ils n’y croyaient pas, ont été organisées en 2006 sous son règne.
Nous prônons un dialogue franc entre politiciens congolais. Ils doivent se regarder droit dans les yeux et discuter.

Jim KK en RFA

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  King David le 3/6/2015, 10:54 pm

Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a changé le scrutin de deux tours à un tour.

Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a essayé de changer la constitution, spécialement l'article 220.

Vous qui défendez l'indéfendable, vous devriez avoir un peu de remord pour les congolais qui sont morts les 19, 20 et 21 janvier dernier, sans doute qu'ils manifestaient parce qu'ils étaient contre le dialogue et vos soldats les ont abattus comme des lapins et Mende, sans honte, dira qu'il s'agissait des criminels.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 3/6/2015, 11:11 pm

"Après les églises et les Chefs coutumiers : Kabila, cap sur les politiques et mouvements associatifs !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6603&rubrique=POLITIQUE
*Les consultations populaires lancées par le Président Joseph Kabila se poursuivent, ce mercredi 3 juin, au Palais du Peuple, avec l’entrée en lice des mouvements associatifs, les Ong et, éventuellement, les partis et regroupements politiques. Selon le service de protocole, la fin des consultations pourrait intervenir,  le vendredi 5 juin prochain. Au 2ème jour, hier mardi 2 juin, Joseph Kabila a reçu le Cardinal Laurent Monsengwo en sa qualité d’Archevêque de Kinshasa. Tour à tour, l’on a remarqué la présence de la délégation de l’Eglise Orthodoxe, des responsables des Eglises de réveil, les chefs des Eglises indépendantes et, pour terminer, les Chefs coutumiers. Compromis, réconciliation, amour, pardon et respect des délais constitutionnels sont les mots qui reviennent le plus souvent.

On est de plein pied dans les consultations qui se déroulent au Palais de la Nation. Comme des patients dans un cabinet médical, Joseph Kabila attend et reçoit ses invités. Il y en a qui se sont sentis très honorés rien qu’à l’idée d’être reçus par le Chef de l’Etat. C’est le cas des Chefs coutumiers, ils se comptaient par plusieurs dizaines, tous exaltés, la preuve qu’ils éprouvaient du mal à constituer une petite délégation. On a, néanmoins, vu côte-à-côte Mfumu Difima et Munongo. C’est le second qui a pris la parole au sortir de l’audience. Le Congo, a-t-il dit, est un patrimoine commun que tout Congolais a l’obligation de protéger. Il ajoute que les chefs traditionnels ont une longue expérience en matière de palabre. Une expérience que les chefs coutumiers veulent mettre à la disposition du Président Kabila.

Côté catholique, le Cardinal Laurent Monsengwo a confirmé la position déjà exprimée, un jour plus tôt, par les Evêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Le dialogue vu par les catholiques,  devrait porter sur toutes les questions, sauf le dépassement des délais constitutionnels et la violation des dispositions constitutionnelles. Laurent Monsengwo estime qu’il appartient au Chef de l’Etat de définir les objectifs du dialogue. Car, en convoquant le dialogue, Joseph Kabila savait par où il voulait atterrir. A une question d’un journaliste, si le Cardinal avait un rôle à jouer dans la direction dudit  dialogue, si une telle responsabilité lui était confiée,  Laurent Monsengwo a répondu par la négative. Il est trop pris avec son cardinalat. Il a aussi beaucoup à faire à Kinshasa et à Rome où il preste comme Conseiller du Pape François. Comme qui dirait, l’expérience de la CNS ne se répétera plus. Le dialogue n’était pas le seul motif de la présence de Monsengwo au Palais du Peuple. Il voulait obtenir la réouverture de la chaîne de télévision catholique, la RTCE. Une chaîne fermée par le pouvoir, en janvier, en marge des manifestations des rues hostiles à la loi électorale.

Pour l’Eglise orthodoxe, le résultat attendu du dialogue est un compromis politique sur tous les dossiers à problème. L’Eglise orthodoxe n’a qu’une seule obsession : la préservation de la paix(...)"



"Consultations de Joseph Kabila : Monsengwo «Oui au Dialogue … à condition de ne pas déborder»
° http://www.lephareonline.net/consultations-de-joseph-kabila-monsengwo-oui-au-dialogue-a-condition-de-ne-pas-deborder/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4345
° http://latempete.info/dialoguemgr-monsengwo-contre-un-glissement-en-2016/
Commencées le lundi 1er juin avec les confessions religieuses, les consultations du chef de l’Etat se sont poursuivies hier mardi avec la même catégorie sociale, plus les représentants des chefs coutumiers.

Premier à être reçu, l’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, a passé près d’une heure d’entretien avec le Chef de l’Etat.
Interrogé au sujet de ce qu’il pense du dialogue, il a d’abord fait observer que le dialogue constituait le sujet de tous les jours. C’est le dialogue qui est au centre des consultations que le chef de l’Etat Joseph Kabila est en train de mener depuis la veille.
«Faut-il un dialogue ?» S’est-il interrogé, en indiquant que le dialogue présage que l’on sait réellement ce que l’on veut. Il estime que le chef de l’Etat qui est en train de mener des consultations en connait bien l’objet.
Avant de lâcher : « Le dialogue est bon pourvu, qu’on ne déborde pas le délai constitutionnel ».(...)"



"Dialogue en RDC: le cardinal archevêque de Kinshasa reçu par Kabila
° http://www.rfi.fr/afrique/20150603-dialogue-rdc-cardinal-archeveque-monsengwo-kinshasa-recu-kabila/
En République démocratique du Congo, l'église catholique espère un «consensus» sur le calendrier électoral. L'archevêque Laurent Monsengwo a rencontré mardi 2 juin le président Kabila qui consulte en ce moment en vue du dialogue national. Le pays doit organiser sept élections en un peu plus d'un an.
- Avec notre correspondant à Kinshasa -,

L’entretien entre le président Kabila et le cardinal Monsengwo Laurent Pasinya aura duré environ une quarantaine de minutes. Le dialogue initié par le chef de l’Etat a bien évidemment été au centre de la rencontre et c’est l’archevêque de Kinshasa lui-même, qui à la sortie, a donné sa position sur ce dialogue.
«Moi je dis, le dialogue est bon, à condition que l’on sache exactement ce que l’on veut et qu’on ne déborde pas sur les délais constitutionnels », explique le cardinal Monsengwo. La liberté d’opinion devrait être garantie en RDC comme partout ailleurs : « Il faut, dans un pays, avoir le sens de la liberté d’opinion. Les uns pensent d’une façon, les autres pensent d’une autre façon ».

Le prélat a déclaré avoir demandé la réouverture de la radiotélévision catholique qui n’émet plus depuis plusieurs mois sur décision du pouvoir. Des délégués d'autres confessions religieuses ont été également reçus mardi 2 juin : les orthodoxes, les églises indépendantes et les églises du réveil."


"Consultations présidentielles : les Eglises et les chefs coutumiers prônent un dialogue pour la paix
° http://radiookapi.net/actualite/2015/06/02/rdc-les-eglises-les-chefs-coutumiers-pronent-dialogue-pour-la-paix/?utm_source=feednanga.com&utm_medium=referral&utm_campaign=Feednanga%20-%20Most%20shared%20links


Le Président Joseph Kabila reçoit le cardinal Laurent Mosengwo Pasinya le 2/06/2015 dans son bureau officiel au palais de la nation à Kinshasa.

Le Président de la République, Joseph Kabila, a poursuivi mardi ses consultations à Kinshasa. Au deuxième jour, il a échangé avec le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, la délégation de l’Eglise Orthodoxe, celles des Eglises de réveil au Congo, des Eglises indépendantes et la délégation des chefs coutumiers. Toutes les personnalités religieuses et coutumières consultées ont soutenu le principe d’un dialogue pour la paix en RDC.


« Il faut bien qu’il y ait un dialogue, si l’on sait exactement ce que l’on veut. Et apparemment le Président connait l’objet de ce dialogue », a déclaré le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, au sortir de son entretien de près de 45 minutes avec Joseph Kabila.
Mgr Monsengwo a soutenu « que le dialogue est bon, à condition qu’on sache ce que l’on veut et que l’on ne déborde pas sur le délai constitutionnel ».
« Je crois que le chef de l’Etat est en train d’examiner tout ce qu’on lui dit. Si la classe politique dit qu’on respectera les délais constitutionnels, je pense que le Président en tiendra compte », a souligné le prélat catholique.


Mgr Monsengwo a indiqué que dans un pays il faut avoir « le sens de la liberté d’opinion ».
« Les uns pensent d’une façon, et les autres pensent d’une autre façon. Et il appartiendra au chef de l’Etat de rassembler tout le monde au terme de ces consultations », a préconisé l’archevêque de Kinshasa.
Le chef de l’Etat a reçu lundi 1er juin les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) avant d’accueillir Mgr Monsengwo le lendemain. Celui-ci a précisé qu’il a été invité en sa qualité d’archevêque de Kinshasa. À ce titre, a-t-il dit, il a un rôle particulier à jouer dans l’Eglise catholique.
Il a expliqué qu’il a été consulté non seulement pour parler du dialogue, mais aussi pour parler des accords concordataires de la RDC avec le Saint Siège ainsi que de la réouverture de la chaîne catholique (la Radiotélévision catholique Elikya) fermée depuis février 2012.

« L’Eglise c’est le dialogue »

Après le prélat catholique, le chef de l’Etat avait accordé son hospitalité à l’Eglise Orthotoxe, conduite par son secrétaire général Théodore Mfumunzanza.
Les représentants des Eglises de réveil ont été reçus par après. Les quatre qui étaient présents étaient conduits par l’évêque Albert Kankieza.
Pour ce dernier, “l’Eglise, c’est la paix, l’amour, la réconciliation et le dialogue”.
« Nous sommes des ambassadeurs de la réconciliation, selon la parole de Dieu. Donc, nous avons encouragé le chef de l’Etat dans cette démarche parce que nous pensons qu’il est très important en ce moment que les fils de ce pays se mettent autour de la table, discutent et échangent pour qu’on décante la situation », a déclaré Albert Kankienza.
Il a indiqué qu’il ne sait pas encore sur quoi porteront ses discussions.
« On ne le sait pas encore. Après ces consultations, le chef de l’Etat va décider de la matière et du contenu du dialogue. Nous prions pour que cela aboutisse à des résultats positifs », a ajouté albert Kankienza.
Pour sa part, le chef Munongo M’siri qui a conduit les autorités traditionnelles a noté que « nous palabrons toujours depuis des millénaires ».
Le chef de l’Etat devra recevoir prochainement la classe politique."


"Dialogue : Udps, Unc, Mlc…, les raisons du boycott ! 
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6602
*Le Boulevard devant amener les forces vives au dialogue tel que souhaité par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange est déjà lézardé.  En effet, malgré les consultations enclenchées depuis ce lundi 1er juin 2015, par le Chef de l’Etat, une frange de l’Opposition politique, au nombre de laquelle l’UDPS, l’UNC, le MLC, les FAC, l’Envol de Delly Sessanga, le MPCR de Jean-Claude Vuemba, demeure septique et réserve une fin de non-recevoir à l’invitation leur lancée par le Raïs. Tous n’y participeront pas à ce Dialogue, se sont-ils confiés à RFI, citée par notre confrère Le Phare. Ils ont chacun justifié à sa manière les raisons du refus ou de boycott de la participation au dialogue. Alors que d’autres opposants et acteurs de la société civile, plutôt modérés, voudraient bien saisir la balle au bond. Ils estiment qu’il est temps de se dire des vérités en face, pour donner une chance de réussite au processus électoral enclenché par la CENI.

L’UDPS, fille aînée de l’opposition rd-congolaise, à travers Félix Tshisekedi, Secrétaire National aux Relations Extérieures, fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi encore en convalescence en Belgique, relève des ambigüités par rapport aux assurances favorables reçues de l’émissaire de Kabila qui se disait prêt à discuter de tous les sujets sans tabous. S’exprimant à cette occasion sur les ondes de RFI, Félix Tshisekedi décline l’offre, contrairement à son intention manifestée au départ.

Tshisekedi Félix s’explique

L’UDPS s’était mis d’accord pour participer au Dialogue parce qu’il aurait cru que l’initiative de convoquer une telle rencontre politique était de la Communauté internationale. Comme quoi, la chance était donnée à ce grand rendez-vous pour aboutir à un résultat escompté. A sa grande surprise, c’est plutôt un Dialogue ayant pour initiateur, Joseph Kabila, qui, lui-même fait partie du problème et qu’il considère à juste titre comme à la fois juge et partie. A en croire le Secrétaire National aux Relations Extérieures de l’Udps, l’acceptation de dialoguer avec la Majorité présidentielle était sous réserve des réponses claires à quelques préalables (médiation internationale, réexamen du contentieux électoral de 2011, pas de glissement de calendrier électoral, neutralité du Bureau de la CENI, audit externe du fichier électoral, libération des prisonniers politiques).  Ensuite, a-t-il insisté, il « faut baliser la voie pour que l’on ait un processus électoral crédible et apaisé, et enfin, discuter du sort du Président Kabila ».

UNC, MLC, FAC, Envol, MPCR… dans une même direction(...)"



"L’UDPS en consultation chez Martin Köbler
° http://www.lephareonline.net/ludps-en-consultation-chez-martin-kobler/
La scène politique congolaise est secouée, depuis plus d’un mois, par la vague des consultations, menées d’abord par l’émissaire du Président de la République auprès de plusieurs partis et regroupements politiques ainsi que des confessions religieuses, avant que Joseph Kabila ne prenne lui-même l’affaire en mains. L’objectif visé est d’obtenir l’adhésion du grand nombre à un Dialogue national devant regrouper les dignes représentants des forces politiques et sociales de la Nation.

Alors que le Chef de l’Etat a lancé, le lundi 01 juin 2015, des consultations avec les confessions religieuses, en prélude au Dialogue, toujours en sursis, avec l’Opposition politique, l’on a appris hier des sources dignes de foi qu’une délégation de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) a été reçue au siège de la Monusco hier mardi 02 juin par Martin Köbler, Représentant Spécial du Secrétaire général de l’Onu en République Démocratique du Congo. Ce dernier était assisté de ses principaux collaborateurs ainsi du Représentant spécial de l’Union Africaine dans les Grands Lacs, Saïd Djinnit.   (...)"



"LES ÉGLISES AUTANT DIVISÉES QUE LES PARTIS POLITIQUES
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12542:les-eglises-autant-divisees-que-les-partis-politiques&catid=85:a-la-une&Itemid=472C



Consultations initiées par le président Kabila
Pas d’unisson lors des consultations initiées par le chef de l’Etat par les confessions religieuses. Entre la CENCO et l’ECC, les divergences sont apparues au grand jour. Les catholiques adhèrent au principe du dialogue alors que les protestants soutiennent le format des consultations afin que le chef tire les conséquences qui s’imposent. Si toutes les confessions se sont abstenu d’évoquer, même subtilement, le très sensible respect des délais constitutionnels, la CENCO et le cardinal Monsengwo n’ont pas dérogé à la tradition. Ils en ont fait une préoccupation majeure. Autant que les partis politiques, les violons ne se sont pas accordés entre les églises(...)"



"Dialogue ou pas, la Ceni exécute son calendrier
° http://www.lephareonline.net/dialogue-ou-pas-la-ceni-execute-son-calendrier/
La Commission Électorale Nationale Indépendante a, par le biais de son rapporteur, Jean-Pierre Kalamba, organisé une conférence de presse hier mardi 02 juin 2015 à son siège. Le rapporteur de cette institution a été interrogé notamment au sujet de l’impact du ‘’Dialogue National’’ sur l’organisation des scrutins. Il a souligné que le Dialogue ne pourra pas empiéter sur le processus électoral, étant donné que ce sont les acteurs politiques qui vont en négociations. Et, jusque-là, il n’y a pas encore de résultats. Ainsi, la Ceni continue d’exécuter son calendrier.(...)"


"Ça glisse !
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6600
C’en est fini avec la réception des candidatures à la députation provinciale. Le 30 mai dernier, la Commission Electorale Nationale Indépendante a clos les opérations. Elle attend maintenant des partis et  regroupements politiques de procéder, si besoin en était, à des substitutions ou corrections des noms des candidats qui figurent sur les listes déposées dans ses BRTC. Alors que la pression allait crescendo dans l’attente de la suite du processus, avec l’annonce de dépôt de candidatures pour les élections municipales et locales, il se trouve que la CENI se fait une autre lecture. Hier, mardi, 2 juin 2015, elle a annoncé le report des inscriptions de dépôt des candidatures pour cette étape. Le Rapporteur de la Centrale électorale, Jean-Pierre Kalamba, a expliqué que ce report se justifie par le fait que le projet de loi portant répartition des sièges pour ces scrutins n’est ni adopté au niveau du Parlement, ni promulgué par le Président de la République. Ce cadre de la CENI a toutefois donné une précision de taille. C’est que dès lors que ce texte sera adopté et promulgué, son institution lancera officiellement l’inscription des candidats conseillers des communes et des secteurs/chefferies dans les 171 Bureaux de réception et Traitement des Candidatures (BRTC).

Quoi qu’il en soit et en dépit de ce report, la centrale électorale estime être encore dans les délais du 28 juillet 2015, tel que précisé dans son calendrier. Ce petit glissement revêt un caractère mineur et n’aura pas d’incidences majeures sur le calendrier électoral publié le 12 février 2015. Il reste qu’une lecture attentive du communiqué de la CENI laisse présager un jeu de mauvais goût auquel les institutions de la République devront impérativement s’interdire de se livrer. Chacune d’elles étant appelées à jouer pleinement et correctement son rôle, et surtout en toute responsabilité, pour qu’un grain de sable ne vienne à faire gripper la machine électorale. C’est pourquoi, la CENI met au banc des accusés trois institutions : le Gouvernement, le Parlement et le Président de la République. Le premier, a-t-on appris, a adopté le projet de loi en Conseil des ministres du lundi, sans que tous les membres y souscrivent entièrement, en raison des tumultes que cela pourrait éventuellement occasionner. Au Parlement, probablement que le mode à la vite sera préféré une fois le texte déposé. C’est parce que la session tire vers sa fin. Et, c’est dans 12 jours exactement. Ainsi, ne pas tirer la sonnette d’alarme serait un chèque en blanc en faveur de ce petit glissement occasionné par ce report décrété par la CENI"



"Dialogue en RDC : «Kabila a toujours cherché à diviser l’opposition »
° http://afrikarabia.com/wordpress/dialogue-en-rdc-kabila-a-toujours-cherche-a-diviser-lopposition-selon-freddy-kita/
Le secrétaire général de la Démocratie chrétienne (DC), Freddy Kita, dont le président Diomi Ndongala est emprisonné depuis deux ans, explique à Afrikarabia pourquoi son parti ne participera pas au dialogue national proposé par le président Joseph Kabila.

Afrikarabia : Freddy Kita, le président Joseph Kabila souhaite ouvrir un dialogue national avec les « forces vives » de RDC. Participerez-vous à ce dialogue ?
Freddy Kita :
A la Démocratie chrétienne (DC), nous ne serons pas partie prenante à ce dialogue. Il faut se rappeler qu’en 2012, il y a déjà eu l’accord cadre d’Addis-Abeba dans le lequel Joseph Kabila s’était engagé à convoquer un dialogue national. Ce qu’il n’a jamais fait. A notre grande surprise, en 2013, il a décidé d’organiser les Concertations nationales, mais encore une fois, les recommandations de ces Concertations n’ont jamais été appliquées. Et notamment la libération des prisonniers politiques, dont Eugène Diomi Ndongala, le président de la Démocratie chrétienne, mais aussi tous les autres. Aujourd’hui, monsieur Kabila décide qu’il faut dialoguer avec l’opposition, qu’il a toujours sous-estimée et cherché à diviser. Nous pensons qu’il y a quelque chose de flou qui se cache derrière cet appel au dialogue. Nous connaissons tous Joseph Kabila : il a les armes, l’argent du Trésor public, l’imperium et il se réveille un matin pour dialoguer avec nous. Il faudrait  d’abord que monsieur Kabila applique les quelques 600 recommandations des Concertations nationales… et après, nous verrons sa bonne foi.
Afrikarabia : Les principaux partis d’opposition ont rejeté l’offre de dialogue de Joseph Kabila. Seule l’UDPS l’a accepté, à la condition qu’il se déroule sous l’égide de la communauté internationale. Est-ce que vous comprenez cette position de l’UDPS dont on connaît l’intransigeance avec le pouvoir ?(...)"



"UN PRÉLAT PAS COMME LES AUTRES 
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4344
Une séquence à la fois rare et pleine d’espoir. C’est celle du Président Kabila devisant avec le Cardinal Monsengwo. Un prélat pas comme les autres. Pas tant du fait de son rang de cardinal. Et donc, quelque part, du primat de l’Eglise catholique rd congolaise. Mais, surtout en raison de ses tentacules dans plusieurs sphères ici comme ailleurs et de son background. C’est sans conteste le plus politique des évêques congolais.
Lorsque ce pasteur, qui a plus d’une tour dans ses… manches, fait le déplacement au Palais, cela est tout, sauf anodin. Lorsque ce père spirituel du plus puissant des archidiocèses de la RDC franchit le portillon de la Présidence, ce n’est pas pour admirer les ors et lambris de la République. Lorsque cet archevêque hyper branché répond personnellement à l’invitation du chef de l’Etat, ce n’est pas seulement par simple courtoisie républicaine.

Ce n’est donc pas par hasard que le Cardinal a eu droit à un tête-à-tête avec le Raïs en dehors de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) .
Fort de son passé très politique en sa qualité de Président de la Conférence nationale souveraine(CNS), du Haut Conseil de la République(HCR) et du HCR- PT (Parlement de transition) et de sa connexion à l’univers de grands de ce monde, " Monseigneur le Président " avait sans doute un ou plusieurs messages à faire passer. Lui qui en a vu d’autres. Lui dont les " grandes oreilles " écoutent la ville et le monde. Lui qui n’avait pas particulièrement été en vue lors des concertations nationales.
Pour sûr, avant leur fin, les consultations initiées par le Président auront déjà connu un moment fort : la présence, hier 2 juin, du Cardinal dans le saint des saints du pouvoir rd congolais. Qui s’en plaindrait si la bénédiction du Primat de l’Eglise catholique balisait la voie à un dialogue véritablement productif ?"



"(...)Dialogue national

Le dialogue pousse même des ramifications à l’étranger. Sur initiative de la plate-forme belge 11.11.11-CNCD, mardi 2 juin 2015 à la maison des parlementaires belges à Bruxelles, une table ronde sur le processus électoral congolais a eu lieu. Les Orateurs étaient: Gérard Bisambu de l’AETA (société civile de la RD Congo), Thijs Van Laer de 11.11.11, Floribert Anzuluni du mouvement citoyen Filimbi, Vital Barholere de la plateforme Dynamique Congo, Philippe Bronchain, attaché au service de l’Afrique subsaharienne du ministère belge des affaires étrangères. 
Des échanges, il s’est dégagé ceci : 

De la CENI 
Le calendrier publié par la CENI, commission électorale nationale indépendante contient de grandes insuffisances et est difficilement réalisable : trop serré et budgétivore. 
L’enrôlement des électeurs ayant eu 18 ans depuis 2011 pose problème et ne doit pas être passé à la trappe. 
Du comportement du pouvoir de monsieur Kabila 
Le pouvoir de monsieur Joseph Kabila cherche par tous les moyens une issue pour un éventuel glissement afin de maintenir le Raïs au pouvoir au-delà de 2016. 
Les opposants politiques, les membres de la société civile ainsi que des mouvements citoyens sont arrêtés arbitrairement et jetés en prison sans raison ni jugement.
Du dialogue  
Une polémique nauséabonde s’est installée autour d’un éventuel dialogue entre le pouvoir et l’opposition, chacun en donnant son contenu. S’il devrait y avoir dialogue, et le dialogue est inévitable : ce serait pour baliser le processus électoral. Mais pas le dialogue tel qu'initié actuellement par le Président Joseph Kabila. 
Des délais constitutionnels 
Dans tous les cas de figure, deux élections ne peuvent souffrir d’un quelconque report : les législatives et la présidentielle de 2016, suivies de la passation des pouvoirs entre le Président sortant et le nouveau Président élu.
 
Des élections provinciales et locales 
Les élections provinciales peuvent avoir lieu en octobre 2015. Mais les locales, compte tenu de leur complexité pourraient être programmées après la présidentielle. 
Du découpage territorial.  
Celui-ci ne peut s’effectuer entre 2015 et 2016 sous peine d’embrouiller le processus électoral actuel. 
De la pression de la Belgique et de la communauté internationale 
Demande a été faite aux parlementaires présents ainsi qu’au représentant du ministère des affaires étrangères pour que les institutions belges et la communauté internationale lancent un message clair et sans ambigüité en direction de monsieur Joseph Kabila : pas de troisième mandat. Les troubles actuels au Burundi devant servir de sonnette d’alarme.
Du soutien à la société civile 
La société civile est un partenaire incontournable dans la sensibilisation et l’information du citoyen par rapport au processus électoral. Mais elle n’a pas de moyen. Message est lancé aux institutions belges et internationales pour soutenir la société civile afin qu’elle soit en mesure d’observer le processus électoral avant, pendant et après les scrutins. 
Des congolais vivant à l’étranger 
Les Congolais vivant à l’étranger sont également une donne incontournable dans la vie politique congolaise. Paul Nsapu de la FIDH est intervenu pour informer l’assistance de la mise en place de la plateforme « Antenne monde de la société civile de la RD Congo » dont il est un des administrateurs et qui s’est donnée comme mission d’être une interface entre la société civile en RD Congo et les Congolais vivant à l’étranger : avant, pendant et après les scrutins. Cette plateforme voudrait éviter à la RD Congo les mésaventures des élections de 2011, avec des résultats venus de nulle part. Le pays en subit les effets pervers jusqu'aujourd'hui."

(Compte-rendu repris au site de Cheik Fita
"Processus électoral en RD Congo, table ronde d’échanges à la maison des parlementaires belges"

° http://www.cheikfitanews.net/2015/06/processus-electoral-en-rd-congo-table-ronde-d-echanges-a-la-maison-des-parlementaires-belges.html
(° http://www.cheikfitanews.net/2015/06/le-parti-congolais-udr-emergence-face-a-la-presse-a-bruxelles.html))
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=201847&Actualiteit=selected


""Il nous faut un Kagamé !"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing
°  http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2838p006.xml0/lections-rwanda-paul-kagam-ditorial-il-nous-faut-un-kagam.html
Les lecteurs attentifs des entretiens de "Jeune Afrique" avec Paul Kagamé n'auront pas été surpris : à mots comptés, le président rwandais instille depuis deux ans l'idée selon laquelle aucune Constitution n'est intangible et qu'au-delà de son cas personnel il convient que le peuple réfléchisse sur son éventuelle révision en tenant compte des impératifs sécuritaires, économiques et sociaux du Rwanda.
(...)
Ce n'est sans doute pas un hasard si
, ailleurs sur le continent, Paul Kagamé compte désormais plus d'aficionados que de détracteurs. "Il nous faudrait un Kagamé", entend-on souvent chez les cadres exaspérés de pays en proie à la mal-gouvernance, à la gabegie financière et aux enrichissements illicites, et peu importe ce que cela signifie en termes de libertés et de pluralisme : ce qui compte, c'est la tolérance zéro en matière d'impunité, la résilience, la culture du résultat, de la responsabilité et de la sanction, inculquées à tous les niveaux de la société rwandaise par le Lee Kuan Yew des Grands Lacs, main de fer dans un gant de fer.
Souvent agacés par la présomption d'un homme qui ne cherche guère à s'en faire aimer, ses pairs chefs d'État envient secrètement la façon tranchante avec laquelle il réfute les leçons de l'Occident. Certains - le Gabonais Bongo Ondimba, le Guinéen Condé, le Togolais Gnassingbé, pour ne citer qu'eux - ne cachent pas leur admiration et envoient à Kigali des délégations pour s'inspirer des recettes rwandaises en matière d'efficience gouvernementale, économique et sécuritaire.
À Bangui, dans une Centrafrique qui désespère de sortir de l'ornière, ce sont ainsi des militaires rwandais du contingent de la Misca qui assurent la protection de la présidente, Catherine Samba-Panza, et la remise à niveau d'une partie de l'armée.
Leçons de commandement à l'appui : lorsqu'il était au maquis, Paul Kagamé ne laissait à ceux de ses hommes reconnus coupables de viol, de pillage ou de désertion guère d'espoir de s'en sortir vivants. Un quart de siècle plus tard, les ministres et fonctionnaires rwandais pris la main dans le sac d'autrui ont plus de chance : ils ne risquent que de revêtir, pour un bon moment, le pyjama rose des prisonniers de Rwanda Inc."



° http://www.lephareonline.net/laudit-du-fichier-electoral-etant-depasse-les-fac-exigent-lenrolement-des-electeurs/
° http://radiookapi.net/actualite/2015/06/03/le-dialogue-est-incontournable-selon-francois-muamba/
° http://www.lephareonline.net/elections-locales-et-municipales-la-loi-sur-la-repartition-des-sieges-sur-la-table-de-minaku/
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6588
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6601





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 4/6/2015, 12:34 am

King David a écrit:Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a changé le scrutin de deux tours à un tour.

Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a essayé de changer la constitution, spécialement l'article 220.

Vous qui défendez l'indéfendable, vous devriez avoir un peu de remord pour les congolais qui sont morts les 19, 20 et 21 janvier dernier, sans doute qu'ils manifestaient parce qu'ils étaient contre le dialogue et vos soldats les ont abattus comme des lapins et Mende, sans honte, dira qu'il s'agissait des criminels.


A mon observation, il y'a beaucoup de démagogie et mêmes des contre-vérités expressément assénées par les uns et les autres pour défendre leurs positions !

Il n'y a besoin ni de prélats ni de je ne sais quels sages pour apprécier l'intérêt du dialogue au sein d'une société et même dans une compétition politique lorsque les intérêts supérieurs du pays sont menacés...
Mais dialoguer sur quoi exactement et avec qui en l'espèce s'agissant de notre pays !
Avons-nous oublié que dès le lendemain des élections frauduleuses fin 2011 début 2012 càd plus d'un an avant le fameux Accord d'Addis et sa résolution 2098, des voix parmi les hommes politiques, la Société civile et même chez des simples citoyens dedans et dehors et même sur ce forum, se sont élevées pour réclamer un "dialogue national" qui puisse tenter de régler la crise de légitimité du pouvoir pendante au su et au vu de tous ?
Fayulu, Kamerhe (pour ne citer que les premiers) et d'autres le revendiquèrent vivement jusqu'à créer plus tard une Coalition pour le Vrai Dialogue (CVD)... Je le sais d'autant que j'énonçais à l'époque le même vœu ici sur CD et ailleurs !

Le pouvoir n'y répondra pas et le Lider Maximo y resta indifférent mais ce dernier n'est pas le plus à blâmer, en victime directe des élections son premier réflexe pouvait légitimement se diriger ailleurs !
Quand la menace à l'Est s'intensifia avec le M23 triomphant et conquérant après le RCD et le CNDP, le pouvoir cria au besoin de cohésion nationale pour que la Nation unie s'oppose selon elle aux envahisseurs étrangers alors qu'il s'était entrepris à la diviser, jusqu'à nous concocter sa diabolique idée de "Concertations" qui malgré tout tardèrent à se matérialiser parce qu'entre-temps l'étau du M23 s'était desserré à l'Est grâce à l'aide de la Monusco et de sa Brigade Africaine !
Quand cette messe du parti au pouvoir pour ratisser large eut enfin lieu, il fallut attendre encore longtemps le début de son application notamment l'accouchement de ce que le pouvoir nommera "gouvernement de cohésion nationale" !

Aujourd'hui une autre épée de Damoclès nous pend au nez, le chaos d'élections contestées après entre-temps d'autres crimes de ce pouvoir (rappelons-nous juste les massacres des 19,20,21 janvier derniers) et le pouvoir nous ressort sa carte du dialogue... Où l'avait-il enterré depuis ne fût-ce novembre 2011 en fait depuis toujours qu'il gouverne le pays par défi ?
Aucun dialogue, fut-il le plus rassembleur possible ne résoudra l'équation de l'illégitimité de ce pouvoir et de sa gouvernance mortifère et inefficace, seules des élections crédibles et conformes aux prescrits constitutionnels ont capacité à nous en sortir avec un nouveau pouvoir incontesté et une gestion meilleure !

Tenez par exemple, est-ce en vain que tous les hommes politiques de l'opposition et d'une partie de la majorité, tous pourtant volontiers rivaux entre-eux, sont-ils d'accord quant aux revendications qu'ils portent sur le processus électoral prochain (à peine l'Udps insiste plus explicitement à solder le vol des élections de novembre 2011) ?
Le dialogue n'est pas tant le problème mais pourquoi un dialogue, à quoi va-t-il servir et aboutir ?
Si les divers protagonistes étaient convaincus qu'il n'y avait pas malice à ce que le pouvoir les roule dans la farine comme il en a l'habitude, ils seraient tous d'accord...
On a trop dialogué dans ce pays pour accoucher de peu, travaillons enfin ensemble de bonne foi pour préparer des élections crédibles; voilà le vrai enjeu du moment !
Et cela ne nécessite pas de tant de palabres, les mesures à prendre sont connues, que le pouvoir qui est censé gouverner les applique pour le bien du pays et nous aurons gagné du temps et de l'argent au lieu de l'investir dans un dialogue aux contours flous !
Notre grand chef n'a-t-il pas lu et entendu les revendications du pays couchées dans les mémorandums et feuilles de route des uns et des autres ou veut-il nous faire perdre du temps exprès avec les grandes messes qui n'en finissent pas et qui n'accouchent que de peu, faites plus pour racoler que produire du concret qui serve au pays ?




Code:
""


"Congo-Kinshasa : Qui menace la paix?
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9971
Quel est le véritable but des "consultations préliminaires" que "Joseph Kabila" a entamées depuis lundi 1er juin avec les "forces vives" en vue du "dialogue"? Certains "invités" du locataire du Palais de la nation ont mis l’accent sur "la préservation de la paix" au Congo-Kinshasa. D’autres parlent de "décanter la situation". Curieusement, aucun d’eux - sauf Laurent Monsengwo - n’a poussé la logique jusqu’au bout en identifiant expressis verbis le facteur qui menacerait la paix et la sécurité dans l’ex-Zaïre. La paix serait-elle menacée tout simplement parce que le président actuellement en exercice se trouve à quelques dix-sept mois de la fin de son second et dernier mandat? La paix serait-elle menacée parce que le peuple congolais tient au respect de la Constitution? Et si la découverte tardive, par "Joseph Kabila", des vertus du "dialogue" n’était qu’une nouvelle tentative de "conserver le pouvoir pour le pouvoir"?

Depuis lundi 1er juin, "Joseph Kabila", qui semblait jusqu’ici avoir pour devise "mieux vaut être maître de son silence qu’esclave de sa parole", consulte. Le président "taiseux", dixit le ministre de la Communication Lambert Mende Omalanga, est revenu sur terre. Il a compris, comme disait le communicateur français Thierry Saussez, que "chaque leader doit être une force de réaction rapide. L’énergie et la communication en sont les deux moteurs". (Voir "Les deux corps du Président", Ed. Robert Laffont).
"Kabila", le président réputé mondialement taciturne, "consulte" donc. Cet homme qui semble - semblait? - avoir en horreur toute proximité avec la population congolaise a, comme par enchantement, compris qu’on ne peut rencontrer les aspirations d’un peuple qu’en étant à son écoute. Et si ce n’était que du "cinéma"? Le souvenir des "Concertations nationales" est encore frais en mémoire...

Quatorze années après son accession au pouvoir suprême, "Joseph Kabila" se découvre la vocation tardive d’un "homme de dialogue" après avoir cru que tout problème pouvait être résolu par la force brutale. Quelle est la part de la sincérité et celle de l’entourloupette dans cette nouvelle démarche? L’avenir très proche le dira.
En attendant, l’homme reçoit. Lundi 1er et mardi 2 juin, les membres du cabinet présidentiel ont vu "défiler" des représentants des confessions religieuses. De quoi ont-ils parlé avec le chef de l’Etat? Mystère. Apparemment, celui-ci a surtout "écouté" ses visiteurs. Des visiteurs qui ont répété à la sortie de l’audience leur "soutien au dialogue pour la paix" ou "invité" le peuple congolais "à prier pour la restauration de la paix en RDC" ou encore à "décanter la situation". Quelle situation?

Les chefs religieux sont restés muets sur la nature de la menace qui planerait, selon eux, sur la paix civile au Congo-Kinshasa. Dieu seul sait que toutes les forces dites de sécurité (Police, Garde républicaine, FARDC, services de renseignements civils et militaires etc...) sont placées sous l’autorité d’un seul homme : "Joseph Kabila". A preuve? Celui-ci continue à user et abuser de son pouvoir régalien de nommer dans le cadre militaire.
Mardi 2 juin, c’était le tour du Cardinal Laurant Monsengwo Pasinya à être reçu. Archevêque de Kinshasa, Monsengwo est sorti des sentiers battus en déclarant à l’issue de cet entretien qu’il ne voyait aucun inconvénient à l’organisation d’un dialogue "pourvu que l’on sache ce que l’on veut et que l’on ne déborde pas du délai constitutionnel". Devrait-on conclure que l’érudit qu’est le "Cardinal Laurent" n’a pas compris la direction que "Joseph Kabila" entendait donnée à "son" dialogue?

Un détail important mérite d’être signalé. Lors de son "colloque singulier" avec "Kabila", Laurent Monsengwo a profité de l’occasion pour demander la réouverture de la Radio télévision catholique Elikia (RTCE). Ce média a été fermé lors des manifestations qui avaient secoué la capitale congolaise en janvier dernier.
Qui menace la paix au Congo démocratique? Est-ce le peuple congolais qui ne demande rien que le respect de la Constitution pour assurer l’alternance en 2016 conformément à l’ambition exprimée par les législateurs de 2005?

Depuis le mois de juin 2013, tous les observateurs ont noté que la mouvance kabiliste est devenue un obstacle pour la paix, la sécurité et la cohésion nationale. Le "clan kabiliste" ne cesse d’abuser du pouvoir d’Etat. Fermeture injustifiée des médias privés, excès de pouvoir (cas des décrets du Premier ministre créant des Commissions qui méconnaissent les prérogatives constitutionnelles des Assemblées provinciales), arrestations et détentions arbitraires des personnalités du monde politique et de la société civile, tracasseries administratives, humiliations, instrumentalisation de l’appareil judiciaire etc. Sans omettre le retour en force du tribalisme et du régionalisme. Voilà les véritables facteurs qui menacent la paix au Congo Kinshasa.
"Joseph Kabila" aurait été mieux inspiré d’inverser ses priorités en commençant par balayer devant sa porte. De même, il est temps que l’homme qui trône à la tête de l’Etat congolais comprenne que les Congolais sont fatigués du petit jeu politique. Ils sont fatigués d’un système politique qui n’a pas cessé de niveler tout un peuple par le bas. Les Congolais ont soif d’un autre avenir. Ils veulent le Changement. Ils n’ont qu’assez de la recherche du pouvoir pour le pouvoir. On ne le dira jamais assez que ce sont ces manœuvres politiciennes qui hypothèquent la paix..."





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Admin le 4/6/2015, 5:28 am

King David a écrit:Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a changé le scrutin de deux tours à un tour.

Mais oui, c'est par le dialogue qu'il a essayé de changer la constitution, spécialement l'article 220.

Vous qui défendez l'indéfendable, vous devriez avoir un peu de remord pour les congolais qui sont morts les 19, 20 et 21 janvier dernier, sans doute qu'ils manifestaient parce qu'ils étaient contre le dialogue et vos soldats les ont abattus comme des lapins et Mende, sans honte, dira qu'il s'agissait des criminels.
like

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 4/6/2015, 12:10 pm

Ne Mwanda Nsemi : «Les conditions pour des élections crédibles ne sont pas remplies»

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/04/ne-mwanda-nsemi-les-conditions-pour-des-elections-credibles-ne-sont-pas-remplies/

Au troisième jour des consultations présidentielles, le chef de l’Etat Joseph Kabila a reçu mercredi 3 juin, les organisations impliquées dans le processus électoral et le député national Né Mwanda Nsemi. Le président du parti politique Congo Pax, a dit au président Kabila que «les conditions pour [organiser] des élections crédibles ne sont pas remplies dans notre pays».

«Nous voulons aller aux élections et nous ne sommes même pas prêts à présenter le fichier électoral à ceux qui en ont besoin. La suite c’est laquelle ? Ce que les élections sont une aventure et moi je ne suis pas prêt à m’engager dans une aventure», a affirmé le député national Ne Mwanda Nsemi joint après son entretien avec Joseph Kabila.

Il a indiqué que le chef de l’Etat «lui a informé qu’une frange de l’opposition avait souhaité un autre dialogue lors des concertations nationales».

La RDC doit organiser scrutins en 2015 et 2016 qui culmineront par la présidentielle et les législatives couplées prévues fin novembre 2016. La plupart des opposants doutent de la faisabilité de ce calendrier et demandent le report des élections locales, urbaines et municipales.

Joseph Kabila a aussi consulté le même jour les délégations de la Commission d’intégrité et médiation électorale (Cime), du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Le programme prévoyait également la consultation du groupe parlementaire des Libéraux démocrates chrétiens, qui ne s’est finalement pas présenté à la présidence de la République.

Le cri de l’Intersyndicale nationale du Congo

L’Intersyndicale nationale du Congo souhaite aussi être consultée par le président Kabila en vue de la tenue du dialogue national. Dans  une déclaration à la presse, les neufs syndicats qui constituent cette plateforme syndicale estiment qu’ils doivent être écoutés parce qu’ils « gèrent au quotidien toutes les frustrations sociales de la nation ».

« L’Intersyndicale nationale du Congo a appris par la voie des ondes que le chef de l’Etat a entamé des consultations pour obtenir les avis pour le dialogue national. Tout en appuyant cette idée, nous sommes cependant étonnés que les syndicats qui sont la partie de la population active ne soient pas associés dans l’agenda du chef de l’Etat », a déclaré Guy Kuku, membre de l’Intersyndicale nationale du Congo.

Il a estimé que les syndicats ont une place [dans ces consultations].

« Que le chef de l’Etat prévoie aussi dans son agenda de recevoir l’Intersyndicale du Congo pour recevoir les points de vue des travailleurs », a-t-il suggéré.

_____________________________________________


 

Joyeux et heureux anniversaire au Rais Joseph Kabila Kabange et à Dada Jeannette. Que l'Eternel vous donne la sagesse et courage de bien finir votre mandat (Joseph Kabila) et quitter le pouvoir dans la paix et joie comme au Nigeria.

Pour ceux qui ne le savent pas, chez les baluba (Katanga, Kasai) Kabange ou Kabanga = deuxième enfant né d’une naissance multiple.

Jim KK en RFA acool1 acool1



Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 4/6/2015, 7:04 pm

"Vive le dialogue !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6628
Les consultations menées par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, entrent dans leur quatrième jour, ce jeudi 4 juin 2015. Un véritable ballet au palais de la nation, où chaque camp consulté a pu donner son appréciation quant aux enjeux de l’heure. Notamment, la question liée à la tenue des élections, dans les délais constitutionnels, celle du découpage territorial et de la décentralisation. Au regard des déclarations recueillies à ce jour, le dénominateur commun reste le dialogue. Hier, la Commission d’Intégrité et de Médiation Electorale, CIME en sigle, sous la férule du Révérend Elebe, a salué l’initiative, en ce qu’elle rejoint son combat de tous les jours, celui de voir les politiques dialoguer régulièrement. Ce qui permettra de réduire les risques des conflits. Le même refrain est revenu du côté de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI. Les responsables de cette institution d’appui à la démocratie ont indiqué que c’est à point nommé que ces consultations se tiennent. Celles-ci vont permettre de communiquer au Chef de l’Etat l’évolution du processus électoral. Ensuite, faire en sorte que les élections se tiennent dans un climat apaisé. Enfin, permettre que la question du financement des élections soit traitée sans complaisance.

Voilà une CENI qui a longtemps réservé une fin de non-recevoir au mémo de l’opposition réclamant à cor et à cri le dialogue. Mais, et curieusement, à la faveur des consultations menées par Joseph Kabila, la centrale électorale se rétracte et approuve le dialogue. Dans la foulée, Ne MuandaNsemi, pour le compte du groupe «Congo Pax» a donné aussi son avis. «Oui au dialogue, mais impossibilité d’organiser les élections crédibles dans le contexte actuel», peut-on retenir de la position exprimée par cet acteur politique. Par ailleurs, Laurent Cardinal Monsengwo a aussi échangé avec le Chef de l’Etat, Joseph Kabila. Le prélat catholique n’est pas allé par le dos de la cuillère. Il a dit oui au dialogue, mais l’inscrit dans le strict respect du délai constitutionnel. Voilà qui est dit. Alors, quelle est la face cachée de cette initiative ? Personne ne veut en parler ni percer les fonds de l’affaire. Le Cardinal Monsengwo, lui, a jeté la balle entre les mains de l’initiateur du dialogue, en soutenant que c’est lui seul qui est habilité à dire clairement, au peuple, l’objectif qu’il entend atteindre. Tout compte fait, d’autres acteurs seront consultés aujourd’hui. Leurs positions seront connues dans le courant de la journée. Pour les analystes de la scène politique congolaise, ce sont les conclusions de cette opération qui valent. Car, très souvent, les résultats sont biaisés ou calqués sur un modèle déjà préconçu qui tranche totalement avec l’attente exprimée par la population. De ce qui précède, il y a lieu de dire « vive le dialogue», à moins qu’il soit salutaire pour la RDC."



"«Kabila» fait rapport de sa «concertation» avec le Cardinal Monsengwo au staff du Tutsi-power :
«Monsengwo me prend pour un idiot !»
 Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2315-flash-kabila-fait-rapport-de-sa-concertation-avec-le-cardinal-mosengwo-au-staff-du-tutsi-power-mosengwo-me-prend-pour-un-idiot.html
Après la rencontre fortement médiatisée entre «Joseph Kabila» et le Cardinal Laurent Monsengwo dans le cadre des consultations devant préparer le fameux dialogue initié par l’imposteur rwandais pour garantir et légitimer son maintien à la tête des institutions en RD-Congo, la cellule d’analyse composée de 10 personnes, initiée et conseillée par André Alain Atundu et dirigée par l’homme-orchestre du moment, l’AG/A.N.R. Kalev Mutond, a établi immédiatement une fiche d’évaluation à l’intention du «raïs». Le soir venu, après que tous les collabos congolais et les idiots utiles soient rentrés chez eux, heureux d’avoir servi le «maître rwandais», ce dernier a invité ses frères tutsis à 1 heure du matin, pour partager le repas avec lui. Nyarugabo, Ruberwa, Bizimana Karamueto, Bugera, Kazadi Nyembwe, Jaynet et Zoé étaient tous au rendez-vous autour de la table.

Mais Kanambe n’abordera les dossiers délicats que lorsque son étiquette de femme congolaise, Olive LEMBE la Jézabel de la RDC, quittera la table pour aller se coucher. Dès qu’elle se retira pour regagner la chambre conjugale, «Kabila» commença à livrer à ses frères les détails du déroulement des entretiens qu’il a eus avec le prélat catholique: «Monsengwo m’a demandé comme préalable au dialogue, de tout libéraliser. Il a demandé que je laisse le peuple exercer son droit de manifester librement, que je libère les stations de télévisions privées dont celles de Bemba; Il faut aussi que je rétablisse la liberté d’expression et que je laisse les gens exprimer librement leurs pensées…. ». Et «Kabila» conclut avec ces commentaires en swahili de Tanzanie: «Vraiment, cet homme me prend pour un idiot ! Mais je vais lui prouver que c’est lui qui est idiot. Tout ce qu’il a demandé ne contribue qu’à accélérer notre chute. Et il croit que je suis idiot pour avaler ça? Il veut que je laisse les gens manifester pour que son ami qui ne nous laisse plus le temps de dormir vienne s’infiltrer dedans pour nous éliminer. J’ai demandé à Kalev d’exercer des pressions pour qu’il vienne à la concertation. Nous avons obtenu ce que nous voulions, maintenant c’est nous qui tenons la corde, et il verra…»

Bugera intervint pour appuyer ses propos: «Si nous commettons l’imprudence d’autoriser les manifestations ici à Kinshasa, nous aurons signé nous-mêmes notre fin de règne. Nous devons plutôt renforcer la répression tous azimuts pour empêcher les Congolais de descendre dans la rue.» etc … Cette messe noire n’a pris fin qu’à 4h45’.
La délibération du staff du Tutsi-power fut très longue, mais la conclusion unanime:il faut se servir des images médiatiques de la rencontre et des déclarations «favorables» du Cardinal Monsengwo en faveur du dialogue, dans le but de crédibiliser le processus du dialogue devant les occidentaux et les Congolais. Mais il ne faut accorder aucun crédit aux propositions insidieuses du Cardinal, propositions qui cachent mal un piège. Il faut véhiculer auprès des autres formations politiques la thèse selon laquelle le Cardinal (et donc l’église catholique) adhèrent totalement au processus du dialogue national. L’essentiel est de réussir à amener la classe politique au dialogue sans trop de remous. Quant au reste, avec l’argent de la corruption, il sera très facile de manipuler les Congolais pendant le déroulement du dialogue pour atteindre les objectifs poursuivis.

Un dialogue inutile

A y regarder de plus près, c’est Hyppolite Kanambe qui a réussi à tirer les marrons du feu. Sa rencontre avec le Cardinal Monsengwo a été abondamment présentée au monde, à travers les médias nationaux et internationaux (les déclarations du Cardinal aidant), comme un plébiscite de l’Eglise catholique à sa dynamique de dialogue. Peu importe ce qu’ils se sont dit, car personne n’en donne les vrais détails. C’est la stratégie chère à Hyppolite Kanambe depuis les élections de 2006. Chaque fois qu’il est coincé et pris dans un étau, et chaque fois qu’il a eu besoin de franchir une étape pour pérenniser son pouvoir, il s’est toujours servi de quelques leaders congolais populaires et crédibles pour légitimer sa démarche. Mais une fois le quitus obtenu, il a chaque fois roulé tout le monde dans la farine, allant jusqu’à écraser dans le sang, ceux-là mêmes qui l’ont aidé à crédibiliser et à légitimer sa supercherie et sa félonie. Le MLC de Jean-Pierre Bemba et l’UDPS d’Etienne Tshisekedi en savent quelque chose !

Le Cardinal Monsengwo, qui croyait naïvement pouvoir déjouer le plan machiavélique de l’imposteur rwandais en acceptant de s’afficher publiquement avec lui au nom d’un dialogue pour la liberté du peuple congolais, se trouve maintenant drôlement pris dans le piège. Sa propre crédibilité de pasteur des peuples opprimés est profondément engagée dès maintenant. Il lui appartient de redresser la barre pour ne pas porter demain le poids de la complicité avec les agresseurs, les occupants et les bourreaux du peuple congolais. Les kinois et les chrétiens de l’église catholique de la RD-Congo l’observent. Très attentivement. Ils ont encore en mémoire le souvenir amer du scrutin électoral de 2011 à l’issu duquel, pour des raisons que la majorité des congolais ignorent jusqu’ aujourd’hui l’église catholique n’a jamais publié les résultats dont elle était censée disposer. C’est pourtant elle qui avait annoncé tambour battant la présence de ses observateurs dans des milliers de bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire. Ainsi, après avoir rassuré les congolais sur le dispositif qu’elle avait mis en place pour surveiller les bureaux de vote elle s’était montreé bizarrement relativement aphone au moment de la publication et de la contestation des  résultats. Elle a ainsi confirmé déjà à l'époque, ce que les résistants ont toujours craint, à savoir que dans le système actuel même l’église catholique a une marge de manœuvre limitée et des  contraintes qui peuvent à un moment ou un autre l’empêcher de défendre jusqu’au bout les intérêts du peuple congolais.

Enfin, en allant échanger avec le rwandais qui dirige les institutions de la RDC,  alors que ce dernier est censé être en fin de mandat en plus,  le Cardinal Monsengwo et les autres délégations ne sous estiment-ils pas  la détermination de Kanambe et ses frères à vouloir occuper indéfiniment la RDC ? Car, au sein du tutsi power certains résument ainsi leur projet pour la RDC : « notre plan A c’est de mourir au Congo » et « notre plan B … c’est aussi de mourir au Congo » ! Tout est dit, à bon entendeur ….
Paris, le 03 Juin 2015
Candide OKEKE
L’ŒIL DU PATRIOTE"


"Ne Mwanda Nsemi : «Les conditions pour des élections crédibles ne sont pas remplies»
° http://radiookapi.net/actualite/2015/06/04/ne-mwanda-nsemi-les-conditions-pour-des-elections-credibles-ne-sont-pas-remplies/#


Le Président de la RDC, Joseph Kabila recevant le député Ne Mwanda Nsemi, président du parti politique Congo Pax le 3/06/2015 lors de consultation dans son bureau officiel au palais de la nation à Kinshasa.

Au troisième jour des consultations présidentielles, le chef de l’Etat Joseph Kabila a reçu mercredi 3 juin, les organisations impliquées dans le processus électoral et le député national Né Mwanda Nsemi. Le président du parti politique Congo Pax, a dit au président Kabila que «les conditions pour [organiser] des élections crédibles ne sont pas remplies dans notre pays».

«Nous voulons aller aux élections et nous ne sommes même pas prêts à présenter le fichier électoral à ceux qui en ont besoin. La suite c’est laquelle ? Ce que les élections sont une aventure et moi je ne suis pas prêt à m’engager dans une aventure», a affirmé le député national Ne Mwanda Nsemi joint après son entretien avec Joseph Kabila.
Il a indiqué que le chef de l’Etat «lui a informé qu’une frange de l’opposition avait souhaité un autre dialogue lors des concertations nationales».
La RDC doit organiser scrutins en 2015 et 2016 qui culmineront par la présidentielle et les législatives couplées prévues fin novembre 2016. La plupart des opposants doutent de la faisabilité de ce calendrier et demandent le report desélections locales, urbaines et municipales.

Joseph Kabila a aussi consulté le même jour les délégations de la Commission d’intégrité et médiation électorale (Cime), du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).
Le programme prévoyait également la consultation du groupe parlementaire des Libéraux démocrates chrétiens, qui ne s’est finalement pas présenté à la présidence de la République.

Le cri de l’Intersyndicale nationale du Congo

L’Intersyndicale nationale du Congo souhaite aussi être consultée par le président Kabila en vue de la tenue du dialogue national. Dans  une déclaration à la presse, les neufs syndicats qui constituent cette plateforme syndicale estiment qu’ils doivent être écoutés parce qu’ils « gèrent au quotidien toutes les frustrations sociales de la nation ».
« L’Intersyndicale nationale du Congo a appris par la voie des ondes que le chef de l’Etat a entamé des consultations pour obtenir les avis pour le dialogue national. Tout en appuyant cette idée, nous sommes cependant étonnés que les syndicats qui sont la partie de la population active ne soient pas associés dans l’agenda du chef de l’Etat », a déclaré Guy Kuku, membre de l’Intersyndicale nationale du Congo.
Il a estimé que les syndicats ont une place [dans ces consultations].
« Que le chef de l’Etat prévoie aussi dans son agenda de recevoir l’Intersyndicale du Congo pour recevoir les points de vue des travailleurs », a-t-il suggéré."
"Palais de la Nation : les préalables de Ne Muanda Nsemi pour les élections"
° http://www.lephareonline.net/palais-de-la-nation-les-prealables-de-ne-muanda-nsemi-pour-les-elections/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4358


"Dialogue national en RDC: le parti d'opposition historique pose des conditions
(AFP 04/06/15)

  silent  silent  silent lol!  lol!   lol!  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Suspect  Suspect  
° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/dialogue-national-en-rdc-le-parti-dopposition-historique-pose-des-conditions
Le parti d'opposition historique en République démocratique du Congo a indiqué jeudi qu'il posait des conditions à sa participation au dialogue national voulu par le président Joseph Kabila.
L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) veut "le dialogue tel que préconisé par la communauté internationale", a déclaré à l'AFP son secrétaire général, Bruno Mavungu.
M. Mavungu fait là référence à la résolution 2211 adoptée en mars par le Conseil de sécurité de l'ONU et autorisant la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) à contribuer à des discussions inter-congolaises destinées à sortir le pays de la crise politique qu'il traverse depuis 2011 et à permettre la tenue d'élections apaisées.

L'UDPS participera au dialogue si celui-ci est orchestré par un médiateur étranger, a indiqué M. Mavungu.
M. Kabila a commencé lundi une série de consultations en vue du dialogue politique réclamé par l'opposition, alors que le pays est sous tension à l'approche d'un cycle d'élections devant s'achever en novembre 2016 avec la présidentielle.
Le chef de l’État s'est déjà entretenu avec des dirigeants religieux et des chefs coutumiers. Il doit encore consulter des responsables de partis politiques, de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), des diplomates et le chef de la Monusco, Martin Kobler.
L'UDPS, qui a refusé de participer à ces discussions préparatoires, avait fait savoir fin mai qu'elle était prête à participer à un dialogue national, y voyant "la voie privilégiée" pour sortir le pays de la crise.
Le Mouvement de libération du Congo (MLC) et l'Union pour la nation congolaise (UNC), les deux autres grands partis de l'opposition, ont pour leur part refusé tout dialogue, soupçonnant une manœuvre du pouvoir pour retarder la présidentielle.

M. Kabila dirige la RDC depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter en 2016.
L'opposition l'accuse de vouloir tout faire pour s'accrocher à son poste après la fin de son mandat. Elle demande l'annulation de la série de scrutins (locaux, provinciaux, sénatoriaux) devant précéder la présidentielle et les législatives de novembre 2016 afin de mettre l'accent sur l'organisation de ces deux élections.
L'UDPS a toujours rejeté les résultats de la présidentielle et des législatives de 2011, entachées d'irrégularités massives.
Premier parti de l'opposition à l'issue de ces deux scrutins, elle apparaît aujourd'hui considérablement affaiblie par des dissensions internes et l'absence prolongée de son vieux chef, Étienne Tshisekedi, en convalescence en Belgique."

"Dialogue ou Consultations : Tshisekedi, c’est non !"
° http://www.lephareonline.net/dialogue-ou-consultations-tshisekedi-cest-non/


"Consultations: le dernier virage!
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6614
*C’est déjà le quatrième jour depuis que le Président Joseph Kabila consulte les acteurs sociaux et politiques au Palais de la Nation. On a l’impression d’entendre se répéter les mêmes déclarations au sortir des audiences. Les membres du Bureau de la CENI, la Commission d’Intégrité et de Médiation Electorale (CIME) et Ne Muanda Nsemi de Congo Pax ont eu l’occasion, hier,  mercredi 3 juin, de présenter au Président de la République leur appréhension du dialogue. Ce jeudi 4 juin, il est prévu que Joseph Kabila s’entretienne avec les chefs des partis et regroupements politiques. Azarias Ruberwa du RCD et José Makila sont déjà annoncés au Palais de la Nation.  

On pouvait bien se demander ce qu’est venu faire, pour la seconde fois au Palais de la Nation, en l’espace de deux jours, le Révérend Elebe de l’église Kimbanguiste. Il conduisait, cette fois-ci, la délégation de la CIME auprès du Président de la République, très bien entouré par ses principaux collaborateurs. Elebe approuve totalement les consultations engagées par Joseph Kabila pour autant qu’elles cadrent avec la mission dévolue à la Commission d’Intégrité et de Médiation Electorale. C’est une structure qui réunit les différentes confessions religieuses, exception faite des catholiques qui ont suspendu leur participation.(...)"



"Fuite en avant et manœuvre de diversion:Gare à un dialogue de façade
° http://latempete.info/fuite-en-avant-et-manoeuvre-de-diversiongare-a-un-dialogue-de-facade/
Il est déconseillé de louvoyer dans l’espoir de mettre tout le monde au bout du compte devant le fait accompli à l’étape fatidique de 2016

Dépasser le cap fatidique de 2016 plus ou moins à bon compte devient un cauchemar et une obsession dont le président Joseph Kabila et son establishment ne parviennent pas à se débarrasser. Dépasser le cap fatidique de 2016 équivaut à demeurer ferme à son poste au-delà de cette date.
Toutes les astuces sont imaginées et mises en œuvre pour atteindre cet objectif. Des lieutenants politiques se sont mis à élucubrer des ouvrages soit pour justifier la possibilité de révision de la Constitution , soit pour faire le plaidoyer de la Ive République sans montrer d’abord la balance de l’actif et du passif de la IIIe dont le pouvoir actuel est à la fois l’héritier dynastique et le continuateur.
Se rendant compte de la pourriture dans laquelle sombre la RDC, le Conseil de sécurité de l’ONU par le truchement du Secrétaire général de l’ONU, fait signer à Addis-Abeba, à plus d’une dizaine de chefs d’Etat africains dont Joseph Kabila, un accord-cadre décrivant le pourrissement de la situation en RDC et préconisant la tenue d’un dialogue entre le pouvoir et la classe politique pour résoudre la crise qui ronge le pays.

Un an plus tard, Kinshasa tente de contourner ce dialogue et de récupérer la situation à sa façon par l’organisation des concertations politiques sui generis.
Nombreuses résolutions prises au cours de ces concertations, sont restées «lettres mortes». La cohésion nationale est une chimère.
Le gouvernement formé avec beaucoup de retard après les concertations, a suscité encore des mécontents et des aigris parmi ceux ayant participé activement à ces concertations.
Le 14 février de cette année 2015, le président national de l’UDPS Etienne Tshisekedi, publie à partir de Bruxelles où il séjourne pour des raisons de santé, sa feuille de route, rappelant la nécessité du dialogue et exhortant la Communauté internationale, par l’entremise du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et patron de la Monusco, à convoquer ce dialogue sous ses propres auspices et bons offices.
Deux mois plus tard, le Président Joseph Kabila dépêche en fanfare son émissaire à Limete remettre au Secrétaire général de l’UDPS un pli scellé destiné au président national de l’UPDS.
Des messages similaires sont également envoyés sans fanfare au MLC de Jean-Pierre Bemba et à l’UNC de Vital Kamerhe. Ensuite, on annonce que le chef de l’Etat entreprend dès le samedi 23 mars, des consultations avec des confessions religieuses, des chefs traditionnels et des leaders politiques.

La feuille de route de l’UDPS

Des confrères et des intellos qui se refusent à l’analyse sérieuse des faits et à la réflexion objective se sont mis à faire l’apologie de la main tendue du président Joseph Kabila pour le dialogue! On a voulu créer inconsciemment ou consciemment une confusion innommable en attribuant au chef de l’Etat le mérite de l’initiative d’un dialogue dont la source est l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, à l’initiative du Conseil de sécurité de l’ONU.
« Pourquoi ne s’est-on pas demandé ce qu’il est advenu de ses concertations politiques et de ses résolutions pour la cohésion nationale? Le 08 mai 2015 Etienne Tshisekedi réagit à partir de Bruxelles pour dissiper implicitement cette confusion, dans un communiqué officiel portant sa signature et le sceau de son parti.

Il a pris acte du message lui transmis par l’émissaire de Monsieur Joseph Kabila« Et le président de l’UDPS poursuit: «Nous constatons que l’opportunité et la pertinence de notre démarche amorcée par la publication le 14 février 2015 de notre feuille de route adressée à la Communauté internationale, par l’intermédiaire du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, sont bien comprises». Rappelons que cette feuille de route explicite la position de notre parti sur les voies de sortie de la crise de légitimité qui sévit en Démocratique du Congo depuis le hold-up électoral de 2011. »
Et Tshisekedi poursuit: « En conséquence, nous exhortons le Représentant du Secrétaire général et le Collège des Envoyés spéciaux en RDC et dans la Région des Grands Lacs à jouer pleinement leur rôle diplomatique de médiation en prenant, de toute urgence, les contacts nécessaires avec les parties congolaises afin de définir le cadre d’organisation du dialogue dans un court délai ».

Et il conclu: «Dans l’intérêt de la Nation nous tenons à éviter les pertes de temps inutiles ainsi que les manœuvres dilatoires visant à contourner les exigences constitutionnelles régissant les étapes électorales et à favoriser un éventuel glissement ».
Ce communiqué officiel de la présidence de l’UDPS st tellement clair que la prétendue main tendue du président Joseph Kabila est une pure et regrettable mystification propagée par certains confrères pro-pouvoir. Le mérite de l’initiative du dialogue ne revient pas du tout eu chef de l’Etat congolais. C’est l’œuvre du Conseil de sécurité de l’ONU.
Certains politiciens ont prétendu que Tshisekedi aurait trahi et qu’il serait disposé à composer avec Joseph Kabila. On ne voit rien de tout cela dans le communiqué. Au contraire, Etienne Tshisekedi souligne au final qu’il n’entend pas, pour tout l’or du monde, que soit favorisé un éventuel glissement.

On est au bout du rouleau

Il insiste sur le fait que «Dans l’intérêt de la Nation, il tient à éviter les pertes de temps inutiles ainsi que les manœuvres dilatoires visant à contourner les exigences constitutionnelles régissant les étapes électorales.
C’est deux semaines plus tard après la publication de ce communiqué officiel de l’UDPS, qu’on a annoncé que le chef de l’Etat entreprenait des consultations avec des confessions religieuses, des chefs traditionnels et des politiciens etc… Pour un dialogue! Cela s’appelle une confusion délibérée, une récupération politicienne de l’initiative du dialogue prévu dans 1’Accord-cadre d’Addis-Abeba.
La préoccupation obsédante du pouvoir qui multiplie à l’infini des manœuvres et des astuces, est de louvoyer dans l’espoir de pouvoir mettre tout le monde au bout du compte devant le fait accompli à l’étape fatidique de 2016! Tout bien considéré, il ne serait pas excessif de dire que le pouvoir est au bout du rouleau. Des gesticulations qu’on observe maintenant sont la fuite en avant, une manœuvre de diversion.

Ses stratèges en chambre ont épuisé tout leur stock de manœuvres et d’astuces machiavéliques jusqu’aux dernières cartouches pour tenter vainement de temporiser la fin d’un règne chancelant, au point de se répéter et de rééditer de mêmes recettes contre-productives.
A preuve les consultations à peine entreprises qui ne sont pas différentes des concertations politiques coûteuses et inutiles organisées il n’y a guère longtemps.

Consultations mort-nées

Et la loi des séries semble montrer que la chance se refuse à sourire au pouvoir dont le sort s’annonce scellé sans appel. C’est en vain qu’on cherche à faire tourner les Congolais en bourrique par des mises en scène comiques, fallacieuses, trompeuses, de ralliement à la cause nationale, de consolidation de la cohésion nationale, de cimentation de la concorde nationale.
L’envers du décor dans tout cela est le souci de se maintenir au pouvoir à vie contre vents et marées. Echec cuisant de révision de la Constitution; échec mortifiant des concertations politiques dont les résolutions laborieuses sont reléguées à jamais au placard; de 26 nouvelles provinces hypothétiques et intempestives; formation d’un cabinet de cohésion du trompe-l’œil; et enfin voilà de nouvelles consultations mises à l’ordre du jour, méprisées et rejetées par les partis politiques de l’opposition, et qui ont toutes les chances d’être mort-nées.
Que diantre des confessions religieuses, des chefs coutumiers, des Eglises de réveil ont-ils à voir dans cette équation de crise purement politique, et la politique n’est pas du tout leur tasse de thé ! Le pouvoir ne sait plus où donner de la tête. C’est la fin des haricots !"



"RÉUNION D’URGENCE CE VENDREDI AUTOUR DE KABILA
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12549:reunion-d-urgence-ce-vendredi-autour-de-kabila&catid=85:a-la-une&Itemid=472



Financement du cycle électoral
Les consultations initiées par le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, ont offert une opportunité de s’attarder sur un des préalables importants soulevés par la CENI (Commission électorale nationale indépendante), à savoir le financement du cycle électoral 2015-2016. A l’occasion des échanges avec le chef de l’Etat, la CENI a posé le problème. Comme tout semble l’indiquer, le chef de l’Etat s’est dit favorable. Pour preuve, une réunion d’urgence regroupant les principales parties intéressées est convoquée ce vendredi autour de Kabila pour en débattre. L’issue des consultations passe aussi par là.(...)"


Je me trompe peut-être mais je maintiens mon avis qui reconnaît un coup tactique solide dans le chef de "JK" à avoir repris personnellement la main à la place de son sbire Kalev dans ses "Consultations" en vue de son "dialogue" ! En matière d’assise de son "leadership", ce Président taiseux et invisible a joué là un coup plutôt bien placé !
La preuve, FT et son entourage ont été pris au piège car c'est ça la vérité même si on a coutume à être plus indulgent envers l' Udps, premier parti de l'opposition et ainsi envers son illustre leader ! Ils ont bel et bien "eu les yeux plus gros que leurs ventres" alléchés par les promesses des postes et leur intronisation en premiers interlocuteurs du régime !
Ils viennent de se raviser à temps, tant mieux : il est toujours imprudent de "donner au loup le rôle du berger" !

"A malin malin et demi", dit-on : c’est là où la contre-offensive des patriotes Congolais doit pousser "JK"dans ses retranchements pour le prendre au mot en transformant sa ruse en un exercice de dévoilement complet !
Il prône le "dialogue" pour décrisper la situation; à la bonne heure, c’est là son premier et solennel aveu d’échec sur son propre bilan de "Père de la Nation" qui s'était occupé jusque-là à diviser plutôt qu'à rassembler, qui a manqué de créer cette "cohésion nationale" indispensable à la création et la redistribution des richesses comme à la défense des intérêts supérieurs de notre pays !

Le "dialogue national", oui mais pour qu’il le devienne réellement il nécessite une écoute et un échange sincères entre les "forces vives de la nation"... Et que dit la Nation sinon sa fervente et ferme attente d'élections crédibles conformes aux prescrits constitutionnels... Pourquoi parce que quoi nous serinent encore n'importe quoi certains zélateurs du régime ici sous prétexte de liberté d'opinions, dans leur format actuel, ces élections vont nous entraîner vers un chaos de la contestation dont le pays sortira déstabilisé... Qui veut encore de ce énième "génocide" à travers le pays ? Seuls des apprentis-sorciers fanatiques et irresponsables !

Que peuvent être alors les "élections crédibles" si ce ne sont celles que tous les Congolais veulent consensuelles dans leur respect des délais constitutionnels, leurs calendrier vraiment opérationnel, leur financement assuré, leur fichier réactualisé (avec notamment enrôlement de nouveaux majeurs), leur encrage territorial valide (circonscriptions électorales représentatives), leur processus entier planifié et exécutoire et cela dans la paix sécuritaire et du respect de la diversité ("réconciliation, tolérance et démocratisation" en libérant les prisonniers politiques, les médias libres d’autres tendances pour concrétiser la liberté d’opinions)...

Chiche, Mr le Président, vous voulez un dialogue, allez jusqu’au bout en écoutant les doléances de la Nation et vous aurez enfin commencé la "cohésion nationale" dans le respect de nos diversités mais dans le souci de l’intérêt supérieur de la Nation qui dépasse celui des Hommes même de vous, tout Magistrat Suprême que vous êtes et dirais même parce qu’en cette qualité vous êtes le Garant de la Constitution, de la Nation et donc des intérêts de tous les citoyens !
Nous attendons ainsi une autre gestion apaisée et démocratique de la communauté nationale que celle qui a été la vôtre jusque-là !

A toutes les forces politiques et sociales qui notamment s’entretiendront avec le Président de "jouer le jeu" avec intelligence et responsabilité en prenant au mot son désir de "dialogue" qui signifie ainsi "compromis national" autour de l’intérêt supérieur de la Nation au-delà de vos intérêts individuels et corporatistes !



Code:
“La mouche qui veut échapper au piège ne peut être plus en sûreté que sur le piège même.”
“Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.”
"Qui veut voyager loin ménage sa monture"
“Si l'envie pouvait regarder fixement le soleil, elle ne verrait que ses taches.”
"L'homme prudent voit le mal et se cache, Mais les simples avancent et sont punis."
"Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse! Heureux celui qui est devenu raisonnable!"






Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  djino le 5/6/2015, 11:33 am

RDC : Azarias Ruberwa propose le report de certaines élections jusqu’en 2018


http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/rdc-azarias-ruberwa-propose-le-report-de-certaines-elections-jusquen-2018/
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Troll le 5/6/2015, 12:36 pm

djino a écrit:

RDC : Azarias Ruberwa propose le report de certaines élections jusqu’en 2018



http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/rdc-azarias-ruberwa-propose-le-report-de-certaines-elections-jusquen-2018/
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

@ LE CAMP DU REFUS A EU RAISON... cyclops


Depuis des mois que l´opposition dit la même chose..et on tente de tourner en rond en inventant un "dialogue" via des concertations tongue tongue

Lisez le message d´un Secretaire d´Etat des USA qui a sejourné pendant 4 jours á Kin (lire sur Africatime cyclops )..Le calendrier électoral est la porte qui fait sortir Kanambe de la Présidence..et non une farce de dialogue

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 5/6/2015, 1:52 pm

Lorsque « leurs dieux » veulent qu´ils (les politiciens congolais) puissent tenir maintenant un dialogue politique ce que Makambu ekomi minene. Soki oboyi,  koya kolela nasima te !!!!!!!!

Ils (opposants) étaient tous aux Etats-Unis récemment. Ou bien ???  Laughing  Laughing  Laughing  


Les Etats-Unis encouragent la tenue d’un dialogue politique en RDC

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/les-etats-unis-encouragent-la-tenue-dun-dialogue-politique-en-rdc/

Washington encourage la tenue d’un dialogue politique en RDC. Le secrétaire d’Etat-adjoint américain à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail, Tom Malinowski a livré cette position, jeudi 4 juin, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. Le diplomate américain a cependant recommandé que ce dialogue se focalise sur des questions électorales et ne soit pas utilisé comme un prétexte pour retarder les élections.

«Nous avons encouragé de garder les esprits ouverts, les portes ouvertes de manière à avoir les débats libres et les échanges aussi longtemps que c’est favorable », a indiqué Tom Malinowski.

Il a également invité le gouvernement congolais à respecter le calendrier électoral de la Ceni, publié en février dernier. Selon ce calendrier, sept scrutins devraient être organisés en 2015-2016 et culminer à la présidentielle et aux législativées couplées en novembre 2016.

«A l’approche des échéances électorales, nous encourageons le gouvernement à garantir la liberté de manifestations, la liberté d’expression pour toute la population. Il est important que le gouvernement puisse faire une distinction entre ceux qui sont prêts à prendre la parole de manière libre et indépendante et ceux qui en profitent pour provoquer des violences »,  a poursuivi le secrétaire d’Etat-adjoint en charge de la démocratie et des droits de l’homme. cyclops cyclops


Tom Malinowsji a par ailleurs exprimé le souhait de voir le gouvernement congolais reprendre sa collaboration avec la Monusco en vue de combattre les groupes armés qui commettent diverses exactions contre la population civile dans l’Est du pays.

En mars dernier, le président américain, Barack Obama, avait également  souligné, dans un entretien téléphonique avec son homologue de la RDC, Joseph Kabila, «l’importance de l’organisation d’élections dans les délais requis, qui soient crédibles et pacifiques dans le respect de la Constitution et protègent les droits de tous les citoyens de la RDC».

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Troll le 5/6/2015, 2:06 pm

Jim KK a écrit: Lorsque « leurs dieux » veulent qu´ils (les politiciens congolais) puissent tenir maintenant un dialogue politique ce que Makambu ekomi minene. Soki oboyi,  koya kolela nasima te !!!!!!!!

Ils (opposants) étaient tous aux Etats-Unis récemment. Ou bien ???  Laughing  Laughing  Laughing  


Les Etats-Unis encouragent la tenue d’un dialogue politique en RDC

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/les-etats-unis-encouragent-la-tenue-dun-dialogue-politique-en-rdc/

Washington encourage la tenue d’un dialogue politique en RDC. Le secrétaire d’Etat-adjoint américain à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail, Tom Malinowski a livré cette position, jeudi 4 juin, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. Le diplomate américain a cependant recommandé que ce dialogue se focalise sur des questions électorales et ne soit pas utilisé comme un prétexte pour retarder les élections. sunny sunny

En mars dernier, le président américain, Barack Obama, avait également  souligné, dans un entretien téléphonique avec son homologue de la RDC, Joseph Kabila, «l’importance de l’organisation d’élections dans les délais requis, qui soient crédibles et pacifiques dans le respect de la Constitution et protègent les droits de tous les citoyens de la RDC».

Mr JIM

À chacun sa lecture drunken L´opposition ne souhaite pas "dialoguer" pour retarder les élections et elle est en dialogue permanent avec la CENI sunny Pour votre information, la dernière rencontre entre la CENI et l´opposition était via une vidéo conférence sunny et Malu Malu se trouvait (comme par hasard) aux USA entrain de diriger ce "dialogue" sunny

À chacun sa lecture..quand l´UDPS rêve de se faire accorder l´Imperium, et certains dans la majorité rêvent d´obtenir un glissement: le messade des USA est explicite "pas de glissement", liberté d´expression..et exactement comme l´opposition le demande "un calendrier électoral" crédible

Á chacun sa lecture

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  NgongaEbeti le 5/6/2015, 9:01 pm

Troll a écrit:
Jim KK a écrit: Lorsque « leurs dieux » veulent qu´ils (les politiciens congolais) puissent tenir maintenant un dialogue politique ce que Makambu ekomi minene. Soki oboyi,  koya kolela nasima te !!!!!!!!

Ils (opposants) étaient tous aux Etats-Unis récemment. Ou bien ???  Laughing  Laughing  Laughing  


Les Etats-Unis encouragent la tenue d’un dialogue politique en RDC

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/les-etats-unis-encouragent-la-tenue-dun-dialogue-politique-en-rdc/

Washington encourage la tenue d’un dialogue politique en RDC. Le secrétaire d’Etat-adjoint américain à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail, Tom Malinowski a livré cette position, jeudi 4 juin, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. Le diplomate américain a cependant recommandé que ce dialogue se focalise sur des questions électorales et ne soit pas utilisé comme un prétexte pour retarder les élections. sunny  sunny

En mars dernier, le président américain, Barack Obama, avait également  souligné, dans un entretien téléphonique avec son homologue de la RDC, Joseph Kabila, «l’importance de l’organisation d’élections dans les délais requis, qui soient crédibles et pacifiques dans le respect de la Constitution et protègent les droits de tous les citoyens de la RDC».

Mr JIM

À chacun sa lecture drunken L´opposition ne souhaite pas "dialoguer" pour retarder les élections et elle est en dialogue permanent avec la CENI sunny Pour votre information, la dernière rencontre entre la CENI  et l´opposition était via une vidéo conférence sunny et Malu Malu se trouvait (comme par hasard) aux USA entrain de diriger ce "dialogue" sunny

À chacun sa lecture..quand l´UDPS rêve de se faire accorder l´Imperium, et certains dans la majorité rêvent d´obtenir un glissement: le messade des USA est explicite "pas de glissement", liberté d´expression..et exactement comme l´opposition le demande "un calendrier électoral" crédible

Á chacun  sa lecture

Looooool Troll, a chacun sa lecture!!!! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Bref, les film se déroule en ce moment sous nos yeux a tous, pourquoi en faire une lecture particuliere? Lol
Le dernier mot pour organiser les elections revient a ceux qui sont chargés les organiser donc la CENI et le gouvernement. Si le gouvernement n'a pas les moyens de les organiser a temps, et bien ces elections seront repoussées. Si le gouvernement trouve les moyens a temps et bien nous auront des elections, c'est aussi simple que ca.

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 5/6/2015, 9:12 pm

Troll a écrit:
Jim KK a écrit: Lorsque « leurs dieux » veulent qu´ils (les politiciens congolais) puissent tenir maintenant un dialogue politique ce que Makambu ekomi minene. Soki oboyi,  koya kolela nasima te !!!!!!!!

Ils (opposants) étaient tous aux Etats-Unis récemment. Ou bien ???  Laughing  Laughing  Laughing  


Les Etats-Unis encouragent la tenue d’un dialogue politique en RDC

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/les-etats-unis-encouragent-la-tenue-dun-dialogue-politique-en-rdc/

Washington encourage la tenue d’un dialogue politique en RDC. Le secrétaire d’Etat-adjoint américain à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail, Tom Malinowski a livré cette position, jeudi 4 juin, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. Le diplomate américain a cependant recommandé que ce dialogue se focalise sur des questions électorales et ne soit pas utilisé comme un prétexte pour retarder les élections. sunny  sunny

En mars dernier, le président américain, Barack Obama, avait également  souligné, dans un entretien téléphonique avec son homologue de la RDC, Joseph Kabila, «l’importance de l’organisation d’élections dans les délais requis, qui soient crédibles et pacifiques dans le respect de la Constitution et protègent les droits de tous les citoyens de la RDC».

Mr JIM

À chacun sa lecture drunken L´opposition ne souhaite pas "dialoguer" pour retarder les élections et elle est en dialogue permanent avec la CENI sunny Pour votre information, la dernière rencontre entre la CENI  et l´opposition était via une vidéo conférence sunny et Malu Malu se trouvait (comme par hasard) aux USA entrain de diriger ce "dialogue" sunny

À chacun sa lecture..quand l´UDPS rêve de se faire accorder l´Imperium, et certains dans la majorité rêvent d´obtenir un glissement: le messade des USA est explicite "pas de glissement", liberté d´expression..et exactement comme l´opposition le demande "un calendrier électoral" crédible

Á chacun  sa lecture

À chacun sa lecture Mr. Troll ! Laughing  Laughing
C´est déjà bien si l´opposition cause avec la CENI. L´opposition de doit pas seulement causer avec la CENI mais elle doit aussi accepter les décisions prises en toute indépendance par la CENI. La CENI c´est l´organe par excellence pour organiser les élections en RDC. Elle peut aussi repousser des élections pour des raisons qui lui semblent justes. Ne l´oublions pas ! Arrow  Arrow

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  ndonzwau le 6/6/2015, 4:14 am

"RDC: l'opposition boude toujours les consultations du président Kabila
° http://www.rfi.fr/afrique/20150605-rdc-opposition-boude-consultations-president-joseph-kabila/
En RDC, voilà cinq jours que le président Joseph Kabila a démarré une série de consultations avec tous les acteurs de la société civile. Après avoir rencontré les représentants des différentes Eglises du pays, le chef d'Etat devait s'entretenir avec les chefs des partis politiques. Mais les principales formations de l'opposition ayant refusé de participer à ces concertations, le président semble avoir de la peine à véritablement mobiliser autour de cette idée de dialogue.

Le Rassemblement congolais pour la démocratie, le Mouvement pour le renouveau et Le Parti travailliste, trois petites formations d'opposition, ont accepté l'invitation lancée par le président Joseph Kabila. Mais c'est à peu près tout. Certes, François Muamba et Justin Butakwira ont également rencontré le chef de l'Etat, mais leurs mouvances sont jugées proches du gouvernement.
Les principaux partis d'opposition, eux, sont restés fermes sur leur refus d'entamer un nouveau dialogue avec le président. Pour l'UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), nul besoin de concertations préalables, il faut aller au dialogue directement. Mais un dialogue sous médiation internationale. L'UNC (Union pour la nation congolaise) et le MLC (Mouvement de libération du Congo), eux, rejettent carrément l'idée de nouvelles concertations. Pour eux, la priorité est de résoudre les problèmes liés au calendrier électoral. Des prérogatives qui reviennent à la Commission électorale indépendante et non au président, selon eux.

« La sauce n'a pas pris »

En fin de compte, ces premiers jours de concertations n'ont permis aucune avancée majeure. « La sauce n'a pas pris », a commenté un diplomate pour qualifier le manque d'engouement autour de cette proposition du chef de l'Etat. Seule certitude, opposants et partisans du dialogue sont d'accord sur un point : la priorité est de rendre le calendrier électoral réalisable, de respecter les délais constitutionnels et d'organiser une présidentielle en 2016.
A été soulevée aussi la question des jeunes majeurs, ceux qui ont eu 18 ans entre 2011 et 2015, pour qu'ils puissent voter à tous les scrutins. Reste à savoir ce que Joseph Kabila, lui, attend de ce dialogue. A ce jour, il n'a donné aucune indication sur l'objectif recherché. Organiser les élections au plus vite ou les retarder, comme continue de le soupçonner une partie de la classe politique
Le président doit rencontrer la Céni aujourd'hui justement, alors que le président de la Commission électorale nationale indépendante, l'Abbé Malu Malu vient de rentrer d'un long séjour de convalescence en Afrique du Sud."


"RDC : Azarias Ruberwa propose le report de certaines élections jusqu’en 2018
° http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/rdc-azarias-ruberwa-propose-le-report-de-certaines-elections-jusquen-2018/?utm_source=feednanga.com&utm_medium=referral&utm_campaign=Feednanga%20-%20Most%20shared%20links
° http://www.lephareonline.net/ruberwa-le-dialogue-nest-pas-a-confondre-avec-les-concertations/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4372
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6644
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6641

"Pour le Futur du Congo , Maj Kisimba : ‘‘oui au dialogue préventif, non au dialogue curatif’’ !" 
°  http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=6654

"Les Etats-Unis encouragent la tenue d’un dialogue politique en RDC"
°  http://radiookapi.net/actualite/2015/06/05/les-etats-unis-encouragent-la-tenue-dun-dialogue-politique-en-rdc/
°  http://www.forumdesas.org/spip.php?article4372
"Les Usa contre une nouvelle transition"
° http://www.lephareonline.net/les-usa-contre-une-nouvelle-transition/
"Les Etats-Unis demandent que le dialogue national ne retarde pas les élections"
° http://www.izf.net/afp/rdc-les-etats-unis-demandent-que-dialogue-national-ne-retarde-pas-les-lections
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12555:modibo-toure-salue-le-debut-des-consultations-en-vue-d-un-dialogue-inclusif-en-rdc&catid=90:online-depeches

"CONSULTATIONS DU PALAIS DE LA NATION
LA DYNAMIQUE POUR LE DIALOGUE SE CONSOLIDE"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4371

"Dialogue pour la paix le 13 juin à Kinshasa"
° http://www.lephareonline.net/dialogue-pour-la-paix-le-13-juin-a-kinshasa/

"DIALOGUE : LES PARTICIPANTS AU SÉMINAIRE SUR L’ACCORD-CADRE PROPOSENT LA NOMINATION D’UN MÉDIATEUR"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4374
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article4360


° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=201860&Actualiteit=selected
° http://www.lephareonline.net/consultations-mise-au-point-de-ludps/
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12536:kabila-a-la-recherche-d-un-consensus-politique&catid=85:a-la-une&Itemid=472


Attention, Mister Troll, de vous laisser embourber dans le piège tendu exprès d'une prétendue liberté de lecture : nous avons certes une situation à décoder mais nous sommes aussi devant des faits visibles de tous ! De là que sous prétexte d'à chacun sa lecture des fiéfés fanatiques kanambistes vous fassent dire que le mouton noir devant nous est blanc, vous n'y retrouverez plus rien de réel, tout deviendrait virtuel !
"JK" est bien là à convoquer un dialogue parce que pour lui la Nation vit une crise, qui d'autre que lui en a fait l'aveu cinglant ?

Alors, quelle est la matière de cette crise sinon le risque d'élections contestées, non crédibles avec leur potentiel de déstabilisation du pays si certain et si appréhendé de tous même de notre autocrate de chef connu pour ses fraudes, que celui-ci s'est résolu cette fois à prendre le devant pour tenter de rassurer à sa façon càd par un dialogue national où il veut rassembler la Nation pour un processus consensuel...
Il n'y aurait aucun danger ce Président d'habitude taiseux et invisible ne serait pas sorti du bois !

Mais qui est responsable de ce risque sinon le pouvoir qui gouverne, qui comme d'habitude ne s'est pas donné les moyens de l'éviter et se précipite aujourd'hui en pompier pyromane ?
Ne renversons donc pas les rôles et ne brouillons pas la carte en ignorant nos propres lois !
"JK" en tant que notre Magistrat Suprême est le Garant attitré de notre Constitution qu'il a d'ailleurs lui-même solennellement promue en 206 ! Son devoir est donc de respecter ses délais pour la présidentielle et les législatives; c'est aussi clair !
Qu'il s'agisse d'un déficit de financement, d'un calendrier serré ou de l'impréparation du processus lui-même, il en est non seulement coupable mais aussi il a le devoir d'y apporter une solution; d'ailleurs les élus de toute tendance ne l'ont pas attendu pour lui en proposer...
La Ceni si elle n'était à la solde du pouvoir aurait vite proposé là-dessus les voies de sortie mais non indépendante, juge et partie, on ne peut rien en attendre de bon à moins qu'elle change, c'est ça la réalité !

Le reste c'est des manœuvres dilatoires bien connues de ce pouvoir pour rester anticonstitutionnellement ! On peut s'épuiser en paroles-slogan, "toujours la main tendue", si ces dernières sont en contradiction flagrante avec les actes, rien n'y fera, on ajoute de la confusion à une tentative de déblocage !
Voilà pourquoi ce dialogue que le régime propose est complètement biaisé et braque ses contradicteurs ! Il ne faut pas mille types de lectures pour le décoder !!!
On n'a pas besoin d'étrangers yankees ou qui sais-je pour saisir l'intérêt du dialogue au sein d'une Nation surtout quand elle est en crise mais quel dialogue, à quelle question va-t-il répondre aujourd'hui ?
Voilà l'enjeu !
 


Compatriotiquement!


PS
Mister Troll, j'étais aujourd'hui à Rolland sur le Central où jouait Tsonga ! A la fin du 2ème set où Tsonga à l'arrache a gagné, je me suis éclipsé pour aller vite me désalterer; ça chauffait à cuire un oeuf dehors ...
Là j'ai croisé un duo de cinquantenaires bobos qui devisaient sur la transformation de Tsonga devenu plus serein, plus intériorisé à se concentrer entre les échanges fermant les yeux ! L'un a renchéri qu'on le voit même aux mouvements de sa bouche réciter des prières, l'autre rétorqua des "incantations" !
Je souris et l'ayant remarque le dernier me dit : ne riez pas, les "incantations" ont une efficacité en "potentialité autoréalisatrice"... On est vite reparti sur le cour sans aller plus loin et curieusement j'ai pensé à vous...  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Troll le 6/6/2015, 1:42 pm

Rolling Eyes Mbuta Ndozwau

Nous évitons le plus possible d´appliquer les principes ésoteriques dans....ce genre d´activité..Se transformer soi même exige beaucoup d´énergie..s´il faut disperser cette énergie..dans ces genres d´activité, on retarde son évolution Embarassed

VOICE OF AMERICA...AND ..LE TOUR DE KAGAME Exclamation Wink


Drôle Surprised le titre sur Radio Okapi á propos de la declaration des USA sur le "dialogue" est tronqué, detourné en donnant l´impression que Obama encourage un dialogue...Alors que le message qu´on trouve sur VOA..est plus explicite: Les USA s´opposent á toute forme de transition ou de retardement des élections What a Face

Si le message ne passe pas á Kin, l´admnistration reprend le message en direction du Rwanda ..Allez sur VOA vous apprendrez que les USA s´opposent á un 3ème mandat de Kagame Laughing Mad Evil or Very Mad

INCANTATION (S) Question

Á force de repeter la même chose, elle se materialise...disent les ésoteristes Wink

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Jim KK le 7/6/2015, 11:51 am

Dialogue: Z’Ahidi Ngoma prône un débat sur la question électorale

http://radiookapi.net/actualite/2015/06/06/dialogue-zahidi-ngoma-prone-debat-sur-la-question-electorale/

L’ancien vice-Président en charge du social et du culturel, Z’Ahidi Arthur Ngoma souhaite que le dialogue préconisé par le chef de l’Etat se penche sur la question électorale. Il a livré son point de vue, vendredi 5 juin, au sortir d’un entretien avec le chef de l’Etat dans le cadre des consultations présidentielle, au Palais de la nation, à Kinshasa. Ces rencontres, initiées par Joseph Kabila, se proposent de préparer le dialogue pour baliser le chemin des élections apaisées.

«Il ne s’agit pas de refaire les histoires de la CNS (Conférence nationale sourenaine), Sun City bis ou d’autres concertations mais plutôt de voir la question électorale. Le seul point qui devait être à l’ordre du jour, c’est la question électorale. Il faut éviter de suicide collectif. Nous sommes dans un environnement international fantasque, récessif qui n’est pas favorable à la construction de la paix chez nous. Nous devons donc nous empêcher de créer d’autres motifs de conflictualité chez nous», a recommandé Z’Ahidi Arthur Ngoma. cyclops  cyclops


Président des Forces du futur (FF), Z’Ahidi Arthur Ngoma a salué l’idée qui soutient que les acteurs politiques puissent se rencontrer avant la tenue des élections.

«Le chef de l’Etat étant d’accord avec ça ne pouvait pas dire non aux propositions de dialogue. Il voulait seulement savoir notre point de vue sur ce dialogue et nous lui avons donné», a-t-il poursuivi. Laughing  Laughing  Arrow  Arrow

Le même vendredi, le chef de l’Etat Joseph Kabila s’est entretenu avec le président de l’opposition républicaine, Steve Mbikayi.

Au sortir de la salle de concertations, il a invité Joseph Kabila à solliciter les bons offices du patron de la Monusco, Martin Kobler pour la tenue d’un dialogue politique inclusif.

Il a par ailleurs condamné l’attitude «pas responsable» de certains acteurs politiques qui ont préféré «répondre précipitamment à l’invitation d’un ambassadeur pour traiter des questions politiques du Congo et ont refusé de répondre à l’invitation d’un Congolais -chef de l’Etat soit-il- pour parler de questions congolaises».

cyclops Suspect Suspect     Basketball study  Toza na bango mayele!

Revenir en haut Aller en bas

Re: EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI A NOUS SATISFAIRE D'UN "DIALOGUE" POUVOIR/OPPOSITION RÉDUIT A UNE CONFRONTATION "JK" VS TSHISEKEDI (ET SON UDPS) ? QUEL EST LE BON DIAGNOSTIC DE CE QUI SEMBLE SE PRÉPARER DEVANT NOUS ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:54 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum