Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Troll le 13/1/2016, 1:08 am

Cool Sorry

Empereur, nous n´avions pas l´intention de transformer cette réflexion de la guerre entre l´Apareco et Peuple Mokonzi en une page facebokk Sad où on nous montre un vieux Tshitshi..qui n´est plus capable d´aligner une phrase pendant 3 minutes*

La petite question qu´il faut se poser est si simple: Pourquoi les congolais vont faire confiance á quelqu´un qui a negocié en secret sans transparence avec Kanambe á Venise, Ibiza, La Haye et Bruxelles? Lol Surprised

Pathetique, car selon la VOA, Tshitshi a preparé son speech pendant 4 jours..un speech de 3 minutes où ses performances ont été horribles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Mathilde le 13/1/2016, 1:28 am

Hiro-Hito a écrit: le vieux looks good

Yeah HH...tala kaka


Richard Richetempete Edtv

LA JOIE D'ÊTRE UN TSHISEKEDISTE CONVAINCU.
Nazo seka po naza na esengo ya makambu na yokaki, non,le vieux est vraiment exceptionnel. Hé!



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Libre Examen le 13/1/2016, 1:36 am

Troll a écrit:Cool Sorry

Empereur, nous n´avions pas l´intention de transformer cette réflexion de la guerre entre l´Apareco et Peuple Mokonzi en une page facebokk Sad où on nous montre un vieux Tshitshi..qui n´est plus capable d´aligner une phrase pendant 3 minutes*

La petite question qu´il faut se poser est si simple: Pourquoi les congolais vont faire confiance á quelqu´un qui a negocié en secret sans transparence avec Kanambe á Venise, Ibiza, La Haye et Bruxelles? Lol Surprised

Pathetique, car selon la VOA, Tshitshi a preparé son speech pendant 4 jours..un speech de 3 minutes où ses performances ont été horribles


HH, oza wapi ? Troll azoluka yo, oya kokata makambu... kiekiekie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Mathilde le 13/1/2016, 1:54 am





_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Cavalier le 13/1/2016, 3:32 am

En observant de plus pres Le monde politique Congolais depuis un certain temps, l'on ne peut s'empecher de constater a quel point La Corruption a subitement transforme Le Combat ou La Resostance Dans La Diaspora...Ce qui laisse d'ailleurs a croire que La Veritable Opposition Politique ou GROUPE DE PRESSIONS POLITIQUES CONTRE LE Pouvoir en place, celui de Kabila provenait sans aucun doute de la DIASPORA...Et cette bande de Kamerhe & cie l'en ont accaparee au profit de la Kabilie...et au detriment du Peuple...

Car Soyons Claire & net Qui fait plus peur a Kabila, est-ce Kameleon ou Ngbando? Question

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Hiro-Hito le 13/1/2016, 6:30 am

Ndeko Troll,
c'est vrai que ce sujet concernait la guerre entre l'APARECO et le groupe peuple Mokonzi, et les supports mediatiques qui ont ete utilise critiquaient Tshisekedi, auriez vous voulu que les gens ne disent rien?
Si pour demander a ce qu'on efface tt ce qui est hors-sujet, vous en profitez pour faire un coup bas, ne serait-il pas juste que les gens aussi repondent aux commentaires que vous faites?
Qd vous posez la question de savoir si les gens peuvent faire confiance a Tshisekedi qui semble incoherent, croyez vous q'il serait juste d'empecher les autres de donner un autre son de cloche?

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Libre Examen le 13/1/2016, 3:30 pm

Troll a écrit:
Libre Examen a écrit:Bongo ba résistants patriotes congolais bazalaki wapi na 1997

[...]

Avant ces images de Tshitshi, il y avait aussi..un voyage á Nice..pour aller saluer pour la dernière fois Mobutu malade et mourant** Surprised

[...]
¤ En passant, juste en passant un peu de memoire dans votre café du matin

"Au plus fort de la guerre dite de libération, en novembre 1996, je me suis rendu à Cap Martin en France, pour y rencontrer le Président Mobutu malade, pour obtenir de sa part qu’il comprenne la réalité des enjeux de l’époque, qu’il organise son retrait de façon harmonieuse et qu’il permette aux forces réelles de l’opposition politique que je représentais, d’organiser des négociations avec les rebelles afin d’éviter des morts inutiles et la fragilisation de notre souveraineté nationale. Ma démarche avait été incomprise sinon, méprisée et vilipendée.

Rappelez-vous également de mes propositions faites en mars 1997, lorsque face au désespoir dû à l’avancée des rebelles, le Président Mobutu s’était résolu à le laisser diriger le gouvernement suivant la volonté du peuple. Tout en suggérant sa neutralité à la tête de l’Etat, j’avais proposé la mise sur pied d’un gouvernement d’union regroupant paritairement l’opposition et les rebelles. J’avais également demandé que fut suspendu le parlement de transition qui n’avait manifestement plus de justification politique avec l’occupation aux ¾ du territoire par les rebelles et les forces étrangères. Là aussi, mes propositions ont été balayées par ceux-là même à qui nous voulions offrir une sortie acceptable et ordonnée, en prélude à la réconciliation à venir. Ils ont préféré être emporté quelques semaines plus tard par la force du fusil, dans l’humiliation la plus totale. Nombre d’entre eux se sont ensuite convertis à leur tour en pseudo libérateurs, entrainant dans leur élan d’avidité, l’érosion nationale et les guerres à répétition, dont les victimes  se comptent en millions de morts".



Etienne Tshisekedi

Ya Tshitshi, quelle plume !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Troll le 14/1/2016, 3:23 pm

Hiro-Hito a écrit: Ndeko Troll,
c'est vrai que ce sujet concernait la guerre entre l'APARECO et le groupe peuple Mokonzi, et les supports mediatiques qui ont ete utilise critiquaient Tshisekedi, auriez vous voulu que les gens ne disent rien?
Si pour demander a ce qu'on efface tt ce qui est hors-sujet, vous en profitez pour faire un coup bas, ne serait-il pas juste que les gens aussi repondent aux commentaires que vous faites?
Qd vous posez la question de savoir si les gens peuvent faire confiance a Tshisekedi qui semble incoherent, croyez vous q'il serait juste d'empecher les autres de donner un autre son de cloche?

confused Sleep Empereur HH

L´idée avec ce sujet était d´analyser la confrontation entre Apareco et Peuple Mokonzi drunken drunken Nous ne savons pas comment Tshitshi et l´Udps se sont retrouvés dans ce sujet drunken confused

Certains intervenants recherchent un "contact" avec Troll semble-t-il drunken Vous allez retrouver la même "diversion" drunken sur le sujet "Front Al Nosra" où on invite Tshitshi de gré ou de force drunken

Vous pouvez "deplacer" certaines interventions dans les sujets qui sont plus..orientés vers Tshitshi..ou l´Udps..Si vous ne pouvez pas le faire..tant mieux drunken affraid

sunny mr NGBANDA S´EST-IL TROMPÉ CETTE FOIS ICI EN S´ATTAQUANT AU "FRONT" drunken


C´est l´impression que nous avons de plus en plus.. albino ce que ceux qui étaient au Senegal sont des gens...qui possedent une certaine reputation..et possedent des ressources politiques, intellectuelles ou morales..qui comptent albino

http://congomikili.com/exclusivisite-congo-na-biso-president-freddy-matungulu-reagit-aux-campagnes-de-mensonge-sur-le-front-citoyen/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  ndonzwau le 14/1/2016, 3:47 pm

"Questions directes à Floribert Isiloketshi Anzuluni
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10508
 
 
Floribert Isiloketshi Anzuluni, Coordonnateur du "Front Citoyen 2016".

Lors de sa sortie officielle le 19 décembre 2015, simultanément à Bruxelles et à Kinshasa, la toute nouvelle coalition «Front Citoyen 2016» - qui regroupe des partis politiques, des personnalités politique et des activistes de la Société civile - avait indiqué, par la voix de certains de ses initiateurs, que la coordination de ses activités sera assurée par la Société civile. La promesse est tenue. Samedi 9 janvier, le Mouvement a rendu public sa Charte. Agé de 33 ans, licencié en sciences politiques, Floribert Isiloketshi Anzuluni du collectif Filimbi a été désigné Coordonnateur du « Front ». L’avocat Jean-Claude Katende, président de l’association de défense des droits humains (Asadho), en est le porte-parole. Fils de l’ancien président du Conseil législatif, Anzuluni Bembe Isilonyonyi, « Floribert » répond à quelques questions de Congo Indépendant. Interview.

Comment avez-vous accueilli votre désignation en qualité de Coordonnateur du « Front Citoyen 2016 » ?

J’ai accueilli cette désignation - décidée par les frères et compatriotes de la Société civile et autres membres du Front - avec un grand sens de responsabilité. Je tiens à préciser qu’il s’agit de la coordination d’une structure technique d’appui aux actions que les membres du Front Citoyen 2016 doivent mener ensemble. C’est une lourde tâche de jouer le rôle de facilitateur et de modérateur de toute la coordination qui agira de manière collégiale. 
Pourquoi vous plutôt qu’un autre ?
Pourquoi moi ? Je dis tout de suite que ça aurait pu être une autre personne. C’est l’engagement du Mouvement Citoyen Filimbi qui a été finalement reconnu à travers ma désignation. Ce geste va au-delà de ma personne. Il me semble que les membres du Front ont voulu saluer le travail que nous avons abattu jusqu’à ce jour en tant que Collectif, en tant que Mouvement, avec Yangu Kiakwama, Franck Otete et d’autres amis qui sont à Kinshasa. 


On entend parler de « Filimbi » et de « Lucha ». S’agit-il d’une seule et même organisation ?
Filimbi et Lucha sont deux mouvements qui ont été créés à des moments différents. Aujourd’hui, les deux organisations sont extrêmement liées et travaillent en partenariat. Elles poursuivent le même objectif qui consiste à engager les citoyens congolais à devenir des acteurs dans tout le processus de conception et de mise en œuvre des politiques publiques. Le but est que les citoyens exercent une certaine influence sur les décisions politiques afin que celles-ci bénéficient à l’ensemble de la population. 
Quel est votre parcours ?
Je suis né le 5 janvier 1983. J’ai passé mon enfance et ma jeunesse entre Kinshasa, la Belgique et le Canada où j’ai obtenu, en 2006, mon diplôme en sciences politiques à l’université de Montréal. J’ai regagné aussitôt le Congo où j’ai commencé ma carrière dans le secteur bancaire. J’ai débuté dans une banque sud-africaine la « Standard Bank » avant de rejoindre la filiale congolaise de l’Ecobank où j’ai assumé les fonctions de directeur des "Risques" au cours des quatre dernières années. 
Avez-vous des regrets d’avoir perdu une si belle situation du fait de votre engagement dans un groupe de pression? 
Pas du tout ! C’est une question qui m’est souvent posée. Je ne regrette rien. Nous sommes convaincus avec d’autres amis que la cause pour laquelle nous nous battons est juste. Nous n’avons commis aucun crime ni délit. Nous avons joué notre rôle en tant que citoyens. Nous continuons à agir légalement dans le respect de la Constitution. Ce qui me préoccupe le plus c’est l’éloignement avec ma famille, mon épouse et mon fils. 

Revenons à la journée du 15 mars 2015. Que ce qui s’est passé ?
Ce qui s’est passé est assez scandaleux. On a assisté à une répression de plus des services de sécurité. Le 14 et 15 mars 2015, nous avons organisé le lancement du Mouvement Citoyen Filimbi en partenariat avec nos amis de la Lucha. Nous avons associé les mouvements « Balai Citoyen » du Burkina Faso et « Y en a marre » du Sénégal. Toutes les formalités ont été accomplies auprès des autorités compétentes. La commune de Masina avait même mobilisé trois agents de la police pour sécuriser le lieu. Nous nous apprêtions à organiser un atelier, une conférence de presse et un concert populaire. L’objectif était de lancer le Mouvement et d’entamer des actions sur le terrain. Des agents de sécurité ont aussitôt fait irruption sur le lieu en procédant à l’arrestation et la détention pendant plus d’une semaine d’une quarantaine de personnes y compris les amis venus du Sénégal et du Burkina. Ceux-ci ont été libérés sur intervention de leurs présidents respectifs. A ce jour, nous avons deux camarades, Yves Makwambala et Fred Bauma, qui sont toujours illégalement détenus. Cela fait neuf mois. Ils ont passé, dans un premier temps, 40 à 50 jours dans les geôles secrètes de l’Agence nationale de renseignements avant d’être écroués à la prison de Makala. Ils sont accusés de «tentative de coup d’Etat», « tentative de renversement des institutions », « atteinte à la vie du chef de l’Etat » et tant d’autres accusations très graves. Des accusations soutenues, à ce jour, par aucune preuve. Une Commission parlementaire mise sur pied à l’Assemblée nationale a conclu qu’il n’y avait aucun indice pouvant laisser croire que les actions menées par Filimbi et Lucha étaient « subversives » ou « terroristes ». 
Comment se portent "Yves" et "Fred" ?
Nous recevons de leurs nouvelles par personnes interposées. Ils vont bien au plan physique. Moralement, c’est assez difficile. Mais ils assument leur engagement. 

Que répondez-vous au ministre de la Communication et des médias Lambert Mende qui avait qualifié la réunion organisée mi-mars à Kinshasa de « complot » contre le pouvoir en place ?
C’est une accusation grave et inacceptable d’autant plus qu’elle émane du porte-parole du gouvernement qui est censé par ailleurs la personne désignée pour porter finalement la parole de tout un Etat. Nous condamnons fermement ces propos. Le pouvoir en place a probablement paniqué étant donné qu’on s’achemine vers l’expiration du second et dernier mandat du président Kabila. 
Vous avez participé à la réunion qui s’est tenue du 11 au 14 décembre de l’année dernière à l’Ile de Gorée, au Sénégal. Que répondez-vous à l’administrateur général de l’ANR, Kalev Mutondo, qui a rédigé une « note » dans laquelle il qualifie cette rencontre de « séminaire d’endoctrinement » voire de « messe noire » ? 
(Rires). Ce sont des propos scandaleux qui démontrent, une fois de plus, la politisation des services de renseignements. L’ANR qui doit être au service de la sécurité nationale est réduite au rang de police politique. La note rédigée par l’administrateur général de cette Agence ne contient aucune analyse. On y trouve des informations brutes recueillies principalement sur les réseaux sociaux. Des photos récupérées sur Facebook sont présentées comme des preuves d’action subversive. Ce genre d’agissement montre à quel point nos « services » se comportent de manière très peu professionnelle. Grande a été notre surprise d’entendre le président de l’Assemblée nationale, le ministre de la Communication et médias ainsi que les « communicateurs » de la majorité relayer le contenue de la fameuse note. Je rappelle que la conférence tenue à l’Ile de Gorée, au Sénégal, était une rencontre connue. Le président de l’Assemblée nationale avait d’ailleurs signé des autorisations de sortie en faveur des députés invités. Cette réunion avait pour but de partager les expériences avec d’autres pays africains qui ont réussi le processus de l’alternance politique. C’est un secret de Polichinelle de relever que la RDC se trouve dans une situation préoccupante. Il est important que toutes les forces politiques et sociales - qui estiment que les autorités congolaises veulent bloquer cette alternance - se retrouvent, échangent et partagent les expériences. Il s’agit d’éviter le chaos en République démocratique du Congo et surtout d’imposer cette alternance qui est constitutionnelle. 


Qu’avez-vous tiré comme enseignement après les échanges avec les ressortissants des autres nations ? 
Nous avons tiré deux enseignements essentiels. Primo : la nécessité d’un rassemblement de toutes les forces qui exigent le changement. Secundo : l’obligation pour les leaders politiques de faire "mourir" leur «moi» en mettant de côté les égos. Il est complètement inapproprié aujourd’hui de mettre le positionnement politique en avant alors que l’alternance n’est guère garantie. Nous devons, tous, mettre nos ambitions personnelles et nos intérêts de côté. Le jeu politique pourra reprendre dès que l’alternance deviendra réalité. 
Croyez-vous à la loyauté et au respect de la parole donnée de la part du personnel politique?
Il ne s’agit même pas de regarder, à ce stade-ci, les cœurs des uns et des autres. Il est sûr que ces politiciens sont rassemblés avec le reste de la Nation congolaise. Ils sont, de ce fait, entrain de mener le même combat pour le respect de la Constitution et le respect de l’alternance. Ce combat a un impact sur le pouvoir en place. Celui-ci a compris que cette fois-ci, la Nation congolaise, à travers les représentants des forces politiques et sociales et des personnalités, est rassemblée et décidée à agir ensemble. 
Que répondez-vous à ceux qui mette en doute la sincérité de votre engagement au motif, allèguent-ils, que vous auriez des liens d’alliance avec un membre du pouvoir kabiliste ?
(Rires). C’est une information officielle. Je suis le beau-fils de François Mwamba Tshishimbi. Cette situation n’a pas empêché que je sois pourchassé dans mon propre pays par des agents de renseignements. J’ai vécu en clandestinité dans mon propre pays avant de quitter le territoire national dans des conditions assez particulières. Je vis depuis dix mois en exil en Belgique. Chacun d’entre nous a sa manière de voir le présent et l’avenir du Congo. Ceux qui se posent des questions à mon sujet devraient savoir qu’avant d’être le beau-fils de M. François Mwamba, je suis le fils d’Anzuluni Bembe Isilonyonyi... 

Y a-t-il un événement particulier qui a déclenché en vous la volonté de militer dans un groupe de pression.
C’est simplement l’amour du Congo et l’attachement à ma patrie. A titre d’exemple, j’ai regagné le pays deux semaines après avoir terminé mes études universitaires au Canada. Et ce contre l’avis des parents et des autres membres de la famille. Dans ma vision, je dois contribuer à la construction de ma pays. 
Vous avez été sélectionné avec deux autres Congolais parmi les « jeunes leaders » du continent qui avaient rencontré le président Barack Obama, en 2010, à Washington. Qu’avez-vous retenu de cette rencontre ?
Ce qui a importé pour moi à l’issue de cette rencontre c’est la « mise en réseau » avec d’autres Africains dans les différents segments tant au plan que social. Des contacts ont été établis avec ceux qui ont déjà fait preuve d’un niveau d’engagement et qui font face à des réalités et des contraintes que nous-mêmes en RDC ne connaissons pas. C’est bien cet aspect qui a été le plus intéressant. Nous partageons nos expertises et expériences. 
Lors de sa sortie le 19 décembre 2015, le Front Citoyen 2016 s’est fixé deux dates qui ressemblent à des ultimatums : le 31 janvier de l’année en cours pour la publication du calendrier électoral par la CENI et le 10 février pour le démarrage du nettoyage du fichier électoral. Que fera le Front au cas où la CENI (Commission électorale nationale indépendante) et le gouvernement répondaient par le silence ?
Je dois d’abord préciser que le Front Citoyen 2016 mène et va continuer à mener ses actions dans le strict respect de la Constitution et des lois de la République. Le Front n’est pas une organisation terroriste. Je dois ensuite rappeler que la Constitution impose au président de la République l’organisation d’élections, principalement l’élection présidentielle, à un moment précis. A savoir : quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du président de la République. Il s’agit d’une exigence constitutionnelle. Le non-respect de celle-ci est constitutif de violation de la Constitution. C’est de la haute trahison. Cette même Constitution donne aux Congolais le pouvoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui veut exercer le pouvoir par la force. Passé les deux délais précités, il sera très clairement établi que l’élection présidentielle pourra difficilement être organisée dans les délais constitutionnels. Nous aurons atteint ce que nous appelons «la ligne rouge». 

Vous connaissez la fameuse phrase de Staline : «Le Pape, combien de divisions ?». Quels sont les moyens de pression dont dispose le Front? 
Il existe plusieurs moyens de pression. Je vous dis tout de suite qu’il s’agit de moyens non-violents. 
Dans une récente déclaration, le président de la CENI a appelé un « consensus » pour aller à des « élections apaisées ». Votre réaction ?
C’est une prise de position pour le moins surprenante. La CENI est une institution technique qui doit se limiter à se conformer à la Constitution. Elle n’a pas à poser des préalables. Il est clair qu’à l’instar de l’ANR, la CENI ne fait que jouer le jeu du pouvoir en place. 
Dans un communiqué daté du 6 janvier 2016, le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu, a démenti l’appartenance de ce parti au Front. S’agit-il d’un premier «raté» qui affecte la nouvelle coalition ? 
Vous me permettrez de ne pas interférer dans les déclarations internes de l’UDPS du président Etienne Tshisekedi que les Congolais appellent « le père de la démocratie » de notre pays. Je tiens cependant à dire que Monsieur Felix Tshisekedi - qui est le secrétaire national de l’UDPS chargé des Relations extérieures - a été mandaté pour prendre part non seulement à la conférence organisée à l’Ile de Gorée mais aussi pour signer la déclaration conjointe portant création du Front. Je vous assure néanmoins que nous avons eu une entrevue avec le président Tshisekedi wa Mulumba. Il a eu ces mots : « Mes enfants, je vous encourage dans votre initiative. Je soutiens pleinement cette démarche. Je sais que votre tentative de réunir les leaders politiques est loin d’être facile. Je vous félicite pour ce que vous avez déjà accompli ». 


Selon des bonnes sources, le pouvoir kabiliste procède à une vaste «militarisation» de certaines provinces. C’est le cas notamment de la ville de Kinshasa, de la province du Bas Congo et des anciennes provinces du Katanga et de l’Equateur. Les mêmes sources font état de l’installations des caméras de surveillance dans la capitale mais aussi de la présence des troupes étrangères à Lubumbashi, Kitona, Boma, Moanda et Maluku. Avez-vous entendus ces informations ? 
J’ai non seulement entendus ces informations mais des parents et autres connaissances ont vu « défiler » des véhicules anti-émeutes et des caméras de surveillance dans certains coins de la capitale. Nous allons sensibiliser non seulement les récalcitrants de la majorité mais aussi les militaires, les policiers et les agents de renseignements afin qu’ils n’obtempèrent pas aux ordres illégaux qui leur seront donnés. 
Que pensez-vous de ceux qui allèguent que « Joseph Kabila » est décidé à faire couler le sang pour rester au pouvoir ? Devrait-on les qualifier d’alarmistes ?
Nullement ! La réalité semble confirmer cette thèse-là. Il est, en effet, difficile de comprendre qu’un chef d’Etat qui arrive à la fin de son dernier mandat se mette à « sur-militariser » le pays. Cette « sur-militarisation » constitue la preuve que le chef d’Etat dont question est prêt à se battre. Question : se battre avec qui ? Nous aurions compris une telle militarisation si elle avait pour but de renforcer les troupes présentes notamment à Beni où plus de 600 de nos concitoyens ont été massacrés depuis le mois d’octobre 2014. C’est bien étrange que ce déploiement ait lieu à Kinshasa ou à Lubumbashi où il n’y a aucun conflit armé. Nous demandons au président Kabila de ne pas tomber dans ce piège en respectant Constitution. Je voudrais saisir l’occasion que vous m’offrez pour faire appel à tous les citoyens congolais vivant au pays où à l’étranger pour qu’ils adhèrent massivement au "Front Citoyen 2016". Le Front est avant tout un "esprit". Le Front n’appartient pas uniquement aux personnes qui ont signé la Charte formellement. Nous demandons à tout citoyen congolais qui estime que l’alternance est primordiale et constitue une priorité pour permettre à la République démocratique du Congo d’entrer véritablement dans une phase de développement - pour l’amélioration de la qualité vie de chaque Congolais -, de venir se rassembler avec les autres dans le Front.


Que doit-on faire concrètement pour adhérer au Front?
Au Congo, il y a un bureau qui a été mis en place au siège de l’Asadho à Kinshasa. C’est le premier point focal. A l’étranger, il y a une adresse mail : frontcitoyen2016@gmail.com. Au fur et à mesure, nous allons élargir les points focaux à travers toute la République et la diaspora."





Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Troll le 14/1/2016, 4:28 pm

Sad Razz VOICI UNE PREUVE DE PLUS CONTRE NGBANDA

Recherchez la vidéo sur Manda Mobutu parle á coeur ouvert avant sa mort Embarassed Embarassed suivez á partir de - 48:45

pale pale Selon Manda Mobutu pale Les pillages étaient le signal le plus fort rabbit bounce bounce

Vous trouverez sans doute justifié l´argument de l´incompetance de Nbganda qui avait été designé specialement pour resoudre la crise sécuritaire après les premières pillages pirat

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Troll le 16/1/2016, 1:12 am

Après le "prêtre" , voici un "militaire" qui reduit la propagande d´Apareco ..

Á écouter avec..plaisir..

http://desc-wondo.org/fr/jean-jacques-wondo-aborde-lactualite-en-rdc-au-mpb/
sunny

Nous avons été à Kin lors des premières pillages cherry king Nous n´avons pas vu l´impact du leader d´Aperco comme "ministre de la Défense"..au contraire, il avait été incompetant..malgré ses orgines tribales*

Lokuta oyo e koma "bible" drunken

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Libre Examen le 16/1/2016, 3:04 am

Troll a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Ndeko Troll,
c'est vrai que ce sujet concernait la guerre entre l'APARECO et le groupe peuple Mokonzi, et les supports mediatiques qui ont ete utilise critiquaient Tshisekedi, auriez vous voulu que les gens ne disent rien?
Si pour demander a ce qu'on efface tt ce qui est hors-sujet, vous en profitez pour faire un coup bas, ne serait-il pas juste que les gens aussi repondent aux commentaires que vous faites?
Qd vous posez la question de savoir si les gens peuvent faire confiance a Tshisekedi qui semble incoherent, croyez vous q'il serait juste d'empecher les autres de donner un autre son de cloche?

confused Sleep Empereur HH

L´idée avec ce sujet était d´analyser la confrontation entre Apareco et Peuple Mokonzi drunken drunken Nous ne savons pas comment Tshitshi et l´Udps se sont retrouvés dans ce sujet drunken confused

Certains intervenants recherchent un "contact" avec Troll semble-t-il drunken  Vous allez retrouver la même "diversion" drunken  sur le sujet "Front Al Nosra" où on invite Tshitshi de gré ou de force drunken

Vous pouvez "deplacer" certaines interventions dans les sujets qui sont plus..orientés vers Tshitshi..ou l´Udps..Si vous ne pouvez pas le faire..tant mieux drunken affraid

sunny mr NGBANDA S´EST-IL TROMPÉ CETTE FOIS ICI EN S´ATTAQUANT AU "FRONT" drunken


C´est l´impression que nous avons de plus en plus.. albino ce que ceux qui étaient au Senegal sont des gens...qui possedent une certaine reputation..et possedent des ressources politiques, intellectuelles ou morales..qui comptent albino

http://congomikili.com/exclusivisite-congo-na-biso-president-freddy-matungulu-reagit-aux-campagnes-de-mensonge-sur-le-front-citoyen/

N'avait-on pas fait allusion aux événements du 16 février 1992 dans ce sujet ? Nous veut-on faire croire que ces événements ne concernent que Peuple Mokonzi et Honoré Ngbanda ? Peut-on nous assurer que ceux qui, aujourd'hui, font partie du Peuple Mokonzi ont marché avec le peuple le 16 février 1992 ? Peut-on nous assurer que parmi eux, il n'y en pas qui faisait partie de la Garde Civile ou de DSP ?

Nous, nous savons qu'Etienne Tshisekedi était avec le peuple ce 16 février 1992. Nous, nous savons que des combattants de l'UDPS étaient avec le peuple ce 16 février 1992. Nous, nous savons que déjà, en 1997, qu'Etienne Tshisekedi dénonçait déjà, à Kinshasa en pleine vue et non d'om ne sait quelle profondeur des eaux. Voilà les circonstances et le sens de notre intervention.

Mais face à ces faits avérés et vérifiables par tous, on s'est employé en réponse à les dénigrer, à s'en prendre à l'état d'un homme de 83 ans et en affirmant qu'il n'y a plus beaucoup de Congolais qui lui font confiance. En réponse à cette affirmation qui vaut ce qu'elle vaut, on a montré avec image à l'appui qu'il y avait quand quelques Congolais et non de moindre qui lui font confiance au point de chercher sa compagnie et de prendre des photos avec lui.

Nous disons tout simplement que dans un forum une réponse en appelle une autre et tant qu'on est dans les règles, il n'y a pas des raisons d'aller pleurnicher auprès des administrateurs.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Troll le 16/1/2016, 10:55 am

Cool Mister LIBRE

Vous vous trompez des débats..

1960 Premier coup d´État de Mobutu..Tshitshi n´était pas avec le "peuple"..et Ngbanda n´avait même pas commencé les études universitaires..Troll n´étais pas encore né..

1965 Second coup d´État de Mobutu.. Tshitshi n´était pas avec le "peuple".a contraire..

1967 Fondation du MPR..Tshitshi, l´un des fondateurs du MPR n´était pas avec le "peuple"

1969.. Massacre des étudiants de Lovanium..Tshitshi n´était toujours pas avec le "peuple" au contraire. Nbganda est sans ´doute étudiant..

2015 Ibiza, Venise, La Haye et Bruxelles..Tshitshi n´est toujours pas avec le "peuple" quand il negocie avec Kanambe Lol

Entre 1960..et l´an 2015, même scenario, la misma historia, historia recycla, lo mismo scenario..Rien de nouveau sous le soleil au Congo..

2016Maintenant, Tshitshi doit se decider d´être avec le "peuple" en étant dans la rue pour défendre la constitution..le reste n´est que passe temps et diversion sans impact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Libre Examen le 16/1/2016, 3:53 pm

Troll a écrit:Cool Mister LIBRE

Vous vous trompez des débats..

1960 Premier coup d´État  de Mobutu..Tshitshi n´était pas avec le "peuple"..et Ngbanda n´avait même pas commencé les études universitaires..Troll n´étais pas encore né..

1965 Second coup d´État de Mobutu.. Tshitshi n´était pas avec le "peuple".a contraire..

1967 Fondation du MPR..Tshitshi, l´un des fondateurs du MPR n´était pas avec le "peuple"

1969.. Massacre des étudiants de Lovanium..Tshitshi n´était toujours pas avec le "peuple" au contraire. Nbganda est sans ´doute étudiant..

2015 Ibiza, Venise, La Haye et Bruxelles..Tshitshi n´est toujours pas avec le "peuple" quand il negocie avec Kanambe Lol

Entre 1960..et l´an 2015, même scenario, la misma historia, historia recycla, lo mismo scenario..Rien de nouveau sous le soleil au Congo..

2016Maintenant, Tshitshi doit se decider d´être avec le "peuple" en étant dans la rue pour défendre la constitution..le reste n´est que passe temps et diversion sans impact

Sir Troll,

Si je vous comprends bien, vous acceptez et reconnaissez qu'Etienne Tshisekedi était avec le peuple le 16 février 1992. De ce fait, vous reconnaissez donc que dans sa longue vie, il aura été au moins une fois dans sa vie avec le peuple. C'est bien cela que nous avons démontré.

Cela étant établi, vous êtes libre de croire et d'être profondément convaincu que ceux qui sont pour le dialogue sont contre le peuple et que ceux qui sont contre le dialogue sont avec le peuple.

Mais ce qui n'est pas une question de croyance ou de conviction personnelle, ce sont des faits. Ce qui est vrai est que jusqu'à aujourd'hui, en ce jour où nous échangeons vous et moi, si Joseph Kabila est au pouvoir, ce n'est pas par le fait des actes ou des prises de positions de la part de ceux qui sont pour le dialogue.

En ce qui concerne les contacts pré-dialogues, à Venise, Ibiza, Bruxelles, ce que nous en connaissons laisse croire qu'il n'y a pas eu d'accords. Ce qu'on nous disait qu'il allait en sortir ne s'est pas produit. Et si l'on en croit She Okitundi, le pouvoir serait en contact avec tous les partis d'opposition.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apareco vs Peuple Mokonzi..la guerre de positionement?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:23 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum