A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Troll le 28/2/2016, 7:18 pm

Smile drunken UNE NOUVELLE FRONDE

albino affraid http://www.jeuneafrique.com/305327/politique/election-gouvernement-rdc-camp-kabila-confronte-a-nouvelle-fronde/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  King David le 28/2/2016, 8:17 pm

Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule. Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Mathilde le 29/2/2016, 12:20 am

King David a écrit:Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule.  Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la  à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année

King okeyi Kin olobi te ?? No  Merci King:thanx: Très bonne Année à toi également !! lol!

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 29/2/2016, 12:52 am

King David a écrit:Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule.  Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la  à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année

Bonjour à toi aussi KD, bonne année et re-bienvenu parmi nous.

Nous aimerions nous faire bien comprendre. Nous n'excluons pas qu'il soit possible que la population se charge de Joseph Kabila comme elle dit qu'elle est déterminée à le faire. C'est que nous souhaitons tous voir arriver. Toutefois il est tout aussi possible que rien arrive.

Et comme tu le sais on dit mieux vaut prévenir que guérir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  ndonzwau le 29/2/2016, 2:29 am

...Suite...

Dans mon précédent point j'avais essayé de planter le décor en mettant en exergue et en contextualisant les trois principaux scénarii hypothétiques qui nous guettent !
Et là, plus que de les commenter davantage je voudrais plutôt évoquer les actions indispensables pour en favoriser le(s) meilleur(s) pour l'intérêt du pays qui repose, nous sommes largement d'accord là-dessus, sur le changement nécessaire à sa tête en décembre prochain !

Le premier impératif qui n'est pas encore complètement effectif, c'est bien une meilleure unité de toutes les forces politiques et sociales acquises au changement : nous ne le répéterons jamais assez, l'Udps, la Dynamique de l'Opposition, le G7 et la Société civile associée ont tout intérêt à agir en commun sur la Ceni et sur "JK" et son camp ! Elles n'ont pas à succomber au piège machiavélique de division que leur tend ce pouvoir pour quelques billets verts et la promesse des postes...

Le second c'est d'associer autant qu'elles peuvent le peuple à leurs actions d'autant que dans sa grande majorité, il adhère à leur volonté de changer de gouvernance et des gouvernants !
Après janvier 2015 et ses morts, puis le 16 février avec la "ville morte", s'imposent d'autres types de manifestations populaires, pour sensibiliser davantage la population et surtout en vue de pousser à la corde ce pouvoir qui doit déjà s'inquiéter du ras-le-bol général ambiant !

Le troisième axe d'actions urgentes et indispensables est selon moi de prendre généralement l'initiative au lieu d'être à la traîne du pouvoir et sa complice la Ceni ! C'est peut-être selon moi le plus capital : ni passer son temps à commenter ce fameux dialogue, elles ont déjà tout dit; ni  jouer à pile ou face, élections ou transition mais déjà attaquer frontalement et techniquement cette Ceni qui veut nous manipuler avec ses 13 à 16 mois indispensables pour être prête pour les prochaines élections !
En effet il est techniquement possible d'organiser les élections dans les délais constitutionnels dans tous les cas bien moins que les 13-16 mois agités par Nanga ! L'opposition doit s'appliquer à le démontrer de façon experte et convaincante !


A la lecture de l'audit de l'OIF comme des autres contributions sur l'état des lieux technico-politique préélectoral, une Ceni responsable et indépendance et travaillant avec les forces politiques en poursuivant ses efforts à partir du travail abattu par l'OIF plutôt que de nous divertir avec des manœuvres dilatoires de pourrissement délibéré de la situation est capable d'une mise à jour partielle ou totale du fichier électoral en tout au plus 4 mois. Sur base de l'audit de l'OIF cette mise à jour rapide pour rendre inclusif (intégration des nouveaux majeurs et des congolais vivant à l’étranger) le fichier électoral doit débuter dès maintenant...

Oui la cause du blocage du processus électoral est politique, comme l'a dit Perriello !
Il est clair qu'en l'absence d'un état civil valide, de pièces d'identité justifiant sans faute de la nationalité ou d'un recensement administratif régulier, un fichier électoral performant à 100% est aujourd'hui impossible, quelques années d'un travail bien organisé sont encore nécessaires pour se baser sur un recensement général de la population digne de ce nom! Va-t-on alors attendre vainement 5 bonnes années sinon plus pour parler élections dans ce pays ?

D'accord d'user de cet outil s'agissant des élections ultérieures mais  pas pour 2016... Selon l'OIF et d'autres, avant l'illusionniste Nanga, la Ceni a bel et bien réussi  à stabiliser et à consolider un fichier par, entre autres, la radiation des doublons (880 529 cas), l’intégration des omis des listes électorales de 2011, le traitement des demandes de changement d’adresse, l’établissement d’une bonne cartographie électorale et la bonne affectation des électeurs dans les centres et bureaux de vote. Ce fichier comporte actuellement 30 731 622 électeurs (± 82% de la population) dont environ 1,6 millions seraient déjà décédés sans que leurs noms soient retirés du fichier électoral.
Voilà le travail de toilettage et de conformité qui reste à la Ceni dans un premier temps et ne demande nullement 16 autres mois laborieux...

Ailleurs, Nanga au lieu de s'illusionner à réinventer la roue en lançant un nouvel appel d’offre qui n'est rien d'autre qu'un retardement délibéré du processus, à défaut d’un nombre suffisant de kits d’enrôlement, lil devra procéder progressivement par province, comme cela a toujours été le cas par le passé (CEI en 2006 et CENI en 2011). Attendre l’achat et l’arrivée de tous les kits pour commencer ce travail, c’est faire courir au pays le risque des calculs politiques dangereux,…

Voilà pour moi où doit se situer l'action concrète urgente de l'opposition pour le moment : grâce à leurs cellules juridico-techniques démolir le prétendu argument d'un délai nécessaire de 13-16 mois; quitte à accepter si besoin un petit retard technique de tout au plus 120 jours !
Comment le gérer dans ce cas ? Soit on laisse "JK" pendant ces 3-4 mois sur base de l'alinéa 2 de l'Article 70, soit on actionne l'Article 75 en réclamant un décret de vacance du pouvoir  !
On n'a nul besoin de je ne sais quel gouvernement d'union nationale mais provisoire avec ou sans "JK" pour parfaire les élections !
Nous faut-il un dialogue pompeux pour cela ? A peine un accord de bon sens à imposer au pouvoir actuel pour l'intérêt de la Nation !
Commençons par cette voie et si nous nous trouvons en face d'un pouvoir qui veut continuer son défi, nous userons pareil avec au besoin l'aide de la CI !

A suivre, peut-être............



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 29/2/2016, 4:42 pm, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  King David le 29/2/2016, 5:00 am

Mathilde a écrit:

King okeyi Kin olobi te ?? No  Merci King:thanx: Très bonne Année à toi également !! lol!
Mathy, je ne pouvais pas annoncer mais crois moi je m'etais dit que tu seras la première personne nakoyebisa à mon retour

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  King David le 29/2/2016, 5:00 am

Mathilde a écrit:

King okeyi Kin olobi te ?? No  Merci King:thanx: Très bonne Année à toi également !! lol!
Mathy, je ne pouvais pas annoncer mais crois moi je m'etais dit que tu seras la première personne nakoyebisa à mon retour

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Cavalier le 29/2/2016, 7:39 pm

King David a écrit:Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule.  Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la  à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année
Merci beaucoup King David de votre ATTESTATION qui tombe a pic d'ailleurs.

Vs savez, comme Je l'ai plusieurs fois declare ICI, LE PEUPLE CONGOLAIS RESTE LA SEULE VRAIE FORCE D'OPPOSITION, car aucun parti politique n'est CREDIBLE...

Ce que vs avez declare sur L'UDPS, si c'etait quelqu'un d'autre il allait sans doute etre taxe d'ANTI-TSHISEKEDI, ANTI-FELIX...Alors que depuis un certains temps Ce Parti UDPS de scandale en scandale...Mais leurs fanatiques Vuvuzeles restent sourds e& muets la dessus...Alors quelle difference ave Le Mende, Papy Tamba et autres qui font Le Djaleloisme, Vuvuzelaisme a outrance Question AUCUN. Laughing

UDPS ELYA LAR YA PPRD...C'-A-D C'EST UN PARTI CORROMPU...EN RDC C'EST LA CORRUPTION QUI FAIT BOUGER LES CHOSES...BONGO BATU NETI BA MAVUNGU, LE SG DE L'UDPS, BAKO LYA NDENGE NINI Question

COMMENT UDPS EST-ELLE FINANCEE Question

MEDAR APANZI FELIX NA MAVUNGU QU'ILS SONT DE MECHE AVEC LA KABILIE...

COMMENT L'UNC DE MR KAMHERE EST-ELLE FINANCEE Question

SIK'OYO BANGO BAZO KANISA QUE BATU BAZO MONA PE BAZO YEBA MAKAMBO BANGO BAZALI KOSALA TE....ERREUR GRAVE Laughing

BANA KINI ESI BA TIMBA KALA...DEPUIS 1900 KALAMBAYI Laughing

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Admin le 29/2/2016, 8:36 pm

Cavalier a écrit:
King David a écrit:Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule.  Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la  à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année
Merci beaucoup King David de votre ATTESTATION qui tombe a pic  d'ailleurs.

Vs savez, comme Je l'ai plusieurs fois declare ICI, LE PEUPLE CONGOLAIS RESTE LA SEULE VRAIE FORCE D'OPPOSITION, car aucun parti politique n'est CREDIBLE...

Ce que vs avez declare sur L'UDPS, si c'etait quelqu'un d'autre il allait sans doute etre taxe d'ANTI-TSHISEKEDI, ANTI-FELIX...Alors que depuis un certains temps Ce Parti UDPS de scandale en scandale...Mais leurs fanatiques Vuvuzeles restent sourds e& muets la dessus...Alors quelle difference ave Le Mende, Papy Tamba et autres qui font Le Djaleloisme, Vuvuzelaisme a outrance Question  AUCUN. Laughing

UDPS ELYA LAR  YA PPRD...C'-A-D C'EST UN PARTI CORROMPU...EN RDC C'EST LA CORRUPTION QUI FAIT BOUGER LES CHOSES...BONGO BATU NETI BA MAVUNGU, LE SG DE L'UDPS, BAKO LYA NDENGE NINI Question

COMMENT UDPS EST-ELLE FINANCEE Question

MEDAR APANZI FELIX NA MAVUNGU QU'ILS SONT DE MECHE AVEC LA KABILIE...

COMMENT L'UNC DE MR KAMHERE EST-ELLE FINANCEE Question

SIK'OYO BANGO BAZO KANISA QUE BATU BAZO MONA PE BAZO YEBA MAKAMBO BANGO BAZALI KOSALA TE....ERREUR GRAVE Laughing

BANA KINI ESI BA TIMBA KALA...DEPUIS 1900 KALAMBAYI Laughing

Le probleme avec bcp au forum c'est que les gens se font leurs propres vérités.

Quand on est au pays on réalise qu'on est tres loin de la perception qu'on a à partir de l'occident ou via le web.

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 29/2/2016, 9:51 pm

Admin a écrit:
Cavalier a écrit:
King David a écrit:Libre, bonjour à toi et bonne année à tous les amis du forum.
Libre, la population surtout ne veux plus d'un parti spécifique pour mener la lutte contre le pouvoir actuel. c'est ainsi qu'on voit le G7, la Dynamique de l'Opposition, etc...
Malheureusement, l'UDPS aime toujours marcher seule.  Ce qui inquiète la population et s'il faut encore ajouter les rumeurs (vraies ou fausses) selon lesquelles l'UDPS aurait empoché une cagnotte de plusieurs millions USD pour être la compagne de la MP au dialogue n'aide pas ce parti qui, en toute objectivité, a perdu la confiance placée en lui.
Le peuple congolais veut une large coalition avec un seul candidat pour affronter la MP.
De toutes les façons, la population est prête pour affronter Kanambe. Elle n'attend que la fin du mandat telle que prescrite par la Constitution. Par ailleurs, la CI ne veut pas qu'on n'en arrive à la confrontation car il y aura de nombreuses victimes.
Il faut savoir également que la RDC n'est pas le Congo Brazzaville ni le Rwanda ou le Burundi. Si c'était aussi facile que ça, Kanambe aurait fait facilement ce que ses voisins ont fait. Non, ni la force, ni la corruption n'ébranleront la détermination des congolais. Avant d'appliquer l'article 64 de la  à, le peuple attend la réalisation ou pas de l'article 73. (@ Ndozwau)

Bonne année à tous.
Mathy boni? Bonne année
Merci beaucoup King David de votre ATTESTATION qui tombe a pic  d'ailleurs.

Vs savez, comme Je l'ai plusieurs fois declare ICI, LE PEUPLE CONGOLAIS RESTE LA SEULE VRAIE FORCE D'OPPOSITION, car aucun parti politique n'est CREDIBLE...

Ce que vs avez declare sur L'UDPS, si c'etait quelqu'un d'autre il allait sans doute etre taxe d'ANTI-TSHISEKEDI, ANTI-FELIX...Alors que depuis un certains temps Ce Parti UDPS de scandale en scandale...Mais leurs fanatiques Vuvuzeles restent sourds e& muets la dessus...Alors quelle difference ave Le Mende, Papy Tamba et autres qui font Le Djaleloisme, Vuvuzelaisme a outrance Question  AUCUN. Laughing

UDPS ELYA LAR  YA PPRD...C'-A-D C'EST UN PARTI CORROMPU...EN RDC C'EST LA CORRUPTION QUI FAIT BOUGER LES CHOSES...BONGO BATU NETI BA MAVUNGU, LE SG DE L'UDPS, BAKO LYA NDENGE NINI Question

COMMENT UDPS EST-ELLE FINANCEE Question

MEDAR APANZI FELIX NA MAVUNGU QU'ILS SONT DE MECHE AVEC LA KABILIE...

COMMENT L'UNC DE MR KAMHERE EST-ELLE FINANCEE Question

SIK'OYO BANGO BAZO KANISA QUE BATU BAZO MONA PE BAZO YEBA MAKAMBO BANGO BAZALI KOSALA TE....ERREUR GRAVE Laughing

BANA KINI ESI BA TIMBA KALA...DEPUIS 1900 KALAMBAYI Laughing

Le probleme avec bcp au forum c'est que les gens se font leurs propres vérités.

Quand on est au pays on réalise qu'on est tres loin de la perception qu'on a à partir de l'occident ou via le web.

Même au pays beaucoup se font leurs propres vérités. Nous nous rappelons particulièrement qu'il y a des moments, il y a des années où Mwana Congo, quelqu'un envers qui, qu'on soit d'accord ou pas avec ses prises de position, on en peut remettre en question son honnêteté, nous prédisait, lui qui vivait sur place à Kinshasa et qui mène des actions humanitaires, après analyse de la situation sociale et économique, que l’année ne finirait pas sans qu’il y ait révolution. Mais nous avons vu les années passées sans que n’arrive ce qu’il pensait qui allait arriver. Pourrait-on dire que Mwana Congo avait posé un mauvais diagnostic de la situation ?

Veut-on nous faire croire que tous ceux qui vont au Congo rentrent avec la même perception des choses. Quelqu’un que je connais vient de rentrer du Congo, il en est rentré désespéré même s’il y a passé moins de temps que KD pour prétendre en avoir une meilleure idée.

Nous débattons sur ce forum, et chacun amène sa part de comment il voit les choses ou plutôt sa vérité. A moins qu’on nous suspende, chaque fois que nous penserons, même n’ayant pas l’occasion ou les moyens de séjourner à Kinshasa comme certains peuvent 'avoir, et à moins également qu’il ne soit donné qu’à ceux qui vont séjourner au pays d’être dans la vérité, nous allons, je l’espère en toute liberté venir exposer notre vérité à nous. Exposant notre vérité, ou mieux notre façon de voir les choses, nous n’avons pas la prétention que les choses vont se passer comme nous les prévoyons car nous savons pertinemment que nous évoluons dans le social et que bien de prévisions en ce domaine meme de la part des experts les plus chevronnés ne se réalisent pas souvent.

Nous voyons ce forum comme également un lieu de réflexion. Ce n’est point un lieu où nous venons pour avoir raison. Lorsque nous pensons que nous devons donner notre point de vue, nous le faisons en nous efforçant d’y apporter dans la mesure et dans les limites de notre compréhension le plus d’éléments possibles afin que ceux qui ne les partagent puissent les contredire. Ce faisant, nous acceptons qu’il soit dit de nous tout ce qu’on peut dire de nous. Ca fait partie des tactiques auxquelles les gens recourent. Quant à nous, nous en connaissons la force, nous n’y laissons pas nous en faire.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Cavalier le 1/3/2016, 12:34 am

Admin a écrit:
Le probleme avec bcp au forum c'est que les gens se font leurs propres vérités.

Quand on est au pays on réalise qu'on est tres loin de la perception qu'on a à partir de l'occident ou via le web.
Kie, kie, kie Laughing ADMIN
C'est Vrai que sur Le Web ns avons tendance a prendre nos illusions pour des realites... Laughing

LA POLITIQUE ETANT UN MONDE DES ILLUSIONS, DES CORRUPTIONS ET DES DECEPTIONS...

Voila pourquoi J'ai decide y a bien longtemps d'etre derriere des PRINCIPES Que des Personnes Physiques...

Car une fois que l'on deviant Fanatique d'une Personne, on y pert tout sens d'Objectivite...

Par exemple, Lorsque L'UDPS prone L'ETABLISSEMENT D'UN ETAT DE DROIT...On trouve que C'est de Bonne Ambition...
Mais etant celui-ci, UDPS Etant Une Institution Politique devrait commencer par vivre sous Les Principes D'un Etat de Droit en son sein...
Mais force est de Constater que L'UDPS non plus n'a pas les competences requises pour conduire
LA RDC Vers cette Realite car Elle a perdu sa credibilite vis-à-vis non seulement du Peuple DU KONGO, Mais aussi d'une bonne portion de ses partisans...

Et de fois L'UDPS commence a parler le meme Langage que Le PPRD...ET CA LE PEUPLE L'AURAIT CONSTATE...ET C'EST AU DETRIMENT DE L'UDPS qui depuis un certan temps n'est plus a l'image D'UNE INSTITUTION Politique qui devrait server cette Nation a Long Terme...

TROP DE MAFIA, TROP DE CONFUSIONS...DU COUP L'ETAT DE DROIT EST DEVENU SYNONYME D'UNE PURE DEMAGOGIE SANS FONDEMENT REEL. Exclamation

JIL Y A BIEN LONGTEMPS J'AVAIS POSE LA QUESTION CI-APRES: QUI VA DIRIGER QUI Question

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 1/3/2016, 4:22 am



Six ans plus tard, il n'y a pas d'élections. Il était toujours au pouvoir. Et il n'a été renversé par l'AFDL.




Dernière édition par Libre Examen le 1/3/2016, 1:18 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Arafat le 1/3/2016, 11:44 am

Libre Examen a écrit:
Même au pays beaucoup se font leurs propres vérités. Nous nous rappelons particulièrement qu'il y a des moments, il y a des années où Mwana Congo, quelqu'un envers qui, qu'on soit d'accord ou pas avec ses prises de position, on en peut remettre en question son honnêteté, nous prédisait, lui qui vivait sur place à Kinshasa et qui mène des actions humanitaires, après analyse de la situation sociale et économique, que l’année ne finirait pas sans qu’il y ait révolution.
Comme on dit chez nous : Mbizi ka kwaku Ngandu wa nzabila, bulu bu kwikila vedire si le petit poisson dit que le crocodile est malade, il faudrait le croire d´autant plus qu´ils habitent ensemble dans l´eau Laughing Laughing Laughing Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Arafat le 1/3/2016, 11:52 am

King David a écrit:Mr Ndonzwau,
Je reviens de Kinshasa où j'ai passé deux mois. Je dois vous dire que glissement ekozala te malgré tout ce que pourra faire Kanambe et son clan. Ma conviction se base sur la détermination populaire des congolais tant de Kinshasa que de l'intérieur du pays. Je n'ai jamais vu le peuple congolais aussi déterminé qu'en ce moment.
Tout ce que la MP ne fait n'est que gesticulation. Ma seule crainte, sera le sang versé pour chasser Kanambe et si c'est le prix à payer, le peuple le paiera.
Ne prenez pas à la légère l'ouragan populaire qui gronde. Il semblerait que c'est ce que Kanambe recherche: tuer plusieurs personnes avant de s'en aller.
Les mauvais jokers sont: Boshab, Mende, Atundu, Kinkie, Shadiri, Bababaswe et tant d'autres encore.
Mfumu David,
Bonnée à toi aussi, j´enleverai Atundu de cette liste, il n ´est pas un flatteur comme les autres, suivez ses interventions, il ne plonge jamais dans la démagogie , tel n´est pas le cas pour les autres vautours tels que les Mende, Kin Kie, Shadari, Kisombe, Makolo Kotambola et l´autre abruti de la RTNC qui présente l´émission "Congo Histoire"

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Cavalier le 1/3/2016, 4:20 pm

Arafat a écrit:
Libre Examen a écrit:
Même au pays beaucoup se font leurs propres vérités. Nous nous rappelons particulièrement qu'il y a des moments, il y a des années où Mwana Congo, quelqu'un envers qui, qu'on soit d'accord ou pas avec ses prises de position, on en peut remettre en question son honnêteté, nous prédisait, lui qui vivait sur place à Kinshasa et qui mène des actions humanitaires, après analyse de la situation sociale et économique, que l’année ne finirait pas sans qu’il y ait révolution.
Comme on dit chez nous : Mbizi ka kwaku Ngandu wa nzabila, bulu bu kwikila vedire si le petit poisson dit que le crocodile est malade, il faudrait le croire d´autant plus qu´ils habitent ensemble dans l´eau Laughing Laughing Laughing Laughing
Mbuta Bizumba A.K.A ArafKie, Kie, Kie Laughing

Namoni neti yo ozalaka masta na ba Malangwa, ba ngolo, na mabundu...

Po imagined kaka MONGANZA A KOMA HISTOIRE YA MAYE MALEKAKA NA SE YA MAYI...Mais, Mais, Mais To ko Apprendre Ebele...Nani Grand Dictateur, peut etre Requin...Nani ango Le plus democrate de tous les Poissons, Peut Etre Dauphin. Laughing

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Admin le 1/3/2016, 4:55 pm

En trout cas je suis content de voir d'autres freres conscients
Na komaka ko kanisa que na za marginal

Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Hiro-Hito le 1/3/2016, 10:08 pm

Arafat a écrit:
King David a écrit:Mr Ndonzwau,
Je reviens de Kinshasa où j'ai passé deux mois. Je dois vous dire que glissement ekozala te malgré tout ce que pourra faire Kanambe et son clan. Ma conviction se base sur la détermination populaire des congolais tant de Kinshasa que de l'intérieur du pays. Je n'ai jamais vu le peuple congolais aussi déterminé qu'en ce moment.
Tout ce que la MP ne fait n'est que gesticulation. Ma seule crainte, sera le sang versé pour chasser Kanambe et si c'est le prix à payer, le peuple le paiera.
Ne prenez pas à la légère l'ouragan populaire qui gronde. Il semblerait que c'est ce que Kanambe recherche: tuer plusieurs personnes avant de s'en aller.
Les mauvais jokers sont: Boshab, Mende, Atundu, Kinkie, Shadiri, Bababaswe et tant d'autres encore.
Mfumu David,
Bonnée à toi aussi, j´enleverai Atundu de cette liste, il n ´est pas un flatteur comme les autres, suivez ses interventions, il ne plonge jamais dans la démagogie , tel n´est pas le cas pour les autres vautours tels que les Mende, Kin Kie, Shadari, Kisombe, Makolo Kotambola et l´autre abruti de la RTNC qui présente l´émission "Congo Histoire"


ahh Je viens de decouvrir ce monsieur il y a qlq jours, je pense il s'appele Loshima, si c'est de lui que tu parles, J'ai mm envoye une video a un ami a kin, q je vais mettre ici en bas, c'etait la deuxieme fois que je voie le gars, la premiere fois, il est avec Papy Tamba et parlent de la journee ville morte, il expose la video prise au Faden House de Martin Fayulu. Je me suis dit que nous devons nous rendre a l'evidence, la proliferation des chaines sur YouTube eza kk te po tt le monde peut le faire, mm sur des chaines qui sont sensees engager des professionels, on ramasse des gens ya calibre ya Grace Mbizi.
"na yoki ba bembuki mwa muke na sima ya decision papa a zwaki..." sur la video ya Martin Fayulu, il fait une parenthese, Papy Tamba intervient pour dire, wana vie privee...



_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Arafat le 2/3/2016, 9:41 am

Tout à fait Emporio eza ye Lushima Ndjate c´est le genre de journaliste ou animateur télé qui jette de l´huile sur le feu. Il a déjà été rappelé a l´ordre et ce, à deux réprises par le CSAC (conseil supérieur de l´audiovisuel et de communication) une sorte de censure pour la presse mais apparemment il n´y a aucun changement. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
http://www.mediacongo.net/article-actualite-13701.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 2/3/2016, 7:32 pm



Deuxième volet : définir un processus électoral consensuel

1) Sur le calendrier électoral

* Définir un nouveau cycle électoral de manière consensuelle.

* Il convient de rappeler que nous avons eu deux cycles électoraux incomplets et entachés d'irrégularités manifestes.

* Nous préconisons l'organisation premièrement de l'élection présidentielle qui pourra être couplée aux élections législatives dans le délai constitutionnel, soit conformément à l'article 73 de la Constitution, au plus tard avant le 19 septembre 2016.

* Les autres scrutins devront être organisés après les élections présidentielle et législatives.


Feuille de route de l'UDPS, Proposition pour la sortie de crise, février 2015

Il y a 12 mois de cela.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 3/3/2016, 1:24 am



4) Sur le fichier électoral

* Sur la fiabilisation du fichier électoral, il faut un audit externe du fichier électoral pour garantir la transparence et la crédibilité du processus électoral. En conséquence, un consensus doit être dégagé quant aux modalités de cet audit (choix du partenaire, date,...).

* Sur la révision du fichier électoral : il faut un fichier électoral inclusif et nettoyé en tenant compte des nouveaux majeurs, des Congolais de l'étranger, des non-inscrits, des doublons en amont des prochaines échéances électorales.


Feuille de route de l'UDPS, Proposition pour la sortie de crise, février 2015



Il y a 12 mois.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Libre Examen le 4/3/2016, 5:06 pm

Nous ne n'y connaissons ni en psychologie ni en psychanalyse mais il nous semble de plus en plus que nous sommes tous pris au piège du camp KABILA avec la complicité ou l’aide de nos politiciens de l'opposition. On nous a préparés depuis longtemps à accepter la non-tenue de l’élection présidentielle et le glissement qui s'ensuivra. Nous avons subconsciemment accepté cela. Ainsi, lorsque cela arrivera, notre réaction ne sera pas aussi vive qui l’aurait été si cela nous arrivait comme par surprise. Peut-être que l’entrée en scène de J.P. Bemba peut changer cette donne. Tout dépendra également de comment il manœuvrer d’ici au 19 septembre 2016, car si l’élection présidentielle n’est pas annoncée à cette date, il nous semble qu’attendre au 20 décembre 2016, il sera trop tard pour réagir. Pris au piège, car le recours à l'article 64 ne pourrait être justifiable qu'à partir du 20 décembre 2016.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  ndonzwau le 4/3/2016, 9:03 pm

Libre Examen a écrit:


4) Sur le fichier électoral

* Sur la fiabilisation du fichier électoral, il faut un audit externe du fichier électoral pour garantir la transparence et la crédibilité du processus électoral. En conséquence, un consensus doit être dégagé quant aux modalités de cet audit (choix du partenaire, date,...).

* Sur la révision du fichier électoral : il faut un fichier électoral inclusif et nettoyé en tenant compte des nouveaux majeurs, des Congolais de l'étranger, des non-inscrits, des doublons en amont des prochaines échéances électorales.

Feuille de route de l'UDPS, Proposition pour la sortie de crise, février 2015

Il y a 12 mois.

ndonzwau a écrit:Je crains , LE, qu'emporté par votre légitime mais pas moins panégyrique plaidoyer en faveur de l'Udps, vous en soyez arrivé à vous battre quelque  peu contre des moulins à vent (ceux de Don Quichotte s'entend) !

En effet, à ma connaissance il n'y a pas grand monde qui rétorque à la feuille de route de l'Udps sa pertinence intrinsèque; d 'ailleurs souvenez-vous à l'époque de sa sortie, les mémorandums des autres partis ou plate-formes de l'Opposition soumis aussi bien à la Ceni qu'aux autres instances nationales et internationales, disaient essentiellement la même chose sur les questions électorales !

Selon moi le seul reproche qui vaille à lui faire aujourd'hui, c'est son opportunité, sa faisabilité : pourquoi elle et les autres cahiers de charge n'ont pu être opérationnels depuis ?
C'est là une question qui ne s'adresse pas qu'au pouvoir, c'est trop facile, mais aussi à l'opposition y compris l'Udps...

Compatriotiquement !

ndonzwau a écrit:Je ne vois pas bien ce que vient faire le "dialogue" là dedans du moins dans la version où on l'ânonne avec "JK" ?
Pourquoi l'Udps le récuse-t-il sous cette forme ? Pourquoi les autres dans l'Opposition n'en veulent-ils pas simplement ? Pourquoi n'a-t-il jamais eu lieu depuis qu'on nous le chante ?
Selon moi c'est parce qu'il institutionnalise la dépendance de la Ceni du pouvoir dont personne ne veut et dont même le pouvoir mesure la nuisance !

La question de la "faisabilité" de la feuille de route de l'Udps et des autres mémorandums est donc selon moi bien sûr dans leur incapacité à s'entendre sur une stratégie commune mais aussi dans celle à ce stade de réaliser qu'aucun dialogue vu de "JK" ne débloquera les impasses sur des élections crédibles : un organe technique auquel il importe de soumettre leurs revendications est de fait instrumentalisé politiquement; ils doivent donc passer à autre chose !
En effet à moins que "JK" affirme clairement que le dialogue qu'il veut n'est pas pour s'accrocher au pouvoir mais pour trouver une issue à un processus électoral déjà plombé, le dialogue est aujourd'hui un faux problème  !

Alors soit ceux qui louvoient entre "dialogue et dialogue conditionnel" se décident à y aller en laissant dehors ceux qui sont contre et on attend la suite; soit tous l'écartent malgré les recommandations ambiguës de la CI et continuent tant bien que mal leur résistance y compris avec l'appui du peuple dans leurs manifestations populaires et villes mortes et on verra jusque septembre ce qu'aura donné ou pas cette pression !

C'est cynique mais l'épreuve si douloureuse soit-elle n'est-elle pas la seule à nous sortir si possible du tunnel ?

Compatriotiquement!

Kiekiekieeeeeeh Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing

Si c'était plus simple : "JK" et son camp font de la "politique", la seule contre-attaque efficace à leur opposer c'est de faire aussi de la "politique"...
Leurs adversaires feraient donc mieux de ne pas perdre leur temps à jouer aux "missionnaires chrétiens et autres et aux objecteurs de conscience" là où il faut mouiller la chemise, les mains, les pieds, la tête mais aussi l'âme dans les luttes bien crues de pouvoir !

C'est ça la vie de chair et d'os, la gestion de la Cité se mesure à son résultat càd le cadre et les moyens qu'elle aura donnés à plus de monde son peuple à produire à jouir des richesses nécessaires !
Les principes et la réflexion ont besoin de l'art des hommes pour le bien commun sans scrupules obsessionnels pour la combinatoire tactique qui est le propre de la stratégie dans la vie !

@  @  @  lol!  lol!  lol!        
                     


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  ndonzwau le 5/3/2016, 5:20 pm

"RDC : qui peut encore arrêter la crise politique ?
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-qui-peut-encore-arreter-la-crise-politique/
L’élection présidentielle de fin 2016 s’éloigne en République démocratique du Congo (RDC). Les retards accumulés pour l’organisation du scrutin risquent d’ouvrir une période d’incertitude et plonger le pays dans l’instabilité. Joseph Kabila, l’opposition et la communauté internationale peuvent-ils encore éviter le pire ?Analyse.


Dans les rues de Lubumbashi © Ch. Rigaud – Afrikarabia

La tension politique s’accroît à mesure que les élections s’éloignent en République démocratique du Congo (RDC). La tenue de la prochaine élection présidentielle, fin 2016, devient de plus en plus improbable. La Commission électorale (CENI) a récemment annoncé avoir besoin de 13 à 16 mois pour nettoyer le fichier électoral et inscrire les nouveaux majeurs. Un retard « technique » qui amène à prolonger de plusieurs mois le mandat du président Joseph Kabila, qui prend fin en décembre 2016 – voir notre article. La Constitution interdisant au chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, l’opposition accuse le pouvoir de faire glisser sciemment le calendrier électoral afin de plonger le pays dans une période de transition politique. Un scénario à haut risque au vue de la forte répression politique qui s’abat sur les opposants au président congolais. Les manifestations sont le plus souvent réprimées dans la violence, comme en janvier 2015, ou assorties de nombreuses arrestations d’opposants, comme à la suite de la journée ville morte du 16 février 2016.

Majorité : vers une transition imposée ?

Comment sortir de ce bloquage politique ? Joseph Kabila, l’opposition congolaise et la communauté internationale ont chacun leur stratégie. Pour le président congolais, la solution passe un dialogue national avec l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile. L’objectif est de trouver une solution négociée au retard des élections et un nouveau calendrier électoral consensuel. Le hic, c’est que l’opposition ne veut pas de ce dialogue qui apparaît comme un piège tendu par le chef de l’Etat pour se maintenir au pouvoir après 2016. Mais depuis que la CENI, elle même, affirme qu’elle ne pourra tenir les délais, la donne a changé. Le 20 décembre 2016, au lendemain de la fin du mandat de Joseph Kabila, il faudra bien trouver une solution et se mettre d’accord sur la mode de gouvernance : prolongation du mandat du président actuel, transition, président intérimaire… les scénarios sont multiples. Le G7, le groupe des anciens frondeurs de la majorité, avait avancé l’idée d’une transition de 3 mois avec la présidence intérimaire attribuée à Léon Kengo, le président du Sénat, deuxième personnage de l’Etat. Mais pour éteindre la crise politique, Joseph Kabila peut également sortir de son silence : donner une date pour la présidentielle et assurer aux Congolais qu’il ne se représentera pas pour un troisième mandat, comme le lui interdit la Constitution. Pour l’heure, Joseph Kabila ne s’est jamais exprimé sur la question. En retardant les élections, Joseph Kabila pousse donc l’opposition à participer au dialogue, ce qu’elle refuse jusque là.

Opposition :  compter que sur la rue

L’opposition peut-elle stopper la crise politique ? Oui, à une seule condition : participer au dialogue initié par le président Kabila et lui offrir sur un plateau, moyennant des postes ministériels, un prolongement de son mandat. Autant dire que l’opposition n’y est pas du tout disposée, estimant que le président doit respecter la Constitution et quitter le pouvoir après 2016. L‘opposition estime également que la responsabilité des retards dans l’organisation des élections sont imputables au gouvernement, à la CENI et au président Kabila qui n’ont pas su nettoyer le fichier électoral à temps et débloquer les moyens financiers nécessaires depuis les élections contestées de 2011. Mais pour obliger le pouvoir a organiser les élections dans les temps, les moyens de pression des opposants sont limités. La majorité pratique la politique du fait accompli, condamnant l’opposition à venir s’assoir autour de la table. Pour continuer à peser, les opposants congolais ne peuvent compter que sur la rue. En janvier 2015, la mobilisation contre la modification de la loi électorale avait fait plier le gouvernement, mais à quel prix… Les manifestations avaient été violemment réprimées par la police et les ONG internationales avaient déploré « au moins 42 morts ». Pour contourner la répression, l’opposition s’est récemment tournée vers un autre type de mobilisation : l’opération ville morte, avec un certain succès. Le jeudi 3 mars, les opposants ont incité la population a faire du bruit (sifflets et casseroles) pendant 1/2 heure à 20 heures… avec un bilan plus mitigé. Des actions moins dangereuses pour les Congolais qui souhaitent y participer, mais aussi moins efficaces pour faire bouger le gouvernement et la CENI.

Une communauté internationale de moins en moins écoutée

Reste la fameuse « communauté internationale ». Un vocable qui perd petit à petit de sa substance à mesure que les pays occidentaux se désengagent de l’Afrique. La nouvelle doctrine de l’ONU qui consiste à trouver « une solution africaine à chaque problème africain » se met doucement en place. Problème : l’ONU est de moins en moins écoutée, comme pour la crise au Burundi et l’Union africaine (UA) se perd dans ses propres contradictions avec les régimes plus ou moins démocratiques du continent qu’elle peine à sanctionner. Le seul pays qui hausse régulièrement le ton contre Kinshasa, sont les Etats-unis. Pour Washington, Joseph Kabila doit respecter la Constitution et accepter une alternance paisible avec son successeur. Barack Obama s’est entretenu au téléphone sur le sujet avec Joseph Kabila en mars 2015, le Secrétaire d’État John Kerry s’est rendu dans la capitale, en mai 2014, et les envoyés spéciaux des États-Unis dans la région des Grands Lacs, Russ Feingold et aujourd’hui Tom Perriello, ont effectué des dizaines de visites pour délivrer ce même message. Des appels consciencieusement ignorés par le président congolais et sa majorité. Dernièrement, le gouvernement américain a brandi la menace de sanctions si le président Kabila ne quittait pas le pouvoir fin 2016. Cela sera-t-il suffisant pour bousculer le pouvoir ? Pas si sûr, dans la mesure où les caciques de la majorité sont nombreux à défendre un système dont ils profitent amplement. En dehors des Etats-unis, les autres pays et l’Union européenne sont plutôt discrets sur la question. Comme la France ou la Belgique qui sont sortis de leur silence fin février pour dénoncer la condamnation à deux ans de prison des six militants de la Lucha. Belgique et France ont demandé à la RDC « de respecter la liberté d’expression et de garantir un débat démocratique serein »… pas de quoi inquiéter Kinshasa qui a aussitôt dénoncé « une ingérence » dans les affaires d’un pays souverain.

Vers le pourrissement

Dans un contexte de crise politique larvée qui peut déraper à tout moment, les solutions de sortie de conflit sont restreintes. Seuls Joseph Kabila, la rue et les Etats-unis ont des leviers assez puissants pour peser sur le cours des événements. Joseph Kabila n’aura de cesse de vouloir assoir à sa table le maximum d’opposants pour négocier une prolongation de son mandat. Son arme : retarder le calendrier électoral et mettre ainsi l’opposition devant l’obligation de dialoguer. Concernant l’opposition, sa principale force reste la rue. Très divisée et face au « trop plein » de leaders potentiels, la mobilisation populaire reste le moyen le plus efficace de peser et de faire pression sur le pouvoir. Mais pour déjouer la forte répression et les arrestations en masse d’opposants, il faudra faire preuve d’actions originales, comme la journée ville morte ou l’opération sifflets. Autre atout, l’opposition peut maintenant compter sur le relai des mouvements citoyens comme Filimbi ou la Lucha, très implantés dans la jeunesse et chez les étudiants. Certains se prennent à rêver d’un scénario « à la Burkina »… mais pour l’heure la capacité de ces mouvements à mobiliser dans la rue reste limitée. Quant au troisième acteur, la communauté internationale, elle pèse de moins en mois sur le dossier congolais et sert de simple valeur d’ajustement au pouvoir et à l’opposition pour valider leur stratégie. Pour exemple : l’ONU a été sollicitée par l’UDPS pour « modérer » le dialogue politique, mais le pouvoir semble peu enclin à sa présence. Résultat : le dialogue est au point mort et l’ONU en dehors du jeu. En conclusion, Joseph Kabila reste bel et bien le maître du jeu. Comme à son habitude il joue la montre et le pourrissement de la situation. Une stratégie risquée dans un contexte où la situation économique et sociale peut amener à des débordements dans la rue. Et au regard de la violente répression de janvier 2015, le bilan humain d’un tel embrasement peut s’avérer dramatique. Seul le président Joseph Kabila a les moyens de calmer le jeu et d’apaiser la crise… en sortant de son silence."



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  ndonzwau le 6/3/2016, 7:08 pm

PS

ndonzwau a écrit:
"RDC : qui peut encore arrêter la crise politique ?
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-qui-peut-encore-arreter-la-crise-politique/
L’élection présidentielle de fin 2016 s’éloigne en République démocratique du Congo (RDC). Les retards accumulés pour l’organisation du scrutin risquent d’ouvrir une période d’incertitude et plonger le pays dans l’instabilité. Joseph Kabila, l’opposition et la communauté internationale peuvent-ils encore éviter le pire ?Analyse.


Dans les rues de Lubumbashi © Ch. Rigaud – Afrikarabia

La tension politique s’accroît à mesure que les élections s’éloignent en République démocratique du Congo (RDC). La tenue de la prochaine élection présidentielle, fin 2016, devient de plus en plus improbable. La Commission électorale (CENI) a récemment annoncé avoir besoin de 13 à 16 mois pour nettoyer le fichier électoral et inscrire les nouveaux majeurs. Un retard « technique » qui amène à prolonger de plusieurs mois le mandat du président Joseph Kabila, qui prend fin en décembre 2016 – voir notre article. La Constitution interdisant au chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, l’opposition accuse le pouvoir de faire glisser sciemment le calendrier électoral afin de plonger le pays dans une période de transition politique. Un scénario à haut risque au vue de la forte répression politique qui s’abat sur les opposants au président congolais. Les manifestations sont le plus souvent réprimées dans la violence, comme en janvier 2015, ou assorties de nombreuses arrestations d’opposants, comme à la suite de la journée ville morte du 16 février 2016.

Majorité : vers une transition imposée ?

Comment sortir de ce bloquage politique ? Joseph Kabila, l’opposition congolaise et la communauté internationale ont chacun leur stratégie. Pour le président congolais, la solution passe un dialogue national avec l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile. L’objectif est de trouver une solution négociée au retard des élections et un nouveau calendrier électoral consensuel. Le hic, c’est que l’opposition ne veut pas de ce dialogue qui apparaît comme un piège tendu par le chef de l’Etat pour se maintenir au pouvoir après 2016. Mais depuis que la CENI, elle même, affirme qu’elle ne pourra tenir les délais, la donne a changé. Le 20 décembre 2016, au lendemain de la fin du mandat de Joseph Kabila, il faudra bien trouver une solution et se mettre d’accord sur la mode de gouvernance : prolongation du mandat du président actuel, transition, président intérimaire… les scénarios sont multiples. Le G7, le groupe des anciens frondeurs de la majorité, avait avancé l’idée d’une transition de 3 mois avec la présidence intérimaire attribuée à Léon Kengo, le président du Sénat, deuxième personnage de l’Etat. Mais pour éteindre la crise politique, Joseph Kabila peut également sortir de son silence : donner une date pour la présidentielle et assurer aux Congolais qu’il ne se représentera pas pour un troisième mandat, comme le lui interdit la Constitution. Pour l’heure, Joseph Kabila ne s’est jamais exprimé sur la question. En retardant les élections, Joseph Kabila pousse donc l’opposition à participer au dialogue, ce qu’elle refuse jusque là.

Opposition :  compter que sur la rue

L’opposition peut-elle stopper la crise politique ? Oui, à une seule condition : participer au dialogue initié par le président Kabila et lui offrir sur un plateau, moyennant des postes ministériels, un prolongement de son mandat. Autant dire que l’opposition n’y est pas du tout disposée, estimant que le président doit respecter la Constitution et quitter le pouvoir après 2016. L‘opposition estime également que la responsabilité des retards dans l’organisation des élections sont imputables au gouvernement, à la CENI et au président Kabila qui n’ont pas su nettoyer le fichier électoral à temps et débloquer les moyens financiers nécessaires depuis les élections contestées de 2011. Mais pour obliger le pouvoir a organiser les élections dans les temps, les moyens de pression des opposants sont limités. La majorité pratique la politique du fait accompli, condamnant l’opposition à venir s’assoir autour de la table. Pour continuer à peser, les opposants congolais ne peuvent compter que sur la rue. En janvier 2015, la mobilisation contre la modification de la loi électorale avait fait plier le gouvernement, mais à quel prix… Les manifestations avaient été violemment réprimées par la police et les ONG internationales avaient déploré « au moins 42 morts ». Pour contourner la répression, l’opposition s’est récemment tournée vers un autre type de mobilisation : l’opération ville morte, avec un certain succès. Le jeudi 3 mars, les opposants ont incité la population a faire du bruit (sifflets et casseroles) pendant 1/2 heure à 20 heures… avec un bilan plus mitigé. Des actions moins dangereuses pour les Congolais qui souhaitent y participer, mais aussi moins efficaces pour faire bouger le gouvernement et la CENI.

Une communauté internationale de moins en moins écoutée

Reste la fameuse « communauté internationale ». Un vocable qui perd petit à petit de sa substance à mesure que les pays occidentaux se désengagent de l’Afrique. La nouvelle doctrine de l’ONU qui consiste à trouver « une solution africaine à chaque problème africain » se met doucement en place. Problème : l’ONU est de moins en moins écoutée, comme pour la crise au Burundi et l’Union africaine (UA) se perd dans ses propres contradictions avec les régimes plus ou moins démocratiques du continent qu’elle peine à sanctionner. Le seul pays qui hausse régulièrement le ton contre Kinshasa, sont les Etats-unis. Pour Washington, Joseph Kabila doit respecter la Constitution et accepter une alternance paisible avec son successeur. Barack Obama s’est entretenu au téléphone sur le sujet avec Joseph Kabila en mars 2015, le Secrétaire d’État John Kerry s’est rendu dans la capitale, en mai 2014, et les envoyés spéciaux des États-Unis dans la région des Grands Lacs, Russ Feingold et aujourd’hui Tom Perriello, ont effectué des dizaines de visites pour délivrer ce même message. Des appels consciencieusement ignorés par le président congolais et sa majorité. Dernièrement, le gouvernement américain a brandi la menace de sanctions si le président Kabila ne quittait pas le pouvoir fin 2016. Cela sera-t-il suffisant pour bousculer le pouvoir ? Pas si sûr, dans la mesure où les caciques de la majorité sont nombreux à défendre un système dont ils profitent amplement. En dehors des Etats-unis, les autres pays et l’Union européenne sont plutôt discrets sur la question. Comme la France ou la Belgique qui sont sortis de leur silence fin février pour dénoncer la condamnation à deux ans de prison des six militants de la Lucha. Belgique et France ont demandé à la RDC « de respecter la liberté d’expression et de garantir un débat démocratique serein »… pas de quoi inquiéter Kinshasa qui a aussitôt dénoncé « une ingérence » dans les affaires d’un pays souverain.

Vers le pourrissement

Dans un contexte de crise politique larvée qui peut déraper à tout moment, les solutions de sortie de conflit sont restreintes. Seuls Joseph Kabila, la rue et les Etats-unis ont des leviers assez puissants pour peser sur le cours des événements. Joseph Kabila n’aura de cesse de vouloir assoir à sa table le maximum d’opposants pour négocier une prolongation de son mandat. Son arme : retarder le calendrier électoral et mettre ainsi l’opposition devant l’obligation de dialoguer. Concernant l’opposition, sa principale force reste la rue. Très divisée et face au « trop plein » de leaders potentiels, la mobilisation populaire reste le moyen le plus efficace de peser et de faire pression sur le pouvoir. Mais pour déjouer la forte répression et les arrestations en masse d’opposants, il faudra faire preuve d’actions originales, comme la journée ville morte ou l’opération sifflets. Autre atout, l’opposition peut maintenant compter sur le relai des mouvements citoyens comme Filimbi ou la Lucha, très implantés dans la jeunesse et chez les étudiants. Certains se prennent à rêver d’un scénario « à la Burkina »… mais pour l’heure la capacité de ces mouvements à mobiliser dans la rue reste limitée. Quant au troisième acteur, la communauté internationale, elle pèse de moins en mois sur le dossier congolais et sert de simple valeur d’ajustement au pouvoir et à l’opposition pour valider leur stratégie. Pour exemple : l’ONU a été sollicitée par l’UDPS pour « modérer » le dialogue politique, mais le pouvoir semble peu enclin à sa présence. Résultat : le dialogue est au point mort et l’ONU en dehors du jeu. En conclusion, Joseph Kabila reste bel et bien le maître du jeu. Comme à son habitude il joue la montre et le pourrissement de la situation. Une stratégie risquée dans un contexte où la situation économique et sociale peut amener à des débordements dans la rue. Et au regard de la violente répression de janvier 2015, le bilan humain d’un tel embrasement peut s’avérer dramatique. Seul le président Joseph Kabila a les moyens de calmer le jeu et d’apaiser la crise… en sortant de son silence."

Compatriotiquement!

C'est bien cela : les élections de décembre deviennent de plus en plus improbables ou s'annoncent peu crédibles augurant d'un avenir incertain pour le pays tant ni l'opposition politique ni le peuple ne sont prêts à avaler sans broncher ce forfait !
Jusqu'à quelle ampleur et surtout qui peut empêcher ce chaos annoncé ?


D'abord et peut-être seulement "JK" qui en est le premier coupable s'il nous assure que quand bien même nous aurions besoin d'un petit retard technique, ces élections auront bien lieu, il n'y briguera point un troisième mandat comme le lui interdit la Constitution et ne veut à la limite que débloquer un processus déjà plombé...
Mais un an et surtout plus ne peuvent correspondre à un retard technique acceptable, cela ouvrirait une transition extra-constitutionnelle qui ne peut être que consensuelle et surtout ne peuvent donner mécaniquement quitus à un pouvoir qui est coupable de ces circonstances exceptionnelles !

Hélas "JK" veut bel et bien se maintenir au pouvoir soit en nous mettant devant un fait accompli, le manque délibéré de préparation aura rendu l'organisation du scrutin impossible sinon difficile dans les délais; soit en imposant un dialogue à ses conditions qui institutionnaliserait le dépassement de la date prévue et derrière, une impunité du coupable qu'il est !
La répression croissante des opposants politiques et de la société civile qui ne réclame que la démocratie comme les jeunes de "Filimbi et Lucha", l'incapacité à nettoyer et à apprêter le fichier électoral à temps et à débloquer les moyens financiers nécessaires pour les élections dont le calendrier est connu depuis 2011 achèveront de convaincre ceux qui doutent encore de la volonté génocidaire de "JK" !

Quelles stratégies alors chez  les patriotes acquis au changement pour le contrer ?

D'un côté que parmi eux ceux qui croient encore au bénéfice d'un dialogue de "JK" qui pourrait le convaincre de s'y transformer de pyromane en pompier responsable y participent volontiers et on verra le résultat ! Si à travers ce dialogue de son invention "JK" parvient a éteindre l'incendie qu'il a provoqué, le pays en profitera, évitant une crise politique et sociale grave...
Sinon pour la grande majorité qui n'y croit pas, "JK" veut son dialogue pour se laver à peu de frais de sa gestion négative, continue de son côté à faire pression sur la dictature notamment en incriminant scientifiquement les expertises voulues techniques mais en fait politisées de ses fumeux 13-16 mois nécessaires à la préparation des élections en même temps qu'elle continuera sa résistance générale en multipliant les formes de la contestation avec l'appui du peuple dans des manifestations diverses, villes mortes et autres désobéissances civiles...


L'avenir du Congo est incertain, sombre avec des gros risques d'un chaos meurtrier; en apprenti-sorcier "JK" le sait mais privilégie sa survie politique illégale par crainte d'un après-présidence qui l'exposerait à rendre des comptes de sa gestion chaotique du pays, plutôt que l'intérêt supérieur du pays, le dernier de ses soucis...
Réveillons-nous pour lui empêcher ce génocide, musclons et diversifions nos actions de résistance : voilà ce que doivent rester le principe et l'effectivité de notre patriotisme actif !

Le pourrissement de la situation est délibéré, même ce fumeux dialogue ânonné depuis des mois ne vient jamais, c'est dire; mais rira bien qui rira le dernier, qui sait où tout cela va nous mener à terme  ?
Congolais opposants à l'autocratie, ne baissons pas les bras,unissons-nous et tapons encore et encore sur elle et ses tentacules notamment cette Ceni qui lui est soumise !
La CI en tête les USA nous aidera-t-elle suffisamment pour réussir une pression critique et décisive pour le "déguerpissement" de "JK" ? Espérons-le !



"Recommandations du Colloque international :
Constitution EWUMELA !

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10640


Prof. André Mbata B. Mangu. Ph. d’archives Congo Indépendant

Prof André Mbata Mangu met Joseph Kabila devant ses responsabilités devant Dieu et la Nation


Ainsi que d’aucuns le savent, l’Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique (IDGPA http://www.idgpa.org) que dirige Prof André Mbata B. Mangu a organisé du 18 au 20 février 2016 à Kinshasa un Colloque scientifique international sur le thème «La Constitution du 18 février 2006 : Bilan, défis et perspectives de consolidation démocratique en République Démocratique du Congo » en marge du 10ème anniversaire de cette Constitution. Alors que le Conseil de la Faculté de Droit avait accepté la collaboration dans l’organisation de ce Colloque, la pauvre Doyenne de la Faculté avait succombé aux mots d’ordre de la Majorité présidentielle (MP) qui s’adressent à présent toutes les institutions, y compris les universités, politiser cet évènement en annonçant toute honte bue le désengagement de la Faculté deux jours seulement avant la tenue de ce Colloque. (...)"



"Election des gouverneurs : La MP intimide les députés provinciaux ...
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10641
A une vingtaine de jours de la tenue de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs des 21 nouvelles provinces, la mouvance kabiliste dite «majorité présidentielle» se comporte de plus en plus en parti unique voire en parti-Etat. Les députés provinciaux devant élire les futurs chefs des exécutifs régionaux font l’objet d’une pression accrue de la part de "Joseph Kabila" qui agit par le biais de son "petit soldat" d’Aubin Minaku. Celui-ci porte la double casquette de secrétaire général de la « majorité présidentielle » (MP) et de …président de l’Assemblée nationale. Conscient de son impopularité croissante, «Kabila» - qui s’accroche à l’idée de briguer un troisième mandat - se comporte de plus en plus en chef d’un régime fasciste qui recourt, de manière décomplexée, à la corruption ainsi qu’aux intimidations.

Un pouvoir conquis par les armes...(...)"



° http://www.radiookapi.net/2016/03/05/actualite/politique/elections-rdc-la-grande-bretagne-insiste-sur-le-respect-de-la
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10635



Compatriotiquement !



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 7/3/2016, 6:11 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: A SUPPOSER LE GLISSEMENT INÉVITABLE, QUE SERAIT ALORS UNE TRANSITION ACCEPTABLE ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:33 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum