DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  KOTA le 29/9/2015, 11:10 pm

DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L’OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD

par FreeDiomi le 29 septembre 2015






http://democratiechretienne.org/2015/09/29/declaration-politique-de-moise-katumbi-a-loccasion-de-sa-demission-du-pprd/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  ndonzwau le 30/9/2015, 12:30 am

"RDC : Katumbi rompt les amarres avec Kablia
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-katumbi-rompt-les-amarres-avec-kablia/
En démissionnant du parti présidentiel, Moïse Katumbi s’affranchit du PPRD et de Joseph Kabila, et ouvre la voie à une candidature pour la prochaine présidentielle de 2016.

Libre comme l’air. Le gouverneur du Katanga a annoncé ce mardi qu’il quittait le Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD). Pilier du parti présidentiel et soutien de Joseph Kabila  lors des deux derrières élections, Moïse Katumbi se désolidarise du chef de l’Etat et « s’oppose fermement à tout prétexte pour retarder les élections ». L’opposition congolaise et maintenant une parti de la majorité présidentielle, dont les frondeurs du G7, craignent en effet que le président ne cherche à retarder le calendrier électoral pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2016. La Constitution congolaise ne permettant pas à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.

Les subterfuges de Joseph Kabila

Dans une longue lettre, Moïse Katumbi justifie sa décision de quitter le camp présidentiel. Pour le président du TP Mazembe, Joseph Kabila cherche bien à se représenter en 2016 : « après la tentative de changer l’article 220 pourtant verrouillé de notre Constitution, après l’échec des Concertations nationales, à l’ordre du jour figure maintenant un projet de portant sur les modalités d’organisation des référendums, qui renforce encore la confusion » s’explique Katumbi.

« Incapable de mobiliser 2 millions de dollars »

Devant les retards du calendrier électoral, le gouverneur du Katanga s’étonne du manque de moyens financiers avancé par le gouvernement pour motiver les différents reports. « Le gouvernement du pays (…) est incapable de mobiliser 2 millions de dollars pour respecter les délais de l’élection des nouveaux gouverneurs. Et en Conseil des Ministres, ce même gouvernement nous a annoncé qu’il a opté pour la nomination de Commissaires Spéciaux (…). Cela énerve notre Constitution ! ».

Au-dessus des partis

Avec cette démission et ce texte ouvertement anti-Kabila, Moïse Katumbi se range clairement dans le camp des frondeurs de la majorité – voir notre article. Question : va-t-il rejoindre le G7 de Kamitatu et Lumbi ? Si la réponse est positive, en prendra-t-il le leadership ? Sans doute. En démissionnant du PPRD, Moïse Katumbi fait donc un pas de plus vers une candidature « indépendante » à la prochaine élection présidentielle de 2016. Même si ce communiqué ne constitue pas une déclaration de candidature… on n’en est pas loin. Katumbi lance « un appel à toutes les forces vives de la Nation, société civile, partis politiques de la majorité comme de l’opposition (…) pour qu’ensemble nous mettions un terme au découragement, à la résignation et au fatalisme, en sauvegardant notre jeune démocratie ». Et de conclure : « nous devons redonner à notre pays une perspective… ». Dernière question : reste à savoir quand Moïse Katumbi se déclarera dans la course à la présidentielle ? Sur ce point, c’est encore le président Kabila qui a les clés. Celles du temps. Et Joseph Kabila a encore… beaucoup de temps."


"RDC : APRÈS LA FRONDE DU G7, LE GOUVERNEUR DU KATANGA DÉFIE KABILA
° http://www.izf.net/afp/rdc-apres-fronde-g7-gouverneur-katanga-defie-kabila
Le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a défié ouvertement mardi le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, en démissionnant de son parti et en accusant le pouvoir à Kinshasa de "dérives inacceptables" à 14 mois de la présidentielle de 2016.
Après la fronde de sept partis (le "G7") ayant quitté jeudi la majorité, M. Katumbi a ouvert une nouvelle brèche, au sein même du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de M. Kabila.


Jugeant "suicidaire" la politique d'un chef de l'État entretenant le mystère sur ses intentions alors que la Constitution lui interdit de se représenter, le "G7" avait exhorté M. Kabila à ne pas succomber à la tentation du pouvoir et à préparer l'alternance au sein de la majorité, mais il s'est vu opposer une fin de non recevoir par celle-ci.
Dans une "déclaration politique" publiée mardi soir, M. Katumbi annonce tout à la fois sa démission du PPRD, son opposition ferme "à tout prétexte pour retarder les élections" et lance "un appel à toutes les forces vives de la Nation" à sauvegarder la "jeune démocratie" congolaise.
Richissime hommes d'affaires, populaire et charismatique, M. Katumbi n'a pas annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle, mais il "suit sa feuille de route", et c'est pour "bientôt", estime Tryphon Kin-kiey, ministre des Relations avec le Parlement et fidèle de M. Kabila.

La RDC traverse une crise politique depuis la réélection de M. Kabila en 2011, lors d'élections marquées par des fraudes massives.
Depuis des mois, l'opposition accuse le chef de l'État de chercher à tout faire pour contourner l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter, afin de se maintenir, soit en modifiant la Constitution, soit en retardant les échéances électorales.
Le feu entre MM. Katumbi et Kabila couvait depuis que le gouverneur du Katanga - province d'origine du président - avait lancé publiquement en décembre 2014 un avertissement en termes sibyllins conseillant au chef de l’État de ne pas chercher à s'accrocher au pouvoir sous peine de voir la rue l'en chasser à l'image de ce qui s'était passé un peu plus tôt au Burkina Faso.

- 'Nouveau séisme' -

"Les faits indiquent que depuis maintenant un an, tout est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution", estime M. Katumbi.
Dans le climat tendu qui règne depuis la répression meurtrière, en janvier, de violentes manifestations hostiles à M. Kabila à Kinshasa et dans plusieurs autres villes du pays, M. Katumbi, président du célèbre club de football TP Mazembe de Lubumbashi, capitale du Katanga (sud-est) ajoute sa voix aux critiques du pouvoir et dénonce pêle-mêle "arrestations arbitraires de militants pro-démocratie", "intimidations de toutes sortes", et "répressions policières de plus en plus violentes".

Dans l'opposition, plusieurs voix ont salué la décision de M. Katumbi. "Si les caciques du PPRD adoptent notre discours, c'est qu'ils sont convaincus de ce que nous avons toujours dénoncé", déclare à l'AFP Ève Bazaiba, secrétaire-générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), deuxième parti d'opposition au Parlement.
Porte-parole de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti historique de l'opposition, Bruno Tshibala "se félicite" pour sa part "de l'attitude de tous ceux qui veulent que ce pays connaisse une véritable démocratie".

Commentant la décision de M. Katumbi, Olivier Kamitatu, un des membres fondateurs du G7 estime lui que "le paysage politique subit un nouveau séisme", une "réplique" après le coup d'éclat du G7.
"Dans le cadre du grand rassemblement républicain que Moïse Katumbi appelle de tous ses vœux", estime-t-il, "la RD Congo aborde 2016 avec de sérieuses chances d'alternance maîtrisée et apaisée.""


"Flash : Moïse Katumbi claque la porte du PPRD
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10255
Depuis que le désormais ancien gouverneur Moïse Katumbi Chapwe, 50 ans, avait lancé la métaphore du "troisième faux penalty" un certain 23 décembre 2014, les observateurs s’attendaient à une "rupture fracassante" entre le premier magistrat de l’ex-Shaba et "Joseph Kabila". Celui-ci n’a jamais digéré cette figure de style perçue comme un affront personnel. Une allusion subtile aux élections présidentielles de 2006 et 2011 "remportées" par le "raïs". Depuis fin décembre 2014, le "clan kabiliste" a déployé des talents d’imagination pour "neutraliser" le bouillant gouverneur. A défaut d’une révocation, le découpage territorial prévu dans l’article 2 de la Constitution est tombé comme du pain bénit. La nouvelle tant attendue par les parieurs est tombée ce mardi 29 septembre 2015 : "Chers amis, j’ai signifié ce jour ma démission du PPRD et du gouvernorat du Katanga". C’est l’annonce faite par "Moïse", comme l’appellent ses proches, via son compte twitter @moise_katumbi. A l’appui de sa décision, l’ancien gouverneur du Katanga épingle notamment la tentative de changer l’article 220 de la Constitution - lequel verrouille l’article 70 relatif à la durée ainsi qu’au nombre de mandat présidentiel -, le manque de moyens financiers pour organiser l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs, annoncé le 3 septembre dernier par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Katumbi épingle également l’absence de l’Etat de droit, le recul des libertés individuelles et la hausse du niveau d’intolérance politique. Sans omettre, la nomination prochaine des "commissaire spéciaux" et leurs adjoints chargés d’administrer les 21 nouvelles provinces en lieu et place des gouverneurs et vice-gouverneurs. "Je m’oppose fermement à tout prétexte pour retarder les élections, tel que le manque de moyens financiers", peut-on lire dans la "déclaration politique" jointe. Nous y reviendrons.

Info Congo Indépendant"



"Coup de tonnerre en RDC: Katumbi claque la porte du parti de Kabila... avant de l'affronter?"
° http://www.lalibre.be/actu/international/coup-de-tonnerre-en-rdc-katumbi-claque-la-porte-du-parti-de-kabila-avant-de-l-affronter-560af76c3570b0f19f0002c0


"Vers la connexion Tshitshi-Katebe contre le glissement en RDC"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.lephareonline.net/vers-la-connexion-tshitshi-katebe-contre-le-glissement-en-rdc/


° http://www.radiookapi.net/2015/09/29/actualite/politique/rdc-moise-katumbi-demissionne-du-pprd-et-du-gouvernorat-du-katanga
° http://www.jeuneafrique.com/268582/politique/rdc-moise-katumbi-quitte-le-pprd-parti-au-pouvoir/
° http://vacradio.com/2015/09/29/breaking-news-moise-katumbi-met-kabila-ko-en-quittant-le-pprd-et-en-demissionnant-de-son-poste-de-gouverneur/
° http://www.lephareonline.net/referendum-le-g7-parle-de-provocation/



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 11/10/2015, 2:34 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Arafat le 30/9/2015, 9:47 am

ndonzwau a écrit:
"RDC : Katumbi rompt les amarres avec Kablia
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-katumbi-rompt-les-amarres-avec-kablia/
En démissionnant du parti présidentiel, Moïse Katumbi s’affranchit du PPRD et de Joseph Kabila, et ouvre la voie à une candidature pour la prochaine présidentielle de 2016.

Libre comme l’air. Le gouverneur du Katanga a annoncé ce mardi qu’il quittait le Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD). Pilier du parti présidentiel et soutien de Joseph Kabila  lors des deux derrières élections, Moïse Katumbi se désolidarise du chef de l’Etat et « s’oppose fermement à tout prétexte pour retarder les élections ». L’opposition congolaise et maintenant une parti de la majorité présidentielle, dont les frondeurs du G7, craignent en effet que le président ne cherche à retarder le calendrier électoral pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2016. La Constitution congolaise ne permettant pas à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.

Les subterfuges de Joseph Kabila

Dans une longue lettre, Moïse Katumbi justifie sa décision de quitter le camp présidentiel. Pour le président du TP Mazembe, Joseph Kabila cherche bien à se représenter en 2016 : « après la tentative de changer l’article 220 pourtant verrouillé de notre Constitution, après l’échec des Concertations nationales, à l’ordre du jour figure maintenant un projet de portant sur les modalités d’organisation des référendums, qui renforce encore la confusion » s’explique Katumbi.

« Incapable de mobiliser 2 millions de dollars »

Et pourtant, il y a quelques jours à peine le gouvernement venait de débourser 10 millions de dollars en faveur de la SCTP(ex ONATRA) pour la réfection de la voie ferrée Kinshasa-Matadi. De qui se moque-t-on? Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 30/9/2015, 9:51 am

Smile [quote="ndonzwau"]

« un appel à toutes les forces vives de la Nation, société civile, partis politiques de la majorité comme de l’opposition (…) pour qu’ensemble nous mettions un terme au découragement, à la résignation et au fatalisme, en sauvegardant notre jeune démocratie ». Et de conclure : « nous devons redonner à notre pays une perspective… ».



Commentant la décision de M. Katumbi, Olivier Kamitatu, un des membres fondateurs du G7 estime lui que "le paysage politique subit un nouveau séisme", une "réplique" après le coup d'éclat du G7.
"Dans le cadre du grand rassemblement républicain que Moïse Katumbi appelle de tous ses vœux", estime-t-il, "la RD Congo aborde 2016 avec de sérieuses chances d'alternance maîtrisée et apaisée.""





"Vers la connexion Tshitshi-Katebe contre le glissement en RDC"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.lephareonline.net/vers-la-connexion-tshitshi-katebe-contre-le-glissement-en-rdc/

000ff]Lol, entre Venise et Ibiza, Katebe souhaite retourner chez lui á Lubumbashi sans doute..au lieu de courir chez Tshitshi..son petit frère va avoir besoin de lui..[/color]

Mettons fin au fatalisme et á la résignation Welcome WAIT AND SEE...Next ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Mathilde le 30/9/2015, 12:28 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 30/9/2015, 5:33 pm

Laughing LA PANIQUE DANS LA MAISON I love you Mad

Le G7, c´était les "satélites", mais Katumbi What a Face c´est au coeur du PPRD, la fronde au sein du PPRD Like a Star @ heaven Idea l´onde de choc sera au rendez-vous..
Heureusement que I love you Francis KALOMBO se planque en Occident mais il existe des "taupes" au coeur du PPRD qui sont "solidaires" de Katumbi:star:

Esili nanu te.. le vent va continuer sans doute..In the end of the day..2 camps: les defenseurs de la constitution et les defenseurs de la dictature

WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  djino le 30/9/2015, 6:06 pm

Un P'tit Rappel à Moise Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Ne dites JAMAIS JE NE SERAI CANDIDAT : OMONI SIK'OYO .. Anyway VIVE LA DEMOCRATIE !!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  ndonzwau le 2/10/2015, 12:54 am

Je crois que c'est Abraham Lincoln qui a dit "On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps."
C'est combien juste sauf à lui rétorquer que ce facteur "temps" qu'il brandit n'empêche hélas pas que la tromperie dure et qu'entre-temps cette dernière aura fait des ravages criminels quasi irréparables dans l'espace de la vie d'un peuple tel que nous l'appréhendons...
C'est le cas des peuples africains qui plus d'un demi-siècle de leur souveraineté subissent durement les affreuses tromperies de leurs apprentis sorciers des dirigeants...

Et plus particulièrement parce que je suis Congolais, c'est la dure loi de séries que souffre le Congo sous l'autocratie actuelle après d'autres...
Alors on peut faire l'autiste conscient ou inconscient de ne percevoir la "révolte" de Katumbi que comme une expression des ambitions et combinationes politiciennes coutumières; à mon avis on se tromperait de diagnostic ne fût-ce parce qu'il y'a là au moins une habilité à capitaliser la grogne généralisée d'une population contre une "gouvernance" défaillante et mortifère...

Le peuple n'est donc pas dupe mais pas sans "culpabilité" avérée de sa part; la preuve est que même sur ce forum certains s'enferment jusqu'à ne pas s'en apercevoir dans leur bulle de fanatisme incompréhensible : "leur" gouverneur, "leur" raïs...
Se rendent-ils au moins compte qu'ils sont dans une impasse diagnostique ? Combien vite se déferaient-ils de ce dilemme inutilement existentiel s'ils s'éloignaient d'un sentimentalisme puéril et cupide ?
En effet ou l'on est pour "son" gouverneur qui condamne le raïs ou l'on est pour "son" raïs que le gouverneur condamne violemment et justement avec arguments documentés...
Faut-il des PHD d'Harvard ou de La Sorbonne  pour se réveiller de cet inepte diagnostic ?
Le comble est que le constater serait une injure pour certains ... Lamentable !

C'est le comble d'autre chose, vous l'aurez compris mais vouloir dire que tout va bien Mme La Marquise, la saillie de Katumbi est un non-événement, c'est inqualifiable de cécité intellectuelle ou plutôt prudents, attendons voir où cela ne nous mènera pas...
Ferions-nous l'exploit à rebours de l'histoire : des Africains, des congolais qu'on tromperait tous tout le temps, sans jamais prendre conscience de leur sort implacable fruit de leurs faiiblesses et de leur impuissance ?


"REVUE DE PRESSE AFRIQUE"

"A la Une: Moïse Katumbi claque la porte
° http://www.rfi.fr/emission/20151001-une-moise-katumbi-claque-porte
Comme le constate Le Potentiel à Kinshasa, « le divorce est bel et bien consommé entre le gouverneur de l’ex-province du Katanga, Moïse Katumbi, et sa famille politique, le PPRD, le parti du président Kabila. Il a, par la même occasion, démissionné également du gouvernorat. Moïse Katumbi accuse le pouvoir d’avoir " tout mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution " de la République, en " entretenant retard, flou et illisibilité du cycle électoral et en élaborant une stratégie de glissement des dates des scrutins ". » Bref, Katumbi reproche à Kabila sa volonté de se maintenir au pouvoir coûte que coûte, avec un troisième mandat en vue.
Alors, désormais, s’interroge Le Potentiel, « l’on se demande comment le PPRD pourra gérer l’ex-Katanga sans l’appui de Moïse Katumbi, Mwando Nsimba, Gabriel Kyungu, Vano Kiboko (en prison), Jean-Claude Muyambo (en prison) ; le Sud-Kivu, sans le soutien de Vital Kamerhe et Dr Mukwege, le Maniema, sans Pierre Lumbi, le Nord-Kivu, sans le concours de Mbusa Nyamwisi (en exil) et d’Enerst Kyaviro (en prison), l’Equateur, sans José Endundo, le Bandundu, sans Olivier Kamitatu et Adolphe Muzito, etc. Le scénario de fin de règne de Joseph Kabila fait penser à celui d’un de ses prédécesseurs, feu le maréchal Mobutu, pointe encore Le Potentiel,abandonné par ses " cadres " au lendemain de la fin du monopartisme, le 24 avril 1997, puis lâché progressivement par tous ceux qui lui conseillaient une sortie politique honorable, par l’organisation d’élections où il ne serait pas candidat, après 32 ans de règne. »

Candidat à la présidentielle de 2016 ?

« La majorité présidentielle s’est donc considérablement affaiblie, relève également le site d’information congolais 7 sur 7car Moïse Katumbi voulait faire évoluer la démocratie en menant le combat à l’intérieur de sa famille politique. Il vient de jeter l’éponge. Prochaine étape : mettre en place une machine de guerre politique pour remporter la présidentielle d’octobre 2016. »
En effet, renchérit le site d’information Afrikarabia, « avec cette démission et cette déclaration ouvertement anti-Kabila, Moïse Katumbi se range clairement dans le camp des frondeurs de la majorité. Question : va-t-il rejoindre le G7 de Kamitatu et Lumbi ? Si la réponse est positive, en prendra-t-il le leadership ? Sans doute, répond Afrikarabia. En démissionnant du PPRD, Moïse Katumbi fait donc un pas de plus vers une candidature " indépendante " à la prochaine élection présidentielle de 2016. (…) Dernière question : reste à savoir quand Moïse Katumbi se déclarera à la présidentielle ? Sur ce point, c’est encore le président Kabila qui a les clés. Celles du temps. Et Joseph Kabila a encore… beaucoup de temps. »

Joseph sur les traces de Blaise ?

En tout cas, ce coup de sang de Moïse Katumbi est un bon point pour la démocratie… C’est du moins ce qu’estime le quotidien Aujourd’hui  à Ouaga : « c’est tant mieux pour la démocratie congolaise qu’il y ait cette mobilité, cette mue politique. C’est bon qu’il y ait un tel candidat contre celui qui commence à se mouler dans la peau d’un Mobutu light. Dans ce pays-continent, on était habitué aux mêmes caïmans du fleuve Congo, notamment, les has been, tel le vieillissant Etienne Tshisekedi, qui n’a plus de sphinx que le nom, puisque plusieurs fois sa renaissance a été différée, n’ayant pu battre ni Mobutu, ni Joseph Kabila. Kabila Junior a désormais son plausible challenger (…). »
« Kabila saura-t-il bien lire ce signe des temps pour éviter de franchir le Rubicon ?, s’interroge pour sa part Le Pays, toujours au Burkina. Ou bien le prendra-t-il comme un affront et s’obstinera-t-il, comme un certain Blaise Compaoré ou un Pierre Nkurunziza, en allant jusqu’au bout de sa logique ? L’histoire nous le dira. »
En tout cas, poursuit Le Pays, « à Kabila de savoir décrypter ces signes des temps qui ne traduisent ni plus ni moins que la soif d’alternance des peuples africains engagés dans un processus irréversible, et de savoir prendre la bonne décision. L’histoire lui en saurait gré. S’il devait persister dans son entêtement, qu’il sache qu’il s’engagerait alors dans un chemin périlleux à l’issue incertaine, aussi bien pour lui que pour son peuple. (…) Kabila est averti. »

"RDC: le départ de Moïse Katumbi redistribue-t-il les cartes?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20151001-rdc-congo-depart-moise-katumbi-katanda-pprd-kabila-cartes
° http://www.rfi.fr/afrique/20150930-rdc-demission-moise-katumbi-gouverneur-katanga-opposition-kabila-elections-constitu


"INVITÉ AFRIQUE
M. Katumbi: «Lutter pour sauvegarder notre jeune démocratie» en RDC
° http://www.rfi.fr/emission/20151002-rdc-moise-katumbi-kabila-pprd-sauvegarder-jeune-democratie 
C'est l'un des poids lourds de la classe politique congolaise. Moïse Katumbi, le riche gouverneur de la riche province du Katanga, quitte le parti PPRD au pouvoir et démissionne de son poste. Si pour l'entourage du président Kabila, c'est un «non-évènement», pour d'autres, c'est un séisme politique. Katumbi sera-t-il candidat à la présidentielle de l'an prochain ? En ligne de son fief de Lubumbashi, le leader katangais répond aux questions de RFI.

RFI : Dans votre déclaration politique du 29 septembre, vous dites que tout est mis en œuvre depuis un an pour ne pas respecter la Constitution et retarder les élections. Est-ce qu’il y a une stratégie qui est pensée de longue date au sein du parti au pouvoir le PPRD ?
Moïse Katumbi : 
Oui, il y a vraiment un flou au sein de notre parti. C’est pourquoi j’ai décidé de partir. Parce que ça fait longtemps, ça fait plus ou moins deux ans que j’essaie de partager avec mes frères du PPRD le risque de tuer vraiment notre jeune démocratie.
Avez-vous assisté à des réunions où cette stratégie du glissement a été pensée et mise en œuvre ?
Pas du tout, parce que j’avais ma position et je n’étais pas d’accord avec la majorité, parce que nous allons vers le glissement. Et un jour, on va nous dire que le glissement est vraiment constitutionnel et je crois que si nous allons comme ça, nous n’allons pas aller aux élections en 2016. C’est pourquoi moi-même, j’ai décidé de me ranger à côté de tous les démocrates pour dire non à cette manœuvre.

Donc pour vous les sept élections locales qui sont prévues avant les élections nationales de novembre 2016, c’est une stratégie pour surcharger le calendrier électoral ?
C’est une stratégie, c’est une machine qui est en marche. C’est à nous avec la société civile, avec toutes les forces vives, d’essayer que cette machine soit vraiment cassée.
Est-ce que vous-même, depuis votre lettre de démission du 29 septembre, vous avez reçu des menaces ?
Vous savez, les menaces c’est chaque jour, surtout après ma démission. Et je voudrais dire quelque chose : quand j’ai démissionné, c’est le ministre Lambert Mende qui a parlé de ma richesse, il a parlé de la province que j’ai gérée. J’ai géré la province du Katanga qui est devenue une province pilote. Quand je suis arrivé à la tête de la province du Katanga – je vais donner un exemple – les recettes de la douane c’était 18 millions de dollars l’an. Et aujourd’hui, la douane du Katanga, c’est plus ou moins un milliard de dollars l’an. Et je voudrais aussi souligner qu’entre 2009 et 2010, j’étais traduit en justice en Belgique et en Angleterre et j’ai gagné le procès. Je suis prêt à faire une table ronde parce que je vais crever l’abcès.

Vous parlez du porte-parole du gouvernement. Dans sa réponse à votre lettre, justement, Lambert Mende dit que vous n’avez pas de leçon de gouvernance à donner, vous qui avez chassé du Katanga des magistrats qui voulaient enquêter sur votre gestion de gouverneur.
Je n’ai jamais chassé de magistrats au Katanga. C’est pourquoi je voudrais qu’on puisse avoir une table ronde et que chacun s’explique sur la source de sa richesse, où est-ce qu’il a eu de l’argent. Je suis né au Katanga, j’ai grandi au Katanga, je connais toutes les familles.
Mais c’est vrai que vous êtes quand même l’un des hommes les plus riches du Congo et que certains s’interrogent sur l’origine de votre fortune ?
Ça dérange parce que j’ai travaillé pour mon argent. Nous sommes une grande famille d’hommes d’affaires. Tous les Congolais connaissent très bien notre famille, en commençant par mon père, mon grand frère Raphaël Katebe Katoto. Dans le temps, il y avait deux grands opérateurs économiques en République démocratique du Congo : il y avait mon grand frère, Katebe Katoto, il y avait le père de Jean-Pierre Bemba. Il y avait aussi la famille Moleka. Je peux expliquer l’historique. C’est pourquoi je demande cette table ronde avec monsieur Mende et tous les autres politiciens et nous serons prêts à témoigner devant le peuple congolais.

Votre démission du PPRD tombe quelques jours après celle des sept frondeurs du G7. Est-ce que leur initiative vous a encouragé dans votre démarche ?
Pas du tout, pas du tout. Je suis une grande personne. J’ai pris ma décision, j’étais libre. Les autres ont pris leur décision, ils ont formé leur groupe. Jusque-là, je n’ai pas de groupe. Je me suis dit que j’allais prendre un petit repos.
Mais parmi ces sept frondeurs, il y a trois personnalités du Katanga, comme vous : le doyen Mwando Nsimba, ancien vice-président de l’Assemblée nationale, Gabriel Kyungu, ancien président de l’Assemblée provinciale et puis Dany Banza de l’Avenir pour le Congo. Est-ce qu’il n’y a pas de fait un rassemblement politique qui est en train de se former au Katanga ?
Non, pas du tout. Vous savez, le président Mwando Nsimba a commencé la politique avant même ma naissance. Donc je crois qu’il a vu comme moi qu’il y avait un problème. Même le président Kyungu, même les autres. Ce n’est pas seulement les ressortissants du Katanga.[/size]
Mais vous quittez un parti. Est-ce pour en créer un nouveau ou est-ce pour rester tout seul dans votre coin ?
Moïse Katumbi ne va pas créer de parti politique. Moïse Katumbi va réfléchir sur son avenir.

Mais pouvez-vous continuer en politique sans être dans un parti ?
Non. Je fais un appel à toutes les forces vives pour que nous puissions lutter pour sauvegarder et renforcer notre jeune démocratie. Et je serai avec tout le monde, que ce soit la majorité présidentielle, l’opposition, le G7 et la société civile. Je serai à leur côté pour que nous puissions reprendre la liberté d’expression, les droits de l’homme, et renforcer cette jeune démocratie. Je fais un appel à toutes les forces vives.
Est-ce que vous pensez comme certains de vos compatriotes, notamment dans l’opposition et dans le G7, à un front républicain ?
Un front républicain oui, parce que si je fais un appel, c’est pour que nous puissions nous tous lutter pour sauvegarder notre jeune démocratie.
Et dans cette hypothèse est-ce que vous pourriez être candidat à la présidentielle de l’année prochaine ?
Vous savez, nous ne sommes pas encore en 2016. Je suis en train de voir comment nous pouvons sauver d’abord la démocratie dans notre pays. C’est le plus important.
Certains disent que vous êtes d’abord un homme d’affaires et que finalement vous n’irez pas au bout d’un projet politique comme celui d’être candidat l’année prochaine.
J’étais homme d’affaires dans le temps, je suis né dans une famille d’hommes d’affaires. Je me suis lancé en politique pour aider la population. Et je vais le rester. Je serai à l’écoute de la population pour aider cette population."


"La démission de Katumbi, un «séisme» qui ravit l’opposition à Kabila
° http://www.rfi.fr/afrique/20150930-rdc-demission-moise-katumbi-gouverneur-katanga-opposition-kabila-elections-constitu
La démission de Moïse Katumbi, qui annoncé mardi quitter le parti du président Joseph Kabila, provoque une vague de réactions politiques en République démocratique du Congo. L’opposition applaudit une décision qualifiée de « responsable et courageuse », tandis que le porte-parole du gouvernement relativise la défection et met en garde l’ancien allié sur de possibles poursuites judiciaires.

« Séisme politique », « coup de tonnerre »… Les qualificatifs étaient nombreux, mercredi, pour décrire l’effet de la démission du gouverneur de l’ex-province du Katanga, Moïse Katumbi. Poids lourd du parti au pouvoir de sa province, il l’était, surtout, au sein du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti du président Joseph Kabila. Sa démission, Moïse Katumbi la justifie par des « signaux alarmants » qui indiquent que « tout semble mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution ».

L'opposition salue une décision exemplaire

Pour les frondeurs de la majorité - ces sept partis qui ont quitté la coalition au pouvoirpour « sauver la Constitution » et « défendre l’alternance à la tête du pays en 2016 », lepositionnement de Moïse Katumbi, premier poids lourd du PPRD à quitter le navire est un appui déterminant. « C’est une icône dans la famille politique, y compris dans son parti. Parce qu’être gouverneur de la province la plus riche de la République démocratique du Congo et renoncer, pour ses valeurs, voilà qui fait preuve d’exemple », salue Olivier Kamitatu, chef de l’Alliance pour le renouveau au Congo (ARC). Pour lui, cette démission doit être vue comme « un renoncement à tout ce qui a trait à des politiques suicidaires qui conduisent à ne pas respecter la Constitution ».
Pour ces partis, le projet de loi sur le référendum et les retards pris dans l’exécution du calendrier électoral sont autant d’exemples de la volonté du pouvoir de rester après 2016. Conséquence, du côté de l’opposition, on appelle à un front républicain qui rassemble tous ceux qui veulent garantir l’alternance en 2016. « Je pense que nous n’avons pas le droit de disperser de l’énergie », insiste ainsi Eve Bazaïba Masudi, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), le deuxième parti de l’opposition du pays. Elle appelle « tous ceux qui réfléchissent et qui s’expriment, comme nous, par rapport au respect des valeurs républicaines, au respect de la Constitution – non au troisième mandat, oui aux élections » à « travailler ensemble, pour l’intérêt de la nation ».

Chers amis, j'ai signifié ce jour ma démission du PPRD et du gouv#Katanga; ma déclaration ci-dessous#nouveaudepartpic.twitter.com/g4urPl4mSb
— Moise Katumbi (@moise_katumbi) 29 Septembre 2015

L’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi appelle, lui aussi, au « rassemblement des forces démocratiques » pour s’élever contre toute velléité de changement de la Constitution. Il reste désormais à voir ce que cette restructuration inédite de la scène politique congolaise entre majorité et opposition va donner sur la durée.

Le pouvoir dénonce des « affabulations »

Du côté du pouvoir, par contre, on relativise la portée de cette redistribution des cartes politiques. Pour Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, cette démission n’est « pas du tout une surprise : cela fait déjà plusieurs mois que M. Katumbi donnait l’impression de ne plus être avec nous ». Pour Lambert Mende, qui est aussi membre du bureau politique de la majorité, Moïse Katumbi est à la solde de l'étranger et cette rupture serait intervenue « depuis que nous avons engagé cette espèce de bras de fer avec les partenaires habituels de la République démocratique du Congo. A cause de nos nouveaux partenariats, notamment avec la Chine, il a pris fait et cause pour les autres. Et, donc, nous ne pouvions que nous attendre à ce qu’un jour ou un autre, il quitte notre famille politique. »
Lambert Mende dément par ailleurs les accusations portées dans le communiqué de démission de Moïse Katumbi, qui évoquait notamment des « dérives inacceptables », notamment en terme de réduction des libertés publiques. « Ce sont des affabulations pour complaire à ceux qui l’utilisent dans cette campagne contre la RDC », affirme le porte-parole du gouvernement.
Il met également en garde Moïse Katumbi : « S’agissant de la gouvernance, il y a des choses que l’on apprendra, dans les prochaines semaines. Parce que M. Moïse Katumbi a géré, autant que nous. Et les comptes sont en train d’être faits. Nous verrons bien qui doit donner des leçons à qui. Il y a des magistrats qui ont été littéralement chassés du Katanga, lorsqu’il exerçait encore la fonction de gouverneur, parce qu’ils avaient levé de véritables lièvres. » Moïse Katumbi compte d'ailleurs parmi les personnalités visées par Joseph Kabila dans la plainte déposée en juin dernier par le président congolais auprès du procureur de la République.

Un coup dur pour le PPRD

Quoi qu'il en soit, la démission de Moïse Katumbi est un coup dur pour le camp du président. Pour les deux présidentielles en 2006 et 2011, Moïse Katumbi a été l’un des principaux soutiens du candidat Joseph Kabila dansl’immense province du Katanga. Les deux hommes ont été très proches en 2003. C’est d'ailleurs Joseph Kabila qui a fait en sorte que Moïse Katumbi puisse rentrer de son exil sud-africain.
Aujourd’hui, le divorce est consommé. Le président perd un allié plutôt populaire dans cette immense région minière dont ils sont tous deux originaires. Il perd aussi un de ses leviers en termes de mobilisation et de financement, car l’ex-gouverneur est également le président du tout puissant Mazembe, l’un des clubs de foot favoris des Congolais et un homme d’affaires extrêmement riche.
Avec cette démission, la recomposition du champ politique en RDC prend une nouvelle tournure. Le petit groupe de sept partis qui a divorcé de la coalition au pouvoir il y a 15 jours se retrouve avec un potentiel parrain plutôt puissant. D’autant plus que trois autres figures politiques de ce groupe sont originaires du Katanga ce qui leur donne une assise plutôt solide dans cette région.
Résultat même si le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie parle «  d’un non évènement », « prévisible » et « attendu », ses conséquences elles risquent bien de faire bouger les lignes sur la scène politique congolaise. Hasard du calendrier ? Mardi matin, la plénière qui devait se tenir à l'Assemblée nationale a été annulée sans qu'une nouvelle date n'ait été annoncée."

° http://www.rfi.fr/afrique/20151001-rdc-congo-depart-moise-katumbi-katanda-pprd-kabila-cartes
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=13260:rdc-le-divorce-est-consomme-entre-joseph-kabila-et-moise-katumbi&catid=90:online-depeches
° http://7sur7.cd/new/presidentielle-2016-double-demission-de-katumbi-du-pprd-et-du-gouvernorat-le-gouverneur-du-katanga-accuse-j-kabila/
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-katumbi-rompt-les-amarres-avec-kablia/
° http://aujourd8.net/index.php/13-cogito-d-aujourd-hui/1934-demission-de-katumbi-du-pprd
° http://lepays.bf/demission-de-katumbi-du-pprd-kabila-saura-t-il-bien-lire-ce-signe-des-temps/

"RDC: Lambert Mende n’est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.radiookapi.net/2015/10/01/actualite/politique/rdc-lambert-mende-nest-pas-surpris-de-la-demission-de-moise-katumbi


° http://www.radiookapi.net/2015/10/01/actualite/politique/moise-katumbi-jai-une-lutte-faire-proteger-la-democratie-dans-notre
° http://www.lephareonline.net/apres-la-fronde-du-g7-moise-katumbi-kabila-cest-le-divorce/
° http://www.lephareonline.net/apres-la-fronde-du-g7-moise-katumbi-kabila-cest-le-divorce/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article5438
° http://www.radiookapi.net/2015/09/30/actualite/politique/demission-de-katumbi-du-pprd-un-acte-heroique-selon-kyungu-wa
° http://latempete.info/dans-une-declaration-politique-a-partir-de-son-twitter-moise-katumbi-accentue-les-exigences-du-g7/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article5437
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=202756&Actualiteit=selected
° http://www.radiookapi.net/2015/10/01/actualite/politique/rdc-33-ong-saluent-la-demission-de-moise-katumbi
° http://latempete.info/harcelement-et-represailles-contre-les-membres-du-g7-et-leurs-proches-au-katanga-denonces/
° http://www.radiookapi.net/2015/10/01/actualite/politique/richard-muyej-sur-la-demission-de-katumbi-personne-nest-indispensable




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 3/10/2015, 12:05 am, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Libre Examen le 2/10/2015, 2:14 am

Toute chose étant égale par ailleurs, d'où qu'on les regarde, où qu'on les situe, qu'ils soient aujourd'hui dans l'opposition ou au pouvoir, il ressort que le PPRD couvre désormais tout l'espace politique congolais. Le pouvoir et l'opposition sont aujourd'hui PPRD.

La partition se joue entre PPRD.

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  ndonzwau le 2/10/2015, 9:38 am

ENTRETIEN
"RDC : Moïse Katumbi entretient le flou sur sa candidature à la présidentielle en 2016"

° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/02/rdc-moise-katumbi-entretient-le-flou-sur-sa-candidature-a-la-presidentielle-en-2016_4781591_3212.html#p2Y9hfo2fdoA3tiE.99

PS

Permettez-moi, pour exprimer tout mon entendement sur la sortie de Katumbi, d'ajouter un codicille à mes propos dessus !
Je ne suis pas aussi naïf pour croire Katumbi religieusement patriote et démocrate n'ayant que le souci du salut du pays, quoi qu'il n'en dise pas assez sur son éventuelle candidature ne jurant que sur son souci de la préservation de notre jeune démocratie, c'est bien un politique et même un politicien, sa saillie est politique et politicienne : elle vise aussi son propre avantage personnel sur la scène politique !
Dans ce sens, je doute fort que sa sortie de la kanambie n'ait au préalable fait l'objet de concertations et appuis avec des forces et décideurs internes tus ici mais surtout étrangers...

J'ai dit, certaines puissances de la CI qui pèsent au Congo : je doute donc que derrière sa volte-face plus directe, il n'y ait un imprimatur international !
Sauf pour les naïfs, c'est là, qu'on l'approuve (toujours) ou pas, une réaliste et responsable précaution; l'avenir immédiat nous le prouvera bientôt notamment quand, comme je le crois, avancera dans sa volonté (et son objectif) d'un front démocratique autour de son initiative avec lui ou non comme "chef" proclamé de celui-ci !
Suivons par exemple les très probables nouveaux rassemblements venant de l'ancienne majorité (y compris ce fameux G7) mais aussi de l'opposition actuelle déjà quelque peu divisée que son initiative provoquera...



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 11/10/2015, 2:29 pm, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  djino le 9/10/2015, 5:36 pm



"
Moise KATUMBI aurait chassé les Juges " dixit Lambert MENDE ...  
Le départ des G7 est un non évènement ...
La cause des départs des G7 serait LA CHINE
Il faut kosomba Hélicoptère pour accéder au bureau de MENDE  Very Happy  Very Happy
Les Chinois construisent des Routes
Ba noko Miyibi Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Ba Belge MIYIBI Very Happy Very Happy Very Happy
KABILA LUMUBISTE Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 9/10/2015, 7:54 pm

Mad Surprised LES ATTAQUES CONTRE KATUMBI Shocked

Etrange, on tombe de plus en plus sur des attaques contre Katumbi Laughing Laughing On a fait venir un "chef coutumier" qui s´exprime comme un "communiste" (Voir sur le site Johnimagetv¤), même une page de Jeune Afrique s´attaque surnoisement á Katumbi en parlant de sa femme et son entreprise minière Surprised
Maintenant, on tombe sur Yves Kisombe, mis á part l´ex ministre de l´Interieur Muyej et le larbin Papy Tamba sans oublier Mende Surprised

¤ LUMBI ? Surprised


Le plus drôle dans cette affaire est le MSR de Lumbi..qui a démontré sa "loyauté" envers son leader ..dont les membres ont systematiquement demissionés...
Pire que tout la lettre du MSR à Minaku où ce parti declare tout haut faire partie du "Groupe de l´opposition" au Parlement Surprised

Observez que personne n´ose egratigner scratch scratch scratch Lumbi..detenteur des secrets d´État en matière de sécurité, pas même Mende n´ose scratch s´attaquer á Lumbi..
"Ils" avaient commencés avec "Baba" Kyungu, mais vu la détermination du viellard ils ont commencés á reduire l´intensité des attaques dans cette direction*

Maintenant, ils menacent Katumbi d´interdiction des voyages et de poursuites devant la "justice" lol! lol! Katumbi sejournant á Makala serait le "scenario" de rêve pour Mende et cie

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 9/10/2015, 8:43 pm

Smile PALAIS DU PEUPLE..& ROUTE Á USAGE UNIQUE Very Happy

Mr Mende..reconnait quand même que les routes chinoises sont á usage unique..et il a du mal á accèder á son bureau Sad Surprised

Pourquoi la Chine avec Mobutu pouvait construire le Palais du Peuple et le stade des Martyrs...mais serait incapable de construire une route qui resiste plus de 10 ans comme le Palais du Peuple Laughing

Mende "lumumbiste"


C´est le même Mende..ministre de Tshitshi..pendant la Conference Nationale..et membre du RCD-Goma pendant la seconde invasion du Congo par le Rwanda ? Sad Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 10/10/2015, 3:26 pm

Surprised ..MFUMU TOTO ..AUSSI Very Happy

Mfumu toto se ridicule pour une fois..quand il s´affiche comme l´un des mercenaires recrutés pour agresser Katumbi (Voir sur Johnimagetv Idea )

En effet, Mfumu Toto avec toutes ses théories sur la politique...ose inviter Katumbi dans un débat What a Face Question Katumbi possede un "bilan" fait des réalisations verifiables..á la place des diplômes des universités et des théories What a Face

L´une des dernières réalisations de Katumbu est une université qui porte le nom d´Augustin Mwanke:heart: I love you Quand Mfumu Toto passe son temps á "enseigner" des théories, Katumbi fait construire des infrastructures qui augmentent les connaissances des congolais:heart:


C´est un peu comme Eliezer face á Mende..quand il indique á Mende que le Palais du Peuple, le stade..où l´immeuble de la radio où se trouve le bureau de Mende..sont des réalisations solides qui resistent au temps rabbit drunken tandis que les routes á usage unique se transforment en lac après chaque pluie...


Mfumu Toto va se retrouver face á des routes, des hopitaux, des écoles, ...bref un bilan de Katumbi..plus visible que toutes les théories savantes drunken ..Rien qu´un mercenaire de plus affraid

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  ndonzwau le 11/10/2015, 2:14 pm

"RDC : « Moïse Katumbi sait-il vraiment ce qu’il veut ? »
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/08/rdc-moise-katumbi-sait-il-vraiment-ce-qu-il-veut_4785837_3212.html
Moïse Katumbi ira-t-il jusqu’au bout ? Pourra-t-il briguer la magistrature suprême ? Depuis que le puissant gouverneur du Katanga a démissionné du parti au pouvoir, le 29 septembre, les supputations vont bon train. A en croire certains observateurs, l’homme d’affaires sera bien candidat à l’élection présidentielle de 2016. L’intéressé, lui, n’a rien officiellement décidé. « Moïse Katumbi veut prendre le temps de réfléchir », confiait-il récemment dans un entretien au Monde.

Lire aussi : RDC : Moïse Katumbi entretient le flou sur sa candidature à la présidentielle en 2016

Après la fronde des sept formations politiques (le « G7 ») qui ont quitté la majorité, l’opposition a salué la démission de Moïse Katumbi. Sur Twitter, le docteur Denis Mukwege, renommé pour son aide aux victimes de violences sexuelles dans l’est du pays, a félicité un « geste sans précédent » qui pourrait « inaugurer une ère nouvelle où l’intérêt public passe avant l’intérêt privé ».
« Qu’on l’aime ou non, homme d’Etat ou pas, cet homme est extrêmement populaire, et sa popularité va bien au-delà du Katanga », résume un analyste politique congolais. Son bilan est « jugé largement supérieur à celui de n’importe quel autre gouverneur en RDC en matière de routes, d’écoles, d’accès à l’eau, à l’électricité, aux hôpitaux ». Par ailleurs, poursuit l’analyste, « il puise dans sa propre poche pour des actions d’intérêt général » et « n’aurait pas besoin (ou relativement peu) de voler l’argent de l’Etat ».

Double jeu ?

Reste que, dans un pays où les alliances se font et se défont, certains Congolais se demandent si Moïse Katumbi ne joue pas un double jeu. A l’image de Nina Kalumba*, qui travaille dans l’événementiel, et ne cache pas sa méfiance. Le président sortant, Joseph Kabila, et Moïse Katumbi sont des « oiseaux de même plumage », estime-t-elle.
Lors de son retour triomphal en décembre 2014, après plusieurs mois à l’étranger pour raison de santé, le patron du grand club de football Tout Puissant Mazembe avait expliqué en swahili que le peuple congolais ferait barrage à un « troisième penalty » — une métaphore interprétée comme un refus d’un éventuel troisième mandat de Joseph Kabila, qui ne peut se représenter en 2016, selon la Constitution, mais qui entretient le doute sur ses intentions. Après cette pique, « il aurait dû être le premier à quitter la barque » de la majorité, mais il n'en a rien fait, commente Olivier Mwila*, médecin. « Sait-il vraiment ce qu’il veut ? », s’interroge-t-il, faisant part de son « inquiétude » quant à la « versatilité » du personnage.

« On pourra ouvrir certains placards »

Dans le camp Kabila, l’affaire est traitée comme un « non-événement »« C’est normal qu’ils essaient de minimiser. Que peuvent-ils faire d’autre ? Ils tenteront probablement de l’accuser de détournements, corruption, abus de biens sociaux… », commente l’analyste congolais. Une plainte du président a été déposée contre le gouverneur en juin pour fraude douanière. « Maintenant qu’il est “libre”, on pourra ouvrir certains placards », confie Tryphon Kin-Kiey, ministre chargé des relations avec le Parlement. Lors d’une conférence de presse, Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, est allé plus loin : « Tout un lot de documents indicatifs de malversations » se trouve depuis un certain temps au parquet général, a-t-il mis en garde.
Moïse Katumbi, qui a déjà eu affaire à la justice, se dit en ordre avec la loi et prêt à en témoigner. La majorité risque, quoi qu’il en soit, de payer cher sa démission. « Beaucoup sont déjà avec lui, mais ils ne peuvent pas se dévoiler pour le moment », affirme un député du PPRD qui n’a guère d’estime pour le gouverneur. « Certains ont entrepris dans les coulisses de quitter le PPRD », renchérit l’expert lié à la Monusco, la Mission de l’ONU en RDC.

Le Katanga, riche région minière et poumon économique du pays, dont est aussi originaire Joseph Kabila, décidera-t-il pour le reste de la RDC ? Pas impossible. Deux pontes du « G7 », dont Gabriel Kyungu wa Kumwanza, sont aussi katangais. Preuve que la tension monte, le maire de la capitale provinciale, Lubumbashi, a interdit la marche de l’opposition qui devait avoir lieu le 10 octobre. « Compte tenu du climat politique particulier qui prévaut au pays et en vue de préserver (..) la paix et (…) la tranquillité dans notre ville (…), des manifestations publiques (…) ne sont pas opportunes en ce moment et ne peuvent être autorisées et ce, pour des raisons sécuritaires », a-t-il justifié.

*Les noms ont été changés à la demande des intéressés."


"AFRIQUE PRESSE
RDC: la démission de Moïse Katumbi, gouverneur du Katanga"

° http://www.rfi.fr/emission/20151010-rdc-demission-katumbi-gouverneur-katanga


"RDC : jusqu’où ira Moïse Katumbi ?
° http://www.jeuneafrique.com/mag/269603/politique/rd-congo-jusquou-ira-katumbi/
Ils s'épiaient depuis des mois. Aujourd'hui, en claquant la porte du parti présidentiel, le futur ex-gouverneur du Katanga affiche clairement ses intentions : défier Joseph Kabila. Nul doute que ce dernier l'attend au tournant.

Installez-vous confortablement, faites des provisions et, surtout, attachez vos ceintures. Ça risque de secouer. Le premier round de la campagne présidentielle congolaise vient de débuter, et c’est un poids lourd qui monte sur le ring : Moïse Katumbi. Le 29 septembre, le gouverneur du Katanga, 50 ans, a claqué la porte du parti du président Joseph Kabila. Dans un communiqué, il solde une collaboration de plus de dix ans avec le chef de l’État, sans retenir ses coups. « Tout est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution », accuse-t-il, avant de dénoncer « le recul généralisé des libertés individuelles » et les « dérives inacceptables » du pouvoir. « La guerre est déclarée, dans tous les sens du terme », réagissait un ministre influent au lendemain de l’annonce.
Hormis la brutalité de ses termes, l’annonce n’a pas vraiment surpris. Depuis plus d’un an, les deux hommes se jaugent, du coin de l’œil. Le premier geste de défi est venu de Katumbi, fin 2014, lorsqu’il a clairement signifié, en privé comme en public, qu’il ne suivrait pas Kabila dans une aventure extraconstitutionnelle. Selon la loi fondamentale en vigueur, le président accomplit en effet son dernier mandat, et celui-ci s’achève à la fin de 2016. Or il n’a jamais fait part, publiquement, de son intention de quitter le pouvoir…

Un plan bien préparé

La réaction de Kabila au défi lancé par Katumbi a été à son image : discrète et matoise. En janvier dernier, le gouvernement a d’abord ressorti de sa poche le projet de découpage des provinces. Celui-ci prévoit notamment la division du Katanga en quatre entités. Avec, pour conséquence, la disparition de la base politique de Katumbi. Bien que prévue de longue date, cette réforme a été mal préparée. Si bien que Kinshasa a finalement décidé que les nouveaux gouverneurs ne seraient plus élus, mais nommés. Outre son poste, Katumbi perdra donc toute influence sur les nouvelles entités, où il aurait pu placer ses hommes. Ultime étape : l’introduction, au Parlement, d’une loi ouvrant la voie à des référendums et donc, comme certains le pensent, à une modification de la Constitution.



Pour garder l’initiative, Katumbi n’avait plus d’autre choix que de sortir du bois. Le round d’observation est terminé, le voilà prêt à mettre à exécution sa stratégie. Celle-ci inclut une grande tournée à l’intérieur du pays précédant probablement une déclaration de candidature. Mais, d’abord, il compte constituer une large plateforme politique. On en voit déjà les premiers contours dans le « G7 », cette alliance de sept partis frondeurs, exclus de la majorité présidentielle à la mi-septembre. Leur lettre de mise en garde à Kabila, qui leur a valu exclusion, développait les mêmes arguments que ceux de Katumbi et faisait part des mêmes craintes.
Compte tenu de la proximité de ce dernier avec certaines figures du G7 – notamment avec Gabriel Kyungu wa Kumwanza, le président de l’assemblée provinciale du Katanga – il paraît difficilement concevable que ces initiatives n’aient pas été coordonnées. « Tout cela fait partie d’un plan très bien préparé », assure une source diplomatique occidentale à Kinshasa. Reste à savoir si Moïse Katumbi parviendra à attirer dans ses filets d’autres cadres de la majorité.

Moïse Katumbi a-t-il une chance d’accéder au sommet de l’Etat ?

Dans un pays aussi vaste et divisé que la RD Congo, cela ne suffirait de toute façon pas à le porter facilement jusqu’au sommet de l’État. Certes, sa présidence du club TP Mazembe de Lubumbashi et les résultats obtenus dans sa province l’ont rendu populaire. On ignore en revanche si ce point de départ est susceptible de susciter un véritable élan en sa faveur.

Pour avoir de bonnes chances de succès, Katumbi devra s’allier avec au moins un ténor de l’opposition

Dans ce pays fortement divisé entre Est swahiliphone et Ouest lingalaphone, le degré d’importance du soutien dont il bénéficie à Kinshasa et dans ses environs reste flou. Pour avoir de bonnes chances de succès, Katumbi devra s’allier avec au moins un ténor de l’opposition. Or, si des discussions sont en cours depuis plusieurs semaines, aucun accord n’a encore été scellé.
Jean-Pierre Bemba ? Il a beau être détenu par la Cour pénale internationale (CPI), ses partisans ne désespèrent pas de le voir revenir dans l’arène. Lors de l’élection présidentielle de 2011, il avait préféré rester neutre, jugeant insuffisants les nombreux appels du pied qu’on lui avait adressés. Étienne Tshisekedi ? Ces dernières semaines, l’homme d’affaires Katebe Katoto, le frère de Katumbi, l’a rencontré en Belgique, où il est en convalescence depuis près d’un an.
Mais le vieil opposant de 82 ans est peu enclin au compromis. « Un ticket serait intéressant pour nous, à condition que Katumbi soutienne notre candidature », indique un de ses proches. Pas gagné. Reste Vital Kamerhe, apprécié dans les grandes villes de l’extrême Est. Pour beaucoup d’opposants cependant, la fiabilité de cet homme, qui fut un des plus proches collaborateurs du président Kabila, reste sujette à caution.

Le plan de Joseph Kabila

Évidemment, Kinshasa fera tout pour faire capoter de telles alliances. Le président Kabila garde en effet de nombreux atouts en main, à commencer par la maîtrise du temps. Et rien n’indique qu’il soit prêt à se hâter. Le fameux « glissement » redouté par une bonne partie de la classe politique – la stratégie qui consisterait à laisser le calendrier électoral prendre du retard, pour prolonger le mandat du chef de l’État – a en réalité déjà commencé. Initialement prévues pour octobre 2015, les élections locales ne seront de toute évidence pas organisées avant l’année prochaine, au mieux.

Sans sa carapace de gouverneur, Katumbi est nu, assure Tryphon Kin-Kiey Mulumba

Katumbi aura-t-il assez de souffle pour tenir pareil marathon ? Sa fortune, acquise avant qu’il se lance en politique, passe pour considérable. Mais, en RD Congo, une campagne présidentielle coûte cher. Très cher. Kinshasa n’hésitera pas à s’en prendre à ses intérêts, notamment dans les mines et la logistique, et menace déjà d’ouvrir certains dossiers financiers. « Sans sa carapace de gouverneur, Katumbi est nu, assure Tryphon Kin-Kiey Mulumba, le ministre des Relations avec le Parlement. Quelqu’un qui a exercé ces fonctions a forcément des choses à se reprocher. » Voilà qui promet…
Cela étant, Katumbi a certainement pris ses précautions. Il a tout intérêt, désormais, à mettre une pression maximale sur le pouvoir afin que celui-ci respecte strictement le calendrier et la Constitution. C’est sur cet argument clé qu’il compte mobiliser l’alliance la plus large possible, des déçus de la majorité aux opposants radicaux, en passant par la société civile.
Il a déjà commencé à l’étranger, notamment en recrutant le cabinet de lobbying Akin Gump à Washington, qui plaide sa cause auprès du département d’État. Mining company of Katanga, sa société, dirigée par Carine Katumbi, son épouse, a déboursé pour cela plusieurs centaines de milliers de dollars. En réalité, les capitales occidentales sont déjà convaincues. Les Constitutions sont de plus en plus des textes sacrés…


Dans la famille Katumbi

Katebe Katoto, frère et mentor de Moïse Katumbi, fera-t-il bénéficier son cadet de son expérience politique ? Tous deux hommes d’affaires, ils ont marché dans les pas de leur père, Nissim Soriano, un Grec de confession juive. Mais Katebe Katoto, qui sert d’ores et déjà d’émissaire à son frère, en sait plus long sur le monde cruel de la politique. Au tournant des années 2000, il a été un membre très influent du RCD-Goma, une rébellion à l’époque proche du Rwanda.
Ce lien pourrait éveiller des soupçons dans l’Ouest du pays, où toute connexion réelle ou supposée avec Kigali est souvent utilisée à des fins politiciennes. Les origines burundaises de son épouse, Carine, qui a géré ses affaires tandis qu’il était gouverneur du Katanga, pourraient également être retenues contre lui. Dans une campagne où tous les coups seront permis, nul doute que son métissage lui sera également reproché. Même si Kabila lui-même est également attaqué par ses détracteurs sur ses prétendues origines rwandaises."


"Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique »"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.radiookapi.net/2015/10/05/actualite/politique/demission-de-katumbi-un-signe-de-prise-de-conscience-de-la-valeur

"RDC- présidentielle : Joseph Kabila sème le doute parmi ses alliés"
° http://geopolis.francetvinfo.fr/rdc-presidentielle-joseph-kabila-seme-le-doute-parmi-ses-allies-83339

"Mégestion au Katanga : chronique d’une enquête sabordée en 2013"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.digitalcongo.net/article/110590

° http://www.radiookapi.net/2015/10/07/emissions/linvite-du-jour/mgr-fulgence-muteba-commente-la-demission-de-moise-katumbi
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/02/rdc-moise-katumbi-entretient-le-flou-sur-sa-candidature-a-la-presidentielle-en-2016_4781591_3212.html
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=7996&rubrique=POLITIQUE
° http://www.radiookapi.net/2015/10/05/emissions/linvite-du-jour/vital-kamerhe-sur-la-demission-de-moise-katumbi-il-vaut-mieux
° http://groupelavenir.org/est-pris-qui-croyait-prendre-moise-katumbi-deballe/
° http://www.radiookapi.net/2015/10/04/actualite/politique/presidentielle-2016-lunafec-de-kyungu-est-favorable-une-candidature
° http://www.radiookapi.net/2015/10/03/actualite/politique/rdc-des-opposants-saluent-le-front-republicain-preconise-par-moise
° http://www.rfi.fr/emission/20151005-richard-muyej-non-respect-constitution-proces-intention-rdc-moise-katumbi-election
° http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-30/congo-s-katanga-governor-katumbi-resigns-from-ruling-party
° https://uk.news.yahoo.com/drc-influential-katanga-governor-moise-171652568.html
° http://www.digitalcongo.net/article/110597
° http://www.lesafriques.com/actualite/rdc-qui-a-peur-de-moise-katumbi-chapwe.html?Itemid=89
° http://www.africatopsports.com/2015/09/25/rd-congo-moise-katumbi-vole-au-secours-des-clubs-suspendus/



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  ndonzwau le 13/10/2015, 11:50 pm

"Le CDH fustige la campagne de dénigrement contre Moïse Katumbi à la RTNC
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10287
 Dans un communiqué daté du lundi 12 octobre 2015, l’organisation non gouvernementale "Centre des Droits de l’Homme et du Droit humanitaire" (CDH) se dit "profondément préoccupée par des propos injurieux et attaques personnelles dirigées contre Monsieur Moise Katumbi Chapwe" sur le média public la RTNC (Radio télévision nationale congolaise). Et ce en violation de la Constitution ainsi que de la législation régissant la presse au Congo-Kinshasa. Basée à Lubumbashi, cette ONG ne va pas par quatre chemins en épinglant l’animateur Jean-Pierre Lushima Djaté. "En effet, note le communiqué, en date du 04 octobre 2015 vers 10h00, heure locale de Lubumbashi, l’animateur Lushima Djaté a utilisé comme tribune, le plateau de la RTNC/Kinshasa dans son émission ’Congo-Histoire’, pour proférer des injures publiques à l’endroit de Monsieur Moise Katumbi Chapwe, le traitant notamment de voleur et de traître juif motif pris de sa double démission comme gouverneur du Katanga et président interfédéral du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD)".

Le CDH dit son étonnement de voir "cet agent payé par le trésor public" se permettre "en toute impunité d’utiliser un média public pour attenter à l’honneur et à la dignité d’un citoyen". Et de souligner l’impassibilité qu’affichent le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (Csac) et le ministère des Médias face aux agissements du sieur Lushima Djaté. Pour le CDH, le fait de démissionner d’un parti politique en l’occurrence le PPRD ou d’un poste de gouverneur ne peut en aucun cas constituer une "une infraction". En revanche, poursuit-il, l’utilisation de la "tribune d’un média public pour débiter des propos diffamatoires contre toute personne, est une violation des dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Pidcp) dûment ratifié par la République Démocratique du Congo". Il en est de même "de la Constitution et de la Loi organique No 11/001 du 10 janvier 2011 portant composition, attribution et fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication ainsi que de la Loi No 96/002 du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de la presse".

Après avoir déploré l’impunité dont bénéficie cet animateur de la part de la haute direction de la RTNC, le CDH de souligner que l’opinion congolaise "est scandalisée" par la sévérité à géométrie variable dont font preuve les pouvoirs publics en la matière. A titre d’illustration, il cite "la fermeture, en violation des procédures, des chaînes privées sans motif valable". C’est le cas notamment de la Radio-Télévision Lubumbashi Jua (RTLJ), qui émet depuis Lubumbashi dont la fermeture date de jeudi 20 novembre 2014 par un arrêté signé par... le directeur de cabinet du ministre des Médias. Motif invoqué : incitation de la population à la haine tribale. Dans ses recommandations, le CDH demande au ministère des Médias "de prendre des mesures disciplinaires exemplaires" tant à l’égard des dirigeants de la RTNC que de leur agent "pour les faits décriés qui ternissent l’image de la RDC". 
B.A.W


COMMUNIQUE DE PRESSE N°6M15/CDH/027

Ci-après le texte intégral du communiqué du "CDH" :

« L’ex-gouverneur du Katanga et président interfédéral du PPRD victime d’attentat à son honneur et à sa dignité par un agent de la RTNC/Kinshasa après sa double démission»(...)"





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Arafat le 14/10/2015, 9:33 am

ndonzwau a écrit:
"RDC : « Moïse Katumbi sait-il vraiment ce qu’il veut ? »
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/08/rdc-moise-katumbi-sait-il-vraiment-ce-qu-il-veut_4785837_3212.html
[b]Moïse Katumbi ira-t-il jusqu’au bout ? Pourra-t-il briguer la magistrature suprême ?
Il ira visiter JP Bemba ce vendredi à la CPI, on sent déjà l´idée d´une très grande coalition mais qui en sera le leader, Katumbi ou Kamerhe?

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Troll le 14/10/2015, 11:43 pm

Zik a écrit:


FRANCIS DE RETOUR...SANS DECEPTION



Thanks "ZIC"

Francis garde son profil et confirme cette guerre fratricide au sein de la "majorité" une fois de plus Même si ADDY nous a surpris un peu avec cette agressivité..où il a tenté á tout prix á empecher..pratiquement Francis de faire usage de son franc parler
Bien, cette une bonne "stratégie journalistique" d´acculer un homme politique, Francis a su faire face sans perdre la concentration
Rien de nouveau, Francis a toujours été comme il est**il a fait son combat á Kin et avec tous les risques pour sa securité* Nous ne le voyons pas changer son speech, même s´il doit se reserver d´aller affronter les "loups" á Kin

Mbuta ARAFAT

Si c´est vrai que Katumbi compte aller á la CPI voir JP Bemba sans surprise, dans son speech sur RFI Katumbi affirmait (sans se faire contredire**) qu´au Zaire, il n´y avait que 3 familles qui possedaient des entreprises privées viables: La famille Bemba, Moleka et Katebe Politiquement parlant, c´est une "ouverture" en direction de Moleka (UDPS-Kibasa*) et JP (MLC).

Notez en passant, que Katumbi avait cité le nom du général Mahele en disant que ce dernier est mort..avant tout pour avoir dit á Mobutu qu´il fallait laisser la démocratie s´installer au Zaire¤
Ceux qui sont assez curieux, peuvent retrouver le speech du général Donat Mahele á la Conférence Nationale study Ils vont decouvrir un message fort en faveur de la démocratie, un message qui est encore crédible en ce moment study


Le nom de Mahele dans les propos de Katumbi n´est pas un hasard quand on apprend de plus en plus que les généraux katangais affichent un low profil..et seraient en faveur d´une alternance l´an prochain:welcome:


Francis Wink ? Il va passer á l´offensive certainement...WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Arafat le 15/10/2015, 9:27 am

Troll a écrit:
Mbuta ARAFAT

Si c´est vrai que Katumbi compte aller á la CPI voir JP Bemba sans surprise, dans son speech sur RFI Katumbi affirmait (sans se faire contredire**) qu´au Zaire, il n´y avait que 3 familles qui possedaient des entreprises privées viables: La famille Bemba, Moleka et Katebe Politiquement parlant, c´est une "ouverture" en direction de Moleka (UDPS-Kibasa*) et JP (MLC).
Tiens! en citant ces 3 familles, ne fallait-il pas qu´il ajoutât aussi les familles Dokolo et Kisombe? Bon, tout dépend de la periode à laquelle Katumbi faisait allusion.

Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Mathilde le 16/10/2015, 8:48 pm

Marie Ange Mushobekwa : Katumbi et le G7 avaient accepté la révision de la constitution en 2011


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: DECLARATION POLITIQUE DE MOISE KATUMBI A L'OCCASION DE SA DEMISSION DU PPRD - CRITIQUE PROFONDE DU REGIME KABILA

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:03 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum