Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Message  Jim KK le 15/5/2016, 9:12 am

RDC: le ministre Baudouin Banza Mukalayi est décédé à Kinshasa

http://www.radiookapi.net/2016/05/14/actualite/politique/rdc-le-ministre-baudouin-banza-mukalay-est-decede-kinshasa

Le ministre de la Culture et des Arts, Baudouin Banza Mukalay est décédé, samedi 14 mai, à la Clinique Ngaliema-Center, à Kinshasa à l’âge de 63 ans.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende l’a annoncé sur la chaine de télévision nationale:

«J’ai le pénible devoir d’informer la nation du décès ce soir du 14 mai 2016 de notre ami, notre frère, notre collègue, le ministre de la Culture et des Arts, Banza Mukalay Sungu, qui est mort donc à la Clinique Ngaliema Center au moment où même le gouvernement s’apprêtait à l’évacuer a l’étranger par un avion médicalisé pour des soins médicaux appropriés que nécessitait l’aggravation de son état”, a indiqué Lambert Mende en direct de la RTNC.

Dans son adresse en direct de la RTNC, il n’a pas cependant évoqué la cause de cette mort brutale.

Une des figures de proue de la politique congolaise, Baudouin Banza Mukalay a été nommé, en avril 2012, ministre de la Jeunesse, Sports puis de la Culture et des Arts.

En décembre 2014, il sera déchargé d'autres fonctions et sera juste chargé du ministre de la Culture et des Art. C'est son ministère qui a organisé, en avril dernier, les obsèques du musicien Jules Shungu Wambadio dit Papa Wemba.

Banza Mukalay est également un politicien de carrière. Il était élu député national alors commissaire du peuple en 1982 et sera réélu en 1987. Il avait ensuite été promu vice-président du MPR, après l’autonomisation du multipartisme par le Maréchal Mobutu, en 1990.

Il a été plusieurs fois ministre jusqu’à la chute régime Mobutu en mai 1997.

Président de l’Union pour le développement du Congo (UDCO), Banza Mukalayi a réussi à intégrer le gouvernement de la République au cours de la transition 1+4 au poste du ministre de la Coopération internationale.

Né en 1953 à Mbandaka, dans la province de l’Equateur alors Coquillât-ville, de parents originaire de Malemba Nkulu (ex-Katanga), Banza Mukalayi avait obtenu son diplôme en langue et littérature française à l’UNAZA campus de Lubumbashi en 1979 avant de travailler comme journaliste au journal Mjumbe.

____________________

RIP cher oncle de Malemba!!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Message  piélé de dongo le 15/5/2016, 12:49 pm

quelle surprise sur prise Exclamation , nos condoléances à sa famille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Message  ndonzwau le 15/5/2016, 11:30 pm

Il est devenu normal et sans gêne que le gouvernement Congolais assume d’envoyer ses notables à l’étranger se faire soigner…
Mende sans scrupules et sans aucune honte dit à propos du Ministre Banza décédé dans un hôpital de Léo : «J’ai le pénible devoir d’informer la nation du décès ce soir du 14 mai 2016 de notre ami, notre frère, notre collègue, le ministre de la Culture et des Arts, Banza Mukalay Sungu, qui est mort donc à la Clinique Ngaliema Center au moment où même le gouvernement s’apprêtait à l’évacuer a l’étranger par un avion médicalisé pour des soins médicaux appropriés que nécessitait l’aggravation de son état"...
Où en sommes-nous; Mende comprend-il au moins que ses propos sonnent comme un terrible aveu d’échec de l’administration à laquelle il appartient ?


Il y’a peu ils nous avaient inondés d’autosatisfaction béate sur la construction d’un hôpital ultra-moderne, le Cinquantenaire mais voilà que tout état grave ne peut y être sauvé sinon en dehors de nos frontières en Rsa, en Inde faute de ne pouvoir les envoyer en Occident et nos présidents et autres pontes au Congo comme ailleurs en Afrique se font soigner à l’étranger d'où beaucoup sont rentrés les pieds devant...
C’est dire que la santé, un secteur social avec lequel on ne peut tricher, reste un témoin combien éloquent de nos échecs : à quoi sert-il de se glorifier d’avoir investi des millions dans un super hôpital comme le Cinquantenaire s’il n’est capable de soigner ne fût-ce nos hauts dignitaires ?

Je me souviens à l’époque avoir répondu je crois à notre ami Piélé que l’hôpital Cinquantenaire était un gadget de plus; que non seulement tel que je voyais la gestion défaillante du pouvoir il serait incapable d’assurer son fonctionnement à la hauteur où il le vantait mais aussi que le secteur de santé nécessitait d’abord la restructuration de tout le réseau de santé primaire et intermédiaire avec dispensaires, hôpitaux locaux, régionaux et seulement après, supra-régionaux plutôt que ses éléphants blancs vitrines où l’on engloutissait tout le budget de la santé; que des Cinquantenaires pour être efficaces d’un côté ils nécessitaient un après vente sourcilleux dont je doutais et de l’autre il en faudrait ne fût-ce qu’à Léo au moins trois ou quatre et dans chaque province au moins deux !

Je connais un peu la qualité de mes confrères au Congo, beaucoup ne demanderaient qu’un environnement socio-économique et universitaire meilleur pour s’adapter au meilleur standard mondial si l’équipement suivait… Quand même les hauts-médecins, professeurs et assistants de l’Université sont obligés de se débrouiller par eux-mêmes pour gagner leur vie et parfois pour disposer d’un équipement moderne, comment voulez-vous qu’ils soient rentables pour le pays ?
La santé (comme certains secteurs sociaux) nécessite partout et davantage dans nos pauvres pays une prise en charge publique bien éloignée du but lucratif...
Aussi longtemps qu’il restera le parent pauvre d’un budget par ailleurs jamais tenu; aussi longtemps que nos présidents et leurs collaborateurs subsisteront en allant se soigner à l’extérieur (aux frais de la Rébupliquette bien sûr càd du contribuable, càd du Congolais souverain primaire de ce pays qui lui meurt sans soins chez lui ou dans des hôpitaux-mouroirs !...), rien de consistant ne sera fait dans ce domaine et des morts bêtes continueront faute de bénéficier de bons soins chez nous où ils habitent pourtant..
.
Un confrère de Lille a initié depuis bientôt 4 ans un Congrès international de Médecins Congolais (informel) où ceux de l’extérieur et de l’intérieur se retrouvent et confrontent leurs savoirs et expériences dans un but d’abord didactique et pratique pour le pays : des sujets magistraux servent en même temps à témoigner et et à enseigner pour une meilleure pratique sur place...
Perso pour des raisons personnelles et autres, je n’en fais pas encore partie mais c’est là la preuve que le travail d’un gouvernement bien fonctionnel manque dans un domaine combien capital dans la vie quotidienne qu'est la santé et explique comment Mende n’a aucun souci réel du programme effectif qu'il faut pour un Congo meilleur...


"« Présidents africains, pourquoi ne restez-vous pas mourir au pays ? »
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/04/21/presidents-africains-pourquoi-ne-restez-vous-pas-mourir-au-pays_4906616_3212.html
On l’a appris par un communiqué laconique du palais de Koulouba, sur les hauteurs de Bamako : le président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a été opéré, mardi 12 avril, d’une « tumeur bénigne » à l’Hôpital militaire Bégin, à Saint-Mandé (Val-de-Marne), en région parisienne. Il effectue sa convalescence à Paris et n’a pas communiqué la date de son retour au Mali. Ancien dirigeant de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF), le camarade IBK a donc rejoint la longue liste des chefs d’Etat africains qui délaissent les hôpitaux de leur pays pour venir se soigner en Occident.
Avant le président malien, son homologue ivoirien Alassane Ouattara s’était fait opérer en février 2014 à l’Hôpital américain de Neuilly, à l’instar du Gabonais Ali Bongo Ondimba qui avait choisi, quelques années plus tôt, la clinique chic de l’Ouest parisien pour y subir une intervention chirurgicale. Le Camerounais Paul Biya, lui, se soigne à Genève où il réside une partie de l’année. Son dossier médical est aux mains de médecins suisses, alors qu’il est protégé comme un secret d’Etat au Cameroun. Son épouse, Chantal, préfère les hôpitaux parisiens où elle a passé plusieurs mois ces dernières années.
(...)
Faute politique
Disons le sans ambages : délaisser les institutions sanitaires de son pays pour se soigner à l’étranger est, au bas mot, une faute pour un chef d’Etat. C’est la preuve irréfutable qu’il n’a pas réussi à bâtir sur place un système de santé digne de sa confiance
(...)
Triste record mondial
Pour avoir fait le choix de négliger les structures sanitaires de leur pays, convaincus qu’ils pourront toujours être évacués vers les capitales occidentales, les dirigeants africains ont mis le continent au sommet du palmarès mondial des présidents décédés à l’étranger.l
 Rolling Eyes  Rolling Eyes  Exclamation
(...)"



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Message  Troll le 18/5/2016, 7:31 pm

Cool LA MORT D´UN GRAND LECTEUR !

Banza Mukalay avait fait l´exploit de se faire désigner "VICE-PRESIDENT DU MPR" Surprised pale Les jeunes sur ce site ne peuvent pas comprendre de quoi nous parlons..
Ce que ..quand Mobutu "prend congé du MPR" à N´sele, le Comité Central du MPR est composé á 80 % de l´élite du pays, les meilleurs universitaires, l´élite de l´élite dans tous les domaines possibles bounce

Mais quand Mobutu fait le choix d un jeune parlementaire du MPR pale ..orginaire du Katanga même s´il est né á Mbandaka affraid c´était un choc..surtout pour les orginaires de l´Equateur..et des intello "NBGANDIS" car Mobutu était devenue presque "tribaliste" á sa fin..
Les gens comme "VTP" Vundwawe n´ont jamais "digerés" de voir un "jeune" Mulubakat, sans réferences politiques, et moins âgé qu´eux surgir de nul part et prendre pratiquement la tête du MPR pale silent


Nous l´avons observés via les amis qui assuraient sa protection rapprochée quand il residait non loin de la Poste á Gombe sunny Et les amis disaient que Banza Mukalay était particulier parce qu´une fois chez lui, il était enfermé et lisait..Son appartement était plein des livres, des livres..même dans sa voiture Mercedes officielle, il avait toujours un livre non loin..entrain de lire:sunny:


Pas surprenant qu´il a terminé son existence comme ministre de la Culture..Il possedait certainement la "Culture"sunny

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le ministre B. Banza Mukalayi est décédé hier

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:27 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum