L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 10:14 am

L’APPEL A LA « VILLE MORTE » MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela – MISES A JOUR CONTINUELLES
par FreeDiomi le 16 février 2016


GRAND MARCHE DE KINSHASA, 8H00 LE 16/02/2016 VIDE

BOULEVARD LUMUMBA, KINSHASA, 8H00 16/02/16
 
*
QUARTIER INDUSTRIEL LIMETE 16/02/16 A 7H50 KINSHASA RDC
 
LE SIGNAL DE RFI COUPE A KINSHASA A 5H30 DU 16/02/2016

KALAMU, LIMETE, KINSHASA, 7H30 DU 16/02/2016
 
DES MILITANTS DU MOUVEMENTS CITOYEN LUCHA ENLEVES A 4H00 DU MATIN DU 16/02/2016 PAR DES MILITAIRES A GOMA
 
Goma, plusieurs routes bloquées par des manifestants qui ont brûlé des pneus sur la chaussée. Route de Sake et avenue du Musée.
 
AU QUARTIER LEMBA, A KINSHASA, ON SIGNALE QUE LA POPULATION COMMENCE A BRULER DES PNEUS DANS LA RUE – 7H30 DU 16/02/2016

LUBUMBASHI, INSTITUT SALOMO VIDE A 7H30
 

RDC : Boulevard #Lumumba au niveau de Cohydro ce matin, désert.

*KINSHASA, BOULEVARD DU 30 JUIN, 7H00 DU 16/02/2016


http://democratiechretienne.org/2016/02/16/lappel-a-la-ville-morte-massivement-suivi-en-rdc-les-infos-les-images-yebela-mises-a-jour-continuelles/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 10:59 am

L’APPEL A LA « VILLE MORTE » MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela – MISES A JOUR CONTINUELLES
par FreeDiomi le 16 février 2016

*

GOMA, 8H30 BOUTIQUES FERMEES – 16/02/2016

ENTREE DE L’UNIVERSITE DE KINSHASA, 16/02/16 A 8H00, VIDE
 
VIDEO BOULEVARD DU 30 JUIN 8H00 KINSHASA 16/02/16
Video Player
https://video.twimg.com/ext_tw_video/699488527495598080/pu/vid/360x640/sdHqJNaLT2owQJxn.mp4





00:00
00:00
00:00

[url=javascript:void(0);]Use Up/Down Arrow keys to increase or decrease volume.[/url]

[url=javascript:void(0);][/url]

[url=javascript:void(0);][/url]

[url=javascript:void(0);][/url]




GRAND MARCHE DE KINSHASA, 8H00 LE 16/02/2016 VIDE


suite
http://wp.me/p18AQh-3h2

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 12:29 pm

MISE A JOUR DE  10h30 - LES IMAGES AUSSI DES AUTRES VILLES DE LA RDC



QUARTIER POPULAIRE DE LEMBA - KINSHASA CE 16/02/2016 A 10H00,VIDE

PRINCIPALE AVENUE DE BUTEMBO, NORD KIVU, A 9H00 CE 16/02/2016
MARCHE DE PUNIA, MANIEMA, CE 16/02/2016 A 9H00, VIDE
Seule l'eau stagnante est rendez vous sur l'Avenu du Commerce du commerce à kin à 9h45 le 16/02/2016
BUILDING DE LA FONCTION PUBLIQUE A KINSHASA - CE 16/02/2016 A 9H00 VIDE MALGRE LES MENACES DU MINISTRE TITUTLAIRE CONTRE LES GREVISTES DE LA VILLE MORTE AVENUE DE LA REVOLUTION, LUBUMBASHI A 9H45 DU 16/02/16 VIDE GRAND COLLEGE ALPHAJIRI A BUKAVU - RDC 16/02/16 A 8H30 VIDE PLACE VICTOIRE, KINSHASA 08H30 DU 16/02/2016 RDC BOULEVARD TRIOMPHAL, 9H00 DU 16/02/2016 KINSHASA RDC AUDITOIRES VIDES DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA, 9H00 16/02/2016*

GRAND MARCHE DE KENYA A LUBUMBASHI 16/02/2016 A 8H45 - VIDE
GOMA, 8H30 BOUTIQUES FERMEES - 16/02/2016
ENTREE DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA, 16/02/16 A 8H00, VIDE


VIDEO BOULEVARD DU 30 JUIN 8H00 KINSHASA 16/02/16
[embed]https://video.twimg.com/ext_tw_video/699488527495598080/pu/vid/360x640/sdHqJNaLT2owQJxn.mp4[/embed]


GRAND MARCHE DE KINSHASA, 8H00 LE 16/02/2016 VIDE

BOULEVARD LUMUMBA, KINSHASA, 8H00 16/02/16


*
QUARTIER INDUSTRIEL LIMETE 16/02/16 A 7H50 KINSHASA RDC


LE SIGNAL DE RFI COUPE A KINSHASA A 5H30 DU 16/02/2016

KALAMU, LIMETE, KINSHASA, 7H30 DU 16/02/2016


DES MILITANTS DU MOUVEMENTS CITOYEN LUCHA ENLEVES A 4H00 DU MATIN DU 16/02/2016 PAR DES MILITAIRES A GOMA


Goma, plusieurs routes bloquées par des manifestants qui ont brûlé des pneus sur la chaussée. Route de Sake et avenue du Musée.


AU QUARTIER LEMBA, A KINSHASA, ON SIGNALE QUE LA POPULATION COMMENCE A BRULER DES PNEUS DANS LA RUE - 7H30 DU 16/02/2016

LUBUMBASHI, INSTITUT SALOMO VIDE A 7H30



RDC : Boulevard #Lumumba au niveau de Cohydro ce matin, désert.

*KINSHASA, BOULEVARD DU 30 JUIN, 7H00 DU 16/02/2016



LES IMAGES ET INFOS DE LA VILLE MORTE DANS LA RDC - MISES A JOUR A 9H45 16/02/2016 http://wp.me/p18AQh-3h2

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Mathilde le 16/2/2016, 12:40 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Mathilde le 16/2/2016, 12:54 pm


_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 12:59 pm

Lubumbashi ce matin. Empoignades entre policies et pro - ville morte. Les traces sur les lieux.




http://democratiechretienne.org/2016/02/16/lappel-a-la-ville-morte-massivement-suivi-en-rdc-les-infos-les-images-yebela-mises-a-jour-continuelles/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 5:20 pm


MARCHE DE GOMA VIDE CE 16/02/2016 A 11H00


http://democratiechretienne.org/2016/02/16/lappel-a-la-ville-morte-massivement-suivi-en-rdc-les-infos-les-images-yebela-mises-a-jour-continuelles/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  ndonzwau le 16/2/2016, 5:37 pm

"PHOTOS]Kinshasa en tout début de matinée ce mardi 16 février 2016
° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/societe/photoskinshasa-en-tout-debut-de-matinee-ce-mardi-16-fevrier-2016


Place de la Gare Centrale, Mardi 16 Février 2016 à 6h33'. Radio Okapi.

Les photos de quelques coins de la ville en ce mardi 16 février décrété journée ville morte par l’opposition en RDC.
Ces images ont été prises entre 6h15 et 7h40 ce matin.


Boulevard du 30 Juin à hauteur de BCDC à 7h47'. Radio Okapi.
 

Avenue Poids Lourds, Mardi 16 Février 2016 à 6h30. Radio Okapi.
 

Place de la Gare Centrale mardi 16 Février 2016 à 6h33'. Radio Okapi.
 

Place de L'Echangeur de Limete, non loin de L'espace Ngindu, Mardi 16 Février 2016 à 6h22. Radio Okapi.
 

Rond point Super Lemba, Mardi 16 Février 2016 à 6h19'. Radio Okapi.
 

Croisement du Boulevard Lumumba et de l'Avenue Sendwe, mardi 16 Février 2016 à 6h27'. Radio Okapi.[/b]
 

Boulevard Lumumba 13ème Rue Limete, Mardi 16 Février 2016 à 6h24. Radio Okapi.
 

Croisement du Boulevard Lumumba et de l'Avenue Sendwe, Mardi 16 Février 2016 à 6h27'. Radio Okapi.
 

Avenue Kianza, commune de Ngaba, Mardi 16 Février à 6h15'. Radio Okap
 

Rond point Kintambo Magasin Mardi 16 Février 2016, à 7h34'. Radio Okapi
 

Rond Point Kintambo Magasin, Mardi 16 Février 2016 à 7h33'. Radio Okapi.
 

Le Rond point Kintambo Magasin mardi 16 Février 2016, 7h32'. Radio Okapi.
 

Avenue victoire mardi 16 février 2016 à 7h01'. Radio Okapi.
 

Place de la Gare centrale Mardi 16 Février 2016 à 7h25'
 

Avenue Victoire dans la commune de Kalamu, devant l'école de navigation, mardi 16 février 2016 à 6h57'. Radio Okapi
 

Bandal Moulaert, mardi 16 février 2016 à 6h40. Radio Okapi
 

Boulevard du 30 juin à proximité des Galeries présidentielles mardi 16 février 2016 à 6h50. Radio Okapi"


"GRÈVE GÉNÉRALE EN RDC: KINSHASA, AMOLLIE, TOURNE AU RALENTI
° http://www.izf.net/afp/greve-generale-en-rdc-kinshasa-amollie-tourne-au-ralenti
La vie tournait au ralenti mardi matin à Kinshasa, où une coalition d'opposition a appelé à une grève générale d'"avertissement" au président congolais Joseph Kabila, qu'elle accuse de manœuvrer pour se maintenir indéfiniment au pouvoir.

Vers 09H00 (08H00 GMT), il était impossible de capter par voie hertzienne la radio française RFI, très populaire en République démocratique du Congo. La fréquence locale et celle de Brazzaville, en face, sur l'autre rive du fleuve Congo étaient brouillées.
Sur les grands axes de la ville, la circulation était extrêmement fluide et la mégapole de dix millions d'habitants, habituellement grouillante, semblait comme amollie, selon des journalistes de l'AFP et des témoins.
Après plusieurs heures de paralysie des transports, la vie reprenait timidement et les "esprits de mort" (taxis collectifs), taxis et taxis-motos commençaient à reprendre du service, mais biens moins nombreux que d'habitude, et nombre d'habitants n'ont pu se rendre à leur travail.
Les bus Transco (transports publics) circulaient pratiquement à vide et les magasins restaient largement fermés.

La marée quotidienne d'écoliers et collégiens en uniformes bleu et blanc avait également déserté les rues.
"On savait qu'il n'y aurait pas cours, mais je suis venue quand même constater par moi-même", explique Prisca, collégienne plantée avec une demi-douzaine de camarades devant son école fermée dans le sud de la capitale
Sans forcément adhérer au mot d'ordre de grève, bien des parents ont fait le choix de ne pas mettre leurs enfants en classe par craintes d'incidents et les écoles étaient largement fermées.
En janvier 2015, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées à Kinshasa dans des émeutes et leur répression. Les événements étaient partis d'un mouvement de contestation lancé par l'opposition mais ayant rapidement échappé au contrôle de ses instigateurs.

- 'Qu'ils se mettent d'accord' -

L'épisode est encore bien ancrée dans les mémoires d'une population habituée aux violences à caractère politique.
"Que ces politiciens se mettent d'accord", déclare à l'AFP Henri-Paul, fonctionnaire, "lorsqu’ils se disputent, c'est nous le petit peuple qui en payons le prix".
"Il y a eu plus de peur que de mal ce matin. Comme il n'y a pas de casse, la vie reprend timidement. Je vais au travail pour éviter d'être sanctionné", dit-il en espérant attraper un bus à un arrêt, où une dizaine de personnes attendent depuis deux heures, commençant à transpirer sous un soleil déjà généreux.

Mardochée Nsele, est "wewa" (taxi-moto). "J'observe le mouvement de grève. Peut-être que ça va changer quelque chose dans le pays. Il faut que ça change, une meilleure gouvernance ne sortira que s'il y a démocratie", dit cet homme de trente ans affirmant être licencié en droit et n'avoir d'autre gagne-pain que sa moto.
Hormis quelques pneus brûlés ça et là tôt dans la matinée par des groupes de jeunes rapidement dispersés par des policiers, la situation semblait plutôt calme.
Alors que les boutiques restaient fermées, quelques pharmacies ouvraient vers 09h00 sur la place Commerciale de Limete, dans l'est de la capitale. On expliquait avoir attendu de s'assurer que la situation était calme pour travailler.
La police avait promis un déploiement massif pour empêcher que les grévistes n'entravent la liberté de mouvement des gens souhaitant se rendre à leur travail, mais la présence des agents était peu visible dans la ville hormis aux alentours du Parlement.
Le 16 février marque l'anniversaire de la répression meurtrière de la "marche des chrétiens" de 1992 partie des églises catholiques de Kinshasa après la messe dominicale pour tenter d'arracher la démocratie au dictateur Mobutu Sese Seko.

Estimant la démocratie "menacée", une coalition d'opposants a appelé à commémorer cet événement par une grève générale dans tout le pays afin d'adresser un "avertissement" au chef de l’État, qu'ils accusent de vouloir violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir.
Cet "appel au peuple" a été lancé par les représentants de la Dynamique de l'opposition, regroupement de dizaines de partis et d'organisations de la société civile autour de deux des principales formations de l'opposition au Parlement, et du Groupe des 7 (G7), coalition de partis ayant quitté la majorité en septembre.
Lundi, un communiqué de l'UDPS, la formation historique d'opposition, a dit soutenir ce mouvement.
L'opposition dans son ensemble accuse M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, et dont le mandat s'achève en décembre, de chercher à tout faire pour contourner l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter, afin de se maintenir en place."



"RDC : "L'opération ville morte est déjà une réussite"
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-operation-ville-morte-est-deja-une-reussite-56c2b7513570b1fc112c3fa8
INTERNATIONAL
Vital Kamerhe est sur tous les fronts. Le patron de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC) , un des principaux partis de l'opposition et un des leaders de la Dynamique de l'Opposition qui fédère différentes formations politiques de l'opposition, ne compte pas ses heures. Il faut dire que l'opposition au régime du président congolais Joseph Kabila joue gros ce mardi 16 février avec son appel à la ville morte.
La tension est à son comble dans la ville de Kinshasa”, nous explique-t-il au téléphone à la nuit tombée.“La majorité présidentielle comprend qu'elle a vraiment face à elle un ensemble de partis politiques déterminés et unis mais aussi et surtout une population lassée par sa non gestion du pays et par sa volonté de ne pas respecter la constitution”.
Cet appel à la journée ville morte, mouvement de désobéissance populaire et pacifique, n'a été lancé qu'en fin de semaine dernière. Initialement, ce 16 février - journée de commémoration de la marche pacifique des chrétiens du 16 février 1992, qui avait vu l'armée zaïroise ouvrir le feu sur des manifestants qui demandaient l'ouverture de la Conférence nationale souveraine - devait être marqué par une nouvelle marche dans toutes les villes du pays. “Mais on a vu que le pouvoir avait dépensé sans compter pour s'armer. Nous ne voulons pas de confrontation violente. Les Congolais ont déjà assez souffert. Nous voulons faire comprendre pacifiquement à Monsieur Kabila qu'il doit respecter la Constitution et organiser les élections présidentielles en novembre prochain avant de céder le pouvoir à son successeur en décembre de cette année. Aujourd'hui, tous les partis de l'opposition et les grands mouvements de la société civile forment un énorme bloc monolithique et non violent avec lequel il devra inévitablement compter. Nous voulons envoyer un message au président Kabila mais aussi à la communauté internationale.



Une marche seule ne pourra suffir pour faire plier le pouvoir en place ?
Nous en sommes bien conscients. C'est une première étape. Et nous sommes déjà certains que ce sera un succès. Kinshasa, Lubumbashi, Goma, Bukavu, Kananga et tant autres se sont mobilisées pour faire de ce mardi 16 février le début d'un mouvement très large. Ensuite, nous continuerons, nous avons une multitudes d'actions à mener, toujours pacifiquement, pour faire comprendre qu'il doit organiser ces élections et qu'il ne pourra pas s'accrocher au pouvoir. Nous voulons le strict respect de la constitution.”
Les élections doivent se tenir dans un peu plus de 9 mois. Est-il encore possible de les organiser dans ce timing ?
Absolument. On veut nous faire croire qu'il faudra des mois, des années, pour préparer ce scrutin. Regardez ce qui s'est passé en 2011. La préparation de ce scrutin n'a vraiment débuté qu'en avril 2011 après que le président a fait modifier la Constitution pour passer d'un scrutin présidentiel de deux à un tour. Aujourd'hui, on sait qu'il faut nettoyer le fichier électoral qui n'a pas été mis à jour volontairement depuis le dernier scrutin. C'est à dire qu'il ne tient pas compte des personnes qui sont décédées ni des jeunes qui ont atteint l'âge de voter depuis fin 2011. La plupart des experts indépendants sont d'accord pour dire qu'il faut quatre mois pour faire ce travail. Nous sommes donc parfaitement dans temps. En tout cas, il n'est pas trop tard.”
Ne craignez-vous pas que le mouvement dégénère et qu'il y ait une effusion de sang ?
Vous vous souvenez qu'en janvier 2015, le peuple de Kinshasa a dit spontanément non à la modification de la Constitution que Kabila et le groupe de mafieux qui sont à la tête de l'Etat voulaient lui imposer. Il y a eu des manifestations qui ont été durement réprimées. On veut éviter toute effusion de sang. C'est pour cette raison, je le répète, que nous avons opté pour cette opération ville morte et que d'autres projets, avec la même approche non violente, sont en gestation. Mais on sait très bien que le pouvoir en place est prêt à toutes les provocations. Ces dernières heures, certains gouverneurs, des ministres et le secrétaire général du parti présidentiel ont multiplié les textes menaçants pour exiger que les fonctionnaires se rendent à leur travail. Des manifestations proKabila sont attendues. On veut éviter la confrontation. On a la Constitution avec nous. On est avec le peuple. On veut faire comprendre à ces Messieurs qui veulent s'accrocher au pouvoir qu'il est temps de partir. Que le Congo est devenu ingouvernable pour eux.”

Vous présenter aujourd'hui un front particulièrement uni. Est-ce tenable à moyen terme ?
Vous avez vu qu'Etienne Tshisekedi a rejoint notre mouvement. Aujourd'hui, nous sommes unis et nous resterons unis parce que, je me répète, nous avons le peuple et la constitution avec nous. Vous verrez dans quelques heures que ce sera une réussite qui fera réfléchir le pouvoir en place et qui enverra un message fort à la communauté internationale. Oui, nous resterons unis parce que ce pays, qui devrait être le paradis sur terre avec ses potentialités gigantesques est devenu un enfer par la volonté d'une poignée d'hommes. Cela suffit, ces hommes ne peuvent tenir en otage un peuple de 65 millions d'âmes.”


"RDC: une journée «ville morte» bien suivie à Kinshasa
° http://www.rfi.fr/afrique/20160216-rdc-journee-ville-morte-bien-suivie-kinshasa


A Kinshasa, en RDC, Le rond-point Ngaba d'habitude embouteillé était désert ce mardi matin. Quelques vendeurs de rue et motos taxis étaient présents, car eux vivent « au taux du jour ».
© RFI/Sonia Rolley


Les rues de Kinshasa sont quasiment désertes ce mardi. L’opposition et la société civile, hostiles au maintien au pouvoir de Joseph Kabila, ont appelé à une journée ville morte à travers tout le pays. Une journée symbolique où l'on commémore les chrétiens martyrs du 16 février 1992 qui avaient été massacrés par Mobutu alors qu'ils réclamaient plus de démocratie.

On a rarement aussi bien circulé à Kinshasa. A sept heures ce mardi matin, le principal boulevard de la ville était désert, comme la plupart des routes d’accès au centre. Il y avait tout de même des bus Transco et Esprit de vie, les compagnies d'autobus du gouvernement. Et des fonctionnaires qui expliquent à RFI qu’on leur avait intimé l’ordre d’aller travailler. « On a eu du mal à avoir ce travail, on ne peut pas le perdre », témoigne l’un d’eux. Des directives, émanant de ministres eux-mêmes, avaient très clairement expliqué lundi que les absents seraient notés, voire même sanctionnés.
Motos-taxis, vendeurs de rues, certains sont sortis très tôt le matin. « Nous, on vit au taux du jour. La majorité, l’opposition, ça ne nous dit rien », disent-ils. Une situation qui a provoqué même un débat, avenue du Commerce, du côté des travailleurs. Il y avait ceux qui pour qui cette situation était le résultat de l’appel de l’opposition et de la société civile. Une majorité. D’autres parlaient de la peur d’aller travailler ou d’ouvrir leur boutique. D’autres encore expliquaient que faute de transports, les gens n’avaient pas pu venir travailler.
Du côté des autorités, on dément toute anormalité aujourd’hui. Tout juste admet-on la peur de voir l’opposition créer du désordre, mais, selon le gouvernement, au fur et à mesure que la journée avance, il pourra se rassurer. Et c’est vrai qu’au fil des heures, quelques boutiques ont commencé à ouvrir. La circulation a un peu repris, mais rien de comparable avec les autres jours.

Un mot d'ordre inégalement suivi

et la mobilisation est variable selon les quartiers. Si à Beni, le mot d'ordre est très peu suivi, à Goma, quelques quartiers, les plus contestataires, ont suivi le mouvement mais la circulation était quasi-normale dans le centre. Il y a même eu un peu d’afflux lors de l’arrivée des Léopards, l’équipe nationale venue célébrer la coupe du Chan. Les Léopards sont ensuite attendus à Bukavu. « C’est fait exprès pour perturber le mouvement » dénonce un activiste. Bukavu est justement la ville de l'Est du pays où le mouvement a été le plus suivi : boutiques fermées, quelques stations-services aussi, mais tout de même de la circulation en ville. A Lubumbashi, le mouvement est très inégalement suivi, et les sources sont très contradictoires.

Quelques arrestations signalées

A noter également des arrestations : six militants du mouvement citoyen la Lucha ont été arrêtés à Goma par la police. On n’en connait pas encore les raisons. Un opposant a été arrêté également à Uvira et son arrestation a été confirmée de sources sécuritaires. Et on parle d’arrestations d’autres activistes à Kinshasa, mais pas de confirmation officielle. « Il n’y a aucune raison d’arrêter qui que ce soit, il ne se passe rien », disait un responsable des services de sécurité.
En revanche, la coupure du signal de RFI à Kinshasa et à Bukavu a été confirmée. Le gouvernement parle de mesures conservatoires prises notamment à Kinshasa par le gouvernement provincial."


REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: journée ville morte en RDC

° http://www.rfi.fr/emission/20160216-une-journee-ville-morte-rdc-kabila-udps-tshisekedi-
Les principaux partis d’opposition congolaise et de la société civile appellent à une journée ville morte ce mardi pour « dire non au troisième mandat » du président Joseph Kabila qui expire en décembre 2016. En effet, précise le site d’information Afrikarabia , «l’opposition accuse le chef de l’Etat de tout faire pour retarder le processus électoral afin de se maintenir au pouvoir au-delà du délai constitutionnel. Le 16 février a donc été décrété ville morte à Kinshasa, mais aussi dans tout le pays. (…) Une opération qui permet à l’opposition de continuer à faire pression sur la majorité en évitant d’aller à l’affrontement avec les forces de sécurité », pointe Afrikarabia. En effet, « les dernières manifestations se sont toujours soldées par des dérapages de la police. En janvier 2015, rappelle le site, les manifestations contre la loi électorale avaient fait une quarantaine de morts selon les ONG internationales. Ce mardi, l’opposition appelle donc les Congolais 'à rester à la maison, à ne pas aller au travail et à ne pas envoyer les enfants à l’école'. L’opération sera sans doute moins spectaculaire que les manifestations de rue… Reste à savoir si elle sera efficace ? Pas si sûr, estime Afrikarabia. Mais il ne s’agit pour l’instant que d’un premier round. D’autres actions doivent suivre. »

L’UDPS divisée ?

Finalement, le principal parti d’opposition congolais, l’UDPS, se joindra au mouvement. C’est ce que souligne le site d’information congolais 7 sur 7 : « à son tour, constate-t-il,Étienne Tshisekedi, le leader de l’UDPS, soutient l’opération ville morte programmée ce mardi. (…) Pour lui, il s’agit d’une manifestation pacifique pour vaincre la dictature. Cette position du leader de l’opposition contredit les prises de position antérieures de deux de ses proches lieutenants », note 7 sur 7. En effet, « Bruno Mavungu et Bruno Tshibala avaient affirmé dans les médias jusqu’à récemment encore que leur parti n’était pas concerné par cette initiative de la Dynamique de l’Opposition, du G7 et du Front Citoyen 2016. La position de ces deux cadres du parti avait déjà mis à mal sa cohésion car sa jeunesse ne l’entendait pas de cette oreille. Elle continuait à travailler pour la réussite de l’opération ville morte. Finalement, le chef du parti a donc tranché en apportant son soutien à la jeunesse de son parti. Et de ce fait, a mis sa formation en phase avec les aspirations populaires. »

Reste que cette valse-hésitation à la tête de l’UDPS inquiète certains commentateurs, à l’instar du site guinéen Ledjely.com : « on a de plus en plus du mal à lire la trajectoire de l’UDPS, affirme-t-il. De même qu’il n’est pas non plus aisé de dire qui commande le parti. Le dirigeant historique, aujourd’hui âgé de 83 ans, étant à bout de souffle, la bataille pour sa succession semble avoir commencé. Et malheureusement, la rivalité entre les aspirants respectifs en arrive à affecter le positionnement de la formation politique. »
En tout cas, relève le quotidien Aujourd’hui à Ouaga, « avec cette journée ville morte, on assiste à un semblant d’unité de l’opposition » qui adresse là « un énième avertissement à grands frais, au locataire de la présidence, Kabila Junior. (…) Reste à savoir si cette journée sera une réussite ou un flop. »

Kabila se tire dans le pied…

Ce qui est sûr, pointe pour sa part Le Pays, toujours au Burkina, c’est que Kabila est sur la mauvaise pente, avec notamment la récente arrestation de l’opposant Martin Fayulu, le président du parti Engagement pour la Citoyenneté et le Développement. « Ce député, accusé d’ourdir des troubles à l’ordre public, a pu finalement regagner les siens apparemment plus motivés que jamais, pointe le journal, à tenir le rendez-vous de protestation contre le calendrier électoral prévu ce mardi. (…) Kabila se trompe royalement de combat, poursuit Le Pays. Il est en effet illusoire en ce siècle de prétendre pouvoir museler durablement l’opposition politique et la société civile dans un pays qui aspire à la démocratie. En multipliant les exactions et les brimades vis-à-vis de toutes les personnes qui osent s’opposer à lui, Kabila se tire plusieurs balles dans le pied, s’exclame encore le quotidien burkinabé. (…) Ces violences répétées contre les opposants de tout bord achèveront de révéler le vrai visage du dictateur Kabila et de convaincre ceux qui en doutaient encore, qu’il est le problème de la RDC et qu’il n’y a pas d’autre solution que de se débarrasser de lui. Ainsi donc, conclut Le Pays, le régime Kabila est en train de creuser lui-même, par ses actes, lentement mais sûrement, sa propre tombe. S’il ne change pas son fusil d’épaule, il sera tôt ou tard balayé. Et sur ses cendres, les fleurs de la démocratie réelle qu’appellent de tous leurs vœux, les héritiers de Patrice Lumumba, se feront le plaisir de pousser. »"


"Une journée « ville morte » très suivie en RDC
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/02/16/l-appel-a-la-greve-generale-suivi-en-rdc_4866138_3212.html



L’appel à la grève générale lancée par les principales figures de l’opposition congolaises a manifestement été entendu. La vie tournait au ralenti mardi 16 février à Kinshasa, mégapole de dix millions d’habitants, d’ordinaire grouillante. Une journée « ville morte » d’ores et déjà saluée comme une victoire par les détracteurs du président Joseph Kabila.

Sur les grands axes de la capitale, les bus publics circulaient pratiquement à vide, partageant la chaussée avec quelques taxis collectifs, taxis et taxis-motoen service. Rares étaient les écoliers à s’être rendus dans leurs établissements, fermés pour la plupart.
Des scènes similaires ont été observées dans d’autres grandes villes du pays, à Lubumbashi, Bukavu ou Goma.

L’opposition, qui avait dans un premier temps appelé à une grande marche pacifique, s’est résolue à changer de mot d’ordre de crainte des débordements. La grève est un « avertissement » au chef de l’Etat. Et la date du 16 février n’a pas été choisie au hasard : elle marque l’anniversaire de la répression meurtrière de la « marche des chrétiens » de 1992, partie des églises catholiques de Kinshasa après la messe dominicale pour tenterd’arracher la démocratie au dictateur Mobutu Sese Seko.
Les initiateurs de la journée « ville morte » – la Dynamique de l’opposition, regroupement de dizaines de partis et d’organisations de la société civile autour de deux des principales formations, et le Groupe des 7 (G7), coalition de partis ayant quitté la majorité en septembre – accusent Joseph Kabila, aupouvoir depuis 2001, et dont le mandat s’achève en décembre, de chercher àcontourner l’interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter, afin de se maintenir en place.

« Plus de peur que de mal »

En janvier 2015, plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées à Kinshasa dans des émeutes et leur répression. Les événements, partis d’un mouvement de contestation lancé par l’opposition, avaient rapidement échappé au contrôle de leurs instigateurs. Un épisode encore ancré dans les mémoires d’une population pourtant habituée aux violences politiques.
« Il y a eu plus de peur que de mal ce matin. Comme il n’y a pas de casse, la vie reprend timidement. Je vais au travail pour éviter d’être sanctionné », a confié à l’AFP un fonctionnaire espérant attraper un bus. Mardochée Nsele,« wewa » (taxi-moto) de son état, observe pour sa part le mouvement de grève.« Peut-être que ça va changer quelque chose dans le pays. Il faut que ça change, une meilleure gouvernance ne sortira que s’il y a démocratie », dit cet homme de trente ans affirmant être licencié en droit et n’avoir d’autre gagne-pain que sa moto.
Hormis quelques pneus brûlés ça et là tôt dans la matinée par des groupes de jeunes rapidement dispersés, la situation semblait plutôt calme. La police avait promis un déploiement massif pour empêcher que les grévistes n’entravent la liberté de mouvement des gens souhaitant se rendre à leur travail, mais la présence des agents était peu visible dans la ville hormis aux alentours du Parlement.
Il était impossible, mardi, de capter par voie hertzienne dans la capitale la radio française RFI, très populaire en République démocratique du Congo. La fréquence locale et celle de Brazzaville, sur l’autre rive du fleuve Congo étaient brouillées."


"RDC: «journée ville morte» pour appeler au respect de la Constitution
° http://www.rfi.fr/afrique/20160216-rdc-journee-ville-morte-respect-constitution-tshisekedi-front-citoyen

"RDC: aucune manifestation de la majorité mardi à Kinshasa"
° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/politique/rdc-aucune-manifestation-de-la-majorite-mardi-kinshasa

"Pression sur le gouvernement actuel : Tshisekedi soutient toutes les manifestations pacifiques programmées !" 
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=9171

"RDC : Tshisekedi et Katumbi soutiennent la « journée ville morte » du 16 février
° http://www.jeuneafrique.com/302309/politique/rdc-etienne-tshisekedi-et-moise-katumbi-soutiennent-la-journee-ville-morte-du-16-fevrier/

"RDC: controverse sur la journée du 16 février"
° http://www.radiookapi.net/2016/02/15/actualite/politique/rdc-controverse-sur-la-journee-du-16-fevrier

"RFI n’émet pas à Kinshasa"
° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/en-bref/rfi-nemet-pas-kinshasa


"Contrôle physique !
 Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=9174
Makiashi est sorti de ses réserves, hier. Il en appelle à des mesures draconiennes, pour tous les contrevenants. Ainsi, les Secrétaires généraux de l’administration sont chargés de passer au contrôle physique des agents et fonctionnaires de l’Etat. Même son de cloche, à l’Intersyndicale où l’un des Speakers,  s’est illustré hier, en fin de la journée, dans un activisme, visiblement, déterminé à battre le rappel des troupes.

Ce 16 février 2016 est-il  une journée ouvrable ou, y aura-t-il, réellement, villes mortes en RDC.  Tout citoyen, à vrai dire,  s’est posé au moins une fois cette question aujourd’hui ou la veille. Et, cette dernière divise plus d’un, tant au sein de l’élite que chez les communs des mortels. Ce qu’il faut  dire est que  beaucoup d’incertitudes planent à ce sujet. Et, par ailleurs, cela engendre une certaine psychose au sein de la population qui ne sait plus dans ce flou, à quel saint se vouer. Haut et fort, les ténors de l’opposition, celle dite radicale, à savoir,  la Dynamique, le G7… mobilisent  pour la réussite effective de ce mot d’ordre qui, en principe, renvoie  un signal fort à la majorité au pouvoir au sujet de la tenue des élections dans les délais et, de mettre en garde contre toute idée et ou manigance visant à provoquer tout   glissement des institutions au-delà de 2016 via   une transition issue du dialogue ou par le biais d’un  couac technique à la Commission nationale électorale, CENI que chapeaute Corneille Nangaa. La recommandation des   villes  mortes  de  ce mardi 16 février en RDC,   va-t-elle être respectée ? Certains répondent par l’affirmative. Car, soutiennent-ils, soit par crainte des troubles, soit par engagement politique, la majeure partie de la population serait tentée d’y souscrire.  

Toutefois, certaines voix font remarquer que ce mot d’ordre n’est pas le fruit d’un consensus. Les prélats catholiques, orientations du Saint Père obligent,  ont déjà démobilisés leurs  fidèles. En lieu et place d’une marche ou d’autres manifestations, ils appellent, plutôt,  à la prière. C’est aussi un autre son de cloche qui est donné à l’UDPS   où  seul,  le dialogue sous la médiation internationale, est et demeure le credo.    Dans  ce lot, il faut aussi compter tous les gagne-petits  qui vivent ou,  mieux,  vont vivre les leurs  au jour le jour. Qui,  de ce fait, voient la perspective de rester à la maison comme une invitation au jeûne forcé.  Au vu de ces éléments, il appert clairement que ce n’est pas toute la société civile et l’opposition qui souscrivent  aveuglement au schéma des   villes mortes, nonobstant que  l’histoire récente de la RD, plus  particulièrement,  les événements du 19, 20 et 21  janvier 2015,  démontre la capacité de mobilisation de cette opposition dite radicale.  Quoique pas férié,  ce seizième jour du mois de février rappelle, en effet,  le  jour où  la marche des Chrétiens, fut réprimée  dans le sang par le régime de Mobutu. Il y a de cela,  vingt-quatre ans. Et depuis, beaucoup d’eau ont  coulé sous les ponts. Aujourd’hui, le 16 février  met de nouveau  au devant de la scène politique, des antagonismes nés des désaccords latents  sur la marche du pays entre politiques à l’horizon 2016.  Doit-on penser qu’aujourd’hui, les choses prendront quelle allure en RDC ? Difficile à dire. Du moins, l’on sait que  le contrôle physique peut influer sur les prévisions initiales et, par conséquent,  changer la donne."



° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=9163
° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/politique/rdc-labbe-mpundu-regrette-la-recuperation-politique-de-la-date-du-16
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article6711
° http://groupelavenir.org/erreur-de-calcul-a-lopposition-ville-morte-refusee/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article6701
° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/societe/16-fevrier-1992-la-marche-de-lespoir-reprimee-dans-le-sng


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 16/2/2016, 6:04 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  KOTA le 16/2/2016, 5:52 pm

L’APPEL A LA « VILLE MORTE » MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela – MISES A JOUR CONTINUELLES
par FreeDiomi le 16 février 2016


http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/02/16/l-appel-a-la-greve-generale-suivi-en-rdc_4866138_3212.html




BBC AFRIQUE /Journée ville morte en RDC

16/02/2016
La société civile et l’opposition ont appelé mardi à une journée ville morte en République démocratique du Congo (RDC).

Les organisateurs comptent ainsi augmenter la pression sur le président Joseph Kabila pour qu’il ne se représente pas à la prochaine présidentielle.
Ils souhaitent également que le chef de l’Etat congolais organise, dans les délais prévus, les scrutins qui sont censés se tenir cette année.
Malgré les spéculations, le président congolais n’a pas officiellement annoncé son intention de briguer un autre mandat à la tête de son pays.
Selon l’un des correspondants de la BBC à Kinshasa, la journée ville a été bien suivie dans la capitale congolaise.
http://www.bbc.com/afrique/region/2016/02/160216_drc_death_city


SUITE:

http://democratiechretienne.org/2016/02/16/lappel-a-la-ville-morte-massivement-suivi-en-rdc-les-infos-les-images-yebela-mises-a-jour-continuelles/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Hiro-Hito le 16/2/2016, 7:02 pm

Felix Tshisekedi

https://soundcloud.com/abraham-luakabuanga/ville-morte-r-ussie-d-clare-f

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Jim KK le 16/2/2016, 8:18 pm

La guerre des photos de la ville morte ou vivante est declarée



http://www.sangoyacongo.com/2016/02/la-guerre-des-photos-de-la-ville-morte.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Jim KK le 16/2/2016, 8:35 pm

Ville morte esalami te na Hotel ya Honorable Martin Fayulu le 16 Février 2016

               Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad



Baninga ba sala te. Ville morte kaka epa ya baninga! Arrow Arrow Arrow

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Jim KK le 16/2/2016, 9:27 pm

16 février, Journée ville morte esimbi ou pas? No comment...

Eyokani????? Suspect  Suspect  Suspect  Suspect  Suspect




COMPAREE AUX VILLES MORTES DECRETEES,INITIEES,ORGANISEES PAR L’UDPS, CELLE D’AUJOURD’HUI EST UN ECHEC SANS NOM.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Hiro-Hito le 16/2/2016, 10:42 pm

Serieusement, qd qlq1 dit, magasin yang'oyo eza ouvert"e", bazo banga pamba, baya to sala...cela veut tt simplement dire q jusque la les choses ne tournent pas comme il se doit, c pkoi lui appele les autres a prendre le courage de le rejoindre pour travailler, c clair.
Pire mm certains ne savent mm pas de koi il s'agit, ils savent tt simplement qu'on a demande aux gens de rester a la maison po na marche, et la encore il faut 1 bemol, qd on dit marche, generalement ca deborde, ca peut expliquer la retissence de certains.
Et une autre chose, qlq1 qui dit, nga naza congolais mais interet na nga na congo ezalaka te, ca veut dire koi? pkoi on doit mm faire attention aux analyses de qlq1 qui semble ignorer mm les rudiments de son identite?
On juge le succes de la journee ville morte par rapport a ce que l'UDPS a fait dans le passe? pkoi ne pas nous dire que les gens ont vaque librement a leurs occupations coe ils l'ont fait la semaine derniere?
Consolation?

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Hiro-Hito le 16/2/2016, 10:50 pm

bino nde tembe, ba'o pola mais ba'o ndima te, Kinshasa en mi-journee, tii Novembre to ko kende na bino kaka boye! kaka boye! kaka boye! #yebela

http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/politique/photos-kinshasa-dans-la-mi-journee-ce-mardi-16-fevrier-2016

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Jim KK le 16/2/2016, 11:39 pm

L ' Université de Kinshasa UNIKIN n ' a pas connu de ville morte

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Jim KK le 16/2/2016, 11:46 pm

Vous avez dit Kinshasa ville morte ???

Mawa. Oyo ville morte te.



Revenir en haut Aller en bas

Re: L'APPEL A LA "VILLE MORTE" MASSIVEMENT SUIVI EN RDC: LES INFOS, LES IMAGES #yebela - MISES A JOUR CONTINUELLES

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:52 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum