IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  ndonzwau le 20/5/2016, 12:25 am

ndonzwau a écrit:PS
[...]
"RDC : le Parquet précise que Katumbi est « inculpé d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État »
° http://www.jeuneafrique.com/326905/politique/rdc-parquet-precise-katumbi-inculpe-datteinte-a-surete-interieure-exterieure-de-letat/

Pour moi, les intrigues et positionnements au sein de la Majorité restent secondaires : "JK" n'est pas disposé à laisser sa place et/ou à se préparer un dauphin à ce stade ! Il sait que personne d'autre dans son camp n'est capable d'assurer sa succession (provisoire) sans son aval; quand bien même, le moment venu il saura s'en occuper !
Aujourd'hui son combat est dirigé contre tout celui qui tente de l'empêcher de se succéder à lui-même à travers une transition de ses vœux à l'issue de laquelle il ne manquera d'ailleurs pas de latitude pour rebattre les cartes à son avantage; du moins croit-il; méfiez-vous donc...

Aujourd'hui toute sa lutte est tendue vers ce but càd à côté de son dialogue et de l'arrêt complaisant lui offert sur un plateau par la CC, la tête de Katumbi !
Si nous perdons de vue cet enjeu urgent et majeur pour lui, nous risquons de lui servir de caution !
Katumbi est devenu son principal ennemi et il doit savoir plus que quiconque pourquoi; il veut l'abattre par tous les moyens, l'empêcher à tout prix de se présenter à la présidentielle demain ou après-demain car il le croit seul capable de le défier ! Les autres, il les enrôlera à travers son dialogue, ne vous trompez pas...
C'est peut-être même cela que les pro-dialogue y compris cette CI derrière un dialogue prétendu inclusif mais d'abord de son initiative, ne subodorent pas assez... Katumbi non seulement le refuse pour honorer son rdv personnel et ses chances mais apparaît comme son rival le plus sérieux parmi tous les autres...

Mais arrivera-t-il à s'en sortir face à la machine puissante et diabolique que "JK" représente avec tous les moyens de l'Etat, l’Imperium effectif... ?
Rien n'est moins sûr, il va avoir besoin des grands moyens au delà des seuls arguments judiciaires car les dès y sont pipés d'avance...
Est-il assez endurant pour aller jusqu'au bout alors qu'en signant la paix avec son ancien allié, il sera plus tranquille ?
Le moins qu'on puisse dire aujourd'hui est qu'il n'y arrivera pas tout seul;  la CI semble l'avoir laissé à lui-même au moment où il a le plus besoin d'elle (l'Onu a ouvertement dit que sa mission ne comportait pas la sécurité personnelle des hommes politiques); les autres dans l'opposition comprennent-ils suffisamment que le départ de "JK" qui est, j'espère, toujours leur priorité, devra aussi passer par la victoire de Katumbi sur "JK ou ne vont-ils se contenter que de partager le pouvoir avec ce dernier, plutôt ravis de se débarrasser d'un rival encombrant ?
Attendons la suite...............

Compatriotiquement!

Je me trompe peut-être mais pour moi le vrai combat  pour le changement, c'est le mien et espère que c'est celui de beaucoup d'entre-nous, ne se situe point en dehors d'une confrontation réelle et déterminée avec "JK" et dans ce sens je soutiendrai à ce stade ceux qui se mettent effectivement et vigoureusement en travers de ce dernier, quel qu'ait été leur itinéraire !
Katumbi n'est peut-être pas mon candidat rêvé mais il s'est révélé un adversaire sérieux à "JK", c'est ce qui lui vaut d'ailleurs tout cet acharnement judiciaire, policier; bref répressif de la part de ce pouvoir...

Non pas  que je passe par pertes et profits le changement effectif de gouvernance dont a besoin notre pays en me satisfaisant de n'importe qui à la place de "JK" mais parce que je suis convaincu que lorsque quelqu'un prend de risques de s'opposer à lui, il recèle quelque part des potentialités et sera obligé pour réussir de gouverner autrement que lui !

J'en ai réellement assez des procès d'intention et des délits rapides en suspicion de compromission vu les passés des uns et des autres; j'en ai marre de toutes ces querelles byzantines tantôt préjugées tantôt sectaires parce que celui-ci ou celui-là ne serait pas des nôtres, je veux des actes, je veux des hommes qui se dressent sans discussion au travers de "JK" et non ceux qui veulent lui tendre leurs béquilles soi-disant pour des compromis nécessaires pour la stabilisation de notre pays !
Il y'a un moment où le pays a besoin de confrontation nue et déterminée entre un bien et un mal; nous ne pouvons y échapper !

Nous y sommes et dans ce sens je soutiens aujourd'hui Katumbi car je crois encore à sa victoire sur "JK" s'il est soutenu par tous les Congolais et que le Congo est obligé de passer par celle-là s'il veut avancer dans le bon sens...
Je vais paraître peut-être excessif mais je ne crois ni à la sincérité patriotique ni à la lucidité politique de ceux qui agrippent aujourd'hui à la priorité de faire le procès à ceux qui agissent contre JK"; pour moi elle est d'agir pour que ceux qui agissent soient confortés par notre soutien; pardon !

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 20/5/2016, 2:41 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  Troll le 20/5/2016, 12:26 pm

Evil or Very Mad Après KATUMBI, FAYULU est le prochain ?

Tous les deux sont des candidats declarés á la présidence..si Katumbi sera mis en prison ou mis en residence surveillée et pire Shocked risque la "peine de mort", Fayulu dont la campagne électorale á Bandundu a été mouvementée...est frappé sur le plan "financier" Laughing

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/article/rdc-son-hotel-sous-scelle-nouveaux-deboires-pour-fayulu

Twisted Evil Un car plein des policiers pour règler un problème d impôt Very Happy

Katumbi, Fayulu..ensuite Matungulu et les autres candidats..avant de frapper les membres du G7 et tracasser tous ceux qui réfusent le "dialogue" Question Embarassed Razz Surprised

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  djino le 20/5/2016, 4:09 pm

RDC : L’Hotel Faden House de l’Opposant Martin Fayulu serait confisqué par Kabila ? Shocked  Shocked  Shocked  

http://popafro.com/rdc-lhotel-faden-house-de-lopposant-martin-fayulu-vient-detre-confisque-par-kabila/

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  zobattants le 20/5/2016, 9:57 pm

Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, le 2 septembre 2006, sur le site Katanganews :
JUNAFEC/ Katanga se souvient toujours que dans tes recherches effrénées du gain pour le gain, tu as amassé une fortune en faisant le trafic d’armes avec l’Unita lesquelles ont également servi pour tuer nos compatriotes lors de la guerre d’agression Ougando-Rwandaise ayant causé plus de quatre millions de morts. Aussi la JUNAFEC/ Katanga ne peut pas oublier ta participation active au pillage de richesses minières à Kilwa plus précisément à Dikulushi ayant pour conséquence politique. Le refus de nos frères de Pweto de voter pour le Chef de l’État alors que ce dernier n’y est pour rien dans ton entreprise mafieuse. La Jeunesse katangaise dénonce ta présence dans plus de trois sociétés minières de Kolwezi. Étant plongé jusqu’au cou dans l’entreprise de pillage des ressources minières du Katanga ; quelle leçon veux-tu donner à notre Leader politique ? (Nb Gabriel Kyungu)

Kisenga, Nestor (2016-02-25). L’art de piller propre: RD Congo : l’africain de l’année (French Edition) (Kindle Locations 610-618). .

Suspect Suspect Suspect Suspect
Opposants, je vous presentent vos nouveaux darlings: katumbi et Kyungu...
demain je vais poster la lettre ouverte que Muyambo avait ecrit pour denoncer Katumbi

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  zobattants le 20/5/2016, 10:40 pm

JEAN-CLAUDE MUYAMBO EVENTRE MOISE KATUMBI
22 septembre 2012, 02:55
Dans une lettre ouverte adressée au Gouverneur du Katanga Moise Katumbi, Jean-Claude Muyambo déballe tout concernant son frère ennemi.
Corruption, détournement des fonds, trafic d'influence, escroquerie envers Mze Kabila, chantage, tribalisme,extorsion des biens des paisibles citoyens et bien beaucoup d'autres maux qui sont, selon Me Muyambo, la spécialité du "riche" gouverneur du Katanga.

A la veille du match opposant le TP MAZEMBE à l'AS V-CLUB, voici ce que Muyamno écrit dans cette lettre dont nous venons d'avoir possesion.

Bref, Katumbi n'est pas le chic type que vous croyez...

‘Ma patience est au bout devant vos différentes provocations, différents comportements et agissements contre moi depuis votre retour d’exil, jusqu’à ce jour. C’est aussi dans le souci d’éclairer l’opinion Katangaise, congolaise et internationale, afin de lui permettre de mieux vous découvrir, vous connaître, et d’avoir une idée réelle de votre personne c’est-à-dire un homme qui mérite d’être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède. Ma démarche d’une essence chrétienne pour un frère dans la foi n’étant nullement dans l’intention de vous nuire, mais celle de vous aider à changer votre caractère et comportement’’

Objet : Première lettre ouverte : Ma part de vérité

Monsieur le Gouverneur,

Si je me permets aujourd’hui de vous écrire cette première lettre ouverte, c’est en ma triple qualité de Président national d’un parti politique, la Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement, en sigle SCODE et de notable de la province du Katanga et de la commune de Ngaliema à Kinshasa. Ma patience est au bout devant vos différentes provocations, différents comportements et agissements contre moi depuis votre retour d’exil, jusqu’à ce jour. C’est aussi dans le souci d’éclairer l’opinion Katangaise, congolaise et internationale, afin de lui permettre de mieux vous découvrir, vous connaître, et d’avoir une idée réelle de votre personne c’est-à-dire un homme qui mérite d\'être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède. Ma démarche d’une essence chrétienne pour un frère dans la foi n’étant nullement dans l’intention de vous nuire, mais celle de vous aider à changer votre caractère et comportement.

En tant qu’un homme, créé à l’image de Dieu, et surtout selon sa ressemblance, j’ai une personnalité et une dignité à préserver tant sur le plan local, national, qu’international. Je me suis limité dans cette première lettre à vous prodiguer des conseils, dans la vérité. Je suis votre frère qui vous connaît bien, qui vous a tendu sa main lorsque vous êtes rentré de votre exil. Je vous ai reçu, logé et nourri, mais je vous ai toujours dit la vérité en face, en lieu et place de flatteries. A votre détriment, vous apprendrez un jour comme le disait si bien Jean de La Fontaine dans l’une de ses fables que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Dans cette première lettre ouverte, je tâcherais d’expliquer à l’opinion katangaise, congolaise ainsi qu’internationale, comment nous nous sommes connus, comment vous aviez procédé pour vous procurer aujourd’hui ce que vous estimez avoir reçu légalement, et enfin les raisons qui vous ont poussé à organiser la tentative d’assassinat contre ma personne et ma famille en date du 15 Juin 2010, ainsi que la destruction et pillage des installations de ma station Radio Télévision Lubumbashi jua, et celle de ma résidence à la même date.

I.GENESE
Sauf omission de ma part, je ne me souviens pas vous avoir connu ou entendu parler alors que j’étais encore étudiant à l’université de Lubumbashi, ni encore moins lorsque j’entrais dans ma vie professionnelle en tant qu’avocat.
Le seul souvenir dont je me souviens de vous est d’avoir entendu parler de vous, remonte de la période pendant laquelle votre nom a été cité dans une affaire honteuse d’escroquerie dans les affaires des magasins Témoins et d’achat d’armes pour le compte de la République Démocratique du Congo, que vous avez, sauf oublie de votre part, escroqué le feu Président Laurent Désiré KABILA. C’est alors que j’ai été contacté par l’un de vos collaborateurs, en la personne de l’Honorable Godé YASUPA, pour que j’use de tout mon poids pour que vous reveniez au pays, vue que votre situation devenait de plus en plus difficile et insoutenable à l’étranger ; situation que vous connaissez parfaitement bien et sur laquelle vous ne pouvez pas me contredire.

Je me souviens, que je me faisais toujours accompagner de Monsieur Lord Nawej lors de nos différentes rencontres à l’étranger. Vous vous souviendrez que j’ai eu à effectuer plusieurs voyages à Sun City pour rencontrer différentes autorités politiques alors que je n’étais qu’un simple avocat pour vous permettre de regagner le pays et contrairement aux autres personnes qui entreprenaient les mêmes démarches que moi, je ne vous avais jamais demandé un seul dollar pour toutes les démarches effectuées y compris les frais de voyage et de restauration car je vous considérais toujours comme un frère en détresse. Nos différentes démarches et différents contacts en votre faveur ont eu comme résultante, la bénédiction du chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE qui a finalement accepté que vous reveniez au pays malgré tout ce que vous aviez causé comme préjudice à son père, M’zee Laurent Désiré KABILA, alors chef de l’Etat.

A votre retour au pays, j’avais remarqué que vous n’aviez ni argent de poche, ni endroit où habiter, et j’ai eu à m’occuper de bon coeur de votre logement et restauration, et ce, dans mes installations, non pas vous seul, mais avec tous les vôtres, pris en charge de la même manière que vous. A cette époque, le Gouverneur NGOY MUKENA s’est engagé en tant que gouverneur pour supporter les frais de logement et de restauration qui s’élevaient jusqu’à 250.000 $ que je n’ai jamais réclamés. Je me souviens encore, que le jour où vous êtes rentré au pays, vous étiez accompagné de Monsieur Paul (un sujet zambien) que vous m’aviez présenté comme étant votre frère, et c’est lui qui avait loué le jet qui vous avait amené de Johannesburg à Kinshasa et de Kinshasa à Lubumbashi, et comme l’accueil était chaleureux, vous aviez usé de trafic d’influence pour informer aux autorités de la GECAMINES et autres opérateurs minier que c’était le chef de l’Etat qui vous a envoyé implanter son parti le PPRD au Katanga, et que la GECAMINES DEVELOPPEMENT devrait vous donner ses minoteries pour moudre la farine afin de permettre au parti PPRD d’avoir des subventions. C’est ce qui a été fait. Dites-moi pourquoi Monsieur Paul est-il rentré en Zambie? Car, un bon matin, ce dernier m’a appelé, alors qu’il se trouvait dans le jardin de la résidence LOFOI, qui appartenait à Monsieur KATEBE KATOTO, où vous vivez actuellement, et il me parla en ces mots : « Muyambo mon frère, j’ai pensé que Katumbi était mon frère, mais ce qu’il vient de faire est inacceptable, et je préfère rentrer en Zambie… ». J’ai essayé pour ma part de le persuader en lui disant que vous deux vous formiez une bonne équipe de travail, et que le début a toujours été difficile, et que ça pouvait marcher dans les jours à venir.

En présence de Monsieur Paul, je vous ai appelé pour demander ce qui s’était passé entre vous ? J’ai été surpris de votre réponse: « Président, laissez-le partir », et ma deuxième question de savoir pourquoi devons-nous le laisser partir ? Sans attendre votre réponse Paul va me cracher la vérité en ces termes : « lorsque le président de la République Son Excellence Joseph KABILA KABANGE a accepté le retour de Moïse KATUMBI au pays, ce dernier (Moise KATUMBI), m’a demandé de louer un jet pour lui, et qu’en contre partie, je devrais moudre les maïs à la GECAMINES DEVELOPPEMENT pour une période de 3 mois, de manière à récupérer mon argent, en écoulant mes maïs à 15 $ le sac, en réservant 15% de commission sur chacune de livraison, au profit de Monsieur Moise KATUMBI.

Quelle ne fut pas la surprise de Paul d’apprendre qu’au lieu de livrer le sac de maïs de 25Kg à 15 $ à la GECAMINES DEVELOPPEMENT, Monsieur Moise KATUMBI le livrait à 30 $. Il est écrit dans les Saintes écritures « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l\'un, et aimera l\'autre; ou il s\'attachera à l\'un, et méprisera l\'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon ». Et là j’ai été convaincu par Paul, et je ne pouvais plus insister qu’il reste à Lubumbashi. Je me souviens encore que vous commenciez à racketter des Libanais et des Grecques dans cette ville de Lubumbashi pour remplir vos poches. Et l’une de vos premières victimes fut Monsieur FWADE, un sujet libanais à qui vous aviez exigé la somme de 400.000 $ en le menaçant de démolir sa résidence avec l’aide des fanatiques de Mazembe, et ce dernier a quitté précipitamment le pays pour aller s’exiler en Afrique du Sud. Et à ma question de savoir le pourquoi de ces types de comportements, vous m’aviez laissé entendre que vous le faisiez pour avoir de l’argent de poche, et que vous me réserveriez ma part. Chose que je n’avais pas aimée, ni appréciée, et je me souviens vous avoir répondu en ces termes : « président, il est bon pour un homme de vivre et de se nourrir de ce qui lui revient, comme fruit de son travail, et non de s’enrichir de ce qui est à autrui, qui est source de malédiction ». Le jour suivant, c’est Monsieur Alex BAZANO qui m’appelle en détresse pour m’informer de menaces que vous exerciez sur sa personne en vue de lui ravir ses biens, et votre réponse a été claire : « Président, ce Monsieur n’a jamais contribué à l’équipe de MAZEMBE ». Je vous avais conseillé avec insistance pour que vous le laissiez en paix, vous m’aviez dit qu’il devrait à tout prix contribuer. Tel ne fut pas ma surprise de voir que ce Monsieur était devenu votre meilleur et grand ami. Ne dit-on pas ceux qui se ressemblent s’assemblent.

II.DOSSIER SEMPYA
Il est écrit, « Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c\'est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse ». Malin que vous êtes, vous saviez où vous vouliez m’amener en me piégeant avec des gens que vous m’envoyiez comme c’est fut le cas de Judas et Jésus. Cependant selon ma foi chrétienne, dans mon éducation et dans mon sang, je n’ai jamais eu en aucun moment un esprit tribal ou celui de haïr les autres à cause de leur appartenance ethnique ou tribale car celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres et le Seigneur d’ajouter que quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu\'aucun meurtrier n\'a la vie éternelle demeurant en lui. Je ne comprenais pas que vous puissiez envoyer Madame LILIANE PANDE et Monsieur KIKI MUSHOTA venir me dire que je pouvais être un bon Président de la communauté SEMPYA; chose que je ne voulais jamais entendre dans mes oreilles. Comme je devais écouter la voix de mon Sauveur Jésus-Christ et pour aider les miens, j’ai accepté non pas pour votre volonté mais pour la volonté divine car il est écrit « l\'Eternel Dieu est un soleil et un bouclier, l\'éternel donne la grâce et la gloire, il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l\'intégrité ».

Les deux émissaires vous ont fait rapport, et vous êtes personnellement venu à ma résidence pour me convaincre, et dans l’immédiat j’avais dit que je ne parlais pas la langue Bemba. Vous m’aviez dit que cela n’était pas nécessaire, et que vous seriez là pour m’encadrer, m’aider à apprendre vite cette langue de chez nous avec votre concours. Chose que j’apprécie aujourd’hui puisque j’en parle. Ainsi fait, les élections se sont organisé, et j’ai été élu Président national de l’association socio culturelle SEMPYA. J’ai usé de tout mon poids pour que le cri de notre communauté puisse se faire entendre et que la communauté puisse sortir de la misère. J’ai été scandalisé le jour où vous êtes venus me dire que vous aviez décidé, vous et le feu ambassadeur KATUMBA MWANKE ce qui suit : « Pour que le chef de l’Etat Joseph KABILA KABANGE prenne notre communauté en considération, nous devrions lui faire des chantages…».

Je vous ai dit sans réfléchir que cela ne pouvait pas marcher avec moi et mon éducation, car je suis le président qui dirige une association avec l’appui de mon Comité Directeur, pour le bon fonctionnement de celle-ci, et que tous les projets devraient être proposés par le président que j’étais et qui devait à son tour le soumettre au Comité Directeur et non aux membres même d’honneur à vouloir influencer le Comité National. J’étais contre votre proposition qui était de nature à faire chanter le chef de l’Etat, et je ne savais comment entrer en contact avec lui pour l’informer de ce qui se conjugue contre lui. Je vous avais dit en face : « pourquoi le feu Ambassadeur qui ne s’était jamais intéressé à la communauté puisse le faire maintenant » ? Votre réponse : « tu ne comprends rien » j’ose croire que c’est vous qui ne compreniez rien. J’ai pensé vous faire revenir à la raison ; j’ai été désagréablement surpris et étonné que le même jour, le comité de sages composé de Monsieur BWALYA, TSHANSA et Csrt puisse me convoquer pour que j’accepte vos propositions.

Le rendez-vous était fixé à 18h à la résidence de Monsieur BWALYA et moi j’étais accompagné de l’honorable Aerts KAYUMBA, les sages étaient là, y compris vous-même, et devant ces derniers j’ai été très clair disant qu’il n’était pas question que l’association Sempya fasse la politique et que je n’étais pas un président pour être manipulé. Je vous avais dit devant tous ces gens que vous pouviez jouer ce jeu avec tous les autres mais pas avec moi car vous ne m’avez pas élu à la tête de Sempya pour protéger vos intérêts. Et je vous ai dit clairement et cela devant toutes ces personnalités que je ne pouvais pas jouer votre jeu. C’est ce qui a fait que la réunion soit terminée en queue de poisson. A la suite de ces évènements, vous aviez tout fait pour m’écarter de l’association étant donné que nos membres ainsi que nos autorités provinciales étaient déjà pris en otage. Vous êtes venu avec des agents de l’ordre pour organiser les élections en vue de me destituer et malgré ce cirque, c’est ce jour que vous aviez compris que Sempya était divisée en deux ailes. Il y en a ceux qui ont résisté avec moi et ceux dont vous aviez acheté la conscience qui sont partis avec vous. Dois-je vous rappeler que vous avez fait tabasser votre propre petit frère, l’Honorable Aerts KAYUMBA puisqu’il a estimé à l’époque que ma démarche était noble. Ainsi, j’avais déposé une plainte contre vous au parquet de Bruxelles. La plainte a été retirée par la victime parce que vous lui avez présenté des excuses. La violence est votre seconde nature.

Chose que j’aime aujourd’hui et qui me soulage car ceux-là même qui sont partis avec vous ne cessent de me dire : « Président, excuse-nous car nous avons été trompé… ». Vous êtes conscient que vous n’avez rien fait pour la communauté. Par contre vous vous êtes servi de la base de Sempya comme un tremplin et ses membres comme des torchons finis. Dites-moi en toute honnêteté qui de Sempya aviez-vous propulsé ? Si ce n’est ceux qui sont à votre solde, esclaves de votre argent. Vous voulez me dire que vous aviez aidé le Bishop MWEWA avec sa chaine de télévision, qui, à longueur de journée ne fait que passer vos insultes pour vous plaire ? Vous l’avez financé pour acheter sa conscience et c’est ce que vous trouvez normal. Et c’est ce que vous vouliez avec ma chaine de télévision et de radio et quand j’ai dit non vous étiez étonné de ma réponse.

Vous souvenez-vous du jour où la RTLj faisait passer l’émission sportive en parlant de la violence des 100 % contre les joueurs de Vclub, jour où vous n’étiez pas gêné de m’appeler et de me demander ceci : « président, est-ce vous suivez la télé » ? Je vous ai dis non, qu’est ce qu’il il y a ? A vous de répondre : « suis la télévision ». En ouvrant celle-ci j’ai trouvé que les journalistes commentaient sur la violence qu’il y a eu au stade et j’ai fini par comprendre que vous êtes ennemi de la démocratie et de la liberté d’expression et que vous préférez les flatteries. Voilà dans quel état d’esclavagisme vous placez vos propres frères.

III. DOSSIER MUAMBA KABASELE (PILLAGE DE LA MINE DE MBOLA)
Il est écrit dans les Saintes écritures « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Souvenez-vous m’avoir appelé au téléphone pour me demander si je pouvais vous tenir compagnie visiter la mine de MBOLA ? J’ai décliné cette offre au motif que j’étais très occupé. Quelques heures plus tard, j’ai été informé de l’ampleur du dégât que vous aviez causé en complicité avec les creuseurs à la mine de MBOLA ; Je vous avais appelé au téléphone pour en savoir plus, en vous demandant ceci : « président est-ce vrai ce que je viens d’apprendre ? Vous m’aviez répondu sans gêne : « président ni ba Kasaï…» (président ce sont des Kasaïens !), j’ai rétorqué en disant que même si c’est un Kasaïen, il a perdu beaucoup de biens et de l’argent et qu’il fallait lui donner un délai raisonnable pour quitter la concession. Votre réponse était en kibemba « (benatshalo) ce qui signifie c’est notre terre ». Au fait c’était quoi au juste ? Vous étiez informé que les minerais de la mine de Mbola pour lesquels Monsieur MUAMBA KABASELE détenait les documents dument signés par le Ministre des Mines Monsieur INGELE IFOTO avaient une forte teneur. De là vous vous êtes résolu de le mettre dehors pour vous en accaparer, avec l’appui de creuseurs.

Arrivé sur le lieu, vous aviez tenu un meeting incendiaire d’incitation à la haine et au pillage des biens et des installations de Monsieur MUAMBA KABASELE, dont, même le Président de l’Assemblée Nationale de l’époque, Monsieur Vital KAMHERE a accusé réception de la plainte de la victime. Vous insistiez en disant que c’était vous la justice, je dirai le « justicier ». Ainsi Monsieur MUAMBA KABASELE a perdu ses biens d’une valeur de plus de 1.500 000 $ et 400. 000 $ en espèce.
Il a porté plainte au Parquet de Grande Instance de Kipushi, vous n’aviez dénié y répondre ; par contre le Procureur de la République, Monsieur KASONGO MPAU OKINGI en a eu pour son compte avec des insultes. Le directeur de Cabinet du Chef de l’Etat à l’époque, Monsieur Léonard She OKITUNDU a écrit, il a perdu son temps ; Le ministre de l’intérieur de l’époque l’Honorable Théophile BEMBA NFUNDU a demandé la sécurisation de la carrière de Mbola et a envoyé des messages au Gouvernorat de la province, il n’y a jamais eu de réaction. C’est à cette occasion que j’apprendrais que les barrières qui étaient érigées pour contrôler les entrées et sorties de la carrière de Mbola ont été détruites par vous-même et cela malgré la présence des policiers. Quand ces derniers ont voulu intervenir, vous vous êtes déboutonné pour les affronter. Vue le nombre de creuseurs qui vous accompagnait, vous aviez réussi votre coup. Quelques mois plus tard, vous vous êtes retourné contre les creuseurs qui vous ont aidé pour vous accaparer de cette mine. Finalement, suite à ces pillages, destructions et vols de ses biens, Monsieur KABASELE va piquer une crise et va rendre l’âme. Vous faites semblant comme si de rien n’était. Je vous informe que sa veuve se trouve actuellement à Lubumbashi pour que justice soit faite.

Tout ce que vous ne voulez que les hommes ne fassent pour vous, ne le faites non plus à eux. Je sais qu’il n’y a que le Seigneur qui est le père des orphelins, le défenseur des veuves, c’est-à-dire, la veuve KABASELE est protégée et je pense qu’elle aura, tôt ou tard, gain de cause. J’ai été estomaqué quand vous passiez à la télévision en criant haut et fort que c’est votre argent qui a aidé le chef de l’Etat Joseph KABILA KABANGE à battre campagne. Quel argent ? Dois-je vous rappeler qu’avant les élections vous aviez convoqué toutes les sociétés minières du KATANGA et autres opérateurs économiques en les menaçant en ces termes : « quiconque ne va pas contribuer pour les élections ne va plus travailler dans la province du Katanga …». Vous vous êtes fait une bagatelle somme de 50.000.000 $ us et qu’en réalité vous n’aviez dépensé qu’ 1.500.000 $ en les jetant à travers toute la République pour montrer à la population congolaise que vous étiez fortuné. Moi je connaissais déjà votre système de fonctionnement car c’est de la même manière que vous aviez agit avec le feu président zambien Fréderic TSHILUBA. J’ose croire que l’opinion tant nationale qu’internationale est entrain de comprendre de quelle manière vous vous êtes enrichi !

IV. DOSSIER CANDIDATURE AU GOUVERNORAT
Malgré qu’on ne s’entendait plus et me retrouvant à KINSHASA, vous aviez pris le courage de venir me demander une rencontre et le rendez-vous était fixé à la résidence de Monsieur IBRAHIM de Socimex à Gombe au quartier SOCIMAT ; l’un de vos collaborateurs en l’occurrence Monsieur Fréderic KITENGE est venu nous trouver (il était étonné de nous voir encore ensemble) et vous lui avez demandé de nous laisser seuls. C’est à cette occasion que vous aviez profité pour m’informer que vous étiez aussi candidat gouverneur, et que vous n’attendiez que l’accord du Chef de l’Etat. Vous avez profité aussi de cette occasion pour présenter des excuses pour tous les maux que vous m’aviez causés et vous avez sollicité mon appui. Je vous ai répondu premièrement que vous devriez vous entendre avec le président KYUNGU wa KUMWANZA et l’honorable NAZEM NAZEMBE. Vous étiez sur le point de refuser, j’ai insisté en vous disant qu’en politique, il faut être flexible et le deuxième rendez-vous était fixé à Lubumbashi la même semaine à la résidence Lofoi que vous veniez d’acquérir.

De mon côté, J’ai fait de mon mieux pour convaincre l’honorable NAZEM qui du reste était catégorique et qui finalement viendra assister à la réunion. Quant au pasteur Théodore NGOY, il m’a répondu que c’était une bêtise et la mort du KATANGA, et je ne peux que lui donner raison aujourd’hui car il avait déjà une vision. Le pasteur Théodore NGOY ne voulait pas être dans votre milieu qu’il pressentait déjà être impur.

Je ne pouvais imaginer en aucun moment que vous pourriez inféoder de hautes personnalités à cause de l’argent et les rendre des mendiants pour vous adorer. A l’issu de cette réunion, le partage devrait être équitable pour des postes ministériels et ce n’est qu’après que j’ai compris que vous nous avez roulé dans la farine, car le nombre de postes ministériels attribués à chaque parti politique ou groupement n’était plus respecté. Aussi les personnes qu’on vous a présentées pour animer ces ministères, ont été conquises à votre cause. La campagne de dénigrement, de la sape de mon honneur a commencé comme pour me dire : « arrêtes de me contrôler sinon tous vont se retourner contre vous ». Effectivement vous avez réussi parce que la plupart des membres de la coalition de l’époque se retournaient contre moi et vous les avez tous lâchés. Et plus tard ils ont compris qu’ils devraient rester fidèles à MUYAMBO, fort et conscient.

V. DOSSIER LWISHA
En donnant le Ministère des mines à un membre de ma coalition, j’ai compris que c’était une façon pour vous de flouer votre propre parti politique et que vous puissiez avoir la main mise sur ce ministère en toute liberté et que votre parti ne soit au courant de vos manigances. Si réellement vous aimiez votre parti politique vous ne devriez pas être hypocrite. Vous vous souvenez lorsque j’ai été alerté par les religieuses de LWISHA qu’elles étaient envahis par les creuseurs et que l’école risquait d’être détruite ; je vous ai cherché et vous vous trouviez en Italie ; je vous ai fait le rapport des cris des détresses des religieuses et des élèves de cette école mais je ne comprenais pas que le ministre provincial des mines puisse cautionner de tels actes ; votre réponse était claire : « je ne suis pas au courant, je n’y suis pour rien, MUMBA fait de sa tête et d’ailleurs c’est toi qui me l’as recommandé et tu as insisté qu’il soit là... » Avec le temps il s’est avéré faux car vous étiez au courant et l’opinion Katangaise a compris que vous étiez le sapeur pompier, comme si c’était vous qui protégiez l’école. C’est en ces moments que vous aviez commencé à m’opposer à mon propre frère avec qui j’ai passé de bons moments et envers qui je garde des bons souvenirs.

VI. DOSSIER MINE DE KISWISHI
Un bon matin, j’ai eu l’appel de Monsieur George FOREST se plaignant du comportement du ministre des mines qui s’est permis d’aller avec les journalistes de la Radio OKAPI sur son site et qu’à partir de là, les journalises ont fait une déclaration selon laquelle les minerais de cette concession avaient des effets radio actifs ; Monsieur FOREST est venu se plaindre au motif que c’était un ministre qui dépendait de moi. Après avoir discuté avec vous, j’ai compris que la réalité était autre car je vous ai demandé pourquoi traitiez-vous Monsieur FOREST qui est notre frère de la sorte ? Votre réponse était claire : « c’était une façon d’exercer une pression sur lui pour qu’il me donne le contrat de sous-traitance et s’il ne le fait pas je vais lui arracher tous les marchés de construction des routes…» ; J’ai compris que c’était une façon pour vous de malmener les opérateurs miniers pour vous faire de l’argent. Et vous le saviez pertinemment bien que moi je ne pouvais pas cautionner de tels démarches et comportements. Pour distraire l’opinion sur toutes ces vérités, vous avez trouvé bon de commencer à m’insulter. Dois-je vous rappeler que l’insulte est une arme des faibles ?

VII. DOSSIER SITE BWALYA
Monsieur BWALYA est des nôtres ; c’est-à-dire votre frère Sempya. Il s’est vu malmené par vous et vous vous êtes permis de démolir plus de 200 maisons sur des terrains que lui-même avait vendus en morcellent sa ferme avec l’accord des services du cadastre. Je vous avais demandé pourquoi cette démolition? Vous m’aviez dit que c’était pour protéger les atterrissages et décollages des avions. Pourtant la réalité est autre. C’était une aubaine pour vous de faciliter RWASHI mining à obtenir une ligne de haute tension, en contrepartie vous aviez eu de fortes commissions et d’autres avantages. Vous aviez sacrifié vos propres frères à cause de l’argent ; vous devriez avoir horreur du mal ; Je suis intervenu personnellement pour demander au gouvernement central de trouver une autre solution pour ces pauvres populations et c’est ce qui a été fait.

VIII. DOSSIER SNEL ET REGIDESO
Il fera bientôt 6 ans que vous êtes à la tête de la province. Pour quel bilan? Bien des congolais pensent que le Katanga est une province où coulent le miel et le lait! Comment peut-on expliquer que plusieurs quartiers de la ville de Lubumbashi sont toujours dans le noir ? Le courant n’est stable que dans les endroits où vous avez vos intérêts, ceux de votre famille et de vos amis. Vous empêchiez à la population d’avoir le courant pour qu’elle ne soit informée des réalités de la province mais curieusement, le jour où il y a match de Mazembe, le courant est stable dans toute la ville. Vous avez facilité et priorisé les sociétés minières à avoir du courant au détriment de la population. Pour vous celle-ci ne compte pas, le business avant tout. Et lorsqu’un particulier, veut mettre un transformateur dans un quartier comme ça se faisait à l’époque, avec l’accord de la SNEL, vous vous rabaissiez pour donner des injonctions de ne pas le faire. C’est depuis 2007 que j’ai mis à la disposition de la population de Kasapa un transformateur qui malheureusement n’a jamais été mis en service puisque vous pensiez que je vous concurrençais.

L’honorable NAZEM en a eu pour son compte lorsqu’il voulait installer un transformateur dans la commune de Katuba. En ce qui concerne l’eau potable qui doit être à la disposition de toute la population, vous êtes conscient depuis que vous êtes à la tête de cette province que les mamans utilisent les bidons jaunes de 20 litres à longueur de journée à la recherche de cette denrée rare qui pourtant devrait être à la disposition de toute la population. Dans la périphérie de la ville de Lubumbashi, la population utilise les eaux de rivières polluées par des minerais. Vous faites semblant de ne pas comprendre pourquoi il n’y a pas assez d’eau dans la ville de Lubumbashi. C’est parce que vous avez favorisé une société qui a fait une étude de faisabilité dont l’un de vos protégés est responsable. Celui-ci a donné de fausses informations sur la production et le captage de volume d’eau par seconde sur le projet de la station LWANO. Vous devriez avoir le courage de le dire à la population de la ville de Lubumbashi, la raison pour laquelle l’eau est insuffisante. Avez-vous oublié que vous avez forcé les sociétés minières et autres opérateurs économiques à contribuer à l’amélioration de ces deux secteurs vitaux et que la contribution financière est arrivée jusqu’à 30.000.000 $ ? Où est parti cet argent ? Ça s’appelle un détournement !

IX. DOSSIER CONSTRUCTION DES ROUTES
La plupart des routes que vous êtes entrain de construire s’abiment soit après 6 mois soit une année. Après, vous revenez toujours avec le colmatage, et lorsqu’on vous fait des critiques, vous voulez donner l’impression qu’on est contre vous. La raison est simple, vous ne faites pas des routes à longue durée de vie parce que c’est un business pour vous. Or, il ne faut jamais mélanger le business et la politique. Pourquoi la société chinoise CREC est-elle partie ? Parce que vous lui exigiez sur un kilomètre de route à construire, de payer 1.000.000 $ us. Elle devait en outre diminuer le volume d’asphaltage, en contre partie, celle-ci devrait vous rétrocéder la moitié de la somme. Conséquence, elle a plié ses bagages et traversé la frontière. Pour distraire l’opinion katangaise, et pour que vous ne soyez pas soupçonné de magouille, vous avez commencé à redistribuer quelques marchés à la société MALTA FOREST. Or en réalité le gros du marché est confié à la société SAFRICAS où votre famille a des actions et où vous faites sous-louer des engins BELL. Comme conséquence, vous créez le marché, en construisant, en reconstruisant, en démolissant le même tronçon pour vous faire de l’argent. Point n’est besoin de vous rappeler que c’est l’argent de l’Etat et vous ne voulez pas qu’on vous contrôle. Combien de fois l’avenue KASAVUBU a été asphaltée et ré asphaltée ? L’avenue du 30 juin a été bétonnée depuis l’époque coloniale, fut-il nécessaire d’enlever ce bêton pour remettre une petite couche de macadam? J’ai compris que c’est une façon pour vous de donner du travail à votre propre société. Vous souvenez-vous de l’asphaltage de l’avenue MANIEMA, avenue qui a été détruite le jour même de son inauguration par le Chef de l’Etat KABILA KABANGE, vous avez, contribué par ce geste, à vouloir ternir son image dans l’opinion.

Combien d’argent était-il dépensé pour ce tronçon ? La route qui mène vers l’aéroport (Boulevard M’SIRI), que vous avez préféré appeler « autoroute », dois-je vous rappeler qu’il y a déjà plus ou moins 5.000.000 $ us de dépenses pour l’implantation des arbres, de la pelouse ainsi que la construction des feux de signalisation et canalisation ? Les briques cuites et autres matériels ont été fournis par l’une de vos sociétés. C’est une idée géniale de faire agrandir une route mais il ne fallait pas faire d’énormes dépenses à la province pour qu’au bout de moins de 3 ans toute cette dépense puisse se volatiliser. C’est pour vous une façon de faire effacer les traces de votre gestion calamiteuse de la province.

X. DOSSIER DEMOLITION CRAA
Je suis né à KOLWEZI et grandi là bas ; mon grand père LASAMU N’KOLE SEKO était parmi les personnes qui ont contribué à la construction de cette ville en 1922 et ma grand-mère MPUNDU LUMBWE était chef du quartier BIASHARA, dans la commune de DILALA, d’où je connais la réalité de notre province et j’ai fini mes études à l’université de Lubumbashi. Donc quelque part je connais l’histoire de cette université. Je ne voulais pas que la population de Lubumbashi périsse faute de connaissance. Lorsque j’étais étudiant, je passais tout mon temps dans la concession CRAA qui était une brousse où j’étudiais avec mes collègues à longueur de journée dont la plupart sont magistrats, avocats, conseillers juridiques dans les entreprises, hommes d’affaires, des magistrats militaires... et tous connaissent très bien la vérité de notre université. C’est depuis l’époque du Recteur KILANGA MUSINDE, que le comité de gestion de l’université de Lubumbashi avait décidé de morceler et de vendre sa concession aux professeurs et autres agents du building administratif. Cette opération a continué même sous le règne du recteur KAUMBA. L’actuel maire de la ville de Lubumbashi Monsieur SANGUZA connaît très bien le dossier lorsqu’il fut bourgmestre de la commune de Lubumbashi. Personnellement, je ne pouvais pas comprendre qu’après 35 ans que vous puissiez ordonner la démolition de plus de 500 maisons sans jugement ni indemnisation, lesquels maisons et terrains ont été acquis par des paisibles citoyens. Même dans la jungle il y a une loi que les fauves respectent.

La démolition du quartier CRAA a eu lieu le 5 Janvier 2010, en ces moments je me trouvais à KINSHASA. Dès mon retour à Lubumbashi le 9 Janvier 2010 et on s’était vu au deuil de Monsieur IGNACE MAZEMBE, J’étais accompagné de maître MBOMBO BAMWELAKASHA et de mon collaborateur pasteur Daniel KAITE, on s’est mis côte à côte, on discutait politique et l’idée m’est venu de vous poser la question de savoir si vous étiez intéressé par la concession CRAA et pourquoi vous aviez autorisé au maire de Lubumbashi de démolir plusieurs maisons appartenant à de paisibles citoyens. Je n’étais pas étonné de votre réponse et mes collaborateurs vous ont bien suivi : « … président, je ne connais pas cette histoire, je n’ai aucun intérêt… ». Le lundi 11 janvier 2010, je me suis rendu sur le lieu du sinistre, en vue de réconforter la population. Comme c’était pendant la saison de pluie, je lui ai acheté des bâches pour qu’elle se protège contre les intempéries. Je n’ai pas compris, quelques heures après vous aviez dépêché des jeeps remplies de policiers pour arracher, menacer, frapper cette même population sinistrée. Le même jour aux environs de 19h00, vous aviez pris contact avec le recteur CHABU MUMBA pour inciter les étudiants à marcher contre moi. Aux environs de 20h00, heure locale, j’avais toute l’information et vous pensiez que j’allais vous appeler pour vous supplier de me protéger. Du fond de moi-même, j’ai voulu voir jusqu’où votre folie de grandeur vous amènerait.

Le 12 janvier 2010, une centaine d’étudiants seront reçu par vous, avec des calicots : « Muyambo, un faux politicien, Muyambo ennemi de l’Unilu, Muyambo toujours dans des dossiers sales, les étudiants disent non à la spoliation de la concession de l’Unilu, etc ». Vous connaissant cynique, j’ai compris que ça vous a fait un grand plaisir. Par contre j’ai eu pitié de vous parce que je venais de découvrir d’autres réalités de vous. Si vous n’étiez pas intéressé par cette concession, pourquoi avoir monté les étudiants contre moi ? La raison est simple : vous et le recteur CHABU aviez déjà pris contact avec une société chinoise pour qu’elle vous verse une somme de 30.000.000 $. Il fallait chercher une astuce pour récupérer cette concession. D’où il fallait faire fi de la décision du Conseil d’administration du recteur KAUMBA et récupérer par tous les moyens cette portion de terre. Comme d’habitude vous avez remis à chaque étudiant qui devait faire la marche de protestation contre ma personne un montant de 2.000 Francs congolais équivalent à 2 $ us. Bravo vous avez pu avoir une dizaine de sinistrés moyennant 500 à 3.000 $ pour qu’ils m’insultent et donnent de fausses informations à la radio et télévision NYOTA ainsi que WANTANSHI de « l’homme de Dieu » Paulin MWEWA. Etant légaliste, j’ai initié une procédure en justice contre l’Université de Lubumbashi et Monsieur KATAMEYA. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que vous appeliez à tout moment le Procureur Général ESABE pour empêcher le déroulement de ce procès ? Même pendant le temps de la deuxième République, je n’ai jamais constaté l’immixtion d’un gouverneur de province dans la gestion de la justice.

XI. LA GESTION DU TP MAZEMBE
Je pensais que le football était un jeu sain où les officiels ainsi que les joueurs devraient faire preuve de fair-play. Souvenez-vous qu’un jour vous m’aviez laissé entendre que vous vouliez transformer l’équipe de Mazembe Asbl en Mazembe Sprl et nous avions eu de longues discussions ; je vous ai déconseillé de le faire en disant que vous pouviez le faire à l’époque mais si demain vous n’êtes plus là, Mazembe transformée en Sprl redeviendra Mazembe Asbl. Comme vous aimez les flatteries en lieu et places des conseils, j’appendrais sur les voix des ondes de la radio et télévision que Mazembe était devenue une Sprl. Souvenez-vous de ma question de savoir le pourquoi de cette transformation ? Vous m’aviez dit que les supporters font beaucoup de bruits pour rien et ne cotisent pas. Si l’équipe devenait forte vous pourriez commencer à vendre les joueurs et ils chercheront que vous leur rendiez compte. C’est ainsi que vous vous êtes résolu de faire un montage où vous et votre famille devraient détenir 90 % des actions, Salomon IDI et autres 8 % et 2 % pour les supporters qui avaient des moyens. Dans tout ce que vous faisiez, je ne savais pas quelles étaient vos intentions. J’ai pu constater que vous avez commencé à menacer les miniers pour ne pas sponsoriser l’équipe de LUPOPO. L’opérateur minier qui devait le faire n’a qu’à passer par vous ; dans le cas contraire, ses camions n’allaient pas traverser la frontière. Aujourd’hui vous donnez l’impression qu’il n’y a qu’une seule équipe de football dans la ville de Lubumbashi, qui a pris tous les sponsors. Alors, le thermomètre de MAZEMBE devrait être Fc MIKISHI, Fc LUPOPO et autres. Est-ce que l’on peut parler du football ou de la maffia ?

Quand vous aviez pris Diego GARZITTO pour la première fois, je vous avais dit que c’est un bon entraineur et qu’il allait bien encadrer les joueurs de TP MAZEMBE. Quelques mois plus tard, j’ai été surpris d’apprendre que vous aviez l’intention de le mettre dehors. Je vous ai appelé en vous conseillant de ne pas le faire. Vous m’aviez répondu que c’était une peine perdue. Vous l’avez même déjà chassé de la maison où il logeait avec sa femme. L’honorable AERTS KAYUMBA viendra me voir pour me supplier de le loger chez moi à Difalco en attendant son départ pour l’Europe ; je vous ai encore rappelé au téléphone pour que vous lui donniez à manger. Vous avez été catégorique. Je l’ai supporté pendant 3 mois jusqu\'à ce qu’il soit rentré en Europe. Un jour j’ai été surpris d’apprendre que vous l’aviez repris et après avoir eu ce que vous vouliez de lui, vous l’aviez remercié de nouveau. Ce n’est pas parce que vous êtes fortuné que vous pouviez lui demander ou lui dicter n’importe quoi. C’était un bon entraineur qui a eu une forte personnalité et qui ne pouvait pas accepter n’importe quoi. Lorsque l’équipe de MAZEMBE gagnait des coupes dans les années 70, les dirigeants de l’époque ne se comportaient pas comme vous et les supporteurs de MAZEMBE finiront par me donner raison un jour. Quelle que soit la longueur de la nuit le soleil finit par apparaître.

XII. INTERFERENCES DANS LA JUSTICE AU KATANGA
Souvenez-vous que vous m’aviez dit à mainte reprise qu’on ne vous fera rien au Congo, c’est la raison pour laquelle quand vous avez fait piller la mine de MBOLA de Monsieur MUAMBA KABASELE en lui disant : « nitamuponona, na yenye tribunal nitaiponona » (je vais le battre et même le tribunal sera battu) langage que vous gardez jusqu’à ce jour pour intimider les magistrats. Souvenez-vous avoir dit le jour de l’arrestation de MINGA : « nita fukusha ba magistrat bote mu katanga » c’est-à-dire je vais chasser tous les magistrats du Katanga. Je vous informe que c’est la justice qui élève une nation, mais le péché est la honte des peuples. Chose étonnante, chaque fois que vous arrêtiez des délinquants ou des criminels, vous faisiez appel à maintes reprises au procureur général ESABE, vous prononciez des sentences comme si c’était vous le magistrat suprême de la République Démocratique du Congo. A titre illustratif, vous aviez fait arrêter le voleur des câbles électriques, au lieu de les acheminer au parquet pour qu’ils soient entendus, vous aviez fait appel au Procureur Général ESABE qui est vite descendu au gouvernorat et devant des milliers de téléspectateurs vous aviez dit : «…Monsieur le Procureur général, ça c’est un pillage.. » et le procureur Général a voulu vous expliquer que c’était un vol simple. Vous aviez rétorqué en disant : « …non, c’est le pillage …vous aviez proposé que le délinquant soit condamné à 100 ans de prison » peine non prévue par la loi.

C’est aussi le cas du Procureur de la République du territoire de Mpweto, Monsieur Valery MWALI LUMANDE qui est Sempya comme vous, originaire de Mpweto. Lors d’un meeting tenu récemment dans ce territoire, vous avez incité la population à ne plus lui obéir en disant : « si ce procureur veut vous arrêter, qu’il arrête son père ou sa mère, et je ferai tout pour le faire partir d’ici… ». Cependant, je vous informe que les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Quel moral inculquez-vous à la population katangaise de se révolter contre ces derniers ? Le cas le plus récent, c’est l’expropriation d’un hectare de terre appartenant au Monastère de Notre Dame de Kiswishi. La société de péage a été condamnée au 1er et 2e degré aux dommages et intérêts de l’ordre de 500.000 $ Us. Au lieu que cette société s’exécute au paiement de cette somme, vous avez signé à la hâte un arrêté déclarant l’expropriation de cette concession pour cause d’utilité publique. Si cette société ou le Gouvernorat payait 500.000 $ us aux moines, en quoi ça vous dérangerait ? La population ne sait pas encore que vous avez des intérêts sur le pont Bascule. A maintes reprises, vous avez acheté la conscience de mes collègues et anciens bâtonniers dans le seul but de me nuire et de me faire du mal. Vous avez donné une contribution de 10.000 $ us à l’un de mes anciens collègues bâtonniers, en contrepartie vous lui avez demandé s’il avait la possibilité de me suspendre.

Il n’y a que vous qui trouvez ça normal. Vous avez intimidé mes clients expatriés de quitter mon cabinet. Ceux qui refusent de suivre vos instructions vous faites tout pour qu’il ne soit plus responsable de leur société. Peine perdue pour vous. En cherchant à vous ingérer dans tout, vous commettez de fautes graves dont vous payerez les conséquences voire votre génération.

XIII. LE CAS DE MINGA BOPE (Supporter de Lupopo)
Il n’y avait pas encore eu de procès contre MINGA BOPE devant les Cours et Tribunaux, mais vous vous êtes substitué au magistrat instructeur pour ordonner son arrestation, le menotter, l’acheminer au gouvernorat à presqu’à moitié nu, bref, dans les conditions infrahumaines. A la télévision et en présence du Procureur Général ESABE, vous aviez déclaré ce qui suit : « Monsieur vous irez en prison et votre procès sera télévisé ». Effectivement MINGA BOPE fut acheminé en prison et c’est ESABE qui suivait de près toute la procédure pour votre compte. La haine que vous avez vis-à-vis de Monsieur MINGA est due au fait que c’est un supporter de l’équipe de Lupopo et il figure parmi les personnes que vous soupçonnez de vous insulter au stade. Le juge LOSANGE qui est le président du syndicat de magistrats au Katanga a dénoncé votre ingérence dans cette affaire, il a été intimidé et suspendu de ses fonctions pendant 3 mois laissant ainsi le champs libre au Procureur Général ESABE pour que MINGA BOPE soit condamné.

XIV. CORRUPTION DANS LA PRESSE
Je n’ai jamais été touché dans ma propre conscience d’autant plus que je sais que tout ce que la presse dit sur moi c’est du bluff et du mensonge cousus de toutes pièces par vous et votre collaborateur Salomon IDI KALONDA. C’est ainsi que vous vous êtes organisés pour que la presse audio-visuelle, à longueur des journées, vous adore et combatte vos adversaires par le mensonge et par le discrédit. Par contre, lorsque j’avais créé la RTLjua, notre premier objectif est d’éduquer la population katangaise. Il est aussi de dénoncer les comportements et agissements qui frisent la maffia et permettre à la population d’avoir une information saine. C’était aussi surtout pour la promotion et le respect des droits humains au Katanga pour les autorités et pour cette même population. Quand il y a une autre presse écrite ou audio-visuelle qui n’est pas à votre solde, vous usez de votre poids pour la déstabiliser. C’est pourquoi vous êtes venu débaucher mes journalistes pour créer mon style d’information à votre chaine de télévision dans l’espoir de faire tomber la RTLjua. Ces jeunes journalistes qui passent leur temps à m’insulter, à insulter les autres opérateurs politiques du Katanga, vous leur rendez un mauvais service en les exposant pour votre compte, car après votre départ du gouvernorat ils auront beaucoup d’ennuis et des poursuites judiciaires. Et contre vous on ne fait qu’accumuler les preuves d’incitation à la haine et à la violence. Des éditeurs des journaux de la presse écrite de la ville de Lubumbashi comme ZITO ITELA, Papy NYANGE, Donat MULONGOY, etc par le fait qu’ils font des critiques objectives sur votre gestion vous avez déjà déclaré à qui voulait vous entendre que vous allez les aider à mourir pauvres. Je pense que c’est bien qu’ils meurent pauvres, que riches humiliés.

C’est pareil cas pour la ville province de Kinshasa où dans la presse écrite vous avez déjà acheté la conscience de quelques journalistes et éditeurs des journaux dont le journal le Potentiel. Souvenez-vous m’avoir dit « Président, batanza kuandika bintu yote minapenda ju niba kasai banaesha kupenda makuta sana » c’est-à-dire je leur demanderai d’écrire tout ce que je veux parce que ce sont des kasaiens assoiffés d’argent. C’est l’orgueil du pouvoir et de l’argent qui vous aveugle pour demander aux journalistes dont Willy KABWE du journal Le Potentiel d’écrire n’importe quoi sur vos adversaires politiques. En son temps, j’ai appelé l’Honorable Modeste MUTINGA, Responsable du Potentiel lui demandant s’il était au courant des écrits de son journaliste Willy KABWE ? Il m’a promis de vérifier ces informations et qu’il allait m’appeler. Jusqu’aujourd’hui, il ne m’a jamais rappelé. Je comprends la force de l’argent que vous aviez mis à leur disposition. Ce qui est vrai c’est que la vérité reste la vérité et le Potentiel sera ridicule et perdra sa crédibilité un jour. Raison pour laquelle, je ne demande jamais le droit de réponse ou vouloir les amener en justice pour diffamation. Un jour, j’ai demandé à l’Apôtre LWAMBWA Crispin de demander à Willy KABWE pourquoi écrire des mensonges ? Il ne lui a pas donné une réponse claire. J’ai compris que c’est une façon pour lui et tant d’autres de vous soutirer un peu d’argent. Concernant le dossier Muyambo Park, une fois de plus, un vieux à moi de Kinshasa qui est dans la presse audiovisuelle, avec qui nous avons de bonnes relations (je préfère taire son nom), à qui vous aviez payé le billet, logé au Park Hôtel et qui est allé se présenter au service du cadastre pour intimider le Chef de division groupe-Est de l’époque qu’il était le journaliste de la Présidence pour enquêter sur le dossier Muyambo Park. Lorsque l’image mensongère est passée à Kinshasa à sa chaine de télévision, je l’ai appelé en lui disant vieux pourquoi tu as fait ça ? Il me dira « …mon jeune frère, laisse-moi soutirer à votre gouverneur un peu d’argent, je viens d’avoir 10.000 dollars pour ce reportage et je te demande pardon.. »

J’ai compris que vous avez un sérieux problème. Aujourd’hui je remercie le Seigneur parce que la population katangaise connait votre vrai visage et de quelle manière vous cherchez à tout prix à trafiquer, à transformer l’information. Vous le faites tellement de manière sale et ridicule que je me demande si vous avez des conseillers en matière de communication ?

‐ Dossier vente marché central Lusonga (M’zee)

Comment un individu comme moi peut avoir le culot de vendre un marché en plein centre ville de Lubumbashi ? Voilà un montage de mauvais gout que le journal, Le Potentiel à votre solde a publié en long et en large pour distraire la population congolaise. La vérité est que vous vouliez vous en approprier avec votre complice de tous les temps un consul honoraire qui vous a aidé à obtenir la nationalité italienne. Vous vouliez jauger la réaction de la population. Dans cette confusion le marché allait vous appartenir. Pour distraire l’opinion lushoise, il fallait citer le nom de Muyambo. Pourquoi les calicots étaient-ils fabriqués nuitamment ? Là vous avez échoué à manipuler la population de la ville de Lubumbashi.

- Dossier Muyambo Park
Ce n’est que la cupidité source de la jalousie qui vous ronge le cœur et qui vous pousse à des extrêmes en cherchant par tous les moyens à faire détruire ou disparaitre Muyambo park. Souvenez-vous lorsque vous veniez de l’exil, je vous avais proposé de visiter le zoo ? Le constat fait était que celui-ci n’avait plus d’animaux et je vous avais dit qu’on devrait repeupler le zoo pour la fierté de notre ville. Comme d’habitude vous m’avez floué pour que d’autres personnes s’en occupent. Vous avez fait votre ferme Futuka, c’est une bonne chose et je vous félicite. Mais pourquoi vous ne voulez pas que les autres développent le secteur privé à leur manière ? C’est comme ça que vous vous êtes acharné contre l’Honorable NAZEM, avec de faux dossiers, menaçant de détruire ses biens. Quand vous avez appris que j’ai fait un parc privé vous étiez fou de rage jusqu’à ce que vous fussiez allé toucher de vos mains les treillis de celui-ci. Un de mes travailleurs m’en a informé et je me suis dit ça y est, il y aura des problèmes. Vous êtes allé plus loin pour m’accuser chez plusieurs autorités politiques que dans le parc il y avait les maisons des militaires et pourtant vous connaissez la vérité. Les chaines de télévision et radio manipulées par vous ont confectionné plusieurs mensonges à ce sujet mais la vérité reste têtue, elle ne restera que la vérité. Vous êtes même allé demander au chef du village pourquoi il m’avait vendu ce terrain avec un lac ? Le lac n’existait pas, je l’ai construit avec mon argent et mon intelligence. Pour votre information c’est un lac artificiel.

‐ Dossier ferme ROSTERNE
C’est vous Monsieur Moise KATUMBI qui avez spolié la grande partie de cette ferme et comme vous êtes expert en corruption, vous avez remis l’argent à l’abbé Joachim TSHIBANGU (ex-père provincial des salesiens) qui à son tour va soulever les élèves avec des calicots scandant « Muyambo a spolié le terrain des prêtres ». Lorsqu’un membre de mon parti m’a appelé pour demander ce qu’il y avait, je lui ai répondu que je n’étais au courant de rien. Et lorsqu’on demande à l’enseignant organisateur de ladite marche, il va répondre « …on nous a demandé de marcher contre Muyambo parce qu’il veut prendre nos maisons.. ». Après vérification vous saviez très bien que c’était faux mais vous aviez insisté et ordonné que ces images passent à votre chaîne de télévision.

‐ Cas des immeubles sur le Boulevard KAMANYOLA J’ai acquis ces immeubles en 1996 ; je les ai achetés auprès de Monsieur Georgius Georges. Quand vous êtes rentré de l’exil, vous les aviez enviés, on vous avait dit qu’ils étaient miens. Vous vous êtes permis encore de monter des cabales pour dire que j’ai construit ces immeubles dans l’enceinte du Zoo. J’ai brandi les documents de 1954 et le certificat. La vraie simple raison : Muyambo ne pouvait pas posséder des immeubles sur la même avenue que le Chef de l’Etat. Les Saintes écritures disent que personne n\'use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses.

XV. PILLAGE DE LA GECAMINES
S’il y a une personne qui a aidé la Gécamines à être par terre, c’est bien vous. C’est avec la complicité des responsables de la Gécamines, qui vous ont facilité la magouille que cette dernière est ce qu’elle est aujourd’hui. Pour les remercier, vous les avez aidés à devenir les hauts responsables de cette entreprise publique, d’autres ministres provinciaux et d’autres encore transformés en hommes d’affaires. Vous avez demandé à tous les miniers du Katanga de faire les champs de maïs, c’est une très bonne chose pour lutter contre la famine. Mais ceux qui n’ont pas le temps de le faire, ils vous amènent des intrants et du cash que vous affectez à votre propre ferme. Une fois que vous produisez le maïs, vous imposez le prix de 560 $ la tonne à la Gécamines, ce qui est exorbitant car le prix réel est de 260 $ la tonne. Ce n’est qu’un aspect du problème.

XVI. DESTRUCTION DE LA SNCC
La SNCC ne va pas décoller aujourd’hui pour la simple raison que vous menacez les opérateurs miniers à ne prendre que vos remorques pour le transport des minerais et celui d’entre eux qui n’obéit pas à vos ordres, ces marchandises font des mois et des mois à la douane jusqu’à ce qu’il comprenne que c’est vous le seul décideur. C’est pourquoi, il est important que les travailleurs de la SNCC comprennent que l’on peut changer de comité de gestion, mais si la S NCC ne s’occupe pas du transport des minerais, rien ne va changer. Vous semblez oublier que la SNCC commence à Sakania où il y a nos frères, en passant par Lubumbashi, Fungurume-Tenke, Tenke-Kolwezi-Dilolo, de Tenke à Bukama-Kamina jusqu’à Kalemie, de Kamina à Ilebo. Il faut voir comment ces travailleurs vivent et dans quelles conditions et combien sont-ils enterrés par jour. Entre temps, vous faites sortir 100 trucks par jour qui transportent les minerais en lieu et place de la SNCC pour votre compte et pour celui de vos alliés. C’est pourquoi je dis haut et fort que tant qu’on n’arrête pas ces trucks à transporter les minerais, je ne vois de quelle manière la SNCC, va se remettre.

XVII. FRAUDE ELECTORALE CAUSEE PAR MONSIEUR KATUMBI CHAPWE
Vous savez pertinemment bien que j’ai été élu dans la circonscription électorale de Lubumbashi et j’ai trainé avec moi un colistier mais vous avez voulu me faire voir que c’est l’argent qui est le seul maître. Raison pour laquelle, pendant la campagne électorale vous avez fait venir 2 ou 3 kinois pour dire que j’ai eu à détourner dans le dossier Mataba et Masikita. Ma conscience n’est pas tourmentée comme la vôtre car je savais c’était un dossier monté de toute pièce par vous-même et vos acolytes. Je me rappelle à l’époque, avant que je ne donne ma version au Parlement, vous aviez déjà corrompu l’ancien Procureur Général de la République MUSHAGARUSHA pour ouvrir un dossier à ma charge. Vous avez même fait publier le numéro du dossier dans le Journal Le Potentiel bien que je devais justifier l’utilisation de ce fonds au Parlement. Je n’aimerai pas pour le moment mettre au grand jour le rôle que MUSHAGARUSHA a joué pour vous lorsqu’il était Procureur Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi. Comme l’histoire se répète, c’est de la même manière que le Procureur Général ESABE vous a servi.

En outre, vous vous rabaissez en me piquant les jeunes gens désoeuvrés communément appelés Karindula (musiciens traditionnels du Katanga qui chantent au deuil) que j’encadrais pour leur épanouissement. Vous nous avez critiqué, insulté en disant que la RTLj était une chaîne de télévision de Karindula. Quelle ne fut pas la surprise de toute la population de Lubumbashi de voir le même « Karindula » me dénigrer durant les informations de Mbonda et Radi, que votre homme à tout faire, Salomon KALONDA IDI a créé pour vous faire plaisir et vous soutirer un peu d’argent. La façon dont vous trichez est tellement ridicule et archaïque que je me demande si autour de vous il y a des conseillers qui ont le pouvoir de vous dire la vérité. Je ne pense pas, car plusieurs de vos collaborateurs se plaignent pour dire que vous n’écoutez pas les conseils. Avant la compilation des résultats électoraux dans la circonscription de Lubumbashi, Monsieur Fréderic KIKUMBA avec la chaîne de Télévision Digital Congo, une chaine qui incite la population à la haine et à la violence, diffusait déjà de faux résultats des élections législatives pour la ville de Lubumbashi pour déjà préparer l’opinion à maquiller la tricherie que vous avez orchestrée. L’un de mes collaborateurs, en l’occurrence l’Honorable Michel KOUVAS qui croit en Dieu m’a transmis un bon jour, aux environs de 23heures, le regret et les excuses du Pasteur Daniel NGOY MULUNDA pour tout ce qui s’était passé lors des élections législatives.

Je sais que ce n’était pas une question de pression qu’on a exercé sur lui mais c’était aussi une question de corruption en liquide cash et en biens matériels dont les 1000 mètres carrés de carreau dont votre épouse et vous-même les lui avez offerts comme marbres pour son église située au Carrefour. « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu\'il n\'y a pas de vérité en lui. Lorsqu\'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge ». Savez-vous que dans mon dossier électoral à la Cour Suprême de Justice, c’est le Procureur Général ESABE qui a donné son avis ? Est-ce une coïncidence ou bien vous étiez sûr de contrôler la justice ? Je vous informe que c’est lui qui a fait le suivi pour que la Cour Suprême n’aille pas au fond et qu’il était tout le temps en contact avec vous. Pourquoi vous acharniez-vous pour que je ne sois pas au Parlement ? La réponse est simple, vous aviez une peur bleue pour que je ne dénonce vos magouilles et que j’initie des enquêtes parlementaires pour vous contrôler. Savez-vous que le 10 janvier 2012, c’est le jour où le centre de compilation des résultats de la ville de Lubumbashi devrait afficher les résultats ? A ma grande surprise l’un de mes collaborateurs, en l’occurrence Gustave MULUMBATI m’appellera aux environs de 6h00 du matin pour m’informer qu’il tenait à me voir de toute urgence.

Je lui ai demandé de me parler au téléphone, il m’a dit non président, ça nécessite que je vous parle en face. Curieusement dans moins de 20 minutes, il était déjà dans ma concession accompagné de deux de ses collègues. Monsieur Gustave MULUMBATI qui fut le président urbain de mon parti a commencé à me parler avec des tournures floues et cachées que je ne comprenais pas moi-même. Après une heure et demie de pourparlers, je lui ai dit Gustave, va tout droit au but et il va cracher : « président tout est ok, allons voir seulement le Gouverneur, que la population vous voit ensemble et tu seras élu de la ville de Lubumbashi. J’ai dit à mon collaborateur Gustave MULUMBATI que je le remerciais de la confiance me témoignée et que je devais lui répondre dans les heures qui suivaient mais il a insisté que ça soit avant 12h00 parce que les résultats seraient affichés à 14heures. Une voix à dit dans mon fort intérieure : « Muyambo n’ose pas le faire » la suite, Gustave MULUMBATI est allé adhérer dans votre parti que vous avez créé pour court-circuiter le parti qui vous a favorisé à vous enrichir. Savez-vous que la population katangaise était étonnée de votre ingratitude lorsque vous avez crié haut et fort que vous ne seriez pas candidat à la députation au motif qu’en 2006 vous avez as eu à trainer plusieurs colistiers qui ne font que vous critiquer. Est-ce la vérité ? Si vous devenez amnésique, je vous le rappellerai un jour.

Je n’étais pas étonné avant les élections du 28 novembre 2011 de vous voir trahir votre parti politique et combattre les candidats de votre parti. C’est parce que vous aviez des calculs derrière votre tête car vous pensiez avoir plusieurs députés de votre obédience et que vous devriez contrôler le parlement pour ainsi exercer la pression sur le Chef de l’Etat et les membres influents de votre parti. Je ne sais pas si vous avez compris que le bon Dieu vous a confondu. Je ne sais pas si vous comprenez que l\'arrogance précède la ruine, Et l\'orgueil précède la chute. Sachez que vous êtes parmi ceux qui ont créé l’anarchie et favorisé la tricherie pendant les élections dans la province du Katanga. Ce n’est qu’une partie remise et l’avenir me donnera raison.

XVIII. DESTRUCTION, PILLAGE DE LA RTLjua ET TENTATIVE D’ASSASSINAT
Vous avez voulu m’éliminer physiquement puisque vous saviez très bien que je connais beaucoup de choses sur vous et que je deviens un témoin gênant et un frein pour la maffia que vous exercez aujourd’hui au Katanga et que vous voulez exerce

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  NgongaEbeti le 22/5/2016, 12:32 am

zobattants a écrit:JEAN-CLAUDE MUYAMBO EVENTRE MOISE KATUMBI
22 septembre 2012, 02:55
Dans une lettre ouverte adressée au Gouverneur du Katanga Moise Katumbi, Jean-Claude Muyambo déballe tout concernant son frère ennemi.
Corruption, détournement des fonds, trafic d'influence, escroquerie envers Mze Kabila, chantage, tribalisme,extorsion des biens des paisibles citoyens et bien beaucoup d'autres maux qui sont, selon Me Muyambo, la spécialité du "riche" gouverneur du Katanga.

A la veille du match opposant le TP MAZEMBE à l'AS V-CLUB, voici ce que Muyamno écrit dans cette lettre dont nous venons d'avoir possesion.

Bref, Katumbi n'est pas le chic type que vous croyez...

‘Ma patience est au bout devant vos différentes provocations, différents comportements et agissements contre moi depuis votre retour d’exil, jusqu’à ce jour. C’est aussi dans le souci d’éclairer l’opinion Katangaise, congolaise et internationale, afin de lui permettre de mieux vous découvrir, vous connaître, et d’avoir une idée réelle de votre personne c’est-à-dire un homme qui mérite d’être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède. Ma démarche d’une essence chrétienne pour un frère dans la foi n’étant nullement dans l’intention de vous nuire, mais celle de vous aider à changer votre caractère et comportement’’

Objet : Première lettre ouverte : Ma part de vérité

Monsieur le Gouverneur,

Si je me permets aujourd’hui de vous écrire cette première lettre ouverte, c’est en ma triple qualité de Président national d’un parti politique, la Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement, en sigle SCODE et de notable de la province du Katanga et de la commune de Ngaliema à Kinshasa. Ma patience est au bout devant vos différentes provocations, différents comportements et agissements contre moi depuis votre retour d’exil, jusqu’à ce jour. C’est aussi dans le souci d’éclairer l’opinion Katangaise, congolaise et internationale, afin de lui permettre de mieux vous découvrir, vous connaître, et d’avoir une idée réelle de votre personne c’est-à-dire un homme qui mérite d\'être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède. Ma démarche d’une essence chrétienne pour un frère dans la foi n’étant nullement dans l’intention de vous nuire, mais celle de vous aider à changer votre caractère et comportement.

En tant qu’un homme, créé à l’image de Dieu, et surtout selon sa ressemblance, j’ai une personnalité et une dignité à préserver tant sur le plan local, national, qu’international. Je me suis limité dans cette première lettre à vous prodiguer des conseils, dans la vérité. Je suis votre frère qui vous connaît bien, qui vous a tendu sa main lorsque vous êtes rentré de votre exil. Je vous ai reçu, logé et nourri, mais je vous ai toujours dit la vérité en face, en lieu et place de flatteries. A votre détriment, vous apprendrez un jour comme le disait si bien Jean de La Fontaine dans l’une de ses fables que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Dans cette première lettre ouverte, je tâcherais d’expliquer à l’opinion katangaise, congolaise ainsi qu’internationale, comment nous nous sommes connus, comment vous aviez procédé pour vous procurer aujourd’hui ce que vous estimez avoir reçu légalement, et enfin les raisons qui vous ont poussé à organiser la tentative d’assassinat contre ma personne et ma famille en date du 15 Juin 2010, ainsi que la destruction et pillage des installations de ma station Radio Télévision Lubumbashi jua, et celle de ma résidence à la même date.

I.GENESE
Sauf omission de ma part, je ne me souviens pas vous avoir connu ou entendu parler alors que j’étais encore étudiant à l’université de Lubumbashi, ni encore moins lorsque j’entrais dans ma vie professionnelle en tant qu’avocat.
Le seul souvenir dont je me souviens de vous est d’avoir entendu parler de vous, remonte de la période pendant laquelle votre nom a été cité dans une affaire honteuse d’escroquerie dans les affaires des magasins Témoins et d’achat d’armes pour le compte de la République Démocratique du Congo, que vous avez, sauf oublie de votre part, escroqué le feu Président Laurent Désiré KABILA. C’est alors que j’ai été contacté par l’un de vos collaborateurs, en la personne de l’Honorable Godé YASUPA, pour que j’use de tout mon poids pour que vous reveniez au pays, vue que votre situation devenait de plus en plus difficile et insoutenable à l’étranger ; situation que vous connaissez parfaitement bien et sur laquelle vous ne pouvez pas me contredire.

Je me souviens, que je me faisais toujours accompagner de Monsieur Lord Nawej lors de nos différentes rencontres à l’étranger. Vous vous souviendrez que j’ai eu à effectuer plusieurs voyages à Sun City pour rencontrer différentes autorités politiques alors que je n’étais qu’un simple avocat pour vous permettre de regagner le pays et contrairement aux autres personnes qui entreprenaient les mêmes démarches que moi, je ne vous avais jamais demandé un seul dollar pour toutes les démarches effectuées y compris les frais de voyage et de restauration car je vous considérais toujours comme un frère en détresse. Nos différentes démarches et différents contacts en votre faveur ont eu comme résultante, la bénédiction du chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE qui a finalement accepté que vous reveniez au pays malgré tout ce que vous aviez causé comme préjudice à son père, M’zee Laurent Désiré KABILA, alors chef de l’Etat.

A votre retour au pays, j’avais remarqué que vous n’aviez ni argent de poche, ni endroit où habiter, et j’ai eu à m’occuper de bon coeur de votre logement et restauration, et ce, dans mes installations, non pas vous seul, mais avec tous les vôtres, pris en charge de la même manière que vous. A cette époque, le Gouverneur NGOY MUKENA s’est engagé en tant que gouverneur pour supporter les frais de logement et de restauration qui s’élevaient jusqu’à 250.000 $ que je n’ai jamais réclamés. Je me souviens encore, que le jour où vous êtes rentré au pays, vous étiez accompagné de Monsieur Paul (un sujet zambien) que vous m’aviez présenté comme étant votre frère, et c’est lui qui avait loué le jet qui vous avait amené de Johannesburg à Kinshasa et de Kinshasa à Lubumbashi, et comme l’accueil était chaleureux, vous aviez usé de trafic d’influence pour informer aux autorités de la GECAMINES et autres opérateurs minier que c’était le chef de l’Etat qui vous a envoyé implanter son parti le PPRD au Katanga, et que la GECAMINES DEVELOPPEMENT devrait vous donner ses minoteries pour moudre la farine afin de permettre au parti PPRD d’avoir des subventions. C’est ce qui a été fait. Dites-moi pourquoi Monsieur Paul est-il rentré en Zambie? Car, un bon matin, ce dernier m’a appelé, alors qu’il se trouvait dans le jardin de la résidence LOFOI, qui appartenait à Monsieur KATEBE KATOTO, où vous vivez actuellement, et il me parla en ces mots : « Muyambo mon frère, j’ai pensé que Katumbi était mon frère, mais ce qu’il vient de faire est inacceptable, et je préfère rentrer en Zambie… ». J’ai essayé pour ma part de le persuader en lui disant que vous deux vous formiez une bonne équipe de travail, et que le début a toujours été difficile, et que ça pouvait marcher dans les jours à venir.

En présence de Monsieur Paul, je vous ai appelé pour demander ce qui s’était passé entre vous ? J’ai été surpris de votre réponse: « Président, laissez-le partir », et ma deuxième question de savoir pourquoi devons-nous le laisser partir ? Sans attendre votre réponse Paul va me cracher la vérité en ces termes : « lorsque le président de la République Son Excellence Joseph KABILA KABANGE a accepté le retour de Moïse KATUMBI au pays, ce dernier (Moise KATUMBI), m’a demandé de louer un jet pour lui, et qu’en contre partie, je devrais moudre les maïs à la GECAMINES DEVELOPPEMENT pour une période de 3 mois, de manière à récupérer mon argent, en écoulant mes maïs à 15 $ le sac, en réservant 15% de commission sur chacune de livraison, au profit de Monsieur Moise KATUMBI.

Quelle ne fut pas la surprise de Paul d’apprendre qu’au lieu de livrer le sac de maïs de 25Kg à 15 $ à la GECAMINES DEVELOPPEMENT, Monsieur Moise KATUMBI le livrait à 30 $. Il est écrit dans les Saintes écritures « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l\'un, et aimera l\'autre; ou il s\'attachera à l\'un, et méprisera l\'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon ». Et là j’ai été convaincu par Paul, et je ne pouvais plus insister qu’il reste à Lubumbashi. Je me souviens encore que vous commenciez à racketter des Libanais et des Grecques dans cette ville de Lubumbashi pour remplir vos poches. Et l’une de vos premières victimes fut Monsieur FWADE, un sujet libanais à qui vous aviez exigé la somme de 400.000 $ en le menaçant de démolir sa résidence avec l’aide des fanatiques de Mazembe, et ce dernier a quitté précipitamment le pays pour aller s’exiler en Afrique du Sud. Et à ma question de savoir le pourquoi de ces types de comportements, vous m’aviez laissé entendre que vous le faisiez pour avoir de l’argent de poche, et que vous me réserveriez ma part. Chose que je n’avais pas aimée, ni appréciée, et je me souviens vous avoir répondu en ces termes : « président, il est bon pour un homme de vivre et de se nourrir de ce qui lui revient, comme fruit de son travail, et non de s’enrichir de ce qui est à autrui, qui est source de malédiction ». Le jour suivant, c’est Monsieur Alex BAZANO qui m’appelle en détresse pour m’informer de menaces que vous exerciez sur sa personne en vue de lui ravir ses biens, et votre réponse a été claire : « Président, ce Monsieur n’a jamais contribué à l’équipe de MAZEMBE ». Je vous avais conseillé avec insistance pour que vous le laissiez en paix, vous m’aviez dit qu’il devrait à tout prix contribuer. Tel ne fut pas ma surprise de voir que ce Monsieur était devenu votre meilleur et grand ami. Ne dit-on pas ceux qui se ressemblent s’assemblent.

II.DOSSIER SEMPYA
Il est écrit, « Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c\'est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse ». Malin que vous êtes, vous saviez où vous vouliez m’amener en me piégeant avec des gens que vous m’envoyiez comme c’est fut le cas de Judas et Jésus. Cependant selon ma foi chrétienne, dans mon éducation et dans mon sang, je n’ai jamais eu en aucun moment un esprit tribal ou celui de haïr les autres à cause de leur appartenance ethnique ou tribale car celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres et le Seigneur d’ajouter que quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu\'aucun meurtrier n\'a la vie éternelle demeurant en lui. Je ne comprenais pas que vous puissiez envoyer Madame LILIANE PANDE et Monsieur KIKI MUSHOTA venir me dire que je pouvais être un bon Président de la communauté SEMPYA; chose que je ne voulais jamais entendre dans mes oreilles. Comme je devais écouter la voix de mon Sauveur Jésus-Christ et pour aider les miens, j’ai accepté non pas pour votre volonté mais pour la volonté divine car il est écrit « l\'Eternel Dieu est un soleil et un bouclier, l\'éternel donne la grâce et la gloire, il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l\'intégrité ».

Les deux émissaires vous ont fait rapport, et vous êtes personnellement venu à ma résidence pour me convaincre, et dans l’immédiat j’avais dit que je ne parlais pas la langue Bemba. Vous m’aviez dit que cela n’était pas nécessaire, et que vous seriez là pour m’encadrer, m’aider à apprendre vite cette langue de chez nous avec votre concours. Chose que j’apprécie aujourd’hui puisque j’en parle. Ainsi fait, les élections se sont organisé, et j’ai été élu Président national de l’association socio culturelle SEMPYA. J’ai usé de tout mon poids pour que le cri de notre communauté puisse se faire entendre et que la communauté puisse sortir de la misère. J’ai été scandalisé le jour où vous êtes venus me dire que vous aviez décidé, vous et le feu ambassadeur KATUMBA MWANKE ce qui suit : « Pour que le chef de l’Etat Joseph KABILA KABANGE prenne notre communauté en considération, nous devrions lui faire des chantages…».

Je vous ai dit sans réfléchir que cela ne pouvait pas marcher avec moi et mon éducation, car je suis le président qui dirige une association avec l’appui de mon Comité Directeur, pour le bon fonctionnement de celle-ci, et que tous les projets devraient être proposés par le président que j’étais et qui devait à son tour le soumettre au Comité Directeur et non aux membres même d’honneur à vouloir influencer le Comité National. J’étais contre votre proposition qui était de nature à faire chanter le chef de l’Etat, et je ne savais comment entrer en contact avec lui pour l’informer de ce qui se conjugue contre lui. Je vous avais dit en face : « pourquoi le feu Ambassadeur qui ne s’était jamais intéressé à la communauté puisse le faire maintenant » ? Votre réponse : « tu ne comprends rien » j’ose croire que c’est vous qui ne compreniez rien. J’ai pensé vous faire revenir à la raison ; j’ai été désagréablement surpris et étonné que le même jour, le comité de sages composé de Monsieur BWALYA, TSHANSA et Csrt puisse me convoquer pour que j’accepte vos propositions.

Le rendez-vous était fixé à 18h à la résidence de Monsieur BWALYA et moi j’étais accompagné de l’honorable Aerts KAYUMBA, les sages étaient là, y compris vous-même, et devant ces derniers j’ai été très clair disant qu’il n’était pas question que l’association Sempya fasse la politique et que je n’étais pas un président pour être manipulé. Je vous avais dit devant tous ces gens que vous pouviez jouer ce jeu avec tous les autres mais pas avec moi car vous ne m’avez pas élu à la tête de Sempya pour protéger vos intérêts. Et je vous ai dit clairement et cela devant toutes ces personnalités que je ne pouvais pas jouer votre jeu. C’est ce qui a fait que la réunion soit terminée en queue de poisson. A la suite de ces évènements, vous aviez tout fait pour m’écarter de l’association étant donné que nos membres ainsi que nos autorités provinciales étaient déjà pris en otage. Vous êtes venu avec des agents de l’ordre pour organiser les élections en vue de me destituer et malgré ce cirque, c’est ce jour que vous aviez compris que Sempya était divisée en deux ailes. Il y en a ceux qui ont résisté avec moi et ceux dont vous aviez acheté la conscience qui sont partis avec vous. Dois-je vous rappeler que vous avez fait tabasser votre propre petit frère, l’Honorable Aerts KAYUMBA puisqu’il a estimé à l’époque que ma démarche était noble. Ainsi, j’avais déposé une plainte contre vous au parquet de Bruxelles. La plainte a été retirée par la victime parce que vous lui avez présenté des excuses. La violence est votre seconde nature.

Chose que j’aime aujourd’hui et qui me soulage car ceux-là même qui sont partis avec vous ne cessent de me dire : « Président, excuse-nous car nous avons été trompé… ». Vous êtes conscient que vous n’avez rien fait pour la communauté. Par contre vous vous êtes servi de la base de Sempya comme un tremplin et ses membres comme des torchons finis. Dites-moi en toute honnêteté qui de Sempya aviez-vous propulsé ? Si ce n’est ceux qui sont à votre solde, esclaves de votre argent. Vous voulez me dire que vous aviez aidé le Bishop MWEWA avec sa chaine de télévision, qui, à longueur de journée ne fait que passer vos insultes pour vous plaire ? Vous l’avez financé pour acheter sa conscience et c’est ce que vous trouvez normal. Et c’est ce que vous vouliez avec ma chaine de télévision et de radio et quand j’ai dit non vous étiez étonné de ma réponse.

Vous souvenez-vous du jour où la RTLj faisait passer l’émission sportive en parlant de la violence des 100 % contre les joueurs de Vclub, jour où vous n’étiez pas gêné de m’appeler et de me demander ceci : « président, est-ce vous suivez la télé » ? Je vous ai dis non, qu’est ce qu’il il y a ? A vous de répondre : « suis la télévision ». En ouvrant celle-ci j’ai trouvé que les journalistes commentaient sur la violence qu’il y a eu au stade et j’ai fini par comprendre que vous êtes ennemi de la démocratie et de la liberté d’expression et que vous préférez les flatteries. Voilà dans quel état d’esclavagisme vous placez vos propres frères.

III. DOSSIER MUAMBA KABASELE (PILLAGE DE LA MINE DE MBOLA)
Il est écrit dans les Saintes écritures « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Souvenez-vous m’avoir appelé au téléphone pour me demander si je pouvais vous tenir compagnie visiter la mine de MBOLA ? J’ai décliné cette offre au motif que j’étais très occupé. Quelques heures plus tard, j’ai été informé de l’ampleur du dégât que vous aviez causé en complicité avec les creuseurs à la mine de MBOLA ; Je vous avais appelé au téléphone pour en savoir plus, en vous demandant ceci : « président est-ce vrai ce que je viens d’apprendre ? Vous m’aviez répondu sans gêne : « président ni ba Kasaï…» (président ce sont des Kasaïens !), j’ai rétorqué en disant que même si c’est un Kasaïen, il a perdu beaucoup de biens et de l’argent et qu’il fallait lui donner un délai raisonnable pour quitter la concession. Votre réponse était en kibemba « (benatshalo) ce qui signifie c’est notre terre ». Au fait c’était quoi au juste ? Vous étiez informé que les minerais de la mine de Mbola pour lesquels Monsieur MUAMBA KABASELE détenait les documents dument signés par le Ministre des Mines Monsieur INGELE IFOTO avaient une forte teneur. De là vous vous êtes résolu de le mettre dehors pour vous en accaparer, avec l’appui de creuseurs.

Arrivé sur le lieu, vous aviez tenu un meeting incendiaire d’incitation à la haine et au pillage des biens et des installations de Monsieur MUAMBA KABASELE, dont, même le Président de l’Assemblée Nationale de l’époque, Monsieur Vital KAMHERE a accusé réception de la plainte de la victime. Vous insistiez en disant que c’était vous la justice, je dirai le « justicier ». Ainsi Monsieur MUAMBA KABASELE a perdu ses biens d’une valeur de plus de 1.500 000 $ et 400. 000 $ en espèce.
Il a porté plainte au Parquet de Grande Instance de Kipushi, vous n’aviez dénié y répondre ; par contre le Procureur de la République, Monsieur KASONGO MPAU OKINGI en a eu pour son compte avec des insultes. Le directeur de Cabinet du Chef de l’Etat à l’époque, Monsieur Léonard She OKITUNDU a écrit, il a perdu son temps ; Le ministre de l’intérieur de l’époque l’Honorable Théophile BEMBA NFUNDU a demandé la sécurisation de la carrière de Mbola et a envoyé des messages au Gouvernorat de la province, il n’y a jamais eu de réaction. C’est à cette occasion que j’apprendrais que les barrières qui étaient érigées pour contrôler les entrées et sorties de la carrière de Mbola ont été détruites par vous-même et cela malgré la présence des policiers. Quand ces derniers ont voulu intervenir, vous vous êtes déboutonné pour les affronter. Vue le nombre de creuseurs qui vous accompagnait, vous aviez réussi votre coup. Quelques mois plus tard, vous vous êtes retourné contre les creuseurs qui vous ont aidé pour vous accaparer de cette mine. Finalement, suite à ces pillages, destructions et vols de ses biens, Monsieur KABASELE va piquer une crise et va rendre l’âme. Vous faites semblant comme si de rien n’était. Je vous informe que sa veuve se trouve actuellement à Lubumbashi pour que justice soit faite.

Tout ce que vous ne voulez que les hommes ne fassent pour vous, ne le faites non plus à eux. Je sais qu’il n’y a que le Seigneur qui est le père des orphelins, le défenseur des veuves, c’est-à-dire, la veuve KABASELE est protégée et je pense qu’elle aura, tôt ou tard, gain de cause. J’ai été estomaqué quand vous passiez à la télévision en criant haut et fort que c’est votre argent qui a aidé le chef de l’Etat Joseph KABILA KABANGE à battre campagne. Quel argent ? Dois-je vous rappeler qu’avant les élections vous aviez convoqué toutes les sociétés minières du KATANGA et autres opérateurs économiques en les menaçant en ces termes : « quiconque ne va pas contribuer pour les élections ne va plus travailler dans la province du Katanga …». Vous vous êtes fait une bagatelle somme de 50.000.000 $ us et qu’en réalité vous n’aviez dépensé qu’ 1.500.000 $ en les jetant à travers toute la République pour montrer à la population congolaise que vous étiez fortuné. Moi je connaissais déjà votre système de fonctionnement car c’est de la même manière que vous aviez agit avec le feu président zambien Fréderic TSHILUBA. J’ose croire que l’opinion tant nationale qu’internationale est entrain de comprendre de quelle manière vous vous êtes enrichi !

IV. DOSSIER CANDIDATURE AU GOUVERNORAT
Malgré qu’on ne s’entendait plus et me retrouvant à KINSHASA, vous aviez pris le courage de venir me demander une rencontre et le rendez-vous était fixé à la résidence de Monsieur IBRAHIM de Socimex à Gombe au quartier SOCIMAT ; l’un de vos collaborateurs en l’occurrence Monsieur Fréderic KITENGE est venu nous trouver (il était étonné de nous voir encore ensemble) et vous lui avez demandé de nous laisser seuls. C’est à cette occasion que vous aviez profité pour m’informer que vous étiez aussi candidat gouverneur, et que vous n’attendiez que l’accord du Chef de l’Etat. Vous avez profité aussi de cette occasion pour présenter des excuses pour tous les maux que vous m’aviez causés et vous avez sollicité mon appui. Je vous ai répondu premièrement que vous devriez vous entendre avec le président KYUNGU wa KUMWANZA et l’honorable NAZEM NAZEMBE. Vous étiez sur le point de refuser, j’ai insisté en vous disant qu’en politique, il faut être flexible et le deuxième rendez-vous était fixé à Lubumbashi la même semaine à la résidence Lofoi que vous veniez d’acquérir.

De mon côté, J’ai fait de mon mieux pour convaincre l’honorable NAZEM qui du reste était catégorique et qui finalement viendra assister à la réunion. Quant au pasteur Théodore NGOY, il m’a répondu que c’était une bêtise et la mort du KATANGA, et je ne peux que lui donner raison aujourd’hui car il avait déjà une vision. Le pasteur Théodore NGOY ne voulait pas être dans votre milieu qu’il pressentait déjà être impur.

Je ne pouvais imaginer en aucun moment que vous pourriez inféoder de hautes personnalités à cause de l’argent et les rendre des mendiants pour vous adorer. A l’issu de cette réunion, le partage devrait être équitable pour des postes ministériels et ce n’est qu’après que j’ai compris que vous nous avez roulé dans la farine, car le nombre de postes ministériels attribués à chaque parti politique ou groupement n’était plus respecté. Aussi les personnes qu’on vous a présentées pour animer ces ministères, ont été conquises à votre cause. La campagne de dénigrement, de la sape de mon honneur a commencé comme pour me dire : « arrêtes de me contrôler sinon tous vont se retourner contre vous ». Effectivement vous avez réussi parce que la plupart des membres de la coalition de l’époque se retournaient contre moi et vous les avez tous lâchés. Et plus tard ils ont compris qu’ils devraient rester fidèles à MUYAMBO, fort et conscient.

V. DOSSIER LWISHA
En donnant le Ministère des mines à un membre de ma coalition, j’ai compris que c’était une façon pour vous de flouer votre propre parti politique et que vous puissiez avoir la main mise sur ce ministère en toute liberté et que votre parti ne soit au courant de vos manigances. Si réellement vous aimiez votre parti politique vous ne devriez pas être hypocrite. Vous vous souvenez lorsque j’ai été alerté par les religieuses de LWISHA qu’elles étaient envahis par les creuseurs et que l’école risquait d’être détruite ; je vous ai cherché et vous vous trouviez en Italie ; je vous ai fait le rapport des cris des détresses des religieuses et des élèves de cette école mais je ne comprenais pas que le ministre provincial des mines puisse cautionner de tels actes ; votre réponse était claire : « je ne suis pas au courant, je n’y suis pour rien, MUMBA fait de sa tête et d’ailleurs c’est toi qui me l’as recommandé et tu as insisté qu’il soit là... » Avec le temps il s’est avéré faux car vous étiez au courant et l’opinion Katangaise a compris que vous étiez le sapeur pompier, comme si c’était vous qui protégiez l’école. C’est en ces moments que vous aviez commencé à m’opposer à mon propre frère avec qui j’ai passé de bons moments et envers qui je garde des bons souvenirs.

VI. DOSSIER MINE DE KISWISHI
Un bon matin, j’ai eu l’appel de Monsieur George FOREST se plaignant du comportement du ministre des mines qui s’est permis d’aller avec les journalistes de la Radio OKAPI sur son site et qu’à partir de là, les journalises ont fait une déclaration selon laquelle les minerais de cette concession avaient des effets radio actifs ; Monsieur FOREST est venu se plaindre au motif que c’était un ministre qui dépendait de moi. Après avoir discuté avec vous, j’ai compris que la réalité était autre car je vous ai demandé pourquoi traitiez-vous Monsieur FOREST qui est notre frère de la sorte ? Votre réponse était claire : « c’était une façon d’exercer une pression sur lui pour qu’il me donne le contrat de sous-traitance et s’il ne le fait pas je vais lui arracher tous les marchés de construction des routes…» ; J’ai compris que c’était une façon pour vous de malmener les opérateurs miniers pour vous faire de l’argent. Et vous le saviez pertinemment bien que moi je ne pouvais pas cautionner de tels démarches et comportements. Pour distraire l’opinion sur toutes ces vérités, vous avez trouvé bon de commencer à m’insulter. Dois-je vous rappeler que l’insulte est une arme des faibles ?

VII. DOSSIER SITE BWALYA
Monsieur BWALYA est des nôtres ; c’est-à-dire votre frère Sempya. Il s’est vu malmené par vous et vous vous êtes permis de démolir plus de 200 maisons sur des terrains que lui-même avait vendus en morcellent sa ferme avec l’accord des services du cadastre. Je vous avais demandé pourquoi cette démolition? Vous m’aviez dit que c’était pour protéger les atterrissages et décollages des avions. Pourtant la réalité est autre. C’était une aubaine pour vous de faciliter RWASHI mining à obtenir une ligne de haute tension, en contrepartie vous aviez eu de fortes commissions et d’autres avantages. Vous aviez sacrifié vos propres frères à cause de l’argent ; vous devriez avoir horreur du mal ; Je suis intervenu personnellement pour demander au gouvernement central de trouver une autre solution pour ces pauvres populations et c’est ce qui a été fait.

VIII. DOSSIER SNEL ET REGIDESO
Il fera bientôt 6 ans que vous êtes à la tête de la province. Pour quel bilan? Bien des congolais pensent que le Katanga est une province où coulent le miel et le lait! Comment peut-on expliquer que plusieurs quartiers de la ville de Lubumbashi sont toujours dans le noir ? Le courant n’est stable que dans les endroits où vous avez vos intérêts, ceux de votre famille et de vos amis. Vous empêchiez à la population d’avoir le courant pour qu’elle ne soit informée des réalités de la province mais curieusement, le jour où il y a match de Mazembe, le courant est stable dans toute la ville. Vous avez facilité et priorisé les sociétés minières à avoir du courant au détriment de la population. Pour vous celle-ci ne compte pas, le business avant tout. Et lorsqu’un particulier, veut mettre un transformateur dans un quartier comme ça se faisait à l’époque, avec l’accord de la SNEL, vous vous rabaissiez pour donner des injonctions de ne pas le faire. C’est depuis 2007 que j’ai mis à la disposition de la population de Kasapa un transformateur qui malheureusement n’a jamais été mis en service puisque vous pensiez que je vous concurrençais.

L’honorable NAZEM en a eu pour son compte lorsqu’il voulait installer un transformateur dans la commune de Katuba. En ce qui concerne l’eau potable qui doit être à la disposition de toute la population, vous êtes conscient depuis que vous êtes à la tête de cette province que les mamans utilisent les bidons jaunes de 20 litres à longueur de journée à la recherche de cette denrée rare qui pourtant devrait être à la disposition de toute la population. Dans la périphérie de la ville de Lubumbashi, la population utilise les eaux de rivières polluées par des minerais. Vous faites semblant de ne pas comprendre pourquoi il n’y a pas assez d’eau dans la ville de Lubumbashi. C’est parce que vous avez favorisé une société qui a fait une étude de faisabilité dont l’un de vos protégés est responsable. Celui-ci a donné de fausses informations sur la production et le captage de volume d’eau par seconde sur le projet de la station LWANO. Vous devriez avoir le courage de le dire à la population de la ville de Lubumbashi, la raison pour laquelle l’eau est insuffisante. Avez-vous oublié que vous avez forcé les sociétés minières et autres opérateurs économiques à contribuer à l’amélioration de ces deux secteurs vitaux et que la contribution financière est arrivée jusqu’à 30.000.000 $ ? Où est parti cet argent ? Ça s’appelle un détournement !

IX. DOSSIER CONSTRUCTION DES ROUTES
La plupart des routes que vous êtes entrain de construire s’abiment soit après 6 mois soit une année. Après, vous revenez toujours avec le colmatage, et lorsqu’on vous fait des critiques, vous voulez donner l’impression qu’on est contre vous. La raison est simple, vous ne faites pas des routes à longue durée de vie parce que c’est un business pour vous. Or, il ne faut jamais mélanger le business et la politique. Pourquoi la société chinoise CREC est-elle partie ? Parce que vous lui exigiez sur un kilomètre de route à construire, de payer 1.000.000 $ us. Elle devait en outre diminuer le volume d’asphaltage, en contre partie, celle-ci devrait vous rétrocéder la moitié de la somme. Conséquence, elle a plié ses bagages et traversé la frontière. Pour distraire l’opinion katangaise, et pour que vous ne soyez pas soupçonné de magouille, vous avez commencé à redistribuer quelques marchés à la société MALTA FOREST. Or en réalité le gros du marché est confié à la société SAFRICAS où votre famille a des actions et où vous faites sous-louer des engins BELL. Comme conséquence, vous créez le marché, en construisant, en reconstruisant, en démolissant le même tronçon pour vous faire de l’argent. Point n’est besoin de vous rappeler que c’est l’argent de l’Etat et vous ne voulez pas qu’on vous contrôle. Combien de fois l’avenue KASAVUBU a été asphaltée et ré asphaltée ? L’avenue du 30 juin a été bétonnée depuis l’époque coloniale, fut-il nécessaire d’enlever ce bêton pour remettre une petite couche de macadam? J’ai compris que c’est une façon pour vous de donner du travail à votre propre société. Vous souvenez-vous de l’asphaltage de l’avenue MANIEMA, avenue qui a été détruite le jour même de son inauguration par le Chef de l’Etat KABILA KABANGE, vous avez, contribué par ce geste, à vouloir ternir son image dans l’opinion.

Combien d’argent était-il dépensé pour ce tronçon ? La route qui mène vers l’aéroport (Boulevard M’SIRI), que vous avez préféré appeler « autoroute », dois-je vous rappeler qu’il y a déjà plus ou moins 5.000.000 $ us de dépenses pour l’implantation des arbres, de la pelouse ainsi que la construction des feux de signalisation et canalisation ? Les briques cuites et autres matériels ont été fournis par l’une de vos sociétés. C’est une idée géniale de faire agrandir une route mais il ne fallait pas faire d’énormes dépenses à la province pour qu’au bout de moins de 3 ans toute cette dépense puisse se volatiliser. C’est pour vous une façon de faire effacer les traces de votre gestion calamiteuse de la province.

X. DOSSIER DEMOLITION CRAA
Je suis né à KOLWEZI et grandi là bas ; mon grand père LASAMU N’KOLE SEKO était parmi les personnes qui ont contribué à la construction de cette ville en 1922 et ma grand-mère MPUNDU LUMBWE était chef du quartier BIASHARA, dans la commune de DILALA, d’où je connais la réalité de notre province et j’ai fini mes études à l’université de Lubumbashi. Donc quelque part je connais l’histoire de cette université. Je ne voulais pas que la population de Lubumbashi périsse faute de connaissance. Lorsque j’étais étudiant, je passais tout mon temps dans la concession CRAA qui était une brousse où j’étudiais avec mes collègues à longueur de journée dont la plupart sont magistrats, avocats, conseillers juridiques dans les entreprises, hommes d’affaires, des magistrats militaires... et tous connaissent très bien la vérité de notre université. C’est depuis l’époque du Recteur KILANGA MUSINDE, que le comité de gestion de l’université de Lubumbashi avait décidé de morceler et de vendre sa concession aux professeurs et autres agents du building administratif. Cette opération a continué même sous le règne du recteur KAUMBA. L’actuel maire de la ville de Lubumbashi Monsieur SANGUZA connaît très bien le dossier lorsqu’il fut bourgmestre de la commune de Lubumbashi. Personnellement, je ne pouvais pas comprendre qu’après 35 ans que vous puissiez ordonner la démolition de plus de 500 maisons sans jugement ni indemnisation, lesquels maisons et terrains ont été acquis par des paisibles citoyens. Même dans la jungle il y a une loi que les fauves respectent.

La démolition du quartier CRAA a eu lieu le 5 Janvier 2010, en ces moments je me trouvais à KINSHASA. Dès mon retour à Lubumbashi le 9 Janvier 2010 et on s’était vu au deuil de Monsieur IGNACE MAZEMBE, J’étais accompagné de maître MBOMBO BAMWELAKASHA et de mon collaborateur pasteur Daniel KAITE, on s’est mis côte à côte, on discutait politique et l’idée m’est venu de vous poser la question de savoir si vous étiez intéressé par la concession CRAA et pourquoi vous aviez autorisé au maire de Lubumbashi de démolir plusieurs maisons appartenant à de paisibles citoyens. Je n’étais pas étonné de votre réponse et mes collaborateurs vous ont bien suivi : « … président, je ne connais pas cette histoire, je n’ai aucun intérêt… ». Le lundi 11 janvier 2010, je me suis rendu sur le lieu du sinistre, en vue de réconforter la population. Comme c’était pendant la saison de pluie, je lui ai acheté des bâches pour qu’elle se protège contre les intempéries. Je n’ai pas compris, quelques heures après vous aviez dépêché des jeeps remplies de policiers pour arracher, menacer, frapper cette même population sinistrée. Le même jour aux environs de 19h00, vous aviez pris contact avec le recteur CHABU MUMBA pour inciter les étudiants à marcher contre moi. Aux environs de 20h00, heure locale, j’avais toute l’information et vous pensiez que j’allais vous appeler pour vous supplier de me protéger. Du fond de moi-même, j’ai voulu voir jusqu’où votre folie de grandeur vous amènerait.

Le 12 janvier 2010, une centaine d’étudiants seront reçu par vous, avec des calicots : « Muyambo, un faux politicien, Muyambo ennemi de l’Unilu, Muyambo toujours dans des dossiers sales, les étudiants disent non à la spoliation de la concession de l’Unilu, etc ». Vous connaissant cynique, j’ai compris que ça vous a fait un grand plaisir. Par contre j’ai eu pitié de vous parce que je venais de découvrir d’autres réalités de vous. Si vous n’étiez pas intéressé par cette concession, pourquoi avoir monté les étudiants contre moi ? La raison est simple : vous et le recteur CHABU aviez déjà pris contact avec une société chinoise pour qu’elle vous verse une somme de 30.000.000 $. Il fallait chercher une astuce pour récupérer cette concession. D’où il fallait faire fi de la décision du Conseil d’administration du recteur KAUMBA et récupérer par tous les moyens cette portion de terre. Comme d’habitude vous avez remis à chaque étudiant qui devait faire la marche de protestation contre ma personne un montant de 2.000 Francs congolais équivalent à 2 $ us. Bravo vous avez pu avoir une dizaine de sinistrés moyennant 500 à 3.000 $ pour qu’ils m’insultent et donnent de fausses informations à la radio et télévision NYOTA ainsi que WANTANSHI de « l’homme de Dieu » Paulin MWEWA. Etant légaliste, j’ai initié une procédure en justice contre l’Université de Lubumbashi et Monsieur KATAMEYA. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que vous appeliez à tout moment le Procureur Général ESABE pour empêcher le déroulement de ce procès ? Même pendant le temps de la deuxième République, je n’ai jamais constaté l’immixtion d’un gouverneur de province dans la gestion de la justice.

XI. LA GESTION DU TP MAZEMBE
Je pensais que le football était un jeu sain où les officiels ainsi que les joueurs devraient faire preuve de fair-play. Souvenez-vous qu’un jour vous m’aviez laissé entendre que vous vouliez transformer l’équipe de Mazembe Asbl en Mazembe Sprl et nous avions eu de longues discussions ; je vous ai déconseillé de le faire en disant que vous pouviez le faire à l’époque mais si demain vous n’êtes plus là, Mazembe transformée en Sprl redeviendra Mazembe Asbl. Comme vous aimez les flatteries en lieu et places des conseils, j’appendrais sur les voix des ondes de la radio et télévision que Mazembe était devenue une Sprl. Souvenez-vous de ma question de savoir le pourquoi de cette transformation ? Vous m’aviez dit que les supporters font beaucoup de bruits pour rien et ne cotisent pas. Si l’équipe devenait forte vous pourriez commencer à vendre les joueurs et ils chercheront que vous leur rendiez compte. C’est ainsi que vous vous êtes résolu de faire un montage où vous et votre famille devraient détenir 90 % des actions, Salomon IDI et autres 8 % et 2 % pour les supporters qui avaient des moyens. Dans tout ce que vous faisiez, je ne savais pas quelles étaient vos intentions. J’ai pu constater que vous avez commencé à menacer les miniers pour ne pas sponsoriser l’équipe de LUPOPO. L’opérateur minier qui devait le faire n’a qu’à passer par vous ; dans le cas contraire, ses camions n’allaient pas traverser la frontière. Aujourd’hui vous donnez l’impression qu’il n’y a qu’une seule équipe de football dans la ville de Lubumbashi, qui a pris tous les sponsors. Alors, le thermomètre de MAZEMBE devrait être Fc MIKISHI, Fc LUPOPO et autres. Est-ce que l’on peut parler du football ou de la maffia ?

Quand vous aviez pris Diego GARZITTO pour la première fois, je vous avais dit que c’est un bon entraineur et qu’il allait bien encadrer les joueurs de TP MAZEMBE. Quelques mois plus tard, j’ai été surpris d’apprendre que vous aviez l’intention de le mettre dehors. Je vous ai appelé en vous conseillant de ne pas le faire. Vous m’aviez répondu que c’était une peine perdue. Vous l’avez même déjà chassé de la maison où il logeait avec sa femme. L’honorable AERTS KAYUMBA viendra me voir pour me supplier de le loger chez moi à Difalco en attendant son départ pour l’Europe ; je vous ai encore rappelé au téléphone pour que vous lui donniez à manger. Vous avez été catégorique. Je l’ai supporté pendant 3 mois jusqu\'à ce qu’il soit rentré en Europe. Un jour j’ai été surpris d’apprendre que vous l’aviez repris et après avoir eu ce que vous vouliez de lui, vous l’aviez remercié de nouveau. Ce n’est pas parce que vous êtes fortuné que vous pouviez lui demander ou lui dicter n’importe quoi. C’était un bon entraineur qui a eu une forte personnalité et qui ne pouvait pas accepter n’importe quoi. Lorsque l’équipe de MAZEMBE gagnait des coupes dans les années 70, les dirigeants de l’époque ne se comportaient pas comme vous et les supporteurs de MAZEMBE finiront par me donner raison un jour. Quelle que soit la longueur de la nuit le soleil finit par apparaître.

XII. INTERFERENCES DANS LA JUSTICE AU KATANGA
Souvenez-vous que vous m’aviez dit à mainte reprise qu’on ne vous fera rien au Congo, c’est la raison pour laquelle quand vous avez fait piller la mine de MBOLA de Monsieur MUAMBA KABASELE en lui disant : « nitamuponona, na yenye tribunal nitaiponona » (je vais le battre et même le tribunal sera battu) langage que vous gardez jusqu’à ce jour pour intimider les magistrats. Souvenez-vous avoir dit le jour de l’arrestation de MINGA : « nita fukusha ba magistrat bote mu katanga » c’est-à-dire je vais chasser tous les magistrats du Katanga. Je vous informe que c’est la justice qui élève une nation, mais le péché est la honte des peuples. Chose étonnante, chaque fois que vous arrêtiez des délinquants ou des criminels, vous faisiez appel à maintes reprises au procureur général ESABE, vous prononciez des sentences comme si c’était vous le magistrat suprême de la République Démocratique du Congo. A titre illustratif, vous aviez fait arrêter le voleur des câbles électriques, au lieu de les acheminer au parquet pour qu’ils soient entendus, vous aviez fait appel au Procureur Général ESABE qui est vite descendu au gouvernorat et devant des milliers de téléspectateurs vous aviez dit : «…Monsieur le Procureur général, ça c’est un pillage.. » et le procureur Général a voulu vous expliquer que c’était un vol simple. Vous aviez rétorqué en disant : « …non, c’est le pillage …vous aviez proposé que le délinquant soit condamné à 100 ans de prison » peine non prévue par la loi.

C’est aussi le cas du Procureur de la République du territoire de Mpweto, Monsieur Valery MWALI LUMANDE qui est Sempya comme vous, originaire de Mpweto. Lors d’un meeting tenu récemment dans ce territoire, vous avez incité la population à ne plus lui obéir en disant : « si ce procureur veut vous arrêter, qu’il arrête son père ou sa mère, et je ferai tout pour le faire partir d’ici… ». Cependant, je vous informe que les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Quel moral inculquez-vous à la population katangaise de se révolter contre ces derniers ? Le cas le plus récent, c’est l’expropriation d’un hectare de terre appartenant au Monastère de Notre Dame de Kiswishi. La société de péage a été condamnée au 1er et 2e degré aux dommages et intérêts de l’ordre de 500.000 $ Us. Au lieu que cette société s’exécute au paiement de cette somme, vous avez signé à la hâte un arrêté déclarant l’expropriation de cette concession pour cause d’utilité publique. Si cette société ou le Gouvernorat payait 500.000 $ us aux moines, en quoi ça vous dérangerait ? La population ne sait pas encore que vous avez des intérêts sur le pont Bascule. A maintes reprises, vous avez acheté la conscience de mes collègues et anciens bâtonniers dans le seul but de me nuire et de me faire du mal. Vous avez donné une contribution de 10.000 $ us à l’un de mes anciens collègues bâtonniers, en contrepartie vous lui avez demandé s’il avait la possibilité de me suspendre.

Il n’y a que vous qui trouvez ça normal. Vous avez intimidé mes clients expatriés de quitter mon cabinet. Ceux qui refusent de suivre vos instructions vous faites tout pour qu’il ne soit plus responsable de leur société. Peine perdue pour vous. En cherchant à vous ingérer dans tout, vous commettez de fautes graves dont vous payerez les conséquences voire votre génération.

XIII. LE CAS DE MINGA BOPE (Supporter de Lupopo)
Il n’y avait pas encore eu de procès contre MINGA BOPE devant les Cours et Tribunaux, mais vous vous êtes substitué au magistrat instructeur pour ordonner son arrestation, le menotter, l’acheminer au gouvernorat à presqu’à moitié nu, bref, dans les conditions infrahumaines. A la télévision et en présence du Procureur Général ESABE, vous aviez déclaré ce qui suit : « Monsieur vous irez en prison et votre procès sera télévisé ». Effectivement MINGA BOPE fut acheminé en prison et c’est ESABE qui suivait de près toute la procédure pour votre compte. La haine que vous avez vis-à-vis de Monsieur MINGA est due au fait que c’est un supporter de l’équipe de Lupopo et il figure parmi les personnes que vous soupçonnez de vous insulter au stade. Le juge LOSANGE qui est le président du syndicat de magistrats au Katanga a dénoncé votre ingérence dans cette affaire, il a été intimidé et suspendu de ses fonctions pendant 3 mois laissant ainsi le champs libre au Procureur Général ESABE pour que MINGA BOPE soit condamné.

XIV. CORRUPTION DANS LA PRESSE
Je n’ai jamais été touché dans ma propre conscience d’autant plus que je sais que tout ce que la presse dit sur moi c’est du bluff et du mensonge cousus de toutes pièces par vous et votre collaborateur Salomon IDI KALONDA. C’est ainsi que vous vous êtes organisés pour que la presse audio-visuelle, à longueur des journées, vous adore et combatte vos adversaires par le mensonge et par le discrédit. Par contre, lorsque j’avais créé la RTLjua, notre premier objectif est d’éduquer la population katangaise. Il est aussi de dénoncer les comportements et agissements qui frisent la maffia et permettre à la population d’avoir une information saine. C’était aussi surtout pour la promotion et le respect des droits humains au Katanga pour les autorités et pour cette même population. Quand il y a une autre presse écrite ou audio-visuelle qui n’est pas à votre solde, vous usez de votre poids pour la déstabiliser. C’est pourquoi vous êtes venu débaucher mes journalistes pour créer mon style d’information à votre chaine de télévision dans l’espoir de faire tomber la RTLjua. Ces jeunes journalistes qui passent leur temps à m’insulter, à insulter les autres opérateurs politiques du Katanga, vous leur rendez un mauvais service en les exposant pour votre compte, car après votre départ du gouvernorat ils auront beaucoup d’ennuis et des poursuites judiciaires. Et contre vous on ne fait qu’accumuler les preuves d’incitation à la haine et à la violence. Des éditeurs des journaux de la presse écrite de la ville de Lubumbashi comme ZITO ITELA, Papy NYANGE, Donat MULONGOY, etc par le fait qu’ils font des critiques objectives sur votre gestion vous avez déjà déclaré à qui voulait vous entendre que vous allez les aider à mourir pauvres. Je pense que c’est bien qu’ils meurent pauvres, que riches humiliés.

C’est pareil cas pour la ville province de Kinshasa où dans la presse écrite vous avez déjà acheté la conscience de quelques journalistes et éditeurs des journaux dont le journal le Potentiel. Souvenez-vous m’avoir dit « Président, batanza kuandika bintu yote minapenda ju niba kasai banaesha kupenda makuta sana » c’est-à-dire je leur demanderai d’écrire tout ce que je veux parce que ce sont des kasaiens assoiffés d’argent. C’est l’orgueil du pouvoir et de l’argent qui vous aveugle pour demander aux journalistes dont Willy KABWE du journal Le Potentiel d’écrire n’importe quoi sur vos adversaires politiques. En son temps, j’ai appelé l’Honorable Modeste MUTINGA, Responsable du Potentiel lui demandant s’il était au courant des écrits de son journaliste Willy KABWE ? Il m’a promis de vérifier ces informations et qu’il allait m’appeler. Jusqu’aujourd’hui, il ne m’a jamais rappelé. Je comprends la force de l’argent que vous aviez mis à leur disposition. Ce qui est vrai c’est que la vérité reste la vérité et le Potentiel sera ridicule et perdra sa crédibilité un jour. Raison pour laquelle, je ne demande jamais le droit de réponse ou vouloir les amener en justice pour diffamation. Un jour, j’ai demandé à l’Apôtre LWAMBWA Crispin de demander à Willy KABWE pourquoi écrire des mensonges ? Il ne lui a pas donné une réponse claire. J’ai compris que c’est une façon pour lui et tant d’autres de vous soutirer un peu d’argent. Concernant le dossier Muyambo Park, une fois de plus, un vieux à moi de Kinshasa qui est dans la presse audiovisuelle, avec qui nous avons de bonnes relations (je préfère taire son nom), à qui vous aviez payé le billet, logé au Park Hôtel et qui est allé se présenter au service du cadastre pour intimider le Chef de division groupe-Est de l’époque qu’il était le journaliste de la Présidence pour enquêter sur le dossier Muyambo Park. Lorsque l’image mensongère est passée à Kinshasa à sa chaine de télévision, je l’ai appelé en lui disant vieux pourquoi tu as fait ça ? Il me dira « …mon jeune frère, laisse-moi soutirer à votre gouverneur un peu d’argent, je viens d’avoir 10.000 dollars pour ce reportage et je te demande pardon.. »

J’ai compris que vous avez un sérieux problème. Aujourd’hui je remercie le Seigneur parce que la population katangaise connait votre vrai visage et de quelle manière vous cherchez à tout prix à trafiquer, à transformer l’information. Vous le faites tellement de manière sale et ridicule que je me demande si vous avez des conseillers en matière de communication ?

‐ Dossier vente marché central Lusonga (M’zee)

Comment un individu comme moi peut avoir le culot de vendre un marché en plein centre ville de Lubumbashi ? Voilà un montage de mauvais gout que le journal, Le Potentiel à votre solde a publié en long et en large pour distraire la population congolaise. La vérité est que vous vouliez vous en approprier avec votre complice de tous les temps un consul honoraire qui vous a aidé à obtenir la nationalité italienne. Vous vouliez jauger la réaction de la population. Dans cette confusion le marché allait vous appartenir. Pour distraire l’opinion lushoise, il fallait citer le nom de Muyambo. Pourquoi les calicots étaient-ils fabriqués nuitamment ? Là vous avez échoué à manipuler la population de la ville de Lubumbashi.

- Dossier Muyambo Park
Ce n’est que la cupidité source de la jalousie qui vous ronge le cœur et qui vous pousse à des extrêmes en cherchant par tous les moyens à faire détruire ou disparaitre Muyambo park. Souvenez-vous lorsque vous veniez de l’exil, je vous avais proposé de visiter le zoo ? Le constat fait était que celui-ci n’avait plus d’animaux et je vous avais dit qu’on devrait repeupler le zoo pour la fierté de notre ville. Comme d’habitude vous m’avez floué pour que d’autres personnes s’en occupent. Vous avez fait votre ferme Futuka, c’est une bonne chose et je vous félicite. Mais pourquoi vous ne voulez pas que les autres développent le secteur privé à leur manière ? C’est comme ça que vous vous êtes acharné contre l’Honorable NAZEM, avec de faux dossiers, menaçant de détruire ses biens. Quand vous avez appris que j’ai fait un parc privé vous étiez fou de rage jusqu’à ce que vous fussiez allé toucher de vos mains les treillis de celui-ci. Un de mes travailleurs m’en a informé et je me suis dit ça y est, il y aura des problèmes. Vous êtes allé plus loin pour m’accuser chez plusieurs autorités politiques que dans le parc il y avait les maisons des militaires et pourtant vous connaissez la vérité. Les chaines de télévision et radio manipulées par vous ont confectionné plusieurs mensonges à ce sujet mais la vérité reste têtue, elle ne restera que la vérité. Vous êtes même allé demander au chef du village pourquoi il m’avait vendu ce terrain avec un lac ? Le lac n’existait pas, je l’ai construit avec mon argent et mon intelligence. Pour votre information c’est un lac artificiel.

‐ Dossier ferme ROSTERNE
C’est vous Monsieur Moise KATUMBI qui avez spolié la grande partie de cette ferme et comme vous êtes expert en corruption, vous avez remis l’argent à l’abbé Joachim TSHIBANGU (ex-père provincial des salesiens) qui à son tour va soulever les élèves avec des calicots scandant « Muyambo a spolié le terrain des prêtres ». Lorsqu’un membre de mon parti m’a appelé pour demander ce qu’il y avait, je lui ai répondu que je n’étais au courant de rien. Et lorsqu’on demande à l’enseignant organisateur de ladite marche, il va répondre « …on nous a demandé de marcher contre Muyambo parce qu’il veut prendre nos maisons.. ». Après vérification vous saviez très bien que c’était faux mais vous aviez insisté et ordonné que ces images passent à votre chaîne de télévision.

‐ Cas des immeubles sur le Boulevard KAMANYOLA J’ai acquis ces immeubles en 1996 ; je les ai achetés auprès de Monsieur Georgius Georges. Quand vous êtes rentré de l’exil, vous les aviez enviés, on vous avait dit qu’ils étaient miens. Vous vous êtes permis encore de monter des cabales pour dire que j’ai construit ces immeubles dans l’enceinte du Zoo. J’ai brandi les documents de 1954 et le certificat. La vraie simple raison : Muyambo ne pouvait pas posséder des immeubles sur la même avenue que le Chef de l’Etat. Les Saintes écritures disent que personne n\'use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses.

XV. PILLAGE DE LA GECAMINES
S’il y a une personne qui a aidé la Gécamines à être par terre, c’est bien vous. C’est avec la complicité des responsables de la Gécamines, qui vous ont facilité la magouille que cette dernière est ce qu’elle est aujourd’hui. Pour les remercier, vous les avez aidés à devenir les hauts responsables de cette entreprise publique, d’autres ministres provinciaux et d’autres encore transformés en hommes d’affaires. Vous avez demandé à tous les miniers du Katanga de faire les champs de maïs, c’est une très bonne chose pour lutter contre la famine. Mais ceux qui n’ont pas le temps de le faire, ils vous amènent des intrants et du cash que vous affectez à votre propre ferme. Une fois que vous produisez le maïs, vous imposez le prix de 560 $ la tonne à la Gécamines, ce qui est exorbitant car le prix réel est de 260 $ la tonne. Ce n’est qu’un aspect du problème.

XVI. DESTRUCTION DE LA SNCC
La SNCC ne va pas décoller aujourd’hui pour la simple raison que vous menacez les opérateurs miniers à ne prendre que vos remorques pour le transport des minerais et celui d’entre eux qui n’obéit pas à vos ordres, ces marchandises font des mois et des mois à la douane jusqu’à ce qu’il comprenne que c’est vous le seul décideur. C’est pourquoi, il est important que les travailleurs de la SNCC comprennent que l’on peut changer de comité de gestion, mais si la S NCC ne s’occupe pas du transport des minerais, rien ne va changer. Vous semblez oublier que la SNCC commence à Sakania où il y a nos frères, en passant par Lubumbashi, Fungurume-Tenke, Tenke-Kolwezi-Dilolo, de Tenke à Bukama-Kamina jusqu’à Kalemie, de Kamina à Ilebo. Il faut voir comment ces travailleurs vivent et dans quelles conditions et combien sont-ils enterrés par jour. Entre temps, vous faites sortir 100 trucks par jour qui transportent les minerais en lieu et place de la SNCC pour votre compte et pour celui de vos alliés. C’est pourquoi je dis haut et fort que tant qu’on n’arrête pas ces trucks à transporter les minerais, je ne vois de quelle manière la SNCC, va se remettre.

XVII. FRAUDE ELECTORALE CAUSEE PAR MONSIEUR KATUMBI CHAPWE
Vous savez pertinemment bien que j’ai été élu dans la circonscription électorale de Lubumbashi et j’ai trainé avec moi un colistier mais vous avez voulu me faire voir que c’est l’argent qui est le seul maître. Raison pour laquelle, pendant la campagne électorale vous avez fait venir 2 ou 3 kinois pour dire que j’ai eu à détourner dans le dossier Mataba et Masikita. Ma conscience n’est pas tourmentée comme la vôtre car je savais c’était un dossier monté de toute pièce par vous-même et vos acolytes. Je me rappelle à l’époque, avant que je ne donne ma version au Parlement, vous aviez déjà corrompu l’ancien Procureur Général de la République MUSHAGARUSHA pour ouvrir un dossier à ma charge. Vous avez même fait publier le numéro du dossier dans le Journal Le Potentiel bien que je devais justifier l’utilisation de ce fonds au Parlement. Je n’aimerai pas pour le moment mettre au grand jour le rôle que MUSHAGARUSHA a joué pour vous lorsqu’il était Procureur Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi. Comme l’histoire se répète, c’est de la même manière que le Procureur Général ESABE vous a servi.

En outre, vous vous rabaissez en me piquant les jeunes gens désoeuvrés communément appelés Karindula (musiciens traditionnels du Katanga qui chantent au deuil) que j’encadrais pour leur épanouissement. Vous nous avez critiqué, insulté en disant que la RTLj était une chaîne de télévision de Karindula. Quelle ne fut pas la surprise de toute la population de Lubumbashi de voir le même « Karindula » me dénigrer durant les informations de Mbonda et Radi, que votre homme à tout faire, Salomon KALONDA IDI a créé pour vous faire plaisir et vous soutirer un peu d’argent. La façon dont vous trichez est tellement ridicule et archaïque que je me demande si autour de vous il y a des conseillers qui ont le pouvoir de vous dire la vérité. Je ne pense pas, car plusieurs de vos collaborateurs se plaignent pour dire que vous n’écoutez pas les conseils. Avant la compilation des résultats électoraux dans la circonscription de Lubumbashi, Monsieur Fréderic KIKUMBA avec la chaîne de Télévision Digital Congo, une chaine qui incite la population à la haine et à la violence, diffusait déjà de faux résultats des élections législatives pour la ville de Lubumbashi pour déjà préparer l’opinion à maquiller la tricherie que vous avez orchestrée. L’un de mes collaborateurs, en l’occurrence l’Honorable Michel KOUVAS qui croit en Dieu m’a transmis un bon jour, aux environs de 23heures, le regret et les excuses du Pasteur Daniel NGOY MULUNDA pour tout ce qui s’était passé lors des élections législatives.

Je sais que ce n’était pas une question de pression qu’on a exercé sur lui mais c’était aussi une question de corruption en liquide cash et en biens matériels dont les 1000 mètres carrés de carreau dont votre épouse et vous-même les lui avez offerts comme marbres pour son église située au Carrefour. « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu\'il n\'y a pas de vérité en lui. Lorsqu\'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge ». Savez-vous que dans mon dossier électoral à la Cour Suprême de Justice, c’est le Procureur Général ESABE qui a donné son avis ? Est-ce une coïncidence ou bien vous étiez sûr de contrôler la justice ? Je vous informe que c’est lui qui a fait le suivi pour que la Cour Suprême n’aille pas au fond et qu’il était tout le temps en contact avec vous. Pourquoi vous acharniez-vous pour que je ne sois pas au Parlement ? La réponse est simple, vous aviez une peur bleue pour que je ne dénonce vos magouilles et que j’initie des enquêtes parlementaires pour vous contrôler. Savez-vous que le 10 janvier 2012, c’est le jour où le centre de compilation des résultats de la ville de Lubumbashi devrait afficher les résultats ? A ma grande surprise l’un de mes collaborateurs, en l’occurrence Gustave MULUMBATI m’appellera aux environs de 6h00 du matin pour m’informer qu’il tenait à me voir de toute urgence.

Je lui ai demandé de me parler au téléphone, il m’a dit non président, ça nécessite que je vous parle en face. Curieusement dans moins de 20 minutes, il était déjà dans ma concession accompagné de deux de ses collègues. Monsieur Gustave MULUMBATI qui fut le président urbain de mon parti a commencé à me parler avec des tournures floues et cachées que je ne comprenais pas moi-même. Après une heure et demie de pourparlers, je lui ai dit Gustave, va tout droit au but et il va cracher : « président tout est ok, allons voir seulement le Gouverneur, que la population vous voit ensemble et tu seras élu de la ville de Lubumbashi. J’ai dit à mon collaborateur Gustave MULUMBATI que je le remerciais de la confiance me témoignée et que je devais lui répondre dans les heures qui suivaient mais il a insisté que ça soit avant 12h00 parce que les résultats seraient affichés à 14heures. Une voix à dit dans mon fort intérieure : « Muyambo n’ose pas le faire » la suite, Gustave MULUMBATI est allé adhérer dans votre parti que vous avez créé pour court-circuiter le parti qui vous a favorisé à vous enrichir. Savez-vous que la population katangaise était étonnée de votre ingratitude lorsque vous avez crié haut et fort que vous ne seriez pas candidat à la députation au motif qu’en 2006 vous avez as eu à trainer plusieurs colistiers qui ne font que vous critiquer. Est-ce la vérité ? Si vous devenez amnésique, je vous le rappellerai un jour.

Je n’étais pas étonné avant les élections du 28 novembre 2011 de vous voir trahir votre parti politique et combattre les candidats de votre parti. C’est parce que vous aviez des calculs derrière votre tête car vous pensiez avoir plusieurs députés de votre obédience et que vous devriez contrôler le parlement pour ainsi exercer la pression sur le Chef de l’Etat et les membres influents de votre parti. Je ne sais pas si vous avez compris que le bon Dieu vous a confondu. Je ne sais pas si vous comprenez que l\'arrogance précède la ruine, Et l\'orgueil précède la chute. Sachez que vous êtes parmi ceux qui ont créé l’anarchie et favorisé la tricherie pendant les élections dans la province du Katanga. Ce n’est qu’une partie remise et l’avenir me donnera raison.

XVIII. DESTRUCTION, PILLAGE DE LA RTLjua ET TENTATIVE D’ASSASSINAT
Vous avez voulu m’éliminer physiquement puisque vous saviez très bien que je connais beaucoup de choses sur vous et que je deviens un témoin gênant et un frein pour la maffia que vous exercez aujourd’hui au Katanga et que vous voulez exerce

En tout cas Muyambo avait totalement exposé Katumbi a l'époque et malheureusement pour lui il avait mis tout ca sur papier. Ajouté a ce que le conseiller special du president contre la corruption a aussi sur Katumbi, il me semble peu probable que Moise Katumbi ne rentre bientot au Congo.

Revenir en haut Aller en bas

Re: IDEOLOGIQUEMENT, QUELLE DIFFERENCE ENTRE...?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:50 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum